Trouble de l'estime de soi

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Trouble de l'estime de soi

Message par Jo' le Jeu 29 Sep - 21:14

J'ai trouvé beaucoup de sujets sur le forum concernant l'estime de soi, ainsi que de nombreux articles sur internet mais j'ai le sentiment qu'il y a comme une pièce du puzzle qui manque à toutes ces explications. J'ai envie depuis un petit moment d'approfondir les choses, au delà des raisons pour lesquelles une personne se sent concernée et sur les conséquences que cela peut avoir sur le comportement.

Je vais me baser sur ma propre expérience, en espérant que d'autres puissent contribuer afin d'enrichir le sujet.

Je savais depuis de nombreuses années que j'avais une faible estime de moi. Le fait de se détester, de ne pas savoir s'affirmer, d'être susceptible face aux remarques, d'être très critique envers soi-même. J'avais du mal à vivre avec ce "moi", je me disais souvent : comment vais-je faire pour me supporter jusqu'à la fin de mes jours ? On me parlait souvent d'estime, de confiance en soi et je savais que j'en manquais profondément. J'ignorais par contre qu'une telle haine de soi pouvait avoir des conséquences désastreuses dans la vie.

J'ai passé le WAIS en janvier dernier, je n'ai pas franchi la barre des 130 de QI. Malgré tout, le neuropsychologue suspectait chez moi un Haut-Potentiel. Et après quelques examens complémentaires, il m'a diagnostiqué un trouble de l'estime de soi, raison pour laquelle je n'ai pas su utiliser ce potentiel.
Il m'a recommandé de faire une TCC avec un psychologue spécialisé dans les profils H-P mais étant dans une situation financière délicate, j'ai opté pour la seconde option : se débrouiller seul.

Le trouble de l'estime de soi, qu'est-ce qui le démarque du manque d'estime et de confiance en soi ? Pas de réponses concrètes sur internet. Alors pendant de nombreux mois, j'ai cherché par moi-même, je suis devenu mon propre sujet d'étude. Je me base désormais sur mes introspections et mes nombreux progrès pour vous éclairer. Bien sûr, chaque personne étant différente, le trouble de l'estime de soi peut prendre de nombreuses formes.

Selon moi, le trouble de l'estime de soi est le degré supérieur du manque d'estime de soi, on peut parler de trouble quand cela devient un réel handicape pour la personne, c'est-à-dire quand la majeure partie de ses souffrances et de ses manques proviennent de ce point central. Une basse estime de soi qui perdure dans le temps et qui est constamment alimentée peut provoquer cet état extrême.

Au niveau des souffrances et des manques :

- La victimisation. J'ai subit dans l'enfance de nombreuses violences psychologiques de la part d'un proche, et j'ai reproduit le schéma jusqu'au début de ma vie d'adulte, afin que dans n'importe quel environnement, n'importe quelle situation je me sente comme une victime. Humiliation -> honte toxique -> cercle vicieux -> entretien et alimentation d'une faible estime de soi.
- Le regard de l'autre. Autre point majeur, le regard de l'autre est roi, et surtout il est omniprésent. Que ce soit dans la sphère publique, privée et intime, il terrifie, il est l'oeil de Sauron entre guillemets. C'est avant tout un regard tyrannique qu'on pose sur soi-même, et je vais en venir au point suivant :
- Un égocentrisme désordonné. Le regard tyrannique, l'auto-critique, que dis-je, l'auto-lynchage constant cause une image de soi déformée, un jugement très dur, une haine puissante de sa propre personne causant de nombreux autres troubles. Sentiment d'infériorité. Comparaison constante. Mauvaise tolérance face à la compétition.  
- L'anxiété. Je pense que plusieurs formes d'anxiétés se superposent. Anxiété sociale, à cause des points cités plus haut. Anxiété causée par le sentiment de ne pas savoir avancer dans la vie -> être pétrifié -> peur de soi-même et de l'autre -> sentiment d'incapacité -> renforcé par un perfectionnisme extrême et un idéalisme à l'opposé de ce qu'on pense être. Anxiété à cause de la culpabilité -> se sentir responsable des maux du monde -> s'attribuer les mauvais regards, la méchanceté de l'autre -> se sentir fautif partout, pour tout, être à sa place nulle-part -> regard de l'autre -> victimisation -> égocentrisme. Tout tourne en boucle -> ruminer constamment. Un cercle infernal qui ressemble de plus en plus à une immense toile d'araignée et dont on se sent pris au piège.
- Pensée obsessionnelle. Alimentée directement par les différentes sources d'anxiété, le fait de ruminer constamment un sujet, une situation, un souvenir, un traumatisme. Vivre constamment dans le doute, entre échec du passé et futur incertain. Peur de la perte de contrôle de soi, développement des phobies d'impulsion : être envahi par des pensées et des images mentales choquantes (peur d'être un assassin, peur du suicide, peur de l'agression, peur d'être homosexuel, zoophile, pédophile), autant de pensées dérangeantes qui vont se cumuler aux angoisses habituelles et qui amènent à une question : suis-je fou ? Dans les deux cas on est ni cinglé, ni pervers, on est juste obsédé par une peur de l'être, irrationnelle dont la source provient des différents symptômes du TES.
- Dépression. Plusieurs épisodes de dépression peuvent se succéder, à force d'apitoiement sur soi, d'épuisement, d'incapacité à vivre. La dépression renforce cette basse estime de soi. Déréalisation/Dépersonnalisation, dépression existentielle...
- Isolement/difficulté à nouer des liens. Conséquence directe de la dépression, qui elle-même est une conséquence du trouble de l'estime de soi, qui dérive vers une incapacité à s'aimer, à aimer l'autre -> renforcé par le regard de l'autre, l'idéalisme, le perfectionnisme... Car il y a une chose évidente et pourtant difficile à mettre en lumière dans ce cas de figure, c'est que ce qu'on déteste chez soi, on le déteste aussi chez les autres et inversement. Rejet de l'autre, sentiment d'opposition, agressivité.
- Remise en question constante de tout. De soi, de l'autre, de ses choix, de ceux des autres. Confrontation, conflit, sentiment de ne pas en sortir victorieux. Ou : pour un bref instant. Regrets, culpabilité, hontes toxiques.
- Ne pas savoir s'affirmer. Se laisser écraser par l'autre, se sentir paralysé. Incapacité pour trouver les mots, les gestes adéquats. Peur de soi, de l'autre. Augmentation des traumatismes, rumination, regret, culpabilité, honte toxique, perte accentuée de l'estime de soi, etc.
- Pessimisme/rejet du monde et de la société. Une image négative de soi-même s'accompagne d'une image négative du monde, la critique/le rejet de la société en est une conséquence. Accentuation des points ci-dessus.
- Refus de s'aimer/d'aimer l'autre/d'être aimé. Refus des compliments, incapacité à complimenter, à reconnaitre chez l'autre ce qu'on ne reconnait pas chez soi -> inhibition affective. Tout ce qui est sentimental devient tabou -> repli sur soi. Sensation de ne rien mériter. Envie d'être oublié -> ne plus être confronté -> mourir socialement -> envie de disparaitre, de ne pas exister.
- Inhibition intellectuelle/désintérêt intellectuel. Refus de s'instruire, de se cultiver afin d'entretenir une basse estime de soi. Ou : cacher ses passions, ses savoirs, ses forces afin d'entretenir une mauvaise image de soi. Faux-self ?
- Échec scolaire/professionnel/orientation professionnelle. Difficulté d'intégration, sentiment d'être bouc-émissaire. Ou : difficulté à maintenir les liens, pression insoutenable, perfectionnisme maladif. Risque de dépression, de burn out. Difficulté pour s'orienter, choisir une voie professionnelle, remise en question constante de ses choix, doute, anxiété, incapacité à montrer ses capacités réelles. Perte du goût d'apprendre, d'entreprendre.
- Sentiment d'échec. Accentuation des points ci-dessus. Incapacité à se relever. Ou : se relever difficilement. Être focalisé sur ce qu'on a mal fait, être obsédé par le négatif.

Pardonnez-moi pour ce fouillis, il y a tellement de liens, de choses à aborder et d'ailleurs je n'ai sûrement pas conscience de tout et/ou j'ai oublié certains points.

Les personnes concernées par le trouble de l'estime de soi sont plus exposées aux pathologies mentales. De plus, les fonctions de notre cerveau, nos capacités réelles sont diminuées, la rapidité à exécuter des tâches, accomplir un travail également. Par exemple, j'ai cru pendant longtemps que j'étais nul en logique, et plus je me soigne, plus je récupère en capacité.

Comment se soigner ? En prendre conscience, c'est déjà un bon point. Il faut ensuite apprendre à changer son schéma de pensée, ce qui passe par une reconnaissance de soi, de ses qualités, de ses capacités, de son potentiel. Une TCC (Thérapie Comportementale et Cognitive) est conseillée par de nombreux spécialistes, mais si pour de nombreuses raisons vous n'y avez pas accès, il est possible même si c'est très difficile, de sortir la tête de l'eau par soi-même. Cela peut prendre des mois, voire des années avant que les symptômes ne disparaissent. Et attention à la rechute...
Il faut bien comprendre une chose, c'est que dans le cas du Trouble de l'estime de soi (et pas seulement), on est ce qu'on perçoit. Il est vital de changer de perception, malgré un lourd passé, ou un environnement peu propice. Il est question de s'autoriser à vivre.
Le TES, c'est une très grande violence qu'on s'inflige à soi-même. On reproduit souvent les schémas de gens qui nous ont laissé des séquelles, et de cette façon, on les laisse vivre en nous, on les laisse nous voler notre vie, consumer tout ce qu'on a de bon.

Je pense qu'il y a une partie non négligeable de gens dans la société qui peut être concernée par le Trouble de l'estime de soi, du moins, à différents de degrés. Et tout le monde ne le vit pas de la même façon, l'éducation, le caractère, l'inné, l'acquis... Il y a tellement de facteurs qui varient...

N'hésitez pas à partager votre avis, votre expérience, vos introspections...


Dernière édition par Jo' le Ven 30 Sep - 11:11, édité 4 fois

Jo'
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 151
Date d'inscription : 21/10/2015
Age : 24
Localisation : Nord

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trouble de l'estime de soi

Message par Sun Simiao le Jeu 29 Sep - 21:46


Très bonne analyse je trouve. Very Happy
avatar
Sun Simiao
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 567
Date d'inscription : 03/08/2016
Localisation : ici

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trouble de l'estime de soi

Message par Pieyre le Jeu 29 Sep - 22:06

Tout d'abord, je trouve que c'est un sujet où il n'y a pas tellement de fouillis, mais qui au contraire est très bien posé, développé, structuré. Déjà cela implique une première réponse à tes interrogations : ce que tu as bien fait, cela existe indubitablement; aussi tu es sans doute capable de le refaire bien.

Alors, il me faut parler de mon cas personnel.

Quand je suis arrivé sur ce forum, je n'ai pas bien compris l'insistance que beaucoup de membres exprimaient concernant ce qu'ils appelaient un manque de confiance en soi. Selon l'étymologie, le terme de confiance signifie que l'on se fie à autrui, quand il nous donne sa foi. Comment est-ce que cela pourrait s'appliquer à soi-même ? Bon, il est vrai qu'on peut étendre la notion en parlant d'avoir confiance en ses moyens.

Mais là, je dois dire que j'ai confiance en mes moyens, enfin en ceux qui sont performants, qui sont certes limités. C'est-à-dire, pour reprendre ce que j'indiquai de façon liminaire, que je sais ce que j'ai fait et que j'ai reproduit à de nombreuses reprises; aussi que je peux prévoir faire à nouveau. Il s'agit d'une confiance en mes moyens, donc d'une estime de moi.

Sur cette base, c'est comme si j'avais une sorte d'armure. Elle est certes percée de toutes part, parce que je suis peu capable sur certains plans, et que même sur les autres je suis inconstant. Mais, enfin, c'est suffisamment protecteur pour qu'a priori je ne sois pas sujet à la dépression.

Mais je suis anxieux, inhibé intellectuellement et même saboteur de moi-même. C'est que, sans grand-chose qui me plombe dans le passé et sans grand-chose que je craigne dans l'avenir, je me sens démuni dans le présent. C'est-à-dire que j'attribue le problème à ma nature, à ce que je suis depuis la plus petite enfance. Sans avoir vraiment de phobies, je vis avec une sorte de peur indifférenciée, une peur de tout. Cela ne m'empêche pas d'être téméraire et de prendre des risques inconsidérés, justement parce que je n'ai pas peur de l'avenir et que je n'apprends pas tellement de l'expérience. Mais ensuite j'ai du mal à assumer dans l'instant. Heureusement, quand je ne peux pas combattre l'adversité, je choisis de fuir, de renoncer même à ce qui m'attache s'il ne faut – qu'importe ! Aussi je me retrouve rapidement tel qu'auparavant, prêt à tout à nouveau.

Oublier est une grande ressource je le crois, quand s'analyser ne sert à rien, voire même renforce les problèmes, oublier ce qui est négatif quand on ne peut rien faire pour l'éviter; aussi ne conserver que ce qui est positif, et retrouver à chaque fois le même enthousiasme des débuts. Nous aurons à nouveau les mêmes problèmes; eh bien, tant pis !

Alors ce n'est certainement pas un conseil. Quand on peut régler des problèmes dus au passé, ou modifier sa nature grâce à des substances adaptées, autant le faire. Mais, quand tout semble bouché, autant vivre malgré tout, et pour cela se retrouver dans le meilleur état qu'on peut, en éloignant du plus loin les problèmes. C'est une fuite, un déni, un recul devant les responsabilités, et gnagnagna... D'accord, mais il n'y a rien de pire que de se faire mal inutilement.

Pieyre
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 18008
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trouble de l'estime de soi

Message par Jo' le Jeu 29 Sep - 22:45

Merci à vous d'apprécier le contenu, et merci pour ce témoignage.

Je suis en partie d'accord avec toi, pour le reste je ne peux pas vraiment me prononcer étant donné qu'on a tous nos propres techniques pour vivre, et je ne me vois pas remettre en question ce qui fonctionne pour toi Wink

J'ajouterai pour en revenir à tes premiers paragraphes qu'avoir un trouble de l'estime de soi, ce n'est pas manquer d'estime pour tout. On peut très bien croire en certaines parties de nous tout en démolissant les autres. C'est ce qui rend l'individu imprévisible parfois, celui qui est pétrifié par la vie, qui passe son temps à se dénigrer et qui peut être sûr de lui pour certaines choses et briller à quelques occasions.

De mon expérience, j'ai toujours cru en certaines de mes performances également. Mon sens de l'esthétique, ma capacité à me remettre en question, à déconstruire. Mais à cause de ce trouble je pensais "n'avoir que ça", que ce n'était pas suffisant à offrir, et qu'à côté il y avait tellement de choses chez moi qui n'allaient pas. Avec le TES, le soucis effectivement c'est de se focaliser sur le négatif, c'est d'ailleurs une obsession. Or, pour guérir il faut apprendre à ne retenir que le positif comme tu dis. Et l'enthousiasme, une fois retrouvé, est un très grand carburant pour foncer vers une meilleure vie.

"Il n'y a rien de pire que de se faire mal inutilement". Je pense que cette phrase pourrait être un parfait slogan pour présenter le sujet Wink

Jo'
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 151
Date d'inscription : 21/10/2015
Age : 24
Localisation : Nord

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trouble de l'estime de soi

Message par Jo' le Ven 30 Sep - 8:46

J'ai ajouté quelques détails à la liste des souffrances et des manques :

- Pensée obsessionnelle.
- Remise en question de tout.
- Ne pas savoir s'affirmer.
- Échec scolaire, professionnel, orientation professionnelle :
plus de détails dans le descriptif.

N'hésitez pas à m'en proposer d'autres si vous en connaissez Wink

Jo'
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 151
Date d'inscription : 21/10/2015
Age : 24
Localisation : Nord

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trouble de l'estime de soi

Message par PomPomPom le Ven 30 Sep - 11:34

Bonjour,

J'entre avec bienveillance mais sur la pointe des pieds, le sujet est délicat et les avis du tout venant (dont moi) forcément hors sujet malgré les apparences et la bonne volonté.
Le sujet, c'est Jo' que l'on ne connaît pas ... Smile

Je pensais ajouter à la liste : troubles du comportement alimentaires, addictions, conduites à risque voire suicidaires ... mais cette liste ne pourra être complète ou pertinente, car chacun va réagir différemment, et avec intensité variable, à son propre trauma.

Et le trouble de l'estime du soi relève du trauma, non d'une appréciation plus ou moins juste que l'on peut se faire de sa propre personne.
L'interlocuteur idéal reste un psy (reste à trouver le bon, spécialisé, et tous les tarifs et prises en charge existent) pas le tout venant qui ne parle que de sa propre expérience, pas du sujet : Jo', sa "réaction" au trauma, sa volonté et ses moyens de s'en sortir.

La liste démarre par "victimisation". Bon, soit ... donc avant d'en parler, il y a victime, et la victime 'est Jo', qui réagit et se débat et compense comme elle peut, plus ou moins lucidement (avec la volonté de l'être davantage, lucide, en intellectualisant et en décortiquant le processus).
En fonction du trauma, de la façon dont il a été "reçu", vécu, absorbé, nié (etc etc), la victime (ce n'est pas un gros mot, c'est une réalité, pas nécessairement définitive) pourra rencontrer en effet une série de troubles "collatéraux" de cette liste. Et une fois que la liste sera dressée ... que fera Jo' ?

Je me traîne ce trouble et ne me risquerai pas à être conseil ni à partager mon vécu, je ne crois pas qu'une expérience dans ce domaine serve l'autre. Mais comme je ne suis pas spécialiste, que "victime" (donc), mon avis n'a guère de valeur.  Razz

Je sais (crois savoir) simplement qu'il s'agit à un moment de trouver une sorte d'équilibre à peu près viable et très personnel et très subjectif et ô combien fragile :

  • - entre le sortir du déni, la confrontation de la réalité et la volonté de réparation (de l'enfant ou de l'adolescent ou de l'adulte...) par respect, par bienveillance, par justice ...
    - entre l'acceptation du passé et son imbrication dans le présent, et son implication dans l'avenir
    - entre l'intellectualisation, la rationalisation et la volonté et le renoncement à ne pas avoir toutes les données ni tout le contrôle
    - entre l'urgence d'en finir radicalement et la patience obligatoire sans garantie qu'elle soit récompensée
    - entre continuer à vivre et à courir et ne pas ignorer que l'on marche mieux et plus loin sans jambe cassée
    - ...

Pour le coup cette liste pourrait à son tour être complétée. Wink

Encore une fois, un avis de non spécialiste n'a aucun intérêt (mes lignes vont donc s'auto-détruire  Very Happy ), risque même (c'est là aussi mon avis de non spécialiste) de faire plus de mal que de bien. Intellectualiser en dehors d'un travail sur soi n'est qu'un leurre.

J'espère que ces lignes, avant qu'elles ne disparaissent sous leur manque d'intérêt, auront porté leur témoignage de bienveillance.

PS : je n'ai aucun doute majeur sur mes compétences, atouts, qualités ...j'ai très objectivement une liste assez longue et j'ai tout du "tout pour être heureuse". J'ai eu nombre de validations de différents types que l'on pourrait m'envier. Cela ne m'a jamais aidée à en sortir, certains manipulateurs me repèrent très facilement d'ailleurs dans ce trouble (je commence à comprendre). Probablement parce que c'est l'enfant qui a été traumatisée et empêchée de s'aimer (je fais court), pas l'adulte que je suis aujourd'hui. Mon intellect et mon trouble n'évoluent pas dans les mêmes dimensions.

PS : il y a 15 ans qu'un psy pour la 1ère fois, me suggérait que je ne m'aimais pas. Ce que j'ai immédiatement nié en bloc  Smile Quelques portes prises en pleine poire plus tard, j'en suis aujourd'hui à travailler sur cette problématique, entre autres. C'est très long, mais peut-être que ça va vite et mieux quand on accepte de lâcher prise (j'adore balancer cette notion archi lue et relue et que je ne maîtrise pas du tout ... ça veut pas ça veut pas ... hihihi)

Pour Toi
avatar
PomPomPom
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 19
Date d'inscription : 08/09/2016
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trouble de l'estime de soi

Message par Pieyre le Ven 30 Sep - 12:24

Pour ma part il ne s'agit pas de traumatisme, même si c'est lors de la confrontation dans mon enfance avec des personnes dominatrices que j'ai pris conscience de mes limites sur le plan des moyens élémentaires d'expression et d'affirmation de soi. Mon angoisse s'est bien sûr nourrie de mes expériences, mais ces expériences n'en sont pas cause. Il s'agit sans doute d'une question de neurotransmetteurs, voire d'hormones, comme le dialogue avec des psychiatres me l'a fait comprendre.

Par ailleurs le fait d'avoir des lacunes par rapport à d'autres ne m'a pas fait ne pas m'aimer. Je m'aime bien, si je peux me permettre, c'est-à-dire je distingue ce qui dépend de moi et ce qui n'en dépend pas.

Pieyre
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 18008
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trouble de l'estime de soi

Message par PomPomPom le Ven 30 Sep - 12:30

Pieyre a écrit:Je m'aime bien, si je peux me permettre ...
Ah ça oui alors et Bravo ! flower
avatar
PomPomPom
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 19
Date d'inscription : 08/09/2016
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trouble de l'estime de soi

Message par Pieyre le Ven 30 Sep - 13:23

Je précise qu'il y a bien sûr des aspects que je n'aime pas chez moi, mais ce sont des aspects que je peux isoler, même si cela ne peut pas me conduire à les modifier. Il ne s'agit donc pas de ma personne dans son ensemble. Originairement, la pulsion de vie c'est de s'aimer, ou plutôt de se préserver et de se réaliser pour ce qui dépend de soi. C'est ce qu'il s'agit de retrouver je crois, quand c'est masqué par une surdétermination de ce qui ne va pas en soi.

J'ai des lacunes dans la vie courante que n'ont pas la plupart des personnes (à moins d'être aussi comme ça ou d'avoir subi des problèmes qui auraient créé des troubles semblables bien sûr), ce qui pourrait me conduire à me lamenter inutilement. Mais il s'agit pour moi d'être courageux et lucide, comme le sont ordinairement les personnes porteuses d'un handicap, dans la mesure où je le peux, sans m'inventer de causes imaginaires. Et si je manque de courage ou de lucidité, eh bien autant mettre cela de côté plutôt que de me tourmenter en vain. Voilà ce que je veux dire.

Pieyre
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 18008
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trouble de l'estime de soi

Message par PomPomPom le Ven 30 Sep - 14:16

Bien lu, très bien .... soit, parfait Smile

C'est là que ce sujet est éminemment délicat, car on se parle sans se connaître, car nos interprétations parlent de nous-mêmes, et ce que nous retenons ou comprenons d'une réponse peut être blessant ou inapproprié pour soi, pour l'autre.

Je (donc cela parle de moi) lis avec réticence, dans ce sujet (pas ailleurs) les témoignages parlant de courage et d'éviter de se tourmenter, sans désir d'incriminer en aucune façon l'auteur de ces mots.

Il arrive parfois que le courage ou la volonté ne soient d'aucun secours (car cela n'a rien à voir), et que le recours classique (culturel, éducatif ...) au savoir prendre sur soi, se prendre en main, ne pas trop s'écouter .... etc ... s'avère, parfois, dangereux et inacceptable. Et dans ce post, sur le trouble de l'estime de soi, ces mots me gênent ; ainsi, et peut-être inutilement, je préfère les entourer de quelques précautions pour qu'ils ne soient pas reçus autrement que comme un témoignage personnel...  Smile

Alors en vrac ...

- Trouble de l'estime et manque d'estime, c'est différent.
- Le manque d'estime est peut-être pour certains le déni d'un trouble plus profond.
- L'acte suicidaire n'est pas lâcheté, même si culturellement ce message nous est bien transmis.
- La dépression n'est pas de l'auto-complaisance, ni prétexte à se lamenter pour le plaisir.
- L'anorexie ou la boulimie n'est pas le manque de courage à bien s'alimenter.
- Les "quand on veut on peut",  "y'a plus malheureux", "t'as tout pour être heureux", "tout ça c'est dans la tête" ... font également des ravages terribles, insupportables (je pourrais hurler) notamment parce que cela rajoute de la culpabilité à celui/celle qui ne peut pas/plus malgré sa volonté et sa lucidité et son courage et sa force de caractère hyper reconnue et qui ne demande qu'à vivre, de temps en temps, comme tout le monde ...
- un trouble de l'estime de soi n'est pas un handicap, c'est un traumatisme non guéri qui continue à tuer sa victime.

Félicitations sincères à celles et ceux qui savent prendre sur eux, ne pas trop se lamenter, estimer suffisamment ce qu'ils ont et ce qu'ils sont. Félicitations et bravo et merci, parce que c'est autant qui ne sera pas réclamé à autrui, parce que c'est ainsi qu'on s'offre le mieux au regard du monde et des autres, parce que le soleil réchauffe aussi, même s'il ne brille pas de tous ses rayons.

Mais je profite (pas bien) des messages précédents pour enfoncer à nouveau ce clou : ce n'est pas mal (et ce n'est pas sale) de s'écouter. Parfois c'est même cela le courage.
Et encore une fois, c'est une question d'équilibre à trouver entre ce courage là s'il peut être utile ou agréable et un narcissisme éventuellement déplacé ou une stérile auto-complaisance.

Attention pour terminer à bien regarder le titre de ce post : "trouble de l'estime de soi" Rolling Eyes, et non "je ne m'aime pas".

Merci de votre attention pour cette précaution préventive sunny
avatar
PomPomPom
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 19
Date d'inscription : 08/09/2016
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trouble de l'estime de soi

Message par Pieyre le Ven 30 Sep - 14:52

Pas de problème : normalement, je réponds juste sur le fond. Les incriminations psychologisantes ne m'intéressent pas, même si elles sont d'autant plus pénibles qu'elles sont indirectes. Il m'est arrivé de critiquer de façon indirecte moi aussi, mais j'essaie de me corriger. Je pense qu'il vaut mieux citer la personne que l'on critique. C'est tout.

Pieyre
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 18008
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trouble de l'estime de soi

Message par PomPomPom le Ven 30 Sep - 14:55

Justement je ne critiquais absolument personne ...
ah la la, c'est le charme des forums ;-)
Huh
Tant pis.
Bonne soirée
Winner
avatar
PomPomPom
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 19
Date d'inscription : 08/09/2016
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trouble de l'estime de soi

Message par Jo' le Ven 30 Sep - 20:42

Je ne me positionnerai pas spécialement sur ce que j'ai lu car comme dit précédemment, nous partageons avant tout une perception de nous même.  Le but de ce sujet est avant tout un partage d'expérience sur un sujet très peu connu et quasiment absent sur le net, puisque comme tu le dis PomPomPom le trouble de l'estime de soi est issu d'un traumatisme qui continue de tuer sa victime, mais pas seulement. Or, il est abusivement assimilé au manque d'estime de soi. Mais je pense que le TES ne trouve pas son origine uniquement dans un événement traumatisant mais qu'il se développe également lorsqu'un manque d'estime de soi est constamment alimenté, c'est-à-dire quand une multitude de petits événements désagréables finissent par s'accumuler et former un gros bloc, ou quand les moments de joie se font trop rare pour garder la personne dans une santé mentale saine.

Je comprends que des propos puissent être blessants pour une personne et je veux bien être repris si tel est le cas. Je suis bien placé pour comprendre cette susceptibilité exacerbée, le choix des mots, le sens des phrases mérite réflexion car cela peut être dangereux.

Je souhaiterais revenir sur cette phrase : "on est ce qu'on perçoit". C'était peut-être brutalement dit de ma part, après recul. À mon sens, c'est cohérent, mais uniquement parce que j'ai pris le temps de tout détricoter. Une personne qui ignore ce qu'est un trouble de l'estime de soi à l'origine et qui se reconnait dans le sujet peut ne pas le concevoir car les mécanismes de sa pensée se focalisent sur la perception qu'elle a, elle, en fonction de l'état dans lequel elle se trouve. j'ajouterai qu'on a tous des raisons de percevoir ce qu'on perçoit et que même si on se fait énormément de mal, les responsabilités sont partagées. Tout ne vient pas de soi, il y aussi et surtout la transmission d'un mode de réflexion nocif par une/des personne(s) tierce(s).
Quand très jeune, j'ai vécu du harcèlement moral s'étalant sur plusieurs années et me suis senti physiquement en danger à de nombreuses reprises, mon bourreau m'a appris à penser en victime. De cette manière, il m'a marqué au fer rouge, m'a possédé et a créé une plaie qui ne cicatrise pas, pour que je perçoive tout à vif, et pour que d'autres personnes mal attentionnées puissent à leur tour déposer leur emprunte. Je me suis retrouvé dans une situation de dominé, j'ai donné toute crédibilité à mon maitre. J'ai donc grandi avec ce schéma de pensée sans en avoir conscience et en ignorant que j'étais exposé et en danger.
Maintenant, le fait d'en prendre conscience permet si on arrive à se ressourcer, à récupérer suffisamment d'énergie de savoir qu'on est ce qu'on perçoit, qu'on a grandi avec un modèle-type qui nous fait voir la vie de façon menaçante. Et puisque qu'on perçoit la vie de façon menaçante, on la déteste, et on se trouve alors menaçant, alors on a le choix :
- La victime n'arrive pas à se défaire de son titre de victime.
- La victime adopte les rites et devient bourreau à son tour. Ne dit-on pas qu'un bourreau est avant tout une victime ? Qu'on victimise car on a peur d'être victime ?
J'ai expérimenté ces deux états durant mon enfance et mon adolescence, même si je n'ai jamais su me défaire de mon titre de victime, j'ai à de rares occasions voulu transmettre le mal qui m'a été donné. Heureusement que mon empathie m'a sauvé.

En créant ce sujet, j'espère pouvoir aider des personnes qui sont dans une immense souffrance à sortir la tête de l'eau. Je sais qu'il y a un risque, que le résultat ne soit celui attendu, mais quand bien même, c'est quelque chose qui mérite qu'on en parle.

Pour en revenir une énième fois à la perception, c'est un peu à l'image du forum. Chacun donne un sens personnel aux mots, aux phrases, mais cela n'empêche pas, parmi les symptômes qu'on cite, les listes qu'on fait, qu'on puisse transmettre un écho, que d'autres se reconnaissent. Tout comme on partage des caractéristiques pour le Haut-Potentiel, qu'on se projète dans les autobiographies des membres de ce forum.

Jo'
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 151
Date d'inscription : 21/10/2015
Age : 24
Localisation : Nord

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trouble de l'estime de soi

Message par Jo' le Lun 3 Oct - 1:43

Deux conseils pour guérir :

- Se poser la question si on a bien pardonné à nos bourreaux le mal qu'ils nous ont causé, et si on s'est pardonné à soi-même toute cette violence :
Je pense qu'il est important de se séparer de la haine, c'est elle qui entretient un rapport de rivalité, et c'est d'ailleurs ce qui fait notre société... C'est la haine qui est à l'origine du Trouble de l'Estime de Soi, tant qu'on ne se sépare pas de la haine elle continuera à nous empoisonner. En se désintéressant du conflit, on quitte ce mode de détestation, de rapport dominant/dominé. Le risque de se soigner tout en gardant de la détestation, c'est de devenir l'extrême inverse, à savoir une personne qui s'admire au point d'en avoir des répercussions psychologiques. C'est un long chemin que de quitter cet état, tant les personnes autour nous influent, et qu'elles peuvent contenir de la haine elles aussi.

- Se focaliser sur les souvenirs heureux, même s'ils sont bref, et sur les moments de joie :

C'est sûrement ce qui nous ramène d'ailleurs au moment présent, de quitter cet état de passé conflictuel et de futur incertain. C'est partir à la recherche d'un passé plus serein pour un présent plus quiet. En se focalisant sur les souvenirs heureux, on laisse les périodes sombres en arrière-plan. Elles ne disparaitront pas, mais elles ne guideront plus votre vie. Et si vous n'en trouvez pas le premier conseil vous aidera à en former.

C'est les deux points clé que j'ai fini par comprendre pour quitter le cercle-vicieux dans lequel j'étais pour un cercle-vertueux. Le fait de partir à la recherche de la paix m'a apporté plus de recul, de spontanéité, ça m'a permis de mettre une distance entre moi et la violence, puisque je passerai avant désormais. Et surtout de découvrir des parties de moi que je n'avais pas pris la peine de connaitre, à cause de cet égocentrisme désordonné. J'ai encore du chemin à parcourir, mais sentir ma vie redémarrer, que ce soit sur le plan affectif car je sors de l'isolement (tout en restant quelqu'un de solitaire), ou sur le plan professionnel où j'ai osé me revendiquer (montrer mes capacités, mon savoir-faire), m'aide à en vouloir toujours plus dans ce sens. Je n'ai plus la crainte de retomber en dépression, car je suis plus sympa avec moi-même et sans doute avec les autres. Plus emphatique, au point de ressentir une forme d'empathie, de pitié bienveillante pour mes bourreaux. Je ne leur en veux plus, car j'ai fini par les comprendre en arrêtant d'être le reflet dans lequel ils contemplaient leur haine. J'ai moins peur, même si sur ce point tout n'est pas encore réglé. La peur d'être contaminé à nouveau est encore là, tellement la société en transpire. Mais aujourd'hui je sais où aller, ma vie a une direction et je suis assez attentif pour ne pas m'écraser en route. Je récupère également du côté intellectuel, je soigne mon inhibition et je n'ai plus honte d'aimer mes centres d'intérêt, je me sens plus intelligent, alors qu'auparavant je vivais très mal le fait d'être pris pour un con, de me penser con. La guérison, c'est commencer une nouvelle vie.

Jo'
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 151
Date d'inscription : 21/10/2015
Age : 24
Localisation : Nord

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trouble de l'estime de soi

Message par jolindien le Dim 9 Oct - 9:16

Devant cet enfant à l'amour infini, l'autre prend peur et écrase cet amour, le muselle..arrive à persuader l'enfant qu'il n'est pas normal d'aimer ainsi et que cet amour n'a pas de raison d'exister.
Alors l'enfant apprend à détester cet amour qu'il croit responsable de son malheur, il le déteste au plus haut point ...
Cette haine, cet amour refoulé, pour lui permettre d'exister à nouveau peut-être qu'il faut repartir (dans son coeur) à l'endroit ou on l'a enfermé.
Et alors faire disparaitre cette illusion...de ne pas être.
Mon parcours personnel est proche du récit fait ici, aujourd'hui l'homme tristement en colère à appris à aimer la vie, à aimer toute chose,
A s'aimer.

jolindien
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1151
Date d'inscription : 05/07/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trouble de l'estime de soi

Message par zelle le Dim 9 Oct - 11:56

Je te remercie sincèrement pour ton témoignage Jo'.

C'est bien de lire les autres, comme si c'était une partie de soi.
merci

zelle
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1107
Date d'inscription : 27/03/2015
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trouble de l'estime de soi

Message par Bimbang le Dim 9 Oct - 13:21

Je glisse juste une petite vidéo que je viens de trouver



Mais je pense qu'en discuter est indispensable aussi.
avatar
Bimbang
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1817
Date d'inscription : 31/07/2016
Localisation : 44

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trouble de l'estime de soi

Message par Jo' le Dim 9 Oct - 13:22

Merci à vous d'apprécier ce témoignage Wink

Il y a cette phrase célèbre dont j'ignore l'auteur qui en est à l'origine : "le contraire de l'amour, ce n'est pas la haine, c'est l'indifférence". La haine comme tu dis Jolindien est une forme d'amour refoulé. Je suis entièrement d'accord avec toi sur le fait qu'il faut localiser l'origine de se refoulement afin de s'ouvrir à nouveau. C'est un plongeon dans un passé qui est douloureux, mais c'est une douleur qui est nécessaire, libératrice. Une douleur qui apprend à avoir de l'empathie pour soi, qui permet de se regarder avec un point de vue extérieur, avec du recul. De réconforter, de rassurer l'enfant victimisé qu'on a été et qui réside toujours en nous à aimer à nouveau.

De cette manière on autorise le soi adulte à ne plus être ni sur l'attaque, ni sur la défensive et à accepter les sentiments sains qui s'offrent à lui. Depuis que j'ai fait le tri, je vis avec l'enthousiasme d'un enfant, je me sens à nouveau innocent, plein de vie, d'envies, de rêves et je m'autorise à être ce que j'ai envie d'être.

Forcément, ça agace certaines personnes de mon entourage, familial, affectif ou professionnel qui se reflétaient dans mes troubles, qui aimaient la personne que je détestais être, qui face à ce sentiment d'enthousiasme et de paix se sentent en danger car elles-mêmes s'accrochent à une forme de haine qui constitue leur armure. C'est là que je me suis rendu compte que les gens sont armés pour faire face à leurs propres illusions et désillusions, et là où j'étais extrêmement susceptible face à l'opinion des autres avant, je me contente aujourd'hui d'agir en simple observateur, en me disant que ce qui est dit ne reflète uniquement que la perception que la personne a du monde et d'elle-même. Ça m'en apprend énormément sur les gens. Ça me nourrit davantage. Et le miracle dans l'histoire, c'est qu'il n'est plus question de s'écraser ou de s'affirmer. Je suis sorti de ce schéma de dominant/dominé, je n'ai pas besoin de me revendiquer haut et fort, de prouver quoique ce soit, mon état d'esprit parle de lui-même et je n'ai juste qu'à me laisser porter par le vent pour prendre ma place.

Edit : je suis en train de regarder le reportage Wink

Edit 2 : ça fait du bien de regarder un tel reportage, le témoignage de ces gens en grande souffrance est poignant, et renforce le sentiment que ce mal qu'on s'inflige est terriblement dangereux et auto-destructeur. Je suis content d'avoir pu le regarder Wink

Jo'
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 151
Date d'inscription : 21/10/2015
Age : 24
Localisation : Nord

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trouble de l'estime de soi

Message par Kristof le Mer 26 Oct - 13:21

Je n'ai pas passé de test, et très sincèrement je ne pense pas être au-delà du seuil symbolique des 130. Je pense être très probablement dans la "zone grise", entre 115 et 130, où sans être labellisé zèbre on peut rencontrer des problèmes similaires et avoir un vécu proche.

Ceci dit, ton tableau du trouble de l'estime de soi me parle vraiment. L'estime de soi, c'est fondamental. Une des clés pour l'améliorer, ce par quoi on devrait toujours commencer, c'est l'acceptation de soi.

Tant qu'on a pas résolu ce problème-là, passer un test ne me semble pas être une bonne idée.
avatar
Kristof
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 67
Date d'inscription : 22/10/2016
Age : 37
Localisation : Devant l'ordi

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trouble de l'estime de soi

Message par Invité le Mer 26 Oct - 15:14

Bonjour,
Moi aussi le tableau de l'estime de soi me parle beaucoup, c'est ma problématique depuis toujours...

Il se trouve que j'ai passé le test il y a quelques mois, et la haute estime que j'ai pour ma personne me fait toujours douter, à ce jour, de sa légitimité ( j'étais pas prête/ pas en forme/ j'ai du avoir de la chance pour certaines réponses, bref toujours cette petite voix pour me rabaisser...).
L'avoir passé m'a donne une grille de lecture pour comprendre ma vie passée, mon comportement et mes réactions, mais je n'ai toujours aucune certitude (et tant mieux, il n'y a rien de pire que les certitudes, ça enferme l'esprit), et l'estime de moi-même n'a pas miraculeusement progressé.
Je suis d'accord avec Kristof, la clé, c'est l'acceptation de soi.
La route sera longue mais riche surement.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Trouble de l'estime de soi

Message par Invité le Mer 26 Oct - 15:44

.


Dernière édition par ParaPluie le Jeu 27 Oct - 8:48, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Trouble de l'estime de soi

Message par Kristof le Mer 26 Oct - 19:19

Je conseille à tous de lire (si ce n'est pas déjà fait) Imparfaits, libres et heureux de Christophe André. Même si n'est pas le graal, ce livre m'a beaucoup aidé.
avatar
Kristof
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 67
Date d'inscription : 22/10/2016
Age : 37
Localisation : Devant l'ordi

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trouble de l'estime de soi

Message par oslo le Mer 26 Oct - 23:16

Je n'ai pas pris le temps de lire toutes les réponses, mais à vrai dire ce ne sont pas les réponses qui m'intéressent, mais bien ton post à toi Jo'.
Tu m'avais conseillé de venir ici lire ton article à la suite de ma publication désespérée, alors je suis venue, et je ne suis pas déçue !
Ton article est vraiment pertinent et très clair.
Etrangement, ou non, je me reconnais dans quelques éléments de la liste, mais pas tous.

Penses tu qu'avoir un trouble de l'estime de soi signifie obligatoirement réunir toutes ces caractéristiques ?
Je te remercie de m'avoir envoyé ici Smile

oslo
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 71
Date d'inscription : 05/09/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trouble de l'estime de soi

Message par Anarkyss le Jeu 27 Oct - 0:42

ça ne vient pas de la peur ?
avatar
Anarkyss
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 4974
Date d'inscription : 06/06/2011
Localisation : Tao

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trouble de l'estime de soi

Message par oslo le Ven 28 Oct - 20:13

WOAWBimbang... le reportage que tu as posté....
J'ai même pas de mots.
Merci d'avoir partagé ce petit trésor

oslo
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 71
Date d'inscription : 05/09/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trouble de l'estime de soi

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum