46 winters Yangue star planete Mars

Page 21 sur 21 Précédent  1 ... 12 ... 19, 20, 21

Aller en bas

 46 winters Yangue star planete Mars - Page 21 Empty Re: 46 winters Yangue star planete Mars

Message par Le Don qui Chante le Dim 15 Déc 2019 - 22:54


Le Don qui Chante

Messages : 1842
Date d'inscription : 05/01/2016

https://rhesussocial.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

 46 winters Yangue star planete Mars - Page 21 Empty Re: 46 winters Yangue star planete Mars

Message par Sâdhanâ le Dim 19 Jan 2020 - 21:39

prochaine grosse manif vendredi. J'étais seule de mon école à la dernière. Bientôt l'armée et les flics avec les manifestants?
Sâdhanâ
Sâdhanâ

Messages : 1183
Date d'inscription : 18/03/2017
Age : 49
Localisation : marseille

Revenir en haut Aller en bas

 46 winters Yangue star planete Mars - Page 21 Empty Re: 46 winters Yangue star planete Mars

Message par Sâdhanâ le Mer 22 Jan 2020 - 14:35

Sâdhanâ
Sâdhanâ

Messages : 1183
Date d'inscription : 18/03/2017
Age : 49
Localisation : marseille

Revenir en haut Aller en bas

 46 winters Yangue star planete Mars - Page 21 Empty Re: 46 winters Yangue star planete Mars

Message par Le Don qui Chante le Mer 22 Jan 2020 - 16:26

prochaine grosse manif vendredi. J'étais seule de mon école à la dernière. Bientôt l'armée et les flics avec les manifestants?

Idem, en mode Solo.
Mais je les vois plus contre les manifestants...
Le Don qui Chante
Le Don qui Chante

Messages : 1842
Date d'inscription : 05/01/2016

https://rhesussocial.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

 46 winters Yangue star planete Mars - Page 21 Empty Re: 46 winters Yangue star planete Mars

Message par Sâdhanâ le Jeu 23 Jan 2020 - 22:30

oui...
Demain, out of the blue, mon école est fermée. Nombre de manifestants inconnus, Vincent peut être dans le cordon de sécurité de la CGT, schizophrénie pour ce Gilet Jaune des premières heures.
Il me contactera si sa chérie possessive ne participe pas cette fois encore au cortège, où si leurs différents pourrissant ont eu raison de leur couple. Peut être K., ancienne voisine et manifestante régulière, et une tombée de la lune, ma mère, 75 ans,qui a passé sa vie à me démolir, n'a jamais fait une manif de sa vie, mais qui fuit à présent sans doute mon père et ses neurones qui se font la malle.
Drôle de journée en perspective.

Sâdhanâ
Sâdhanâ

Messages : 1183
Date d'inscription : 18/03/2017
Age : 49
Localisation : marseille

Revenir en haut Aller en bas

 46 winters Yangue star planete Mars - Page 21 Empty Re: 46 winters Yangue star planete Mars

Message par Sâdhanâ le Mer 5 Fév 2020 - 22:00

Jacky,
ampoule de cuisine, chamanisme, et manif en Ploutocrafrance





Part1




Jacky était malade depuis quelques années, on parlait de cancer en sourdine, lui jamais, le sourire toujours, un peu terni quand il s'essouflait plus que son asthme quasi constitutif le freinait dans son quotidien de jeune retraité actif, chargeant et déchargeant sans trève ses cartons de bouquins sur les marchés. Il continuait à jouer aux cartes, vivre ses rituels rendez vous amicaux moins vineux qu'alors, ses virées poker à Las Vegas ou Barcelone, ses virées amis en Bretagne, famille en Bourgogne chez ses frères.
Depuis des années, vivant en plein centre de Marseille, je l'exortais sans succès à venir passer la soirée, la nuit chez moi, la veille du marché aux livres du Cours Julien, gagner une heure de sommeil, le van au chaud en parking souterrain à dix minutes. Sa réponse restait inchangée : il préférait son lever à 5 heures du matin de ses collines bleues et vertes pour faire ses derniers chargements, avant de prendre la route. C'est ainsi que pendant dix ans, je l'ai vu sur la place, jamais chez moi, jusqu'à son traitement en immuno thérapie, révolution prometteuse.
Là, ses rendez-vous espacés mais réguliers, l'amenèrent à ma porte, et je bénissais presque la maladie de m'apporter enfin mon oncle sur un plateau.
D'avancées faibles en reculs conséquents, son visage se gonflait de cortisone quand il fut attaqué par une pneumopathie. Je le savais fragile des poumons, mais Jacky est une de ces figures marquées de l'éternité du bien, de la pirouette aux tracas de l'existence, qui le faisaient rire d'un air qu'il mimait sérieux quelques secondes. Oui, sa moustache rousse et nietschzéenne blanchissait, les veines de ses mains saillaient un peu, il avait lâché le tennis,mais c'était là les seules concessions qu'il eut fait au temps, et on finissait par ne plus lui donner d'âge, privilège des institutions. Il avait de plus conservation de son humour légendaire, qui faisait passer les scanners pour de lointaines guignoleries, même si le cigarillo était moins fidèle à ses lèvres.
Et puis il fut contrarié : son nouveau voyage en Thailande fut reporté,ça commençait à être bordélique entre l'immuno et la pneumopathie, les protocoles se faisant la guerre dans son corps, attendant qu'une offensive de ses assaillants s'essouffle d'un côté pour charger en contre attaque sur l'autre.
Reporté, et finalement annulé. Les « problèmes » termes génériques qu'il employait par charité pour le sérieux de l'affaire s'accumulent, mon oncle devient une forteresse assaillie de toutes parts, les scanners révélant des foyers cancéreux là où rien de bien grave n'avait été détecté et traité comme tel. Ca devient un ping pong d'hôpitaux, et un flou médical sur le traitement en cours. Sur son lit, je le découvre meurtri cortisone d'hématomes noirs, les pieds et le visage gonflés à l'hélium.
Il continue à plaisanter comme il le peut, Les Essais de Montaigne sur la table de nuit.
Je m'improvise nutrithérapeuthe : finis l'alcool, les sucres rapide comme lent, sous toutes leurs formes. Je relaie des infos lues en thérapies parallèles , au grand dam de mes parents, shootés idéologiquement et physiquement à l'allopahie. Il n'a plus mal au ventre, dit-il, et suit une diète assez stricte sur mes recommandations. Je me prends à rêver de le sauver. Vitamine C lipososomale qui coûte une blinde, je misread surfant sur ma vague de miracles potentiels. Tant pis, mes parents n'y croient pas. Je commande sur internet, la fameuse fiole introuvable sur le marché, m'engueule à me péter les cordes vocales avec mes géniteurs, qui ne croient qu'en la charcuterie conventionnée de l'étroitesse thérapeutique française.
Celle- là même qui ravit à la vie, la leur, la mienne, plusieurs de mes amies proches entre trente et quarante deux ans, sagement décédées en oncologie.
22 décembre. Ma mère m'appelle chez Y, la voix tremblante de sanglots. Il faut avancer Noël au lendemain, Jacky va très mal. J'essaie sans succès de commander sur le web le gâteau de réveillon chez le meilleur patissier de Marseille. Mais avec les fêtes, c'est déjà pour ce corps de métier un contre la montre pour le 24, pas de place pour les commandes de dernière minute.Les émotions s'empilent dans mon crâne comme une  dernière rangée sans espoir de Tetris.
De retour chez moi, deuxième appel de ma mère, en sanglot.
«  Il ne passera pas la nuit. Ton père et moi sommes fatigués de faire la route, on n'y arrive plus. »
Y. à côté de moi me regarde intensément.
« On y va », dit-il.
«  On y va ». Sur le champ.
Il est 23heures, il bosse le lendemain, l'hôpital est à 20 minutes, une demi heure tout au plus hors de Marseille. Il roule vite, mais prudemment.
Etant en vacances, j'ai ce temps urgent et précieux que je ne pouvais prodiguer plus tôt.
J'avais vu Jacky dans cette même chambre provisoire, qui ressemble plus à un laboratoire d'observation qu'à un lieu de repos et de traitement, deux semaines auparavant. Quoique difficilement, il parlait, se palpait le côté droit du thorax avec une grimace, demandant un surplus de morphine. Je lui avais, en tuto à distance avec Y., rétabli Whatsapp afin qu'il puisse de nouveau communiquer avec M., son cousin, américain d'adoption depuis 40 ans, duquel il était très proche.
J'étai heureuse d'avoir fait quelque chose d'utile à son bien être moral à défaut de souffler la merde hors de son corps.
«  Est-ce que tu as peur ? », lui avais je demandé doucement.
«  Je n'ai pas peur , mais je ne suis pas content », avait-il répliqué en souriant de sa tournure.

Y. m'avait prévenu : il était sans nul doute envisageable, déjà en soins palliatifs, langue étrangère à mon expérience, malgré le décès de mes amies, que je n'avais pu accompagner jusqu'au bout.
Je n'y croyais pas trop, mais lui savait. Son père était décédé quelques cinq ans auparavant, d'un cancer des poumons. Il avait été là jusqu'au tomber de rideau, derrière lequel il avait été étouffé dans un comas dont il ne se réveillerait pas. Y. savait tout de la fin, jusqu'au plus trash.
Dans la voiture,la nuit, à moitié aveuglée par les phares filant notre gauche, les yeux rouges des voitures nous devançant, je serre mon manteau de faux renard, mon sac, la cuisse de Y.
Je crains ce qui peut remonter chez lui, de ce passé encore si proche du cœur.
Mais il est calme, précis, parfait dans son accompagnement discret et sans faille, jusqu'à l'entrée de la chambre.
Ton mec assure grave, lucky you. Y. m'impressionne.
Dans sa chambre labo, la lumière est trop forte,Jacky les yeux clos, intubé, respire mal, bouge à peine. Il m'entend pourtant le saluer.
« Jacky, je voudrais te remercier, je te dois tant.... », mais sa main m'exorte au silence. Il ne peut suivre une conversation, encore moins me répondre. Je culpabilise immédiatement, crains de mal faire. Y.me rassure. Je me retourne, le supplie des yeux que dois je faire ? Que dois je faire ? , he nodds in compassion and reassurance. Nothing more and nothing less, my girl.
Je demande à voir le chirurgien en charge de son cas.
«  J'ai entendu parler des effets spectaculaires de la vitamine C lipososomale sur le renforcement de l'organisme pour supporter des traitements lourds, de certaines huiles essentielles aux pouvoirs thérapeutiques sous estimés, pourrait-on lui administrer... »
Je ne peux finir ma phrase. La blouse blanche face à moi toise avec pitié ma naïveté prétentieuse.
«  Au point où votre oncle en est, ce genre de traitement est superflu, et on ne donne rien commandé sur internet, on a déjà eu de mauvaises expériences ».
End of story.
Je ne me rends pas bien compte sur le coup.
Mais Y. me rappelera plus tard, la condescendance du médecin. Si Jacky est perdu, s'il ne passe peut être pas la nuit, pourquoi ne pas tenter l'impensable ?
Nan, on meurt sans, parce que nous hospitaliers SAVONS, sans tenter, parce que les prophètes de la boucherie et de Big Pharma ont décrété que c'était ainsi, sur l'autel de la cécité butée et imbue de la Médecine, l'oriflamme fier boutant hors du champ de bataille charlatanismes et rebouteux.
Je n'ai pas le loisir d'insister, Jacky demi conscient, balaye d'un main tremblante mes propositions.
Si toi, allongé ici, me demande de lâcher, alors oui, je lâche tout et j'accepte. Mais je n'aurais pu me regarder en face si je n'avaix rien tenté, même en vain.
Hélène arrive, affolée. Hélène, entrevue une fois en vingt ans, des souvenirs d'enfance, quand ils étaient ensemble, peut être déjà plus, mais Hélène pour laquelle j'ai été le lien d'informations, ne pouvant contacter mes parents. Dès notre départ, je l'avais appelée. Elle devait partir à l'aube pour le Sénégal rejoindre des amis pour les fêtes, et espérait retrouver son vieil ami à son retour.
Cela n'aurait pas été. Elle avait sauté en voiture de Manosque, la valise à peine bouclée.
A son arrivée, à sa voix, Jacky sort momentanément de sa torpeur opiacée, se tourne vers elle, ses yeux rivés à elle, avant qu'ils ne se ferment à nouveau. Elle lui parle, semi monologue, et je devine la chaleur au cœur de Jacky. Il sait. Elle est là, elle espère.
Elle restera jusqu'à son vol, à 5 heures du mat'. Nous partons après 1heure, Y. travaille lui le lendemain. Malgré ses étouffements occasionnels, que je signale dans la seconde, la présence d'Hélène me fait partir dans l'espoir de retrouver Jacky dans une nouvelle phase up, suroxygéné, les jours suivants.
Le lendemain au réveil, j'appelle l'hôpital pour demander comment il a passé la nuit.
Une infirmière me répond que les médecins sont à son chevet, que je dois rappeler ultérieurement.
Je raccroche rassurée, textote mes parents, oncle et tante en Bourgogne, les dernières news.
Quelques secondes later, clochette de réception sur mon Wiko de merde. C'est ma mère.


Jacky dcd ce matin
Sâdhanâ
Sâdhanâ

Messages : 1183
Date d'inscription : 18/03/2017
Age : 49
Localisation : marseille

Revenir en haut Aller en bas

 46 winters Yangue star planete Mars - Page 21 Empty Re: 46 winters Yangue star planete Mars

Message par Parisette le Mer 5 Fév 2020 - 22:10

Pleure Console
Parisette
Parisette

Messages : 162
Date d'inscription : 18/12/2019

Revenir en haut Aller en bas

 46 winters Yangue star planete Mars - Page 21 Empty Re: 46 winters Yangue star planete Mars

Message par Sâdhanâ le Ven 14 Fév 2020 - 20:13

thank you, very kind of you.
I was given a great gift, and left grief behind to embrace the new situation. A little sadness and missing in certains places he filled with his presence.
But I wrote chapter one of an adventure. Will get back to it later.
peace to you.
Here'a film showin through the the survival of life through the Apocalyse.
Loved it. Gave it to watch to my 9 year old pupils

Sâdhanâ
Sâdhanâ

Messages : 1183
Date d'inscription : 18/03/2017
Age : 49
Localisation : marseille

Revenir en haut Aller en bas

 46 winters Yangue star planete Mars - Page 21 Empty Re: 46 winters Yangue star planete Mars

Message par jolindien le Sam 15 Fév 2020 - 15:47

Il en est des êtres éternels
Ceux là qui entrent un jour dans nos coeurs
Pour ne plus jamais en sortir
Dès le premier instant nous savions
d'un coeur si grand qu'ils auraient put accueillir
toutes les choses
même l'univers.
Nous les avons aimés dès lors, avec eux il suffisait simplement d'être
être en vie.
Par eux nous avons grandit, et tels des guides immuables
nous accompagnant sans faillir dans la construction de notre soi
donnant sans condition cet amour de la nature humaine
Ainsi à notre tour nous pourrons transmettre cet amour  et,
perpétuer ce que le genre humain a de plus beau.

Voilà dame je voulais écrire quelques mots pour toi.


Dernière édition par jolindien le Sam 22 Fév 2020 - 7:08, édité 2 fois

jolindien

Messages : 1424
Date d'inscription : 05/07/2015

Revenir en haut Aller en bas

 46 winters Yangue star planete Mars - Page 21 Empty Re: 46 winters Yangue star planete Mars

Message par Sâdhanâ le Ven 21 Fév 2020 - 23:32

Jo!! Long hug

viens,je te fais visiter ma téci
Sâdhanâ
Sâdhanâ

Messages : 1183
Date d'inscription : 18/03/2017
Age : 49
Localisation : marseille

Revenir en haut Aller en bas

 46 winters Yangue star planete Mars - Page 21 Empty Re: 46 winters Yangue star planete Mars

Message par jolindien le Sam 22 Fév 2020 - 10:33

On craint des guns, on vous prend tous ici, un par un...
De près ou de loin j'ai côtoyé la ville, pas vraiment pour le meilleur, parfois pour le pire!
Je peux pas vraiment dire avoir été habitant de la cité, ayant séjourné un an durant mes études, résidant à château gombert,
l'année d'étude fut un bon fiasco, école d'informatique obtenue après le concours d'entrée aux grandes écoles...
Vu mon absence de travail je n'avais pas pu obtenir "mieux", peut-être que dans l'ingénierie mécanique j'aurais un peu plus persévéré.
Je me rappelle que le Lundi nous avions 8h de langage C...ben j'étais pas souvent là le lundi!
Et le vendredi ma présence était tout aussi sporadique.
De plus lors des évaluations le barème de notation se faisait suivant une gaussienne, donc si la moyenne des notes était de 14, elle était de fait ramenée à 10...pourquoi pas me diras-tu.
Saut que la plupart des exams étaient des copiés collé de l'année précédente, il suffisait alors de choper la correction dans les réseaux des anciens élèves et donc de "réussir haut la main".
Alors comme j'en avais rien à faire de ces réseaux, et n'étant que ponctuellement présent en cours, forcément point de réussite.
J'arrivais quand même à faire un peu les exams mais au lieu d'avoir une note correcte (10-12) je me retrouvais avec des 6-8 vu la méthode de notation.
A la fin de l'année on m'a signifié que je devais redoubler (vu le nombre d'absences et les notes), oh j'ai démissionné et opté pour une licence de méca sur Toulon, puis un master 1 méca de nouveau à Marseille...puis année de prép au concours à Grenoble pour l'agrég ou j'ai  obtenu le plp...
Cela m'a toujours rebuté le travail autre qu'assister aux cours, mais au bout d'un moment, on finis toujours par se faire rattraper!
J'aurais pu travailler et avoir un job en conséquence,
mais je suis exactement ou je dois être, la nature humaine vaut plus pour moi que la technique.
Je crois que toute chose est un moyen d'y accéder et non une fin en soi.
Parfois je rigole (gentiment) intérieurement en discutant avec des collègues de français ou littérature, etc...souvent on me répond arrête de philosopher, de faire de la pensée abstraite.
Bah à quoi bon leur répondre que c'est ma façon de m'exprimer, d'être, et non un comportement surjoué pour essayer de discuter.

Tant pis, je laisse les "spécialistes" penser qu'ils maîtrisent leur sujet, je n'ai plus envie d'user mon énergie dans les positions d'égos, et je préfère relier les choses pour avancer un peu plus.

jolindien

Messages : 1424
Date d'inscription : 05/07/2015

Revenir en haut Aller en bas

 46 winters Yangue star planete Mars - Page 21 Empty Re: 46 winters Yangue star planete Mars

Message par jolindien le Sam 22 Fév 2020 - 19:22

Quand même je préfère écrire un petit poème qu'un récit de ce type.

jolindien

Messages : 1424
Date d'inscription : 05/07/2015

Revenir en haut Aller en bas

Page 21 sur 21 Précédent  1 ... 12 ... 19, 20, 21

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum