La Boite à Sauces Sures (dans le mille, doux, on s’emboîte mode Tétris)

Page 4 sur 37 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 20 ... 37  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: La Boite à Sauces Sures (dans le mille, doux, on s’emboîte mode Tétris)

Message par I am so sure le Mer 8 Fév 2017 - 21:32

Magnésium pour petit poisson

Spoiler:


Si par tout hasard qui arriverait en mode mieux vaut seul que mal accompagné (rien n'arrive par hasard et désormais ça peut arriver à plusieurs en même temps, s'écrivait "Je pense moins donc je vais mieux", serait il possible d'avoir trois lignes ? sur mon nouvel effet "Chat râle" ? à savoir que c'est la première fois que j'ai l'impression d'avoir échatbouillanter quelqu'un sans rien faire en plus (un cran au dessus d'écrabouiller !!! pour moi c'est une horreur totale d'inspirer du confus ?) à savoir quelqu'un qui m'a bien connue a écrit une annonce où il dit entre autres : 
"je pense être plutôt assez intelligent mais ce sont les études qui n'ont pas suivi", je connaissais mes impacts, soit clairs plus près, soit, comment dire, clairs ailleurs, mais alors ça ? j'ai jamais eu l'effet de faire produire une inspiration pour une telle phrase ??? je vais donc bien être ce que je suis encore plus et sinon fin de transition, je reprends quand même mon effet : "on t'aime plus ou on te déteste plus !"
Voilà c'était ma première cat à strophe bizarre mais vraiment bizarre  Very Happy (je vais rester dans mes modes connus.... avec un nouveau mode je pense mieux de loin sans plus trop dire parfois... mode Luc as moi pas Fuca dragées mélangées ! je suis un ange moi euh ... ça me va comme ça... Diapason quoi pas effet de sert à rien ou à faire des phrases plus zarbi qu'avant) je l'ai détraqué le monsieur ? ça serait une première ? chez Mickey l'ange..  Wink cat

torture mentale physique psychose 
torture mentale physique névrose 
torture mentale physique osmose 
Néant néant néant néant 
Nada nada nada nada 

Dans les camps de concentrations
block H
block H
block Hl
Service torture service mental
Service secret service fasciste
En Sibérie occidentale

Dans les pays sous-développés
la dictature c'est imposée
Les militaires sont au pouvoir
Dans les camps rien de beau a voir
Service torture service nada

Nada nada nada nada



Dernière édition par I am so sure le Jeu 2 Mar 2017 - 0:42, édité 1 fois
avatar
I am so sure
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 7515
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation : Chez moi

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Boite à Sauces Sures (dans le mille, doux, on s’emboîte mode Tétris)

Message par I am so sure le Mer 8 Fév 2017 - 23:43

Spoiler:

Q[u]I te connaît mieux que toi-même? Partie 2: Le test de QI en question…
Il y a tous ces gens à qui on a tellement dit qu’ils sont faibles qu’ils ont fini par le devenir, et il y a tous ces gens à qui on a dit qu’ils sont forts qui rêvent de pouvoir être faibles de temps en temps….
Zèbre parmi les zèbres, j’ai commencé à te parler ici, pour te proposer un autre point de vue sur ta zébritude.
Q[u]I te connaît mieux que toi-même?Partie 1: les Zèbres parlent aux zèbres…
Il y a tous ces gens à qui on a tellement dit qu’ils sont faibles qu’ils ont fini par le devenir, et il y a tous ces…medium.com

Cher Zèbre, tu te demandes si tu es anormal, atypique ou hors normes. Alors, évidemment, tu te questionnes d’abord sur ce qu’est la normalité. Comme je te comprends! J’ai tourné en rond avec cette idée pendant suffisamment longtemps pour me rendre compte que ça pouvait me faire agir presque aussi sottement qu’un poisson rouge dans son bocal. Si j’ai réussi à me défaire de cette question un peu trop obsessionnelle, c’est sans doute beaucoup grâce à la science. Parler de la normalité d’un point de vue mathématique a au moins deux mérites, à mon sens:

  • Cela permet de s’éloigner pendant un temps du subjectif, de l’émotionnel, de la dramatisation pour mieux réfléchir,
  • Cela fournit une modélisation, un outil de représentation, évolutif et critiquable, sur lequel tout le monde peut se baser.

Encore faut-il savoir de quoi il retourne…

Le test de QI, c’est un peu de maths…







J’espère qu’avec ma petite démonstration dans mon article précédent, tu auras compris que la normalité change selon l’époque et selon les critères que l’on décide d’étudier. En l’occurrence, le test de QI a été construit comme n’importe quel test normé. Le but est d’établir une distribution statistique d’une population censée être représentative de la population générale, selon des résultats quantitatifs à un certain nombre d’épreuves qu’elle a passées. Il va sans dire que les étalonnages de 1949 sont totalement obsolètes.
Je sais que beaucoup arrêtent de penser à ce qu’ils sont en train de lire à la simple vue du mot “statistique” ou du mot “étalonnage”. Je les comprends parfaitement dans la mesure où j’ai longtemps été persuadée que je n’étais pas douée en maths, encore moins en statistique (:-)…. Jusqu’au jour où j’ai rencontré un prof de stats conscient du côté abscons des chi tests (ça j’ai encore un peu de mal!!) et extrêmement volontaire pour allier la théorie et les travaux pratiques. Avec lui, je ne suis pas devenue pro ni des stats ni du brushing, of course. J’ai juste mieux compris ce que mon prof de terminale n’a jamais réussi à me faire rentrer dans le crâne, et qui est pourtant élémentaire: qu’est-ce qu’une loi normale? C’est quoi cette courbe de Gauss?
-Alors, tu prends X personnes. Plus X est un grand nombre, mieux c’est pour la représentativité de ta population. Si tu n’arrives pas à avoir un très grand nombre de personnes, tu peux toujours améliorer la qualité du recrutement des personnes de ta population de référence en cherchant à éliminer les biais que tu identifies pour que ta population soit représentative. Et n’oublie pas de vérifier que ton groupe est homogène selon tes critères de recrutement.
-Oulala! C’est déjà drôlement compliqué ça!
-Ben oui, mais il faut bien faire la différence entre absolu et relatif! Les stats, c’est relatif.
-Ah! oui, c’est vrai que je dois penser à ça quand je fais des stats…
-Ensuite, quand tu penses avoir ton quota suffisant et bien réparti de tes X personnes, tu leur fais passer ta batterie d’épreuves dont tu pourras mesurer les résultats si possible avec des chiffres.
-Ah! ok, il faut que j’imagine des épreuves avec mesures quantifiables… ouais, c’est vrai, les stats c’est des maths..
-Tu regardes ensuite la distribution de ta population de référence selon les résultats chiffrés à tes épreuves. Si tu vois une belle courbe en cloche, alors ta distribution suit grosso modo une loi normale dite courbe de Gauss.






Graphique représentant la répartition théorique de la population par QI standard. Il présente les caractéristiques d’une courbe en cloche, les tests étant étalonnés à cette fin pour permettre une bonne discrimination dans les zones médianes.






Distribution de QI normalisé avec une moyenne de 100 et un écart type de 15.
-Ah ouais! Vive les cloches!
-Ben oui, comme ça, ta moyenne des résultats sera bien au milieu de ta distribution, et tu pourras calculer des écarts-types.
-Ok, mais si je ne vois pas de cloche, qu’est-ce que je fais?
-Ben, tu recommences ton échantillonnage parce que ça veut dire que tu t’es planté quelque part. Si tu veux savoir ce qui est normal, tu dois avoir une courbe qui suit la loi normale. Point barre. Sinon, tu ne peux pas conclure. C’est mathématique.
-Pfffff… C’est implacable….
Si on definit un QI moyen à 100, ce n’est pas la normalité, en fait, c’est juste le plus fréquent. Si on définit une personne comme EIP/HP par un QI supérieur à 130, il ne faut pas oublier que c’est une définition purement statistique. Cela veut juste dire qu’elle fait partie, par extrapolation, des 2% de la population générale qui obtiennent les meilleures performances aux épreuves du test. Les maths aiment poser des étiquettes et des limites nettes. Mais, tout le monde sait que l’être humain n’est pas très net, non? Rassure-toi, zèbre, tu es une personne, pas un numéro!

Le test de QI, c’est aussi beaucoup de cogitation…







En 1905, M. Binet, Alfred de son prénom, psychologue de son état, publie la première échelle métrique de l’intelligence. Ses travaux ont été repris, repensés et normalisés jusqu’à l’aboutissement de l’actuel test de QI, encore appelée échelle de Wechsler, car les psychologues aiment qu’on se souvienne de leur nom. L’échelle de Wechsler (WISC pour Wechsler Intelligence Scale for Children, et WAIS pour Wechsler Adult Intelligence Scale) a été construite de façon très empirique à ses débuts. Son élaboration réactualisée jusqu’à aujourd’hui reflète l’évolution de la psychologie moderne vers les sciences cognitives actuelles. Je ne connais pas de discipline dont l’évolution a été aussi rapide et avec autant d’effervescence dans l’invention de méthodologies expérimentales et de remises en cause des théories de départ que la psychologie.
Aucun psy sérieux en 2017 n’oserait avoir recours à l’échelle de Binet! LE test de QI, c’est le WISC pour les enfants, la WAIS pour les adultes. Point. Nous en étions, il y a peu, à la IVe version du WISC, et vient de sortir récemment sa dernière mouture, le WISC-V, qui nous promet d’être encore plus complète (15 subtests messieurs dames), moyennant la somme de 1740 Euros TTC l’achat de la belle mallette.
Il s’agit, depuis 1905, d’imaginer une batterie d’épreuves, avec mesure quantifiable des résultats, permettant de donner une idée générale des capacités d’une personne. Quand Binet parlait de mesure de l’intelligence, il avait une vision très 1905 de l’intelligence. On en était encore à définir un “âge mental”. Quand Wechsler a construit son échelle, on parlait déjà un peu moins de mesure de l’intelligence mais un peu plus de capacités cognitives. Quand des chercheurs construisent les différentes moutures du WISC, ils sont reconnaissants envers leurs maîtres en gardant leur nom, juste parce que ça se fait. Il y a toujours le I de Intelligence, mais ça ne recouvre plus du tout la même réalité. Ils actualisent la batterie d’épreuves en fonction des avancées récentes des sciences cognitives.
Au final, on est passé de la mesure de “l’intelligence”, tout empirique, de Monsieur Binet, à la mesure d’un ensemble de capacités cognitives, listées et précises, que des théories scientifiques validées par l’expérience ont permis de définir comme pertinentes. Pertinentes pour quoi? Pour rendre compte des fonctions cognitives dites supérieures, point. Qu’appelle-t-on fonctions supérieures? Ce sont par exemple les perceptions sensorielles et leur intégration, les commandes motrices volontaires et leur programmation, le raisonnement, ou encore le langage. On parle ici des capacités humaines résultantes du fonctionnement de la couche la plus superficielle du cerveau humain, à savoir notre cortex. Quand il est grillé, nous ne sommes pas mort, non non, nous sommes juste un légume. On a de bonnes raisons d’étudier ses fonctions, non?






Vue médiane du cerveau par Imagerie par résonance magnétique.
Le fameux test de QI n’est qu’un outil, parmi beaucoup beaucoup d’autres. Il permet de brosser un aperçu assez large, mais toujours incomplet, des grandes fonctions cognitives supérieures. Disposer d’un outil aussi riche que le test de QI, scientifiquement assez robuste, mais décider de le mettre à la poubelle par ignorance, c’est tout de même un peu dommage… Quand je lis que le QI n’évalue que l’intelligence logico-mathématique, je ne peux pas être d’accord. Pour évaluer les capacités logico-mathématiques, on a inventé d’autres tests bien plus fins. Par contre, oui, le test de QI cherche à évaluer les capacités de symbolisation et d’abstraction. Ce n’est ni de la logique, ni des maths.
Si l’on peut faire à juste titre un reproche au WISC-IV, c’est plutôt sur la construction des épreuves, un peu trop liée à une conception des fonctions cognitives supérieures dominées par le langage, comme si le commandeur suprême du vaisseau était le verbe. Cette approche est largement critiquée en psychologie cognitive depuis un bon bout de temps. On imagine bien plus l’aspect verbal comme une des composantes de la machinerie, on réfléchit plus en terme de réseaux inter-connectés et inter-dépendants. On comprend aussi mieux les liens entre l’affectif, l’émotionnel et certaines fonctions cognitives comme la mémoire ou l’attention. Je ne connais pas un seul psy digne de ce nom qui ne prend pas en compte le fonctionnement émotionnel et psychique de son patient pour interpréter ses résultats au test de QI.
Pour en revenir à toi, zèbre EIP/HP, il se trouve qu’avec les progrès extraordinaires de l’imagerie fonctionnelle cérébrale, on comprend mieux ce que peut vouloir dire ton QI>130. On est passé d’une vision extérieure de la boîte noire à une exploration du substrat physiologique des comportements. L’intérêt mathématique du QI n’a pas été remis en question. Établir une loi normale au sens statistique prend aujourd’hui un sens fonctionnel et développemental. On comprend mieux l’extraordinaire variabilité de développement du cerveau humain et on s’aperçoit qu’il existe un continuum de variabilité pour chaque pattern de développement des réseaux de neurones. Établir une distribution de la fréquence de certaines variables, c’est de la statistique, c’est aussi le reflet de la réalité biologique.
En gros, avoir un QI>130, ça veut juste dire qu’il existe une connectivité neuronale dans certaines zones de ton cerveau significativement plus grande que chez ton voisin qui a un QI de 100. Certaines informations circulent plus vite à certains endroits de ta p’tite tête, voilà ce qui ce passe! Ton réseau de neurones fonctionne juste un peu plus vite dans des zones particulières de ton cortex. Fais attention, si on te dit que tu penses tout 4 fois plus vite, on te raconte des mensonges! Et si on te raconte des histoires à dormir debout sur le cerveau droit qui serait émotionnel et le cerveau gauche qui serait rationnel, on est juste en train de te raconter des salades à la sauce rancie.

Présentation de Dominic Sappey-Marinier
CERMEP — Imagerie du Vivant — Hôpital Neurologique par iCAP Université Claude Bernard Lyon 1


Analyser les résultats du test de QI ne s’improvise pas. Il faut maîtriser les bases théoriques qui sous-tendent les épreuves proposées, et aussi avoir un peu d’expérience clinique. L’interprétation des résultats est individuelle, elle dépend de la personne testée, et aussi un peu de l’orientation théorique du praticien. Le chiffre global du QI n’a en général que peu de consistance car ce n’est qu’une moyenne des résultats à ses différents substests. C’est l’homogénéité ou l’hétérogénéité des résultats aux différents subtests qui peut prendre du sens. En tout état de cause, le QI ne peut pas et ne doit pas être autre chose qu’une photo, avec filtre, du fonctionnement cognitif d’un individu prise à un instant T. C’est tout son intérêt clinique d’ailleurs.
Ceci étant posé, il est aussi très intéressant de savoir ce que le QI ne mesure pas. Par exemple, il ne mesure pas l’ouverture d’esprit, la créativité, la capacité à s’adapter, la capacité d’empathie, la capacité à engager et maintenir des interactions sociales satisfaisantes, la capacité à vivre des émotions…etc, autant d’éléments qui définissent aussi l’intelligence, d’après ce qui se dit. Personnellement, je ne suis pas très pressée que des chercheurs se mettent en tête d’élaborer un test normé de créativité ou d’empathie… Et toi?

Que vas-tu faire avec ton QI?










Si tu te demandes si tu es HP et que tu ne te sens pas trop bien dans tes baskets, tu vas te reconnaître immanquablement dans tous les témoignages et explications qu’on te donnera sur les soi-disant traits caractéristiques des HP. Tu liras que les HP sont souvent ceci, se comportent souvent comme ça, ont souvent du mal avec ceci, excellent souvent dans cela. Tout cela est vrai! Enfin… vrai…souvent mais pas tout le temps, pas tous ces traits en même temps. Alors, tu verras qu’il y a de quoi perdre son latin à chercher à s’identifier à ces descriptions. Il y a même de quoi penser que tout le monde est un peu HP. En réalité, faire une liste de traits caractéristiques n’est pas très pertinent parce qu’il y a autant de variabilité de comportements chez les HP que chez les “normo-cogitants”. En réalité, être HP ne signifie pas que tu es un cyborg programmé par une entité supérieure, puis cloné pour constituer 2% de la population. Tous les zèbres sont différents. Rassures-toi zèbre, tu es une personne, pas une IA!
Alors, je te recommande fortement de consulter un psy et de lui faire confiance sur les outils qu’il va utiliser. Évite juste les pseudo-tests en ligne ou les boîtes à psy administrateurs de WAIS au kilomètre car elles n’ont pas d’autre but que de se faire du pognon facile. Le temps que le psy prendra pour essayer de te connaître toi aura au moins autant d’importance que tes résultats au test.
Après avoir compris ce que signifient exactement tes chiffres de QI, ce sera à toi de jouer. Quelque soit ton QI, tu pourras décider de devenir ton meilleur allié, ou pas. Rien ni personne ne peut te prédire comment tu vas t’y prendre ni si tu vas y arriver. Ton QI>130 ne changera pas grand chose à l’affaire. Zèbre ou pas zèbre, tu te retrouves toujours avec la même question que ton voisin. Comment vas-tu faire pour bien vivre avec toi-même jusqu’à ce que mort s’en suive? Je te souhaite juste de faire de belles rencontres et de savoir en profiter.
Si tu es parent d’un drôle de zozo et tu te demandes si il est vraiment supérieurement intelligent, je t’encourage vivement à consulter un psy ultra-compétent en psychométrie, idéalement un neuropsy avec une expérience clinique et une formation large aux différentes approches théoriques. Il lui fera passer ce fameux test de QI que tu lui demandes. Il passera un bon moment pour analyser ses résultats et il te fera un compte-rendu savant mais tu pourras le comprendre. Tu sauras s’il a servi à quelque chose (et tes +/-200 euros avec) si tu sors de son bureau en ne voulant plus répondre à ta question de départ. Dans le cas contraire, il y a fort à parier que tu vas ramer encore plus en sachant son fameux QI qu’en l’ignorant.
J’espère que tu te rendras compte que tu ne cherchais pas vraiment à ce qu’on te démontre son intelligence supérieure ni qu’il fait partie d’un genre humain à part. J’espère que tu seras juste heureux qu’on te donne quelques clés tangibles pour comprendre un peu mieux comment il fonctionne, pourquoi il se sent différent, et comment tu peux l’aider à bien grandir avec son câblage à lui au milieu de tous.
J’espère aussi que tu ne chercheras pas à l’enfermer dans cette fausse identité numérotée. J’espère que tu ne seras pas trop tenté de le mettre sous cloche de peur qu’il ne s’abîme mais que tu l’encourageras à se découvrir à travers diverses rencontres, qu’elles soient bonnes ou mauvaises. J’espère que tu seras son indéfectible soutien, car il en aura souvent besoin. J’espère que tu ne laisseras jamais quiconque lui coller une étiquette sur le front qui lui ferait croire qu’il est mauvais, dangereux, bon à rien, fainéant ou désobligeant.
J’espère fortement que tu sauras résister aux injonctions de l’école au cas où elle souhaiterait utiliser son fameux QI pour enfermer ton enfant dans une caste à part, par exemple… N’oublie jamais que l’institution s’occupe de la collectivité, pas de ton enfant en particulier, et qu’elle a facilement tendance à voir des moutons noirs dans son beau troupeau. Je te conseille même de ne pas communiquer officiellement les résultats de ce test à l’école. Il ne te viendrait pas à l’idée de donner à la maîtresse une photo de ton enfant tout nu, préserve son intimité jusqu’au bout!
J’espère que tu découvriras avec lui qu’être zèbre n’est ni une malédiction ni une bénédiction. C’est juste un état de fait. Il n’y a aucune raison qu’il soit plus malheureux ou plus heureux que n’importe quel autre enfant. Il n’ y a aucune raison qu’il réussisse mieux ou moins bien dans la vie. Seuls l’amour et la confiance que tu lui porteras feront de lui son meilleur allié, comme pour n’importe quel autre enfant. Tu ne seras pas au bout de tes surprises ni de tes inquiétudes, mais rassure-toi, c’est le lot de tous les parents!
Il y a juste une toute petite chose qu’il faudra que tu comprennes: tu vas devoir faire beaucoup beaucoup d’efforts pour laisser tomber pas mal d’idées préconçues et balayer ton imagerie de l’enfant idéal. Il va falloir que tu te débarrasses de l’idée de la normalité. Il va falloir que tu arrêtes de réfléchir à ton enfant comme un anormal, un atypique voire un hors-normes qu’il faudrait ramener dans le droit chemin. Il va falloir que tu ne t’intéresses à rien d’autre que ce qu’il est lui. C’est ça qui ne sera pas facile, et tu ne seras pas beaucoup aidé. Evidemment, tu en voudras d’abord à la société normative qui est franchement une plaie, et tu te tourneras peut-être vers des gens et communautés qui te diront qu’ils savent ce que tu vis et te proposeront de t’aider. A ce moment-là de ton parcours, j’espère juste que tu feras très attention. Ma grand-mère disait volontiers “Les conseilleurs ne sont pas les payeurs”, ce à quoi je rajouterais “Méfies-toi des savants donneurs de leçons”. Suivre des prescripteurs du Comment Faire est souvent tentant, mais c’est en fait une autre forme de normalisation. Non, il n’y a pas de drame de l’enfant surdoué! Non, il n’y a pas deux sortes d’êtres humains, les normaux et les autres!
Exercer sa liberté de penser et d’agir, quand on est zèbre, c’est sans doute très souvent fatigant, mais c’est aussi très excitant. Le plus usant reste sans aucun doute la sensation d’être seul au milieu de gens qui nous renvoient trop souvent à notre bizarrerie. Mais qui a dit qu’appartenir au groupe dominant est plus confortable? Accepter ce que l’on est, s’en amuser et même s’en moquer, n’est-ce pas le meilleur moyen de vivre en bonne intelligence avec soi-même et avec les autres?
Sinon, que penses-tu de t’appeler zèbre à plumes?
https://medium.com/france/q-u-i-te-conna%C3%AEt-mieux-que-toi-m%C3%AAme-partie-2-le-test-de-qi-en-question-21667d535c3e#.a7n2g0d4f







Spoiler:
What Difference Does It Make ? (Quelle différence cela fait-il ? )
. All men have secrets and here is mine
Tous les hommes ont des secrets et voici le mien
So let it be known
Alors révélons-le
For we have been through hell and high tide
Puisque nous sommes passés par l'enfer et l'apogée
I think I can rely on you...
Je pense que je peux compter sur toi...
And yet you start to recoil
Et déjà tu commences à reculer
Heavy words are so lightly thrown
Des mots durs sont si facilement lachés
But still I'd leap in front of a flying bullet for you
Mais je me jetterais toujours au devant d'une balle pour toi

So, what difference does it make ?
Alors, quelle différence cela fait-il ?
So, what difference does it make ?
Alors, quelle différence cela fait-il ?
It makes none
Il y en a aucune
But now you have gone
Mais à présent tu es parti
And you must be looking very old tonight
Et tu dois avoir l'air si vieux ce soir

The devil will find work for idle hands to do
Le Malin trouvera toujours du travail à faire pour des mains oisives
I stole and I lied, and why ?
J'ai volé et menti, et pourquoi ?
Because you asked me to !
¨Parce que tu me l'as demandé !
But now you make me feel so ashamed
Mais maintenant tu me fais sentir tellement honteux
Because I've only got two hands
Parce que je n'ai que deux mains
Well, I'm still fond of you, oh-ho-oh
Et, je t'aime toujours autant, oh-ho-oh

So, what difference does it make ?
Alors, quelle différence cela fait-il ?
Oh, what difference does it make ?
Oh, quelle différence cela fait-il ?
Oh, it makes none
Oh, Ca n'en fait aucune
But now you have gone
Mais à présent tu es parti
And your prejudice won't keep you warm tonight
Et ton tort ne te tiendra pas chaud ce soir

Oh, the devil will find work for idle hands to do
Oh, le Malin trouvera toujours du travail à faire pour des mains oisives
I stole, and then I lied
J'ai volé et puis menti
Just because you asked me to
Juste parce que tu me l'as demandé
But now you know the truth about me
Mais maintenant que tu connais la vérité à mon sujet
You won't see me anymore
Tu ne me fréquenteras plus
Well, I'm still fond of you, oh-ho-oh
Et, je t'aime toujours autant, oh-ho-oh

But no more apologies
Mais plus jamais d'excuses
No more, no more apologies
Plus jamais, plus jamais d'excuses
Oh, I'm too tired
Oh, je suis trop faitgué
I'm so sick and tired
Je suis si mal et fatigué
And I'm feeling very sick and ill today
Et je me sens si écoeuré et mal aujourd'hui
But I'm still fond of you, oh-ho-oh
Mais je t'aime toujours autant, oh-ho-oh

Oh, my sacred one...
Oh, mon (amour) sacré
Oh...
Oh... . .










Cons trik torts.




 Bosses de chat mots 
avatar
I am so sure
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 7515
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation : Chez moi

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Boite à Sauces Sures (dans le mille, doux, on s’emboîte mode Tétris)

Message par I am so sure le Jeu 9 Fév 2017 - 11:08

Spoiler:

6 enseignements du Petit Prince qui vous aideront à être une meilleure personne
L’œuvre Le Petit Prince, d’Antoine de Saint-Exupéry, est l’un des livres les plus lus de tous les temps.
Même s’il est considéré comme un livre pour enfants à cause de la simplicité de son histoire, on y trouve des thèmes aussi profonds que le sens de la vie, l’amour, l’amitié, la solitude et la perte.
Les grands enseignements du Petit Prince nous transportent dans un monde plein d’essence liée à la sagesse. Des images et des situations exemplifient nos difficultés et la manière ridicule dont parfois, nous nous comportons.
La vie, dans son essence, n’est pas aussi compliquée qu’elle n’y paraît. C’est nous-mêmes qui la compliquons.
L’innocente histoire du Petit Prince nous montre un monde parallèle à notre réalité, qui a un rapport avec la véritable essence de nous tous, dans une réflexion profonde sur la condition de la nature humaine.
Ses enseignements nous font questionner la manière dont nous vivons, pour que nous prenions conscience de comment nous pouvons apprendre à être de meilleures personnes.
“Les hommes, dit le petit prince, ils s’enfournent dans les rapides, mais ils ne savent plus ce qu’ils cherchent. Alors ils s’agitent et tournent en rond…”
-Antoine de Saint-Exupéry-




Réflexions que nous offre le Petit Prince


Le Petit Prince est considéré comme une œuvre majeure, car elle est capable de surprendre et de capter l’attention de toute personne, quel que soit son âge.
Sa beauté réside dans les profonds enseignements, qui sont exprimés dans un langage simple. Il est plein de mots qui évoquent de merveilleuses images, chargées de sensibilité et de tendresse.
L’auteur écrit cette œuvre directement avec le cœur et c’est pour cela qu’il a été capable de toucher autant de cœurs dans le monde par ses mots.
Les cinq enseignements du Petit Prince que nous allons partager avec vous, ont le pouvoir de changer nos vies, si nous sommes capables de les intégrer :




1. L’essentiel est invisible pour les yeux


C’est l’une des réflexions les plus connues du Petit Prince.
Dans un monde comme celui dans lequel nous vivons, cela a encore plus de sens car nous nous trouvons superficiellement unis au matérialisme, à la compétitivité et aux apparences.
“L’essentiel est invisible pour les yeux», nous rappelle que nous sommes bien plus dans ce monde d’apparences, car les choses importantes sont celles qu’on ne peut pas voir, ce sont celles que l’on ressent : l’amour, la bonté, la générosité et l’amitié. 

2. Connais-toi toi-même et tu pourras mieux comprendre les autres


S’impliquer dans la connaissance de soi est toujours plus compliqué que juger les autres. Il est facile de se plaindre de la marche du monde et du fait que cela ne nous plaît pas mais que faites-vous pour vous, pour contribuer à un monde meilleur ?
Au moment où nous prenons conscience de qui nous sommes et que nous nous engageons à être de meilleures personnes chaque jour, nous sommes alors vraiment préparés à aider et à partager notre amour avec chacun des êtres qui font partie de ce que nous sommes.
Il n’y a pas de bons ou de mauvais, il y a des personnes qui font ce qu’elles peuvent, aussi bien qu’elles peuvent, avec ce qu’elles ont reçu.
Une personne ne peut pas donner ce qu’elle n’a pas, il est donc primordial de cultiver votre amour.
“C’est le plus difficile. Il est bien plus difficile de se juger soi-même que de juger autrui. Si tu réussis à bien te juger, c’est que tu es un véritable sage.”
[url=https://twitter.com/intent/tweet?text=%E2%80%9CC%E2%80%99est le plus difficile. Il est bien plus difficile de se juger soi-m%C3%AAme que de juger autrui. Si tu r%EF%BF%BD...][/url]




3. Aimer, ce n’est pas se regarder l’un et l’autre, mais regarder à deux dans la même direction


L’amour est l’affaire de deux personnes, une union si particulière, qui perd en force et en sens quand il n’y a pas de réciprocité.
L’amour se construit en fonction de la collaboration : au moment où l’un se détache, l’autre personne qui supporte tout le poids finit par se détruire.
Pour que les deux personnes marchent vers la même direction, avec le guide et la force de l’amour, il est nécessaire de partager des projets de vie.


Le fait de partager des joies, des expériences et des intérêts communs donne de la consistance et de la vitalité aux deux âmes qui partagent un voyage extraordinaire.

4. Maintenez l’illusion et l’innocence malgré les mauvaises expériences


Puisque nous accumulons des expériences, nous augmentons nos couches de méfiance. Nous perdons la fraîcheur de l’innocence : observer et expérimenter toutes les nouveautés que nous offre chaque jour. Nous restons là, sans expérimente tout l’extraordinaire de ce qui nous arrive.
Il est inévitable de ressentir de la douleur et de passer par des situations angoissantes et difficiles.
Cela fait partie de notre croissance, tout comme maintenir l’illusion pour pouvoir donner un sens à tout ce qui nous arrive. Et cela nous échappe, puisque c’est imprégné de nos sentiments.
«Les grandes personnes ne comprennent jamais rien toutes seules, et c’est fatigant, pour les enfants, de toujours et toujours leur donner des explications»




5. Osez connaître les personnes dans leur essence


Nous nous focalisons beaucoup sur les apparences, sur ce que nous avons et si peu sur ce que nous sommes. S’aventurer à connaître quelqu’un en profondeur est une manière de trouver sa véritable essence, sa beauté la plus réelle.
Nous faisons une évaluation extérieure, nous restons au stade du préjugé et nous ne nous donnons pas l’opportunité de savoir quelque chose sur l’autre personne, sans que cette connaissance soit conditionnée.
Nous ne pouvons accéder à l’amour uniquement si nous générons la possibilité de connaître et de comprendre les autres.
« Les grandes personnes aiment les chiffres. Quand vous leur parlez d’un nouvel ami, elles ne vous questionnent jamais sur l’essentiel. Elles ne vous disent jamais : « Quel est le son de sa voix ? Quels sont les jeux qu’il préfère ? Est-ce qu’il collectionne les papillons ? » Elles vous demandent : « Quel âge a-t-il ? Combien a-t-il de frères ? Combien pèse-t-il ? Combien gagne son père ? »


https://nospensees.fr/6-enseignements-du-petit-prince-qui-vous-aideront-a-etre-meilleur/



avatar
I am so sure
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 7515
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation : Chez moi

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Boite à Sauces Sures (dans le mille, doux, on s’emboîte mode Tétris)

Message par I am so sure le Jeu 9 Fév 2017 - 12:14

Spoiler:

Ca me semble bien alors une vie "décidée" d'avance. De fait j'ai bien fait d'en faire ce que j'en veux. C'est pratique lorsque tu simplifies tout et que tu peux le faire, tu vois ce qui est compliqué et alors que pas toi.
Lire c'est se grandir, enfin cela dépend de ce qu'on lit. Lire des idées émises en phrases simples. Ca permet de se broder autour, de découvrir ses contours. Que d'écarts il est vrai, je n'aurai jamais pensé. Prendre les gens tels quels, et les choses comme elles sont. Je suis loin de la gamine qui se raconte des histoires en jouant avec les itinéraires pour passer le temps autrement et visiter. Visiter, ma routine. Que de chance il est vrai de ne jamais se faire chier. Vivre le 21, l'avoir appris et avoir vu des 4 partout et les avoir toujours mis. Je suis encore pas morte, va placer cela dans une phrase à quelqu'un. Hein quoi ? Et que de rivalités en fait. Ca existe donc des personnes pas chiantes. Quelle découverte. Pas dur de parler comme un livre pour des personnes qui n'en ont jamais lu un. En fait. Alouette.
Visiter ses propres états d'âme et savoir qu'ils en sont.
Variable. J'ai été variable. Insuivable en arborescence, ça peut partir dans tant de choses, alors que je ne suis quasi aller nulle part. J'aime bien ici je suis commune. Alors les états d'âme, les vivre, les prendre pour acquis, les prendre comme parties de soi. Et voir ceux des gens, des autres. Visiter et revisiter. En fait ça n'est pas un fil conducteur, mais plusieurs. Les bons écrits pour moi ne sont pas ceux que d'autres vont apprécier, mais les libérateurs, ceux qui font la respiration, ceux qui font que quand ils ont été faits, on se dit qu'ils n'ont servi à rien alors qu'en fait si justement, on se sent léger ensuite, on a posé du lourd. Pas mal de personnes m'ont dit cela parfois : je suis lourd. Lourd de non dits. Alors il a derrière mon dos dit : Begaudeau c'est celui qui a écrit : "entre les murs" et je l'ai joué : "non je ne t'ai pas vu lire la première page". Le vice, un drôle de vice. Doudouille m'avait prévenue d'un mot sur ce "monsieur" alors qu'on se connaît peu, donc ça me travaillait, enfin ça me posait question. Ne pas avoir conscience de fantômes, de transferts. Et ça me fait comme une bestiole qui veut avoir le dessus sur moi et de façon vicieuse et sournoise. Il faut se donner plus d'importance en fait. Pour comprendre ce qu'on veut me prendre. Quasi tous les gars que j'ai connu ont suivi le même tracé. Je comprends mieux désormais ces étapes de "douance" et un cube ne peut se cerner en cube qu'en rencontrant un cube pas forcément plus grand mais qui lui permet de se cerner. Montrer les coins. Evidemment passer par la danse des canards peut sembler curieux, mais sembler curieux à une curiosité malsaine, n'a rien de grave. Encore du mal à me dire qu'on voit alors mon 4. Des hommes ça fait parfois le singe. Là où d'autres diraient du coup : tu devrais penser à t'épiler. Casseuse. Ce n'était pas casseuse d'égo. Dégager un dominant avec un domino. Lol !!! Mégalol. Reconstruire toujours à partir des mêmes bases. Reset, fais risette. Je ne me suis pas trompée et voir tous les contextes de suite. Vinyls, cds, chaînes hifi, baby, flipper, et des tables de bistrots, j'ai donc Bac +5 en aménagement de bistrots. Evidemment si ce ne sont pas des pièces manquantes mais des connexions, on pouvait chercher et tourner, ne pas tourner, décaler, reculer, aller à l'inverse, on n'y penserait naturellement. Donc quel cruchon. Ca doit être frustrant de se battre 4 ans. Pour rien, pour n'avoir pas le dernier mot et de celui qui est inutile. Ne pas entrer dans le débat. Le jour où ça a basculé. Ca n'est pas un rien à foutre de rien, c'est une autre façon de voir. C'est un autre schéma, un mode général. Du coup dans plus petit j'ai pu croiser Ludo et hop je suis en 1996, j'aurai plus bloquer sur ce concert de Noirdez raté mais en fait l'hospitalisation soudaine de mon beau père faisait alors partie intégrante de ma vie, superpositions des événements, mode plus urgent. Plus important. Le dossier était ficelé d'avance donc pas de surprise, forcément si ça, ça passera avant ça donc même pas d'interrogations. Se lamenter sur les choses que lesquelles on ne peut pas agir effectivement. Tu ne veux vraiment pas d'efforts ! c'est vrai. Et tu le reconnais en plus ? à fond. On ne peut pas s'engueuler avec toi en fait, tu fuis. C'est ça je fuis. C'est énervant, je sais ! En fait en se prenant de suite comme on est, comme on naît tout est plus simple, tout est plus lisse, babe il lisse, et on peut aller s'attaquer doucement aux aspérités. Aux Casper, au cas se perd, toujours pouvoir aller se perdre par là où on a déjà fait le tour, comme ça on prend plaisir parce qu'on sait par où revenir. Voir les morts des gens, c'est encore pire en fait, enfin tout dépend dans quel contexte on place les choses. Changer d'humeur, passer par l'humour. Et puis pot de colle ou pas. T'es bizarre. oui. Tu devrais changer. Non. Ca fait des histoires longues dans le temps. La notion du temps n'est pas la même. Et il y a les histoires sans fin. enfin sans durée, enfin sans les mêmes durées, sans les mêmes échéances. On se croise pas aux mêmes carrefours, on termine pas de la même façon les histoires, on les vit différemment. On peut vivre un peu comme sous une tempête de neige, sa vie. Ou une tempête de soleil. Accepter chaque flocon et en faire une gestion selon ou accepter un rayon. Ou alors fuir la tempête et vouloir dépasser le soleil. Ca fait une vie en mode supermarché mais à l'envers mais pas tout le temps, on choisit ou pas. L'autre, il va avoir fait sa liste, et il va la suivre, il y a un mode laisser les articles venir dans son caddie. Il faut alors être préparée à l'envahissement par un paquet de nouilles, je conçois c'est pas évident... !!! et il faut savoir qu'il en existe plusieurs. Varier. Un champ plus large. Mais comment tu connais ? parce que j'y suis allée. C'est drôle, donc peu de gens connaissent TOUTES les boulangeries de leur ville et des villes avoisinantes. C'est un autre Mappy, un autre Google Maps. C'est tout "pas pareil", "pas pareil" c'est crucial. Fondamental. Tant de choses. Et du drôle de soi. Classer par mode c'est plus simple, on fait des paquets. Mais bon tes modes, Eric, ça fait plus la chanson, où cela en fait une autre. Et puis avoir qu'un fil conducteur, ou des fils conducteurs, ça n'inclut pas les imprévus, qui en fait, n'en sont pas vraiment, c'est plus des interventions et pas des envahissements puisque ça rentre que si on veut, si on donne la clé. Philippe au bout d'un an avait conclu : en fait y'a rien à te comprendre. Yes bingo, tu as tout compris. Ben pourquoi tu l'as pas dit ? parce que tu n'aurais pas apprécié de n'avoir pas cherché et trouvé par toi même, toi même n'étant pas toi pareil, ce n'est pas le même de similaire, de toute façon c'est jamais pareil, et tu n'es au fond jamais similaire à toi même, puisque tu évoles. il aurait fallu que des rencontres n'aient jamais eu lieu. Lieu c'est tout à fait ça, on vit en plus de 7 lieux, c'est pas la même carte de vie. Du coup on peut provoquer des hasards qui sembleront à d'autres mais en fait qui ne sont pas. Mais qu'est ce que tu veux dire ? par là ? par ici, rien, j'ai rien à dire en fait. J'ai été dotée. Pour pouvoir en dire moins. Donc l'anti dot n'est du coup pas une antidote, tu vois ? non je vois rien, ben oui j'avais vu. C'est vrai si les livres ont été écrits sur ceux celles qui consultent, ça fait les infos de ceux celles qui n'ont pas compris, appris, maîtriser des choses d'eux/elles mêmes. Un profond respect. Une confiance sereine.
C'est l'histoire d'un personnage découvrant un peu par hasard qu'il n'est pas aussi hétéro qu'il le pensait. Est-il attiré par les hommes pour autant, ou est-il attiré par CET homme en particulier ? Peu importe, l'essentiel c'est le souvenir de cette nuit improvisée. Pas si froide que ça, finalement.


Ravi de faire votre connaissance, monsieur le clown,
Monsieur le clown en transe,
Votre numéro était amusant, mais je préfère,
Votre insolence,
On s'est croisés par hasard,
A la sortie du grand chapiteau,
Tout s'est joué en un regard,
Tu m'as pris la main et come on, let's go !

Te reverrai-je un jour ?

Tous ces gens massés dans la rue avec leurs ballons,
Violets et blancs,
Jugeraient sûrement mon comportement,
Malsain, voire carrément déviant,
Je n'aimais pourtant pas les hommes,
Mais avec toi c'est pas pareil,
Tu as ébranlé mes certitudes,
Est-on forcé de choisir un camp ?

Dès la fin du show tu m'as attiré dans ta loge,
Charmé par le clown et son beau maquillage,
On a joué au funambule, dans la caravane,
Au dompteur de fauves enfermés dans la cage,
Et on a dansé, dans les cerceaux enflammés,
Gémissant à tue-tête jusqu'à la fin de la valse,
Mr Loyal ne saura pas,
Qu'après le spectacle, son clown j'enlace.

Te reverrai-je un jour ?
Monsieur le clown ?


Dernière édition par I am so sure le Jeu 2 Mar 2017 - 0:59, édité 1 fois
avatar
I am so sure
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 7515
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation : Chez moi

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Boite à Sauces Sures (dans le mille, doux, on s’emboîte mode Tétris)

Message par I am so sure le Jeu 9 Fév 2017 - 12:50

Spoiler:

Si t'as du temps, pas de souci, je te laisse mettre de la phrase Tenderstructurée entre ça et ça.... ça fera sûrement un beau livre Very Happy Je ne peux pas être écrivain, j'ai pluto l'écrit vain.... et puis Paul et Mickey, enfin, tu sais... 


Passer du Prout au Pouet en un  


Dernière édition par I am so sure le Jeu 2 Mar 2017 - 0:59, édité 2 fois
avatar
I am so sure
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 7515
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation : Chez moi

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Boite à Sauces Sures (dans le mille, doux, on s’emboîte mode Tétris)

Message par I am so sure le Jeu 9 Fév 2017 - 13:01

Spoiler:



"La vie c'est une vaste blague, alors s'il te plaît Loulou, tu prends que ce qui t'amuse, et tu arrêtes de te faire chier avec le reste"


...."N'ayez surtout aucun regret...."
avatar
I am so sure
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 7515
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation : Chez moi

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Boite à Sauces Sures (dans le mille, doux, on s’emboîte mode Tétris)

Message par I am so sure le Jeu 9 Fév 2017 - 13:56

Spoiler:

Déjà je n'aime pas les courses, mais alors les faire avec un qui en referait tous les rayons, je me préfère damnée en enfer...
Si j'avais été un homme ? j'aurai été homo.. c'est dire si la solidarité féminine n'a vraiment pas été crée pour moi... j'ai laissé cela aux professionnelles.... 
Y'a quand même une catégorie "doués gommes"... qui n'auront que mon coté pile.


Dernière édition par I am so sure le Jeu 2 Mar 2017 - 1:00, édité 1 fois
avatar
I am so sure
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 7515
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation : Chez moi

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Boite à Sauces Sures (dans le mille, doux, on s’emboîte mode Tétris)

Message par I am so sure le Jeu 9 Fév 2017 - 15:53

Spoiler:





https://www.senscritique.com/liste/Contrepetries_avec_des_noms_de_films/761851











avatar
I am so sure
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 7515
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation : Chez moi

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Boite à Sauces Sures (dans le mille, doux, on s’emboîte mode Tétris)

Message par I am so sure le Jeu 9 Fév 2017 - 16:40

Spoiler:


Jeanne Siaud-Facchin : "Les surdoués sont des réserves de leadership et d'innovation"
 Par Stéphanie Borg  |  09/02/2017, 8:05  |  2531  mots









(Crédits : DR)
Psychologue clinicienne, psychothérapeute, auteure d'une dizaine d'ouvrages variés, Jeanne Siaud-Facchin est aussi une engagée animée par l'esprit d'entreprendre. Cette spécialiste des troubles des apprentissages scolaires, référence dans la prise en charge des enfants et des adultes surdoués, a fondé Cogito'z, premier centre européen de psychologie intégrative. Après Marseille, Avignon, Paris, Nantes et Londres, Cogito'z s'installe à Lyon. L'occasion pour Jeanne Siaud-Facchin d'évoquer les adultes surdoués, des personnalités hors-normes, potentiel vivier pour les entreprises.
En 2000, vous avez fondé, à Marseille, un centre dédié aux troubles de l'apprentissage scolaire, Cogito'z. Que représente-t-il ?
Jeanne Siaud-Facchin. J'ai toujours eu dans l'idée de monter un lieu accueillant et bienveillant, avec plusieurs praticiens, où chacun peut venir expliquer ses difficultés sans que son interlocuteur ne cherche à poser une étiquette et à juger.
Auparavant, j'ai suivi mes études de psychologie en deux-temps : quand j'étais "petite", à la sortie du bac, à Avignon, puis dix ans plus tard à Paris X Nanterre, après avoir monté une agence en communication événementielle. J'ai passé mon DEA et mon DESS la même année sous l'égide de Bernard Gibello (NDLR : le psychiatre a ouvert la voie, en France, à la psychologie intégrative et travaillé sur la psychopathologie, les troubles des fonctions cognitives et de l'intelligence).
À l'Hôpital de la Salpêtrière, nous travaillions dans son laboratoire de recherche basé sur l'exploration par les tests de toutes natures. Cogito'z est son émanation directe.
Au fil du temps, vous êtes passés des troubles des apprentissages scolaires à la question de la précocité. Les cas recensés sont-ils de plus en plus nombreux ?
Il faut balayer cette confusion et arrêter de relayer cette idée fausse : il n'y a pas plus de surdoués qu'avant. On utilise ce terme de "surdoué" pour des questions de facilité. Mais il évoque aussi un haut potentiel, intellectuellement précoce ou de zèbre - une terminologie que j'ai introduite pour des raisons affectives et contextuelles. Les surdoués représentent toujours 2,3 % de la population. C'est une loi mathématique et statistique, la courbe de Gausse.
Cependant, les tests d'évaluation changent. Ils sont ré-étalonnés tous les dix ans pour s'adapter à la population d'aujourd'hui.
En revanche, on connaît mieux ces surdoués. Davantage de psychologues s'y intéressent. Dans le même temps, les parents consultent aussi plus facilement : la psychologie est devenue plus familière alors que c'était une discipline réservée à la folie. C'est pour ces raisons qu'on en parle plus. 


Comment analyse-t-on cette courbe de Gausse dans le cas de la précocité ?
La base est une moyenne déterminée à un quotient intellectuel (QI) de 100. Être surdoué, c'est s'inscrire dans un score, toujours symbolique, de deux écarts au-dessus de la moyenne, soit 130. Statistiquement, 68 % de la population a un QI compris entre 85 et 115. Ce qui signifie que la vie, l'école, l'environnement, et donc l'entreprise, est faite pour eux. Avec un QI entre 115 et 130, vous êtes quantitativement plus intelligent, vous avez plus de facilités, mais vous continuez à fonctionner comme les autres. Quand vous dépassez la barre des 130, vous changez de fonctionnement. La "normalité", au sens statistique du terme, devient plus compliquée à aborder.
Si la question était seulement d'être quantitativement plus intelligent que les autres, il n'y aurait aucune raison de s'en préoccuper. Le surdoué fonctionne avec des mécanismes, des procédures de pensées et de raisonnements significativement différentes des autres. D'ailleurs, les neurosciences contemporaines ont validé ce que les cliniciens ont observé depuis longtemps : l'architecture de certaines zones du cerveau est légèrement différente chez eux.
En 2008, vous avez écrit le premier ouvrage français, encore considéré comme la référence, consacré à la précocité intellectuelle chez les adultes, Trop intelligent pour être heureux ? L'adulte surdoué (Ed. Odile Jacob). Comment avez-vous approché les adultes ?
Au centre, nous nous sommes longtemps occupés des enfants et des adolescents en difficultés. A force de voir s'effondrer des parents dans mon bureau à la lecture du bilan de leurs enfants en m'indiquant que j'évoquais leur vie, je me suis demandée ce que les enfants surdoués devenaient... J'ai consulté les études et la littérature internationale, mais il n'y avait rien à ce sujet à cette époque.
Alors je me suis mise à travailler avec les parents de mes patients au cours de groupes de travail, et j'ai écrit mon livre, sans présumer de son impact. Je me souviens qu'à sa sortie, j'étais en train de faire le Rallye des Gazelles dans le désert marocain. À mon retour, des dizaines d'adultes voulaient prendre rendez-vous et personne ne savait les recevoir à part moi. Ce fut la panique... et une vraie révélation !
Quels éléments caractérisent vraiment ces personnalités, à part leur mode de pensée, différent ?
Être surdoué, c'est une façon d'être au monde. Sur le plan intellectuel, cette population est dotée d'une grande capacité d'analyse. Mais aussi d'une lucidité exacerbée sur les choses. Tout est scanné de façon fulgurante pour récolter une multitude d'informations arrivant simultanément au cerveau. Ces bombardements constants enrichissent considérablement la capacité à penser. Mais en même temps, ils peuvent créer une forme de confusion et des difficultés à sélectionner l'information pertinente et à hiérarchiser les priorités.
Mais, et peut-être surtout, ce qui caractérise un surdoué, c'est son hypersensibilité et son hyperactivité émotionnelle. Là aussi, les neurosciences ont relevé une vulnérabilité particulière de l'amygdale, la petite zone nichée au fin fond du cerveau archaïque et dont la mission est de décoder les émotions. Ce qui est une broutille chez la majorité, devient un cataclysme émotionnel chez lui. Son seuil de réactivité est beaucoup plus bas. Ce sont souvent des écorchés vifs, très sensibles à l'injustice.
J'aime beaucoup cette terminologie américaine qui pourrait être la baseline du surdoué : "intense word sendrome". Tout est intense chez le surdoué : l'intelligence, les connexions neuronales, la vitesse, la sensibilité, l'émotivité, leur façon d'être au monde, les liens aux autres. Et quand tout est intense, cela peut donner à la fois beaucoup d'énergie, de fougue et de puissance, mais en même temps une grande vulnérabilité. Le surdoué est un peu comme le cristal : il brille plus, il est plus joli, plus fin... mais aussi plus fragile.
Cette brillance et cette fragilité sont-elle compatibles avec un monde du travail où seule la lumière est souvent admise ?
Tout dépend, encore, de la façon dont l'enfant a grandi. Si son développement s'est fait le plus harmonieusement possible sur la base de liens affectifs suffisamment confortables - , c'est-à-dire pas de façon parfaite, car les parents qui veulent être parfaits sont les pires des parents - et si ses particularités n'ont pas entraîné des difficultés d'adaptation scolaire trop importantes, qu'ils aient pu passer à travers les fourches caudines du système, alors le surdoué s'appuiera sur la face lumineuse du haut potentiel.
Il sera un adulte épanoui, qu'il devienne artiste-peintre, conducteur de poids lourds ou président de la République. Ce sont des personnalités charismatiques qui ont besoin d'être des leaders, des entrepreneurs, de tenir des postes où ils ont les coudées franches.
Est-ce à dire qu'ils ne peuvent pas être managés ?
Ils veulent bien avoir un chef. Mais ce doit être un chef qu'ils admirent et qui les entraîne dans un projet. Souvent, les managers ont peur de ces personnalités qui prennent de la place, qui ont envie de faire des choses et d'avancer. Ce sont aussi des adultes assez visionnaires. Ils font partie de ceux qui comprennent que dans dix ans, ce sera une voiture rouge qu'il faudra fabriquer. C'est une intuition : ils n'ont pas vraiment d'arguments pour justifier leur idée, qui, s'avérera souvent juste. Mais ils seront mis de côté pour cela.
C'est quand l'adulte perd l'estime pour son chef que la relation se complique. D'autant qu'ils comprennent les choses différemment de la moyenne. Ce n'est pas non plus évident quand on doit diriger une équipe.
Paradoxalement, les surdoués sont, pour une partie d'entre eux, des adultes qui ont été des élèves en échec scolaire et qui n'ont pas forcément le bon diplôme pour séduire les entreprises. Comment y remédier ?
Parfois, c'est le plus souvent valable pour ceux qui n'ont pas conscience qu'ils possèdent ces caractéristiques, une fois adultes, ils vivent des moments de grandes fragilités et de doutes, où ils perdent pied. Il leur est alors difficile de s'adapter au monde professionnel. Pour eux, le chemin est assez fastidieux. Quelquefois, ils prennent des chemins de traverse, puis ils se raccrochent et se débrouillent pour passer des diplômes, même un peu farfelus, mais ils finissent par retomber sur leurs pieds.
Il y a une vraie déperdition de potentialités pour le monde du travail. Mais c'est une question difficile à aborder, car il faut avant tout que l'entreprise puisse entendre ces différences.
Que peuvent-ils apporter à l'entreprise ?
L'entreprise aurait totalement intérêt à comprendre et faire émerger ces personnalités. Quand ils vont bien, quand ils acceptent ce qu'ils sont, et se sentent acceptés comme tel dans une forme de bienveillance, ce sont des gens qui sont d'une grande générosité, qui ont vraiment cette envie de faire avancer les choses. Ils sont emplis d'humanité.
Pour l'entreprise, ce sont des réserves de créativité, de matière grise, de leadership, d'innovation. Intègre, le surdoué possède un sens de l'absolu très important. 
Et, contrairement à une autre idée reçue, ils savent faire preuve de beaucoup d'humilité... Le doute est une notion qui habite beaucoup d'adultes surdoués qui ne peuvent pas avoir la grosse tête. Si tel est le cas, c'est pour cacher le fait qu'ils sont très vulnérables. Quand j'en reçois un dans cet état, c'est assez pratique : je sais qu'il ne va pas bien...
Existe-t-il, ou avez-vous déjà remarqué, des profils de métiers pour lesquels les surdoués ont des prédispositions ?
Il n'y a pas encore d'études précises à ce sujet, mais ce serait très intéressant de la lancer ! Par expérience, je dirais qu'il existe beaucoup d'entrepreneurs. Ce qui ne signifie pas que tous les entrepreneurs sont surdoués ! On trouve aussi des créatifs, des politiques. Ils sont bien représentés dans les métiers du secteur du soin, parmi les médecins, les psychologues... Autrement dit, des personnalités qui ont cette énergie pour aider les autres. Il y a quelque chose qui habite les surdoués adultes, même si c'est niché au fin fond de leur cœur, c'est aider l'humanité à mieux-vivre.
Dans l'un de vos derniers ouvrages, Forcer le destin - J'ai choisi le succès, l'échec m'a rattrapée (Ed. Robert Laffont), vous analysez, sur la base de son récit, l'histoire de la très entrepreneuse Aude de Thuin. Ses succès et puis son explosion en plein vol, assez violente... Un exemple d'entrepreneure surdouée ?
Oui, Aude est totalement précoce, mais j'ai dû lutter pour maintenir ce passage du livre, elle ne voulait pas le dire. Je l'ai poussée à raconter son histoire, son enfance et ses blessures. Mais ce n'est pas seulement ça. Nous avons beaucoup travaillé sur cette notion de réussite, réussir sa vie, dans l'entreprise notamment.
J'ai travaillé avec beaucoup d'entrepreneurs, d'hommes et de femmes politiques, et je constate que peu d'entre eux avaient la volonté, farouche, de réussir. Ils sont plus animés par une énergie de faire et d'accomplir. La réussite vient avant tout du regard des autres.
Au final, l'adulte surdoué peut-il être heureux dans ce monde pour lequel il semble inadapté ?
À partir du moment où l'on sait qui on est, on peut être très heureux en ayant ce type de fonctionnement.
Ce qui reste source d'une grande souffrance, c'est l'expression du sentiment de décalage par rapport aux autres. La révélation, même adulte, permet de relire son histoire à la lumière de ce diagnostic. On garde les mêmes images, il n'existe pas de bouton reset, mais on peut mettre d'autres étiquettes et d'autres explications dessous. On n'est plus le nul, le vilain petit canard, trop excessif, trop sensible. Des remarques, qui, au bout d'un certain temps, finissent par attaquer profondément l'estime de soi. Mon plus vieux patient doit avoir 85 ans, il parle d'une sensation d'inachèvement. Il est heureux de vivre, peu importe le temps qu'il lui reste.
Quand vous ne savez pas que vous êtes surdoué, vous ne savez pas que les gens à côté voient le monde différemment. Tout d'un coup, on vous met des lunettes : on comprend mieux le monde, on voit clair et on peut se réconcilier avec soi-même. Et à partir de ce moment-là, tout est possible !
Aujourd'hui, Cogito'z est un réseau de plusieurs centres, comment êtes-vous structurés ?
Je suis entreprenante mais pas chef d'entreprise. J'ai commencé seule, puis j'ai grossi, au fur et à mesure de la demande, par cooptation. Après Marseille, nous avons ouvert Avignon, Paris.
Mais, avec près de 20 salariés, l'entreprise devenait trop lourde à gérer. Je ne voulais pas vendre, je souhaitais transmettre à celles qui travaillaient avec moi. En 2014, avec Alain, mon époux, devenu le directeur général de Cogito'z Développement, nous avons décidé de scinder les structures. A Paris, Nantes et Reims, le capital est partagé entre la directrice gérante, nous et le reste de l'équipe. Nice et Londres, qui vont bientôt ouvrir, sont sous licence de marque Cogito'z avec des droits et des devoirs mutuels avec des psychologues directrices propriétaires à 100 % de leurs structures. C'est le cas de Lyon.
Bien sûr, en regardant la carte, on se dit qu'il manquerait un site à Bordeaux ou à Toulouse. Mais c'est difficile de passer une annonce pour recruter un psychologue qui s'inscrit dans nos pratiques.
Qu'est-ce qui les distingue des autres centres ?
Nous travaillons à l'aide de la psychologie armée, celle qui utilise des moyens techniques comme des bilans ou des tests. Il ne s'agit pas simplement d'avoir un score pour mettre une croix dans une case, mais d'explorer, comme Sherlock Holmes. Le but est de comprendre comment une personne, à cet instant de son histoire, fonctionne, se situe, pense, mémorise. Nous dressons sa carte du territoire, allant de sa personnalité et ses difficultés à ses ressources, pour l'aider à avancer sur son proche chemin, planter des graines dans des champs en friche, arroser ceux, magnifiques, déjà cultivés et traverser les forêts sombres à la hache - et quelle hache utiliser pour les passer !
Nous utilisons aussi la psychothérapie à médiation cognitive, consistant à introduire un objet à penser entre le patient et nous, agissant comme un médiateur. Cette thérapie s'inscrit aussi la lignée de Gibello. Ces techniques demandent de s'impliquer dans une dynamique interactive de co-construction avec le patient pour aller mieux le plus vite possible. Cela demande plus d'investissements et d'engagements, mais nous ne sommes pas seulement des réceptacles pour entendre. Les psychologues passifs m'insupportent ! Je considère qu'un psychologue contemporain doit aider, concrètement. C'est un devoir, ce n'est pas en option, avec une quasi-obligation de résultat. En 2017, en France, ce n'est pas si courant dans le milieu. Il y a encore beaucoup de résistances.
 






http://acteursdeleconomie.latribune.fr/debats/grands-entretiens/2017-02-09/jeanne-siaud-facchin-les-surdoues-sont-des-reserves-de-leadership-et-d-innovation.html#xtor=AL-13


Alors il m'a dit : mais pourquoi tu ne veux plus venir avec moi au ciné ? et je lui ai répondu : pour avoir pendant 1h30 ton avis sur l'acteur principal et pourquoi tu ne l'aimes pas et comment tu aurais tourné le film... Du coup il a dit : et ça sera à tout jamais ? ben écoutes probablement, sauf si tu fais un bon film ou tu deviens un bon acteur... et là on pourra se revoir ? Ton film et moi peut être, toi c'est beaucoup moins sûr. Sûr ? comme sur doué ? non comme sur chiant. sur chiant comme nos gens sur scène ? c'est ça.
avatar
I am so sure
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 7515
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation : Chez moi

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Boite à Sauces Sures (dans le mille, doux, on s’emboîte mode Tétris)

Message par I am so sure le Jeu 9 Fév 2017 - 17:34

Spoiler:

Dave Gahan : « Spirit », le nouvel album de Depeche Mode – Exclu
Rédigé par : La rédaction in Musique, Musique, Musique, News Musique 08/02/2017 17:30 0 12,319 vues

Share17 3 Share0 0 Stumble0 Tweet5

Dave Gahan, le lead singer de Depeche Mode, revient en exclusivité pour Rolling Stone, sur la création de «Spirit», leur nouvel album, à paraître le 17 Mars







« Nous sommes dans une période de grands changements. Plus je vieillis, plus je suis touché par ce qu’il se passe dans le monde. Je pense à mes enfants et au monde dans lequel ils vont grandir. Ma fille, Rosie, a été très affectée par la présidentielle américaine de l’an dernier… Elle en a pleuré et moi, je me suis dis « Waouh »…« 






Même s’il partage avec nous ses craintes sur l’état du monde, il est de bonne humeur et porte un regard objectif sur lui-même. «Martin [Gore] et moi vivons aux Etats-Unis alors nous sommes tous deux très affectés par ce qu’il se passe ici. Martin m’a dit «Je sais que pour certaines personnes, cela peut ressembler à des propos de rockstars nanties qui vivent dans leurs grandes villas de Santa Barbara sans se soucier du reste de la planète, et c’est vrai que nous avons de la chance. Mais cela ne veut pas dire qu’on se fiche de ce qu’il se passe dans le monde. Cela me touche vraiment ». Et je lui ai répondu : ‘Je comprends. Je ressens la même chose.»

image: http://www.rollingstone.fr/RS-WP-magazine/wp-content/uploads/2017/02/depeche-mode-album-cover-rgb-5x5-1024x1024-300x300.jpg
Ce sentiment d’inquiétude a habité Gahan et le reste du groupe pendant l’écriture de Spirit, leur prochain album à paraître le 17 mars prochain. La majorité des 12 chansons de ce nouvel LP traitent directement du malaise général et de la souffrance actuelle.

 «Je ne dirais pas que c’est un album politique, dit Gahan, parce que je n’écoute pas de la musique de façon partisane. Mais c’est clairement un album sur l’humanité et notre place sur Terre».
Il dénonce dans Spirit les fanatiques qui «nous font revenir des siècles en arrière», en appelle au changement dans «Where’s the Revolution ?» (« Qui prend vos décisions, chante t-il, vous ou votre religion ? » et se lance dans une introspection dans « Poison Heart ». Musicalement, ces chansons ont une teinte sombre et des textures complexes, des sonorités à la fois glaciales et chaudes, rappelant la période de l’album Violator, tout en restant dans la continuité de leur dernier opus sorti en 2013, Delta Machine.
Gahan et Gore se sont rendus compte très tôt qu’ils avaient le même regard sur les événements internationaux, alors qu’ils entamaient les premières séances de le nouvel album l’an dernier avec leur acolyte Andy Fletcher. Cette vision partagée leur a permis de dégager une ligne directrice. « Nous avons choisis le titre Spirit parce qu’on s’est demandé : « Où est passé notre esprit, notre énergie ? Où est passé notre sentiment d’humanité ? dit Gahan. Nous avions envisagé de prendre le titre Maelstrom mais ça sonnait trop heavy métal. ».



« On s’est vraiment engueulés, dit Gahan en riant, c’était très chargé en émotions »






Ils ont fait appel au producteur James Ford, qui les avaient impressionnés par son travail pour Florence and the Machine, Artic Monkeys et Simian Mobile Disco. Ford a aidé les musiciens rester sur la même longueur d’onde. A part quelques petits désaccords entre Gahan et Gore, réglés par Ford (« On s’est vraiment engueulés, dit Gahan en riant, c’était très chargé en émotions »), l’enregistrement de l’album a été plutôt facile et rapide, avec des séances réalisées au studio de Gore à Santa Barbara et d’autres à New York.
Le groupe sort son premier single, signé par Gore, « Where’s the Revolution ». Ce lent crescendo, porté par des vagues de synthés, agit comme un appel aux armes (renforcé par la question posée par le titre) sur lequel Gahan chante « The train is coming/Get on board » (le train arrive, montez à bord). « Martin l’a écrit dans un esprit très sarcastique, très British », dit Gahan.

 




Si nous voulons que les choses changent, qu’il y ait une révolution, nous devons en parler et partager nos préoccupations






Cet état d’esprit se retrouve dans un autre titre de Spirit, « BackWards ». Au début, Gahan chante «We are the bigots/we have not allowed/We have no respect. We have lost control – Nous sommes des fanatiques/ Nous n’avons pas autorisé cela/ Nous n’avons aucun respect/Nous avons perdu le contrôle). Et, il enchaîne sur une critique de ceux «qui ont une mentalité d’hommes des cavernes » et de ceux qui ne « ressentent plus rien à l’intérieur», au milieu de vagues jaillissantes de claviers et d’une rythmique percussive accompagnée par les chœurs de Gore. «Si nous voulons que les choses changent, qu’il y ait une révolution, nous devons en parler et partager nos préoccupations, estime Gahan. Cela ne semble pas être le cas à Londres. On a l’impression de partir totalement dans une autre direction et je pense que Martin ressentait le besoin d’exprimer cela».
Ce thème se retrouve également dans une autre chanson composée par Gore, «So Much Love», un titre plus enjoué, porté par des sons électros, qui parle de la révélation de l’amour que nous portons tous en nous-mêmes. «Nous avons tous tellement d’amour en nous, nous en avons réellement mais nous avons peur de nous en servir», dit Gahan. «C’est le vieux de truc de John Lennon, Love & peace, mec».
C’est l’exact opposé de la ballade « Poison Heart », un titre particulièrement accrocheur et euphonique, concocté avec le batteur du groupe, Christian Eigner et leur claviériste, Peter Gordeno. «Ils m’ont envoyé la ligne de guitare et elle avait un peu le style soul des Muscle Shoals Studios, dit Gahan, c’était très différent et la mélodie me trottait dans la tête ». La chanson débute par une lente marche funèbre, dans la lignée de « I Put a Spell on You »  de Screanmin’Jay Hawkins et se construit ensuite sur un pont Beatlesien avec seulement un zeste de guitare saturée. Gahan, qui parle de Gore comme «n‘étant pas très causant quand il s’agit de parler des chansons des autres», affirme que Gore a dit que «Poison Heart» était la meilleure chanson que Gahan ait jamais composée. «You have poison in your heart/Tu as du poison dans ton cœur» fredonne-t-il au tout début de la chanson. Et un peu après, il chante «You know it’s time to break up/You’ll always be alone/ Tu sais qu’il est temps de se séparer/Tu resteras toujours seul» mais Gahan assure que ce n’est pas une chanson de rupture.
La chanson ‘Cover me’ exprime également, mais d’une autre façon, cette thématique. Gahan l’a décrite comme étant une chanson à histoire. «Cela parle d’une personne qui voyage sur une autre planète et qui se rend compte que, malheureusement, tout se passe exactement comme sur la terre. Il ne peut pas échapper à lui-même. S’il veut que les choses changent, c’est à lui de réaliser des changements».



« Nos fans et les gens comme nous forment un clan qui, peut être, ne se sentent pas à l’aise en société. On est un peu maladroits, ringards, un peu différents. On s’est tous retrouvés et on a formé une bande.»






Gahan s’enthousiasme le plus sur la tournée européenne car la plupart des concerts sont presque complets avant même que le nouveau single n’ait été dévoilé. «On a passé tellement d’années à nous battre pour se faire écouter et respecter, avance-t-il. Quelques critiques de nos albums passés ont été très sévères. Et tu te dis, au final “Oh, ces gens ne nous comprennent pas. Ils n’y comprennent rien.”» Mais au fil des 40 dernières années, Depeche Mode a réussit à fidéliser une importante base de fans« Nos fans et les gens comme nous forment un clan qui, peut être, ne se sentent pas à l’aise en société. On est un peu maladroits, ringards, un peu différents. On s’est tous retrouvés et on a formé une bande.» Il rit, l’air fier. «C’est plutôt une grande bande maintenant».
Traduit et adapté par Alma ROTA


Read more at http://www.rollingstone.fr/dave-gahan-spirit-le-nouvel-album-de-depeche-mode-exclu/#zjjYMPRFCr3C0cjR.99


avatar
I am so sure
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 7515
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation : Chez moi

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Boite à Sauces Sures (dans le mille, doux, on s’emboîte mode Tétris)

Message par soto² le Jeu 9 Fév 2017 - 17:43

Elle en a pleuré et moi, je me suis dis « Waouh »…

Ah enfin des bonnes nouvelles dans ce monde de brutes.
avatar
soto²
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2294
Date d'inscription : 07/12/2016
Localisation : Non, processus parallèles & distribués

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Boite à Sauces Sures (dans le mille, doux, on s’emboîte mode Tétris)

Message par I am so sure le Jeu 9 Fév 2017 - 17:50

Spoiler:

Elle en a pleuré et moi, je me suis dis « Waouh »…

Ah enfin des bonnes nouvelles dans ce monde de brutes.

Heureuse que ça te saute aux² yeux  Wink cat


Dernière édition par I am so sure le Sam 25 Fév 2017 - 11:50, édité 2 fois (Raison : J'ai failli ne pas exposanter... ouf... moins une...)
avatar
I am so sure
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 7515
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation : Chez moi

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Boite à Sauces Sures (dans le mille, doux, on s’emboîte mode Tétris)

Message par soto² le Jeu 9 Fév 2017 - 17:55

C'est le problème quand on a la tête dans les étoiles comme moi... on se cogne parfois à un rêveherbert. C'est casse-bonbon, mais pas cul-cul-la-praline.


Dernière édition par soto² le Ven 10 Fév 2017 - 5:14, édité 2 fois
avatar
soto²
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2294
Date d'inscription : 07/12/2016
Localisation : Non, processus parallèles & distribués

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Boite à Sauces Sures (dans le mille, doux, on s’emboîte mode Tétris)

Message par I am so sure le Jeu 9 Fév 2017 - 17:57

Spoiler:

C'est le problème quand on a la tête dans les étoiles... on se cogne parfois à un rêveherbert. C'est kass-bonbon, mais pas cul-cul-la-praline.


La décision de savoir si j'assume pleinement cela est en cours de discussion...


Dernière édition par I am so sure le Sam 25 Fév 2017 - 11:50, édité 1 fois
avatar
I am so sure
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 7515
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation : Chez moi

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Boite à Sauces Sures (dans le mille, doux, on s’emboîte mode Tétris)

Message par soto² le Jeu 9 Fév 2017 - 18:02

Quoi, la citation inexacte ou la vidéo ? Wink
avatar
soto²
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2294
Date d'inscription : 07/12/2016
Localisation : Non, processus parallèles & distribués

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Boite à Sauces Sures (dans le mille, doux, on s’emboîte mode Tétris)

Message par I am so sure le Jeu 9 Fév 2017 - 19:14

Spoiler:




Dernière édition par I am so sure le Sam 25 Fév 2017 - 11:51, édité 1 fois
avatar
I am so sure
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 7515
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation : Chez moi

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Boite à Sauces Sures (dans le mille, doux, on s’emboîte mode Tétris)

Message par Mildiou le Jeu 9 Fév 2017 - 19:32

soto² a écrit:on se cogne parfois à un rêveherbert

Nouvelle Nocturne " La rue du Réverbère" ---> C'est mon cousin, achète son disque Very Happy

avatar
Mildiou
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 563
Date d'inscription : 26/10/2016
Age : 37
Localisation : Rouen

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Boite à Sauces Sures (dans le mille, doux, on s’emboîte mode Tétris)

Message par I am so sure le Jeu 9 Fév 2017 - 19:57

Spoiler:

on se cogne parfois à un rêveherbert

Nouvelle Nocturne " La rue du Réverbère" ---> C'est mon cousin, achète son disque Very Happy




Dernière édition par I am so sure le Sam 25 Fév 2017 - 11:52, édité 1 fois
avatar
I am so sure
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 7515
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation : Chez moi

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Boite à Sauces Sures (dans le mille, doux, on s’emboîte mode Tétris)

Message par I am so sure le Jeu 9 Fév 2017 - 20:14

Spoiler:




avatar
I am so sure
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 7515
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation : Chez moi

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Boite à Sauces Sures (dans le mille, doux, on s’emboîte mode Tétris)

Message par I am so sure le Jeu 9 Fév 2017 - 22:04

Spoiler:

Il fallait y penser de faire une reprise pour plug inner ailleurs pour éviter d'e-penser.... (oui je sais avant les gars sortaient parfois des magazines, aujourd'hui c'est moderne ils sortent de leur blog... il faut suivre...



et ils fossoyent les films aussi... (du verbe faux soyez, le français du faux self, ou presque, parce que self c'est anglais, mais c'est faux du coup puisque c'est en français, ça fait franglais, ou alors c'est un piège pour qu'on fasse une crise identitaire ? ou pour noyer le poisson pour qu'on soit perdus quand on les retrouve ensemble ? ou alors ils se touchent tous ? mais bon ils pourraient être discrets, là on a des doutes, on est surdoués.... on les voit venir puisqu'ils sont là) enfin peu importe, tu comprends du coup que le smartphone, c'est pas possible, je vais pouvoir gérer..



Dernière édition par I am so sure le Jeu 2 Mar 2017 - 1:34, édité 1 fois
avatar
I am so sure
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 7515
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation : Chez moi

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Boite à Sauces Sures (dans le mille, doux, on s’emboîte mode Tétris)

Message par I am so sure le Jeu 9 Fév 2017 - 23:16

Spoiler:






Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Guitare Rock 




avatar
I am so sure
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 7515
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation : Chez moi

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Boite à Sauces Sures (dans le mille, doux, on s’emboîte mode Tétris)

Message par I am so sure le Ven 10 Fév 2017 - 1:13


Spoiler:





C’est ton silence qui m’a donné toutes les réponses
Parfois, j’attends ta réponse, tes mots… Je n’ai pas compris qu’ils n’arrivaient pas, ou que tu me les donnes peut-être sous une autre forme, comme des vides que tu ne remplis pas de lettres et de phrases.
Ton silence renferme ce que je ne veux pas entendre et ce que je refuse de prononcer.
Il est lâche de laisser le silence être la réponse, mais c’est parfois tout ce qui nous reste. Je n’ai toujours pas appris à ne rien attendre de toi, à ne pas avoir d’attentes, ni à comprendre que ce vide que tu créés est ta réponse.
«Il y a peu de choses aussi assourdissantes que le silence»
-Mario Benedetti-
[url=https://twitter.com/intent/tweet?text=%C2%ABIl y a peu de choses aussi assourdissantes que le silence%C2%BB...][/url]

Je n’apprends pas à déchiffrer ton silence







Je n’arrive pas à interpréter le silence que tu laisses en fermant une porte et en permettant que mes pensées volent, pour arriver à donner un sens à ces mots que tu ne prononces pas.
J’ai besoin que tu donnes forme avec tes mots à tout ce silence dense que tu crées à chaque fois que tu t’en vas, à chaque fois que tu te tais.
Ton silence crée une distance entre toi et moi, un abîme impossible à surmonter, et une séparation inexplicable que je ne mérite pas, que je ne comprends pas et que je dois malgré tout accepter.
Mais ton silence est un chemin qui se divise en mille possibilités et je ne peux pas savoir laquelle est adaptée à ce que tu ressens.
«Là, au centre de ce silence, il trouvait non pas l’éternité, mais la mort du temps, et une solitude si profonde que le mot-même en perdait tout son sens.»
-Toni Morrison-
[url=https://twitter.com/intent/tweet?text=%C2%ABL%C3%A0, au centre de ce silence, il trouvait non pas l%E2%80%99%C3%A9ternit%C3%A9, mais la mort du temps, et une solit...][/url]

Ce que je sais du silence







Tes silences ne sont pas toujours les mêmes, ils changent sans que l’on s’en rende compte.
Il y a les silences timides, où tu ne t’aventures pas à me parler, mais tu me regardes et me parles avec tes yeux.
Il y a les silences ironiques, quand tu bloques ton regard dans le mien et que tu souries sans rien dire. Il y a les silences distraits, quand je te pose une question et que tu ne réponds pas parce que tu es loin d’ici sans le vouloir. E
t surtout, il y a les silences complices, ceux qui vous arrachent l’âme avec des lèvres qui ne prononcent pas un mot.
Mais ce silence-là, celui qui nous sépare en ce moment, renferme d’autres choses, ce que nous n’avons pas osé nous dire et qui a créé un espace profond entre ce que nous avons et ce que nous voulons.
Et même si je n’attends plus rien, je ne saurai jamais si j’ai su comprendre tous tes silences.

Ma réponse à ton silence







Je peux chercher mille réponses à ton silence mais je ne peux te répondre que d’une seule façon : dis-moi ce que tu penses, ce qui te préoccupe. Je suis à tes côtés pour t’aider et pour te comprendre.
Si tu as besoin d’un câlin, je t’en donnerai un, si tu as besoin d’un baiser, je t’en donnerai cent, et si tu veux seulement que je t’écoute, je le ferai, mais je te demande juste de prononcer ce que tu veux dire.
Je peux te répondre de beaucoup de façons, je peux te donner mon silence en échange du tien, mais je ne veux pas créer de creux encore plus grand entre toi et moi.
Je peux continuer d’essayer de mettre des mots sur tes silences, ou je peux les ignorer et continuer de te parler sans recevoir de réponse.
Je respecte ton silence, et j’ai besoin que tu respectes mes incertitudes et mon besoin de connaître tes pensées.

Les réponses que ton silence me donne







Si tu t’en vas sans dire un mot, ton silence me murmurera que tu ne m’aimes plus. Si tu ne réponds pas à mes messages, ton silence me dira que tu t’en fiches de savoir comment je vais ou ce que je pense.
Si je te demande ce que tu penses et que tu ne me réponds pas, ton silence me dira que tu veux me cacher quelque chose.
Il se peut que les réponses que tu souhaites me donner via ton silence ne soient pas celles-là, mais je ne pourrai pas le savoir si tu ne m’aides pas.
J’ai presque oublié l’écho de tes mots, je ne les entends plus, tu te déplaces devant moi tel un fantôme, comme quelqu’un que je ne reconnais pas. C’est ton silence qui me suggère ce que tu n’es pas capable de dire avec des mots.
Et si tu fermes à nouveau la porte derrière toi sans prononcer un mot, ferme-la pour toujours et ne reviens pas, car c’est à ce moment-là que je comprendrai que ce que tu voulais me dire, c’est adieu.

«Les mots ne sortent jamais quand ce qu’il y a à dire dépasse l’âme»
-Julio Cortázar-



https://nospensees.fr/cest-ton-silence-qui-ma-donne-toutes-les-reponses/




-------------------------------------------

Que mettez vous dans les silences des autres ?  cat


Dernière édition par I am so sure le Jeu 2 Mar 2017 - 1:36, édité 1 fois
avatar
I am so sure
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 7515
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation : Chez moi

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Boite à Sauces Sures (dans le mille, doux, on s’emboîte mode Tétris)

Message par I am so sure le Ven 10 Fév 2017 - 1:21

Spoiler:










La communication : l’important n’est pas ce que vous voulez dire, mais la manière dont vous le dites
Dans «Le petit prince», l’auteur nous dit que «le langage est une source de malentendus».
Cette phrase très sage sur la communication pointe du doigt le fait qu’il n’est pas facile de convertir nos pensées en paroles et de les exprimer de telle manière que notre interlocuteur puisse les comprendre totalement. Ce que vous dites n’est pas nécessairement compris comme vous le croyez.
De fait, les messages que nous envoyons ne sont jamais compris à 100%. Si quelqu’un dit, par exemple, «je suis amoureux», cela fait référence à une réalité qui est bien difficile à appréhender pour son interlocuteur.

«Je suis amoureux» peut signifier être passionné, avoir établi un lien très fort avec un partenaire, ou simplement se sentir très attiré par quelqu’un. Nous devons bien connaître quelqu’un pour savoir ce qu’il entend lorsqu’il prononce la phrase «je suis amoureux».
                                   “Quoique vous pensiez, le mieux est de le dire avec les bons mots.»
-William Shakespeare-
Les mots ne sont pas la seule source de communication, car ils sont accompagnés par les attitudes, les gestes, les postures.
On peut dire quelque chose avec notre bouche et totalement autre chose avec notre ton, notre regard ou notre attitude en règle générale. Apprendre à communiquer est un véritable art.

Ce que vous dites…


Le plus grand défi de la communication réside dans le fait de parler de notre monde intérieur, notamment de nos sentiments, de nos émotions et de notre perception du monde.
Il n’est pas facile de mettre de mots sur tout ce que nous ressentons et il est parfaitement impossible d’avoir le contrôle sur ce que nous allons générer chez les autres en communiquant.
Pour transmettre quelque chose, nous devons toujours prendre en compte les réactions que nous déclenchons chez la personne à qui nous nous adressons.
Nous ne communiquons pas seulement pour transmettre une information, mais nous souhaitons la plupart du temps que nos mots aient un impact sur nos interlocuteurs.
Nous voulons qu’ils nous croient, qu’ils nous admirent, qu’ils soient d’accord avec nous et qu’ils nous comprennent.
Mais nous recherchons également parfois à ce qu’ils nous craignent, nous obéissent, nous permettent de nous imposer ou à ce qu’ils soient tout simplement blessés.



Aussi étrange que cela puisse paraître, nos objectifs de communication peuvent parfois brouiller notre message. Ceux qui nous écoutent cessent alors de nous comprendre.

Que se cache-t-il derrière votre communication ?

C’est précisément l’intention qui définit l’essence de chaque message. Nous pouvons rechercher à flatter quelqu’un en reconnaissant ses qualités, mais également pour lui montrer que nous l’adulons et ainsi le rendre plus vulnérable à une tentative de manipulation que nous tentons de mettre en place.
Cette intention n’est toutefois pas toujours consciente dans notre esprit. Également, nous essayons bien souvent de démontrer aux autres leurs erreurs par nos paroles, sans jamais considérer que nous sommes peut-être nous-mêmes en train de nous fourvoyer.
Nous croyons que l’objectif de nos propos est de mettre nos sentiments à nu, mais nous ignorons le fait que nous recherchons en réalité à susciter de la compassion et de l’empathie chez l’autre.
Si nous ne l’obtenons pas, nous sommes persuadés que celui qui nous écoute n’a pas compris un traitre mot de ce que nous venons de lui dire.

Au-delà des mots que vous prononcez

La communication humaine est un processus complexe, qui est toujours teinté de confusion. Cela ne dépend pas seulement des mots que nous employons pour dire les choses, même s’ils sont tout à fait importants, mais plutôt d’une combinaison de différents facteurs.
Nous devons prendre en compte le moment, le lieu et l’interlocuteur. Mais, principalement, nous devons nous efforcer à toujours essayer de dire ce que nous voulons exprimer réellement.
Nous, les êtres humains, sommes sans cesse dans la communication. L’expression de notre visage, notre façon de nous habiller et de marcher, notre regard et toutes nos attitudes trahissent nos pensées.



Il est donc évident que la plupart de nos messages sont délivrés de manière inconsciente. Nous pensons parfois que la tête de quelqu’un «ne nous revient pas».
Cela veut dire que ses gestes et ses attitudes nous paraissent faire montre d’une personnalité peu fiable. Nous communiquons à chaque instant de notre vie, et toutes ces expressions sont une base pour la formation de liens positifs ou négatifs avec ceux qui nous entourent.

Communiquer avec notre affect

Les liens quotidiens que nous avons avec les commerçants de notre quartier, par exemple, sont empreints de sensations et d’émotions auxquelles nous ne donnons pas beaucoup d’importance.
Mais les connexions que nous établissons dans notre vie avec les personnes qui nous sont chères nous paraissent fondamentales.
Les liens étroits que nous pouvons avoir sont remplis d’éléments communicatifs. Les mots, les silences, les regards, tout a une signification.

[url=https://twitter.com/intent/tweet?text=Les liens %C3%A9troits que nous pouvons avoir sont remplis d%E2%80%99%C3%A9l%C3%A9ments communicatifs. Les mots, les silences,...][/url]
Il est très important que nous puissions nous défaire de certains mécanismes qui empêchent nos messages d’être compris correctement par les autres. Pour y parvenir, nous devons éradiquer certaines formules de communication de notre quotidien et en créer de nouvelles.

De manière simple, il est nécessaire d’apprendre à communiquer avec notre affect. Nous devons exprimer ce que nous ressentons de la manière la plus simple qui soit et surtout éviter de nous référer à ce que l’autre ressent.
Comment pouvons-nous prétendre que nous savons ce que ressent une personne si nous ne connaissons pas la totalité de ce que nous ressentons nous-mêmes ?
La communication agressive laisse toujours des traces néfastes. Les uniques accompagnateurs de la colère doivent être le silence et la pause.
Si nous ne nous efforçons pas de les convoquer lorsque nous nous énervons, il est fort probable que nous disions des choses qui dépassent notre pensée.

La bonne communication demande de la sérénité et de la pertinence. Nous devons rechercher le bon moment, le bon lieu et l’état d’esprit adéquat pour parler de sujets difficiles.
A l’inverse, nous pouvons laisser notre pensée se dérouler lorsque nous nous sentons apaisés et ouverts aux autres.
En réalité, ce qui est compliqué dans la communication ce n’est pas ce que vous dites, mais la manière dont vous le dites.
Ce qui permet d’entretenir sereinement un lien important avec une personne est de trouver la meilleure manière de lui communiquer ce que nous ressentons et ce que nous pensons.
Images de Robert Ireland, Pascal Campion et Christian Schloe
https://nospensees.fr/la-communication-limportant-nest-pas-ce-que-vous-voulez-dire-mais-la-maniere-dont-vous-le-dites/

----------------------------------------------


C'est différent, puisque logiquement, on ne parle pas en "tartines" enfin si des personnes préfèrent mais sinon, "je te ressers un café ?" 4h après ta tartine, "euh oui je veux bien. Mais il est froid ? ben oui, dans le doute trempes tes tartines dedans, qui sait, tu es magicien, ça le réchauffera peut être ? Les personnes qui communiquent par "tartines" en fait ce sont les livres...   Razz Wink cat



Dernière édition par I am so sure le Jeu 2 Mar 2017 - 1:38, édité 1 fois
avatar
I am so sure
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 7515
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation : Chez moi

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Boite à Sauces Sures (dans le mille, doux, on s’emboîte mode Tétris)

Message par soto² le Ven 10 Fév 2017 - 5:29

@ Mildiou : Je ne connaissais pas, merci ! Impec ! Very Happy
avatar
soto²
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2294
Date d'inscription : 07/12/2016
Localisation : Non, processus parallèles & distribués

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Boite à Sauces Sures (dans le mille, doux, on s’emboîte mode Tétris)

Message par I am so sure le Ven 10 Fév 2017 - 11:27

Joli  Very Happy
avatar
I am so sure
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 7515
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation : Chez moi

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Boite à Sauces Sures (dans le mille, doux, on s’emboîte mode Tétris)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 37 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 20 ... 37  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum