[Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Le Don qui Chante le Dim 16 Oct 2016 - 23:58


Hier soir la lune était rouge, aujourd'hui elle est jaune et pleine.
Demain je n'ose me prononcer sur sa couleur.
J'ai ouvert le frigo et j'ai gobé trois œufs...

Samedi soir je suis de sortis, dans un bar branché de par chez moi. Il s'appelle l'Excentrique mais il n'a rien d'excentrique ce bar. De la musique forte, de la bière chère… et des corps de jeunes hommes et de jeunes femmes qui se déhanchent sur des rythmes binaires assez primaires.
D'une banalité simple.
En face de moi, une jeune divorcée me parle.
Je ne sais pas trop ce que je fais là. C'est une connaissance commune qui lui a filé mon numéro de portable.
Il fallait qu'elle me parle de sa séparation, il paraît que je lui ferai du bien.
Je vois déjà votre sourire malsain.

Alors elle m'explique que son mari est parti à 43 ans avec une femme plus jeune qu'elle, elle en a 39 .
Après dix ans de vie commune et trois enfants.
Première chose que je lui demande, pourquoi trois enfants.
Elle me réponds laconiquement, parce que je ne pensais pas qu'il partirait. Là, il culpabilise.
Je le vois bien s'envoyer en l'air avec sa bombasse blonde jeune et culpabiliser, j'y crois pas.
Et elle me dit qu'il lui file encore des thunes pour la maison et pour les enfants. Bref, il veut jouer le truc clean
On discute et elle m’écoute. Je ne sais pas d’où ça me vient ce truc que les gens m'écoutent…
Elle me semble très fatigué.
Elle me dit qu'elle a eu beaucoup d'histoire avec des gens plus jeune qu'elle, mais qu'elle est paumée.
Mon seul conseil, prendre soin de soit et se protéger, car dans son état, je ne vois pas très bien ce qu'elle peut faire pour s'en sortir. Imaginer la maison en semaine avec trois petit mecs de 12, 10 et 08 ans, je me dis qu'elle furie !!!

Moi je me replonge dans la mienne de séparation et je lui explique comment je vois la chose de ces jours.
Forcément, mieux qu'il y a quatre ans.
Que je suis même plutôt content que mon ex femme au final ait été voir ailleurs. Que cela fut vecteur de liberté. Que je débute une autre vie et que fatalement, je peux tous sauf lui en vouloir. A mi-mot, elle me balance des trucs sur leur non-vie sexuelle. Y'a des trucs qui cassent par routine de cul… Le mec pense que sa femme n'osera jamais faire ça ou cela, et la femme refoule ses fantasmes, c'est d'une lassitude…
On a tué l'érotisme et on pense soigner la plaie à coup de pornographie. Soit.
Je me doute qu'après trois enfants cela ne devait pas être folichon les parties de jambes en l'air.
Et après elle me parle de sa véhémence à rencontrer de jeunes corps.
Je lui demande si cela n'est pas un peu destructeur.
En avalant sa bière elle opine du chef…

Oui elle est fatiguée. Sa tête exprime à elle seule sa fatigue.
Une sorte de châle ou de chèche descend sur son torse et cache sa poitrine que je pense assez attirante.
Je me redemande une centième fois pourquoi cet ami lui à dit de m’appeler et pourquoi je suis là. On parle de lui.
De là vie.
Elle règle les consommations et me ramène à ma voiture.
Dedans je prends dix minutes pour reprendre mes esprits.
Je me sens épuisé.
Mon téléphone vibre.
Un texto ; « Merci. »
Je n'y comprends rien. Je n'ai rien fais, j'ai été vaguement absent. En allumant la radio je me rends compte que l'on vient de passer deux heures ensemble à parler de sa vie.
Sans savoir pourquoi je lui proposerai le lendemain que l'on se voit le 23 octobre pour manger ensemble.
J'ai besoin des autres pour vivre mais je ne sais pas vivre avec eux. Y'a paradoxe.


Le Don qui Chante
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1106
Date d'inscription : 05/01/2016

https://rhesussocial.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Ours de la MAZ le Lun 17 Oct 2016 - 18:02

Le Don qui Chante a écrit:.../...J'ai besoin des autres pour vivre mais je ne sais pas vivre avec eux. Y'a paradoxe. .../...

Je garde en moi l'espoir de le résoudre. N'est-ce pas ce que nous tentons jour après jour ici ?

Et si l'expression les "autres", les "autres gens"... était remplacée par "quelques personnes", "quelques rares personnes", nous passerions des grands nombres indéfinis à de l'individualité, de la statistique à l'arithmétique.
Ce serait peut-être une solution à minima, une sorte de plus petit dénominateur commun. Ce serait peut-être plus vivable, plus simple.

Ours de la MAZ
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 370
Date d'inscription : 04/01/2016
Localisation : Entre Marseille et Nice, pour le moment du moins

http://zebrours.tumblr.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Le Don qui Chante le Dim 23 Oct 2016 - 1:54


Ours de la MAZ a écrit:Et si l'expression les "autres", les "autres gens"... était remplacée par "quelques personnes", "quelques rares personnes", nous passerions des grands nombres indéfinis à de l'individualité, de la statistique à l'arithmétique.

Dans mon lit, je suis seul.
Les draps sont froissés. Et ils ne sont plus frais.
Je revois cela et là des corps, le tiens, qui lié au miens donnait naissance à une symphonie plus que mélodieuse.
Ou es-tu ?
Et quand je tape ton numéro de téléphone je tombe sur des bip, bip, au rythme cardiaque d'un cœur amputé.
Le passé est le passé, mais mes meilleurs souvenirs sans que tu ne le saches sont tiens.
De temps en temps je te relis, des mots que tu m'avais donné.
Qui es tu ?
Je ne le sais plus.

Le soir passe vite et bien.
Dans la casserole il y'a un lapin qui à feu doux chauffe.
J'ai coupé des oignons et vrillé du persil. Un bouquet de laurier se mêle aux viandes ainsi qu'un cube de bouillon. L'odeur qui émane de l’ensemble fait que mes narines hument un plus que merveilleux bouillon de lapin.

J'ai plein de souvenirs avec toi.
Pleins.
C'est triste et joyeux à la fois.
Triste car au final si ce n'est ton arbitraire, rien ne prédisposait notre séparation.
Joyeux car au final, j'ai vécu presque une année avec toi emplie de joie.
Je me souviens du bateau sur le quai de Seine, face au Mkv2.
On l'avait pris pour une heure.
A l'époque je ne t'en avais pas parlé, car je trouvé cela goujat. Mais le prix du voyage me mettais mal à l'aise face à ma banque.
On est donc monté dedans, tu as conduis et dirigé la barque sur la seine.
Amoureuse tu étais. Peureuse aussi, je me souviens.
On a ouvert une bouteille de champagne pour fêter le moment.
On est passé par toi du Vranken au Ruynart.
Ma belle.

Et la dans le noir je tape en fermant les yeux ce mot.
Je connais par cœur le clavier azerty comme je connais mes souvenirs.
Demain on est le 23.
J'ai une invitée à la maison et je me dois de bien cuisiner le lapin.
Elle, qui est elle ?
Elle est triste.
Triste car elle a 39 ans et trois enfants.
Cela alourdit un corps.



Dernière édition par Le Don qui Chante le Dim 23 Oct 2016 - 11:26, édité 2 fois (Raison : Je l'aime encore)

Le Don qui Chante
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1106
Date d'inscription : 05/01/2016

https://rhesussocial.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Le Don qui Chante le Mar 25 Oct 2016 - 10:27

Spoiler:
Véronique était " en analyse ", comme on dit; aujourd'hui, je regrette de l'avoir rencontrée. Plus généralement, il n'y a rien à tirer des femmes en analyse. Une femme tombée entre les mains des psychanalystes devient définitivement impropre à tout usage, je l'ai maintes fois constaté. Ce phénomène ne doit pas être considéré comme un effet secondaire de la psychanalyse, mais bel et bien comme son but principal. Sous couvert de reconstruction du moi, les psychanalystes procèdent en réalité à une scandaleuse destruction de l'être humain. Innocence, générosité, pureté… tout cela est rapidement broyé entre leurs mains grossières. Les psychanalystes, grassement rémunérés, prétentieux et stupides, anéantissent définitivement chez leurs soi-disant patientes toute aptitude à l'amour, aussi bien mental que physique; ils se comportent en fait en véritables ennemis de l'humanité. Impitoyable école d'égoïsme, la psychanalyse s'attaque avec le plus grand cynisme à de braves filles un peu paumées pour les transformer en d'ignobles pétasses, d'un égocentrisme délirant, qui ne peuvent plus susciter qu'un légitime dégoût. Il ne faut accorder aucune confiance, en aucun cas, à une femme passée entre les mains des psychanalystes. Mesquinerie, égoïsme, sottise arrogante, absence complète de sens moral, incapacité chronique d'aimer: voilà le portrait exhaustif d'une femme " analysée ".

Véronique correspondait, il faut le dire, trait pour trait à cette description. Je l'ai aimée, autant qu'il était en mon pouvoir – ce qui représente beaucoup d'amour. Cet amour fut gaspillé en pure perte, je le sais maintenant; j'aurais mieux fait de lui casser les deux bras. Elle avait sans doute depuis toujours, comme toutes les dépressives, des dispositions à l'égoïsme et à l'absence de cœur; mais sa psychanalyse l'a transformée de manière irréversible en une véritable ordure, sans tripes et sans conscience – un détritus entouré de papier glacé. Je me souviens qu'elle avait un tableau en Velléda blanc, sur lequel elle inscrivait d'ordinaire des choses du genre " petits pois " ou " pressing ". Un soir, en rentrant de sa séance, elle avait noté cette phrase de Lacan: " Plus vous serez ignoble, mieux ça ira. " J'avais souri; j'avais bien tort. Cette phrase n'était encore, à ce stade, qu'un programme; mais elle allait le mettre en application, point par point.

Un soir que Véronique était absente, j'ai avalé un flacon de Largactyl. Pris de panique, j'ai ensuite appelé les pompiers. Il a fallu m'emmener en urgence à l'hôpital, me faire un lavage d'estomac, etc. Bref, j'ai bien failli y passer. Cette salope (comment la qualifier autrement?) n'est même pas venue me voir à l'hôpital. Lors de mon retour " à la maison ", si l'on peut dire, tout ce qu'elle a trouvé comme mots de bienvenue c'est que j'étais un égoïste doublé d'un minable; son interprétation de l'événement, c'est que je m'ingéniais à lui causer des soucis supplémentaires, elle " qui avait déjà assez à faire avec ses problèmes de boulot ". L'ignoble garce a même ajouté que je tentais de me livrer à un " chantage affectif "; quand j'y pense, je regrette de ne pas lui avoir tailladé les ovaires. Enfin, c'est du passé.

Je revois aussi la soirée où elle avait appelé les flics pour me virer de chez elle. Pourquoi, " chez elle "? Parce que l'appartement était à son nom, et qu'elle payait le loyer plus souvent que moi. Voilà bien le premier effet de la psychanalyse: développer chez ses victimes une avarice et une mesquinerie ridicules, presque incroyables. Inutile d'essayer d'aller au café avec quelqu'un qui suit une analyse: inévitablement il se met à discuter les détails de l'addition, et ça finit par des problèmes avec le garçon. Bref ces trois gros cons de flics étaient là, avec leurs talkies-walkies et leurs airs de connaître la vie mieux que personne. J'étais en pyjama et je tremblais de froid; sous la nappe, mes mains serraient les pieds de la table; j'étais bien décidé à les obliger à m'emmener de force. Pendant ce temps, l'autre pétasse leur montrait des quittances de loyer afin d'établir ses droits sur les lieux; elle attendait probablement qu'ils sortent leurs matraques. Le soir même, elle avait eu une " séance "; toutes ses réserves de bassesse et d'égoïsme étaient reconstituées; mais je n'ai pas cédé, j'ai réclamé un complément d'enquête, et ces stupides policiers ont dû quitter les lieux. Du reste, je suis parti pour de bon le lendemain.

http://m.litread.me/read/91405/93398-94670?page=1

Le Don qui Chante
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1106
Date d'inscription : 05/01/2016

https://rhesussocial.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Kass le Mar 25 Oct 2016 - 10:39

Spoiler:

Je revois aussi la soirée où elle avait appelé les flics pour me virer de chez elle. Pourquoi, " chez elle "? Parce que l'appartement était à son nom, et qu'elle payait le loyer plus souvent que moi. Voilà bien le premier effet de la psychanalyse: développer chez ses victimes une avarice et une mesquinerie ridicules, presque incroyables.

si ça c'est pas un pn...

Kass
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 5289
Date d'inscription : 26/03/2014
Localisation : Sweetzerland

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Le Don qui Chante le Mar 25 Oct 2016 - 10:44

La PN cup

Compétition à creuser et à organiser.
Liste des épreuves et des participants ?

Le Don qui Chante
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1106
Date d'inscription : 05/01/2016

https://rhesussocial.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Le Don qui Chante le Jeu 27 Oct 2016 - 20:30


Mon père me stresse.
Actuellement je passe mes matinées avec lui car l'on retape ma maison qui a subit un dégât des eaux. Cela va faire huit mois que cela dure... alors il m'aide pour que cela cesse.
Je ne peux pas le blâmer, il m'aide et bien plus que je ne pourrai l'espérer à l'origine.
Il sait tous faire, tapisser, jouer à l’électricien, au plaquiste, au jardinier, ses mains emplissent sa vie d'intelligence.
Toutefois, passer du temps ainsi lui me fait prendre compte du fossé qui se creuse entre lui et moi.
Il y a une évolution. En bien, en mal, cela je ne sais pas. Mais il y a évolution.

Mon père est le produit de son époque, fils des années cinquante.
Il a été conçu en fin de guerre. Pour lui la vie s'ouvrait à la façon d'un Christophe Colomb à l'orée du nouveau monde. Il découvrait un nouveau continent ou tout ce qu'il vivrait serait forcément mieux que ce que le vieux monde avait vécu. Il a été en école d'ingénieur mais comme il était le troisième d'une fratrie quaternaire, on l'a laissé un peu 'tomber' dans le choix de son métier.
Le premier fils fut vétérinaire, le second a reprit la ferme familiale (qu'il a bu en alcool) et mon père fut placé chez les jésuites pour y faire ses études.
Sur ce qu'il m'a expliqué, il y fut victime d’attouchements et pour éviter le scandale, on l'a placé dans une école privée ou il ne revenait chez lui qu'une fois par mois.
Autres époques, autres mœurs.

Il est très intelligent. S'intéresse à énormément de choses et à un pouvoir de réparation des objets assez hallucinant.
Il voulait quitter son métier et reprendre un garage mais ma mère s'y est opposé. Elle ne voulait pas devenir femme au foyer.
Ma mère fut clerc de notaire... totalement en free lance, sans faire d'étude, époque bénite des années soixante dix ou l'on se pointait dans une boite pour y réaliser sa carrière ad vitam eternam.

Donc là, mon père tapisse un mur en fibre de verre.
Le mur a été abîmé par l'eau, dix sept mètre-cubes ne passent pas impunément de la salle de bain à la cuisine sans faire de dégâts.
Et il râle, peste, enrage, grogne, jure sur un morceau de papier qui ne colle pas comme son cerveau aimerait qu'il colle.
Et le drame de mon enfance est résumé en cet acte.
Je n'ai jamais collé comme mes parents auraient aimé que je colle.


Hooooo, j'ai vieillis. J'ai compris la vaineté du combat.
Je ne dis rien et je m’efface. Plus encore je fuis. J'ai même quitté la maison en ce moment. J'ai marché, bu un peu de kirsch... et prit refuge dans la bibliothèque municipale ou je tape ce mot.
Si je ne peux rien faire contre son passé, son caractère, je dois me protéger, me carapacer.
Le temps de mon adolescence, je me révoltais, maintenant je courbe l'échine et je laisse passer les tempêtes. C'est marrant de voir sa vie sous la couleurs de prismes différents.
Il y a trois ou quatre ans, je ne pensais qu'à des choses tristes ou négatives sur ma vie, mon passé et mon existence. Actuellement je suis plus dans une phase d'attente. Je me dis que j'ai de la chance d'avoir vécu tous ce que j'ai vécu. Et je vois des vies sans reliefs autour de moi, et je me dis que l'on ne peut pas tout avoir et que chaque chose à son prix. Que ma vie à son prix, comme la vie de mon père à le siens.

Dans deux jours il va aller à la pêche avec un ami. Le seul qu'il a. Récemment je me suis interrogé sur la mort de ma mère, elle en est à son second cancer. Et je me suis rendu compte de la pauvreté sociale dans laquelle mon père était plongé. Si il sait réparer et faire plein de choses, il est totalement irascible et invivable. Et les gens l'évitent.
Je vous met au défis de jouer aux cartes avec lui. Le jeu devient fou, il se perd et se noie consciemment dans les cartes qu'il se met alors à incarner. La belote prends ses lettres de noblesse et Belot à là un fervent adepte. Il mémorise sur plusieurs manches les cartes, retiens les combinaisons tombées, et calcul rapidement le bénéfice à prendre ou à laisser la main à son adversaire. Une bête de guerre.
Du temps ou j'avais une amoureuse et que j'envisageais la chose assez sérieusement pour la présenter à mes parents, on terminait les repas en jouant aux dames chinoises.
Je n'ai jamais vu cela. Ne pouvant pas gagner la partie, il s'amusait à bloquer les autres et à choisir qui selon lui allait gagner à sa place.
Une forme d'antijeu imbuvable.
Et ma jeunesse est bercée de plein de ces moments ou j'oscille entre rire, sourire et pleures quand je me repenche dessus.  
Apprendre à faire du vélo sous la menace car mon pater familial est dans l'incapacité de comprendre le pourquoi du je tombe ou peu tomber.
Des séances forcées d’entraînement à sept ans au tennis de table car il se rêvait pongiste de haute volée.
De l'absence d'encouragement dans mes études ou du peu d'intéressement à ce que j'étais.
L'homme des années soixante était le roi d'une armée de spectres.

Et on est au parc d'attraction. Le supermarché à bricolage. Pour lui c'est magique. A la différence du parc ou l'on paye l'entrée et tout est gratuit, ici mon père entre gratuitement et il prends ce qui l'intéresse sans se demander le coût que cela porte. Là il désire prendre des cornière en plastique pour cacher la misère d'une tapisserie mal posée dans l’en-cadrature de mes portes.
Là il y a un petit dilemme. Il en faut pour une longueur de trente mètres et pour le coup, il se rends compte du coût. Il se tourne vers moi et me dit « tous cela pour du plastique !!! ». Ben oui mon colon. Et il ne baisse pas les bras, on part voir ailleurs si la vie n'est pas plus chère.
Cela à eu sur moi l'effet d'un uppercut.
Mon frère dit que mon père est asperger. Il a même une phrase pour cela ; « Rainman version Sudoku. » Une fois on l'a rendu malade par le simple fait de changer un chiffre sur sa grille de Sudoku hebdomadaire. Truc de fou. Pire que la foi ou j'ai dessoudé un fil à sa souris d'ordinateur. Car la souris, même si cela semble stupide, il l'a réparé. J'en aurai des milliers d'histoires à raconter sur mon père... mais non, je distillerai cela ici en gouttes à gouttes. Ne pas tous dire en une seule fois.

Et je referme le dictionnaire que j'ai à mes côté.
J'ouvre ma flasque et avale une autre rasade de kirsch.
Dans mes oreilles Thomas Fersen me dit que « l'on va pendre monsieur, hélas trois fois hélas... »
Le mot touche à sa fin, je le relis et je me sens d'une neutralité émotive perturbante.
Finalement je souris.
Le temps est légèrement humide et j'en ai pour une petite demi-heure de marche à rentrer chez moi si je ne presse pas le pas.
Sans culpabilité je me dis que la tapisserie sera posée.
Je pense à Vincent et Alexandra.
Leurs enfants.
Le miens je le vois demain.
Et je pense à mon ex-femme, mon ancienne vie. Je me dis que j'ai à construire cette nouvelle, à prendre mon envol, une forme d'essor vers le soleil.
« Aux pourquoi ma vie est ainsi », j'ai plutôt des « comment » qui naissent.
Comment elle sera dans deux, cinq mois.
L'évolution constante fait que je sais qu'il y aura autre chose. Que le devenir est miens.

Toi:

Es-tu brune ou blonde ?
Sont-ils noirs ou bleus,
Tes yeux ?
Je n'en sais rien mais j'aime leur clarté profonde,
Mais j'adore le désordre de tes cheveux.

Es-tu douce ou dure ?
Est-il sensible ou moqueur,
Ton cœur ?
Je n'en sais rien mais je rends grâce à la nature
D'avoir fait de ton cœur mon maître et mon vainqueur.

Fidèle, infidèle ?
Qu'est-ce que ça fait,
Au fait
Puisque toujours dispose à couronner mon zèle
Ta beauté sert de gage à mon plus cher souhait.




Vieux relent nostalgique, je me demande quelle sera la couleur de ses yeux et quelles senteurs auront ses cheveux.
L'estampille d'une vie qui ne veut pas se vivre sans l'empreinte d'une femme.

Et en arrivant chez moi mon ex-femme m'attends. Que veut-elle ?
Je lui dois encore 300 euros de pension alimentaire, mais on a un arrangement.
Puis bon, elle sait que je verse mes arriérés. Chose étrange, on est passé au tribunal pour acter la garde alternée du marmot et le juge a sortis de sa réserve pour l'incendier.
Depuis entre nous y'a un renouveau de guerre froide.
Alors j’accélère le pas et le pou de mon cœur. J'écris pou ainsi car le traître se nourrit de mon sang.

La discussion durera une demi-heure.
Elle voulait que je lui monte sa galerie de voiture car son nouveau mec ne sait pas le faire. (sic)
On a un peu rigolé pendant que je serre les vis de cette galerie, lui montre comment le faire elle-même la prochaine fois (sale manie que j'ai de faire le prof tous le temps...), et on parle de notre enfant, de notre fierté vis à vis de ce petit bout.
Mon père déteste, hait mon ex-femme.
Et encore les mots sont faibles.
Pour lui, elle a cassé une harmonie, elle a cassé son fils. Alors son fils, sa bataille non, on ne peut pas excuser cela. Une monomanie de pensée fait que quand elle est là, il ne parle plus. Je le connais, je vois la colère turbiner en lui mais aucune modalité d'expression n'arrive alors à illuminer son visage. C'est assez triste car il se frustre. Et ensuite il se sent mal.
Moi je suis comme lui, mais l'évolution a fait que j'exprime et plus encore, maintenant je jugule mes émotions.
De la peur, je me suis apaisé et j'ai passé au badinage.
Mon ex-femme est toujours dans la séduction.
C'est sa marque.
Moi je change.
Je le sens.

Et en écrivant ces mots je souris.



Dédicace de Ridan pour Parisette  Razz

Le Don qui Chante
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1106
Date d'inscription : 05/01/2016

https://rhesussocial.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Le Don qui Chante le Sam 29 Oct 2016 - 18:40

Spoiler:

Le Don qui Chante
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1106
Date d'inscription : 05/01/2016

https://rhesussocial.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Le Don qui Chante le Lun 7 Nov 2016 - 23:24

Ce soir j'ai vu deux films.
"Tandem" de Patrice Leconte et "Mr Smith au Sénat" de Frank Capra, je vous les conseille.
Y'a eu deux choses humaines qui m'ont plus dans ces films.
Pour "Tandem", la complicité humaine. Et l'histoire de loosers magnifiques.
Je me reconnais dans cela.

Je suis un looser magnifique.

Pour "Smith", le côté film d'école américain d'avant guerre.
Il est superbement bien réalisé.

J'ai pleins de pensées en ce moment pour vous.
Je ne sais pas bien le dire ou l'écrire, mais le fait est là.
Je pense à vous.


Le Don qui Chante
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1106
Date d'inscription : 05/01/2016

https://rhesussocial.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Le Don qui Chante le Mar 6 Déc 2016 - 16:50


Piscine.
Aujourd'hui piscine.
Cela fut laborieux.
Déjà hier quand on s'est pointé elle fermait. Dix huit heure dans ma cambrousse un samedi non, les bassins sont fermés.
Alors dimanche, dès potron-minet on se lève et on y va.
On, moi et mon gamin.
Ce matin arrivant vers les dix heures la barrière n'est pas levée.
Ce coup ci les pompes ont lâchés !!! Merdouille.
Je ne suis pas de ceux qui se démontent pour des pompes qui ne fonctionnent pas, alors je lui dis "fiston", droit dans le blanc des yeux, "on va aller à celle de Le Cateau".
Le Cateau, pour ceux qui ne connaissent pas, c'est le trou du cul du monde.
Une Twilight Zone entre l'avesnois et le cambrésis.
Un coin ou on à le meilleur service d’addictologie alcoolique de France pour moins de dix milles habitants.
Pourquoi il se trouve là, je vous laisse deviner.

Pour les curieux...
...et les curieuses...

La route est tranquille. Ma tête cogite sur la décrépitude du monde tandis qu'à la radio des personnes s’interrogent sérieusement pour savoir si finalement, le mandat de François Hollande fut bon ou mauvais...
Personnellement en cinq ans, pardons dix ans, mon salaire n'a pas augmenté, j'ai perdu du pouvoir d'achat et mes conditions de travail se sont dégradées. Mais bon, je suis fonctionnaire, j'ai une putain de sécurité de l'emploi que l'on va m'envier et puis bon il faut le dire, je suis aussi une grosse feignasse de merde qu'il faut dégager. C'est bien connu.
Alors fier ces avantages je gare ma voiture assez loin de la masse du peuple et j'entre dans la piscine avec mon fils.

Moins de cinq euros. Whoawww, pas cher. Dans le vestiaire je me demande si l'eau sera jaune et si elle aura le gout de Ricard.
Ben non...
Je me met à compter les gens. C'est tous moi. Je vais à la piscine et je compte les gens... autant de moutons dans l'eau qui partagent en ce moment leurs bacilles avec moi.
Et sur la trentaine, au moins vingt sont tatoués. Dont moi... je me sens piteux... ridicule... Et je me met à observer leurs corps. A la piscine, on a un rare lieu (avec la plage) ou l'on peut observer le corps des autres sans passer pour un pervers. Ohhhhhhhhhhhhh rien d'excitant, mais cela remet les choses en place.
Je n'ai jamais aimé la piscine.
Parce-que je ne sais pas nager... puis aussi parceque j'ai l'impression que c'est comme au Flunch. On y va pour voir des personnes et observer un peu le malheur ambiant. Le Flunch de Cambrai un vendredi soir c'est du Bourdieu en stéréo multicolore. Sans parler de celui de Lomme ou de celui de Maubeuge.
Pas la même population qu'au Mc Do.
Ben la piscine de Le Cateau c'est un peu pareil...

Finalement mon gamin est comme un poisson dans l'eau. Il s'amuse seul, sans moi, sans les autres. Dans son monde et dans l'eau. Je l'observe au loin et je me demande pourquoi j'ai perdu cette forme d'innocence. Je regrette cela, ce temps ou la vie passée sans que je me dise qu'un jour je vais mourir et qu'au final, je ne suis pas satisfait de ma condition.
Le constat est amer...
Mais bon, je sais aussi que j'ai ma vie, mon destin dans les mains et qu'il faut simplement que je me bouge pour changer cela.
Même si mon divorce d'il y a quatre ans à toujours du mal à passer, à être digéré, je me rends compte que j'ai changé. Je ne suis plus le même. Et au final je regrette cela même si je sais ces regrets vains. Un amputé peut regretter son membres, mais cela ne le fera pas avancer... c'est vain.

Dans l'eau des personnes me croisent et je ne les vois plus.
J'ai un collègue qui est dans le bassin.
Je n'ai pas envie d'aller le saluer, cela me fatigue.
Alors je m'invente un parcours pour l'éviter.
Midi apparaît sur l'horloge numérique de la piscine, on va aller manger chez mes parents.
En prenant ma douche et en frottant les cheveux de mon fils je me dis que j'ai quand même progressé. Ce mot ne me plait pas, changé, d'autres d iront évolué... je ne sais pas comment qualifier cet état.

Je me sens triste, réellement et profondément triste.

Mais c'est un peu comme ci j'avais accepté cet état.
Dans les vestiaire je lui tends un biscuit et j'ouvre une canette d'Orangina.
Même si je le vois de plus en plus je ne comprends pas cette vie en alternance que l'on m'a imposé.
Je me dis que je suis inadapté à ce monde et qu'au final ma stratégie d'attente, de ne plus rien faire et d'accepter la mort est la seule que je peux appliquer à moi même.

Si je me pense triste, cela sur le moment ne me le semble pas.
C'est une façon de rester en vie.

La façon qu'on les gens à s'illusionner pour un match de football, une élection politique, leur métier ou une musique plutot qu'une autre me fascine.
Le moteur de la voiture s'enclenche, la radio résonne... une poule au pot nous attends...


Le Don qui Chante
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1106
Date d'inscription : 05/01/2016

https://rhesussocial.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Kass le Mar 6 Déc 2016 - 18:19

poule au pot...:
(je pensais pas à ça)


Dernière édition par Kass le Mar 6 Déc 2016 - 18:35, édité 1 fois

Kass
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 5289
Date d'inscription : 26/03/2014
Localisation : Sweetzerland

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Le Don qui Chante le Mar 6 Déc 2016 - 18:23

Midi apparaît sur l'horloge numérique de la piscine, on va aller manger chez mes parents.

Le Don qui Chante
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1106
Date d'inscription : 05/01/2016

https://rhesussocial.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Parisette le Mar 6 Déc 2016 - 18:30

C'est aujourd'hui ton jour, alors re : kiss:

Parisette
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1378
Date d'inscription : 12/03/2016
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Kass le Mar 6 Déc 2016 - 18:31

ok hum... j'édite et je mets une jolie image à la place What a Face

Kass
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 5289
Date d'inscription : 26/03/2014
Localisation : Sweetzerland

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Le Don qui Chante le Mar 13 Déc 2016 - 16:02


Aujourd'hui j'ai rencontré Mathys.
Je n'en ai parlé à personne et il faut que je le couche sur le papier. Oh rassurez vous, pour le coup il n'y sera pas question de sexe. Pour plusieurs raisons dont la première est que Mathys fut un élève que j'ai connu il y a deux ans tandis que je professais dans un lycée.
Il a actuellement une vingtaine d'années et à la sortie de mon entretient hebdomadaire avec une psychiatre, je le croise au coin d'une rue.
Bonjour monsieur, bonjour. Elle m'a quitté alors je me suis fais cela. Et il me montre son bras scarifié. Et d'enchérir qu'il a cassé des bouteilles pour se taillader le ventre. Je n'ai pu éviter la vision du bras tailladé, j'ai évité celle du ventre lacéré.

Il y a peu, j'ai regardé 'les amants du pont neuf'.
Il y a une scène identique dans ce film.
Michèle quitte son amant un soir pour se rendre dans un musée avec Hans afin de dessiner "l'autoportrait de l'artiste au chevalet" de Rembrandt. Pendant son absence, Alex qui pense que Michèle l'a quitté se taillade le ventre avec un tesson de bouteille... Ben Mathis a fait de même. Et d'ajouter ensuite simplement, 'j'ai envie de me pendre monsieur'.
On ne dit pas ces choses là... à vingt ans ou à trente ans... et encore moins on le fait.

Maintenant si Mathis se pends je me sentirai responsable.
Alors je lui ai proposé d'aller boire un verre pour discuter.
Là, il m'explique qu'il est amoureux d'une jeune fille de quatorze ans. Et qu'elle vit à Cambrai et qu'il doit resquiller le train, que cela lui fait peur pour aller la voir.
La vie est belle n'est ce pas.
Pourquoi je suis un aimant à paumés. Pourquoi ils viennent vers moi quand je traine dans les rades pour me raconter leurs vies, pour se confier et s'épancher sur moi à coup de bières bon marché. Pourquoi...

Il parait qu'à défaut d'être sympathique, je suis empathique.

Alors Mathis en marchant avec lui je me dis qu'il a besoin d'aide.
Que je suis peu de choses et qu'il devrait aller consulter un psy. Et là il me dit qu'il rendez vous en urgence au centre médico psychologique de Caudry. Ou un infirmier l'attends dans quinze minutes. On fait demi-tour. Et on continue à parler, il semble obsédé par cette jeune adolescente. Il me dit qu'elle est sa vie. Il n'y a rien de glauque dans ses mots, juste de la misère sociale... On est dans le caudrésis, entre Cambrai et Le Cateau... Je tente un mais si tu meurs, tu ne pourra plus l'aimer. Et surtout, si elle sait que tu te scarifies, comment tu ne veux pas lui faire peur. Mais bon, il a beau en avoir vingt, j'ai l'impression d'avoir un jeune adolescent en face de moi. Son tee-shirt à l'effigie de Nirvana ne faisant que confirmer mon impression.

On arrive au C.M.P. pour enfant de mon bled. On se serre la main. Il me dit, passez le bonjour à madame D. et monsieur C. Puis dites à madame De. que mon compte facebook a été piraté et que quelqu'un lui a écrit avec 'je t'aime' mais que ce n'est pas moi...
Il entre dans la battisse...

Un homme se gare en voiture devant moi sur le parking. Il a un gros blouson et une énorme barbe. Il me fixe. Je me demande ce qu'il me veut et qui il est. Cela me revient. C'est l'infirmier qui m'a accueillit il y a cinq mois en urgence aussi dans ce centre. Si je suis différent de Mathis, je ne me sens pas mieux que lui. On en est tous là.
Je repars à pied vers mon lycée, il fait froid...

Spoiler:


Le Don qui Chante
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1106
Date d'inscription : 05/01/2016

https://rhesussocial.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Le Don qui Chante le Jeu 15 Déc 2016 - 23:03


09 – Cass McCombs - County Line


La baignoire est blanche.
Elle ne ressemble pas à celle de David dans 'La mort de Marat'...
Étrangement, il voit qu'il y a de l'eau dedans. Décidément, rien ne colle.
Machinalement il tourne la tête de droite à gauche à la recherche d'indices.
Rien.
Il pensait s'y coucher mais il ne le fera pas. L'eau est froide comme un corps mort. Une personne a sûrement voulu prendre son bain et face à la douleur du moment elle a du oublier de s'y baigner. Non, décidément rien n'à voir avec le tableau exposé au musée royaux des Beaux-Arts de Belgique.
Pour lui, l'instant véhicule son propre tragique.
Plongeant la main dans l'eau il tire une chaînette. La baignoire se vide en même temps que ce tableau s'efface...
Le 'repose tête' en forme de cœur s'accroche à ses yeux. Il se souvient des bains pris ici. Deux, trois, quatre... dont un avec elle.
« Tous les suicidés sont le Christ. Toutes les baignoires sont le Graal.... »
Spoiler:


Mickaël s'est aussi baigné avec elle, chez lui à Orléans. Elle le lui a raconté, elle lui raconte tous. Il se souvient de l’engueulade qui s'en était suivie. Plus sur le fond que sur la forme. Elle n'avait pas utilisé de préservatifs et pour lui cela était inacceptable. Il avait alors commencé une lettre pour Mickaël. Lettre restée morte, non envoyée. Cela lui paraît maintenant dérisoire...
Son corps le rattrape, il sent la nausée arriver. Dans la salle de bain il y a par chance des toilettes. Il s'y penche et sa bile sort de son corps. Une fois l'office terminé, il se passe de l'eau sur le visage et il s'assoit sur le trône. Sa tête lui fait mal et il entend en écho le rire de Laurie.
Devant lui un album de photos est ouvert. Il le connaît. Dans ce qui lui paraît être une autre vie, Laurie lui avait détaillé, expliqué une à une chaque photos. C'est sûrement Mickaël qui l'a déposé là se dit-il. En l'ouvrant il voit deux photos de Laurie en Sicile. Il se demande si Mickaël était au courant de ce voyage.
Il s'en veut de tous ses secrets enfermés à jamais en lui.
Ces photos ont été prises en Italie après la mort du père de Laurie. Sur elles Laurie est blonde alors que lui ne l'avait connu que brune.
Elle est accompagné d’Élodie. Si lui n'était pas présent à la crémation, Élodie l'était ; Nathalie lui a dit...
Il y avait aussi Kasha. Kasha portait lors de la cérémonie une robe jaune. Elle était libraire et elle faisait partie de la vie cachée de Laurie. Une des raisons qui avaient poussé Thibaut et Laurie à se séparer était la 'douance'. Ou plus, la 'sur-douance'. Laurie avait passé un test de Q.I. et on l'avait noté, jugé au delà de la moyenne. Notez que cela ne l'a pas empêché de se pendre ; mais la vie avec Thibaut était devenue insupportable. Selon elle et ce qu'elle avait raconté à Nicolas, Thibaut l'a voyait comme « un monstre ». Il ne comprenait pas ses réactions. Et elle, monstre qu'elle était, elle s'appuyait en béquille sur cette excuse fallacieuse pour explorer la liberté de sa vie.
Là ou elle était libertine, elle parlait de 'poly-amour'
Là ou elle brisait des cœurs, ces amants devenaient des 'pervers narcissiques'.
Céphyse n'a pas violé Liriope par hasard...

L'album de photos en main Nicolas le parcouru pages en pages.
Il refait le voyage avec elle même si lui n'était pas présent en ce temps là.
Laurie est en photo à Tarente, Rome et Pompéi.
Il se souvient d'une nuit d'amour avec elle dans les ruine de Pompéi. Il pleure.
Il se dit qu'il aurait tant aimé aller à Florence, Vienne avec elle. Il ne le sait pas encore mais il ira, avec une autre... Il revoir en photo deux italiens dont il a déjà oublié le prénom ; ceux qu'elle avait rencontré en Sicile ; puis des photos d'elle avec eux à Rome.
Laurie ne lui a jamais vraiment dit si elle avait eu une aventure avec eux. Mais il s'en fout.
Là, figé sur un polaroid elle semble heureuse, radieuse et vivante.
Il repose le livre de photos soigneusement et en déféquant il repense à ces histoires de 'douance'.

L'arnaque. Laurie se rendait une fois par mois à Bruxelles pour consulter une psychiatre. Hier soir, Mickaël lui a dit tout en étant à demi-alcoolisé que son traitement avait pu modifier sa perception de la réalité au point que, dans un moment de mélancolie, elle se soit suicidée.
Puis il lui avoua l'inavouable.
Elle lui a téléphoné le jour ou elle a acheté la corde.
Et il n'a rien fait.
Marc-Antoine a accompagné Cléopâtre dans son suicide à ce qu'il parait...
Tous comme Nicolas qui aurait pu venir la voir plus souvent malgré la volonté de Laurie de ne plus le voir. A deux, ils ont laissé mourir l'événement.
Nicolas se dit qu'il aurait pu se faire détester de Laurie. Qu'elle ne se serait pas tuée. Mais non, il y a des choses que l'on ne peut pas changer dans l'existence.
Et suite aux consultations de Bruxelles, Laurie s'était inscrite sur un site de 'surdoué' ; Zebra-Crossing. Et elle y avait rencontré plein de personnes, dont Nicolas et Mickaël. Elle s'y était amusée. Pour elle, c'était la découverte d'un nouveau continent. Elle avait du ressentir la même joie que Christophe Colomb en vue de l'Amérique. Mais Colomb en découvrant ce nouveau monde pensait il à Cortés ou Pizarro ?
Laurie pensait-elle à sa propre mort...

Nicolas se lève, se torche et tire la chasse d'eau.
Il sort enfin de la salle de bain tout en faisant attention à ne pas réveiller les deux amants dormants ainsi que la Sainte Marie dans la pièce d'à côté.
Redescendant les escaliers pour dire bonjour à une vieille dame aux cheveux grisonnants, une nouvelle protagoniste en cette fin d'histoire, Françoise...


Le Don qui Chante
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1106
Date d'inscription : 05/01/2016

https://rhesussocial.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Parisette le Dim 25 Déc 2016 - 1:36

Joyeux anniversaire Pour Toi Bisous

Parisette
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1378
Date d'inscription : 12/03/2016
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Le Don qui Chante le Mar 27 Déc 2016 - 14:55

Merci beaucoup. Smile

Le Don qui Chante
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1106
Date d'inscription : 05/01/2016

https://rhesussocial.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Parisette le Mar 27 Déc 2016 - 15:38

Tu as passé un bon noël ?


Parisette
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1378
Date d'inscription : 12/03/2016
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Le Don qui Chante le Jeu 29 Déc 2016 - 17:08

Oui et non, moyen.

Bon noël dans le sens ou rien ne s'est passé. Et mauvais dans le sens ou rien ne s'est passé...
On a partagé les mêmes alcools et mets comme depuis des années, on a discuté de nos vies semblant belles ou envieuses mais au final insipides... Personne n'est monté sur la table pour s'ouvrir les veines.
Personne n'a expliqué à l'autre que sa vie était finie et qu'il était déjà mort, qu'il ne risquait rien au final à quitter sa femme et son enfant pour simplement vivre pleinement ses envies, personne n'a bougé le petit doigt...

Je me suis sentis très fatigué avant et plus après.
Arthur m'a dit qu'il se sentait plus courageux que Ivan car il avait embrassé Léa.
Qu'il avait osé.
Comme si un baiser devait être un objet de peur. Même à huit ans. Et moi, du haut de l'année qui passe sur l'échelle de ma vie j'ai rigolé car cela me semblait plus que ridicule. Papa sait que cela passera. Et le vent est froid, il souffle et gèle par delà nos cœurs les pare-brises de nos voitures.

On en est tous là, à faire que les jours passent en pensant porter en nous des choses qui nous dépassent, qui valent mieux que nous. Alors que non.
Juste se penser soit même. Etre...



Puis la nuit est tombée. Et les autres avec. Avant je redormais. Maintenant je me réveille en clic clac vers les trois heures du matin. Oui les gens, vous désirez m’appeler, faites le à cette heure. Heure dense ou rien ne se passe.
Avec lui on a lancé son premier jeu de rôle.
Les règles sont basiques. Je pense à des chiffres entre 0 et 10 dans la tête et si il trouve le bon sigle, impair ou pair l'action réussie. Et plus il est proche du chiffre mieux cela est.
On est parti sur le monde des Legos Movie, il aime cela. Et je stimule son imagination là ou mes parents n'ont fait que nécroser ma vie.
Je suis un cancer sans corps sain ou me développer.
Je ne sais plus parler.
Je ne bois plus, ou si peux...
Je ne fais plus de sport.
Je sors plus.
J'attends.
Que la mort m'enveloppe dans un voile que je juge à la fois beau et froid. Mais le seul au final qui compte.
Pour vous convaincre que j'ai raison, noyez vos illusions, il ne restera rien.
Vous serez libres.
Mais vous le verrez, personne ne fera une chose de ce pouvoir.
Et au final le rien gagnera sur le reste.
Et il ne restera rien, comme au départ.

Je pense souvent ces dernier temps à cette sortie en cinéma, je revois la salle, j'attendais au Starbuck et on a choisis un film mal envie, bonne envie, comme cela... l’essentiel était d'être ensemble. Et le restaurant après, sur la rue montante. Bref, ma vie est composée de souvenirs et j'ai du mal à les laisser à leurs rangs, de souvenirs... pour me concentrer et vivre mon présent.


Le Don qui Chante
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1106
Date d'inscription : 05/01/2016

https://rhesussocial.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Parisette le Jeu 29 Déc 2016 - 18:02

Te connaissant, un battement de cil  Battement de cils , un parfum de fleurs flower et te voila reparti comme en 40  Sérénade
Bon c'est sur qu'il faudrait pour ca que tu sortes un peu plus souvent de chez toi ^^

Souvenirs, souvenirs ^^
De Abesses hasta Place Clichy, por un ultimo beso Bisous



I love you


Dernière édition par Parisette le Dim 1 Jan 2017 - 11:55, édité 1 fois (Raison : Bonne année ^^)

Parisette
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1378
Date d'inscription : 12/03/2016
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Le Don qui Chante le Ven 30 Déc 2016 - 21:40



Le Don qui Chante
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1106
Date d'inscription : 05/01/2016

https://rhesussocial.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Le Don qui Chante le Jeu 5 Jan 2017 - 21:26

Il est de ces soucis dont il vous est difficile de vous sortir.
Un peu comme le type qui chute d'un immeuble dans le film 'la haine'.
C'est la même chose sauf qu'on a la haine en moins...


De quoi je parle. Des phobies qui me hantent...
Hier j'ai fais une grosse crise d'angoisse. La nouveauté est que je ne me suis pas mis à boire pour l'atténuer.
Non, pour le coup je me suis mis à la disséquer.
Je pense qu'à cet état je peux définir plusieurs causes de deux natures.
L'endogène et l’exogène.

Quoique je dise ou fasse, mon divorce a du mal à passer le niveau de ma carotide.
Je le trouve injuste. Mais ou est-ce que j'ai vu que l'amour était une chose juste... Le pire dans cela est que mon ex-femme est de nouveau seule, elle a laissé tomber son énième petit ami... et que l'on peut se regarder l'un, l'autre yeux en yeux sans qu'une étincelle de désir ne mette le feu aux poudres...
On se regarde comme deux cadavres s'étant aimé un temps donné... Et c'est tous...

Demain soir, je vais me saouler, je le sais.
On m'a 'commander' une étude sur Rimbaud.
Je vais mettre la musique à fond et je vais disséquer du Rimbaud...

"Au gibet noir, manchot aimable,
Dansent, dansent les paladins,
Les maigres paladins du diable,
Les squelettes de Saladins."

Cela je le nomme l'exogène. La chose sur laquelle je n'ai pas main ni prise. Je n'y peu rien, l'amour est mort et c'est ainsi. Comme une religion ou un dieu l'amour peut mourir. C'est un fait.

Puis il y'a les choses endogènes. Sur elle, je peux me moduler et travailler.
Par exemple je dors énormément.
Normal pour une personne qui subit une grave dépression et souffre de stress post traumatique.
La psychiatre m'a expliqué les différentes phases de ma pathologie et comme un bon petit  soldat je m’efforce à les suivre. J'ai eu ma phase de douleurs somatiques dues à l'angoisse... aux poumons et aux épaules.
Puis des grosses crises d'insomnies.
Et maintenant que j'ai une petite pilule magique, le sommeil est revenu.
Et elle m'a dit, calmement que trois mois de repos pour moi était un minimum... et qu'il faudrait du temps pour reconstruire mon moi.
Alors je dors.
Je sieste au moins une à deux heures par jours.
Aujourd'hui, je suis rentré du taff à seize heures trente. Je voulais m’alcooliser pour passer ma mélancolie, plutôt que de me rendre à Leclerc pour acheter de la Rince Cochon, je me suis allongé sur mon tapis dans le salon. Et à même le sol j'ai dormis jusque dix huit heures...

Je trouve cela pathétique mais préférable au fait de m'alcooliser...



Puis y'a eu ces femmes.
J'ai accroché mon sexe à la bite d'amarrage et je me suis mis en hibernation.
Il faut dire qu'elles me courent après et qu'au final, peu m'ont résisté.
C'est cela que de disséquer du Rimbaud. On sait ou aller à l'essentiel. Faire mouche sur leur cœur et leur donner un mouchoir en dentelles pour essuyer leurs larmes en peau, de crocodile.
Je pense que ma prochaine copine deviendra une 'permanente'.
Pas que je crois à la monogamie, mais plutôt qu'un corps de femme à des possibles en quantité infinies pour épuiser ma curiosité. Et que j'ai ce petit truc qui les amènent toutes à se lâcher sexuellement avec moi.
C'est ainsi et pour le coup j'aime cela.


Allez, je m'en vais travailler sur "La tentation de Saint-Antoine".
La nuit est belle, noire et fraîche, tout à mon gout.

"Au gibet noir, manchot aimable,
Dansent, dansent les paladins,
Les maigres paladins du diable,
Les squelettes de Saladins."

Le Don qui Chante
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1106
Date d'inscription : 05/01/2016

https://rhesussocial.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Miss aux yeux arc-en-ciel le Sam 7 Jan 2017 - 8:52

Quand on ne sait plus quoi dire, on fait un bisou
Bisous
Quand on ne sait plus quoi faire, on fait un câlin
Un ange
ou un câlin
Câlins
selon ce que ce mot signifie pour l'un ou pour l'autre
Téléportation

Miss aux yeux arc-en-ciel
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 43
Date d'inscription : 21/04/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Le Don qui Chante le Dim 15 Jan 2017 - 22:42

Spoiler:


Il fait froid et humide.
L'heure n'est pas à la joie.
Jeudi dernier une collègue est morte d'un arrêt du cœur. Ma psychiatre m'a dit qu'on mourrait tous d'un arrêt du cœur...
L'idée est bonne mais à mon sens incorrect. Si je me prends une balle dans la tête, mon cœur continuera à battre un temps alors que mon être lui sera depuis plus longtemps mort.
On meurt généralement d'un arrêt du cœur. C'est plus logique...
 
Elle s'appelait Hélène et elle avait trente neuf ans.
Un mari barbu et deux enfants. Fille et garçon, la parité était respectée.
Elle est morte comme cela, sans faire de bruit.
Mais l'église était bombée de personnes venues se recueillir une dernière fois.
Comme moi des personnes qui ne l'a connaissait pas forcément. Mais qui l'a croisait aussi ça et là dans les couloirs du lycée. Ou du collège... car elle était au travail sur deux établissements à la fois.
Puis le Jeff Buckley jaillit dans le chœurs.


Et là, sans nom le silence se fait.
L'homélie n'est pas encore débutée mais on sent sur nous le souffle que font les anges battant des ailes.
Les sabots d'Hélène étaient tous crottés... je ne sais pourquoi je ne peux m'empecher de chanter cela mentalement. C'est ainsi, il ne faut plus y réfléchir. Ma psychiatre ne cesse de me le dire, cesser de réfléchir monsieur Brulant, laissez vous vivre, allez... Mais comment faire, cela ne me semble pas naturel. Heureusement il y a les cachets !!! Mes belles petites pilules magiques. Que j'aime me shooter avec. Que j'aime...

Dans ce rêve je vois une de mes anciennes petite-amies. Elle est morte et sa tête est défoncée. Elle gît dans un bas côté, habillé d'une étrange jupette verte. La police me réconforte en me disant qu'elle n'a pas souffert... moi je suis groggy... Puis avec un ami on se met à la recherche du meurtrier. On le trouve. Impossible de savoir qui il ou elle est. Avec un édredon on se met à l'étouffer. Le réveil sonne et je m'éveille d'un bond.
Quatre heures du matin.
Je n'ai pas encore fait une nuit pleine de sommeil, je me suis réveillé avant l'heure.
Je descends uriner. Il va falloir que je finisse l'isolation de mes toilettes, cela n'est plus vivable.
Et je me recouche comme de rien, rêve ordinaire d'une vie ordinaire...

Le curé se lève enfin, depuis trente minutes que moi je suis debout lui il est assit.
J'ai jamais aimé les hommes en robes. Au Carnaval de Dunkerque cela passe, mais dans une assemblée pour un enterrement cela frôle le mauvais goût ce travestissement !!!
Alors les gens parlent. Pourquoi à un enterrement il faut parler. Le silence du mort est à lui seul éloquent. Mais non... on emplit l'air de nos petits mots. On cherche son effet.
C'est mon dernier enterrement. Promis, juré. Plus jamais, la mascarade pour moi.
J'ai pas eu le cour de suivre le corbillard jusqu'au cimetière...
Je suis remonté dans la voiture et je suis allé chercher la mi-temps de ma vie de demi-père divorcé.
Il pleuvait un peu et il faisait froid.
Tous les compteur étaient au rouge et il faut bien dire que le moral était en berne.
Mais bon, The show must go on...


La reprise fut compliqué.
J'ai la tête en boite de Légos renversée.
Y'a pleins de pièces et une multitudes de possibilités. Mais dans le chaos du renversement peux sont dans le bon ordre. Et du mal ordre à la maldonne, y'a qu'un pas.
Alors je crick et crock les pièces pour les forcer à s'emboîter afin de construire un édifice le moins branlant possible. Pas évidant.
Je ne pleure plus.
Je ne sais pas si cela est bon signe, c'est ainsi.


Le Don qui Chante
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1106
Date d'inscription : 05/01/2016

https://rhesussocial.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum