Et la lumière fut...

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Et la lumière fut...

Message par Oztea le Mar 30 Aoû 2016 - 20:45

Mes doigts tournent en rond sur le clavier, rechignent à écrire cette présentation.
Et en même temps en crèvent d'envie. Pudeur, peur, doute de l'intérêt de mes propos...
Mais cela fait plusieurs jours, semaines même que je me balade sur ce forum, avec à chaque fois le même plaisir, qui génère cette envie de revenir. La sensibilité, la sincérité, l'humour, la bienveillance qui émanent de la plupart des messages postés me réconcilient avec l'humain.
J'ai envie d'en être!
Et puis lire et observer sans participer commençent pour moi à s'apparenter à une forme de voyeurisme qui me met mal à l'aise.
Faut croire que je suis plus exhibitionniste que voyeuse, je me lance.

Il y a deux ans j'ai explosé. Gentillement, poliment, faudrait pas non plus trop deranger, mais quand même, il y a deux ans j'ai fait exploser ma vie, en tout cas ma vie familiale, sans trop savoir ce qu'il m'arrivait. Juste l'impression sur le moment que je me sauvais d'une extinction lente mais certaine.
Sur le moment j'ai juste agi, je me suis échappée, réflexe de survie. Mais apres évidemment il a fallu que je comprenne. Parce que c'est comme ça, depuis toute petite il faut que je comprenne, tout ce qui m'intéresse, sinon je ne peux pas passer à autre chose.
J'ai cherché, exploré, beaucoup expérimenté, me suis faite aidée... Et petit à petit les pieces du puzzle se sont mises en place : mon fils aîné détecté très jeune (T)HPI, ma mère qui me lâche négligemment "Toi aussi petite tu avais passé le test, c'est pareil", une rencontre avec un zèbre complètement timbré, un article de presse locale sur les adultes surdoués et finalement mon premier livre sur le sujet, Monique de Kermadec...
La révélation, j'ai eu l'impression de lire mon propre mode d'emploi. Enfin. Tout se mettait en place, je n'étais pas folle, pas bipolaire. Le soulagement était immense.

Pour l'instant c'est un peu mon secret. Je ne suis pas tres sûre de moi. Apres tout aucune trace de ce test que je suis censée avoir passé petite. Mais quand même, même si ce n'est pas une question d'intelligence, c'est une histoire de sensibilité, de valeurs, d'exigence, de refus d'une certaine forme de médiocrité dans les rapports humains.
Et ça fait un bien fou de savoir que vous semblez si nombreux à les partager.

Un grand merci pour cet espace de liberté

Oztea
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 13
Date d'inscription : 23/08/2016
Localisation : Près de la mer

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et la lumière fut...

Message par Firemane le Mar 30 Aoû 2016 - 21:23

Bjour

Firemane
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 572
Date d'inscription : 19/06/2016
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et la lumière fut...

Message par utilisateurdebase le Mer 31 Aoû 2016 - 8:25

salut, si tu veux discuter y a moyen Smile bonne journée à toi Smile

utilisateurdebase
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 785
Date d'inscription : 30/04/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et la lumière fut...

Message par Alaintuitif le Mer 31 Aoû 2016 - 8:40

Oztea a écrit: Faut croire que je suis plus exhibitionniste que voyeuse, je me lance.

Bon, tu as l'exhibe' discrète : tu habite près de la mer (laquelle?) mais tu n'es sans doute pas à faire du naturisme sur la plage!
N'hésite pas à nous livrer quelques parcelles de peau (de zèbre) supplémentaires, histoire qu'on se rince l'oeil.Nargue

En attendant, bienvenue chez toi, Oztea.
Je te souhaite le meilleur parmi nous (et même ailleurs) elephant


Dernière édition par Alaintuitif le Mer 31 Aoû 2016 - 12:14, édité 1 fois

Alaintuitif
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 816
Date d'inscription : 24/05/2016
Age : 49
Localisation : Bordeaux Cestas

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et la lumière fut...

Message par Lothil le Mer 31 Aoû 2016 - 8:59

Coucou Oztea !!
Bienvenue par ici !!

Oztea a écrit:Il y a deux ans j'ai explosé. Gentillement, poliment, faudrait pas non plus trop deranger, mais quand même, il y a deux ans j'ai fait exploser ma vie, en tout cas ma vie familiale, sans trop savoir ce qu'il m'arrivait. Juste l'impression sur le moment que je me sauvais d'une extinction lente mais certaine.
Sur le moment j'ai juste agi, je me suis échappée, réflexe de survie. Mais apres évidemment il a fallu que je comprenne. Parce que c'est comme ça, depuis toute petite il faut que je comprenne, tout ce qui m'intéresse, sinon je ne peux pas passer à autre chose.
.

On dirait un copié/coller de ce qui m'est arrivé il y a bientôt 5ans !! Tout pareil !! Il m'a par contre fallu un peu plus de temps pour comprendre ce qui se passait. C'est un concours de circonstances plus ou moins heureuses qui m'on conduites sur le chemin des HP's.

Cela m'a fait une sensation très étrange de me reconnaître dans tes mots car c'est exactement ce qui m'est arrivé et le même cheminement. Il me fallait comprendre sinon impossible de vivre l'esprit tranquille, ça tournait en boucle ( c'est déjà le cas normalement mais là c'était pire encore).

Bref, je te souhaite une nouvelle fois la bienvenue ici et n'hésite pas à participer. Tu verras que beaucoup de personnes on des parcours similaires ici, on se retrouve toujours un peu dans les histoires des autres ....


Lothil
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 53
Date d'inscription : 24/09/2015
Age : 41
Localisation : Dans le cosmos

http://lothily.blogspot.be/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et la lumière fut...

Message par cyel le Mer 31 Aoû 2016 - 12:15

Bonjour Oztea,

J'aime bien lire un peu de tout ici, certaines choses font écho, d'autres non, pour des histoires de similitude de parcours, ou au contraire, d'envie d'être une autre.

C'est un peu de ma vie aussi, ce que tu as écris, même si mon explosion était "programmée" en quelque sorte. J'avais identifié la solution pour sortir de la situation d'urgence. Puis, une fois mon intégrité mise hors de danger, j'ai commencé à vouloir comprendre, réparer.

Ce forum ne m'apporte pas de réponses mais je suis de plus en plus bienveillante avec moi-même quant à mes ratages passés (sans pour autant brandir l'excuse douance altérité comme seule et unique explication, parce que c'est confortable sur le moment, mais finalement contre-productif).

Au plaisir de te lire si l'occasion se présente.


Dernière édition par cyel le Ven 16 Sep 2016 - 23:47, édité 1 fois

cyel
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 359
Date d'inscription : 04/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et la lumière fut...

Message par utilisateurdebase le Mer 31 Aoû 2016 - 18:19

ah? toi aussi tu préfère parler d'altérité?

utilisateurdebase
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 785
Date d'inscription : 30/04/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et la lumière fut...

Message par Oztea le Mer 31 Aoû 2016 - 20:11

Merci à tous pour votre intérêt, et votre bienveillance.
Même si je n'ai jamais essuyé frontalement de jugements lors de mes prises de décision j'ai souvent été peu comprise.
Alors apprendre que mon parcours fait écho me fait du bien.
La solitude ne me déplaît pas, certainement parce que je ne la subis pas.
Mais l'altérité me plait!

Oztea
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 13
Date d'inscription : 23/08/2016
Localisation : Près de la mer

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et la lumière fut...

Message par Yoda300 le Jeu 1 Sep 2016 - 0:10

Bienvenue !

Yoda300
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 551
Date d'inscription : 12/06/2016
Age : 43
Localisation : Lot-et-Garonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et la lumière fut...

Message par utilisateurdebase le Jeu 1 Sep 2016 - 7:44

j'avoue, en ce moment je préfère largement la solitude aussi ^^

utilisateurdebase
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 785
Date d'inscription : 30/04/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et la lumière fut...

Message par LionCalme le Jeu 1 Sep 2016 - 13:46

Bonjour Oztea,

Près de la mer... Ca me fait songer : Oztea... Ostie... Le port de la Rome Antique... près de la mer donc.

Mille pardons. Smile

Ta présentation me parle, fait écho, résonne comme un petit air de déjà vécu.

A 30 ans j'ai dynamité la vie soigneusement construite sur le modèle passe-partout dans laquelle je m'étais caché.
Pas si facile. Ni de tenir bon contre la pression sociale. Mais je l'ai fait sans me retourner. Férocement déterminé. En essayant de faire le moins de dégâts et de mal autour de moi.
La "zébritude" explique probablement ce parcours. Je le savais sans mettre ce mot ou une des expressions auxquelles il se substitue - en masque ? - sur ma façon d'être au monde.
Le temps a passé et la vie, et je cherche toujours à maintenir cette exigence de ne pas transiger avec moi-même. Je n'y parviens jamais totalement.

Faute de développements concrets, mon propos doit sembler abscons. Ce n'est, je pense, pas le moment où le lieu de ces développements (Sont-ils bien nécessaires d'ailleurs ? Je redoute le narcissisme qui me paraît contaminer mes messages dès que j'écris sur ZC. Est-ce réel ? Un effet grossissant du principe même sur lequel repose ce forum ? Je suis encore trop "jeune" en ces lieux).

Bienvenue donc, d'un nouveau à une nouvelle.
Ma savane est aussi proche de la mer.


Dernière édition par LionCalme le Sam 3 Sep 2016 - 17:24, édité 1 fois

LionCalme
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 22
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 51

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et la lumière fut...

Message par Oztea le Ven 2 Sep 2016 - 20:31

"je cherche toujours à maintenir cette exigence de ne pas transiger avec moi-même. Je n'y parviens jamais totalement. "

Je comprends, je crois, très bien ce sentiment. Ne pas transiger, pour rester en accord avec ce que l'on sait, ou que l'on pressent, être bon pour soi.
Ça peut être difficile, d'autant plus lorsque cela signifie vivre avec une intensité qui, si elle permet de se sentir vivant, n'épargne pas.
Abstrait aussi certainement mais peut être pourrons nous développer...

Oztea
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 13
Date d'inscription : 23/08/2016
Localisation : Près de la mer

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et la lumière fut...

Message par LionCalme le Sam 3 Sep 2016 - 17:54

Oztea a écrit:"je cherche toujours à maintenir cette exigence de ne pas transiger avec moi-même. Je n'y parviens jamais totalement. "

Ça peut être difficile, d'autant plus lorsque cela signifie vivre avec une intensité qui, si elle permet de se sentir vivant, n'épargne pas.
Abstrait aussi certainement mais peut être pourrons nous développer...

L'abstraction est un effet pervers du message synthétique. La contraction élimine les faits et les exemples, la chair en somme. D'où, certainement, l'impression squelettique que fait naître mon propos. Mais je crois que nous nous sommes compris.

En réalité, c'est très concret et je confirme : "permet de se sentir vivant [mais] n'épargne pas".

Je n'ai pas voulu être un mort vivant. Un meuble. Un rouage mal adapté, en plus, à sa fonction sociale.
Une femme, un boulot sympa (enseignant-chercheur), des enfants, une maison, des vacances au soleil l'hiver, au ski l'été (pour avoir l'air vraiment chic)... Une ligne droite tracée jusqu'à la retraite et à la mort. J'avais choisi de m'enterrer sciemment et j'étais tout près de refermer le couvercle. Pouah !

Ne pense pas, Oztea, que je fasse quelque chose de révolutionnaire depuis ce temps, mais je cherche une voie qui me corresponde mieux. La question s'est vraiment posée dans ces termes et j'ai choisi d'être un vivant qui prend le risque de se faire mal contre le réel plutôt que de jouer la comédie d'une vie qui aurait été la mienne au regard des autres mais jamais aux miens. Un mensonge à la taille d'une existence humaine.

La difficulté que j'éprouve est de pouvoir apprécier les moments que je conquiers ainsi. Même lorsqu'ils approchent la perfection (c'est rare), j'ai du mal à "être dedans" complètement, à ne pas être - en même temps - un peu à côté à me regarder vivre et à m'empêcher moi-même de jouir de la vie.

Je ne crois pas que notre intelligence soit la cause de notre malheur. C'est plutôt la manière de s'en servir. La façon de l'adapter et de l'employer dans le monde qui nous entoure et dont nous faisons partie. Comme se reconnaître tellement intelligent si l'on n'a pas l'intelligence de cette intelligence ? Je cherche le mode d'emploi. Essais-erreurs, c'est la seule méthode que je connaisse. Mais la vie passe et c'est parfois très long.

Ça vaut le coup. Je suis vivant.

LionCalme
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 22
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 51

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et la lumière fut...

Message par Sun Simiao le Sam 3 Sep 2016 - 19:01

Bien vivre n'est-il pas une preuve d'intelligence ?

Sun Simiao
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 404
Date d'inscription : 03/08/2016
Localisation : ici

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et la lumière fut...

Message par utilisateurdebase le Sam 3 Sep 2016 - 19:19

ça dépend de ce qu'on entend par "bien vivre" et par "intelligence"... et puis par "preuve" aussi ^^

utilisateurdebase
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 785
Date d'inscription : 30/04/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et la lumière fut...

Message par Sun Simiao le Sam 3 Sep 2016 - 20:46

J'ai préféré bien vivre à bonheur, dont la définition pose problème...

Le problème de la définition de l'intelligence est un serpent de mer.
C'est pourquoi on se contente, généralement, de preuves d'intelligence.

Courbette
Comprendre la Voie sans la suivre c'est utiliser en vain son esprit.
Suivre la Voie, voilà l'intelligence.

Sun Simiao
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 404
Date d'inscription : 03/08/2016
Localisation : ici

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et la lumière fut...

Message par Oztea le Dim 4 Sep 2016 - 7:17

utilisateurdebase a écrit:ça dépend de ce qu'on entend par "bien vivre" et par "intelligence"... et puis par "preuve" aussi ^^

Very Happy
Voilà
Et comme je ne sais pas trop repondre à ca...

Oztea
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 13
Date d'inscription : 23/08/2016
Localisation : Près de la mer

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et la lumière fut...

Message par Oztea le Dim 4 Sep 2016 - 7:58

"Je n'ai pas voulu être un mort vivant. Un meuble. Un rouage mal adapté, en plus, à sa fonction sociale.
Une femme, un boulot sympa (enseignant-chercheur), des enfants, une maison, des vacances au soleil l'hiver, au ski l'été (pour avoir l'air vraiment chic)... Une ligne droite tracée jusqu'à la retraite et à la mort. J'avais choisi de m'enterrer sciemment et j'étais tout près de refermer le couvercle. Pouah !

j'ai choisi d'être un vivant qui prend le risque de se faire mal contre le réel plutôt que de jouer la comédie d'une vie qui aurait été la mienne au regard des autres mais jamais aux miens. Un mensonge à la taille d'une existence humaine.

La difficulté que j'éprouve est de pouvoir apprécier les moments que je conquiers ainsi. Même lorsqu'ils approchent la perfection (c'est rare), j'ai du mal à "être dedans" complètement, à ne pas être - en même temps - un peu à côté à me regarder vivre et à m'empêcher moi-même de jouir de la vie."

Je ne dois pas être la seule à qui cela fait cet effet.
Mais c'est tout de même troublant de lire, écrits par un autre, des mots qui décrivent si bien à la fois mon propre parcours, mais plus troublant encore mon ressenti.
Et je trouve cela rassurant.
Certainement parce que je me suis longtemps sentie à part (pas sur le papier, caméléon hyper efficace), cette universalité me fait du bien.
L'art de façon générale, et la musique en particulier, provoquent egalement chez moi cette forme d'apaisement.
Quelques soient les circonstances, il y a toujours un parolier qui a décrit ce que l'on vit.
Je ne sais pas vous, mais moi faire partie d'un tout me rassure. Et je crois que c'est même un pré requis indispensable pour me laisser aller à ma singularité.

Par exemple cette chanson. On aime ou pas, mais je suis certaine qu'elle résonne pour beaucoup d'entre nous

https://www.youtube.com/watch?v=e3M3_jDZBG8

Et puis celle la aussi ( celle la j'avoue je l'aime beaucoup beaucoup)

https://www.youtube.com/watch?v=7Dc5BQ31iLw

Oztea
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 13
Date d'inscription : 23/08/2016
Localisation : Près de la mer

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et la lumière fut...

Message par Oztea le Dim 4 Sep 2016 - 7:59

P... que cet espace de liberté fait du bien!

Oztea
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 13
Date d'inscription : 23/08/2016
Localisation : Près de la mer

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et la lumière fut...

Message par LionCalme le Dim 4 Sep 2016 - 13:37

Bonjour Oztea,

"Du berceau à la tombe, c'est dur pour tout le monde"...

La solitude existentielle n'est pas moins partagée.

Ce qui peut en changer la perception chez les "zèbres", me semble-t-il, c'est la conscience de cette finitude humaine et de la solitude de l'être enfermé dans la matière indépassable d'un corps mortel.

Ainsi, par définition, notre communication avec le monde extérieur est-elle toujours imparfaite. Juste une approximation avec des milliards de malentendus plus ou moins explicitables ou réalisés.

Notre désir d'appartenance à un groupe - si ténu soit ce groupe ne serait-ce qu'une seule autre personne - vise à nous rassurer à nous fondre dans une masse qui diluerait la conscience de la solitude en la noyant dans un océan de similarités.

La tension qui naît du décalage entre ce désir de ressemblance et d'appartenance au "même" et la conscience aiguë - et non moins désirée d'ailleurs - de la singularité et de la solitude de l'existence chez le zèbre est, je crois, la principale source de sa "souffrance". Cette souffrance est aussi pour moi la condition sine qua non du véritable bonheur (bien vivre dans la conscience du temps qui passe, pourtant ?).

J'écris souvent "je pense, "je crois", il me semble" pour insister sur l'aspect subjectif de mes propos et leur aspect expérimental et provisoire sinon paradigmatique. Je m'étonne du ton souvent péremptoire et presque comminatoire de certaines interventions.

Je me souviens d'une scène d'un film de Zabou Breitman (Se souvenir des belles choses), dans laquelle Bernard Lecoq montre par la fenêtre à Bernard Campan  (qui est dans une souffrance psychologique extrème), un jeune athlète victime d'un accident. En substance, il lui dit qu'il ne ressent plus rien, n'a plus de désir, et ne souffre plus et il ajoute : "Tu crois que c'est cela le bonheur ?".
[je cite de mémoire et je l'ai vu il y a longtemps].

LionCalme
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 22
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 51

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et la lumière fut...

Message par Sun Simiao le Dim 4 Sep 2016 - 16:59

D'un autre côté, si la communication parfaite implique l'identité parfaite des deux parties, alors elle n'a pas plus d'utilité que de sens.

Pour moi la variété de toutes choses et l'impossibilité de comprendre entièrement les autres est ce qui fait le charme de l'existence.
Cette diversité est aussi le contrepoint à la "finitude" humaine, qui comme tout ce qui vit se perpétue grâce à la mort et l'évolution permanente via la procréation ou reproduction.


Dernière édition par Sun Simiao le Dim 4 Sep 2016 - 23:48, édité 1 fois

Sun Simiao
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 404
Date d'inscription : 03/08/2016
Localisation : ici

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et la lumière fut...

Message par Oztea le Dim 4 Sep 2016 - 18:34

"Pour moi la variété de toutes choses et l'impossibilité de comprendre entièrement les autres est ce qui fait le charme de l'existence."



Je suis d'accord avec toi.
Et ca ne me semble pas incompatible avec le fait d'être rassurée par certaines similitudes.

Oztea
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 13
Date d'inscription : 23/08/2016
Localisation : Près de la mer

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et la lumière fut...

Message par LionCalme le Dim 4 Sep 2016 - 18:48

Sun Simiao a écrit:D'un autre côté, si la communication parfaite implique l'identité parfaite des deux parties, alors elle n'a plus d'utilité que de sens.

J'espère que Oztea, ne nous en voudra pas de débattre sur son espace.
Je pense Sun Simiao, que nous sommes assez d'accord mais que j'ai été mal compris (je me suis mal exprimé peut-être, problème de communication  Laughing ).
La communication parfaite ne peut impliquer l'identité des deux parties (ce serait alors la même entité).
Il suffit d'ailleurs de voir les difficultés de communication que l'on peut rencontrer avec soi-même pour se convaincre - à rebours - que la communication parfaite n'implique nullement l'identité des deux parties.
La communication peut être parfaite sans que nous puissions en être certains. Et ce pratiquement jamais.
Nous avons tous l'expérience - enfin moi je l'ai eue - de moments de grâce, de rencontres "magiques", de compréhension mutuelle sans parfois que l'émission concrète d'un message s'avère nécessaire. C'est rare mais cela advient.
Il ne s'agit alors, malgré tout, que d'une intuition, d'un sentiment.

Mon réel point de désaccord sur la phrase citée ci-dessus, Sun Simao, porte plutôt sur ce point : une "communication parfaite" n'aurait alors "plus d'utilité" ni "de sens". Pourtant, combien de conflits seraient évités à tous les niveaux ? Combien enseigner et éduquer deviendrait efficace... Et si la communication avec soi-même (forçons le concept) était parfaite, les psychologues seraient au chômage et nous ne serions probablement pas si nombreux sur de tels forums. Comme elle aurait un sens et serait alors utile, la communication parfaite, même de soi à soi ? N'est-ce pas ?


Sun Simiao a écrit:Pour moi la variété de toutes choses et l'impossibilité de comprendre entièrement les autres est ce qui fait le charme de l'existence.
Cette diversité est aussi le contrepoint à la "finitude" humaine, qui comme tout ce qui vit se perpétue grâce à la mort et l'évolution permanente via la procréation ou reproduction.

La variété et la diversité (j'ajouterais l'imprévu) font le charme de l'existence, oh ! oui ! (mais c'est sans rapport avec la question de la communication).
En revanche, je ne crois pas que l'impossibilité (j'ajoute relative cf. ci-dessus), de comprendre entièrement les autres (et d'en être compris), fasse partie de ce charme.

LionCalme
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 22
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 51

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et la lumière fut...

Message par Oztea le Dim 4 Sep 2016 - 20:08

Non seulement je ne vous en veux pas mais je vous encourage à continuer.
C'est un plaisir!

Oztea
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 13
Date d'inscription : 23/08/2016
Localisation : Près de la mer

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et la lumière fut...

Message par Sun Simiao le Lun 5 Sep 2016 - 0:36

De mon mon point de vue, une "communication parfaite" ne peut tout simplement pas exister, puisque deux consciences distinctes ont une manière de ressentir, de concevoir, différentes, un imaginaire différent, etc...  
Je n'envisage pas de "communication avec soi-même", puisque je n'envisage pas la psyché comme radicalement divisée. Je ne parlerais donc pas de communication entre l'inconscient et le conscient, et réciproquement.
Je pense aussi que nous ne sommes guère conscient de ce que nous communiquons vraiment, et de la manière dont nous le faisons. Il se pourrait bien que nous nous estimions mal compris lorsque nous le sommes trop bien, mais à notre insu (consciente) -surtout en communication réelle (physique) ; ou que parfois nous estimons l'avoir été alors qu'il s'agissait d'une tromperie (il a compris ce que je voulais qu'il comprenne) qu'un autre aurait déjouée en recevant mieux et interprétant mieux l'ensemble des messages que j'envoyais -ou, dont l'inconscient, recevant mes messages inconscients, aurait mieux pu avertir le conscient de ce qu'il a perçu de mon dessein secret.

Je vois bien de quoi il s'agit dans les "moments de grâce", j'appellerais volontiers ça des moments de communion. Il y a même des phénomènes de télépathie ou plus fort encore, j'ai vécu une expérience très troublante. Pour moi une telle communication pleine, entière, est énergétique, plus encore que verbale, sonore ou visuelle. Malgré toute l'osmose possible, pour moi chacun vit cet échange à sa façon, et ne peut ressentir ce qu'émet l'autre de la manière dont lui le vit. Un chaman, un médium peut laisser un esprit ou un mort s'exprimer à travers lui, il ne devient pas un autre. J'imagine mal un individu devenir un autre, ou plutôt le vouloir -seul moyen pour moi de cette communication/communion "parfaite"- sans sombrer dans la folie.

Pour moi le mystère de l'altérité radicale est un grand charme dans les relations humaines, que ce soit un ami, encore plus une femme aimée, un parent, un étranger d'une autre culture pour moi en partie incompréhensible. Comme dit Oztea, c'est tout à fait compatible avec la similitude qui rassure, et en même temps il y a cette frange insaisissable... qui fait que je ne suis pas seul dans l'Univers Smile Même ce qui est humain, je ne peux l'englober entièrement, une partie de l'humanité m'est et me sera toujours étrangère, inconnaissable.
Tout simplement, d'ailleurs, comment vit-on en étant une femme ? Ce n'est pas le sexe opposé, c'est l'autre sexe, l'altérité la plus fondamentale en tant qu'humain.


Dernière édition par Sun Simiao le Lun 5 Sep 2016 - 11:19, édité 1 fois

Sun Simiao
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 404
Date d'inscription : 03/08/2016
Localisation : ici

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et la lumière fut...

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 19:08


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum