anipassion.com

Les rocks et aussi les slows (mode radio radieuse)

Page 39 sur 40 Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Les rocks et aussi les slows (mode radio radieuse)

Message par I am so sure le Ven 4 Nov 2016 - 20:57

http://www.acsis-pm.org/11.1.Informer-Thematheque.html

--------------------------------------------------------------------

11. Informer  •  Mythothèque
 11.2.f.  Absence de pensée séquentielle ?


« L’enfant HP ne possède pas naturellement la faculté d’organiser ses pensées de façon séquentielle. »
ASEP, Association Suisse pour les Enfants Précoces (1998-2015). Lien.

  L'origine du mythe

Avatar des légendes urbaines que l'association cite abondamment. Nous avons dans le texte, dont est issue cette pensée pour le moins étonnante, un florilège fort intéressant des mythes concernant les personnes surdouées.

  Analyse logique 

Cette affirmation péremptoire est précédée d'une phrase à laquelle elle sert de conclusion « logique » :

« De la même manière pour la rédaction d’un texte racontant ses vacances, alors que l’enfant classique racontera une anecdote comportant un début, un milieu et une fin ; l’enfant HP se perdra dans ses pensées et ses souvenirs, chaque réflexion en amenant une autre, et au bout d’une heure, bien loin de son sujet et devant sa feuille restée blanche il écrira n’importe quoi et se retrouvera « hors-sujet ».
Commençons par définir séquentiel, objet central du thème :
« Qui appartient, se rapporte à une séquence, à une suite ordonnée d'opérations. » (Larousse.fr)

Or, dans  : « L’enfant HP se perdra dans ses pensées et ses souvenirs, chaque réflexion en amenant une autre […] » nous sommes bien en face d'une succession de souvenirs, organisés dans une séquence (pensée globale), dans un ordre logique (ordonné) qui appartient à l'enfant X, même si l'ensemble lui est spécifique. Nous somme donc bien dans une pensée séquentielle. 
S'il se perd dans ses pensées ce n'est pas en raison d'une absence de capacité d'organisation séquentielle, mais au choix :
1/ par manque d'inhibition de latence qui ne lui permet pas de repérer le ou les éléments essentiels au but poursuivi ;
2/ par manque d'intérêt pour le sujet imposé, il préfère s'évader dans la rêverie ;
3/ parce qu' il n'aime pas évoquer sa vie personnelle, soit par pudeur, soit par peur des moqueries suscitées par ses centres d'intérêt hors-normes ;
4/ parce que la charge émotionnelle est par trop distractive.

Un enfant ne possédant pas la faculté d'organisation séquentielle ne réussirait pas à obtenir les scores qui définissent les enfants surdoués ou HP. Il serait même incapable de parler : ce qui implique une organisation séquentielle : un mot après l'autre ou d'apprendre à marcher : un pas après l'autre.
 
« Dans son livre l’enfant surdoué, l’aider à grandir, l’aider à réussir, Jeanne Siaud-Facchin explique que des études sur le cerveau ont démontré que les HP utilisent davantage leur hémisphère droit, celui qui traite les informations de manière globale, simultanée et gère les émotions, que leur hémisphère gauche qui analyse et décompose l’information de manière séquentielle. De plus, leur cerveau, semble-t-il reçoit une plus grande quantité d’information au même moment et l’échange entre les deux hémisphères se fait de manière plus rapide. »

Quelles sont donc ces improbables études scientifiques relatant un tel fonctionnement exclusif  allors que les études scientifiques prouvent le contraire [lien] ? L'utilisation de la pensée analogique n'est pas propre aux surdoués, elle universelle. Ce mode est préférentiel pour tous dans la vie courante, parce qu'il est rapide et suffisant pour les situations connues. Par contre, dans la résolution de problèmes, et les surdoués n'y sont pas rétifs - voir leur appétence particulière pour les jeux de stratégies -  ils sont tous tout-à-fait capables non seulement de passer au mode analytique, mais même d'y démontrer des capacités là aussi hors-normes. Voir : cerveau droit vs gauche.
        En termes de pensée, ils ne ne reçoivent pas en même temps une grande quantité d'information, contrairement au mythe de la pensée simultanée ; ils traitent successivement une grande quantité d'informations de façon très rapide dans la pensée analogique, ou plus lente dans la pensée analytique. Le mode de pensée alterne selon la situation de l'analogique à l'analytique, selon qu'il s'agit de donner une réponse rapide même approximative ou, au contraire, précise et documentée. 
Voir : pensée analytique et analogique. Enfin, si les deux hémisphères sont connectés en permanence et que « l’échange entre les deux hémisphères se fait de manière plus rapide », c'est bien qu'il n'y a pas d'exclusive d'utilisation de l'un ou de l'autre.

Utiliser la pensée analytique, plus lente, demande un effort soutenu, encore faut-il que le jeu en vaille la chandelle. Ce qui prime chez l'enfant : c'est le plaisir, celui de faire, de se réaliser, de se dépasser, mais il lui faut en retirer un bénéfice pas trop lointain, sinon c'est l'évasion (rêverie), le refus plus ou moins larvé (procrastination) ou encore la page blanche. Ce qui n'a rien à voir avec une déficience de la pensée séquentielle, mais tout à voir avec le manque de plaisir.

Il est improbable que de telles orientations puissent aider l'enfant surdoué à grandir et à réussir. Navrant de lire de tels discours pseudo-analogiques ("ça ressemble à ça, donc c'est ça" : paradis des illusionnistes, magiciens et autres mythographes [1]), qui oublient un peu vite que dans "analogique" : il y a d'abord "logique", au moins celle du discours.
Sommaire  •  Thémathèque • Haut de page

http://www.acsis-pm.org/11.2.f.Informer-Mythes.html

I am so sure
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2713
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation :

http://www.zebrascrossing.net/t28024-les-rocks-et-aussi-les-slow

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rocks et aussi les slows (mode radio radieuse)

Message par I am so sure le Ven 4 Nov 2016 - 20:59

http://www.acsis-pm.org/Sommaire.html

-----------------------------------------------------------------------

5. Surdouement : approche psychoaffective
5.3. Les pensées récurrentes
La pensée récurrente [1] est un système réactionnel, défensif, pseudo-rationnel, d'interprétation d'un fait, à forte pression émotionnelle négative (peurs, angoisses) et à émergence automatique. La pensée récurrente se compose de cinq éléments constitutifs :
1. le retour d'une émotion passée « ± traumatique », mémorisée, d'origine parfois très lointaine ;
2. la fixation : ces éléments négatifs se constituent en règles intangibles avec dépréciation de soi et sur-valorisation des autres. 
3. la projection de ces valeurs négatives dans le futur ("Ce sera toujours ainsi...") ;
4. la rapidité d'émergence (forte réactivité émotionnelle) ;
5. l'automatisme d'émergence, donc non-conscient.

Mais, une pensée ou un sentiment ne sont pas des faits objectifs. Ces automatismes de pensée sont des interprétations excessives de la réalité (généralisation abusive, analogie trompeuse, fausses prémisses...), d'apparence cohérente, bien intégrées, sur une base expérientielle, avec une forte origine psycho-sociale. Ces pensées récurrentes règlent le comportement de façon réflexe, donc infra-consciente. Il s'en suit une hypervigilance et un seuil très bas de déclenchement à toute situation plus ou moins similaire à la situation génératrice.

Du fait de la forte réactivité émotionnelle, les personnes surdouées sont particulièrement susceptibles de donner dans ces formes de pensée. Notre étude SEIn100 montre effectivement que 53% de l'échantillon (7-25 ans) possèdent une basse estime de soi, dont 13%  une très basse estime de soi, avec une dégradation avec l'avancée en âge, quand seulement 12% sont supérieurs à la moyenne. Les garçons étant légèrement plus touchés que les filles.  C'est la conséquence notamment des pensées récurrentes.

Le démontage de ces automatismes négatifs acquis n'est pas simple par le discours rationnel. Leur mise en évidence est très souvent déniée ou ressentie comme agressive, car  sapant un mécanisme de défense primaire. S'il n'est pas question de laisser la personne sans mécanisme de défense, on peut l'amener progressivement à élaborer des stratégies plus efficaces et moins pénalisantes.



5.4. Les pensées procurrentes


Elles répondent du même processus de construction que les pensées récurrentes, mais avec une différence essentielle : un contenu résolument positif quant à soi, quant aux autres et au milieu. Si elles peuvent mener l'individu à une excessive confiance en soi, bien utilisées elles sont de bon usage pour contrer les pensées récurrentes, à condition qu'elles s'appuient sur des fait avérés. 



5.5. Changer la stratégie


Faire prendre conscience à la personne de ses pensées récurrentes en lui faisant se souvenir et analyser la situation génératrice est difficile et douloureux, donc peu efficace. Par contre, le passage par un questionnaire autodoxe [2] est une bonne solution dans la mesure où c'est la personne qui fait le constat de leur existence par rapport à des critères normés. Le résultat est alors ressenti par le sujet comme plus objectif et neutre. Mais, constater est insuffisant.

Il s'agit alors de faire prendre conscience concrètement à la personne de l'existence chez elle de contenus expérientiels émotion- nellement positifs (sur faits avérés), dans des situations proches des pensée récurrente ou de lui faire vivre des expériences émotion- nellement positives dans le domaine considéré. Ainsi, elle sera en mesure de substituer aux contenus négatifs, des contenus positifs.



Exemple : C, 15 ans souffrait d'une perte d'orientation récurrente. En dépit d'un QI > 140, elle n'avait trouvé comme seule stratégie, lorsqu'elle s'égarait dans sa ville natale, que de s'assoir sur le trottoir et de se mettre à pleurer jusqu'à ce que quelqu'un la prenne en charge. Son profil intellectuel faisait apparaitre effectivement un Cube à 5 au WISC IV. 
       Passer par le jeu, nous sembla une piste intéressante dans la mesure où l'aspect ludique pouvait diminuer la charge émo- tionnelle négative et gagner en plaisir. Nous lui proposâmes un jeu vidéo de labyrinthe en trois dimensions. Après quelques réactions du genre : « Ça, je ne pourrai jamais ! », elle finit par accepter que nous le fassions ensemble (rassurance), puis, une fois l'angoisse descendue, à le faire seule. Prise par l'intérêt du jeu et renforcée par une première victoire, elle finit par rejouer plusieurs fois et obtenir des scores plus qu'honorables. Alors, de lui montrer que les capacités mise en œuvre dans le jeu étaient les mêmes que dans la rue, stress en moins, plaisir en plus, et que ce qui était obtenu dans le jeu pouvait se transposer dans la vie réelle. 


C'est là un des processus qui permet de sortir des pensées récurrentes, délétères aussi bien sur le plan personnel que social. Il comporte plusieurs étapes plus ou moins longues selon l'ancienneté et l'amplitude des choses. Ces étapes ont été bien décrites par McGuire (1968) dans sa théorie du traitement de l'information [2] :




En situation de crise, tout discours rationnel est in-entendable par la personne, la seule réponse possible est alors purement affective : présence, écoute active, réconfort. C'est seulement une fois le calme revenu et les tensions apaisées que peut intervenir la reconstruction de la pensée sur l'examen des faits objectifs et positifs.


 C'est une des finalité de la douistique.

Sommaire  •  Thémathèque • Haut de page
http://www.acsis-pm.org/5.3.Affectif.html#proc


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ca fait douistiti  Razz (on a dit 46 bientôt en age civil pas mental, on n'a pas de preuves  Wink

I am so sure
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2713
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation :

http://www.zebrascrossing.net/t28024-les-rocks-et-aussi-les-slow

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rocks et aussi les slows (mode radio radieuse)

Message par I am so sure le Ven 4 Nov 2016 - 21:00

5. Surdouement : approche psychoaffective

5.2. Les 7 peurs de l'enfant et de l'adulte surdoué


Dans le registre des émotions, ces peurs sont multiples et parfois changeantes au fil des jours, des milieux de vie et surtout des discours entendus. En voici les principales, liste non-exhaustive :

• Peur de l'anormalité.
Se sentir différent est un problème, si cette différence n'est pas nommée et expliquée. Quand elle l'est, elle se gère bien. Quand elle ne l'est pas, elle est trop souvent vécue comme une anomalie, une déficience, une tare, avec en sus : la culpabilité, « C'est de ma faute ! ». Quand, de plus, trop souvent, c'est le discours des "autres" : copains, famille, enseignants, cela ne peut que renforcer cette fâcheuse impression qui se changera rapidement en certitude : « Je ne suis pas normal ! » 

• Peur de l'incompétence.
Plutôt que de valoriser ce qu'il sait très bien faire, mieux et plus vite que les autres, le surdoué va se focaliser sur ses incom- pétences et se dévaloriser. C'est trop souvent l'enseignant qui est à l'origine de ce sentiment : « Voyons, Paul, tu ne sais pas faire ça et on dit que tu es surdoué? » Comme si le fait d'être surdoué impliquait l'omniscience. 
       Pour peu que l'on insiste quotidiennement et publiquement sur les faiblesses avérées, mais bien provisoires, disons par exemple l'écriture, on arrivera au blocage, à la dévalorisation de soi, au déni de son propre surdouement. Ce qui était une banale difficulté d'apprentissage, par inadaptation pédagogique, finit en supposée pathologie, avec envoi plus ou moins rapide vers un professionnel qui, non-averti et formé, ne sera pas d'un grand secours.

• Peur de l'imposture. 
C'est plus fréquent chez les adultes. Du fait de leurs compétences autodidactiques avérées et reconnues par autrui, on les charge (voire surcharge) de travaux divers, en dehors de leur "compétence officielle" ou de leur secteur dévolu. Leur empathie les empêche de refuser d'autant plus que cette compétence offre une certaine reconnaissance sociale. Comme ils s'en tirent généralement très bien : recrudescence de demandes. Alors, s'installe la peur : c'est le syndrome de l'imposteur [1]. On va découvrir que je n'ai pas les titres, les habilitations... voulues, alors ... ce sera la honte.

• Peur de l'échec.
L'échec est une péripétie normale dans tout apprentissage. Pour la personne surdouée, l'échec n'est vécu pas comme : « J'ai produit un acte inapproprié. », mais comme : « Je ne vaux rien. ». L'échec ne remet pas en question son action ou sa stratégie, mais sa personne, d'autant plus fortement que son estime d'elle-même est déjà basse. 
       Curieusement, pour la même bévue, en mathématiques on parlera d'« erreur », quand en français le verdict sera « faute » avec son cortège de culpabilité et sa connotation quasi-délictuelle. 
        Cette peur est aussi liée aux facilités cognitives qui occultent la notion de travail, d'effort. Cette attitude (basée essentiellement sur la mémoire) fonctionne bien, en général, au primaire  et au début du secondaire, mais devient problématique à partir de la 4e, voire de la seconde pour les plus hauts QI.

Peur du rejet social.
Comme je ne suis pas dans la norme du groupe, on va me rejeter. C'est très prégnant au collège, il faut passer par les diktats du groupe, adhérer à son langage, à sa façon de se vêtir, aux potacheries traditionnelles, etc.  Avec son vocabulaire riche, sa bonne syntaxe, son peu d'intérêt pour la mode, son sens de l'humour décalé et fin, l'enfant surdoué se fait vite repérer et sera condamné à passer  ses récréations avec un livre au lieu d'interagir avec les autres. 
        S'il cherche absolument à s'intégrer, il se construira un faux-moi bien conforme, au détriment de sa vraie personnalité. Mais cela ne fonctionnera qu'un temps et finira généralement ou dans le rejet plus ou moins agressif des autres ou dans la dépression. Stade ultime, l'acceptation, avec comme seul rôle social dévolu, de celui de bouc-émissaire, de souffre-douleur. 

Peur du non-amour.
Différent, comment va-t-on pouvoir m'aimer ? Mes parents doivent avoir honte de moi. Je n'ai pas d'amis...
        Le doute s'installe, perdure, s'amplifie. La demande affective croît de même et finit par exaspérer les parents qui, croyant bien faire, mettent de la distance. Si la mère répond à la demande, la maîtresse s'insurge, traite l'enfant de bébé, parle d'attachement excessif à la mère, de relation fusionnelle, conseille fortement le psychologue avec menace plus ou moins larvée de dénonciation aux travailleurs sociaux. Nous avons maintenant deux angoissés : la mère et l'enfant.
      Jérémy n'avait qu'un seul ami Victor, avec qui s'était installée une vraie complicité et une émulation certaine, mais avec quelques bavardages intempestifs en classe (ennui ?). Changement de classe, l'ancienne maîtresse impose de séparer les deux amis, ce qui est fait. Depuis, Jéremy est ailleurs, bâcle son travail, erre sans but dans la cour, est parfois agressif avec les autres...

Peur de son intelligence.
Paradoxe là aussi. C'est la peur de l'amplitude des informations, mais aussi celle de la rapidité du traitement. L'amplitude pose la question : « Mon cerveau a-t-il des limites ? » ; la rapidité celle de la normalité par rapport aux autres et celle de l'ennui.
        Cette peur est entretenue par la fausse théorie de la « pensée en arborescence » [2] qui confond l'arborisation terminale des axones avec le fonctionnement de la pensée. Si c'était le cas, le sujet décéderait rapidement de cette pensée exponentielle, le cerveau étant alors incapable de subvenir aux autres besoins biologique fondamentaux (60 à 80 % de son activité). La pensée est bien séquentielle et non-simultanée, il faut du temps pour passer d'un neurone à un autre et assembler les informations de façon cohérente, même si ce temps est très court, surtout chez les personnes surdouées. 

Ces peurs sont à l'origine de bien des problématiques chez les personnes surdouées, notamment des pensées récurrentes.
http://www.acsis-pm.org/5.2.Affectif.html


-----------------------------------------------------------
Un ange Amis

I am so sure
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2713
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation :

http://www.zebrascrossing.net/t28024-les-rocks-et-aussi-les-slow

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rocks et aussi les slows (mode radio radieuse)

Message par I am so sure le Ven 4 Nov 2016 - 21:07

2. Surdoués : un comportement différent

2.2. Le repérage comportemental du surdouement.


Nous avons recherché, depuis 1994, en observant les personnes surdouées (enfants, adolescents et adultes), à recenser les différentes attitudes récurrentes, différentes de la moyenne de la population générale. La grille comportementale de Terrassier (23 items) [1] nous avait semblé par trop succincte. Ayant confronté nos observations avec les plus significatives de l'excellente étude de Jacques Bert [2], nous avons retenu 88 comportements comme les plus fréquents, sur les trois champs où ils apparaissent le plus fréquemment :
 1/ comportement général2/ atteintes somatiques et 3/ attitudes scolaires.

Ces champs comportementaux, distribués sur trois grilles d'analyse, comportent des items parfois contradictoires, tant il est vrai que tous les surdoués ne réagissent pas identiquement face à une même situation ou dans la durée : certains seront révoltés, d’autres déprimés, d’autres encore pratiqueront la fuite ou somatiseront, ou même essayeront successivement ou alternativement différents modes réactifs, ce qui ne simplifie pas leur repérage.

Ces trois grilles ne prétendent, en aucun cas, se substituer à un test d'efficience intellectuelle, qui est du ressort exclusif du psy- chologue. Seul le test permettra de certifier et de quantifier un éventuel surdouement intellectuel. Cependant, issues d'observations sur de nombreux sujets, elles permettent aux parents, mais aussi aux enseignants et aux intervenants d'être alertés sur d'autres bases que l'intuition ou le hasard et amènent plus objectivement sur la nécessité du test d'efficience intellectuelle :
• La première grille se base sur 32 comportements généraux, observables dans la vie courante, notamment dans le milieu familial et très tôt dans la vie de l'enfant.
• La seconde repère 23 manifestations somatiques, parfois importantes et récurrentes, que les mésajustements psychosociaux produisent. Même sans atteintes physiques manifestes, la souffrance est bien réelle et doit être prise en compte.
• La troisième relève, au sein du milieu scolaire, 33 attitudes typiques des enfants surdoués, notamment quand l'offre pédagogique ne correspond ni à leurs attentes légitimes ni à leurs besoins élémentaires.

Chacun de ces signes en lui-même n'est pas exclusivement significatifs des personnes surdouées, c'est leur présence à la fois sur les trois grilles, leur amplitude (très forte, forte), leur fréquence (toujours, très souvent) et la précocité de leur apparition (très tôt) qui sont porteuses de sens et indiquent la forte probabilité d'un surdouement intellectuel. Aucun enfant ne répond de tous les items.

Sommaire  •  Thémathèque • Haut de page

--------------------------------

2. Surdoués : un comportement différent

2.3. Grille I  •  Comportement global.


Nous avons recensé ici 32 comportements assez typiques des enfants surdoués dans leur vie quotidienne, tant sur le plan cognitif que relationnel. Si la phrase vous semble correspondre habituellement à votre enfant reportez le coefficient donné dans la colonne note. 
Un total des points obtenus ≥ 16 indique une forte probabilité de surdouement.

[i][i][i]N°[/i][/i][/i][i][i][i]Le sujet (enfant ou adulte dans son passé)...[/i][/i][/i][i][i][i]Coef.[/i][/i][/i][i][i][i]Note[/i][/i][/i]
01 a montré, très tôt, un vocabulaire très riche et une syntaxe bien en place (n’a jamais parlé bébé).3
02 apporte peu d’attention et de soin à la vie quotidienne (toilette, habillement, repas).2
03 très susceptible, a très peu le sens de l’humour envers lui(elle)-même.1
04 possède un sens de l’humour (y compris féroce et très ajusté) envers les autres.3
05 choisit des camarades plus âgés ou beaucoup plus jeunes ou marginaux.2
06 s’entend mieux avec les adultes qu’avec les enfants de son âge.3
07 juge les gens avec finesse et pertinence, voire impertinence ou intransigeance.3
08 décèle vite les failles des autres et tente volontiers de manipuler pour arriver à ses fins.2
 09 est très jaloux(se) de ses frères et sœurs, voire de ses copains (copines).2
 10 est très exclusif(ve) avec ses parents, ses ami(e)s, son enseignant(e).2
11 intéressé(e), a une grande mémoire, moins bonne ou nulle dans le cas contraire.3
 12 pousse les raisonnements jusqu’au bout de la logique.3
13 est passionné(e) par (et/ou) : histoire, antiquité, mythologie, astronomie, préhistoire, philosophie.3
14 à la recherche des limites, pousse les adultes à bout (négociation).2
 15 est maladroit(e) ou gauche par inattention.2
 16 souvent distrait(e), dans la lune, ne semble pas avoir entendu, mais a tout compris.3
 17 face à l’échec, se juge comme nul(le) de façon globale et baisse les bras.3
 18 exerce un véritable chantage affectif (pouvant aller jusqu’à parler de mort ou de suicide).1
 19 profère des jugements à l’emporte-pièce, manque de nuances (tout noir ou tout blanc). 2
 20 réagit mal à l’autorité maternelle, mieux à l’autorité paternelle.2
 21 réagit mal à l’autorité de principe ou de statut, mieux à l’autorité de compétence.3
 22 hypersensible, réagit fortement (pleurs, colères, déprime) à des événements jugés bénins par l'entourage.3
 23 rapidement après une forte réaction, passe à autre chose comme si de rien n’était.3
 24 a une affectivité vue comme en-dessous de son âge (même adolescent) ou une forte demande affective.2
 25 devant les difficultés, tient un discours minimaliste ou fataliste, voire les nie (surtout adolescent).2
 26 s’exprime peu quant à lui(elle)-même, secret(te) ou très discret(te).2
 27 a demandé à lire ou à compter avant cinq ans et y a donné suite avec succès.3
 28 a su lire correctement (avec le sens du texte) avant six ans.3
29 est d'une curiosité sans limites.3
30 déclare ne pas avoir d'ami(e)s.2
31 s'intéresse beaucoup et très tôt aux nombres et au calcul.2
32 change soudainement de passion (pense en avoir fait le tour).2

Total des points : 
http://www.acsis-pm.org/2.3.Comportements.html
-----------------------------------------------------------------------------
http://www.acsis-pm.org/2.4.Comportements.html

Tableau de somatisations.
---------------------------------------------------------------------------------------

Comment griller une saucisse dans la vie courante, oui ça court aussi une saucisse, ça va vite, très vite  Razz

I am so sure
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2713
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation :

http://www.zebrascrossing.net/t28024-les-rocks-et-aussi-les-slow

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rocks et aussi les slows (mode radio radieuse)

Message par I am so sure le Ven 4 Nov 2016 - 21:33

http://www.carnetpsy.com/article.php?id=1967&PHPSESSID=gafjuplmpith1hur66b30p28s3

------------------------------------------------------------------

« La photographie n’est pas dans ce qui est gravé sur le papier mais dans le regard de celui qui un jour la contemple »

 Martine LANI-BAYLE : « secrets de famille et histoires de vie » Journal des psychologues n° 256 avril 2008 p. 68

De l’UN `a l’autre : subjectivation au temps de l’enfance Gaby Keiser
https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-00926852/document

------------------------------------------------------------------------
https://www.infochretienne.com/entretien-avec-manon-corvoisier-chretienne-bipolaire-et-surdouee/
------------------------------------------------------------------
.../...

Dimensions de l 'Hyperactivité et enjeux socioaffectifs associés .................. 21 
Hyperactivité intellectuelle .................................................................... 21 
Hyperactivité émotionnelle .................................................................... 23 
Hyperactivité imaginative ...................................................................... 25 
Hyperactivité psychomotrice ................................................................. 26 
Hyperactivité sensitive ........................................................................... 27
.../...

http://depot-e.uqtr.ca/6878/1/030466615.pdf

I am so sure
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2713
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation :

http://www.zebrascrossing.net/t28024-les-rocks-et-aussi-les-slow

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rocks et aussi les slows (mode radio radieuse)

Message par I am so sure le Ven 4 Nov 2016 - 22:00

Sensorielle, sensuelle, mentale ou encore relationnelle, l'hyperesthésie est un développement extrême de nos perceptions qui peut ouvrir grand la porte des images poétiques.














Hyperesthésie sensorielle





Citons ces trois exemples d'hyperesthésie :

 
- L'ouïe



Certaines personnes sont très sensibles aux bruits. Cela est un avantage certain pour écouter de la musique, juger de la qualité d'un système acoustique pour audiophiles. C'est entendre des différences imperceptibles pour le commun des mortels, ressentir avec une extrême finesse la scène sonore jouée par un disque, un ampli et des enceintes.








Système acoustique pour audiophile

 
Mais cela peut aussi être une douleur physique lorsque trop de sons de certaines fréquences arrivent aux oreilles (hyperacousie). L'hyperacousie rend ces sons là insupportables : coup de klaxon, sirène d'ambulances, travaux routiers, mais aussi le bruit de ses propres pas, d'un torrent, d'oiseaux ou d'un vieux téléviseur cathodique qui siffle (fréquence de 15625Hz). Ce sont des bruits extérieurs qui dérangent et non des illusions (acouphènes).

 


Même si aucune explication n'est certaine sur l'hyperacousie, elle peut être due à une exposition excessive au bruit. On peut devenir hyperacousique après un coup de feu ou un concert trop bruyant.

 



Evénement riche en décibels





- L'odorat

 
Certaines personnes sont très sensibles aux odeurs. Dans la littérature, on peut citer le personnage de Jean-Baptiste Grenouille (dans Le parfum de Suskind) qui est un véritable nez. Dans la vie courante, cette hyperesthésie peut être dérangeante : sentir que quelqu'un est allé à la piscine la veille, de quel plat son collègue s'est taché à son dernier repas. Dans la foule, les odeurs (pas toujours agréables) abondent...

 


Mais la description des odeurs évoque souvent des souvenirs, la nostalgie d'un passé révolu où l'on sent, on savoure "ces parfums d’herbe et d’étoiles, la nuit, certains soirs où le coeur se détend"(Camus, Le mythe de Sisyphe).





Ici, on pressent déjà la correspondance des sens - la synesthésie - qui ouvre vers l'association propre à la poésie.

 


- Le toucher

 


La place du toucher est essentielle, même si souvent oubliée ou discrète. Notre peau ne nous sert pas seulement de protection, elle nous sert aussi à entrer en contact avec le monde extérieur, avec l'autre. La peau est notre organe du toucher, ses deux mètres carrés en font l'organe le plus étendu du corps. Notre corps est un ami et nous soignons sa peau - notre peau ? - par des crèmes, des traitements, des maquillages qui la chargent de beauté, au soleil ou en soirée.

 



 


Nous entretenons sur notre peau une atmosphère tropicale primitive de 30-32°C en permanence en ajoutant une couche de vêtement quand le froid fait rage. L'hyperesthésie peut se manifester pour des personnes extrêmement sensibles au chaud et au froid.

 


Les sensations épidermiques nous sont connues avant la naissance, puis les souvenirs agréables sont souvent tactiles chez le bébé. Une poignée de main est utile pour saluer ou faire la paix. La plupart d'entre nous apprécient les massages. L'idée d'amour sans contact physique peut alors surprendre. Un baiser exprime un sentiment, mais il le déclenche aussi...

 



Amour exprimé ou déclenché ?

 


Le toucher nous accompagne de l'affection tendre à l'étreinte sexuelle, dans le recueil exquis des plaisirs de la peau - et non de la chair.

 


L'hyperesthésie mentale

 


Une forme de "surefficience mentale" (douance) se caractérise par l'hyperesthésie, mais aussi une grande susceptibilité, un fonctionnement cérébral par associations, une curiosité et une créativité étonnantes, des intérêts variés, un sens de l'humour pas toujours compris.

 


Les perceptions vives qui viennent de l'extérieur perturbent sans cesse, il peut être difficile de ne faire qu'une seule chose à la fois, d'être détendu malgré les pensées et les musiques incessantes.

 



 


On peut dire que l'hyperesthésie n'est, pour ces profils atypiques, qu'une caractéristique parmi d'autres.

 


Le repli peut sembler une solution pour s'intégrer aux autres, en se présentant volontairement comme une personnalité simplifiée, tronquée. Une tentative de réponse serait plutôt d'accepter sa propre différence, apprécier de s'émerveiller d'un rien, de comprendre vite, d'avoir une grande empathie, de ressentir intensément un morceau de musique ou une oeuvre d'art.

 



 


"L'art du surdoué, c'est d'apparaître potentiellement non dangereux." 
Marilyn Merlo


 


"C'est un grand tort que d'avoir eu raison avant les autres." 
Edgard Faure


 


L'hyperesthésie de la sensualité

 


Certaines zones de la peau sont douées d'une sensibilité sexuelle particulière, surtout chez les femmes. Ces zones érogènes sont souvent localisées sur les lèvres, mais aussi sur le lobe des oreilles, la nuque, le genou ou le petit doigt.

 


La précision extrême du détail est facilitée par l'hyperesthésie. On peut citer la richesse des détails de la vierge du chancelier Rolin (Van Eyck) qui ouvre sur quelque chose de presque irréel et qui éclaire l'oeuvre.

 



 


La sensibilité à un degré extrême permet d'expliquer des cas de fétichisme érotique où sont excitantes des matières bien précises : soie, velours, tissus, etc... Le contact avec ces matières peut déclencher par leur vue, leur odeur, leur toucher, l'hyperesthésie de la sensualité. 

 



Dauphins ou étreinte ?

 


Une association d'impressions, de symboles, une construction intellectuelle sont le chemin de la sublimation du désir sexuel. Paradoxalement, plus on se perd dans le détail, plus le sens semble apparaître. Du morceau élu, du parfum, de l'objet jusqu'à l'ouverture spirituelle se déploie la diversité d'une sensualité hyperesthésiée. En ce sens, à partir de peu, de très peu, le fétichisme fait parvenir aux choses infinies "qui chantent les transports de l’esprit et des sens" (Baudelaire, Correspondances).

 


L'hyperesthésie : une entrée dans la poésie

 


La poésie consiste à privilégier la forme du message par rapport au fond du message. On laisse un peu de côté la transmission de l'information (le signifié) pour travailler la forme (le signifiant). Le signifiant s'ouvre sur un ensemble de signifiés, d'associations d'images, d'idées, d'émotions. La rime et le vers symbolisent la forme de la poésie.

 


L'hyperesthésie favorise la perception d'images, d'associations d'idées qui sont la conséquence positive d'une distraction spontanée. Si ces images sont surprenantes et joliment exprimées, elles nourissent une imagination utile à la création artistique ou littéraire. Les synesthésies (correspondances entre les sens) aident encore à cela, et les personnes désirant exprimer leur ressenti joueront de cela avec un vocabulaire étendu, parfois spécialisé.

 


- Un oenologue dira d'un vin qu'il est boisé, clair, étoffé, fruité, ou encore généreux.




- Un audiophile décrira un rendu sonore velouté, brillant, cristallin.


 



Lumière cristalline

 


Et nous voilà à décrire ce que nous ressentons avec des images, des correspondances, pour essayer aussi de transmettre notre émotion... Camus, dans Le mythe de Sisyphe, affirme l'ignorance qu'offre les théories des scientifiques : "Vous m'expliquez ce monde avec une image. Je reconnais alors que vous en êtes venus à la poésie, je ne connaitrai jamais."

 



Invitation de tous les voyages

 


Le poème Correspondances de Baudelaire établit de façon certaine les synesthésies : "Les parfums, les couleurs et les sons se répondent". Les parfums y sont assimilés à des impressions tactiles, ensuite vues comme des sons, ou encore des images.

 


L'hyperesthésie relationnelle

 


L'hyperesthésie relationnelle se caractérise par une grande sensibilité et une

 


- tendance à l'autocritique
- intériorisation pénible des échecs
- paranoïaque par la pensée, méfiance exagérée (s'imaginer que les autres pensent du mal)
- risque suicidaire
- attente de l'approbation d'autrui
- vif désir de se faire aimer


 


Parfois malmenées comme des locomotives, surtout trop émotives, ces personnes hypersensibles sont difficilement fréquentables et finissent souvent par provoquer le rejet tant redouté. L'erreur de jugement d'une situation entraine une interprétation erronée du vécu. On explique d'ailleurs aussi ainsi certains phénomènes paranormaux comme les voix électroniques.

 


Conclusion sur l'hyperesthésie

 


Au contraire de l'anesthésie, l'hyperesthésie est une réactivité extrême aux perceptions de notre environnement, ou aux contacts sociaux. Le sens du toucher est en lien étroit avec la sensualité. Pour décrire les sensations vives et nos émotions, nous utilisons des images autant pour tenter de décrire un ressenti que pour verser dans la création artistique. L'hyperesthésie souligne le lien entre sens, sensualité et poésie.

 





http://www.astuces-pratiques.fr/sante/l-hyperesthesie-definition



---------------------------------------------------------------------------------





Le polyamour : définition



Le polyamour : définition




Le polyamour, c'est être en couple avec plusieurs personnes simultanément. Ces multiples relations amoureuses et sexuelles se vivent en même temps, avec le consentement de toutes les personnes impliquées dans ces relations de couple. Le terme de polyamour remonte aux années 1960 et désigne alors les relations non monogames consenties, mais est entré dans le grand public dans les années 1990.








Coeur et infini : un symbole du polyamour






Relations possibles dans le polyamour






Etre en couple avec plusieurs personnes en même temps, ce n'est pas être en "couple libre". En effet, dans un "couple libre", on conçoit une seule relation de "couple" autour de laquelle gravitent divers amants, maîtresses, et autres personnages aux plaisirs de la chair.


L'infidélité n'est pas du polyamour parce qu'elle n'est pas consentie par l'autre partenaire. A la différence du polyamour sincère et honnête, l'infidélité prend la forme de "triche" et de mensonge. L'échangisme n'est pas non plus du polyamour parce qu'aucune relation de "couple" n'est envisagée avec l'autre partenaire qui n'a alors qu'un but temporaire de plaisir.


Polyamour et fidélité






Si on pense polyamour, la fidélité doit être redéfinie puisqu'elle n'est pas l'exclusivité d'un partenaire de couple. Les polyamoureux(ses) définissent volontiers la fidélité comme un rapport de confiance, c'est-à-dire honnête et attentif à son partenaire. Ceux qui préfèrent voir des maitresses en cachette trouvent que l'hypocrisie est moins grave que la fidélité. Ce n'est pas l'infidélité qui choque, c'est la franchise !


Tolérance face aux rapports amoureux






Le polyamour sort de la façon traditionnelle hétérosexuelle de s'aimer, vivre et mourir ensemble dans les murs de sa maison. On peut parfois y voir une pointe de critique vis à vis des modèles sociaux (de moins en moins) établis. Certains polyamoureux s'indignent de la monogamie et rêvent de relations où la sincérité, l'écoute, le partage ou encore l'attention à l'autre sont les vraies priorités. La peur du regard et du jugement des autres semble un frein au polyamour : époux cocu, briseur de couple, personne bizarre... Françoise Simpère qualifie le polyamour de "libertaire, anarchiste et révolutionnaire". Contrairement à la polygamie (plusieurs mariages), le polyamour ne donne aucun droit en termes juridiques.




Certaines intolérances semblent aujourd'hui inhumaines. Voici une caractéristique de l'humain : l'inhumain. A-t-on déjà vu un bovin devenir imbovin ?


Critiques du polyamour






On ne peut pas consacrer beaucoup de temps à ses relations si elles sont nombreuses. Si un(e) polyamoureux(se) prétend aimer plusieurs personnes à la fois, il ou elle les aime forcément moins. De la même façon que plus on partage un gâteau, moins il y en a pour chacun(e). L'amour est alors vu en quantité finie, comme un bien matériel par exemple. Certains considèrent d'ailleurs aussi le travail de la même façon : si certains travaillent beaucoup, d'autres sont alors au chômage. Mais celles et ceux qui travaillent beaucoup sont aussi des créateurs d'emplois sans toujours s'en rendre compte. Ainsi de l'innovation et de la recherche par exemple.




Gâteau : plus on partage, moins il y en a pour chacun(e)


La relation sentimentale nécessite du temps, même dans une ère où les transports s'accélèrent. Certains considèrent aussi que le polyamour est instable sur le long terme.






Etre polyamoureux(se)





On ne choisit pas de devenir tout à coup polyamoureux(se), dans le seul but d'être avec deux personnes à la fois, alors qu'on est célibataire ou en couple. Ce serait un simple effet de mode, de même qu'on s'achète le dernier gadget en vogue pour être à la page. Certains se jettent sur les derniers téléphones sans fil, et bientôt sans téléphone Smile

En réalité, la sensibilité polyamoureuse se révèle lorsqu'on imagine être en couple avec plusieurs personnes de façon harmonieuse et sereine. On peut avoir envie de partager certaines choses avec une personne et non avec une autre, et inversement. Le polyamour délivre alors de multiples façons d'aimer différentes, c'est aimer au pluriel, dans la diversité du frémissement amoureux. Aimer plusieurs à la fois devient possible si lorsqu'on est avec une personne, on ne pense pas à une autre, c'est-à-dire qu'on aime de tout soi-même. "Pourquoi faudrait-il aimer rarement pour aimer beaucoup ?" interroge Camus.

Certain(e)s sont convaincus que les coups de foudre existent. Pour les polyamoureux, il est possible de concrétiser une relation amoureuse, qu'on soit seul(e) ou déjà en couple. On peut constater que certains tombent amoureux plus fréquemment que d'autres. Ce n'est pas une question de (mal)chance, mais plutôt un état d'esprit.

Tomber amoureux facilement

On peut par exemple partager une relation épistolaire, correspondance brûlante et emportée, tout en vivant une autre relation de couple plus classique, si on peut dire.


Passion de plume grand format

La relation épistolaire sentimentale est intéressante parce qu'elle diffère dans sa nature des autres relations. Voici par exemple le début d'une correspondance entre deux jeunes gens où un sentiment amoureux s'installe très vite :

Ar

Amie du soir bonsoir, 
un léger voile recouvre l'image, et la suite du profil n'en parle plus. A choisir, je choisis plutot la lumière que les ténèbres... J'ai fini par cliquer, mais je ne te dis pas à cause de quelle ligne^^ J'espère qu'on apprendra à se connaitre mieux.. A bientot, mais nul ne sait encore si tu me répondras.

Sh

J'aimerais bien savoir pour quelle ligne tu as cliqué ^^ Eh oui, je réponds, je réponds toujours quand y'a plus que "salut ça va" dans le message. Que je te connaisse mieux, parce que là, cette absence de photo de perturbe, je suis plutôt méfiante, hein, je préviens, donc, si je pouvais avoir des images, ce serait sympa ! La nuit .. Un épais manteau, dont on ne peut se dépétrer que par le temps .. Il ne sert à rien de lutter .. Elle est une camisole qui vous retient sous l'emprise des cauchemars pendant de longues heures .. Une éternité, à mes yeux .. 
Bisou ^^

Ar

"Musicien, tendre, affectueux, cherchant longue relation ? Un Clik, ou presque, suffirait ?" C'était cette ligne là. Tu sais, c'est un peu comme une belle image dans la rue, qui nous fait tourner la tete quelques secondes. Je viens aussi de modifier mon profil, et il y aura une photo. Mon dernier cauchemar remonte à longtemps. Finalement la nuit est douce, j'aime son calme, l'impression jubilatoire de régner sur son temps sans être dérangé ni stressé. Bisous

Sh

Une belle image dans la rue, tiens tiens. Dois-je trouver ça flatteur ? Euh, moi, le site, ça m'arrange pas du tout, tu veux vraiment pas me passer ton adresse ? Le mien remonte à hier. Et à avant hier. Et à avant avant hier .. Ca ne s'arrête jamais. Je ne jubile pas, moi, au contraire, quoique j'aime son duvet frais qui repose sur mes épaules nues lorsque je sors .. Mais sinon .. Elle est synonyme pour moi de trop d'horreur pour que je la prenne en affection 
Bisous, Sh

Sh

T'es long à répondre, je te fais peur ?

Ar

Je cligne des yeux^^ mais mes paupières ont du mal à repousser le sommeil... Allez, c'est bien pour toi, parce que même mon chat s'est endormi, alors je n'ai plus que toi avec qui échanger. Tu profites bien de tes vacances à part ca? Au moins, j'aurai gagné à te connaitre aujourd'hui. La nuit est douce et les cauchemars sont loin quand je t'écris, ca ressemble presque à un beau rêve...

Sh

je m'égare souvent à rêver que ma simple petite volonté d'humaine puisse changer quelque chose aux malheurs de ce monde. Tu dois trouver ça stupide et pourtant, c'est réellement ce que je pense .. Mes paupières, à moi, sont grandes ouvertes, je guette le moindre de tes mots, je me délecte de la moindre parole, et je souris à la moindre expression de ta galanterie flagrante.. Dis, crois-tu que je sois folle ?

Ar

Si tu dors, je veille, et si je tombe, tu prends ma relève, c'est pour ça que je reprends à ta pause, à la fin de ton message. C'est vraiment joli ce que tu écris, de plus en plus, comme une fleur qui s'ouvre de nuit, dans l'insomnie, et qu'un manteau neutre, pendant le jour, nous cache. Tu ressembles aux papillons qui ouvrent leurs ailes tard, au jour tombé, et qu'on voit, de temps en temps, à la lueur des nuages. Tu es celle que j'attendais ce soir. J'aime ton inspiration, tes phrases fortes qui m'emportent dans notre direction à nous, le long de cette côte sinueuse et tendre qui fait le long chemin de la rencontre.

Sh

Internet. Mon meilleur ami, mon pire ennemi, aussi. Sincèrement, je ne voulais pas m'inscrire sur ce site, c'est une amie qui me l'a fait découvrir, me sachant pucelle de tout amour, et croyant vraiment que mon Prince, je le rencontrerai ici. J'ai d'abord refusé, longuement, et à maintes reprises elle m'a relancée, cherchant à me faire céder. Pour moi, un site tel que celui ci, regorgeait de garçons nuls, ne voyant pas plus loin que le bout de leur museau d'étalon sauvage, qui ne savaient pas parler autre qu'en sms ou en un jargon qui me dépasse, tel que "je kiffe", ou autre. Et aujourd'hui .. Je te rencontre ^^ La providence, si elle existe, a bien fait les choses, car je ne regrette absolument pas cette nuit fabuleuse, que nous sommes en train de passer .. Je suis en train de nous comparer, à deux amants, timides, réservés, mais emplis d'affection à revendre .. Dans le noir .. Les yeux dans les yeux, ils se cherchent .. Et lors d'un passage bref de la lune, on aperçoit leurs corps nus, se frôlant dans les ténèbres épaisses de la nuit noire .. Oui, je sais, je me laisse aller .. Je t'avais dit, que j'étais folle .. Tu as le droit d'aller te coucher si je te choque .. Je suis crue, mais je me dévoile .. Prends ça comme tu veux .. Mon cher ..






Polyamour, un défi





Aimer au pluriel est un défi. Le polyamoureux doit positionner sa relation amoureuse comme non unique, laisser du temps aux autres relations (pour soi ou l'autre) avec bienveillance et attention. La gestion de ses propres émotions ainsi que celles de l'autre n'est pas plus facile dans le polyamour, au contraire. Le polyamour demande de la subtilité et de l'équilibre sur le triangle de deux relations. Une des clés de la réussite est le dialogue et l'écoute de l'autre : rien de neuf sous le soleil, les psychologues nous enseignent déjà que c'est aussi vrai dans un "simple" couple.


Ecoute de l'autre, une clé de la réussite du polyamour



Mot de la fin





Le polyamour consiste à vivre l'amour au pluriel. Plusieurs relations de couple menées ensemble, dans la sincérité et l'écoute de l'autre, en tenant compte des besoins des partenaires. On confond parfois le polyamour avec l'infidélité ou les couples libres. De la relation sensuelle à la correspondance épistolaire, en passant par la tendresse et l'échange intellectuel, le polyamour se décline en autant de relations amoureuses différentes. Le polyamour offre généreusement la richesse fleurie d'un bouquet d'amoureux. "Cueillez dès aujourd'hui les roses de la vie", écrivait en son temps - mais pour d'autres raisons - Pierre de Ronsard...


Fleur d'un autre temps

http://www.astuces-pratiques.fr/sante/l
----------------------------------------------------------------------------------------
.../...
Adultes HP : les problématiques
Atypiques à bien des égards, les adultes à haut potentiel font face à des problématiques particulières. La première d’entre elles étant d’être correctement identifiés comme adultes HP. Le sentiment de décalage induit par leur différence peut les amener à suspecter des troubles du comportement, ou les thérapeutes qu’ils consultent à diagnostiquer des pathologies, là où il ne s’agit que de comportements normaux pour des hauts potentiels. Ceci étant posé, les problématiques classiques sont :
 L’hypersensibilité, 
 L’hyperactivité et/ou le déficit d’attention, 
 Le perfectionnisme, 
 la confiance en soi, 
 Le syndrome de l’imposteur, 
 La (mauvaise) résistance à la frustration, 
 l’imagination, la créativité, la pensée divergente, 
 Le syndrome de Cassandre, 
 La procrastination : tendance à différer, à remettre au lendemain, 
 l’altruisme, 
 L’obsession du contrôle, le lâcher-prise, 
 Les comportements à risque, 
 Paresse ou manque d’intérêt ? 
 L’ennui : en classe, au boulot, en société ... 
 Les changements de boulot, l’instabilité, 
 Couple de HP ou couple "mixte", 
 Les implicites, obstacles à la communication, la compréhension, 
 Idéaliste, mais lucide, et ça ne fait pas toujours bon ménage ... 
 Le sens de l’humour, un humour très particulier ... 
 Le sens de la justice, l’intolérance à l’injustice, 
 L’inhibition intellectuelle, le "complexe de l’albatros", 
 La résilience : capacité à réussir, à vivre, à se développer en dépit de l’adversité.
Adultes HP : Que faire ?
Par sa connaissance des caractéristiques et des problématiques du haut potentiel, votre coach vous aidera à :
 Reconnaître, admettre et gérer votre haut potentiel. 
 Expliquer, faire reconnaître votre haut potentiel par votre famille, vos amis, vos collègues ; obtenir leur soutien. 
 Identifier, dans votre entourage, ceux qui partagent vos centres d’intérêt, vos passions, votre mode de fonctionnement. 
 Développer une vocation, un but. 
 Vous autoriser à changer, à croître, à être imparfait. 
 Tirer avantage de vos particularités. 
 Apprendre des techniques d’adaptation comme reconnaître et gérer le stress, apprendre à communiquer efficacement, apprendre à lâcher prise ...

.../...

L’intelligent
"Personne ne voit le vent ; ni vous ni moi. Mais quand les arbres courbent la tête, c’est le vent qui passe."
L’intelligence, c’est un peu la même chose : personne ne peut la définir avec précision, mais chacun peut en reconnaître les manifestations. Qu’on croie ou non à la validité du QI (quotient intellectuel) comme mesure de l’intelligence, certains ont des capacités intellectuelles hors-normes et parfois le vivent mal. Comprendre plus rapidement, voir la solution comme si elle sautait aux yeux, là où d’autres ne voient rien, percevoir ce que d’autres ne perçoivent pas, peut entraîner un décalage, une difficulté à fonctionner avec les autres et parfois une forme d’isolement.

.../...
Le visionnaire
La plus belle des filles de Priam, Cassandre fut aimée d’Apollon, qui lui accorda le don de prophétie. Mais lorsqu’elle repoussa son amour, le dieu la condamna à toujours prophétiser la vérité sans être crue. La première malheureuse prédiction concerne bien sûr la guerre de Troie et ses conséquences. Plus Cassandre voit les événements avec précision, moins on écoute les terribles choses qu’elle prédit. Ainsi vouée à rester seule, elle ne se mariera pas.
Le syndrome de Cassandre
Comme elle, que ce soit par des déductions logiques ou un "sixième sens", les Cassandres perçoivent les événements à venir et leurs conséquences, mais ne sont jamais crus. Ils s’épuisent à avertir leur entourage, se désolent de voir des individus entreprenants courir à leur perte, des êtres mal assortis décider de vivre ensemble, alors qu’eux-mêmes sont traités de jaloux, de pessimistes, de prétentieux ...

.../...
 Que faire entre pairs ?

Se réunir sur "faire" est plus facile que se réunir sur "être"

mardi 18 novembre 2008, lu 964 fois
J’ai fait partie de 3 associations dans ma vie : Aides, A Jeu Egal et Mensa.
La première est une association de lutte contre le Sida, la seconde une associations de gays et lesbiennes, la troisième une association de surdoués.
J’ai constaté que me retrouver entre mes pairs, homos ou surdoués, m’ennuie. Certes, ces gens ont un point commun avec moi. Mais cela suffit-il pour prendre plaisir à se réunir ?
Je reconnais que me trouver avec des homos permet d’être dans un environnement sécurisé où il n’y aura pas un bœuf de base qui viendra nous engueuler ou nous injurier.
Se retrouver entre surdoués, ça permet aussi d’arrêter de se cacher, d’arrêter de faire semblant d’être comme tout le monde, d’être en face de gens qui pensent vite, comprennent vite : plus besoin de se ralentir pour être à la même vitesse qu’un autre interlocuteur.
Mais... à chaque fois cette réunion identitaire présente un inconvénient. Entre gays, c’était la séduction : comme c’est difficile de draguer un mec dans la rue (le "risque" de tomber sur un hétéro est assez élevé, et en général les hétéros apprécient peu de se faire draguer par un mec, allez savoir pourquoi), les gays réunis entre eux ont tendance à entrer très vite dans la séduction. Bon, c’est agréable un moment, un peu limité à force.
Chez les surdoués, c’est pas la séduction qui joue vraiment. Plutôt la compétition. C’est à qui trouvera l’énigme la plus insolvable, le problème le plus ardu, le savoir le plus étendu. C’est agréable un moment d’être dans l’émulation, mais quand on a du mal à en sortir, c’est un peu limité.
J’aurais envie de créer un groupe de gens qui ont envie d’être, simplement. Mais qu’est-ce qu’on pourrait faire ensemble pour "être" ???
http://www.spherick.net/spip.php?article836

I am so sure
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2713
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation :

http://www.zebrascrossing.net/t28024-les-rocks-et-aussi-les-slow

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rocks et aussi les slows (mode radio radieuse)

Message par I am so sure le Ven 4 Nov 2016 - 22:06

Gérer et tirer avantage des surexcitabilités
Comprendre les caractéristiques innées qui peuvent accompagner le surdouement aide également à le stimuler. L’oeuvre de Kazimierz Dabrowski (1902-1980) fournit un excellent cadre pour comprendre l’hypersensibilité et la surexcitabilité fréquemment rencontrées chez les individus doués intellectuellement créativement. Dabrowski a décrit les surexcitabilités (SEs) comme une capacité élevée de recevoir des stimuli et d’y répondre. Trouvées à un degré plus élevé chez les doués et créatifs, les surexcitabilités s’expriment par une sensibilité accrue, une conscience, une intensité, et représentent une vraie différence dans la structuration de la vie et la qualité de l’expérience. Dabrowski a identifié cinq domaines d’intensité psychomotrice, sensorielle, intellectuelle, imaginaire et émotionnelle. Une personne peut posséder une plusieurs de ces SEs. Les individus possédant ces caractéristiques voient le monde à travers un prisme différent. Il sont souvent perçus comme réagissant trop ou trop intensément. C’est cette expérience intérieure riche, complexe et turbulente qui peut être une bénédiction ou un fardeau pour la personne douée et son entourage. Les adultes peuvent avoir à gérer et tirer avantage de leurs intensités et aider à transformer dissonances en symphonies (voir Lind,1994 et Lind, 1996 pour plus d’information.) Pour commencer, accepter que les SEs sont héréditaires et font partie intégrante de l’essence-même d’une personne a un effet remarquablement libérateur et rassurant. L’étape suivante est de reconnaître que les individus ayant des SEs différentes ressentent qu’ils ne parlent pas le même langage, agissent en fonction de perspectives différentes, ou ont une autre culture, que leurs collègues, leurs amis ou les membres de famille. Ils sont dyssynchrones. 
Des sentiments d’aliénation et d’incompréhension sont ressentis à la fois les individus surexcitables et non surexcitables dans une même relation. Cette inadéquation dans une famille, au travail ou dans des relations personnelles peut mener à des difficultés comme :
 Le respect mutuel, la crédibilité et la compréhension peuvent être difficile à établir ou maintenir, par manque de partage des mêmes réalités ou expériences. 
 Trouver un langage commun pour décrire l’expérience et exprimer les besoins est malaisé et demande beaucoup de travail. 
 Les autres sont parfois perçus comme tordus ou psychologiquement atteints et donc incapables d’assurer leur part de la relation. 
 Les valeurs peuvent différer grandement, causant ainsi des fractures dans la relation. 
 Trouver des passions ou des centres d’intérêt communs peut se révéler ardu.
Pour pallier à ces inconvénients, on peut essayer de :
 respecter et valoriser les différences individuelles 
 ajuster les attentes en y incorporant les différences 
 considérer que la réalité décrite par l’autre personne est OK ; ne pas chercher automatiquement une pathologie quelconque. 
 s’assurer que les deux parties d’une relation sont au fait des surexcitabilités. 
 reformuler l’un pour l’autre ; essayer de décrire votre expérience d’une manière qui fait sens pour l’autre personne. 
 Utiliser des métaphores, des exemples tirés de la littérature, de l’art, du théâtre, du monde animal, etc. 
 chercher des semblables pour trouver le soutien émotionnel, intellectuel, imaginaire, sensoriel, physique que vous ne pouvez obtenir dans la relation. 
 Se souvenir que les surexcitabilités sont innées et doivent être acceptées sans restriction, comme on accepte sa pointure ou ses préférences.
http://www.spherick.net/spip.php?article407

-------------------------------------------------------

Auditif Séquentiel ou Visuel Spatial

Euh... pas simple de savoir !

mercredi 2 août 2006, lu 2751 fois , noté 5.00
[size=36]Auditif Séquentiel ou Visuel Spatial ?[/size]
On parle depuis longtemps d’hémisphère gauche ou droit ou, plus simplement, de "cerveau gauche" ou "cerveau droit". Ces modes de pensée (et d’apprentissage) ont été récemment redéfinis en "auditif séquentiel" et "visuel spatial".
[th]Auditif Séquentiel (AS)[/th][th]Visuel Spatial (VS)[/th]
Pense principalement en utilisant des mots, apprend les paroles facilement.Pense principalement en images et préfère voir les tâches démontrées.
Préfère les explications verbales.Préfère les explications visuelles.
Traite l’information et exécute les tâches séquentiellement.Traite l’information globalement ; préfère survoler l’ensemble avant de voir les détails.
Préfère les faits et les détails ; aime les instructions détaillées.Préfère la pensée abstraite ; aime les objectifs généraux, les grandes directions.
Exécute une tâche à la fois, de façon linéaire, ordonnée.Préfère gérer plusieurs tâches en même temps, aime le « chaos multitâches ».
Aime la structure, est très organisé ; préfère travailler avec le bon matériel dans le bon environnement.Préfère les situations ouvertes, fluides ; créé sa propre structure ; aime improviser ; recherche des modèles, des patrons.
Penseur analytique ; déduit les implications logiquement.Aime synthétiser ; produit des idées intuitivement.
Préfère résoudre des problèmes existants.Préfère résoudre des problèmes nouveaux ou qu’il génère lui-même.
Préfère les tâches concrètes qui n’ont qu’une seule bonne réponse.Préfère les concepts ; meilleur en raisonnement qu’en calcul.
Aborde la plupart des situations de façon sérieuse.Aborde la plupart des situations par le jeu, l’humour.
Si certains se retrouvent un peu de deux côtés, ce sont les HP aux deux extrêmes qui courent le plus de risques de mauvais diagnostics (voir Les défis des adultes HP).

http://www.spherick.net/spip.php?article893

I am so sure
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2713
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation :

http://www.zebrascrossing.net/t28024-les-rocks-et-aussi-les-slow

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rocks et aussi les slows (mode radio radieuse)

Message par I am so sure le Ven 4 Nov 2016 - 22:09

Réparer

Itinéraire d’un adulte surdoué qui fait ce qu’il peut pour se sentir bien

jeudi 3 avril 2008, lu 17717 fois
Juste un mot.
Je voudrais dire merci à Jeanne Siaud-Fracchin. Pour son dernier livre, "Trop intelligent pour être heureux ?".
Vous êtes nombreux (plus que je n’aurais cru) à venir sur ce site pour lire les quelques articles que j’avais pu réunir sur la douance de l’adulte.
Si ce sujet vous intéresse, que vous soyez directement ou indirectement concerné, pour vous, un enfant, un proche, un ami, je vous recommande ce livre. A fond.
A chaque page, j’ai pleuré. 
A chaque page, j’ai ragé. 
A chaque page, j’ai tremblé. 
A chaque page, j’ai revécu.
Mais à chaque page, j’ai trouvé aussi un fil conducteur qui m’a aidé à renforcer ce travail que je fais en moi : me donner le droit d’être celui que je suis. Me donner le droit d’être moi, avec mes envies, mes peurs, mes mécanismes, mes évitements, mes crises, mes folies, mes croyances, mes fulgurances, mes larmes, mes souvenirs, mes désirs de bien faire et mes peurs de faire trop bien ou pas assez, mes sentiments d’être un extra-terrestre et ma croyance de n’être qu’un homme, mes amours et mes détestations, mes forces et mes blessures, mes maladresses, et surtout, avec cette féroce, profonde, orgueilleuse, indomptable envie de REPARER et de libérer, d’ouvrir mes ailes dirait celui que j’aime. Me donner le droit d’être celui que je deviens, celui que je choisis, celui que je sens au fond de moi...
Je ne me suis pas reconnu dans toutes les caractéristiques, loin de là. Mais putain qu’est-ce que ça fait du bien d’entendre (oups, de lire) un psy ENFIN dire "c’est normal, c’est ce que tu es, c’est difficile et c’est comme ça".
Jeanne a réussi ce tour de force pour moi. J’espère qu’elle le réussira pour vous, si vous désirez l’entendre, si vous pouvez l’entendre. Et si vous ne pouvez pas (encore ?), si vous ne voulez pas, si ses mots vous heurtent, si l’espoir vous fait peur parce qu’il est si fragile... je vous souhaite bon courage... bonne route... je vous souhaite de laisser murir en vous, je vous souhaite de prendre soin de vous, et, si c’est possible, de laisser une place à cet espoir, justement parce qu’il est fragile...
Eric (c’était finalement plus que juste un mot... argh !)


Ce passage m’a touché, parce qu’il parle de réparation, de cette réparation à laquelle je crois depuis toujours, que je cherche depuis si longtemps et qu’on m’a si longtemps dit être impossible...
Itinéraire d’un adulte surdoué qui fait ce qu’il peut pour se sentir bien
On ne pas juste dire : pour être bien, il faut décider d’être bien... Et pourtant c’est - presque - vrai !
Quand on a vécu une enfance chaotique, que l’on en sort fragilisé, blessé et que l’on se sent seul pour affronter l’avenir. Quand on a perdu l’espoir d’être bien et de se faire accepter et aimer... Quand tout semble bouché... eh bien, tout n’est pas perdu car le cerveau va ici encore venir à notre secours.
Vous croyez savoir, car des générations de psys l’ont répété, que l’on ne peut "guérir de son enfance" ou encore que "tout est joué avant 6 ans". Vous voyez, vous le croyez ! Or aujourd’hui on sait que... c’est faux !
Pour deux raisons principales : [...]

http://www.spherick.net/spip.php?article1581

I am so sure
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2713
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation :

http://www.zebrascrossing.net/t28024-les-rocks-et-aussi-les-slow

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rocks et aussi les slows (mode radio radieuse)

Message par I am so sure le Ven 4 Nov 2016 - 22:10


I am so sure
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2713
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation :

http://www.zebrascrossing.net/t28024-les-rocks-et-aussi-les-slow

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rocks et aussi les slows (mode radio radieuse)

Message par I am so sure le Ven 4 Nov 2016 - 23:09

Peut-on tricher aux tests de QI ?
Oui, bien entendu.
Mais je vois mal un pauvre (*) gâcher 250 euros chez un psy pour un test faussé !!
(*) Note importante : le terme "pauvre", s'il est un peu provocateur ne l'est pas, évidemment, à l'encontre des pauvres. 

Il se veut juste rappeler qu'il y a des pauvres.

Par contre, je comprend bien que ce raccourci peut apparaître insultant pour une personne du "Tiers Monde" pour qui nos pauvres sont des milliardaires 

(en tout cas : vivants et pas systématiquement mourants ou violés). 

Le terme "pauvre" désigne ici une personne vivant en France (cette FAQ est destinée à la France) et qui ne peut se payer la plupart des choses dont il est question sur les forums et sur le site !

Plan de cette page:

  • Jouer sur les mots
  • Faire travailler la mémoire
  • S'entraîner
  • Faire partie de la famille
  • Spécial THQI
  • Se faire remplacer
  • Conclusion : prouver quoi?

Retour au sommaire de la FAQ Qi

On peut donc tricher à un test de QI ?














OUI. Évidemment.














Hormis perdre 250 euros en passant un test faussé, l'intérêt est très très limité !!
Cependant : Les tests de QI ressemblent beaucoup à certains tests de recrutement ( en informatique, souvent, et pour des postes dits de "haut niveau", genre chef de projet, cadre, etc. C'est dû au fait que la boite qui recrute doit avoir les moyens financiers de faire passer de tels tests ).

DONC : ça peut avoir un intérêt !!
Autre intérêt, assez égocentrique et/ou narcissique, ou bien carrément politique (noyautage) : intégrer une association de personnes dites à "haut QI" genre Mensa, ou, plus, Pi, Sigma, etc. En plus, les tests de recrutement des adhérents sont parfois à la portée de toutes les bourses...

Comment ?













Je fais confiance aux diverses associations de personnes à Haut QI ou Très Haut QI, ou boites de recrutement, pour être parfaitement au courant des stratégies employées par les aspirants impétrants. Libres à elles de mettre en place, ou non ( complicités internes ) des stratégies antagonistes.
Je ne considère pas que je donne des "trucs". Je ne suis pas une spécialiste du genre et j'en conclus humblement que ce que je dis est déjà connu et hyper connu des aspirants "génies", et de n'importe quel étudiant en première année de psy... et autre pékin moyen : moi, par exemple.
Donc : si quelqu'un vous paraît avoir usé de ces trucs, à vous de voir où vous le placez dans votre estime.
C'est tout.

1- Jouer sur les mots.














Ainsi, l'écart-type étant différent entre le WAIS et le Cattell, 130 au WAIS équivaut à 148 au Cattell !! J'ai personnellement vu des gens vanter sur des forums leur QI de 160 ou 180, sans savoir à quel test... Comme, en France, on passe plutôt le WAIS... Les gens s'imaginent donc qu'il s'agit de celui-là.
Notre bon ex-Président lui-même m'a informée un jour - il me croyait donc néophyte - qu'il "y avait une différence" !! hi !! ( je vous rassure : je le sais depuis un bon bout de temps... Mais croyant la chose commune, je n'étais point intervenue sur ces forums ou de malheureux génies parlaient de leur 160... ) Comme quoi, même un président du Gappesm peut être naïf. Et donc n'importe qui, a fortiori ! C'est pourquoi il est important, si vous passez des tests en ligne, de prendre le temps de lire les explications, et la courbe de répartition souvent donnée en fin de test.
Explication rapide : pour attraper les génies dans sa courbe de Gauss, invisibles avec le WAIS, le Cattell l'aplatit, avec un écart-type de 24 au lieu de 15.
Tableau des équivalences entre les QI

2- Mémoire.














- Il faut soudoyer quelqu'un.
... Trouver une personne, genre hypermnésique ( grosse mémoire ), qui ira illico transcrire au café du coin toutes les questions dont elle se souvient. On lui aura demandé de se concentrer surtout sur les questions, par exemple.
Après : eh bien, passer quelques mois à trouver les solutions, en groupe... :-)
Certains forums d'assoces "spécialisée HQI" ont vu ainsi passer des thèmes du genre : "discutons sur les tests" !!!
- Ou bien : tenir compte de "l'effet mémoire", hyper connu.
Résumé : même plusieurs mois plus tard, une personne se souviendra "mieux" des objets (mots, chiffres, etc.) qu'elle a déjà vus. Dans une liste à mémoriser, par exemple, les mots "connus", déjà rencontrés, auront une fréquence de citation supérieure, ou la personne s'en rappellera plus facilement, ou plus vite. Ce phénomène semble jouer en dehors de la volonté. La personne peut sincèrement penser avoir tout oublié et ne rien se rappeler de ce qu'elle a vu quelques mois plus tôt. Cependant, aux tests, les résultats sont là.
Comme les tests de QI tiennent compte du facteur "temps", on peut comprendre qu'une personne ayant déjà passé les mêmes tests 6 mois auparavant (cas Mensa) ira un peu plus vite pour lire les questions, et y répondre; et a donc un peu plus de chances de récupérer ainsi les quelques points qui lui manquent.

Cas extrême : prendre rendez-vous chez deux psys à une demi-journée d'intervalle, pour passer le même test !!

Evidemment : lire les items ( au moins ! ) sera plus rapide la 2ème fois. En plus, on se rappellera de certaines réponses ( souvent les plus ardues ) qu'on aura eu du mal à trouver la première fois. Je suis prête à tenir le pari --> gain de 10 à 30 points assurés au WAIS !! Chiche !
Personnellement, je me rappelle encore de certaines questions d'un test de recrutement en stage informatique il y a 16 ans ! (Je vous rassure : je m'en souviens justement parce que, moi qui me croyais nulle en informatique, j'ai cassé la baraque ! Et ce sont des questions qui m'ont interpellée -émotionnellement ? - à l'époque. C'est ainsi que, quelques années plus tard, j'ai décidé de passer les tests de Mensa, croyant avoir sérieusement régressé entre-temps, n'ayant toujours pas intégré mes résultats qui ne correspondaient pas à mes capacités sur le terrain)
Là, il ne s'agit même pas de truc compliqué : juste d'un peu de mémoire, tout court. C'est pourquoi, par exemple, de nombreux tests gratuits en ligne recommandent de ne pas repasser les tests tout de suite... Mais comment estimer ce dont la personne va se rappeler ? Et combien de mois seront donc nécessaire à l'oubli ?
Bon : ça coûte plus cher ( DEUX psys )... Mais si ça suffit pour intégrer une association de super génies genre 1/5000, au lieu d'une association de simples génies... On est content !! ( notons qu'un groupuscule nazi quelconque peut être prêt à payer encore plus pour noyauter une assoce d'élite )

3- Entraînement et adaptation.














- Certaines boites qui vendent des tests détournent le truc en déclarant que c'est de la Gym pour les neurones. Ainsi justifient-elles qu'on puisse acheter leurs tests pour s'entraîner --> notre cerveau serait mieux pourvu en neurones après, plus gros, etc. ! A l'instar des muscles, à force de faire et refaire les exercices, celui-ci aurait acquis des capacités nouvelles... (*)
Ne nous leurrons pas. On ne devient pas forcément plus intelligent parce qu'on a refait 30 fois le même test jusqu'à obtenir un bon score ( voir plus haut : mémoire, etc. ). Mais si les autres facteurs nécessitent de s'y connaître ( ex : tests sur ordi !! ), c'est normal d'apprivoiser d'abord "la bête". (1)
Notons que même à l'ANPE, les formateurs vous recommandent de vous entraîner à passer des tests.
Parfois, lesdits tests de recrutement, donc, comprennent des tests de QI plus ou moins déguisés : vous n'aurez pas de "note" officielle, ou pas traduite en QI. On vous dira juste si vous correspondez ou non au profil recherché.
Vous pouvez demander à avoir ces résultats.
Dans le même ordre d'idée, un site pour étudiant vous propose de télécharger un didacticiel -sic- pour 2 euros, et de nombreux sites internet proposent des "entraînements" --> voir page des liens sur les tests de QI.
Conclusion : ça n'est pas forcément de la triche.(2)
- Ceci dit : d'aucuns considèrent, à l'inverse, que la capacité d'adaptation et l'aisance dans l'acquisition de nouvelles stratégies de raisonnement, la réappropriation de données nouvelles, etc. sont de l'intelligence.
En ce sens, et je serais assez d'accord : voir son QI augmenter au fur et à mesure qu'on passe des tests serait bien une preuve d'intelligence !!
CQFD. 
Pour peu que ce ne soit pas toujours et uniquement le même test. Justement.
De plus, même en javanais, je me fais fort de reconnaître certaines questions récurrentes.
Il est dès lors indéniable que je vais aller plus vite pour répondre, ne perdant que très peu de temps à lire la question. Certains "principes", certaines "logiques" dans ces tests sont toujours, ou presque, les mêmes ( voir plus bas ).
Genre : si "argrouiplok" veut dire " zut" et "troubebolleaffairé" veut dire "non" alors "argrouiplok troubebolleaffairé zob" veut dire...
Par exemple : une fois que j'ai trouvé MON truc pour ne pas me planter dans les séries numériques, je suis devenue plus fortiche. C'est tout. Comme la plupart des séries numériques se ressemblent, je peux estimer que c'est pour ça, moi "nulle" avec les chiffres et nombres, assez bloquée, que j'ai des résultats géniaux en séries numériques. Ouiche.
La plupart du temps, c'est le même principe.
Voici par exemple MON truc, de visuelle ( en tout cas, moins nulle qu'en "numérique" ) complètement paumée en intervalles, pour ne pas me planter.
On peut estimer que, pour chacun, trouver SON truc pour pallier une difficulté EST de l'intelligence. Na.
MON truc : Tracer des colliers à plusieurs rangs.

Crayon et brouillon doivent être autorisés. C'est souvent le cas. Au moins une gomme et un crayon (moi, je gribouille dessous les séries : ce n'est pas interdit).
Nb : si mon truc sert à d'autres, je ne vois pas en quoi ça diminue l'estime (faible) que j'ai de moi, ou l'estimation de mes capacités.

C'est à VOUS d'être honnête avec vous-même, et de comprendre que se réapproprier une idée qui vous convient, c'est OK. La copier bêtement sans l'intégrer, c'est autre chose. En l'occurrence, ici, la copier implique tout de même de se l'approprier. Autrement, ça vous demandera plus de temps (temps de gribouiller dessous, etc.) et c'est idiot ! Si vous allez plus vite autrement, évidemment qu'il ne faut pas s'inspirer de mon truc.
- Comprendre une fois pour toute le principe de chaque test ou de chaque item, et se le faire expliquer longuement au besoin. On évite ainsi la phase, parfois longue, de l'entraînement. Il suffit de consulter le bon bouquin, par exemple "Introduction aux méthodes de l'examen psychologique", téléchargeable en pdf sur le site de douance.be ( 449 ko ), lire à partir de la page 35....Euh... Il faut cotiser !
Le site http://www.aide-emploi.net/test.htm reprend les exemples et les développe pour vous donner toutes les sortes de solutions selon les tests et vous donne les trucs nécessaires ( par exemple, telle solution est la plus courante, donc commencer par la vérifier, puis c'est celle-ci, etc.)

3-bis. Acheter le test à l'avance. Acheter le test et le passer...














Complet à partir de 300 francs suisses sur Internet ?
Voici la WAIS ( CD de correction ), etc. Consulter le catalogue complet, suivant ses moyens.
Condition : comprendre le baragoin du formulaire ( "A l'intéresse de mes clients, je m'oblige..." Ouk ) et photocopier un diplôme de bazar ( ou celui de la personne chez qui on le repassera pour officialiser... S'il est affiché dans le cabinet : noter de mémoire toutes les indications utiles ).

Si un sm (ou non sm) fauché veut leur proposer la transcription dudit document en français correct, sinon élégant... --> testzentrale@hogrefe.ch !

4- Faire partie de la famille.













- Si on vous arrête dans la rue pour participer à une étude de marché sur un produit quelconque, vous aurez à affirmer que ni vous ni personne de votre famille ne travaille dans la pub, etc.
Croyez-vous que c'est parce qu'on pense que vous risquez de mentir pour avantager (ou désavantager) le produit ? Pas forcément : si vous faites partie du "milieu", vous aurez un autre regard sur le produit, un regard de professionnel, donc biaisé. Vous savez comment tout cela marche, etc. Vous êtes tombé dedans étant petit, si ça se trouve ! Tout le monde autour de vous parle de "ça".
Enfant de psy ou autre... Chers petits, pouvez-vous prouver que jamais, au grand jamais, des feuilles de tests ne vous sont tombées sous les yeux ? tombées du sac de papa, traînant sur la table basse du salon, dans le coffre à gants de la voiture de maman, au bureau où vous vous rendiez après la classe ?... Ils n'ont pas testé leur test tout juste acheté sur vous, vous en êtes certains aussi ?? Et ils n'en parlaient jamais à table ?
Êtes-vous certains qu'avoir un surdoué dans la famille ne les arrangeait pas pour arracher ainsi la clientèle des surdoués des environs à la concurrence ? En ce cas, un bon entraînement du bambin, même inconsciemment, ça aide !
- Bien entendu : soudoyer le psy, ou l'avoir de son côté, être son ami ou complice, c'est encore plus simple.
On ne peut rien prouver : comme on sait, les résultats aux tests varient selon l'état du sujet
Dépressif, celui-ci perdra beaucoup de points !! ( et accuser un type de triche, oui, ça peut le rendre dépressif !! ). Et, en principe, tout le monde admet que c'est le meilleur score obtenu qui compte.
Donc : n'importe quel psy habilité peut déclarer que mon chien Clovis a 112 de QI. Si Clovis foire ensuite aux nouveaux tests, il me suffit de le déclarer en "dépression sévère" ( symptômes ? eh bien --> il se sent persécuté -il pense qu'on l'accuse de tricherie- et... son QI a baissé !!) ou qu'il est tombé sur la tête ( traumatisme crânien ? --> la preuve, son QI a baissé ! ). On m'a déjà fait le coup, pour m'attendrir.
L'enjeu peut être de taille si on songe aux assurances !!
Quand j'étais enfant, mes parents (instits) racontaient parfois, en souriant jaune, l'histoire de X, victime d'un accident de mobylette, qui aurait perdu 70 % de son QI dans l'accident... En fait, selon mes parents, X avait perdu beaucoup moins que ça !! X devait avoir auparavant... 70 de QI ? 

Je me souviens en effet de X, copain de classe. Il était le seul à avoir répondu n'importe quoi ( "la banane est un légume" ), de son propre aveu, et sans s'expliquer, aux tests de l'école en CM2.

Bien entendu, si X avait été sénégalais et non breton d'origine, son estimation de la banane aurait due être révisée ( Banane Plantain ).
- J'oubliais une évidence : être psy, celui qui fait passer des tests, les corrige, et peut les acheter, etc. Passer à son tour les tests, ceux-là même qu'on corrige depuis 10 ans... C'est une sinécure !
Spécial VHQI (3): (vraiment très hauts QI

(note : on comprendra que j'en reste à des généralités sans citer d'exemples précis afin de ne pas risquer de donner, même involontairement, des indices sur des tests)
- Simplement : imaginez que vous croisiez la personne qui a rédigé les sujets du BAC Philo dans la rue... Et qu'elle se mette à raconter sa vie, parce qu'elle se sent seule. Si vous êtes malin(e), fin(e) et attentif/ve, et motivé(e) parce que l'épreuve a lieu le lendemain, vous l'invitez au bar du coin pour continuer cette intéressante conversation. La personne est honnête, certes, et ne dira rien sur le sujet. MAIS, au bout de quelques heures, vous saurez tout de ses goûts, de sa culture, son éducation, etc. Bref : ses auteurs préférés, ses opinions politiques, ses thèmes de prédilection en philo, son amour pour son boulot, son état d'esprit du moment et ses obsessions !
Vous qui êtes si fin(e)... N'auriez-vous pas alors une idée sur le sujet rédigé par cette personne ? En tout cas, sur le genre de réponse qu'elle attend ?
C'est pourquoi les associations de THQI interdisent qu'on communique sur les tests. Donc, en principe, y faire même allusion est interdit... Nous sommes entre génies surdoués, n'oublions pas.
Le problème est que les rédacteurs et/ou bêta-testeurs sont aussi des être humains normaux, avec, en plus, un ego à problème bien souvent ( autrement, que font-ils dans les parages ? ) et qu'on les trouve même sur Internet, racontant qu'ils ont rédigé ci ou ça, corrigé ou aidé à étalonner, avec leur immense QI, le Grand Test de Telle assoce élitiste. Ensuite, redirigé(e) sur leur site perso, le/la surfeur/se génial(e) peut se faire une gentille petite idée des goûts et des couleurs de la personne.
Quand certains tests, non limités dans le temps, comportent des items composés d'un SEUL mot, et qu'il faut trouver l'autre... TOUT renseignement extérieur est bon à prendre.
Notons que certains tests semblent prendre en compte cette possibilité de fouinage --> usage du terme "sérendipité" ! Ceci dit, certaines personnes ont moins la possibilité de se renseigner de la sorte. Et celles qui connaissent bien l'auteur ou un des auteurs du test sont tout de même avantagées.
- Demander aux autres... Oui, oui ! N'oublions pas les bases, tout de même. Selon le même principe que ci-dessus, il se trouvera des gens pour vous donner fièrement la solution.http://www.mensa.fr/~forum/viewtopic.php?f=19&t=299 ( un peu de flatterie et hop ! "Est il possible de demander à un génie (au dessus de 190 meme 195)
de m'expliquer comment résoudre les tests pour génie et de m'en fournir les résulats " )
- Rédiger son propre test. C'est aussi un bon truc. Et créer dans la foulée l'association de HQI qui va avec : ne pas oublier de s'attribuer une bonne note !
- Être " membre d'honneur " ou équivalent, d'une association de super génies... Souvent, ça veut juste dire qu'on a filé un coup de main pour les tests, voire dessiné un tore ou deux. Mais on est dispensé, du coup, de les passer, ces fameux tests ! Parfois, on a même servi de mètre étalon.
Mais, pour la plupart des gens, on fait partie de telle ou telle association de personnes à vraiment super très gros gros QI, c'est tout ce qu'on comprend.

5- Envoyer quelqu'un d'autre les passer !














C'est assez rare que le psychologue vous demande une pièce d'identité. Et encore plus rare qu'il soit apte à discerner les faux papiers... Certains tests ou résultats aux tests s'envoient même par la Poste, alors...
- Il reste aussi la solution "photocopie" + un peu de blanc, ou "traitement de texte" pour arranger le score ou changer le nom. Bien entendu, secret professionnel oblige, la personne habilitée à faire passer les tests ne peut communiquer les résultats à un tiers ( et vlan ! ) C'est invérifiable par définition.

Conclusion : Prouver ? Prouver quoi ?














Si, à deux tests mesurant la même chose, la personne obtient des scores différents, il suffit d'invoquer une forte fièvre ( qui peut stimuler certaines fonctions du cerveau, car le sang circule plus vite, etc. ) ou une carence en sommeil, les heures de la journées, les jours du mois, une dépression... ( voir cas Clovis ) (4)
On a vieilli, ou on était trop immature, ou on avait ses règles, ou reluqué le jean moulant de l'assistant, ou mal aux dents, ou peur de l'araignée au plafond.

Pire : l'ignoble doute envers nous nous a traumatisé, et le stress a saboté la passation--> portons plainte ! ( rappelons qu'un stress intense peut même crâmer nos neurones à jamais )

Essayer le détecteur de mensonge ? Aaahh. Mais c'est quoi, tricher ? L'intelligence, n'est-ce pas de trouver la meilleure stratégie pour réussir ? La personne peut avoir l'âme en paix et penser sincèrement avoir joué le jeu. 

Un super soi-disant THQI (180) me rappelait que, selon lui, le bien et le mal étaient des notions relatives... En ce cas, pourquoi penserais-je qu'il a honnêtement - selon moi - passé les tests ?

Résumé : oui, on peut tricher aux tests de QI, prétendre le contraire serait un vil mensonge, mais il faut en voir l'intérêt.
Par contre, l'intérêt de prétendre qu'on ne peut pas tricher aux tests ? Eh bien, c'est à la fois rassurer le tricheur en le confortant dans son bon droit ( car, si la personne qui le prétend se présente comme spécialiste, elle envoit le message tacite suivant --> tricher est une preuve d'intelligence et ça fait partie du test ), et réaffirmer leur fiabilité ; ou valider son propre score, point.
Prétendre aussi que l'entraînement ne sert à rien, c'est jouer sur les mots, car en théorie, le QI mesure un truc stable. Si le résultat varie, par définition c'est la mesure qui a varié ! ( sauf cas de maladie ou d'accident ) (5)
L'intérêt ? Ça justifie le fait qu'une personne passe 20 fois un test avant de le " réussir ", par exemple... et paie à chaque fois ( je pense à certaines associations ) !
- si la personne est informaticienne, et a passé les tests sur un ordi... Voire a programmé lesdits tests dessus ( ça se faisait, dans les années 80 puisqu'il fallait des fois taper le programme à la main. Tous les magazines d'informatique de l'époque procédaient ainsi, en joignant ou non une disquette ), etc., elle sait bien que ces tripotages peuvent passer pour de l'entraînement.
- paradoxalement, on peut donc vendre ou distribuer des tas de tests sous prétexte de familiariser les gens ( admirons la nuance ), mais ce n'est pas grave car s'entraîner ne "sert à rien" et ne fausse pas la mesure du QI.
C'est pourquoi, n'est-ce pas, vous pouvez exploiter ce texte comme il vous plaira.
Lauranne

Notes

















(*) Réf : "Softs et Micros", octobre 1984 in "Match contre Einstein" (rien que ça !)

(1) Mon premier test sur "machine" a été sur Minitel ; et j'ai obtenu royalement 113, y'a plus de 15 ans. Je ne savais même pas où cliquer. Argh. Maintenant, si je ne picole pas trop pendant, j'arrive parfois à 148 sur des tests WAIS, et en anglais !

Retour


(2) J'expliquerai aisément à tout contradicteur me soupçonnant de triche que les variations de mon QI sont dues à la dépression atypique sévère dont je souffre depuis mon plus jeune âge -joke ?-. En fait, donc, mon nouveau QI de 148 devrait bien correspondre à 200 ( au WAIS ) si je n'étais pas dépressive, n'est-ce pas...

Ceci dit : les tests psy en ligne affirmant que je suis vraiment très très dépressive. ... Ne vous étonnez donc pas si cette FAQ s'interrompt brusquement.
Pardon à l'avance ( rire jaune cynique ).
(3) VHQI : Vraiment Haut Quotient Intellectuel. Ou bien THQI : Très Haut QI ( VHIQ en anglais : very high IQ ), ou HQI ( Haut QI ), HIQ ( High IQ )... En général, par extension, désigne la personne elle-même. Ainsi, on dit facilement un HQI.

(4) Enfin si, une baisse d'efficience intellectuelle mise en évidence par un examen psychométrique reflète une altération des fonctions cérébrales, elle ne préjuge ni de son origine organique, ni de son caractère définitif. En effet, la baisse de l'efficience peut être la conséquence d'un état dépressif, réversible sous traitement spécifique. Cependant, certains tests faisant appel aux capacités perceptives : copie d'une figure de Rey, test de rétention visuelle de Benton permettent plus particulièrement de suspecter une lésion organique.
Extrait de " Examen psychométrique " de Juliette Grémion.
Cours de psychiatrie des DCEM3, questions d'Internat. Faculté de Médecine de Paris-Sud
(5) Plusieurs facteurs peuvent provoquer des variations des mesures ( c'est moi qui souligne ) de l'intelligence chez un même sujet au cours du temps : fidélité imparfaite de l'instrument de mesure, effet d'apprentissage, stimulations offertes par le milieu, nature du travail professionnel et des loisirs, vieillissement. in " Introduction aux méthodes de l'examen psychologique ", A. Van Daele, pages 25 à 28
Sommaire de la FAQ Qi
https://gappesm.net/QI/Tricher/
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Ben oui mais si tu triches, après ? ça se voit quand même que tu es con ou intelligent ? sauf les cons qui ne se voient pas eux mêmes eux Smile même quand ils se reconnaissent entre pairs  Razz Wink

C'est pour cette raison que je n'ai rien lu sur les tests, j'avais peur que toutes ces informations m’encombrent Very Happy mentalement Very Happy , et pour peu que j'eusses (tu connais Pequejus ? je te raconterais un autre jour) quelques infos ou ziks intéressantes,  je craignais que ça ne les pousse à l'extérieur.... ben on sait pas, ça se pourrait, déjà qu'on sait pas où se situe le système de triage ni le système de vidange. Ah si là peut être :
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Comment notre cerveau fait le tri entre utile et inutile pour nous permettre d'agir et de penser

Une étude publiée dans le très sérieux Journal of Neuroscience explique comment le cerveau trie en permanence les informations qu'il reçoit. Des résultats qui ouvriront des recherches pour trouver de nouveaux traitements contre la douleur, et pour les troubles de l'attention.

Sélection naturelle


Publié le 23 Août 2015 - Mis à jour le 28 Août 2015

Le cerveau trie en permanence les informations qu'il reçoit. Crédit wikipédia

Atlantico : La sensation des vêtements sur notre peau, les multiples sons et bruits que nos oreilles écoutent en permanence... Une équipe de chercheur a récemment publié une étude dans laquelle ils décrivent comment notre cerveau écarte les informations parasites pour que nous puissions nous concentrer sur l'essentiel ([size=14]lire ici). Pouvez-vous nous présenter leurs travaux ?[/size]


Philippe Vernier : Les chercheurs de l’équipe de Stephanie Jones et Catherine Kerr de l’université de Brown à Providence (USA) ont identifié un mécanisme par lequel notre cerveau est capable d’inhiber les sensations parasites ou secondaires (des bruits, des images, des odeurs…) pour permettre de se concentrer sur les informations importantes et nécessaires pour commencer ou poursuivre une action, une réflexion. Elles ont pour cela analysé à l’aide d’une méthode d’imagerie cérébrale "en temps réel" (la magnétoencéphalographie) le fonctionnement de certaines régions cérébrales lorsque l’on demande à des sujets de fixer leur attention sur une sensation précise (pression sur la main par exemple) alors que l’on touche d’autres parties du corps (le pied par exemple).

C’est un des mécanismes qui permet d’être vraiment efficace quand on doit exécuter une tâche minutieuse par exemple, quand on doit résoudre une question difficile ou apprendre quelque chose. Ce sont des mécanismes similaires qui sont à l’œuvre lors de pratiques comme la méditation.

Quels sont les différents types d'information -dont nous pourrions être conscients- que notre cerveau doit gérer ?


Notre cerveau reçoit en permanence des informations sur l’état de notre corps, sur la position dans laquelle nous nous trouvons, sur le monde qui nous entoure. Ces milliers d’informations élémentaires sont transmises par les récepteurs de nos organes des sens, ceux de nos yeux,  de nos oreilles, de notre nez par exemple, mais aussi par tous les capteurs de pression et de tension que nous avons dans nos muscles et nos tendons, par les systèmes d’équilibration de notre oreille interne... Nous n’avons pas conscience de l’immense majorité de ces informations, mais elles nous sont indispensables pour pouvoir penser et agir de façon appropriée. Imaginez que vous deviez vous lever de la chaise où vous êtes assis, ou bien vous lever de votre lit. Les gestes à faire ne sont pas les mêmes dans les deux cas, et pourtant, une fois que vous avez décidé de vous lever, vous le faites de façon automatique, sans penser à chaque geste nécessaire dans chacune des situations. La plus grande partie de nos actions et de nos comportements sont réalisées de façon largement automatique, à partir d’informations inconscientes, mais bien réelles. Dans un autre registre, quand il faut fixer son attention, pour lire cet article par exemple, ou pour conduire sa voiture, il ne faut pas que des bruits parasites nous dérangent, que la sonnerie du téléphone nous empêche de poursuivre la tâche en cours de réalisation, par exemple. Notre cerveau doit alors ignorer ces sollicitations pour continuer de se concentrer sur l’action la plus importante à réaliser. C’est ce qu’ont étudié les auteures de l’article pré-cité.

Quel est l'intérêt pour le cerveau de faire cette sélection, à quoi ressemblerait un cerveau qui ne pourrait par la faire ? 

Si nous ne pouvions pas ignorer les perturbations qui surviennent dans notre environnement, alors que nous devons fixer notre attention sur une tâche précise, il deviendrait impossible de réfléchir et d’agir de façon correcte, d’aller au bout des actions entreprises. Si notre cerveau était incapable d’inhiber les informations parasites, nous aurions tendance à essayer de percevoir tout ce qui se passe autour de nous, sans pouvoir choisir les informations importantes, ce qui rendrait très difficile la prise des décisions indispensables, même les plus élémentaires, le choix des gestes à faire, des actions à entreprendre… Nous aurions tendance à passer d’une action à l’autre sans aller au bout de rien, ou même à ne plus rien faire du tout. 
C’est un peu ce qui se passe chez les enfants ou adolescents victimes de déficits d’attention avec hyperactivité. Ces enfants n’arrivent pas à fixer leur attention, souvent parce qu’ils sont en faite incapable de bloquer les informations parasites dans leur environnement.

Que deviennent les informations jugées non-utiles ?



Lorsque l’attention est fixée sur un objet particulier, l’écoute d’un morceau de musique, le spectacle d’un match de football ou l’observation d’un oiseau par exemple, le reste des informations qui sont perçues par notre cerveau, la position dans laquelle nous nous trouvons, le bruit d’un avion qui passe, ou la présence de quelqu’un à côté de nous, restent largement ignorés. Ces informations secondaires sont perçues dans notre cerveau de la même façon que celles dont nous avons conscience, mais elles sont en quelque sorte bloquées dans leur accès à cette conscience, et deviennent inintelligibles. Il faut déporter notre attention sur ces informations pour que nous nous rendions compte qu’elles existent effectivement.  

En quoi cette étude est-elle importante scientifiquement ? Vers quelles autres recherches ouvre-t-elle la voie ?



Cette étude est importante parce qu’elle objective l’existence de phénomènes de blocage des informations reçues par le cerveau quand notre attention se fixe sur une partie d’entre elles. Elle identifie aussi une région du cerveau, le cortex frontal inférieur droit, qui semble très importante pour arriver à ce que les auteurs appellent un état « d’inattention optimale ». Il s’agit là de rendre inconsciente ces informations secondaires, capables de perturber nos choix ou l’efficacité des actions entreprises. Ces travaux de recherche ont des implications importantes pour la compréhension et le traitement des troubles de l’attention, qui perturbent la vie de nombreux enfants d’âge scolaire. Ces observations peuvent aussi trouver une application dans le traitement de la douleur, en particulier quand cette dernière devient chronique, et prend une trop grande place dans notre esprit. Détourner l’attention de cette douleur, et donc ne plus la percevoir, pourrait être un moyen efficace de la traiter. 
Article publié le 10 février

Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/comment-notre-cerveau-fait-tri-entre-utile-et-inutile-pour-permettre-agir-et-penser-philippe-vernier-2294697.html#gtIZeHs1cAxDmeS4.99
-------------------------------------------------------------------------------------------------------

On comprendra ici mieux pourquoi un dit np ici peut "te trier" d'un coup d'un seul et en entier, t'es pas une information intéressante !!!! Il faut le savoir, ça aide. D'ailleurs il semblerait que des doués en soient équipés puisqu'il trie en "paquets de cons"  Razz
-------------------------------------------------------------------------------------------------------

.../...

Quelques avantages d'être "surefficent mental" (source : groupe de soutien pour surdoués)
 

  • Etre en extase même avec un tout petit quelque chose

  • Ne jamais s'ennuyer, comprendre vite

  • Expérimenter et beaucoup apprendre

  • Avoir une sensibilité aux personnes, une empathie naturelle

  • Faire les choses de manière personnelle

  • Avoir la possibilité de "jouer" avec la vie

  • Avoir des sensations fortes en musique et en art

  • Ne pas être impressionné

  • Avoir une capacité d'ouverture


 
 
Etre surefficient c'est avoir des ressentis, des perceptions, des compréhensions du monde plus fins et plus intenses que la majorité des gens. Et si les perceptions sont plus intenses, les réactions le sont aussi, dans tous les domaines : allant de la physiologie et du fonctionnement du système nerveux aux réactions émotionnelles. Cette caractéristique entraîne rapidement une saturation d'informations qui peut engendrer fatigue, irritabilité, besoin de se protéger, de se retirer.
 
Trop sensible, trop fragile, décalé, souvent diagnostiqués comme souffrant de troubles dépressivo-anxieux, de phobies, de TOC, d'addictions : voici à quoi peut amener le fonctionnement hors norme du surefficient. Certains se sentent d'ailleurs tellement décalés qu'ils se croient idiots, fous, névrosés ou souffrant d'un mal inconnu. 
 
Le fonctionnement cognitif riche et puissant du surefficient s’appuie sur une haute intensité de l’activation cérébrale et un nombre de connexions neuronales plus élevé et plus rapides que la moyenne. Il en résulte une pensée plus complexe, systémique, holographique : tout est toujours analysé dans son contexte, le tout est dans la partie et la partie dans le tout. Le surefficient peut ainsi discerner un plus grand nombre de données en même temps et a également les moyens de faire une synthèse instantanée de tous ces éléments. 
 
Ce traitement particulier des informations cognitives a pour corollaire, quantité de connexions et d’associations d’idées qui ont du mal à se structurer. Il y a également un déficit de l’inhibition, qui oblige le cerveau à intégrer toutes les informations sans tri préalable suffisant. L’intelligence du surefficient est plutôt intuitive et imagée et les mots ont du mal à suivre : la structure du langage peine à exprimer le débordement d’images et d’associations d’idées (ce qui peut parfois donner l'impression à certains d'un fonctionnement immature ou enfantin). Un autre problème est que la pensée complexe "décroche" quand les choses ne sont pas assez complexes.
 
La surefficience s’étend à toutes les sphères de la vie : intellectuelle, créative, artistique, manuelle ou sportive. Mais il faut avoir été bien accompagné pour que ces potentialités se développent pleinement. La plupart des adultes surefficients vivant actuellement ont malheureusement grandi dans un monde d’incompréhension face à leur différence et leur sensibilité. Non détectés étant enfant, ne bénéficiant pas d'un entourage adapté, leur potentiel reste sous utilisé voire sans utilité. La construction de leur personnalité s'en est trouvée limitée et l'adulte surefficient peine à s'épanouir et trouver un équilibre de vie.
 
En général, les adultes surefficients se focalisent sur leur décalage et leur malaise, sans entrevoir la possibilité de faire de leur différence un atout dont ils doivent prendre conscience. Ils ont également du mal à considérer leur fonctionnement intellectuel comme éventuellement plus performant que l'individu normal.

.../...

http://www.cerf-hypnose-vibration.fr/2015/08/28/la-surefficience/

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------






cerf-hypnose-vibration.la-surefficience  Very Happy (si toi aussi les voix t'hypnotisent, on ne va pas s'entendre) Smile
-----------------------------------------------------------------------------------------------------

I am so sure
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2713
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation :

http://www.zebrascrossing.net/t28024-les-rocks-et-aussi-les-slow

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rocks et aussi les slows (mode radio radieuse)

Message par I am so sure le Ven 4 Nov 2016 - 23:20

[size=47]Comment notre cerveau hiérarchise l'information[/size]

Repéré par Peggy Sastre
 

Science & santé
 27.09.2016 - 10 h 56, mis à jour le 27.09.2016 à 13 h 50Cerveau | DigitalRalph via Flickr CC [url=http://www.slate.fr/story/123955/cr%C3%A9dit photo]License by[/url]
Une nouvelle théorie détaille comment, grâce à des neurones «aiguilleurs», le cerveau peut s'y prendre pour trier les informations les plus pertinentes en fonction du contexte dans lequel nous nous trouvons
Imaginez: vous avez décidé de passer l'après-midi dans un café à bouquiner. Pour vous concentrer sur votre lecture, il vous faut ignorer les conversations de vos voisins, le va-et-vient des serveurs, les notifications sur votre téléphone portable... Comment votre cerveau réussit-il à filtrer les informations «polluantes» qui arrivent à vos différents organes sensoriels pour se focaliser sur les seules informations pertinentes dans ce cas de figure – les mots imprimés sur la page?




Dans un article théorique publié le 20 septembre sur le site de Nature Communications, trois chercheurs en neurosciences et en psychiatrie ont conçu un modèle permettant d'expliquer comment notre cerveau effectue et réussit cette «curation» de notre environnement, à l'aide de neurones «aiguilleurs».




«Dans notre vie quotidienne, il est fondamental que notre cerveau réussisse à extraire les informations les plus importantes de toutes celles qui lui sont présentées, résume Xiao-Jing Wang, auteur principal de l'étude. Dans le cerveau, au sein d'un circuit neuronal extrêmement complexe, il doit forcément y avoir un mécanisme de triage pour orienter les bonnes informations au bon endroit et au bon moment.»








Circuit neuronal








Selon les scientifiques, les aiguilleurs de ce trafic cérébral sont à chercher du côté des neurones inhibiteurs –des cellules qui assurent la justesse des réponses neurologiques à tel ou tel stimuli en faisant taire d'autres neurones et en régulant les neurones excitateurs, dont le but est de stimuler l'activité neuronale.




«Notre modèle se sert d'un élément fondamental du circuit cérébral, qui intègre différents types de neurones inhibiteurs, pour atteindre cet objectif, précise Wang. Notre modèle computationnel montre que les neurones inhibiteurs peuvent générer un circuit neuronal qui autorise la circulation de certaines voies d'informations, tout en barrant la route à d'autres.»




En particulier, les chercheurs se sont focalisés sur un type spécifique de neurones inhibiteurs, ceux qui ciblent les dentrites des neurones excitateurs –ces excroissances filamenteuses des cellules cérébrales grâce auxquelles elles receptionnent et traitent l'influx nerveux. Pour ce faire, ces neurones inhibiteurs avaient été marqués à la somatostatine, afin de rendre possible une analyse expérimentale sélective.

Tri précis



Après avoir fait tourner différentes variantes de leur modèle, les scientifiques concluent que ces neurones contrôlent non seulement l'influx général qu'une cellule cérébrale doit traiter, mais aussi l'influx spécifique à telle ou telle voie –par exemple, l'auditive ou la visuelle, quand elles convergent vers un neurone.
Une simulation informatique qui montre aussi que même lors de connexions a priori aléatoires, ces neurones pisteurs de dentrites sont capables de trier des voies spécifiques en s'alignant avec les influx des neurones excitateurs –un alignement qui s'effectue via la plasticité synaptique, soit le mécanisme cérébral de l'apprentissage.  

http://www.slate.fr/story/123955/comment-notre-cerveau-hierarchise-linformation
--------------------------------------------------------------------------------------------
C'est curieux, moi le mot "hiérarchiser" , ça me provoque plein de sensations bounce , c'est doux pour moi. J'ai du me rendre que ça calmait le fauve  Razz "Bon je vais me brosser les dentrites", je ne sais pas ou quand je vais pouvoir placer cette phrase mais je la placerais un jour....

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

| INC | INEE | INP | IN2P3 | INSB | INSHS | INSMI | INS2I | INSIS | INSU |
Neuroinformatique et neurosciences computationnelles
Directeur scientifique : Patrick Netter, directeur de l'Institut des sciences biologiques
Directeur du programme : Alain Destexhe
Contact Mission pour l'interdisciplinarité : Laurence El Khouri
 

  • Présentation du programme

  • Archives des AO


 

Présentation du programme

Contexte

Comprendre le cerveau reste encore à l’heure actuelle un défi majeur pour les scientifiques de toutes disciplines. Le cerveau représente la structure la plus complexe jamais construite par la nature: cent milliards (1011) de neurones connectés par un réseau d'une complexité inimaginable (1014 à 1015connections), et qui est capable de traiter des informations très complexes en un temps record, comme l'analyse instantanée d'une scène visuelle. Ce traitement d'information se fait au travers de la mise en action simultanée de groupes de neurones qui forment des patrons d'activité spécifiques. La grande complexité du cerveau lui permet non seulement de traiter des informations complexes, mais aussi elle rend le cerveau d'autant plus vulnérable à divers dysfonctionnements, qui résultent en pathologies telles que la schizophrénie, l'épilepsie, les troubles de la mémoire, du language, etc.
La compréhension des mécanismes cérébraux dépasse donc largement la recherche fondamentale: elle possède des implications directes dans la compréhension et le traitement de pathologies. Elle possède aussi des implications directes au niveau technologique, dans la construction de machines capables de traiter l'information de façon « intelligente », tel que le traitement d'informations du monde réel, scènes visuelles, auditives, etc.
Les neurosciences computationnelles représentent une discipline relativement récente et dynamique, et dont le but affiché est de comprendre le cerveau par des moyens théoriques et informatiques. Cette discipline combine l'expérimentation avec la théorie et les simulations numériques, ce qui permet d'ouvrir toute une série de possibilités nouvelles au niveau scientifique et d'applications technologiques. La neuroinformatique concerne plus spécifiquement les aspects informatiques, tels que la conception et la réalision de méthodes d’analyse mathématiques, la constitution de bases de données en neurosciences et les outils qui s’y rapportent. Les neurosciences computationnelles et la neuroinformatique combinent donc des spécialistes d'horizons différents, tels que les biologistes, physiciens, mathématiciens, informaticiens, ingénieurs, et médecins. Ces spécialistes identifient les principes du fonctionnement cérébral, et ils formalisent ces principes sous forme de modèles théoriques qui sont ensuite testés par la simulation numérique. Ces modèles peuvent également être implémentés directement sur des circuits électroniques, dans le but de créer de nouvelles générations de calculateurs. Ils peuvent aussi être utilisés comme outil pour investiguer les dysfonctionnements du cerveau, en particulier dans le cas où les pathologies résultent d’interactions multiples.
 haut de page
Mais plutôt que de représenter des domaines séparés, les neurosciences théoriques et expérimentales fonctionnent souvent ensemble, de façon synergique. Aux USA et en Europe, il existe de nombreux centres où les laboratoires expérimentaux et théoriques se côtoient, comme les centres Bernstein allemands ou Gatsby anglais, le Brain & Mind Institute et l’Institute for Neuroinformatics en Suisse, le RIKEN Institute au Japon, et les nombreux centres américains (Keck, Sloan, Swartz centers, etc) [Pour une liste des centres de neurosciences computationnelles, et leurs coordonnées sur Internet, voir : http://home.earthlink.net/~perlewitz/centers.html]. La France est plus timide à ce niveau, avec plusieurs unités INSERM ou CNRS qui combinent les expertises théoriques et expérimentales, mais aucun institut ou centre plus ambitieux n’a encore pu voir le jour (cfr. Faugeras, Samuelides & Frégnac, A future for systems and computational neuroscience in France ? J. Physiol. Paris 101 : 1-3, 2007).
À l’image de cette interaction théorie/expérience, de nombreux projets Européens ont vu le jour, et certains de ces projets ont une renommée internationale. Il faut noter l’existence de programmes spécifiquement inter-disciplinaires, comme le programme Future and Emerging Technologies (FET) de la Communauté Européenne, et qui vise à subventionner des projets pluri-disciplinaires, ambitieux et innovants. De nombreux projets de neurosciences, alliant la théorie et l’expérimentation, avec des nouvelles technologies, ont été subventionnés par ce programme. En particulier, des projets récents tels que FACETS, DAISY et SECO consistent à allier l’expérimentation biologique, pour caractériser les neurones et les circuits neuronaux, avec des approches théoriques pour formaliser ces principes biologiques, et ensuite l’ingénierie pour implémenter ces modèles sur des circuits intégrés. Il en résultera de nouvelles générations de circuits intégrés qui fonctionneront de façon analogue aux circuits neuronaux réels. Ces circuits pourront être utilisés pour tester des principes biologiques, et aider à l’exploration des propriétés des circuits neuronaux, suggérer de nouvelles expériences, etc, la boucle est bouclée. Une des réalisation de ces projets a été la conception de circuits intégrés contenant un grand nombre de neurones de type intègre-et-tire, qui permettront la simulation (analogique) de réseaux de centaines de milliers de neurones, avec une vitesse de calcul de 100,000 fois plus rapide que le temps réel, une performance qui dépasse celle des plus gros calculateurs parallèles !
Même si des groupes Français occupent une place importante dans des projets tels que FACETS et DAISY, il faut déplorer l’absence de programmes ambitieux à l’échelle nationale. Plusieurs actions ont vu le jour (ACI neurosciences computationnelles, programmes CTI et neuroinformatique, par exemple), et elles ont mené à des projets intéressants, mais leur budget limité n’a pas permis de vraiment structurer la communauté théorique et computationnelle en neurosciences. Réaliser une telle structuration, et la stabiliser, nécessiterait de mettre sur pied un réseau d’excellence avec un budget important et des postes pour les nombreux jeunes chercheurs du domaine. Par exemple, l’inititative récente des Bernstein Centersen Allemagne a permis de structurer le domaine de façon très significative en créant plusieurs centres, et de nombreux postes de chercheurs. Aucune initiative de cette envergure n'a encore pu voir le jour en France.
 haut de page

Objectifs et plus-value attendue

L'objectif du programme Neuro-IC est double :

  • de soutenir des actions fortement interdisciplinaires comme exposé ci-dessous. Le but de ce soutien est de jouer un rôle de tremplin vers la réalisation et l'élaboration de projets ambitieux qui combinent différentes disciplines, comme la biologie, la physique, l'ingénierie et l'informatique;

  • d'identifier différentes équipes fortes dans le domaine et qui formeraient le noyau d'un éventuel futur réseau d'excellence dans le domaine des neurosciences computationnelles et de la neuroinformatique.


 

Descriptif du programme

Le programme Neuro-IC soutiendra des projets de recherche fondamentale et de recherche appliquée sur des problématiques liées aux Neurosciences, abordées de manière interdisciplinaire avec la participation significative de chercheurs de disciplines telles que les Mathématiques, la Physique, l’Informatique, la Robotique ou le Traitement du signal. Une attention particulière sera donnée aux projets à l'interface neurosciences/sciences humaines. Le but du programme est en particulier de soutenir des actions interdisciplinaires qui constituent des projets aux idées radicalement nouvelles, de préférence entre partenaires qui n’ont jamais collaboré, et/ou jamais contribué à ce champ de recherche. Les projets qui comportent un facteur de risque substantiel sont particulièrement encouragés. Typiquement, le programme soutiendra des actions à caractère exploratoire et dont le niveau de risque (et l’absence de données préliminaires) interdisent l’écriture d’un projet de type ANR ou européen. Le programme servira donc de tremplin vers l’élaboration de projets plus ambitieux – cet aspect fondateur sera particulièrement important dans l’évaluation des projets.
Il n’y a pas de restriction thématique pour autant que les projets allient clairement les neurosciences avec au moins une autre discipline, dans le cadre d'un projet de nature théorique, numérique ou d’ingénierie. A titre d'exemples de thèmes, on peut mentionner l’étude de la relation structure-fonction dans les réseaux neuronaux (lien entre connectivité et comportement), l’étude de la dynamique d’émergence d’états pathologiques, l’étude du codage neuronal, de l’attention ou de la cognition, ainsi que la conception de nouveaux types de calculateurs inspirés de l’architecture du cerveau, des projets de robotique bio-inspirée, ou encore des projets alliant expérimentation et modélisation sur des thèmes issus des sciences humaines et sociales. Le programme soutiendra les thèmes traditionnels de la neuroinformatique, tels que la constitution de bases de données en neuroscience, ou la conception de nouvelles méthodes d’analyse de données. L’aide à la conception et/ou l’étude de faisabilité de nouvelles techniques expérimentales en neuroscience (par exemple nouvelles techniques d’imagerie) sera également soutenue, pour autant que ce type d’étude soit exploratoire et fondateur. Enfin, l'application de nouvelles méthodes de la physique théorique aux neurosciences est encouragée.
Les budgets demandés seront typiquement du fonctionnement, de l’équipement et des missions, de l’ordre de 30,000 Eur. Le programme ne pourra pas financer de salaire. Il est important qu’il y ait une adéquation entre le projet demandé et le budget (les « recyclages » de projets antérieurs ne seront pas évalués). L'usage envisagé de la somme demandée doit faire l'objet d'un budget détaillé et clairement motivé (une page maximum).
Les demandes devront faire l'objet d'une présentation scientifique courte, 5 pages maximum (sans annexe, références incluses), complétée d'un CV bref des partenaires principaux (une page maximum). Les aspects exploratoires et interdisciplinaires doivent être explicités (ils constituent les critères principaux d’acceptation, en plus de l’excellence scientifique du projet). Chaque projet sera examiné par 2 ou 3 rapporteurs de disciplines différentes.
L’appel à projet sera publié début janvier, avec une date limite de soumission début février. Ceci permettra de financer les projets retenus en mars de l’année d’acceptation. Les subventions accordées, utilisables pour toute dépense à l'exception de salaires ou vacations, seront à dépenser avant le 31 décembre de la même année.
À l’issue du projet, il sera demandé aux auteurs de rédiger un rapport court (de l'ordre de 5 pages) sur les résultats obtenus au cours du projet et les développements qu’il a contribué à réaliser (publications, soumission de projet ANR ou Européen, démarrage d’autres projets plus ambitieux, etc).
 haut de page

Enjeu scientifique interdisciplinaire

Le rôle majeur de ce programme est de favoriser, par le rapprochement Neurosciences-Neuroinformatique, une meilleure dynamique dans l’approche de la complexité du système nerveux. Déjà opérationnelle dans quelques grands centres (Bernstein, Gatsby, Brain & Mind Institute, Institute for Neuroinformatics, RIKEN Institute, Keck, Sloan, Swartz centers, etc), cette approche contribue au développement de la recherche fondamentale mais aussi, dans des pathologies chroniques, graves et fréquentes (maladies neurodégénératives, paraplégie, douleur, maladies mentales) à la définition de nouvelles stratégies thérapeutiques (prothèse, robot, nanotechnologie et neurostimulation, réalité virtuelle et troubles de la représentation du corps dans l’autisme…). Cette approche est également indispensable dans la conception de nouvelles architectures de calcul, inspirées du cerveau.
Le programme Neuroinformatique et Neurosciences Computationnelles peut aussi être vu comme une étape préliminaire et nécessaire à un plan d’action structurant plus ambitieux à venir, et dont la mise en place dépendra de l’ambition scientifique des institutions concernées).
 

Archives des AO


  • Appel d'offres 2010 (pdf)


http://www.cnrs.fr/prg/PIR/programmes-termines/neuro-ic/neuro-ic.htm



-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


http://www.nature.com/articles/ncomms12815



-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Do you con pute ? or do not ? (celle là je la placerais aussi un jour) peut être avec biatch dans la même phrase, à moins que cela ne fasse trop lourd ? je vais réfléchir mais pas trop


---------------------------------------------------------------------------------------


C'était marqué dans un des livres, la psychologue qui dit à un enfant : toi t'as pas trié ton cerveau mais alors lequel, je vais chercher mais pas trop.

I am so sure
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2713
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation :

http://www.zebrascrossing.net/t28024-les-rocks-et-aussi-les-slow

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rocks et aussi les slows (mode radio radieuse)

Message par I am so sure le Ven 4 Nov 2016 - 23:25

Spoiler:

















[size=31]Additional information[/size]

How to cite this article: Yang, G.R. et al. A dendritic disinhibitory circuit mechanism for pathway-specific gating. Nat. Commun. 7:12815 doi: 10.1038/ncomms12815 (2016).
Une tite histoire en images et hop au lit (maths et !!!! anglais c'est pour les forts, moi je suis faible et fragile, je regarde que les images  Very Happy

I am so sure
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2713
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation :

http://www.zebrascrossing.net/t28024-les-rocks-et-aussi-les-slow

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rocks et aussi les slows (mode radio radieuse)

Message par I am so sure le Sam 5 Nov 2016 - 13:04

Pourquoi nous sommes attirés par ceux qui ne sont pas bien pour nous

de Sandra Véringa | 17 février 2015
240 commentaires


      

Pourquoi nous sommes attirés par ceux qui ne sont pas bien pour nous. Je me suis toujours posé la question : « Pourquoi suis-je attirée par les gens qui ne sont pas bien pour moi ? »






Et la réponse est assez simple en fait : Parce que votre soi blessé joue un rôle d’attraction.





Maintenant que je sais que le terme « soi blessé » peut sembler un peu intense, laissez-moi donc vous expliquer. Nous avons tous « le petit soi » (ou le soi blessé, l’ego) et le « Soi spirituel » «(le soi supérieur, le soi adulte, ou l’âme).
Pourquoi nous sommes attirés par ceux qui ne sont pas bien pour nous : 

Le soi blessé est la partie de vous qui se sent incomplète. Il s’interroge sur votre valeur et votre importance : il ne se sent pas entier, ou il se sent en quelque sorte imparfait. Mon soi blessé est le « petit soi » qui se demande si je suis vraiment aimable.
D’autre part, nous avons aussi un Soi Spirituel. C’est votre soi supérieur, votre âme. C’est la partie de vous qui est liée à l’amour, la vérité, la sagesse et la paix intérieure. Votre Soi Spirituel, sait, sans aucun doute, à quel point vous êtes aimable et précieux. De bien des manières, c’est le contraire de l’ego.
À un moment donné, nous fonctionnons à partir de l’un de ces deux soi. Malheureusement, nous sommes nombreux à fonctionner à partir de l’ego la plupart du temps. Voilà pourquoi nous croyons que nous sommes insignifiants et impuissants d’une certaine façon, et nous essayons de combler ce manque.
L’ego cherche des choses à l’extérieur pour trouver la validation et la réalisation. Il croit qu’une fois qu’il aura plus (d’argent, un meilleur partenaire, un meilleur emploi, une maison plus belle , plus de vacances, etc…), il sera enfin heureux.
Mais, il n’est jamais heureux. Du moins, pas pour longtemps. Parce que la nature même de l’ego est de se sentir incomplet. Par conséquent, lorsque vous vivez à travers le point de vue de votre ego, vous êtes destiné à avoir l’impression qu’il manque quelque chose. La vie à travers l’ego n’est pas très amusante.
Nous avons tous été déçus ou blessés par une relation dans le passé ; nous portons la mémoire de cette blessure à l’âge adulte (parfois inconsciemment). Si une blessure d’enfance est toujours en vous, vous allez attirer des gens qui vont mettre en évidence le même sentiment. Par exemple, si votre blessure est centrée autour d’un sentiment de rejet ou d’invisibilité, il est probable que vous ressentiez la même chose dans vos relations à l’âge adulte.

 Nous sommes attirés par ceux qui ne sont pas bien pour nous

Votre inconscient est programmé pour attirer des gens qui activent vos blessures.





C’est une partie frustrante du processus de croissance ! Mais pensez-y de cette façon : vous réactivez vos blessures pour pouvoir enfin les guérir. Nous ne pouvons pas guérir ce que nous ne ressentons pas ; nous ne pouvons pas guérir des choses dont nous n’avons pas conscience ! Le sentiment désagréable doit faire surface pour que vous puissiez grandir au-delà.
Rappelez-vous, votre Soi supérieur est la partie de vous qui connaît la vérité sur vous. Il sait que vous êtes digne, étonnant, capable, et puissant. À travers le Soi supérieur, vous êtes entier. Oui, vous êtes un humain imparfait avec des défauts ; mais vous êtes avant tout une âme.
Vous êtes beau.
Vous êtes important.
Vous êtes spécial.
Vous êtes amour.

C’est ce que le soi supérieur sait sur vous, et il veut que vous le sachiez aussi.





En vous identifiant avec votre soi supérieur (l’amour en vous), vous êtes beaucoup moins attiré par les personnes qui ne sont pas bien pour vous, voire plus du tout dans certains cas.
Vous réalisez soudainement que les personnes « mauvaises » étaient seulement des enseignants pour vous mettre dans le bon état d’esprit qui ne remet pas en cause votre valeur ou votre importance.
Votre soi supérieur veut que vous vous identifiez à lui ; il veut que soyez celui que vous êtes vraiment. Récupérez l’amour en vous, et vous guérirez vos relations de l’intérieur.
S’il vous plaît laissez un commentaire ci-dessous et dites-nous quelles sont les qualités de votre Soi supérieur et comment vous prévoyez d’être plus connecté à cette partie de vous.
Shelly Bullard
Traduit par Sandra Véringa  Toute reproduction interdite sans notre permission
- See more at: http://www.espritsciencemetaphysiques.com/attires-ceux-pas-bien-pour-nous.html#sthash.mdBaA0xr.dpuf

I am so sure
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2713
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation :

http://www.zebrascrossing.net/t28024-les-rocks-et-aussi-les-slow

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rocks et aussi les slows (mode radio radieuse)

Message par I am so sure le Sam 5 Nov 2016 - 13:04

[size=36]Les 6 types de deuil[/size]
Le deuil est l’un des états auxquels tous les êtres humains doivent se confronter plusieurs fois dans leur vie.
Nous ne sommes pas encore nés que nous commençons déjà à perdre des gens. Et chaque perte implique une souffrance qui doit être écoutée et surmontée. 
Ce qu’il y a de commun à tous les deuils, c’est qu’ils impliquent une perte. Cependant, et puisque les pertes peuvent être de diverses natures, il existe aussi différents types de deuil.

On parle de «deuils évolutifs» lorsqu’on se réfère aux pertes qui impliquent le passage d’un âge à un autre.
On parle aussi de «deuils sociaux», comme la perte d’un emploi, la retraite, l’exil ect.


“Seules les personnes capables d’aimer intensément peuvent souffrir de grande douleur, mais ce même besoin d’aimer sert à contrecarrer leurs deuils et les guérit».


-Léon Tolstoï-


Les deuils qui apportent le plus de difficultés sont tout de même ceux qui génèrent la perte de personnes aimées, principalement à cause de la mort.
Cela est dû en grande mesure au fait que le lien est rompu, mais pas l’amour qui le composait, ni les rêves, les fantasmes et les espoirs qui l’accompagnait.
C’est pour cela que la souffrance est intense et demande un grand travail pour être surmontée. D’un point de vue de la perte affective, il existe plusieurs types de deuil que nous allons vous décrire ici.

[size=30]Le deuil anticipé[/size]


Ce deuil a lieu lorsqu’on a conscience que l’on va souffrir d’une perte imminente, mais qu’elle n’est pas encore concrétisée.
Il se produit quand, par exemple, on prépare un divorce, un long voyage, lorsqu’une maladie se présente, ou même qu’une euthanasie est programmée.

image: http://nospensees.fr/wp-content/uploads/2016/10/Femme-deuil.jpg


La différence avec d’autres deuils, c’est que dans le deuil anticipé, les sentiments ont tendance à être bien plus ambivalents et instables.
Comme la personne est toujours là, les souffrants alternent entre proximité et distance : ils veulent sentir une dernière fois la présence de cette personne, mais ils ont peur de l’attachement que cela génère en même temps.
Dans ces cas, le mieux est d’exprimer ces sentiments ouvertement et directement à la personne qui va partir.



[size=30]Le deuil absent[/size]


C’est une forme de deuil dans laquelle celui qui s’en trouve affecté bloque ses sentiments.
Il prétend agir comme si rien ne s’était passé et devient complètement hermétique au sujet. De fait, s’il le mentionne, il lui donne une valeur moindre, qu’il donnerait à n’importe quel autre sujet.
Dans ce cas, ce qui opère est un mécanisme de déni. L’impact est si fort que la personne ne se sent pas capable de l’affronter.
Le problème, c’est que la douleur occulte revient toujours, que ce soit sous forme d’irritabilité, d’anxiété ou de maladie physique, entre autres.

[size=30]Le deuil chronique[/size]


Le deuil chronique se présente quand une personne ne parvient à encaisser la perte de l’être cher.
D’une manière ou d’une autre, elle résiste  à l’idée d’accepter ce qui s’est passé et se concentre sur le fait de garder vivant le souvenir de cette personne qui n’est plus.
Elle finit par être paralysée dans sa vie et par se cantonner systématiquement à une position de douleur.

image: http://nospensees.fr/wp-content/uploads/2016/10/Pleurez-quand-vous-en-avez-besoin.jpg







Play

Unmute


Fullscreen


Les personnes aux tendances dépressives sont plus exposées à s’installer dans ce type de deuil, qui se convertit en une manière de vivre.
L’anxiété, la tristesse et la culpabilité priment sur le reste, ainsi qu’une sensation d’impuissance et de désillusion. Ce type de deuil requiert une aide professionnelle.

[size=30]Le deuil retardé[/size]


C’est, en général, un effet du deuil absent. Même si au début, la personne fait tout pour ignorer sa douleur, elle émerge très puissamment après un moment, et peut-être au moment le moins attendu.
Elle peut parfois mettre plusieurs années avant de réapparaître et de marquer le véritable début du deuil.
Il a également lieu lorsqu’une personne ne peut pas vivre le deuil au moment où la perte a lieu, à cause des conditions spéciales, comme un engagement professionnel trop exigeant, ou une situation familiale urgente.

La douleur en question apparaît plus tard et présente certaines complications car elle doit généralement être vécue en solitaire.

[size=30]Le deuil inhibé[/size]


Ce type de deuil est vécu par les personnes qui ont de grandes difficultés à exprimer leurs sentiments.
C’est le cas des enfants, qui n’arrivent pas à exprimer à travers des mots tout ce que la situation représente.
Dans de nombreux cas, les adultes ignorent leur douleur et ne les aident pas à la surmonter, car ils ont la conviction qu’ils ne comprennent pas.

image: http://nospensees.fr/wp-content/uploads/2016/10/Papillon.jpg


Le deuil est également inhibé dans des cas de de handicap cognitif ou dans des situations où l’on est père ou mère de famille et où l’on essaie de rester fort pour ne pas affecter les enfants.
Dans tous les cas,  l’inhibition se traduit en obsessions, en dépression constante, en anxiété etc.

[size=30]Le deuil non autorisé[/size]


Dans le deuil non autorisé, ce qui arrive, c’est un rejet de l’entourage envers la douleur que ressent la personne.
Les autres essaient en permanence d’empêcher le deuil car selon eux, celui qui vit cette souffrance doit l’oublier et reprendre sa vie comme avant, sans y penser.
Mais il y a aussi des situations spécifiques où l’on empêche le deuil dès son commencement.
Par exemple, lorsqu’un homme ou une femme qui avait une relation extra-conjugale meurt. L’amant ou la maîtresse «n’ont pas le droit» d’exprimer leur poids.
Cela s’applique aussi à la mort d’un animal de compagnie, car si elle provoque une grande douleur, il y aura toujours des gens qui minimiseront cette souffrance.

image: http://nospensees.fr/wp-content/uploads/2016/10/Visage-triste.jpg



En savoir plus sur http://nospensees.fr/les-6-types-de-deuil/#fOuLxERlVql7LtWw.99

I am so sure
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2713
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation :

http://www.zebrascrossing.net/t28024-les-rocks-et-aussi-les-slow

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rocks et aussi les slows (mode radio radieuse)

Message par I am so sure le Sam 5 Nov 2016 - 13:05

De la bêtise qui dévore le cerveau

Publié le 3 novembre 2016 par Ketrichen



Bien le bonjour à vous amis TOUS SEULS !
J’espère que vous avez passé un bel été plein de ressourçation et autres reposements et que votre automne s’annonce dans la béatitude des connexions neuronales effervescentes.
Alors aujourd’hui, je vais vous parler d’un problème que nous rencontrons tous. Du cancer de notre quotidien, de l’eczèma de notre routine, de l’essaim de moustiques dans notre lit, du sarkozy ou de la marine comme voisin de palier (l’absence de majuscule est volontaire notez !) de la gangrène de nos soleils, la plaie de notre joie de vivre, la purulence de nos sourires… Et il s’agit bien sûr de : LA BETISE.
Ce qui est intéressant c’est que les TOUT LE MONDE sont eux aussi exaspérés par la bêtise. Ils n’aiment pas les « cons » et ils pestent contre eux. Ils vous diront souvent : « J’en ai marre de ces cons ! » ou « Quel gros con ! » et ils ne sont pas contents du tout d’être entourés de gens stupides… Huuummmmmm….. ????? (Je me gratte les cheveux d’une façon interrogative).
Vous savez, c’est comme cette phrase qu’ils disent quelques fois : « Je me sens seul. » C’est dur, c’est vrai, ils se sentent vraiment seul (sans compagne/compagnon, sans ami pour sortir faire la fête, tout ça tout ça.)
Je sens une pointe de cynisme aigüe en moi aujourd’hui. Pardonnez par avance la noirceur de mon humour, j’ai la sensation d’être un chouïa tendue. Je me demande bien pourquoi ? Serait-ce l’état du monde ?  Ok. J’avoue, ça n’aide pas. On dira : Etat du monde 1 / Ketrichen 0. Et allez on en rajoute un petit : Bêtise 1 / ketrichen -1 000.
Voilà Voilà. Donc, il faut bien comprendre que les TLM  ressentent les même choses que nous mais tellement différemment. Moins fort peut-être ? Probablement. Et moins longtemps, c’est certain. En tous cas, je pense pouvoir affirmer que quand ils se sentent seuls, ils ne ressentent pas le même gouffre, l’abîme profond qui les sépare de leurs contemporains. C’est douloureux, je ne le nie pas mais ce n’est  pas à la même échelle que nous et cela pourra se résoudre beaucoup plus facilement pour eux. Allez, je vous raconte une petite anecdote intéressante sur ce thème. C’est parti.
Comme vous le savez déjà, si vous avez lu l’article « Le champs des possibles », il m’arrive régulièrement d’aller consulter ostéopathes, chamans, masseurs de chakras et autres énergéticiens quand un trop plein de stress s’amasse dans mes petites cellules. J’en ressors souvent pleine de vitalité et de positivisme et c’est toujours bien meilleur à la santé que les petites pilules. Me v’là donc partie vendredi en 15 pour me faire faire le soin sus-nommé plus haut. Je n’en menais pas large, cette journée était plus que plus que lourde de tristesse et de tension. Mon énergéticienne est très gentille. C’est une TLM, bienveillante, attentive…. Et plutôt ouverte d’esprit. On commence le soin et on échange banalités, sur banalités sur banalités…. Au bout d’un moment, elle sent une résistance dans mon corps (elle me faisait mal la S…). Alors elle commence à me poser des questions sur ce que je vois, ce que je sens. Je lui réponds et lui donne mon interprétation. Et LA ! Là elle me dit, tout de go et très sérieusement : « Ketrichen, vous ne laissez pas les gens communiquer avec vous. Vous restez enfermée à l’intérieur de vous, c’est un problème, c’est ça qui bloque, il faut vous ouvrir pour recevoir ce qu’ils ont à vous donner. » Et elle insiste, elle insiste, elle insiste en massant de plus en plus fort et me demandant de lâcher « Lâchez me dit-elle ! Lâchez, vous êtes là pour ça ! »
Malheureuse ! A force de taper, elle a fini par ouvrir la boîte de Pandore ! Alors je craque et du tréfonds de mes sanglots toujours plus nombreux et intarissables, je lui crie « Mais c’est parce que je suis surdouée et que les gens sont tellement tellement mais TELLEMENT STUPIDES !!!! » (Appuyez très fort et longuement sur le « stupide ».)
« Ah ! » Puis silence interloquée de mon énergéticienne. Elle me dit : « Oui, mais il y a des surdoués des émotions et des surdoués du QI. » (Elle me dit ça parce que je me camoufle très bien et que oui, je suis capable de tenir des conversations totalement idiotes sans qu’on ne puisse voir à quel point je m’ennuie. Elle est donc convaincue que je ne peux pas être « une surdouée du QI ». Merci M’dame ! ) Je réponds donc (entre deux sanglots) : « Mais moi je suis les DEUX !! » (Je n’allais pas lui expliquer en quoi consiste réellement la douance, c’était déjà pas mal qu’elle en ait entendu parler.) Elle a donc dit : « Ah oui, c’est sûr, ça isole ! » (Ah ben ça, mon petit Louis, tu l’as dit !!) Et on avait l’air con toutes les deux. Elle parce qu’elle avait senti que j’avais besoin des autres et besoin de communiquer et qu’elle était persuadée qu’avec un petit coup de pouce… Hop ! Le problème serait réglé. (« Mais pourquoi ne vous livrez-vous pas aux autres ma petite Ketrichen ? Vous verrez, partagez avec les gens c’est super, ça fait du bien !! »  « Mais bien sûr, tout à fait. Venez faire un tour dans ma tête ma petite dame et on verra si vous avez toujours envie de communiquer avec moi !! ») Et moi parce qu’elle a juste mis le doigt sur le cercle vicieux nauséabond de : « Oui j’ai besoin des autres, mais quand je m’ouvre à eux, c’est de la douleur, de l’incompréhension et quelques fois même : du poison. » Et le pire, le plus ironique dans cette histoire c’est que même si ça m’a fait du bien de pleurer un bon coup, elle n’a pas compris ma réaction, elle ne peut même pas s’imaginer ce que je ressens. Aussi pleine de bonnes intentions soit-elle. En tous cas, c’est bien la première fois de ma vie que je mets un TLM  face à ses limites et face aux miennes. Bizarrement, elle a expédié la fin de la séance et hop, j’étais dehors, les yeux rouges et légèrement décontenancée par ce qu’elle m’avait fait « lâcher » « pour mon bien ».
Reprenons.
C’est un sujet lourd et difficile à traiter avec humour. C’est un sujet tellement présent et si douloureux à chaque minute de ma vie que l’aborder me coupe les jambes et le souffle. Le problème c’est que je suis là à vous dire sans cesse, on n’est pas tous seuls, on est tous ensemble blablabla. Mais la réalité mes merveilleux lecteurs, vous la connaissez bien, la réalité c’est que si on s’appelle les TOUS SEULS c’est qu’on est terriblement et atrocement seul et que ça fait mal comme un coup de poignard dans le plexus. Et ça c’est une chose avec laquelle on doit vivre à chaque seconde, à chaque minute et on multiplie ces secondes par des mois, des années et…Et…. Bah, on se remonte le moral en se disant qu’on est finalement qu’un petit grain de sable dans l’univers, que ce n’est pas très grave, l’important étant que la forêt respire et que les colibris s’ébattent dans le vent. (« Mais pour combien de temps ? » Vient rajouter la méchante petite voix de la raison qui est tout à fait consciente de ce qu’on fait subir à la forêt et aux colibris. (J’adore les colibris.) )
Recentrons nous. Ne soyez pas dupes, quand je ne vous écris pas c’est que je ne vais pas bien. Autant le dire carrément, je vais mal. Malgré mon incroyable chance de baigner dans le grand amour (Tout le monde n’a pas cette chance, j’en suis consciente ! Tiens, en passant, j’en profite : Ca vous intéresserait un site de rencontre pour les TSE ? - je ne sais pas comment je peux faire ça mais ça me titille en ce moment, qu’en pensez-vous ?-) Donc oui, je ne vais pas bien, je creuse le marasme de ma propre désespéritude et autant dire que ça ne présente aucun intérêt pour la toile. C’est pour cette raison que je silencieusonne…. Mais bon, 123 jours quand même sans vous écrire, c’est fessebouc qui vient se rappeler à mon bon souvenir…J’ai honte ! Et vous êtes suffisamment adorables pour continuer à venir me lire ou même à me partager. Chers inconnus : Merci. Vous m’envoyez tout plein de soleil dans le cœur alors, je vous offre un bouquet de coquelicots (parce que c’est joli les coquelicots.)
Il est vrai (parce que j’ai quand même des raisons d’aller mal, je ne fais pas ça gratos, pour le plaisir !) que le fait de passer 8 heures en compagnies de collègues désespérément stupides. Pour le moins… Comment dire… d’une débilité qui me donne envie de m’arracher les cheveux un par un en mangeant du foin (ça rime, notez !). Ce n’est pas facile à gérer. Quand j’ai commencé ce blog, j’étais au chômage (« Dieu du chômage, je te bénis, viens me prendre à nouveau dans tes bras… ») et j’avais suffisamment de ressource pécuniaire pour ne pas vivre dans la crainte de ne pas avoir de quoi payer mon loyer. (On appellera ces moments bénis : LIBERTE ! « Liberté comme je t’aime ! » - traduisez : « Chômage comme je te vénère ! »-).  Malheureusement… L’argent ne dure pas éternellement et mon vénéré sauveur non plus. (Mais je devrais pouvoir le faire ressusciter bientôt… Croisons nos 20 doigts.) Donc, j’en suis là (comme peut-être beaucoup d’entre vous) à passer plus d’une heure dans les transports en commun chaque matin pour faire un métier qui ne présente aucun intérêt (même un pas un micro-nano intérêt - « Mesdames, messieurs les physiciens, pardonnez-moi, je pense que l’unité de mesure que j’emploie n’existe pas » -) pour être sûre d’avoir un toit au-dessus de la tête et des pâtes dans mon placard. (Et c’est non négligeable !) Pour que ceci soit réalisable bien sûr, une certaine prise d’anxiolytique est de rigueur –de nécessité, dirons-nous- (Attention : « Les anxiolytiques rendent extrêmement dépendants, il faut les prendre avec parcimonie et surtout être suivi par un médecin qualifié. » –Ce message n’est pas sponsorisé par les laboratoires pharmaceutiques.)
Bref. L’autre soir, je dîne avec un ami qui m’est cher et qui est un TTTSE (c’est-à-dire que c’est un Très Très TOUS SEULS, c’est-à-dire qu’il a un QI qui ferait décoller une fusée et c’est pas facile tous les jours quoi !) Bref, nous passons une délicieuse soirée, je suis enfin à 100 % moi-même. On parle, on parle à demi-mot parce qu’on se comprend sans parler. Bref, c’est le bonheur. Et c’est là que ça m’a frappé, Paf ! En pleine tête ! Je me suis dit que si je ne prenais pas mes anxiolytiques religieusement tous les jours, j’arriverais au travail, je rentrerais dans mon bureau, je regarderais autour de moi et… Et je me dirais tout naturellement : « Mais qu’est-ce que je fais là moi ? » Puis je prendrais mes clics et mes clacs sans même leur dire  au-revoir. Je rentrerais chez moi, faire mes trucs à moi, à mon rythme à moi…Et ce serait merveilleux.
Mais au final je n’aurais plus de pâtes et plus de toit sur la tête.
En conclusion : les anxiolytiques ne sont pas une solution définitive mais ils peuvent aider  de façon TRANSITOIRE. N’oubliez jamais que le chômage est votre meilleur ami et que tout vient à point si on a un plan. Si vous traversez une sorte de désert intellectuel imposé par votre quotidien (parce que dès qu’on se met à réfléchir, le travail devient insupportable) mettez au point une stratégie. (Une stratégie pour vous retrouver au chômage.) Et après, trouvez un emploi qui vous plaise. Ça existe, c’est promis. Cherchez bien, prenez le temps, écoutez-vous. (Sinon vous pouvez toujours épouser un/une milliardaire. Pour ça, j’avoue que j’ai déconné !)
Si vous êtes un-e jeune lecteur-trice TSE et que vous faîtes actuellement vos études, je vous en prie : Allez aussi loin que possible, étudiez ce qui fait battre votre cœur et donnez-vous les moyens d’accéder à un métier épanouissant. Je sais que c’est contraignant, extrêmement contraignant et que la fac peut s’avérer d’un ennui mortel mais serrez les dents, faîtes l’amour pour vous détendre et passez un maximum de diplômes. Ouvrez-vous toutes les portes possibles, après vous n’aurez plus qu’à choisir et le chômage ne sera pas votre seule liberté. Je vous assure, c’est important.
Bon, ce fut court mais intense (enfin pour moi ce fut intense, pour vous… Je ne sais pas). En janvier, je devrais pouvoir rebrancher mon cerveau (en espérant qu’aucun de mes neurones n’ait grillé dans le four de la connerie) et dès que j’ai 5 heures devant moi, je vous écris un article pour de vrai qui parle d’amour, d’amitié et de l’équation qui fait tenir le tout pour être très épanoui dans sa vie et plus jamais tout seul.
Prenez-soin de vous.
Namaste.
Ketrichen.
http://www.manuel-de-survie-pour-zebres.com/2016/11/de-la-betise-qui-devore-le-cerveau.html

I am so sure
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2713
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation :

http://www.zebrascrossing.net/t28024-les-rocks-et-aussi-les-slow

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rocks et aussi les slows (mode radio radieuse)

Message par I am so sure le Sam 5 Nov 2016 - 13:06

Etre HP n’est pas nécessairement confortable – partie 1
par Nathalie ALSTEEN | 3 11 16 | Haut potentiel, HPI, Surdoués, Zèbres ... | 1 commentaire


Quand le mental prend le dessus



Je me sens comme un extra-ter­res­tre depuis tout petit !
Je n’ai jamais fonc­tionné comme les autres ! 
Enfant, je ne com­pre­nais pas ce qu’on me deman­dait à l’école,
pire je m’ennuyais ou je vivais de l’injus­tice. 
Je vis sou­vent de l’insé­cu­rité.
J’ai l’impres­sion d’être en déca­lage cons­tant avec la plu­part des gens.
Je suis hyper émotif, je res­sens tout ce qui se passe autour de moi…

Surdoué, haut potentiel (HP), haut potentiel intellectuel, enfants précoces, surefficient mental, zèbre, personnalité atypique, la littérature regorge de mots pour qualifier ces personnes aux comportements « différents », des comportements et une façon d’être qui ne collent pas forcément aux schémas « classiques ».
Mal connus du public, ces termes semblent conférer une surpuissance à ces personnes sous prétexte qu’elles sont plus intelligentes que les autres. Parce que de là viennent ces idées reçues : oui aujourd’hui le surdoué est « détecté » à travers des tests de QI. 
Et pourtant, ces tests ne disent rien du vécu de l’enfant ou de l’adulte surdoué, de son rapport à son environnement, de sa façon de fonctionner, de sa capacité à apprendre, de ses freins, de ses blessures et de ce qui le porte, de ce qui l’a aidé à avancer dans le monde.

Qui sont-ils vraiment et quels sont leurs enjeux ?




Un mental en constante surchauffe qui analyse, décortique, fait des liens à grande vitesse. Une intelligence émotionnelle potentiellement énorme et pas nécessairement vécue sous l’angle d’une force, voici quelques aspects qui font partie du quotidien de ces personnes :

  • Une façon de voir les choses sous un autre angle, cela peut se traduire par un sentiment de rejet puisque « je suis le seul à voir les choses de cette manière là » ou au contraire la conviction « que tous les autres sont cons » tant SA solution peut sembler évidente et facile au HP. C’est l’exemple de Julie dans le cadre de son travail, elle me dit « dans les groupes de travail, je me sens souvent frustrée parce que très vite je vois où est le problème et j’ai des idées de solutions qui m’arrivent instantanément. Je ne vois pas du tout l’intérêt de continuer à discuter sur des détails qui ne font pas avancer. Quand je propose quelque chose à mes collègues, j’ai l’impression de débarquer d’une autre planète, d’être tout à fait à côté de la plaque tant ils restent fermés à mes propositions. Parfois, cela me donne envie de tout plaquer là d’autant que c’est arrivé plusieurs fois que la solution que j’ai proposé soit finalement reprise mais des semaines plus tard, cela ne m’est même plus attribué. Quelle perte de temps pour l’entreprise et quelle frustration pour moi »





  • Des liens envahissants  : Une idée en amène une autre, les liens se font très vite au niveau des associations d’idées. A l’image de la navigation sur internet, une information nous amène vers d’autres sites et au bout de quelques secondes, votre ordinateur comporte une série de fenêtres ouvertes. Marie me parle de son travail, elle m’explique ses difficultés dans un dossier et très vite fait le lien avec une autre collègue, ce qui lui fait penser à une activité qu’elle a partagée avec elle et nous en arrivons à parler de tout à fait autre chose. Après un moment, je lui demande le lien entre ce qu’elle me dit et ses difficultés professionnelles … un grand silence et elle exprime « en soi il n’y en a aucun et cela illustre bien ma difficulté à être centrée. Je suis curieuse de tout, j’ai constamment besoin d’explorer et de faire des liens mais souvent je m’y perds, sans compter que mes interlocuteurs sont parfois agacés parce qu’ils ne me suivent plus. Quand j’étais aux études, un de mes profs m’a conseillé d’aller de A à B sans passer par tout l’alphabet, c’était gênant mais je ne sais toujours pas comment faire pour aller droit au but dans mes explications, j’ai l’impression que je dois retransmettre l’info comme elle voyage dans ma tête. Le problème c’est que je perds une partie de mes interlocuteurs en route. »





  • Option « interrupteur » non disponible : La vitesse de traitement des infos est un des éléments marquant au même titre que la « veille » continue. Damien illustre son mental surefficient à travers l’image d’un hamster qui tourne dans sa roue, il dit « ça ne s’arrête jamais. Je pense à toute une série de choses tout le temps et même pendant que je fais une série d’activités. Ce qui implique que je ne sais jamais profiter du moment présent, j’anticipe et cela peut me stresser, voire m’angoisser parce que j’ai l’impression que je n’ai aucune prise sur ce mental en surchauffe. J’essaie alors de m’occuper avec des activités plus prenantes, c’est comme ça que j’ai commencé à jouer aux jeux vidéos. Pendant que je me concentre, je ne pense plus à autre chose mais le problème c’est que je ne décroche plus et que cela m’empêche de dormir parce que quand je vais me coucher après avoir joué, c’est comme si je continuais le jeu dans mon sommeil et je dors hyper mal. Je ne sais plus quoi faire pour arrêter mon cerveau »





  • La précision du langage comme objet de discorde. La précision des mots et du sens donné à une phrase peut aussi bien participer à la clarification dans les échanges comme cela peut parfois amener à des surprises. Pour certains, le langage est fluide et recherché tant au niveau écrit qu’oral. D’autres, attachés à leur perfectionnisme, n’ont pas accès à cette fluidité, ce qui peut agacer certains interlocuteurs qui vivent mal la longueur des explications aussi pointues. 
    Chez certains la recherche des mots justes peut prendre une tournure plus délicate ainsi que le témoigne Robert « Je venais de faire une nouvelle rencontre amoureuse et ma copine m’avait dit qu’elle n’avait pas de télé. La première fois que je suis allé chez elle, il y avait une belle grande télé dans le living. Dans mon esprit elle m’avait menti et ça m’a pris plusieurs jours pour lui en parler. Quand j’ai enfin pu lâcher ma colère et aborder le sujet, elle m’a expliqué qu’elle n’avait pas la télédistribution, ni d’antenne ce qui ne lui donnait pas accès aux programmes. Pour elle, c’était ce qu’elle appelait « ne pas avoir de télé ». Quand même, je trouve sa manière de dire les choses pas très juste  ».





  • Une envie d’apprendre qui se traduit, dès l’enfance, par une multitude de questions à l’entourage proche, des lectures, des recherches via internet ou des formations dans divers domaines. Patrick explique « Enfant, je tannais mes parents avec 50.000 questions, je voulais tout savoir sur tout. Ma mère me disait souvent en riant « elle est où la télécommande pour te mettre sur pause ? », certains de mes professeurs ont d’ailleurs cassé cet élan parce que, selon eux, je me monopolisais trop l’attention en classe. Aujourd’hui, dès que je peux, je m’inscris à une formation proposée dans mon entreprise car ça me permet de faire plein de liens et de mettre tout ce que j’ai appris en application dans mon métier. Le choix de l’entreprise dans laquelle je travaille a d’ailleurs été influencé par cette possibilité d’apprendre, c’est vital pour moi »




Bien sûr, ces aspects sont ceux que l’on retrouve de manière courante et il y a bien d’autres éléments que ceux abordés ci-dessus. L’intelligence ne se limite par à un QI, l’intelligence émotionnelle et relationnelle sont également des axes de développement pour les HP. J’y reviendrai dans une série d’articles afin de mieux cerner les enjeux de la douance.
Comme l’exprime Marie « C’est pas le tout d’avoir un QI élevé, tu as tout le package qui vient avec. Parfois j’ai eu l’impression que c’était un cadeau empoisonné mais maintenant j’ai appris à accueillir ce que cette différence m’apporte. Quand je ne me sens pas à ma place j’arrive à prendre du recul à travers cette lecture HP. Je me comprends mieux et dès lors, je peux plus facilement apporter une réponse appropriée à ce que je vis. Je me sens plus sereine  »
Reconnaître sa douance c’est aussi se permettre de mieux comprendre son fonctionnement, c’est devenir plus conscient et donc (re)devenir acteur de sa propre vie pour mettre en œuvre les moyens qui vont ouvrir à de nouvelles possibilités.
http://emotifs-talentueux.com/etre-hp-nest-pas-necessairement-confortable-partie-1/

I am so sure
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2713
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation :

http://www.zebrascrossing.net/t28024-les-rocks-et-aussi-les-slow

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rocks et aussi les slows (mode radio radieuse)

Message par I am so sure le Sam 5 Nov 2016 - 13:07

Sept aspects qui vous montrent que vous prenez la bonne distance dans une relation toxique
par Nathalie ALSTEEN | 25 08 16 | Relations saines / toxiques | 0 commentaires

Se trouver confronter à des relations toxiques n’est jamais simple. Surtout quand on est hypersensible. Et pourtant, même si cela reste désagréable d’y faire face, il est possible de faire du chemin et de prendre du recul. Dans cet article, je vous invite à repérer les signaux qui vous montrent que vous faites du chemin 
Une relation toxique est une relation dans laquelle les jeux de pouvoir s’installent de façon récurrente.
Vous avez tenté d’y remédier de bien des façons : vous avez communiqué ce que vous ressentiez et vos besoins, vous avez clarifié votre demande. Malgré cela, vous avez l’impression d’être continuellement sur un terrain glissant : la communication reste floue, inexistante, voire blessante… rien n’y fait !

  • Nos prises de conscience : Un des aspects compliqué dans les relations toxiques consiste à évaluer si nous sommes bien dans ce type de relation ou pas. C’est ainsi que de nombreuses personnes vivent des années dans un environnement qui n’est pas sain sans avoir aucune clé sur ce qui est « normal » ou pas. Certaines rencontres, des changements d’environnement (comme le pensionnat par exemple) ou encore des lectures peuvent nous montrer qu’il existe d’autres moyens d’être en relation. C’est une étape essentielle. Je dirais que si vous lisez cet article, il est probable que vous avez franchi cette étape !





  • Vos relations changent et vous constatez que vous attirez de plus en plus de gens respectueux ? En voilà une bonne nouvelle qui met en lumière que votre énergie change aussi. Vous avez probablement appris à vous positionner en mettant des limites en fonction de vos besoins. Bravo, c’est en vous respectant que vous apprendrez à prendre la distance parfois nécessaire avec les personnes qui ne sont plus dans la même énergie que vous et que tout naturellement vous laisserez de la place pour des relations plus harmonieuses.





  • L’intensité ressentie dans certaines situations : Quoi qu’on en dise, ça n’est pas parce que nous avons fait du chemin que nous sommes à l’abri des remarques blessantes voire assassines ! Et ouch ça peut encore être désagréable  Cela restera probablement toujours désagréable de recevoir une remarque non respectueuse ou méchante. Par contre, notre réaction peut varier en terme d’intensité. Imaginez quelqu’un qui vous cite face à un groupe en mettant en lumière une de vos erreurs : pas cool n’est-ce pas ? C’est là où il est intéressant de noter comment vous réagissez. Auriez-vous réagi de la même façon il y a quelques années ? Cela peut vous montrer combien vous avez évolué. Et si cela est encore intensément douloureux, la situation a déclenché quelque chose chez vous qui est peut être lié à une blessure qui a besoin d’être soignée, accordez-lui l’attention qu’elle mérite.





  • La durée de la « crise » : Dans certains cas, la violence verbale peut s’installer, un déni ou toute autre situation vécue de façon douloureuse. Cela fait mal bien sûr et il me semble essentiel de le reconnaître et d’accueillir l’émotion qui est associée à cette douleur. Au-delà de cette douleur, notez le temps qu’il vous faut pour vous apaiser ? Je me souviens d’une personne qui me disait que les remarques de son père pouvaient la terrasser et la mettre en détresse pendant des semaines. Aujourd’hui, elle se sent toujours heurtée par ses remarques mais elle accuse beaucoup plus rapidement le coup car elle a appris à trouver la sérénité en elle-même.





  • Rester en relation au lieu de fuir : Il existe plusieurs niveaux de relations toxiques et je ne dirai jamais assez qu’une relation avec un pervers narcissique nécessite de se protéger et de couper la relation si c’est possible ! Par contre, toutes les relations toxiques ne sont pas forcément le fruit d’un pervers narcissique (très à la mode dans la presse malheureusement). Je défendrai toujours la notion de lien et l’importance que chacun s’implique dans une relation pour qu’elle fonctionne. C’est difficile dans certaines relations tant le besoin de contrôle d’un ou des deux partenaires est important. Si vous constatez que vous avez moins tendance à prendre la fuite, voire à être relativement à l’aise en présence d’une personne qui vous « stressait » auparavant, voilà un nouveau signe de progrès.





  • Reprendre ses esprits sans être pétrifié : Peut-être avez-vous vécu des situations dans lesquelles vous avez perdu tous vos moyens face à une personne. Impossible de réagir et de réfléchir à quoi que ce soit. Vous avez eu l’impression de sortir de votre corps et d’en avoir perdu toutes les commandes. C’est qui se passe quand votre corps réagit à un danger (potentiel). C’est inconfortable et souvent source d’incompréhension et de culpabilité pour beaucoup de personnes qui s’en veulent de ne pas avoir réagi de manière appropriée. Cela met en lumière que votre cerveau a fait le lien avec une expérience traumatique antérieure. Il est intéressant de travailler avec un professionnel qui peut vous aider (dans certains cas, c’est assez rapide) à dépasser cela. Dans d’autres cas, une série de prise de consciences, un entourage bienveillant, des rencontres, des lectures ou autres peuvent devenir de vrais alliés pour permettre la reconstruction. Si vous constatez un changement et la possibilité de rester « ici et maintenant » dans ce qui vous terrorisait et vous inhibait complètement auparavant, c’est une bonne nouvelle !





  • Etre capable de rester centré sans partir en vrille : Avant il suffisait d’appuyer sur le « bon bouton » pour vous faire réagir ? A fleur de peau, toute une série d’éléments vous faisait bondir et vous heurtait ? Vous aviez d’ailleurs été traitée de personne susceptible, trop réactive ? Vous constatez que vous avez pris de la distance, que vous réagissez moins et moins vite, pas parce que vous vous contrôlez plus mais bien parce que cela ne vous atteint plus de la même manière. Cela montre également que vous avez réussi à créer un espace d’apaisement à l’intérieur de vous. Quel beau cadeau vous vous faites 




Ces 7 aspects montrent qu’il est possible de prendre de la distance face à une relation toxique. Certains d’entre vous ont pu constater le chemin parcouru. Parfois avec l’ensemble de ces relations, parfois plus avec une personne. Peut-être avez-vous l’impression que cet article pointe douloureusement des aspects non résolus, l’impression d’être coincé dans certaines relations qui ne vous permettent pas d’être vous-même sans en subir des conséquences émotionnellement difficiles à vivre. Certes, le chemin est parfois fastidieux, mais il est possible et pas nécessairement difficile. J’ai rencontré beaucoup de personnes qui ont fait le choix de ne plus être victime, elles se sont entourées de personnes positives et ont fait un travail de reconstruction. Je souhaite que chacun d’entre vous puisse trouver cet espace de paix et de sécurité intérieure sur lequel pouvoir (enfin) se construire.
Sommes-nous des aimants à relations toxiques ?
par Nathalie ALSTEEN | 10 11 14 | Haut potentiel, HPI, Surdoués, Zèbres ..., Relations saines / toxiques | 2 commentaires

Comment trouver la juste distance dans nos relations quand nous sommes hyper réceptifs à des ambiances, quand un regard, un geste, une attitude nous questionne au plus haut point et que notre pensée s’emballe avec, en arrière-fond, une série d’interprétations sur le bien-fondé ou pas de notre comportement ?  
Une relation est saine lorsque chaque personne peut exprimer librement ce qu’elle pense et ressent dans un esprit de co-construction. Et cela n’est pas forcément simple car cela suppose que chacun puisse s’exprimer librement dans un climat de confiance suffisant : que ce soit au sujet de ce que nous pensons, nous ressentons ou pour formuler une demande. Un autre aspect passe aussi par le fait de prendre sa responsabilité dans la relation et de poser des demandes claires.
Régulièrement nous pouvons basculer dans ce fameux « triangle dramatique », précipice vers des relations toxiques si nous ne sommes pas vigilants.
Pour illustrer ce type de relation, voici un exemple :
Pauline vient de commencer à travailler comme assistante commerciale et est donc la « petite dernière » du service comme le dit sa manager.
Elle a envie de s’intégrer rapidement dans cette nouvelle équipe et est prêtre à montrer sa bonne volonté pour atteindre cet objectif. Elle attend donc d’être formée pour être au top dans sa nouvelle fonction mais rien ne passe concrètement dans ce sens là et elle commence à stresser. 
Ayant vraiment envie de montrer sa bonne volonté et son envie d’avancer, elle repère rapidement les personnes qui auraient besoin d’aide et les dossiers où elle pourrait apporter une réelle plus-value. Elle aborde donc une de ses collègues qui semble particulièrement se plaindre du trop de travail et lui dit qu’elle peut s’occuper de tel dossier. La collègue accueille avec enthousiasme cette nouvelle en annonçant à Pauline qu’elle peut la former sur certains dossiers et l’aider elle aussi !
Voilà donc une opération “gagnant – gagnant » me direz-vous ? … aïe, aïe …. c’est ici que les ennuis pourraient commencer 
En effet, au bout d’un certain temps, ladite collègue ne voit plus d’un aussi bon oeil cette initiative. Pauline semble assez maline et il se pourrait qu’elle commence rapidement à mettre son nez dans son organisation et à la dépasser sur certains dossiers … pas confortable. Même si le désir de Pauline est de l’aider, la collègue a peur que de se dévoiler et d’avoir une mauvaise image au sein du service. Rattrapée par son manque de confiance en elle, elle va mettre en place une stratégie de défense (pas forcément consciente) : c’est à se moment là que Pauline va recevoir des messages agressifs tels que « tu viens d’arriver, c’est pas toi qui va m’expliquer mon boulot », « arrêtes de te mêler de choses que tu ne connais pas encore ». De victime (pauvre de moi, j’ai trop à faire), la collègue va passer à un statut de sauveuse (je peux t’aider, ce que les autres n’ont pas fait) et ensuite à celui de persécuteur (avec un message de fond “surtout gardes tes distance, tu n’es pas légitime »).

Si cet exemple semble pertinent vu de l’extérieur, notre vie quotidienne est truffée de relations qui peuvent glisser rapidement si nous ne sommes pas vigilants à garder notre responsabilité sans passer dans un de ces 3 rôles.
Quand on est un Emotif Talentueux, une simple observation, un sentiment d’inconfort et nous voilà entrain de remettre en question tout ce que nous aurions dû faire ou dire autrement ! Une porte grande ouverte vers l’autocritique et c’est une spirale infernale qui nous décentre et nous tire vers le bas laissant ainsi une porte ouverte vers des relations non assertives (être assertif, c’est être capable de se positionner en se respectant et en respectant l’autre également).
Coincé entre un désir de plaire à tout prix  afin de s’intégrer et une relation qui n’est pas forcément équilibrée, le risque est relativement important que l’Emotif Talentueux laisse passer des faits et de ressentis qu’il va juger subjectifs et non appropriés (il croit qu’il se fait des idées une fois de plus).
S’il ne met pas ces aspects en lumière, nous laissons place à des situations floues, non constructives ou déséquilibrées.

Pour une personne en quête de reconnaissance (régulièrement le cas chez les Emotifs Talentueux), baignée dans le doute c’est un vrai challenge que d’apprendre à se positionner et elle peut donc être plus souvent piégée dans des relations toxiques.
Parmi les clés pour avancer sereinement vers l’assertivité et éviter de se piéger :
– développer une conscience de soi nous permet de mieux nous connaître et ainsi d’accueillir nos ressentis avec plus de recul

– nous fixer des limites justes en fonction de nos besoins
– oser se positionner en respectant nos limites et en osant les exprimer nous permet d’être à notre place de façon plus naturelle et plus fluide
Relation toxique ? Pas toujours ! Et heureusement, de la simple manipulation quotidienne par laquelle nous passons tous à la relation perverse il y a bien heureusement de la marge mais dans tous les cas, même si nous sommes respectueux, voire emphatiques notre responsabilité est de prendre soin de nous dans la relation aussi !
http://emotifs-talentueux.com/emotifs-talentueux-aimants-relations-toxiques/

I am so sure
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2713
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation :

http://www.zebrascrossing.net/t28024-les-rocks-et-aussi-les-slow

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rocks et aussi les slows (mode radio radieuse)

Message par I am so sure le Sam 5 Nov 2016 - 13:07


I am so sure
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2713
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation :

http://www.zebrascrossing.net/t28024-les-rocks-et-aussi-les-slow

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rocks et aussi les slows (mode radio radieuse)

Message par I am so sure le Sam 5 Nov 2016 - 13:08

Le surdoué et l'amour #1






Photo de Paulie-nka, soucre : deviantart.com




L'autre jour, curieuse je regardais l'origine de mes visiteurs et je suis tombé sur cette requête Google : "surdoué et relation amoureuse".


L'occasion pour moi de vous présenter un peu ce sujet, à partir de quelques recherches, de nombreuses lectures passés et un peu d'expérience personnelle.


Comme dans tout, il faut prendre en compte le caractère particulier du surdoué pour comprendre sa facon de fonctionner : le surdoué est "trop". Il est hypersensible, a peur de décevoir, a besoin de se sentir accepté, a peur d’être rejeté, souvent tiraillé entre l'envie d'être aimé et la peur de l'abandon, il a une empathie très développée, bref, un surdoué, un zèbre comme disent certain à son comportement à lui, à un comportement à part.


Ensuite se posent plusieurs questions : comment un surdoué vit-il une relation amoureuse ? Peut-il s'épanouir dans une relation avec quelqu'un de "normal" ? Si oui, comment vivre cette différence ? Vaut il mieux pour lui trouver un autre surdoué ? et d'autres encore ..
Pour ne pas écrire un pavé illisible, je vais essayer de traiter ces questions en plusieurs articles.

Premièrement,comment le surdoué vit-il l'amour ?



La peur 



Très souvent, le surdoué a peur. Je dis bien très souvent, car je ne m'avancerai pas dans des vérités générales. Les surdoués ont beaucoup de point commun, une manière de fonctionner semblable  mais chacun à son caractère et son vécu.
Je disais donc, le surdoué a peur. De par son envie de plaire, souvent son vécu, rejeté des autres ou impression d'être constamment seul. Le surdoué veut communiquer, partager. Très souvent, voir trop souvent déçu, il se renferme sur lui-même. Il veut être aimé mais a peur de ce que cela implique. Car il sait que si il s'engage il ouvrira son coeur et pourra être blessé. Or comme il ressent tout de manière amplifié, je vous laisse imaginer (personnellement quand mon ex copain m'a quitté, j'ai fait une dépression de 2 mois, les 3 premiers jours je vomissais tellement mes crises d'angoisse me tordait l'estomac, le premier mois j'ai perdu 4-5kg, le second a été une décadence corporelle et mentale je m'auto détruisais lamentablement. Pas beau à voir du tout)
Cette peur va le freiner. Mais son envie d'amour, son côté idéaliste le poussera souvent au delà. C'est une très grande force. Car si certes nous avons nos faiblesses, nous avons aussi des forces. Il faut apprendre à voir le bon côté. Je me suis rendue compte avec le temps et le recul, que ce côté idéaliste nous pousse à rêver, espérer bien plus que quiconque. Parfois à nous accrocher à des choses qui nous font mal, mais aussi souvent à nous relever, à avancer sans regarder en arrière, poussés vers le futur, vers nos espoirs insensés mais salvateurs.




L'idéaliste



Sauf que malheureusement, ça a aussi un côté néfaste. notre idéalisme nous fait tout voir différemment  Pour nous l'amour est "parfait". Pour un surdoué, l'amour doit être beau, complet. Chaque instant doit être beau, magique. En tout cas c'est ce que l'on souhaite/espère.
L'amour est rarement vu de manière aussi "poétique" chez les gens normaux. Un surdoué se contentera rarement d'une relation "normale", comme je vois souvent autour de moi. Un amour vaguement partagé, des engueulades, des envies de séparation, aucun hobby en commun, etc etc. Je ne dis pas que tout le monde est ainsi bien sur, mais je vois souvent des couples qui sont ensemble plus pour ne pas être seul que par amour. Je ne critique pas, tant que chacun y trouve son compte, tant mieux. Mais ce n'est pas vraiment ce qu'un surdoué "envisage" comme relation, loin de là.
De plus, le surdoué a tendance, si il se sent bien avec quelqu'un a être sur de ce qu'il ressent, donc il est très vite près à vivre à 2 etc. Cette facilité à l'engagement peut faire peur. A l'inverse, certains surdoués entretenant des relations avec quelqu'un qui ne leur convient pas les "fuiront" parfois même de manière inconsciente.
Le surdoué vit beaucoup par l'émotion. Il vit tout par le coeur, là où beaucoup vivent les choses simplement. Ca peut rendre certains moment très beau, comme ça peut mettre dans une angoisse pour un geste, un mot, mal compris, mal interprété par l'autre.


L'empathie



A mon avis un des plus gros soucis, comme une des plus grosse force. Avec quelqu'un le comprenant, cette facilité à comprendre l'autre, à saisir chaque changement d'humeur sera une force dans le couple. Avec beaucoup, cela créera au contraire des conflits. Le surdoué saisissant chaque saute d'humeur, signe d'éloignement, problème non dit, voudra en parler alors que souvent l'autre n'est pas prêt  ou se sent coupé dans son élan, à l'impression d'être étouffé, d'être mis à nu. De même, le surdoué pourra se sentir mis à l'écart si l'autre ne lui parle pas d'un changement qu'il ressent, voir même abandonné si il perçoit des signes d'éloignement. Oui oui, un vrai bordel. 



Le regard du surdoué sur lui-même



Il joue, à mon avis, un très grand rôle. Le surdoué, consciemment ou non, se juge constamment. Il veut être parfait, agir parfaitement. Culpabilise vite, à l'impression de louper certaines choses à cause de détails imperceptibles par les autres. Il aura souvent tendance à se rabaisser. Si dans le couple l'autre appuie sur certains de ces défauts ou même a la critique facile, cela risque d'être très dur à vivre pour le surdoué, qui bien sur n'en dira pas un mot, essayera de s'améliorer, mais face à l'absence de réaction ou à son "imperfection" continue, il ne se sentira que plus mal. Il a besoin de quelqu'un de rassurant, et pour que cela puisse être possible, il est très important que le surdoué ai conscience de sa manière de se voir et de fonctionner, ainsi que l'autre.


Le décalage



Je vous ai dis que souvent il y avait un décalage dans les envies du couple, car le surdoué se sent soit très vite prêt à l'engagement, soit au contraire est très distant. Il en va de même pour tout. Le surdoué vivant "plus fort", il va être sur-affectif, sur-protecteur, sur-amoureux, câlin  trop mignon/romantique puis parfois, à cause de son regard sur lui-même ou de son empathie, va être froid, distant. L'autre aura du mal à suivre, à comprendre. Il pourra se sentir perdu, étouffé, etc.



Alors comment s'en sortir ? A lire tout cela on dirait qu'il vaux mieux rester seul, que l'on sera toujours trop différent. Et je dis NON, non et non. On peut trouver quelqu'un qui nous comprend. Bien sur, ca n'arrive pas en claquant des doigts. Certains ont plus de chances que d'autres. Mais il y a également de nombreux facteurs, qui, je pense, joue : la compréhension de soi (se connaitre c'est connaitre ses réactions, pouvoir les anticiper  les expliquer), l'empathie et la compréhension de l'autre, la personne avec qui l'on est en couple...
J'entrerai plus en détail dans un prochain article.
Mais j'affirme haut et fort, que oui, un surdoué peut être heureux en couple !
---------------------------------------------------------------------------------------------------
http://journal-dune-surdouee.blogspot.fr/2013/01/le-surdoue-et-lamour-1.html

------------------------------------------------------------------

Laisse, tendresse


Tendre S

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Matthieu Lassagne


Coach Professionnel Certifié et CEO COACHING & DOUANCE
Suivre

Gérer un collaborateur surdoué et haut potentiel dans un contexte relationnel tendu
29 janv. 2016


  • 9 152 vues


  • 337 j’aime


  • 73 commentaires



  • Partager sur LinkedIn
  • [url=https://www.facebook.com/sharer/sharer.php?u=https%3A%2F%2Fwww.linkedin.com%2Fpulse%2Fg%C3%A9rer-un-collaborateur-surdou%C3%A9-et-haut-potentiel-dans-lassagne&t=G%C3%A9rer un collaborateur surdou%C3%A9 et haut potentiel dans un contexte relationnel tendu]Partager sur Facebook[/url]
  • [url=https://twitter.com/intent/tweet?&url=https%3A%2F%2Fwww.linkedin.com%2Fpulse%2Fg%C3%A9rer-un-collaborateur-surdou%C3%A9-et-haut-potentiel-dans-lassagne&text="G%C3%A9rer un collaborateur surdou%C3%A9 et haut potentiel dans un contexte relationnel tendu" sur %40LinkedIn]Partager sur Twitter[/url]


Résumé
Dans un premier temps, nous tenterons de dessiner quelques traits communs entre ces collaborateurs à la fois surdoués et considérés hauts potentiels par leur organisation.
Nous expliquerons ensuite en quoi un conflit entre un surdoué et son entourage professionnel peut être le révélateur d'un enjeu de fond de l'organisation, parfois directement relié à son ADN et à son positionnement stratégique.
Enfin, nous donnerons quelques clés pour accompagner un surdoué à dépasser un conflit.
Cet article court complète d'autres articles de fond écrits autour des enjeux des talents surdoués et de leurs organisations.
(Pour être informé(e) de mes prochaines publications, cliquez sur le bouton "Suivre" en haut de cet article)



Qu'est-ce qu'un collaborateur surdoué et haut potentiel ?
Nous définirons ici le haut potentiel comme un collaborateur expérimenté, qui a fait ses preuves, dont le profil et les performances laissent penser qu'il pourrait devenir membre du CODIR, ou atteindre le haut de l'organigramme au sein d'un grand groupe.
Par ailleurs, je propose d'envisager qu'un collaborateur haut potentiel est aussi surdoué lorsque ses proches collègues lui reconnaissent une capacité de travail et une rapidité de raisonnement hors du commun. Le surdoué dispose aussi d'un grand sens de la rigueur, de la logique et de la cohérence, d'une grande créativité, intuition, empathie.

Parfois, le N+1 est le premier à poser ce qualificatif de douance

Parfois, le N+1 est le premier à poser ce qualificatif de douance, surdoué, atypique, sur son collaborateur, car il ressent très fortement le décalage entre sa manière de travailler et celle de l'ensemble de l'équipe.
Chaque surdoué est singulier. Certains, face à une mission, vont "partir dans tous les sens" (illustration ci-dessous), sans méthode apparente, jusqu'à saisir les enjeux dans leur globalité et finalement trouver des solutions en un temps record, souvent au grand soulagement du manager : la mission qui semblait prendre du retard prend une avance parfois presque gênante (exemple des SSII : comment dire au client que ce qui devait prendre un an a pris deux mois ?). D'autres surdoués disposent d'un esprit extrêmement logique et synthétique, et enchaînent les tâches avec une grande rapidité.
Dans les deux cas, le collaborateur surdoué est en décalage par rapport à ses collègues, ce qui dans certains contextes, peut faire des vagues, à l'échelle de l'équipe ou même de l'organisation.



Et donc, alors même que ce collaborateur est largement considéré comme haut potentiel au sein de l'organisation, ce décalage devient gênant, et peut tout remettre en question ?
Un surdoué peut très bien fonctionner au sein de diverses équipes pendant des années. Je le vois très souvent en tant que coach spécialisé sur ce type de profils. C'est lorsqu'un changement, parfois mineur, va le toucher sur une de ses problématiques, que ce décalage va devenir gênant pour lui-même et pour l'entourage professionnel.
Parfois, cela va se manifester par des conflits, par exemple entre le collaborateur et un collègue. Souvent, il dira trop directement ce que tout un chacun sait être la vérité, mais si dure à entendre. Parfois aussi, il se laissera submerger par l'émotion, face à une décision de direction qui va à l'encontre de son intuition. Bien évidemment, le surdoué peut aussi se laisser emporter par une fausse croyance qui l'a auparavant protégé. Croire que le collaborateur surdoué a toujours raison serait bien évidemment une illusion, mais dans tous les cas, le conflit, la problématique, vous donne l'opportunité en tant que N+1 de vous poser des questions de fond sur le fonctionnement du département, voire de l'organisation.
Pourquoi cela mérite-t-il parfois de se poser des questions stratégiques ?
Parce que les problématiques des surdoués tournent souvent autour de valeurs comme le sens du travail, de la rigueur et de la logique, de la justice, de l'équité et plus largement de l'humain. Souvent, l'innovation et le sens du résultatleurs semblent particulièrement importants pour préserver la pérennité de l'organisation. Par ailleurs, un surdoué s'engage rarement à travailler dans une société au hasard : le produit vendu, les valeurs défendues lui parlent.
Ainsi, lorsqu'un surdoué qui a déjà fait ses preuves devient gênant, rentre en état de stress, il peut s'agir d'une belle opportunité de prendre du recul et de regarder la direction que prend le groupe ou le département dans son ensemble.

se poser la question en quoi cet enjeu relationnel peut être vu comme une perturbation de surface, qui révèle un enjeu global de l'entreprise

La systémique nous a apprit qu'aucun conflit, aucun malaise ne saurait être l'œuvre d'une seule personne, mais de l'ensemble du collectif, co-responsable de la bonne marche de la structure. Il convient de se poser la question en quoi cet enjeu relationnel peut être vu comme une perturbation de surface, qui révèle un enjeu global de l'équipe, voir de l'entreprise, en particulier lorsque cet enjeu relationnel concerne cette personne hypersensible et intuitive qu'est le surdoué, qui catalyse les problématiques du système qui l'entoure.
Une caractéristique des surdoués est de détecter les lames de fond, les tendances, au sein de l'organisation comme du marché. A l'époque des Subprimes, beaucoup avaient réagi, s'étaient opposés, par intuition, sans même pouvoir se l'expliquer. Le collaborateur surdoué a une très forte intuition qu'il éprouvera des difficulté à exprimer de manière convaincante.
Souvent, il convient de ne pas s'arrêter aux conflits ponctuels provoqués par votre collaborateur, à son comportement parfois inadapté, mais de se demander: qu'est-ce que cela révèle sur le chemin que nous prenons ?



Mais pour commencer, comment manager un collaborateur surdoué dans un contexte tendu ?
Se poser la question en ces termes démontre que vous avez effectué une grande partie du chemin : vous avez conscientisé que votre collaborateur ne réfléchit pas à la même vitesse que son équipe, qu'il n'a pas la même manière de penser.
Si vous avez bien conscience que ce terme très en vogue actuellement de "surdoué" cache une réalité assez floue, vous avez tout du moins posé un mot, fut-il imprécis ou inexact, sur cette différence qui caractérise votre collaborateur.

une différence qu'il conviendrait de conscientiser afin de la mettre au service du collectif

Prudemment, vous pouvez lui en parler, en soulignant que vous savez qu'il ne s'agit en rien d'une supériorité ni d'un handicap, mais d'une différence qu'il conviendrait de conscientiser afin de la mettre au service du collectif.
Si votre collaborateur n'a pas travaillé sur la question, il vous dira très probablement qu'il ne se sent pas particulièrement surdoué. C'est un des signes que vous ne vous êtes pas trompé : une des caractéristiques du surdoué est de largement remettre en question ce terme de "surdoué", qui introduirait une différence entre lui et les autres. Il ne se sent pas particulièrement intelligent, il ne voit pas en quoi les exigences qu'il impose à son équipe ou à ses supérieurs seraient hors de portée. Il dira souvent : c'est logique, voilà tout. Mais au fond de lui, il appréciera que vous reconnaissiez avec bienveillance cette différence qui fait partie intégrante de son identité. Rappelons au passage que la douance est une réalité, qui se voit à l'IRM et dans les réponses à des tests standardisés. Au travail, il ne s'agira surtout pas de lui proposer de passer un test, mais de l'accompagner à s'intéresser à la question, à lire à ce sujet.

bienveillance et absence de jugement sera une grande alliée

Méfiez-vous aussi de ceux qui disent le savoir depuis un test passé pendant l'enfance : un surdoué peut savoir qu'il est différent, et en occulter totalement les conséquences pour se protéger. Lui suggérer de prendre en compte cette différence lui permettra de prendre du recul sur son fonctionnement.
Dans un second temps, si votre collaborateur est difficilement gérable pour l'entreprise, votre bienveillance et absence de jugement sera une grande alliée. La conscience de la dimension systémique de l'entreprise est fondamentale. La question de fond à se poser est "comment, en coresponsabilité, pouvons-nous avancer ensemble, et co-créer, co-évoluer ?"



En tant que N+1, je suis prêt à l'écouter, mais comment l'aborder ?
Souvent, les réactions du surdoué se font sur la base de valeurs bien à lui. Vous pouvez, si la qualité de votre relation le permet, l'amener à ce questionner sur ses valeurs : "tu n'aimes pas la politique, mais c'est quoi exactement la politique pour toi ?", "tu n'aimes pas l'injustice, est-ce tu peux me donner ta définition de ce que la justice peut représenter au sein de l'organisation ?". 
Amenez-le à préciser, clarifier, à passer de la généralité à l'exemple, ce qui peut vous permettre par la même occasion de clarifier votre demande vis à vis de lui. Parfois, il se rendra compte que sur certains aspects, il est plus transporté par des émotions réactionnelles (issues de l'enfance, adolescence ou premières expériences professionnelles) que par des valeurs précises. Le surdoué est logique, allez sur son terrain pour l'accompagner à explorer d'autres représentations de l'enjeu.
Dans certains cas, le collaborateur surdoué se considère comme un individu parmi les autres, et non avec les autres, même si pour lui, les relations et le travail en équipe sont importants. Vous pouvez alors l'accompagner à se rappeler qu'étant donné la complexité du maillage des relations au sein de l'entreprise, dissocier sa performance et ses enjeux de ceux des autres est impossible. Plus penser collectif est parfois un enjeu du surdoué, même si paradoxalement, plus penser à lui-même est un grand enjeu pour lui aussi.
CONCLUSION
De manière extrêmement schématique, soyons-en bien conscients, mon intention était de vous transmettre un peu d'inspiration pour transformer les enjeux relationnels d'une personne surdouée en opportunité de changement, pour elle-même, pour l'équipe, pour l'organisation.
Si le surdoué doit parfois développer une communication plus stratégique et structurée, il convient de ne pas ignorer les messages de ce détecteur sensibles d'opportunités de changements. Trop de talents surdoués proposent des innovations disruptives au ROI très élevé pour leur structure, ignorées par le middle management pour des raisons politiques, aux dépends des investisseurs et de la direction.
Matthieu Lassagne
Fondateur de Coaching & Douance - Accompagnement des talents à hauts potentiels intellectuels et de leurs organisations http://www.coaching-et-douance.com/ -Newsletter ici !
https://www.linkedin.com/pulse/g%C3%A9rer-un-collaborateur-surdou%C3%A9-et-haut-potentiel-dans-lassagne

----------------------------------------------------------------------------------------------

I am so sure
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2713
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation :

http://www.zebrascrossing.net/t28024-les-rocks-et-aussi-les-slow

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rocks et aussi les slows (mode radio radieuse)

Message par I am so sure le Sam 5 Nov 2016 - 13:10


http://familletdah.com/types-de-tdah/

I am so sure
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2713
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation :

http://www.zebrascrossing.net/t28024-les-rocks-et-aussi-les-slow

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rocks et aussi les slows (mode radio radieuse)

Message par I am so sure le Sam 5 Nov 2016 - 13:12


  •  > 
  • Lise Bartoli : “C’est au cœur de la naissance que se nichent nos blocages”


[size=30]Lise Bartoli : “C’est au cœur de la naissance que se nichent nos blocages”
[size=12]“J’étouffe”, “je diffère tout”… Pour la psychologue [size=12]Lise Bartoli, ces difficultés s’expliqueraient par les conditions de notre venue au monde. À l’occasion de la sortie de son nouveau livre, elle évoque les techniques qui l’aident à “réparer” ces blessures chez ses patients.
[/size]
Propos recueillis par Flavia Mazelin Salvi[/size]

[/size]
© iStock




[size=15]Dis-moi comment tu es né, je te dirai qui tu es de Lise Bartoli. À l’aide d’une cinquantaine de cas cliniques, l’auteure explique à quel point les conditions de notre arrivée déterminent nos comportements futurs, et démontre l’importance d’une prise de conscience de ce qui se joue à ce moment clé (Payot).[/size]

Tels Irvin Yalom ou Boris Cyrulnik, Lise Bartoli est de ces psys qui se servent de leur vie comme matériau pour comprendre, avancer et affûter leurs outils thérapeutiques. C’est donc sur les conditions de sa naissance que la psychologue clinicienne, psychothérapeute et hypnothérapeute ouvre son dernier livre, Dis-moi comment tu es né, je te dirai qui tu es (lire p. 178). Passionnée par le sujet depuis ses grossesses, elle a expérimenté plusieurs techniques, dont la respiration holotropique et le rebirth, qui, en la plongeant dans des états modifiés de conscience, lui ont permis de revivre sa venue au monde, et d’avoir accès à des informations et à des messages transmis à ce moment-là. « Ma mère a ensuite confirmé ce que j’avais revécu, à savoir, entre autres, une forte résistance à sortir, confie-t-elle. Ces expériences m’ont aidée à mieux comprendre les peurs que j’avais ressenties enfant et les difficultés que j’avais à l’époque pour entrer en contact avec les autres. »
Depuis des années, la thérapeute note ce que ses patients évoquent en lien avec leur naissance. Il peut s’agir d’expressions comme « j’étouffe », « je ne supporte pas d’attendre », « je diffère tout », etc. C’est ainsi qu’elle s’est rendu compte que cette « expérience première » était la source de la plupart des problématiques qui lui étaient amenées en consultation. Son livre permet de comprendre ce qui se joue alors, et l’impact des conditions de notre arrivée sur notre vie future.

Psychologies : Le nouveau-né entre dans la vie avec des bagages bien remplis, très lourds parfois. Vous dites notamment que l’émotion de la mère est essentielle pendant la grossesse…



Lise Bartoli : Le fœtus ressent parfaitement ce que sa mère vit sur le plan émotionnel pendant les mois de symbiose. Il s’imprègne de l’émotion dominante : joie, tristesse, angoisse, colère, impatience… Mais il capte également l’émotion des grands-parents et arrière-grands-parents. La constellation familiale est bien présente dans l’inconscient du petit d’homme. Je raconte dans mon livre l’histoire de Danièle, une jeune femme qui, lors de la première consultation, évoque des acouphènes ayant surgi cinq ans auparavant, lors de la venue au monde de son enfant. Au cours de la séance, nous travaillons sur son sentiment de tristesse ; ma patiente me dit qu’elle est persuadée d’avoir perdu un bébé jumeau et que sa tristesse peut provenir de là. Elle évoque aussi le choc émotionnel qu’a vécu sa mère lorsqu’elle était enceinte d’elle : elle a perdu sa sœur, qui s’est suicidée à cause d’un chagrin d’amour. À ce chagrin s’ajoutait la peine d’être enceinte « par surprise », car sa mère et le compagnon de celle-ci, étudiants, trouvaient que ce n’était pas le bon moment. À la naissance de son propre bébé, Danièle a réactivé les histoires malheureuses d’enfantement chargées de souffrances qu’elle ne voulait pas entendre ou réentendre, et dont elle s’est en partie coupée inconsciemment « grâce » aux sifflements provoqués par les acouphènes. À la séance suivante, elle m’a annoncé qu’elle se sentait beaucoup moins stressée et que les acouphènes avaient nettement diminué.

Pendant la grossesse, le fœtus « se charge » émotionnellement, mais ce qu’il vit lors de l’accouchement a une influence déterminante sur sa vie future…



Lise Bartoli : Au moment de la naissance, la mère fabrique et libère de l’ocytocine. Cette hormone active les contractions et favorise le sentiment maternel, l’attachement. Si certains accouchements se déroulent « vite et bien », d’autres tiennent du parcours du combattant. Et, selon les circonstances, l’enfant vivra différemment sa sortie hors du ventre maternel. Le psychiatre Stanislav Grof a dénombré quatre stades par lesquels passe le bébé. Le premier est en relation avec le bien-être qu’il ressent dans la matrice. Le deuxième est celui des contractions : il tente de résister aux fortes pressions. Le troisième est celui de l’ouverture du col : le bébé est poussé vers la sortie, il est en lutte et se demande s’il va pouvoir y arriver. Le quatrième stade est celui de son accueil. Ces moments sont inscrits dans l’inconscient et dans le corps de chacun, et ils se réactiveront dès lors qu’une situation rappellera l’expérience première. À l’âge adulte, certains auront des difficultés à « aller au bout », d’autres « n’arriveront pas à avancer », d’autres encore attendront toujours l’aide d’un tiers, auront peur de l’inconnu ou seront claustrophobes… C’est au cœur de la naissance que se nichent nos blocages et nos difficultés. Les titres des histoires que je raconte dans mon livre sont éloquents : « J’ai manqué d’oxygène, je me protège pour survivre », « On m’a violemment forcé à venir, je suis en rage dès que je suis contrarié », « On n’a pas respecté mon rythme, je ne supporte pas les contretemps », « J’ai déçu dès ma naissance, je m’imagine nuisible pour les autres ».

L’accueil du bébé est, selon vous, le quatrième facteur décisif. Quel serait le bon accueil de la part de l’équipe médicale et des parents ?



Lise Bartoli : Françoise Dolto soulignait très justement que tout ce qui se dit autour d’un berceau est comme « une bande enregistrée » que l’enfant gardera en lui, et qui le marquera tout au long de son évolution. Il est donc essentiel que les parents et les équipes médicales prennent davantage conscience de cet impact, mais aussi du fait que leur histoire et leurs émotions interfèrent avec celles des bébés qu’ils accueillent et accompagnent. Il s’agit donc de prêter attention, dans ces moments-là, aux phrases et aux petits mots, d’éviter les étiquettes et les prédictions. En consultation, je reçois des mères avec leurs grands enfants de 14 ou 16 ans qui me déclarent : « La sage-femme m’avait bien dit qu’il serait terrible. » Ce qui est terrible, ce sont ces projections dont le bébé est victime et qui vont lui coller à la peau, et finir par lui dicter inconsciemment son comportement… Mais, avant cet accueil verbal, il y a le lien d’attachement à la mère qu’il faut privilégier. Le bébé qui vient de naître a des attentes qui doivent être satisfaites : il a besoin d’être lové dans les bras de sa mère, de sentir son odeur, sa chaleur, son amour. Lorsque l’accueil n’est pas celui que l’enfant attendait, lorsque le bon portage a fait défaut, il en reste une empreinte qui s’inscrit au niveau inconscient et qui va influer sur sa vie. Plus tard, cette empreinte pourra être modifiée à la faveur d’une prise de conscience et d’un travail sur soi.


  •  >
  • N’est-il pas culpabilisant pour une mère qui a eu un accouchement difficile de savoir qu’il aura un effet sur son nouveau-né ?


[size=39]Lise Bartoli : “C’est au cœur de la naissance que se nichent nos blocages”[/size]






2 / 2
 




© iStock

N’est-il pas culpabilisant pour une mère qui a eu un accouchement difficile de savoir qu’il aura un effet sur son nouveau-né ?
Lise Bartoli : Ce n’est évidemment pas facile, mais il vaut mieux prendre conscience de ce qui se joue ou de ce qui s’est joué pour en faire quelque chose de positif. Je suis convaincue que les bébés arrivent en conscience, en sachant qu’ils ont quelque chose à dépasser. Ils ne sont pas passifs dans leur venue au monde. Françoise Dolto en était également persuadée. Je ne crois pas au hasard des circonstances : les enfants choisissent cette mère, cette famille, cette naissance. C’est pour cela que je conseille aux futures mamans de tenir le journal de leur grossesse, afin que leurs enfants disposent des éléments qui leur permettront de faire la lumière sur tel ou tel aspect de leur vie, et de comprendre et réparer leurs éventuels blocages, voire de donner ces informations au thérapeute s’ils décident un jour de consulter.

Justement, quels outils, quelle méthode utilisez-vous pour « comprendre et réparer » ces blessures originelles ?

Lise Bartoli : L’hypnose thérapeutique en fait partie. Elle induit un état amplifié de conscience dans lequel corps et esprit sont relâchés et peuvent accueillir les messages de l’inconscient. L’accueil ouvre la voie de la transformation ; après lui vient la solution, le nouvel éclairage de vie qui change notre façon de voir les choses. Lors de la première consultation, je demande : pourquoi êtes-vous venu me voir ? Qu’est-ce que vous souhaitez changer ? Et je note ce que le patient me dit. Ensuite, je me plonge dans un état d’ouverture de conscience pour accueillir les images et les sensations que son récit va faire naître en moi. Je me connecte à son inconscient. C’est ce que j’appelle l’état de résonance. Je prête attention aux mots qui disent quelque chose des conditions de la naissance, ce sont les expressions dont je vous ai parlé : « j’étouffe », « je n’avance pas », « je ne suis plus motivé »… Je vais ensuite faire part au patient des images et sensations que je reçois, et lui demander si ce que j’ai évoqué a une résonance en lui. Dernièrement, l’un d’eux me racontait son accident de voiture : les pompiers, disait-il, avaient passé plus d’une heure à le désincarcérer. J’ai eu une image de césarienne que je lui ai communiquée, et qui a fait tilt puisqu’il était en effet né par césarienne. Le travail a donc consisté à faire des liens entre cette naissance qui requiert l’intervention d’un tiers et sa difficulté à aller au bout des choses, à atteindre tout seul ses objectifs. J’ai conscience que, dit comme cela, ce travail pourrait paraître « magique », mais ce n’est pas le cas. Nous possédons un inconscient puissant, omniscient, et c’est lui qui fait le travail. Je propose donc des séances d’hypnose pour y avoir accès plus facilement. C’est le patient qui fait le lien, les associations, je ne propose aucune interprétation ; si mes images ou mes sensations ne lui évoquent rien, nous abandonnons la piste et en explorons une autre.




Vous avez le sentiment d'avoir été malmené lors de votre naissance ? Retrouvez un exercice de visualisation conçu par Lise Bartoli.

Vous travaillez également à partir de visualisations que vous proposez dans votre livre. À quoi servent-elles ?

Lise Bartoli : L’image est le langage de l’inconscient, qui est métaphorique. Les visualisations permettent de transformer et de réparer ce qui s’est passé dans le réel. L’inconscient ne connaît pas le temps, il vit toujours au présent. Lorsqu’on s’immerge dans une visualisation – prenons l’exercice de « l’amour inconditionnel de la mère universelle » –, on va ressentir tout l’amour que l’on n’a pas reçu, ou pas suffisamment, et cet amour va venir apaiser, réconforter, guérir dans le présent le bébé que nous avons été. Cela va avoir des effets sur notre vie présente. La visualisation est une opportunité de transformation, d’évolution, proposée à l’inconscient pour qu’il cesse de redonner la même réponse aux situations dans lesquelles la blessure originelle a été réactivée. C’est cela qui est formidable : nous pouvons dépasser les blessures, les blocages et les difficultés du passé. De manière générale, je dirais qu’il faudrait utiliser toutes les informations dont nous disposons sur notre naissance pour comprendre qui nous sommes aujourd’hui, pour identifier nos forces et nos ressources, mais aussi ce que nous souhaitons vraiment vivre dans un futur proche. 
http://www.psychologies.com/Therapies/Toutes-les-therapies/Psychotherapies/Interviews/Lise-Bartoli-C-est-au-coeur-de-la-naissance-que-se-nichent-nos-blocages/

I am so sure
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2713
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation :

http://www.zebrascrossing.net/t28024-les-rocks-et-aussi-les-slow

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rocks et aussi les slows (mode radio radieuse)

Message par I am so sure le Sam 5 Nov 2016 - 13:15

http://www.telerama.fr/idees/cynthia-fleury-etre-courageux-c-est-parfois-endurer-parfois-rompre,130495.php

Philosophe et psychanalyste, elle insiste sur l'importance pour chacun de construire son propre destin. C'est à cette condition que la démocratie sera sauvegardée.
Quand elle était jeune doctorante en philosophie, Cynthia Fleury rêvait à une existence en retrait, consacrée à la recherche et à l'écriture, loin du brouhaha de la cité... La vie en a décidé autrement, et la jeune femme a progressivement appris à occuper le devant de la scène. Pour s'engager tous azimuts. La petite quarantaine, habituée des débats et appréciée des médias pour son verbe tranché et la clarté de sa vision, Cynthia Fleury cumule aujourd'hui les activités : chercheur en philosophie politique et psychanalyste, elle enseigne à l'American University of Paris. Membre du Comité consultatif national d'éthique, elle fait également partie du think tank de la Fondation Nicolas Hulot pour la nature et l'homme et intervient dans le cadre de la cellule d'urgence médico-psychologique de Paris (Samu). Depuis ces différents postes d'observation, la philosophe constate les dérives et les dysfonctionnements propres à l'individu et à la démocratie, à l'heure où, la crise aidant, chacun se replie sur soi. Comment y remédier ? Comment remettre le sujet au cœur du collectif ? C'est à ces questions brûlantes que s'attelle son nouvel essai, Les Irremplaçables, qui prolonge la réflexion entamée dans Les Pathologies de la démocratie et La Fin du courage.
Pourquoi ce titre, Les Irremplaçables, qui oriente le lecteur vers un horizon romanesque ?
La littérature est bien plus puissante que la philosophie puisqu'elle ne produit pas de discours dogmatique, figé. Avec ce titre romanesque, j'ai voulu évoquer le récit de soi, la puissance créatrice de chacun. Un être irremplaçable est en effet quelqu'un qui s'engage dans un processus d'individuation, autrement dit dans la construction de son propre destin. Le livre est publié au sein de la collection Blanche de Gallimard qui, en dehors de la fiction, a toujours connu une tradition d'existentialisme philosophique, avec Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, etc. Cela faisait sens d'investir le thème de l'irremplaçabilité de façon existentielle et ouverte, alors que la théorisation philosophique donne un sentiment de clôture. L'enjeu, c'était d'entrer dans cette dynamique d'engagement et de créer une responsabilité pour chacun de nous : comment ce destin individuel alimente-t-il un destin plus collectif ? Voilà la question essentielle.
Vous vous inscrivez dans le champ de la philosophie politique ; la démocratie est au centre de votre réflexion.
Oui, et les irremplaçables, au départ, c'était pour moi les démocrates. Si je parle précisément d'engagement, c'est que je ne vis pas dans cette illusion de la pérennité démocratique. A l'heure où les intégrismes, les fascismes et les populismes prolifèrent, le souci de la durabilité démocratique apparaît ; comment protéger la démocratie ? Comment fait-on pour que les individus aient le souci de conserver l'Etat de droit ? Je me suis rendu compte qu'un individu qui n'a pas travaillé à faire émerger une juste individuation ne se souciera pas de préserver la démocratie. Le souci de soi et le souci de la cité sont intimement liés.

De quelle façon ?
L'individuation et la démocratie fonctionnent à mes yeux comme un ruban de Möbius, comme les deux faces d'une même réalité. Bien sûr, l'Etat de droit produit les conditions d'émergence d'un individu, mais il ne perdure qu'à la condition d'être revitalisé, réinventé, réformé par les sujets libres. Si l'Etat de droit ne demeure qu'une réalité formelle, il entraîne une déception considérable qui le met en danger. Il doit donc s'incarner, et ce corps de l'Etat de droit, c'est celui des différents individus qui le composent. Mais, ces dernières années, le néolibéralisme a défiguré l'Etat de droit et désingularisé les sujets. L'Etat de droit signe là son arrêt de mort : car seul un sujet bien individué se soucie de le protéger, et non pas le sujet aliéné que l'on côtoie actuellement.

“La construction de l’Etat de droit, c’est l’aventure de ce fossé entre les principes et les pratiques.”
[size]

Vous évoquez ainsi la dérive « entropique » des démocraties contemporaines. De quoi s'agit-il ?
En thermodynamique, l'entropie mesure l'état de désordre d'un système : elle croît lorsque celui-ci évolue vers un désordre accru. Or, depuis une trentaine d'années, les démocraties occidentales sont traversées par une dynamique de travestissement, de marchandisation délirante et sans précédent, qui fait de nous des entités interchangeables, remplaçables, mises au service de l'idole croissance. Chacun peut en faire l'expérience, que ce soit dans l'univers de la finance, de la consommation, de l'écologie, à travers tous ces phénomènes de captation, de rationalisation extrême, de rentabilité outrancière qui ne s'interrogent ni sur leurs présupposés ni sur leurs attendus. Mais l'expression d'entropie démocratique, c'est encore autre chose, cela renvoie au désordre interne de la démocratie, à ses dysfonctionnements qui relèvent de sa nature même. Cela, Tocqueville l'a parfaitement analysé en définissant ainsi la démocratie : de bons principes, théoriquement justes et éthiquement acceptables, qui produisent des effets pervers. La construction de l'Etat de droit, c'est l'aventure de ce fossé entre les principes et les pratiques.
Pourriez-vous donner un exemple ?
Chez Tocqueville, les principes se changent en passions ; ainsi, la passion du principe d'individuation, c'est l'individualisme. Le sujet individualiste est passionné par lui-même, autocentré, replié, grisé par l'ivresse de soi, alors que le sujet individué met en place un regard sur le monde extérieur, déploie et assure un socle, une assise, qui lui permet d'entrer en relation avec ce qui l'entoure. L'aventure de l'irremplaçabilité, la voie de l'individuation, ressemble ainsi sous maints aspects à celle de la dépersonnalisation. Il ne s'agit pas de devenir une personnalité, d'être dans la mise en scène de l'ego. L'enjeu est au contraire relationnel : il s'agit de se décentrer pour se lier aux autres, au monde, au sens.

[/size]
[size]





Comment accéder à cette individuation ?
Faire advenir du temps pour soi n'est pas gagné d'avance. C'est une exigence permanente. Pour se connaître soi-même et accéder à la qualité de présence qu'il doit au monde, le sujet doit passer par trois dynamiques de connaissance et de comportement, qui sont autant d'épreuves du feu : l'imagination, la douleur et l'humour. Avec la première, l'imaginatio vera, le sujet produit une imagination vraie, qui est « agente », qui crée du réel. Cette faculté de l'âme et du cœur, aux confins du monde sensible et du monde intellectuel, est une puissance de création inouïe. A cet égard, l'espace imaginaire, littéraire, est vraiment l'espace de configuration du réel ; il n'est en rien déréalisant, comme on le croit parfois. C'est lui qui nous permet de verbaliser et de comprendre ce qu'est le réel. La deuxième faculté, le pretium doloris, soit le prix de la douleur, nous enseigne que le geste de la pensée a un prix et que l'accès à la vérité peut être une expérience douloureu­se. Le procès de Socrate en est le symbole même : connaître et se connaître impliquent d'être en risque.
Qu'en est-il de l'humour ?
La vis comica, la force comique, opère un effet de décentrement, de distanciation qui fait surgir la conscience réflexive. La puissance de l'humour nous permet d'attraper l'absurdité du réel, ainsi que notre propre insuffisance et manque. Alors qu'on découvre l'absolue inanité, vanité, stupidité du sujet, on parvient quand même à en faire quelque chose. Cela est essentiel dans le processus d'individuation, qui est d'abord une conscience du manque, alors que l'individualisme, infatué par sa pseudo-toute-puissance, a totalement oublié qu'il était manquant. L'individuation, c'est une épreuve du réel, un accès à la vérité. C'est un dire qui s'oblige et non qui oblige, et qui rend ainsi le sujet fidèle à lui-même, irremplaçable. C'est une parole donnée, un effort que déploie l'individu pour se lier au discours qu'il énonce.
Le courageux, au centre de votre essai La Fin du courage, c'était déjà pour vous un sujet irremplaçable ?
Oui, irréductible aux autres, puisque le courageux ne délègue pas à d'autres le soin de faire ce qu'il y a à faire. Dans La Fin du courage. La reconquête d'une vertu démocratique, je montre comment l'éthique du courage est un moyen de lutter contre l'entropie démocratique. Cette vertu, qui réarticule l'éthique et le politique, est tout à la fois un outil de protection du sujet et de régulation des sociétés. Dans l'intimité profonde que le sujet courageux entretient avec sa conscience, il y a la qualité d'un engagement public, pour les autres. On peut être seul, voire contre les autres, quand on fait un acte courageux, mais ce geste préserve toujours une qualité de lien avec la communauté. Dans la vie de tous les jours, être courageux, c'est parfois endurer, parfois rompre ; c'est quitter un travail quand on est empêtré dans une situation perverse. Sur un plan plus historique, la palette va des leaders politiques comme Nelson Mandela aux lanceurs d'alerte d'aujourd'hui.

[/size]
“Il n'y a pas de projet démocratique sans projet éducatif”
[size]

Individuation, courage : vos recherches croisent l'individuel et le collectif, la psychanalyse et la philosophie politique. Comment êtes-vous devenue psychanalyste ?
J'ai d'abord commencé une analyse assez jeune, vers l'âge de 17 ans. Je n'avais alors pas du tout en tête l'idée de devenir analyste ! Puis mon travail d'enseignant-chercheur en philosophie politique s'est fixé sur la question des dysfonctionnements, notamment au moment où j'ai écrit Pretium doloris et Les Pathologies de la démocratie. Réfléchissant à la souffrance au travail et aux passages à l'acte qui l'accompagnent parfois, j'ai été amenée à collaborer avec des médecins du travail, des cliniciens. J'ai eu envie de sonder de façon plus directe la parole de l'individu. C'est ainsi que je suis devenue psychanalyste. J'ai commencé mes sections cliniques en 2007 et reçois des patients de façon régulière depuis 2009. Je me suis vite rendu compte que les séances étaient consacrées à un discours sur le réel, sur la société : le travail, la mondialisation, le terrorisme, les religions, etc. Il fallait creuser pour retrouver un discours sur les parents, sur la famille.
Quelle place cette activité tient-elle dans votre quotidien ?
Je consulte toutes les fins de journée et les week-ends. C'est une partie déterminante de mon travail aujourd'hui, et cela viendra s'infiltrer encore davantage dans mon écriture à l'avenir. J'ai le sentiment que ce sur quoi je cherche le matin ou ce sur quoi j'enseigne l'après-midi, le soir, je l'entends formulé d'une autre façon, plus clinique, comme si la philosophie soudainement se dotait d'un terrain, alors qu'elle n'en a généralement pas. L'entropie démocratique dont nous parlions, j'en mesure chaque jour les effets en tant que psychanalyste : les individus se sentent découragés, broyés par l'Etat de droit qui serait censé les protéger. En prendre conscience, c'est déjà s'en extraire.
Le fait d'être une philosophe assez médiatisée influence-t-il votre travail de psychanalyste ?
Cela interfère nécessairement, avec des résultats très différenciés selon les patients. Avec ceux qui vous connaissent déjà, un phénomène de transfert vous précède. Or le transfert, soit les projections émotionnelles que l'analysé fait sur l'analyste, c'est quasiment magique... Même si cette situation nécessite des réajustements, elle peut être très efficace car elle donne tout d'un coup une espèce de vitesse à l'analyse, vu que tout un travail s'est fait ailleurs. A l'inverse, il y a ceux qui ne vous connaissent pas en dehors du champ confessionnel de la séance et qui vous redécouvrent ensuite dans un champ du social et, là, les réactions sont diverses. Comme nous vivons une époque en mal de reconnaissance, cela me semble plutôt aider ; il y a là aussi un phénomène de transfert — mon psychanalyste étant reconnu, je me sens moi-même pris dans cette sphère de reconnaissance. Ce sont des quiproquos, des malentendus, mais ce n'est pas grave, ce sont toujours des portes d'entrée dans l'analyse. Cela est très vrai pour les jeunes patients de moins de 18 ans, avec qui c'est toujours compliqué car, si certains viennent d'eux-mêmes, d'autres le font parce que leurs parents le souhaitent.
La fin des Irremplaçables est consacrée à l'éducation. Pourquoi ?
Il n'y a pas de projet démocratique sans projet éducatif, tout à la fois familial et social. Si intime soit-elle, liée à l'amour irremplaçable qui unit parents et enfants, l'éducation reste l'entreprise publique majeure. A cet égard, le temps de la transmission est un temps très particulier, un temps qui s'étire. Les enseignants le savent bien : vous avez deux heures seulement, vous avez le sentiment que c'est ridicule, mais, en fait, on bascule dans un autre espace-temps qui est un espace symbolique. Il s'est joué là un déclic, le début de quelque chose ; l'attention, l'autonomisation, l'émancipation, la conscience critique. C'est dans cet espace que surgissent les prémices de l'individuation. Il ne faut toutefois pas se leurrer : cela nécessite du travail, de la discipline. La discipline, ce n'est pas de la soumission qui nous transforme en mouton, en chaînon, en suiveur : c'est un savoir-faire, un geste technique, une manière d'être, qui nous rend plus libres.

1974 : Naissance à Paris.
2000 : Thèse de philosophie sur la « métaphysique de l'imagination ».
2005 : Publie Les Pathologies de la démocratie.
2010 : Chercheur au Muséum national d'histoire naturelle. Publie La Fin du courage.
2013 : Membre du Comité consultatif national d'éthique.
[/size]

À lire :
Les Irremplaçables, éd. Gallimard, 218 p., 16,90 €.
La Fin du courage, éd. Le Livre de poche, 192 p., 6,60 €.

----------------------------------------------------------------------

Quelqu'un a dit : le noyau doux  Very Happy cat (piqué sur le  cat

I am so sure
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2713
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation :

http://www.zebrascrossing.net/t28024-les-rocks-et-aussi-les-slow

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rocks et aussi les slows (mode radio radieuse)

Message par I am so sure le Sam 5 Nov 2016 - 13:19

http://calamar.univ-ag.fr/uag/staps/cours/edu_mot4/app_info.pdf

I am so sure
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2713
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation :

http://www.zebrascrossing.net/t28024-les-rocks-et-aussi-les-slow

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rocks et aussi les slows (mode radio radieuse)

Message par I am so sure le Sam 5 Nov 2016 - 13:55

Au diapason
Diaporama et son
La même vision de la vie
Les mêmes questions
Les échéances
Les évidences
La chance
6-9 à l'endroit à l'envers
Etre là, être là
Compréhension
Soutien
Solidarité
Faire le tour
Cerner
Appréhender. Simplifier, complexifier, tendresse, chaleur, allégresse.
Là j'ai crevé les yeux, crever l’abcès, panser le coeur, j'ai fermé les consciences, et rejoint l’insouciance.
Les hérétiques. Sine qua non.
Détente
Pulsion, impulsion
Dépression, action, réaction
Le silence n'est pas le vide
Inaccessible
Intrusion
Ingérence
Musique
Recouvrir et donc découvrir sans se découvrir.
Simplicité
Affection
Abcoeur
Indéfinissable
Cloisonner
Protéger
Partenariat
Fusion

I am so sure
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2713
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation :

http://www.zebrascrossing.net/t28024-les-rocks-et-aussi-les-slow

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rocks et aussi les slows (mode radio radieuse)

Message par I am so sure le Sam 5 Nov 2016 - 14:06

Merci d'exister.
Traversée du désert
Monde intérieur
Ressources internes
Personne ressource
Pages jaunes
18 ans
La mytho logis
Etats internes, Etat mentaux, états de conscience, ouverture d'esprit.
Une araignée au plafond
Josseran
Georges
La provocation, l'électron libre, orientée ses pensées, être perdue, se repérer, sauter une case, oh c'est joli, renaissance, Cedric et Matthieu, la menthe dans le jardin à Porto Vecchio, comparer, éteigneuse d’incendie, eh teigneuse d'un sang dit.
Bête et méchante
Attachiante
Liberté
Décapsuler
Grasspop
Outre émotions et ressentis voir défiler les étapes relationnelles et y penser des mots pour les classer.
Les dits np ne savent pas vivre seuls
La boucle
S'attirer comme des aimants.
Amants
Trouver une parade, faire une pirouette, discrète de girouette, hopopop

I am so sure
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2713
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 46
Localisation :

http://www.zebrascrossing.net/t28024-les-rocks-et-aussi-les-slow

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rocks et aussi les slows (mode radio radieuse)

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 1:22


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 39 sur 40 Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum