Papa Zèbre séparation, deux enfants...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Papa Zèbre séparation, deux enfants...

Message par Valentin21 le Ven 26 Mai 2017 - 10:01

Salut à tous,

Je viens de tomber sur le sujet de la rupture en mode zèbre.... c'est aussi à cause de ma séparation que j'ai du me rendre à l'évidence que j'avais une particularité...que je connaissais bien mais qui n'avait pas de nom. Pas encore.

Je dois surmonter une séparation particulièrement difficile (comme toutes le sont je pense) : j'ai 33 ans, 18 de relation amoureuse (avec une zèbre, non testée mais j'en suis sur), dont 6 ans de mariage et deux enfants. Une fille de 5 ans et un garcon de 3. Visiblement des bébés zèbres aussi...ma grande parle 4 langues et s'intéresse à tout, tout et tout et a une mémoire hallucinante, elle se lève la nuit pour me poser des questions sur la création des étoiles et des planètes... mon petit à une gestion des émotions toute particulière mais à 2 ans d'avance cognitive par rapport à la moyenne et connait mieux les dinosaures et les poissons que son papa, bref, on y est.

D'ailleurs quand j'ai dit au pédiatre que j'étais HP, il m'a paru bien soulagé....de ne pas avoir à nous annoncer (selon ses constatations) à leur maman et à moi que nous étions des zèbres avec deux bébés zèbres.

Je suis parti de la maison depuis une année et je dois dire que je n'arrive absolument pas à surmonter la perte de l'amour de ma vie et la perte de mes deux enfants. (dans le sens de ne plus les voir que 2 jours par semaine)

Je me retrouve seul, avec l'impression de vivre une explosion nucléaire émotionnelle et cérébrale depuis une année et demi. En tant que Zèbre qui se respecte, je pense, je pense et je tourne tout ça dans ma tête de manière perpetuelle. Je suis face à ce que je prend comme un Echec vis à vis de la Vie, nous avons mis un coup de poignard dans le contrat passé avec Elle.

C'est comme ca que je le vis. De manière mille fois plus intense que la moyenne il me semble. Dès que j'en parle à des gens non "rayés" ils ne me comprennent pas, pensent que je cérébralise tout et ils me disent de passer à autre chose...merci...j'y avais pas pensé...

Devoir voir mes enfants dans mon ancienne maison, lieu de la nouvelle relation amoureuse de mon ex compagne, (que je vis très mal car je l'aime encore plus que tout) est une torture pour mon cerveau et un feu d'artifice émotionnel qui ne passe pas. J'ai pleuré et je continue à pleurer des litres. Je n'arrive pas à m'y faire, je l'aime encore et ca fait 20 ans que ca dure... je ne trouve pas de médicament qui me fasse arrêter de penser à ma vie perdue.

Alors bien-sûr j'ai rencontré une fille, eu une relation avec elle, elle tombant amoureuse de moi. Pour mon cerveau de zèbre, sortir avec quelqu'un pour qui je n'ai pas de sentiments était impossible. Résussir à lui cacher mes souffrances tout en construisant une nouvelle relation en cachant (encore) le fait de réfléchir différemment était trop lourd pour moi. Je l'ai quittée, elle a pas compris.


Bref, toute cette tartine pour vous demander si sur le forum y a aussi des jeunes papas HP séparés et j'aimerai savoir si ils en sont sortis et si oui comment? (bien que je pense qu'on s'en sort jamais) en rencontrant une zébrinette qui fait passer la pilule? ou en bouffant des pilules justement?

L'expérience des mamans et des tous est la bienvenue, même des enfants HP ayant du vivre la séparation de leur parents.

En fait je me sens seul dans ce cauchemar...
avatar
Valentin21
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 11
Date d'inscription : 25/05/2017
Age : 34
Localisation : Lausanne, Suisse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Papa Zèbre séparation, deux enfants...

Message par Miss aux yeux arc-en-ciel le Ven 26 Mai 2017 - 10:42

Bonjour Valentin,

Je suis désolée pour ce qu'il t'arrive.
Je n'ai pas bcp de temps pour écrire donc je te donne des pistes en vrac:
-se renseigner sur la dépendance affective?
-chercher des réponses pour s'apaiser par le corps plutôt que par le mental (sophrologie méditation, yoga; respiration, le sport...)
-se faire accompagner par un psy pour réussir à faire le deuil de cette histoire car tu n'acceptes pas visiblement le choix de ton ex compagne (dépression?)

Je ne sais pas si ça t'avances bcp, mais voilà...Le passé ne s'oublie pas. Parfois on a la nostalgie de ce passé. Mais en réalité seul compte le présent. Tu as de la peine bien entendu et tu as le droit de la vivre mais tu as aussi le droit d'être heureux à nouveau. Ce ne sera jamais pareil qu'avant (mais ce sera peut-être mieux). Ca prendra le temps que ça prendra (mais tu auras le temps de te retrouver face à toi-même et découvrir des parties de toi-même insoupçonnées). Et puis le bonheur ce n'est pas seulement une relation amoureuse, il faut saisir tous ces petits moments précieux qu'on reçoit par ailleurs (les enfants, les amis et aussi ce que la solitude peut apporter de positif...). Mais tu as le droit de t'y autoriser. Tout comme tu as le droit de ne pas te sentir en harmonie avec une nouvelle demoiselle, c'était peut-être trop tôt pour toi, tu n'as pas à te culpabiliser pour cela, tu as fait ce qui te semblait juste. Je suis certaine que tu as des centres d'intérêts par milliers, centre-toi sur eux, sur toi, fais-toi le maximum de bien, comme tu peux, à ton rythme, même si c'est dur de trouver la motivation ou de sens à tout cela... Le sens c'est cet élan de vie qu'il y a au fond de toi, qui veut encore donner et recevoir, qu'il faut préserver comme un trésor. On peut prendre une rupture comme un échec, mais c'est aussi la fin d'une aventure humaine, et le début d'une autre aventure...

Je t'envoie un soleil pour te réchauffer et une chanson sunny



Dernière édition par Miss aux yeux arc-en-ciel le Sam 27 Mai 2017 - 10:31, édité 1 fois
avatar
Miss aux yeux arc-en-ciel
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 210
Date d'inscription : 21/04/2016
Localisation : Fôrêt enchantée

Revenir en haut Aller en bas

Re: Papa Zèbre séparation, deux enfants...

Message par Valentin21 le Ven 26 Mai 2017 - 20:42

Merci Miss pour ces beaux et justes conseils. Il est vrai que j'ai tendance à me bloquer dans le passé (j 'ai quand même passé 18 ans avec elle sur 33...) ce qui fait un joli pourcentage de vie malgré tout. Le fait d'avoir des enfants ensemble ne facilite pas non plus le "coupage de pont" qui pourrait être bien utile.

Tu as raison de me parler de dépendance affective, je pense que je suis en plein dedans... et je vais creuser, merci pour la piste, pour les psys, je cherche toujours le bon après en avoir fatigué plusieurs...
avatar
Valentin21
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 11
Date d'inscription : 25/05/2017
Age : 34
Localisation : Lausanne, Suisse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Papa Zèbre séparation, deux enfants...

Message par Switch71 le Ven 26 Mai 2017 - 22:08

Salut
Suis passe par la aussi
Courage

Switch71
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2633
Date d'inscription : 29/07/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Papa Zèbre séparation, deux enfants...

Message par sebraz le Ven 26 Mai 2017 - 22:14

Papa zèbre , séparé et un enfant aussi de 3 ans.

Je ressens la même chose que toi.

Bon courage.
avatar
sebraz
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 52
Date d'inscription : 18/05/2017
Age : 33
Localisation : Sanary

Revenir en haut Aller en bas

Re: Papa Zèbre séparation, deux enfants...

Message par Switch71 le Sam 27 Mai 2017 - 20:32

on va faire un club

Switch71
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2633
Date d'inscription : 29/07/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Papa Zèbre séparation, deux enfants...

Message par Valentin21 le Sam 27 Mai 2017 - 23:17

Yes les mecs, je pense qu'un club c'est la bonne option...visiblement je suis pas le seul à galérer

ça fait pas plaisir mais ca rassure ...
avatar
Valentin21
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 11
Date d'inscription : 25/05/2017
Age : 34
Localisation : Lausanne, Suisse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Papa Zèbre séparation, deux enfants...

Message par Math le Dim 28 Mai 2017 - 9:28

Je suis une femme, je ne vais pas trop t'aider mais peut être que tu peux demander à voir tes enfants un peu plus souvent que 2 jours par semaine si c'est possible pour ton organisation.
Et aussi fais en sorte de ne pas rajouter de la souffrance à la souffrance: si c'est trop difficile d'aller dans ton ancienne maison tu peux peut être l'expliquer à ton ex et trouver une solution pour que tu n'y ailles plus.
Courage
avatar
Math
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 426
Date d'inscription : 21/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Papa Zèbre séparation, deux enfants...

Message par Youkounkoun le Mar 30 Mai 2017 - 0:06

Salut. Je suis en pleine séparation pour la deuxième fois avec la mère de mes enfants. Je vais avoir 39 ans j'ai deux enfants de 10 et 7 ans, nous venons d'acheter une maison il y a un an. Nous nous sommes remis ensemble après 3 ans de séparation où j'ai connu l'enfer de la dépression, des insomnies, des passages aux urgences psy. C'était insupportable pour moi d'être séparé. j'arrive à mettre un nom sur ma différence, j'ai passé la journée à lui écrire. On a fait hier un constat d'échec terrible. Hier, elle m'a dit qu'elle allait partir. Tous les sentiments se mêlent. Ce mal qui me ronge m'empêche depuis toujours d'accepter d'être aimé. Comment lui expliquer. Je ne cherche pas sa pitié. j'aimerai juste qu'elle comprenne ma souffrance et qu'en ne lui renvoyant pas l'amour qu'elle avait pour moi, c'est à moi que je faisais du mal. J'ai tellement de belles choses en moi, de beaux sentiments. Je lui ai souvent montré le pire. Je viens tout juste de me découvrir et tout s'écroule de nouveau. C'est une sensation d'abandon phénoménale.
Comme j'aimerais que ce soit facile, ne pas cogiter tout le temps, ne pas ressasser le passé, les bons moments, me projeter.
Je ne la rend pas heureuse, je lui renvoie une mauvaise image d'elle.
Elle ne me comprends pas. J'envie les autres de leur insouciance, de leur capacité à être heureux en se contentant de ce qui me semble peu. Ma sensibilité, c'est ma croix, mon fardeau, je dois vivre avec et l'apprivoiser. Elle décuple mes joies et mes peines, me fait croire que ma vie est un conte de fé que je n'arrive pas à apprécier.
C'est terrible de ne pas être compris par l'autre, qu'elle ne sache pas lire entre les lignes. Je suis un gentil qui n'arrive pas à dire "je t'aime". Il n'y a qu'à mes enfants que j'y arrive.
On a deux enfants extraordinaires. Bourrés de talents. Ma fille dessine incroyablement depuis qu'elle sait tenir un crayon, elle dévore les livres, fait des films d'animations du début à la fin à 8 ans, d'une créativité phénoménale, hypersensible. Mon petit gars, j'ai tellement peur qu'il soit comme moi. Comment savoir, comment l'aider si c’était le cas.
Comment réparer ce qui est abimé.
Hier, elle m'a dit qu'on devait en parler aux enfants. Qu'on devait leur dire qu'on avait essayé mais que ça marchait pas.
Ce soir, elle dort dans la chambre d'amis. Pour elle la sensibilité est une faiblesse. j'essaye de lui dire que je me bagarre, que j'ai du courage, que c'est la seule que j'ai laissé rentrer dans ma bulle. Sans elle, je ne sais pas où je serais, je n'aurais pas cette vie si riche.
Je me sens encore une fois prisonnier de mes émotions.
Surmonter une nouvelle séparation, refaire un deuil, se retrouver seul, annoncer aux enfants. ça me terrifie.
Perdre l'amour, ne plus se sentir désiré, sentir l'indifférence, ne plus être une famille, ne plus avoir le droit de lui montrer mon affection, ne pas pouvoir réparer, c'est terrible !


Youkounkoun
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 26
Date d'inscription : 11/04/2017
Age : 39
Localisation : finistère

Revenir en haut Aller en bas

Re: Papa Zèbre séparation, deux enfants...

Message par Valentin21 le Mar 30 Mai 2017 - 8:56

Salut,

Comme je te comprends, moi aussi c'est ma crainte la plus forte que de nous remettre ensemble et que tout parte en couille aussitôt... mais je pense que tu es dans un schéma de dépandance.

Je sais ce que c'est que de devenir "fou de douleur", et d'hésiter entre la corde et les urgences psy. Je sais. Quelle horreur...

Je pense que tu es amoureux de l'image de ton idéal, plus forcémeent de la personne qui le compose. Ta vie est comme ca, tu vas cogiter, tu vas penser, tu vas rêver à cet idéal que tu n'as pas su attraper et faire grandir. La culpabilité de ne pas réussir veille, tel un vautour regardant un zèbre entrain de mourrir.

Comme moi j'imagine, tu vis ca avec un intensité que le commun des mortel ne peut pas comprendre.

La seule chose que tu as à faire, c'est juste de te rencentrer sur le vrai rôle de ta vie : être père.

Tes enfants ont besoin de toi, ils savent que tu as aimé leur maman et qu'elle aussi mais que ce n'est plus possible. Ils savent donc que leur place sur cette terre à une explication et une raison. Capitalise là-dessus.

Dis toi (ce que je n'arrive pas à faire), que c'est mort, fini, pour toujours. Je pense que note intensité de vie fatigue et étouffe les autres et il faut l'accepter.
Utilise ta curiosité, tes passions, ton temps, pour faire des choses que tu aimes, qui te font du bien. Mêles-y tes enfants et je suis sur que tu vas t'en sortir. C'est con mais aller faire une cabane dans la fôretavec tes petits peut être mille fois plus efficace que n'importe quelle molécule antidépressive...ou autre, nous autres sommes prompt à la dépandance...j'en sais quelque chose.

Se fatiguer à se battre pour un idéal qui en fait n'en est pas un, va te bouffer et niquer les plus belles années que tu vas pouvoir avoir avec tes petits.

Prends un appart, fabrique toi un nid de sécurité et d'amour, un écrin pour faire briller l'amour d'un père pour son sang pour la chair de la chair : ce qu'il y a de plus sacré, nos gosses.

Courage mon pote
avatar
Valentin21
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 11
Date d'inscription : 25/05/2017
Age : 34
Localisation : Lausanne, Suisse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Papa Zèbre séparation, deux enfants...

Message par Youkounkoun le Mar 30 Mai 2017 - 11:13

Ton message me touche. Effectivement, l'image que j'ai d'elle est peut être fausse, l'image de ma famille idéalisée. C'est surement ça la dépendance affective. Je cherche un regard, une intonation dans la voix qui ne vient pas.
Une amie (borderline)m'a dit un jour "j'aurais rêvé d'avoir un papa comme toi" A eux j'arrive à dire "je t'aime". Mon petit gars avait 1an et demi quand on s'est séparé. J'étais en camping avec mes deux enfants (caravane, vélo, canne à pêche, cerfs volants, clébard) et je le regardais s’endormir après une journée plus que remplie. J'en ai voulu à sa mère de ne pas être là à le regarder avec moi, je ne peux pas comprendre qu'on puisse couper une vie en deux comme ça sans avoir tout tenté. Je veux leur donner ce qu'il y a de mieux. Ils n'ont rien demandé à personne.
Je suis éducateur spécialisé. Je vois défiler des couples qui se déchirent, des enfants pris dans des conflits où ils ne sont qu'un enjeu pour faire du mal à l'autre. Je vois des gens détruits, usés de s'être bagarré, qui voient leur môme 2 heures par moi entre 4 murs. J'absorbe toute cette détresse et je leur donne mon écoute, ma patience, mon empathie. Depuis toujours, j'ai eu ce besoin de protéger les enfants, de les faire rêver, rire. Les enfants sont innocents. J'ai été moniteur de voile, animateur en classe de mer, je suis éduc aujourd'hui.Tous les jours j'essaye de leur montrer que des belles choses existent parceque mon monde à moi il est rempli de belles choses. Je me rend compte que je vois le monde avec les yeux d'un enfants. Pour ses dix ans, j'ai fais un arc à ma fille, un carquois. J'y ai passé des heures. A mon petit gars j'ai fait un "hand spinner" en 30 mn parcequ'il y en avait pas en magazin. Les anim du centre aéré étain et sur les fesses...
Je les porte sur mon dos, on fais du vélo à trois, je pars bivouaquer, faire du bateau, on éleve des oiseaux tombés du nid, on plante des arbres, on chante, on fait de la musique, on bricole, on a pas la télé, on invente notre vie. Ma fille ne rêve que d'une chose, prendre l'avion, tailler la route. Je me rappelle son instit en petite action qui nous dit que c'est une petite fille "qui va faire de grande chose". Ils sortent du lot.
Pour moi se séparer de nouveau, c'est briser un peu l'innocence, leur dire"papa et maman ont essayé mais il on pas réussi". j'ai le sentiment que la mère de mes enfants préfère vivre seule, que c'est plus "confortable". ça parait tellement facile pour elle. Pourtant je sais qu'elle souffre.
Je l'ai fait souffrir, je ne lui ai pas donné la main.
On a acheté une maison il y a un an, tout une aventure. Ma vie n'est pas un long fleuve tranquille. C'est une ancienne ferme en bord de mer entourée de champs avec plein d'espace. Le truc que je n'aurais jamais imaginé avoir, inespéré.
C'est moi qui l'ai supplié pour qu'on revienne ensemble, pour qu'on construise ensemble et on a trouvé la perle. Ce lieu où je suis si bien, c'est le foyer qui m'a tant manqué. Partir d'ici me parait inconcevable, la vendre pareil, y vivre en colloc, en famille sans amour pas bon pour les enfants. Elle m'a dit qu'elle était prête à partir d'ici.
si je suis zèbre comme ça l'air de se préciser, je me suis mis en tête de lui expliquer. Ce besoin constant que j'ai d'être tout le temps en mouvement, bien sûr que ça peut faire fuir. Je sais qu'il y a beaucoup de fois où elle m'a vu comme un égoïste de partir courir, de bricoler de ne pas donner plus pour la vie quotidienne, pour des tâches qui me paraissaient tellement fastidieuses. Je me rend compte aujourd'hui que toutes ces passions que j'ai développé sont les moyens que j'ai trouvé pour calmer mes angoisses, pour briller, pour m'écouter, pour me sentir "vivant" pour "sur-vivre".
Je ne sais pas si elle peut me comprendre mais j'ai besoin de lui dire. Si je ne le fait pas je ne serais pas allé au bout des choses. Pour tourner la page, il faut que je me dise que j'ai tout fait, tout dit. J'ai peur qu'elle se moque de moi, j'ai peur de ne pas bien m'exprimer, de ne pas réussir à retranscrire.
Elle a perdu son meilleur ami il y environ deux ans. Il s'est pendu. Artiste, lunaire, Je suis persuadé qu'il était comme moi, comme nous, différent, bourré de qualités mais atteint d'un mal sournois. Je crois que j'aurais pu l'aider. Je revois son regard perdu sur certaines photos et je me vois en lui.
Désolé de passer des enfants au suicide mais certaines choses m'apparaissent tellement plus claires aujourd'hui.
Je remercie ce site de pouvoir nous donner l'occasion de nous exprimer.

Youkounkoun
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 26
Date d'inscription : 11/04/2017
Age : 39
Localisation : finistère

Revenir en haut Aller en bas

Re: Papa Zèbre séparation, deux enfants...

Message par REGBEL le Mar 30 Mai 2017 - 11:55

Pour être passé par là, quelques trucs en vrac, qui vous donneront (peut être) des idées :
La meilleure chose qu'on puisse faire pour nos enfants c'est de rester debout et de redevenir heureux.
Je me visualise sur un chemin, je marche, j'entends le bruit de mes pas dans le gravier, régulier, tranquille, j'avance coûte que coûte
Je me visualise en train de me serrer moi même dans mes bras, tendrement
Les jours de séparation avec les enfants je m'abrutis avec des jeux vidéos
Un animal de compagnie ça aide
On peut en parler avec les gens, la plupart ont vécu ça, je n'ai jamais entendu de remarques du type "pense à autre chose", plutôt du genre "une séparation c'est dur". Ça va pas chercher bien loin, mais ça peut aider des fois.
Faut serrer les fesses, se fixer des objectifs atteignables (même si c'est tout petit, moi à un moment ça a été faire 100m dans la rue pour aller acheter 1 kg de tomates), pas forcer mais pas se laisser aller non plus.
Moi j'écoutais les émissions radio où les auditeurs racontaient leurs malheurs en direct le soir. Ça me faisait du bien d'entendre les trucs horribles de la vie des gens.
Essayer de faire un truc concret qu'on aime (moi j'ai fait un potager, retapé de vieux amplis).
Mettre de la distance entre toi et ton ex,. Revenir dans la même maison ça me paraît pas bon, moi j'ai limité les contacts au strict minimum (c'est à dire ce qui concerne les enfants et leur intérêt). Oui ça fait mal au bide et au crâne.
Oui, trouver quelqu'un qui nous comprend c'est difficile mais c'est pas impossible.
Y'en a encore sûrement plein d'autres...
avatar
REGBEL
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 99
Date d'inscription : 07/03/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Papa Zèbre séparation, deux enfants...

Message par Valentin21 le Mar 30 Mai 2017 - 11:59

Comme je te comprends....moi aussi il avait une année et demi quand je suis parti de la maison...moi aussi je les regarde s'endormir en me disant que je ne donne pas à mes enfants les choses que la Vie (avec un grand V) avait prévu.


Je ne me sens pas digne d'avoir cette chance d'être père. Alors tu m'étonnes que tu passes des enfants au suicide... comme en politique (et ailleurs) les extrêmes se rejoignent...

C'est ma plus grande chance et mon pire désarroi, bizarre ce cerveau qui part en live, noir et blanc, bien et mal...bizarre d'avoir l'impression d'être le seul au monde à y mettre une telle importance. Ben j'suis pas le seul Smile

C'est marrant comme on se retrouve tous, moi je suis dans le domaine des réfugiés, des migrants comme on dit maintenant, je suis formateur et je leur donne un nouvel espoir et une nouvelle vie après avoir traversé le monde et la mer en perdant tout. Mais tout. Pas comme nous.

Certains d'entre eux ont leurs enfants au fond de la méditérrannée. Bordel. Je passe toute ma vie à m'occuper des gens et je ne pourrais rien faire d'autre, rien, ma vie serait encore plus vide de sens.

Déjà que la raison de notre existence me taraude depuis ma naissance, je fais ce que je peux pour donner un sens à cette mascarade absurde qu'est notre vie. La seule raison valable de vivre est de la faire pour les enfants, ce que je ne fais plus que 1 jour par semaine....

Voilà à quoi je pense, voilà pourquoi une séparation est proprement INVIVABLE quand on fonctionne comme on fonctionne.

De mon côté mon ex refait sa vie dans la maison que j'ai quitté, avec les enfants et le nouveau mec (qui se trouve être un abruti, gentil mais abruti) enfin c'est mon point de vue pas forcément très objectif. Ce qui s'avère être une torture. Si j'y pense je deviens fous de douleur, mais ca commence à passer.

Je dois te dire que sortir, voir des gens, voir des filles, ce qui nous demande un effort surhumain j'en conviens, fais beaucoup de bien. Comme de parler ici d'ailleurs...
avatar
Valentin21
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 11
Date d'inscription : 25/05/2017
Age : 34
Localisation : Lausanne, Suisse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Papa Zèbre séparation, deux enfants...

Message par Youkounkoun le Mar 30 Mai 2017 - 13:51

Eh ben, je suis content de te connaitre. Moi j'ai la chance qu'elle reconnaisse mon rôle de papa. Ce n'était pas gagné. Il a fallu que je parte, je suis retourné habiter chez mes parents à 300 bornes de mes mômes. J'ai vu mon petit gars, haut comme trois pommes monter sur sa draisienne pour suivre papa au boulot. Je l'ai vu me dire 'c'est pas chez toi papa ici", il me bloquait la route comme pour me dire, si tu rentre, c'est pour rester ou ne reviens pas si c'est pour repartir. On a habité à 200 m l'un de l'autre avec les enfants en garde alternée. Je te jure que je les entendait de chez moi, de mon mobil home de 18 m2, alors que ce n'était pas "ma semaine" . Mon ex trouvait ça pratique, elle m'invitait souvent, je n'arrivait pas à dire non et quand il fallait repartir, j'étais figé, cloué sur place et ça recassait. J'avais mon bonheur sous les yeux et il me disait "c'est toi qui les récupère vendredi à l'école en fermant la porte,". Je gardais les mômes, je lui réparait sa voiture pour qu'elle aille suivre en tournée un chanteur à gonzesse. Elle savait que je me serait coupé un bras pour reformer ma famille. Je lui ai demandé ce qu'il fallait que je fasse, elle m'a dit "sauve le monde!".
Toi qui voit pas beaucoup ton petit gars, excuse moi car je me dis que j'ai eu de la chance dans mon malheur de n'avoir jamais été privé de les voir.Elle, elle trouvait ça "pratique" que je sois revenu, mois je trouvais ça vital!
On vivait dans le même bled, on se croisait tous le temps, tout était mélangé, j'étais son ami.
On m'a proposé de partir en bateau, de traverser jusqu'au brésil. J'avais pris mon billet pour les canaries. Je me suis dit que si je traversait, je n'étais pas sûr de vouloir rentrer, pour retrouver cette situation qui me tuait à petit feu. alors je suis pas partis...
Je suis resté et je lui ai fait la cour, je lui ai fait des cadeaux de mes mains, des boucles d'oreilles en plumes d'oiseaux, on est partis sur une ile tous les 4 et on a passé un moment extraordinaire, on était réunis, loin du quotidien, des horaires, du rythme débile qu'on nous impose. D'être obligé de rentrer dans un moule étriqué. Je me rappelle avoir pu lui toucher la main après tous ce temps. et après c'est allé très vite. On s'est vu beaucoup, on se retrouvait en cachette, on a fini par en reparler aux enfants et se réinstaller ensemble.
Moins de deux ans après on a cette belle maison, ce cadeau sur 25 ans qu'on s'est fait. Et elle parles de faire son sac...Moi j'ai l'impression qu'on s'est acheté un bel emballage mais qu'on a pas mis de cadeau dedans. On a laissé nos angoisses nous bouffer la vie. Elle est comme moi, elle est toute cassée. Elle ne se remet pas en question. "T'as voulu revenir, tu t'adaptes. "Grosso modo, t'étais malheureux, j'ai eu pitié, j'ai voulu y croire, je me suis trompé... Prends ça dans les dents, enfin dans le bridge parceque les dents je me les suis cassé.
Tu dis mascarade de vie, comme tu as raison. Je lui ai dit hier, que la vie était une blague, qu'on pourrait rire de notre situation plutôt que de se déchirer. Elle a pas aimé! elle m'a dit que la vie avec moi, c'était de ma merde!
Son père est mort il y a 6 mois, c'était un gros con d'artiste mégalo qui n'a jamais pris soin de ses filles, Avant qu'il meurt, elle a décider de pas aller le voir, qu'elle n'aurait que de la merde à lui dire.
Malgré ce qu'elle peut dire, que je ne l'aime pas, C'est la femme de ma vie, c'est la mère de mes enfants, c'est elle qui a vu du beau en moi au point de vouloir deux enfants.
Elle ne voit pas le monde comme je le vois. C'est ça qui nous sépare.
Voir du monde, sortir, bricoler, faire un potager, planter des fleurs, soigner des animaux, boire des coups, faire de la zic, des sports de glisse, écrire et partager ici me fait beaucoup de bien. J'ai la chance de pouvoir vivre mes passions. ça diminue la douleur, ça fait passer la pilule.
Je ressent chez elle pour moi, du dégout, du rejet, de l'indifférence. Je suis un gentil, un drôle. C'est comme ça que mes amis, mes collègues me décrivent. Je suis bordélique, tête en l'air. Je casse, je perds, je pleure, je rigole, je suis on ne peux plus vivant et connecté . Comme toi, j'observe ce monde fou où rouler en Audi à l'air d'être une fin en sois. Je trouve les gens débiles, médiocres. Je vois tous les jours des mômes abrutis de télé par leurs parents qui ont jeté l'éponge depuis longtemps. Bourrés de sucre, de médocs, totalement éloignés de la nature. Je vois ce monde partir en sucette, je vois la bêtise au centuple, l'exploitation de l'homme par l'homme et le massacre de cette planète. La nature humaine me dégoute souvent et comme toi, je me demande quelle est ma place, mon rôle, pour quoi je suis fait, qui je suis.
J'aspire à être un jour apaisé, moins en colère, moins explosif, à maitriser ce qui bouille en moi.
Pour ce qui est de rencontrer quelqu'un ci cette fois, c'est bien fini, j'aimerais qu'elle ai le décodeur!ça éviterai bien des malentendus.
Rock'n roll!

Youkounkoun
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 26
Date d'inscription : 11/04/2017
Age : 39
Localisation : finistère

Revenir en haut Aller en bas

Re: Papa Zèbre séparation, deux enfants...

Message par pholcid le Ven 2 Juin 2017 - 23:38

Je compatis et vous apporte mon soutien, les gars. (Et c'est marrant, moi je bosse dans l'insertion...)

Débarqué à qq jours de mes 40 ans, il y a un peu plus d'un an et demi, après 19 ans de couple, auxquelles il faut rajouter un an pour la naissance de mes sentiments à son égard, soit la moitié de ma vie à l'époque. Une fille de 8 ans et demi, en garde alternée. On vit à 1/4 d'heure à pied, ce qui est pratique dans ce cadre.

Ce qu'elle a fini par me reprocher au point de vouloir me quitter, ce sont... des caractéristiques de zèbre. A l'époque, je ne savais pas. Elle a eu des comportements humiliants à mon égard. Dégringolade progressive d'environ 7 mois avant la chute finale. Des cornes ont poussé. Mme a fait sa crise de la quarantaine: quête de divertissement pour elle, alors que moi j'étais en quête de sens depuis un moment. Après la chute, chapelet de ses plus plates excuses pour ce qu'elle m'avait fait subir, pour la simple et bonne raison... qu'il n'y avait aucune raison à ces comportements: je ne lui aurais pas fait le 10e du mal qu'elle m'a fait, et elle le savait très bien. Dans la dégringolade, j'ai notamment tenu pour ma fille. J'ai même régulièrement mieux tenu la route que sa mère (excès d'alcool) pour assurer la fonction parentale. Ma spiritualité m'a bcp aidé à rester debout, aussi.

Dans la droite lignée de ses remords, encore aujourd'hui, j'ai droit à des compliments à la moindre occasion: ça me fait une belle jambe. J'ai pris cher, j'ai pris mal. Je galère à dépasser tout ça. Enfin pas vraiment elle, son vrai visage m'a dégoûté. Ce qu'elle m'a fait, plutôt: le sentiment d'injustice, à vif. Elle a refait sa vie, quasi-immédiatement. Moi j'en suis loin. Que quelques relations qui n'ont pas duré. Injustice n°2.

Alors j'essaye de me concentrer sur ce qui est positif pour moi. Ma fille une semaine sur 2. Ma spiritualité. Les occupations que j'aime. Les amis. Je médite de manière irrégulière et je vais tenter le yoga.

Dans les décombres de ce que j'avais certes coconstruit, mais certainement avec l'envie la plus profonde des 2, j'ai été broyé. Je pense qu'il y a de la dépendance affective aussi, mais pas vraiment à la personne; plus à la situation, la configuration. J'essaye une 3e thérapie. La 1ère m'a servi puis est arrivé au bout de ses limites (démarrée avant la chute), la 2e n'a rien donné du tout. Je refuse de sombrer. Pour ma fille, mais pour moi-même aussi, bien sûr. J'ai un temps remarqué que j'avais un peu trop pris le réflexe apéro en solitaire en fin de journée: j'ai vite pris les mesures d'autodiscipline qui s'imposaient (un père alcoolique, ça aide à être lucide).

Je pense que la donnée temps est capitale. Les gars, avec ce qu'on s'est pris sur la gueule et avec l'hypersensibilité, on va pas s'en tirer en un éclair: notre patience est rudement sollicitée. Il faut qu'on se concentre sur ce qu'on aime, sur ce qui nous fait du bien, sur ce qui nous tire vers l'avant et le bon côté.

Courage!
avatar
pholcid
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 157
Date d'inscription : 30/03/2017
Age : 41
Localisation : Nîmes

https://bandcamp.com/pholcid

Revenir en haut Aller en bas

Re: Papa Zèbre séparation, deux enfants...

Message par p@pillon le Mer 14 Juin 2017 - 16:47

homme ou femme c'est une rude épreuve.
je suis une femme et mon ex m'a quittée après 17 ans de vie commune, un peu moisn que la moitié de ma vie. il m'avait déjà trompée il y a 3 ans, j'avais alors pété un cable, dépression et clinique psy, thérapeute de couple. Je remontais difficilement la pente quand monsieur il y a 4 mois m'a dit ne plus être heureux avec moi…je sais pas si c'est la crise de la quarantaine ou son aventure passée qui lui a tourné la tête mais il a besoin d'air frais…et me laisse en plan à 39 ans. Nous n'avons pas eu d'enfants, un échec pour moi comme pour lui mais je me console en me disant qu'au moins ils n'ont pas a subir ce désastre… Les amis communs qui n'en sont plus, la solitude avec un grand S au milieu des couples heureux. dur dur de se retrouver seule quand on a vécu toute sa vie d'adulte accompagnée. Je tente bien de sortir comme si j'avais 18 ans sauf que la saveur n'est plus la meme. et puis c'est le bore out au boulot, j'ai décidé de changer et de reprendre des études mais cela ne se fera pas avant un an. J'ai l'impression de mettre des rustines à ma vie, du mal à faire des projets et que les 40 prochaines années vont être très très longues…Mon psy dit que le deuil d'une relation est fait quand on est capables de voir les apprentissages qu'elle nous a apportés. Quand je fais le bilan la seule question qui me reste est si j'ai appris tant de choses, pourquoi cela s'est il arrêté ? bref ça tourne en rond et c'est pas prêt de s'arrêter…. courage à vous tous

p@pillon
Rayures toutes fraîches
Rayures toutes fraîches

Messages : 9
Date d'inscription : 12/07/2016
Age : 39
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Papa Zèbre séparation, deux enfants...

Message par pholcid le Mer 14 Juin 2017 - 22:14

Beaucoup de courage à toi aussi p@pillon, ton témoignage est lui aussi émouvant...

Tu as parfaitement raison sur l'absence de différence homme/femme dans ce cas de figure, même si le sujet est parti sur le mode masculin et paternel. La peine n'a pas de sexe.
avatar
pholcid
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 157
Date d'inscription : 30/03/2017
Age : 41
Localisation : Nîmes

https://bandcamp.com/pholcid

Revenir en haut Aller en bas

Re: Papa Zèbre séparation, deux enfants...

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum