Loxosceles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Loxosceles

Message par Loxosceles le Ven 22 Juil 2016 - 23:55

Les présentations, c'est toujours ce moment de page blanche, à se demander de quelle encre virtuelle on va bien pouvoir les remplir sans faire exactement la même chose que tous les prédécesseurs. Rien qu'y trouver un titre est parfois terrifiant, alors on cède à la facilité.

Pourquoi j'ai choisi de m'inscrire aujourd'hui, et sur ce forum, alors que ça fait des années que je traîne cette difficulté, et que depuis quelques mois, je me considère comme autiste Asperger quasiment certain (non diagnostiqué, mais avec déjà pas mal d'échanges sur le sujet avec une psychologue qui me suit depuis quelques années pour anxiété chronique), et bien je ne le sais pas exactement, mais ce soir je ne me sens pas très bien, tout simplement.

Je m'étais dit d'essayer d'éviter de me mêler à ce genre de forum, ne serait-ce que pour ne pas m'enfermer dans ce diagnostic qui peut être restrictif par rapport à moi-même, et à l'image que j'ai de moi-même, mais il y a des jours où c'est juste trop difficile.

Pour parler un peu de mon cas sans faire un roman, disons que je suis une personne très solitaire, de maintenant 42 ans. J'ai eu un parcours scolaire chaotique, rebondissant entre grandes facilités et un vague à l'âme qui m'a fait préférer largement l'école buissonnière à l'école carcérale, dans l'indifférence, d'ailleurs, de mon entourage. Livré à moi-même, deux redoublements, pas de bac, abandon des études après cet échec, sans avoir jamais fourni le moindre effort scolaire du CP jusqu'au bac. Ce qui s'ensuit n'est que la suite logique. Quelques années de travail s'embrayant dans la foulée d'un service d'objection de conscience, au bout de 5 ans, mon contrat se termine à l'issue d'un conflit avec ma hiérarchie, et depuis je n'ai jamais réintégré le milieu professionnel (16 ans déjà).

Depuis, j'ai fait des choses beaucoup plus intéressantes, et notamment des choses de mon propre choix (monté une association puis passé à autre chose, écrit des romans, effectué des études de naturopathie, pris des cours de dessin, etc.), mais mon histoire me rattrape toujours. Passé depuis environ 9 ans au régime de l'AAH, je n'espère même plus réintégrer un parcours normal, et suis devenu très isolé, à part quelques membres de ma famille et un ou deux amis (surtout dans le monde virtuel). D'un côté, cette solitude relative me va bien, d'un autre elle est pesante, lorsque je ne trouve personne pour partager mes centres d'intérêt, ou simplement échanger avec moi sur certains sujets assez "pointus". Et puis quand je me sens mal, et que mon entourage ne veut pas en entendre parler, ou bien se trouve de toute façon trop loin de moi pour m'apporter un soutien autre que symbolique. La situation est parfois dangereuse, car sans être suicidaire, je suis conscient que cette tendance existe en moi, et resurgit dans les moments difficiles, ne serait-ce que comme une porte de sortie imaginaire... du moins, jusqu'à présent.

Bref... Je n'irai pas plus loin dans le pathos, et j'espère à l'occasion pouvoir faire découvrir des aspects de moi-même plus réjouissants.

Quoiqu'il en soit, merci de m'accepter sur ce forum.

Loxosceles
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 109
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 43
Localisation : Saint-Etienne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loxosceles

Message par utilisateurdebase le Sam 23 Juil 2016 - 9:02

entièrement d'accord avec toi concernant la volonté de ne pas s'enfermer dans une identité, de ne pas se coller une étiquette et de ne pas s 'engluer dans la pathos Smile
comme on est au moins 2, tu devrais statistiquement trouver plein de gens à qui parler ici^^

utilisateurdebase
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 783
Date d'inscription : 30/04/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loxosceles

Message par Cassiopée34 le Dim 24 Juil 2016 - 13:39

Je te souhaite la bienvenue à mon tour Smile
Ton histoire est touchante...

Cassiopée34
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 113
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 27
Localisation : Montpellier / Hérault

http://www.zebrascrossing.net/t27491-zebre-supposee-solitaire-co

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loxosceles

Message par Loxosceles le Dim 24 Juil 2016 - 18:38

Merci pour l'accueil. Smile

Loxosceles
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 109
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 43
Localisation : Saint-Etienne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loxosceles

Message par Yoda300 le Lun 1 Aoû 2016 - 18:56

Bienvenue !

Les amitiés virtuelles, c'est bien pour commencer en douceur.

Yoda300
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 526
Date d'inscription : 12/06/2016
Age : 43
Localisation : Lot-et-Garonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loxosceles

Message par ortolan le Lun 1 Aoû 2016 - 19:05

Bienvenue Loxosceles.

ortolan
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1510
Date d'inscription : 31/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loxosceles

Message par PatriciaClaire le Jeu 4 Aoû 2016 - 22:07

Bienvenue Loxosceles, Où l'on voit que la définition 'Asperger' et sujette à bien des variations d'appréciation individuelle, quand on lit ton parcours associatif, d'objecteur, de choix de vie qui sont effectivement plus les signes de ton refus d'hyper-adaptation.
Tu trouveras ici beaucoup de réponses, les bonnes les mauvaises, c'est une navigation stimulante.

PatriciaClaire
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 49
Date d'inscription : 25/01/2016
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loxosceles

Message par Loxosceles le Jeu 4 Aoû 2016 - 22:19

Salut et merci pour la bienvenue.

J'aimerais te demander si tu pourrais clarifier ceci :

PatriciaClaire a écrit:Où l'on voit que la définition 'Asperger' et sujette à bien des variations d'appréciation individuelle, quand on lit ton parcours associatif, d'objecteur, de choix de vie qui sont effectivement plus les signes de ton refus d'hyper-adaptation.

C'est pour être sûr que je n'ai pas compris à côté de la plaque. Merci d'avance.

Loxosceles
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 109
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 43
Localisation : Saint-Etienne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loxosceles

Message par PatriciaClaire le Jeu 4 Aoû 2016 - 23:22

Ah, une phrase qui fait tilt?
Je te conseille de lire les premiers chapitres du livre de Monique de Kermadec, "L'adulte surdoué à la conquête du bonheur"....

Le terme hyper-adaptation peut être remplacé par un autre terme que j'ai oublié ce soir, mais c'est le sens qui est important.

Je pense que tu es plus le siège d'une douance que d'une structure Asperger, encore que la limite entre les deux soit à mon avis obsolète.
Pour Monsieur Toutlemonde, l'apprentissage des normes n'a pas posé question, mais pour les HPI, les zèbres de toutes natures, tout question est mise en balance, ce qui ne permet pas de s'adapter, de s'identifier à la norme, à moins de se nier soi même. (c'est très résumé)....
De fait, tu me fais l'effet d'avoir refusé cette sorte de perdition de soi-même, que provoque la volonté d'être 'Normal'.
Refuser cette 'sur-adaptation' permet une sorte de résilience, de construction originale de soi, une création, qui évite de se perdre soi.
Malgré tout, le risque est de s'enfermer, au lieu de s'ouvrir aux autres.

Si j'ai mis cette phrase énigmatique, c'est que dans ta présentation, tu ne fais que peu référence à la douance, à la zébritude, et tu mets en avant ton 'autisme'.
Malgré tout, les thèmes que tu abordes, ressemblent fort à la problématique des surdoués..
Sans doute voulais-je lancer quelques pistes!...

PatriciaClaire
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 49
Date d'inscription : 25/01/2016
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loxosceles

Message par Loxosceles le Ven 5 Aoû 2016 - 0:06

Merci pour ta réponse, je comprends mieux ce que tu voulais dire en effet. Je crains de ne pas pouvoir m'épargner une longue réponse...

Pour ce qui est de la "douance", j'ai dit ailleurs que j'évitais d'utiliser tous ces termes : douance, zèbre, précocité, etc., surtout parce qu'à mon avis ils sont trop vagues et chargés de lourds présupposés. Tu me dis que la définition d'Asperger l'est tout autant, et que finalement, les problématiques qui se posent entre autisme Asperger et douance tendent à se brouiller, et j'en suis bien d'accord.

A ce stade, j'insiste bien sur le fait que je suis auto-diagnostiqué Asperger, et pas du tout diagnostiqué officiellement, mais il y a une raison à cela, qui éclairera d'un autre jour ce que tu dis sur le brouillage Asperger/surdon. Je vais raconter ça un petit peu en détail.

A deux reprises, une fois pour les "3 jours", avant ma période de travail, et une fois lors d'un bilan de compétence, après cette même période (donc plusieurs années d'intervalle, je dirais 7 ou 8 ), j'ai passé des tests psychotechniques, et à chaque fois, on m'a dit que mes résultats étaient exceptionnels. Le militaire qui m'a reçu après les tests des 3 jours m'a même parlé d'un sans faute, et il voulait me recruter pour les paras, les chasseurs alpins ou autre bidule d'élite. Pas de bol, j'avais déjà mon statut d'objecteur, et ma convocation aux 3 jours était vraisemblablement une erreur de leur part. Ça ne m'a pas beaucoup frappé à l'époque, je savais que j'étais doué pour ce genre d'exercice là, et pourtant j'avais raté mon bac (et étais passé à côté de ma scolarité). Disons que ça me permettait de me dire que j'étais quand même mieux que ces cons de militaires... (désolé s'il y en a qui me lisent)

Pour le bilan de compétence, c'était encore plus frappant. La femme qui m'a fait passer les tests était stupéfaite. Je me rappelle clairement qu'elle a dit "c'est du jamais vu... il y a clairement un potentiel non exploité", puis elle a parlé d'une orientation vers une carrière d'ingénieur. J'imagine qu'elle doit pourtant voir des tas de tests passer tous les jours (idem pour le militaire, puisque les 3 jours se passaient par troupeaux entiers). Mais voilà, ça ne m'a encore pas frappé. En fait, j'étais conscient de ça, et ces tests ne faisaient que confirmer une aisance intellectuelle, ça ne me flattait même pas tant que ça qu'on me le reconnaisse, mais un peu quand même, et à vrai dire, ça me suffisait... Je n'ai eu aucune envie de m'enfermer pour des années d'étude pour raccrocher une carrière d'ingénieur, après le vécu scolaire calamiteux que je trainais, donc j'ai simplement laissé tomber...

Tout ça pour dire que je sais, j'ai toujours sur que j'étais "doué", oui mais et alors ? La première réflexion que je me suis faite à moi-même après ce bilan de compétence a été de me dire "je n'ai aucune envie de m'insérer dans leur truc, là... devenir l'esclave bien rangé qui met ses talents au service de ce système pourri qu'on ne me laissera jamais changer de l'intérieur ? adios..." J'avais vécu ça au travail : animateur socio-culturel perdu au milieu des petits arrivistes de ce milieu précis, semi-incompétents, certes pleins de bonne volonté, d'envie de bien faire, mais décourageant toute tentative d'amélioration du travail et de ses conditions... Dans ma tête, c'était déjà fini pour moi, le monde du travail... Ce que l'avenir n'a fait que confirmer, et plus encore au moment où j'écris ces lignes.

Donc tu as sûrement raison avec cette affaire de résistance à l'hyper-adaptation, mais je n'ai pas tout dit... Par la suite, j'ai eu deux expériences bien précises qui m'ont mené là où je suis.

La première : après plusieurs années d'errance, je me coltine une formation  dans un domaine qui m'intéresse vaguement, mais qui est surtout un vaste fourre-tout pour asociaux avec quelque chose dans la tête (l'infographie). C'était facile, relativement intéressant, et cerise sur le gâteau, mes deux profs étaient supers, dont un vieux hippie sur le retour, et l'autre un type super-compétent, pertinent dans ses remarques et tout. J'apprenais beaucoup de choses, seulement voilà, j'ai quand même pété un câble. La formation devait durer 6 mois à mi-temps, j'ai commencé à m'écrouler au bout de 3, et j'ai craqué durant le 4e (idées noires, angoisses, cauchemars, insomnies). Je suis allé voir mon médecin, alors que j'avais commencé (comme au lycée) à faire sauter des cours. Plutôt penaud, ne sachant pas comment formuler la chose, je vais au plus court, et je lui dis le truc pratiquement comme ça : "voilà, j'ai entamé une formation, mais euh... je n'y arrive pas". Il a commencé par piquer une colère, et alors que je lui avais toujours fait confiance, il m'a répliqué "mais enfin, la normalité c'est le travail, c'est pas le non-travail"... visiblement choqué dans ses références, et pensant sur le coup avoir à faire à un simple tire au flanc. Puis il s'est repris tout seul, en voyant que je ne savais comment réagir, puis il s'est rappelé qu'il m'avait signé une reconnaissance de handicap, genre deux ans plus tôt, portant sur des raisons physiques et psychiques, et il a dit à peu près "ah mais c'est vrai, vous... vous n'arrivez pas à travailler..." et il a fait un arrêt de travail. Je ne suis plus jamais retourné à cette formation (qui était rémunérée, il faut le savoir, je n'avais aucun intérêt à ne pas la finir).

La seconde : après avoir refusé pendant longtemps tous les diagnostics et conseils ("vous feriez un excellent ingénieur", "vous êtes borderline et anti-conformiste", "vous devriez faire une psychanalyse", "je te verrais bien comme agriculteur..." ) qui pourtant avaient probablement du vrai dans une certaine mesure, au moins dans certains cas, mais ne me semblaient ni expliquer ma situation, ni en fournir une issue autre qu'une fuite, et après avoir passé des années à lire des trucs sur les surdoués (sur internet, aucun bouquin en l'occurrence), il me semblait que le surdon n'était qu'une part de l'explication, qu'il devait y avoir des choses dans mon passé, mon vécu, ma famille, etc. J'ai vu des psys (j'en voyais bien avant cela) par intermittence, m'agaçant aussi de leurs discours après quelques séances en général. J'ai pourtant fini par avoir un déclic quand je suis tombé sur le sujet spécifique de l'autisme Asperger. Au début, comme d'habitude, je n'y prêtais pas trop attention, mais assez rapidement, je me suis dit "nom de Dieu mais... ça pourrait expliquer tant de choses... ce sentiment d'être émotionnellement coupé du monde, la difficulté quasi insurmontable à me rapprocher de mes aspirations, le fait que je sois aussi démuni face à certaines situations de l'intimité que face à beaucoup de situations de la société..." et j'en passe, et j'en passe... C'était comme une révélation, alors bien sûr, j'ai fait des tests (ce n'était pas la première fois, j'ai toujours été assez friand de systèmes typologiques comme l'ennéagramme, le MBTI, et d'autres) et pour la seconde fois (l'ennéagramme avait été la première, mais beaucoup plus superficielle, avec le recul) j'ai eu le sentiment que ça me correspondait tellement que ça devait être la clef.

Enfin bon, voilà... Pour tenter de conclure, je crois que chez moi, les problématiques du surdon (j'en comprends très bien les implications, en terme d'incompréhension, de décalage, d'esprit critique, etc.) et de l'autisme se superposent (cela expliquerait plus particulièrement pourquoi j'ai pu subir un harcèlement de la part de profs, une solitude maladive malgré mon aspiration à avoir des amis et une vie sociale riche, une profonde aversion pour tout ce qui me ramène au réel froid, comme les paperasses, ma fuite de toute forme d'obligations sociales qui va bien au-delà du simple dégoût, etc.).

Je ne veux pas sur-interpréter non plus, ni surestimer l'aspect autistique dans mon cas, d'ailleurs je suis plus attaché à la vérité qu'à m'enfermer dans une quelconque étiquette victimaire, même si je suis clairement en quête de quelque chose qui me protègerait de la société, car je la vois clairement comme une menace vitale envers moi-même. Je suis persuadé que je deviendrais fou, si je devais m'y intégrer réellement. Peut-être n'est-ce pas propre à l'autisme Asperger, certainement même, mais il me semble évident qu'il renforcerait ce problème.

Enfin, j'ai tendance à voir mon père comme un exemple d'Asperger hyper-adapté, ne se connaissant pas lui-même, et ayant certaines caractéristiques que certains attribueraient à la perversion narcissique (autre étiquette que je déteste), mais que je vois plutôt comme des débordements de colère qui proviennent d'une mauvaise connaissance de lui-même avant tout.

Désolé pour le pavé, mais ton hypothèse nécessitait de raconter un peu l'ensemble avec autant d'honnêteté et de précision que possible, je pense. Je n'ai pas tranché, pour ma part, et je suis avant tout ici pour mieux comprendre (et compléter mon actuelle psychothérapie).


Dernière édition par Loxosceles le Ven 5 Aoû 2016 - 5:35, édité 1 fois

Loxosceles
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 109
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 43
Localisation : Saint-Etienne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loxosceles

Message par PatriciaClaire le Ven 5 Aoû 2016 - 3:02

J'ai goûté ton texte et tes explications avec plaisir. Il est tard, je me permettrai une réponse demain, plus fournie, pour continuer le dialogue. Ta réponse est super belle.

La définition qu'on donne des zèbres et du rapport avec Asperger, je suis tout à fait d'accord pour la moduler, c'est une question ouverte, et je ne détiens que quelques clés:

Mon père, je le définis comme asperger intégré à sa façon, mais qui sans colère, a fui ses enfants autant qu'il le pouvait, fuyant par là l'affrontement à l'affectif que nous voulions recevoir. Ma petite soeur, elle, milite dans une association Aspi, elle a deux fils, un 'classé' THQI, l'autre HQI et Asperger, et elle même, se définit comme possiblement HQI (c'est même certain, pour moi) et limite aspi (nous avons réfléchi ensemble, le problème est justement cette lisière floue du malaise RESSENTI qui finit par faire se ressembler les deux conditions...

Quand à moi, j'ai été testée HPI il y a bien des années (à 15 ans; j'ai 56 ans) sur la pression de ma soeur, j'ai effectué le test Aspi sur internet, il ne fonctionnait pas (incohérence), ou ne montrait que des signes non aspi, pour ce qui est ma vie actuelle... mais par le passé, ma soeur me faisait remarquer comme ma symptomatologie ressemblait à la problématique aspi...

...Je ne suis pas d'accord. Elle avait des notes genre 21 sur 20 partout, moi j'avais des zéro partout, tout en étant hpi dépistée. ce n'est qu'après mon arrêt de travail, à lire les descriptions (sur internet aussi, le seul bouquin que j'ai lu ,partiellement!, est celui que je t'ai cité...) j'ai pu avoir la certitude que la symptomatologie d'échec des HPI est identique à la mienne.

Voilà, en guise d'introduction pour ce soir, pourquoi je t'ai lancé sur ma propre vision des choses, et tes réponses sont admirables, parce qu'elles sont dans la même cohérence, j'aime beaucoup et je relirai plus tard ton texte pour bien l'assimiler.

Je n'ai pas non plus une haute opinion du monde dans lequel nous sommes forcés à vivre. J'ai cessé de travailler, et je ne reprendrai pas non plus le travail. Après un congé de longue durée pour dépression, parce qu'il faut bien mettre un motif, je serai en retraite anticipée.
Au départ, j'ai fait une sorte de burn-out, sans doute lié à mon traumatisme lombaire assez grave qui m'a affaibli, mais j'ai pu voir comme je m'abîmais à essayer de contenter ce même milieu bourgeois que je servais indirectement.
On a critiqué mon travail, malgré mes efforts désespérés pour palier ma pathologie que je ne comprenais pas non plus, il faut dire, mal diagnostiquée... J'ai donc quitté brusquement mon travail et par deux fois ayant repris, j'ai lâché à nouveau.
Je ne peux que me sentir en résonance avec ce que tu as vécu. Comme dans les dialogues avec ma sœur par le passé, j'ai du mal à croire que ce côté mimant asperger ne soit pas une résultante d'un cerveau différent, dit HPI, au sens où son fonctionnement est différent, causant une difficulté à s'adapter à un monde qui de toute manière, nous est étranger.
Ma sœur dit s'être construite une bulle, qui lui permet de travailler sans état-d'âme.
Pour ma part, mes lectures, mes connaissances de travaux scientifiques, me permettent au contraire d'aller vers les autres, limpide, avec une certaine naïveté assumée, qui m'expose terriblement aux autres, mais qui est aussi une clé pour explorer l'arrière façade de la pseudo-normalité des gens.





PatriciaClaire
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 49
Date d'inscription : 25/01/2016
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loxosceles

Message par Loxosceles le Ven 5 Aoû 2016 - 5:33

Merci beaucoup pour cet échange dors et déjà, qui me donne l'occasion d'une réflexion sur mon cas et me fait entrevoir quelques possibilités. J'aurais dors et déjà une ou deux choses à dire qui me sont venues, mais que je vais laisser mûrir un peu, en attendant la suite de tes remarques, avec beaucoup d'intérêt. Nos expériences semblent en effet fournir quelques croisements...

Loxosceles
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 109
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 43
Localisation : Saint-Etienne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loxosceles

Message par PatriciaClaire le Ven 5 Aoû 2016 - 22:53

Ma référence scientifique pour le sujet 'Asperger', c'est en langue anglaise, les travaux du Pr Simon Baron-Cohen, et de son Autism-research-Center à Cambridge. (Ouille, si tu lis et comprends l'anglais...de Cambridge!)
Là tu peux t'y perdre des heures pour intégrer des données des neurosciences, et tout l'arsenal neuropsychologique des tests que cette équipe utilise pour cerner la question de la condition autistique.
Là, je veux dire sur leur site internet www.autismresearchcentre.com
et sur Youtube où S.Baron-Cohen a été filmé lors de nombreuses conférences qu'il a donné à travers le monde.
Pour être plus complète, il faut aussi chercher des articles sur la particularité du cerveau des autistes, sur la maladie pseudo autistique liée aux additifs des vaccins ou aux vaccins eux-mêmes, sur la part génétique des formes d'autisme grave.

Pour ce qui est la partie HPI, j'aime beaucoup le site http://www.talentdifferent.com/sommaire

...tu apprécieras certainement le terme?

J'y ai trouvé des articles, des liens intéressants, et surtout des témoignages passionnants qui me renvoient à moi-même, d'autant que les femmes sont nombreuses à intervenir...

Mais bon, ça c'est encore un de mes trucs, la douance ne me semble pas la même selon la sexuation du cerveau (je n'ai pas dit selon le sexe...) et si tu es passé avant chez Simon Baron-Cohen, tu comprendras certainement le distiguo.

Malgré tout, je suis assez seule à défendre ces idées, de même que le lien avec 'la condition Asperger'

Pour ce qui est de l'isolement, de l'incapacité à se faire à la norme, carrière-confort financier-vie banale, en explorant le forum, ou plutôt les témoignages, tu t'apercevras que ta situation est assez représentative de certains types de HPI.

Nous nous posons trop de questions pour enfiler le costume de la norme, et d'une manière ou d'une autre, nous supportons mal l'injustice, l'à-peu-près, le mensonge des normes qui se disent universelles... et cætera
J'aurai été courte ce soir!, mais avec les liens qui vont se ramifier, c'est toute la recherche sur la condition Asperger qui s'ouvre à toi!
Je m'efface donc un moment.... : Arrow sleep:

PatriciaClaire
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 49
Date d'inscription : 25/01/2016
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loxosceles

Message par Loxosceles le Ven 5 Aoû 2016 - 23:19

Merci à toi, je vais grignoter les liens à mon rythme, sans me bouffer le cerveau quand même. Jusque là j'ai pas mal rechigné (trop de blogs où chacun donne sa petite vision subjective et trucs comme ça, sans qu'il soit vraiment possible de vérifier les propos sans s'impliquer), mais il faut bien que je rentre un peu dans le truc à un moment.

J'ai déjà croisé pas mal de discussions enrichissantes, et j'ai bien vu que ma problématique n'est pas isolée. Après il reste la question : d'accord mais ce type qui dit comme moi, il est pas un peu Asperger, aussi ?

J'ai songé à ouvrir un sujet sur les spécificités du syndrome, mais chaque chose en son temps.

Loxosceles
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 109
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 43
Localisation : Saint-Etienne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loxosceles

Message par PatriciaClaire le Sam 6 Aoû 2016 - 2:59

Ici une page de plusieurs i-tests de référence dont un sur le risque autistique:
http://mindchecker.channel4.com/

Ce site a été le support d'une i-recherche sur un demi million de personnes qui ont répondu au test sur l'autisme, publiée sur l'Autism research center.
Mon résultat, conforme:

PatriciaClaire
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 49
Date d'inscription : 25/01/2016
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loxosceles

Message par Loxosceles le Sam 6 Aoû 2016 - 3:32

http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=517126autismtest.jpg

En fait, j'avais déjà fait deux fois ce test en français, je crois. A chaque fois il y a deux ou trois questions qui me font un peu hésiter, mais je tombe toujours sur un résultat de ce genre... J'en ai fait d'autres, qui donnent des résultats similaires, en général.

PS : je ne sais vraiment pas où commencer, sur autismresearch... c'est effrayant...

PS 2 : effrayant...

Loxosceles
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 109
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 43
Localisation : Saint-Etienne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loxosceles

Message par PatriciaClaire le Sam 6 Aoû 2016 - 4:16

essaie une conférence de SBC, c'est moins fatiguant!

www.youtube.com/watch?v=eEYy1GXaNNY

moi je lâche je vais au dodo, ça peut être utile!

PatriciaClaire
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 49
Date d'inscription : 25/01/2016
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loxosceles

Message par Loxosceles le Lun 8 Aoû 2016 - 13:44

Donc j'ai regardé ça et j'ai fouillé un peu les liens, mais je me suis rendu compte que j'avais déjà exploré plusieurs de ces pages. J'aurais plutôt tendance à me conforter dans mon auto-diagnostic, puisque ces tests que j'ai fait pointent bien vers une certaine forme, ou un certain degré d'autisme, mais surtout, j'ai du mal à voir l'intérêt d'éplucher en profondeur tous les articles sur le sujet. Ça ne peut qu'alimenter une certaine obsession, et je crois malheureusement que seul un professionnel pourrait m'aider à trancher la question, ce que je n'ai pas forcément très envie de faire, pour ne pas créer un effet d'étiquette trop puissant.

Je retiens l'idée que la tendance à l'hyper-adaptation, ou au contraire, la résistance à cette hyper-adaptation, peut brouiller les cartes, en apportant des éléments acquis qui vont se greffer sur un éventuel autisme inné, ou sur tout autre schéma pré-existant, et qu'une situation du "surdon" pourrait suffire à expliquer certaines choses, en conjonction avec la résistance à l'hyper-adaptation. Donc j'en suis à peu près à ce stade de la réflexion sur cet aspect.

Loxosceles
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 109
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 43
Localisation : Saint-Etienne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loxosceles

Message par Sun Simiao le Lun 8 Aoû 2016 - 17:24

Bonjour cher ami !
J'ai lu tes premières publications... mmmh. Je ne suis certes pas psy (mon père l'est, mais c'est pas génétique Wink ), mais connaissant une vraie de vraie Aspeger certifiée, bien autiste comme il faut, j'ai du mal, à te lire, à t'imaginer autiste. Voilà mon ressenti. Tout ce que tu veux, mais pas autiste. Je peux me tromper, bien évidemment, mais à mon avis, t'es un cas bien moins désespéré... et plus banal... et donc bien plus apte au bien-être, à l'épanouissement. Je ne sais pas comment... y'a des tas de choses utiles à lire ici... Trauma ? =>EMDR ? + Un vrai bon psy ? Problèmes relationnels ? idem, EFT ? CNV + introspection intelligente ? Etc...
Il semble que tu aies simplement du mal à accepter l'imperfection du réel, et que tu doutes du fait que tu puisses contribuer à l'améliorer. Plus de l'auto-sabotage. Mais bon... A la limite, c'est l'extrême du banal ! Wink

Sun Simiao
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 402
Date d'inscription : 04/08/2016
Localisation : ici

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loxosceles

Message par Loxosceles le Mar 9 Aoû 2016 - 0:01

...


Dernière édition par Loxosceles le Mar 9 Aoû 2016 - 5:59, édité 2 fois

Loxosceles
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 109
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 43
Localisation : Saint-Etienne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loxosceles

Message par Loxosceles le Mar 9 Aoû 2016 - 5:24

PatriciaClaire a écrit:
Je ne peux que me sentir en résonance avec ce que tu as vécu. Comme dans les dialogues avec ma sœur par le passé, j'ai du mal à croire que ce côté mimant asperger ne soit pas une résultante d'un cerveau différent, dit HPI, au sens où son fonctionnement est différent, causant une difficulté à s'adapter à un monde qui de toute manière, nous est  étranger.
Ma sœur dit s'être construite une bulle, qui lui permet de travailler  sans état-d'âme.

Ce que j'ai du mal à comprendre, c'est comment une structure non-asperger peut donner une telle ressemblance. Mimétisme, dis-tu. Mais alors il y a forcément une base commune. Dans mon cas, dans tous les tests que j'ai fait, l'aspect autistique est fort. Il est vrai que je ne me retrouve pas dans tous les aspects typiques d'Asperger, mais il est vrai aussi que certains traits apparemment typiques sont très forts chez moi. Alors... dans mon cas, une base autistique qui m'aurait induit en erreur ? Une définition d'Asperger pas assez exclusive ?

J'avoue que le côté autistique à lui seul pourrait déjà expliquer pas mal de choses, maintenant tu dis que le monde est étranger aux HPI en général. J'avoue avoir du mal à comprendre pourquoi. Dans mon cas j'en suis à un point que, pendant longtemps, je ne savais jamais dans quel magasin acheter tel ou tel truc... Je devais toujours demander à d'autres. Pareil, quand je faisais des voyages, c'est toujours les autres qui organisaient tout, moi ça me dépassait. Exemples parmi d'autres de ce décalage, de la déconnexion à laquelle me conduit cet état de rêverie quasi-permanente dans laquelle je baigne depuis la petite-enfance (j'ai quelques souvenirs, rares mais assez parlants, de cela, mais de l'ordre du ressenti, essentiellement, et aussi quelques images).

Bref, je cherche...

Loxosceles
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 109
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 43
Localisation : Saint-Etienne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loxosceles

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 3:20


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum