L'hyperexclusivité relationnelle

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: L'hyperexclusivité relationnelle

Message par Verlane le Jeu 12 Jan 2017 - 19:33

doc-pisto-colle a écrit:
(J'avoue qu'avec "les autres", les "normaux" , quand ça passe pas, faut se mettre a leur niveau, et c'est un peu chiant de se la jouer 70de QI !)

Faut commencer par ça déjà, parce qu'il y a des gens que ça soit en rapport avec leur QI ou pas ça passera jamais avec eux. Donc dans ces cas là ça ne sert à rien de se torturer l'esprit.

Je ne supporte pas le "copinage" non plus, je considère que c'est une perte de temps pas croyable. Cela vient peut être de là aussi les difficultés que j'ai pu rencontrer...

Ne pas penser à la place de l'autre, et juste lui faire part de ton ressentit. Le but est de créer un lien entre une personne, et toi. ENTIER.
Si c'est pour être bridé, et que ça marche, tu seras effectivement apprécié, mais pas à ta juste valeur.
Quelque part, c'est de l'imposture.

Et ça ne marchera pas longtemps (il vaut mieux remarque) parce qu'à un moment ou un autre c'est plus tenable de jouer quelqu'un qu'on est pas. Puis tu te rends compte que la personne pourrait convenir à cet autre que tu crois être mais pas à la personne que tu es vraiment et ce décalage est juste terrible, pour toi mais aussi pour l'autre. Qui n'a peut être pas demandé à être trompé sur la marchandise. Et c'est aussi ce mécanisme (entre autres) qui ouvre grand la porte aux pervers narcissiques et autres manipulateurs du même genre.
Après on le voit souvent ce phénomènes, mêmes chez les NT et compagnie tout simplement parce que socialement il est admis qu'on doit être entouré, avoir des amis, être en couple pour être heureux  (normal en fait selon leur point de vue) et du coup on est tous poussé à atteindre cet objectif.

Malheureusement ce n'est pas facile de se satisfaire à soi même quand le monde te renvois quasi tout le temps que tu es trop différent, pas adapté... Neutral
avatar
Verlane
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 54
Date d'inscription : 26/12/2016
Age : 26

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'hyperexclusivité relationnelle

Message par Alpaga le Jeu 12 Jan 2017 - 21:22

Je vous suis sur toute la ligne, j'ai surtout un problème avec les personnes avec qui j'accroche vraiment vraiment (c'est rare forcément, c'est pas plus mal). Les autres ça sera pas la recherche de l'exclusivité, ou beaucoup moins, mais je serais quand même touché par leur regard. Louche hein Smile

Bon le tout c'est d'être soi même, sauf que quand on est ultra excessif et que soit même on sait que c'est pas bien, on s'adapte pour rien gâcher, pour laisser l'autre ouvrir les portes et y rentrer. Je ne sais pas si c'est vraiment mettre un masque au final.

De toute façon, cet extrême, c'est ce qu'il faut tempérer, pas pour ressembler aux autres mais pour se protéger un minimum. Si vous avez un guide pratique ^^

Alpaga
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 16
Date d'inscription : 10/01/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'hyperexclusivité relationnelle

Message par Verlane le Jeu 12 Jan 2017 - 21:33

Plus jeune je rêvais du jour où on me donnerait le "Guide pratique pour se faire des amis sans soucis," inutile de dire que j'attends encore ! ^^

Je comprends que tu es ce souci avec les gens où ça matche @Alpaga, c'est pas si souvent que ça que ça nous arrive donc quand ça arrive enfin on y va à fond !
avatar
Verlane
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 54
Date d'inscription : 26/12/2016
Age : 26

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'hyperexclusivité relationnelle

Message par sashamira le Dim 15 Jan 2017 - 18:46

Salut à tous,

Je pense avoir la même préoccupation que vous.

En ce moment, je côtoie une personne pour qui j'ai de grands sentiments. Cette relation est très rare pour moi. J'ai peur de perdre cette personne... tout le temps. Au point d'en devenir parano. Au fond de moi, j'ai envie d'être avec cette personne tout le temps, de ne jamais perdre le contact. Mais je sais que c'est impossible. Et si je veux avoir une relation saine et profonde, justement, il faut que je lui laisse un espace de liberté. Je dois faire un certain travail sur moi-même. Du coup, des fois, je me demande si j'en fais trop ou pas assez... s'il pouvait y avoir un guide pour savoir ce qui est bon ou pas à faire, à dire... ça serait bien.

A savoir qu'à chaque fois que j'ai été amoureuse de quelqu'un, j'ai fait fuir cette personne. J'ai peur que le schéma se répète encore ici.

Une fois, une personne à qui j'ai avoué mes sentiments (non-réciproques) m'a dit que "j'étais trop investie", que je ne me laissais pas désirer...

Bref, je me retrouve dans vos commentaires.

sashamira
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 26
Date d'inscription : 31/07/2016
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'hyperexclusivité relationnelle

Message par etrangere le Dim 15 Jan 2017 - 22:26

Je suis ce post avec intérêt...Actuellement, je me suis rendue compte que lorsque je trouvais enfin quelqu'un avec qui ça passait bien sur le plan intellectuel et amical, j'investissais très fort la relation. Elle devient même la seule relation reelle et intense que j'ai. MAIS, très souvent, et la ça me rappelle ce que dit Cicatrice, je tombe sur des gens bien plus exclusifs que moi, et surtout moins solitaires, ce qui fait que j'etouffe et j'ai envie de fuir... Pour le coup, l'exclusivité d'une relation (pour moi) ne signifie pas passer tout mon temps avec une personne, j'aime ma solitude, voir même ne pas voir la personne pendant plusieurs semaines... mais très souvent, ça n'est pas compris... alors parfois je m'adapte, en reniant ma solitude pour ne pas perdre l'autre qui compte enormement et là...je me perds et ça devient horrible. Au bout d'un moment, je ne peux plus rien supporter des demandes de l'autre, à qui je n'ai pas mis de limites pour ne pas le perdre et qui par conséquent demande toujours plus, et je souffre. D'autant plus lorsque l'autre ne comprend pas et que le chantage arrive : A ce moment la, j'ai l'impression d'être une sous-merde incapable de donner des preuves de l'amour exclusif que je porte à la personne...
Donc dans ce post, j'ai l'impression d'être à la fois la personne hyperexclusive, mais aussi la "victime" des hyperexclusifs (le mot est un peu fort mais je ne trouve rien d'autre, désolée).
Actuellement, je suis dans une relation comme ça, et ça me rend...terriblement malheureuse. Je ne sais pas tellement comment sortir des relations comme ça, et ça me donne juste envie d'etre seule à jamais Wink

etrangere
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 25
Date d'inscription : 13/12/2016
Age : 26
Localisation : pluton

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'hyperexclusivité relationnelle

Message par -Benoit- le Dim 15 Jan 2017 - 22:51

Bein justement... pour vous répondre : je ne suis pas un exemple car j'ai du mal à appliquer "mes conseils" à moi même, alors j'aurais bien du mal à t'inciter à les appliquer toi aussi ^^
Mon truc, c'est que j'essaie de changer mon approche avec les gens.
Dans la mesure du possible (si je suis bien luné et que j'attrape mon courage à 2 mains) , j'annonce clairement le tarif aux gens (je détailles tout en bas).

Au départ j'ai tendance à me faire toute un montagne pour " m'adapter " , pour respecter les "codes" de l'autre, et ne pas lui faire peur : ce qui m'oblige à anticiper, "penser à la place de l'autre" , deviner ce qu'il ressens, tout ça pour que je puisse définir la fréquence des RDV, mais qui sera basée uniquement sur une devinette que je me suis inventée tout seul :
Par exemple , si je rencontre une fille qui me plait et qu'on doit se revoir à un moment, je n'ai aucune idée de l'espace que je dois laisser entre 2 RDV. 6h ? une journée ? 4 jours ? Une semaine ? Si ça ne tenait qu'à moi , je déciderais arbitrairement de passer le plus de temps possible avec cette personne, tout en gardant nos activités individuelles. Mais on est bien d'accord que ça ne marche pas . Les "normaux" ont inventé des codes sociaux qui nous échappe, et si on ne les respecte pas, ça les déstabilise. Et comme je les comprends ! Puisque de mon côté, il m'arrive d'avoir des périodes solitaires (par pur envie de faire ce que j'ai envie, seul...) Et d'un autre côté, je traine aussi mes casseroles : Souvent, j'ai le choix entre me faire balader par mes émotions (c'est à dire que je peux être coupé de mes émotions sans avoir rien demandé, ce qui fait que je n'ai aucun intérêt, aucune envie de "voir des gens", en particulier mes amis ! Parce que ça me demanderait trop d'efforts de "revenir" et non seulement j'ai la flemme, mais ça me met terriblement mal à l'aise ! )
Ou aussi me faire balader par mon inconscient : je passe souvent a côté de gens qui sont potentiellement intéressants, mais je ne m'autorise même pas à les regarder , juste parce que j'ai la trouille, en fait .

Du coup, de plus en plus, j'essaie d'expliquer aux gens que je rencontre (pas besoin avec ceux que je connais déjà, du coup ^^ ) : J'explique qui je suis, comment je fonctionne en 2 lignes , en incluant ou pas le fait d'être zèbre (j'utilise le mot autiste, ça passe mieux : vu que j'ai l'air totalement normal, les gens se doutent bien que "autiste" doit expliquer un mode de fonctionnement "bizarre", alors que "surdoué", on sait tous que ça renvoie à l'image du binoclar qui passe sa vie dans les bouquins et qui réussi partout... )
Du coup, à la fin de la journée, quand chacun rentre chez soi, j'essaie d'expliquer concrètement : "Tu sais , j'ai pas la notion du temps. Faut pas m'en vouloir si je fais le mort pendant des semaines, ça veut pas dire que je ne pense pas à toi , au contraire, rappelles moi ! Et ça va dans les deux sens : comme je n'ai pas la notion du temps et que je ne comprends pas vos "codes sociaux", j'ai besoin que tu me dise quand t'as envie qu'on se revoit, parce que moi j'te dirais bien "on se revoit ce soir" mais vu qu'on vient de passer la journée ensemble, bah j'imagine que ça se fait pas, j'imagine qu'il faut que je te laisse respirer, donc dis moi ce que t'en penses ?"
Et généralement ça se passe...

Après, ça, c'est sur le papier. Dans la vraie vie, je ne peux appliquer ça qu'avec des (futur) relation amicales ...
Les relations amoureuses sont loin derrière moi, et même si j'en rêve secrètement,  je ne me laisse aucune chance.
(Parce que j'ai pas envie de me prendre la tête, si ça me tombe dessus tant mieux, mais j'irais pas non plus sur un site de rencontre exprès, lol )

D'un côté, je le fais pas systématiquement. Par exemple hier il y avait un mini-rassemblement de zèbres, c'était trop cool, et puis du coup aujourd'hui comme j'étais encore dans le coin, j'ai hésité à les rappeler pour remettre ça. Et puis je me suis dégonflé. Mais bon, dans la vie il faut se faire mal et sortir de notre zone de confort ! Chose sur laquelle je ne donnerais pas de leçon. Mais j'essaie, alors essayez aussi, c'est très formateur.
avatar
-Benoit-
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 880
Date d'inscription : 30/10/2016
Age : 25
Localisation : Je travaille à cahors (46), mais je suis aussi là : 24, 31, 34, 84, 87, bref, toute la moitié sud du pays !

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'hyperexclusivité relationnelle

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum