Pitié, aime moi pour que je m'aime. Vous connaissez ça aussi?

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pitié, aime moi pour que je m'aime. Vous connaissez ça aussi?

Message par lilili53 le Sam 20 Mai 2017 - 23:29

Il suffit de lire le titre pour comprendre toute la contradiction naissante au sein même de ce sujet. Hé oui, petite zèbrette que je suis, j'ai tendance à me mettre en relation pour combler un vide. Ce vide immense laissé par l'absence criarde de confiance en moi.

En effet, je ne m'aime pas. Je me dévalorise régulièrement, que ce soit mentalement ou physiquement. Et soudain, dans ma vie, arrive le preux chevalier, prêt à combler le déficit. Il me dit que je suis belle, que je suis intelligente, que je suis intéressante. Et voilà que je me sens enfin bien dans ma peau, que je me sens renaître. Je me sens enfin acceptée par le commun de mortels, j'ai l'impression d'avoir de la valeur. Cette valeur dont j'ai tant besoin pour m'épanouir. Mais malheureusement, à force de dépendre des autres pour son estime de soi, le piège finit toujours par se refermer sur moi et les ailes qui venaient de pousser pour m'emmener encore plus haut, me sont soudainement arrachées. Car oui, à un moment donné, les critiques finissent par arriver. Au début, c'est une puis deux. L'estime de moi en prend un coup. Et puis ça y est, c'est la rupture, et le retour en enfer et son sempiternel cycle de dépréciation permanente. Me voilà donc à l'affut d'un nouveau partenaire, susceptible de combler ce manque.

Mais voilà le souci.. à force de chercher un guérisseur magique à tous mes maux et blessures, je suis incapable de me compléter moi même et de m'épanouir pleinement seule. De plus, je finis régulièrement avec des personnes qui ne me correspondent pas du tout mais je reste pourtant avec elles, incapable de les quitter. Le pire sentiment à mes yeux est de ne pas me sentir aimée. Donc je reste coincée, sachant qu'à un moment donné, je finirais par souffrir. Car oui même si moi je ne l'aime pas.. si jamais lui venait à ne pas m'aimer également, VOILA c'est le drame, l'échec. Je suis nulle, je ne suis pas appréciable par autrui, ma personnalité dérange, mon physique ne plait pas, je suis trop ou pas assez coincée. J'ai l'impression que peu importe mon masque ou ma vraie personnalité, rien ne passe. Ca y est, ils arrivent tous à la même conclusion => je suis bizarre.  

Ha oui, car je ne me dévoile que très rarement. Car s'ouvrir à quelqu'un, c'est lui donner l'opportunité de voir qui tu es vraiment, forces ET faiblesses incluses. Et la seule fois où j'ai eu le malheur de m'ouvrir comme une jolie petite fleur, il est arrivé, sabots dehors, avec son tisonnier pointé sur mes faiblesses récemment découvertes. Je devenais ainsi une petite poupée vaudou, sous contrôle, sous son pouvoir de me détruire ou non. Car me dévoiler, c'est donner à quelqu'un le moyen de me bousiller si l'envie lui prend (encore cette foutue confiance défaillante).

Ici j'ai enfin réussi à rester seule depuis plus de 2 ans. Et je ne vous dis pas le niveau de confiance en moi actuel. Ca frise le ZERO pointé. C'est navrant.. effarant.. décevant de dépendre tellement de l'opinion des autres pour se construire soi même..

Avez-vous déjà ressenti ça ? êtes-vous également hypersensible ?

Je suragis régulièrement. Un évènement que mes amis considèrent banal, va me perforer le coeur et me tracasser durant des mois.  

J'aimerais avoir vos histoires, vos anecdotes, pour savoir s'il y a une sortie à tout et comment la trouver ?

Comme quoi c'est bien beau d'avoir de grandes capacités, mais j'ai l'impression d'être une inadaptée sociale.

lilili53
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 22
Date d'inscription : 20/05/2017
Age : 21

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pitié, aime moi pour que je m'aime. Vous connaissez ça aussi?

Message par RoyJade le Dim 21 Mai 2017 - 0:34

lilili53 a écrit:ils arrivent tous à la même conclusion => je suis bizarre.

Plus je te lis, et plus je me demande si ce ne serai pas intéressant d'en faire ta force.

je vais -encore- parler de mes expériences sur un autre de tes sujets (tu me dis si ça deviens ennuyant ^^), mais je suis un inadapté social. je le sens, je le sais, et souvent les autres le savent vite. Je suis un solitaire, mais incapable de savoir si c'est par nature ou par adaptation. Ceux qui me sont proches et ceux qui en général m'approche sont des gens qui me considère comme bizarre, mais ui surtout ne prennent pas ça pour un défaut. Là est un point intéressant : en étant comme je suis, je fais fuir la quasi totalité des gens mais certains m'approchent car c'est mon moi réel qui les intéressent. Et comme tu le devine, c'est nettement plus facile d'être soi surtout quand on est apprécié comme ça.

Bon, ça ne donne pas de solution. Car soyons honnête : accepter d'être seul(e) en quasi permanence, c'est pesant. Et quand on manque de confiance en soi, ça peut paraitre effrayant (et bien souvent, ce l'est). Souvent, ça limite à une ou deux le nombres de personnes proches, et si l'une d'entre elle est nocive, c'est encore plus dangereux. Mais si ces personnes sont réellement positives, c'est extrêmement efficace pour l'estime de soi.
On retombe sur l'éternel paradoxe où on dois savoir avant de faire, mais pour savoir il faut faire. Comment accorder sa confiance à quelqu'un quand on n'a pas déjà quelqu'un d'autre en qui mettre un peu confiance ? Ça, je n'ai pas de réponse. Certains trouvent par l'instinct. D'autres, par chance. Et d'autres enfin, à force de trébucher et de prendre des revers.


Pour finir, j'ai envie de parler d'encore une autre expérience, mais surtout centrée sur ma meilleure amie (qui, je le précise, n'est pas zèbre). Elle a toujours eu des problèmes de confiance en elle (passif affectif difficile), et avait continuellement besoin d'être en couple pour aller bien. Quand elle s'est séparée de son copain (avec qui elle s'était mis globalement par besoin), on s'est rapproché et ça n'a pas manqué : on s'est mis ensemble. Est ce que c'était vraiment de l'amour ou du besoin ? Probablement des deux, mais probablement pas l'amour tel qu'on le définit généralement. J'étais vraiment très particulier pour elle, au point qu'on s'est séparé au bout de cinq mois mais en gardant une amitié très proche. Je voulais lui donner quelque chose qu'à mes yeux, il lui manquais : non pas un rocher auquel se raccrocher en pleine tempête, mais un socle d'où elle puisse établir sa base et se construire.
Six mois plus tard, elle rencontrais quelqu'un. Pour la première fois depuis longtemps, elle avait passé six mois sans chercher, car elle n'en éprouvais plus le besoin. Le changement, à mes yeux, a été immédiat. Quelque chose de profond en elle, de vrai. Elle avait été elle même, et elle avait rencontré quelqu'un qui l'aimais elle.
Aujourd'hui, près de trois ans plus tard, elle est fiancée et ils sont plus proches qu'ils ne l'ont jamais été. Elle n'habite même plus en France (elle est en doctorat en Suède), mais ça ne freine pas leur relation, bien au contraire.
Peut être est ce de ça dont tu as besoin : un point sur lequel te construire, te fixer, pour ensuite repartir naviguer sur l'océan tout en sachant que tu a un port dans lequel tu peut te reposer si besoin. Qui sait ?
avatar
RoyJade
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 241
Date d'inscription : 15/11/2016
Age : 25
Localisation : Généralement chez moi

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pitié, aime moi pour que je m'aime. Vous connaissez ça aussi?

Message par Zebi le Dim 21 Mai 2017 - 18:07

je ne sais pas si ces posts sont anciens mais je viens juste de les lire .. Lilili53 comme toi j'ai véçu plusieurs morceaux de vie de couple , la première fois où j'ai vraiment aimé je me suis totalement donnée et  quand il m'a laissée sans que je ne sache réellement pourquoi  j'ai eu l'impression d'être trahie . Ensuite j'ai vécu plusieurs bouts de relations avec des hommes que je choisissais peut-être par défaut , en me disant que je ne devais pas être difficile et si l'homme ne me comprenait pas c'est parce que le problème venait surement de moi . Sauf que ça ne peut pas durer , on essaye de se mouler à ce que l'autre attend de nous parce que l'on sait bien ce qu'il attend d'une femme , et puis à un moment on en peut plus , parce que l'on ne peut laisser notre personnalité éclater au grand jour , on ne peut pas lui dire " je m'ennuie avec toi , j'aimerais que tu penses comme moi , que tu partages des choses que je ressens " on veut l'épargner parce qu'il est gentil , et du coup on tient encore un peu jusqu'à trouver une excuse pour partir .. Mais même si j'ai besoin de me sentir aimée pour exister , pour me sentir " normale " , les relations que je partage avec les hommes ne me satisfont pas , et je pense que la seule raison c'est parce qu'ils ne sont pas assez rayés .. il faut trouver le bon .. mais pour nous le choix est beaucoup plus limité .. une relation classique avec un homme qui me comprend à moitié m'apportera l'assurance , l'impression d'être intégrée dans la société , le plaisir de voir des films romantiques et pouvoir m'identifier à l’héroïne , peut-être aussi l'impression de valoir quelque chose , mais en aucun cas ça ne m'apportera le bonheur , la vie qui brille et palpite , l'envie de créer et d'être encore plus belle pour lui , de ne faire qu'un avec lui ... voila je pense que tu n'as pas trouvé le bon toi non plus et c'est juste pour cela que tu erres sans fin . Wink
avatar
Zebi
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 12
Date d'inscription : 20/05/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pitié, aime moi pour que je m'aime. Vous connaissez ça aussi?

Message par Csilla le Lun 22 Mai 2017 - 23:25

Bonsoir

Ce que tu dis fait beaucoup écho à ce que je ressens moi-même. Je n'ai pas souvent été amoureuse ou en couple (je n'ai eu qu'une seule relation amoureuse (que j'ai toujours, et qui se passe bien pour l'instant)), mais je me suis souvent retrouvée très attachée à des personnes, sans vraiment de raisons, sans autant de réciprocité. Mais la rupture m'a toujours fait beaucoup de mal.

J'ai posté un sujet à ce propos, dont je mets le lien pour éviter de me répéter: http://www.zebrascrossing.net/t30979-l-attachement
Comme tu le vois, je souffre aussi. Je n'ai malheureusement pas de solutions à apporter. Mais tu n'es pas seule. Et tu n'es pas la seule à te sentir "inadaptée sociale".

Csilla
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 85
Date d'inscription : 20/02/2017
Age : 21
Localisation : Lorraine

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pitié, aime moi pour que je m'aime. Vous connaissez ça aussi?

Message par Zebi le Mar 23 Mai 2017 - 18:13

je viens de lire ce que tu as écrit , et ça fait plaisir de ne pas se sentir seule .
Parce que je doute de moi même , je cherche à tout instant une reconnaissance dans les yeux des autres , de l'amour ou de l'admiration pour pouvoir me dire que je vaux surement quelque chose . Mais si quelqu'un m'aime trop et me montre combien je suis importante pour lui j'ai tendance à fuir , je l'aime moins , si il m'aime c'est qu'il ne doit pas valoir grand chose puisque je ne suis rien ! Par contre je suis capable de m'attacher à quelqu'un que j'admire et qui n'a aucune espèce d'attirance pour moi , qui va me faire souffrir à cause de cette indifférence .. Je me demande si je ne cherche pas la difficulté .. la passion , l'orage , le calme et la tempête ..


avatar
Zebi
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 12
Date d'inscription : 20/05/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pitié, aime moi pour que je m'aime. Vous connaissez ça aussi?

Message par Zebi le Mar 23 Mai 2017 - 18:17

en fait on diffère tous dans les moyens de nous faire souffrir ! Very Happy Very Happy
avatar
Zebi
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 12
Date d'inscription : 20/05/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pitié, aime moi pour que je m'aime. Vous connaissez ça aussi?

Message par PJ le Mar 23 Mai 2017 - 21:17

Chère lilili53,
http://www.zebrascrossing.net/t14415p575-la-communication-non-violente-de-marshall-rosenberg#1225920
Je ne connais pas vraiment ces sentiments, bien que je sois passé par d'autres étapes associées à beaucoup de souffrance dans le rapport à autrui.

Néanmoins, je me permets d'envoyer ces liens.
Au plaisir et hauts les coeur,
PJ.


Dernière édition par PJ le Ven 26 Mai 2017 - 18:40, édité 1 fois
avatar
PJ
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1151
Date d'inscription : 10/01/2017
Age : 26
Localisation : Europe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pitié, aime moi pour que je m'aime. Vous connaissez ça aussi?

Message par spookly le Mer 24 Mai 2017 - 13:28


Bonjour,

je peux faire partie de ton club ? Very Happy

spookly
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 10
Date d'inscription : 24/08/2016
Localisation : IDF

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pitié, aime moi pour que je m'aime. Vous connaissez ça aussi?

Message par fleurblanche le Jeu 25 Mai 2017 - 16:29

lilili53 a écrit:Il suffit de lire le titre pour comprendre toute la contradiction naissante au sein même de ce sujet. Hé oui, petite zèbrette que je suis, j'ai tendance à me mettre en relation pour combler un vide. Ce vide immense laissé par l'absence criarde de confiance en moi.

En effet, je ne m'aime pas. Je me dévalorise régulièrement, que ce soit mentalement ou physiquement. Et soudain, dans ma vie, arrive le preux chevalier, prêt à combler le déficit. Il me dit que je suis belle, que je suis intelligente, que je suis intéressante. Et voilà que je me sens enfin bien dans ma peau, que je me sens renaître. Je me sens enfin acceptée par le commun de mortels, j'ai l'impression d'avoir de la valeur. Cette valeur dont j'ai tant besoin pour m'épanouir. Mais malheureusement, à force de dépendre des autres pour son estime de soi, le piège finit toujours par se refermer sur moi et les ailes qui venaient de pousser pour m'emmener encore plus haut, me sont soudainement arrachées. Car oui, à un moment donné, les critiques finissent par arriver. Au début, c'est une puis deux. L'estime de moi en prend un coup. Et puis ça y est, c'est la rupture, et le retour en enfer et son sempiternel cycle de dépréciation permanente. Me voilà donc à l'affut d'un nouveau partenaire, susceptible de combler ce manque.

Mais voilà le souci.. à force de chercher un guérisseur magique à tous mes maux et blessures, je suis incapable de me compléter moi même et de m'épanouir pleinement seule. De plus, je finis régulièrement avec des personnes qui ne me correspondent pas du tout mais je reste pourtant avec elles, incapable de les quitter. Le pire sentiment à mes yeux est de ne pas me sentir aimée. Donc je reste coincée, sachant qu'à un moment donné, je finirais par souffrir. Car oui même si moi je ne l'aime pas.. si jamais lui venait à ne pas m'aimer également, VOILA c'est le drame, l'échec. Je suis nulle, je ne suis pas appréciable par autrui, ma personnalité dérange, mon physique ne plait pas, je suis trop ou pas assez coincée. J'ai l'impression que peu importe mon masque ou ma vraie personnalité, rien ne passe. Ca y est, ils arrivent tous à la même conclusion => je suis bizarre.  

Ha oui, car je ne me dévoile que très rarement. Car s'ouvrir à quelqu'un, c'est lui donner l'opportunité de voir qui tu es vraiment, forces ET faiblesses incluses. Et la seule fois où j'ai eu le malheur de m'ouvrir comme une jolie petite fleur, il est arrivé, sabots dehors, avec son tisonnier pointé sur mes faiblesses récemment découvertes. Je devenais ainsi une petite poupée vaudou, sous contrôle, sous son pouvoir de me détruire ou non. Car me dévoiler, c'est donner à quelqu'un le moyen de me bousiller si l'envie lui prend (encore cette foutue confiance défaillante).

Ici j'ai enfin réussi à rester seule depuis plus de 2 ans. Et je ne vous dis pas le niveau de confiance en moi actuel. Ca frise le ZERO pointé. C'est navrant.. effarant.. décevant de dépendre tellement de l'opinion des autres pour se construire soi même..

Avez-vous déjà ressenti ça ? êtes-vous également hypersensible ?

Je suragis régulièrement. Un évènement que mes amis considèrent banal, va me perforer le coeur et me tracasser durant des mois.  

J'aimerais avoir vos histoires, vos anecdotes, pour savoir s'il y a une sortie à tout et comment la trouver ?

Comme quoi c'est bien beau d'avoir de grandes capacités, mais j'ai l'impression d'être une inadaptée sociale.


Plusieurs choses que tu décris ici me sont familières. Comme sur le fil "paralysée à cause de la peur de l'échec".

Décidément, je vais finir par me demander si la Nature n'a pas des moules qu'elle utiliserait pour produire les êtres humains en série : humains de série A au profil 1, humains de série B au profil 2, etc.  Smile

Une chose que je peux dire d'emblée : cette voie qui consiste à avoir besoin des autres pour s'aimer, est une voie sans issue.

Personne ne peut nous donner en permanence la quantité et le type d'amour dont nous avons besoin pour nous sentir bien au fond de nous-mêmes. Même les parents, dans leur rôle de parent, ne peuvent pas réussir ce "à 100% du temps, avec la manière qu'il faut et la quantité qu'il faut " avec leurs enfants. Alors dans la relation sentimentale, c'est encore plus vrai.

Parce qu'on a tous des faiblesses : en tant que parents, en tant qu'amoureux, etc. Le prince charmant, se comportant de manière idéale en toute occasion, nous disant toujours les mots idéaux, n'existe pas. Et même s'il existait, dépendre à 100% de lui pour se sentir bien ne serait pas sain.

C'est une voie sans issue parce qu'on finit pas se rendre compte que la personne avec laquelle on est en relation pour se sentir bien, eh bien elle a des aspects qui ne nous plaisent pas, et en plus on n'est pas amoureux de lui. Alors on finit par se lasser de cette relation qui ne nous nourrit pas vraiment. On se sépare, puis revient le besoin de se sentir aimé pour s'auto-apprécier, alors on entame une nouvelle relation, qui nous laisse insatisfait, et on se sépare, et le cycle continue. Si l'on ne fait pas attention, c'est un schéma qui finit par se reproduire tout au long de notre vie.

A force de voir ce schéma se répéter dans ma vie, ainsi que d'autres types de schémas comme celui évoqué dans le fil de la peur de l'échec, j'ai fini par me dire que la vie nous fait passer des tests. Le même test se représentera, encore et encore, jusqu'à ce que nous l'ayons réussi.

Le test ici, c'est réussir à s'aimer soi-même d'abord, c'est-à-dire être capable de s'aimer indépendamment des gens qui nous entourent. Remarque, sur l'autre fil aussi, pour se débarrasser de la paralysie par peur de l'échec, il faut s'aimer soi-même suffisamment pour ne pas s'auto-saboter.

Je considère que ce sont des tests que la vie place devant nous pour nous pousser à fortifier notre estime de soi.

Prendre la décision que l'on va commencer à s'aimer soi-même, indépendamment des autres, est difficile émotionnellement parlant. C'est comme si tu te faisais à toi-même une opération chirurgicale sans anesthésie (j'ai choisi la médecine moi aussi Smile  )

C'est difficile et très intense, et ce sont les premiers moments qui sont très difficiles. Il y a comme un deuil à faire : le deuil du prince charmant extérieur.

Si j'essayais de décrire ma personnalité d'avant, je dirais que j'étais, à l'intérieur de moi, comme une princesse qui attend un sauveur, une demoiselle en détresse qui compte sur le prince charmant, un preux chevalier.

Le travail que j'ai fait sur moi a abouti à faire émerger, en moi-même, le chevalier, le protecteur. Et d'autres schémas répétitifs dans ma vie (la violence  conjugale subie, la violence (pas la mienne) envers les enfants, la stigmatisation religieuse, le sexisme dans la vie estudiantine et le monde du travail,...), ont fait que j'ai développé en moi l'esprit du guerrier.

Ainsi, la demoiselle en détresse en moi est aimée par le prince charmant en moi, et elle est protégée par la guerrière en moi. Ces aspects de ma personnalité, que j'ai développés en moi de manière secondaire car ils n'étaient pas là en moi au départ (le prince charmant intérieur et la guerrière intérieure), se manifestent quand c'est nécessaire, en fonction des besoins, des situations.

Si je n'avais pas fait cela, je pense que je ne serais plus là pour en parler. Car c'est de nos vies qu'il s'agit. Récemment on a parlé dans les médias de cette femme maltraitée et violentée pendant tellement d'années, et qui buvait docilement les urines de son mari, et mangeait docilement les excréments de son mari. Ma fille, adolescente, choquée, m'a demandé comment c'était possible d'en arriver là. Je lui ai expliqué que cela arrive quand on ne s'aime pas suffisamment soi-même pour se défendre. Et je lui ai fait promettre qu'elle ne se laisserait jamais maltraitée par qui que ce soit, que dès les premiers gestes de violence, elle prendrait ses distances. Elle m'a dit de ne pas m'inquiéter, que le sang de l'ethnie de son père, une ethnie réputée belliqueuse et revendicatrice, était très fort en elle et que donc elle ne se laisserait pas faire   Smile  .

L'estime de soi : un des socles de la vie.

Je suis croyante chrétienne et un passage de la Bible recommande ceci : " Garde (c'est-à-dire protège) ton cœur plus que toute autre chose, car de lui viennent les sources de la vie ".  Un passage plein de sagesse...


Je suis nulle, je ne suis pas appréciable par autrui, ma personnalité dérange, mon physique ne plait pas, je suis trop ou pas assez coincée. J'ai l'impression que peu importe mon masque ou ma vraie personnalité, rien ne passe. Ca y est, ils arrivent tous à la même conclusion => je suis bizarre.

Oui, cet aspect-là aussi je l'ai connu. J'essayais de plaire à tout le monde en même temps. Le problème, c'est que ce tout le monde n'était jamais d'accord entre eux. Les uns me disaient de grossir, alors je me bourrais de flocons d'avoine, et les autres me disant de devenir plus mince, alors je ne savais pas quoi faire. Les uns voulant que je m'habille comme ceci, les autres comme cela. Les uns voulant que je me coiffe comme ceci, les autres comme cela. Je commençais à vraiment trouver cette vie absurde, avec toutes ces demandes simultanées contradictoires. Comme si j'avais forcément besoin de m'y conformer.

Puis le hasard, que l'on dit être l'autre nom de Dieu, a mis, dans la période où j'avais ce test à passer, un livre dans lequel il y avait des extraits de contes. Or j'adorais lire, particulièrement les comtes et autres histoires. Un de ces contes, j'ai oublié le titre, parlait d'un paysan qui allait en ville avec son enfant pour vendre son âne. Et l'âne portait le paquet du paysan sur son dos. Chemin faisant, le paysan a rencontré tout un tas de personnes qui ont critiqué sa manière de voyager. L'un lui a dit qu'il était bête de faire marcher son enfant alors qu'il avait un âne, aussi le paysan a placé l'enfant sur l'âne. Un autre lui a dit qu'il était bête de fatiguer ainsi un animal qu'il s'apprêtait à vendre alors il a fait descendre son enfant de l'âne. Etc, etc. Il est arrivé un moment où le fils marchait et c'est le paysan qui était sur le dos de l'âne, un autre moment où le père et le fils étaient tous les 2 sur le dos de l'âne, et encore un autre moment où le paysan a porté l'âne sur son propre dos (lol). Tout au long du chemin, il a ainsi essayé de suivre les suggestions de tout le monde, puis il en a eu marre et a réalisé l'impossibilité de satisfaire tout le monde, et aussi le fait qu'il n'était pas obligé de le faire.

Ce conte m'a enseigné sur ma propre situation : 1)je ne pourrais jamais satisfaire les demandes de tout le monde, 2) je n'étais pas obligée de le faire et 3)je devais faire les choses de manière à être en accord avec moi-même, c'est-à-dire d'abord me plaire à moi-même avant de chercher à plaire aux autres.

Intégrer cette leçon apprise m'a bien aidé dans la suite de ma vie, car je suis passée par-dessus les injonctions du type : pourquoi tu ne portes pas tous les jours des bijoux comme toutes les femmes ? Pourquoi tu ne mets pas de fards à paupières et fards à joues ? Pourquoi tu t'habilles aussi simplement alors que... ? Ici sur ZC j'ai eu un "pourquoi tu tolères/pratiques le lissage des cheveux alors que c'est un signe d'aliénation culturelle ?"

Il y aura toujours quelqu'un pour te dire quoi faire, comment faire. Je ne dis pas de tout rejeter des conseils d'autrui. Mais de savoir faire la distinction entre ce qui est pertinent et ce qui ne l'est pas. Tu as le droit d'avoir tes propres préférences.


Dernière édition par fleurblanche le Jeu 25 Mai 2017 - 17:04, édité 2 fois
avatar
fleurblanche
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 3963
Date d'inscription : 23/06/2010
Age : 49
Localisation : Hémisphère sud

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pitié, aime moi pour que je m'aime. Vous connaissez ça aussi?

Message par Invité le Jeu 25 Mai 2017 - 16:37

bonjour,
Avant de pouvoir aimer quelqu'un il faut s'accepter tel que l'on est, c'est à dire avec nos failles et forces. On s'aime soi avant de pouvoir aimer l'autre sinon on sera toujours en dépendance affective. L'amour ne fait pas souffrir, c'est la dépendance affective.
Bien du courage car le parcours est long.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pitié, aime moi pour que je m'aime. Vous connaissez ça aussi?

Message par Vaubeil le Jeu 25 Mai 2017 - 16:48

Je pense que de ton côté, il y a un travail à faire pour gagner en confiance. Ne plus parler avec des précautions, chercher ses qualités plutôt que ses défauts, trouver une passion, parler de ton ressenti à la personne la plus proche dans ton cœur, se lancer dans le vide en étant accompagné...

Il y a un chemin à parcourir, à toi d'y marcher. Bon courage !
avatar
Vaubeil
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 82
Date d'inscription : 21/05/2017
Age : 17
Localisation : Troyes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pitié, aime moi pour que je m'aime. Vous connaissez ça aussi?

Message par petroletted le Jeu 25 Mai 2017 - 17:00

Vaubeil a écrit:Je pense que de ton côté, il y a un travail à faire pour gagner en confiance. Ne plus parler avec des précautions, chercher ses qualités plutôt que ses défauts, trouver une passion, parler de ton ressenti à la personne la plus proche dans ton cœur, se lancer dans le vide en étant accompagné...

+1 :-)

petroletted
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 11
Date d'inscription : 29/04/2017
Localisation : Bordeaux

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pitié, aime moi pour que je m'aime. Vous connaissez ça aussi?

Message par lilili53 le Jeu 25 Mai 2017 - 19:55

Je vous remercie de tous vos messages Smile! Sur mon autre post j'ai pris soin de répondre individuellement à chacun d'entre vous. Mais ici il y en a malheureusement beaucoup trop. Même si ça me pèse de ne pas faire de réponses personnalisées, je suis obligée. Je suis bien heureuse de voir que je ne suis pas seule, que certains ici ont pu trouver leur voie et justement changer leur conception des choses. Je me dis qu'après un long travail sur moi, rien n'est impossible Smile! Ça me fait un grand bien d'être ici en tout cas. Je me sens encouragée, et surtout moins "unique" mais dans un sens positif ! N'hésitez pas à me raconter vos expériences, à m'envoyer des articles, je lis chacun de vos messages avec attention et en tire des leçons Smile

lilili53
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 22
Date d'inscription : 20/05/2017
Age : 21

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pitié, aime moi pour que je m'aime. Vous connaissez ça aussi?

Message par sebraz le Jeu 25 Mai 2017 - 20:05

La dépendance affective...toute ma vie.

Avec les fameux "on reste amis ?" ou "t'es quelqu'un de bien, tu ne me mérites pas" dès lors que ça ne va pas haha

Je suis toujours tombé amoureux de filles pas intéressées et ai toujours rejeté des filles qui s'intéressaient à moi. Alors on se met à trouver des défauts à l'autre pour le rendre détestable et l'oublier plus facilement.
avatar
sebraz
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 52
Date d'inscription : 18/05/2017
Age : 33
Localisation : Sanary

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pitié, aime moi pour que je m'aime. Vous connaissez ça aussi?

Message par Paradoxa le Jeu 25 Mai 2017 - 20:15

Ca me fait énormément écho tout ça en tout cas... C'est très bien exprimé... Sache que tu n'es pas seule, vraiment... Le chemin est long mais tu y arrivera, j'en suis persuadée..

Tout s'apprend Smile

Bien du courage

Sebraz : Ce fameux " tu mérites mieux que moi. " m.o.n d.i.e.u

Paradoxa
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 160
Date d'inscription : 11/11/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pitié, aime moi pour que je m'aime. Vous connaissez ça aussi?

Message par lilili53 le Jeu 25 Mai 2017 - 20:19

Après, heureusement que j'arrive à passer à autre chose. Mais c'est toujours noir ou blanc. Soit j'aime à la folie. Soit quand je décide de passer à autre chose (ça peut prendre du temps), je ne reviens plus jamais en arrière. La personne devient insignifiante pour moi. Et même si j'en ai été folle, il peut revenir, c'est fini, la page est complètement tournée.

lilili53
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 22
Date d'inscription : 20/05/2017
Age : 21

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pitié, aime moi pour que je m'aime. Vous connaissez ça aussi?

Message par lilili53 le Jeu 25 Mai 2017 - 20:20

Haha en parlant de ca, je n'ai jamais été capable de rester amie avec un ex d'ailleurs. JAMAIS. Et vous ?
C'est comme donner de l'eau à quelqu'un qui meurt de faim

lilili53
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 22
Date d'inscription : 20/05/2017
Age : 21

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pitié, aime moi pour que je m'aime. Vous connaissez ça aussi?

Message par sebraz le Jeu 25 Mai 2017 - 20:26

Moi j'ai réussi à rester en bon rapport avec une ex...tout simplement parce qu'entre nous deux y'a un lien, un petit bonhomme de 3 ans. Les autres je les ai balayé, non sans en avoir bavé psychologiquement.
avatar
sebraz
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 52
Date d'inscription : 18/05/2017
Age : 33
Localisation : Sanary

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pitié, aime moi pour que je m'aime. Vous connaissez ça aussi?

Message par Vaubeil le Ven 26 Mai 2017 - 11:36

J'ai toujours essayé de rester en contact et en bonne amitié avec mes ex, mais au final je les détestais car je les aimais encore, et qu'elles étaient passées à quelqu'un d'autre. D'ailleurs je n'ai jamais cessé d'aimer mes ex, encore à présent, elles ont toujours une petite place dans mon cœur.

Et lilili53, j'ai quelques astuces pour gagner en confiance (attention des fois c'est assez douteux)
Astuces douteuses:
Premièrement, essayes de dormir nue, car tu t'accepteras plus sur le plan physique. N'hésites pas à te changer là où ça te chante si tu es avec des ami(e)s, au lieu de chercher un coin calme, frais, sans regards, avec des murs et une porte.

Ensuite, quand quelqu'un demande de l'aide ou pose une question, quitte à le regretter après, force toi à y aller, à braver les regards et à montrer comment tu peux être forte et que tu inspires le respect. A la limite, bois un peu avant pour te donner le courage (c'est encore plus douteux ça)

Et pour finir, inspire-toi de tes héros, fais comme ils aimeraient que le monde se comporte et gagne ce sentiment d'être utile,
de te battre pour une cause. Que tu te sentes vivante.

Ce n'est pas forcément objectif parce que personne n'est pareil, mais pour moi ça a marcher.

Bon courage !
avatar
Vaubeil
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 82
Date d'inscription : 21/05/2017
Age : 17
Localisation : Troyes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pitié, aime moi pour que je m'aime. Vous connaissez ça aussi?

Message par Mindview le Lun 12 Juin 2017 - 14:07

Et quand le manque d'amour propre est la conséquence directe d'un manque d'amour en général (recevoir comme donner) et d'une usure longue durée, on fait quoi ?
Question que je me pose depuis belle lurette ...

Je prends mon cas personnel pour exemple :
Je ne compte plus les fois où l'on m'a dit que je manquais de confiance en moi et que grosso modo je resterai seul tant que ça ne sera pas résolu. Alors que :

1. en dehors du relationnel amoureux j'ai confiance en moi, en mes capacités, en ce que j'ai à offrir humainement
2. dans le domaine du relationnel amoureux le manque de confiance en question n'est apparu qu'à la suite de tentatives diverses et variées et d'une multitude d'échecs
Dans ces conditions n'est ce pas normal de finir par douter et d'en souffrir ? Pourquoi est ce si abjecte aux yeux d'autrui ?

Bref, besoin d'amour pour être bien, mais pas le droit à l'amour tant que pas bien. Y a plus qu'à crever la gueule ouverte ?
avatar
Mindview
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 123
Date d'inscription : 25/03/2016
Age : 33
Localisation : Montpellier

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pitié, aime moi pour que je m'aime. Vous connaissez ça aussi?

Message par RoyJade le Lun 12 Juin 2017 - 15:13

C'est une excellente remarque.
J'aurai tendance à me pencher vers la réponse facile "tu n'as pas rencontré les bonnes personnes", mais je soupçonne que c'est plus complexe que ça. Par contre, je n'ai pas vraiment de solution voir même d'idée de réponse plus construite.
avatar
RoyJade
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 241
Date d'inscription : 15/11/2016
Age : 25
Localisation : Généralement chez moi

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pitié, aime moi pour que je m'aime. Vous connaissez ça aussi?

Message par Bulle de Puce le Lun 12 Juin 2017 - 16:21

Hello
et un petit peu de Therapie Comportementale et Cognitive?
avatar
Bulle de Puce
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 156
Date d'inscription : 11/03/2017
Age : 50
Localisation : délocalisée

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pitié, aime moi pour que je m'aime. Vous connaissez ça aussi?

Message par ifness le Lun 26 Juin 2017 - 17:01

Oui, lilili, c'est normal.

Pourquoi chercher à séduire, sinon pour se prouver qu'on est "aimable".

La difficulté, c'est que tu risques de jeter (de manière compulsive/névrotique) les personnes qui t'auront prouvé leur amour de toi,
pour incessamment réitérer le phénomène.
Ainsi ne serais-tu jamais "heureuse", il te faudrait ad libitum te prouver qu'on t'aime.

Si l'on se limite au relationnel, on tombe vite dans la répétition (névrotique, encore une fois.)

L'idéal est donc de trouver un job, une créativité quelconque, qui met à distance le relationnel propre et donne une bonne image de soi.
Processus que l'on pourrait appeler du vieux terme de "sublimation".

Je ne conterai pas mon témoignage. Trop long et trop complexe.
Et puis tu as 21 ans, j'ai 3 fois ton âge,
il y aura donc un fossé entre nous.

Je suis assez admiratif du fait que tu saches conceptualiser (si jeune) ce problème.
Bah, p-ê que je le pensais aussi ainsi, j'ai pratiqué "l'introspection" si tôt....
Discuter avec un autre qui était en moi, process un peu dissociatif mais pas dangereux, je veux dire pas psychotique (bipolaire).
Sauf que : 2 vies en une :
-la vie vécue vue par les Autres
-la vie intérieure, parfois totalement décalée.

Rien n'a pu y faire, ni psy freudienne ni psy compotementaliste.
J'y suis encore.

Et je suis heureux d'être ici.

Bisous et courage à tou(te)s.
If.
PS. Fuis toute déchéance : telle qu'accepter l'inacceptable pour te croire aimée.
(J'ai cru deviner ça dans des témoignages ici même.)
Tu n'es "l'objet" de personne ! D'accord ?
avatar
ifness
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1017
Date d'inscription : 04/07/2016
Age : 94
Localisation : on dirait le sud

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pitié, aime moi pour que je m'aime. Vous connaissez ça aussi?

Message par Bulle de Puce le Lun 26 Juin 2017 - 20:04

Merci a tous ceux qui postent, je suis en phase avec de nombreux témoignages, et cela me pose bien sur question. Est-ce que la sensibilité, l'aptitude a tout analyse, des HP, nous rend la vie (sentimentale) particulièrement difficile? je n'ai pas la réponse.. ceux qui vont bien ne sont pas ici en train de poster.

Par contre je voulais apporter ma pierre a l'édifice en revenant sur le concept de "s'aimer soi meme".. qu'est ce que ca a pu m'énerver cette injonction.. t'es en train de t'autoflageller tellement tu te sens nul(le) et on vient te dire "ben, t'as qu'à t'aimer toi même d'abord".. ah merci.. ca aide. Donc j'ai lu, cogité, jusqu'à pourvoir m'approprier vraiment ce que cela voulait dire pour moi. S'aimer soi... il ne s'agit pas de devenir narcissique à fond la caisse. Mais déjà de se respecter... de respecter ses limites, ses besoins, quion est vraiment, ses gouts, ses valeurs. Respecter, ça veut dire quoi? ben en cas de dépressurisation, on commence par mettre son masque a oxygène a soi pour pouvoir ensuite aider les autres. C'est pas de l'égoisme, juste de la stratégie. Il ne s'agit pas de piquer le masque du voisin pour en avoir deux... (hihihi) mais d'etre fort et bien, soi, pour pouvoir l'etre aussi avec autrui. Bon... le plus dur reste a faire... ralentir... se demander à chaque fois.. mais moi je veux quoi vraiment.. avant de foncer pour faire plaisir a l'autre et se caméléoniser zebruriser... "etre l'ombre de ton ombre" c'est pas la bonne voie.. mais ce n'est pas facile de prendre le temps de se demander, et encore plus de ressentir, oui, de ressentir, si c'est OK ou pas OK pour soi... et gérer cela, l'exprimer ensuite avec des mots (si possible avec les outils de CNV que j'ai vu postés ici plus haut / Rosenberg). Bon, je sais pas si ça aide ce que je raconte mais je trime depuis des années.. si mon expérience peut te donner des indices j'en serai bien contente. Sinon je la remets... dans la savane.
avatar
Bulle de Puce
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 156
Date d'inscription : 11/03/2017
Age : 50
Localisation : délocalisée

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pitié, aime moi pour que je m'aime. Vous connaissez ça aussi?

Message par cerebrale le Dim 9 Juil 2017 - 5:29

Bonsoir,

Je suis dans la situation de rechercher sans cesse l'amour pour combler un vide affectif. Ce qui est bien c'est de le savoir. Après faut le travailler. Me concernant c'est lié à l'enfance.
C'est terrible ce besoin... après plusieurs remises en question, je suis arrivée à la conclusion que j'etais amoureuse de l'amour. J'aime savoir que la personne est là pour moi. Mais moi je n'aime pas,  je me laisse aimer. Alors, retour du baton mes relations ne tiennent pas. Le jour où j'accepterai d'ouvrir mon coeur, j'attirerai d'autres hommes... bien.
Mais, comme toi, après avoir souffert par amour on se protège. Le jour où on se fera confiance en se disant je suis assez forte pour gérer une relation, on saura se protéger tout en donnant notre coeur.
Pour ma part, je crois trop souvent et trop vite que c'est le bon garçon. Mais en fait, je le vois comme j'aimerais qu'il soit et non comme il est. Se donner du temps de la découverte, flirter est la solution me concernant.
Voilà lilili ma réponse à ton message qui est très courageux car tu annonces tes faiblesses et remises en question.
On est sur la bonne voix.

cerebrale
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 46
Date d'inscription : 03/07/2017
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pitié, aime moi pour que je m'aime. Vous connaissez ça aussi?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum