Obnubilée par la mort

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Obnubilée par la mort

Message par Mabac le Ven 30 Déc 2016 - 11:49

Bonjour à tous,

En prenant le temps de m'observer, j'ai réalisé que je parlais très souvent de la mort sans aucune difficulté, souvent avec grand fatalisme voire humour. Premier point, autant vous dire que ça passe peu auprès des individus que je côtoie quotidiennement. Second point, cela finit par m'angoisser.

Afin d'imager un cas concret survenu hier dans un contexte détendu au restaurant entre copains : une amie psy m'explique qu'elle cherche à développer son activité libérale et recherche donc des patients. Je lui répond que cela tombe bien car une amie m'a fait part de sa volonté de consulter mais ne sait pas tellement qui. Je complète en disant qu'il peut y avoir du travail intéressant car elle est atteinte d'une mucoviscidose et que gérer sa mort plus ou moins imminente doit être sacrément difficile. Une tierce personne enchaîne en me "remerciant" de plomber l'ambiance.
Je ne comprends pas la réaction de la tierce personne car je suis restée, à mon sens, purement factuelle. Ensuite, je me sens idiote car je me rends bien compte que ça surprend (à défaut de choquer) les convives autour de la tablée et me rappelle en plus que l'un des individus a fait face au deuil de sa compagne, mère de son enfant présent également (= bonjour le léger handicap social qui surgit inopinément).

Parallèlement à cet exemple parfaitement typique, je blague souvent sur ma propre mort ou imagine régulièrement qu'une simple embardée sur l'autoroute pourrait m'y amener. Je réfléchis au meurtre parfait (je rassure, je ne souhaite tuer personne, c'est purement intellectuel dans ma démarche), comment fait-on les nœuds de pendu ou bien comment je pourrais m'y prendre si je voulais le faire... J'ai aussi été très perturbée et obsédée par les attentats qui ont frappé le pays. Je voulais comprendre cet état de mort imminente (ou de sentiment), le sentiment d'impuissance ou de résilience, la peur ou non, les pensées qui surgissent dans les dernières secondes de notre vie etc.

Si ma propre mort ne m'angoisse guère, je suis terriblement angoissée par la mort de mes proches et particulièrement celle de mon frère. J'ai régulièrement fait le rêve (cette nuit encore une fois) où mon frère meurt et je suis face à une peine abyssale. Je suis effondrée dans mes rêves et saisi d'un grand stress de ne jamais réussir à m'en remettre.
Lorsque j'étais ado, je refusais de partir fâchée avec ma famille le matin et leur signifiait toujours que je les aimais au cas où je ne les reverrais jamais.

Peut-être est-il bon de notifier que deux parents d'amies très proches se sont donnés la mort lorsque j'étais enfant et ado ; et que je vivais dans le vignoble où le taux de mortalité sur les routes ou de suicides sont plutôt élevés. J'ai également deux connaissances qui ont été fortement frappées par les attentats. Ceci pourrait expliquer cela ou pas du tout d'ailleurs...pale

Bref, je voulais savoir si d'autres personnes avaient ce même ressenti envers la mort et vivaient ces regards interloqués lors d'instants sociaux ? Est-ce uniquement une caractéristique de mon histoire ou c'est un type de fonctionnement partagé par plusieurs personnes ici ?


Dernière édition par Mabac le Ven 30 Déc 2016 - 12:29, édité 1 fois
avatar
Mabac
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 67
Date d'inscription : 16/12/2016
Age : 29
Localisation : Dijon / Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Obnubilée par la mort

Message par Invité le Ven 30 Déc 2016 - 12:02

Mabac a écrit:Une tierce personne enchaîne en me "remerciant" de plomber l'ambiance.
Qu'est-ce qui t'a étonné dans cette remarque ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Obnubilée par la mort

Message par Invité le Ven 30 Déc 2016 - 12:07

Intéressant... je pense pas être à "ton stade" (rien de péjoratif, c'est une question de degré simplement), mais ouais je dois y penser plus que la moyenne (et un peu comme toi, avec un esprit un peu humour noir).
Vu qu'on pense beaucoup ici (bien ou "mal" n'est pas la question), et que c'est quand même pas un petit sujet, j'imagine qu'on doit être un certain nombre à y penser d'une manière ou d'une autre.
Bon après tout, les croyants orientent toute leur vie a partir de ce qui pourrais se passer après leur mort, donc dans l'absolu, ces questionnements doivent être fréquents dans la population générale.

Faut mieux en rire ^^


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Obnubilée par la mort

Message par Invité le Ven 30 Déc 2016 - 12:13

PS: On peut être factuel en disant des choses pas agréables à entendre, et qui ne correspondent pas franchement à l'idée que la plupart des gens se font d'un moment de détente entre amis.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Obnubilée par la mort

Message par Mabac le Ven 30 Déc 2016 - 12:39

Penguin a écrit:
Qu'est-ce qui t'a étonné dans cette remarque ?[/quote]

Ce qui m'a étonné, c'est que cela puisse être plombant pour des individus alors que je n'y voyais rien de tel. J'ai toujours parlé naturellement des sujets "tabous" en société simplement parce que je n'en vois pas (l'argent, le sexe, la mort, l'inceste etc.). De fait, je me suis pris un peu en pleine face ce retour à la réalité par cette phrase et je me suis trouvée face à une véritable incompréhension avec cette éternelle question : Pourquoi la mort serait-elle sordide et "plombante" ?

Godzilla a écrit:les croyants orientent toute leur vie a partir de ce qui pourrais se passer après leur mort

De manière assez surprenante, l'après ne me pose aucune question. Je suis cartésienne : on vit, on meurt. Nous ne sommes plus rien. Certes, parfois il est réconfortant de se laisser aller à imaginer un monde meilleur au-delà de la vie sur terre mais rationnellement, je ne peux imaginer "une vie après la mort" (je ne n'avais jamais écrit cette expression que je trouve aussi drôle que cynique et poétique... bref). Ce qui me préoccupe, c'est le ressenti au moment d'être confronté à sa propre fin ainsi que la petitesse de la vie : il vivait, il ne vit plus. Point. En une fraction de seconde, l'histoire d'un individu s'est achevée dans l'indifférence totale du monde. Enfin, je dirais que la partie du deuil, elle, m'inquiète fortement.

Ceci dit, cela fait plaisir de voir que mes pensées ne suscitent pas de réactions binaires ici, c'est agréable Very Happy
avatar
Mabac
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 67
Date d'inscription : 16/12/2016
Age : 29
Localisation : Dijon / Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Obnubilée par la mort

Message par Kass le Ven 30 Déc 2016 - 13:03

en évitant de se confronter régulièrement au sujet (philosophiquement, on peut le faire rien qu'en jardinant), et ça tient parfois à une sorte de superstition débile, je crois qu'on perd justement quelque chose de précieux: la conscience que tout peut s'arrêter d'un instant à l'autre - ce qui a une grande influence sur la façon d'apprécier le moment présent, sur nos paroles et nos actes... l'enfant du convive qu'a perdu sa mère, il aurait peut-être eu envie d'en parler, mais bon, les grandes personnes, c'est d'un plombant Rolling Eyes
avatar
Kass
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 5422
Date d'inscription : 26/03/2014
Localisation : Sweetzerland

Revenir en haut Aller en bas

Re: Obnubilée par la mort

Message par Invité le Ven 30 Déc 2016 - 13:09

@Mabac
Parce qu'elle est quotidienne, et que ça demande parfois de lourds efforts pour ne pas y penser (mort de proches par exemple) et continuer à vivre.
Que les gens se servent souvent de rencontre amicales comme oxygène, un moment ou souffler et rire un peu.

On pourrait décrire la lente agonie d'une personne de manière factuelle aussi. Décrire ses râles et comment elle s'est étouffée dans ses propres glaires. Ça peut rester purement factuel. Est-ce qu'il faut nécessairement en parler comme on parlerait du poulet en promo chez Leclerc ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Obnubilée par la mort

Message par Mabac le Ven 30 Déc 2016 - 13:15

Penguin a écrit:On pourrait décrire la lente agonie d'une personne de manière factuelle aussi. Décrire ses râles et comment elle s'est étouffée dans ses propres glaires. Ça peut rester purement factuel. Est-ce qu'il faut nécessairement en parler comme on parlerait du poulet en promo chez Leclerc ?

Vu ainsi, effectivement Laughing
Disons que ce qui a été violent pour moi, dans cette histoire, c'est la réaction de l'individu face à moi car je ne voyais rien de très important. Disons que parler de mort se situe au même rang que parler du poulet en promo, je trouve d'ailleurs le sujet de mort nettement plus stimulant que la promo du moment.

@Kass
Je suis d'accord que cette conscience de la mort à chaque tournant donne une saveur particulière à la vie. Je suis quelqu'un de très joyeux et optimiste, et j'aime savourer chaque instant comme si c'était le dernier : un repas entre amis, marcher dans le froid sous un ciel bleu (mon plaisir d'hier), admirer un paysage/bâtiment, observer les gens dans la rue, s'émerveiller d'un enfant qui découvre... De plus, j'ai aussi tendance à ne pas me fâcher avec les gens et à dire tout le temps les choses car, finalement, si je n'ai que quelques minutes de conscience avant de mourir, j'aimerais me dire que j'ai fait au mieux avec ce que j'avais dans ma vie !
avatar
Mabac
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 67
Date d'inscription : 16/12/2016
Age : 29
Localisation : Dijon / Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Obnubilée par la mort

Message par Invité le Ven 30 Déc 2016 - 13:45

@Mabac
Bah, je comprends quand même ton point de vue, et c'est vrai que ce que tu disais n'avait pas l'air d'être trop décalé. Mais ça dépend sans doute d'un contexte plus général qui m'échappe et t'échappe peut-être aussi.
Peut-être que tu as raison, et que cette personne ne veut absolument pas entendre parler de la mort (et ne veut pas y penser) - ou peut-être que tu as déjà dit des choses du même ordre et que ça a été la goutte d'eau - ou peut-être que cette personne est dans un contexte compliqué, tu ne le sais pas, et à la limite ça n'est pas ton problème.

Après, il y a une convention sociale qui fait qu'on évite de trop aborder ce type de thème en société (après il y a aussi des occasions spéciales qui font que...) parce que beaucoup profitent de ce type de moment pour souffler un peu.
Puis, le fait que les gens ne parlent pas de quelque chose ne veut pas dire qu'ils n'y pensent pas. Il y a des choses qui sont du domaine de l'intime, et certaines choses ne se partagent pas non plus n'importe quand, avec n'importe qui, en admettant qu'elles puissent se partager.
Mais bon, on ne fonctionne pas tous pareil, et on n'a pas les mêmes limites.

J'ai beau penser à la mort souvent, si quelqu'un me gonflait avec ce thème lorsque je suis dans l'idée de me vider l'esprit, je pourrais ne pas être très contente.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Obnubilée par la mort

Message par Invité le Ven 30 Déc 2016 - 13:53

@Mabac : Vu comment on se fait chier à Dijon, faut mieux en effet avoir ta philosophie ^^

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Obnubilée par la mort

Message par Mabac le Ven 30 Déc 2016 - 14:14

@Penguin
Il est vrai que j'oublie souvent que l'on ne fonctionne pas comme moi. Pas par égocentrisme mais simplement parce que je zappe que mes propos peuvent choquer. Et je n'avais jamais envisagé que l'on puisse se retrouver entre amis pour se détendre en fait. C'est bête, hein ? ^^ J'aime voir mes amis mais sans cette idée de détente. Aucun sujet ne me plombe vraiment, j'aborde tous avec intérêt et tentative de compréhension. Bref, je me souviendrais que les gens aiment se détendre à l'avenir et pas explorer tous les sujets lourds de la vie !

@Godzilla
Je ne te le fais pas dire. J'y vis depuis seulement une année et cela requiert de gros efforts pour apprécier chaque petit instant agréable (oserai-je parler d'une ville catho fermée qui me rappelle encore plus que je suis un poil "hors standard" ?) Laughing
avatar
Mabac
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 67
Date d'inscription : 16/12/2016
Age : 29
Localisation : Dijon / Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Obnubilée par la mort

Message par Invité le Ven 30 Déc 2016 - 14:22

@Mabac
Ah oui Laughing

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Obnubilée par la mort

Message par Invité le Ven 30 Déc 2016 - 14:28

HS Dijon:
haha oui c'est bien résumé ^^ J'y vis depuis 10 ans, j'aime bien mon quartier (le Canal), mais bon... entre le climat et ce que tu disais... quoique, c'est surtout la religion du pinard qui m'agresse, le plus souvent ! Et c'est vrai que c'est pas une ville particulièrement progressiste Neutral Mais bon, c'est justement un environnement parfait pour apprendre à positiver par soi-même ^^

Sinon pour la détente entre amis, c'est un problème de définition, moi me détendre c'est justement aborder tout et n'importe quoi sans restrictions, mais bon on est pas "cablés" comme tout le monde faut croire ^^ Enfin j'ai mes limites aussi, parler foot va me conduire à penser à la mort très vite (du style argh, mieux vaut la mort que cette discussion ^^)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Obnubilée par la mort

Message par Invité le Ven 30 Déc 2016 - 16:33

Ne pas parler de mort en n'importe quelle circonstance n'implique pas forcément d'avoir des conversations superficielles, et ça m'a remémoré une gaffe de ce type que j'ai faite.
C'était juste après le décès d'une tante. Nous étions en famille, et nous discutions d'un thème historique ou politique quelconque. Je ne sais plus de quoi il était question exactement, mais je me suis mise à parler de la diminution de la mortalité infantile.
Et là ils ont tous bugué, surtout ma grand-mère. J'ai mis quelques secondes avant de faire le lien (parce que pour moi c'était une discussion abstraite, et la mortalité infantile concernait les jeunes enfants) mais chez eux ça a été direct, ça leur a tout de suite rappelé cette perte qui était alors toute fraiche.
Pas besoin d'être bien éveillé pour comprendre que j'avais dit quelque chose de maladroit, même si sur le moment j'étais à mille lieues d'y penser - et  dans un autre contexte personne n'y aurait fait attention.
Certains sujets plombent parce qu'ils réveillent des choses douloureuses. Puis la mort n'est pas abstraite pour tout le monde de la même façon et/ou à n'importe quel moment (en plus des différentes manières d'appréhender la question).

Bon, pas impossible non plus que ton ami(e) en question soit juste un(e) chieur(se), je n'en sais rien.
Puis on fait tous des gaffes aussi.
Reste que parfois, il peut-être bon de prendre juste quelques précautions sur ce thème. Ou alors être conscient que ça peut choquer/énerver (tu peux très bien choisir de ne pas accorder d'importance à ce que ça évoque aux autres).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Obnubilée par la mort

Message par Mabac le Ven 30 Déc 2016 - 20:10

HS Dijon:
Le climat est une atrocité passé sous silence dès lors que l'on prend des renseignements sur cette ville. J'y vois un complot national pour repeupler ce territoire ! Ville non progressiste, c'est peu de le dire. Je suis sans cesse atterrée par les propos rétrogrades de mes collègues ou individus du cru que je croise. Nantaise d'origine, j'ai pris une sacré claque sur la fermeture d'esprit, le racisme, le fascisme et la (non) lutte des classes. Cependant, effectivement, cela créer dans ma vie un espace temps parfait pour me consacrer à moi-même, optimiser mon positivisme et explorer ce nouvel état de "zèbre".

@Godzilla 
Certaines discussions, et le foot pourrait en faire partie, me donne aussi des envies de mort. En règle général, pour accrocher mon intention, il faut quand même entrer dans le dur des débats sous peine de me voir déconnectée (quoique ces derniers temps, je teste la reproduction des gestions/émotions des individus face à moi dont je n'écoute absolument plus la conversation, cela marche super bien et ainsi, ils ne sont pas vexés !).

@Penguin
J'aurais pu faire exactement la même chose et je n'aurais pas du tout été choquée que tu évoques la mort infantile... même à un enterrement d'ailleurs !  Laughing 
Cela dit, je ne sais pas si ce sont les souvenirs éventuellement douloureux éveillés qui sont ici en cause ou le politiquement correct. J'entends sous grand souci la douleur de la mort et respecte de ne pas en parler dans des cas admis comme complexes/récents mais si c'est pour être socialement correct, c'est inentendable pour moi.
Je pourrais aussi choisir de ne pas me préoccuper des réactions des autres. Ce qui peut arriver selon la conjoncture du moment (humeur, protagonistes, fatigue, estime de soi...). Mais on touche aussi à un autre point ici : j'ai envie d'être moi sans peser mes mots ou mes analyses ET qu'on m'aime et qu'on m'accepte en dépit de ma vision perçue atypique pour une partie de mes contemporains (en somme, tout un programme ^^) !
avatar
Mabac
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 67
Date d'inscription : 16/12/2016
Age : 29
Localisation : Dijon / Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Obnubilée par la mort

Message par Invité le Ven 30 Déc 2016 - 20:37

Mabac a écrit:J'entends sous grand souci la douleur de la mort et respecte de ne pas en parler dans des cas admis comme complexes/récents mais si c'est pour être socialement correct, c'est inentendable pour moi.
J'ai l'impression qu'elle n'est jamais très loin, et qu'on a souvent un mort frais sous le coude.
Pour les personnes d'un certain âge, c'est presque une évidence. Certains ont enterré tous leurs proches, et vont à une cérémonie toutes les semaines. lol

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Obnubilée par la mort

Message par Invité le Ven 30 Déc 2016 - 20:50

Pété de rire Ca me rassure quand même, pour Dijon, j'avais pas rêvé, donc ^^
J'ai "réglé" le problème en me barricadant chez moi (a part mon épicier et mon buraliste je vois zéro dijonnais, et même ceux-là, c'est parce que j'ai pas le choix ^^).
M'enfin, j'espère cette année faire peut-être une IRL zébre, même si apparemment il n'y a pas foule (de ZC) en notre "bonne" ville Dent pétée
Ouais, pour les discussions, ta technique semble pertinente, mais comme je disais, aucune occasion que je puisse la tester Pété de rire

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Obnubilée par la mort

Message par Emem le Sam 7 Jan 2017 - 23:13

Je pense aussi régulièrement à la mort principalement à la mienne mais aussi comment tuer quelqu'un. J'ai un humour très noir depuis bien longtemps et le jour où mon grand-père est mort et que je ne l'ai pas répète comme il se doit dans les temps impartis à ma mère (donc sa fille) on m'a bien fait comprendre que je ne réagissait pas "normalement". Dans les faits, je trouve dans l'ensemble que ma façon de penser cet état n'est pas dépourvu d'intérêt et que tant que je garde mon humour particulier pour le public qui l'accepte y a pas de problème ça me va...
Toutefois quand je pense un peu trop à une façon de mourir je finis par m'inquiéter ...
avatar
Emem
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 158
Date d'inscription : 06/01/2017
Age : 31
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Obnubilée par la mort

Message par sobeub le Sam 7 Jan 2017 - 23:27

Mabac a écrit:Certaines discussions, et le foot pourrait en faire partie, me donne aussi des envies de mort.
Cela est bien vrai pour ma part aussi. Je me vois d'ailleurs un peu dans ton texte.
Enfant ce thème m'angoissait à mort; rien que d'évoquer les dinosaures me faisait flipper. Ils étaient morts tous ensembles dans une catastrophe naturelle planétaire… Quoi de pire !!! Plus de trace, disparition totale… Juste des squelettes plusieurs millions d'années plus tard. L'ANGOISSE!!
Et puis aujourd'hui, j'ai grandi. Je ne sais pas si cela est ton cas mais pour moi j'ai toujours quelques angoisses vis à vis de la mort mais j'ai changé totalement mon comportement, désormais j'en parle de façon ironique, je développe. Je joue avec ma peur. Au fil du temps je remarque que mes amis qui avaient probablement moins d'angoisses que moi à la base sont un peu terrorisés. Je me rends compte que j'y ai pensé depuis mes 4 ou 5 ans et que eux y pensent tout juste à l'âge adulte…
J'ai travaillé ma peur et eux non.
Vois-tu des choses similaires ou pas du tout ?
Bonne soirée,
So
avatar
sobeub
Rayures toutes fraîches
Rayures toutes fraîches

Messages : 9
Date d'inscription : 24/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Obnubilée par la mort

Message par Mabac le Mar 10 Jan 2017 - 10:34

Sobeub a écrit:Au fil du temps je remarque que mes amis qui avaient probablement moins d'angoisses que moi à la base sont un peu terrorisés. Je me rends compte que j'y ai pensé depuis mes 4 ou 5 ans et que eux y pensent tout juste à l'âge adulte…

Je ne sais pas si mes amis sont terrorisés par la mort à vrai dire. Je sais qu'il n'aime pas que je plaisante dessus. Par exemple, au moment de quitter ma mère après les fêtes pour rentrer dans la triste brume dijonnais (non, je n'ai rien d'une drama queen ^^), elle me souhaite bonne route (5h30 quand même) et je rétorque "Je vais tâcher de ne pas mourir". Ma mère me regarde, lève les yeux au ciel puis sourit. Elle ne renchérit pas, elle n'est pas choquée, elle trouve mon cynisme classique et ne s'offusque pas de cette phrase. Si je sors cette phrase à mes amis ou des collègues, ils vont immédiatement me dire qu'il ne faut pas dire ça comme si on se portait une poisse inexistante.

Je n'ai pas peur de la mort en fait, pas de la mienne en tout cas. J'ai peur de celle de mon entourage, et à la rigueur, du sentiment que cela doit faire de savoir que l'on va mourir. J'ai peur de souffrir éventuellement. Mais c'est à peu près tout.

En revanche, j'ai une peur viscérale des films d'horreur. Je n'en ai jamais regardé un seul dans ma vie car je m'en sais incapable physiquement et psychologiquement. J'ai trouvé le moyen d'avoir peur avec les "Fais-moi peur", Buffy contre les vampires et même Pretty Little Liars (j'ai honte). Bref, cela à peut-être un lien quelque part... ?
avatar
Mabac
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 67
Date d'inscription : 16/12/2016
Age : 29
Localisation : Dijon / Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Obnubilée par la mort

Message par Invité le Mer 11 Jan 2017 - 9:50

Ha, j'avais pas vu ce message pour la mort sur la route !

Pour moi ce n'est pas du cynisme, mais une possibilité.
Surtout si tu passes dans les cotes du morvan, en plus ils roulent vite et mal avec leurs gros 4X4 là bas. (quoi qu’avec 5h30 ça doit plutôt passer par l'autoroute, mais peut-être avec de l'excès de vitesse)

Sinon avec mes proches on s'appelle lorsque quelqu'un fait une longue route ou part dans une situation jugée périlleuse, histoire d'être certains que la personne est bien rentrée vivante.
C'est pas du cynisme, juste une précaution au cas où il y ait besoin de porter secours (et là je me rends compte qu'on doit être de gros angoissés de la vie en fait - personne fait ça ou...?)

Hier par exemple mon copain a pris la route (genre y'avait de la neige dégueu partout) alors j'ai essayé de calculer l'heure à laquelle il allait rentrer, puis l'heure à laquelle il faudrait vraiment que je m'inquiète s'il n'était pas rentré, dans l'optique d'aller le chercher au cas où. J'étais pas spécialement angoissée en faisant mon calcul, ça me semblait juste logique.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Obnubilée par la mort

Message par Mabac le Mer 11 Jan 2017 - 11:22

@Penguin : J'avoue que tu m'as bien fait rire avec ton anecdote de calcul car je pourrais faire exactement la même chose. Tu as sûrement raison, c'est sûrement une lucidité extrême et l'acceptation que le pire peut arriver chaque jour. Personnellement, cela ne me gêne pas et même ma psy m'avait noté que ça devait être super angoissant de vivre avec l'idée de la mort au-dessus de nos têtes, mais je trouve pas.

Autre cas anecdotique : j'étais déjà très attentive aux issues de secours et imaginais souvent comment m'extraire d'un accident (notamment dans le train ou un intru dans la maison) avec plusieurs scénarios possibles.
Depuis les attentats, je suis d'autant plus vigilante en prenant soin de rester à proximité des sorties, veillant à pouvoir me mettre à l'abris rapidement, et prenant soin d'imaginer comme je pourrais m'enfuir ou me cacher. Encore une fois, ma psy a été franchement surprise que ça me turlupine le cerveau de la sorte alors que, pour moi, il s'agit simplement d'être précautionneuse. Cela ne me stresse pas, et c'est un processus très rapide en réalité : scan de l'environnement, scénarios possibles, échappatoires et hop ! quand tout est checké (soit en l'espace de 30 secondes max), je peux profiter de l'activité en question.
avatar
Mabac
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 67
Date d'inscription : 16/12/2016
Age : 29
Localisation : Dijon / Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Obnubilée par la mort

Message par Invité le Mer 11 Jan 2017 - 11:33

Pour les issues de secours, je ne le fais pas trop. Enfin pas dans n'importe quel contexte.
Juste lorsqu'il y a vraiment trop de monde, parce que la foule m'oppresse.
Ou, en y réfléchissant, c'est juste instinctif. Je me place là où je peux partir vite, mais plutôt par crainte d’être coincée parmi les gens que par peur de mourir.

Mais en fait j'ai l'impression d’être plutôt zen vis à vis des danger, puisque dans ma famille ils sont un peu plus angoissés que moi.
Les ascenseurs, les ponts, les tunnels, les routes sans glissière de sécurité, l'eau aussi... je ne pourrais pas faire la liste, mais c'est vécu comme des dangers.
C'est vrai que j'y pense à proximité, mais sans vraiment être angoissée. Juste je me dis qu'on peut mourir et je fais attention, je trouve ça normal.

Pour les attentats, parfois j'y pense. Un peu moins en ce moment, mais ça m'est arrivé. Mais pas forcément de manière angoissée, disons que je me demande comment je pourrais m'en sortir en fonction du lieu.

Comme toi, c'est plutôt rapide. Et je ne m'étais pas dit que c'était bizarre, ça me semble normal.

Pour ça ton topic m'a étonné. Je ne trouve pas que ce soit spécialement angoissant de penser à la mort de cette façon, mais je ne me rends peut-être pas compte.
M'enfin, comme je te l'ai dit plus tôt, c'est pas une thématique que j'aborde n'importe comment. Pour tout ce qui est dangers, si, mais les gens ne m'ont jamais semblé trop étonnés de ça.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Obnubilée par la mort

Message par Mabac le Mer 11 Jan 2017 - 11:42

Disons que c'est plutôt le côté redondant qui m'a posé question puisque j'y pense systématiquement plusieurs fois par jour. Je suis toujours intriguée par les faits divers, les morts étranges ou dramatiques etc. C'est en cela que je me demandais si c'était partagé par d'autres Z. ou si c'était uniquement de mon ressort.

Apparemment, cela reste un sujet plus prégnant que pour d'autres avec cette touche de lucidité qui rappelle chaque fois que la vie est courte et ne tient à finalement pas grand chose. Tant pis pour les autres qui ne supporteront pas mes blagues sur la mort ^^ !
avatar
Mabac
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 67
Date d'inscription : 16/12/2016
Age : 29
Localisation : Dijon / Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Obnubilée par la mort

Message par Invité le Mer 11 Jan 2017 - 11:55

Pour ce qui est de la question zèbre, je saurais pas dire.
Je ne me reconnais pas là-dedans. Je ne sais pas trop pourquoi je traine ici, mais je suis pas zèbre, ni mes proches.

Mais oui la vie est courte, et parfois il suffit d'un rien et *pouf*
Dans mon cas c'est vraiment l'environnement familial qui a produit cette habitude, puis les liens un peu forts qu'on a. L'idée qu'il faut veiller sur les siens aussi, que c'est vite fait.

Je crois pas que tu sois obligée de vivre ces idées mal.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Obnubilée par la mort

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum