Doit-on mépriser les autres ?

Page 4 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Invité le Mer 2 Nov 2016 - 14:56

Momosse a écrit:
Mily a écrit:Vu ta façon de t'exprimer sur ce post, à prendre les gens de haut et à persister, ça m'étonne pas que tu aies des soucis de compréhension.
Peut être qu'avant de t'autoriser à mépriser, faudrait travailler un peu là dessus.
Personnellement je ne vois rien dans l'intervention de Pretanama qui justifie des insultes et pourtant je suis rarement d'accord avec lui.

J'avoue que suis une grosse feignasse qui n'a pas la moindre intention de travailler quoi que ce soit qu'on lui propose... mais c'est vrai que pour autant, je ne m'empêche pas le mépris donc.
C'est assez... "attendrissant" comment vous volez au secours de votre pote (ou pas) du fait de mon "agression" écrite (que je maintiens complètement).
Par ailleurs, je ne l'ai pas "insulté" à proprement parlé il me semble... je ne l'ai (vertement c'est vrai) qu'invité à se taire plutôt que d'exprimer des inepties s'agissant de mot dont il ignore le sens ; C'est plutôt empathique comme réaction non ?

Ouais ok laisse tomber. Bonne chance Wink
Ponctuation hystérique + dialogue de sourd moi j'abandonne hein

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Doom666 le Mer 2 Nov 2016 - 15:46

Bonjour à tous,
D'accord avec toi Mily, certaines causes sont perdues d'avance. D'ailleurs j'ai mis le gratteur de gonades dans mes ignorés. Aucun intérêt à lire sa prose. Et là, c'est du désintérêt.
Cordialement.
Alain.
avatar
Doom666
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 948
Date d'inscription : 23/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par ktie le Mer 2 Nov 2016 - 18:20

J'ai l'impression que le mépris est le propre de l'humain au même titre que le rire (quoi que la hyène...?) ou le langage. Le lien avec l'incompréhension est super intéressant, Godzilla. Tout comme le pipotron avec Einstein, Mily. Je viens de pratiquer ouvertement le mépris...par mégarde. Un type que j'ai rencontré une fois et à qui j'explique que ce sera pas plus que de l'amitié le lendemain sur whatsapp (j'avais que ça sous la main) et qui me renvoie tous les jours la même rengaine "Mais tu es sûuuuuuuuure...moi je pensais qu'intellectuellement nous avions eu une belle connexion...(j'ai failli vomir en lisant) etc...?" ben je lui ai envoyé un grand mépris froid et c'était vraiment ma seule arme pour me sauver de là...et je pense que oui l'incompréhension et le manque de flair de nos interlocuteurs risque de nous faire sauter les plombs assez souvent, même adeptes de CNV pour survivre dans le monde du travail ou de la famille...Bon là je vais faire du pipotron, c'est délassant après une crise de mépris épidermique...
avatar
ktie
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 14
Date d'inscription : 28/10/2016
Age : 48
Localisation : au bord d'un lac

Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Momosse le Mer 2 Nov 2016 - 20:04

Sibylle a écrit:@Momosse
J'ai quand même pas compris quelle était l'origine de ton mépris. Est-ce que c'est le sentiment de rejet, ou c'est lié à des valeurs morales ?

Je ne suis pas méprisant de nature... je crois qu'on peut l'être autant en ne faisant que présupposer ce qu'est l'autre et en le dépréciant à priori pour plusieurs raisons possibles qu'en en venant à cette posture vis-à-vis d'un tiers parce-qu'on croit le connaître et/ou que l'on trouve que ses mots ou ses actes le sont pour toi.
Bien sûr, ce serait plus la deuxième option qui pourrait me faire devenir méprisant puisqu'il me faut tout de même un peu de matière pour engendrer ce positionnement émotif... comme c'est bien de cela qu'il s'agit malgré toute les connotations peu ragoûtantes que revêt ce sentiment.
L'ais-je peut-être subit trop moi-même pour pouvoir éventuellement le ressentir en retour maintenant que j'ai enfin acquis confirmation que mon assurance était fondée ?...
Encore une fois, ce n'est pas une chose que je ressent communément et je pense être bien plus compréhensif et tolérant au quotidien... toutefois, cela peut se produire oui. Je peux l'être pour quelqu'un qui exprime une opinion que j'estime être dénuée de sens ou tellement frelatée par la malveillance ou l'ignorance qu'elle peut me mener à l'éprouver (redite)... Ceci-écrit, je suis également une personne qui ne juge pas définitivement par essence et il m'arrive couramment d'avoir ponctuellement un avis négatif sur untel sans pour autant que ça le disqualifie de façon rédhibitoire.
avatar
Momosse
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 609
Date d'inscription : 28/10/2016
Age : 53
Localisation : Nouvelle-Calédonie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Invité le Mer 2 Nov 2016 - 23:51

Le problème, c'est donc que tu ne supportes pas de ressentir ça, et que tu culpabilises ?

Avec ton premier message, je pensais que tu cherchais à adopter et légitimer une posture de mépris pour te protéger, mais tu essaies juste de déculpabiliser un peu ?

Désolée si je tombe à côté, ta manière de présenter les choses me semble étonnante.
Il me semble que la plupart des gens vivent relativement à l'aise avec le mépris qu'ils peuvent ressentir. Peut être parce qu'il n'est pas excessivement présent non plus... mais de ce que tu dis ça n'a pas l'air de remplir ton quotidien non plus (?)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Momosse le Jeu 3 Nov 2016 - 5:54

Ecoute Sibylle, je n'éprouves pas de remord pour les rares fois où je suis amené à mépriser quelqu'un, pas pour si peu tout de même... je n'en éprouve c'est vrai pas pour grand chose d'une manière générale ; Un jour, il y a longtemps mais j'étais déjà un jeune adulte de vingt et quelques années, un de mes neveux par alliance -même si je n'étais pas marié alors- "s'amusait" avec des poussins qui étaient là pour je ne sais plus qu'elle raison mais peu importe, ils étaient là et le petit "T" (on va l'appeler comme ça) qui devait avoir 8 ans à ce moment malmenait les oisillons sans penser à mal certainement, mais il les bousculaient et les faisait tomber de façon assez brusque, par jeu... c'était un jour où ils fêtaient un anniversaire. Nous sortions d'un repas auquel j'avais également pris part, on était le milieu de l'après-midi et j'étais moi aussi un peu alcoolisé mais pas tant et en tout cas toujours très "conscient de tout" (comme je préfère) et même si c'est terrible de l'être autant je trouve parfois. j'étais sorti de table et m'était mis à l'écart dans la cuisine pour "respirer un peu" comme on dit mais je n'étais pas seul, je parlai avec mon ex"belle-mère" (une femme remarquable qui n'est plus elle-même aujourd'hui (Alzheimer)) mais le petit "T" était toujours présent à côté et je le surveillait du coin du l'oeil parce-que ses gestes me dérangeaient au travers de ce qu'ils avaient de cruel pour des animaux sans défense. J'ai dû lui dire 3 ou 4 fois de laisser les poussins tranquille en étant à chaque reprise un peu plus menaçant sans que ça n'ait guère d'effet sur son attitude (le petit "T" était vraiment un "sale gosse" enfant). L'épisode à dû se poursuivre une bonne vingtaine de minute durant et à un moment, alors que je n'avais plus de conversation à suivre en parallèle, excédé que j'étais, je me suis levé rapidement et en silence, j'ai attrapé un des poussins que j'ai écrasé dans ma main de sorte que son sang a coulé presque instantanément entre mes doigts. J'ai montré au petit "T" le corps jaune et rouge sans vie et je lui ait crié dessus en lui ordonnant qu'il regarde pour voir si ceci le satisfaisait puis j'ai jeté violemment la dépouille inerte à l'extérieur... Le petit "T" n'a pas pleuré mais il s'est enfui dès-après pour rapporter le fait à sa maman à qui il a fallut que j'explique la chose et la cause de mon geste. Elle ne m'en tint pas véritablement rigueur, je crois qu'elle m'aimait plutôt bien malgré tout... Tout cela pour te dire qu'à cette occasion oui, j'ai ressenti du remord pour le poussin que j'avais tué mais même pas tant que ça en fin de compte, pas au point de culpabilisé pour cette mort ou qu'elle me perturbe psychologiquement.
On peut considéré -et on a souvent raison- que "le mépris est méprisable" en soi mais ça n'en demeure pas moins une émotion qui est très humaine et qui peut être très rationnelle également il me semble. Partant de là, nulle nécessité de le légitimer donc et sans l'adopter comme une réaction anodine ou "conseillable", je crois qu'on ne devrait pas tant s'en émouvoir non plus.
Mon action sur ce pauvre poussin peut être considérée comme méprisable aussi, j'en ai conscience et je l'a regrette mais cela s'est produit et à quoi bon m'auto-flageller durablement et profondément ensuite ?... je m'analyse et souhaiterai n'avoir pas fait cela mais je l'ai fait et je pense que le mieux est de tenté de maîtriser plus mes sautes d'humeurs dans l'avenir... qui a démontré que c'était tout de même très difficile pour moi, je le reconnais volontiers.
avatar
Momosse
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 609
Date d'inscription : 28/10/2016
Age : 53
Localisation : Nouvelle-Calédonie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Bimbang le Jeu 3 Nov 2016 - 8:35

Et là, on te gueule dessus parce que ton histoire n'a rien à voir avec le mépris ?  Dent pétée

J'hésite entre deux hypothèses : tu t'amuses à nos dépends ou tu as un souci avec l'empathie. Depuis que je te lis, j'ai cette impression de "cliché", de construction froide.
Je ne sais pas trop.
avatar
Bimbang
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 3045
Date d'inscription : 31/07/2016
Localisation : 44

Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Momosse le Jeu 3 Nov 2016 - 9:02

Bimbang a écrit:Et là, on te gueule dessus parce que ton histoire n'a rien à voir avec le mépris ?  Dent pétée

J'hésite entre deux hypothèses : tu t'amuses à nos dépends ou tu as un souci avec l'empathie. Depuis que je te lis, j'ai cette impression de "cliché", de construction froide.
Je ne sais pas trop.

Je ne m'amuse PAS à vos dépends (sois-en certaine): c'est une chose que je trouve détestable au possible dans tous les cas s'agissant de mes rapports avec d'autres !... ... après, est-ce que j'ai un pb avec l'empathie ?... peut être... sûrement... je crois.
Construction "froide"... ça me plait mais je comprend que ce n'est pas vraiment un compliment dans ton esprit et je sais que ce n'est pas très humain comme estimation.
avatar
Momosse
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 609
Date d'inscription : 28/10/2016
Age : 53
Localisation : Nouvelle-Calédonie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Stauk le Jeu 3 Nov 2016 - 10:22

Mily a écrit:On DOIT ou on ne doit PAS mépriser ?
Parce que chez vous, ça se commande ces trucs là ?

On peut toujours décider d'une ligne de conduite, d'une valeur morale qui nous est chère. On pourrait dire : houla, il est plus moral de ne pas mépriser. Bon on pourrait aussi faire le contraire, après tout, faut de tout pour faire un monde.

A t'on le devoir moral de mépriser l'autre ?
Bonne question hein. On serait tenté par habituation depuis la plus tendre enfance de répondre "nooOoonnn !". Mais je présume que ça serait un peu facile. Je dirais bien que le problème avec le mépris c'est que ça coûte plus que ça ne rapporte, mais je ne sais pas en fait ce que rapporte, ça doit dépendre. Tout dépend toujours, je sais jamais quoi répondre d'a peu près constructif.


Hey, luck, a t'on le devoir moral de mépriser ?


On est Jedi, ou on ne l'est pas.
avatar
Stauk
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 6462
Date d'inscription : 16/01/2015

http://www.staukwood.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Invité le Jeu 3 Nov 2016 - 11:12

momosse a écrit:On peut considéré -et on a souvent raison- que "le mépris est méprisable" en soi mais ça n'en demeure pas moins une émotion qui est très humaine et qui peut être très rationnelle également il me semble. Partant de là, nulle nécessité de le légitimer donc et sans l'adopter comme une réaction anodine ou "conseillable", je crois qu'on ne devrait pas tant s'en émouvoir non plus.
Je ne crois pas que le mépris soit méprisable en soi, c'est un sentiment comme les autres (et qui peut être plus ou moins fort).
Si certains mépris peuvent susciter du mépris en réponse, je pense que c'est parce qu'ils reposent sur des critères/valeurs jugés méprisables.

Mépriser quelqu'un parce qu'il établit une hiérarchie de valeur entre les gens en fonction de leur Q.I. n'est pas forcément la même chose que de mépriser quelqu'un parce qu'il torture des animaux, ou parce qu'il a de mauvais goûts vestimentaires.
On méprise en fonction de nos valeurs/idéologies (enfin, pour ce type de mépris là).
(Après il y a aussi des contextes ou le mépris n'a pas vraiment de place, mais je crois que c'est un peu particulier)

Bon, après tu as raison, il y a des mépris plus ou moins englobants et plus ou moins durables. On peut mépriser des actes, des attitudes, des idées, sans que ça implique l'ensemble de la personne.

Mais du coup je ne comprends toujours pas l'objet de ton topic. C'est pour relativiser la gravité du sentiment de mépris ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Momosse le Jeu 3 Nov 2016 - 11:35

<<Mais du coup je ne comprends toujours pas l'objet de ton topic. C'est pour relativiser la gravité du sentiment de mépris ?>> dixit Sibylle.

L'objet de mon topic est peut être trop "basique" pour être reconnu en l'état ici Sybille (ne perd pas de vue que je peux ne pas être un "zèbre" moi-même) et n'y vois aucun pré-jugement : En l'occurrence, je posais cette question que je trouvais intéressante pour (très simplement) savoir ce que cela peut inspirer à d'autre que moi, d'autre possiblement plus éveillés que moi en outre... ma réponse te satisfais-t-elle là ?
Il n'y a rien de complexe à être curieux non ?
avatar
Momosse
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 609
Date d'inscription : 28/10/2016
Age : 53
Localisation : Nouvelle-Calédonie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Invité le Jeu 3 Nov 2016 - 12:14

Oui, désolée je suis un peu lourde.
Disons que la formulation est curieuse, et on a tendance à vouloir comprendre pourquoi le problème est posé de cette manière.
Ce "doit-on mépriser" est bizarre, comme d'autres l'ont dit. Parce qu'on a tendance à associer ça à au devoir, à une obligation. C'est vrai qu'on peut aussi le comprendre autrement, comme étant une nécessité liée à notre condition humaine.
Il paraîtrait (d'après wikipédia) que le mépris serait universellement compris
wiki mépris:

Ekman et Friesen (1986) identifient une expression faciale observée dans chacune des dix cultures. Dans cette étude, les citoyens du Sumatra de l'Ouest, d'Indonésie reçoivent certaines photos d'Américains, de japonais et d'indonésiens. Leur capacité à montrer certaines expressions faciales comme mépris contre d'autres émotions de colère, de dégoût, de joie, de tristesse, de peur, ou de surprise montre que généralement, à travers les cultures, le mépris est universellement compris
donc assez "naturel".

momosse a écrit:Il n'y a rien de complexe à être curieux non ?
Je ne sais pas. Disons que ça ne me semble pas commun de poser une question sans pré-jugement - dans le sens ou la manière de poser la question inclut habituellement ce jugement.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Momosse le Jeu 3 Nov 2016 - 13:20

Indépendamment du titre un brin (volontairement) "accrocheur" sur lequel tu sembles te focaliser, tu comprendras qu'il ne faut tout de même pas négliger le commentaire associé qui en est le développement (plus détaillé, moins emprunt de préjugé et qui laisse une latitude suffisante je crois) ; <<L'incompréhension entre "les autres" et "nous" étant ce qu'elle est et les conséquences négatives induites que (il me semble) nous subissons le plus souvent en retour de leur part n'inciteraient-elles pas... voir ne légitimeraient-elles pas notre mépris en réponse ?>>
...
Tu trouves encore cette formulation-là tendancieuse ?
avatar
Momosse
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 609
Date d'inscription : 28/10/2016
Age : 53
Localisation : Nouvelle-Calédonie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Invité le Jeu 3 Nov 2016 - 13:37

Oui, parce que ce n'est pas développé (volontairement ?).
L'identité des groupes n'est pas précisée, ce qui fait que certains ont compris ça en fonction du Q.I. (ce qui n'est pas illogique, vu que le fil se trouve dans "vie de zèbre" comme l'a fait remarquer Kalthu).
Mais ça ne semble pas être ton idée, vu que tu dis "ne perd pas de vue que je peux ne pas être un "zèbre" moi-même" (à moins que tu te places dans un groupe "non-zèbres").

Personnellement, je n'ai pas réussi à comprendre si tu avais constitué des groupes ou si tu parlais de manière générale.

Donc je ne crois pas que ce soit spécialement détaillé. Tu dis par exemple "ne légitimeraient-elles pas notre mépris en réponse " et je n'ai pas réussi à comprendre le sens de cette question, vu que toi tu ne sembles pas chercher à le justifier ou à le légitimer (d'après ce que tu as dit après).
Après coup, j'en déduis que c'est bien parce que c'est la réponse des autres qui t'intéresse, effectivement.

Bon, après ça n'a pas forcément une grande importance. Je vais arrêter de chipoter sur des détails.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Momosse le Jeu 3 Nov 2016 - 13:40

T'es adorable ! Very Happy
avatar
Momosse
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 609
Date d'inscription : 28/10/2016
Age : 53
Localisation : Nouvelle-Calédonie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Invité le Jeu 3 Nov 2016 - 13:57

Oui, ça fait du bien lorsque ça s'arrête Pété de rire

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Applenoa le Sam 5 Nov 2016 - 16:07

Je ne viens pas très souvent ici. Lorsque je me sens trop "différente" ou qu'il me manque des clés pour comprendre le monde relationnel...
Mais en lisant le fil de la discussion qui a suivi mon intervention, je me sens un peu désemparée. Finalement, ici comme ailleurs on rencontre violence (si la violence est inhérente à l'humanité, elle n'en est pas pour autant un droit à revendiquer !), désir d'avoir raison à tout prix, vindicte... j'ai repéré un petit coin pour les âmes sensibles où l'on parle plus doucement. Je vais aller voir.
J'espère juste que ma contribution a pu aider celui qui avait initialement posé la question et m'avait semblé être dans une réflexion sincère.
Bien à vous,
Applenoa

Applenoa
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 12
Date d'inscription : 17/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Momosse le Sam 5 Nov 2016 - 20:54

Applenoa a écrit:Je ne viens pas très souvent ici. Lorsque je me sens trop "différente" ou qu'il me manque des clés pour comprendre le monde relationnel...
Mais en lisant le fil de la discussion qui a suivi mon intervention, je me sens un peu désemparée. Finalement, ici comme ailleurs on rencontre violence (si la violence est inhérente à l'humanité, elle n'en est pas pour autant un droit à revendiquer !), désir d'avoir raison à tout prix, vindicte... j'ai repéré un petit coin pour les âmes sensibles où l'on parle plus doucement. Je vais aller voir.
J'espère juste que ma contribution a pu aider celui qui avait initialement posé la question et m'avait semblé être dans une réflexion sincère.
Bien à vous,
Applenoa

C'est sûr que mon "TAS GUEULE !" d'après ton commentaire a eu l'effet d'un dégoupillage de grenade et a quelque peu "animé" le topic (et pas toujours dans le bon sens) ensuite. Je note quand même que ceux qui se sont mués en p'tits-cons dés-après l'ont fait comme pour défendre leur pote agressé et qu'il l'eut été par sa propre faute (à mon avis), à cause de son "étourdissement" (on va dire) ne compte pas ; ça reste un mode de fonctionnement très humain qui ne m'a d'ailleurs perturbé en que dalle. De mon côté, j'aurai dû dire la même chose différemment, en y mettant les formes, je sais je sais... mais ce n'est pas tant que ça ne me ressemblerait pas d'ailleurs, c'est juste ainsi que j'ai "senti" de m'exprimé à ce moment-là tellement il était à côté de tout le post en question... Et je l'ai fait en toute sincérité donc.
En tout cas, je te félicite (sérieusement) d'être aussi pondérée ! Mais l'es-tu réellement toujours ? Non parce-que là ça ferait de toi un être assez exceptionnel, du level d'un Dalaï Lama dans le même genre. Je comprends ta sensibilité à fleur de peau mais tu sembles aussi soit très naïve ou très ignorante. Si tu as pu imaginée un quart de seconde que les acteurs présent ici étaient plus sereins et équilibrés que ceux qui sévissent sur d'autres forums simplement parce-qu'ils sont sensés être plus malins que leur voisins, c'est démonstratif d'une vision excessivement réductrice et hors de toutes réalités et ça dénote aussi que tu ignores ou préfère ignorer (pour moi, c'est pareil) les difficultés inhérentes à leur états d'êtres récurrents. On est d'accord, ça n'excuse rien mais ne considère pas aussi ce paramètre et tu te montrerais assez indifférentes à leur sort, ce qui ne serait guère une belle attitude... Bon, je te torture un peu mais j'ai bien compris que tu n'es pas en situation d'affronter certains débordements.
Ce n'est pas grave, tout comme l'épisode en question ne valait finalement même pas qu'on y revienne...
avatar
Momosse
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 609
Date d'inscription : 28/10/2016
Age : 53
Localisation : Nouvelle-Calédonie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Applenoa le Sam 5 Nov 2016 - 23:06

Ce que je voulais dire, c'est que quand on se dit / sait / pense / crois plus intelligent que la moyenne, il me semble que cela implique une responsabilité proportionnelle. Et que l'on devrait justement faire un effort pour maîtriser ses propos, dominer ses pulsions primaires dont pour moi fait partie la violence, qu'elle soit en actes ou en paroles. Ne sommes-nous pas sensés être plus conscients des agitations qui nous affectent ? N'y consacrons-nous pas davantage de temps de réflexion que la plupart de nos semblables, comme le prouve notre présence ici ? Un pouvoir, que l'on se donne, que l'on prend ou que l'on reçoit, implique une responsabilité.
Ma pondération est le fruit d'un travail. Je ne suis pas moins sujette que d'autres à la colère, la peur ou la tristesse, mais je mets un point d'honneur à ne pas les défouler sur les autres car la douleur d'être différent ouvre je crois une voie plus vaste, que l'on peut choisir de galvauder ou au contraire d'amener à une exigence d'excellence et de lucidité.
Personne n'est responsable de ce qui nous agite, de nos difficultés inhérentes à nos états d'être comme tu dis, Momosse. Personne à part nous. Si nous souffrons, nous pouvons choisir d'en éclabousser les autres et de leur faire subir nos comportements grossiers, ou bien nous pouvons choisir de nous amender, de nous pétrir, pour changer le plomb de nos veuleries en or de sagesse. Tu peux dire ce que tu veux, être odieux, te révolter, prendre des postures, abuser, agresser : ce n'est encore que toi et toi seul que tu malmènes.
Merci de me dire naïve, même si je préfère innocente, car c'est un choix délibéré. J'y puise la force dont j'ai besoin pour ne pas tomber dans le cynisme ou la vacuité qui guettent chacun de nous lorsqu'il devient complaisant avec ses bassesses.

Applenoa
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 12
Date d'inscription : 17/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par I am so sure le Sam 5 Nov 2016 - 23:14

Se prosterne Impec ! Merci !
avatar
I am so sure
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 9607
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 47
Localisation : Dunkerque

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Momosse le Dim 6 Nov 2016 - 2:02

Applenoa a écrit:Ce que je voulais dire, c'est que quand on se dit / sait / pense / crois plus intelligent que la moyenne, il me semble que cela implique une responsabilité proportionnelle. Et que l'on devrait justement faire un effort pour maîtriser ses propos, dominer ses pulsions primaires dont pour moi fait partie la violence, qu'elle soit en actes ou en paroles. Ne sommes-nous pas sensés être plus conscients des agitations qui nous affectent ? N'y consacrons-nous pas davantage de temps de réflexion que la plupart de nos semblables, comme le prouve notre présence ici ? Un pouvoir, que l'on se donne, que l'on prend ou que l'on reçoit, implique une responsabilité.
Ma pondération est le fruit d'un travail. Je ne suis pas moins sujette que d'autres à la colère, la peur ou la tristesse, mais je mets un point d'honneur à ne pas les défouler sur les autres car la douleur d'être différent ouvre je crois une voie plus vaste, que l'on peut choisir de galvauder ou au contraire d'amener à une exigence d'excellence et de lucidité.
Personne n'est responsable de ce qui nous agite, de nos difficultés inhérentes à nos états d'être comme tu dis, Momosse. Personne à part nous. Si nous souffrons, nous pouvons choisir d'en éclabousser les autres et de leur faire subir nos comportements grossiers, ou bien nous pouvons choisir de nous amender, de nous pétrir, pour changer le plomb de nos veuleries en or de sagesse. Tu peux dire ce que tu veux, être odieux, te révolter, prendre des postures, abuser, agresser : ce n'est encore que toi et toi seul que tu malmènes.
Merci de me dire naïve, même si je préfère innocente, car c'est un choix délibéré. J'y puise la force dont j'ai besoin pour ne pas tomber dans le cynisme ou la vacuité qui guettent chacun de nous lorsqu'il devient complaisant avec ses bassesses.

Déjà, c'est un post plus sexy à mes yeux ça !
Bon, je vois comment tu es toi, tu l'as pas mal définit. Je vais t'éclairer sur comment moi je suis : Pour commencé, je m'estime comme quelqu'un de pas très recommandable et je n'ai aucune velléité à le devenir plus pour autrui (ou pour moi-même si tu veux). Les quelques (pauvres!) femmes qui m'ont côtoyées assez (trop ?) longtemps me taxent de mec "toxique". Je suis géniteur de 3 enfants que j'aime et dont je ne veux que le bien mais avec eux ne m'est apparu une fibre paternelle que très partielle et temporaire et si je ne les vois que peu, c'est bien que leur absence ne me pèse pas plus que ça. Pour ce qui est des façons de réagir qui seraient meilleurs que d'autres, je dois dire que je ne me sent pas du tout concerné par ce discours-là. Pour moi, "la bonne réaction" peut se limiter à sa sincérité et être agressif ou violent dans ses mots ou ses actes n'a pas vraiment d'importance à mon sens. Que mes accès de colère puissent êtres mal perçus ne m'intéresse que très modérément... voir pas du tout. Vois-tu, si je me pense plus éveillé que la plupart c'est aussi parce-que j'ai une conscience aigüe de quelque chose qu'on pourrait définir comme "mon animalité" et je suis enclin à considérer que raisonné ne sert à rien sinon à tenter de mieux s'appréhender dans notre globalité et sans occulter ou refouler ses ressentis primaires par conséquents. Je ne dis pas qu'il faille laisser ses instincts prendre systématiquement le pas sur une réflexion rationnelle et aussi impartiale que l'on peut mais je dis que cette démarche intellectuelle ne doit pas devenir un frein constant aux pulsions de révolte que l'on peut éprouver parfois dans notre humanité de mammifère.
C'est certains que ce faisant, je m'assoie allègrement sur les règles de bienséances qui prévalent partout alentours : m'en fout grave !
La responsabilité à laquelle je serais tenu envers les autres ?... Je l'ai assumé pleinement (du mieux que je pouvais) pour mes enfants un quart de siècle durant en mettant littéralement mon existence entre parenthèses tout ce temps et désormais je suis libre de redevenir égocentrique mais de toute façon, ne fréquentant personne en dehors de mes obligations professionnelles, je n'interfère que très exceptionnellement sur la vie de mes congénères... qu'ils en fassent de même avec la mienne surtout.
Pour autant, étant ainsi, je trouve que je m'améliore très notablement avec les années et ce, à tout point de vue et malgré le regard des autres qui reste toujours très pesant mais avec lequel j'ai appris à composer sans qu'il ne puisse tellement influé sur ma personnalité... J'évolue positivement et sans en vouloir à la terre entière de ce que je suis en tant qu'homme tout en "tombant" volontiers dans le cynisme mais ça c'est une posture très salutaire pour moi.
avatar
Momosse
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 609
Date d'inscription : 28/10/2016
Age : 53
Localisation : Nouvelle-Calédonie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Stauk le Dim 6 Nov 2016 - 9:55

Applenoa a écrit:Ce que je voulais dire, c'est que quand on se dit / sait / pense / crois plus intelligent que la moyenne, il me semble que cela implique une responsabilité proportionnelle.
En quoi est ce que ça l'implique ? Il me semble qu'on a parfaitement le choix en la matière. C'est difficile d'affirmer une conséquence logique (ou morale) directe entre intelligence et responsabilité. D'ailleurs se croire plus intelligent que la moyenne, c'est plus une faiblesse qu'autre chose, une faiblesse des capacités conceptuelles. Le problème c'est que les gens qui se pensent intelligents n'ont pas très envie de comprendre mon point de vue à ce propos, et de mon coté je n'ai absolument pas la patience de le leur expliquer par le menu. Et puis y en a que j'aime bien, avec qui je prends plaisir à discuter, alors je ferme ma bouche, et je garde pour moi mon point de vue sur cette question épineuse (sauf ici, parfois).

Applenoa a écrit:Et que l'on devrait justement faire un effort pour maîtriser ses propos, dominer ses pulsions primaires dont pour moi fait partie la violence, qu'elle soit en actes ou en paroles.
"Dominer ses pulsions primaires" ? Je ne comprends pas. On devrait éviter d'avoir des attirances sexuelles ? Est-ce que le mot "dominer" ne fait pas lui aussi partie du vocabulaire de la violence ?  La maîtrise du propos est une compétence qu'on développe ou pas, qui est facile ou pas. La vérité c'est que pour certain c'est très très facile de maîtriser ses propos, et pour d'autres c'est très très dur. Pour certain c'est un exercice captivant, et pour d'autres c'est un sujet dépourvu du moindre intérêt pratique.



Applenoa a écrit:Ne sommes-nous pas sensés être plus conscients des agitations qui nous affectent ?

Sensé, ça m'étonnerait. Mais en quoi le fait d'avoir conscience de ses agitations intérieures ne rend responsable des agitations des autres ? D'ailleurs on peut avoir parfaitement conscience de ce qui est à l'intérieur de nous, et se moquer éperduement dans ce qui se passe pour les autres. Je comprends le choix moral que tu fais, mais je m'étonne vraiment de l'argumentaire qui semble présenter ce choix personnel par ailleurs fort intéressant, comme quelque chose de naturellement universel. Comme s'il existait un modèle qui justifiait l'ensemble. Ce sont des choix, des choix que certain vont trouver beaux et respectables. Des choix qui ne parleront absolument pas à quelques autres.

Applenoa a écrit:N'y consacrons-nous pas davantage de temps de réflexion que la plupart de nos semblables, comme le prouve notre présence ici ?
Je respecte ceux qui viendraient ici pour ça, je t'assure que c'est loin d'être la majorité.

Applenoa a écrit: Un pouvoir, que l'on se donne, que l'on prend ou que l'on reçoit, implique une responsabilité.
J'adore ce même "Un grand pouvoir, implique de grande responsabilité". Si seulement.


Applenoa a écrit: Ma pondération est le fruit d'un travail. Je ne suis pas moins sujette que d'autres à la colère, la peur ou la tristesse, mais je mets un point d'honneur à ne pas les défouler sur les autres car la douleur d'être différent ouvre je crois une voie plus vaste, que l'on peut choisir de galvauder ou au contraire d'amener à une exigence d'excellence et de lucidité..
Ce dont tu parles plus haut, relève en effet du sens de l'honneur. Tout le monde n'a pas un code moral, la pluspart se contente de reproduire sans forcément y réfléchir beaucoup, ce que l'environnement leur donne en exemple. La douleur, ta douleur n'a à priori rien à avoir, sauf si l'existence de cette dimension chez toi provoque en partie de la souffrance.

Applenoa a écrit: Personne n'est responsable de ce qui nous agite, de nos difficultés inhérentes à nos états d'être comme tu dis
Question de point de vue. Si un mec me marche sur les pieds, j'admets que c'est moi qui ai positionné mon pied là où il était accessible à ses chaussures, j'admets que c'est moi qui ait fait le choix délibérer de prendre les transports en commun, n'empêche que c'est quand même lui qui a posé son pied sur le mien, et il n'était pas obligé non plus.

Applenoa a écrit: en éclabousser les autres et de leur faire subir nos comportements grossiers
D'où viennent t'ils ses comportement là ? Est ce qu'il ne vaudrait pas mieux traiter la cause, que son expression ? Si une chaudière à vapeur est en train d'exploser, renforcer le métal autour est possible. Mais tu peux aussi arrêter de mettre du charbon, ça devrait le faire. Drôle de propos que celui de dire qu'il n'existe qu'une seule solution à objectif particulier (ici l'objectif étant de ne pas éclabousser son prochain).

Applenoa a écrit: être odieux, te révolter, prendre des postures, abuser, agresser : ce n'est encore que toi et toi seul que tu malmènes.
C'est souvent vrai, et c'est ce qui justifie le choix moral d'éviter ses comportements, ce coté quasi-universel. Quasi, car en pratique, ce n'est pas vrai pour absolument tout le monde. C'est juste généralement vrai.

Applenoa a écrit: je préfère innocente, car c'est un choix délibéré.
Tu sembles être tout sauf innocente. Tu es coupable de souffrir, manifestement. Tu es coupable de jamais l'exprimer, apparement. Coupable vis à vis de toi même, ce n'est pas une façon honnorable de vivre, que de s'interdire d'exprimer ses émotions.

Applenoa a écrit: J'y puise la force dont j'ai besoin pour ne pas tomber dans le cynisme ou la vacuité qui guettent chacun de nous lorsqu'il devient complaisant avec ses bassesses.
Les bassesses sont aussi nos amies, il faut les aimer aussi. Ca fait partie de la vie ordinaire, faut passer par des bas, pour un jour remonter (c'est pas moi qui le dit, c'est un concept d'optimisation bien connu en ingénierie). Par exemple quand tu apprends quelque chose, tu vas progresser, puis régresser, tu vas atteindre une sorte d'optimal provisoire, et puis si tu veux pouvoir faire mieux, il va falloir en sortir, et accepter de payer une période de moindre efficacité.

Ce que tu décris ressembels à un optimum local. Local ta solution n'est pas mal, mais quand on regarde les choses plus globalement, ça semble loin d'être parfait. Par exemple on dirait que tu acceptes de souffrir, et de serrer les dents. Peut etre qu'il n'y a pas d'autres solutions, mais peut être qu'il y a d'autres solutions. Peut être ces solutions passes justement par le fait d'impliquer d'autres personnes, leur parler, peut être même montrer des émotions, pleurer, hurler, que sais-je.
avatar
Stauk
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 6462
Date d'inscription : 16/01/2015

http://www.staukwood.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Invité le Dim 6 Nov 2016 - 10:05

Stauk a écrit:
Applenoa a écrit:Ce que je voulais dire, c'est que quand on se dit / sait / pense / crois plus intelligent que la moyenne, il me semble que cela implique une responsabilité proportionnelle.
En quoi est ce que ça l'implique ? Il me semble qu'on a parfaitement le choix en la matière. C'est difficile d'affirmer une conséquence logique (ou morale) directe entre intelligence et responsabilité.

Je plussoie l'intervention de Stauk dans son ensemble. Sur le point précis que je quote : un exemple me semble parlant. Wernher Von Braun, génie intellectuellement parlant... dont la passion était d'envoyer des missiles sur la tronche des Anglais (plus de 5000 morts). Et qui se moquait éperdument des quelque 25.000 prisonniers morts pour l'édification de son centre de recherche.
Qu'il ai ensuite tourné sa veste et crée le programme Apollo ne change rien à sa nature profonde...
(bon, ça marche aussi pour un certain nombre d'autres scientifiques tendance "savant fous", hein)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Gabriel le Dim 6 Nov 2016 - 10:14

Lol  Momosse. Pété de rire
avatar
Gabriel
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2311
Date d'inscription : 10/12/2015
Age : 46
Localisation : 59

Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Momosse le Dim 6 Nov 2016 - 10:51

Là je suis connecté mais occupé à côté et j'ai pas tout compris au film mais je reviens avant longtemps... faisez gaffe !
avatar
Momosse
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 609
Date d'inscription : 28/10/2016
Age : 53
Localisation : Nouvelle-Calédonie

Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum