Le paradoxe de l'handicapée sentimentale aux émotions démesurées

Aller en bas

Le paradoxe de l'handicapée sentimentale aux émotions démesurées Empty Le paradoxe de l'handicapée sentimentale aux émotions démesurées

Message par src le Mer 2 Nov 2016 - 14:49

Bonjour,

Je ne sais pas vraiment comment présenter cela. Sûrement parce que je ne le comprends pas tout à fait.
Voilà. Mes émotions sont démesurées. Je ressens tout de manière amplifiée. Que ce soit mes émotions, celles d'autrui, sans même avoir besoin de leur parler, parfois. Je suis aussi extrêmement sensible à la beauté du monde. Tout m'émeut. Sauf l'humain, d'un certain côté. Je peux ressentir leurs joies, leurs bonheurs et tout un tas d'émotions, mais ils ne me touchent pas. Ce qui est extrêmement contradictoire, je vous l'accorde.
Je ne ressens pas le besoin de garder intacts les liens affectifs, de prendre des nouvelles, ou tout simplement d'être émotive avec eux. Lorsqu'ils me parlent d'un quelconque problème, je ne fais qu'analyser, et prendre de l'objectivité. Et dès qu'il faut simplement les écouter où ressentir des émotions, j'en suis incapable ce qui instaure un sentiment de gêne dont je me passerais bien.
Je peux parler durant des années avec une quelqu'un, et s'il s'avère qu'il doive s'éloigner moi pour une quelconque raison, même de manière brutale, mes émotions vont prendre le dessus une heure ou deux puis je vais analyser la situation, passer au dessus, et cela ne va pas m'affecter.
De plus, peu de monde m'intéresse réellement, si ce n'est une personne ou deux. J'ai besoin de discussions intellectuellement épanouissantes où je puisse apprendre un tas de choses. Je voudrais pouvoir parler à coeur ouvert de mes doutes ou de mes blocages sans avoir à faire attention à ce que je dis notamment au sujet des zèbres. J'aimerais me sentir comprise par cette personne au moins, qui n'essaierait pas de résoudre mes soucis en me projetant les siens comme s'il ne pouvait pas y avoir plusieurs cause au même problème.
Finalement, je voudrais aimer, et être aimée.
Sauf que je vois bien que personne ne va chercher plus loin. J'ai des amis, des connaissances, et des personnes qui souhaiteraient plus, sans pour autant avoir cherché à me connaitre.
Je me sens donc seule, incapable d'aimer, sans empathie, incapable d'être touchée, ni même de toucher qui que ce soit.
Et je ne peux parler de ce sentiment à qui que ce soit, puisque l'on pense simplement que je suis "trop difficile".
Je sais également que le sujet des zèbres reste sensible et qu'il faut sans cesse prendre des pincettes pour en parler, ce qui fait que je ne dis rien à coeur ouvert.

Alors voilà, je ne sais pas si vous avez saisit le message que je souhaite vous faire passer, mais je voudrais vraiment savoir si je suis la seule (ce que je ne pense (espère) pas). Puis si vous êtes passé(e)s au-dessus ou je n'en sais trop rien.

Enfin tout commentaire est le bienvenu tant qu'il peut m'aider moi ainsi que toutes les personnes dans le même cas.

Bonne journée/soirée et je suis impatiente de lire vos réponses.

src

Messages : 18
Date d'inscription : 01/11/2016
Age : 20

Revenir en haut Aller en bas

Le paradoxe de l'handicapée sentimentale aux émotions démesurées Empty Re: Le paradoxe de l'handicapée sentimentale aux émotions démesurées

Message par Paradoxa le Mer 2 Nov 2016 - 16:44

src a écrit:
Je ne ressens pas le besoin de garder intacts les liens affectifs, de prendre des nouvelles, ou tout simplement d'être émotive avec eux. Lorsqu'ils me parlent d'un quelconque problème, je ne fais qu'analyser, et prendre de l'objectivité. Et dès qu'il faut simplement les écouter où ressentir des émotions, j'en suis incapable ce qui instaure un sentiment de gêne dont je me passerais bien.
Je peux parler durant des années avec une quelqu'un, et s'il s'avère qu'il doive s'éloigner moi pour une quelconque raison, même de manière brutale, mes émotions vont prendre le dessus une heure ou deux puis je vais analyser la situation, passer au dessus, et cela ne va pas m'affecter.
J'aurai pu écrire CHAQUES mots, de ce que tu as écrit. Si je reprend ton exemple si qqn s'éloigne de toi même brutalement... En y réfléchissant, je me dis : soit mes émotions sont enterrées mais trèèèèès profondément pour empêcher que je m'écroule justement ( et à force bah t'as l'impression que tu ressens plus rien) , soit : j'en sais rien en fait.. je suis entrain de réfléchir en même temps que j'écris et je me dis wow.. en fait, j'en sais rien, c'est tellement complexe... Je te remercie d'avoir ouvert ce sujet, qui je pense ne fait que commencer en tout cas Smile .


src a écrit: De plus, peu de monde m'intéresse réellement, si ce n'est une personne ou deux. J'ai besoin de discussions intellectuellement épanouissantes où je puisse apprendre un tas de choses. Je voudrais pouvoir parler à coeur ouvert de mes doutes ou de mes blocages sans avoir à faire attention à ce que je dis notamment au sujet des zèbres.
J'aimerais me sentir comprise par cette personne au moins, qui n'essaierait pas de résoudre mes soucis en me projetant les siens comme s'il ne pouvait pas y avoir plusieurs cause au même problème.
Finalement, je voudrais aimer, et être aimée.
Sauf que je vois bien que personne ne va chercher plus loin. J'ai des amis, des connaissances, et des personnes qui souhaiteraient plus, sans pour autant avoir cherché à me connaitre.
Je me sens donc seule, incapable d'aimer, sans empathie, incapable d'être touchée, ni même de toucher qui que ce soit.
Et je ne peux parler de ce sentiment à qui que ce soit, puisque l'on pense simplement que je suis "trop difficile".
Je sais également que le sujet des zèbres reste sensible et qu'il faut sans cesse prendre des pincettes pour en parler, ce qui fait que je ne dis rien à coeur ouvert.

Mon pseudo n'a pas été choisis au bol, donc je ne peux que comprendre ce que tu ressens.. Je pense premièrement, que comme moi, tu as évidemment plusieurs aspects dans ta personnalité.. Ton côté très objective, terre à terre, voire froide aux niveaux de tes ressentis, et ton côté sensible, sens exacerbés, émotions intenses, "mal-être"intense je dirais même... Ce sentiment d'avoir comme presque 2 personnalités ne peut être que perturbant... Selon moi, et évidemment je te répond en me concentrant sur tes questions mais, ton témoignage me fait echo d'une manière très profonde, ce qui fait que je te répond " en m'appuyant sur mes ressentis à moi " si je peux m'permettre;). Tu es ce que tu es et la vie est ce qu'elle est... Avec ta lucidité et ta sensibilité, tu as je pense très vite compris les difficultés de vivre en étant soi à 100 pourcent. Tu as du probablement du être blessée.. Ne vois pas cette phrase comme une phrase banale que certaines personnes nous répondent car ils savent juste pas quoi nous dire d'autre... Quand je dis blessée, c'est que : avec une hypersensibilité, on l'est 2 fois plus.. Lorsqu'on vit une émotion, on doit l'a vivre, non on doit l'a VIVRE ! Avoir le droit de l'a ressentir, le droit de l'exprimer, le droit de l'a partager et surtout, le droit que qqn l'a reçoive, et ça profondément... ( Rare connexion car la majorité des gens justement ne peuvent le comprendre, ceux qui te qualifient de " trop " par exemple si  il y en a ... ) Bref, la vie .. enfin la société dans laquelle nous somme n'offre pas cette liberté là d'une manière générale... Les émotions ont des heures pour être ressenties, des contextes pour être partagées... et ça, ça blesse... Je ne sais pas si je suis très clair, tout ce que je veux dire, c'est que pour moi, ce fameux " paradoxe des émotions" , c'est comme une espèce d'intinct de survie que notre propre mental à mis en place afin d'avoir " moins mal ". Je jouerai la carte froide, et mon mental enterrera mes émotions, tant que je n'aurai pas eu le réel sentiment que je peux être ce que je suis, simplement, d'une manière pur, juste " être " et surtout, me sentir être....

Paradoxa

Messages : 229
Date d'inscription : 11/11/2014

Revenir en haut Aller en bas

Le paradoxe de l'handicapée sentimentale aux émotions démesurées Empty Re: Le paradoxe de l'handicapée sentimentale aux émotions démesurées

Message par src le Mer 2 Nov 2016 - 16:50

je suis mais alors tellement heureuse de lire ta réponse ! mon coeur s'emballe et ça me fait vraiment plaisir parce que je n'y comprenais rien et je n'arrivais pas non plus à mettre de mot sur ce que je ressentais ! je ne pouvais en parler à personne car personne ne pouvait le comprendre et me disait que j'étais juste bloquée parce que je le décidais.... mais je ne le voyais pas comme ça !
et oui, c'est vraiment cette impression là que d'avoir deux personnalité, c'est tellement frustrant... que je ne savais plus quoi penser et je ne comprenais pas non plus pourquoi je ne pouvais pas être touchée par les autres, et pourquoi l'on ne s'intéressait pas à moi !
bion, c'est encore un peu (beaucoup) le cas, mais le fait de parler de double personnalité m'aide déjà un peu !
merci mille fois ! et je t'ai totalement comprise !

src

Messages : 18
Date d'inscription : 01/11/2016
Age : 20

Revenir en haut Aller en bas

Le paradoxe de l'handicapée sentimentale aux émotions démesurées Empty Re: Le paradoxe de l'handicapée sentimentale aux émotions démesurées

Message par Lemniscate le Mer 2 Nov 2016 - 17:47

Je viens de lire vos messages et même si je ne vis pas la même chose j'arrive à me le représenter. Je ne pense pas que ma situation soit la même parce qu'en réalité j'ai peu ce côté "objectif" dans ma personnalité. Je ressens toujours les choses extrêmement intensément, et souvent même c'est en réfléchissant et en analysant les choses que je créé mes propres émotions. Mais il m'arrive parfois aussi d'être confrontée à des situations où je devrais avoir une émotion forte, parce que ce serait le cas pour n'importe qui, et pourtant c'est comme si je me bloquais... Je prends d'un seul coup une grande distance et je n'arrive pas à me concentrer sur ce qui est en train de se passer. Par exemple une personne qui pleure devant moi ou qui me raconte quelque chose d'affreux. J'ai toujours interprété ça comme un "réflexe de défense" face à la menace d'une émotion trop forte et trop douloureuse... Et comme toi scr, peu de gens m'intéressent vraiment, et j'ai du mal à garder contact avec la plupart des gens, je reste seulement proche d'une ou deux personnes dont je suis au contraire très proche et avec qui les discussions me semblent toujours naturelles et intéressantes. Cela me donne parfois un sentiment de culpabilité, j'ai l'impression de "sélectionner" mes amis, de ne pas m'intéresser à des gens qui sont pourtant sûrement très intéressants...

Lemniscate

Messages : 28
Date d'inscription : 29/10/2016
Age : 21
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Le paradoxe de l'handicapée sentimentale aux émotions démesurées Empty Re: Le paradoxe de l'handicapée sentimentale aux émotions démesurées

Message par src le Mer 2 Nov 2016 - 17:50

oui exactement, puis tu as également cette impression de ne rien ressentir (en tout cas pour ma part), car tous le monde me le reproche, mais pour moi, aller leur envoyer un message, leur demander comment ils vont, m'intéresser à des choses futiles et parler de tout et de rien est un véritable calvaire alors si je dois me forcer ce n'est absolument pas naturel et ça se fait ressentir

(exemple envoyer des messages pour demander comment vont mes amis trois fois en une semaine puis recommencer deux semaines après)

src

Messages : 18
Date d'inscription : 01/11/2016
Age : 20

Revenir en haut Aller en bas

Le paradoxe de l'handicapée sentimentale aux émotions démesurées Empty Re: Le paradoxe de l'handicapée sentimentale aux émotions démesurées

Message par DrawinG le Jeu 3 Nov 2016 - 9:29

Très touchant vos messages.
Je sais que j'ai traversé une phase de la sorte.
Une phase d'incompréhension totale et de rejet de l'autre.
Le problème étant qu'on a souvent le réflexe de croire que les gens pensent comme nous, devraient agir de la même manière mais non. Ils sont différents.
Si tu es dans le flou total, je te recommande vivement de lire quelques ouvrages sur la surdouance: cela te permettra de mettre des mots sur tes maux et commencer une introspection qui conduira non seulement à t'accepter, mais surtout à profiter du potentiel immense dont nous sommes dotés.
Si tu as besoin de quelques titres de bouquins, je t'en donnerais volontiers.
Courage, tu n'es plus seule!

DrawinG

Messages : 80
Date d'inscription : 17/09/2016

Revenir en haut Aller en bas

Le paradoxe de l'handicapée sentimentale aux émotions démesurées Empty Re: Le paradoxe de l'handicapée sentimentale aux émotions démesurées

Message par src le Jeu 3 Nov 2016 - 17:45

DrawinG a écrit:Très touchant vos messages.
Je sais que j'ai traversé une phase de la sorte.
Une phase d'incompréhension totale et de rejet de l'autre.
Le problème étant qu'on a souvent le réflexe de croire que les gens pensent comme nous, devraient agir de la même manière mais non. Ils sont différents.
Si tu es dans le flou total, je te recommande vivement de lire quelques ouvrages sur la surdouance: cela te permettra de mettre des mots sur tes maux et commencer une introspection qui conduira non seulement à t'accepter, mais surtout à profiter du potentiel immense dont nous sommes dotés.
Si tu as besoin de quelques titres de bouquins, je t'en donnerais volontiers.
Courage, tu n'es plus seule!

Merci, ce message me fait extrêmement plaisir, c'est vrai que je peux avoir un peu de mal... enfin je n'en sais trop rien mais c'est assez difficile à digérer.
(Et je serais ravie de connaitre le nom de ces livres que vous présentez là !)

src

Messages : 18
Date d'inscription : 01/11/2016
Age : 20

Revenir en haut Aller en bas

Le paradoxe de l'handicapée sentimentale aux émotions démesurées Empty Re: Le paradoxe de l'handicapée sentimentale aux émotions démesurées

Message par Firemane le Jeu 3 Nov 2016 - 19:37

Same here
Firemane
Firemane

Messages : 595
Date d'inscription : 19/06/2016
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum