Des fleurs pour Algernon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Des fleurs pour Algernon

Message par Cratere le Ven 26 Aoû 2016 - 21:49

Bonjour,

Je viens vous inviter à lire un livre qui vient de prendre une place très importante dans ma vie.
Je viens le terminer, il s'appelle « Des fleurs pour Algernon » de David Keyes.

Jusqu'ici, le livre qui m'avait semblé le plus important dans ma vie était l'Etranger d'Albert Camus.
C'était jusque-là l'écriture qui se rapprochait le plus de ce que je vivais. Si bien qu'il en était rassurant. Et il l'est toujours. Il reste un livre important.
Un ami formidable, incroyable me l'avait recommandé durant nos longues discussions sur la vie, la psychologie, la mémoire, l'empathie, et nos rêves de réalisateurs de cinéma, de jeux vidéos.

J'ai lu les vingt premières pages de ce livre et j'ai compris pourquoi j'étais malheureux.
J'ai alors appelé mon ami pour le remercier.
Maintenant que j'ai fini de lire ce livre, je comprends mieux comment je suis devenu malheureux.

Je ne vous résumerais pas ce livre car je pense que chacun doit faire sa propre expérience quoi qu'il en soit, en toute chose et à tout instant, du mieux que possible, et là c'est possible alors je vous invite à lire ce livre.

Depuis que j'ai quitté l'école d'architecture en février dernier, j'écris, je « procrastine » (je n'aime pas ce mot), je réfléchis, des idées me viennent et me paraissent géniales. Et il suffit d'une pensée pour que tout tombe en ruine. Je suis forcé d'être tenace car je sais que certaines des idées qui me viennent n'ont jamais été produites au cinéma, du moins que je ne les ai jamais vues. C'est une des raisons qui me poussent à écrire des scénarios et réaliser des films. Pour voir des films que je n'ai encore jamais vu et dont les scénarios s'inventent par brides plus ou moins grandes lorsque je regarde un film depuis tout petit. Certaines thématiques m'ont toujours intéressé jusqu'à l'obsession.

J'ai du mal à avoir confiance en ce que j'écris, en le processus de créativité comme dirait le héros des « Fleurs pour Algernon », Charlie Gordon. Mais je sais que mes idées se recoupent d'une certaine manière. C'est à la fois une opportunité et un calvaire. C'est comme si je creusais des galeries dans le champ des possibilités, mais que j'avais du mal à retrouver mon chemin pour arpenter en détail mes idées passées. Heureusement, je suis tenace, et je me suis fait une promesse il y a bien longtemps. Ah, cette promesse, c'est aussi à la fois mon énergie et un bourreau. Car ce que j'essaie d'écrire doit être à la limite de l'irréprochable. Heureusement Michel Gondry a dit un jour que le génie frôle l'idiotie. Au moins, je ne suis pas le seul à ressentir ça et ça fait du bien.

Depuis que j'ai quitté l'école (je me répète) j'écris et surtout je me nourris de quelques livres et de notions de psychologie. Et puis je me suis demandé ce qui clochait chez moi. Pourquoi j'étais toujours en train de tourner en rond dans mes raisonnements, pourquoi j'en voulais tant et pourquoi j'étais différent des autres. Je n'ai toujours pas la réponse. Charlie Gordon m'aide et m'aidera encore longtemps je crois, à comprendre tout cela. Je suis passé par les vidéos de Raymonde Hazan, j'ai pleuré et j'ai douté, par les vidéos de Psy à la Maison, par des conférences de Cyrulnik, des explications sur ce qu'est l'autisme et il y a quelques jours, j'ai rempli le formulaire Aspie Quiz disponible sur internet parce que je soupçonne des côtés « aspergeristes » chez moi. J'ai obtenu 145/200 côté Aspie et 67 côté neurotypique. Je ne sais pas bien ce que ça veut dire à part « Vous êtes très probablement Aspie » selon le site. Je n'ai pas confiance en ces sites même si je pense que ce résultat ne tombe pas au hasard et qu'il témoigne de certaines choses de mon fonctionnement. Ma mère travaille dans un centre d'éducation pour les jeunes enfants Autistes de haut niveau et quelques Asperger en tant que comptable, dont elle côtoie ces enfants et discute beaucoup avec ses collègues parce qu'elle est altruiste et qu'elle a toujours voulu travailler avec ces gens là. Mes amis me font souvent remarquer que je suis dans la lune et j'en suis conscient depuis tout petit, bien avant de les avoir connus, eux. J'en ris avec eux. La façon dont j'en parle ici me fait penser à Charlie Gordon.
Je pense avoir subi des comportements pervers et narcissiques de la part d'enfants que je croyais être mes amis de la primaire au collège (toujours les mêmes). Heureusement, j'étais déjà assez déterminé sur mon ambition, mes rêves dans le fond et dans ce qu'ils signifient pour moi, depuis l'âge de 6 ans au moins.

Je suis égocentrique, égoïste. Il m'arrive d'avoir une sensation de toute-puissance et que tout est possible parfois. La musique m'y aide beaucoup ainsi que mes pensées et mes raisonnements. Mais dès lors que l'émotion est passée, une pensée peut venir tout ruiner. Ca fait que je suis comme en mode survie, comme un animal fou. Parfois je me dis que j'ai un regard de fou ou de psychopathe dans la rue et les gens avec qui j'ai une discussion m'ont souvent fait remarquer que je regardais dans le vide quand je suis dans mes pensées, ou droit dans leurs yeux lorsque mes questions à leur sujet, au sujet du groupe dans lequel je me trouve, au sujet de la vie, des souffrances, des blessures, du monde, de l'avenir de ces personnes qui m'entourent, de leurs situations familiales, de leurs comportements,  leurs attitudes, leurs générosités, leurs agressivités, leurs rêves me questionnent.

J'ai toujours eu ça au fond de moi, et pourtant j'ai toujours trouvé des moyens d'être au service des autres. Je suis monté à des rôles de très grandes responsabilités dans les instances et les associations étudiantes de mon école, sans jamais me sentir faire partie du monde que les étudiants du BDE aiment tant. Mais ça n'empêche qu'ils me sont sympathiques et que je peux très bien paraître cool et intéressé par leurs activités et leurs commérages en leur présence dans un bar, sans pour autant m'empêcher quelques absences ou évasions. C'est pas que ça m'intéresse pas d'ailleurs. Je pense que ça m'intéresse autrement.

Je pense que beaucoup de choses m'intéressent autrement et que d'une certaine manière, je suis déconnecté de la réalité lorsque je vais dans les fonds de mes pensées. Et quand je reviens c'est comme si je tombais de mon nuage. C'est souvent une chose à laquelle je réagis sensiblement qui provoque mes pensées, et parfois je ne me souviens plus d'où c'est parti. Souvent j'ai l'impression d'une « addiction à la pensée » comme une addiction à la musique. En fait, je me demande même si mon addiction à la musique n'est pas du à mon addiction à rêver. J'en suis presque sûr. Je me souviens lorsque j'étais petit, un jour j'ai eu un lecteur mp3 et des écouteurs, et je sillonais les rues de Paris à vitesse grand V sur ma trotinette, mon fidèle destrier qui un jour s'est cassé sur le trottoir à force de faire des sauts. Vous voyez la séquence dans « Seul au Monde » où Tom Hanks perd son ballon et qu'il crie « Wilsoooon ! » ? Et bien c'était un peu ça.

Je me rends compte qu'en décrivant mon ressenti sans essayer de convaincre qui que ce soit de quoi que ce soit, j'écris comme Charlie Gordon. En fait, je crois que ce livre m'autorise à vivre, à créer, à être vraiment libre comme je prétends à l'être. Lorsque je parle, il est difficile de se permettre une expression aussi libre de mon ressenti. Les gens n'ont pas forcément du temps ni de l'oreille à donner. Et je ne leur reproche pas, je sais que c'est bête et comme je suis moi-même aussi bête qu'eux parfois quand je me rends sourd à la réalité parce que les pensées bourdonnent, j'essaie de mieux écouter l'autre. J'essaie depuis toujours, et c'est quelque chose dont je suis fier.
Tout cela va me permettre d'oublier un peu les psys en tout genre. J'ai eu de quoi me méfier dans ma vie et j'ai toujours eu un côté méfiant envers les choses. Méfiance et bienveillance à la fois. De la tendresse. Je me bats pour pouvoir en me méfiant du pouvoir.

J'ai passé 6 mois de calvaire à me croire, tour à tour, en toute méfiance, surdoué, pervers narcissique, autiste. Je suis peut-être tout ça et rien de ça à la fois, en tout cas je sais que je suis susceptible d'être les trois et c'est mon défi dans la vie. Je retombe juste sur mes pattes, mes pattes d'enfant quand j'avais 6 ans et que je me suis fait une promesse à triple menace. Imposteur. Persécuteur. Solitaire.
J'ai 22 ans et j'ai fait une immense découverte aujourd'hui.
Je vous souhaite de faire des rencontres aussi belles et importantes dans votre vie.
Je vous souhaite d'être libre.

A.

Cratere
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 14
Date d'inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des fleurs pour Algernon

Message par Cratere le Sam 27 Aoû 2016 - 0:53

Lorsque je lisais ce livre, me sont revenus des souvenirs d'enfance que je partage ici avec vous.

Quand j'étais petit, j'étais dans une école élémentaire classée ZEP.
Il y avait une classe spécialisée pour les enfants ayant un retard mental, à savoir un QI très bas.
Je jouais souvent avec eux alors que personne ne voulait, beaucoup d'enfants se moquaient d'eux.
Je me souviens de quelques uns d'entre eux avec qui je jouais beaucoup.
Notamment une petite fille qui pouvait être très violente et impulsive, elle m'aimait bien je crois, elle voulait jouer avec moi.
J'étais dans la même école qu'elle depuis la maternelle et malgré son handicap, elle se souvenait de moi.
Une certaine mémoire affective donc, qui fait que malgré les années et les quelques occasions où je la croisais dans la cour de récré (parce qu'ils étaient plus isolés avec des récréations et certains éléments du planning en décalé), elle venait toujours me voir moi plus qu'un autre. Le problème est qu'elle ne savait pas bien jouer alors elle était violente. On devait la séparer de ceux avec qui elle jouait, et elle pleurait parfois.

Je me souviens que lorsque j'arpentais les couloirs de l'école (car j'aimais bien trouver des prétextes pour me balader dans les couloirs dès que possible), je passais devant leur classe, et malgré qu'ils aient parfois des difficultés à travailler, ils étaient joyeux, heureux et ne se moquaient pas les uns des autres. Ils avaient de l'empathie les uns pour les autres, ils étaient bien plus faciles à réconcilier à l'issue des conflits. Ces enfants-là étaient tout plein d'amour et d'énergie, je me disais en passant devant leur classe que j'aimerais passer plus de temps avec eux. Et à quelques occasions, notamment en ayant des responsabilité parce que j'étais l'un des meilleurs élèves de la classe, j'ai réussi à me faufiler parmi eux. Ils étaient toujours contents de me voir, et j'étais content de les voir, ils avaient de l'amour dans le regard et ils s'intéressaient aux autres. Et surtout, un grand désir d'apprendre.

Quelques années plus tard, au collège, en classe de 3ème, il y avait un autre élève que j'appellerai Paul. Paul avait lui aussi ce que les adultes appelaient un "retard mental" et que je ne comprenais pas bien à l'époque. Aujourd'hui encore je ne sais pas quelle était la nature du problème de Paul. Mais je me souviens de lui comme un bon copain, un vrai copain. Un vrai de vrai, qui ne mentait jamais et qui était heureux pour ça. Il avait souvent du mal à supporter les moqueries et ils manifestaient clairement sa résistance à l'humiliation que les autres auraient pu lui faire subir. Il refusait souvent de subir, tantôt ils fronçaient les sourcils quand ils percevaient la violence volontaire, parfois il ne la percevait pas, et ne comprenait pas ce que disaient les moqueurs de lui et il posait alors la question. J'aimais bien discuter avec Paul en sortant des cours, il avait des choses à dire, et surtout il les disait avec intérêt et amour, avec une lueur dans les yeux. Il avait une lenteur dans sa manière de parler, sa diction (c'est ce dont les moqueurs aimaient se moquer aussi), mais chaque phrase qu'il prononçait sonnait comme une question remplie d'émotions. Il savait exactement quelle question il était en train de poser. Il savait ce qu'il ne comprenait pas. Il travaillait sérieusement à l'école car comme ceux de mon école primaire, lui aussi voulait apprendre et n'aimait pas qu'on le dérange. Il mettait son cœur entier à la concentration et je l'admirais pour ça. Je me souviens d'avoir été convaincu qu'il aurait sa revanche sur la vie.

Je n'ai pas de nouvelles de Paul aujourd'hui, à vrai dire j'ai perdu toute trace de lui comme de beaucoup d'autres.
Mais je suis sûr qu'il est très fort. C'est ça, la puissance intellectuelle, les enfants.

Cratere
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 14
Date d'inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des fleurs pour Algernon

Message par ortolan le Sam 27 Aoû 2016 - 1:23

Ah oui! Des fleurs pour Algernon, magnifique! Et pas trop long à lire (les dyslexiques devraient aimer Wink ).

Du même auteur (Daniel Keyes), "Les 1001 vies de Billy Milligan". Absolument passionnant. Un gros volume de 600 pages dans lequel il aborde un cas psy sous 3 angles de vue différents. Avec une grosse surprise au milieu.

Merci pour le partage en tout cas Wink

ortolan
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1510
Date d'inscription : 31/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des fleurs pour Algernon

Message par Cratere le Sam 27 Aoû 2016 - 1:34

Je vais lire ce livre dans la foulée, alors ! Le peu que tu l'en dis est déjà passionnant ! Je comptais bien le faire de toute façon, d'autant que Daniel Keyes n'a écrit que ces deux livres. Quoique, ayant une édition augmentée des "Fleurs pour Algernon", il y a aussi un essai autobiographique de l'auteur titré "Algernon, Charlie et moi". Il parle de son chemin jusqu'à l'écriture finale du livre. Je n'ai pas encore commencé.

En tous les cas, merci pour ta recommandation et surtout pour ta réponse. Ca fait plaisir un engouement partagé !

Cratere
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 14
Date d'inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des fleurs pour Algernon

Message par tuna le Sam 27 Aoû 2016 - 5:02

Si tu ça t'intéresse et que tu ne crains pas de bouger une construction intime que tu as peut-être autour du livre, tu peux toujours aller jeter un oeil du côté de la représentation qui en a été faite par Grégory Gadebois. Un monologue passé au théatre et enregistré en long métrage. Assez impressionant. Je ne sais pas à quel point l'adaptation suit le bouquin ceci dit, je l'ai lu il y a trop longtemps.

Merci pour ton témoignage aussi.

tuna
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 54
Date d'inscription : 24/08/2016
Localisation : Soutient la planète par en dessous

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des fleurs pour Algernon

Message par Cratere le Sam 27 Aoû 2016 - 9:21

Merci tuna, j'avais entendu parler et vu les affiches maintes et maintes fois alors qu'il était au théâtre. Je me souviens d'avoir vu un extrait vidéo, d'avoir entendu Gadebois en parler sur Arte, et j'étais très intéressé. Mais ce n'est qu'hier que j'ai fait le lien entre le livre que je venais de lire et l'affiche que j'avais tant aperçu dans les couloirs du métro.

Il est resté trois ans en représentation tant c'était un succès critique, et je l'ai raté. Comme je regrette !
J'irai le voir en vidéo (il est en très bonne qualité sur YouTube) quand j'aurai suffisamment digéré le livre.
Merci tuna, et bonne journée !

Cratere
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 14
Date d'inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des fleurs pour Algernon

Message par Sarella le Sam 27 Aoû 2016 - 18:30

Magnifique livre et très beau témoignage!

Sarella
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 109
Date d'inscription : 02/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des fleurs pour Algernon

Message par ortolan le Dim 28 Aoû 2016 - 17:04

La pièce filmée est pas mal (bon jeu d'acteur) mais incomplète (adaptation peut-être basée sur la nouvelle plutôt que le roman) et limitée du fait d'un seul personnage (difficile de rendre les comptes rendus à l'oral). Beaucoup mieux en tout cas que le téléfilm (avec Hélène de Fougerolles) qui s'éloigne beaucoup du scénario original, trop "romancé" à mon goût.

ortolan
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1510
Date d'inscription : 31/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des fleurs pour Algernon

Message par Cratere le Dim 28 Aoû 2016 - 21:43

La curiosité a été plus forte, j'ai regardé la pièce filmée. Et oui, je regrette que l'adaptation fasse fit à ce point des autres personnages.
En tout cas le comédien est excellent, je pense qu'au théâtre il devait avoir encore bien plus d'impact.

Cratere
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 14
Date d'inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des fleurs pour Algernon

Message par david50 le Dim 28 Aoû 2016 - 22:02

C'est un très bon livre, un classique du genre.

Dans la même veine, SF humaniste, je te recommande Theodore Sturgeon, en particulier "Les plus qu’humains" et "Cristal qui songe".


david50
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4021
Date d'inscription : 16/09/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des fleurs pour Algernon

Message par Cratere le Dim 28 Aoû 2016 - 22:15

Merci beaucoup david50 !

Cratere
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 14
Date d'inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des fleurs pour Algernon

Message par zepoulp le Lun 29 Aoû 2016 - 10:02

oh bonjour, ce livre a changé ma vie aussi, je l'ai toujours avec moi depuis mes 13-14 ans. La grande détresse qui sourd à chaque page, cette difficulté à maitriser son environnement, cette normalité terrifiante. Et ces gens partout partout qui savent mieux que toi, que tu ne comprends pas et qui t'asservissent. Je vais regarder et suivre vos conseils, je n'ai jamais relu les Fleurs, même si je m'en suis parfois servie dans le travail.

zepoulp
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 28
Date d'inscription : 28/08/2016
Age : 49
Localisation : Méditerranée

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des fleurs pour Algernon

Message par massa67 le Mer 16 Nov 2016 - 20:06

Livre assez émouvant et terrible. J'en ais presque eu les larmes aux yeux (oui presque faut pas déconner...). Il est très facile de s'identifier au personnage principale.

massa67
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 18
Date d'inscription : 13/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des fleurs pour Algernon

Message par psydonyme le Sam 26 Nov 2016 - 18:42

Je suis toute excitée et émue que tu parles de ce livre ! Je ne lis que très peu pour une grande part car je suis extrêmement distractible et que je ne finis que rarement ce que je commence. Ce livre m a faite pleurer. Je suis ravie d apprendre qu'une adaptation à été produite.
Je suis touchée également par ton témoignage tu as du faire de belles rencontres.

psydonyme
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 7
Date d'inscription : 26/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des fleurs pour Algernon

Message par izo le Sam 26 Nov 2016 - 20:57

Ce ne fut pas un livre pour moi mais un film assez vieux (en noir et blanc), vu petite (moins de 10 ans) et qui m'avait laissé sur le carreau à cause de cette avidité à l'égard du savoir et de l'humain et de cette angoisse de mourir de ce coté là (intellectuellement); le discours final m'avait sidéré. Je l'ai en partie retrouvé dans le Doctor Fautus de Mann avec son compositeur Adrian Leverkhün. Arte a récemment rediffusé la pièce dont vous parlez ici, non vue encore pour ma part mais impatiente de le faire (récupéré via captvty qui permet en toute légalité d'enregistrer des émissions tv), au calme et dans la paix. Il y a le livre qui est la sous la main récemment acquis et qui me tance aussi.

izo
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 687
Date d'inscription : 20/04/2016
Localisation : Izolune

http://nathalie.diaz.pagesperso-orange.fr/html/coups%20de%20coeu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des fleurs pour Algernon

Message par ortolan le Sam 26 Nov 2016 - 21:19

Le livre vaut vraiment le coup ; sûrement mieux de lire d'abord et regarder les adaptations ensuite (pas de spoil de cette manière).

ortolan
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1510
Date d'inscription : 31/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des fleurs pour Algernon

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 18:42


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum