Y'a des zazous dans mon quartier... (voir PS)

Page 5 sur 17 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 11 ... 17  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Y'a des zazous dans mon quartier... (voir PS)

Message par soto² le Jeu 23 Fév 2017 - 11:11

Communiquer sans commu-nication:
avatar
soto²
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2310
Date d'inscription : 07/12/2016
Localisation : Non, processus parallèles & distribués

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y'a des zazous dans mon quartier... (voir PS)

Message par soto² le Ven 24 Fév 2017 - 6:50

Douce folie:

Folie deuce:



avatar
soto²
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2310
Date d'inscription : 07/12/2016
Localisation : Non, processus parallèles & distribués

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y'a des zazous dans mon quartier... (voir PS)

Message par soto² le Ven 24 Fév 2017 - 17:28

Mrs White:
avatar
soto²
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2310
Date d'inscription : 07/12/2016
Localisation : Non, processus parallèles & distribués

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y'a des zazous dans mon quartier... (voir PS)

Message par soto² le Ven 24 Fév 2017 - 17:33

Tu t'es vu quand t'as...:
avatar
soto²
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2310
Date d'inscription : 07/12/2016
Localisation : Non, processus parallèles & distribués

Revenir en haut Aller en bas

Thésée vous !

Message par soto² le Ven 24 Fév 2017 - 17:58

Born again:

Impermanence:

Etre mené en bateau:


Crédit photo : Matthieu Ricard.
avatar
soto²
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2310
Date d'inscription : 07/12/2016
Localisation : Non, processus parallèles & distribués

Revenir en haut Aller en bas

Attention à l'attention

Message par soto² le Ven 24 Fév 2017 - 18:18

Faire attention:


avatar
soto²
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2310
Date d'inscription : 07/12/2016
Localisation : Non, processus parallèles & distribués

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y'a des zazous dans mon quartier... (voir PS)

Message par soto² le Ven 24 Fév 2017 - 18:39

Umwelt powaaaaah !:
avatar
soto²
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2310
Date d'inscription : 07/12/2016
Localisation : Non, processus parallèles & distribués

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y'a des zazous dans mon quartier... (voir PS)

Message par soto² le Sam 25 Fév 2017 - 14:12

Chat bit:



avatar
soto²
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2310
Date d'inscription : 07/12/2016
Localisation : Non, processus parallèles & distribués

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y'a des zazous dans mon quartier... (voir PS)

Message par soto² le Lun 27 Fév 2017 - 10:07

Fureur & Mystère:
avatar
soto²
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2310
Date d'inscription : 07/12/2016
Localisation : Non, processus parallèles & distribués

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y'a des zazous dans mon quartier... (voir PS)

Message par soto² le Lun 27 Fév 2017 - 10:19

Cinema Is A Mosaic Made Of Time :

Andrei Tarkovsky, Cinema of the Soul :

Staulker (the professor, the writer and the ) - Post-Science-Fiction Spoiler:
avatar
soto²
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2310
Date d'inscription : 07/12/2016
Localisation : Non, processus parallèles & distribués

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y'a des zazous dans mon quartier... (voir PS)

Message par soto² le Mar 28 Fév 2017 - 20:05

Green washing:

Manipulation mentale:
avatar
soto²
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2310
Date d'inscription : 07/12/2016
Localisation : Non, processus parallèles & distribués

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y'a des zazous dans mon quartier... (voir PS)

Message par soto² le Mer 1 Mar 2017 - 9:07

Trouble de la personnalité narcissique - définition DSM-IV:

Trouble de la personnalité narcissique - définition DSM-IV


Par Neptune le 12/08/2013


Pervers narcissique, personnalité narcissique, manipulation : on ne parle que de ça depuis quelques années, dans une totale confusion.

Nous tentons d'y mettre un peu d'ordre, d'où une introduction un peu plus étoffée que d'habitude à cette description officielle du trouble de la personnalité narcissique dont les symptômes sont décrits par le DSM-IV.

Avant-propos




1. Ne pas confondre trouble de la personnalité narcissique et Pervers narcissique.

   Pervers narcissique n'est pas décrit dans le DSM-IV, qui n'emploie plus la classification de gravité "Normalité / Perversion / Névrose / Psychose" d'origine essentiellement psychanalytique.Pour autant, les caractéristiques du pervers narcissique sont aujourd'hui universellement reconnues.

   Pour nous, il s'agit effectivement d'un sujet ayant une personnalité narcissique, satisfaisant une partie importante, ou la totalité des critères du DSM-IV - ce qui en fait alors un trouble -, et satisfaisant aussi d'autres critères, hors DSM-IV, relatifs à un comportement caractéristique à l'égard d'une ou plusieurs autre(s) personne(s), désignée(s) comme victime(s).
   Ces autres critères sont la manipulation volontaire ou inconsciente, la projection, l'emploi d'injonctions paradoxales, etc.
   L'ensemble des caractéristiques systématiques ou fréquentes est pleinement décrit dans les ouvrages spécialisés.

   Il est possible dans de très nombreux cas de satisfaire tous les critères de pervers narcissique, sans satisfaire la totalité des critères du trouble de la personnalité narcissique.
   Il s'agit alors d'un(e) Pervers(e) narcissique dont la perversité n'atteint pas le stade du trouble, qui sera donc moins facile à reconnaître, mais dont le comportement pourra être justement d'autant plus destructeur.  

   Si vous recherchez d'avantage d'informations, nous vous recommandons le livre de Jean-Claude Bouchoux "Les pervers narcissiques" qui est à la fois très précis et d'une lecture très facile.

   A l'inverse, les personnes atteintes du trouble de la personnalité narcissique, ou simplement de personnalité narcissique, ne sont pas forcément des pervers narcissiques.
   Leur comportement répond aux critères de personnalité, mais les critères caractéristiques du pervers narcissique ne sont pas tous satisfaits. Par exemple, la concentration sur une ou plusieurs victime(s) désignée(s) n'a pas lieu, ce qui n'empêche pas les critères de comportement à autrui d'être satisfaits en général.
   Autrement dit, les critères du pervers narcissique peuvent ne pas être satisfaits alors que ceux du trouble de la personnalité narcissique le sont.



2. Ne pas confondre non plus narcissique (personnalité, trouble, ou pervers) avec manipulateur.

   Si la manipulation à but narcissique est très fréquente dans le trouble de la personnalité narcissique, et si la manipulation est même critère obligatoire du pervers narcissique, il existe d'autres types de personnalités et troubles qui auront recours à la manipulation pour tenter de combler leurs manques et besoins.  

   Ainsi, des personnes de personnalité borderline pourront être manipulatrices (dans le but d'obtenir des attentions d'affect), tout comme des personnalités antisociales (dans le but d'obtenir des avantages) ou histrioniques (dans le but de capter l'attention).  

   Si vous recherchez d'avantage d'informations, nous vous recommandons le livre de Christel Petitcollin "Echapper aux manipulateurs" qui est à la fois très précis et d'une lecture très facile.


Nous reproduisons ci dessous texte intégral du DSM-IV, mais en regroupant les phrases correspondant à chaque critère. Le DSM-IV fait en effet une description très désordonnée, avec de nombreuses répétitions.



trouble de la personnalité narcissique




Caractéristiques diagnostiques


La caractéristique essentielle de la personnalité narcissique est un mode général de grandiosité, de besoin d'être admiré et de manque d'empathie qui apparaît au début de l'âge adulte et sont présents dans des contextes divers.

Critère 1


   Les personnes qui ont cette personnalité ont un sens grandiose de leur propre importance.

   Elles surestiment habituellement leurs capacités et exagèrent leurs réalisations, ce qui les fait paraître vantardes et prétentieuses. Elles supposent bêtement que les autres auront la même estime pour leur activité et  peuvent s'étonner que les louanges qu'elles attendent et pensent mériter fassent défaut.


Critère 2

   L'exagération de leurs propres réalisations s'accompagne souvent d'une sous-estimation (dévalorisation) implicite de la contribution des autres.

   Ces personnes sont souvent préoccupées par des fantasmes de succès sans limite, de puissance, d'éclat, de beauté ou d'amour idéal. Elles peuvent ruminer sur l'admiration et les privilèges qu'elles devraient recevoir depuis longtemps déjà et elles se mettent au même niveau que des gens célèbres ou hauts placés. Les personnes qui ont une personnalité narcissique pensent qu'elles sont supérieures, spéciales ou uniques et s'attendent à ce que les autres les reconnaissent comme telles.


Critère 3


   Elles pensent parfois qu'elles ne peuvent être comprises et entourés que par des gens eux-mêmes spéciaux ou ont un statut élevé et disent que leur entourage est "unique", "parfait" ou "brillant".

   Les sujets narcissiques estiment que  leurs besoins sont spéciaux et ne peuvent pas être comprises par les gens ordinaires. L'estime d'eux-mêmes est augmentée (en miroir) par la valeur idéalisée qu'ils attribuent à ceux qu'ils fréquentent. Ils insistent typiquement pour que seuls les "meilleurs" (médecins, avocats, coiffeurs, ou instructeurs) s'occupent d'eux et ils ne peuvent relever que des "meilleures"  institutions.


Critère 4


   Ils dénigrent en revanche la qualification de ceux qui les ont déçus.


Critère 5


   Les individus qui ont une personnalité narcissique ont habituellement un besoin excessif d'être admirés.

   Leur estime d'eux-mêmes est en règle générale très fragile. Ils peuvent être préoccupés par le fait de savoir s'ils font bien les choses et comment ils sont considérés par les autres. Cela peut prendre la forme d'un besoin constant d'attention et d'admiration.


Critère 6


   Ils s'attendent parfois à être accueillis avec un tapis rouge et sont étonnés si les autres n'envient pas ce qu'ils possèdent.

   Ils cherchent constamment les éloges, souvent avec beaucoup de charme d'ailleurs. Ces sujets pensent que tout leur est dû et c'est ainsi qu'ils s'attendent à faire l'objet d'un traitement de faveur. Ils s'attendent à ce que l'on s'occupe d'eux et sont étonnés ou furieux quand cela n'est pas le cas. Ils peuvent par exemple penser qu'ont n'ont pas à faire la queue et que leurs priorités sont tellement importantes que les autres n'ont qu'à s'incliner. Ils sont irrités quand ils ne sont pas aidés dans leur "travail très important".

   Ce sens que les choses leur sont dues, associé à un manque de sensibilité aux besoins et aux désirs d'autrui, peut aboutir à l'exploitation consciente ou non des autres.

   Ils s'attendent à recevoir tout ce qu'ils souhaitent ou désirent, quelle qu'en soit la conséquence pour autrui. Ils peuvent ainsi s'attendre à ce que les autres leur soient très dévoués et leur imposer un travail excessif sans considérer les conséquences que cela peut avoir sur leur vie privée.
   Ils ont tendance à nouer des relations amicales ou amoureuses seulement si cela leur est utile pour atteindre des objectifs ou augmenter leur estime d'eux-mêmes.
   Ils s'arrogent souvent des privilèges ou des ressources qu'ils pensent mériter en raison de leur nature exceptionnelle.


Critère 7


   Les individus qui ont une personnalité narcissique ont généralement un manque d'empathie et des difficultés à prendre conscience des désirs, du vécu subjectif et des sentiments d'autrui.

   Ils pensent généralement que leur bien-être personnel est d'un grand intérêt pour autrui. Ils ont tendance à commenter leurs propres soucis avec une profusion inadaptée de détails et n'arrivent pas à reconnaître que les autres ont aussi des sentiments et des besoins. Ils sont souvent méprisants et impatients quand les autres parlent de leurs propres problèmes ou soucis. Ils peuvent être inconscients de la peine que leurs remarques peuvent causer (ex. : quand ils proclament à un ex-partenaire qu'ils ont maintenant "trouvé l'être de leur vie" ou quand ils vantent leur bonne santé devant un malade).

   Quand ils sont reconnus, les besoins, désirs ou sentiments d'autrui sont souvent considérés avec mépris comme des marques de faiblesse ou de vulnérabilité. Ceux qui entrent en relation avec des personnes narcissiques ressentent typiquement chez leur interlocuteur une froideur émotionnelle et un manque d'intérêt réciproque.

   Les personnes ayant une personnalité narcissique envient souvent les autres et croient que les autres les envient aussi. Ils peuvent être jaloux du succès ou des biens d'autrui, pensant que eux-mêmes seraient plus dignes de ces réalisations, de cette gloire et de ces privilèges. Elles peuvent dévaloriser sèchement la contribution des autres, surtout si ces autres personnes ont reçu des distinctions ou des louanges pour leurs réalisations.


Critère 8


   Les personnes narcissiques sont souvent arrogantes et hautaines.

   Leur attitude est souvent snob, méprisante ou condescendante. Des exemples typiques sont le fait de se plaindre qu'un serveur maladroit est "impoli" ou "stupide" ou de sortir d'un examen médical avec une évaluation condescendante du médecin.




Caractéristiques et troubles associés



   En raison de la fragilité de l'estime qu'ils ont pour eux-mêmes, les individus narcissiques sont très facilement "blessés" par la critique ou l'échec. Même s'ils n'en laissent rien paraître, ils peuvent être obsédés par les critiques reçues qui les laissent humiliés, dégradés et annihilés. Ils peuvent réagir par le dédain, la rage ou par une contre-attaque provocatrice. De telles expériences aboutissent souvent à un repli social et à une apparente humilité qui peut servir de protection et de masque aux sentiments de grandiosité.

   Les relations interpersonnelles sont typiquement perturbées par les difficultés qui résultent du sentiment que les choses sont dues, du besoin d'être admiré et du manque relatif d'égard pour la sensibilité d'autrui.

   Bien que l'excès d'ambition et de confiance en soi puisse mener à des réussites, les performances peuvent aussi être entravées par l'intolérance à la critique et à l'échec. Parfois le fonctionnement professionnel peut être médiocre à cause de la réticence à prendre des risques dans des situations de compétition où l'échec est possible.

   Des sentiments prolongés de honte ou d'humiliation accompagnés d'une autocritique peuvent s'associer à un repli sur soi, à une humeur dépressive, et à un trouble dysthymique ou dépressif majeur. Mais des périodes prolongées de grandiosité peuvent aussi être associées à une humeur hypomaniaque.

   La personnalité narcissique est en outre associée à l'Anorexie mentale et aux troubles liés à l'utilisation d'une substance (particulièrement à ceux liés à la cocaïne).

   Les personnalités histrioniques, borderline, antisocialesantisociales et paranoïaques peuvent aussi être associées à la personnalité narcissique.



Caractéristiques liées à l'âge et au sexe



   Des traits narcissiques peuvent être très courants chez les adolescents et n'indiquent pas forcément que le sujet présentera plus tard une personnalité narcissique.

   La personnalité narcissique peut entraîner des difficultés particulières d'adaptation lors des limitations professionnelles et physiques inhérentes au vieillissement.

   Le diagnostic de personnalité narcissique est fait dans 50 à 75 % des cas chez l'homme.



Prévalence



   Les estimations de la prévalence de la personnalité narcissique vont de 2 à 16 % chez les personnes vues dans un contexte psychiatrique et de moins de 1 % dans la population générale.




Diagnostic différentiel



   D'autres troubles de la personnalité ont certains traits en commun avec la personnalité narcissiques et peuvent être confondus avec elle.

   Il est alors important de distinguer des troubles en se fondant sur les éléments caractéristiques qui les différencient les uns des autres.

   Cependant, si une personne présente des traits de personnalité qui répondent aux critères d'un ou de plusieurs troubles de la personnalité, en plus de la personnalité narcissique, tous les diagnostics peuvent être portés simultanément.

   Le trait le plus utile pour distinguer la personnalité narcissique des personnalités histrioniques, antisociales et borderline (dans lesquelles l'interaction avec autrui est respectivement empreinte de séduction, de manque d'égard brutal et de besoin avide) est la grandiosité qui est caractéristique de la personnalité narcissique.

   La relative stabilité de l'image de soi et l'absence relative de comportements autodestructeurs, d'impulsivité et de crainte d'être abandonné contribuent à distinguer la personnalité narcissique de la personnalité borderline.

   La fierté excessive pour ses propres réalisations, un certain manque d'expression des émotions et le mépris pour les sentiments d'autrui contribuent à distinguer la personnalité narcissique de la personnalité histrionique.

   On observe dans les personnalités borderline, histrioniques et narcissiques un grand besoin d'attention ; dans le cas de la personnalité narcissique, il doit s'agir d'une attention admirative.

   Les individus ayant une personnalité antisociale ou narcissique ont en commun une tendance à être volontaires, séducteurs, superficiels, à exploiter autrui et à manquer d'empathie. Toutefois, il n'y a pas nécessairement dans la personnalité narcissique des caractéristiques telles que l'impulsivité, l'agressivité et la tendance à tromper. De plus, on n'observe pas forcément dans la personnalité antisociale le besoin d'être admiré et envié par les autres, et les personnes narcissiques n'ont pas habituellement des antécédents de troubles des conduites dans l'enfance ou de comportements criminels à l'âge adulte.

   La personnalité narcissique et la personnalité obsessionnelle-compulsive ont en commun un goût pour le perfectionnisme et la croyance que les autres ne peuvent pas faire les choses aussi bien qu'eux. A la différence de la critique de soi-même qu'on observe dans la personnalité obsessionnelle-compulsive, les individus narcissiques ont plus tendance à croire qu'ils sont réellement arrivés à la perfection.

   La méfiance et le repli social distinguent habituellement les personnalités schizotypiques et paranoïaques de la personnalité narcissique. Ces traits, quand ils sont observés chez des individus narcissiques, proviennent essentiellement d'une crainte que des imperfections ou des défauts soient exposés au regard des autres.

   Une grandiosité peut être le signe d'un épisode maniaque ou hypomaniaque. L'association avec une modification de l'humeur et une altération du fonctionnement permettent dans ces cas de distinguer ces épisodes de la personnalité narcissique.

   La personnalité narcissique doit être distinguée des Modifications de la personnalité dues à une affection médicale générale où les traits de personnalité résultent des effets directs d'une affection médicale générale sur le système nerveux central.

   Elle doit aussi être distinguée des symptômes qui peuvent se développer en association avec l'utilisation chronique d'une substance (ex. : trouble lié à la cocaïne, non spécifié).

   De nombreuses personnes qui réussissent brillamment ont des traits de personnalité qui peuvent être considérés comme narcissiques. Ce n'est que lorsque ces traits sont rigides, inadaptés, persistants et qu'ils causent une altération significative du fonctionnement ou une souffrance subjective qu'ils constituent une personnalité narcissique.

Source : http://www.forumpsy.net/t84-trouble-de-la-personnalite-narcissique-definition-dsm-iv

Le Triangle Dramatique SVP - Karpman:


>>>En savoir plus sur le sujet >>>


Dernière édition par soto² le Mer 14 Juin 2017 - 0:36, édité 1 fois
avatar
soto²
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2310
Date d'inscription : 07/12/2016
Localisation : Non, processus parallèles & distribués

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y'a des zazous dans mon quartier... (voir PS)

Message par soto² le Mer 1 Mar 2017 - 9:47

L'Analyse Transactionnelle (pour ne pas se faire berner):

Les besoins de base



   1. La soif de structure : c’est le besoin d’avoir des limites. C’est en effet rassurant, de savoir que l’on ne peut pas tout faire. C’est également le besoin de structurer le temps d’une journée… Comme celui d’une vie, de savoir comment occuper ce temps entre notre naissance et notre mort. Songez à l’ennui, à ces changements de vie (un licenciement qui bouleverse votre rythme : et demain que vais-je faire ?). Or, cette soif est à la fois « mentale« , mais également physique : revoyez un adolescent qui vient vous dire pour la énième fois « j’sais pas quoi faire« , on peut dire de lui qu’il est « mou » ; son dos est courbé, les épaules sont tombantes… Il s’affale à présent… Structurer son temps c’est aussi un besoin biologique, comme la nourriture.

   2. La soif de stimulation : c’est le besoin de « nourrir » ses cinq sens, de se sentir au contact du monde et de la vie. Comparez n’importe quel bureau fermé sans fenêtre et le même avec une fenêtre… Ça change tout, non ? A l’inverse, des bureaux en open space risquent de « suralimenter« . Petit conseil : quand vous vous sentez déprimé, ne restez pas chez vous, allez marcher, prendre un café, même seul(e) ; vous nourrirez votre soif de stimulation, vous vous ferez du bien.

   3. La soif de reconnaissance : c’est le besoin de se sentir reconnu par l’Autre. Cela va du simple retour que j’attends lorsque je dis bonjour à quelqu’un, à l’amour que je peux lire dans les yeux de mon amie. Cette soif « s’étanche » par les signes de reconnaissance. La soif est variable selon chacun, certains vont avoir de grands besoins de reconnaissance : ils pourront devenir comédiens et être applaudis tous les soirs par un public conquis – ou ennemi public n°1 – d’autres moins : ils pourront travailler en tant qu’archivistes ou à leur domicile.


Le modèle fonctionnel des États du moi





  Parent (P) : qui conserve l’ensemble des pensées + sentiments + comportements de modèles parentaux et intégrés tels quels,

   Adulte (A) : qui conserve l’ensemble des pensées + sentiments + comportements liés au « touché » de la réalité, à l’ici et maintenant,

   Enfant (E) : qui conserve l’ensemble des pensées + sentiments + comportements tels que la personne les a vécus dans son enfance.

Il n’y a pas de « bons » ou de « mauvais » États du moi, tous ont une fonction différente essentielle et complémentaire. Voici les fonctions de chacun :

   Parent Normatif : fonction de protection et de transmission de valeurs
   Parent Nourricier : fonction de permission et d’encouragement
   Adulte : fonction d’exploration de l’environnement
   Enfant Adapté Rebelle : fonction d’opposition légitime
   Enfant Adapté Soumis : fonction d’adaptation à l’environnement
   Enfant Libre : fonction d’expression des besoins et des émotions de base

Exemples :

   Parent Normatif : un enfant veut traverser la route alors qu’une voiture arrive, un passant lui dit vivement : « Recule-toi ! », éventuellement en accompagnant le geste à la parole,

   Parent Nourricier : à un collègue qui vient de se voir confier une nouvelle mission délicate : « Tu vas y arriver, le patron a raison tu es notre meilleure ressource pour ce projet ! » sur un ton chaleureux,

   Adulte : chez un concessionnaire : « Combien coûte cette voiture ? » avec un ton neutre,

   Enfant Adapté Rebelle : quelqu’un me parle avec un ton que je n’accepte pas, je lui dis avec vigueur : « Tu me parles sur un autre ton s’il te plaît« ,

   Enfant Adapté Soumis : sans raisons apparentes, un policier m’arrête et me demande mes papiers ; sans poser de questions je les lui donne,

   Enfant Libre : en pleine réunion de travail, un collègue propose une pause parce qu’il a soif : « Allez hop, pause café ! » sur un ton cordial et dynamique.

En revanche, l’utilisation d’une manière excessive d’un État du moi, sans nécessité par rapport à la situation, conduit à rendre in-opérationnelle l’usage de sa fonction : si une personne parle régulièrement vivement à son enfant, celui-ci ne saura plus faire le distinguo entre l’avertissement face à un danger avéré et une situation banale, si quelqu’un fait systématiquement ce qu’on lui dit, il ne fera plus la différence entre l’adaptation adéquate et ce que l’on nomme la sur-adaptation, c’est-à-dire l’adaptation au détriment de ses propres besoins, ou si un collègue interrompt une réunion toutes les deux minutes parce qu’il a soif, il est probable qu’au bout d’un moment il n’aura plus voix au chapitre.

Exclamation  l’essentiel est de retenir que l’Adulte (A) peut choisir l’État du moi fonctionnel qu’il veut. Tout l’intérêt est même d’être dans l’Adulte structural (A) pour nous permettre d’adopter l’État du moi fonctionnel le plus approprié face à une situation.





Le concept de Jeu Psychologique en AT (Le grand je):

Le concept de Jeu psychologique


Éric Berne a défini le jeu comme « le déroulement d’une série de transactions cachées, complémentaires, progressant vers un résultat bien défini, prévisible ».

C’est un échange entre deux ou plusieurs personnes dont le but réel pour chacun n’est pas la poursuite de la discussion au niveau de ce qui est dit mais de ce qui est dit et qui ne s’entend pas (non au niveau social, mais au niveau caché).

Le Jeu psychologique se constitue d’une série d’échanges plein de sous-entendus qui progresse vers un résultat bien défini et prévisible. La personne qui lance le Jeu, au lieu d’exprimer directement ses pensées, ses désirs, et ses besoins, utilise les transactions (transactions doubles) pour les camoufler. Le Jeu amène des changements dramatiques d’état du moi, des ruptures dans la communication, des escalades dans le conflit et une insatisfaction généralement intense : colère, peur, tristesse, culpabilité, etc. Il se termine par un malaise, où l’un des interlocuteurs au moins à l’impression de “s’être fait avoir”.

avatar
soto²
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2310
Date d'inscription : 07/12/2016
Localisation : Non, processus parallèles & distribués

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y'a des zazous dans mon quartier... (voir PS)

Message par soto² le Mer 1 Mar 2017 - 10:26

L’Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche (l'aimée conne et sens):

Les méconnaissances


Le concept a été créé par Aaron et Jacqui Schiff au début des années 1970 et approfondi par Ken Mellor et Éric Schiff. C’est un concept qui, une fois encore, est en lien avec l’intrapsychique et le comportemental. Il s’avère très efficace dans un certain nombre d’applications, notamment pour la résolution de problèmes.

Commencez par ce savoureux extrait, il ne doit pas vous être inconnu :
"Là-dessus ils découvrirent trente ou quarante moulins à vent qu’il y a en cette plaine, et, dès que Don Quichotte les vit, il dit à son écuyer : « La fortune conduit nos affaires mieux que nous n’eussions su désirer, car voilà, ami Sancho Pança, où se découvrent trente ou quelques peu plus démesurés géants, avec lesquels je pense avoir combat et leur ôter la vie à tous, et de leurs dépouilles nous commencerons à nous enrichir : car c’est ici une bonne guerre, et c’est faire grand service à Dieu d’ôter une si mauvaise semence de dessus la face de la terre.

   – Quels géants ? dit Sancho.

   – Ceux que tu vois là, répondit son maître, aux longs bras, et d’aucuns les ont quelquefois de deux lieues.

   – Regardez, monsieur, répondit Sancho, que ceux qui paraissent là ne sont pas des géants, mais des moulins à vent et ce qui semble des bras sont les ailes, lesquelles, tournées par le vent, font mouvoir la pierre du moulin.

   – Il paraît bien, répondit Don Quichotte, que tu n’es pas fort versé en ce qui est des aventures : ce sont des géants, et, si tu as peur, ôte-toi de là et te mets en oraison, tandis que je vais entrer avec eux en une furieuse et inégale bataille ."

Vous me direz peut-être que Don Quichotte était un peu fou et que dans ce cas rien d’étonnant à ce qu’il voit des moulins ? À quoi je vous répondrais que Don Quichotte est loin d’être le seul à se battre contre des moulins… Et que c’est ça une méconnaissance : prendre des moulins pour des géants. Ou des géants pour des moulins.


Qu’est-ce qu’une méconnaissance ?


C’est un mécanisme inconscient qui nous conduit à ne pas voir la réalité telle qu’elle est. Elle se manifeste par des phrases qui sont des généralisations – ou des minimisations – ou encore de la grandiloquence et de l’emphase.

Exemples :

   « Ça m’étonne pas, tous les garagistes sont des voleurs  » : si pour certains cette phrase a le goût et l’odeur de la vérité, ce n’en est bien entendu pas une.
   « 10 pages à taper ! Mais j’y arriverai jamais !  » : ce qui est à nouveau faux, ce n’est sans doute qu’une question de temps. Ce qui pourrait être juste serait par exemple : « Mais je n’y arriverai jamais en cinq minutes « .
   « Ouh làlà, ben vé, c’est que c’est pas la porte à côté Aubagne  » : évidemment à pied depuis le Vieux Port ça se discute…

Les clichés sont ainsi par définition des méconnaissances de la réalité, puisqu’il s’agit de généraliser le particulier.

Les méconnaissances sont argumentées. C’est la différence avec une simple ignorance de la réalité. Dans ce dernier cas, vous ne savez pas, je vous donne l’information, vous la prenez (ou pas). Si c’est une méconnaissance la perception tronquée de la réalité n’est pas une simple erreur mais une construction de la réalité personnelle à laquelle la personne tient et qu’elle est prête à justifier. De fait, ses arguments sont inexacts mais suffisent à valider, à ces yeux, sa croyance. C’est pourquoi il peut être difficile de faire prendre conscience à quelqu’un qu’il est en pleine méconnaissance.

Exemples :

   « L’amour c’est uniquement une question de phéromones « , « Je ne pense pas que ce soit uniquement cela « , « Si, c’est mon père qui me l’a dit et il est médecin « .
   « Les dix personnes qui sont venues sont toutes des spécialistes de la question, je n’ai aucune chance de me faire entendre « , « Non, je vous l’ai dis seules deux personnes le sont « , »Oui, enfin c’est pareil « .

Pourquoi fait-on des méconnaissances ?


Pour de bonnes raisons ! Sinon on ne les ferait pas. Construire notre propre réalité, voir les choses comme ça nous arrange nous permet de ne pas remettre en cause notre vision du monde ou des autres, de ne pas toucher à nos croyances, à notre cadre de référence. C’est aussi un excellent moyen pour ne pas voir ou ne pas résoudre un problème (voir passivité ).


Comment ce concept peut-il aider à la résolution d’un problème ?


Évidemment ne pas appréhender la réalité telle qu’elle est peut être protecteur mais peut aussi engendrer certains problèmes. On peut imaginer qu’à l’inverse si vous êtes face à un problème c’est que vous êtes confrontés à une méconnaissance dont vous n’avez pas conscience et dont la levée serait par voie de conséquence un premier pas vers la résolution du problème.

Voici une méthodologie qui peut aider à lever une méconnaissance. Seul c’est difficile, il est nécessaire d’avoir un regard extérieur pour voir sur quoi porte la méconnaissance :

  > sur l’existence du problème, sa signification, sur les possibilités de changement, ou sa capacité personnelle de changement[/i].

Exemple :

   1. Existence du problème : « Tu sais quoi, je me marie le mois prochain « , « Ah bon, mais tu en es à ton 6e divorce « , « Et alors ?  » (méconnaissance sur: Où est le problème ? C’est enfin la bonne !)

   2. Signification du problème : « Oui, je me marie pour la 7e fois, je me rends bien compte qu’il y a un problème, mais bon tant pis, c’est comme ça  » (conscience du problème, méconnaissance sur les conséquences)

   3. Possibilités de changement : « Oui, j’en suis à mon 7e mariage, je me rends compte que je peux pas continuer comme ça. Je suis malheureux, mes enfants aussi, la situation est ingérable, je n’ai plus d’argent avec toutes les pensions… Mais qu’est-ce que je peux faire d’autre ?  » (conscience du problème et de sa portée, méconnaissance sur d’autres façons de faire)

   4. Capacité personnelle à amener le changement : « Oui, ce problème a beaucoup d’impacts sur ma vie. Tout le monde est malheureux. Je pourrais commencer par vivre avec quelqu’un sans me marier. Ou vivre un peu seul. Ou commencer une thérapie. Mais je n’ai ni le temps, ni l’argent et puis je n’ai jamais vécu autrement ! » (conscience du problème, de sa portée et que d’autres façons de faire son possible, méconnaissance sur ma capacité à agir autrement)

Il est essentiel de bien cibler le niveau de méconnaissance : il est impossible de prendre conscience d’un niveau 4 ou 3 si la méconnaissance porte sur le niveau 1 ou 2.


À noter :


    Exclamation  Une méconnaissance peut porter sur soi-même (ignorance de ses propres limites par exemple), sur les autres ou sur le monde.



Source : http://analysetransactionnelle.fr/les-concepts-de-base/les-meconnaissances/
avatar
soto²
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2310
Date d'inscription : 07/12/2016
Localisation : Non, processus parallèles & distribués

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y'a des zazous dans mon quartier... (voir PS)

Message par soto² le Sam 4 Mar 2017 - 17:45

Sand chaud et le dragon:
avatar
soto²
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2310
Date d'inscription : 07/12/2016
Localisation : Non, processus parallèles & distribués

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y'a des zazous dans mon quartier... (voir PS)

Message par soto² le Dim 5 Mar 2017 - 5:07

C'est dans l'absence que l'on apprend à comprendre la présence - vieil adage personnel.

... et c'est pourquoi il est parfois bon de prendre des vacances de soi. Soyons soi-yeux !
avatar
soto²
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2310
Date d'inscription : 07/12/2016
Localisation : Non, processus parallèles & distribués

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y'a des zazous dans mon quartier... (voir PS)

Message par soto² le Dim 5 Mar 2017 - 6:44

Suave dreams:
avatar
soto²
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2310
Date d'inscription : 07/12/2016
Localisation : Non, processus parallèles & distribués

Revenir en haut Aller en bas

Une nouvelle figure de l'amateur

Message par soto² le Lun 6 Mar 2017 - 11:49

Merci Bernard ! > "Une nouvelle figure de l'amateur" Entretien avec Bernard STIEGLER



Source complémentaire : Ars Industrialis, l'amateur.



Pour ceux qui ont une sensibilité artistique > vers 18 mn env.


34mn 50 >

"Un amateur c'est quelqu'un qui aime, qui aime au sens fort. Quand on aime, ce que l'on aime est incomparable. Aimer, aimer quelqu'un par exemple, c'est poser que ce quelqu'un est incomparable, et donc irremplaçable, et donc n'est pas jetable."



Dernière édition par soto² le Sam 11 Mar 2017 - 3:55, édité 1 fois
avatar
soto²
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2310
Date d'inscription : 07/12/2016
Localisation : Non, processus parallèles & distribués

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y'a des zazous dans mon quartier... (voir PS)

Message par soto² le Mar 7 Mar 2017 - 10:42

Au delà et en deçà du réel:
avatar
soto²
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2310
Date d'inscription : 07/12/2016
Localisation : Non, processus parallèles & distribués

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y'a des zazous dans mon quartier... (voir PS)

Message par soto² le Mar 7 Mar 2017 - 11:20

Koyaanisqatsi (est-ce ainsi que les hommes vivent ?!) :

Koyaanisqatsi, also known as Koyaanisqatsi: Life out of Balance, is a 1982 film directed by Godfrey Reggio with music composed by Philip Glass and cinematography by Ron Fricke. The film consists primarily of slow motion and time-lapse photography of cities and many natural landscapes across the United States. The visual tone poem contains neither dialogue nor a vocalized narration: its tone is set by the juxtaposition of images and music. In the Hopi language, the word Koyaanisqatsi means 'crazy life, life in turmoil, life out of balance, life disintegrating, a state of life that calls for another way of living', and the film implies that modern humanity is living in such a way. The film is the first in the Qatsi trilogy of films: it is followed by Powaqqatsi (1988) and Naqoyqatsi (2002). The trilogy depicts different aspects of the relationship between humans, nature, and technology. Koyaanisqatsi is the best known of the trilogy and is considered a cult film.



La suite par ici > https://www.youtube.com/watch?v=n_Dsv8E_ALo


I think all right thinking people in this country are sick and tired of being told that ordinary, decent people are fed up in this country with being sick and tired. Well, I'm certainly not, and I'm sick and tired of being told that I am :

"I think all right thinking people in this country are sick and tired of being told that ordinary, decent people are fed up in this country with being sick and tired. Well, I'm certainly not, and I'm sick and tired of being told that I am."








Dernière édition par soto² le Mer 14 Juin 2017 - 0:39, édité 1 fois
avatar
soto²
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2310
Date d'inscription : 07/12/2016
Localisation : Non, processus parallèles & distribués

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y'a des zazous dans mon quartier... (voir PS)

Message par soto² le Jeu 9 Mar 2017 - 11:20

MOOC Gouvernance partagée - du Du 30 mars jusqu'au 25 juin:

MOOC "Gouvernance Partagée"


Chers colibris,

Nous sommes de plus en plus nombreux.ses à explorer de nouvelles façons de communiquer, de décider ensemble, de concilier l'épanouissement des personnes et des organisations.
Et si le changement de nos organisations - entreprises, associations, collectivités locales - était un levier de transformation puissant pour résoudre les grands défis du 21ème siècle ?

Pour soutenir tous les explorateur.rice.s du "faire-ensemble", l'Université des Colibris lance, avec l'Université du Nous :

Le 
MOOC "Gouvernance Partagée"
Posture, Outils et Pratiques pour réinventer notre faire-ensemble
Du 30 mars, jusqu'au 25 juin
Accès gratuit
1h de travail par semaine minimum
À faire seul ou avec d'autres membres de son organisation

Ce nouveau MOOC invite à un défi collectif : créer une vaste communauté auto-apprenante sur le thème de la gouvernance partagée. Sans ambition de donner LA solution, il a été pensé pour soutenir chacun.e dans son envie d'agir et de faire sa part au travers de supports pédagogiques, d'outils concrets, d'études de cas d'organisations, et une mise en lumière des principes philosophiques pour des changements de paradigmes.

Alors, que vous soyez novices, initié.e.s, ou simplement curieux.se.s, rejoignez le mouvement, inscrivez-vous !


>>> Inscrivez-vous au MOOC !


“Il n'y a pas de solution miracle, mais des forces en marche. Créons les forces, les solutions suivront.” Antoine de Saint-Exupéry

INTERVENANTS

Celles et ceux qui apporteront leur regard sur les grands aspects de la gouvernance partagée :


   Isabelle Desplats, formatrice en qualité relationnelle et intelligence collective - Isabelle Desplats Formation
   Jean-Luc Christin, facilitateur, accompagnant et superviseur - Alliance J
   Julien Berlusconi, facilitateur du facteur humain - BIOM21
   Emmanuel Levard, coach en développement relationnel et organisationnel - Ivolve
   Philippe Clément, accompagnateur en démocratie coopérative - Stratégial
   Romain Vignes, concepteur et animateur d'expériences apprenantes - UdN
   Lydia Pizzoglio, accompagnatrice à la gouvernance partagée - UdN
   Laurent van Ditzhuyzen, accompagnateur à la gouvernance partagée - UdN
   Yannis Camus, formateur / consultant / conférencier - Alter Ego


Et notre invité d'honneur : Frédéric Laloux, auteur de Reinventing organizations, Vers des communautés de travail inspirées, le livre phénomène - déjà plus de 100 000 exemplaires vendus dans le monde !



L'Université du Nous est une organisation citoyenne, créée en 2010 pour accompagner la transformation sociétale en proposant à tout individu, organisation ou collectif des espaces d'expérimentation, d'apprentissage et d'accompagnement pour explorer et mettre en œuvre d'autres façons de faire, de décider et d'être ensemble. Elle est elle-même un espace d'expérimentation et de recherche pour vivre en interne les nouvelles approches de gouvernance et d'économie partagée.

www.universite-du-nous.org

Ce MOOC s'appuie sur la plateforme 360Learning



Source : Lettre Colibris du 09.03.2017.


>>> Inscrivez-vous au MOOC Gouvernance partagée ! - du Du 30 mars jusqu'au 25 juin

Il n'y a pas de solution miracle, mais des forces en marche. Créons les forces, les solutions suivront.” - Antoine de Saint-Exupéry.

avatar
soto²
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2310
Date d'inscription : 07/12/2016
Localisation : Non, processus parallèles & distribués

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y'a des zazous dans mon quartier... (voir PS)

Message par soto² le Ven 10 Mar 2017 - 9:31

La Farce de maître Pathelin:


La Farce de maître Pathelin, Paris : Librairie des bibliophiles,1872


Extrait du prologue :

"LA FARCE.

Mais, dame ! il faudra qu’on le prenne,

Comme le fruit, d’après sa graine,

Tel qu’il est, retors et matois,

Avec son style, et ses patois.

LA COMÉDIE.

Ses patois !

LA FARCE.

Le drôle en dégoise

Sept coup sur coup, qu’il entrecroise,

Qu’il mêle et brouille, fin et dru,

Chacun avec l’accent du cru.


LA COMÉDIE.

Bizarrerie !


LA FARCE.

Indispensable :

La farce alors, la véritable,

Eut toujours son coin de jargon.

De là même lui vint son nom.

Pour être vraie et réussie,

Il fallait qu’elle fût farcie
,

– Notez ce mot – de quelques vers

Pris à des baragouins divers.

LA COMÉDIE.


Avec un avocat la partie était belle :

Sept langues à la fois ! pour cette kirielle

De mots, de tons, d’accents de toutes les couleurs,

On ne pouvait trouver mieux qu’un de ces parleurs

Dont il faut qu’au palais la voix nous assourdisse

Et qui n’ont jamais trop de bruits à leur service.

Et la pièce ? Y voit-on du moins un peu d’amour ?


LA FARCE.

Non.
"

Source : BNF, 75 EPUB Gallica sélectionnés par le ministère de l’Education nationale .

Note : format ePub = fichier "rar" (modifier l'extension), ou il existe des lecteurs.



Dernière édition par soto² le Sam 11 Mar 2017 - 5:52, édité 1 fois
avatar
soto²
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2310
Date d'inscription : 07/12/2016
Localisation : Non, processus parallèles & distribués

Revenir en haut Aller en bas

Disruption

Message par soto² le Sam 11 Mar 2017 - 3:00



La disruption rend impossible toute visibilité sur l'avenir (Veuillez attacher vos ceintures, nous allons décoder):

« La disruption rend impossible toute visibilité sur l'avenir » - Entretien avec Bernard Stiegler


Depuis plusieurs années le concept de disruption est sur toutes les lèvres et prend alternativement une connotation positive ou négative. Mais au fond, qu’est-ce que la disruption ? Faut-il y voir un nouveau modèle économique en soi ? Quid de son impact social ? La disruption est-elle porteuse d'espoir ou annonciatrice de la fin d’une époque ? Le philosophe Bernard Stiegler a répondu à nos questions.


Uber, Airbnb ou encore leboncoin… Ces plateformes numériques d’intermédiation ont contribué à populariser l’usage du terme disruption. Par leurs modèles et leurs méthodes, elles « disrupteraient » l’économie, avec pour conséquences concrètes d’infléchir certains de nos comportements et, in fine, notre vie quotidienne.

Le philosophe Bernard Stiegler, fondateur de l’association internationale pour une politique industrielle des technologies de l’esprit Ars Industrialis, et directeur de l’Institut de recherche et d’innovation (IRI) du centre Georges-Pompidou, apporte des éléments de réponses à ces questions dans son dernier ouvrage Dans la disruption : Comment ne pas devenir fou ? (Les Liens qui Libèrent). Entretien.


Qu’est-ce que la disruption ?


Bernard Stiegler : La disruption est un phénomène qui se produit depuis l’existence du World Wide Web, c’est-à-dire depuis 1993. Elle résulte de ce que je nomme « l’informatique réticulaire », où nous sommes tous devenus les serviteurs d’un système computationnel planétaire qui était censé nous servir. Nous y sommes tous « computés », calculés et finalement téléguidés.

Ce n’est possible que parce que, lorsqu’il est optimisé, ce système va plusieurs millions de fois plus vite que nous. Les flux de transactions financières entre les Etats-Unis et l’Europe s’opèrent ainsi sur ce système à 200 millions de mètres par seconde – les deux tiers de la vitesse de la lumière. C’est sur le fond de ce différentiel colossal que nous avons de plus en plus l’impression que tout nous échappe. Telle est la disruption.

Alan Greenspan [ancien président de la Réserve fédérale américaine (Fed), NDLR] l’exprimait très bien en 2008 lors de son audition à Washington par la Commission chargée du contrôle de l’action gouvernementale, en affirmant qu’il ne savait plus comment fonctionnait le trading haute fréquence. Mais c’est vrai pour tout le monde – et c’est un système qui suscite à la fois ressentiment, panique et folie selon diverses modalités.

La disruption prend de vitesse aussi bien ceux qui cherchent à produire de l’intelligibilité – législateurs, chercheurs – que les électeurs de Donald Trump. Elle finit alors par créer le sentiment que personne ne maîtrise plus rien, pas même les disrupteurs eux-mêmes. Et cela ne pourra pas durer bien longtemps – outre que cela provoque une réaction anti-technologique dramatique qui finira par se retourner violemment contre des disrupteurs irresponsables.


La technologie est donc responsable de cette perte de sens généralisée ?


« La disruption impose un Far West technologique où c'est le premier qui dégaine qui gagne. »

Pas du tout. La technologie est un pharmakon, c’est-à-dire que c’est à la fois un remède et un poison. Les responsables sont la politique et l’économie. Si nous laissons se développer la technologie n’importe comment, cela a des effets pervers. Et si l’on ne met pas en œuvre des thérapeutiques remédiantes, la technologie devient inévitablement empoisonnante.

La disruption rend impossible toute visibilité sur l’avenir parce qu’elle engendre des systèmes autoréférentiels, c’est-à-dire fermés. Or, on sait en théorie des systèmes qu’un système qui se ferme est tendanciellement autodestructeur. En outre, l’automatisation qui s’y déploie engendre une économie insolvable parce que le pouvoir d’achat s’y réduit drastiquement. Il faut repenser tout cela comme Roosevelt et Keynes avaient tout repensé en 1933 face aux conséquences de la taylorisation.


Le sous-titre de votre ouvrage est « comment ne pas devenir fou ». La disruption nous rend-elle vraiment fous ?


Elle impose un Far West technologique où c’est le premier qui dégaine qui gagne. Or une société n’est durable que si elle transforme les états de fait en état de droit. Faute de cela, nous tendons à anticiper le pire.

Quant à la « folie », il y en a de toutes sortes. L’une d’entre-elles – et des plus dangereuses – est provoquée par l’empêchement de rêver. Les rêves servent à commettre des transgressions symboliques qui évitent de les accomplir dans la réalité. Or, Jonathan Crary a montré que nous vivons dans une société qui rêve de moins en moins. A Palo Alto, très riche capitale de la Silicon Valley, le taux de suicide des adolescents est quatre fois plus élevé que la moyenne américaine. Il y a là des signaux tragiques – Paul Krugman a montré que la classe moyenne blanche déclassée est devenue plus consommatrice d’héroïne que la population pauvre noire. C’est cette population qui vote Trump.


Source : https://rslnmag.fr/cite/disruption-impossible-avenir-entretien-bernard-stiegler/


"La technologie est un pharmakon, c’est-à-dire que c’est à la fois un remède et un poison." (Bernard Stiegler)

Le pharmakon (sur Ars Industrialis)




Pourquoi notre monde est-il en train de devenir fou ?
Bernard Stiegler commet ici son livre fondamental sur les ressorts d’une société au bord de l’effondrement.

Avec la connexion planétaire des ordinateurs, des smartphones et des foules que tout cela forme, les organisations sociales et les individus qui tentent de s’approprier l’évolution foudroyante de la technologie arrivent toujours trop tard. C’est ce que l’on appelle la disruption. Cette immense puissance installe un immense sentiment d’impuissance qui rend fou.



Dernière édition par soto² le Sam 11 Mar 2017 - 4:07, édité 1 fois
avatar
soto²
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2310
Date d'inscription : 07/12/2016
Localisation : Non, processus parallèles & distribués

Revenir en haut Aller en bas

Désenchantement / Réenchantement du monde

Message par soto² le Sam 11 Mar 2017 - 3:54

Diagnostique:

Désenchantement du monde (WP) et panne des sens


"L'expression désenchantement du monde renvoie à la définition de Max Weber d'un processus de recul des croyances religieuses et magiques au profit des explications scientifiques. Le concept est étroitement lié aux idées de sécularisation et de modernité.

Dans une acception plus large, l'expression recouvre le sentiment diffus d'une perte de sens, voire d'un déclin des valeurs censées participer à l'unité harmonique des sociétés humaines (religion, idéaux politiques et moraux, etc.).[réf. nécessaire]

Suivant les auteurs, le désenchantement peut être connoté positivement en tant que sortie du monde de la superstition, ou bien négativement comme constituant une rupture avec un passé harmonieux.
"

> Fil "L'extrême-droitisation de la société" sur ZC.


La prolétarisation c'est la perte des savoirs-faire, et aujourd'hui des savoirs-vivre.

Prolétarisation (définition):
« La prolétarisation, c’est historiquement la perte du savoir du travailleur face à la machine qui a absorbé ce savoir. Aujourd'hui, la prolétarisation, c’est la standardisation des comportements à travers le marketing et les services, et la mécanisation des esprits par l’extériorisation des savoirs dans des systèmes tels que ces esprits ne savent plus rien de ces appareils de traitement de l’information qu’ils ne font plus que paramétrer : c’est précisément ce que montre la mathématisation électronique de la décision financière. Or cela affecte tout le monde : employés, médecins, concepteurs, intellectuels, dirigeants. De plus en plus d’ingénieurs participent à des processus techniques dont ils ignorent le fonctionnement, mais qui ruinent le monde » (Stiegler, 2011).


Traitement et cure:

"Réexister, c'est créer" / Eadem mutata resurgo







"Paul Valéry, pressentant la catastrophe où menait le nazisme, constatait dès 1939 une "baisse de la valeur esprit". Aurait-il pu imaginer dans quel état de déchéance généralisée tomberait l'humanité quelques décennies plus tard - là où nous en sommes? En 1939, seulement 45% des Français écoutent la radio, et la télévision n'existe pas encore. En ce début de XXe siècle, les objets communicants poursuivent les temps de cerveaux disponibles où qu'ils aillent, du lever au coucher. Un capitalisme s'est imposé, que l'on dit tantôt "culturel", tantôt "cognitif", mais qui est avant tout jusqu'à présent l'organisation ravageuse d'un populisme industriel tirant parti de toutes les évolutions technologiques pour faire du siège de l'esprit un simple organe réflexe: un cerveau rabattu au rang d'ensemble de neurones, un cerveau sans conscience. En 2005, le Medef réunissait son université d'été sous la bannière du " réenchantement du monde". Ce livre propose de le prendre au mot: réenchanter le monde, c'est nécessairement revisiter et réévaluer le rôle de l'esprit dans l'organisation de l'économie."
> "Créativité, gestation" dans mon brain.


A nous de jouer !




"les hommes ne sont pas nés pour mourir mais pour innover." - Anna Arendt
avatar
soto²
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2310
Date d'inscription : 07/12/2016
Localisation : Non, processus parallèles & distribués

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y'a des zazous dans mon quartier... (voir PS)

Message par soto² le Sam 11 Mar 2017 - 5:17

Corps et Utopie (Ame blanche et corps boueux, really ?!):
Michel Foucault: L'utopie du corps (Radio Feature, 1966)



"Et si malgrès ces deux figures périlleuses qui l'entoure [l'illusion du miroir et la menace de la mort], on aime tant faire l'amour,
c'est parce que dans l'amour, le corps est ici.
"


> Corps (1) et corps (2) dans mon brain.
avatar
soto²
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2310
Date d'inscription : 07/12/2016
Localisation : Non, processus parallèles & distribués

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y'a des zazous dans mon quartier... (voir PS)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 17 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 11 ... 17  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum