S'alimenter autrement (projet mené à partir du 6/09/2016)

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Aller en bas

Re: S'alimenter autrement (projet mené à partir du 6/09/2016)

Message par ocefuxus le Lun 19 Mar 2018 - 5:43

J'ai bien compris et j'ai moi même aussi le regret, alors que je ne suis pas pranique d'un point de vue alimentaire (du moins pas encore), de n'être pas assez souvent dans cette opportunité de gouter à cette magnifique richesse de saveurs... Nul besoin d'être en régime pranique ou inédique pour être attiré !

Par contre, c'est effectivement l'expérience ou le ressenti qui prime mais il faut appeler un chat un chat, si on ne veut pas risquer d'embrouiller le lecteur qui découvre ce alimenter autrement ou souhaiterait le découvrir. En parlant de la magnifique Alyna Rouelle, il serait intéressant de savoir si elle a vraiment repris le retour à l'alimentation solide... Ce serait l'occasion de l'inviter au restau si ça se trouve ! Nan j'déconne...

Et puis quand je serai pranique, personne ne m'empêchera de me faire un bon restau de temps en temps... Je me connais et c'est pas ça qui m'a empêché de devenir mixte même si ce n'est pas au restau que j'ai pu rencontrer le prana. Alyna Rouelle le dit elle-même : le fait d'avoir repris la nourriture après avoir été assez longtemps en mode pranique l'a fait pleurer pendant tout un mois ! Elle était tellement persuadée, ce qui est naturel et humain de penser cela, qu'elle aurait des complications ou des gros risques en reprenant la nourriture solide... Alors que non, rien ! Et c'est ce qui a confirmé son point de vue par la suite qu'il n'y a pas de mode de vie meilleur ou si différent que ça d'un autre mode, vu que tout est prana et qu'en plus, le cheminement inverse de pranique vers solide est lui aussi naturel et "compatible".

Privation ? Je crois que tu joues la provoc... ou alors ton mental te tient moins en respect que je n'aurais pensé en te lisant... N'aurais tu pas quelques faiblesses non négociables pour ce qui est de montrer à ton mental l'exemple ? N'oublies pas qui est le patron, celui qui choisit et garde le cap ! C'est toi, ton vrai toi et pas ton mental ! La encore "privation" n'a rien à voir ni à faire avec l'état pranique. Fais attention, tu vas décourager autrui avec toute cette vision, qui, je le rappelle est humaine et sincère mais qui n'a pas à prendre la première place ou concept en ce qui concerne le bonheur incomparable d'être en parfaite santé et harmonie avec soi même à tous niveaux, ou du moins en ce qui concerne l'alimentation parfaite...

Comme quoi tu t'y accroches à ta moitié vide Twisted Evil et c'est bon pour le moral du mental ! Tu fais ce que tu veux mais si tu penses souvent ainsi, crois-moi que ton supramental et toutes tes potentialités éventuelles te feront la tronche de ce fait et que tu ne trouveras rien d'autre que ton trou de balle Laughing qui te remerciera d'évacuer tout l'intérêt du lien cosmique aux chiottes...

ocefuxus

Messages : 418
Date d'inscription : 26/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'alimenter autrement (projet mené à partir du 6/09/2016)

Message par Alaintuitif le Lun 19 Mar 2018 - 14:06

ocefuxus a écrit:
Par contre, c'est effectivement l'expérience ou le ressenti qui prime mais il faut appeler un chat un chat, si on ne veut pas risquer d'embrouiller le lecteur qui découvre ce alimenter autrement ou souhaiterait le découvrir. En parlant de la magnifique Alyna Rouelle, il serait intéressant de savoir si elle a vraiment repris le retour à l'alimentation solide...

Elle a "repris" (sans doute dans des proportions raisonnables - praniquement parlant -  alors qu'elle avait dit, au début de son pranisme à 100%, qu'elle ne mangerait plus jamais de sa vie.
Je pense qu'elle a annoncé cela par souci de transparence mais elle perd ainsi une grosse part de crédit alors même que la plupart des Respiriens font de petits écarts (un café par jour pour Michaël Waerner, quelques carrés de chocolat pour Gabriel Lesquoy, un "accompagnement" de temps à autre pour Nicolas Pilartz, des sucreries pour Jasmuheen, une cuillère pour papa, une cuillère pour maman...)

ocefuxus a écrit: Et puis quand je serai pranique, personne ne m'empêchera de me faire un bon restau de temps en temps... Je me connais et c'est pas ça qui m'a empêché de devenir mixte même si ce n'est pas au restau que j'ai pu rencontrer le prana. Alyna Rouelle le dit elle-même : le fait d'avoir repris la nourriture après avoir été assez longtemps en mode pranique l'a fait pleurer pendant tout un mois ! Elle était tellement persuadée, ce qui est naturel et humain de penser cela, qu'elle aurait des complications ou des gros risques en reprenant la nourriture solide... Alors que non, rien ! Et c'est ce qui a confirmé son point de vue par la suite qu'il n'y a pas de mode de vie meilleur ou si différent que ça d'un autre mode, vu que tout est prana et qu'en plus, le cheminement inverse de pranique vers solide est lui aussi naturel et "compatible".
Alyna Rouelle, sans doute grâce à sa longue expérience pranique, est en pleine forme. Donc reprendre une alimentation matérielle avec un foie, un estomac et un colon de jeune fille passe comme une lettre à La Poste.
Conjointement, Nicolas Pilartz (pranique à 100% depuis 1 an environ) relate que quand il reprend, il se sent d'une grande lourdeur, éprouve des difficultés de concentration, etc...
Tandis que pour moi, pranique depuis quelques semaines, c'est carrément décevant.
Je fais de nouveau du "verre à moitié vide" Surprised(
Par chance, comme un alcoolique anonyme (qui aurait fait un écart) j'ai noté qu'en moins de 24 heures, je reviens à une bien meilleure forme que par le passé.
Il me reste à faire un graphique où je noterais sur la frise du temps sur quelles échéances l'amélioration de mes voies digestives grâce au prana permet progressivement de surmonter les effets néfastes de produits alimentaires classiques pour pouvoir les digérer harmonieusement. Dans mon cas personnel, Nicolas Pilartz évalue cette capacité à 3 mois (ce sont ces prévisions)

ocefuxus a écrit: Privation ? Je crois que tu joues la provoc... ou alors ton mental te tient moins en respect que je n'aurais pensé en te lisant... N'aurais tu pas quelques faiblesses non négociables pour ce qui est de montrer à ton mental l'exemple ? N'oublies pas qui est le patron, celui qui choisit et garde le cap ! C'est toi, ton vrai toi et pas ton mental ! La encore "privation" n'a rien à voir ni à faire avec l'état pranique. Fais attention, tu vas décourager autrui avec toute cette vision, qui, je le rappelle est humaine et sincère mais qui n'a pas à prendre la première place ou concept en ce qui concerne le bonheur incomparable d'être en parfaite santé et harmonie avec soi même à tous niveaux, ou du moins en ce qui concerne l'alimentation parfaite...
Comme quoi tu t'y accroches à ta moitié vide Twisted Evil et c'est bon pour le moral du mental !.
Je comprends que d'après toi, toutes ces difficultés ne sont que le fruit d'un mental un peu fort que je devrais être en capacité de "dresser".
Je dois admettre que, le mois dernier, je répétais des phrases trouvées par une séance de kinésiologie. Elles m'aidaient bien.

Pour répondre à la question de la privation, je n'ai pas le sentiment de me "priver" mais de choisir un autre mode d'alimentation; un peu comme on cesserait d'aller à la cantine du Restau U pour décider de ne plus pratiquer que des restaurants gastronomiques 5 étoiles.
Le problème, c'est qu'en ne changeant pas radicalement de cadre, il me faut trouver de nouveaux repères aux moments des repas familiaux. Je devrais sans doute me montrer plus créatif et inventer un temps de remplacement (comme par exemple profiter de ce temps libre pour faire une balade ou entreprendre la lecture d'un livre qui viendrait se substituer à ce temps où je mettais de la nourriture solide dans ma bouche).
Je devrais aussi peut-être arrêter de faire les achats de nourriture pour toute la famille, la cuisine pour 6 ou encore à la vaisselle des plats destinés à ceux qui continuent bien de manger normalement autour de moi.
Après l'alcoolique, je reprends l'image du fumeur (histoire de te faire râler) pour dire que ce n'est pas évident d'arrêter définitivement de fumer dans un univers tabagique enfumé du matin au soir ! Evil or Very Mad


Dernière édition par Alaintuitif le Lun 19 Mar 2018 - 16:36, édité 1 fois
avatar
Alaintuitif

Messages : 1148
Date d'inscription : 24/05/2016
Age : 51
Localisation : Bordeaux Cestas

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'alimenter autrement (projet mené à partir du 6/09/2016)

Message par ocefuxus le Lun 19 Mar 2018 - 15:55

Mon pauvre ! C'est ce qui s'appelle S'alimenter autrement Very Happy . Il ne te reste plus qu'à avouer que tu n'as pas le choix, que le mauvais sort s'abat sur toi depuis tout ce temps et que finalement, il n'y a pas de pranique en France mais simplement des personnes qui se disent ou se croient praniques...

Mais si c'est évident d'arrêter de fumer, c'est une simple question de bonne volonté !

Pourquoi fuir ? Si vraiment ce n'est pas possible, non seulement c'est rien mais tu peux toujours t'accorder un créneau précis pour te lâcher. Je ne vois pas le rapport entre toutes ces privations ou frustrations et l'alimentation pranique... On a l'impression à te lire que le problème est tabou et que tout vient de l'extérieur... Serais tu athée, matérialiste ? Si oui, je comprends mieux tous ces liens et rapports que tu fais avec ton cadre ou ta situation personnelle... J'imagine que cela ne doit pas être évident de vivre au quotidien avec ça. Je compatis tout de même !

ocefuxus

Messages : 418
Date d'inscription : 26/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'alimenter autrement (projet mené à partir du 6/09/2016)

Message par Alaintuitif le Lun 19 Mar 2018 - 16:38

ocefuxus a écrit: Je compatis tout de même !
Merci Dent pétée
avatar
Alaintuitif

Messages : 1148
Date d'inscription : 24/05/2016
Age : 51
Localisation : Bordeaux Cestas

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'alimenter autrement (projet mené à partir du 6/09/2016)

Message par ocefuxus le Lun 19 Mar 2018 - 16:47

Bien sûr ! Y'a que moi qui suis sérieux ici...

ocefuxus

Messages : 418
Date d'inscription : 26/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'alimenter autrement (projet mené à partir du 6/09/2016)

Message par Alaintuitif le Lun 19 Mar 2018 - 19:46

ocefuxus a écrit: Serais tu athée, matérialiste ? Si oui, je comprends mieux tous ces liens et rapports que tu fais avec ton cadre ou ta situation personnelle... J'imagine que cela ne doit pas être évident de vivre au quotidien avec ça.
Déjà, je vais commencer par me reprendre une tasse de thé car, les athés, j'ai l'impression que tu ne les aimes pas trop. non
Les athées non plus, remarque. Laughing

Quant à être sérieux sur ce forum, ben j'ai l'impression que certains sont très sérieux justement.
Ma démarche (et donc ce post) sont également sérieux. Ca ne m'empêche pas d'émettre l'hypothèse, avec un certain détachement, que les choses ne sont sans doute pas si simples que ça.

Tes observations sont riches. Ce qui me fait sourire, c'est qu'elles arrivent exactement à l'opposé d'où je les attendais. En effet, les réactions en général sont restrictives par le fait que la majorité des gens considère que ne pas manger est difficile, voire impossible. Ton hypothèse à toi, semble davantage être: "ne pas manger est facile, voire évident". Voilà pourquoi, l'émoticône Dent pétée  apparaît.

Je refais le parallèle avec mon arrêt du tabac. J'ai commencé à fumer très tôt et, à 30 ans, je fumais environ 25 cigarettes par jour. J'ai toujours su que j'arrêterai un jour mais j'ai mis des années à prendre la décision d'arrêter. A l'époque, je n'avais aucune connaissance sur la force des addictions donc j'ai arrêté du jour au lendemain. J'ai éprouvé un manque physique dû à la nicotine et aux autres substances tabagiques pendant une semaine environ. La dépendance psychologique a été faible car j'ai changé mes habitudes de vie pour mener ce sevrage: j'ai profité de mes vacances d'été et, à mon retour, j'ai tenu sans problème, sans aucune aide extérieure. Comme j'ai un mental fort, je n'ai jamais retouché une cigarette depuis.

Enfin, pas de cigarette "classique", certes,  mais des bidies, ces feuilles d'eucalyptus roulées sur elles-mêmes (Plus d'infos ici: https://www.onmeda.fr/forum/asthme-bpco/128987-cigarette-eucalyptus - Je précise que c'est légal); redécouvrant les fameuses bidies quelques mois après l'arrêt total du tabac, me voilà de nouveau sous l'addiction, me réjouissant de rentrer plus tôt du boulot pour m'en griller une le soir, puis carrément pensant toute ma journée de travail à l'instant où j'allais profiter de ce moment (que j'idéalisais complètement). A l'issue de ma dernière bidies fumée, j'ai de nouveau souffert de la dépendance pendant une semaine. Rrrrrhôô !

Par la suite, je suis devenu thérapeute et j'ai découvert la puissance de certaines méthodes psycho-corporelles, sur moi d'abord, puis chez autrui. Ainsi, je suis parvenu à me trouver un collègue pour m'enlever le déclenchement de migraines très invalidantes que j'avais depuis l'âge de 8 ans. En deux heures de temps, c'était fait. En revanche, j'ai dû me payer une autre séance pour m'enlever la peur qu'elles reviennent. Hahaha !

J'ai expérimenté des dizaines d'autres choses toutes plus surprenantes les unes que les autres.
J'utilise avec efficacité la Loi d'attraction. Là aussi, je surprends mes contemporains (et bien souvent moi-même.) par ma foi dans des résultats rapides et dans les réalisations tangibles.

Pour le pranisme, j'ai "attaqué" la question avec la même foi. Oui, mais voilà, ça résistât ! Je dûs m'y reprendre à trois fois même !! Et, à l'issue de la troisième fois, je n'étais toujours pas vraiment pranique (au sens commun). En janvier 2018, au moment où on formule des voeux pour la nouvelle année, j'ai repris le problème par un autre bout et là, à ma grande surprise, le truc se met en place naturellement. Cool, me dis-je ! Me voilà sauvé ?!! Pas au sens classique, puisque je me laisse rattraper par une autre forme d'attirance; un produit dérivé en quelque sorte.
Je ne doute pas que je vais de nouveau surmonter cela mais, en attendant, me voilà confronté à une limitation, une nouvelle embûche de Noël.

Si je regrette cet obstacle qui me retarde dans l'accomplissement de mon projet (devenir pranique à 100% pour profiter de ses bienfaits), j'essaie de ne pas me juger, ni de m'auto-flageller; j'essaie d'apprécier pleinement ma condition d'être humain, de sourire à mes limites, de les accueillir avec la confiance en mon coeur. Je prends les conseils qu'on me donne mais j'ai tendance à laisser de côté les points de vue négatifs.

Il y a encore plein de choses que je ne sais pas faire comme marcher sur l'eau comme Jésus, soigner comme des guérisseurs philippins ( https://www.youtube.com/watch?v=jqAJlypCwYM ) etc. Ca ne signifie pas que je ne me crois pas capable de le faire, ça signifie simplement que je suis aujourd'hui confronté à des limites. Ces limites sont physiques, émotionnelles, mentales ou spirituelles. Qu'importe après tout, puisque je ne mène pas mes investigations dans ces directions. Cet objectif de m'alimenter autrement me suffit.

Je n'ai pas le sentiment que le mauvais sort s'abat sur moi. Bien au contraire, j'ai la conviction que nous sommes créateurs de notre vie et ça m'intéresse de comprendre, de dépasser les obstacles qui se présentent à moi; c'est me comprendre et me dépasser moi-même.
S'agissant des autres, il y a bien-sûr de plus en plus de personnes praniques, en France et dans le monde. Etre pranique, ce n'est pas simplement "manger ou ne pas manger", c'est avoir la possibilité de se nourrir directement de prana. On peut manifester cette possibilité en ne mangeant plus de nourriture matérielle comme on peut continuer à manger. Bien souvent, parce que la pression sociale, amicale, familiale autour de la nourriture est forte, la plupart des Praniques continuent de manger ponctuellement ou en faible quantité pour maintenir le lien avec leurs proches.

Simplement, pour parvenir à cette liberté de choix d'alimentation (solide et/ou pranique), il faut stabiliser la situation sur une certaine période (certains l'évaluent à 4 mois). Celle-ci permet au corps de profiter pleinement de cette source nouvelle d'alimentation pour se restaurer, au sommeil de se structurer, au poids de se stabiliser, aux émotions de faire l'expérience d'un autre ressenti (unité, ancrage, joie), à l'intuition d'être plus connectée...
Ce n'est pas que je ne peux pas "me lâcher" durant cette phase, c'est tout simplement que j'ai mesuré combien c'était trop tôt pour envisager de se remettre à manger. Donc, je préfère maintenir le cap de ne pas manger dans l'immédiat. Je n'associe pas cela à des privations ou à des frustrations. Le problème n'est pas spécialement tabou et, comme je l'ai déjà dit, tout ne vient pas de l'extérieur. J'ai simplement tenté d'expliquer que je devais sans doute veiller à ce que mes anciennes habitudes de vie liées à l'alimentation me permettent de mener à bien mon projet.

Allez, je vais me reprendre une tasse. A ta sans thé.  Dent pétée
avatar
Alaintuitif

Messages : 1148
Date d'inscription : 24/05/2016
Age : 51
Localisation : Bordeaux Cestas

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'alimenter autrement (projet mené à partir du 6/09/2016)

Message par ocefuxus le Mar 20 Mar 2018 - 5:46

Ton avant dernier paragraphe est vraiment constructif par rapport à ce projet.

Les autres ne sont pas si factuels que cela mais ce n'est que mon point de vue... En fait, c'est ce que tu fais de tout cela qui peut interpeller avec réserve ou découragement, y compris toi-même et non ce qui arrive dans la vie : car rien ou alors trop peu arrive de l'extérieur par hasard.

Le fait que tu insistes sur ces 3 reprises pourrait très bien signifier que dans la vie, tu as toujours attendu que tout t'arrive tout cuit ou avec facilité... en mode capricieux enfant unique, en mode manager à grosse tête, ..., en mode zèbre ! Je ne sais pas si tu as 50 piges mais peu importe... Il est peut-être temps de comprendre que tout le monde a des limites et heureusement !

Après c'est un choix de vie ou de conception de la vie de rester sur ces limites, même et surtout en pensée et on peut très bien être de nature pessimiste en se voyant le contraire...

Ce n'est pas une hypothèse ! Des tas de gens arrivent à bouffer, c'est l'expression, des tas de merdes sans les connaître au point de contracter des malaises et autres tortures infligées à leurs corps comme à leur mentaux... Pourquoi serait-il aussi difficile avec une nourriture parfaite, en mode énergie tout cuite et toute extraite nécessitant 0 effort pour l'assimiler du point de vue cellulaire ? Même un non pranique totalement néophyte ne peut être aussi aveugle !

Il ne s'agit pas de pointer ce qui ne va pas car on a tous nos difficultés mais pourquoi s'obstiner au seul motif que ça ne se soit pas passé comme prévu ou comme on imaginait ? Ou du moins pourquoi prendre cette tonalité ? Cela veut dire et montre également physiquement que s'il y a souci, il est ailleurs... Et sûrement pas à l'extérieur puisque le prana est partout et que c'est une assimilation qui s'opère au final à l'intérieur de l'organisme...

Oui je suis pranique, et malgré moi parfois (ou à mon insu) mais mon opposé ne correspond ni à une contradiction volontaire en esprit ou principe, ni même à une intention délibérée ou arrêtée. Je veux simplement dire ce qui est. De toute façon, je verrai bien cet été côté pranisme alimentaire, même si le prana lui ne m'attend pas pour se fixer auriquement ou ailleurs en moi. J'estime de plus, que ce n'est pas moi qui fait ce travail mais qu'on le fait pour moi alors vois-tu, je n'ai non seulement aucun problème avec tous types d'alimentation mais de plus, je ne peux nier et remettre en question le travail céleste en rapport avec tous ces constats ou résultats anticipés et parfois instantanés.

Des tentatives moi mais j'en ai fait des milliers, ne serait-ce que pour rester en vie ou arriver à supporter des conditions, des contextes difficiles ou des entourages toxiques... Alors je reconnais que j'ai tendance à relativiser ou à ne pas retenir ce qui est négligeable par rapport à mes nombreuses réussites qui rendent ces centaines d'imprévus négatifs plus que négligeables et à même de m'avoir fait grandir, que cela me plaisait ou non à ces époques lointaines de ma vie où je ne comprenais pas encore que tout était lié à moi même et que je pouvais agir plutôt que de rester victime ou négligeant tout en regrettant ou subissant consciemment. Il n'y a rien à développer ou alors c'est très rare : il y a juste à prendre et à travailler dessus et aussi, quand on a l'envie authentique d'accueillir le ciel en soi, même modestement ou en partie dans les débuts, de se réjouir et de profiter un maximum.

Le but de Jésus ou de tout autre prophète n'était pas de guérir, de marcher sur l'eau, de réssusciter... Etc. Ce ne sont que des détails physiques sans importance et banals.

La pression sociale n'est pas forte, elle est surtout l'initiative de faiblesses comme de formatages bien connus et vécus de tous. C'est la façon qu'on choisit ou non de recevoir cette pression qui est forte ou modérée. Je ne dis pas que c'est facile quand on est ancré dans la matière. Mais quand on n'est pas dans cette illusion, c'est même plus que facile car on peut voir ce qui ne va pas chez les autres, même si on n'a pas intérêt à leur dire et qu'on a bien d'autres choses à faire bien plus passionnantes.

En tout cas tu n'écoutes pas ton corps ou ce qu'il a à te dire... Et c'est en cela que le partage peut-être dangereux... Pas pour toi ni pour moi mais en général, quand on éprouve ce que tu ressens, il est risqué de ne pas faire humblement machine arrière, pour mieux y revenir sereinement ou en confiance (ou pour prendre de la distance et passer à autre chose sans cet esprit d'échec, de déception ou autre déconvenues qui ne devrait être que temporaire selon moi même si normal). Tant mieux si ça te convient mais ce n'est pas en forçant que tu obtiendras quoi que ce soit, c'est ce que je voulais dire (même si tu préfères maintenir cet état non envisagé).

Je trouve que tu as fait les choses trop brutalement et que tu continues à le faire ainsi et cela ne me semble la meilleure attitude à adopter vis-à-vis de toi même comme de ce partage à d'éventuels personnes qui seraient réellement intéressées par l'alimentation pranique ou inédique.

A ta santé mentale surtout et mort aux sado-masos du pranisme Dent pétée !

ocefuxus

Messages : 418
Date d'inscription : 26/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'alimenter autrement (projet mené à partir du 6/09/2016)

Message par Alaintuitif le Mer 21 Mar 2018 - 9:35

A ce stade, il m'apparaît important de rappeler que ce post n'a pas pour vocation à inviter d'autres personnes qui seraient intéressées par l'alimentation pranique à suivre mon exemple personnel.

Ce post avait pour vocation de me permettre d'inscrire ma démarche dans le temps à partir de septembre 2016. En partageant publiquement mon projet, mon souhait était de me permettre d'avoir un certain recul. En effet, exposer sa démarche permet de clarifier sa position, de voir plus clair dans un processus s'inscrivant dans le temps.

Comme indiqué dès le départ, je me suis montré intéressé pour recevoir des points de vue complémentaires au mien, des contributions positives et non des jugements du genre "tu n'écoutes pas ton corps ou ce qu'il a à te dire", "la pression sociale n'est pas forte", tu as fait les choses trop brutalement et tu continues à le faire ainsi", "tu as toujours attendu que tout t'arrive tout cuit ou avec facilité"...)

Merci de ces remarques: elles me permettent de faire preuve d'une vigilance supplémentaire et de me remettre en question. Toutefois, après introspection, je mesure combien je reste à l'écoute de mon corps et combien j'ai plaisir à vivre cette nouvelle étape de stabilisation vers le pranisme qui a débuté en février 2018.

Loin de me mettre des limites, j'avance en confiance. Les premiers effets, extrêmement positifs sur ma santé, sont prometteurs et confirment à mes yeux que je suis dans la bonne direction. En outre, cela a également des effets sur ma vie et ma façon de l'aborder, de la comprendre, de l'aimer.

Il est largement question d'amour justement dans le témoignage de Dominique Verga, pranique depuis plus de 3 ans. A ce stade, je partage son point de vue, sa compréhension d'étapes incontournables de stabilisation, son choix de prendre la vie du bon côté plutôt que du "côté bougon" comme elle l'exprime et surtout de LA VIVRE !

Merci à tous pour vos retours et vos encouragements reçus en mp. Voilà l'interview en question; je vous souhaite à tous le meilleur !

https://www.youtube.com/watch?v=Jh36G75U7yg

elephant
avatar
Alaintuitif

Messages : 1148
Date d'inscription : 24/05/2016
Age : 51
Localisation : Bordeaux Cestas

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'alimenter autrement (projet mené à partir du 6/09/2016)

Message par ocefuxus le Mer 21 Mar 2018 - 10:13

Non c'est pas à ce stade que certains imprudents peuvent risquer leur santé, c'est bien avant qu'on peut y réfléchir quand on ouvre ce type de fil... à moins de tout intellectualiser ou de virtualiser avec la tonalité mytho qui va avec mais quand bien même ce serait une des hypothèses recevables par rapport à cette nonchalance ou surdité, il reste que tu ne pourras pas sur un coup de post, dissuader quoi que ce soit si tu acceptes le fait que des personnes pourraient très bien l'interpréter différemment  ou comme elles l'entendraient.

Ce n'est pas mon cas, heureusement pour moi et je me félicite d'avoir eu la chance de découvrir ce mode avant l'existence de ce fil somme toute très personnel, ce qui est de rigueur pour un partage susceptible d'intéresser... mais peut-être trop personnel en mode "si tu ne penses pas comme moi et bien tu as tord ou tu peux dégager...". Avoir autant de refus de positiver ou de partager autre chose que des déceptions pour le partage en retour d'expérience, c'est vrai qu'il est clair que les passionnés et les heureux n'ont pas leur place sur ce fil ou peu de marge pour encourager ce qui n'est nullement un projet mais un mode de vie au long terme ou alors malheureusement une façon de se prouver quelque chose ou de fuir la réalité ?

En ce qui me concerne, j'assume pleinement éventuelle réactivité... Je préfère 1000 fois passer pour un rabat joie que pour humeur à relativiser ou manquer de respect vis-à-vis de possibles fragilité d'autrui voire de soi-même. Au delà du risque, lorsqu'on parle de santé, ce sont d'ailleurs bien souvent ceux qui se moquent de bien des choses en ne les prenant pas au sérieux pendant des décennies qui, comme par hasard, après un temps plus ou moins long, se plaignent le plus de leur état de santé ! Et bien tant pis, ils trouveront bien assez tôt quelqu'un pour leur permettre de continuer à s'apitoyer de leur sort ou de leurs déconvenues... le caractère va avec l'attitude comme on dit...

En venir à ce rappel tandis que la question d'un danger potentiel n'est nullement hors propos d'après cette expérience illustre finalement tout le sérieux et la responsabilité d'attention de l'auteur.

De rien, et merci à lui ! Ce fut un plaisir à tenter de me refuser de voir le pire dans telle meilleure démarche possible, que la personne s'en sente capable ou pas...

NB : Dans ce cas, inviter via vidéo ou autre moyen autrui de vivre comme ceci ou comme cela, selon tel point de vue, n'est pas plus respectable ou moins personnel qu'un point de vue donneur de leçon... A part les pincettes qui vont avec et qui ne peuvent pas garantir l'absence de fausseté ou d'intérêt commercial au sujet de cette vague d'actualité.

ocefuxus

Messages : 418
Date d'inscription : 26/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'alimenter autrement (projet mené à partir du 6/09/2016)

Message par siamois93 le Jeu 17 Mai 2018 - 3:06

Bonsoir Alaintuitif
Je suis végétalien depuis plusieurs années.
Je viens de visionner une vidéo d'une association qui s'appelle «regenere» et qui, pour calmer la quasi-totalité des troubles psy, suggère de jeûner totalement pendant un jour au moins afin de libérer les intestins, car l'essentiel de nos comportements vient de ce que nous mangeons ce qui va conditionner le cerveau.
Et il y a tellement d'énergie dépensée dans la digestion.
L'alimentation sert surtout à transmettre des informations aux cellules. Si on capte ces informations autrement, les cellules se régénèrent (voir les travaux controversés de Jacques Benveniste par exemple), T'es-tu intéressé à ses travaux ?
Autre question si tu veux bien : bois-tu toujours ou as-tu arrêté l'eau également ?
Est-ce que tu dors beaucoup ? As-tu eu des changements sur ce point depuis que tu es devenu pranique ?
avatar
siamois93

Messages : 3670
Date d'inscription : 03/04/2012
Age : 51

http://taijiquan.neuronnexion.fr

Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum