Tu sais que tu es seul(e) quand...

Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Aller en bas

Re: Tu sais que tu es seul(e) quand...

Message par Invité le Mer 29 Mar 2017 - 6:16

Et quand on a du apprendre à développer son humour rien que pour ne pas s’ennuyer de soi même.

(D'ailleurs par là c'est intéressant, que ne développe t-on pas d'autre dans cet apprentissage de "générosité" envers soi)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tu sais que tu es seul(e) quand...

Message par Invité le Mer 29 Mar 2017 - 6:18

Vous êtes déprimants . Laughing

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tu sais que tu es seul(e) quand...

Message par Invité le Mer 29 Mar 2017 - 6:21

Non mais je me désolidarise, y'a un chien dans ma Vie.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tu sais que tu es seul(e) quand...

Message par Invité le Mer 29 Mar 2017 - 6:26

haha !

Allez, bisous désespéré à vous.
Bonne nuit sombre
Et seule
Et si sombre
Si seule
Seule
feule !
leule

Ma case s'en va, je file !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tu sais que tu es seul(e) quand...

Message par Invité le Mer 29 Mar 2017 - 14:07

tu sais que t'es seul quand personne n'est là pour critiquer ce que tu es

quand personne n'est là pour te demander une service ou une aide

quand si tu te lève tard personne n'est là pour te dire que tu est un fainéant

quand tu te couche tard personne n'est là pour te dire que c'est pas sain

quand tu commences à te causer à toi même ou au chat qui ne piges pas un traitre mot de ce que tu luis dis mais qui écoute quand même parce qu'il t'aime bien toi

quand tu es tant transparent au monde que tu ne reconnais plus ton reflet dans un miroir, est ce moi que je vois là ? ce n'est pas celui que je suis

quand en réunion de 30 personnes quoi que tu dises n'est pas écouté ou compris, que tu causes ou danses le jerk est la même chose

parfois du coup je danses le jerk en réunion, tant qu'à faire autant s'amuser non ?


quand tu comprends que tu es le dernier de ton espèce sur terre




Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tu sais que tu es seul(e) quand...

Message par Pieyre le Mer 29 Mar 2017 - 14:36

Je ne me sens presque jamais seul. C'est sans doute parce que je ne suis pas dépressif et que je ne vis pas tellement dans l'instant.

Pourtant j'ai été seul la plus grande partie de ma vie. Déjà adolescent, dans une famille où j'étais bien et avec le souvenir encore proche de copains de jeu avec qui je m'étais beaucoup dépensé, je me sentais isolé quant à ce que je pouvais exprimer. J'aurais souhaité avoir un ami d'élection comme dans les romans, mais la mélancolie de cette idée me suffisait presque. Par la suite, quand j'ai vécu seul à Paris, j'ai souvent regretté rétrospectivement de n'avoir pu suffisamment éprouver les joies et les peines en compagnie d'autres personnes, avec qui j'aurais eu ces souvenirs en commun. Il y a eu la famille et quelques amis mais, la plus grande part de mes expériences (notamment de pensée) je les ai gardées pour moi, ou je les ai écrites sans que personne ne les lise. Pourtant, depuis que je participe à des forums, tout cela je peux en parler à des quasi-inconnus qui parfois me répondent, ce qui me satisfait assez. Et puis il y a eu quelques relations amoureuses, qui m'ont permis enfin de m'exprimer de façon plus complète, sur tout et sur rien; aussi je les regrette; mais cela devenait parfois aussi un empêchement.

Non, la seule expérience de la solitude, c'est pour moi la souffrance, que je n'ai heureusement pas tellement connue. C'était l'objet de ma première réflexion philosophique dans l'enfance, lorsque je me suis rendu compte que, dans ces moments, personne ne pouvait prendre une part de ce que j'éprouvais, pas même ma mère : là j'étais fixé à mon sort, radicalement seul.

Pieyre
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 18818
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tu sais que tu es seul(e) quand...

Message par Godzilla le Mer 29 Mar 2017 - 15:36

@Kadjagoogoo : j'ai peut-être été maladroit, je me moquais pas du tout de ce fil : je suis juste moi-même pas tellement lyrique (en ce moment) mais il y a de belles choses écrites ici Smile
avatar
Godzilla
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 3900
Date d'inscription : 13/02/2017
Age : 40
Localisation : Dijon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tu sais que tu es seul(e) quand...

Message par Invité le Mer 29 Mar 2017 - 15:42

Zebulon c'est pas sain et t'es fainéant   lol!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tu sais que tu es seul(e) quand...

Message par Godzilla le Mer 29 Mar 2017 - 15:46

@Truth : trop fort ! tu viens (au 2eme degré hein ^^) de me rappeler quel chance j'ai de pas avoir une chieuse sur le dos, merci cheers
avatar
Godzilla
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 3900
Date d'inscription : 13/02/2017
Age : 40
Localisation : Dijon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tu sais que tu es seul(e) quand...

Message par Invité le Mer 29 Mar 2017 - 16:18

Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tu sais que tu es seul(e) quand...

Message par tieutieu le Mer 29 Mar 2017 - 16:25

Tu sais que tu es seul quand tu es fâché avec ton ami imaginaire.
avatar
tieutieu
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 907
Date d'inscription : 20/05/2016
Age : 41
Localisation : LA

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tu sais que tu es seul(e) quand...

Message par Invité le Mer 29 Mar 2017 - 23:31

Quand tu monologue sur ZC.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tu sais que tu es seul(e) quand...

Message par Pat Redwey le Mer 29 Mar 2017 - 23:34

Narkyss fait la cuisine a écrit:Quand tu monologue sur ZC.
Ça arrive assez régulièrement, d'après ce que j'ai vu. Je pense que ce ne sont pas vraiment des monologues, juste des gens qui disent des choses tellement vraies que les autres ne trouvent rien d'autre à ajouter (ou sont trop intimidées pour tenter d'ajouter quelque chose).
avatar
Pat Redwey
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 85
Date d'inscription : 27/03/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tu sais que tu es seul(e) quand...

Message par Kadjagoogoo le Mar 4 Avr 2017 - 23:04

Godzilla a écrit:@Kadjagoogoo : j'ai peut-être été maladroit, je me moquais pas du tout de ce fil : je suis juste moi-même pas tellement lyrique (en ce moment) mais il y a de belles choses écrites ici Smile
Sache que je n'ai absolument pas mal pris ton intervention ; au contraire : je l'ai commentée avec enthousiasme et bienveillance, celle-là même qui irrigue ce fil de discussion, à ma grande joie.Smile

Narkyss-Objectif Lune a écrit:Non là j'avoue, faudrait peut-être un topic Tu sais que la folie s'est emparé de toi quand.. Perplexe
Excellente suggestion ! Je crois que si tu ne t'y colles pas, je risque bien de t'emprunter cette idée pour y déverser tous les indices de ma dinguerie avérée, héhé ! Twisted Evil

Pat Redwey a écrit:
Narkyss fait la cuisine a écrit:Quand tu monologue sur ZC.
Ça arrive assez régulièrement, d'après ce que j'ai vu. Je pense que ce ne sont pas vraiment des monologues, juste des gens qui disent des choses tellement vraies que les autres ne trouvent rien d'autre à ajouter (ou sont trop intimidées pour tenter d'ajouter quelque chose).
Je rejoins Pat pour valoriser ces précieux soliloques (car ils ne sont jamais rédhibitoires ni péjoratifs, en l'occurrence), pour envisager que certains monologues sont, ici, autant de bouteilles lancées à la mer pour faire réagir, pour créer un lien potentiel,

Zebulon252 a écrit:tu sais que t'es seul quand personne n'est là pour critiquer ce que tu es
Personne à par toi-même, qui reste le juge le plus légitime pour se prononcer sur la question, n'est-ce pas. Wink

Zebulon252 a écrit:quand tu es tant transparent au monde que tu ne reconnais plus ton reflet dans un miroir, est ce moi que je vois là ? ce n'est pas celui que je suis
J'ai connu cette sensation vertigineuse une nuit, il y a bien longtemps, qui fut alors si nette et intense que j'ai cru que mon équilibre psychique pourrait vaciller suite à ce moment de vérité. Et je n'avais même pas pris de psychotrope !

Zebulon252 a écrit:quand tu comprends que tu es le dernier de ton espèce sur terre
Ou bien le tout-premier ?...

Pieyre a écrit:Je ne me sens presque jamais seul. C'est sans doute parce que je ne suis pas dépressif et que je ne vis pas tellement dans l'instant. […]

Non, la seule expérience de la solitude, c'est pour moi la souffrance, que je n'ai heureusement pas tellement connue. C'était l'objet de ma première réflexion philosophique dans l'enfance, lorsque je me suis rendu compte que, dans ces moments, personne ne pouvait prendre une part de ce que j'éprouvais, pas même ma mère : là j'étais fixé à mon sort, radicalement seul.
Je te cite partiellement là, mais c'est bien l'entièreté de ton témoignage qui me fait dire que nonobstant ton déni (?), tu sembles évoluer – et depuis toujours – au cœur de ce sentiment et de cet état qui est ici examiné, moqué (sur le mode de l'autodérision), recensé, et dont les stigmates sont courageusement inventoriés. Je ne dis pas cela pour te contredire et te forcer à prendre ta place dans la communauté des solitaires assumés. Non, c'est plus subtil que ça, tu vas voir : ton témoignage, qui prend comme à l'accoutumée le parti de traiter la question soumise avec une nuance distinctive, me permet d'envisager plus précisément encore que la solitude est davantage une sensation qu'un état, un ressenti plutôt qu'un statut. En effet, si dans les faits, tu es techniquement seul – et c'est bien ainsi que je t'imaginais (ce qui t'a toujours rendu sympathique et séduisant à mes yeux – empathie oblige) – tu n'en cultives pas pour autant le sentiment d'être isolé, désolé. Dans Responsabilité et jugement, Hannah Arendt opère ce même distinguo (qui est en fait plus sûrement une distinction, moins ténue et plus valide) : « Dans la solitude, je suis "parmi moi-même", en compagnie de moi-même, et donc deux-en-un, tandis que dans la désolation, je suis en vérité un seul, abandonné de tous les autres. »

Pieyre a écrit:Pourtant j'ai été seul la plus grande partie de ma vie. Déjà adolescent, dans une famille où j'étais bien et avec le souvenir encore proche de copains de jeu avec qui je m'étais beaucoup dépensé, je me sentais isolé quant à ce que je pouvais exprimer. J'aurais souhaité avoir un ami d'élection comme dans les romans, mais la mélancolie de cette idée me suffisait presque. Par la suite, quand j'ai vécu seul à Paris, j'ai souvent regretté rétrospectivement de n'avoir pu suffisamment éprouver les joies et les peines en compagnie d'autres personnes, avec qui j'aurais eu ces souvenirs en commun. Il y a eu la famille et quelques amis mais, la plus grande part de mes expériences (notamment de pensée) je les ai gardées pour moi, ou je les ai écrites sans que personne ne les lise. Pourtant, depuis que je participe à des forums, tout cela je peux en parler à des quasi-inconnus qui parfois me répondent, ce qui me satisfait assez. Et puis il y a eu quelques relations amoureuses, qui m'ont permis enfin de m'exprimer de façon plus complète, sur tout et sur rien; aussi je les regrette; mais cela devenait parfois aussi un empêchement.
Une question, peut-être trop indiscrète, mais elle m'intéresse particulièrement, par rapport à ma propre situation, peut-être analogue : ton discours, affectant (?) la distanciation et évacuant tout pathos, semble émaner d'un individu qui a renoncé à vivre autre chose que ce qui lui paraît désormais dans ses cordes, après avoir identifier ses limites – en termes de relationnel et de capacité à évoluer en société. As-tu effectivement pris, en quelque sorte, ta retraite (anticipée) des relations interpersonnelles IRL, pour privilégier dorénavant des échanges plus confortables et secures, par la truchement de telles agoras – virtuelles et codifiées ?
Si je te pose cette question, c'est parce que je suis moi-même dans ce questionnement, alors que je suis dans une phase de désintégration sociale résolue et plus ou moins méthodique, et que je commence à admettre que cette rupture avec la société et le commerce humain était programmatique au regard de cette nature qui s'est prodigieusement affirmée chez moi, pour le meilleur et pour le pire, ces dernières années. Cet aveu pour que tu ne soupçonnes pas, chez moi, une quelconque condamnation d'une situation que je ne maîtriserais pas. Bien au contraire, tu vois.
avatar
Kadjagoogoo
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 899
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Lyon (Dabrowski Point)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tu sais que tu es seul(e) quand...

Message par Kadjagoogoo le Ven 7 Avr 2017 - 2:45

– Tu sais que tu es seul quand tu te moques pas mal de recharger la batterie de ton téléphone. Qui pourrait bien t'appeler ? Pas le moindre texto à envoyer, et encore moins de coup de fil à donner. Parler, même, ça t'arrive désormais si peu. Tu écris, à la place.
Deux filles discutent juste à côté de moi, dans le métro. L'une fait remarquer qu'il ne lui reste que 5% d'autonomie sur son portable, et s'en inquiète. L'autre rétorque, amusée : « Arff ! Moi, 5% de charge, ça me fait trois jours, facile ! » Et j'ai instantanément préféré cette fille à sa copine plus conforme à la normale.
Tu sais que tu es seul quand tu ressens des élans affectifs pour des gens au seul motif qu'ils viennent incarner à tes yeux l’anticonformisme et l'indépendance, si rafraîchissants et désirables dans cette société résolument sous perfusion des télécommunications et de leurs corollaires : les réseaux sociaux ; où la plupart panique à l'idée de ne plus être joignable, opérationnel et fonctionnel.

La crainte d'être différent, en rupture ou exclu des réjouissances collectives (les Anglo-Saxons ont un acronyme et une expression consacrés : F.O.M.O., pour Fear Of Missing Out, qui désignent et stigmatisent ceux qui redoutent maladivement de manquer quelque chose qui pourrait avoir lieu en leur absence). Cela vous faire de ces choses...
Tu es chez toi, face à ton four micro-ondes ; tu attends que ta tasse de café chauffe. Et ton regard accroche le dos d'un bouquin de recettes rangé là : Apéros, de Jamie Oliver & Co. Suspect Passablement incrédule, tu l'attrapes et tu l'ouvres, pour lire l'introduction du jeune chef glamour à la coule : « Bienvenue ! J'adore les tapas, les mezzés, tous ces petits plats disposés à table pour que chacun pioche dedans comme il le souhaite. C'est aussi l'occasion de goûter différents morceaux et de tester de nouvelles saveurs. Voilà le repas idéal pour les soirées entre amis, qui permet de se retrouver dans une bonne ambiance. Trinquons »
Et cette célébration liminaire de la convivialité, si insipide, convenue et composée (artificielle), te fait l'effet d'un témoignage documentant une culture exotique, un rituel étranger auquel tu te sens bien incapable de participer. Huh  Neutral
– Tu sais que tu es seul quand tu es saisi par un sentiment d'étrangeté et d'aliénation (perte de sens ; CNRTL : « [Une pers. considérée dans ses rapports avec elle-même] Fait de devenir étranger à soi-même, de perdre l'esprit. P. ext. Altération passagère du jugement, de la maîtrise de soi, égarement. ») face à ta petite collection de livres de cuisine (car tu ne cuisines pas, déjà ! Non désolé ), qui te toise en te signifiant que tu as pu pousser, jadis, le conformisme et l'optimisme (le conforptimisme) sociaux jusqu'à faire ces achats saugrenus et pathétiques, à l'antipode de ta prédilection pour la solitude, tout juste nuancée par des exceptions sur le mode prudent et sélectif du duo.
avatar
Kadjagoogoo
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 899
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Lyon (Dabrowski Point)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tu sais que tu es seul(e) quand...

Message par Syphzx le Ven 7 Avr 2017 - 3:04

Tu sais que t'es seul, quand tu es seul... Voilà voilà.
Non plus sérieusement tu sais que tu es seul quand ton seul sentiment n'existe que pour toi, quand tu n'a aucune similarité avec un autre, quand ta façon de penser reste seule et profondes, quand même ton point de vu et incompris de tous, quand ton esprit ce vautre et que personne est la pour le secouer à nouveau, quand tu es dépourvu d'émotion et de sentiment quand même la moindre larme ne veut sortir et ne s'y plairait pas...

Être seul ça reste très vague quand même la solitude n'a lieu d'être que si l'on s'y résolu.
avatar
Syphzx
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 101
Date d'inscription : 07/04/2017
Age : 26
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tu sais que tu es seul(e) quand...

Message par Invité le Ven 7 Avr 2017 - 10:50

tu sais que t'es seul quand tu te br.. ah non c'est vrai j'essaye de dire moins de conneries Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tu sais que tu es seul(e) quand...

Message par I am so sure le Ven 7 Avr 2017 - 19:23

quand tu cries : "tu peux me rapporter du papier toilette ?" et que personne ne te répond ....


Spoiler:
C'est une variante de : tu sais que tu es célibataire ou alors de : tu sais que tu deviens dingue quand...
avatar
I am so sure
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 9058
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 47
Localisation : Dunkerque

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tu sais que tu es seul(e) quand...

Message par Invité le Jeu 13 Avr 2017 - 23:30

Oui voilà, tu sais que tu es seule ou que la folie s'est emparé de toi quand tu retrouve une note dans un livre sur les parasites (déjà ça) :

La réalité
Espace-temps ?


scratch

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tu sais que tu es seul(e) quand...

Message par soto² le Dim 21 Mai 2017 - 10:52

"Tu" sais que tu est seul(e) quand je me "tu", pour mieux renaître.
avatar
soto²
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2624
Date d'inscription : 07/12/2016
Localisation : Au delಠ(31)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tu sais que tu es seul(e) quand...

Message par Nightul le Ven 9 Juin 2017 - 1:58

Tu sais que tu es seul quand tu n'as même plus le courage d'écrire, ayant perdu tout espoir que quelqu'un te lise, encore moins que quelqu'un te réponde. Tu restes là, invisible, te demandant ce qui cloches chez toi, quelle partie de ta folie te cause tant de difficultés, laquelle te vaut cette solitude.
Tu attends, désirant avec une obsession de plus en plus malsaine ce que chacun entends chaque jour de son existence sans même comprendre ce que cela signifie vraiment : tu voudrais savoir que l'on t'aime.
avatar
Nightul
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 108
Date d'inscription : 29/07/2016
Age : 20
Localisation : Rennes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tu sais que tu es seul(e) quand...

Message par SØnDay le Ven 9 Juin 2017 - 2:42

Tu sais que tu es seul quand...



Dernière édition par Un ange déchu le Ven 9 Juin 2017 - 21:09, édité 1 fois

SØnDay
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 334
Date d'inscription : 15/05/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tu sais que tu es seul(e) quand...

Message par soto² le Ven 9 Juin 2017 - 6:28

Quand la boule que tu as dans le plexus solaire t'as tellement irradié que tu ne trouve même plus la force de vouloir communiquer ta détresse. Quand tu en est au stade du cri silencieux. Quand le bucher s'embrase.

un peu de bacon avec vos oeufs ?!:
Bien sur Munch, mais aussi :




Aux innocents aux mains pleines.
avatar
soto²
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2624
Date d'inscription : 07/12/2016
Localisation : Au delಠ(31)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tu sais que tu es seul(e) quand...

Message par Invité le Ven 9 Juin 2017 - 8:50

I am so sure a écrit:quand tu cries : "tu peux me rapporter du papier toilette ?" et que personne ne te répond ....


Spoiler:
C'est une variante de : tu sais que tu es célibataire ou alors de : tu sais que tu deviens dingue quand...

Voilà exactement ça ! 
Mon rêve car y'a toujours qqun derrière la porte...
Solitude chérie, reviens !!!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tu sais que tu es seul(e) quand...

Message par Le Vinaigre Epris le Ven 9 Juin 2017 - 9:32

Tu sais que tu es seul quand tu planes comme l'avion de Pablo.
avatar
Le Vinaigre Epris
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 136
Date d'inscription : 30/05/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tu sais que tu es seul(e) quand...

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum