tuna tuna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

tuna tuna

Message par tuna le Ven 26 Aoû 2016 - 15:48

Hier une mouette a fienté pile devant mon pied gauche alors que j'avançais le droit. Pas plus de 10cm, vingt noms que je me suis dit, si c'est pas un signe ! Alors j'ai essayé de faire rimer ça avec truc qui change pour lui donner raison. Et j'ai creusé et creusé, et puis j'ai creusé un jour entier. En fait ça fait un moment que je viens sur le forum pour voir, mais jamais pour être vu. J'ai même fait bien gaffe à ça : je me suis inscrit, je me suis mis invisible, j'ai changé de nom, et puis j'ai oublié mon nom. Mais quand même, quoi ! C'était il y a un moment déjà, et puis j'oubliais de venir en même temps, donc le nom on s'en fout un peu. Et comme je m'ennuie et que je reviens, me voilà, mais avec un nouveau nom, salut.

Je suis un gars; j'ai *des piges. Je ne m'appelle pas tuna, mais j'aime bien tuna comme mot, c'est peut-être dans les dix premiers qui me viennent quand je dois faire venir un mot en espagnol. Et puis c'est aussi du thon, et puis c'est aussi des bandes de musiciens avec des robes noires et des instruments parfois gros, tellement que ça n'a pas l'air pratique, mais que ça a l'air ancien. Ils ont aussi des moustaches souvent, et quand ils passent par là et qu'il reste un peu de bière dans le verre et un peu de ferraille dans la poche, ils sont toujours contents de profiter du second quand nous du premier et de leurs chansons. C'est quand même dingue que l'on doive aller à l'autre bout du monde pour trouver des troubadours en accoutrement et tout.

Sans ça, j'ai rencontré un zèbre une fois, super mature et jeune en même temps, et il pigeait plein de truc et il en savait d'autres dont les mêmes ; il faisait attention aux animaux et on voyait son cœur qui pointait derrière la luette quand il s'expliquait par l'enfance, c'était beau. Je l'ai trouvé vachement indépendant, surtout qu'il était jeune. On a causé le temps d'un feu sur le sable Pacifique, la plage était super grande, de là à plus loin que ce qu'on voit là-bas, mais avec le feu on n'en voyait plus rien, à cause de la nuit aussi. En tout cas c'était une chouette rencontre, c'est rafraichissant de voir quelqu'un qui se pose des questions dures. Après, on n'a pas gardé contact. Avant j'étais tombé sur ce forum par contre, pour d'autres raisons. Alors à voir si je peux faire quelque chose ici, même si je suis très mauvais pour écrire, donc c'est pas dit que je sache (là ça va parce que je tape suffisamment vite pour qu'il n'y ai aucun mot qui vienne se caller entre les mots, sans ça c'est paumé, j'écris plus qu'à l'intérieur).

A bientôt peut-être !


Dernière édition par tuna le Ven 16 Sep 2016 - 0:06, édité 2 fois

tuna
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 54
Date d'inscription : 24/08/2016
Localisation : Soutient la planète par en dessous

Revenir en haut Aller en bas

Re: tuna tuna

Message par chloe_fr le Ven 26 Aoû 2016 - 16:02

Je trouve que tu écris bien.
Merci pour ce joli message. Les rencontres avec d'autres zèbres sont rares et précieuses. J'espère que tu en auras d'autre grâce à ce site.
Je m'espère pour moi aussi en tout cas. Pas si simple de se rendre visible, j'essaierai peut-être un jour.
Bienvenue tuna!

chloe_fr
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 10
Date d'inscription : 29/07/2016
Age : 37
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: tuna tuna

Message par Isola le Ven 26 Aoû 2016 - 16:17

Bien le bonjour à toi!

PS: (c'est aussi un tunalock)
http://66.media.tumblr.com/ce78c61239506b6a8a62a1a70514917c/tumblr_mrgkbxmjA41rmljpio1_r1_1280.jpg

Isola
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 23
Date d'inscription : 20/03/2016
Age : 21
Localisation : Dans la nuitosphère

Revenir en haut Aller en bas

Re: tuna tuna

Message par Sun Simiao le Ven 26 Aoû 2016 - 16:36

The Catcher in the Rye is back Smile
Belle écriture. Dommage de ne pas bien orthographier, mais c'est pas pour imprimer, alors.
Bienvenu.

Sun Simiao
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 404
Date d'inscription : 03/08/2016
Localisation : ici

Revenir en haut Aller en bas

Re: tuna tuna

Message par tuna le Sam 27 Aoû 2016 - 13:16

Merci pour l'accueil !

chloe_fr, pas évident les rencontres pour moi non plus, pas sûr d'en faire depuis ici. Etre visible aux autres c'est d'abord être visible à soi et de tous les possibles n'en laisser se choisir qu'un et le reste de se détruire. En tout cas ça fait partie des sensations qui me dissuadent, même si on se déplace tout entier et que l'expérience se digère de toute manière (on en récupère ce qu'on peut). Une sorte de xénophobie du peuple qui s'est calé là-haut envers les Autres, parce qu'on est bien entre soi, hein ? gna gna gna. Jamais se laisser prendre trop racine, c'est le but.

Isola, pour rien je ne raterai le prochain concert de tunalock a moustache, merci pour la découverte.

Sun Simao, c'est vrai que c'est sur ma liste à lire ça, j'avais oublié, merci ! (et désolé pour l'orthographe, je ne peux pas m'empêcher de baver quand j'écris vite, heureusement que le forum fournit le buvard)

tuna
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 54
Date d'inscription : 24/08/2016
Localisation : Soutient la planète par en dessous

Revenir en haut Aller en bas

Re: tuna tuna

Message par Sun Simiao le Sam 27 Aoû 2016 - 13:37

Si tu n'as pas encore lu Salinger, ne t'arrête pas à ce roman phare.
Il a écrit des nouvelles extraordinaires, des courtes (Nine stories) qui m'ont fasciné, et des longues tout aussi géniales : Franny and Zooey, Raise High the Roof Beam, Carpenters. Des personnages reviennent d'une nouvelle à l'autre, en plus Smile

Sun Simiao
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 404
Date d'inscription : 03/08/2016
Localisation : ici

Revenir en haut Aller en bas

Re: tuna tuna

Message par tuna le Sam 3 Sep 2016 - 4:15

J'ai commencé Salinger du coup, merci pour le conseil, je m'amuse bien (et ça temporise les livres compliqués, parfait).

boîte à trucs:
 J'ai des mots qui me sont arrivés ces derniers jours. Je ne sais pas quoi en faire et ils prennent de la place là où ils sont, ça m'encombre, alors je les mets là. J'espère que ça ne dérangera pas trop.
 
double-fond:
   Je suis fatigué ces derniers temps, je pèse assez lourd. Aujourd'hui, ça va à peu près, mais hier c'était triste. Je me suis rendu compte comme j'étais fatigué quand j'ai vu que mon lacet était défait. J'étais en train de marcher quand je l'ai vu, et je ne me suis pas arrêté pour le remettre, en fait j'ai essayé de le remettre en marchant pour ne pas trop perdre de temps. Je n'aime vraiment pas perdre de temps quand je n’ai rien à faire. Quand je suis occupé, je peux m'arrêter, prendre mon temps, et refaire mon lacet, je sais que ce que j'ai à faire restera là, ce sera peut-être un peu plus dur plus tard, mais ce sera là, c'est mon contrat avec le monde. Par contre si je n'ai rien à faire je suis vraiment pressé, parce qu'on ne sait jamais, si ça se trouve j'ai un contrat quelque part et je l'ai oublié, et un jour je me retrouverai là, tout nu, devant mon contrat que j'aurai oublié, et je pleure déjà tellement j'en serais désolé.

Je crois que c'est pour ça que j'ai tellement besoin des autres. C'est eux qui me donnent mes contrats. Et les contrats que me donnent mes amis, ce sont les meilleurs, parce que c'est grâce à eux que c'est mes amis, alors j'essaye de leur faire des contrats aussi de temps en temps, parce qu'on ne sait jamais, ils en ont peut-être besoin aussi. C’est pas facile, et je dois dire que jusqu'à maintenant j'ai franchement été radin, parce que je crois toujours que mes contrats ils ne valent pas grand-chose, mais j'essaye, j'ai vraiment pas envie qu'ils se retrouvent sans rien. Souvent j'essaye aussi de me faire mes contrats à moi, j'ai l'impression que c'est comme ça que les choses doivent se faire. Peut-être que c'est ce qu'on attend de moi parce que ceux qui n'ont pas de temps ou d'envie ou d'imagination pour me faire des contrats n'ont pas envie non plus de trouver des excuses. J'en vois plein des comme ça, ils ont l'impression que leur contrat c'est le mieux, et qu'il paye à mort, alors ils sont super fiers et tout. J'y crois pas à tout ça, ou alors ils n'ont pas mes amis, sinon ça ne serait pas possible.

Tout ça pour dire, ces derniers temps je suis fatigué, parce que j'ai pas de contrat qui paye bien, et je ne vois pas comment en trouver à court terme. A cause de ça, je suis pressé, et je continue de marcher quand je refais mon lacet, ça me fait sauter sur un pied et puis après le pied se pose quand même et comme mes mains elles y sont attachées, je plonge, et pour peu je me prends le genou dans le pif quand je relève le pied.

C'est pour ça que j'essaye d'écrire ici, parce que ça me fait un contrat. Un petit, oui, mais c'est déjà quelque chose. Sinon je peux écrire chez moi, mais ça reste là et puis ça n'avance pas, il faut avancer souvent sinon on reste sur des contrats petits et on en rate d'autres des mieux. Tout ça c'est une question de rythme, il ne faut pas s'arrêter trop longtemps mais il ne faut pas aller trop vite trop longtemps non plus. Là, ça fait trop longtemps que je suis arrêté. Il faudrait que je fasse un pas, mais je ne sais pas par où, j'ai regardé un peu tout autour, le chemin a l'air dégagé vers plein d'endroits, mais je n'arrive pas à me décider, j'ai perdu mon élan. J'ai fait quelques essais ces derniers temps, mais comme par hasard je m'y prends toujours au dernier moment, ou bien juste au moment où il n'y a même plus de risques à avancer, du coup je n'ai que deux-trois pas à faire et je me retrouve encore planté là à regarder par où je pourrais bien continuer. Parfois j'ose des pas un peu moins évidents, par là où le chemin à l'air vraiment beau, et grand, et avec d'autres amis, ça a vraiment l'air d'être un bon chemin. Mais c'est plus fort que moi, j'y vais n'importe comment, je ferme les yeux, je crie avec les mains sur les oreilles et je cours le plus vite que je peux, parce que c'est pas possible que ce soit si facile, il y a forcément un piège, alors je ne veux pas savoir, je cours et j'oublie de voir où je mets les pieds. Après un moment, par contre, je suis encore tout fier d'avoir avancé autant mais je commence à me demander ce que je fais là à courir alors je ralentis et je m'arrête, et j'ouvre les yeux un par un. J'avance bien en faisant ça, mais c'est pas ma vie, j'essaye juste de rattraper du retard par rapport à ce que je pense que je devrais avoir fait, mais j'oublie de regarder le paysage. Et je me retrouve de nouveau planté là, à regarder autour, sans élan, et je vois le paysage devant, toujours avec du beau, et je vois du paysage derrière très beau aussi, mais il me rend triste parce que j'aurais tellement pu apprendre et rire plus si je n’avais pas été en train de crier et de courir. Je suis toujours content d'être là où je suis, j'ai plein de raisons de ne rien regretter, et aucune de regretter, mais je sens que c'est pas moi qui ai avancé. Je ne demande pas à être capitaine ou rien, je m'en fous pas mal de me dire que ci ou ça c'est moi et puis voilà, que je suis aux commandes, tout ce que je veux c’est avoir mon mot à dire, et arriver à mettre un pied dehors pour sentir le vent et puis regarder comme c'est beau, vraiment.


Je suis désolé d'écrire comme un gamin. Quand je pense, c'est soit trop structuré soit trop intuitif, et si je l'écris ça ressemble à des certitudes, c'est désagréable, ça sonne arrogant, et ça ne m'aide pas du tout. Quand j'écris comme un gamin, au moins, j'ai l'impression que c'est moi qui écrit, c'est le seul moyen pour que ça me fasse du bien. Alors je vais essayer de faire évoluer ça petit à petit, pour ne rien perdre de moi tout en m'approchant du niveau qui me permettrais d'exprimer des idées un peu plus hautes ou un peu plus glissantes. Si je me suis inscrit, c'est parce que j'aime bien comme ça parle ici, j'ai l'impression que c'est souvent évident, que souvent les mots qui sont choisis sont les bons. Je trouve ça désagréable quand tout le monde autour fait des fausses notes dans ses phrases, où qu'ils piquent des mots aux autres, je le vois trop, en tout cas à mon niveau. Je dois probablement revenir au même pour d'autres, probablement ici-même si j'essayais de parler d’ailleurs, mais je ne peux pas trop le savoir sans m’y mettre. Et puis même si j'ai un peu cette sensation d'être un arriviste à être là, parce que le surdon, tout ça, ça ne pourrait pas coller, et bien ça m’aura toujours fait faire un tour.


Dernière édition par tuna le Dim 4 Sep 2016 - 23:28, édité 1 fois

tuna
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 54
Date d'inscription : 24/08/2016
Localisation : Soutient la planète par en dessous

Revenir en haut Aller en bas

Re: tuna tuna

Message par Oztea le Sam 3 Sep 2016 - 6:30

J'aime beaucoup ton double fond.
Ca n'a aucune valeur, juste mon ressenti.
J'aime vraiment beaucoup, stp écris encore.

Oztea
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 13
Date d'inscription : 23/08/2016
Localisation : Près de la mer

Revenir en haut Aller en bas

Re: tuna tuna

Message par Yoda300 le Sam 3 Sep 2016 - 16:13

Oztea a écrit:J'aime beaucoup ton double fond.
Ca n'a aucune valeur, juste mon ressenti.
J'aime vraiment beaucoup, stp écris encore.

C'est bien écrit, il a un vrai style.

Yoda300
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 551
Date d'inscription : 12/06/2016
Age : 43
Localisation : Lot-et-Garonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: tuna tuna

Message par Firemane le Mar 6 Sep 2016 - 23:57

You sir, have my respect.


Firemane
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 572
Date d'inscription : 19/06/2016
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

Re: tuna tuna

Message par tuna le Lun 12 Sep 2016 - 4:12

Je range parce que c'est plus pratique.

Commode:
Tiroir du haut:
Il faut que je commence par quelque chose mais je ne sais pas quoi. Le mot-clef, c'est devoir, mais je ne peux pas commencer par là. On va voir si je retombe sur mes pieds.

Un jour, un ami m'a dit que je devais arrêter de faire semblant, ou quelque chose comme ça. Il m'a dit "arrête de vouloir faire semblant", je ne me souviens plus des mots, mais c'est l'idée. A ce moment-là, ça m'a fait tout drôle, parce que je savais bien que je faisais semblant, mais je ne savais pas que je ne devais pas. Je le savais bien parce que j'ai toujours fait semblant. Et c'est pas parce que je suis différent ou quoi, ou parce que je ne vois pas la même chose, c'est parce que c'est comme ça que sont les choses. Observer, faire pareil, observer, faire pareil. C'est comme ça que j'ai appris à vivre, c'est comme ça que j'ai vécu et que je vis encore. Je suis normal et comme les autres. Il n'y a entre eux et moi aucun décalage, impossible. Alors le décalage je l'ai fait avec moi. Je ne sais pas comment ça s'est fait, j'étais trop petit, et j'ai une très mauvaise mémoire. En plus, c'est bête, les seuls souvenir dont je me souviens de quand j'étais petit, c'est que des trucs qui me permettent de m'expliquer, ou de me donner des excuses, plutôt, ce serait plus honnête. Sauf certains. 

Je suis allé voir une psy, la dernière fois, ça faisait dix ans que je voulais en voir une, mais comme j'ai peur de déranger, je n'avais jamais osé. Ça m'embêterait que j'arrive là bas, et qu'elle me dise, "bah, tout va bien tuna". Ça m'embêterait pas parce que je ne comprendrais pas qu'est-ce qui va bien, ça m'embêterait parce que pendant qu'elle me tapais dessus, là, avec son petit marteau pour voir où ça sonne creux, bah elle aurait aussi bien pu à la place aider quelqu'un qui en a vraiment besoin. Et c'est pas un truc qui vaut que pour les psy, pour moi tout le monde entier devrait passer cent fois chez le coiffeur pour qu'il accepte de me recevoir. La psy, donc, elle m'a d'abord raconté tout un tas de trucs que je crois que tout le monde sait, et elle en a même raconté d'autres au cas où, parce qu'au début, elle voulait me montrer comme c'était une bonne psy. Moi en fait je m'en foutais un peu qu'elle soit bonne ou pas, je voulais juste raconter l'histoire que j'ai déjà raconté aux mille psys que j'ai déjà vus, mais pas en vrai. La deuxième fois que je l'ai vue, elle s'est mise à vouloir me mesurer et tout, là aussi j'ai pas compris, elle me disait "quel effort tu as mis dans ta vie de zéro à cent", et puis je comprenais pas, alors elle a répété trois fois, et après elle m'a demandé aussi "comment sont les relations avec ta mère de zéro à sept". Franchement je ne voyais pas où elle voulait en venir, avec ses numéros, là. C'était peut-être des questions pièges, en tout cas aucun des psys que j'avais vu avant, mais pas en vrai, ne m'avais demandé des trucs comme ça. Et puis pourquoi ma mère elle devrait aller de zéro à sept alors que l'effort il va jusqu'à cent ? Je l'aime comme je peux ma mère, mais c'est pas une sainte, c'est juste ma mère. Du coup j'ai dis le maximum à chaque fois, je ne vois pas comment les choses pourraient être autrement que ce qu'elles sont de toute façon. Alors comme ça marchait pas trop, elle a changé de de stratégie, et elle m'a fait écrire tous mes souvenirs d'enfance, les bons et les mauvais. Je l'ai fait comme j'ai pu, mais ça n'a pas trop marché, encore une fois. En fait, je crois qu'elle s'ennuyait un peu, elle voulait des trucs signifiants, elle me le répétait à chaque fois, mais moi j'avais que ce que j'avais. J'avais réussi à écrire deux pages. Mon souvenir le plus vieux, c'est qu'on courait avec deux autres copains dans la cours de récré, en maternelle, il y avait une cabane contre un des murs de l'école, le toit de la cabane était vert, ou rouge, je ne me souviens plus bien, et on tenait à trois dans la cabane. La psy elle avait pas l'air très convaincue. Au bout d'un moment avec mes histoires, comme ça n'avait pas l'air signifiant comme il fallait et tout, elle m'a fait la liste des choix que j'avais, elle m'a fait la liste de tous les trucs horribles traumatisant qui peuvent arriver à un gosse, et même dans le ventre de ma mère, tous les choix possibles. En fait c'est ça qu'elle voulait, elle voulait que je lui montre le bouton rouge, celui avec marqué "auto-destruction" ou un truc comme ça, histoire de pouvoir appuyer dessus, et que j'explose devant elle, c'était ça son truc, elle voulait juste mon foutu bouton rouge. Quand j'ai vu ça, j'étais remis en selle, si elle le voulait mon bouton rouge elle allait devoir le chercher elle-même avec son petit marteau. Parce que c'est ça l'équation de ma vie, j'étais un gosse normal avec une enfance normale, avec des parents aimant, des amis et tout, des études réussies, enfin bref, tout roule, quoi, sauf qu'à un moment je trébuche. C'est con et je ne l'ai pas vu venir, à  un moment je fous un pied dans le doute et depuis il me colle à la peau. Alors moi je sais bien que malgré ce que j'en dit, j'en ai un de bouton rouge, et plus ça va, plus je le vois bien, mais faut pas compter sur moi pour appuyer dessus. 

La psy à un moment elle a failli réussir ceci-dit, à trouver mon bouton rouge. A un moment elle m'a posé une question je ne sais plus ce que c'était et d'un coup j'ai vu le plus gros nuage que j'avais jamais vu pile devant mes yeux. Et là, c'était le branle-bas, hors de question de la laisser gagner comme ça, alors je crois bien que j'ai reposé la même question qu'elle comme si j'avais pas compris, ça arrive souvent vu qu'on ne parle pas la même langue à la base, et puis j'ai cherché la bonne réponse et je la lui ai sortie juste à temps, c'était vraiment juste ! Et le sourire que j'ai mis avec, franchement, de ma vie j'en avais jamais eu d'aussi dur à bander. Pour peu je me décomposait de partout, j'ai vraiment failli chavirer ! En tout cas, je crois que j'ai bien réussi, parce qu'elle n'a rien grillé du tout, elle avait toujours l'air aussi paumée à se demander qu'est-ce que je faisait bien là, enfin je crois. Depuis je ne suis pas retourné la voir, mais peut-être qu'il faudrait. Alors j'y irai en criant, avec les mains sur les oreilles et un peu d'élan et je lui montrerai mon bouton rouge, et elle verra qu'il était juste devant ses yeux, et devant les miens, et j'espère qu'elle sera contente quand elle appuiera dessus, et qu'elle aura pas l'impression d'avoir perdu trop son temps.
Tiroir du bas:
J'en ai parlé avec un autre ami, ce cette histoire de psy. Lui il est psy aussi, alors je lui ai pas parlé de bouton rouge ni rien, parce qu'on ne sait jamais, il aurait peut-être envie d'appuyer dessus alors qu'on est tranquillement en train de boire une bière. je me méfie un peu de ce gens-là, ça a l'air d'être un peu des magiciens, à un moment ils te montrent le paquet de cartes, tu en choisis une, tu la remet dans le paquet et puis ils touillent n'importe comment, pour faire magicien, et puis là pile quand t'es concentré sur le paquet de cartes, ils viennent appuyer sur ton bouton rouge et bim tu exploses. C'est pour ça qu'il vaut mieux se méfier des psys, surtout quand ils sont en civil. 

Tout ça pour dire que j'ai discuté cinq minutes avec mon ami avant d'être obligé de changer de conversation, parce qu'il était déjà en train de me faire les poches, limite de me foutre à poil, en plein milieu du bar, juste devant la bière. Je crois que ce qui m'a le plus exposé c'est quand il m'a demandé de me définir par un mot, il voulait me faire un tour de magie de psy avec ça, mais il a pas pu parce que rien qu'en disant "donne-moi un mot qui te définit" j'avais mon foutu bouton rouge qui pointait. La question avait l'air facile et tout, mais moi je ne sais pas répondre à ce genre de question, je ne sais pas me définir avec des mots. Pour moi je suis juste un machin qui flotte, qui essaye de faire ce qu'il peut pour se lier aux autres parce que c'est le seul truc qui permet de s'attacher à quelque chose, mais que si on le laissait aller, il irait n'importe où, il suivrait le courant, sans aucune volonté de sortir, en fait il ne saurait même pas ce que c'est que la volonté. C'est vrai ça, pour moi, ma volonté, c'est ce que les autres appellent leur volonté quand je fais pareil. Enfin, je crois. C'est très rare pour moi d'avoir l'impression d'être vraiment là, avec une volonté et tout. Je dis rare, parce que ça m'arrive quand même, de temps en temps. Quand j'arrive à trouver une idée qui est à moi, et dont je suis fier et qu'elle me fait avancer, alors j'ai un peu la sensation d'exister. Mais je vois bien que la plupart des gens n'ont pas besoin de ça du tout, ils existent et puis c'est tout, ils n'y a pas de pourquoi ou de comment, c'est comme ça. Une fois j'ai pris un repas du soir avec des personnes que je connaissais un peu, et je ne sais plus pourquoi, ils m'ont demandé ce que je voulais faire, et puis moi, comme ils étaient sympathiques et tout, je ne leur ai pas donné la bonne réponse, je leur ai donné la mienne, je leur ai dit "je pense que je vais m'acheter un niveau à bulle, pour faire des traits". C'était une idée que j'avais dans l'après-midi, j'en étais particulièrement content, je me voyais déjà en train de faire des traits sur les portes des mes armoires toutes grises, des traits bien droits, et des traits penchés, j'aurais pris le niveau à bulle avec l'angle qu'on peut changer pour faire les bonnes pentes et tout. Je sais bien que c'est con, et les personnes avec qui je mangeais ont bien confirmé que c'était con, le truc c'est que ça ne les a même pas fait rire ou quoi, ils n'ont vraiment pas compris l'idée. C'est ça le problème avec les personnes qui n'oublient jamais qu'ils existent, ils ont trop l'habitude de faire les choses pour une raison, mais ils ne comprennent jamais qu'on puisse avoir besoin de faire quelque chose pour faire quelque chose, juste pour vérifier qu'on est là. Alors cette histoire de niveau à bulle j'ai lâché, c'était une idée débile de toute façon, je le savais depuis le début, mais se rendre compte que l'on est capable d'idées débiles c'est déjà bien quand on est très bas, tout est bon pour se relever un peu la tête. 

C'est un peu une histoire de marionnettes tout ça, et c'est moi ma marionnette. Normalement, je sais ce que je dois faire, et je marche droit, mais quand je galère à sentir quoique ce soit, j'ai besoin d'un coup de pouce, et je deviens la main qui me contrôle. Et ça marche bien en général, tant que je vois pas les fils. Bon, c'est sûr que cette histoire de traits, c'était pas terrible, mais avant j'avais trouvé un truc qui marchait vachement bien, et j'ai mis quelques semaines avant de voir les fils. Avant, mon truc c'est que je me baladais avec quelques dés sur moi. C'est pratique les dés quand on veut pas parler, ça occupe les mains, et puis ça ramène les gens qui aiment bien deviner ou qui aiment bien gagner. Mes dés je les jetais un peut n'importe comment, un peu partout, dès que j'avais besoin de prendre une décision. A chaque fois ils me disaient la bonne solution, c'était pratique. Par exemple, si je ne savais pas trop quoi manger, je lançais un dé, et si il me donnait la mauvaise réponse, je m'en rendait compte, alors je jetais le dé à nouveau, ou bien je changeais les règles. Ce qu'ils faisaient les dés, quand ils faisaient ça, c'était très malin, ils prenaient la décision pour moi, et ils me demandaient mon avis, c'est quand même vachement de responsabilités en moins par rapport à un vrai choix je trouve. 

Et puis il y a plus fort, mes dés ils savaient aussi me calmer quand je pesais vraiment trop lourd et que tout ce que je faisais en rajoutait une couche, tellement que ça devenait galère de garder la tête haute. Dans ces moments là, je sortais une question et puis un dé et puis je les lançais. Des fois, le dé il répondait 1 ou 3, par exemple. Et puis, parce que je trouvais que le dé était un peu timide ou que je voulais vérifier si il était sûr de lui, je le relançais, le dé, sur la même question et des fois il était d'accord, mais des fois il changeait complètement d'avis, il disait je sais pas moi, 6. En général, il ne restait jamais très longtemps d'accord. Pas une excuse, pas une explication, rien, il avait envie de changer d'avis alors il a changé, et puis voilà, il y a pas de drame. C'est ça qui était vraiment bien avec le dé, il faisait ce qu'il voulait, en même temps il était complètement limité et en même temps il était complètement libre. Un peu comme nous, quoi si on n'était pas tant attachés à grandir ou à vouloir supporter le poids du monde, ou je sais pas quel autre truc plus grand que nous super fatiguant. Alors le temps d'un moment je me calmais un peut, parce qu'en fin de compte, ça sert à rien de se prendre la tête pour des choses qu'on ne contrôle pas. Moi, mon dé, il allait de 1 à 6 et je l'aimais bien.

Forcément, après ça, j'ai vu les fils de mes dés, comme je les montre là, alors je les ai oublié, et je retourné dans mes courants à me laisser flotter jusqu'à ce que je trouve une autre idée que j'aime bien. Je me demande si écrire ici c'est pas un peu mon nouveau truc d'ailleurs, vu que je n'avais jamais écrit avant et que ça m'aide un peu, on verra, très probable que j'arrête si c'est le cas quand j'aurais compris comment ça marche.

J'ai relu, et apparemment je n'ai pas réussi à parler du devoir, faut croire que j'ai pas choisi le bon chemin, comme je pensais. Pas grave.

tuna
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 54
Date d'inscription : 24/08/2016
Localisation : Soutient la planète par en dessous

Revenir en haut Aller en bas

Re: tuna tuna

Message par Stauk le Lun 12 Sep 2016 - 10:09

J'ai lu un peu, le style est bien sympathique.


Dernière édition par Stauk le Lun 12 Sep 2016 - 17:14, édité 1 fois

Stauk
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4978
Date d'inscription : 16/01/2015

http://www.staukwood.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: tuna tuna

Message par cyel le Lun 12 Sep 2016 - 10:55

J'ai beaucoup aimé ouvrir tes tiroirs.
Merci.

cyel
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 359
Date d'inscription : 04/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: tuna tuna

Message par Sun Simiao le Lun 12 Sep 2016 - 12:27

Bon pastiche, le style est vieillot, il y a le charme de l'ancien. Ca manque de concret je trouve, de cadre, de vêtements, de sensations, ça va vite finir par être désincarné, irréel. Déjà qu'on sent la fabrication, faudra plus accrocher le lecteur pour du long terme.

Sun Simiao
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 404
Date d'inscription : 03/08/2016
Localisation : ici

Revenir en haut Aller en bas

Re: tuna tuna

Message par Eauvive le Lun 12 Sep 2016 - 12:34

Sun tu es bien sévère !

Eauvive
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 248
Date d'inscription : 11/08/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: tuna tuna

Message par Stauk le Lun 12 Sep 2016 - 12:37

-


Dernière édition par Stauk le Lun 12 Sep 2016 - 17:13, édité 1 fois

Stauk
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4978
Date d'inscription : 16/01/2015

http://www.staukwood.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: tuna tuna

Message par Eauvive le Lun 12 Sep 2016 - 12:38

Tuna pas de temps, tuna pas de tête, tuna pas de nom, natu donc rien de réel ( natureel mais ça fait loin). Sinon tl; dreverything

Eauvive
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 248
Date d'inscription : 11/08/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: tuna tuna

Message par tuna le Ven 16 Sep 2016 - 13:32

Ça y est, c’est le printemps.
Le thème cette année sera : rose.
Le petit prunier en bas de chez moi donne tout ce qu’il a.
Les gris baissent les yeux.


tuna
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 54
Date d'inscription : 24/08/2016
Localisation : Soutient la planète par en dessous

Revenir en haut Aller en bas

Re: tuna tuna

Message par Saltymbanque le Ven 16 Sep 2016 - 13:41

bienvenido! !!!!

pourquoi se détruire ? pas plutôt évoluer ou se transformer ?

Saltymbanque
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1633
Date d'inscription : 15/03/2015
Localisation : in the sky with diamonds

Revenir en haut Aller en bas

Re: tuna tuna

Message par tuna le Sam 17 Sep 2016 - 0:48

On ne construit pas des châteaux de sable pour y vivre. Il faut de la place pour évoluer.

Pourquoi ne pas tout faire en même temps ?

tuna
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 54
Date d'inscription : 24/08/2016
Localisation : Soutient la planète par en dessous

Revenir en haut Aller en bas

Re: tuna tuna

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 19:14


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum