[Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Page 8 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Le Don qui Chante le Dim 25 Fév 2018 - 12:23

Je me demande qui je vais découvrir... Smile
avatar
Le Don qui Chante
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1563
Date d'inscription : 05/01/2016

https://rhesussocial.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Miss aux yeux arc-en-ciel le Dim 25 Fév 2018 - 13:20

Very Happy
Je suis pas folle je viendrai masquée (avec mon loup de Venise) ou alors je dirai que je m'appelle Godzilla pour passer incognito!



Dernière édition par Miss aux yeux arc-en-ciel le Lun 26 Fév 2018 - 14:06, édité 2 fois (Raison : J'ai fauté, Dieu pardonne-moi)
avatar
Miss aux yeux arc-en-ciel
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 649
Date d'inscription : 21/04/2016
Localisation : Rêves enchantés

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Le Don qui Chante le Dim 25 Fév 2018 - 13:55

Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy

je ferai un duo avec elle sur "ta bite"

J'ai réellement un effet sur les gens !!!

Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy
avatar
Le Don qui Chante
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1563
Date d'inscription : 05/01/2016

https://rhesussocial.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par I am so sure le Dim 25 Fév 2018 - 15:24

Alors sortez vos stylos.  Pas dehors. Dictée. L Arc qui ciel qui s y connaissait en Beat et en ponctuation. Par Jean de la femme Fontaine...
avatar
I am so sure
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 9520
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 47
Localisation : Dunkerque

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Miss aux yeux arc-en-ciel le Lun 26 Fév 2018 - 14:23

Le Don qui Chante a écrit:Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy

J'ai réellement un effet sur les gens !!!

Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy

Un effet hallucinogène peut-être????  alien
C'est pas joli, joli d'inventer des citations comme ça pour te faire mousser auprès des femmes!!!



Le Don qui Chante a écrit: J'ai hâte de te retrouver ma belle

avatar
Miss aux yeux arc-en-ciel
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 649
Date d'inscription : 21/04/2016
Localisation : Rêves enchantés

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par I am so sure le Sam 10 Mar 2018 - 15:38

La question BEP du jour au corps pro fesses oral : est il vrai que dans certains milieux enseignants spécialisés l expression le cul bordé de nouilles peut devenir le cul débordé de bip ouille ? Je l aurai mon bac un jour je l aurai..il est bien ce fil en dessous du bac de la ceinture qui tient le pantalon de l'intelligence...il next cul personne...mode cap bep ou pas cap... Arrow
avatar
I am so sure
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 9520
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 47
Localisation : Dunkerque

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Miss aux yeux arc-en-ciel le Mer 14 Mar 2018 - 21:59

avatar
Miss aux yeux arc-en-ciel
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 649
Date d'inscription : 21/04/2016
Localisation : Rêves enchantés

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Le Don qui Chante le Ven 23 Mar 2018 - 20:48


"Mais la Volonté de puissance n'est t'elle autre chose que l'imagination d'une puissance imaginaire?"

Séquence n°02:   Titre : « La Route », un roman post-apocalyptique qui questionne l'Homme sur sa nature et le monde qui l'entoure.
Séance n°05:       Titre : La symbolique du feu dans le roman « La Route ».  
                            Problématique : En quoi la figure de l'enfant représente t-elle une sorte de « Prométhée » moderne ?
                            Durée : 120'

Place de la séance dans la séquence :
Dans la séance 04, l'image du feu a déjà été analysée. Les élèves ont pu constater qu'il était tout à tout une valeur négative (arme à feu) et une valeur positive (feu pour se réchauffer).
L'enfant parle de feu pour caractériser la morale qu'il 'porte en lui'.
Ce feu peut aussi représenter « l'âme », le souvenir de son père. Nous allons dans cette séance voir de façon plus détaillée en quoi cette image du feu s'inscrit dans une histoire culturelle commune plus ancienne ; « le mythe de Prométhée ».
En quoi l'enfant peut ici être vu comme étant un « Prométhée moderne ».
En quoi il possède en lui tous les questionnements et interrogation de l'humanité.
Cette séance est en cela un prolongement des autres séances et des thèmes, outils d'étude littéraires utilisés pour comprendre le projet d'écriture de l'auteur.
Les deux questions propres à cet objets d'étude seront traitées dans cette séance et des réponses seront apportées.
Reprise de la séance 01 =) qu'est-ce qu'une allégorie.
Reprise de la séance 02 =) En quoi l'étude des figures de style peuvent nous aider à mieux comprendre une œuvre littéraire.
Reprise de la séance 04 =) Quelle est la place du feu dans le roman ; que penser de cette allégorie.




Déroulement du cours
On présente aux élèves une photo d'une statue représentant « Prométhée » sur le site de Tchernobyl.
On demande aux élèves de lire le document de lancement et de faire des liens entre ce qui s'est passé à Tchernobyl et ce qui se passe dans le roman.
- Qu'on alors fait les habitants de la ville de Prypyat et pourquoi ont-ils symboliquement déplacé cette statue au pied de la centrale détruite ?
- Qui est le personnage représenté par cette statue et en quoi est-il une « Allégorie » de ce drame ?

On peut pour aider les élèves à mieux comprendre ce qui se passe passer une vidéo de la catastrophe. Une autre vidéo de la ville désertée peut illustrer le côté 'apocalyptique' de ce qui s'est déroulé là-bas. Les deux vidéos peuvent accompagner l'élève dans le lancement de cette dernière séance et le lien à faire avec la problématique générale.
Comment des hommes ordinaires se comportent-ils face à une situation extraordinaire ?
Sous-entendu, comment continuer à vivre lorsque l'on est confronté à ce type d'événement ?

ATTENTION, LES VIDÉOS DURENT  - ACCIDENT CHERNOBYL 2,29 MINUTES -
- POSTCARDS FROM PRYPIAT 3,01 MINUTES – TOTAL : 5,30 MINUTES.
PRÉVOIR LE TEMPS DANS LES 15 MINUTES DE CE LANCEMENT.

Spoiler:


2/ Analyser et interpréter une production artistique : 20, 35’
On présente aux élèves une série de plusieurs tableaux représentant le mythe de Prométhée. Précisément le moment ou il dérobe le feu aux dieux.
Quel est le thème commun à ces différents tableaux ?


Pour réaliser ce travail on reprends ce qui a été fait lors de la séance 01. On étudie la composition du tableau, les couleurs que l'on y trouve, et comment on peut leur donner sens.


On laisse l'élève « dans le vide » par rapport à ces tableaux pour qu'il émette des hypothèses sur ce personnage et l'action qu'il est entrain de réaliser. On garde en esprit que le but est de faire un lien entre ce mythe passé et le roman. Indiquer pourquoi le mythe de Prométhée est réactualise dans le roman.
Une fois le personnage de Prométhée et ses caractéristiques définis en filigrane par les élèves, on passe le montage vidéo tiré du mythe de Prométhée.
ATTENTION, LA VIDÉO DURE 3,21 MINUTES. PRÉVOIR LE TEMPS DANS LES 20 MINUTES DE CETTE PARTIE.

* Quels liens établir entre l'Homme, le feu et le mythe de Prométhée ?
* Quels liens réaliser avec le romans ? (Sous-entendu, la problématique : En quoi la figure de l'enfant représente t-elle une sorte de « Prométhée moderne ?)
Prométhée est celui qui selon la mythologie grecque a apporté le feu aux hommes.
En réalisant cela il leur a donné la Lumière, la Vie et l'Humanité.
On peut faire ici écho au travail réalisé l'an passé sur la Philosophie des Lumières.

Comme dans le roman, le feu apporte au père et à l'enfant la lumière. Il doit les sortir de la 'décadence' dans lequel le monde ou il vive est plongé. Il a une valeur symbolique forte.

3/ Lecture analytique des textes du corpus : 20’ 55''
Les élèves lisent les trois premiers textes du corpus.
En même temps qu'ils réalisent cette lecture ils :
- soulignent au fluo les mots qui se répètent.
- repèrent les images qui font références aux différentes valeurs données au feu.

Spoiler:
Doc 01 ; « Parce qu'on est des gentils. »
J'ai dis qu'on était pas en train de mourir. Je n'ai pas dit qu'on ne mourrait pas de faim.
Mais on ne mangerait personne ?
Non. Personne.
Quoi qu'il arrive.
Jamais. Quoi qu'il arrive.
Parce qu'on est des gentils.
Oui.
Et qu'on porte le feu.
Et qu'on porte le feu. Oui.
D'accord. […]
Source ; Cormac McCarthy, « La route », page 118, édition Points.

Doc 02 ;
« Quoiqu'il arrive. Je ne t'enverrai pas seul dans les ténèbres. »
Au matin il fit un feu et partit sur la plage pendant que le petit dormait. Il ne s'était pas absenté longtemps mais il était en proie à un étrange malaise et quand il revint le petit était debout sur la plage, enveloppé dans ses couvertures. Il pressa le pas. Le temps d'arriver jusqu'à lui, le petit s'était rassis.
Qu'est-ce qu'il y a ? dit-il. Qu'est-ce qu'il y a ?
Je ne me sens pas bien, Papa.
Il lui mit la main sur le front. Il était brûlant. Il le souleva et le porta auprès du feu. C'est rien, dit-il. Tu vas aller mieux.
J'ai envie de vomir.
T'en fais pas.
Il le fit asseoir dans le sable en lui tenant le front pendant qu'il se penchait en avant et vomissait. Il lui essuya la bouche avec la main. Je te demande pardon, dit le petit. Chut. Tu n'as rien fait de mal.
Il le porta jusqu'au bivouac et l'enveloppa dans les couvertures. Il essaya de lui faire boire de l'eau. Il remit du bois sur le feu et resta à genoux en gardant sa main sur son front. Tu vas guérir, dit-il. Il était terrifié.
Ne t'en va pas, dit le petit.
Bien sûr que je ne vais pas m'en aller.
Même un petit moment.
Non. Je reste ici tout près.
D'accord, Papa. D'accord.

Il le garda toute la nuit serré contre lui, s'assouplissant et se réveillant terrorisé, sa main cherchant le cœur de l'enfant. Au matin ça n'allait pas mieux. Il essaya de lui faire boire un peu de jus de fruits mais le petit n'en voulut pas. Il pressait sa main sur son front, implorant une fraîcheur qui n'arrivait pas. Il essuyait ses lèvres blanches pendant qu'il dormait. Je ferai ce que j'ai promis, chuchotait-il. Quoiqu'il arrive. Je ne t'enverrai pas seul dans les ténèbres. […]
Il ralluma le feu et prit un chiffon et le mouilla et le posa sur le front du petit. L’aube hivernale commençait à poindre et quand il fit assez clair pour voir il alla dans les bois de l’autre côté des dunes et revint en traînant un grand travois de branches mortes et entreprit de les casser et de les empiler près du feu. Il écrasa des comprimés d’aspirine dans une tasse et les fit fondre dans de l’eau et y mit un peu de sucre et s’assit et souleva la tête du petit en lui tenant la tasse pendant qu’il buvait. Il arpentait la plage, voûté et toussant.
Source ; Cormac McCarthy, « La route », pages 219-221, édition Points.

Doc 03 ; « Je ne peux pas tenir dans mes bras mon fils mort. »
L’homme lui prit la main, respirant avec peine. Il faut que tu continues, dit-il. Je ne peux pas venir avec toi. Il faut que tu continues d’avancer. Tu ne sais pas ce qu’il pourrait y avoir plus loin sur la route. On a toujours eu de la chance. Tu aura de la chance toi aussi. Tu verras. Vas-y. C’est bien ainsi.
Je ne peux pas.
C’est bien ainsi. Je m’y attendais depuis longtemps. Maintenant le moment est arrivé. Continues vers le sud.
Fais tout comme on le faisait.
Tu vas guérir, Papa. Il le faut.
Non. Bien sûr que non. Garde tout le temps le revolver sur toi. Il faut que tu trouves les gentils mais tu ne peux prendre aucun risque. Aucun risque. Tu entends ?
Je veux être avec toi.
Tu ne peux pas.
S’il te plaît.
Tu ne peux pas. Il faut que tu portes le feu.
Je ne sais pas comment faire.
Si, tu sais.
Il existe pour de vrai ? Le feu ?
Oui, pour de vrai.
Où est-il ? Je ne sais pas où il est.
Si, tu le sais. Il est au fond de toi. Il y a toujours été.
Je le vois.
Emmène-moi avec toi. S’il te plaît.
Je ne peux pas. Je ne peux pas tenir dans mes bras mon fils mort. Je croyais que je le pouvais mais je ne peux pas.
Tu disais que tu ne m’abandonnerais jamais.
Je sais. Je te demande pardon. Tout mon cœur est à toi. Il l’a toujours été. Si je ne suis plus ici tu pourras encore me parler. Tu pourras me parler et je te parlerai.
Tu verras.
Et je t’entendrai ?
Oui. Tu m’entendras. Il faut que tu fasses comme si c’était une conversation que tu imagines. Et tu m’entendras. Il faut t’exercer. Ne renonce surtout pas.
D’accord ?
D’accord.
Bien.
J’ai très peur Papa.
Je sais. Mais ça va aller. Tu vas avoir de la chance. Je le sais. Il faut que j’arrête de parler. Je vais me remettre à tousser.
Ça ne fait rien papa, Papa. Tu n’as pas besoin de parler.
Ça ne fait rien.
Source ; Cormac McCarthy, « La route », pages 245-246, édition Points.


On trouve ici différents champs lexicaux qui parlent du feu, de la mort, de la maladie et qui interroge l'homme sur le bien et le mal, sur la morale.

4/ Liens entre l'allégorie du feu et le mythe de Prométhée : 25’ 80'
* Quels liens peut-on établir entre Prométhée et l'enfant du roman ?
* En quoi le mythe de Prométhée est-il revisité dans ce roman ?
* Qu'est-ce que le complexe de Prométhée dont on parle dans le document 04 : « Nous proposons donc de ranger sous le nom de complexe de Prométhée toutes les tendances qui nous poussent à savoir autant que nos père, autant que nos maîtres, plus que nos maîtres. »

On demande aux élèves de rédiger un paragraphe argumenté de six lignes pour chaque questions.
Pour aider l'élève, il peut lire les documents 04 et 05 tirés de la « psychanalyse du feu » et du « Protagoras » de Platon. Bien préciser que c'est un mythe.

Le mythe de Prométhée interroge sur la question suivante : « Qu'est-ce que l'Homme ? ».
Selon le document 05, l'homme est un produit « raté » de la nature, ce n'est pas un être vivant comme les autres. L'homme « est né nu, sans chaussures, sans couvertures, ni armes ». Il est un animal démuni. En cela la finalité de l'homme est éthique. Il sait ce qui est « bien » ou « mal ». Elle consiste moins à être heureux qu'à se rendre digne de l'être.

Le mythe de Prométhée parle aussi du feu comme le roman. Le feu est l'outil universel, c'est l'allégorie de l'intelligence. Le mythe de Prométhée est revisité dans ce roman autour de l'enfant. Comme Prométhée a apporté le feu aux Hommes, l'enfant apporte l'espoir à l'humanité. C'est lui qui garde son père « en vie », c'est lui qui intègre une autre famille à la fin du roman. Le « complexe de Prométhée » va en ce sens. Il indique l'envie de savoir, de connaissance de l'Homme. Le fait de dépasser nos maîtres, le fait de s'émanciper, le fait de se libérer de sa simple condition d'Homme.

Spoiler:
Doc 04 ; Le complexe de Prométhée
Si tout ce qui change lentement s'explique par la vie, tout ce qui change vite s'explique par le feu. Le feu est l'ultra-vivant. Le feu est intime et il est universel. Il vit dans notre cœur. Il vit dans le ciel. Il monte des profondeurs de la substance et s'offre comme un amour. Il redescend dans la matière et se cache, latent, contenu comme la haine et la vengeance. Parmi tous les phénomène, il est vraiment le seul qui puisse recevoir aussi nettement les deux valorisations contraires : le bien et le mal. Il brille au Paradis. Il brûle à l'Enfer. Il est douceur et torture. Il est cuisine et apocalypse. […] C'est un dieu […] terrible, bon et mauvais.
Voici donc la véritable base du respect devant la flamme : si l’enfant approche sa main du feu, son père lui donne un coup de règle sur les doigts.
Le feu frappe sans avoir besoin de brûler. Que ce feu soit flamme ou chaleur, lampe ou fourneau, la vigilance des parents est la même.[...]
Au fur et mesure que l’enfant grandit, les interdictions se spiritualisent : le coup de règle est remplacé par la voix courroucée ; la voix courroucée par le récit du danger d’incendie, par les légendes sur le feu du ciel.[...]
L’enfant veut faire comme son père, loin de son père et de même qu'un petit Prométhée il dérobe des allumettes. Il court alors dans les champs et, au creux d'un ravin, aidé de ces compagnons, il fonde le foyer de l'école buissonnière.
L’enfant des villes ne connaît guère ce feu qui flambe entre deux pierres. [...] Il peut échapper à ce complexe de Prométhée dont j’ai souvent senti l’action. Seul ce complexe peut nous faire comprendre l’intérêt que rencontre toujours la légende, en soi bien pauvre, du père du Feu. [...]
Nous proposons donc de ranger sous le nom de complexe de Prométhée toutes les tendances qui nous poussent à savoir autant que nos père, autant que nos maîtres, plus que nos maîtres.
Source ; Gaston Bachelard, « La psychanalyse du feu », pages 23 à 31, édition Folio Essais.

Doc 05 ; Le mythe de Prométhée
Il fut jadis un temps où les dieux existaient, mais non les espèces mortelles. Quand le temps que le destin avait assigné à leur création fut venu, les dieux les façonnèrent dans les entrailles de la terre d’un mélange de terre et de feu et des éléments qui s’allient au feu et à la terre. Quand le moment de les amener à la lumière approcha, ils chargèrent Prométhée et Épiméthée de les pourvoir et d’attribuer à chacun des qualités appropriées. Mais Épiméthée demanda à Prométhée de lui laisser faire seul le partage. « Quand je l’aurai fini, dit-il, tu viendras l’examiner ». Sa demande accordée il fit le partage, et, en le faisant, il attribua aux uns la force sans la vitesse, aux autres la vitesse sans la force ; il donna des armes à ceux-ci, les refusa à ceux-là, mais il imagina pour eux d’autres moyens de conservation ; car à ceux d’entre eux qu’il logeait dans un corps de petite taille, il donna des ailes pour fuir ou un refuge souterrain ; pour ceux qui avaient l’avantage d’une grande taille, leur grandeur suffit à les conserver, et il appliqua ce procédé de compensation à tous les animaux. Ces mesures de précaution étaient destinées à prévenir la disparition des races.
Cependant Epiméthée, qui n’était pas très réfléchi avait sans y prendre garde dépensé pour les animaux toutes les facultés dont il disposait et il lui restait la race humaine à pourvoir, et il ne savait que faire. Dans cet embarras, Prométhée vient pour examiner le partage ; il voit les animaux bien pourvus, mais l’homme nu, sans chaussures, ni couvertures ni armes, et le jour fixé approchait où il fallait l’amener du sein de la terre à la lumière. Alors Prométhée, ne sachant qu’imaginer pour donner à l’homme le moyen de se conserver, vole à Héphaïstos et à Athéna la connaissance des arts avec le feu ; car, sans le feu, la connaissance des arts était impossible et inutile ; et il en fait présent à l’homme.
Source ; Platon, « Protagoras », 320,321c, Traduction d'Emile Chambry.

5/ Mise en commun : Trace écrite/ Oral 15' 95'                      
On demande aux élèves de répondre en une dizaine de ligne à la problématique, « En quoi la figure de l'enfant représente t-elle une sorte de « Prométhée moderne ? »
L'enfant est porteur du feu dans ce roman. Le feu représente le combat moral entre le bien et le mal. Il représente l'action de l'homme sur son monde. Il se comporte comme un JANUS.
Janus est un dieu grec qui avait deux visages et deux personnalités.
C'est les rencontres et les actions des personnages qui vont définir leur psychologie, c'est à dire, savoir si ils font le bien ou le mal au travers de leurs vies.
Avoir le feu en soit veut dire ne plus se comporter comme un animal mais comme un être humain. En cela ce roman et la 'figure de l'enfant' représente une sorte de « Prométhée moderne ». Il est la pour guider, éclairer l'humanité perdu dans les ténèbres de ce monde détruit. Il porte en lui l'espoir et l'avenir d'une vie nouvelle et meilleure.

6/ Question type bac : 25’- 120'
En 15 à 20 lignes, comparez l'image du feu dans ce roman aux deux tableaux de Hocks Teun et de Klein Yves. Pourquoi l'image du feu est-elle si importante ? De quoi est-elle l'allégorie dans ces tableaux comme dans le roman ? En quoi le mélange du feu et de la peinture illustre cela ?

Pour aider les élèves à rédiger ce paragraphe argumenté, passer la vidéo « Performances de Yves Klein », pour montrer comment l'artiste réalise son tableau. En quoi est-il à la fois « douceur et torture » ?


Pour Yves Klein : « Le feu est douceur et torture. Il est cuisine et apocalypse... Le feu est beau en soi, n’importe comment. » Klein travaille au chalumeau des toiles préalablement marquées par le contact des modèles pour illustrer cela, la douceur et la 'torture' du feu.
http://www.ina.fr/video/I13316081


avatar
Le Don qui Chante
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1563
Date d'inscription : 05/01/2016

https://rhesussocial.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Miss aux yeux arc-en-ciel le Ven 23 Mar 2018 - 22:40

avatar
Miss aux yeux arc-en-ciel
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 649
Date d'inscription : 21/04/2016
Localisation : Rêves enchantés

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par I am so sure le Lun 26 Mar 2018 - 23:17

Des promesthees des promesthees...mais on attend toujours.le remix de "ah m asseoir sur un gland cinq minutes.avec toi* pour aides...et faire le sogland euh le slogan Durex...sortez couverts..
avatar
I am so sure
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 9520
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 47
Localisation : Dunkerque

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Miss aux yeux arc-en-ciel le Mer 28 Mar 2018 - 14:04

avatar
Miss aux yeux arc-en-ciel
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 649
Date d'inscription : 21/04/2016
Localisation : Rêves enchantés

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Le Don qui Chante le Mer 28 Mar 2018 - 18:27


Spoiler:
C'est ça bosse, bosse, bosse, coco !
Écrase toi et met ton orgueil au porte manteau
Tout le monde y pense, tout le monde oublie !!
Personne se barre, tout le monde subit !!
Alors tu bosses quinze plombes sur un macintosh
C'est moche
Y'a le boss qu'est vénère comme un bosch
Il te crache dessus, tu stress c'est l'angoisse
Mais tu continues
Parce qu'il t'faut d'la caillasse
C'est le biz' qui prime
Et ça t fout la déprime
Tu veux en parler mais jamais tu t'exprime
Se faire prendre pour un con par des gens qu'on déteste
Payé au lance pierre t'as plus qu'à bouffer les restes
Harcèlement moral, ambiance carcérale
Espèce de connard qui s'habille super mal
Pense à « Rosetta » , à «ressources humaines »
Chaque fois que tu te feras quen par ce putain de système

A bas la hierarchie! pour tous les mecs qui sont dans les boîtes
La hiérarchie ! Pour tout ceux qu'ont les mains moites
A bas la hierarchie ! pour tous les mecs qui sont dans les boîtes
La hiérarchie ! Pour tout ceux qu'ont les mains moites


C'est ça bosse, bosse, bosse, coco !
Écrase toi et met ton orgueil au porte manteau
Tout le monde y pense, tout le monde oublie !!
Personne se barre, tout le monde subit !!
Alors tu bosses quinze plombes sur un macintosh
C'est moche
Y'a le boss qu'est vénère comme un bosch
Il te crache dessus, tu stress c'est l'angoisse
Mais tu continues
Parce qu'il t'faut d'la caillasse
C'est le biz' qui prime
Et ça t fout la déprime
Tu veux en parler mais jamais tu t'exprime
Se faire prendre pour un con par des gens qu'on déteste
Payé au lance pierre t'as plus qu'à bouffer les restes
Harcèlement moral, ambiance carcérale
Espèce de connard qui s'habille super mal
Pense à « Rosetta » , à «ressources humaines »
Chaque fois que tu te feras ken par ce putain de système


avatar
Le Don qui Chante
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1563
Date d'inscription : 05/01/2016

https://rhesussocial.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Miss aux yeux arc-en-ciel le Jeu 29 Mar 2018 - 9:50

En repensant à Klein et au feu, ça m'a fait penser à Niki de Saint Phalle que j'aime beaucoup, et à ses séances de tirs.





Bachelard a l'air adorable comme personne, plein d'humilité.
avatar
Miss aux yeux arc-en-ciel
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 649
Date d'inscription : 21/04/2016
Localisation : Rêves enchantés

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Le Don qui Chante le Ven 30 Mar 2018 - 12:49

avatar
Le Don qui Chante
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1563
Date d'inscription : 05/01/2016

https://rhesussocial.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Le Don qui Chante le Jeu 5 Avr 2018 - 18:53

avatar
Le Don qui Chante
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1563
Date d'inscription : 05/01/2016

https://rhesussocial.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Le Don qui Chante le Mer 11 Avr 2018 - 1:34



avatar
Le Don qui Chante
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1563
Date d'inscription : 05/01/2016

https://rhesussocial.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Miss aux yeux arc-en-ciel le Ven 13 Avr 2018 - 22:28

Je viens de faire du lien entre 2 trucs seulement maintenant et je souris toute seule devant mon écran. Un cadeau de Marc Marronier! Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy



Gaspard Proust a dit: Il faut vraiment aimer le cul pour être romantique!
avatar
Miss aux yeux arc-en-ciel
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 649
Date d'inscription : 21/04/2016
Localisation : Rêves enchantés

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Miss aux yeux arc-en-ciel le Ven 13 Avr 2018 - 22:33

avatar
Miss aux yeux arc-en-ciel
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 649
Date d'inscription : 21/04/2016
Localisation : Rêves enchantés

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Le Don qui Chante le Mer 25 Avr 2018 - 2:47

Elle était là...
Parlante et courante comme un feu follet un soir de pleine lune.
Et quand elle a décalotté mon sexe pour le mettre dans sa bouche ce fut une sorte de 14 juillet en moins sanglant...
Et triste fut le retour sur la banquette arrière, car tout avait été réalisé...

Emmêlé dans les fils de nos vies je ferme les yeux pour laisser l'obscurité mieux me pénétrer.
On est un « jeudi ».
Faites comme moi, jetez un dé à six faces et placez à la place du mot entouré de guillemets le jour qui sur six correspondra.
Au final, cela n'a aucune importance. Et dans le manque d'importance rayez du dé le sept.
Pas un dimanche, pas de sept…
Puis le dimanche c'est un jour de repos. Sabbat.
On s'abat sur le divan pour s'abrutir de télévision parcequ'on à plus la force de faire autre chose. C'est ainsi...
 
Je suis entré dans le hangar comme une voleuse et j'ai pris bien soin de fermer la porte.
Personne n'entre dans ce hangar. Il est là, sert de débarras mais personne en réalité ne le voit.
J'ai soigneusement évité Christine. De toute façon elle ne pouvait pas me voir, elle n'était pas là.
Si je me sens observée par des forces qui me dépassent c'est qu'au fond de moi je suis mystique. Un soir sur les draps j'ai raconté mes vies antérieures à Nicolas, votre narrateur. Et dans quelques temps, si vous continuez à lire ces mots et à tourner ces pages, je pense que je vais me lier à elle à de façon éternelle. Un peu comme ci mon spectre ancestral prenait consistance.
 
Il y a à quelques années maintenant, presque trente ans que je suis sortis de ce monde intra-utérin ou je mettais réfugié lors d'autres vies. Mon père est mort d'un cancer. Moi je meurs d'un abcès de vie.
 
Thibaut est partit et il est amoureux d'une nouvelle Eve, je ne peux le souffrir. Et ces médicaments que ma psychiatre m'incite à prendre n'y font rien. Je ne peux l'oublier. Il paraît que ma mémoire est semblable aux sillon de l'eau sur le sable. Laissez une goutte d'eau glisser dessus, une légère trace s'imprimera. Puis laissez couler deux, et trois, puis quatre gouttes, la légère trace deviendra un sillon. Cette molécule est censé arrêter le sillon, mais non. Thibaut est là, vivant dans ma vie et je souffre de le savoir pour une autre. 

Pas de Marc-Aurèle ou de César ici. Encore moins de Cléopâtre ou d'Auguste. Vous êtes dans ma tête. Vous allez sauter et vous pendre avec moi. Vous refusez. Stoppez la lecture ici. Sinon, revenez en arrière, sautez trois pages, l'histoire continue et si je suis belle et bien morte, par les mots je continue à vivre. Magie.

Pas d'oiseaux ou de papillons qui se pausent sur mon épaule. Rien. Des larmes et pas de peur. Je pense à Thibaut. Je pense à ma vie. Elle me semble inique et vide. Sans sens. Pas différente de la votre au final. Je me dis que je vais y mettre moi même un point final. Comme si j'en étais maîtresse. Ce que je ne sais pas c'est que c'est le voisin qui m'a vu grandir qui viendra plus tard me dépendre. Ce que j'ignore c'est que c'est Christine, ma mère qui me découvrira… et que Thibaut au final m'oubliera. Puis bon, je ne sais pas aussi que je serai ces mots que vous lisez maintenant. Je vais me pendre mais au final j'ignore beaucoup de choses… 

Allez, c'est le moment. 
Je saute et sans apesanteur la corde entourant mon cou semble m’emmener avec elle vers les tresses infinies de ces vies auxquelles je pense. 
Le crac de ma nuque brisée n'arrête pas leur élan, juste ma pensée. 
Je me voyais filer vers un halo blanc ou coloré, mais non, des mots noirs qui tentent de décrire sur le papier la chose impensable. 
Je suis morte. M O R et la lettre T est associée au E ; MORTE. 
Un vivant seul peut écrire cela. 
Moi je ne suis plus rien. 

Jetez de nouveau le dé, sur un résultat de un à six je n’existe plus…


Anesthésie générale
J'attends sans sourciller
L'euthanasie encéphalique
La castration chimique
Qui m’apportera un repos plus qu'éternel
Moi qui comme vous suis immortel.




Et on est sous la couette. Elle a un sourire qui lui défigure le visage de plaisir. Dans le lit sont étoiles les restes de notre festin.
J'avais acheté des entrées toutes faites, sorte de petits bouchées que l'on avait réchauffé au four.
Des spaghettis aux crevettes et du fromage, l’ensemble arrosé de Ruinart et de Chimay. Drôle de mélange à notre image. Iconoclaste et instable, sans sens.
Des miettes dessinent sur les draps, nappe de Sabbat, des constellations que nous détruisons simplement en nous caressant. Et l'on se ressaute dessus.
J'adore sa poitrine. Ses seins sont comme des pommes et dans mes mains ils ont la texture de la mie de pain ; légèrement mouillée et en un peu plus dure…
J'aime les sucer, caresser, mordiller.
Passer sous leur galbe ma langue pour pleinement les lécher. Et tout en caressant son sexe, aspirer ses tétons pour les sentir petit à petit se gonfler.
Elle n'en est pas en reste.
De sa main droite elle me masturbe pendant qu'ainsi décrit plus en haut, je m'applique à lui donner du plaisir.
Le téléphone bip, elle vient de recevoir un texto de Nathalie.
Elles ont un paris.
Nathalie a parié un repas au restaurant que Laurie ne serait pas là ce soir, qu'elles ne se verraient pas en ce jour de nouvelle année.
Nathalie connaît bien Laurie. Elle sait les mots à utiliser pour la voir.
Sans regarder son téléphone Laurie me dit que c'est elle. Qu'il faut cesser nos jeux sexuels car elle ne veut pas perdre un paris. Ce à quoi je réponds que non, elle ne va pas le perdre. Et que oui, je vais avant d'y aller la faire jouir. Et de ses seins je descends alors vers son sexe qui sous mes coups de langue s'humidifie un peu plus. Dès que ma langue la touche, Laurie abdique. Je l'ai séduite par les mots. Cela n'est pas un hasard. Je dessine une à une les lettre de l'alphabet dans son sexe qui s'ouvre de plus en plus à moi. C'est une amie lesbienne qui m'a donné l'astuce. Je sens ses lèvres s'écarter et ma main caresse en même temps son clitoris. Des halètements me font savoir qu'elle aime cela. Lentement, millimètre par millimètre j'enfonce ma langue dans son vagin. Seconde à seconde je parle à dieu.
J'essaye alors de la caresser de l'intérieur. Elle aime cela.
Elle gémit et je sens l'étau de ses cuisse se serrer sur ma tête.
Sa main me tire les cheveux, que j'aime cela.
Mon index fait des vas et vient dans son sexe pendant que je lèche avidement son clitoris. Deux doigts entrent maintenant en elle. Je suis rythme ma pénétration sur sa respiration et je l'entends souffler presque indistinctement un « je vais jouir »…
Mon visage est couvert de cyprine et j'accentue la pression dans son vagin. Mes coups de langue ne font plus qu'un avec ses battements de cœur.
Un long hululement de plaisir sort de sa bouche en même temps que je stoppe mon action. Ma tête remonte vers la sienne et nous nous embrassons. Totalement détendue elle me glisse un « je t'aime » avant de glisser dans la salle de bain pour se rhabiller. Un paris est un paris.
Je me sens heureux et en dix minutes nous sommes tous deux vêtus pour aller rejoindre Nathalie.
Dans le métro elle me glisse un « je sens le sexe… », mon érection passée reprends aussitôt vie…


Je lui mordille l'oreille
Et l'elle en moi
sous l'humidité de son entre -cuisse
je glisse
glisse
lisse
Et visite cet antre
de paix
ou perdu dans les muqueuses de l'infini nous ne faisons plus qu'un...

[Marc Dutroux et la virginité perdue - éditions Gosselies - 1996.]

avatar
Le Don qui Chante
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1563
Date d'inscription : 05/01/2016

https://rhesussocial.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Sâdhanâ le Mer 25 Avr 2018 - 17:15

avatar
Sâdhanâ
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 730
Date d'inscription : 18/03/2017
Age : 47
Localisation : marseille

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par I am so sure le Mer 25 Avr 2018 - 19:40

Mode : lasse,  j étais ?  : Razz Et du coup, flashback ? cat albino

Belem. Voulzy.
Quand le soleil se couche. Voulzy.
Spiritualité of samba. Part 2. Voulzy.
Tombée du jour sur la plage de grumari. Voulzy.
avatar
I am so sure
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 9520
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 47
Localisation : Dunkerque

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Miss aux yeux arc-en-ciel le Jeu 26 Avr 2018 - 0:45

avatar
Miss aux yeux arc-en-ciel
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 649
Date d'inscription : 21/04/2016
Localisation : Rêves enchantés

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Parental advisor - Interdit aux -18 ans] Présentation musicale

Message par Miss aux yeux arc-en-ciel le Ven 18 Mai 2018 - 0:23

avatar
Miss aux yeux arc-en-ciel
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 649
Date d'inscription : 21/04/2016
Localisation : Rêves enchantés

Revenir en haut Aller en bas

Page 8 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum