Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par jolindien le Mer 26 Avr 2017 - 17:26

Alice le choix duel, une prison intérieure, ou extérieure,ce n'est plus un choix qui me concerne ou si peu.
Peut-être que tu as lu ça et là ma position sur la question de l'être, son équilibre, etc...
Ni féministe, ni anti, alors tu peux relever l'emploi du mot homme que j'ai fait, j'aurai dû dire femme/homme, à défaut d'humain (ce terme là prend une valeur plus grande pour moi que ce qu'il est censé définir...un ersatz d'homme n'est pas vraiment humain), mais je veux bien être la cible à atteindre du moment.
...que sait-on de la "vie" de la Terre, d'ailleurs dans cet équilibre que génère la Terre, puisqu'elle le conserve et évolue, et qu'on en comprend qu'une petite partie, dire que la Terre est vivante n'est pas  dénué de sens, et certainement pas quelque chose qu'on est en mesure d'appréhender.

Parler de culture, ce qui sert de paravent à la femme et l'homme pour cacher leurs sombres peurs, pourquoi pas.

Chuna, je viens de demander à ma fille quel papa j'étais pour voir? Elle me regarde et dit" trop gentil, le meilleur papa de la Terre"
Tant que je lui apporte l'équilibre qui lui convient cela me va.
Et pourtant elle est en opposition pour pas mal de choses en ce moment.

Je ne suis pas là pour être d'accord ou avoir raison, juste échanger.


jolindien

Messages : 1375
Date d'inscription : 05/07/2015

Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par Invité le Mer 26 Avr 2017 - 19:17


C'est vrai que je trouve intéressant d'entendre les hommes parler de leur mère.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par Nexwally le Mer 26 Avr 2017 - 22:39

Hey salut,
Bah pour ma part c'est simple, ma mère est une schizophréne doublée d'une perverse narcissique
Voili voilou, c'était plutôt mignon comme ambiance à la maison XD
Nexwally
Nexwally

Messages : 18
Date d'inscription : 15/08/2016
Age : 25
Localisation : Quelques part entre deux univers

Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par Invité le Mer 26 Avr 2017 - 23:01

Bah, imagine qu'en plus elle ait eu des puces... T'en aurais chopé.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par ortolan le Mer 26 Avr 2017 - 23:06

.


Dernière édition par ortolan le Lun 18 Déc 2017 - 21:27, édité 1 fois
ortolan
ortolan

Messages : 12700
Date d'inscription : 31/07/2016
Localisation : où ça ?

Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par Invité le Jeu 27 Avr 2017 - 11:33


Spoiler:
Freud lui-même fut perplexe devant ce qu’il appela sa « réaction singulière » à « ce grand événement ». Il n’en a laissé qu’une description succincte dans deux lettres écrites à ses amis Jones et Ferenczi presqu’aussitôt après la mort de sa mère. À Jones il écrivit le 15 septembre : « Je ne vous cacherai pas que ma réaction à cet événement, par suite de circonstances singulières, a été elle aussi singulière. Certes, there is no saying, quant à ce qu’une telle expérience peut provoquer dans les couches les plus profondes mais superficiellement je ne ressens que deux choses : l’accroissement de liberté personnelle que j’ai acquis car de penser qu’elle apprendrait ma mort m’a toujours effrayé et, deuxièmement, la satisfaction de lui voir enfin échue une libération à laquelle elle avait droit après une si longue vie. Sinon, pas de deuil comme en montre avec tant de douleur mon frère de dix ans plus jeune que moi. Je n’étais pas à l’enterrement. Anna m’a de nouveau représenté, comme à Francfort. Son importance pour moi ne saurait plus guère augmenter. [4]
[4] Sigmund Freud-Ernest Jones, Correspondance complète,...
»
5

À Ferenczi, le jour suivant, 16 septembre, Freud disait : « Ce grand événement m’a affecté d’une façon toute particulière. Pas de douleur, pas de regret, ce qu’expliquent probablement les circonstances accessoires : son grand âge, la pitié qu’inspirait vers la fin sa détresse et, en même temps, un sentiment de délivrance, d’affranchissement, dont je crois comprendre aussi la raison. C’est que je n’avais pas le droit de mourir tant qu’elle était encore en vie, et maintenant j’ai ce droit. D’une façon ou d’une autre, les valeurs de la vie seront sensiblement modifiées dans les couches profondes. Je n’ai pas été à l’enterrement, là aussi Anna m’a représenté [5]
[5] S. Freud, Correspondance 1873-1939, Nrf, Gallimard,...
. »

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par Oliv'yeah le Ven 28 Avr 2017 - 23:09

Et bien moi, j'ai une très bonne relation avec ma mère. En même temps, j'ai grandi dans une famille globalement équilibrée avec des parents présents (surtout elle parce qu'elle a participé plus directement à notre éducation), elle est déterminée et très protectrice, mais elle accepte bien l'humour. Elle a toujours un avis sur ce qu'il faudrait faire ou pas (même s'il est parfois un peu biaisé en faveur de ses enfants vis à vis du reste de la société), mais elle n'ira pas jusqu'à empêcher les autres d'expérimenter et d'échouer. En bref, je crois que je lui dois beaucoup, (même si son soutien a pu m'empêcher de devenir indépendant plus rapidement) et je l'aime, on peut parler (et souvent rire) de tout (ou presque) avec elle. Voilà voilà
Oliv'yeah
Oliv'yeah

Messages : 191
Date d'inscription : 25/04/2017
Localisation : Lagwyann

Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par Invité le Sam 29 Avr 2017 - 11:09

Oliv'yeah a écrit:Et bien moi, j'ai une très bonne relation avec ma mère. En même temps, j'ai grandi dans une famille globalement équilibrée avec des parents présents (surtout elle parce qu'elle a participé plus directement à notre éducation), elle est déterminée et très protectrice, mais elle accepte bien l'humour. Elle a toujours un avis sur ce qu'il faudrait faire ou pas (même s'il est parfois un peu biaisé en faveur de ses enfants vis à vis du reste de la société), mais elle n'ira pas jusqu'à empêcher les autres d'expérimenter et d'échouer. En bref, je crois que je lui dois beaucoup, (même si son soutien a pu m'empêcher de devenir indépendant plus rapidement) et je l'aime, on peut parler (et souvent rire) de tout (ou presque) avec elle. Voilà voilà

Ouf !
Mercis !
Ça nettoie le "quoi-qu'on-fasse, ils-seront-jamais-contents, ils-auront-quelque-chose-à-nous-reprocher !"

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par tieutieu le Sam 29 Avr 2017 - 11:29

Je reproche à la mienne de ne rien avoir à dire sur ce fil parce qu'elle a bien réussi son coup en faisant de moi quelqu'un d'autonome et responsable, elle s'est assurée que je ne lui rejette pas la responsabilité de mes actes et difficultés.
Mon père, c'est pas mieux, il l'a encouragée et soutenue : des malades!
Mon espoir c'est que cette vision se transforme avec le temps : parler de ses parents, ça en dit plus sur soi que sur eux.

Pour Freud, je n'ai pas de conseils à recevoir d'un mec qui veut tuer son père.
tieutieu
tieutieu

Messages : 950
Date d'inscription : 20/05/2016
Age : 42
Localisation : LA

Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par Invité le Sam 29 Avr 2017 - 12:00



Donc à vous lire, si ça se passe bien, c'est pas forcément anormal ou louche...
Et votre môman n'est pas nécessairement la cause de vos malheurs...
Et vous avez réussi à survivre à de telles idées dans cette ambiance délétère et invivable qu'a créée la lecture dogmatique de tonton Freud, papa Jacques et Carlito... Vous seriez pas un peu zarbis dans vos têtes, vous ? Razz
Je ne suis donc pas obligée de m'autolyser avant les 20 ans de mon fils pour qu'il puisse faire sa vie en paix ?
Vous êtes sûrs ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par tieutieu le Sam 29 Avr 2017 - 12:11

C'est bien ça, mais si ça te rassure, il n'est pas trop tard pour le traumatiser : principe de précaution.
Ça te permettra d'être certaine qu'il ne t'oublie pas parce que c'est pas facile pour une mère poule de voir ses enfants quitter le nid. Loin des yeux, loin du cœur, toussa.
Tu veux en parler ?

Spoiler:
Freud a été visionnaire en tant que père de la psychanalyse parce que les critiques dont il fait l'objet sont très oedipiennes finalement.

Alice l'ermite, j'apprécie la façon dont tu parles des enfants.  sunny
tieutieu
tieutieu

Messages : 950
Date d'inscription : 20/05/2016
Age : 42
Localisation : LA

Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par Invité le Sam 29 Avr 2017 - 12:55

Tu veux en parler ?
Nan, ça ira...
J'attendrai pour ça que les tiens quittent le nid... Razz

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par tieutieu le Sam 29 Avr 2017 - 18:44

Alice l'ermite a écrit:
Tu veux en parler ?
Nan, ça ira...
J'attendrai pour ça  que les tiens quittent le nid... Razz
Dent pétée
Soyons sérieux, ça n'arrivera pas, ils resteront des bébés. Razz
tieutieu
tieutieu

Messages : 950
Date d'inscription : 20/05/2016
Age : 42
Localisation : LA

Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par T-HeoriquementOui le Sam 29 Avr 2017 - 22:01

https://www.youtube.com/watch?v=lzq54ymcO8c

T-HeoriquementOui

Messages : 51
Date d'inscription : 24/10/2014
Age : 39
Localisation : Grenoble

Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par Invité le Dim 30 Avr 2017 - 12:54


J'ai le son de mon ordi qui m'arrache les tympans aussi j'ouvre rarement les youtube musique.
Ça dit quoi de ta môman ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par Sarella le Dim 30 Avr 2017 - 13:33

Personnellement, je me suis dernièrement intéressé à la théorie de l'attachement, et je serais plutôt un craintif/évitant.
Donc ma mère n'aurait pas répondu correctement à mes besoins étant bébé. Il paraît que je pleurais toutes les nuits, j'en manquais pas une, ça parait cohérent.
Avec ça, j'ai un TOC du couple sévère. Ce qui est congruent aussi.

De mes souvenirs d'enfance, il y avait un gros gros manque de communication dans ma famille, ce qui n'est déjà pas bon.
Mon père, un fantôme, passons.
Plus spécifiquement, ma maman est très, très, très angoissée. Et évidemment, comme vous pouvez le deviner, le sentant, je m'attelait à l'éviter/ne pas m'appuyer sur elle.
Elle n'était pas forcément mauvaise mère, mais elle était trop anxieuse pour faire quoi que ce soit.
De plus, à l'adolescence, elle s'est beaucoup occupé de mes cousins. Je ne sais pas si ça a eu un impact.
En tout cas, je sais que je me sentais pas autorisé à avoir mes problèmes étant donné l'ampleur des leurs.
Elle avait aussi une tendance inconsciente à obtenir ce qu'elle voulait par la culpabilité.
Pour abaisser son angoisse, en gros, elle nous culpabilisait (probablement sans s'en rendre compte) pour qu'on arrête de lui en causer.
Je ne me rappelle pas de câlin, ni de tendresse diverse, mais pourtant elle n'est pas froide, comme si elle n'osait pas...
Sarella
Sarella

Messages : 237
Date d'inscription : 02/06/2016
Age : 30
Localisation : Lyon 2

Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par T-HeoriquementOui le Dim 30 Avr 2017 - 19:41

Alice, je ne me sens pas prêt pour parler de ma maman ici.
Je me défilais un peu en postant cette musique, je les ai trouvé tellement touchants ces deux grands hommes!
Il y a aussi ce livre (que je n'ai pas lu mais qui me permet de me dérober une nouvelle fois) qui me touche déjà beaucoup:
https://www.youtube.com/watch?v=SUOFLtHGUKw

T-HeoriquementOui

Messages : 51
Date d'inscription : 24/10/2014
Age : 39
Localisation : Grenoble

Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par Invité le Dim 30 Avr 2017 - 21:40

Oui, rien que le titre en dit long... J'ai lu son livre sur sa dépression (La traversée)...

La théorie de l'attachement est intéressante pour comprendre certains vides mais faut pas s'arrêter à ces constats. Une fois qu'on a pigé, on peut s'adapter à ce qu'on est devenu. J'en sais quelque chose.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par Invité le Lun 1 Mai 2017 - 22:05

Elle m'a fait chier dans les grandes largeurs, j'ai mis de la distance, quand je la revoie, où que je l'ai au téléphone, il suffit de 5 mn pour qu'elle me refasse chier, donc je l'envoie chier, si vous vous dites qu'on a une relation de merde, vous êtes dans le vrai, elle est malade ! Dent pétée

PS : Elle est constipée chronique !


Dernière édition par Mystère Blue le Lun 1 Mai 2017 - 22:18, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par Chuna le Lun 1 Mai 2017 - 22:14

C'est sûr qu'une relation où on passe son temps à cher, c'est une relation de merde, et ça coûte une blinde en PQ Sad
Chuna
Chuna

Messages : 14316
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 38
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par Manuel le Mar 9 Mai 2017 - 21:50

Cuicui a écrit:Jusqu'à présent, vous avez tous dit la même chose... Ça m'interroge... Vous avez la même ?

Il y a probablement un profil de mère qui fait que seuls leurs fils en parlent de la même façon :-)

Quant à la mienne, je me demande encore si ma vie aurait pu être pire si je ne l'avais pas eue.

Manuel

Messages : 21
Date d'inscription : 29/04/2017
Localisation : Bordeaux

http://www.rigoloclic.com

Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par Invité le Mar 9 Mai 2017 - 21:56

Il y a probablement un profil de mère qui fait que seuls leurs fils en parlent de la même façon :-)
Ouais, je crois que c'est à cause du mythe marial. Ça fout des trucs pas très catho dans la tête. Mais c'est pas bien de le dire.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par lepetitprince le Lun 19 Juin 2017 - 0:48

s'il y a une personne que je ne regrette pas dans cette vie , c'est ma mère, elle m'a transmis le courage, la vérité, la justice, la politesse, la générosité, la patience , elle m'a tout simplement enseigné la foi.
lepetitprince
lepetitprince

Messages : 138
Date d'inscription : 19/07/2012
Localisation : Grenoble

Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par JT le Lun 19 Juin 2017 - 7:16

Ma mère a été comme toutes les mères.
Elle a endossé ce rôle mais n'a pas réussi à mes yeux.
Aurais je fait mieux qu'elle en y mettant tout ses ingrédients à elle?
C'est la base de ce qui fait nos différences.
Des encodages différents dans chacun de nous.

JT
JT

Messages : 34
Date d'inscription : 08/01/2017
Age : 44

Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par PapyYuNyu le Ven 23 Juin 2017 - 7:04

Ma mere souhaitait m'avorter, n'a pas pu, a fait son possible pour nier ce que j'etais, ce que je ressentais (au point de refuser de me donner de la ventoline en pleine crise d'asthme). Puis elle a trompe mon pere avec une femme, a divorce en emportant les economies de mon pere, sa voiture, sa maison alors meme que tout ceci avait ete paye par mon pere ingenieur et non ma mere au foyer. Et puis la garde alternee, ou elle preferait me faire attendre une semaine si j'etais malade pour que ce soit mon pere qui paye le medecin. Et enfin, un soir elle a repris les cles de la maison et m'a mis dehors, puis m'a fait un proces (pour violence contre ma petite soeur, ce qui est faux et a ete dementi par ma soeur de 7 ans a l'epoque) pour ne pas passer pour une mauvaise mere.

Depuis 2 ans maintenant je ne lui ai plus parle, meme par sms ou telephone. J'essaie de me soigner, mais elle a laisse certaines marques trop profondes.

La seule chose que je retiens d'elle sont ses phrases vicieuses, toujours tournees pour etre destructrices, mais sans en avoir l'air, son deni absolu de toute verite et faits qui ne servent pas sa cause, son art de manipuler les autres avec le sourire.
Si je devais faire une analogie, ses phrases ne sont pas des balles. Ce sont autant de petits nuages empoisonnes qui ne font que peu d'effet sur le moment, mais incurable au long terme.

J'essaie de me reconstruire en ce moment. J'ai arrete d'avoir gout a la mort, mais je n'ai pas retrouve celui de la vie. Toutes les meres ne sont pas des anges, mais ce n'est que mon avis.

Des bisous,
Papy

PapyYuNyu

Messages : 39
Date d'inscription : 22/06/2017
Age : 84

Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par Chuna le Ven 23 Juin 2017 - 7:45

Courage, papy.

Pour le coup, ce que tu décris ressemble fortement à de la perversion narcissique tel que décrite dans les bouquins.

Il est totalement incompréhensible pour un enfant de ne pas recevoir l'amour dont il a droit, cet amour inconditionnel dont les mères sont normalement dotées.

Ces blessures profondes sont guérissables, j'en suis certaine, même si c'est long. Je te souhaite de retrouver le plus vite possible le goût de la vie.
Chuna
Chuna

Messages : 14316
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 38
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par ortolan le Ven 23 Juin 2017 - 7:50

.


Dernière édition par ortolan le Lun 18 Déc 2017 - 21:27, édité 1 fois
ortolan
ortolan

Messages : 12700
Date d'inscription : 31/07/2016
Localisation : où ça ?

Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par Nevermind le Sam 24 Juin 2017 - 20:32

Toc toc...
Bon, j'entre on verra bien. Je découvre la savane ...

Alors déjà, y m'a fallu pas loin d'un demi-siècle de grattage, frottage, érodage-à-la-pierre-ponce-dopée-au-diamant, récuration, briquement, mais je m'égare ... pour découvrir que le bourrin que j'étais portait des rayures..

Et alors crac, dans la foulée (je sais, c'est trot) je réalise que si ma mère en avait... ben elle en a. Des rayures. Et elle ne le sait pas. Ou ne veut pas le savoir. Je soupçonne un p... de mahousse déni chez elle.

Et alors je comprends son comportement. Le contrôle absolu dans lequel elle tient toute chose, et je pense avant tout à ses relations amicales, menées sur un mode surprenant...
Je comprends aussi pourquoi, alors que l'ensemble de mes petits camarades me brisaient les noix (et à l'adolescence, c'est rien contrariant) avec une vivacité d'esprit qui supposément les impressionnait, de retour à la maison je me sentais lent et empoté. Elle comprenait, raisonnait plus vite que moi.

Voili voilou....si Cuicui est toujours à l'écoute je suis bien certain de ne pas avoir vraiment répondu à sa question. Je m'aperçois aussi que j'ai réussi à parlé de ma mère en termes uniquement raisonneurs.... F.. mais à quel type de déstructuré du bulbe appartiens-je donc ??
Nevermind
Nevermind

Messages : 9
Date d'inscription : 24/06/2017
Localisation : parfois 70, parfois 90, d'autres fois ailleurs

Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par tordopensant le Sam 24 Juin 2017 - 23:23

Ahh encore ma mère...désolé j'arrive à ne pas la détester, et même à vouloir qu'elle soit bien, mais j'arrive pas à l'aimer

tordopensant

Messages : 35
Date d'inscription : 15/06/2017

Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par Invité le Lun 26 Juin 2017 - 7:31

mais à quel type de déstructuré du bulbe appartiens-je donc ??
Les chiens ne font pas des chats... Demande donc à ta mère ! Razz

Plus hachement sérieusement, oui, je continue à suivre ce fil même si je n'ai pas grand chose à y dire tant les mères me gonflent ces temps-ci. La pire d'entre elles à me gaver ces temps-ci étant celle de mes enfants...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par ifness le Lun 26 Juin 2017 - 19:43

'tain, Chuna,
j'te savais pas si spé en PQ....... Very Happy

(On se retrouve partout, ma belle)

Bon, bref.
Chais pas quoi dire, moi.

Ma mère, je l'ai pas aimée.
Elle m'a abandonné (à ma grand-mère) et a apparemment joué la séduction,
naturelle (?).
Elle m'a "repris vers mes 6 ans, et j'ai performé mon Oedipe sans grand succès.

En fait, clairement : ma grand-mère est toujours restée ma référence affective,
et j'ai cherché ailleurs des femmes dont tombé amoureux,
ce que je chargeais mon père, ce héros,
qui pouvait (et était digne de) épouser mes chéries.
(Donc ; pas ma mère).

J'ai vécu ça jusqu'à mon âge adulte, ma compagne actu (et mère de nos enfants) en est témoin désolée.

Ca fait pas un équilibre, sûr.

Mesdames, si vous nous parliez de vos pères ? :-)

Mais, oui, c'est évident, la mère est une figure productrice.
Almodovar n'existerait pas si.
Et tant d'autres.

Ca m'agace.
Car : où est la liberté, dans tout ça ?

Moi je crois,
hélas,
que nous sommes esclaves de nos enfances.
Je le pense à + de 60 ans.

Je suis triste.

Je me suis toute ma vie
battu
contre
et c'est beaucoup de temps perdu.

Je pense que beaucoup d'intellectuels ont dû effectuer la même démarche?

Démarche nécessaire, si l'on désire penser "libre".

So long.
I love you.

ifness

Messages : 2725
Date d'inscription : 04/07/2016
Age : 96
Localisation : on dirait le sud

Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par Invité le Lun 26 Juin 2017 - 22:14

Parler de nos pères ?
Ben, ouvre donc un sujet Ifness ! Razz

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par ifness le Mar 27 Juin 2017 - 0:11

Non, je n'ai pas de pb avec mon père,
c'est à vous, mesdames, de pérorer sur le thème, non ?

(On voit souvent des hommes amoureux des femmes, voire de certaines femmes, voire de plus précisément....c'est pourquoi je citais Almodovar, que j'adore.)

Mais c'est plus ambigu/complexe vis à vis des hommes.

On rit souvent de ces femmes qui recherchent des hommes + âgés.
J'ai connu perso un ex de ces femmes. Même 2. Perso, je dis bien.

Quête du père. Imago du père. Ou père manquant.

Mais je ne vais pas + loin. Je ne désire pas modeler le fil.

Si ça t'inspire, ouvre donc un fil, Cuicui.
Moi, ça va.
Tu sais, parfois j'écris ici en songeant que ce pourrait être mon père qui tape sur le clavier.
Primo parce qu'il a écrit des choses, et les a tapées sur un (vieux) clavier.
Secundo parce que mon père est en moi. Et c'est chouette.

Donc pas de pb.

NB. Si tu ouvres un fil, préviens-moi, ma chérie ! Wink

ifness

Messages : 2725
Date d'inscription : 04/07/2016
Age : 96
Localisation : on dirait le sud

Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par jolindien le Mar 27 Juin 2017 - 6:54

If,
la peur,
avoir peur de l'étincelle de vie,
celle qui enfant nous rendait libre.
Avoir peur,
et rester dans cette cage,
limitante, limitée.
Esclave de soi-même,
scission de l'être, dans l'être.

L'homme aurait donc eu l'illusion de chuter...
alors pourquoi donc l'enfant ne se soucie pas de cela?
Jusqu'à ce que l'adulte lui enlève sa part d'éternité.

jolindien

Messages : 1375
Date d'inscription : 05/07/2015

Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par Invité le Mar 27 Juin 2017 - 9:45

Bah, non, je n'ouvrirai pas de fil sur les pères. Je n'ai rien à dire sur les pères. Le mien était là sans y être. Il ne m'a jamais fait chier, il ne m'a jamais éduquée. Aucun carcan inside. Peut-être lui dois-je une part de ma liberté ?
Je n'ai jamais été attirée par un homme beaucoup plus âgé, pas plus que beaucoup plus jeune. Je me sens inscrite dans ma génération avec un beau fossé de part et d'autre.

Par contre je vois bien l'imprégnation du père de mes enfants et je me rends compte à quel point, ça les rend bien plus solides que je ne l'aie jamais été. En ça, peut-être oui, je peux parfois un peu pleurer sa présence absente. Ç'aurait été plus facile d'avoir été tenue parfois par la main. Enfant, j'ai bénéficié de la présence d'un frère plus âgé que moi et d'un autre visage masculin attentif.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par L'homme qui Sait le Mer 28 Juin 2017 - 11:20

Cuicui a écrit:Alors lâchez vous donc, Messieurs ! Levez donc ce tabou, il pourrait sauver l'humanité !  Razz
Aller, sauvons l'humanité alors ! What a Face

Je suis né quand ma mère avait 22 ans. Plus intelligente et plus belle que la moyenne des autres femmes de son entourage. Ingénieur chimiste en Russie. Femme russe assez typique, dans certains sens.

Elle est extrêmement bosseuse. J'ai souvent admiré ça, chez elle. Dès qu'il fallait bosser, elle bossait sans se poser de question. sans jamais être freinée par quelconque fainéantise. C'est quelque chose dont je regrette ne pas avoir été davantage inspiré. Elle a porté notre famille dans notre ascension sociale : de sans-papiers dans la misère en 1992 (après immigration en France) à multi-propriétaire au Canada depuis 2007-2008. Âme de business-woman mais sans le don de communication. Elle tient de sa mère une certaine hypocrisie palpable dans ses relations sociales. C'est pour ça qu'elle n'a pas pu encore plus percer dans la vie, par rapport à grande quantité de travail et efforts fournis.
Et lorsqu'elle essayait de me transmettre cette hargne travailleuse : elle le faisait toujours en forçant et sans expliquer. Un peu à l'image de l'éducation russe typique : j'te donne une tarte pour que tu comprennes. J'étais pas d'accord avec ça, évidemment.

À part ça, elle est très standard : des tendances hystériques et nerveuses, comme la plupart des femmes actives. Mes principes et ses principes ont souvent été décalés. L'éducation s'est très très vite inversée depuis mon adolescence c'est plutôt elle qui m'écoute et qui essaie d'aller dans mon sens par rapport à son développement personnel. Et, aujourd'hui, elle me prend pour le psy familial. Ou alors le consultant multifonction Very Happy

Ce décalage de principes a fait que, durant mon enfance, nous avons eu beaucoup de désaccords. En fait, il y a surtout un décalage éducatif, vu que nous avons immigrés en France lorsque j'avais 5 ans. Et l'éducation sociétale française est l'opposée de la russe. Du coup : j'étais entre les deux ; entre mes copains, mes professeurs Français et ma famille soviétique. Elle était toujours dans des impulsions et ordres complètement subjectifs et émotifs (et parfois rythmé sur des bases de croyances orthodoxes et coutumes superstitieuses ce avec quoi je n'étais pas d'accord non plus), alors que moi j'essayais de regarder la justesse et la justice objective. Mais on peut dire que, au moins, elle m'a appris tout ce qu'il ne faut pas faire, surtout avec ses enfants !
L'homme qui Sait
L'homme qui Sait

Messages : 671
Date d'inscription : 25/10/2016
Age : 31
Localisation : Rôde autour de Paris

Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par Invité le Ven 30 Juin 2017 - 15:45

Merci pour vos témoignages.
Je vous laisse continuer...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par ifness le Jeu 3 Aoû 2017 - 18:27

Bon, j'aimais pas ma mère.

Et puis il s'est trouvé que je me suis re-trouvé son "tuteur" (après micro-AVC qui lui ont fait perdre la conscience de la continuïté du présent) et que j'ai été le témoin (solitaire) de sa mort clinique à l'Hôpital d'Alès. J'ai pleuré.
J'ai aussi (bien qu'ayant un frère) organisé son enterrement en Picardie Maritime.

Depuis, je repense à ma mère.
Certes je ne l'aime pas (ma grand-mère paternelle m'a servi de référent affectif)
mais je pense à elle presque chaque jour.
J'ai envie de lui dire des choses, qu'elle ne comprendrait pas.....
C'est ma mère.
Dans sa chambre mortuaire, j'ai regardé son ventre et me suis dit : "c'est de là que je suis sorti".
Drôle de pensée.
Je pense à ma mère chaque jour et j'aimerais lui onfier, lui apprendre des choses.
J'aimais ma mère.

J'ai toujours pensé que j'étais plutôt sorti du ventre de ma grand-mère, comme mon père. Ma grand-mère qui m'a élevé, à qui on m'a abandonné. Ma grand-mère tant aimée, mais si peu sexy. Aimable; aimante, et...vieille.
(NB. D'où les "remplaçantes" oedipiennes qui jalonnèrent ma jeunesse.)

Ensuite on peut s'amuser à suivre les pérégrinations d'une âme issue de ces limbes.

J'ai désiré ma grand-mère, haï ma mère,
trouvé une compagne remarquable mais incomplète qui semblait (j'avais 21 ans) remplir les cases,
et puis désiré, désiré
désiré.

J'ai eu 2 amoureuses (sérieuses).
La 1ère m'a formé, comme on forme un enfant,
+ mère de moi que de ses 2 filles;

la 2nde m'a initié aux plaisirs de l'Amour.

Parlons-en.

Je vous écoute, et vous aime, compagnes et compagnons.

So long.

ifness

Messages : 2725
Date d'inscription : 04/07/2016
Age : 96
Localisation : on dirait le sud

Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par franckyky le Ven 3 Nov 2017 - 0:42

J aimais ma mère,il n y avait qu'elle dans la famille qui s occupé des enfants,mon père, a part boulot , son black(travail) et ses collègues,il ne s occupé jamais de nous. Si ce n'est pour faire sa loi.
ils ont divorcés, notre père s est éloigné, il ne s est pas battu pour la garde,ce n était pas son problème.Le jour ou il s est suicidé, j'ai eu mal,mais pas tant que ça, je n'ai pas pleurer pour lui.
Ma mère,par contre elle s est toujours demerdé pour ces enfants et ceci, jusqu'àu bout. Surement hp d ailleurs.
le jour de son décès, dans le coma, sous assistante respiratoire, après avoir reçu l extrême onction,chose a laquelle je ne voulais pas assister, étant complètement athée, c'est comme si, elle m avait attendu, et la, une fois dans sa chambre , que tous les deux, elle est partie tout doucement, devant mes yeux,je ne pouvait rien y faire de toute façon, c était la seule solution a son état.
Et pourtant,même la tout seul, je n'ai pas pu, comme jamais d ailleurs,lui dire que je l aimais, si ce n'est pleurer toute les larmes de mon corps.
C'est pour ça peut être qu aujourd'hui , je ( ou certains) recherche un type de femme particulier,une sorte de mère de substitution, quelqu'un a l écoute, prête a tout, et a qui, on veut rendre l amour que l'on n'a pas su donner a notre propre mère.
. c'est ça le complexe œdipien , non? Ou je me trompe.
franckyky
franckyky

Messages : 54
Date d'inscription : 18/10/2017
Age : 36
Localisation : Bergerac

Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par ortolan le Ven 3 Nov 2017 - 1:05

.


Dernière édition par ortolan le Lun 18 Déc 2017 - 21:28, édité 1 fois
ortolan
ortolan

Messages : 12700
Date d'inscription : 31/07/2016
Localisation : où ça ?

Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par franckyky le Ven 3 Nov 2017 - 1:16

Tout a fait, voir même, se rappeler de certaines choses, et de ne pas reproduire ou même faire subir, ce que l'on a vécu.
Prendre exemple sur l éducation reçue, pour en faire la meilleure qu'il soit, a nos propres yeux . Manque plus qu' a trouvé la bonne personne, qui pense pareil.
Chose faite,il n'y a pas longtemps,mais ça en est resté qu" au stade d"une bonne amitié. C'est déjà ça.
Sacré physique de merde.
franckyky
franckyky

Messages : 54
Date d'inscription : 18/10/2017
Age : 36
Localisation : Bergerac

Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par ifness le Ven 3 Nov 2017 - 16:04

Tiens tiens....
Un fil (pas un fils Razz ) qui se réveille.
A bientôt, alors.

ifness

Messages : 2725
Date d'inscription : 04/07/2016
Age : 96
Localisation : on dirait le sud

Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par franckyky le Ven 3 Nov 2017 - 16:42

Et oui, je suis tombé dessus, il m'a paru intéressant, donc, j ai donné mon vécu.
franckyky
franckyky

Messages : 54
Date d'inscription : 18/10/2017
Age : 36
Localisation : Bergerac

Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par ifness le Ven 3 Nov 2017 - 18:38

Ouaip, tout ça c'est complexe (d'Oedipe ? Laughing )

Tu me prends comme je suis, je vais te dire ma pensée.

Tu ne dois/devais rien à ta mère, même pas lui dire "je t'aime".
On ne "doit" rien à ses parents. Ce sont les parents qui "doivent" à leurs enfants.
Si tu ne l'as pas dit, c'est que quelque part on t'en a empêché.
Et c'est pas ta faute, ni ta responsabilité.

Bon, tu aimerais dire "je t'aime" à quelqu'un (de bien, comme ta mère, mais en moins "froid", p-ê?). C'est autre chose : c'est ta vie d'adulte.
Il y a la vie de fils, d'enfant de, puis la vie d'adulte. Ca fait 2.

Tiens tiens, ton con de père s'est suicidé. Intéressant. Il n'était p-ê pas si" bien" (= égoïste heureux) que ça, ton papa...

Tu cherches une femme qui .... (je t'ai bien lu).
Fais gaffe : si tu acceptes ce schéma, tu vas à ta perte. Tu acceptes de perdurer dans ta névrose d'enfant/de fils.
Mais tu es un adulte, et tu dois construire ta vie d'adulte.
(NB.Si je me permets de dire cela, c'est que effectues déjà un travail sur toi. Sinon, ce serait violent.)

Tu te plains de ton physique.
Je ne sais pas à quoi tu ressembles, certes.
Mais, bon, va voir un peu à quoi ressemble Paul Veyne, un de mes maîtres, un de mes anciens profs au Collège de France. Il a eu plein de succès avec les femmes, ce garçon. Qu'en penser ?

A toi.

Un coucou à l'invité(e), si son fantôme passe par ici.
Un pot sur Lodève, ça peut toujours se tenir.Wink


ifness

Messages : 2725
Date d'inscription : 04/07/2016
Age : 96
Localisation : on dirait le sud

Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par franckyky le Ven 3 Nov 2017 - 20:06

Je ne lui pas dit, surement par peur de ma propre réaction, je suis tellement bloquer émotionnellement, que je me tais, je reste figé, une sorte disparition de mon âme, il n'y a plus que ma présence physique.
. Mais, j aurai dut le dire, ca lui aurait fait plaisir de l entendre, de ma part, au moins une fois dans sa vie.
.
Mon père con ( il n'y a que moi qui peut le dire ça)
. Quand au côté égoïste heureux, je le prend plus pour moi, ayant déjà fait une tentative, et ne pouvant pas certifié pour l heure, que je ne vais pas retenter.
.
Au niveau de la femme que je recherche, c était pour illustrer, je voudrais une personne aimante, au petit soin pour son homme et ses enfants, juste,loyale....... Qualités que j'ai aussi, ca permettrait d avoir une vie de couple et de famille agréable, convenable.je vois surtout la personnalité des gens, c'est le plus important pour moi.
.
Question physique, je sais que ce n'est pas le plus important, il faut une joie de vivre, un certain charisme, que je n'ai plus trop,,suite a mes douloureuses expériences; ( des gens qui se moquent de moi dans la rue,par simple méchanceté, il n'y en a pas beaucoup,qui subissent ceci, rien a voir avec un problème de poids). a ce que j'ai subit dans le passé par rapport a ça, et a ce que je peux comprendre au niveau des relations que j'ai avec certaines femmes que je fréquente amicalement, elles parlent de plan cul, dans tous les sens, et moi, je ne suis qu'un pauvre spectateur dans tout ça,aucune occasions.
. Même sur les sites de rencontres, une inconnue n a pas arrêté de me complimenter sur le fait d être BEAU, tout ça,pour me taxer des sous.


On leur doit quand même certaines choses a nos parents, c'est eux qui nous ont élevés,éduqué, nourris, accompagné dans notre épanouissement et nôtre éveil.
franckyky
franckyky

Messages : 54
Date d'inscription : 18/10/2017
Age : 36
Localisation : Bergerac

Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par Invité le Jeu 20 Déc 2018 - 9:13

Le temps file. Les sociétés changent. Les rapports intra-familiaux aussi.
Mais la structure de l'être humain ne bouge pas. Toujours avec les mêmes besoins. Arrivera-t-on un jour à créer un modèle "potable" ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par Pola le Jeu 20 Déc 2018 - 12:56

Vas y crée le modèle qu'on rigole Razz !

Pola

Messages : 6058
Date d'inscription : 22/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par Invité le Jeu 20 Déc 2018 - 13:15

Stérilisation. Autodégénération.
Processus en cours.
E.T. tous sur le départ.
RDV ailleurs.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par Invité le Jeu 20 Déc 2018 - 14:39

Cuicui a écrit:Le temps file. Les sociétés changent. Les rapports intra-familiaux aussi.
Mais la structure de l'être humain ne bouge pas. Toujours avec les mêmes besoins. Arrivera-t-on un jour à créer un modèle "potable" ?

L'Homo Sapiens aura évolué d'ici-là Very Happy Le modèle leur servira de base archéologique pour comprendre le passé !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par Invité le Jeu 20 Déc 2018 - 14:46



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ? - Page 2 Empty Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par Saxifrage* le Jeu 20 Déc 2018 - 14:58

C'est dommage qu'il n'y ait pas la référence de l'écrit ayant amorcé l'idée de ce topic…
Parce que oui, ça m'intéresse aussi, ce que les hommes pensent de leur relation avec leur génitrice !
Par contre… (cuicui, c'est toi l'oteuse d'or igine ?) je serais curieuse de savoir pourquoi on devrait ne pas se poser la même question de la relation mère-fille, quand bien même je suis une mère (de fille et garçon) et une fille…
Je me sens aussi interrogative pour l'une comme pour l'autre de ces relations (avec mes enfants comme avec mes parents d'ailleurs)…
Saxifrage*
Saxifrage*

Messages : 8805
Date d'inscription : 07/06/2018
Age : 36
Localisation : Entre les rochers

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum