Pourquoi ce serait moi l'anormal?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pourquoi ce serait moi l'anormal?

Message par Alpha Phoenix le Ven 16 Sep 2016 - 0:34

Salut amis

Etant aspie, mais mes particularités mentales n'étant pas toutes liées à cet handicap, j'ai discuté avec des gens et j'en ai conclu que dans l'opinion de mes proches, moi et les autres autistes nous sommes des déviants même si ils ne me le disent pas directement et ceux qui forment l'écrasante majorité des normaux (les personnes typiques) sont dans la vérité

Alors moi cela ne m'angoisse pas du tout d'être anormal et que tout le monde le sache, mais il est des choses que je ne pourrais jamais ignorer à cause de mon vécu, je vais établir une liste de caractéristiques qui forment la psychologie 1)des normaux 2) des asperger et zèbres (je ne crois pas être zèbre mais je me sens très solidaire des zèbres car eux et les asperger dont je fais partie sont passés par des difficultés similaires)

1)Les normaux

Ils acceptent la laideur de cette sociabilité insidieuse et sourde qui se manifeste a chaque instant de la vie moderne voire l'apprécient et en tout cas s'y adaptent toujours même si ils peuvent la critiquer à la marge.

2)Les aspies et zebres

Ils sont dégoutés par la mesquinerie ambiante dans les rapports sociaux avec les normaux, ils ne peuvent pas s'y adapter et même si ils pouvaient cela les révulse


et là je vais recentrer un peu le truc sur mon expérience personnelle, je n'aime pas l'environnement urbain, je vis dans une petite baraque depuis toujours au bord d'une rivière quelque part entre le Jura et les Pyrénées (c'est vaste mais ça donne une idée) et je comprend pas qu'on puisse vivre au milieu du béton

Alors je vous pose la question, suis-je anormal, moi qui refuse en bloc l'urbanisation qui est un processus qui amène la mort lente du règne vivant, moi qui refuse le grégarisme avec ce qu'il implique d'abjection et de vilenie?
Et l'individu lambda, est il normal parce qu'il peut s'adapter à tout même au pire? Est-ce finalement une qualité de s'adapter au monde actuel quand on fait un zoom
et qu'on voit le bazar en détail?

Est-ce qu'il vaut mieux être qualifié d'ermite replié sur soi-même quand bien même ce serait exagéré même si la figure de l'ermite me plaît, ou devenir l'image d'un certain philosophe milliardaire d'un quartier branché qui à accepté toute la chienlit jusqu'à la boulimie?

Voila désolé d'être un peu prosaïque dans mon expression mais il commence à se faire tard,
Merci d'avance pour vos réponses


Alpha Phoenix
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 123
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 19

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi ce serait moi l'anormal?

Message par Invité le Ven 16 Sep 2016 - 8:57

Norme : état habituel, régulier, conforme à la majorité des cas ; modèle courant ou moyenne dégagée statistiquement et qui représente les caractéristiques humaines d'une espèce.

Anormal (péj.): qui est contraire à la norme et de ce fait provoque la surprise, l'inquiétude ou la réprobation.

Voilà, tu n'es pas dans la norme, conforme à la majorité des cas. Donc tu es anormal. Il est dommage que le terme anormal soit tellement péjoratif, mais c'est un peu normal finalement puisque la norme finit par devenir une évidence pour la majorité, alors qu'elle n'est que le reflet des présupposés, des choix d'une société (ou d'un ensemble socio-culturel). Il faut bien s'y accrocher pour se nourrir de certitudes, et déprécier tout ce qui la rend relative, sinon on ne peut pas en faire une vérité.

Peut-être faudrait-il penser le terme comme a-normal, qui devient plus objectif : qui n'est pas dans la norme, point. C'est un fait. Un ensemble de caractéristiques. On n'est pas obligé d'y accoler des valeurs éthiques ou morales, parce que ce n'est pas le fait d'être dans la norme ou pas qui est éthique, moral, rassurant ou consternant. C'est ce qu'on fait, les actions quotidiennes, enfin on ne va pas ouvrir le débat sur ce qu'est la morale et l'éthique, ce qu'il est bon ou normal de faire, comment il faut vivre et pourquoi.

Il me semble qu'on ne peut pas ne pas se poser la question de notre positionnement, notre façon de vivre, nos choix quotidiens (plus ou moins conscients d'ailleurs) par rapport à ce que nous percevons comme des normes, ou ce qui nous est présenté comme normal, bon, souhaitable. Mais on peut toujours faire des choix, plus ou moins éclairés.

Si tu n'aimes pas vivre en ville, dans le béton, et que tu organises ta vie en conséquence, que peut-on trouver à y redire ? Tout le monde ne peut pas vivre en ville, ne serait-ce que d'un point de vue statistique, sans compter des raisons économiques essentielles.

Oui, on peut s'adapter à tout, même au pire. Mais on peut se poser la question de savoir si c'est ce qu'on veut, ou pas. Et là, c'est une question à la fois personnelle et collective, mais chacun peut y répondre pour lui-même. Ermite ou milliardaire, chacun voit ce qu'il veut faire, ermite est meilleur d'un point de vue de l'empreinte écologique et de l'autonomie personnelle, mais quant à savoir qui est le meilleur philosophe, qui est le plus proche de la vérité, voilà qui nous mènerait fort loin Very Happy

Bref, fait ce que doit, advienne que pourra me semble être une bonne philosophie à adopter pour soi-même, peu importe ce que la norme en dit. Il faut se dégager des comparaisons et des stigmatisations des normaux ou non-zèbres, l'a-normal n'est pas forcément où l'on croit.

On peut choisir aussi le para-normal, en marge de la norme, de la normalité. En marge, ce n'est pas forcément contre, en opposition ou collé à. C'est à côté, pas forcément très loin, avec peut-être un peu plus de latitude pour se rapprocher ou s'éloigner en fonction des moments ou des besoins propres.

Pour la psychologie des normaux et des zèbres et aspies, méfions-nous des simplifications, prémices de normes et d'opposition systématique entre le bon et le mauvais. Les traits que tu traces sont trop grossiers pour être fins, ou pour le dire autrement trop brossés à la hache pour rendre compte de ce qui est vécu individuellement, d'expériences plus subtiles. Il y a aussi des normes dans les sous-groupes, dans l'underground, enfin dès que plusieurs êtres sociaux se rassemblent selon des critères plus ou moins objectifs, ils créent des normes pour pouvoir fonctionner un minimum sur des accords tacites, sinon, ça devient l'embrouille permanente. On ne peut pas tout remettre en cause tout le temps non plus, ça deviendrait fatigant et pas forcément très satisfaisant sinon utile.

Heureusement que la mesquinerie existe, voilà une une source d'étonnement et de fous rires inépuisables, nous ne pouvons que remercier les mesquins de nous apporter à leur insu tant de joie quotidienne, grâce leur soit rendue.

Car tout est avant tout question de regard, et de la façon dont on choisit de se placer dans l'espace des relations inter-humaines pour adopter un point de vue différent, ou même plusieurs points de vue, pour comparer et se dire que finalement, tout ça est assez relatif. Ce qui compte, c'est ce qu'on choisit pour soi et ce qu'on veut comme type de relation avec les autres qui ne sont pas nous, par définition.




Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi ce serait moi l'anormal?

Message par Asperzebre le Ven 16 Sep 2016 - 9:36

Tout dépend de ce qu'on appelle 'normal'.
Si on prend la définition: "ce qui est dans la norme", être normal c'est faire partie de la majorité, peu-importe si le comportement de cette majorité est absolument irrationnel et néfaste.
Tu ne fais pas partie de cette majorité, tu es donc anormal, point final, circulez y'a rien à voir.

Si on prend ce que le mot 'normal' nous évoque, c'est à dire le mot dans le sens où on l'utilise dans le langage courant, et non pas sa définition, alors être normal est (pour moi en tout cas) avoir un comportement cohérent, logique, sincère, honnête.
Quand je dis "c'est pas normal", ça veut dire "si les choses étaient bien faites, ça ne se déroulerait pas comme ça", et non pas "ça ne correspond pas à ce qui est attendu par la majorité".

Les neurotypiques ont beau représenter 98% de la population, ils sont pour moi globalement anormaux (il y a quelques exceptions bien-sûr)..
Quant à toi, je ne te connais pas, mais d'après ce que tu écris ici, tu m'évoques quelqu'un de parfaitement normal, beaucoup plus normal en tout cas que tous ces gens qui te considèrent comme un déviant Smile


Asperzebre
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 621
Date d'inscription : 10/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi ce serait moi l'anormal?

Message par chuna56 le Ven 16 Sep 2016 - 9:45

J'allais dire quelque chose similaire à ce que inkakurrpa a raconté (mais en moins intéressant lol)

Finalement, la norme c'est juste la répartition en courve de Gauss, anormal t'es tout à droite ou tout à gauche.

C'est pas bien c'est pas mal, c'est juste ainsi.
ça devient un souci le jour où une personne mal intentionnée a décidé de s'en servir pour faire du mal...

"Ils sont dégoutés par la mesquinerie ambiante dans les rapports sociaux avec les normaux, ils ne peuvent pas s'y adapter et même si ils pouvaient cela les révulse"

Pas tous les zèbres, c'est plus compliqué que ça, je pense. Pour les autres pareil d'ailleurs...

A un moment, on se pose la question : est-ce que je suis prêt à payer le prix de la solitude à refuser la noirceur des gens?

Si ton besoin social est trop important, tu peux passer outre, je pense.

Ou tu peux choisir de comprendre les gens en face et pourquoi elles agissent ainsi.
Souvent, ya quelques caisses qui expliquent les comportements déviants. ça te fait comprendre, pas excuser. et ça limite un peu la noirceur de la vie. Enfin pour des gens comme moi, en tout cas.

chuna56
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1201
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 35
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi ce serait moi l'anormal?

Message par Godzilla le Ven 16 Sep 2016 - 9:59

@Alpha Phoenix : je comprends assez bien ce que tu peux ressentir, il me semble aussi -de mémoire- que tu es très jeune, tes propos sont ceux d'une personne "en début de réflexion". Ce n'est absolument pas péjoratif ! Simplement tu va être amené, au fil de tes expériences et du temps qui passe, a voir les choses de manière moins "radicale".

Je plussoie l'excellent post de Inkakkurpa et la réponse de Chuna56. Il y a beaucoup à méditer la-dedans, je t'y encourage Smile

Godzilla
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1923
Date d'inscription : 05/09/2016
Age : 39
Localisation : Systéme solaire, 3eme planète.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi ce serait moi l'anormal?

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 20:47


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum