Doit-on mépriser les autres ?

Page 6 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Jk7 le Dim 15 Jan 2017 - 12:52

De ce dont je me rappelle, j'ai toujours été du côté de la complaisance mais là... u_u
avatar
Jk7
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 157
Date d'inscription : 20/04/2014
Age : 30
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Greysome le Dim 15 Jan 2017 - 13:00

Doit-on mépriser les autres ? Non.
Peut-on le faire ? Oui.

Je pense que nous devrions mépriser ceux qui nous méprise, mais ce n'est pas une obligation comme suggéré par le "doit-on". C'est une question de choix.

Considérer Untel comme un idiot, et choisir de mépriser les idiots, vous donnera l'occasion de mépriser Untel. Mais, considérer Untel comme un idiot vient d'une jugement - autrement dit cela est totalement arbitraire et ce mode de fonctionnement, l'Histoire nous dit qu'il est néfaste pour tous.

Alors doit-on nous abaisser à nos jugements et nos considérations ? Non.
avatar
Greysome
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 64
Date d'inscription : 15/01/2017
Age : 18
Localisation : Caen

Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Momosse le Lun 16 Jan 2017 - 8:02

Greysome a écrit:Doit-on mépriser les autres ? Non.
...considérer Untel comme un idiot vient d'un jugement - autrement dit cela est totalement arbitraire et ce mode de fonctionnement, l'Histoire nous dit qu'il est néfaste pour tous.
Alors doit-on nous abaisser à nos jugements et nos considérations ? Non.

On est d'accord que présupposer untel comme un "idiot" (j'aurai dit un "con") peut suffire à motiver un sentiment de mépris à l'encontre du présumé écervelé... après, pour "arbitraire" qu'il soit, ce jugement n'est jamais "gratuit" et demeure une estimation personnelle qui est fondée sur un ressenti au minimum. Peu importe qu'il soit vrai ou faux, infondé ou non. On se positionne par rapport à ce que l'on est soi-même et à ce que l'autre nous renvoie d'être et on peut aussi en venir à éprouver du mépris pour quelqu'un tout en étant parfaitement honnête intellectuellement et après avoir constaté (par exemple) le comportement déshumanisé du type.
On passe son temps et sa vie à se forger une personnalité propre et à se placer sur l'échiquier du monde environnant, on se situe et se repère autant au regard de ce que nous sommes que de ce que les autres nous paraissent et à jauger les gens, on en trouvent qui nous semblent intéressant et d'autre, pas du tout. On en trouve qui nous inspire une certaine estime et d'autre, le contraire.
Je ne vois pas en quoi "l'histoire nous dirait" que ce mode de fonctionnement serait néfaste là où il n'est que naturel et humain dans l'expression de la diversité de ses réponses... Et à mon sens, les notions de bien et de mal ne rentre pas véritablement en ligne de compte en l'espèce.
"S'abaisser à juger" tu écris...

Sinon, ma question s'accompagnait d'un "sous-titre" que je repose ci-dessous :
L'incompréhension entre "les autres" et "nous" étant ce qu'elle est et les conséquences négatives induites que (il me semble) nous subissons le plus souvent en retour de leur part n'inciteraient-elles pas... voir ne légitimeraient-elles pas notre mépris en réponse ?

Tu concevras que plutôt de m'interroger "dans l'absolu", j'ai volontairement tenu à recentrer mon questionnement entre des mecs qui se prennent pour des "zèbres" et ceux qui n'en serait pas. Ce faisant, j'ai donné "une piste" de motivation "défendable" pour justifier cette posture vis-à-vis d'autrui et cela, justement parce-que je pensai bien que beaucoup serait réticent à reconnaître cette approche impopulaire et qu'on aurait trop vite catalogué comme détestable et injustifiable à priori, ce qui ne me paraît être qu'une variation parmi d'autre des sentiments multiples que nos congénères nous suscitent... fort heureusement.
avatar
Momosse
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 609
Date d'inscription : 28/10/2016
Age : 52
Localisation : Nouvelle-Calédonie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Loxosceles le Lun 16 Jan 2017 - 14:43

On pourrait aussi poser la question, puisqu'il semble acquis que le mépris soit un sentiment négatif, et que beaucoup n'envisagent même pas (par projection, pour éviter la dissonance cognitive, ou que sais-je encore) de pouvoir s'incarner dans des émotions ou sentiments négatifs : peut-on s'empêcher de mépriser quelqu'un de méprisable ? Ou, formulé autrement, quelqu'un qui fait tout ce qu'il faut pour qu'on le méprise ?

De toute façon, et d'une manière plus générale, je suis convaincu que tout le monde est apte aux émotions et sentiments négatifs, et qu'on ne se connait pas tant qu'on ne les a pas expérimentés, tant qu'on n'a pas découvert dans quelles circonstances ils/elles nous viennent. Mais je déborde du sujet, et si je le fais, c'est parce que j'entrevois assez bien le dégoût (autre émotion négative) que certains ressentent à l'idée de ressentir du mépris, comme si cela faisait d'eux... des personnes moins respectables. Ou comme s'il était mauvais de ressentir une émotion ou un sentiment, sous prétexte qu'il est négatif. Comme si cela portait atteinte à leur image, leur sentiment de perfection, de supériorité refoulée, leur sentiment d'être socialement adapté ou que sais-je encore.

J'ajouterai qu'à mon avis, l'époque favorise le rejet de tout ce qui est vécu ou perçu comme négatif en général, et que cela est particulièrement malsain. Rien ne peut surgir de bon d'êtres scindés.
avatar
Loxosceles
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 152
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 44
Localisation : Saint-Etienne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Peu Onéreu le Lun 16 Jan 2017 - 15:12

Partons du TOUT
Nous somme dans le tout,
L'autre est dans le tout...
Nous appartenons donc a la même identité
Celle du TOUT...


L'EGO dans ce TOUT, c'est a dire : moi et les autres
sont des individualité,
mais se ne sont pas des individualité absolu,
car elle font toujours partie du TOUT

Donc l'ego est émergence d'une partie du TOUT, qui lui permet de s'auto-observer.

Car sans ça, le TOUT, ne peut pas s'auto-observé, par définition...

J’espère que cette bribe fera avancer le shmilblick
avatar
Peu Onéreu
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 55
Date d'inscription : 20/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Loxosceles le Lun 16 Jan 2017 - 18:12

Ouai, mais justement votre propos implique que personne ne se vit essentiellement et réellement comme émanation du tout, ni comme "individualité absolue", parce qu'il n'existe pas d'individualité absolue qui soit autre qu'individualité dissolue (ce qui équivaut à dire qu'il n'existe pas du tout, en dehors du monde des idées, une telle chose qu'une individualité absolue, qui serait un non-sens sur le plan de la conscience de soi).

Par extension, pour exister en tant qu'individualité, on est forcé de se comparer. Donc de juger, c'est à dire a minima et dans une acception neutre de l'idée : faire appel à son jugement pour discerner. Ce qui conduit au mépris, au respect, aux sentiments, etc. C'est pourquoi je ne place aucun jugement moral dans le fait de respecter ou de mépriser : ces attitudes sont fonction de beaucoup de choses, et notamment de l'ordre de la constitution psycho-physiologique. D'où le sens de mon intervention sur la nécessité du mépris, au même titre que la nécessité d'autre chose. En tant qu'entités biologiques, nous avons besoin de ces éléments émotionnels pour défendre notre ego.

Bien sûr, si nous étions autre qu'entité biologique, ou si nous étions "illuminés" ou si nous avions accès à une conscience en tant qu'"individualité absolue", les choses seraient différentes.

En somme, pour moi, dire que l'on peut s'éviter de mépriser, ou que l'on devrait éviter de le faire, relève d'une hypocrisie, car il y a tout un cheminement à accomplir en amont (dont le but pourrait être justement de transcender notre condition biologique, mais c'est une autre histoire). Ce qui n'équivaut pas à dire que l'on doive cultiver le mépris.


Note : j'ai employé dissolue au lieu de dissoute, mais je laisse ainsi, car je trouve cela plus intéressant. D'une part, pour moi une individualité dissoute est une chose parfaitement abstraite et hypothétique, d'autre part, une individualité dissolue pourrait se comprendre comme une individualité qui n'obéit plus à aucun principe et ne peut plus être définie comme telle. Par définition, une individualité est une chose qui se définit de manière relative, et c'est pourquoi, pour pouvoir en parler, on ne peut pas parler d'individualité absolue, et c'est pourquoi cela est pour moi un non-sens dans le monde concret.
avatar
Loxosceles
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 152
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 44
Localisation : Saint-Etienne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Momosse le Mar 17 Jan 2017 - 9:06

De mon point de vue, la "nécessité" d'éprouver le mépris n'existe cependant pas du tout comme celle de se reconnaître en ses semblables par exemple (chose essentielle et indispensable à presque tous), on pourrait se passer de cette réaction de rejet froid (ou pas) que suscite en nous certaines personnes ou idées et en cela, il n'est pas tout à fait "un sentiment comme un autre".
C'est une posture que l'on peut apparenté à du dédain et ceci-écrit, non pas pour l'encourager mais pour démontrer que ce peut tout à fait être un sentiment naturel et parfois juste, en s'exonérant donc de l'intolérance primaire ou de toute autre preuve de manque d'ouverture d'esprit qui serait susceptible de l'engendrer et pour dire le positionnement très rationnellement qu'il peut également revêtir, il suffit de s'imaginer un contemporain que l'on verrait démontrer lui-même sa petitesse au travers de ses actes ou de ses mots, quelqu'un qui (au hasard) ferait montre de racisme ou/et qui s'identifierait en s'oubliant (partant du postulat qu'il avait quelque chose de substantiel à laisser derrière lui...) dans un mouvement sectaire et/ou élitiste (toujours la notion de rejet de l'autre sous-tendue) peut me suscité du mépris notamment et cela, avec plus ou moins d'intensité que l'on connait et côtoie ou que l'on est confronté régulièrement à l'estimé "méprisable" ou selon que son tord paraisse grave à notre entendement, à nos principes.
Ma "démonstration" n'a rien de magistrale mais ce que je veux communiqué par là, c'est que si cette émotion (puisqu'il s'agit ce cela) n'est pas "recommandable" par souci d'une sorte de "compréhension maximale" que l'on se devrait d'avoir pour tous nos congénères, notre propre conception des choses et du monde peut se trouver en un tel décalage avec ce à quoi (ou à qui) elle est confronté que notre condition d'humain (capable de tout mais aussi intrinsèquement faible par nature) nous mène à "baisser les bras" face à quelques-un de nos contemporains qui nous semblent à ce point indigne d'intérêt que l'on se dit qu'ils ne valent pas d'autre évaluation que celle-là... C'est d'ailleurs également nécessaire pour avancer soi-même au-delà ; Même en ayant conscience de ne pas posséder la science infuse, en gardant en tête nos propres faiblesses et la certitude que l'on se fourvoie assez soi-même, si on "détecte" en toute honnêteté que l'autre ne vaut pas que l'on s'attarde sur son cas et qu'il interagit négativement malgré tout dans notre environnement, le mépris peut même s'apparenter à une forme de défense objective.
avatar
Momosse
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 609
Date d'inscription : 28/10/2016
Age : 52
Localisation : Nouvelle-Calédonie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par -Benoit- le Mar 17 Jan 2017 - 22:25

J'ai longtemps méprisé les autres. Parce que pour moi c'était une guerre entre moi et le monde entier.
Mais j'ai appris à me connaitre et à m'accepter, puis à comprendre comment fonctionne l'être humain.
Aujourd'hui, j'ai un amour démesuré pour les autres, y compris les plus crétins...
Et vous, vous en êtes où ? cat
avatar
-Benoit-
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 880
Date d'inscription : 30/10/2016
Age : 25
Localisation : Je travaille à cahors (46), mais je suis aussi là : 24, 31, 34, 84, 87, bref, toute la moitié sud du pays !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Momosse le Mer 18 Jan 2017 - 7:57

doc-pisto-colle a écrit:J'ai longtemps méprisé les autres. Parce que pour moi c'était une guerre entre moi et le monde entier.
Mais j'ai appris à me connaitre et à m'accepter, puis à comprendre comment fonctionne l'être humain.
Aujourd'hui, j'ai un amour démesuré pour les autres, y compris les plus crétins...
Et vous, vous en êtes où ? cat

Je vois que tu as 24 ans, j'en ai plus du double et j'ai le sentiment d'avoir beaucoup évolué (plutôt positivement) depuis un quart de siècle mais de ce que je m'en souviens, j'ai toujours été assez tolérant par rapport aux autres et surtout, à cet âge-là, je ne m'estimait pas autant qu'aujourd'hui et donc, je ne me sentait pas tant en décalage (intellectuel) en comparaison de mes contemporains d'alors et j'étais conséquemment peu porté à mépriser les plus détestable d'entre-eux. Je vivais "en parallèle" des autres sans trop m'en préoccuper au-delà d'une observation (de type clinique) continuelle pour tenter de les comprendre plus que pour essayer de leur correspondre et il est vrai que je subissais plus que maintenant ceux qui m'agressaient... tout en étant également peu enclin à leur en vouloir ; j'ai assez tôt considéré leur propre rejet comme étant plus dû à mon attitude inhabituelle sans tant leur en tenir rigueur. Je me savais "différent" mais malgré les souffrances que j'ai vécu, je n'ai jamais eu besoin d'en vouloir à quiconque ou au monde pour ce que j'étais... qui me satisfaisait finalement assez clairement.
Pour ce qui est de l'acceptation de soi-même, elle est venue très vite pour mon cas. Je crois ainsi pouvoir affirmé que dès l'âge de raison j'ai acquis la conviction d'être certes différent mais surtout "meilleur (que tous?)"... C'est difficile à entrevoir sans se dire que le type capable d'écrire ça doit être excessivement imbu de sa personne et de ce fait, totalement incapable d'objectivité mais c'est faux pourtant et cette certitude acquise, je n'ai jamais ni chercher à le démontrer ou à vouloir mimer (sauf par jeu) des "semblables" très divergent de part leur mode de fonctionnement. Dans cet ordre d'idée, j'ai dénié le moindre intérêt ou nécessité d'effort lié à l'enseignement scolaire et aux résultats attendus et ce, d'autant plus que je vivais cette obligation comme une torture morale. Je ne me sentait pas concerné et pas attaché par un quelconque intérêt à ce contexte hostile mais là déjà, je pleurai sans blâmer ceux et ce qui me causait ces larmes en m'en voulant (par contre) de ne pas me montrer assez fort, comme je me savais l'être effectivement pourtant.
Désormais, avec un intellect qui a notablement progressé et l'inévitable armure que m'a apporté les assauts incessants de l'extérieur, j'ai un regard plus dur du fait de ces accumulations d'expériences difficiles personnellement mais ce lourd bagage n'a que renforcé mon assurance et j'ai par ce parcours douloureux validé ma force spécifique d'être particulier et cela, indépendamment de la permanence du cours environnant d'un modèle social et des individus qui le compose au milieu duquel je ne me retrouve pas plus aujourd'hui qu'hier.
Fort de mon assurance, je peux être d'emblée assez intransigeant envers "les gens" mais je m'astreint aussi à tenter de demeuré compréhensif à l'égard de la plupart... même si souvent, je les trouve si faible et ignorant de leur véritable capacité. Il faut concevoir qu'ayant enduré cette vie-là depuis son commencement, j'ai maintenant du mal à me montré empathique pour beaucoup des "bobos" qui affligent un grand nombre et que j'ai tendance à trouver futile... mais je sais bien que je ne suis pas comme eux et que je dois moins ramener leur sensibilité à la mienne. J'en ai pris encore plus conscience en comparant mon approche de ma maladie par comparaison à celle qu'en font l'immense majorité (on va dire ça pour ne pas dire tous) des autres ; Avec ma conception des choses et consécutivement à mon parcours tourmenté de toujours, j'en fait peu de cas là où dans l'option générale on se confond en expression de gravité et de drame ou en conne manifestation d'encouragement (qui à moi me paraissent totalement creuse et inutile).
Dans mon esprit, cette vie dans ce monde n'est pas belle puisqu'elle n'est pas adapté à moi... je m'y suis cependant et par opposition adapté "comme le gentil-garçon-costaud" que je suis et sans trop savoir à quoi bon finalement, même pas par défi en réalité. Reste que je considère l'avoir vécu déjà assez et si y mettre un terme n'est pas (plus) dans mes projets immédiat, c'est une possibilité que je n'écarte pas non plus.
En considérant cette description, tu imagines bien je pense que si j'essaye de me montré (à mon sens suffisamment...) accommodant pour autrui, je suis également peu susceptible d'acceptation lorsque je suis confronté à des comportements qui heurtent ma raison et mes principes et qu'en certaines circonstances ou face à certaines personnes, je peux me montré méprisant... mais par ma nature, cela s'exprimerait plus par sa version froide de désintérêt total ou à l'opposer et alors sans le moindre dédain, en bravant (jusqu'à physiquement et avec violence) ce (ou celui) que je trouverai proprement inacceptable, intolérable.  
Je n'ai donc pas "un amour démesuré pour les autres" (à priori) et (à fortiori) "pour les crétins" moi, j'évalue juste mes congénères en tentant d'être impartial et honnête, en gardant en tête que je ne connais pas grand chose d'eux et qu'il serait donc stupide de les cataloguer trop vite... mais j'avoue que ces bonnes intentions se confrontent à mon état qui me tiens éloigné des autres humains, ce qui m'empêche autant de leur accorder l'attention qu'ils mériterait peut être que, in fine, de les juger trop sévèrement.
avatar
Momosse
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 609
Date d'inscription : 28/10/2016
Age : 52
Localisation : Nouvelle-Calédonie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Peu Onéreu le Mer 18 Jan 2017 - 11:47

Loxosceles a écrit:Ouai, mais justement votre propos implique que personne ne se vit essentiellement et réellement comme émanation du tout, ni comme "individualité absolue", parce qu'il n'existe pas d'individualité absolue qui soit autre qu'individualité dissolue (ce qui équivaut à dire qu'il n'existe pas du tout, en dehors du monde des idées, une telle chose qu'une individualité absolue, qui serait un non-sens sur le plan de la conscience de soi).

Le TOUT n'étant pas fixe ( l'univers étant en expansion )
ce procédé permet le mouvement du tout, de l'alimenter et lui permettre d’évolué ( a l'infini )
D'où l’intérêt de la conscience de soi
( par le procédé de création CF : la fin de ma réponse  )

Loxosceles a écrit:
Par extension, pour exister en tant qu'individualité, on est forcé de se comparer. Donc de juger, c'est à dire a minima et dans une acception neutre de l'idée : faire appel à son jugement pour discerner. Ce qui conduit au mépris, au respect, aux sentiments, etc.

Si on prend le contexte plus global que j'ai énoncé au début, comme quoi qu'on fait tous partie du tout
Alors cette individualité, peut trouver un nouveau moteur
Celui de faire évoluer ces conscience " méprisée " vers une conscience aimée

Donc au final on ne méprise pas l'autre, on méprise les conscience qu'il véhicule.
Ces conscience sont dissocié de l'humain qui les porte

Dans ce sens là, le mépris est un indicateur ( universel ) de ce que l'ont ne veut plus voir dans le TOUT.

CF: j'ai totalement arranger le système comme il me plaisait de le voir : j'ai CREER
avatar
Peu Onéreu
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 55
Date d'inscription : 20/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par PJ le Jeu 19 Jan 2017 - 15:34



Dernière édition par PJ le Jeu 25 Mai 2017 - 12:14, édité 1 fois
avatar
PJ
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1151
Date d'inscription : 10/01/2017
Age : 26
Localisation : Europe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Momosse le Ven 20 Jan 2017 - 7:28

PJ a écrit:
... Paroles, traduites approximativement :
Vois moi dans toute ma beauté, regarde pour le meilleur en moi
C'est ce que je suis vraiment et tout ce que je veux être
Cela peut mettre du temps, ce peut être difficile à trouver,
mais vois moi dans la beauté
Vois la beauté en moi, chaque jour
Pourrais-tu essayer, pourrais-tu trouver un chemin ?
De me voir briller/lumineuse.lumineux à travers tout ce que je fais
et vois-moi dans la beauté...

...
Invité a écrit:Shocked ah ouais d'accord ! J'attends de voir ce que va donner la communication non violente là Pété de rire

moi aussi. Wink

Sur les paroles de la ( flower jolie flower ) chanson ; C'est mimi tout plein ça et on pourrait applaudir des deux mains à un tel élan d'empathie (même si le morceau est pourri à mon goût) sauf que la vie réelle est un peu différente et même si ce qu'exprime l'interprète n'est qu'une invitation (pleine de bonnes intentions), les faits sont têtus et si je conserve foi en l'humanité au travers de certaines de ses individualités, il y en a pas mal chez qui "la beauté" est trop bien cachée pour qu'on s'emmerde à la rechercher... je m'intègre sans souci dans ce lot-là d'ailleurs.

La violence est une forme de communication (presque) comme une autre pour moi ET pour le reste de l'humanité ... historiquement, c'est prouvé.
avatar
Momosse
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 609
Date d'inscription : 28/10/2016
Age : 52
Localisation : Nouvelle-Calédonie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par PJ le Ven 20 Jan 2017 - 8:54

Bien sûr que le morceau est "pourri", c'est l'idée.
Tellement "nul" que ca en devient vrai... Very Happy
Tu peux pas "fake" du "mauvais" et quelqu'un.e trouve quand même du plaisir à l'écouter.
Je dis que c'est gage de qualité ! ^^

Mais merci pour la réponse Momosse et bisous tout plein ! Very Happy
++ l'ami.(e?)
PJ
avatar
PJ
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1151
Date d'inscription : 10/01/2017
Age : 26
Localisation : Europe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Momosse le Ven 20 Jan 2017 - 13:19

PJ a écrit:Bien sûr que le morceau est "pourri", c'est l'idée.
Tellement "nul" que ca en devient vrai... Very Happy
Tu peux pas "fake" du "mauvais" et quelqu'un.e trouve quand même du plaisir à l'écouter.
Je dis que c'est gage de qualité ! ^^

Mais merci pour la réponse Momosse et bisous tout plein ! Very Happy
++ l'ami.(e?)
PJ

Je visualise pas bien le concept que tu évoques et qui relierait un truc bâclé ou réalisé sans talent et la notion de vérité... et de mon avis, ceux qui peuvent réellement tirer du plaisir à l'écoute d'une telle marmelade ont un problème cognitif sérieux et très peu de discernement (sans parler de leur goût de chiotte) ; en ces deux points, ils seraient des êtres un peu illuminés et simplets et certes, si on se fie à quelque "livre sacré", ils correspondraient d'assez près à la définition du genre de type qui serait prédisposé à aller tout droit vers "les cieux", sauf qu'en ce bas monde ce sont souvent les mêmes qui font montre de très peu de tolérance et qui fournissent un terreau particulièrement fertile à l'exécution des idées les plus déviantes et cela fait en toute "bonne conscience" de part (justement) leur niaiserie, leur crédulité et leur certitude d'appliquer (selon leur bien trop commun) un certains "bon droit (-divin)"... voilà ce que j'en pense moi.

Ceci écrit, bisou itou.
avatar
Momosse
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 609
Date d'inscription : 28/10/2016
Age : 52
Localisation : Nouvelle-Calédonie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Labouclette le Ven 20 Jan 2017 - 13:58

doc-pisto-colle a écrit:J'ai longtemps méprisé les autres. Parce que pour moi c'était une guerre entre moi et le monde entier.
Mais j'ai appris à me connaitre et à m'accepter, puis à comprendre comment fonctionne l'être humain.
Aujourd'hui, j'ai un amour démesuré pour les autres, y compris les plus crétins...
Et vous, vous en êtes où ? cat


Me concernant je ne dirais pas que je méprise les autres, mais certains comportements et attitudes d'injustice, de méchanceté gratuite, d'agressivité ... me clouent sur place, je ressens de la colère, de la tristesse et de l'incompréhension toutes trois mêlées face à des personnes, qui pour moi, quelque soit les raisons pour lesquelles elles agissent (mécanismes de défense les plus poussés par exemple) et même si je sais qu'elles peuvent agirent en symbolique d'une souffrance consciente ou inconsciente; est douloureux à accepter. Mais pas de mépris vraiment, plutôt encore des questions sur ce qui a pu lui arriver pour exprimer de tels agissements? Et pas d'amour démesuré non plus, mais ça me fait mal au coeur autant pour le plus crétin que pour la victime des plus crétins
avatar
Labouclette
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 28
Date d'inscription : 19/01/2017
Age : 32
Localisation : Compiègne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Kolyma le Ven 10 Fév 2017 - 0:55

Non, mais parfois oui, et ensuite parfois non. C'est évolutif.

J'ai donné le maximum.

Kolyma
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 971
Date d'inscription : 28/01/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Invité le Ven 10 Fév 2017 - 0:59

Et à chaque fois c'est épatant.
Toujours une nouvelle vérité est donnée.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Kolyma le Ven 10 Fév 2017 - 1:05

Ce sont des fulgurances, oui.

Kolyma
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 971
Date d'inscription : 28/01/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Invité le Ven 10 Fév 2017 - 1:11

Oui, je sais de quoi tu parles.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par -Benoit- le Ven 10 Fév 2017 - 17:37

Ce qui est important , c'est de se rendre compte que rien n'est définitif, rien n'est acquis : on peut être un grand sage , et un jour, retomber un peu plus bas (facteur de stress?)
avatar
-Benoit-
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 880
Date d'inscription : 30/10/2016
Age : 25
Localisation : Je travaille à cahors (46), mais je suis aussi là : 24, 31, 34, 84, 87, bref, toute la moitié sud du pays !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Momosse le Sam 11 Fév 2017 - 5:57

doc-pisto-colle a écrit:Ce qui est important , c'est de se rendre compte que rien n'est définitif, rien n'est acquis : on peut être un grand sage , et un jour, retomber un peu plus bas (facteur de stress?)

Oui
avatar
Momosse
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 609
Date d'inscription : 28/10/2016
Age : 52
Localisation : Nouvelle-Calédonie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Invité le Sam 11 Fév 2017 - 13:03

Et le mépris de soi ? N'est-ce pas l'un des point de départ de nombreuses difficultés relationnelles ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par jolindien le Sam 11 Fév 2017 - 13:15

Dans un livre (1)apparait cette citation : l'enfant qui n'est pas (ou mal) aimé n'apprend pas à ne plus aimer les autres, il apprend à ne plus s'aimer soi-même.

(1) La fabrique des pervers

jolindien
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1219
Date d'inscription : 05/07/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Invité le Sam 11 Fév 2017 - 14:47

LadyBanshee a écrit:Et le mépris de soi ? N'est-ce pas l'un des point de départ de nombreuses difficultés relationnelles ?


Comment ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par -Benoit- le Sam 11 Fév 2017 - 16:26

Absolument !
Et c'est la inconscient, en général...
avatar
-Benoit-
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 880
Date d'inscription : 30/10/2016
Age : 25
Localisation : Je travaille à cahors (46), mais je suis aussi là : 24, 31, 34, 84, 87, bref, toute la moitié sud du pays !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Doit-on mépriser les autres ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum