Enfin un endroit confortable !...à Genève

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Enfin un endroit confortable !...à Genève

Message par ktie le Mer 2 Nov 2016 - 8:26

Seulement quelques jours de lectures passionnantes sur ce site...et enfin le sentiment d'avoir des âmes-soeurs dans ce monde normal...comme une famille avec des liens spéciaux. Des zébrures, c'est ça !
Je suis allée voir une psy extra suite à un burn-out et un changement de cap : je suis passée du monde du livre à celui du musée. La psy est H.P. Tout comme ma généraliste qui me suit depuis 5 ans. Et elle se connaissent...Lorsque j'ai commencé à échanger avec ma psy j'avais l'impression de parler à une future meilleure amie. Même amour pour Paris (j'y ai vécu 4 ans) et même parcours sentimental. Ses enfants ont le même âge que ma fille. Son mariage avec un type sécurisant...classique (bref...) son divorce et le profil un peu "particulier" des enfants...sa relation avec sa mère (imaginez la statue de pierre dans La Belle et la bête) et ma relation avec la mienne (imaginez Cruella dans...:-)...et voilà un rapide tableau de ma découverte de fonctionnement extra-terrestre. À l'époque je sortais avec un beau Narcissique presque aussi psychotique que ma génitrice et dont je ne dois pas être loin...je suis sûre car au fond de moi j'entends toujours la petite ritournelle "les chiens ne font pas des chats"...bref.
En 3 mois j'ai appris que j'avais des rayures, ma fille zebrone, que mon amoureux ne m'aimerait jamais vraiment (enfin...pour les narcissiques il n'y a pas d'amour de l'autre, il y a utilisation ou absorbtion ou rejet de greffe si j'ai bien capté) que mon boss ne me comprendrait jamais (il a quand même des doutes et il est mega intelligent, et en plus il est du genre roi guerrier) et que je devrais manager une equipe avec ce que je commençais à comprendre de mon fonctionnement cérebral et physique. Tremblements de terre. Deux mois à lire tout sur le sujet. Ensuite refus et déni total. Puis un soir mon ex m'appelle. Il a réalisé en voulant " se remettre sur le marché" que j'étais la femme de sa vie. Sauf qu'il est cyclothimique. "Leger" selon lui. Il sait. Il est médecin. Ok...Deux jours après en fait il ne veux plus qu'on se remette ensemble, peur de souffrir. Le même jour je lui dis sans réflechir " dans 6 mois...on ne sait pas ce que la vie vous reserve...mon frère (je sentais qu'il allait mal depuis un moment) va peut-être se suicider..."
Le lendemain j'ai appris le suicide de mon petit-frere adoré.
Depuis deux mois je suis seule sans mon frère, il avait 30 ans. Notre mère nous a presque détruits, elle l'a bousillé et pas moi. Imaginez la culpabilité. Elle n'est pas venue à l'enterrement. Soit disant trop mal. Internée ensuite. En plein délire. Non seulement elle semble être P.N mais orientation biPolaire avec option oscar de cinéma et zéro empathie bien sûr. Déjà que je refaisais le tour de ma jeunesse avec enfin le bon éclairage et commençais à comprendre pourquoi on me regardait bizarrement depuis toujours...là ça a été "la cerise sur le pompon" comme le dit notre chère Christina (Cordula)* et j'ai fait un peu l'ouverture de la boîte de Pandore et réalisé toutes les souffrances enfouies et déniées sur mon enfance avec ma mère. Ce qui est difficile c'est que le déni m'a sauvée mais en même temps si j'avais eu le courage d'ouvrir la boîte de Pandore avant j'aurais peut-être pu sauver mon frêre. Non, entamment mes proches, mon ex, ma psy en choeur. Il était insauvable, malheureux et lucide : il avait quelques caractéristiques de notre mère, probablement sa bipolarité. Il avait peur de faire du mal à ceux qu'il aimait...il était conscient de nous "causer" beaucoup d'angoisses et d'inquiétude. Bref il n'etait pas narcissique...Lors de l'enterrement j'ai appris des choses horribles que ma mère avait dit ou fait à mon frère. Horribles. Là j'ai réalisé que ce que j'avais vécu avec elle (enfermement, valise devant la porte, changement de ville du jour au lendemain, etc...) était vraiment de la maltraitance (je n'évoque pas tout, je ne peux pas encore tout sortir...) et que peut-être ma faculté à m'évader par le dessin, l'écriture, la musique...m'avait sauvée. Bon je suis désolée ça fait vraiment Cosette comme tableau et je suis encore plus désolée de vous dire que c'est juste ma réalité. Que j'adore la vie et que ma résilience est pour moi un cadeau. Je sais que je peux compter sur elle comme je sais que je ne peux pas compter sur mes parents. Mais bon à 47 ans on doit pouvoir faire sans...me direz-vous. Ah...mon côté petite fille...qu'est-ce que j'en ai honte. En vous lisant je retrouve mon souffle. Une logique. Une légitimité dans ma vie sans réels repères extérieurs. Une douceur...maternelle...un sentiment familial (c'est comme ça que je l'imagine) bref...enfin...c'est un peu con ce que je vais écrire...
MERCi
Je ne sais pas comment le dire autrement. J'adore vous lire. C'est infini,

ktie
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 14
Date d'inscription : 28/10/2016
Age : 47
Localisation : au bord d'un lac

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfin un endroit confortable !...à Genève

Message par Yoda300 le Mer 2 Nov 2016 - 20:53

Bienvenue !

Puisses-tu trouver ici de quoi panser tes blessures.

Yoda300
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 557
Date d'inscription : 12/06/2016
Age : 43
Localisation : Lot-et-Garonne

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum