La joie de mourir

Aller en bas

La joie de mourir Empty La joie de mourir

Message par oyans le Mer 12 Avr 2017 - 22:42

Non pas mourir dans l'instant quoi que cela soit tout à fait possible, mais dans le cours inexpugnable de la vie, celui où le temps file sans que nous puissions se résoudre à l'arrêter...

Il est des moments où je me dis, que le meilleur moment pour mourir c'est de décéder et pour cela dans la joie, chose complexe que d'arriver à garder le moral toute sa vie restante, mais là, en cet instant je me dis qu'il est possible de l'entrevoir et que rien n'est malheureux que ceux qui osent prétendre au malheur, ce que je veux dire que concevoir d'appréhender notre mort jouissive comme un ultime bonheur, ne serait possible que si nous mettions toute notre volonté, à concevoir que la mort, même si elle est l'arrêt des fonctions vitales, ne reste pas moins qu'une étrangère à qui l'on devrait honorer la venue.

En effet, n'est-ce pas là l'art de recevoir, chez-soi, dans sa demeure, en soi même, le plus bizarre privilège que de savoir se résoudre sans convictions aucune à la cessation de l'existence, d'ailleurs qu'est-ce que l'existence aujourd'hui, n'est-ce pas une appropriation tout à fait relative de notre impression, certes agréable, que de se concevoir faisant partie inclusive du monde qui nous entoure, malgré tout cela ces chers aventureux, que dis-je ces fiers génies à l'impétuosité viriles, n'ont été connu que post-mortem... ont-ils sus concevoir la mort pareil à un immense privilège, dont la joie devait en être l'apanage, comme dans les pays lointains d'Amérique du sud, où la mort est célébré dans la gaieté et l'insouciance.

Alors pourquoi ne pas se résoudre en tant qu'élus (c'est à vrai dire une vérité, beaucoup ne se souhaitent pas présidentiables et pourtant la réalité en est tout autre...)à mourir dans un émulsion de joie.
J'ai noté sur le vif du sujet ce en quoi la bonne humeur peut amener sur un sujet aussi scabreux que celui de la mort même, néanmoins et je ne sais pas si cela est seulement ce soir où plus longuement que j'éprouve cette étrange et nouvelle sensation, me paraissant tout à fait plausible, aussi faudrait-il savoir, si dans la douleur nous gardions un temps soit peu l'esprit humoristique nous ayant poussé à ce genre de réflexion.
Bizarre me direz-vous, certainement bizarre, mais osé!
oyans
oyans

Messages : 2733
Date d'inscription : 13/04/2014
Age : 45

Revenir en haut Aller en bas

La joie de mourir Empty Re: La joie de mourir

Message par Invité le Jeu 13 Avr 2017 - 0:04

Non mais ce titre.... ca m'a quécho

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La joie de mourir Empty Re: La joie de mourir

Message par Invité le Jeu 13 Avr 2017 - 0:57

lol !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La joie de mourir Empty Re: La joie de mourir

Message par Invité le Jeu 13 Avr 2017 - 1:07

Oyans : Je ne suis pas sûre d'avoir tout saisis, tout compris dans ce que tu essayais de dire, alors je vais juste prendre ce que ton titre et les quelques bribes comprises m'inspirent :
C'est une idée, voir même plutôt une "sensation / expérience" que j'ai pu (de plus ou moins loin bien sûr) appréhender. Elle n'en reste pas moins je pense douloureuse. Mais non sans tellement de cette joie devant la mort, mais plutôt de cette joie devant la vie.
Peut-être cela ressemble à ce déchirement de la quitter mais qui paradoxalement rappel la joie qu'elle est.
C'est soi dit en passant, une image très poétique, tragique & joyeuse qui, étant très liée à la pensée de Nietzsche, ne me laisse pas indifférente.
Et c'est certainement (enfin là maintenant si je devais choisir) la mort que je préférais. Tout affronter, et la regarder droit dans les yeux, se "rire d'elle" et remercier infiniment la vie pour son expérience.

On s'approche de la sensation / idée de l’éternel retour et de l'Amor Fati même je pense.

(Et là de suite, je pense à la tête de vive)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La joie de mourir Empty Re: La joie de mourir

Message par oyans le Ven 14 Avr 2017 - 17:37

ô je pense qu'il s'agisse d'un état d'esprit, si on peut concevoir sa vie, on peut aussi concevoir sa disparition de même.
On est mortel de corps, mais pas d'esprit, c'est l'esprit qui sauve! savoir mettre de l'esprit dans sa vie de tous les jours c'est un remède contre la morosité, la morosité c'est l'astreinte du quand on va mourir, la douleur et la peur infligées, c'est ce qui nous fait regretter de passer à trépas.
Il faut savoir amadouer la mort, la rendre accessible, c'est une terre incognita dont on devrait s'en faire une alliée, pour ne pas regretter la chance que l'on a déjà de vivre.
Avec le temps, on supporte de plus en plus la douleur, alors pourquoi ne pas s'exercer à faire de même avec le décès, c'est un travail de longue haleine qui est purement subjectif comme l'accès à l'éveil, nous sommes voués à franchir les étapes par nous-mêmes, en nous mêmes.
C'est le chemin que j'ai choisi, car si la vie existe, c'est en définitive pour apprendre aussi à mourir, d'où la sagesse.
oyans
oyans

Messages : 2733
Date d'inscription : 13/04/2014
Age : 45

Revenir en haut Aller en bas

La joie de mourir Empty Re: La joie de mourir

Message par oyans le Ven 14 Avr 2017 - 17:40

Vivelavie a écrit:Non mais ce titre.... ca m'a quécho
c'est un titre choc pour un livre de réflexions et d'aphorismes en préparation, je ne l'ai pas encore écrit jocolor
oyans
oyans

Messages : 2733
Date d'inscription : 13/04/2014
Age : 45

Revenir en haut Aller en bas

La joie de mourir Empty Re: La joie de mourir

Message par ifness le Jeu 20 Avr 2017 - 0:51

Non, Oyans : la tristesse de mourir.
+++++++++++++

Par 2 fois je me suis retrouvé, conscient,
au seuil de la mort.
(Conscient, mais au seuil de.)

Et puis, par 2 fois, j'ai vécu des heures
durant lesquelles je me suis dit :
"peut-être que je vais mourir".
(C'était une possibilité objective.)

Hé bien voilà : j'étais très triste.

Non, je n'avais pas peur de la mort. Pourquoi en aurais-je eu peur ?

J'étais triste que l'aventure finisse.
C'est tout.

Je sais désormais ce que je ressentirais si ...........................

Réponse perso à toi, Oyans.

Non, il n'y aurait pas de joie.
Mais une tristesse à pleurer.

En revanche : aucune peur.

(Et je m'en fous, peu importe le Rien d'Après, ou le Quelque-Chose),
je n'ai pas peur,
la mort ne me fait pas peur,
simplement comme toute finitude elle me rend triste,
et comme finitude définitive elle me rend
définitivement triste.
Triste.

ifness

Messages : 2829
Date d'inscription : 04/07/2016
Age : 96
Localisation : on dirait le sud

Revenir en haut Aller en bas

La joie de mourir Empty Re: La joie de mourir

Message par Invité le Jeu 20 Avr 2017 - 0:59

Sur la Joie et la Peine


Alors une femme dit : "Parle-nous de la Joie et de la Peine".
Et il répondit :
Votre joie est votre tristesse sans masque.
Et ce même puits d'où jaillit votre rire fut souvent rempli de vos larmes.
Et comment en serait-il autrement ?
Plus profondément la tristesse creusera dans votre être, plus abondamment vous pourrez le combler de joie.
La coupe fraîche qui contient votre vin n'est-elle pas celle-là même qui fut brûlante dans le four du potier ?
Et le luth qui apaise votre esprit, n'est-il pas ce même bois qui fut taillé à coups de couteau ?
Quand vous éprouvez de la joie, sondez votre cœur et vous trouverez que seul ce qui dans le passé vous a causé de la peine fait à présent votre bonheur.
Dès lors que la tristesse vous envahit, sondez de nouveau votre cœur et vous verrez qu'en vérité vous pleurez sur ce qui autrefois vous a rendu heureux.
Certains d'entre vous disent : "La joie est plus grande que la tristesse", et d'autres de soutenir : "Non, la tristesse est plus grande que la joie."
Mais moi je vous dis, qu'elles sont inséparables.
Elles marchent ensemble, et quand l'une vient s'attabler seule avec vous, n'oubliez pas que l'autre s'est assoupie sur votre lit.
En vérité vous êtes comme les plateaux d'une balance, oscillant entre votre joie et votre tristesse.
Il faudrait que vous soyez vide pour rester immobile et en équilibre.
Lorsque le gardien du trésor vous soulève pour peser son argent et son or, vous ne pouvez empêcher votre joie ou votre tristesse de faire pencher la balance".


Khalil Gibran

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La joie de mourir Empty Re: La joie de mourir

Message par ifness le Jeu 20 Avr 2017 - 1:20

Fait chier : j'ai écrit un texte qui s'est évaporé.

Khalil Gibran.

ifness

Messages : 2829
Date d'inscription : 04/07/2016
Age : 96
Localisation : on dirait le sud

Revenir en haut Aller en bas

La joie de mourir Empty Re: La joie de mourir

Message par ifness le Jeu 20 Avr 2017 - 1:51

Et de l'inconvénient d'être né.....

On s'en fout : on mourra bien assez tôt.

Ouzo ! Santé !!

ifness

Messages : 2829
Date d'inscription : 04/07/2016
Age : 96
Localisation : on dirait le sud

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum