" Écris moi encore. "

Aller en bas

" Écris moi encore. "  Empty " Écris moi encore. "

Message par Origine le Ven 23 Déc 2016 - 1:35


  • Ton parcours; Voici donc des extraits de lettres. Probablement découpés, probablement dans le désordre.

" De quoi? Ton sourire, ton rire. Ton ton un peu moqueur. Ta façon d'écrire étrange. Ta passion... J’arrête ici. J'écrirais encore si tu veux, si tu me le demandes. Mais j'peux pas. Trop de trop. Trop de plein. Hop, estomac noué. La preuve que mes doutes sont foutrement infondés. Je t'en prie, dis moi simplement ce que tu penses. N'essayes pas de m'épargner. Tu m'as demandé d'écrire. Alors j'ai essayé. C'est plutôt pauvre, plutôt maladroit. Je suis bien loin d'arriver à retranscrire ce que je voudrais. Tangible. Parce que s'il est difficile pour moi de réussir à écrire ou exprimer ce que je ressens; je passe aisément au travers de ma fierté, ma pudeur, si tu as besoin d'aide. Je m'impose ces scénarios, pour essayer de ne pas voir grandir mes espoirs. C'est sans doute déjà trop tard pourtant. Alors je suis vraiment en colère. Je refuse que ce soit ça. C'est vraiment difficile, de ne pas réussir à te comprendre assez bien pour saisir ce que tes phrases veulent dire, au fond. "

" Régulièrement, je perds pieds. Me replonge dans les marécages dégueulasse de ma phobie, ma famille. Et vous deux, vous êtes là. Mains tendus, bras ouverts. Je vous embrasserai pour ça. Combien de fois exactement m'avez vous sauvée, le savez vous au moins? Alors oui, c'est une lettre d'amour.  "

" Je me souviens de tout ça. Et pourtant, enfant, je n'avais aucune peur. Et c'était toujours un véritable combat. Hurler, me débattre. "

" C'est si dur que ça de ne pas se vautrer dans le rien foutre et l'ennui? C'est super épanouissant c'est vrai. De ne pas ouvrir les yeux, de ne rien voir et rien entendre. Faudrait surtout pas s'ouvrir au reste du monde. "

" J'essaye de commencer par le début. Avant tout, sache que cette fois, je n'écris pas pour toi. J'écris pour moi. Alors ce ne sera pas nécessairement gentil, et peut-être même blessant, mais je ne vais pas m'en excuser. "

" Comme le dit M, je pense beaucoup, beaucoup trop. Comme c'est ridicule parfois !  "

" Je n'avais qu'un seul espoir en rentrant chez moi ce midi. Me retrouver seule. Enfin. Ce qui n'est pas arrivée depuis... Si longtemps. Tellement longtemps. Puis m'éloigner. De tout, du monde. Pour avoir du silence. Ne plus entendre la moindre voix. Ne plus voir qui que ce soit. Ne plus jamais entendre le bruit de télé en fond. Plus la moindre voix. De gens, de pub, de série. Plus aucune voix qui m'attaque les oreilles. Trop de choses, de gens, de bruits, de lumières. Et ils me touchent parce-qu’ils ne regardent pas ou ils marchent, ou parce qu'ils ne font pas attention en me passant un objet, ou pour me dire bonjour. Mais j'aimerais tellement leur dire d’arrêter ça, de cesser de m'agresser comme ça, de me faire tant de mal. J'ai envie de les supplier de ne plus faire de bruit, de ne plus me toucher. Sans jamais le faire. Est-ce que c'est alors compréhensible, de rejeter les autres pour survivre. Et pourtant j'ai la sensation profonde d'être une imposture. Je restais simplement silencieuse, observant le reste du monde en silence. J'écoutais. Jusqu'à saturation. Alors je me fermais à tout. Fermant les yeux pour ne plus voir le monde. Coupée de tout. Et les autres -Les adultes.- . De prendre mes mains, me forcer à écouter. Me faire la morale, dire à quel point j'étais têtue, incapable. Que j'avais des capacités innées, et que j'allais tout perdre. Devenir rien. Que je devais les utiliser pour vivre. Est-ce que ça explique que je ne comprenne rien aux autres. Ni leurs sentiments, ni leurs actes, ni leurs vies. "

"  Lors d'un contact physique, je peux me refermer brusquement car j'ai entendu quelque chose tomber dans la pièce d'a coté. -Et pour pouvoir me concentrer sur les contacts, j'ai besoin d'être seule avec toi.- Je ne peux pas et canaliser le toucher, et prendre en compte la possibilité qu'une autre personne arrive, et canaliser les sons. Ou bien parce que je n'arrive pas à obtenir ce que je veux -Et accessoirement, car je suis incapable de le dire à haute voix.-. Il y a des tas de raisons, la plupart ne sont pas liées à toi. J'ai appris à canaliser tout ça, et ne pas en tenir compte, ou du moins le moins possible. Tu ne devrais pas y accorder tant d'importance. -Mensonges- J'essaye simplement de t'aider à me comprendre, comprendre mes réactions. Voilà pourquoi je m'agace souvent. "

En outre, j'ai 21ans, je vis à Nantes tout en travaillant à Rambouillet.

  • Amours;

Ecrire et lire, bien entendu. Ecouter de la musique. Observer le grand vide. Faire tout ça à la fois. Les animaux, la musique, le doux, la nourriture, dormir. Le rôle play, sur forum. Beaucoup de choses à vrai dire. Le vert, le orange, les peintures, les crayons. L'absurdité.
Origine
Origine

Messages : 8
Date d'inscription : 15/12/2016
Age : 24
Localisation : Nantes

Revenir en haut Aller en bas

" Écris moi encore. "  Empty Re: " Écris moi encore. "

Message par Aube le Ven 23 Déc 2016 - 5:47

Là où tout finit, là où tout commence : l'absurdité.
Quoi de plus délicieusement touchant (et coulant ?)

Ici, l'hiver au chaud peut-être. Alors bienvenue !
Aube
Aube

Messages : 881
Date d'inscription : 19/08/2015
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

" Écris moi encore. "  Empty Re: " Écris moi encore. "

Message par Invité le Ven 23 Déc 2016 - 12:58

Très beau post et belle entrée sur le forum, bienvenue! Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

" Écris moi encore. "  Empty Re: " Écris moi encore. "

Message par Josou le Ven 23 Déc 2016 - 23:54

J'aime bien l'idée de prendre pratiquement que des citations pour te présenter, c'est assez original, bienvenu ^^
Josou
Josou

Messages : 62
Date d'inscription : 04/12/2014
Age : 23
Localisation : Quelque part par ici mais il se pourrait que je sois à Saint Brieuc

Revenir en haut Aller en bas

" Écris moi encore. "  Empty Re: " Écris moi encore. "

Message par Invité le Sam 24 Déc 2016 - 9:44

Bienvenue Courbette

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

" Écris moi encore. "  Empty Re: " Écris moi encore. "

Message par Origine le Ven 11 Jan 2019 - 11:45

Deux ans et deux semaines plus tard, voilà que je reviens jeté un œil ici.

La situation à bien changé, je suis de retour définitivement sur Nantes.

En fouillant dans des cartons, j'ai trouvé un papier. J'ai été testée zèbre à six ans! Plus besoin donc de chercher, j'avais déjà la réponse, cachée parmi une pile de papiers datant de ma primaire. Maintenant, je suis en plein parcours du combattant pour obtenir un diagnostique de TSA.

"Il veut continuer à danser. Pour toujours, sur le requiem silencieux. Un frémissement naît dans sa nuque, avant de courir tout son corps, le long de son dos. Le regard qui cherche, qui s'éparpille. La panique qui grimpe. Les yeux qui vacillent.

Il a arrêté de respirer.

Et de ses yeux dont la lueur de terreur panique, disparaît petit à petit, il a de nouveau jeté son regard sur la danseuse, dans sa tenue de froid. Laissant échapper un petit sourire, peut-être même un rire presque inaudible."



"Le hurlement difforme qui s'échappa de sa gorge lui semblait venir d'un autre monde. Animal, les sons n'y formaient pas le moindre mot, que de sentiments. Toute la douleur, toute la colère jetée à l’extérieur de son corps lui brûlait la gorge et les poumons. Comme l'acide qui ronge à l'intérieur.

Et lorsque l'air manqua, alors il fût brouillé par une respiration saccadée, avant de reprendre. Le temps s'écoulant lentement, comme la lave hors de la gueule du volcan, incapable de contenir plus le flot ardent.

Puis enfin à sec, desséché, épuisé et sans plus le moindre venin, il se laissa tomber le long de l'arbre, adossé à l'écorce, ses yeux sales perdus dans l'oublie, le vide, sans plus comprendre ni recevoir quoi que ce soit.

Une main aux phalanges pales et écorchées s’abattit sur ses paupières lourdes après avoir fouillé dans les cheveux rêches sans atténuer le maelstrom furieux dans son crâne, oubliant jusque la présence de ce gardien invisible, discret à la respiration moribonde... La souffrance en guenille et la fatigue en intime, pas loin de l’épuisement ce sont des yeux valises, cerclés d'obscur aux lueurs éteintes qui s'ouvrirent, prisonniers des doigts comme des cages, pour observer la bête."
Origine
Origine

Messages : 8
Date d'inscription : 15/12/2016
Age : 24
Localisation : Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum