Vivre bien la solitude

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Vivre bien la solitude

Message par chuna56 le Sam 16 Juil 2016 - 14:20

J'ai pas mieux comme titre, j'étais partie sur un truc encore plus pourri, du genre "trucs et astuces pour..." Razz

Bref, sujet qui me taraude depuis un bon moment, parce qu'en fait, différentes problématiques se bousculent dans mon crâne, plus ou moins liées, sans trop savoir ce qui cause quoi, quand comment où.

Je vais donc partie de là.

Je me sens seule.

C'est pas qu'un sentiment, c'est également une réalité. Je vis seule, je suis célibataire.
J'ai au moins cette chance (ou malchance?) d'avoir ma famille près (mes parents et ma grande soeur). On est très famille (trop!). En fait, j'habite juste en face, je loue l'appart de la grand mère depuis 3 ans. L'année précédente, j'étais carrément chez mes parents, au sortir de ma thèse, chômage oblige.
Mais plus pour longtemps, dans quelques jours (semaines?), je bouge, je vais m'installer dans la maison familiale, une maison immense, ils vivaient à 8 dedans. Mes chevaux sous les fenêtres. Mon rêve de toujours (les chevaux sous les fenêtres, pas la maison en elle même, même si je l'aime bien).

En revenant dans la région, j'ai perdu tous mes amis.
j'ai bougé pendant des années sur toute la France pour mes études. Je me suis toujours fait des amis où j'étais, sans trop de difficulté. J'étais dans le circuit universitaire, faut dire que ça aide...
En revenant ici, dans les Landes, pays assez désertique lol, ça a été très dur.
Déjà de revenir habiter avec mes parents (grosses engueulades, j'ai vécu 12 ans seule en appart, ça m'a fait un choc, et ils sont pas chiants pourtant). Perte d'autonomie, je me suis remise à leur rythme au final.

J'ai tenté de rencontrer du monde.
Dans ma dernière ville, à Nancy, je m'étais fait des copines de cheval, et on était tout le temps ensemble. On a fait plein de trucs (stages, balades en tout genre, projets...).
Je recherchais un peu ça.
Malgré mes efforts, j'ai trouvé aucune personne sur la même longueur d'onde que moi. Je me suis fait des copines, sympas, mais rien de profond. Pas de vraie relation amicale, ou intime, même si ya des personnes que j'aime beaucoup.
J'ai visé le milieu du cheval, puisque c'est ma passion, et qu'au final, c'était plus simple. J'en suis même arrivée à créer une page facebook pour ma région.
Mais rien qui ne me satisfasse.

Entre temps, j'ai coupé les liens avec deux proches, en me rendant compte (enfin en acceptant surtout lol) que ces relations étaient toxiques.
Nous avions un contact quotidien par mail, régulier par téléphone. Je ne me sentais du coup pas si seule. Je savais qu'on se veillait les uns sur les autres.

Aujourd'hui, il me reste des amies, très chères, que j'adore, mais qui ont leur vie, leur chéri, leurs enfants, leurs amis, activités... autant de choses concrètes que je n'ai pas. Si ça va pas, elles sont là pour moi, un coup de fil et puis voilà.
Mais je ne les sollicite pas trop, elles ont autre chose à faire, contrairement à moi.
On se voit une fois par an, avec de la chance. Elles sont très loin... (Nancy, Savoie...)

Alors je me retrouve seule, toujours et encore, à attendre que cela change.

j'ai fait vraiment des efforts, mais je fatigue aujourd'hui.

S'ajoute à ça des comportements que j'aimerais changer. Rester des heures sur le net (forums, facebook), à attendre qu'il se passe quelque chose. Pathétique... Dépendance pour la nourriture (j'ai beaucoup de poids à perdre), ça me rassure et me culpabilise. Procrastination (même si c'est limité en ce moment puisque je suis en train de retaper la baraque).

Qui entraine quoi, je sais pas trop...

Par où commencer ?

Comment apprendre à mieux vivre ce vide ?

je flippe notamment de me retrouver dans cette grande maison, pour le coup je vais être seule!...

chuna56
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1331
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 35
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vivre bien la solitude

Message par Sunshine le Sam 16 Juil 2016 - 15:59

Pourquoi y aller, alors, dans cette grande maison? Les chevaux, c'est sûr...
Tout le problème entre le besoin de calme, être proche de la nature et être en relation avec autrui pour des choses sympas.
Faire des choses ensemble, en effet.
Mais faire qqch qui fasse vraiment sens pour soi (parce que faire pour faire... Un petit atelier crochet, tant qu'on y est... Je n'ai rien contre le crochet et pense que ça peut en passionner certaines-certains, mais pas moi)
Pour ma part (je ne connais rien de ta vie, je ne me permettrai que d'apporter un témoignage, qui fera peut-être écho, peut-être pas): la relation proche de la famille, même si, dans l'idée, ça semble sympa, pour moi, ce serait un piège. Il y a une dizaine d'années, alors que je cherchais à acheter un appartement, voilà ce que m'ont proposé mes parents: on t'achète un appartement près de chez nous (ils sont en banlieue un peu éloignée, je ne rêvais que de Paris où je vivait déjà depuis dix ans) et il est à toi. J'ai refusé (et je les ai engueulé en passant, leur reprochant de vouloir une gentille fifille qui les rassure par sa présence mais que mon intérêt -amis, activités- ils n'y avaient pas songé un seul instant, etc).
Il y a eu aussi l'éloignement de la famille plus éloignée (oncles, tantes): des gens super sympas avec moi mais avec lesquels, à un moment, je me suis sentie la petite nièce pour l'éternité... Les rôles sont écrits depuis le début, c'était eux les adultes et nous (la génération suivante) les enfants. Je sentais que je ne parvenais pas à avancer, grandir, avec des comptes à rendre, etc.
Le problème si l'on habite près de chez ses parents (ou famille en général), d'après moi: c'est comme s'il y avait en permanence l'oeil de moscou sur soi (intériorisé aussi), être bien, bien agir, en bonne fille (et si tu as envie de coucher avec un gars différent chaque soir... ou te saouler et rentrer ivre morte? Ou avoir des activités illégales? Tout ça -ce ne sont que des exemples, un peu pour faire rire aussi - tu ne pourrais sans doute pas , hein...?) Ce que je veux dire, c'est que dans cette proximité, (moi, en tout cas, c'est ce que je me suis dit), c'est comme si tacitement le contrat c'était de rester telle qu'on m'a toujours considérée, avec un système de valeurs extérieur à moi et qui me serait imposé ou en tout cas auquel je me sentirais tenue de me conformer....
Voilà, mes quelques remarques en vrac.

Sunshine
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 373
Date d'inscription : 06/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vivre bien la solitude

Message par chuna56 le Sam 16 Juil 2016 - 20:17

Pourquoi cette grande maison?

Ben justement, pour tout ce que tu dis sur la famille trop proche ^^
ça va me permettre de m'éloigner,physiquement, de me sentir plus autonome, même si je vis déjà dans un appart que je paye, et que je gagne mon argent, et donc que je le suis déjà. Comme tu le dis, je me sens obligée vis à vis d'eux.
Puis bon, les chevaux sous les fenêtres, ça n'a pas de prix Smile à commencer par moins de stress, et de fatigue, je dois faire la route tous les jours pour m'en occuper actuellement, et mes péteuses s'échappent régulièrement, au moins je serai sur place pour les surveiller.

et si tu as envie de coucher avec un gars différent chaque soir... ou te saouler et rentrer ivre morte? Ou avoir des activités illégales?

Tu ne crois pas si bien dire!...
Déjà ramener un mec, c'est compliqué, alors imagine quand je veux ramener 3 ou 4 à la fois!
Pour ce qui est des activités illégales, lorsqu'on fabrique des drogues, mes parents prennent un bénéfice dessus, donc ça va, ils sont pas trop regardant.

Dent pétée

Plus sérieusement, je les adore, mais en effet, j'ai pas d'intimité, même si je suis chez moi, et ils savent tout ce que je fais.
Et j'en peux plus. Même s'ils sont pas chiants.

Après, je vais te dire, j'ai mis 1000km entre ma mère et moi par le passé, elle avait plus d'impact dans ma vie qu'aujourd'hui.
C'est pas évident, mais on peut apprendre à mettre des limites, même si c'est encore compliqué du côté de chez moi (et le problème vient de moi qui peine à dire non, même si c'est pas comparable aujourd'hui par rapport à avant)

Pour ce qui est des oncles et tantes, ça va, on est des étrangers, je suis tranquille lol

Après, de toute façon, je suis seule, famille ou pas, ce sont les seuls que je vois en ce moment (je suis en vacances pour 2 mois, je suis prof).
Et si je les vois même pas eux Shocked
mais je ne vais pas rester proche pour autant, nan nan nan lol

chuna56
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1331
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 35
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vivre bien la solitude

Message par Sunshine le Dim 17 Juil 2016 - 0:27

J'avais lu un peu vite (je croyais que la grande maison était proche de chez les parents ...dealers, à ce que je comprends... c'est cool Very Happy )
Je me dis, en ce moment, que faire qqch (construire, réaliser, créer, pas seulement faire une activité genre yoga où l'on est côte à côte mais où l'on ne collabore pas) avec d'autres, c'est peut-être un élément de réponse. Je commence la chorale à la rentrée, je crois que ça peut être qqch de puissant.

Sunshine
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 373
Date d'inscription : 06/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vivre bien la solitude

Message par chuna56 le Dim 17 Juil 2016 - 7:36

La maison est proche (une dizaine de km), mais je pense que ça suffit pour pouvoir organiser des partouzes tranquille Dent pétée

J'ai tenté de me mettre dans le club photo du village, je te dis pas comment je me suis fait chier Embarassed
Ils savent, tu comprends, alors qu'ils ne maîtrisent pas leur boitier ou bien un logiciel de traitement d'images. Moi qui croyais apprendre des choses, j'ai pas été déçue :'( Techniquement j'étais la plus câlée...

Bon, bon, faut que je tente autre chose quand même.

Ceci dit, mon souci il vient le we, surtout, quand je n'ai pas vu de monde depuis plus de 6h...
et on ne peut pas être 100% du temps avec les autres (en étant célibataire en tout cas)

chuna56
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1331
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 35
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vivre bien la solitude

Message par Yoda300 le Dim 17 Juil 2016 - 22:21

Et bien je ne sais pas si c'est déjà le cas, mais a priori pour les WE il y a les IRL organisés sur ce forum. Cela te permettra déjà de voir un peu de monde.

Yoda300
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 551
Date d'inscription : 12/06/2016
Age : 43
Localisation : Lot-et-Garonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vivre bien la solitude

Message par chuna56 le Lun 18 Juil 2016 - 6:26

J'y songe, mais pour le moment j'ai rien vu dans le coin...

chuna56
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1331
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 35
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vivre bien la solitude

Message par Yoda300 le Mar 19 Juil 2016 - 0:31

Il faudra peut-être te déplacer sur Bordeaux ou Bayonne.

Yoda300
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 551
Date d'inscription : 12/06/2016
Age : 43
Localisation : Lot-et-Garonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vivre bien la solitude

Message par Alaintuitif le Mar 19 Juil 2016 - 16:35

ou même Cestas elephant

Alaintuitif
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 816
Date d'inscription : 24/05/2016
Age : 49
Localisation : Bordeaux Cestas

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vivre bien la solitude

Message par Jodhaa le Mar 19 Juil 2016 - 18:22

chuna56 a écrit:J'ai pas mieux comme titre, j'étais partie sur un truc encore plus pourri, du genre "trucs et astuces pour..." Razz

Bref, sujet qui me taraude depuis un bon moment, parce qu'en fait, différentes problématiques se bousculent dans mon crâne, plus ou moins liées, sans trop savoir ce qui cause quoi, quand comment où.

Je vais donc partie de là.

Je me sens seule.

C'est pas qu'un sentiment, c'est également une réalité. Je vis seule, je suis célibataire.
J'ai au moins cette chance (ou malchance?) d'avoir ma famille près (mes parents et ma grande soeur). On est très famille (trop!). En fait, j'habite juste en face, je loue l'appart de la grand mère depuis 3 ans. L'année précédente, j'étais carrément chez mes parents, au sortir de ma thèse, chômage oblige.
Mais plus pour longtemps, dans quelques jours (semaines?), je bouge, je vais m'installer dans la maison familiale, une maison immense, ils vivaient à 8 dedans. Mes chevaux sous les fenêtres. Mon rêve de toujours (les chevaux sous les fenêtres, pas la maison en elle même, même si je l'aime bien).

En revenant dans la région, j'ai perdu tous mes amis.
j'ai bougé pendant des années sur toute la France pour mes études. Je me suis toujours fait des amis où j'étais, sans trop de difficulté. J'étais dans le circuit universitaire, faut dire que ça aide...
En revenant ici, dans les Landes, pays assez désertique lol, ça a été très dur.
Déjà de revenir habiter avec mes parents (grosses engueulades, j'ai vécu 12 ans seule en appart, ça m'a fait un choc, et ils sont pas chiants pourtant). Perte d'autonomie, je me suis remise à leur rythme au final.

J'ai tenté de rencontrer du monde.
Dans ma dernière ville, à Nancy, je m'étais fait des copines de cheval, et on était tout le temps ensemble. On a fait plein de trucs (stages, balades en tout genre, projets...).
Je recherchais un peu ça.
Malgré mes efforts, j'ai trouvé aucune personne sur la même longueur d'onde que moi. Je me suis fait des copines, sympas, mais rien de profond. Pas de vraie relation amicale, ou intime, même si ya des personnes que j'aime beaucoup.
J'ai visé le milieu du cheval, puisque c'est ma passion, et qu'au final, c'était plus simple. J'en suis même arrivée à créer une page facebook pour ma région.
Mais rien qui ne me satisfasse.

Entre temps, j'ai coupé les liens avec deux proches, en me rendant compte (enfin en acceptant surtout lol) que ces relations étaient toxiques.
Nous avions un contact quotidien par mail, régulier par téléphone. Je ne me sentais du coup pas si seule. Je savais qu'on se veillait les uns sur les autres.

Aujourd'hui, il me reste des amies, très chères, que j'adore, mais qui ont leur vie, leur chéri, leurs enfants, leurs amis, activités... autant de choses concrètes que je n'ai pas. Si ça va pas, elles sont là pour moi, un coup de fil et puis voilà.
Mais je ne les sollicite pas trop, elles ont autre chose à faire, contrairement à moi.
On se voit une fois par an, avec de la chance. Elles sont très loin... (Nancy, Savoie...)

Alors je me retrouve seule, toujours et encore, à attendre que cela change.

j'ai fait vraiment des efforts, mais je fatigue aujourd'hui.

S'ajoute à ça des comportements que j'aimerais changer. Rester des heures sur le net (forums, facebook), à attendre qu'il se passe quelque chose. Pathétique... Dépendance pour la nourriture (j'ai beaucoup de poids à perdre), ça me rassure et me culpabilise. Procrastination (même si c'est limité en ce moment puisque je suis en train de retaper la baraque).

Qui entraine quoi, je sais pas trop...

Par où commencer ?

Comment apprendre à mieux vivre ce vide ?

je flippe notamment de me retrouver dans cette grande maison, pour le coup je vais être seule!...


Bonsoir Chuna56 =)

Tout d'abord, je te remercie pour ton post qui je pense doit résonner avec vigueur chez pas mal de personnes ici présentes sur ce forum, notamment en moi. Je suis toute nouvelle sur Zebras Crossing et je lis avidement des sujets qui sont le prolongement de mes pensées. Il y a surtout cette phrase qui m'a interpellée :
Chuna56 a écrit:S'ajoute à ça des comportements que j'aimerais changer. Rester des heures sur le net (forums, facebook), à attendre qu'il se passe quelque chose. Pathétique...
. Je me revois devant mon ordinateur il y a quelques jours à penser la même chose. Attendre ce qui ne vient pas. C'est un sentiment pour le moins douloureux... Triste
Alors je connais parfaitement la bonne vieille solitude qui se bouscule autant dans la tête que dans le corps devenu asthénique, vide de toute vie, celle qui nous rappelle notre impuissance de franchir cette montagne.
Les relations sociales que j'entretiens sont relativement superficielles. Les amis sont devenus rares. Le temps est long.
Et toujours cette éternelle question qui revient sans cesse : "Pourquoi ne suis je pas comme les autres ?".
C'est une bonne chose d'avoir eut le courage d'écarter les relations toxiques de ta vie. Comment mener sa vie sainement sinon ?
Je n'ai malheureusement pas de réponse à ta question concernant une meilleure gestion de ce vide si ce n'est espérer la rencontre de personnes qui te ressemblent ou pas, du moment que la sincérité et un partage constructif s'effectue.
Je rejoins donc Yoda300 à propos des IRL organisées. ça ne peut qu'être bénéfique ! Rougit

Jodhaa
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 27
Date d'inscription : 17/07/2016
Age : 28
Localisation : Morbihan

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vivre bien la solitude

Message par chuna56 le Mar 19 Juil 2016 - 22:12

J'aurais bien envie d'aller vers Bordeaux, puisque je connais mieux, mais c'est plus loin Sad
Mais Bayonne ya la mer Smile
On verra, je finis ce *** de déménagement (je nettoie peins astique depuis 3 mois, j'en ai un peu marre.......)

@Jodhaa : ben désolée pour toi que tu te retrouves dans mon post...
Je vais tenter les rencontres IRL, même si je doute que ça résolve le soucis (super moment puis seul chez soi.... A moins que....)

Je suis du genre à penser que l'on doit pouvoir se satisfaire de soi même, et que la vie de couple est la cerise sur le gâteau. Force est de constater que ben non. Pas pour moi.
Ma voisine, M, vit seule depuis des années, elle semble bien le vivre. Elle a eu une relation avec un homme toxique avant de réussir à s'échapper et revenir dans le coin. Depuis, elle vit seule. Je l'envie, je sais pas comment elle fait...
Doit y avoir un truc...

chuna56
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1331
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 35
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vivre bien la solitude

Message par chuna56 le Mar 19 Juil 2016 - 22:13

Et toujours cette éternelle question qui revient sans cesse : "Pourquoi ne suis je pas comme les autres ?".

C'est marrant, moi c'est plutôt "mais qu'est ce que je fais mal?"

Rien en fait.
C'est juste que je suis pas tout à fait pareil.

chuna56
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1331
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 35
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vivre bien la solitude

Message par Bleuenn le Mer 20 Juil 2016 - 6:25

Je suis un peu dans le même cas que toi; j'ai tout tenté: changer, m'obliger à sortir, ovs, ovs et encore ovs (où j'ai noué de très bonnes relations qui se sont révélées superficielles quand je suis moins sortie via le site: plus personne). Pourtant, je fais ou ai fait pas mal d'activités mais pas toujours avec des gens de mon âge et ils ont déjà leur cercle amical.

A un moment, j'ai fini par me résigner et vivre pour moi, même si c'est dur. Je le vis à peu près bien sauf quand la solitude et le célibat me minent. Le problème, c'est qu'il est assez dur de rencontrer des gens: on ne rentre en contact qu'en situation "sociale" donc pour les aborder, il faut déjà se rencontrer avec une mise en contact (lors d'une soirée ou un évènement commun). Aborder quelqu'un qui semble sympa dans la rue, ça ne se fait pas trop...

Les sorties via le forum permettent de rencontrer du monde, c'est déjà une bonne base. Après, c'est clair qu'il est dur de sortir seul. A part les balades où on ne croise pas grand monde et où les gens ne répondent même pas à un bonjour, il n'y a pas grand chose (si on omet le cinéma mais on y est seul et on ressort seul).

Bleuenn
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 384
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 32
Localisation : Nantes

http://www.zebrascrossing.net/t21892-presentation-bleuenn

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vivre bien la solitude

Message par Alaintuitif le Mer 20 Juil 2016 - 8:38

Je lis les commentaires des un(e)s et des autres et je me dis que ça répond finalement assez peu au titre du post. Tantôt on cherche à bien vivre sa solitude, tantôt il s'agit de ne pas être seul(e).

Personnellement, je ne me sens pas seul ou alors rarement.

Lorsque le sentiment de solitude me gagne, je m'inscris à une sortie OVS (des centaines de sorties en ligne). Après 6 ans et quelques belles rencontres, je confirme que les relations y sont globalement superficielles. Elles me permettent juste de rester en lien avec d'autres humains et aussi, des fois, d'apprécier … VRAIMENT d'être seul ! Laughing

Je ne suis pas spécialement extraverti mais je suis assez communicatif. J'ai pratiqué le théâtre d'impro durant deux ans et je continue de réagir ouvertement à ce que je vis. Ainsi, j'aborde facilement la conversation dans les rayons d'un supermarché, dans les files d'attente, dans un sauna, au travail... Il est rare que les relations s'éternisent mais ça me donne un sentiment d'être relié au monde et à mes autres congénères. Je tisse du lien et ça me nourrit.

Je suis très à l'écoute de mes centres d'intérêt. Ils sont divers, se succèdent et je m'investis dedans sans arrière-pensées c'est à dire que je ne regarde pas à la dépense d'énergie et suis volontiers généreux (en fonction de mes finances bien-sûr). Du coup, j'ai souvent en échange des opportunités (de voyages, de formations, de rencontres…)

Fondamentalement, je crois qu'on attire ce qu'on recherche et que notre intuition nous guide également vers ce qu'on doit dépasser. Aussi, je pratique souvent une forme de prière, de visualisation créatrice.
Enfin, je me relis au monde par la méditation, c'est elle qui renforce mon sentiment de faire partie d'un tout, d'être une unité dans un monde de profusion et donc de bien vivre ma solitude.

Alaintuitif
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 816
Date d'inscription : 24/05/2016
Age : 49
Localisation : Bordeaux Cestas

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vivre bien la solitude

Message par Sarella le Mer 20 Juil 2016 - 8:52

La solitude...problème du siècle...
On se rend compte que les gens sont chiants, que les relations sont superficielles, que les gens evitent comme la peste les discussions un peu profondes, ne cherchent que l'amusement, et c'est compréhensible au final...

Y'a pas de solution miracle, il faut entretenir des points communs avec des gens si tu veux en fréquenter.
Le plus évident, c'est une activité, comme le cheval qui te passionne.

Après, tu veux être bien seule? Ça ira un moment mais nous sommes des animaux sociaux. Tu auras un manque naturel à un moment et tu seras pas plus avancée si tu fais l'autruche.
Le seul truc qu'il faut absolument éviter, c'est de rester inactive ( comme rester sur le net pendant des heures).
Quand on s'active, on va toujours quelque part, et l'ennui ne nous mine pas et nous rend pas plus apathique encore.

Sarella
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 109
Date d'inscription : 02/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vivre bien la solitude

Message par chuna56 le Mer 20 Juil 2016 - 11:48

@Bleuenn : J'ai jamais tenté OVS, on m'en a parlé une paire de fois, j'ai regardé les sorties proposées, mais bof.
Je sais que je suis sauvage de ce côté là... mais j'essaie de changer.
Après, avec le cheval, des gens j'en ai rencontré une paire, j'ai vraiment fait l'effort d'aller vers les autres, mais au final, pas de vrai coup de cœur qui fasse qu'on a une relation suivi à côté de ça.
Ya des gens que j'adore, que je vois régulièrement, je sais que je peux compter sur eux (enfin elles), et le contraire. Mais chacun vit sa vie, et on ne se voit que peu.

Alaintuitif a écrit:Je lis les commentaires des un(e)s et des autres et je me dis que ça répond finalement assez peu au titre du post. Tantôt on cherche à bien vivre sa solitude, tantôt il s'agit de ne pas être seul(e).

C'est clair que c'est une problématique pas très claire lol
Si je résume ainsi.
Je vis seule, je suis physiquement seule, et je me sens seule.
Comprendre, j'ai besoin d'avoir des liens avec des gens, surtout. Savoir qu'ils sont pas loin, même à l'autre bout du monde. qu'ils pensent à moi et que je pense à eux... Que si ya besoin, on est là l'un pour l'autre.
Qu'on partage un peu nos vies, on se raconte nos journées, nos soucis, nos plaisir...

ça fait 8 ans que je suis célibataire, mais j'ai eu un ami intime avec qui on partageait ainsi.
Je l'ai plus. Et là je me sens vide.

J'ai besoin de combler ce vide.

Peut être que ça précise un peu mon souci?

Je suis consciente que c'est normal d'avoir du mal à rester seule, je rejoins ce que tu dis, Sarella.

Mais à partir du moment où on est dans le manque, le besoin, ça n'est plus une bonne base pour créer quelque relation.

J'ai jusqu'à présent croisé aucun homme qui aurait pu me plaire et partager quelque chose d'intime. Mais si c'était le cas, vu le gouffre qu'il ya chez moi, un homme sensé ne peut que se barrer en courant.
Ou bien il a le même gouffre, et je suis pas certaine que ça soit plus sain.

Bref, soigner la solitude qui me ronge de cette manière, je suis pas certaine que ça soit une bonne idée...

Puis de toute façon, j'ai pas trouvé, et j'ai que peu d'occasion.

Et je préfère rester seule que mal accompagnée. J'ai donné de ce côté, c'est fini.

Et je trouve que c'est toujours pas clair tout ça dans ma tête lol!!!!

En tout cas merci tout le monde Smile

chuna56
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1331
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 35
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vivre bien la solitude

Message par Jodhaa le Mer 20 Juil 2016 - 17:24

chuna56 a écrit:Je vais tenter les rencontres IRL, même si je doute que ça résolve le soucis (super moment puis seul chez soi.... A moins que....)

Je pense justement que ce sont les moments de bonheur même éphémères qui aident à mieux vivre le sentiment de solitude. Et j'espère que tu ressentiras ce réconfort =).

Et oui la différence ne peut se transformer en ressemblance. L'acceptation. Une course de longue haleine.


Jodhaa
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 27
Date d'inscription : 17/07/2016
Age : 28
Localisation : Morbihan

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vivre bien la solitude

Message par Sethlans le Mer 20 Juil 2016 - 21:19

Les sorties OVH sont certes superficielles, mais intéressantes. Perso je privilégie les sorties jeu de société. Des règles définies, un sujet défini, bref, si on aime ce type de jeu, c'est l'idéal Smile

Pour le reste, comment vivre sa solitude ? Concrètement je doute que ça soit possible, tant que ça n'est pas choisi. Et ça ne l'est pas apparemment :p

Je pense que la solitude amoureuse amène à la solitude amicale. Le fait de ne pas partager d'intime, de ne pas se sentir compris(e) ou accepté(e) crée le besoin, et rend les amitiés apparemment futiles et superficielles.
Mais l'amitié n'est pas l'amour, et si être amoureux implique probablement d'être amis, l'inverse n'est pas vrai. Des amis imparfaits, différents, restent des amis qui même sans être capable de te comprendre peuvent accepter tes confidences, ton blues, tes joies, bref, être un ami.

Sethlans
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 301
Date d'inscription : 13/05/2016
Age : 33
Localisation : Tours

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vivre bien la solitude

Message par chuna56 le Jeu 21 Juil 2016 - 8:52

Sethlans a écrit:Je pense que la solitude amoureuse amène à la solitude amicale. Le fait de ne pas partager d'intime, de ne pas se sentir compris(e) ou accepté(e) crée le besoin, et rend les amitiés apparemment futiles et superficielles.

Ya probablement de ça...
Ya aussi que quand moi je suis seule à me morfondre, les copines elles sont avec leur chéri et leur gosses. Elles sont occupées, elles n'ont pas le temps.
Si ya vraiment besoin, elles peuvent être là. ça c'est énorme et précieux, j'ai la chance de ce côté, je suis tombée sur des filles géniales.
J'ai pas forcément l'impression de superficialité; plus que chacun sa vie, et puis voilà.
Et j'en veux à personne, c'est juste normal, moi aussi quand j'étais en couple j'avais moins de temps pour les copines.

Et le fait qu'on ne soit pas forcément sur la même longueur d'onde, ça ne m'a jamais réellement dérangée, puisque j'avais des amis ressource, si je puis dire.
J'ai cette chance de pouvoir m'adapter sans trop de souci. Les activités futiles ne me dérangent pas, tant que ça me permet d'être avec du monde (tant que ça ne dure pas trop lol), et surtout tant qu'à côté je peux aller échanger plus profondément avec des personnes plus proches.
Sauf que ces personnes là sont à l'autre bout de la France...

Mais là, en vieillissant, en sortant du système universitaire, les gens autour de moi sont mariés/en couple avec des gosses. Et donc moins dispo.

Enfin bref, j'arrête de ronchonner, ça mène nulle part :p

Sarella a écrit:Le seul truc qu'il faut absolument éviter, c'est de rester inactive ( comme rester sur le net pendant des heures).

Lol c'est clair Laughing
Si tu as un truc d'ailleurs pour ça... Ange

Trouver l'énergie pour décoller de l'ordi.

Après, par ex en ce moment, je suis en train de nettoyer/retaper de fond en comble ma maison, je passe plusieurs heures par jour en ménage, je suis pas inactive, et pour le coup, vu que c'est pas une activité intellectuelle, ça mouline ça mouline ça mouline...
Généralement, ça me dérange pas trop de penser, je m'occupe toute seule lol. Sauf quand un ensemble de choses me fait bugguer, et je me mets à ressasser des choses négative en frottant mon carrelage. et là, c'est bien chiant!...

chuna56
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1331
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 35
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vivre bien la solitude

Message par chuna56 le Sam 30 Juil 2016 - 8:20

Je sais pas trop où poster, je me mets ici, ça ne créera pas de fil de discussion supplémentaire.
Mais j'ai vraiment besoin de parler de ça, la Embarassed

Je suis allée voir ma psy favorite hier. Et la thématique du jour c'était ce sentiment de solitude.
Qui est franchement pesant en ce moment.

Des tonnes de choses dites, finalement, autour de la question. Mais aussi beaucoup de notions qui se croisent, qui m'ont menée à ou j'en suis aujourd'hui.
Je ne sais pas quel rapport ça a avec la zebritude.
Ptet l'hypersensibilité et adaptabilité qui entrent en jeu. Ptet d'autres choses en plus.

Je me dis que mon expérience peut servir à certain. Ou pas, auquel cas, ben tant pis.

Ma psy suggère que si j'ai ce sentiment si fort ces jours ci, c'est parce qu'il est émergent.
Si fort que je me mettais a chialer toutes des 5 min en en parlant lol

Ma psy est formée en particulier sur la théorie de l'attachement. J'ai lu un livre là dessus, et je suis plutôt convaincue...

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_de_l%27attachement

Je le trouve dans le cas des enfants présentant un défaut d'attachement et dans la catégorie ambivalent résistant.
Va me falloir me replonger là dedans et surtout approfondir.

J'ai une maman compliquée on va dire. Humeur très changeante, tout le temps dans la critique et le jugement.
Très stressante, je ne savais jamais sur quoi j'allais tomber en rentrant à la maison.
Elle a fait en sorte de me garder sous sa coupe et ne me laisser aucune liberté.
On peut parler de personnalité manipulatrice. Perverse j'en sais rien' ce que vous voulez.
Elle s'est calmée depuis quelques années, et surtout moi, grâce à la thérapie, ben j'ai changé et j'arrive désormais à mieux supporter son comportement (sans partir en stress, angoisser, toussa)
C'est pas parfait, mais on est arrivé à un certain équilibre même si Ya encore du travail que je peux faire.

Il me reste cependant des moments de crise, lorsque je merdoie sur un truc dans ma vie, où je deviens violente en mots contre moi, à la manière où elle l'a été et qu'elle le serait à nouveau si elle était au courant de mes erreurs.
Par ex la semaine dernière, invasion de puces chez moi, j'ai pété un cable comme pas possible, j'entendais sa voix me faire des reproches, et je me suis accusée de mille maux, alors que bon, voilà c'est des puces, j'ai traité et c'est tout, pas de quoi en faire un drame non plus...

Alors en quoi ça affecte ma relation aux autres?
C'est ça que j'ai compris hier.
Je le retrouve coincée dans les relations. Amicales amoureuses même combat.
Coincée parce que peur de l'abandon.
Si je vais vers l'autre, je risque le rejet. Ca m'angoisse, alors je reste en retrait. Je pose des jalons, afin que les gens comprennent qu'ils peuvent venir. Mais vu que je ne suis pas très claire, les personnes en face ne comprennent pas forcément. Et forcément je me sens rejetee puisque je n'arrive pas à créer de lien.

Une fois en amitié/amour, la, c'est la trouille d'être abandonnée. Bien entendu, ça ne peut être que ma faute vu que ma confiance en moi est assez basse (elle a tout de même sacrément remonté depuis que je suis en thérapie)

Bien entendu, ceci est plus problématique avec les hommes au sens large.
Mais même avec les copines, j'ai beaucoup de difficulté à être en confiance, et j'ai tellement peur de déranger.
Par ex, j'aurais aimé partager ceci avec ma meilleur amie, mais je sais qu'elle est occupée ces jours ci, et qu'elle a autre chose à faire. Je me dis que je vais pas l'embêter et du coup je viens sur ce forum, où on me répondra, ou pas. Je dérange pas, mais du coup, toujours pas de relation intime avec quiconque.

Si ca se trouve, je ne dérangerais pas mon amie en lui parlant, elle me dirait juste que sur le moment, elle peut pas, qu'elle va me répondre plus tard, et nous aurions une discussion plus tard, et c'est tout.

Autre point important découlant de tout ca. Enfin la ,c'est plus le souci de la manipulation de ma mère mêlée avec mon hypersensibilité et mon empathie exacerbée.
Je m'intéresse plutôt aux personnes en difficulté psychique.
Comme si je ne pouvais être dans la relation que par mon utilité. Il faut que je serve à quelque chose.
Depuis que je traîne sur ce forum, ou beaucoup de détresse transparaît, c'est flagrant. Ça me fait peur d'ailleurs.
Bref, le syndrome de l'infirmière lol
A priori, ca viendrait du fait que je me sois hyperadaptee aux demandes de ma mère. Qu'on n'entrait en relation toutes les deux qu'à partir du moment où je réalisais ses souhaits ou répondais à ses besoins, quitte à nier les miens.

Et si je me penche en arrière, ben c'est tellement ca. Faut voir à quel point j'ai fait preuve d'abnégation par le passé, dans mes relations.
Jusqu'à aider l'objet de ma convoitise à retourner dans les bras d'une autre. En plus je suis super douée pour ça lol.

Du coup, j'ai comme exo de faire le tour de mes relations et essayer de faire des liens, pour comprendre les mécanismes psychiques qui me poussent à agir.

Prise de conscience importante pour moi, maintenant on va voir ce que ça va donner, si j'arrive à sortir de ces schémas...
C'est pas gagné!

chuna56
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1331
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 35
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vivre bien la solitude

Message par Sarella le Sam 30 Juil 2016 - 11:56

chuna56 a écrit:
Sethlans a écrit:Je pense que la solitude amoureuse amène à la solitude amicale. Le fait de ne pas partager d'intime, de ne pas se sentir compris(e) ou accepté(e) crée le besoin, et rend les amitiés apparemment futiles et superficielles.

Ya probablement de ça...
Ya aussi que quand moi je suis seule à me morfondre, les copines elles sont avec leur chéri et leur gosses. Elles sont occupées, elles n'ont pas le temps.
Si ya vraiment besoin, elles peuvent être là. ça c'est énorme et précieux, j'ai la chance de ce côté, je suis tombée sur des filles géniales.
J'ai pas forcément l'impression de superficialité; plus que chacun sa vie, et puis voilà.
Et j'en veux à personne, c'est juste normal, moi aussi quand j'étais en couple j'avais moins de temps pour les copines.

Et le fait qu'on ne soit pas forcément sur la même longueur d'onde, ça ne m'a jamais réellement dérangée, puisque j'avais des amis ressource, si je puis dire.
J'ai cette chance de pouvoir m'adapter sans trop de souci. Les activités futiles ne me dérangent pas, tant que ça me permet d'être avec du monde (tant que ça ne dure pas trop lol), et surtout tant qu'à côté je peux aller échanger plus profondément avec des personnes plus proches.
Sauf que ces personnes là sont à l'autre bout de la France...

Mais là, en vieillissant, en sortant du système universitaire, les gens autour de moi sont mariés/en couple avec des gosses. Et donc moins dispo.

Enfin bref, j'arrête de ronchonner, ça mène nulle part :p

Sarella a écrit:Le seul truc qu'il faut absolument éviter, c'est de rester inactive ( comme rester sur le net pendant des heures).

Lol c'est clair Laughing
Si tu as un truc d'ailleurs pour ça... Ange

Trouver l'énergie pour décoller de l'ordi.

Après, par ex en ce moment, je suis en train de nettoyer/retaper de fond en comble ma maison, je passe plusieurs heures par jour en ménage, je suis pas inactive, et pour le coup, vu que c'est pas une activité intellectuelle, ça mouline ça mouline ça mouline...
Généralement, ça me dérange pas trop de penser, je m'occupe toute seule lol. Sauf quand un ensemble de choses me fait bugguer, et je me mets à ressasser des choses négative en frottant mon carrelage. et là, c'est bien chiant!...

Mon truc, c'est de passer le perron rabbit
Plus sérieusement, depuis que je me suis mis à faire de jogging 3 fois par semaine avec les collègues, ca me devient nécessaire de sortir dechez moi, surtout si je fais rien d'interessant ou de constructif. Je suis en vacances là et je tanne ma famille pour sortir faire une rando, visiter un château ou n'importe quelle promenade qui me mette en contact avec l'air et le soleil.
Je t'avoue qu'habitant à Lyon, c'est facile de trouver une raison de sortir Razz

C'est cool de retaper sa baraque Surprised
T'en a pour combien de temps encore?

Pour les ruminations, c'est automatique lorsqu'on laisse le mental à la dérive.
Et pour ceux qui ont un moteur de hors-bord vissé au cerveau, c'est d'autant plus coton silent
Tu connais le livre "le pouvoir du moment présent" ?
Il explique comment le mental finit toujours par s'occuper avec des pensées négatives lorsqu'il est laissé à son sort.

Sarella
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 109
Date d'inscription : 02/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vivre bien la solitude

Message par chuna56 le Mar 2 Aoû 2016 - 13:20

Merci Sarella Smile

Là, ça y est enfin, je suis dans ma maison, en campagne, les chevaux à côté, et ça va mieux niveau moral. J'ai tout à ranger/organiser, ça va m'occuper, mais le stress a baisser, je rumine moins.
j'espère me remettre au sport, mais ça sera seule.

je vais essayer de trouver le livre dont tu parles.

et tenter de me mettre à la méditation, depuis le temps que je dois le faire...

chuna56
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1331
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 35
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vivre bien la solitude

Message par tieutieu le Mer 3 Aoû 2016 - 10:09

Je trouve que ta façon d'aborder le problème est saine chuna56.  On sent que tu veux vraiment 'avancer' même si tu dois te remettre en question parfois.
Mon post se veut donc plus un message d'encouragement parce que je pense que tu as déjà fait une partie du chemin et que je n'ai pas grand chose à ajouter.


En tout cas pour mon usage personnel, j'ai noté :

 1- Augmenter sa capacité à se sentir bien (avec soi-même)

     1.1- méditation.

Par expérience, je trouve que c'est utile de se renseigner sur les bienfaits escomptés pour de ne pas abandonner trop tôt.

Je parle comme le Dalaï-Lama, mais j'ai débuté il y a 2 semaines.  tongue

     1.2- donner du grain à moudre à son cerveau

Activités + projets à plus long terme

Il y a certainement plein d'autres pistes pour atteindre cet objectif 1/.

  

2- Augmenter la fréquence des relations potentiellement enrichissantes

     2.1 - irl zébrées

    2.2 - relations par centre d'intérêt

Dans ton cas, tout ce qui tourne autour des équidés, qu'ils soient rayés ou non. Wink

tieutieu
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 274
Date d'inscription : 20/05/2016
Age : 39
Localisation : Loire-atlantique (France)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vivre bien la solitude

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 15:08


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum