Excuse valable

Aller en bas

Excuse valable Empty Excuse valable

Message par Le Chat le Dim 4 Juin 2017 - 17:07

Salut toi !

Bon, il faut que je t'explique quelque chose : mardi, j'ai un oral, dans le genre un peu stressant et pas du tout préparé. Du coup j'ai trouvé que c'était le moment idéal pour vous faire part de ma présence ici, puisque si je travaillais je pourrais presque rendre un truc présentable, et du coup ça serait moins rigolo.

La probabilité que tu n'aies jamais entendu parler de la désormais célèbre Chatoune et sa douce voix est assez élevée. Je suis au regret de t'annoncer que c'est de ta faute, puisque tu n'as pas visité notre royal discord depuis le 18 mars... Et comme on m'a forcée, je fais de la pub. C'est un outil super pratique pour repousser le paiement de ton loyer, la visite à ta grand mère ou encore ta prochaine douche. Et si tu es jeune, sache que ça fonctionne aussi pour les devoirs. En plus on est gentils, et on a des cookies (enfin Botwinder en a, mais il est généreux. Ne compte pas sur moi pour te cuisiner ça, sauf si tu réponds à cette non fiche, parce que je sens que les réponses vont être rares, du coup ça m'engage assez peu).

Bref, je digresse trop. Normalement, ici il y avait un autre paragraphe, avec une phrase de plus de cinq lignes parce que c'est la limite que les profs m'ont imposée pour les disserts et que j'avais jamais réussi à la dépasser, mais comme je me rappelle plus ce que j'avais écrit avant de faire une fausse manip qui a tout effacé, je recommence, et j'espère que je vais y arriver, quitte à mettre bouts de phrase voire des mots random à la fin pour combler, parce que dans ma phrase de base il y avait un truc cool qui prenait deux lignes, mais là ça risque d'être compliqué comme j'ai rien à dire, mais je suis en train de me rendre compte que je suis pas si loin, du coup normalement je devrais y arriver, encore un peu, j'espère que ça va rendre pareil quand ça sera publié, mais là ça fait cinq lignes et demi. Voilà. Et non, je cliquerai pas sur "prévisualiser" pour vérifier, j'ai trop peur que ça marche pas. Du coup, la seule info que vous pouvez tirer de ce pavé, c'est que je suis maladroite. J'avoue que pour moi qui ai tendance à faire des phrases courtes, c'est douloureux. Et là, je me contredis, parce que jusqu'à maintenant toutes mes phrases sont longues, on dira que c'est parce que j'aime me contredire, ça doit me donner l'impression d'être quelqu'un d'intéressant. Voilà (c'est le deuxième, pour faire retomber la moyenne du nombre de mots par phrase).

Bon, faut aussi que je te dise que j'aurais aimé faire une présentation, ou une non présentation originale, dans le style de celles qu'on voit jamais ici, mais en fait c'est pas possible du coup j'admets que j'y arrive pas, et je me contente de blablater un peu pour meubler un peu. J'aime bien meubler, mais j'aime bien le silence aussi, et j'aime surtout mes contradictions, mais ça je te l'ai déjà dit.

En fait, t'as même pas idée d'à quel point j'aurais aimé être originale, mais comme j'y arrive pas, je le dis, comme ça je le suis un peu, mais pas trop quand même, et en même temps beaucoup, et ça c'est cool. Si tu as compris ce que j'ai voulu dire, je veux bien que tu me l'expliques, parce que moi je cherche encore.

Bon, je vais encore essayer de poser un petit pavé ici, mais c'est un test, du coup on verra si ça marche ou pas, et si ça marche pas je saurai que les gens qui disent que les présentations pas trop présentables sont plus intéressantes m'ont menti. Du coup, si t'as réussi à ne pas mourir d'ennui ou de désintérêt jusqu'à maintenant, je t'invite à essayer d'éviter une réponse trop compliquée, parce que là je fais comme si j'avais de l'humour et étais cultivée, mais en fait c'est pas vraiment le cas, je fais juste très semblant. Mon assistant sous titres te le confirmera (coucou si tu passes par là). Tiens, ça n'a aucun rapport, mais on va faire un jeu, mon prénom est facile à deviner, donc si tu le trouves tu as gagné. Je réfléchirai à comment tu pourras me le dire et ce que tu auras gagné plus tard, mais là tout de suite j'essaie juste de remplir pour savoir à quel point les gens d'ici sont maso, et je dois avouer que l'exercice me plait. C'est pas vraiment rassurant pour ma santé mentale, d'ailleurs.

Je sais pas si t'as lu La vie devant soi, de Romain Gary, mais c'est de loin le meilleur bouquin de tous les temps, du coup je t'invite à aller sur Amazon, à la librairie, à la bibliothèque ou à ta fnac préférée et à le lire, parce que je l'ai adoré, et je pense que tout ce que je pense et tout ce que j'aime devrait être pris en compte par le monde entier. Bon, en vrai je critique un peu certains comportements en disant ça, mais j'aime vraiment ce livre. On dira que la lecture du bouquin est une condition supplémentaire si tu veux que je te fasse un cookie. Et si tu détestes les cookies, ou que tu as légitimement peur de mourir empoisonné, lis le quand même.

J'imagine que tu te rends pas compte, mais j'aime beaucoup faire ça, ça m'évite de me rendre compte que j'ai déjà procrastiné pendant presque une heure grâce à ça, c'est vachement réjouissant. Du coup, je te remercie de m'accompagner dans cet effort, ça me touche dans mon for intérieur (tu sais, là où il y a un enfant qui pleure. Je t'arrête, inutile de chercher des références ailleurs, et si tu en trouves elles sont fortuites. Pour de vrai, j'ai dit très peu de trucs faux jusqu'à maintenant. "Très peu", parce que j'aime pas dire "pas", ça serait super prétentieux de dire que je dis la vérité, mais je dis quand même souvent la vérité. Sauf quand ça m'arrange pas, ou quand ça t'arrange pas. Mais je mens pas pour le plaisir, en général. Enfin je crois. Peut être).

Bon, c'est l'heure du goûter. Du coup je te fais des bisouilles parce que je sais pas dire au revoir, et si tu aimes pas les bisouilles je te fais coucou de loin, parce que je suis comme ça moi, tolérante. Et encombrée par ce cerveau tellement plus efficace que celui des autres (oups, ça m'a échappé). De toute façon personne me comprend, je suis tellement originale et insaisissable. Et en plus, je suis sure que ma générosité et ma modestie me perdront, un jour... (oups, je me suis pas arrêtée)

Allez, la bise.

PS : Personne n'a jamais eu à subir une de mes morsures, mais sait on jamais... Et au passage, j'ai du mal à comprendre les gens qui ont des certitudes. Allez, re la bise, parce que dans le fond si t'es arrivé jusque là, je t'aime bien quand même.
PS2 : J'ai l'impression que c'est super long, mais je sens que je vais être déçue, du coup j'ai peur de cliquer sur "envoyer"... It's time to stop se poser des questions, et act, sorry si finalement c'est tout court, je vais être moins crédible.
PS3 : Oui, je sais, on peut éditer, mais je pense que je le ferai pas, et si je finis par le vouloir je supprimerai ce PS.
PS4 : Paix et amour, parce qu'on est plus en 2012 (oui, j'ai demandé à google). D'ailleurs, si je dois enlever le PS3, faudra que j'invente un nouveau PS4. Et du coup, je dirai que je recommence à m'étaler et que j'ai faim. La bise (oui, encore, fous moi la paix. Keur).
Le Chat
Le Chat

Messages : 81
Date d'inscription : 17/03/2017
Age : 21
Localisation : A côté de mon téléphone

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par Lyariana le Dim 4 Juin 2017 - 17:13

Pété de rire Chat !

J'ai droit aux cookies alors ? :3
Lyariana
Lyariana

Messages : 1096
Date d'inscription : 26/02/2016
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par Invité le Dim 4 Juin 2017 - 17:13

Voir autant de PS m'a donné envie de brancher la console.

Le reste aussi !

Bienvenue ;-)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par Gabriel le Dim 4 Juin 2017 - 17:20

Bon, et ces coukies alors ?
Gabriel
Gabriel

Messages : 2311
Date d'inscription : 10/12/2015
Age : 48
Localisation : 59

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par I am just Nath le Dim 4 Juin 2017 - 17:21

Encore Razz

PS : entre deux révisions... ça doit dire ça les vieux alors je le dis cat
I am just Nath
I am just Nath

Messages : 14161
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 49
Localisation : Dunkerque

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par Le Chat le Dim 4 Juin 2017 - 17:23

Lya> Je viendrai en irl vers chez toi avec un boite quand j'aurai l'occasion !

Aube> Tu as raison, tu bosseras demain Wink

Gabriel> ça se mérite !

So sure> Encore quoi, mamie ?

Arrêtez de trop me répondre, mes chevilles passeront plus les portes...
Le Chat
Le Chat

Messages : 81
Date d'inscription : 17/03/2017
Age : 21
Localisation : A côté de mon téléphone

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par I am just Nath le Dim 4 Juin 2017 - 17:25

Des explichations sur les explications, je me sens devenir moins bête, et y'a du boulot, au moins 30 ans d'études, et bien plus d'une révision au kilométrage... Very Happy

C'est vrai que tout le monde connaît pas mes trucs de "vieille" Smile
Spoiler:

Encore c'est par opposition à stop selon cette référence là.


Dernière édition par I am so sure le Dim 4 Juin 2017 - 17:30, édité 1 fois
I am just Nath
I am just Nath

Messages : 14161
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 49
Localisation : Dunkerque

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par Gabriel le Dim 4 Juin 2017 - 17:28

Caramel bonbons et chocolats ♫.
Gabriel
Gabriel

Messages : 2311
Date d'inscription : 10/12/2015
Age : 48
Localisation : 59

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par Le Chat le Dim 4 Juin 2017 - 17:29

J'ai dit que j'avais un assistant sous titres, c'est que j'en ai vraiment besoin !
Le Chat
Le Chat

Messages : 81
Date d'inscription : 17/03/2017
Age : 21
Localisation : A côté de mon téléphone

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par Le Chat le Dim 4 Juin 2017 - 17:29

(cinq messages postés, ça veut dire que je peux aller embêter les gens en mp maintenant ?)
Le Chat
Le Chat

Messages : 81
Date d'inscription : 17/03/2017
Age : 21
Localisation : A côté de mon téléphone

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par Le Chat le Dim 4 Juin 2017 - 17:35

So sure> Mais je peux pas du tout avoir cette référence là, moi !
Le Chat
Le Chat

Messages : 81
Date d'inscription : 17/03/2017
Age : 21
Localisation : A côté de mon téléphone

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par I am just Nath le Dim 4 Juin 2017 - 17:42

Spoiler:

Le Chat a écrit:So sure> Mais je peux pas du tout avoir cette référence là, moi !

J'ai bien vu, de fait pour cela que je l'ai rajouté, cela dit à te lire, tu as déjà répondu par rapport à lui à bon nombre de questions, voire même à des questions sur les nombres....
I am just Nath
I am just Nath

Messages : 14161
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 49
Localisation : Dunkerque

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par Furcifer le Dim 4 Juin 2017 - 17:58

Faudrait vraiment que je bosse moi dis-donc.

Mais:
Le Chat a écrit:je sens que les réponses vont être rares
Donc par esprit de contradiction je me dois de poster une réponse.

Y a un petit côté "come to the dark side, we have cookies" dans cette non-présentation. Du coup ça voudrait dire que Roman Gary est un seigneur Sith?

Il me reste plus qu'à trouver un moyen d'exprimer le fait que j'ai compris une référence, mais je trouve pas de moyen de le faire subtilement, du coup j'en profite pour relever le défi de la phrase longue, par exemple en multipliant les propositions circonstancielles et les propositions subordonnées (dont il faut savoir maîtriser la syntaxe et la grammaire avec minutie afin de pouvoir les employer à bon escient), et pendant ce temps je continue de chercher une bonne idée, d'ailleurs je constate à l'instant que dis-donc, j'ai des lyrics en stocks, et là je suis très fière de moi sauf que je comptais arrêter ma phrase ici et ensuite j'ai cliqué sur "prévisualiser" et j'ai vu que ça ne faisait pas 5 lignes, quelle ne fut pas ma déception... Enfin, c'est réparé!

3DS: Mince la blague a déjà été faite.

Furcifer

Messages : 20
Date d'inscription : 19/04/2017
Age : 22

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par Invité le Dim 4 Juin 2017 - 18:03

Aube a écrit:Voir autant de PS m'a donné envie de brancher la console.

Hum, de mon côté je me suis seulement dit qu'il y avait plus de PS dans ce post, qu'il y en aurait à l'assemblée bientôt.

Welchat, le come.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par Le Chat le Dim 4 Juin 2017 - 18:19

So sure> J'ai cessé d'ignorer à l'age de trois ou quatre ans et parfois ça me manque.
(c'est en première page, pratique pour faire mon tri à cookies)

Furcifer> Je me sens séquestrée, baillonnée, ligotée par ta réponse trop précise. Tu as déjà trouvé l'intégralité de ce que j'ai pu dissimuler dans ce post, et en plus j'ai du mal à trouver quoi répondre et pourtant je pense que j'suis pas un inadapté, j'sais faire plein d'trucs regarde ! J'peux même dessiner un chien dans un hammac ou un aspirateur...

Mercé, Cici ?
Le Chat
Le Chat

Messages : 81
Date d'inscription : 17/03/2017
Age : 21
Localisation : A côté de mon téléphone

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par Le Chat le Dim 4 Juin 2017 - 18:25

Le problème, d'essayer de faire un truc cool, c'est qu'on a des réponses super cools auxquelles c'est difficile de répondre... Mais j'y travaille, un jour je serai pas trop mauvaise
Le Chat
Le Chat

Messages : 81
Date d'inscription : 17/03/2017
Age : 21
Localisation : A côté de mon téléphone

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par Tanatlock le Dim 4 Juin 2017 - 19:01

Welcome !

C'est quoi l'oral stressant en question ? (le mec qui remue le couteau dans la plaie, et qui aime ça en plus Twisted Evil )

Circé a écrit:Hum, de mon côté je me suis seulement dit qu'il y avait plus de PS dans ce post, qu'il y en aurait à l'assemblée bientôt.

Bien vu, ça m'a beaucoup fait rire.

Tanatlock
Tanatlock

Messages : 67
Date d'inscription : 02/06/2017
Age : 30
Localisation : Bordeaux

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par Le Chat le Dim 4 Juin 2017 - 19:05

Un oral blanc de TIPE, c'est une épreuve des concours pour les écoles d'ingénieur... Sauf que je suis censée avoir tout de prêt pour l'oral blanc, et c'est loin d'être le cas.
Je savais que les gens du forum avaient une tendance au masochisme, par contre on a oublié de me prévenir pour le sadisme :p
Le Chat
Le Chat

Messages : 81
Date d'inscription : 17/03/2017
Age : 21
Localisation : A côté de mon téléphone

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par Tanatlock le Dim 4 Juin 2017 - 20:01

Moi, sadique. Tout de suite les grands mots. On pourrait parler de sadisme si je prenais particulièrement plaisir à te faire souffrir... Ha mais attends, c'est ce que j'ai dit ... Bon alors peut-être un peu, mais seulement le dimanche. Les autres jours je suis masochiste, mais l'auto dérision ça a du bon.
Tanatlock
Tanatlock

Messages : 67
Date d'inscription : 02/06/2017
Age : 30
Localisation : Bordeaux

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par Le Chat le Dim 4 Juin 2017 - 20:45

Je sais pas si je dois en déduire que tu as du mal à trouver du bon dans le sadisme, ou s'il faut que j'arrête de chercher du sens dans les non dits. En même temps, si j'arrête d'en chercher, j'ai toujours vachement de mal à trouver de quoi répondre.
Le Chat
Le Chat

Messages : 81
Date d'inscription : 17/03/2017
Age : 21
Localisation : A côté de mon téléphone

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par Furcifer le Dim 4 Juin 2017 - 21:12

Le Chat a écrit:Je me sens séquestrée, baillonnée, ligotée par ta réponse trop précise. Tu as déjà trouvé l'intégralité de ce que j'ai pu dissimuler dans ce post, et en plus j'ai du mal à trouver quoi répondre et pourtant je pense que j'suis pas un inadapté, j'sais faire plein d'trucs regarde ! J'peux même dessiner un chien dans un hammac ou un aspirateur...

Malheureusement je crains de n'avoir pas encore tout trouvé, je gratte gratte dans la terre pour trouver les pommes de terres... Mais depuis que j'refume du shit, j'ai du mal à deviner les prénoms des gens, même quand c'est facile.

Romain? Gary? (si tu portes effectivement un de ces deux prénoms malgré le fait que tu sois une fille, je te présente mes plus plates excuses d'avance car il est probable que je me moque de toi.)

Furcifer

Messages : 20
Date d'inscription : 19/04/2017
Age : 22

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par Le Chat le Dim 4 Juin 2017 - 21:25

J'imagine que tu penses qu'avec beaucoup d'travail comme un album d'Asterix tu pourras trouver, mais je pense que tu ne cherches pas au bon endroit, il se pourrait que l'information soit planquée ailleurs... Du coup, tu as compris que je n'ai pas besoin de tes excuses, je ne porte aucun de ces deux prénoms.

(au fait, tu connais la référence bien mieux que moi, ça m'apprendra à faire la maligne... heureusement que google m'aide, j'avoue)
Le Chat
Le Chat

Messages : 81
Date d'inscription : 17/03/2017
Age : 21
Localisation : A côté de mon téléphone

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par Furcifer le Dim 4 Juin 2017 - 21:38

Une invitation au stalking?

(Puisque c'est l'heure des aveux: je n'ai pas lu La vie devant soi, je suis donc privée de cookies.)

Furcifer

Messages : 20
Date d'inscription : 19/04/2017
Age : 22

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par Le Chat le Dim 4 Juin 2017 - 22:05

Une invitation à jeter un oeil à mon profil
Le Chat
Le Chat

Messages : 81
Date d'inscription : 17/03/2017
Age : 21
Localisation : A côté de mon téléphone

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par Pat Redwey le Lun 5 Juin 2017 - 14:40

Le Chat a écrit:Du coup, si t'as réussi à ne pas mourir d'ennui ou de désintérêt jusqu'à maintenant, je t'invite à essayer d'éviter une réponse trop compliquée
D'accord ! Very Happy
Pat Redwey
Pat Redwey

Messages : 85
Date d'inscription : 27/03/2017

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par Le Chat le Lun 5 Juin 2017 - 14:43

Pat Redwey a écrit:D'accord ! Very Happy

Du Patou tout craché !

EDIT : J'ai une présentation à deux paaaages !
EDIT 2 : Danse de la joie, maintenant faudrait que je commence à préparer mon ptit oral quand même...
Le Chat
Le Chat

Messages : 81
Date d'inscription : 17/03/2017
Age : 21
Localisation : A côté de mon téléphone

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par Diatribe le Lun 5 Juin 2017 - 15:11

Mais si, tu as de l'humour !

J'aime beaucoup la franchise de ton texte. Ton autoanalyse est directe, mais honnête, c'est un grand plaisir de lire quelqu'un qui ne se cache pas. Smile
Diatribe
Diatribe

Messages : 1053
Date d'inscription : 30/08/2012
Localisation : Entre mon espace-tempes.

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par Le Chat le Lun 5 Juin 2017 - 15:15

Merci ! Un pas de plus vers la gloire et la célébrité, j'en avais toujours été plus éloignée que maintenant...

Non, sérieux, chouette réponse qui donne le sourire Very Happy
Le Chat
Le Chat

Messages : 81
Date d'inscription : 17/03/2017
Age : 21
Localisation : A côté de mon téléphone

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par Diatribe le Lun 5 Juin 2017 - 17:04

C'était sincère. Par contre, pas sûre que la célébrité soit une solution. Il y a d'autres moyens de se faire rejeter socialement, tu sais. Very Happy
Diatribe
Diatribe

Messages : 1053
Date d'inscription : 30/08/2012
Localisation : Entre mon espace-tempes.

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par Le Chat le Lun 5 Juin 2017 - 17:12

J'en ai pas encore trouvé d'autres qui soient à la hauteur de ma grande magnificence, alors je vais par défaut me rabattre sur cette solution là...
Le Chat
Le Chat

Messages : 81
Date d'inscription : 17/03/2017
Age : 21
Localisation : A côté de mon téléphone

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par Withead le Jeu 8 Juin 2017 - 18:01

bjr
Withead
Withead

Messages : 15
Date d'inscription : 30/07/2016
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par Le Chat le Jeu 8 Juin 2017 - 19:02

Toujours des posts de qualité toi :p
Le Chat
Le Chat

Messages : 81
Date d'inscription : 17/03/2017
Age : 21
Localisation : A côté de mon téléphone

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par Le Chat le Mer 28 Juin 2017 - 18:21

"Je ne comprends pas comment il est possible que dans ce monde il y a des gens indifférents, comment il est possible qu’il y a des âmes qui ne se tracassent, des cœurs qui ne brûlent pas, des sentiments qui ne vibrent pas, des larmes qui ne se versent pas. Il faudrait que soient interdits les spectateurs et tous ceux qui font de la distance (l’indifférence) une vertu."

Y a Monsieur Emil Cioran qui a dit ça, et comme ça me parle beaucoup je partage
Le Chat
Le Chat

Messages : 81
Date d'inscription : 17/03/2017
Age : 21
Localisation : A côté de mon téléphone

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par Le Chat le Mer 28 Juin 2017 - 19:03

Oh putain, je voulais écrire mais je savais pas quoi, et du coup j'ai pris l'immense décision que faire une liste de mes droits (et des vôtres aussi, du coup), c'était une grave bonne idée. So, c'est parti.

J'ai le droit de pleurer. J'ai le droit de chanter, juste ou faux. J'ai le droit de courir partout. J'ai le droit de hurler. J'ai le droit de sauter partout comme les enfants. J'ai le droit de rire, tout le temps, dans la limite du socialement acceptable. J'ai le droit de manger. J'ai le droit de boire. J'ai le droit de fumer. J'ai le droit d'avoir peur. J'ai le droit de grandir. J'ai le droit de vieillir. J'ai le droit de refuser, et celui d'accepter. J'ai le droit de partir. J'ai le droit d'abandonner. J'ai le droit d'être désespérée. J'ai le droit d'attendre. J'ai le droit de m'attacher. J'ai le droit d'aimer. J'ai le droit de rêver. J'ai le droit de manger une glace. J'ai le droit d'écouter de la musique de merde (surtout si les voisins entendent aussi). J'ai le droit de errer sans but. J'ai le droit de rester jeune et immature. J'ai le droit d'être déraisonnable, et irresponsable. J'ai le droit d'échouer. J'ai le droit de croire en moi. Et en toi. Et en eux. J'ai le droit d'être mal habillée, et celui de porter mes plus beaux atours. J'ai le droit d'être en retard. J'ai le droit de dire fuck à ce mec (ou cette meuf) qui m'emmerde. J'ai le droit de dire "je t'aime". J'ai le droit de grossir, et celui de maigrir. J'ai le droit d'avoir des défauts, et des qualités. J'ai le droit de vouloir vivre. J'ai le droit de vouloir entraîner les autres dans cette vague de vie. J'ai le droit de faire des to do list et de les tenir, ou pas. J'ai le droit de faire des blagues de merde. J'ai le droit de pleurer au téléphone. J'ai le droit d'utiliser mon oreiller comme réceptacle à câlins. J'ai le droit d'avoir envie de baiser, et celui de le faire. J'ai le droit de ne pas avoir envie, et de dire non. J'ai le droit d'exister, et d'être écoutée. J'ai le droit de sortir, d'aller où je veux quand je veux. J'ai le droit de dormir avec mes doudous. J'ai le droit d'avoir une vraie âme d'enfant. J'ai le droit d'être parfois pleine d'énergie vitale, et d'autres fois complètement vide. J'ai le droit de me sentir seule. J'ai le droit d'espérer qu'il reviendra, et qu'elle aussi reviendra. J'ai le droit de penser que tout s'arrangera, que la vie est simple et qu'on a pas le droit de la rendre compliquée, parce qu'on se bousille et notre entourage avec, alors qu'on pourrait tous courir dans des champs de papillons et jouer de la guitare autour d'un feu de bois.

La vie c'est pas une série d'obligations et d'interdits, c'est pas un poids à trimballer, c'est pas un ring de guerre. La vie c'est un truc fun, avec lequel il faut faire mumuse. C'est pas un truc flippant qu'on manipule du bout des doigts. C'est pas quelque chose qu'on fait à moitié. C'est pas comme ça que ça marche. Ça marche le jour où t'arrêtes d'avoir peur et tu sors, tu bouges, tu vis, tu vois du monde, tu vis tes journées à 100% et à 100km/h, et tu ralentis pas. Tu te laisses gonfler d'énergie, et t'es là, tu prends soin de toi, de tes proches, mais surtout t'avances, et t'arrêtes d'avoir peur, tu boucles tes projets en deux fois moins de temps que prévu, et le reste du temps tu bouges, tu sors, tu visites le monde ou autour de chez toi, et tu passes pas mille ans à faire des plans sur la comète. Ça donnera rien si tu essaies pas, ça marchera pas si tu te contentes de réfléchir. C'est pas possible. Et peut être que tu renverseras le fromage blanc au ptit dej le matin parce que tu fais pas gaffe (oui, j'ai la photo qq part). Peut être que tu feras peur à des gens, qui sauront plus comment communiquer avec toi. Peut être qu'au début ça sera un peu difficile, parce que tu vas chambouler tes habitudes de personne qui a refusé de vivre. La vérité elle est là, la plupart des gens refusent de vivre. Et moi j'écris mes lignes dans le vide en me disant que peut être, avec beaucoup de chance, je vais pousser quelqu'un, qui se décidera à faire des trucs, peu importe quoi. Et ouais, des fois ça se casse la gueule, l'énergie elle prend des vacances. Mais putain ça vaut le coût, ça vaut largement le coût. Et MERDE MERDE MERDE on se sort les doigts du trou d'balle et on sort. Et ce, même si on risque de se prendre un bus en traversant, au moins ça en aura valu la peine.

SORS TOI LES DOIGTS DU FION, REGARDE TOI BIEN EN FACE ET VIS

Bisous, et si t'essaies ça mais t'as un soucis, viens en mp, y aura moyen qu'on discute Wink
Le Chat
Le Chat

Messages : 81
Date d'inscription : 17/03/2017
Age : 21
Localisation : A côté de mon téléphone

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par tieutieu le Jeu 29 Juin 2017 - 13:39

Le Chat a écrit:Et moi j'écris mes lignes dans le vide en me disant que peut être, avec beaucoup de chance, je vais pousser quelqu'un, qui se décidera à faire des trucs, peu importe quoi.
Je pense que ça s'adresse à toi. Moi, je fais déjà n'importe quoi.

Encore Le Chat a écrit:SORS TOI LES DOIGTS DU FION, ...
Mince, j'avais pas éteint ma webcam.


En mode sérieux, c'est une bonne idée. Very Happy
tieutieu
tieutieu

Messages : 951
Date d'inscription : 20/05/2016
Age : 42
Localisation : LA

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par Le Chat le Jeu 29 Juin 2017 - 17:36

tieutieu a écrit:Je pense que ça s'adresse à toi.

Je me demande jusqu'à quel point tu as raison, surement plus que ce que j'ai envie d'admettre... Je commence, j'essaie, je rate, mais je recommence, parce que sérieux, on se fait chier si on fait rien !

Tu feras gaffe pour ta webcam la prochaine fois, je te surveille...


Encore tieutieu a écrit: c'est une bonne idée. Very Happy

Merci ! C'est ce qui ressemble le plus à la vie que j'ai envie de vivre Wink
Le Chat
Le Chat

Messages : 81
Date d'inscription : 17/03/2017
Age : 21
Localisation : A côté de mon téléphone

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par Le Chat le Jeu 29 Juin 2017 - 18:26

Bonbonbon, la fièvre de l'écriturance me reprend, surement pour éviter de penser à la branlée que je vais prendre ce soir, ou alors juste pour m'occuper parce que j'ai beau avoir des oraux à préparer ça pue quand même bien les vacances, et comme je viens de déambuler 4h30 dehors et que mes ptites jambes demandent une pause... Bah j'écris, enfin je tapote, je sais toujours pas où ça mène et je crois que j'en ai toujours autant rien à foutre. J'aime bien faire des phrases en français ; c'est vraiment de pire en pire.

Wow, et de quatre lignes de blabla inutile, j'aime bien, je meuble, c'est facile, je laisse ma tête m'emmener, je lui rappelle de m'attendre parce que je suis quand même sacrément maladroite et mes doigts ont du mal à suivre... ça doit être mon trop gros cerveau tellement encombrant qui m'empêche de m'adapter et de vivre normalement. Quel connard.
Sérieux, t'en connais toi des gens qui disent des trucs pareils, pas vrai ? Rassure moi, je suis pas la seule à avoir envie de leur foutre des baffes ? Hein ? Dis ? J'suis une enfant, le genre qui a pas encore de soucis et qui peut encore croire que c'est qu'une question de volonté et gueuler sur les gens pour qu'ils comprennent que bordel bien sur qu'ils peuvent. J'aime bien les enfants. Ils gueulent et bougent parfois un peu trop mais c'est les seuls qui assumeront rêver de devenir astronaute et d'épouser une princesse (ou un prince, soyez pas jaloux). Et moi je te demande à toi qui est en train de lire ce charabia sans queue ni tête de rêver comme un gosse, parce que sérieux les rêves d'adultes ils ont aucun sens. Quel est le foutu gamin qui va rêver de banalité ? Trouve moi un seul gamin qui va avoir un rêve terre à terre, et présente le moi.

J'veux que tu rêves d'être un superhéros. Moi quand j'étais gosse j'voulais sauver la nature. Et ouais, rien que ça. J'avais peur de rien, j'croyais vraiment que je pouvais, que je devais, c'était ma mission. Bah moi je suis persuadée qu'avec cet état d'esprit une fois adulte tu peux faire des trucs de malade. Mais genre, vraiment des trucs de ouf. En plus tu le sais très bien, que t'es capable, on t'a juste appris que c'était pas bien de le penser, alors t'as arrêté. Ou alors t'as raté. Y a des gens qui ratent, c'est normal. Mais en même temps, ton projet là, il correspondait à un rêve ? Bon, alors arrête de te trouver des excuses et bouge.

J'ai pas la moindre idée de ce que je suis en train de faire. Moi aussi j'suis flipée. La vérité c'est ça, j'suis grande gueule, mais j'ai peur. Tout en façade, rien derrière. Ce post rime à rien, je pense que je vais pas le poster.


J'suis persuadée que y a toujours un truc cool à sortir de tous les trucs qui arrivent. Y compris de ce que je vais me prendre à table ce soir. J'vais surement pleurer. C'est obligé. Et puis j'irai mieux, parce qu'on va toujours mieux, et demain j'repartirai pour de nouvelles aventures comme si rien n'avait changé, parce qu'en vrai rien n'aura changé, et c'est pas une bonne engueulade, deux gifles et toutes les privations possibles et imaginables qui feront de moi quelqu'un de différent ou qui modifieront ma manière de voir la vie.

Allez, un ptit merde pour la route, parce que j'suis encore un peu paumée mais je sens que je tiens le bon bout.
Le Chat
Le Chat

Messages : 81
Date d'inscription : 17/03/2017
Age : 21
Localisation : A côté de mon téléphone

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par Darth Lord Tiger Kalthu le Mar 4 Juil 2017 - 15:52

Excuse valable 12688255_10153855669736405_2140525531512875760_n

_________________
IMPERATOR•KALTHU•CAESAR•DIVVS
Pour plus d'infos cliquez là -> Appel tigres XXX Règles de courtoisie XXX pour les nouveaux XXX C'est quoi les Tigres ? <-
Darth Lord Tiger Kalthu
Darth Lord Tiger Kalthu

Messages : 20676
Date d'inscription : 02/12/2012
Age : 40
Localisation : Koriban

http://www.zebrascrossing.net/t14849-qu-est-ce-que-le-tigre#6200

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par Darth Lord Tiger Kalthu le Mar 4 Juil 2017 - 15:53

Excuse valable 12688255_10153855669736405_2140525531512875760_n

_________________
IMPERATOR•KALTHU•CAESAR•DIVVS
Pour plus d'infos cliquez là -> Appel tigres XXX Règles de courtoisie XXX pour les nouveaux XXX C'est quoi les Tigres ? <-
Darth Lord Tiger Kalthu
Darth Lord Tiger Kalthu

Messages : 20676
Date d'inscription : 02/12/2012
Age : 40
Localisation : Koriban

http://www.zebrascrossing.net/t14849-qu-est-ce-que-le-tigre#6200

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par Darth Lord Tiger Kalthu le Mar 4 Juil 2017 - 15:54

Excuse valable 12688255_10153855669736405_2140525531512875760_n

_________________
IMPERATOR•KALTHU•CAESAR•DIVVS
Pour plus d'infos cliquez là -> Appel tigres XXX Règles de courtoisie XXX pour les nouveaux XXX C'est quoi les Tigres ? <-
Darth Lord Tiger Kalthu
Darth Lord Tiger Kalthu

Messages : 20676
Date d'inscription : 02/12/2012
Age : 40
Localisation : Koriban

http://www.zebrascrossing.net/t14849-qu-est-ce-que-le-tigre#6200

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par Darth Lord Tiger Kalthu le Mar 4 Juil 2017 - 15:55

Excuse valable 12688255_10153855669736405_2140525531512875760_n

_________________
IMPERATOR•KALTHU•CAESAR•DIVVS
Pour plus d'infos cliquez là -> Appel tigres XXX Règles de courtoisie XXX pour les nouveaux XXX C'est quoi les Tigres ? <-
Darth Lord Tiger Kalthu
Darth Lord Tiger Kalthu

Messages : 20676
Date d'inscription : 02/12/2012
Age : 40
Localisation : Koriban

http://www.zebrascrossing.net/t14849-qu-est-ce-que-le-tigre#6200

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par Le Chat le Mer 5 Juil 2017 - 0:24

Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde. Merde.


Rassurez-moi, c'est pas hors charte ?

edit n°2 : nice, ça finit pile poil au bout de la ligne
Le Chat
Le Chat

Messages : 81
Date d'inscription : 17/03/2017
Age : 21
Localisation : A côté de mon téléphone

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par Kadjagoogoo le Jeu 31 Aoû 2017 - 16:39

Le Chat a écrit:"Je ne comprends pas comment il est possible que dans ce monde il y a des gens indifférents, comment il est possible qu’il y a des âmes qui ne se tracassent, des cœurs qui ne brûlent pas, des sentiments qui ne vibrent pas, des larmes qui ne se versent pas. Il faudrait que soient interdits les spectateurs et tous ceux qui font de la distance (l’indifférence) une vertu."

Y a Monsieur Emil Cioran qui a dit ça, et comme ça me parle beaucoup je partage
Sans vouloir polémiquer bêtement – ta jeunesse est une impérieuse injonction à adhérer à l’indignation primordiale du Cioran scandalisé que tu cites là –, je voudrais compléter ce précieux partage en postulant qu’il s’agit vraisemblablement là d’un extrait d’une œuvre de jeunesse du moraliste roumain (j’ai cherché en vain la source ; probablement Sur les cimes du désespoir ?) tant cette révolte visant à pourfendre l’indifférence paraît à l’antipode de la sensibilité qui gagnera Cioran dès 1956, lorsqu'il examinera, dans La Tentation d’exister, les inaccessibles prodiges du détachement : « Si nous voulons recouvrer notre liberté, il nous revient de déposer le fardeau de la sensation, de ne plus réagir au monde par les sens, de rompre nos liens. Or, toute sensation est lien, le plaisir comme la douleur, la joie comme la tristesse. Seul s’affranchit l’esprit qui, pur de toute accointances avec les êtres ou objets s’exerce à sa vacuité. »
Dix-sept ans plus tard, en déplorant magistralement l'inconvénient d'être né, il confessera, aux confins de ses impétueux emportements juvéniles : « Se lever, faire sa toilette et puis attendre quelque variété imprévue de cafard ou d'effroi. Je donnerais l'univers entier et tout Shakespeare pour un brin d'ataraxie. » Pour parachever logiquement son exploration de l’insaisissable, encore quinze ans plus tard, dans l‘épitaphique Aveux et anathèmes : « Il m’est impossible de savoir si je me prends au sérieux. Le drame du détachement, c'est qu’on ne peut en mesurer le progrès. On avance dans un désert, et on ne sait jamais où on est. »

Et loin de moi l’idée saugrenue de pointer là un paradoxe apparent chez Cioran. Comme m’est étrangère l’intention de te décourager de ne pas te révolter contre cette apathie et cette impavidité ambiante que tu dénonces là, à l’appui de cette exaspération analogue découverte chez le jeune Cioran. Au contraire : si je me permets de venir rappeler ici que même un ancien chantre de la révolte face à l’hégémonie apathique a pu se réfugier dans l’ataraxie, c’est évidemment pour te dire de profiter de cette temps de ta vie ou l’indignation face à la torpeur ambiante est et doit être une modalité de l’existence. Car ce moment de rétivité à l’impassibilité passe trop vite, hélas, pour plonger même les plus pugnaces dans cette languide volupté du détachement que d’aucuns considèrent comme une petite mort, alors qu’elle peut être conçue comme un repli salutaire, une démission salvatrice, voire un majestueux renoncement. Où le péril guette encore, comme semblait le suggérer Cioran, en évoquant dans cet état « une dangereuse plénitude »… Qui est trop lucide vivra toujours dans le risque ; voilà bien sa chance.

Je ne commente pas outre mesure ta présentation, dont j’aime beaucoup l’esprit et le style. Et comme le disait si bien celui dont Cioran était le disciple officieux : « Le style n’est, après tout, que la silhouette de la pensée. Écrire obscurément, ou mal, c’est penser d’une manière lourde et confuse. De là, la première règle d’un bon style, qui suffît presque à elle seule : c’est qu’on ait quelque chose à dire. Avec cela on va loin. » Schopenhauer, oui, qui s’y connaissait, lui aussi, en mépris : « Le mépris vient de la tête, la haine vient du cœur et l'un exclut l'autre. » Et Cioran n’était évidemment pas en reste en la matière : « Le mépris est la première victoire sur le monde ; le détachement, la dernière, la suprême. »
Courbette
Kadjagoogoo
Kadjagoogoo

Messages : 899
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Lyon (Dabrowski Point)

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par ortolan le Mar 17 Oct 2017 - 0:49

.


Dernière édition par ortolan le Ven 8 Déc 2017 - 1:37, édité 1 fois
ortolan
ortolan

Messages : 13579
Date d'inscription : 31/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Excuse valable Empty Re: Excuse valable

Message par Le Chat le Mar 17 Oct 2017 - 11:53

Ooooh merci !! Ça fait trop plaisir Very Happy
Le Chat
Le Chat

Messages : 81
Date d'inscription : 17/03/2017
Age : 21
Localisation : A côté de mon téléphone

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum