"Mériter", une définition ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"Mériter", une définition ?

Message par Clément le Jeu 5 Mai 2011 - 17:36

Le verbe "mériter", que met-il en jeu ? Que nécessite-t-il de la par de celui qui mérite ? et de celui qui donne ?

Le TLF donne la définition suivante :

MÉRITER, verbe trans.
I. Emploi trans. dir.
A. [Le suj. désigne une pers., un groupe de pers.; p. méton., son action, son oeuvre, ses idées] Être considéré comme devant faire l'objet d'(une sanction positive ou négative). Synon. être digne* de. La croyance monothéique, soit chrétienne, soit musulmane, mérite de plus en plus la réprobation que son avènement inspira, pendant trois siècles (COMTE, Catéch. posit., 1852, préf., p.Cool. Ne me tue pas! (...) en quoi ai-je mérité ce supplice atroce, de mourir ainsi lentement, clouée par les deux mains? (CLAUDEL, Tête d'Or, 1901, 3e part., p.263):
1. Quand j'eus fini de causer, je lui demandai de me juger et de me choisir les points où j'étais coupable, afin que, m'agenouillant devant lui, j'eusse à les rappeler en confession et à m'en repentir pour mériter une absolution générale.
SAND, Hist. vie, t.3, 1855, p.194.

II. Emploi trans. indir., vieilli. (Bien) mériter de + subst. Avoir droit à la reconnaissance de. Il a bien mérité de la patrie. Ainsi on ne fera éprouver aucune humiliation aux personnes qui peuvent, ainsi que M. de Puzy, avoir bien mérité de nous (Le Moniteur, t.2, 1789, p.400). Ô vous, nés avec moi, mes compagnons de travail, vous avez bien mérité des lettres, et vos livres (...) comptent (A. FRANCE, Vie littér., t.2, 1890, p.205):
6. Nos religieuses eussent mieux mérité de Dieu, de nos parents et de nous, si elles eussent sacrifié à notre bonheur, et, pour parler leur style, à notre salut, une partie du temps qu'elles consacraient avec égoïsme à travailler au leur.
SAND, Hist. vie, t.3, 1855, p.94.
Spoiler:
Prononc. et Orth.: [], (il) mérite [-]. Ac. 1694, 1718: meriter, dep. 1740: mé-. Étymol. et Hist. 1. Début XIVe s. abs. «récompenser» (AIMÉ DE MONT CASSIN, Hist. de li Normant, éd. V. de Bartholomaeis, I, XXX, p.40) seulement au Moyen Âge, v. GDF.; 2. a) ca 1480 «encourir (un châtiment)» (Mystère du Viel Testament, 5436, éd. J. de Rothschild, t.1, p.208: Merité ont dampnacion Eternelle...); b) 1495 «être digne de» (J. DE VIGNAY, Mir. histor., 3e vol., fo165d ds GDF. Compl.); 3. 1549 (DU BELLAY, Deffence et illustration, éd. H.Chamard, p.90: et penseray avoir beaucoup merité des miens, si...). Dér. de mérite*: dés. -er; mériter a évincé l'a. fr. merir att. du XIIe s. au XVIe s. (v. GDF., T.-L., FEW t.6, 2, p.29), issu du lat. merere «gagner, mériter» et dans la loc. male merere/bene merere «être mal/bien méritant» c'est-à-dire «se comporter mal/bien vis-à-vis de...», constr. calquée dans le fr. bien mériter de, v. supra. Fréq. abs. littér.: 4983. Fréq. rel. littér.: XIXe s.: a) 10918, b) 6183; XXe s.: a) 4749, b) 5704. Bbg. QUEM. DDL t.11.

Clément
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 866
Date d'inscription : 10/03/2011
Age : 29
Localisation : Paris, yeepeeh !

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Mériter", une définition ?

Message par Simao le Jeu 5 Mai 2011 - 20:06

D'instinct : mériter ou accepter une grande soumission pour pouvoir accéder à une part de domination.

[Edit] ou pas d'ailleurs. Disons que c'est la finalité, mais c'est souvent une carotte pour les soumis. Si tu mérites alors tu seras récompensé. Mais souvent ce n'est pas le cas, le méritant n'obtient pas toujours ce pour quoi il s'était rendu méritant, puisque le dominant a toute latitude pour lui refuser.

Simao
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 203
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 32
Localisation : Near of Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Mériter", une définition ?

Message par Cæruleum v. 1.3 le Jeu 12 Mai 2011 - 15:02

Mériter : avoir la juste conséquence de ses compétences, de son comportement et de ses actes.

Ex : J'ai bien mérité d'avoir mon concours d'avocat, vu comment je l'ai préparé.

Mais comme dit Simao, le résultat n'est pas toujours la logique conséquence des compétences, du comportement ou des actes. On peut donc opposer le mérite et l'arbitraire ou le hasard.

Dans la vie professionnelle et relationnelle plus généralement, il y a une grande part d'arbitraire.
Dans la Vie plus généralement, c'est plus le hasard qui vient se confronter au mérite. Ce n'est pas parce qu'on aide son prochain qu'on gagnera au Loto, ni parce qu'on est poli et bien élevé qu'on aura globalement de la chance.

Ex : "je n'ai pas mérité ça !" (ben non, mais que veux-tu, la vie est injuste, plus on l'apprend tôt et mieux on se porte)

Cæruleum v. 1.3
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 103
Date d'inscription : 20/02/2011
Age : 28
Localisation : Lyon

http://caeruleum.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Mériter", une définition ?

Message par florangeté le Jeu 12 Mai 2011 - 17:20

mérite t on ce qui nous dépasse ?

florangeté
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 531
Date d'inscription : 19/02/2011
Localisation : Bordeaux

http://www.hotu.fr/page/atelier.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Mériter", une définition ?

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 6:49


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum