46 winters Yangue star planete Mars

Page 30 sur 33 Précédent  1 ... 16 ... 29, 30, 31, 32, 33  Suivant

Aller en bas

Re: 46 winters Yangue star planete Mars

Message par Miss aux yeux arc-en-ciel le Sam 14 Juil 2018 - 18:27

Il n'y a pas que les femmes qui sont "désanimalisées"...Nous nous éloignons de la nature et du naturel de l'humain pour tendre vers quelque chose d'hyper codifié, contrôlé, normé, robotisé...

As-tu vu les pubs sur ces mannequins qui laissent leurs poils, c'est osé!

Miss aux yeux arc-en-ciel
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1043
Date d'inscription : 21/04/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: 46 winters Yangue star planete Mars

Message par Sâdhanâ le Sam 14 Juil 2018 - 18:52

nan, pas vu. Je ne suis plus rien,j'ai pas la télé.
Je sais pas si cela a un sens profond. Perso chu pas fan des poils humains. C'est une barrière à la peau.Comme le vêtement. Ont elles un discours?
Les hommes aussi sont élevés comme des machines. J'ai rencontré des hommes abîmés par leur " devoir" de performance. Dans tous les secteurs. Professionnel, sexuel, l'un bousillant l'autre.
avatar
Sâdhanâ
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 974
Date d'inscription : 18/03/2017
Age : 47
Localisation : marseille

Revenir en haut Aller en bas

Re: 46 winters Yangue star planete Mars

Message par Miss aux yeux arc-en-ciel le Sam 14 Juil 2018 - 20:20

Je ne sais pas vraiment si c'est récent, moi non plus je ne regarde pas la tv, mais j'ai vu ça circuler sur internet. Je suppose que leur discours est que le poil n'est pas quelque-chose de sale, et que si elles veulent les garder, qu'on leur foute la paix, qu'elles n'en sont pas moins féminines un truc du genre...

Oui pour le mecs cassés, j'imagine très bien...
avatar
Miss aux yeux arc-en-ciel
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1043
Date d'inscription : 21/04/2016
Age : 99
Localisation : Rêves enchantés

Revenir en haut Aller en bas

Re: 46 winters Yangue star planete Mars

Message par Sâdhanâ le Lun 16 Juil 2018 - 11:26

pAiNdiSBeliEfAnGErcRaSH2nDwavEsANesSaACcepTancEcOnvaleSssss.
Rise.


Dernière édition par Sâdhanâ le Mer 18 Juil 2018 - 0:16, édité 2 fois
avatar
Sâdhanâ
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 974
Date d'inscription : 18/03/2017
Age : 47
Localisation : marseille

Revenir en haut Aller en bas

Re: 46 winters Yangue star planete Mars

Message par Sâdhanâ le Lun 16 Juil 2018 - 12:50

Des éclairs zèbrent le ciel opaque.
Labradorite tardive,c'est pas rétroactif même en période de soldes sur la belladonne.Mais je ne sens alors pas la montée, j'espère que cette fois, je ne terminerai pas la tête dans les toilettes à me vider par tous les trous.Je ne suis pas une éponge, je suis le fascia du monde, secouant les débris de mon coeur dans son escarcelle.


Dernière édition par Sâdhanâ le Ven 20 Juil 2018 - 14:46, édité 2 fois
avatar
Sâdhanâ
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 974
Date d'inscription : 18/03/2017
Age : 47
Localisation : marseille

Revenir en haut Aller en bas

Re: 46 winters Yangue star planete Mars

Message par Sâdhanâ le Lun 16 Juil 2018 - 16:23


Ce morceau, je l'entends en boucle dans toutes mes cellules 24/24 depuis hier.

15 juillet.
Est il raisonnable de prendre la route début d'apres midi un dimanche pour Eden, après un jour férié de juillet, quand le soleil est sans pitié et qu'il sera impossible de trouver où se garer.
Nan. Je pars.
Tant pis, je vais péter les murs. Je ne suis pas à ça près.La route.Au moins. Je perds sous la pédale le fil du temps, les courbes de l'espace. Sentir Mère Nature.  Sous les pins les cigales étoudissantes, tout est pris. J'envoie demande à l'univers.Dans les deux secondes qui suivent, un couple monte en voiture calmement sous mes yeux. Gods have compassion. Grateful.
Je descends la falaise, le chemin ne cesse de tendre ses os de pierre, et de s'écrouler, une jambe raide. Un truc à se péter la gueule  trente mètres plus bas, déchiquetée,sans 2e tour de manège. I make it.
Deuxième miracle: le monde est presque désert sous les strates noires, zébrées de blanc. Zèbre noir, zèbre blanc, flashes today. Thème de la journée. Les alcôves m'invitent. Je trouve ma grotte, me déshabille. Lis un peu. Partie 25. Tout s'éclaire, Ralph. Je peux plus.
" Salut, tu vas faire du yoga?"
" y a des chances".
Il a les yeux bleus, un grand tatouage dans le dos, un grand sourire. On s'est déjà croisés.
Je m'installe sur mon tapis, respiration intra abdominale, les éclats de mer découpent mon cerveau.
Bramari, je sens Sahsrara s'ouvrir, gratitude.Ma peau boit le sel et les billes de pierre yin et yang sous mes cuisses. Je pleure, m'allonge le visage dans la calanque, je suis secouée de tous les sanglots du monde.
Reprendre son souffle, hurler du ventre animal,grogner encore, laisser couler, yoga.


                                                                       YOGA
Je commence une séance, un homme passe et s'arrête, me pose des questions sur la longue cicatrice qui orne ma jambe droite.
Me raconte comment il a refusé l'amputation, après avoir banalement été chercher son chien dans des buissons, cette marée blanche à pointe noire de sa jambe, qui s'assombrit dès le lendemain. Il est vidé de pus quelques jours plus tard, sans avoir idée de ce qui l'a piqué. Amputation.
" En Flandres, ils détestent les Français. Là-bas,c'est pas comme en France, on te demande pas ton avis pour une amputation. Je dis à ma femme " dis à ce salopard de chirurgien que s'il me coupe la jambe, je viendrai sur l'autre, pour le tuer."
Il marche, musculature aqueuse et vide, mais il marche.
Je l'écoute longtemps. Il faut que je m'occupe de moi, j'ai du taf.
" -Monsieur, je vais devoir reprendre ma séance, si vous voulez bien.
- Oui, bonne soirée. Vous êtes charmante.
- Merci", bredouille-je ( c'est ça qu'il faut dire?).
Une vague de sanglots me submerge.
Il part. Seule à l'orée de ma grotte, je vire le tapis, fais une avec les éléments, je reprends, équilibres difficiles dans la profondeur des galets, torsions exigentes et si pleasureful, équilibres, dragonfly qui glisse sur mes bras, Sainte Crème Solaire, navasana, triko, demi lune, oiseau de paradis.
Guerrière. Guerrière. Je régule ma respiration,



                 mon coeur est lourd comme un tank,

                enfermé à double tour dans une banque


La lumière est magnifique, d'un rose or, le corps nourri je cours et fais des roues de long en large au dessus des vaguelettes calmes.
Remercie la Terre, la Mer et pleure. Elle m'invite à nouveau l'enveloppe.Je la sens.
Je m'enfonce dans son eau pure sans ma frilosité habituelle, je ne sens plus, je ne sens plus

                       wash through me wash through me

Je supplie, de plus en plus fort, les vagues, la masse matricielle.

Ressors. Poitrine ouverte, bras tendus face au soleil qui me traverse,
je sens l'écorce noire de ma calcinité se fendre de lave,mon être qui se consume.
La vague de mon ventre est un tsunami, le crash de sa finitude, initiée au dessus d'un poulet aux pruneaux d'hiver. Dévastatrice.

Le moment du culte.
Je ramasse une poignée de galets, noir profond de l'ardoise humide, blanc laiteux de Carrare, cherche les points cardinaux.

Gods of the West
of the dying of the day, of the sun setting
of the ages old
Gods of ends and deaths,
help me accompany my own here
end my ordeal
Please accept my offerings

Les mains en prière sur le troisième oeil, j'offre ces pierres chargées de mon coeur, lance quelques cailloux.


Gods of the East
gods of rebirth and light
help me create a new era
sustain my opening
 so that i can honour you
with its fruitfulness
Please accept my offerings


Gods of the North
Gods of darkness, fears and pain
Gods of the coldness of the corpse
Root of all rebirth, time of rest
Pervade my cave
kill what has to be
so i can rise again
Please accept my offerings



Gods of the South
Gods of warmth, abundance
Light, travels and new horizons
Please help me
mend my heart
make my way through life again
Please accept my offerings

J'ai officié à tous les rituels. La mer m'appelle.
Dans la lumière de fin du jour, brise langueur et érotique,salée et tiède, les algues mousse amarrées aux roches sont traversées d'une lumière irréelle, Ô beauté du monde,Ô lumière, gratitude.
Je tiens à peine debout.

 Tout ce flot ne t'appartient pas. Tu portes les larmes d'autrui aussi en ton sein.


Cette phrase qui se murmure seule dans mon crâne m'apaise un peu.
M'échoue désossée,me laisse balloter telle une épave sur la grève. Je relâche tout.
J'ai quitté mon humanité. Je ne suis plus.Les galets massent mon corps, massent mon coeur, la mer me pénètre et me fouette sec et sans heurt, les entrailles avec.
Le soleil se couche derrière le sombre feuilletage minéral des récifs à l'ouest.
Quand je sens que mon corps a repris régime autonome, je sors de l'eau, rassemble mes affaires.
Je vais le saluer. Fume avec lui.
"- Tu crois au hasard, toi?
"- Nan, plus."
" -Voilà, c'est là que je veux en venir. Ici, tu viens faire du yoga parce que tu sais que l'énergie est bonne, que les gens qui viennent ici aussi. Et  ta jambe?", sourit il.
" -C'est mon sanctuaire. Ma jambe c'est pas terrible, mais je suis venue ici pour me nettoyer entre autres. Je n'ai pas eu le temps de me protéger avec ma pierre, j'ai épongé quelqu'un qui allait mal.Moi c'était en germe, ça a explosé. J'ai peut être fait des conneries. Je manque de lucidité, je reviens de loin.
- Mmh, moi aussi chui zèbre, HP, ce que tu voudras. M'en fous. J'ai passé mon enfance chez des psys, inadapté, sens zéro de la culpabilité judéo chrétienne. Le temps n'existe pas. Qu'est ce que tu en as à foutre de l'heure qu'il est. Le temps biologique de tes cellules oui, le reste ça n'existe pas."
Ah ouais. Au bout du monde, un lieu caché.
" Pourquoi t'es là? Tu vois, moi je pleure non stop depuis 48 heures. Demande à Océane."
Son amie, jeune blonde sous l'alcôve roule un joint.
"Je pleure et je vois mon état avec distance. Et je me dis tu vois c'est la raison qui te fait pleurer parce que tu crois que tu es triste ,( ses yeux rougissent) mais au fond, on est pas ici dans ce lieu parce qu'on va mal, on est là parce qu'on travaille à aller mieux."
ses yeux explosent, non non, je ne peux pas te toucher, je ne peux accueillir ta peine, je suis trop chargée déjà, je n'ai pas la force.
" T'inquiète pas pour moi, j'ai construit une bulle autour de moi, je ne peux ni donner de ma douleur, ni en recevoir de l'extérieur. Tiens, vas-y,sens. Il me saisit un bras.
" tu vois. Ca m'appartient. Rien ne passera en toi."
Il poursuit. Ses yeux débordent à nouveau. Je place une main sur son coeur.

Un autre homme s'arrête, me pose des questions sur le yoga que je pratique. Grand sourire. Repart.
Je vais être la grande prêtresse de Eden.
On parle, longtemps. Le soleil vise l'autre face du globe.
Et finissons par poursuivre en gravissant la paroi.
"La vie, c'est beau comme ça, devant nous, comme la musique"
" T'écoute quoi?"
" Un peu de tout ". Très mauvaise réponse. De tout, ça veut dire rien de qualité.
" de la techno, de l'électro berlinoise".
Ping, un de mes voyants s'allume.
"Mon deuxième boulot, c'est la production et la diffusion en techno. J'organise des soirées, j'ai le son en intra."
Ah. Je sens mes zygomatiques s'étirer dans mes oreilles. La dernière fois, je t'ai demandé ton no pour ma copine qui voulait commencer le yoga. Là, c'est pour moi. Viens à mon cabanon, il est tout mal foutu mais je suis en pleine nature, c'est super beau et paisible.
Et puis, je t'inviterai à des soirées.
Je prends.

Dans l'après midi, Shasha m'avait appelée. Un zèbre qui s'ignorait, dont tout crie, à fleur de peau,un de ceux qui s'en foutent royal.J'avais oublié mon portable dans la voiture. Climb up and down again. Ca faisait deux jours. Il vient aux nouvelles. Il ne m'insulte plus en riant. Mi temps  de notre ping pong verbal, glissée d'uppercuts à conneries vers le coeur généreux. Apprivoisé le loup des steppes.
" J'ai croisé mon ex tout à l'heure. Enceinte de six mois". Sa voix se fissure.
J'ai toujours voulu être père. Je le serai jamais.C'est fini. Tu vois, une démission professionnelle, une naissance. Elle est toujours seule. Tout se sait dans une petite ville. Je te parie qu'elle l'a fait toute seule cet enfant. Que le mec s'est barré. Je te rappelle à la mi temps".
Sa voix me fait du bien.

Mes pieds ont disparu sous les pierres et l'eau quand il rappelle.
" - ON EST CHAMPIONS DU MONDE!!!!!! hurle t-il, c'est incroyable", il en pleure presque, je m'en tape du foot, mais il est extatique, il est heureux, indien pur jus de Maurice avec un accent du Nord à couper au couteau, et fier d'être français.
C'est beau, tous ces gens heureux qui sourient, c'est beau, si tu voyais ça, même les enfants, avec leurs petits drapeaux, ils sont heureux. J'ai lancé une chenille ( vision absurde et hilarante), il y avait tous ces gens à l'unisson, on était une famille, c'était beau, s'étrangle-t-il encore.
Allez, pourquoi t'es triste? Dis moi. Pourquoi t'es triste?
- Je veux pas en parler. "
Il insiste.

Me rappelle en soirée,revient à la charge. Au final, en effet, qu'est ce que ça peut foutre. Shasha a 34 ans, à l'autre bout de la France,fait le clown plus encore.  Refuse de raccrocher à 2heures du mat'.
" Alors, tu vois, ça va mieux, je t'ai fait rire."
Ce matin encore, rappelle. J'ai déjà une heure de pleurs au compteur.
Veut que je rie, veut que je remonte, il me tient la tête hors de l'eau.
" -Pourquoi me portes tu à bout de bras ainsi? Parce que je t'ai soutenu dans les moments difficiles?
Oui, je l'ai porté dans ses tempêtes récentes. Oui, je voulais qu'il soit un killer de patron abusif. La violence du système hiérarchique. Il l'a fait. Je l'ai boosté à mort des jours durant, ses collègues aussi. Dans les écuries d'Augias le porc de sa race, tu as été digne d'un Herakles. Je te l'ai dit que tu ressemblais à un dieu grec.
- Ben oui. Je suis pas comme les gens. J'ai été élevé comme ça, et puis c'est ma nature."
Si touchant.
" -Pis, tous ces mecs qui t'ont abordée aujourd'hui, c'est parce que t'es bandante, quelque soit ton âge.
- C'est ce que tu penses aussi?"
Silence.

"Nan".
Je connais ce ton, mille fois décliné. J'esquisse un sourire. Mais on est passés à autre chose. Quand on se verra, on fera et dira plein de conneries.Je l'emmenerai manger la meilleure pizza de Marseille, dans une petite rue du 7e.Ce sera bien.


Dernière édition par Sâdhanâ le Ven 20 Juil 2018 - 14:53, édité 3 fois
avatar
Sâdhanâ
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 974
Date d'inscription : 18/03/2017
Age : 47
Localisation : marseille

Revenir en haut Aller en bas

Re: 46 winters Yangue star planete Mars

Message par Sâdhanâ le Lun 16 Juil 2018 - 16:29

Mail de Michel, 16 juin.

Pour ce qui est de la victoire de la France (68 M d'h) sur la Croatie (4,1 M d'h), j'aime autant te dire qu ça me gave sérieux. 
L'objet du mail est ailleurs. Ici :La séance photo envisagée.


Je t'explique quoitesse. Quand je t'ai photographiée c'était dans le cadre de mes recherches sur les métacinèses. Ces prises de vues induisent ensuite un travail très lourd de traitement et de retouche. La préparation de mon déménagement m'oblige à remettre de nouvelles séances à plus tard.
L'importance que j'accorde à ces métacinèses et la difficulté de trouver des modèles m'ont amené à rémunérer des modèles.
Outre ces métacinèses j'aime réaliser des photos érotiques et nous avions convenu que je t'en ferai. Pour autant je ne pourrai pas te rémunérer pour cette séance. La question est de savoir si tu veux faire ces photos parce que tu as besoin de sous ou parce que tu en as envie. Je ne voudrais pas que tu poses gratuitement... par amitié.
Voilà. 
Je reste disponible en journée et soirée pour cette éventuelle séance si ça te dit.
Bz


C'est parfait, pour moi. Je ne veux pas d'argent. Je te rappelle en fin de journée.
bisou
avatar
Sâdhanâ
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 974
Date d'inscription : 18/03/2017
Age : 47
Localisation : marseille

Revenir en haut Aller en bas

Re: 46 winters Yangue star planete Mars

Message par Sâdhanâ le Jeu 19 Juil 2018 - 23:49

JX2, Corsica Linea et horizons divers


Le soir tombe sur la Méditerranée. Au loin, une bande de continent bleu gris,sombre, le ventre des nuages épousant ses irrégularités. Quelques souvenirs roses fadissent dans une mauve terne, la mer et le ciel s'unissant nacre et songe, Geb et Nout, la vibration sourde des moteurs, de rares lumières oranges rappelant l'omniprésence humaine.
Je ne quitte pas la côte en tribu bruyante cette année.
Etre à bord seule me ramène en gorge ma semaine de stop en Bretagne il y a vingt ans. Le sac à dos exalté contenant le minimum vital pour ne jamais revenir, les semelles de vent, le désespoir palpable de l'inéluctable retour. Seule, bien, une mer de possibles offerte.
Le barman avec lequel j'ai discuté eau de vie de verveine remplit gratos ma théière.
«-J'en ramènenerai l'an prochain, on la boira ensemble, dit-il
-Je sais pas quand je reviendrai en Corse. Je ne peux m'avancer.Pis ça torche méchant la verveine...
- Ah oui... » ,sourit-il discrètement.
On gagne toujours à être ouvert au monde.Au final, un.e inconnu.est un fort potentiel de lien.Depuis début 2018, uppercuts, trahison, cadeaux de vie, déclarations d'amour, les bras d'un ami, les longues embrassades de Ludo, bientôt sur le départ, attendu par sa nouvelle compagnie en Pologne.
Donner, recevoir,partager, apprendre encore et toujours, se relever,vivre.

Portable vibre :
« Bien sûr que ça me ferait plaisir de voir ta tête de voyoue ! RDV au Green Bear ou sur le toit de la mairie ? 
-Toit de mairie évidemment »

Voir JX2, j'y croyais plus. Ca faisait plus d'un an. Il a maigri, s'est musclé– rupture amoureuse, natation haute dose et retrouvailles-, se laisse pousser les cheveux. Il a de la gueule. Il dégage toujours autant de rock'n roll. A 58 ans, il laisse sur place tous les mecs de quinze ans son cadet, dans tous les domaines.Quel dommage qu'il ne m'ait pas tapé dans le cœur quand il m'avait trimballée dans tout le gratin archéo et artistique entre Aix et Marseille il y a cinq ans, qu'on fendait la chaleur et l'asphalte en moto à 180 kms/h sur l'autoroute,vers cette magnifique expo en Arles qu'était «  Nuages ».
A la station essence, les portes coulissantes s'étaient refermées sur mon casque porté, me valsant ivre comme une Chuppa, ridicule et absurde en plein, sur le parking. J'en avais tant ri.
On n'est pas maître.sse de ses attirances.


« Alors, voilà, on a quasi signé ».
Cette phrase, ça fait des années que je l'entends. Mais j'y connais rien en marchés et partenaires.
«  Ouais, jte passe les détails, c'est un bordel sans nom, mais rgarde, jt'ai apporté le dossier et les plans de l'archi », il me conte ses mésaventures d'Ulysse de la culture high tech, ses projets concommitants et relatifs. S'arrête jamais, avec des idées plein la tête, les pieds sur terre, en tournant les pages, le doigt guidant l'oeil sur points forts, déconvenues, réévaluations de travaux, coupures de presse locale,nationale. Une détermination de fer,patience, résilience.
La patience. Une de mes faiblesses.
On s'était rencontrés sur un site exigentmonc il y a des années.
Il était en attente, il avait pris soin de moi après une rupture hard, gentleman, présent, élégant, rassurant, toujours.J'avais du lui dire que non, à mon grand regret, je ne pouvais lui offrir que mon amitié. Il en avait souffert et coupé les ponts. Il m'avait manqué. J'avais attendu que son cœur fut pansé, j'étais soulagée de voir que je ne laisserais pas de cicatrice profonde,je l'avais relancé et on était devenus potes. 2013. C'était les débuts de son projet pharaonique. Un multiplex consacré au cinéma d'art et d'essai, avec salles d'expo, de conf, de concert, restauration de qualité, unique en France, designé par Villemotte qui allait réveiller le tiers monde des hauts de la Canebière.
Mon quartier de barbus exclusifs amené à se boboïfier dans la flaque d'huile de cette architecture. Tant que ça devient pas un bastion hype. La vie,surprenante, toujours.
C'était le genre de mec dans le cinéma il y a des années, à avoir cinq balles pour finir le mois, et qui y allait au bluff, serre les fesses, regarde bien droit dans les yeux en gentle tueur , et qui ressort avec en fond de poche un chèque de plusieurs dizaines de milliers d'euros du bureau du magnat. Une force de la nature. La roulette russe, JX2. Sure shot.
Il me fait un clin d'oeil, et sourit. Il sait que je vais kiffer. Il aime bien encore maintenant, voir mes yeux qui s'allument.


«  Alors, jte fais visiter chez moi ? »
A quelques mètres, la porte verrouillée du chantier.Les locaux de la mairie devraient être vides. Ils ne sont que désertés, bureaux, chaises, armoires, posters d'évènements culturels récents à même les vitres, éviers sans canalisations, lampes murales branlantes ou arrachées, grand silence des bureaux et couloirs vides. Je sursurkiffe. J'adore les bâtiments désaffectés. Comme quand Sibylle m'avait emmenée voir ses potes punks squattant une école récemment désaffectée portant mémoire des fastes haussmaniens de l'élégant hôtel particulier que ça avait été.
Là, pas de matelas au sol, canettes, chiens qui pissent dans des salles de classe, pas de graffs, d'ACAB et nulle anarchie bombée sur les murs.
Juste ces longs couloirs vides, plaques de lino ondulées, décollées renvoyant déformée les langues de lumière de l'été brûlant. Décor idéal d'amour, productions artistiques sauvages, de parties de cache cache, de films amateurs, performances,le tout mêlé.Un terrain de jeu vierge.Romantisme polycéphale.
Sur le toit, il m'explique l'avancée de la terrasse géante, avec en fond d'écran les lignes austères de la cathédrale des Réformés, un graff rose vif et géant la jouxtant sur une face de batiment sans charme.
Cet oxymore visuel avait gêné les concepteurs. Il m'enchante.
«  Nan, c'est ça aussi Marseille. » JX2 acquiesce.
Retour au Green Bear. Il est posé, il y a quelque chose du sage chez lui depuis quelques années. Il m 'écoute avec bienveillance dérouler 2017, et cette moitié 2018 incroyablement intense, quelques inquiétudes maternelles.
« - Tu vois, j'ai besoin de m'entourer de gens avec lesquels je me sens en confiance, comme toi, même si on se voit peu. Parce que tu es saine, franche du collier. En fait, tu es aussi disruptive. Tu as toujours eu cette énergie de malade depuis que je te connais.Tu veux tout, tout de suite, mais l'humain, faut prendre le temps, comme quand au vernissage de l'expo sur Le Corbusier, tu avais sauté sur un ami avec un cri d'enthousiasme. Ca troublait l'onde de la soirée d'une certaine façon.
-Ah flûte. J'avais jamais vu les choses comme ça. Que je puisse déranger.C'est bien que tu me le dises. »
Avec JX2, le temps est toujours trop court. Mais nos sourires au sortir de cette entrevue en disent long sur notre affection mutuelle, le plaisir que nous avons partagé.


De retour dans mon temple,mon portable sonne message.
«  T'es une fille attachante, Sâdhanâ, compliquée mais attachante. Je crois que c'est une question de curseurs. Pas évident avec la table de mixage que tu as devant toi, mais je suis sûr que tu vas en sortir un bon son. »


De lointains serpents clignotant jaune et blanc rappellent que nous longeons une côte. Devant,à droite, à gauche, les barrières blanches du ferry ceignent minces l'enceinte d'une trève.
Tout autour, la nuit noire,opaque. Amnésie. Un nouveau jour se lèvera en moi.
avatar
Sâdhanâ
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 974
Date d'inscription : 18/03/2017
Age : 47
Localisation : marseille

Revenir en haut Aller en bas

Re: 46 winters Yangue star planete Mars

Message par Sâdhanâ le Ven 20 Juil 2018 - 19:28

pétition contre le parquage de 7 millions de musulmans avant génocide en Inde.

Genocide Early Warning Signs in Assam State, India (Avaaz)
http://bit.ly/AvaazAssam
avatar
Sâdhanâ
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 974
Date d'inscription : 18/03/2017
Age : 47
Localisation : marseille

Revenir en haut Aller en bas

Re: 46 winters Yangue star planete Mars

Message par Sâdhanâ le Ven 20 Juil 2018 - 19:41

the enemy is within.


Dernière édition par Sâdhanâ le Mer 5 Sep 2018 - 11:12, édité 1 fois
avatar
Sâdhanâ
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 974
Date d'inscription : 18/03/2017
Age : 47
Localisation : marseille

Revenir en haut Aller en bas

Re: 46 winters Yangue star planete Mars

Message par Sâdhanâ le Mar 24 Juil 2018 - 22:08

avatar
Sâdhanâ
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 974
Date d'inscription : 18/03/2017
Age : 47
Localisation : marseille

Revenir en haut Aller en bas

Re: 46 winters Yangue star planete Mars

Message par Sâdhanâ le Jeu 26 Juil 2018 - 11:14

Dear Lunascopers
 
If you have felt hurled around by the chaotic energies that have created so much change, awakening, and restlessness these last few months, this super-charged total Lunar eclipse blood moon in Aquarius continues the onslaught. The combined forces of the Sun in Leo, and the Moon in Aquarius, with Earth, wedged between them, is bringing things to a head, and forcing us outside the box, to stand in our power, and uncompromisingly be who we are.

To add to the intensity it is the longest lunar eclipse of the century, lasting three hours and 55 minutes from beginning to end, (but only visible in Europe, Africa, Asia, Australia and New Zealand.)

This Aquarius full moon has the potential to effect change on all levels - and on a mass scale. It is helping to tear down the old ways of thinking and ignite new ideas and innovative creations and technology. It also dissolves the veil of ignorance so we can start seeing beyond what is being fed to us by the media and controlled TV, and accept the truth our hearts are telling us.

This moon shows us how we can start serving for the ‘good of the whole,' rather than for personal gain. This theme keeps re-appearing and for good reason: now more than ever, we need to recognize that the power is really within us, and take personal responsibility for our part in what is happening in the world.

To top things off, Mercury goes retrograde for three weeks on 26th July (GMT), slowing things down and making communications and travel complicated. With this retrograde in the sun sign of Leo, we may well need to dig deep and find the patience and tenacity to ride through this period. 

The more you can keep your ego in check, and in control, the easier it will be to avoid any potential dramas or pitfall that may come up over the next few weeks. Maintain your inner peace and harmony, regardless of what is happening around you.

Despite all the chaos, this Leo/Aquarius moon eclipse ultimately reminds us to embrace the rebel and stand in our power, so we can be the change.

Wishing you all
Aquarius Full Moon Blessings 
Rebekah Shaman xxx
avatar
Sâdhanâ
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 974
Date d'inscription : 18/03/2017
Age : 47
Localisation : marseille

Revenir en haut Aller en bas

Re: 46 winters Yangue star planete Mars

Message par Sâdhanâ le Jeu 26 Juil 2018 - 11:25

Ce soir, nous sommes au moins deux de notre communauté de bout du monde corse à désirer célébrer l'éclipse de lune.
Nous partirons sur les chemins collecter des fleurs pour nos couronnes, nous placerons des bougies, branches du pentacle, et danserons nues sous la lune.
Nous offrirons nos maux à la Lune puissante, et invoquerons les dieux pour qu'ils nous accompagnent dans notre nouveau cycle.
Forget about all the preconceived ideas you have and let go.
Let u celebrate here and wherever you are.
May rebirth be with you, bros ans sis.
May rebirth be with you

Love to you all
Namaste
avatar
Sâdhanâ
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 974
Date d'inscription : 18/03/2017
Age : 47
Localisation : marseille

Revenir en haut Aller en bas

Re: 46 winters Yangue star planete Mars

Message par Sâdhanâ le Ven 27 Juil 2018 - 13:41



 du bonheur des rencontres, partage avec un batteur d'indus.
J'adooooore...
avatar
Sâdhanâ
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 974
Date d'inscription : 18/03/2017
Age : 47
Localisation : marseille

Revenir en haut Aller en bas

Re: 46 winters Yangue star planete Mars

Message par Sâdhanâ le Dim 29 Juil 2018 - 13:59



 gangsta hardcore mortel


Dernière édition par Sâdhanâ le Dim 12 Aoû 2018 - 12:29, édité 1 fois
avatar
Sâdhanâ
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 974
Date d'inscription : 18/03/2017
Age : 47
Localisation : marseille

Revenir en haut Aller en bas

Re: 46 winters Yangue star planete Mars

Message par Sâdhanâ le Dim 29 Juil 2018 - 15:20

Retour de Corse et Lune de Sang


Je suis pas très bien assise,les fesses talées sur mon tapis de yoga.
La nuit précédente, blanche de Blood Moon me chiffonne visage, yeux et cerveau.
Par la paroi de verre qui me sépare de l'étage inférieur du pont 5, je vois défiler la mer, surface plane à peine alourdie de quelques remous. Passage de baleines, ai-je entendu. Quelques coulées de rouille merdiques et hésitantes sur les murs blancs de l'intérieur du navire. Tapis écarlate légèrement maculé.
A l'aller, seule, la nuit, j'avais couchette pour incarcérée des grands fonds. Au retour, de jour, le ciel pâle brouille les cîmes imprécises des nuages couchés sur l'horizon.
Corsica Linea, c'est pas Corsica Ferries : pas d'escaliers colimaçon permettant de faire alcôve sous les marches pour éviter la foule, siester tranquille et planquée, faire du yoga. Cette fois, je suis exposée comme une renarde sans tanière et sans intimité. Mes 1.50m2, d'installation à l'arrache, bouffe, bouquins sur le poythéisme hindou, Pranayama Dipika, clop électronique dans un recoin de fortune me donnent pour horizon proche la porte des sanitaires, de grandes photos réalistes mettant en exergue artistique le personnel de bord dans son quotidien, genre galerie art contemporain, avant l'entrée sur le bar, ses cris d'enfants sur le babyfoot, ses corps adultes affalés en sieste, hommes qui glandent, femmes gérant les petits. Les passagers de tous âges abaissent leur regard sur moi, il suffirait que je mette une coupelle devant mon antre sommairement organisée pour que leur regard se détourne avec un mépris gêné. Vas y lâche moi un peu d'oseille, ça sera jamais gâché.
Tant pis. A la guerre comme à la guerre, mon isolement me convient. Des bribes de commentaires qui me traversent, je commence à percevoir néanmoins que j'ai espace de choix : pas d'obligation de me mêler à la masse humaine au bar, pas d'écran imposé à ma vue, celui-ci seul que je me suis choisi,protégée du vent et du soleil qui mord et épuisent.
Nuit blanche donc. Pas de celles qui laissent le corps méduse en rappel suppliant d'un autre, mais soumise à la Lune de Sang qui interdit le repos. Avoir trempé mes lèvres plus que bu de nectar corse à la robe sombre dans le verre de Sandra, a peut être participé à mon insomnie.
Fini l'alcool le soir, quelle merde.
Je me remémore la fraîcheur du champagne, la sueur qui perle en début d'après midi par quarante degrés, lors de ma première rencontre avec S. , l'été dernier. Fellation gourmande sur les rochers de Cassis au déclin du soleil que j'avais du interrompre, il faisait un malaise, il avait du s'allonger une demi heure, membres fourmillants, respiration pénible, yeux clos ou ébétés, jambes trop faibles pour redescendre les rochers.
Peut être le stress du réveil à 6 heures du mat' en espérant ne rien oublier d'essentiel derrière une pile d'objets oubliés ou pas encore remisés de ceux et celles qui partiront plus tard. Sans doute un peu tout.Nuit merdique qui n'aurait pas dépassé les cinq heures de toutes façons.
J'ai mal aux fesses, le coccyx planté dans le tapis rouge vibrant des moteurs. Une humanité à la peau Ambre Solaire presqu'innocente ou vieux cuir de tous âges défile, bruyante, égale au final.
La nuit dernière, sur la terrasse au pied de mon pentacle de charbon, photophores en pointes, nue sous mon ample couverture de polaire rouge, les sacres anciens sont entrés en moi, une respiration de plus en plus fauve, une joie grandissante, des improvisations incantatoires en anglais bientôt automatiques, de plus en plus puissantes, la lune sanglante, exceptionnelle entre les branchages noirs de la forêt vêtant l'horizon. Ma cérémonie d'initiation solitaire aurait dû être courte, je ne voulais sacrifier notre dernière soirée de Loup Garou collective. Je les entendais s'exclamer et rire parfois à une quelque dizaine de mètres, autour de la table de nos festins. Mais une fois entrée en transe, je ne pouvais plus abréger, c'eut été sacrilège, c'eut été autosabordage et m'y suis refusée.
Je me sentais traverser les âges et revenir à where i belong.C'était joyeux, c'était Female Power.
J'ai offert mes cicatrices anciennes et celles à peine fermées au feu et à la Terre, à la Lune et aux étoiles bienveillantes crevant l'obscurité. J'ai demandé aux larmes qui pointaient, à cette mer de sel de toutes celles que j'ai versées depuis les grands tourments de me purifier, moi ,et deux hommes en souffrance.
L'un d'un deuil amoureux, d'une paternité avortée, pour qu'il renaisse en son corps, son cœur et son âme, pour que je puisse le déposer oisillon d'un printemps inespéré dans les mains douces de son prochain amour.Qu'il redécouvre ses ailes.
L'autre pour défaire des sorts noirs dont il a été victime enfant, quand leur destinataire réel,son père, coula, destructeur des jours que l'on pourrait qualifier de paisibles, mots dits, écrits,traumatisants topped with ou ayant causé les malchances cumulées des strates de sa vie. Et le voyage en perf.
Nature nomade.
Ce dernier, je l'ai imaginé assis à la pointe du pentacle, sa voix speed et sharp, son accent parisien, ses yeux sombres de vestiges mongols.
Ici, ailleurs, bougies, pétales de rose, lys blancs, un espace de culte de Sekhmet et mâle au milieu.
Esprit vagabond et indomptable quand la fatigue est trop prégnante, et qu'elle gagne la partie contre ma raison. Je laisse vaquer sur la houle lente de la Méditerranée.
Pour l'heure, quoiqu'il dise, écrive de ses appréhensions et déceptions en cours, de son attirance, je le tiens à distance. Je ne serai pas second best de ses élections amoureuses, il est engagé à défaut d'être épris. Les planètes ne sont pas alignées.
Puis j'ai offert ma labradorite à la Lune, qu'elle se gorge de rayons et fasse sa lessive comme une grande.
May the Blood Moon give me insight in this Rebirth, Light, warmth, bliss and pleasure.
May i stroll the Universe in tune with my Fate, may I blossom in the spring of this new cycle.


Puis j'ai massé énergiquement mon genou, ma jambe, en lui parlant et en lui donnant de l'amour. Assise tailleur impossible pendant des jours, elle est lors de la cérémonie, confortable, et la remontée en position verticale sans douleur, meilleure flexion, je ne boîte plus.
I felt healed and refreshed, blessed. I couldn't stop smiling, full of love and joy.It showed.


Le temps s'écoule lent dans les applaudissements des badauds accueillant les cyclistes du Tour de France . Henri IV qui envoyait en ces terres des dizaines de sorcières à la potence, commente le journaliste , la caméra de France 2 collée aux moulinets des jambes fuselées de Kragh Andersen.
Le Tour de France, ennui des dimanches de mon enfance, n'endort pas que moi dans le bar bondé du Monte Doro. La torpeur règne, un peu hors du temps, dans le claquement des portes du pont.
avatar
Sâdhanâ
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 974
Date d'inscription : 18/03/2017
Age : 47
Localisation : marseille

Revenir en haut Aller en bas

Re: 46 winters Yangue star planete Mars

Message par Sâdhanâ le Ven 3 Aoû 2018 - 2:20



Dernière édition par Sâdhanâ le Mar 7 Aoû 2018 - 3:04, édité 1 fois
avatar
Sâdhanâ
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 974
Date d'inscription : 18/03/2017
Age : 47
Localisation : marseille

Revenir en haut Aller en bas

Re: 46 winters Yangue star planete Mars

Message par Sâdhanâ le Mar 7 Aoû 2018 - 2:54


documentaire assez complet sur un site à présent bien connu, mais toujours dérangeant pour nos preconceived ideas about early civilisations.
avatar
Sâdhanâ
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 974
Date d'inscription : 18/03/2017
Age : 47
Localisation : marseille

Revenir en haut Aller en bas

Re: 46 winters Yangue star planete Mars

Message par Sâdhanâ le Sam 11 Aoû 2018 - 19:40

avatar
Sâdhanâ
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 974
Date d'inscription : 18/03/2017
Age : 47
Localisation : marseille

Revenir en haut Aller en bas

Re: 46 winters Yangue star planete Mars

Message par Sâdhanâ le Dim 12 Aoû 2018 - 0:06

avatar
Sâdhanâ
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 974
Date d'inscription : 18/03/2017
Age : 47
Localisation : marseille

Revenir en haut Aller en bas

Re: 46 winters Yangue star planete Mars

Message par jolindien le Dim 12 Aoû 2018 - 8:26

La déesse serait-elle sombre,
et pourtant si brillante
à sa verve dansante
disparaissant dans la nuit,
Lueur ténébreuse tu es polarité,
Et des deux, ainsi se fait l'unité.


jolindien
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1309
Date d'inscription : 05/07/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: 46 winters Yangue star planete Mars

Message par Sâdhanâ le Dim 12 Aoû 2018 - 12:12

Jo! Ta visite me fait grand plaisir! Smile

Je mets trop d'espoir dans l'été
ma nécropole déborde
de rêves fauchés
ne pouvais laisser cadavres
aux mouches
mon ouvrage est presqu'accompli
Je quitterai tantot les morts
dont moi
mon accouchement
tarde, je fais mes 3.5kg
respire...
avatar
Sâdhanâ
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 974
Date d'inscription : 18/03/2017
Age : 47
Localisation : marseille

Revenir en haut Aller en bas

Re: 46 winters Yangue star planete Mars

Message par Sâdhanâ le Mer 22 Aoû 2018 - 21:26

TRump, Poutine au mariage de la ministre des Affaires Etranges autrichiennes, Steve Bannon à Bruxelles, en compagnie de Marine Lepen souriante.
J'ai toujours été eurosceptique. Paupérisation des masses, harmonisation des lois sur le travail, privatisation de la santé, du droit à l'éducation de qualité, ultralibéralisme, ultranationalisme, racisme. L'Europe économique n'est pas l'Europe sociale. Mon enfant, dans quel monde t'ai je donné le jour...

Il est trop tard. Bannon à Bruxelles, Poutine dansant la valse, et aucune réaction européenne.
Elle est là l'Europe suçant le sang de ses pauvres. La dernière ligne d'un jeu de dames, avec des reines russes et américaines,dans tous les coins qui bouffent tous les pions.
C'est pas la guerre des Tartares.
avatar
Sâdhanâ
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 974
Date d'inscription : 18/03/2017
Age : 47
Localisation : marseille

Revenir en haut Aller en bas

Re: 46 winters Yangue star planete Mars

Message par Sâdhanâ le Mer 22 Aoû 2018 - 21:31

avatar
Sâdhanâ
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 974
Date d'inscription : 18/03/2017
Age : 47
Localisation : marseille

Revenir en haut Aller en bas

Re: 46 winters Yangue star planete Mars

Message par Sâdhanâ le Sam 25 Aoû 2018 - 10:34

avatar
Sâdhanâ
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 974
Date d'inscription : 18/03/2017
Age : 47
Localisation : marseille

Revenir en haut Aller en bas

Re: 46 winters Yangue star planete Mars

Message par Sâdhanâ le Sam 25 Aoû 2018 - 10:57

avatar
Sâdhanâ
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 974
Date d'inscription : 18/03/2017
Age : 47
Localisation : marseille

Revenir en haut Aller en bas

Page 30 sur 33 Précédent  1 ... 16 ... 29, 30, 31, 32, 33  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum