Votre rapport à la vie professionnelle

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre rapport à la vie professionnelle

Message par mango-woman le Mar 17 Jan 2017 - 9:55

Cette question m'est venue suite à diverses conversations que j'ai pu avoir avec des amis. A chaque fois, quand je dis que je n'ai absolument aucune ambition professionnelle, que je ne cherche que le travail qui me fera "souffrir le moins possible" parce que rien ne semble me plaire plus qu'autre chose, que ma vie et mes ambitions sortent de la sphère professionnelle, les gens ouvrent de grands yeux et sont vraiment étonnés par ce que je dis. Et étonnés aussi qu'aucune des activités (ou presque) que je pourrais faire dans le monde de l'entreprise ne m'évoque autre chose qu'un ennui plus ou moins prononcé.

Pour eux, la sphère professionnelle semble essentielle et beaucoup se définissent par elle, en quelque sorte. Attention ce n'est pas du tout une attitude que je critique, étant donné qu'on passe quand même beaucoup de temps au travail. 
Et ils arrivent à imaginer ce qui pourrait leur plaire, alors que de mon côté j'ai tendance à penser qu'en entreprise, quelle que soit l'activité qu'on me demandera de faire, ce sera un peu pareil.

En plus je crois que le fait même qu'on m'oblige à faire quelque chose me met automatiquement dans un état d'esprit où je n'ai pas envie. Les livres que je lis, ou les morceaux que je joue... si on me forçait à le faire, je n'aurais plus envie. Alors au travail, pour des trucs pas passionnants, autant dire que ça complexifie les choses  Razz

Et finalement je me suis fait une raison. Le travail sera mon gagne pain, ne me fera pas vibrer, m'ennuiera toujours un peu ou beaucoup, les journées seront longues. Une amie étonnée m'a dit que j'étais très pessimiste, mais finalement je trouve que ça donne aussi plus de recul et on a moins d'attente vis-à-vis de la vie professionnelle, donc moins de stress et moins de chances d'être déçu.

Bref, je me demandais comment vous voyez les choses, comment vous envisagez la vie professionnelle par rapport à ces questions ?


Dernière édition par mango-woman le Mar 17 Jan 2017 - 10:45, édité 1 fois

mango-woman
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 59
Date d'inscription : 11/01/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Votre rapport à la vie professionnelle

Message par Mark Larx le Mar 17 Jan 2017 - 10:03

J'ai encore l'espoir que mon boulot puisse être épanouissant et avoir un sens profond. Le problème c'est que tous les 3 ans, il faut que je change. J'ai fait le tour du job, il n'a plus de sens, ne présente plus aucun intérêt...
Concernant l'ambition, je suis comme toi. Je n'en n'ai pas. J'ai besoin d'un salaire qui couvre mes besoins, de me sentir à ma place et de faire un boulot qui m'intéresse. Je me fous complètement d'être chef de tel ou tel truc, responsable de tel ou tel truc...
Je veux du SENS et du CHANGEMENT.
avatar
Mark Larx
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 170
Date d'inscription : 03/11/2016
Age : 36
Localisation : sud deux sèvres

Revenir en haut Aller en bas

Re: Votre rapport à la vie professionnelle

Message par Invité le Mar 17 Jan 2017 - 10:26

je considère le boulot comme financier, s'il peut apporter plus c'est bonus, de temps en temps je me dis que 'jauraispu trouver un boulot plus épanouissant pour mes capacités mais ce n'est pas si évident à trouver qu'on ne pense, j'ai été chercheur dans une de mes milles vies mais les contrats font une stabilité très relative de ce genre d'emplois

l'idéal est d'avoir une grosse boite innovante ayant besoin d'énergumène comme nous, cela arrive parfois mais les places sont chères

l'autre idée est de créer son propre job, mais la réussite financière ne va pas nécessairement de soi

on peut faire artiste et essayer de vivre de son art aussi mais idem

donc un job financier me laissant espace et temps est un bon compromis pour avoir la base et l'espace pour déployer mon surdon ailleurs et autrement

évidemment si un jour on reconnait mes talents au boulot c'est un plus mais la compétition actuelle est hargneuse et non respectueuse, entrer dans ces logiques de carnassiers m'ennuie et est une considérable perte de temps et d'énergie

je ne me définis pas par mes combats mais par mes réussites et le plus fort c'es celui qui s'en sort, quitte à ne pas combattre, en biologie il existe des tas de solutions d'adaptation, le combat est la moins efficace et est rejeté par de nombreuses espèces animales

je pense qu'il ya aussi un facteur chance et de savoir si on est un zèbre spécialiste ou généraliste

si on touche a-à tout , on finit par s'ennuier dans un seul job, si par contre faire de la chirurgie neuro est la passion alors on s'épanouira quoiqu'on fasse dans ce domaine

trouver sa voie n'est pas si évident pour certains zèbres, moi je me considère comme un zèbre généraliste caméléon et touche à tout




Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Votre rapport à la vie professionnelle

Message par -Benoit- le Mar 17 Jan 2017 - 19:31

Comme je le dis souvent sur ce forum ...
Pour trouver notre métier , il faut d'abord y voir clair, et se libérer de nos entraves (dépendance affectives, peur des autres, tout ça tout ça.)
Pour faire le métier qui te plaira vraiment, tu as 2 approches :
Soit tu tatones et tu fais a peu près ce qui te plais, comme Zébulon
Soit tu as un déclic et tu sais ce que tu veux vraiment faire.

Bien sur, dans le monde réel, il faut la volonté (le déclic) et les moyens.
Si les moyens sont compromis (situation familiale etc) là c'est plus compliqué. Mais globalement, mon déclic a été simple : j'ai découvert que j'étais un zèbre, donc j'ai envie d'être prof spécialisé pour aider les zèbres, en gros.
Et je le ressens au fond de moi, c'est ce que je veux faire. On n'est plus dans le schéma habituel "je crois que ça me plait mais j'suis pas sûr" .

Donc ma question est la suivante : as tu déjà ce déclic, et surtout, as tu envie de l'avoir ? cat
avatar
-Benoit-
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 605
Date d'inscription : 30/10/2016
Age : 24
Localisation : Je travaille à cahors (46), mais je suis aussi là : 24, 31, 34, 84, 87, bref, toute la moitié sud du pays !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Votre rapport à la vie professionnelle

Message par boule-d-ombre le Mar 17 Jan 2017 - 19:39

en ce moment suite a des deconvenues systematiques un total decrochage. je suis au chomage depuis pas mal de temps je n ai jamais eut de cdi (ca existe encore ?). chaque fois que j ai tente d ameliorer mes conditions de travail il y a toujours eut capotage. bref j ai tente d ameliorer on m a sabote et j ai lache.
avatar
boule-d-ombre
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 987
Date d'inscription : 02/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Votre rapport à la vie professionnelle

Message par -Benoit- le Mar 17 Jan 2017 - 20:18

Faites le tour de toutes les possibilités !
J'ai un ami qui est "dans la merde" depuis 4 ans car aucun employeur réglo, prud'homme par ci, tatane dans la tronche par là ...
Bref, mon seul conseil que je lui ai donné est :
-chercher n'importe quel boulot dans un endroit donné
ou
-chercher un boulot donné dans n'importe quel endroit.

Et là, il bloque complètement car il cherche un boulot donné dans une ville donnée, et vu de l'extérieur, je me marre d'avance parce que je sais qu'il va continuer à se casser la figure s'il ne se remet pas en question. Il a pas eu de bol, d'accord, mais dans la vie il faut voir toutes les possibilités. Si on a la flemme d'ouvrir les yeux, aucun problème, débrouillez vous , moi j'attends au virage ...
C'est pas une leçon de morale, c'est mon approche avec la vie : rien n'est facile, faut juste rien lacher et garder le sourire cat
avatar
-Benoit-
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 605
Date d'inscription : 30/10/2016
Age : 24
Localisation : Je travaille à cahors (46), mais je suis aussi là : 24, 31, 34, 84, 87, bref, toute la moitié sud du pays !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Votre rapport à la vie professionnelle

Message par boule-d-ombre le Mar 17 Jan 2017 - 20:38

depuis mon decrochage je suis plus zen bon c est sur que cote famille c est pas cool. mais en meme temps je tente de m en sortir et la je peux dire "je ne suis pas aide" entre le conseiller pole emploi qui n arrive pas a me conseiller, les centres de formations qui ne sont pas capable de me renseigner(trois jours de coups de telephone a un centre pour tenter de joindre le responsable de formation avant d abandonner). bref un gros ral le bol aussi.
avatar
boule-d-ombre
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 987
Date d'inscription : 02/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Votre rapport à la vie professionnelle

Message par -Benoit- le Mar 17 Jan 2017 - 20:44

(Je m'excuse si je peux paraitre un peu dur parfois, je suis carrément maladroit dans ce genre de situations, pourtant en vrai, je suis vraiment triste de voir que des gens formidables comme toi se trouvent malgré tout dans ce genre de situation )

N'hésites pas à lacher prise et à voyager un peu. ça fait du bien des fois d'aller là où on n'a pas envie d'aller cat
avatar
-Benoit-
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 605
Date d'inscription : 30/10/2016
Age : 24
Localisation : Je travaille à cahors (46), mais je suis aussi là : 24, 31, 34, 84, 87, bref, toute la moitié sud du pays !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Votre rapport à la vie professionnelle

Message par matimote le Mar 17 Jan 2017 - 21:50

Je suis plutôt de ton avis mango-woman. Mon épanouissement personnel ne passe pas par le travail. J'ai toujours cherché le meilleur compromis entre ne pas trop en faire, gagner correctement ma vie et que ce ne soit pas trop ennuyant.
Du coup, je préfère rester en bas de l'échelle, ça me plaît bien. Et avec le temps, personne ne vient trop m'embêter parce que je suis compétent où je suis. Si certains rêvent de promotions ou de responsabilités, moi je ne cours pas après.
Ça m'arrive parfois de réfléchir à ce sujet, mais j'en arrive toujours à la même conclusion : rendre le travail intéressant me demanderait bien trop d'efforts par rapport au gain espéré, et donc que ça n'en vaut pas la peine.
avatar
matimote
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 95
Date d'inscription : 08/02/2015
Age : 36
Localisation : Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Votre rapport à la vie professionnelle

Message par -Benoit- le Mar 17 Jan 2017 - 22:11

Mais toute façon, vous voyez bien que l'être humain fonctionne dans le social. Je sais que selon votre age et votre situation vous allez probablement avoir la flemme de reprendre vos études (si toutefois c'était possible )
Mais j'ai envie de vous demander : le fait d'être zèbre, ça vous donne pas envie d'aider d'autres zèbres ?
En plus, en tant que zèbres, vous êtes peut être "hypersensible", or, ça représente 20% des gens ! On est donc loin d'être seuls et incompris...
Et si malgré ça, ce que je dis ne sonne pas juste, vous pouvez peut être envisager de sortir du cercle vicieux que la société nous a imposé (maison, voiture, taf... )pourquoi pas voyager, faire de l'intérim et repartir ? Avec le taux de change, 2 mois d'intérim en france = 6 mois de vacances au pérou !!! vous allez sérieusement obéir à cette société et "faire semblant" pendant toute votre vie ?

Peut être aussi tout simplement que le métier de vos rêves n'est pas rentable (artiste...) et je ne critique pas, c'est pour moi même une grande frustration.

De toute façon, c'est votre vie. Mais je suis assez surpris de compter le nombre de zèbres qui font un métier "à côté" de leur réelle ambition. A croire que , malgré notre intelligence, on n'est pas foutu de vivre notre vie comme on l'entend...

bien à vous cat
avatar
-Benoit-
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 605
Date d'inscription : 30/10/2016
Age : 24
Localisation : Je travaille à cahors (46), mais je suis aussi là : 24, 31, 34, 84, 87, bref, toute la moitié sud du pays !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Votre rapport à la vie professionnelle

Message par boule-d-ombre le Mer 18 Jan 2017 - 5:18

franchement voyager ne me dit rien justement j ai travaille en interim toute ma vie et presque toujours en deplacement. il y a un an j ai craque suite a la pression que je subissais "pour que je m adapte". resultat maintenant je rejette toute forme de pression pour l obtention de ce but. j ai deja deux bts (qui en general ne sont pas reconnus par soucis d economie) justement ca fais depuis plus de 6 mois que je tente une reprise d etude et ... rien. donc bah je ne me demonte pas ca prendra du temps et j apprendrais en autodidacte (vu que de toute facon mes diplomes tout le monde s en fout). au moins ce que je ferais me plaira, ca me changera des galleres habituelles ou j allais au boulot en marche arriere.
avatar
boule-d-ombre
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 987
Date d'inscription : 02/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Votre rapport à la vie professionnelle

Message par Mathieu593 le Mer 25 Jan 2017 - 8:59

Hello,

Sujet très intéressant. Mon rapport à la vie pro ? Hum avant je sur-investissais. Ma croyance (ou celle de la société plutôt), faut être épanoui et à fond dans son job. Je travaille donc je suis. Mad

A la base, pour faire court, tout mon parcours est le fruit du hasard. Je me suis juste contenté de dire oui à ce qu'on me proposait sans me poser aucune question pour en arriver à être freelance dans le web. Mes choix ont toujours été motivé par le fait de rester proche de mes proches.

J'arrive à la trentaine et cela fait a peu près 4 ans que je suis en plein ré-ajustement (expression déguisée pour dire je tourne en rond dans ma tête ^^).

Bref, comme d'hab je suis hors sujet, j'ai tendance à croire désormais que tout est une question de parcours mais que beaucoup en font vraiment des tonnes. Un travail oui c'est alimentaire à la base. Ce n'est pas un plaisir.

Donc comme matimote que je plussoie à 1000%, je vais chercher un travail "en bas de l'échelle" qui me demandera le moins d'investissement possible (sans pour autant m'ennuyer et si possible à temps partiel) pour me consacrer un jour à ma passion de la nature, des balades et de la protection des animaux.



Mathieu593
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 50
Date d'inscription : 14/10/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Votre rapport à la vie professionnelle

Message par -Benoit- le Mer 25 Jan 2017 - 21:16

Bah voilà, t'as tout dis Mathieu ...

Mais du coup, qu'est ce qui t'empêche de faire un métier qui te correspondrait parfaitement ? (j'ai pas dit "mieux", j'ai dit "parfaitement" ! )

-> Le boulot parfait est trop loin ? Trop d'attaches (famille, maison etc ? )
->Le boulot parfait demande des études , où est le problème ? (je suis cynique dans ma formulation mais c'est vraiment amical Smile )
->Le boulot parfait nécessite une motivation de fou. C'est que j'appelle , moi, " l'intime conviction", la vocation. Est-ce que tu l'as ?

Pendant longtemps, j'enviais une amie qui passait son temps à faire de l'humanitaire, a faire des études dans le social, l'aide à la personne (je ne me rappelle plus exactement) .
BREF , non seulement j'étais envieux de ses activités, mais j'étais envieux de sa vie : elle est heureuse, en accord avec elle.

Il me manquait clairement un déclic pour me donner les moyens et la volonté de reprendre mes études et de faire le métier qui me plait . Je l'ai eu 2 mois après avoir découvert mes rayures de zèbres (là, y a un mois quoi).

Et toi ? Et vous autres? Vous en êtes où ?
C'est ça qui m'intéresse !

Sinon, "parler" de notre boulot à la con, ça n'a pas de sens Smile
avatar
-Benoit-
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 605
Date d'inscription : 30/10/2016
Age : 24
Localisation : Je travaille à cahors (46), mais je suis aussi là : 24, 31, 34, 84, 87, bref, toute la moitié sud du pays !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Votre rapport à la vie professionnelle

Message par Mathieu593 le Jeu 26 Jan 2017 - 8:32

Hello doc-pisto-colle,

Eh bien je n'ai simplement aucune idée d'un métier qui me correspondrait parfaitement. Et je dirai même pire. Je pense que si je tentais de faire d'une de mes passions un métier cela tuerait ma passion car cela transformerait le tout en contrainte ? Tu vois ?
Exemple : j'adore la nature. Tout d'un coup, je me retrouve à exercer un métier dans la nature. Eh bien il serait possible qu'à terme cela détruise tout le plaisir que je prend aujourd'hui à être dehors.

Cela vient surtout du fait que le travail est une vraie source de contraintes à tous les niveaux. Donc je ne ferai plus l'erreur de mélanger plaisir et travail. C'est ce que j'ai voulu faire et je me suis brûlé les ailes.
J'étais vraiment dans la croyance que le travail doit être une source d'épanouissement absolu et de plaisir. Cela m'a mis en dépression. Je préfère remettre le travail à la place qu'il occupe. A savoir un moyen de vivre. Je me sens beaucoup de mieux depuis que j'ai pris cette décision même si je n'ai pas encore pu la mettre en application. Je préfère essayer de choisir mon futur métier en terme de compétences / besoins.

C'est pour cela que là j'essaie de choisir un futur métier qui me permettra de retrouver 3 choses :
- Des horaires normaux avec la possibilité à terme de travailler à temps partiel (besoin d'équilibre)
- De la polyvalence et du contact pour retrouver le plaisir d'échanger (besoin de contact)
- Une fibre sociale pour apporter quand même quelque chose (besoin de sens)

J'ai déjà une idée de formation même si une connaissance qui était conseillère en insertion me l'a déconseillé du fait de ma sensibilité.

Donc depuis la découverte de mes rayures, le passage du WAIS IV, je n'ai eu aucun déclic. J'ai juste pu poser un regard un peu plus bienveillant sur moi, mieux comprendre ma personnalité et voilà c'est déjà pas mal.

Tu sais, si je m'écoutais, je passerai ma vie à observer la nature et les étoiles. Je ne suis pas terre à terre, je vis dans mes rêves même si je suis parfaitement conscient de la réalité.

Mathieu593
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 50
Date d'inscription : 14/10/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Votre rapport à la vie professionnelle

Message par -Benoit- le Jeu 26 Jan 2017 - 23:27

Merci ! cat

(J'ai failli dire "merci du partage" mais ça faisait un peu trop "alcooliques anonymes" haha)

Je comprends ce que tu ressens, j'ai moi même essayé de sauver les meubles en faisant un métier qui soit disant me passionnait (maintenance d'avions) mais le simple fait que ce soit un travail, m'a complètement dégouté. Après, j'ai fait un brake, j'ai recommencé la même activité à d'autres endroits, et je pense qu'en ce sens, faire ce métier en intérim dans un endroit différent chaque mois, ça m'irait bien.
Seulement voilà, c'est comme bouffer des pizza matin midi et soir pendant des années : a force, on n'en peut plus !

Mais , aujourd'hui, avec mon déclic, j'appréhende mon travail autrement :
-Comme j'ai plein de projets à court et long terme, je prend mon travail avec énormément de recul et quand quelque chose "ne va pas" , je ne le prends pas directement dans la tronche.
-Comme je sais qui je suis, et ce que je veux vraiment, je ne suis plus atteint par les remarques désobligeantes d'un patron con.
-En référence aux 2 points du dessus, j'éprouve une certaine liberté d'esprit, je souffle, et du coup, je profite vraiment du présent. C'est à dire que j'arrive à trouver du plaisir dans ce que je fais, comme au premier jour.

Donc je peux comprend ton point de vue, j'ai le même (j'avais, en fait).

A mon sens, le monde dans lequel on vit n'est pas adapté a l'expression de nos rêves, de notre vraie personnalité . (Zèbre ou pas). Et je veux participer a la construction du monde de demain. A mon échelle.

Déjà, vu que tu es un zèbre et que tu viens de comprendre qui tu es, peut être que (sans parler de travail a temps plein) tu aurais envie de chercher d'autres zèbres et de les aider à se reconnaitre, à trouver leur voie ?

Si jamais tu hésitais à faire un métier, par peur d'en être dégouté, je pense que c'est dangereux de se buter à ça. Au contraire, au fur et a mesure que tu te confronteras a tes peurs, tu finiras, à force de t'observer , par mieux cerner tes "blocages" et par faire de l'auto-correction.

Par exemple j'ai choisi mon métier aussi par défi (inconsciemment ) parce que je suis un vrai Pierre Richard, je suis étourdi... Et faire de la maintenance sur avion est de loin une rude épreuve ! Au début je me disais "j'ai pas de bol, j'en peux plus" , et désormais je prends le temps de m'observer et de me dire " Ok, j'ai fait cette erreur là ? c'est pas juste "pas de bol", si j'avais pu prévoir ça , ça , et ça, j'aurais pas pu faire cette erreur" . Et petit a petit je m'auto corrige jusqu'à devenir "moins étourdi". Quand j'aurais franchi ce cap, je lacherais ce métier (aout ou septembre de cette année)

Bref, tout changera quand tu auras ton déclic.
Il ne vient pas tout seul. Il faut se mettre a l'épreuve, affronter nos peurs, affronter nos doutes, se remettre en question, lire, voyager... Savoir écouter les autres, et surtout , savoir s'écouter soi ! C'est tout ! Smile
avatar
-Benoit-
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 605
Date d'inscription : 30/10/2016
Age : 24
Localisation : Je travaille à cahors (46), mais je suis aussi là : 24, 31, 34, 84, 87, bref, toute la moitié sud du pays !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Votre rapport à la vie professionnelle

Message par boule-d-ombre le Ven 27 Jan 2017 - 4:22

avant je pensais mon travail important, je pensais qu etre competent etait le critere de selection. puis ma vision s est confrontee a la realite: le chef qui me jetait pour avoir desobei a ses instructions alors que j avais realise une reparation presqu impossible, la rencontre avec le rh qui chipotait sur mon parcours alors qu il ne connaissait rien de ma vie et encore moins de mes competences. puis je me suis rendu compte que ce qu ils voulaient ce n etait pas de la competence mais une obeissance aveugle, ils ne voulaient pas de gens capables techniquement mais quelqu un d integre, qui suive avant tout les ordres du chef meme quand il est ignorant et con ou plutot surtout quand il l est. de plus je ne compte plus les accrochages avec des gens qui 'normalement' m etaient superieurs techniquement ou a la fin il s se retrouvaient devant la realite : ils s etaient trompes. pour avoir eut raison je me suis fait casse, en meme temps il y a eut les coups de hache dans les contrats: les taux horaires renegocies quand j avais le dos tourne, les heures sup qui se volatilisaient et j en passe. dans mon boulot (ainsi que dans les autres je suppose) on exigeait une motivation sans faille mais qu est ce qui me restait comme motivation ? l envie de decouvrir de nouvelles technologies ? elle etait encore la mais quand j avais trouve comment ca fonctionnait je m ennuyais et le travail n etait pas termine loin de la. la paie? je travaillais en deplacement la plupart du temps et je devais me battre juste pour qu on me paie ce qu on me devait, et je ne parle pas des heures sup inutiles qui devaient etre 'gratuites' a cause d un budget trop court. la gloire ? la moitie de mes 'grandes realisations' d autres s en sont attribues le merite en plus combien de fois j en ai fait plus que ce qui m etait demande et meme pas un merci c etait un du. la loyaute ? a la moindre erreur qu elle soit de moi ou d un autre les sous fifres comme moi etaient fautifs surtout quand comme moi ils sont interimaires. comme je le dis quand on me demande pourquoi je cherche a quitter mon boulot pour un autre "ils m ont apprit a detester mon travail". je ne recherche plus un travail a responsabilite, j en avais dans celui que je tente de quitter et je passais plus de temps a empecher les autres d empieter sur ces responsabilites qu a faire mon travail. je cherche avant tout un travail ou je serais seul et ou je pourrais etre libre de faire les choses comme je l entends. etre libre de pouvoir exprimer ma creativite.
avatar
boule-d-ombre
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 987
Date d'inscription : 02/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Votre rapport à la vie professionnelle

Message par Mark Larx le Ven 27 Jan 2017 - 8:32

Pour continuer les critères de recherche de boulot, voici les miens :
- un boulot dont le salaire couvre mes besoins
- un boulot dans lequel j'ai une grande autonomie et une grande souplesse d'organisation du temps
- un boulot dans lequel on peut se renouveler en permanence : nouveauté, innovation...
- un boulot qui ait du sens (pour moi : contribuer à faire évoluer notre monde)
Du coup, ce n'est pas simple surtout quand effectivement le lieu de vie est une contrainte...
avatar
Mark Larx
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 170
Date d'inscription : 03/11/2016
Age : 36
Localisation : sud deux sèvres

Revenir en haut Aller en bas

Re: Votre rapport à la vie professionnelle

Message par Mathieu593 le Ven 27 Jan 2017 - 10:28

@doc-pisto-colle : aider les autres zèbres pour l'instant je ne suis pas encore assez dans la connaissance de moi même et des profils zèbres pour pouvoir les aiguiller.
Je cherche d'abord à mieux me connaitre moi et pour l'instant je suis encore perdu avec moi même car j'ai des aspirations totalement contradictoires. J'ai encore du mal à savoir ce que je veux vraiment, ce fameux déclic !!
Du coup, je profite d'être à pole emploi pour faire des périodes d'immersion afin de découvrir des métiers qui sont susceptibles de m'intéresser. J'ai toujours été attiré par la psychologie, l'orientation, le conseil, l'accompagnement. Je pense pouvoir m'épanouir dans ce type de métiers maintenant de la à trouver le bon filon c'est autre chose.
L'informatique ne me révulse pas mais 35h derrière un écran en totale solitude ça devient de moins en moins supportable psychologiquement et physiquement. Peut-être que si j'avais un partenaire de travail je m'investirai plus. Mais seul je n'ai plus la capacité de m'en sortir. Je n'ai ni amitiés véritables, des amours compliquées et la solitude au travail c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Donc je veux quitter aussi ma vie de freelance à cause de ça.

@boule d'ombre : je comprend totalement ton point de vue et je te souhaite de trouver cette liberté dont tu as besoin ou, à défaut, de trouver une structure plus humaine (je suis sur que cela existe).

@Mark Larx : bien d'accord avec toi !

Mathieu593
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 50
Date d'inscription : 14/10/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Votre rapport à la vie professionnelle

Message par SB.ABcube le Dim 29 Jan 2017 - 7:25

Un job qui peu le faire ENSEIGNANT:

- autonomie
- du temps
- du sens
- personne n'a une réelle prise sur toi autre que celle que tu veux bien accepter.....
- créativité
- salaire correct (couvrir c'est besoin)

Après tout dépend du genre de public un vaste débat..... mais il y a des solutions.

Ne pas oublier qu' être enseignant cela peut être en primaire avec des tout petits au milieu de la pampa à l'autre extrémité c'est prof agrégé en amphi donc c'est très très large.

Il suffit de passer un concours et c'est parti.... bon ok master et tout le tra lala !!! mais c'est la liberté.

Ne pas négliger l'aspect public / privée. Ce n'est pas vraiment la même visé (pas de polémique hein!!!) c'est juste pas pareil c'est tout.

Mais il ne faudra pas négliger l'aspect zéro évolution du taf...pour moi c'est un gros problème.
avatar
SB.ABcube
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 119
Date d'inscription : 06/03/2016
Age : 38
Localisation : Entre le froid et le chaud mais plutôt froid

Revenir en haut Aller en bas

Re: Votre rapport à la vie professionnelle

Message par -Benoit- le Dim 29 Jan 2017 - 16:32

Je comprends. Mais je pensais qu'être prof , ça permettrait d'avoir notre revanche, de re-devenir enfant, et de partager un moment de rêverie. Et en plus de ça, en accompagnant les enfants sur le bon chemin, on participe à la création de la société de demain.
Mais bon, c'est un ressentit très personnel. La plupart des enseignants que j'ai eu en avaient rien a battre de "changer le monde" et encore moins à battre d'aimer leurs élèves. J'en reviens pas. Pour moi, être prof, c'est vraiment une évidence, une vocation, pas juste un métier pour le fun.
avatar
-Benoit-
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 605
Date d'inscription : 30/10/2016
Age : 24
Localisation : Je travaille à cahors (46), mais je suis aussi là : 24, 31, 34, 84, 87, bref, toute la moitié sud du pays !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Votre rapport à la vie professionnelle

Message par Invité le Dim 29 Jan 2017 - 16:53

Rapport à la vie professionnelle ? A l'heure actuelle, rien, nada, zéro ^^

Ma glorieuse carrière commença dans la grande distribution, en tant que caissier, quelle joie d'être exploité, j'en garde des souvenirs émus !
Puis téléprospecteur ! Moi qui adore le téléphone et faire chier les gens 2nd degré

Ensuite, il y a eu ma tentative d'intégrer le secteur des bibliothèques.
C'est mon expérience la moins pire, de loin : un an au bureau de prêt d'une bibliothèque de section à la Fac de Dijon. Equipe sympa, horaires sympas, étudiants bof mais ça passait. Evidemment, contrat aidé, donc tu dégages automatiquement au bout d'un an, même si d'après l'équipe tu étais le plus compétent et investi qu'ils aient eu.

Passage éclair (2 mois) en tant que gérant d'une bibliothèque de collège : bon 2 heures et demi de train par jour, pas grave, le boulot est tentant. Mais je découvre très vite pourquoi la personne qui m'avait précédé était en dépression dernier stade ^^ En fait "gérant de garderie pour Gremlins" ça collait mieux à la réalité  Twisted Evil

Bon il faut bien vivre, je renonce aux bibliothèques, pour devenir - tada ! - nettoyeur de chiottes.
Et de trains, aussi, tiens. C'était sympa de tirer des câbles de 30 kgs au bas mot, ça m'a fait faire du sport  clown . Et les "échanges affectueux" avec les petits chefs, ça fait travailler la CNV, enfin plutôt on a pas le choix, sinon c'est la porte ^^

Bref aujourd'hui, euh, le travail, argh. Le chômage a du bon ^^
Va bien falloir que je m'y remette, cependant, à chercher...
En attendant je "bosse" pour moi, musique, sculpture, dessin, bizarrement, à part pour les sous, je regrette pas trop mes années de dur labeur ^^


Dernière édition par Godzilla le Dim 29 Jan 2017 - 17:01, édité 1 fois (Raison : fôtes)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Votre rapport à la vie professionnelle

Message par Karuna le Dim 29 Jan 2017 - 17:15

Après avoir fait le tour d'un premier metier qui m'avait d'abord beaucoup intéressé, j'ai atterrie en cuisine. Pour le coup je n'aurais jamais finit de faire le tour tant le domaine est vaste.
Mais voilà, ça prend énormement de temps, et en laisse peu pour beaucoup d'autres passions ( musique, travail du bois, horticulture, ...) j'ai donc beaucoup de mal à me projeter dans une carrière.
Ma seule ambition est de pouvoir vivre "libre" et de pouvoir avancer sur des projets variés qui m’intéresse.

Le problème est de trouver un boulot qui ne prenne pas trop de temps, qui paye convenablement et qui ne soit pas ennuyeux au point de détériorer l'humeur et le mental!

Ma solution, vivre au maximum en autosuffisance, moins de frais donc plus maigre besoin en travail rémunéré. Je dirais que là est ma réel ambition !
avatar
Karuna
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 31
Date d'inscription : 21/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Votre rapport à la vie professionnelle

Message par -Benoit- le Dim 29 Jan 2017 - 20:06

Oui de toute façon, on est resté dans le cercle vicieux où il fallait travailler pour vivre.
Si on commence à "tout remettre en question", on fini à 3 ou 4 amis en colocation dans une pseudo ferme, le loyer répartit est ridicule, et on peut disposer d'une autonomie en eau et en nourriture. (J'ai essayé, mais bon, je ne fais que bouger...)

Pour revenir à ton cas Godzilla, c'est énorme ce que tu fais. Je pense que c'est important que tu prenne le temps de faire ce qu'il te plait. Tant que pole emploi fonctionne, pourquoi s'en priver ? Moi je me sert de ce système là pour voyager : 6 mois de travail, 6 mois aux frais de la princesse. Je sais, c'est pas sympa, mais bon, c'est mes impots aussi hein !
Mais après, de ce que tu nous dit, t'as quand même fait des boulots "a la con" .
Je pense que tu ne sais pas encore quel boulot te conviendrait le mieux, tout simplement.
Je suis sûr qu'il y a un moyen pour que tu puisse vivre de ta passion... ou trouver un boulot qui soit suffisament cool pour que tu sois peinard avec ton temps libre Smile
avatar
-Benoit-
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 605
Date d'inscription : 30/10/2016
Age : 24
Localisation : Je travaille à cahors (46), mais je suis aussi là : 24, 31, 34, 84, 87, bref, toute la moitié sud du pays !

Revenir en haut Aller en bas

Re : votre rapport à la vie professionnelle

Message par Nocturnaline le Mar 31 Jan 2017 - 21:00

Je prends le train de cette conversation en retard mais ce sujet me tient à cœur (et vos réponses sont vraiment passionnantes). Je me reconnais dans tous les exemples de ton premier post mango-woman, je vais donc essayer de préciser.

J'ai toujours eu du mal à trouver du travail (peur de décevoir, de l'échec, de me faire critiquer violemment, etc.) et à apprécier ce travail. La plupart du temps, je stresse de peur de ne pas être à la hauteur, et quand, enfin, ce stress s'apaise (un peu), le côté défi qui coexistait avec s'enfuit lui aussi et je m'ennuie énormément. J'ai fini un contrat de plus d'un an récemment, en tant que pâtissière. C'était répétitif, mal payé, avec des horaires difficiles. Le patron trouvait que je bossais bien et voulait me garder pour un second contrat mais j'ai refusé. Comme à chaque fois, j'ai tenu bon jusqu'à la fin, mais c'était presque du masochisme. Je ne sais pas comment sortir de ce cercle là. Et je crains vraiment de ne jamais y arriver. A chaque fois je me dis que sans travail fixe, je ne pourrais pas avoir cette indépendance (et ce logement, pour moi seule, dont j'ai besoin).

Ma formation initiale et ce qui m'anime vraiment ce sont les arts plastiques (la pratique comme la théorie), j'ai passé un CAP de pâtisserie pour avoir un job alimentaire et pouvoir être indépendante, mais je ne m'épanouis pas là-dedans. Je me questionne très souvent sur ce qui pourrait être un travail qui me conviendrait mais je ne trouve jamais de réponse satisfaisante (notamment à cause de cette question de cette "passion qui n'en n'est plus une si on en fait son boulot" dont vous parliez).

Il y a aussi le fait que beaucoup de choses m'intéressent (par exemple j'ai hésité entre fac de langue (en russe) et ce fameux CAP). Ma vie idéale pourrait être de passer la moitié de mon temps à apprendre et l'autre à voyager. Mais pour ces deux choses là... Il faut souvent avoir les moyens, et le temps. La vie me semble trop courte, ou plutôt, je voudrais en vivre plusieurs en parallèle. Au lieu de ça je stagne, et j'ai l'impression de gâcher la seule que j'ai.

Et il y a les proches ou les connaissances qui en effet peinent souvent à comprendre. Le "c'est comme ça la vie" lorsque j'exprime mon incompréhension devant le temps passé dans notre vie à travailler sans plaisir me fait bondir. J'essaie et je crois que je les comprends, mais je n'arrive pas à me mettre dans cet état d'esprit pour arriver à accepter de faire ces boulots qui me dépriment...bon, c'est probablement parce que je ne veux pas m'y mettre au fond ^^.

Une de mes tentatives dans un futur proche, et pour apporter un peu d'espoir dans mes propos tristounets, sera, si tout se passe bien, de monter une entreprise dans le domaine de la pâtisserie, mais avec mes exigences : éthiques, écologiques, esthétiques, etc. Mais alors je crains de ne plus avoir de temps pour ma pratique artistique... Et me revoilà bloquée.

Toutes mes excuses pour la longueur de ce message. Et merci d'avoir lancé ce sujet. Smile
avatar
Nocturnaline
Rayures toutes fraîches
Rayures toutes fraîches

Messages : 8
Date d'inscription : 19/01/2017
Age : 28

Revenir en haut Aller en bas

Re: Votre rapport à la vie professionnelle

Message par May le Mer 19 Avr 2017 - 16:02

Et moi je vais carrément prendre le train suivant parce que ça résonne trop ! Pardon de déterrer la question avec un brin de colère stérile. En plus ça va être long.

Le travail ? Mais quelle comédie sociale! Le boulot comme axe autour duquel tourne une vie ? Mais quelle idée. Jamais ! Pourtant l’ensemble de mon entourage semble s’en satisfaire, et manifestement je ne suis pas la seule à briser mon indignation contre cet espèce de fatalisme bienheureux.

Je me reconnais dans plein de remarques qui ont été faites avant, sauf que j’en suis encore au stade où ça me révolte de vendre MON temps, quasiment l’intégralité de MA vie. À un système dénaturé qui ne sait même plus à quoi il sert ! Je suis fâchée, alors même que j’ai une situation professionnelle tout à fait acceptable.

Parce que je ne suis pas encore prête à remettre mon salaire en jeu tous les matins en devenant indépendante, même si je dois reconnaitre que ça me chatouille. Et que les formations qui m’intéressent sont proposées à des tarifs aussi abordables que l’Eiger par la face Nord.

Le déclic, je l’attends, qu’il vienne ! Il se fait juste désirer, pour l’instant.

Parce que je méprise cette hiérarchie verticale qui est essentiellement là pour permettre à certains de te faire entrer dans la tête que tu n’es rien, que tu dois te soumettre sans broncher aux ordres de ceux qui sont plus haut sur l’échelle, plus intelligents, plus brillants, légitimes ! Pourquoi alors n’y a-t-il plus personne dès qu’il s’agit de bien faire le boulot et de le faire humainement ? (je ne parle que de ce que je connais : le secteur public)

Parce que je suis intéressée par 1000 domaines. Mais. Contraintes horaires, physiques, investissement total, insécurité, obligation de grimper dans la hiérarchie pour être moins mal payée… Impossible de passer au-dessus. Et comme dit plus haut, transformer une passion en gagne-pain ne se fait pas forcément sans casse. Après une année d’arts appliqués, je me suis retrouvée suffisamment dégoûtée du dessin pour mettre des mois à rouvrir un carnet ! (Cela dit, au moins j’aurais défriché cette voie, ce ne sera pas un remord). La contrainte abîme tout. Sauf si on se l’impose à soi-même, mais c’est une autre histoire. Donnez-moi le minimum vital, et qui sait, peut-être qu'en échange j'aurai l'esprit suffisamment libre pour créer de belles choses, voir même me rendre utile où et quand je l'aurais décidé. Donnez-moi l'occasion d'avoir envie.

J’ai choisi un boulot qui est pour moi le meilleur compromis, par élimination. Horaires raisonnables à défaut d’être vraiment arrangeantes, polyvalence, dimension culturelle, investissement intellectuel modulable à l’envie. C’est même légèrement rémunéré, que demander de plus ! Ce boulot a même un énorme avantage. Je suis moi. Presque sans retenue. Et même si parfois on me regarde un peu comme un reptile exotique, on m’accepte telle que, avec les hauts, les bas et les écailles. Je ne suis pas sure que je puisse aller ailleurs clamer à mes N+1 que je ne suis là que parce que je suis obligée et que c’est sans doute la plus grosse concession de ma vie ^^

Bon. Je ne suis pas totalement convaincue de l’utilité de déballer tout ça ici, mais au moins ça me changera des quelques personnes qui ont daigné m’écouter m’échauffer sur le sujet en ouvrant des yeux grands comme des soucoupes. Et puis ça m’a fait du bien, tiens !

Je viens de découvrir la colère à trente ans passés, je ne crois pas que je maîtrise vraiment le phénomène, c’est envahissant cette petite bête Smile

Bon. Il n’y a plus qu’à y retourner.
avatar
May
Rayures toutes fraîches
Rayures toutes fraîches

Messages : 5
Date d'inscription : 22/03/2017
Age : 32
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Votre rapport à la vie professionnelle

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum