Paramètres Polyvalents et Modèle de Base

Page 4 sur 23 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 13 ... 23  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Paramètres Polyvalents et Modèle de Base

Message par Invité le Sam 16 Juil 2016 - 19:03


qui simplifient fortement la réalité...... je confirme, une image est aussi parlante qu'un rien qui m'amuse, parfois c'est les deux  Very Happy



Vache sphérique


(Détournement : allez, vas chez Fée Erique, t'y connais rien  Razz )

Une vache sphérique, sur la Lune.

[ltr]
La vache sphérique est une métaphore pour désigner les modèles scientifiques qui simplifient fortement la réalité. L'expression provient d'une blague à propos des physiciens en physique théorique :[/ltr]

« La production laitière d'une ferme était si basse que le fermier envoya une lettre à l'université locale pour solliciter son assistance. Une équipe pluri-disciplinaire fut constituée, dirigée par un spécialiste de la physique théorique, qui effectua des études approfondies sur le terrain pendant deux semaines. Une fois leurs bloc-notes remplis de données, les scientifiques retournèrent ensuite à leur université, d'où leur chef devait rédiger son rapport. Peu de temps après, le fermier reçut le rapport, l'ouvrit et lut la première phrase : Soit une vache sphérique…1 »

[ltr]
Comme toute histoire drôle, il en existe de nombreuses variantes2,3.

Notes et références[modifier | modifier le code]

[/ltr]


[ltr]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

[/ltr]


  • Approximation
  • The Big Bang Theory, sitcom américaine mettant en scène des physiciens théoriciens.
  • Vous avez deux vaches


-------------------------------------------------------------------------------------------

Si tu continues j'appelle immédiatement l'assistante socio, physico, historio, poueto, ciné-matheuse psychiatrique...., rhooo la vache (et si en plus elle a un QI Stratosphérique), Milka c'est plus fort que toi. Modèle de base (et paramètres polyvolants)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Paramètres Polyvalents et Modèle de Base

Message par Invité le Sam 16 Juil 2016 - 19:16


  • Surréalisme : Vous avez deux girafes. Le gouvernement vous impose de leur donner des leçons d’harmonica.


https://fr.wikipedia.org/wiki/Vous_avez_deux_vaches

------------------------------------------------------------



Le Tigre et la Girafe se tiennent par la main
Ils s'en vont tous les deux à travers les chemins
La girafe qui n'avait pas d'amis 
Lui dit je t'en pris veux-tu être mon copain
Lui dit je t'en pris veux-tu être mon copain

Le tigre dit tu sais que je veux bien
Mais les autres vont penser que c'est pas notre destin
La girafe dit tant pis partons tous les deux
L'avenir appartient aux amoureux
L'avenir appartient aux amoureux

Cela dit tous deux se mirent en marche pour l'aventure 
Et bien décidés à prendre en main leur futur 
Sans aucun soucis du quand diras t'on
Les plus nombreux n'ont pas toujours raison
Les plus nombreux n'ont pas toujours raison

Mais la route est longue et semée d’embûches
Alors un conseil petite même si tu trébuches
Crois fort en tes rêves, ils guideront tes pas
Comme nous y avons cru nous aussi bien avant toi
Comme nous y avons cru aussi bien avant toi

Le Tigre et la Girafe se tiennent par la main
Ils s'en vont tous les deux à travers les chemins
Qu'importe le sens et la direction
Vivre son amour caché n'est pas la solution
Mais vivre son bonheur est la seule condition

cat

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Paramètres Polyvalents et Modèle de Base

Message par Invité le Dim 17 Juil 2016 - 11:18

Comment ça je ne fais pas tout comme tout le monde.



Comment je me suis retenue de ne pas dire à ce monsieur : eh tu sais que les pops corn tu peux les faire toi même pour moins cher ? au lieu de les acheter dans le rayon biscuits apéro. Il aurait été content, mais j'aurai perdu du temps...

Eviter le mode "attache caravane systématique", le don de soi ça n'est pas automatique.






Il faut imarginer sa vie  cat On est tous habités par des musiciens Smile

Un jour, un jour, il y a au moins dix ans un pompier de Paris m'a fait visité Paris, version Pompier, avant qu'on file à Orléans. Mon amie d'enfance, sa copine, sa femme aujourd'hui m'avait dit qu'il était parfois triste et renfermé tout en pouvant toujours chanter Karna à fond sous la douche le matin (par ici ça peut encore passé pour à peu près normal... par Orléans ça peut sembler bizzareuh ... bref). Il a perdu vers 17 ans plusieurs proches de sa famille.....sur un laps de temps très court. Mon amie d'enfance un jour au téléphone me dit : toi qui arrive si souvent à lire dans ma tête ! (me disait elle souvent : mais arrêtes de lire dans ma tête) tu pourrais pas lui parler ? Faire parler un homme ? oh ça fait partie des 12 travaux d'Hercule et je suis pas tombée dans la potion quand j'étais petite....
Alors l'air de rien, un jour j'ai appelé de façon à tomber sur lui au tél sans me faire mal (et puis de toute façon quand tu appelles un pompier, il peut rien t'arriver  Razz) et le fait effectivement de parler des choses dont logiquement on ne parle pas, a fait qu'à tâtons, il a discuté, après tout si elle en parle, je peux alors en parler ? sans rentrer dans les détails il y a avait beaucoup de questionnements, beaucoup de culpabilité, beaucoup de ressentis, beaucoup de choses dans un seul esprit en fait. Dire ce qui semblait inacceptable .... expliquer du grave.... suite à cet échange il a fait plusieurs séances chez un psy et mon amie d'enfance m'a ensuite contactée en me disant : si ça n'était pas toi, j'aurai de furieux doutes quant à la teneur de vos échanges... tu me l'as tout changé. J'avais même pas fait de hotline  Razz
On devrait parler de "deuxsupportables" plutôt que d'un. De Lourdes à Saint Léger, il doit y avoir un mode "pompier".

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Paramètres Polyvalents et Modèle de Base

Message par Invité le Dim 17 Juil 2016 - 11:27

En fait, on s’habitue à découper sa vie en petits segments. Et à travailler. Tout le temps.
7 Déc 2015   | Nouvelles citations

En fait, on s’habitue à découper sa vie en petits segments. Et à travailler. Tout le temps. Sophie Kinsella
Le Dico des citations
Les nouvelles citations




[list="box-sizing: border-box; margin-right: 0px; margin-left: 0px; padding-right: 0px; padding-left: 0px; list-style-type: none;"]

    Tout le monde s’habitue, c’est dans la nature… Tout le monde s'habitue, c'est dans la nature humaine. On s'habitue à voir l'inhabituel, on s'habitue à vivre des choses dérangeantes, on s'habitue à voir des gens souffrir, on s'habitue nous-mêmes à la souffrance. On s'habitue à être prisonniers de notre propre corps, ça nous sauve. Fabien Marsaud 


    Le Dico des citations Les nouvelles citations



    Pourvu qu’on vous en laisse le temps, on… Pourvu qu'on vous en laisse le temps, on s'habitue à tout. Nicholas Sparks 



    Le Dico des citations Les nouvelles citations

[/list]

http://dicocitations.lemonde.fr/blog/en-fait-on-shabitue-a-decouper-sa-vie-en-petits-segments-et-a-travailler-tout-le-temps/

------------------------------------------------------------------------------------

https://books.google.fr/books?id=JpdPDq1IoOQC&pg=PP8&lpg=PP8&dq=afin+que+nul+ne+meure+extrait&source=bl&ots=xRvXOzovX0&sig=SqP26TwrkQpcd3dGCzvuZDxHhzs&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjnq_KtpPrNAhWIAcAKHRyHBbI4ChDoAQgoMAQ#v=onepage&q=afin%20que%20nul%20ne%20meure%20extrait&f=false

-------------------------------------------------------------------------------------------








Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Paramètres Polyvalents et Modèle de Base

Message par Invité le Dim 17 Juil 2016 - 11:58



Tu t'es vu quand tu passes du coq au benco à l'âne ? et quand tu ne comprends pas que ton humour subtil et débienplacé ne fait rire que toi...

Tout s'explique mais ça va être long.
C'était Alexiacontexte
En direct live de la faille spatio-temporelle.....

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Paramètres Polyvalents et Modèle de Base

Message par Invité le Dim 17 Juil 2016 - 13:01



I'm chaussure avec mes quelques talons d'Achille, la vie c'est une bande dessinée, des cinés, Maitre cors beaux sur un arborescent perché, en tenait une louche...

  LE CORBEAU ET LE RENARD
       Maître Corbeau, sur un arbre perché,
           Tenait en son bec un fromage.
       Maître Renard, par l'odeur alléché,
           Lui tint à peu près ce langage :
       Et bonjour, Monsieur du Corbeau,
    Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !
           Sans mentir, si votre ramage
           Se rapporte à votre plumage,
     Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois.
À ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie, 
           Et pour montrer sa belle voix,
   Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
   Le Renard s'en saisit, et dit : Mon bon Monsieur,
              Apprenez que tout flatteur
     Vit aux dépens de celui qui l'écoute.
   Cette leçon vaut bien un fromage sans doute.
           Le Corbeau honteux et confus
   Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.


   (1) oiseau fabuleux, mythique, toujours seul de son espèce,    qui, après un siècle de vie, mourait consumé par le feu,    et renaissait aussitôt de ses cendres. Par extension, être  unique en son genre.


Avant j'étais basdouance, maintenant je suis sûre...... Razz Tout a pris un sens, ou tout en a perdu.... tout dépendait de où on prismait, prismeuh, oui mais... mais ne te préciprismes pas trop, dis le mérou à la perche, on n'allait pas en faire tout un fromage, qui est molle hier, .... mais bien moins que demain...  Neutral apprenez que toute flatulence vit aux dépens de celui qui l'écoute.... la science du milieu, la conscience... c'est comme tout ça s'apprend.

Mais on ne comprend pas rien à ce que tu racontes, et puis sachez, dit la tisane, que je n'y comprenais plus rien non plus...



On ne choisit pas qui on nez, mais on choisit comment on se sent. Enfin je crois. Il y a un reset miracle.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Paramètres Polyvalents et Modèle de Base

Message par Invité le Dim 17 Juil 2016 - 15:16



Des Luchini partout et à une heure de grande écoute, mais que fait le CGA (the courb of gosses advertissement)et sans filtre) heureusement qu'il y a l'étendoir pour rappeler le linge à laver.
Avant je ne comprenais pas comment je pouvais regarder des choses pareilles, maintenant je sais que c'est ma différence, les doués avaient commencé à envahir le petit écran... tout le monde se demandait alors s'il était hé miss fesses droit, ou hé miss fesses gauche. Il faut être un kangourou Smile
Mais pourquoi tu postes cela ? Ben parce que je prends du recul Smile Je revisite, avant, mais ça c'était avant, je regardais des émissions avec des gens, maintenant je dois revérifier, je vais mettre des années à placer "la vache sphérique" dans le discours de ce mathématicien, la vache a fait le talon, le tenseur fait il le string ? toute une bousculade de mes échelles des valeurs. Mais où est la norme et où est la différence ?
Dans le jardin Smile Mais pour quoi faire ? je suis un boxer. Ah d'accord mais combien de QI ? Au milieu des autres Smile 
Le monde est ainsi, certains peuvent passer la journée à essayer de récupérer ce foutu cordon dans son caleçon, d'autres vont en acheter un autre tout de suite, chacun son combat, c'est la boxe de Londres Smile
Big Ben ou Petit BN, choisis son camp, camarade, demain j'achète un kilt et je me mets à la corne, ma muse  Razz
C'était oui mais, c'est mais oui ! je n'avais pas pensé à regarder les gens en fonction de leur intelligence ou pas. Ca va m'occuper toutes les prochaines années.
Labo du bonheur, quand il y a plus, on en trouve encore Smile
Nous interrompons cette page de pub dans votre téléviseur pour une traversée de zèbres...
Le tout désormais est de découvrir si le z passe d'abord par ZB pour oser aller passer sur c'est mon choix ou l'inverse ? (et encore si dans ta région tu as le magasin "z" pour les tout petits, ta réflexion peut s'en trouver compliquée....)
Et en ce dimanche que tous les codes furent violents bouleversés, une majorité d'intellectuels rachetèrent une télévision pour se rendre compte qu'en fait beaucoup de différents passent à la tv Smile (non pas ces différends là, les z'autres ...)
Mais alors qui de la poule et de l'oeuf, Circéron dirait que les dinosaures avaient déjà répondu à cette question, bien avant le coq....
Absolutely pas déroutant du tout.... c'est quoi tous ces bizarres dans ma norme ?  tongue cat

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Paramètres Polyvalents et Modèle de Base

Message par Invité le Dim 17 Juil 2016 - 16:45

Du coup j'essaie de classer le public et les intervenants par les "femmes et les hommes"..... ben c'est dur...., lundi je classe tout le monde par drôles psychologiques, mardi j'essaie de faire des couples par affinités associatives, mercredi par "les opposés s'attirent", jeudi je pense que je vais le faire par "classes sociales", et vendredi, je vais tenter de savoir qui en est resté à manger du poisson le vendredi midi, et on sera à samedi, ça passe vite une vie...
Ca m'a fait penser au paradoxe de la télé, comme il y a désormais 1 milliard trois cent douze chaines et demi, et l'infini d'émissions you tube, comment font les gens pour se trouver un sujet commun de conversation ? puisque chacun choisit son programme ? et puis surtout combien de temps ils mettent pour le trouver ?
------------------------------------------------------
Sociologue




[ltr]
[size=11]Cet article est une ébauche concernant la sociologie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations desprojets correspondants.
Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Sociologue
[/ltr][/size]

Codes

[th]CITP[/th][th]ROME (France)[/th]
2442
K2401
modifier - modifier le code - modifier Wikidata

[ltr]
Un sociologue est un scientifique qui étudie ou communique sur la sociologie. Il analyse l'impact du social sur les comportements humains.
La plupart des sociologues sont des enseignants-chercheurs. Cependant, quelques-uns sont professeurs dans l'enseignement secondaire ou travaillent auprès de divers instituts.[/ltr]

[ltr]

Sommaire



  [masquer] [/ltr]



  • 1Caractéristiques
  • 2Outils
  • 3Notes et références
  • 4Bibliographie
  • 5Voir aussi

    • 5.1Articles connexes




[ltr]

Caractéristiques[modifier | modifier le code]



Avant de développer cette discipline, les pères de la sociologie étaient pour la plupart d'abord des philosophes.
Un sociologue est indubitablement un chercheur, puisqu'il doit mener des enquêtes qualitatives ou quantitatives auprès de tel groupe ou telle population, avant d'étudier, analyser, et bien entendu interpréter ses observations ou ses résultats1.
Le sociologue a également une facette de psychologue, en ce qu'il analyse des comportements sociaux interactifs faits par des individus. Il ne pourrait interpréter ses résultats sans cela, et la sociologie n'existerait donc pas. Ainsi la psychologie sociale est une discipline commune à la sociologie et à la psychologie.
Le sociologue peut également être vu comme un ethnologue particulier. L'ethnologue étudie les sociétés et communautés humaines, bien que se concentrant plus particulièrement sur les sociétés dites "traditionnelles" ou "primitives", en un certain sens plus proches de la nature brute de l'homme. Quant à lui, le sociologue se focalise sur les sociétés dites modernes et celles dites développées, étudiant ce que sont les individus même après les modifications profondes apportées par l'éducation et la culture. L'ethnologie est ainsi indispensable pour la création de principes sociologiques, même si les sociologues ne travaillent et n'étudient pas toujours conjointement aux ethnologues.
Le sociologue doit aussi s'intéresser à l'économie, celle-ci intervenant directement ou indirectement dans les comportements sociaux.

Outils[modifier | modifier le code]



Le sociologue travaille de différentes manières, qu'il est possible de diviser en deux grands ordres :
- Les méthodes quantitatives : consistant en l'analyse de données statistiques, recueillies par lui-même par le biais de l'administration de questionnaires ou à travers celles agrégées par les instituts de statistique publique, à l'instar de l'Insee. Ces données seront ensuite travaillées au moyen d'outils statistiques divers (tris croisés, régression linéaire, échantillonnage etc.).
- Les méthodes qualitatives : il s'agit des techniques d'enquête fondées sur la pratique sociale des individus, retracée à l'aide d'observations, participantes ou non, d'entretiens ethnographiques, voire d'immersion plus ou moins longue au sein de l'espace social étudié2. Les données ainsi recueillies seront ainsi analysées au moyen d'une théorie du monde social, c'est-à-dire une grille de lecture théorique de la vie en collectivité.
De manière plus générale, à la fois en héritage et en rupture de la philosophie, le sociologue se donne des concepts pour l'analyse du social. Toutefois, si l'activité conceptuelle en philosophie vise à la schématisation du réel, le sociologue utilise les concepts pour le découper. Ainsi, les notions d'habitus, de champ ou solidarité ne sont pas élevées au rang de choses pratiques mais servent à l'appréhension des faits sociaux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

[/ltr]


[ltr]

Bibliographie[modifier | modifier le code]



 : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.[/ltr]


  • Jacques Rodriguez, Le pauvre et le sociologue. La construction de la tradition sociologique anglaise 19e-20e siècles, Presses Univ. Septentrion, 2007.

  • Pierre Bourdieu, Jean-Claude Chamboredon, Jean Claude Passeron, Beate Krais, Le métier de sociologue. Préalables épistémologiques, 5e éd., Walter de Gruyter, 2005.

  • Michel Wieviorka, Julien Ténédos, Sociologue sous tension.Entretiens (La Courneuve), vol 1 de Sociologue sous tension : entretien, Michel Wieviorka, Aux lieux d'être, 2006.

  • Nuno Rarrye, Existe-t-il une explication des normes sociales? (¿Hay una explicación de las normas sociales?), P.U.F, Collection Major, 356 pages, 1972.

  • Marcel Fournier, Profession sociologue, P.U.M., 92 pages, 2011.



[ltr]

Voir aussi[modifier | modifier le code]





-------------------------------------------------------------------------



Comme au jeu d'échecs, toute action accomplie dans une relative indépendance représente un coup sur l'échiquier social, qui déclenche infailliblement un contre-coup d'un autre individu (sur l'échiquier social, il s'agit en réalité de beaucoup de contrecoups exécutés par beaucoup d'individus) limitant la liberté d'action du premier joueur

Norbert Élias in La Société de cour, p. 152-153.[/ltr]


[ltr]https://fr.wikipedia.org/wiki/Portail:Sociologie
[/ltr]


[ltr]------------------------------------------------------------------------------------------------------[/ltr]


[ltr]L'insulte suprême est alors devenu : zyva, allez laisses béton, t'as jamais dépassé le portail ....[/ltr]

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Paramètres Polyvalents et Modèle de Base

Message par Invité le Dim 17 Juil 2016 - 16:56

C'est l'histoire du gars qui voulait devenir président, un jour, 
Un autre jour, il se rendit compte qu'être président, c'était pas tout le monde comme moi, et tout le monde pour moi...
il démissionna, il paraît qu'il avait fait polytechnique, y'avait eu des rumeurs sur le fait qu'il soit peut être polyamoureux, il n'avait par contre jamais visité pol"éthique.
http://polethique.strikingly.com/
passer de Marc Aurèle à Marc Dorcel comme un jeu dans une quille de chiens.
Un rapport direct avec le string ? non pas vraiment. Encore que, la réflexion doit parfois peut être s'arrêter à la ficelle ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Paramètres Polyvalents et Modèle de Base

Message par Invité le Dim 17 Juil 2016 - 19:43

FAQ Automutilation intellectuelle
Philippe Gouillou - 2000



Fait pour un enfant surdoué non reconnu de se limiter intellectuellement pour essayer de ressembler aux autres. JC TERRASSIER parle d'Effet Pygmalion négatif, c'est-à-dire de pression à la conformité. 

FAQ en construction.

L'intelligence, c'est le seul outil qui permette à l'homme de mesurer l'étendue de son malheur
Pierre DESPROGES


Qu'est-ce que l'automutilation intellectuelle ?



Fait pour un enfant surdoué non reconnu de se limiter intellectuellement pour essayer de ressembler aux autres. JC TERRASSIER parle d'Effet Pygmalion négatif, c'est-à-dire de pression à la conformité.

L'automutilation intellectuelle est plus grave que le simple jeu de rôle : l'enfant lui-même se croit souvent idiot, ce qui ne serait pas le cas s'il jouait un rôle consciemment. Elle peut aller jusqu'à provoquer une chute du QI, ce qui peut en rendre le diagnostic direct (avant psychothérapie) impossible.

Il s'agit donc d'un des grands risques qui menacent l'enfant surdoué non reconnu.



Qu'est-ce que n'est pas l'automutilation intellectuelle?





L'automutilation intellectuelle n'est en aucun cas une maladie psychiatrique, et ne doit pas être confondue avec l'une d'entre elles. Elle n'est pas non plus la séquelle d'un accident cérébral biochimique.



Quels en sont les degrés ?





Le degré le plus léger est évidemment le simple manque de confiance en soi. On ne peut pas véritablement parler d'automutilation intellectuelle à ce niveau : il faut se rappeler à ce sujet que, contrairement à ce qu'on lit dans les magazines féminins ou de "psychologie" grand public, quasiment personne n'a véritablement confiance en soi (heureusement, la vie en société serait probablement invivable avec de tels phénomènes !).

Au niveau au dessus, on trouve la personne qui s'est construite (ou se construit) sur une image fausse d'elle même, et trainera toute sa vie un certain nombres de blocages, de peurs, de troubles psychologiques, toute sa toute petite vie.

Au niveau le plus tragique, c'est la personne classée débile mentale, et enfermée dans ce rôle, qui peut développer des pathologies psychiatriques graves.



A quel âge peut-elle apparaître ?





D'après les témoignages reçus, l'automutilation intellectuelle peut apparaître très jeune, à tel point qu'il devient inutile de s'occuper d'un âge plancher.



Comment la diagnostiquer ?





C'est là le plus difficile : il est parfois impossible de la diagnostiquer directement.

Comme pour tout ce qui concerne la précocité, le seul test valide est le QI : ni les avis des Enseignants, ni ceux de l'entourage ou des parents ne peuvent être pris en compte. Dans les cas les plus graves l'enfant automutilé pourra être classé "débile mental".

Les tests peuvent ne pas être corrects avant une psychothérapie si l'enfant a vécu une chute de QI.



Quels en sont les signes extérieurs





Même si les tests de QI ne sont pas concluants, des symptômes peuvent inviter à s'en préoccuper. Ces signes extérieurs ne sont donc pas des éléments de diagnostic, on ne peut en déduire l'automutilation intellectuelle, mais ils doivent faire réagir l'entourage, et l'inviter à aller plus avant dans cette hypothèse.

Le signe le plus net de l'enfant automutilé est le changement d'attitude entre avant, et maintenant.

Ce peut être qu'avant l'enfant était enjoué, aimait apprendre, semblait vif et éveillé ; alors que maintenant on se demande ce qu'on pourra en faire, ce qu'il sera capable de faire, et ne montre plus la moindre étincelle qui le ferait briller.

Ce peut être aussi des signes plus généraux, ceux où l'enfant montre qu'il lui manque quelque chose, sans que l'on puisse savoir quoi. Dès qu'un enfant exprime une frustration, il faut se demander si celle-ci n'est pas au niveau de sa reconnaissance intellectuelle : ce sera peut-être un manque de calin, un manque de petit frère ou petite soeur, ses parents désunis ou plein d'autres explications, mais ce peut être aussi un signe avant-coureur d'automutilation intellectuelle.



Comment peut-on l'expliquer ?





On peut considérer que l'automutilation intellectuelle est la meilleure solution qu'ait trouvé le cerveau par rapport aux problèmes qui se posent à lui. En s'automutilant, l'enfant réduit ses souffrances, paraît mieux accepté par son entourage, par le corps enseignant, et surtout se trouve des modèles autour de lui qu'il peut imiter (besoin de miroir). En d'autres termes, l'automutilation intellectuelle est la meilleure possibilté offerte à l'enfant en fonction de ce qu'il est, et de son entourage.

Cela signifie que l'entourage a un impact déterminant sur cette automutilation intellectuelle : cela n'implique pas qu'il doive en culpabiliser si cela arrive, mais qu'une modification de son attitude peut suffire à améliorer l'état de l'enfant.



Comment s'en sortir ?





Ce paragraphe découle directement de celui juste au dessus.

En Construction



http://www.douance.org/psycho/automuti.html

---------------------------------------------------------------------------------

Où l'on apprend, qu'est ce qu'un Terrassier ? quelqu'un qui peut auto-mutiler ? une page de son site  en construction depuis le bug de l'an 2000 ?

Et pour avoir la suite : 

http://www.tupeuxcourir.com/z%C3%A9t%C3%A9tique-sciences/philippe-gouillou-pourquoi-les-femmes-des-riches-sont-belles/
donc on a bien les fées, le lion négatif et le l'ion positif... et les  pig

L'anti-utopie est une genre littéraire officiellement inventé par E. Zamiatine dans les années 20 du XXè siècle. On l'appelle parfois "contre-utopie" ou "dystopie". Huxley et Orwell ont rendu le genre célèbre et des écrivains de Science Fiction s'y sont à leur tour attaqué par la suite.
Je suis heureux de pouvoir présenter ici à côté de ces classiques, des précurseurs oubliés comme Hyppolite Verly et des auteurs trop peu connus à mon goût comme Karin Boye.
Bonne lecture !
 
Sylvain
 ----------------------------------------------------------------------------

les représentations sociales ne peuvent pas simplement être assimilées à un ordre de l’idéologie, renvoyer à des formes de préjugés reflétant un état donné des rapports sociaux, ou constituer de simples « idées ». Le propre de l’histoire philosophique du politique est de souligner qu’au-delà de l’idéologie et des préjugés existent des représentations positives qui organisent le cadre intellectuel et mental à l’intérieur duquel se structure un certain champ des possibles dans un moment historique déterminé. Il s’agit de prendre au sérieux ces représentations : elles constituent de réelles et puissantes « infrastructures » dans la vie des sociétés.  [6]
Pierre Ronsavallon/La démocratie inachevée
[6] Pierre Rosanvallon, La Démocratie inachevée : his
https://www.cairn.info/revue-de-litterature-comparee-2009-1-page-71.htm


--------------------------------------------------------------


rats débiles, souris des champs du possible.


-------------------------------------------------------------------


https://leblog2roubaix.com/2011/10/26/723-pierre-rosanvaillon-au-college-de-france-nous-parle-de-ses-travaux-sur-la-democratie/


----------------------------------------------------------------------



[6] Pierre Rosanvallon, La Démocratie inachevée : histoire...
Le parlement des invisibles....  cat

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Paramètres Polyvalents et Modèle de Base

Message par Invité le Dim 17 Juil 2016 - 20:09

..../....



Mesures[modifier | modifier le code]


[afficher]Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2013).



Exemple d'un certificat de QI.

« Je nomme intelligence ce que mesurent mes tests », aurait répondu, dit-on, ironiquement peut-être, Alfred Binet, puis, dubitatif, Jean Piaget. Il n’y a pas actuellement consensus autour de la définition même de l'intelligence, même du côté des extrêmes : on discute par exemple de l'intelligence des animaux. Si quelques individus semblent supérieurement intelligents, géniaux, on est sûr que la société ne repère pas tous les individus de ce type, qui ne sont donc pas si évidents à distinguer. Néanmoins, « intelligence » vient du latin intellegentia (faculté de comprendre), dérivé du latin intellegere signifiant comprendre, et dont le préfixe inter (entre), et le radical legere (choisir, cueillir) ou ligare (lier) suggèrent essentiellement l'aptitude à relier des éléments jusqu'alors séparés.
L'intelligence est l'ensemble des facultés mentales permettant de comprendre les choses et les faits, de découvrir les relations entre eux et d'aboutir à la connaissance conceptuelle et rationnelle (par opposition à la sensation et à l'intuition). Elle se perçoit dans l'aptitude à comprendre et à s'adapter facilement à des situations nouvelles. L’intelligence peut ainsi être conçue comme la faculté d'adaptation.
Si l'on veut décrire mathématiquement des degrés d'intelligence, il semble donc qu'on doive se contenter au mieux, d'un préordre, et non d'une relation d'ordre total ; en langage courant cela signifie :

  • que de deux individus donnés l'un peut parfois être considéré « dans tous les domaines plus intelligent » qu'un autre ;
  • mais qu'entre deux individus quelconques ce n'est pas toujours le cas ;
  • la seule relation certaine en tel cas est la transitivité : si A est « plus intelligent partout » que B, et B que C, alors A doit l'être davantage que C, sans quoi la relation n'en est pas une cohérente.

Les tests de QI ne prétendent donner une image approximative que d'« une partie » de ce qu'on entend communément par « intelligence », partie qui serait plutôt une adaptation à certains codes de raisonnements logiques simples ou complexes. Des aptitudes plus difficiles à apprécier que la résolution rapide d’un problème logique donné, et parfois déterminantes dans la vie réelle (comme l'opiniâtreté) ne sont pas prises en compte dans ces tests, puisque chaque question doit être résolue en trente secondes en moyenne. En s'en tenant à une approche étymologique, la capacité à comprendre, quel que soit le domaine, pourrait constituer une tentative de définition. On retrouve alors les notions d'intelligence de forme intuitive « opposée » à la forme analytique..../....
.../...
À supposer que l'intelligence soit définie de façon consensuelle, il reste à savoir comment un test peut entendre la mesurer. C'est pourquoi on parle de batteries de tests, faisant appel à des techniques de tempérance, comme des évaluations du niveau de langage.
L'expression, à l'aide d'un résultat chiffré de « l'intelligence » d'une personne, ne permet pas d'en appréhender de manière « détaillée »les différents aspects. C'est simplement une approximation. Des individus particulièrement doués, voire géniaux, dans la discipline qui les passionne peuvent être très démunis dans d'autres domaines : vie courante, formalités administratives... ou tests : que l’on pense par exemple à Ampère, Chasles, (tous deux morts bien avant que Binet ne crée ses premiers tests), ou à Paul Erdős ou encore à cet archétype du distrait représenté par le savant Cosinus (personnage de bande dessinées parues elles aussi avant l'apparition des tests). D'autre part, la plupart des tests pratiqués pour mesurer le QI ne tiennent volontairement pas compte de certains aspects de l'utilisation de l'esprit humain : culture générale alias mémoire à long terme, certains aspects de la psychologie. Enfin, les résultats permettent de calculer les capacités du cerveau confrontés à une expérience de réflexion le jour où cette expérience a été menée.
Les tests de QI ne mesurent qu'une certaine part de l'intelligence humaine, en effet la théorie des intelligences multiples prétend qu'il n'existe pas une ou deux intelligences mais huit voire neuf (Théorie des intelligences multiples d'Howard Gardner). Le quotient intellectuel constitue surtout un classement (d'adaptation à des types de raisonnements logiques, voire de cognition, prédéfinis) d’un individu par rapport à une population donnée, et ne renseigne QUE sur son écart par rapport à la norme. Il ne s'ensuit pas pour autant que cette information soit dénuée d'utilité (voir effet Tetris)..../...
.../...

Variations au cours de la vie[modifier | modifier le code]

Certains auteurs12,13 notent, dans leurs publications, que le QI peut changer au cours de la vie (amélioration ou déclin), en lien avec des modifications de la structure du cerveau (confirmées par l'imagerie cérébrale, structurelle et fonctionnelle, qui montre que le QI verbal[Quoi ?] évolue avec la matière grise (dans une région activée par la parole), alors que le QI non verbal évolue avec des changements de la matière grise dans une zone activée par les mouvements des doigts)[réf. nécessaire].
On a aussi confirmé par l'imagerie cérébrale que les formes d'habileté verbale et non verbale sont étroitement liées aux compétences sensori-motrices impliquées dans l'apprentissage [réf. nécessaire].
L'imagerie montre ou confirme la possibilité que les capacités intellectuelles d'un individu par rapport à ses pairs puissent diminuer ou augmenter dans les années d'adolescence13, sans qu'on sache encore dans quelle mesure jouent le contexte environnemental (polluants neurotoxiques, perturbateurs endocriniens…), d'évolution personnelle (période où intervient fréquemment un changement dans le mode d'alimentation12, avec alcool, tabac éventuellement, ou un changement dans le mode d'apprentissage) ou social (psychologie de la motivation), réorganisation des priorités de l'individu (dont sexualité adolescente), éventuellement sous l'influence de l'entourage ou d'un modèle social autre13.
.../...

Applications et précautions[modifier | modifier le code]

Le QI doit être mesuré par un psychologue professionnel dans le cadre d'un examen psychologique qui comporte une réflexion et des analyses qui vont au-delà de simples chiffres. L'analyse clinique d'un test de Wechsler est un élément primordial, notamment pour apprécier les dysharmonies cognitives. On n'utilise pas ou rarement qu'un seul test comme celui du QI, on y adjoint d'autres tests qui, mis en concordance avec le QI, donnent une appréciation plus complète et globale de la personnalité de l'enfant, de l'adolescent ou de l'adulte.
Bien utilisé et travaillé, c'est un instrument précieux. Hors contexte, il perd de sa pertinence et devient un banal test comme on en consulte particulièrement en été, dans les magazines lus pendant les vacances. Les conditions du test sont extrêmement importantes, les tests effectués sur des personnes trop stressées (si ce n'est pas leur état habituel), dépressives, traumatisées ou ayant une hygiène de vie trop mauvaise ne sont pas nécessairement représentatifs de leur potentiel intellectuel réel. Ainsi, pour les enfants, vaut-il mieux préparer le test par quelques séances préalables de prise de contact et de mise en confiance.

Dérives possibles[modifier | modifier le code]

Lorsque le QI est considéré comme mesure suprême de l'intelligence (et non comme la mesure de l'adaptation à des codes de raisonnements logiques prédéfinis, ce qu'il est réellement), son utilisation peut induire le classement des individus en « bons » et « inaptes », de façon plus ou moins nuancée et donc plus ou moins socialement acceptable.
Le QI a parfois été instrumentalisé pour étayer des propositions élitistes, eugénistes (positives ou négatives ; certaines personnes ont été soumises à un programme de stérilisations contraintes à la suite de mauvais résultats à un test de QI. Cela s'est vu au Canada consécutivement à la loi dite Sexual Sterilization Act of Alberta (en), cf. le cas de Leilani Muir qui a poursuivi en justice et gagné le procès qu'elle a intenté contre la province d'Alberta). L'utilisation du QI a aussi servi à Philippe Rushton à étayer ses thèses racistes, et cela bien que la définition du QI ne fasse nulle part l'hypothèse que celui-ci, chiffre établi à un instant donné, soit inné ni définitif.
Le livre très controversé « The Bell Curve » ressuscite une ancienne thèse de racisme scientifique, en soulignant une différence statistique d'« intelligence » entre américains blancs et noirs en fonction de tests de QI. Selon cette étude, fondée sur des critères ethniques, admis aux États-Unis, les Juifs ashkénazes seraient plus intelligents que les Asiatiques, qui seraient en moyenne un peu plus intelligents que les Blancs, eux-mêmes en moyenne plus intelligents que les Hispaniques ; les Noirs étant les moins intelligents en moyenne. L'ouvrage ne met toutefois pas l'accent sur les corrélations socio-culturelles comme variables explicatives.
L'objection la plus couramment soulevée est qu'il s'agit non d'ethnies dispersées aux quatre coins du globe mais de citoyens américains traités différemment selon leur phénotype et leur appartenance sociale (par exemple, le taux de mortalité à la naissance des enfants noirs américains est supérieur ou égal aux taux de mortalité rencontrés dans le tiers-monde, sans que l'on étudie si ce même taux de mortalité de Noirs américains est inférieur à la moyenne d'Américains blancs) ; même si les défenseurs du livre ont soutenu qu'en contrôlant la catégorie socio-économique, on trouvait les mêmes différences de QI24.
.../....
https://fr.wikipedia.org/wiki/Quotient_intellectuel

-----------------------------------------------------------------------------------

Le cerveau ne détermine pas la pensée comme le cadre ne détermine pas le tableau. Henri Bergson, L’Énergie spirituelle, 1919

.../...

L’invention semble nécessiter la mobilisation volontaire d’étendues cérébrales « dormantes » Nous avons souvent l’impression que nous n’utilisons pas suffisamment les possibilités de notre cerveau. Un peu comme notre portable multifonctions dont nous ne nous servons que pour téléphoner ou envoyer des messages SMS, ou comme notre ordinateur, que nous n’employons que comme traitement de texte ou pour surfer sur internet. L’école, puis notre environnement socioprofessionnel, nous semblent parfois peu stimulants. La télévision et la société des loisirs qu’elle prône nous paraissent bêtifiantes et ne nous laissent guère de temps pour réfléchir. Les gens créatifs utilisent probablement mieux leur cerveau. Certains mouvements psychologiques nous proposent des méthodes pour augmenter notre potentiel mental. Serions-nous plus intelligents si nous utilisions mieux notre cerveau ? Les surdoués Certains individus sont capables d’innover, d’autres pas. L’explication courante pour les esprits créatifs est qu’ils ont hérité d’une combinaison fortuite de talents : par exemple une imagerie visuelle vivace, associée à d’excellentes compétences numériques. Cette conjonction heureuse peut donner des interactions inattendues : les dons d’un Einstein capable de « visualiser » ses équations ou d’un Mozart, qui non seulement entendait mais voyait ses compositions musicales s’organiser dans son esprit. Certains enfants ont des capacités exceptionnelles et très précoces, tel Mendelssohn, qui a écrit ses 12 premières symphonies entre 12 et 14 ans, ou encore Thomas Edison, qui inventait déjà enfant. Cependant, on s’aperçoit vite que les génies ont des capacités inégales. Les inventeurs géniaux aux aptitu- des mécaniques et spatiales supposées élevées, ont sou- vent été dyslexiques à l’école, tel précisément Thomas Edison, qui a déposé plus de 1 000 brevets dont celui de la lampe à incandescence. Des aptitudes exception- nelles en mathématique et dans la capacité à se mouvoir dans l’espace (danse, sport) s’accompagnent souvent de capacités moyennes, voire insuffisantes en expression orale. La corrélation entre déficience verbale et forte capacité visuospatiale est fréquente chez les peintres et sculpteurs. Beaucoup, même s’ils ont des facilités remarquables pour s’exprimer, répon- dre, résoudre des problèmes logiques et mathéma- tiques, ont de la peine à se faire des amis, sont solitaires et introvertis .../...

L’origine du mythe des 20 % D’où nous est venue cette idée reçue que nous sous-utilisons notre cerveau ? Il est amusant d’en dévoiler la source. On découvrit dans l’entre-deux guerres que le cerveau était composé de plus de cellules gliales (les cellules-support) que de neurones (les cellules nobles), dans un rapport de 4 à 1. Il n’en fallut pas plus pour que les journaux titrent : « Nous n’utilisons que 20 % de notre cerveau pour penser ! », qui devint par déformation : « Nous n’utilisons notre cerveau qu’à 20 % de sa capacité. » En réalité, nous pouvons nous rassurer : nous utilisons autant de cellules cérébrales pour une fausse croyance que pour une assertion vraie.

http://www.lecavalierbleu.com/images/30/extrait_121.pdf
------------------------------------------------------------------------------------



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Paramètres Polyvalents et Modèle de Base

Message par Invité le Dim 17 Juil 2016 - 22:11

De la logique :

Voilà à mon sens la définition de la femme pour certains hommes, non pas que certains hommes la définissent ici (la femme) mais qu'on a pu étudier dans des contrées lointaines, un phénomène associatif curieux : un homme accompagné d'une femme étant dotée de logique se mettrait à l'être aussi.... il paraît que c'est physique/chimique (je ne retrouve pas l'étude complète), ça se décline comme ceci : 
Il y a l'alu, le chocolat, et la marmotte est là, arrive la femme qui met la marmotte en mode bi nerfs plutôt que binaire, et subitement la marmotte découvre la logique de mettre le chocolat dans le papier d'alu....
Les mêmes phénomènes (on dit alors un phéno-men) ont été observés ensuite dans diverses cuisines du monde entier.... avec d'autres tâches..

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Paramètres Polyvalents et Modèle de Base

Message par Invité le Lun 18 Juil 2016 - 0:14

En fait c'est donc un forum sur la douance. Et sur un ou des fonctionnements cérébraux (je parlais plus de vertébrés avant mais bon... adaptons nous  Razz bref sérieux).
(Mais non ce n'est pas une idée qui germerait jusqu'au fil de la modération : mais pourquoi que ....)
Ca parle de courbe de Gauss. S'il n'y a pas de représentants différents ?

http://apmep.poitiers.free.fr/IMG/pdf/LA_COURBE_DE_GAUSS-2.pdf

De Poitiers Smile

Spoiler:




Non en fait de Paris Smile Les monuments y frisent moins mais passons ....un petit peu sur la loi du Kiki 2 ? même pas pfff.

Rebref donc l'expression friser l'intelligence ou pas.


Courbe de Gauss montrant la répartition des QI pour un échantillon donné dans une classe d'âge donnée. Le QI moyen est de 100 par convention, la déviation standard est de 15. On vérifie que 2,3% d'une population donnée est en-dessous de 70, 2,3% au-dessus de 130.


http://images.google.fr/imgres?imgurl=http%3A%2F%2Fwww.douance.be%2Fimages%2Fcourbe-bell.gif

(Albert frisait il naturellement ? coupait il les cheveux en 4 a t il un rapport direct avec la coiffure et alternait il lui aussi la 2 Chevaux, avec la Porshe ? chutt....)

.... s'il y a pas de diversité afin de se situer sur la courbe ?

Qu’est-ce qu’un test de QI ? 

Le QI (quotient intellectuel) n’est pas une « mesure » de l’intelligence, un résultat absolu qui déterminerait une quantité précise. Le QI est un score relatif qui permet de comparer le fonctionnement intellectuel d’un enfant par rapport à un enfant du même âge.


http://www.douance.be/douance-tests-questions.htm





Conclusion du soir : s'il n'y a personne d'autre pour faire des rapports, pas d'érection, pas de courbes, pas de déviation, point mort au rond point en fait en solitaire ?


Meuh non ce n'est pas vaste du tout comme sujet. Tu me fais une équipe avec 2 de 240, 3 de 180, 1 de 130, 2 de 110, 4 de 90, une brique, un  cat, un  pig, un  albino, on part d'un point T, on met tout le monde sur le coup, tu me prends un gars et une fille dans chaque domaine de la vie, on s'y colle tous deux trois heures et puis on va se  Sleep.


Parce que tu comprends le  bounce mental, il est comme le kangourou, il doit go to slip aussi.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Paramètres Polyvalents et Modèle de Base

Message par Invité le Lun 18 Juil 2016 - 0:22

Lois du Khi-deux (de Pearson) n est un entier naturel non nul. 

Soit X1, X2, ..., Xn n variables aléatoires indépendantes et identiquement distribuées selon la loi normale centrée réduite. La variable aléatoire Yn = suit la loi du Khi-deux à n degrés de liberté.



Razz "La loi qui deux qui n'est personne et qui est tout seul mais qui revendique son degré de liberté."  Razz



Mouah je dis qu'il y a un darknet de la douance qui sévit depuis longtemps et personne ils nous disaient, on nous cache tout. Si on m'avait présenté les choses comme cela, pour ceux et celles qui ont eu le courage de tout suivre depuis le début, j'aurai peut être moins regardé le cocker pendant qu'on essayait vainement de m'intéresser aux vecteurs.
(ça fait trois ans que j'en rêve de pouvoir m'en faire des comme ça Smile)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Paramètres Polyvalents et Modèle de Base

Message par Invité le Lun 18 Juil 2016 - 11:42

Accomplissement personnel

L'accomplissement personnel ou accomplissement de soi est un des besoins fondamentaux de l'homme dont la satisfaction suppose la relative satisfaction de divers besoins sensiblement plus concrets en rapport avec les autres et l'environnement quotidien. Il a été placé à ce titre au sommet de la pyramide des besoins conçue à partir de l'œuvre de Abraham Maslow. Il est une forme de recherche du bonheurou de la sagesse attachée à ce qu'ils ont d'en partie lié à des potentialités et des caractéristiques du sujet, voire à une personnalité ou uncaractère.

Le philosophe Robert Misrahi conçoit l'accomplissement comme un parachèvement récurrent de ce que le sujet a vécu auparavant et de la façon dont il l'a pour une part essentielle créé. Il s'agit pour lui d'un processus dynamique animé par le désir et d'un projet global constamment renouvelé par les capacités créatives de tout individu quel que soit le sentiment d'accomplissement à un moment donné. Le mot tient la première place d'un de ses ouvrages de synthèse de fin de vie et l'auteur souligne ce qu'a de paradoxale cette position alphabétiquement occupée par un concept qui s'apparente pourtant davantage à un objectif qui pourrait aussi bien être précisé seulement en fin de l'ouvrage, tout ce qui précède n'en étant que des conditions ou facteurs ou une initiation. Sans en expliciter les raisons, l'auteur ne conçoit pourtant pas l'accomplissement comme la réalisation de quelque virtualité personnelle, préférant souligner la motivation à l'accomplissement induite en permanence par le plaisir et la joie d'inventer sa vie, notamment dans une œuvre1.

Notes et références[modifier | modifier le code]


--------------------------------------------------------------------------------------
Avoir un sentiment d'accomplissement, journalier, hebdomadaire, mensuel, bi mensuel, trimestriel, annuel.
-----------------------------------------------------------------------------------------
Satisfaction






[ltr] Pour les articles homonymes, voir Satisfaction (homonymie).[/ltr]




Satisfactions humaines (xxe siècle), d'Edgard Farasyn.


La satisfaction est le nom donné à l’état d’âme ou du corps qui accompagne l’accomplissement d'un désir ou l'assouvissement d'un besoin (l'achèvement d’un besoin)1.

Définition[modifier | modifier le code]



La satisfaction constitue un sentiment relativement plus profond que le contentement (réputé être plus partiel et/ou ponctuel) et plus durable qu'une simple sensation (réputée être plus passagère). En ce sens, elle s’oppose à l'état de frustration, parfois plus ou moins coloré d’espérance, vécu lorsque la psyché est en état de désir ou de besoin. La satisfaction signe la disparition de la tension du désir, la dissipation du déplaisir, de la peine psychologique qui accompagne généralement un état de manque ou de besoin. Elle se distingue du plaisir en ce que ce dernier ne marque qu'une sensation agréable et temporaire : impression physique (plaisir de la chair), impression culturelle (plaisir de voir quelque chose de beau, de voir une théorie convaincante), impression sociale (plaisir de la chaleur humaine, de l’amour), impression psychologique (plaisir de se sentir plein de puissance), impression spirituelle (plaisir de considérer quelque chose qui dépasse un individu)... . L’attente de plaisir (de l’impression plaisante) peut être créée par un désir, plus ou moins demandeur, qui n'a pas trouvé sa réponse. Mais l'insatisfaction est au delà du plaisir souhaité qui n’est pas encore obtenu, et la satisfaction peut advenir en plus du plaisir, lorsque le plaisir escompté est obtenu, et surtout que le désir est comblé. Le poète Léo Ferré résume le premier de ces états d'une expression : « ce mal qui vous fait du bien ».
Dans la plupart des cas, la satisfaction peut être associée au concept de la joie. En psychologie positive, des chercheurs travaillent sur les éléments qui comblent un individu, ou sur ce qui constitue une satisfaction dans sa vie2.
En sexologie, la satisfaction est un état proche de l'orgasme[réf. nécessaire].

-----------------------------------------------------------------------------

Deux positionnements possibles face à l'inacceptable : ne pas accepter, ou faire en fonction de et limiter les dégâts, les restreindre dans le temps.
---------------------------------------------------------------------------------------

Combien d'écarts type ce monsieur a t il franchi pour me parler ? combien d'environnements ? combien de couches sociales ? combien de domaines ?
--------------------------------------------------------------------------------------

Délimiter le territoire et l'univers et l'environnement de l'autre. En déduire les possibilités de conversation. De points convergents et de points divergents.

La communication directe ou indirecte. Déclencher les volcans d'un égo.

Marrant qu'on dise un surdon, alors qu'il peut y avoir plusieurs dons.

-----------------------------------------------------------------------------------------
SPONTANÉITÉ

Ce qui est « spontané » se produit par l'initiative propre d'un agent, sans être l'effet d'une cause extérieure, sans être une réaction ou une réponse à un stimulus quelconque.

Selon la définition classique de Leibniz, est spontané ce dont le principe est dans l'agent. Être doué de spontanéité, c'est être la source originelle d'actions ou de manifestations. C'est à peu près être libre (Leibniz, Théodicée, paragraphe 59 : « Il y a une spontanéité merveilleuse en nous, laquelle, dans un certain sens, rend l'âme dans ses résolutions indépendante de l'influence physique de toutes les autres créatures »), pouvoir inaugurer dans l'ordre de l'action, être autonome.

Le sens courant est plus restreint ; il exige qu'on distingue selon les domaines.

En biologie, on a désigné par génération spontanée le phénomène conjecturé d'une venue d'êtres à l'existence sans germes spécifiques préexistants. Une controverse célèbre opposa, vers 1860, Pasteur à certains membres de l'Institut sur cette théorie. Les expériences de Pasteur ont mis fin au mythe de la génération spontanée.

En psychologie expérimentale, on oppose souvent ce qui est spontané à ce qui est réflexe.

En psychanalyse, on demande au sujet de se livrer à des associations spontanées de mots et d'idées (ce qui signifie : en dehors d'un contrôle critique et d'une production volontaire et orientée).

En psychologie courante, la capacité d'être spontané s'oppose au fait d'être inhibé ; le premier mouvement est aussi ce qui n'est ni réfléchi ni calculé.

En pédagogie, on peut choisir de laisser se développer l'expressivité spontanée de l'enfant, sans nulle « directivité ».

En esthétique, l'expression spontanée s'oppose à ce qui est laborieusement conçu et médité, minutieusement exécuté (ainsi l'action painting).

En politique, on parle de la spontanéité des masses (soulèvement spontané, grève « sauvage », etc.), entendant par là leur capacité d'agir d'une part indépendamment d'une autorité antérieurement établie, d'autre part sans instigation de meneurs, enfin sans concertation préalable.


Françoise ARMENGAUD

Françoise ARMENGAUD, « SPONTANÉITÉ  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juillet 2016. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/spontaneite/


---------------------------------------------------------------------------------------



réactivité




[ltr]

Sommaire

  [masquer] [/ltr]


  • [-] Français

    • [×] Étymologie
    • [+] Nom commun
    • [×] Voir aussi
    • [×] Références



[size][ltr]

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

De réactif.

Nom commun[modifier]

réactivité \ʁe.ak.ti.vi.te\ féminin (pluriel à préciser)
[/ltr][/size][list="margin-top: 0.3em; margin-right: 0px; margin-left: 3.2em; padding-right: 0px; padding-left: 0px; list-style-image: none;"]
[*](Chimie) Capacité de réaction d'une molécule ou d'un corps chimique.
[*](Économie) Capacité, rapidité de réaction d'une entreprise face à la demande.

  • La réactivité de notre département informatique est excellente.


[*](Médecine) Réaction face à un stimulus extérieur.

  • La réactivité des souris à notre nouveau vaccin est médiocre.


[*](Physique des réacteurs) Mesure des capacités de réaction d'un réacteur nucléaire. Dans un milieu multiplicateur de neutrons, écart relatif, par rapport à 1, du facteur de multiplication effectif.
[*](Psychologie) Délai de réaction à un stimulus externe.

  • La réactivité en cas d'incendie varie énormément selon les personnes.


[/list]
[size][ltr]
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



[/ltr][/size]

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Paramètres Polyvalents et Modèle de Base

Message par Invité le Lun 18 Juil 2016 - 11:44

Impulsivité et difficultés de régulation émotionnelle et de gestion des relations sociales chez l’enfant et l’adolescent
parJean-Marc Gomez
Chercheur au Pôle National de Recherche en Sciences Affectives
Faculté de Psychologie et des Sciences de l’Education et Centre Interfacultaire en Sciences Affectives (CISA), Université de Genève


et[url=https://www.cairn.info/publications-de-Van der Linden- Martial--3911.htm]Martial Van der Linden[/url]
Professeur
Faculté de Psychologie et des Sciences de l’Education et Centre Interfacultaire en Sciences Affectives (CISA), Université de Genève


 

Raccourcis

  • Résumé

  • Plan de l'article

  • Pour citer cet article




Voir aussi


  • Sur un sujet proche




Développements

2009/2 (n° 2)





  • Pages : 56

  • DOI : 10.3917/devel.002.0027

  • Éditeur : De Boeck Supérieur





  • À propos de cette revue


  • Site internet









Alertes e-mail
Veuillez indiquer votre adresse e-mail pour recevoir une alerte sur les parutions de cette revue.
Voir un exemple



S'inscrire ➜

 


 Article précédentPages 27 - 34Article suivant 























1
Le concept d’impulsivité renvoie à une variété de comportements réalisés prématurément, excessivement risqués, inappropriés et pouvant entraîner des conséquences indésirables (Evenden, 1999). En particulier, les personnes hautement impulsives ont davantage de difficultés à réguler leurs émotions et à empêcher la survenue de pensées et de comportements non pertinents. L’impulsivité est ainsi associée à divers comportements problématiques tels que les conduites agressives, le tabagisme, l’abus d’alcool et de drogue, le jeu excessif, les achats compulsifs ou encore les troubles du sommeil. L’impulsivité a cependant un aspect positif en ce qu’elle permet de s’adapter à certaines situations qui nécessitent d’agir rapidement, sans trop réfléchir, comme c’est, par exemple, souvent le cas dans la conduite automobile.


2
Les recherches récentes en psychologie ont conduit à distinguer différentes facettes de l’impulsivité. L’objectif de cet article est d’une part de décrire ces différentes facettes ainsi que les mécanismes cognitifs, émotionnels et motivationnels qui y sont associés et d’autre part d’examiner en quoi ce modèle en quatre facettes de l’impulsivité pourrait permettre de mieux comprendre les difficultés de régulation émotionnelle et de gestion des relations sociales chez l’enfant et l’adolescent.


Les facettes de l’impulsivité



3
Considérant la diversité des comportements impulsifs, Whiteside et Lynam (2001) ont tenté d’identifier les principales composantes de l’impulsivité afin de développer un outil apte à évaluer ses multiples manifestations. Pour ce faire, ils ont administré à 437 étudiants universitaires l’ensemble des questionnaires habituellement utilisés pour mesurer l’impulsivité, ainsi que l’inventaire de personnalité NEO révisé (NEO-PI-R). Une analyse factorielle exploratoire réalisée sur les items de ces différentes échelles a permis d’identifier quatre facettes de l’impulsivité : l’urgence, le manque de persévérance, le manque de préméditation et la recherche de sensations. A partir des items présentant les meilleures saturations sur chacun des facteurs, les auteurs ont élaboré un questionnaire comprenant 45 items: le questionnaire UPPS d’impulsivité (« UPPS Impulsive Behavior Scale », Whiteside & Lynam, 2001; version en langue française, Van der Linden et al., 2006). L’urgence renvoie au fait d’agir précipitamment, au risque de regretter son action, et ce particulièrement lorsque l’individu est en proie à des émotions négatives (voir cependant Cyders & Smith, 2008, pour une conception de l’urgence dans un contexte d’émotion négative et positive). Cette facette de l’impulsivité est évaluée au moyen du questionnaire UPPS par des questions du type : « Quand je suis contrarié(e), j’agis souvent sans réfléchir » ou « Quand la discussion s’échauffe, je dis souvent des choses que je regrette ensuite ». Le manque de persévérance correspond à la difficulté de rester concentré sur une tâche pouvant être ennuyeuse, longue ou difficile. Pour évaluer le niveau de persévérance, le questionnaire UPPS contient des questions telles que « Je suis une personne productive qui termine toujours son travail » ou encore « Je me concentre facilement ». Le manque de préméditation concerne le fait de ne pas prendre en compte les conséquences d’une action avant de s’y engager. Les questions de l’UPPS évaluant cette facette de l’impulsivité sont du type : « Avant de me décider, je considère tous les avantages et inconvénients », ou « D’habitude je réfléchis soigneusement avant de faire quoi que ce soit ». La recherche de sensations constitue la quatrième facette de l’impulsivité et concerne la tendance à apprécier et rechercher les activités excitantes ainsi que l’ouverture à de nouvelles expériences. Cette composante de l’impulsivité est abordée par le questionnaire UPPS via des questions telles que « Je me réjouis des expériences et sensations nouvelles même si elles sont un peu effrayantes et non conformistes », ou « J’éprouve du plaisir à prendre des risques ». Smith et al. (2007) ont montré que les mesures obtenues par le questionnaire UPPS corrélaient fortement avec les données recueillies via des entretiens semi-structurés menés chez les mêmes sujets, ce qui suggère que ce questionnaire possède une bonne validité convergente.



Mécanismes psychologiques sous-tendant les quatre facettes de l’impulsivité



4
Bechara et Van der Linden (2005 ; voir également Billieux, Rochat, & Van der Linden, 2008) ont suggéré que les facettes d’urgence, de manque de persévérance et de manque de préméditation seraient principalement associées à des difficultés touchant des mécanismes exécutifs et de prise de décision alors que la recherche de sensations refléterait davantage les dispositions motivationnelles ou de tempérament de l’individu.

5
Plus spécifiquement, un haut niveau d’urgence résulterait d’une difficulté à inhiber des comportements automatiques, difficulté qui serait exacerbée par la présence d’un état émotionnel positif ou négatif. Dans ce contexte des relations entre inhibition et émotion, il a été montré que la présence d’informations suscitant un niveau élevé d’activation émotionnelle pouvait perturber les processus d’inhibition d’une réponse dominante (Verbruggen & De Houwer. 2007). Le manque de persévérance pourrait découler de difficultés à résister à l’interférence proactive ou de difficultés à inhiber des pensées et/ou des souvenirs non pertinents en mémoire de travail. Les deux mécanismes d’inhibition censés être impliqués dans l’urgence et le manque de persévérance (inhiber des réponses automatiques et inhiber des pensées intrusives) ont été identifiés par Friedman et Miyake (2004) comme étant deux dimensions constitutives de l’inhibition. Par ailleurs, Gay, Rochat, Billieux, d’Acremont, et Van der Linden (2008) ont montré que les scores d’urgence et de manque de persévérance obtenus via le questionnaire UPPS étaient associés à des indices de performance recueillis à des tâches évaluant respectivement l’inhibition de réponses automatiques et le contrôle de l’interférence en mémoire de travail. Le manque de préméditation quant à lui renverrait aux processus de prise de décision, et notamment aux processus, plus ou moins conscients, permettant d’anticiper et de prendre en compte les conséquences positives ou négatives d’une décision, et ce à partir de la réactivation des émotions positives ou négatives qui ont été associées à des décisions similaires dans le passé. Dans ce contexte, nous avons récemment montré que les étudiants universitaires qui avaient un bas niveau de préméditation faisaient plus de mauvais choix dans une tâche de prise de décision (« Iowa Gambling Task » ou tâche du Casino ; Bechara, Damasio, Damasio, & Anderson, 1994) spécifiquement conçue pour évaluer les conséquences positives et négatives d’une décision sur base des réactions émotionnelles (Zermatten, Van der Linden, d’Acremont, Jermann, & Bechara, 2005). Enfin, la recherche de sensations correspondrait à un facteur motivationnel et plus spécifiquement à une prédominance des comportements d’approche (plutôt que d’évitement) et à une sensibilité aux récompenses plutôt qu’aux punitions.

6
Dans cette perspective, les comportements seraient sous l’influence des systèmes motivationnels d’approche et d’évitement, en interaction avec les aspects liés à l’autorégulation (reflétés par les trois facettes d’autocontrôle de l’impulsivité). Ainsi, des individus ayant une recherche de sensation élevée associée à de bonnes capacités d’autocontrôle prendront des risques « contrôlés », alors que des individus ayant une recherche de sensation élevée associée à de mauvaises capacités d’autocontrôle auront des difficultés à contrôler leurs comportements d’approche et s’engageront dans des comportements potentiellement dommageables.



Les facettes de l’impulsivité et les comportements problématiques chez l’enfant et l’adolescent



7
Les différentes facettes de l’impulsivité ont été mises en relation, de façon plus ou moins spécifique, avec différents symptômes psychopathologiques et comportements problématiques, tels que les conduites antisociales, les comportements de dépendance (dépendances aux substances et dépendances comportementales), les troubles alimentaires, les troubles obsessionnels-compulsifs, etc. (pour une revue de question, voir Billieux et al., 2008).

8
Ainsi, par exemple, nous avons montré que les quatre facettes de l’impulsivité sont spécifiquement liées aux quatre formes principales d’utilisation problématique du téléphone portable : l’usage prohibé du téléphone portable (p. ex., utilisation du téléphone portable dans des lieux où il est formellement interdit de le faire), l’usage dangereux du téléphone portable (p. ex., utilisation du téléphone portable tout en conduisant), les manifestations de dépendance au téléphone portable (p. ex., se sentir mal quand on n’a pas son téléphone portable) et les problèmes financiers pouvant découler de l’utilisation du téléphone portable (problèmes plus particulièrement rencontrés chez les adolescents et les jeunes adultes ; Billieux, Van der Linden, & Rochat, 2008). Ainsi, il apparaît qu’un haut niveau d’urgence est associé à la fois à la présence de symptômes de dépendance, à l’existence de problèmes financiers (traduisant une utilisation excessive du téléphone portable) et à un usage dangereux. Ces relations suggèrent que les personnes avec un haut niveau d’urgence, quand elles sont sous l’effet d’une émotion positive ou négative suscitée par le fait de se remémorer une situation particulière, ne peuvent s’empêcher d’utiliser leur téléphone portable (une action devenue automatique) pour interpeller autrui concernant la situation qui a suscité l’émotion (par exemple, transmettre son dépit ou son irritation à quelqu’un, suite à une remémoration d’une situation dans laquelle cette personne vous a causé du tort ou, suite à une rêverie amoureuse, communiquer à l’être aimé combien on se réjouit de le revoir). Le fait d’être empêché d’utiliser son téléphone portable constituera ainsi pour les personnes avec un haut niveau d’urgence une contrainte psychologique considérable, se traduisant par un sentiment de dépendance. Enfin, la relation entre un niveau élevé d’urgence et la tendance à utiliser son téléphone portable de manière dangereuse, par exemple en conduisant, serait liée au fait que le flux de pensées de la personne qui conduit peut la pousser à évoquer une situation émotionnelle, laquelle induira une envie irrépressible (non contrôlable) de téléphoner. Les personnes avec de bas niveaux de persévérance tendent à en faire un usage plus intensif (nombre et durée des appels) et à s’exposer à davantage de problèmes financiers en lien avec son utilisation. Ces données indiquent que la présence de pensées intrusives est susceptible de susciter de nombreux appels téléphoniques, car elles amènent à la conscience de potentiels sujets de conversation. De même, il se pourrait que la présence d’intrusions mentales conduise à prolonger la durée des appels émis en suscitant de nouveaux thèmes de discussion à aborder. Le manque de préméditation est relié à la durée des appels émis et à l’utilisation prohibée du téléphone portable, à savoir l’utilisation du téléphone portable dans des lieux où les règles ou les conventions l’interdisent. Ces données suggèrent tout d’abord que les personnes avec un bas niveau de préméditation ne prennent pas en compte les éventuelles conséquences négatives (coûts financiers élevés, perte de temps, remontrances dues aux dérangements) susceptibles d’entraîner une utilisation prolongée et/ou dérangeante du téléphone portable. Enfin, il apparaît qu’un niveau élevé de recherche de sensations prédit uniquement une utilisation dangereuse, ce qui suggère que chez les personnes ayant une recherche de sensations élevée, le fait, par exemple, de téléphoner en conduisant générerait des sensations excitantes.

9
La conception à quatre facettes de l’impulsivité, dans ses dimensions motivationnelles et d’autocontrôle (inhibition de réponses automatiques, résistance à l’interférence proactive et prise de décision) devrait également permettre de mieux comprendre les comportements problématiques chez l’enfant et l’adolescent, et notamment les difficultés de régulation émotionnelle et de gestion des relations sociales. De façon générale, la mise en place de relations sociales harmonieuses et de bonnes capacités de régulation émotionnelle repose sur de nombreuses compétences psychologiques. Certains de ces mécanismes sont plus spécifiquement sociaux ou émotionnels comme par exemple la capacité de reconnaître les émotions exprimées par la personne qu’on rencontre, la capacité d’identifier l’orientation du regard ou encore la capacité de prendre en compte le point de vue de la personne. D’autres compétences ne sont pas spécifiquement sociales, mais concernent les tendances motivationnelles d’approche et d’évitement (telles que reflétées par la facette « recherche de sensations » de l’UPPS) ainsi que les processus généraux de contrôle exécutif et de prise de décision (tels que reflétés dans les facettes d’urgence, de manque de persévérance et de manque de préméditation). En effet, une grande partie des conduites sociales sont constituées de routines d’action produites automatiquement. Cependant, il existe de nombreuses situations sociales dans lesquelles ces routines ne suffisent pas. Ainsi, les fonctions exécutives et de prise de décision vont entrer en jeu lorsqu’il faut inhiber une réponse sociale automatique qui n’est pas ou plus adaptée, réévaluer une situation sociale en termes non émotionnels, s’adapter à une situation sociale non familière, prendre en compte simultanément plusieurs informations (comme par exemple dans une conversation) ou encore se focaliser sur un autre aspect de l’interaction ou changer de point de vue.

10
Les capacités de régulation émotionnelle renvoient à l’ensemble des stratégies que nous utilisons afin de moduler une réponse émotionnelle. Les aspects automatiques de la régulation émotionnelle, qui nous poussent à réagir très rapidement à des situations pertinentes de l’environnement, dépendent des systèmes motivationnels d’approche ou d’évitement qui vont déterminer la tendance naturelle des personnes à approcher des situations qui sont potentiellement source de plaisir ou à éviter des situations menaçantes. Par exemple, confronté à une menace soudaine, le système motivationnel d’évitement (ou de peur) va amener la personne à focaliser son attention sur la menace, interrompre l’activité en cours et à préparer un comportement de sécurité (par exemple d’éloignement, ou au contraire d’attaque). Les aspects volontaires de la régulation émotionnelle renvoient aux processus de contrôle ou exécutifs par lesquels les personnes peuvent moduler intentionnellement l’expression de leurs émotions. Ainsi, confrontée à une information menaçante, la personne pourra, via ses processus exécutifs, limiter l’impact de l’information menaçante en lui donnant une signification différente, se désengager de la source de la menace, et plus généralement promouvoir un meilleur équilibre entre l’information de menace et l’information de sécurité. Parmi les différentes stratégies de régulation des émotions qu’une personne peut mettre en œuvre face à un événement négatif, certaines semblent moins indiquées que d’autres. Ainsi, l’adoption préférentielle de stratégies telles que se blâmer, ruminer, blâmer les autres ou dramatiser est associée à des difficultés psychologiques comme la dépression (voir Jermann, Van der Linden, d’Acremont, & Zermatten, 2006). D’autres stratégies semblent plus pertinentes et impliquent par exemple de se centrer sur des éléments positifs, de se centrer sur la planification, de réévaluer positivement la situation ou de la mettre en perspective. Il faut releverque l’adoption des stratégies les plus appropriées fait davantage appel à des capacités de contrôle exécutif, comme par exemple des capacités d’inhibition de réponses automatiques qui permettront notamment d’inhiber la mise en place automatique de ruminations.

11
Les difficultés de régulation émotionnelle et les problèmes de relations sociales chez l’enfant ou l’adolescent peuvent donc être la conséquence de tendances motivationnelles marquées, et/ou d’un mauvais contrôle des systèmes motivationnels par des fonctions exécutives et de prise de décision peu efficaces. Très tôt, chez l’enfant, des différences interindividuelles peuvent être observées dans la prééminence de l’une ou l’autre des tendances motivationnelles (Rothbart & Putnam, 2002). Dès le plus jeune âge, certains tempéraments assez marqués présentent une forte tendance à l’évitement (à la peur) ou une forte tendance aux comportements d’approche (d’ouvertures aux expériences nouvelles et excitantes, voire aux comportements agressifs). Il existe également des différences interindividuelles importantes chez les enfants et les adolescents dans les capacités de contrôle exécutif. Il faut par ailleurs se souvenir que les fonctions exécutives et de prise de décision n’arrivent à maturité qu’à la fin de l’adolescence (Paust, 2005). D’une manière plus générale, le début de l’adolescence et les processus de maturation liés à la puberté s’accompagnent de changements émotionnels et motivationnels très importants, prenant notamment la forme d’une recherche d’émotions intenses et d’expériences nouvelles ou d’un intérêt accru pour la sexualité. Pendant cette même période, les fonctions exécutives (impliquées dans les capacités d’autocontrôle, de régulation émotionnelle et de prise de décision) sont encore relativement immatures. Il existe donc un décalage entre les changements émotionnels et motivationnels en lien avec la puberté et le développement plus tardif des capacités permettant de réguler les comportements et les émotions qui découlent de ces changements. Ce décalage rendrait ainsi les adolescents vulnérables à la prise de risques inconsidérés et aux conduites dites antisociales (Steinberg, 2005). En outre, l’existence de différences interindividuelles observées dans le développement des fonctions exécutives chez les enfants et adolescents constituerait un des éléments permettant de rendre compte du fait que les conduites à risque, les difficultés de régulation émotionnelle et les problèmes de relations sociales ne sont pas, et loin de là, observés, chez tous les enfants et les adolescents.

12
Peu d’études ont exploré les quatre facettes de l’impulsivité chez les enfants et les adolescents. Relevons cependant que de hauts niveaux d’urgence et de manque de persévérance ont été associés aux déficits d’attention et d’hyperactivité (ADHD) durant l’enfance (Miller, Flory, Lynam, & Leukefeld, 2003). Le manque de persévérance a également été spécifiquement relié aux performances à des tests d’efficience intellectuelle (Miller et al., 2003) ainsi qu’aux performances scolaires (Smith et al., 2007). En outre, dans une série d’études, nous avons exploré les facettes de l’impulsivité, dans leurs liens avec certains comportements problématiques, chez les adolescents.

13
Il faut tout d’abord noter que la structure en quatre facettes du questionnaire UPPS a été confirmée auprès de 628 adolescents (314 garçons et 314 filles, âgés de 12 à 19 ans ; d’Acremont & Van der Linden, 2005). De plus, les corrélations entre l’âge et chaque facette de l’impulsivité étaient négligeables, suggérant ainsi une stabilité de l’impulsivité au cours de l’adolescence (bien qu’une étude longitudinale devrait être entreprise pour tester cette stabilité de façon plus directe). Enfin, les filles montraient un score plus élevé d’urgence et les garçons un score plus élevé de recherche de sensations. Dans la mesure où des corrélations importantes ont été observées entre un haut niveau d’urgence et des scores élevés à des échelles mesurant les symptômes d’anxiété et/ou de dépression (Miller et al., 2003), la différence de genre dans cette facette de l’impulsivité est en accord avec la présence plus fréquente de problèmes internalisés (dépression et anxiété) chez les adolescentes (Bongers, Koot, Van der Ende, & Verhulst, 2003). La différence de genre dans la recherche de sensations est quant à elle compatible avec le fait que les adolescents prennent plus de risques et sont plus souvent victimes d’accidents que les adolescentes (Choquet, Michaud, & Frappier, 1997).

14
Une autre étude (d’Acremont, 2005) a par ailleurs montré, chez des adolescents âgés de 13 à 17 ans, que les facettes « manque de préméditation » et « urgence » prédisaient les problèmes de comportement (p. ex., fait souvent des colère, s’énerve facilement) et les symptômes d’hyperactivité (p. ex., facilement distrait, a du mal à se concentrer) rapportés par l’enseignant au moyen du « Strengths and difficulties Questionnaire » (Goodman, 2001 ; version en langue francaise, questionnaire « points forts/points faibles » : Fonbonne et al., 2005; voir d’Acremont & Van der Linden, 2008 pour une étude de validation). Par ailleurs, la facette « manque de persévérance » prédisait aussi les symptômes d’hyperactivité. Des recherches complémentaires devraient être menées afin d’examiner, au moyen de tâches cognitives, dans quelle mesure les relations observées sont déterminées, du moins en partie par les mécanismes psychologiques (d’inhibition et de prise en compte des conséquences positives et négatives d’une action) censés être impliqués dans chacune des facettes de l’impulsivité.

15
Dans une étude plus récente (d’Acremont & Van der Linden, 2007), nous avons mis en évidence un biais mnésique en faveur de visages exprimant la colère (par rapport à des visages exprimant la joie) chez des adolescents présentant des problèmes de comportement et d’hyperactivité identifiés par l’enseignant au moyen du questionnaire « points forts/points faibles ». Cette meilleure performance mnésique pour les visages exprimant la colère pourrait résulter de l’existence d’un schéma hostile qui guiderait le traitement de l’information sociale (Crick & Dodge, 1994). Cependant, ce biais mnésique en lien avec les problèmes de comportement et l’hyperactivité (lesquels sont par ailleurs intimement reliés ; d’Acremont & Van der Linden, 2008) est plus prononcé chez les adolescents présentant un haut niveau de manque de persévérance (évalué par l’UPPS). Cet effet de modération suggère qu’une bonne capacité de résister à l’interférence proactive (mécanisme qui a été associé au manque de persévérance ; Gay et al., 2008) aiderait les adolescents à limiter l’interférence des pensées et souvenirs en lien avec la colère.

16
Nous avons également examiné, chez des adolescents âgés de 15 à 19 ans, les relations entre les facettes de l’impulsivité, la dépression et les stratégies cognitives de régulation émotionnelle (d’Acremont & Van der Linden, 2006). Les résultats montrent un lien entre les facettes « urgence » et « manque de persévérance » de l’impulsivité et la dépression. De plus, ce lien est sous-tendu par l’utilisation de stratégies plus ou moins adaptées de régulation émotionnelle (évaluées au moyen du « Cognitive Emotion Regulation Questionnaire », Garnefski, Kraaij, & Spinhoven, 2001 ; version en langue française : Jermann et al., 2006). Plus spécifiquement, les résultats suggèrent que les adolescents ayant des scores élevés en urgence et manque de persévérance (et montrant des difficultés d’inhibition de réponses automatiques et de pensées intrusives possiblement associées à chacune de ces facettes) seraient plus déprimés du fait de l’utilisation moins fréquentes de stratégies de régulation adaptées (telles que la réévaluation positive ou la mise en perspective) et de l’utilisation plus fréquente de stratégies inadaptées (telles que se blâmer ou ruminer).

17
Enfin, partant des données qui ont mis en évidence le rôle de l’impulsivité dans l’insomnie (Schmidt, Gay, & Van der Linden, 2008) mais qui ont aussi montré un effet délétère du manque de sommeil sur les capacités de régulation émotionnelle (Jones & Harrison, 2001), nous avons entrepris une étude longitudinale (Schmidt, Gomez, Gay, Ghisletta, & Van der Linden, 2009) auprès de 202 adolescents (âgés de 12 à 17 ans ; 104 filles et 98 garçons) dans le but d’explorer les relations entre impulsivité, problèmes de comportement, insomnie et performances scolaires. Deux évaluations ont été entreprises, séparées par un intervalle de 6 mois. Les résultats montrent tout d’abord que de moins bonnes performances scolaires sont reliées aux difficultés de sommeil (mesurées par l’index de sévérité de l’insomnie ; Blais, Gendron, Mimeault, & Morin, 1997) ainsi qu’à des scores plus élevés aux facettes d’urgence et de manque de persévérance (mesurés par l’UPPS). En outre, une analyse en équations structurales montre que des difficultés de sommeil au temps 1 prédisent des difficultés comportementales au temps 2 et que des problèmes de comportement (mesurés par le questionnaire « points forts/points faibles ») au temps 1 prédisent une augmentation des scores d’urgence et de manque de persévérance au temps 2. En conclusion, ces résultats mettent en évidence la relation circulaire qu’entretiennent l’impulsivité, les comportements problématiques et les difficultés de sommeil.



Conclusions



18
La conception de l’impulsivité en quatre facettes proposée par Whiteside et Lynam (2001) ainsi que les propositions que nous avons émises concernant les mécanismes cognitifs, émotionnels et motivationnels en jeu dans chacune de ces facettes (voir Bechara & Van der Linden, 2005; Billieux et al., 2008) fournit un cadre conceptuel permettant une approche plus différenciée et dynamique de processus d’autorégulation. En effet, cette approche intègre et met en relation des composantes motivationnelles et exécutives, elle distingue différentes composantes d’autocontrôle (urgence, manque de persévérance, manque de préméditation), elle relie ces composantes à des mécanismes exécutifs et de prise de décision spécifiques (notamment en distinguant deux mécanismes d’inhibition impliqués dans les facettes d’urgence et de manque de persévérance : inhibition de réponses dominantes et contrôle de l’interférence; voir Friedman & Miyake, 2004) et enfin, elle prend en compte les liens entre cognition et émotion (par exemple en associant la facette d’urgence à des difficultés d’inhibition de réponses automatiques, dans un contexte émotionnel).

19
Ce cadre conceptuel s’est, dès à présent, avéré utile dans l’exploration des mécanismes d’autorégulation impliqués dans divers états psychopathologiques chez l’adulte (voir Billieux et al., 2008). Quelques études récentes suggèrent également qu’il est à même de guider la recherche dans le domaine de l’autorégulation chez l’enfant et l’adolescent. De par ses composantes motivationnelles, émotionnelles et cognitives, cette conception de l’autorégulation est particulièrement bien adaptée à l’exploration de la régulation des émotions et la gestion des interactions sociales en milieu scolaire. Ces travaux devraient permettre d’aider les enseignants à mieux identifier les difficultés de régulation de leurs élèves et à mieux comprendre l’impact de ces difficultés sur l’apprentissage, l ‘enseignement et l’intégration scolaire. Il ne s’agit cependant pas d’envisager le comportement émotionnel et relationnel d’un enfant ou d’un adolescent uniquement sur la base de ses capacités personnelles de régulation, mais aussi à partir du contexte familial, scolaire et socio-économiques dans lequel s’inscrit ce comportement. Il existe en effet certains contextes qui sont susceptibles de générer des comportements émotionnels et relationnels considérés comme impulsifs (excessifs ou inappropriés), mais qui en fait constituent une réaction compréhensible d’un enfant ou d’un adolescent confronté à une situation qu’il considère comme inquiétante, injuste, agressive, etc. ou qu’il ne peut pas gérer du fait de difficultés familiales ou sociales affectant ses ressources psychologiques.

20
Quoi qu’il en soit, la conception de l’autorégulation et de ses difficultés que nous avons présentée se doit d’être encore précisée sur de nombreux plans. En particulier, le questionnaire UPPS lui-même devrait être amélioré, par exemple en intégrant des questions relatives à l’urgence positive. Il conviendrait également d’évaluer de façon plus générale la sensibilité aux renforcements et aux punitions plutôt que de se centrer sur la recherche de sensations. Il s’agit également de clarifier les relations qu’entretiennent entre elles les facettes de l’impulsivité : même s’il s’agit de composantes distinctes, elles sont néanmoins en partie liées (voir Van der Linden et al., 2006), reflétant ainsi ce que Miyake et al. (2000) ont appelé « l’unité dans la diversité » des fonctions exécutives. Enfin, les mécanismes impliqués dans chacune de ces facettes se doivent d’être précisés. Ainsi, par exemple, la facette de manque de préméditation pourrait être associée à des processus de prise de décision qui diffèrent selon leur composante plus ou moins stratégique ou intuitive. De même, plusieurs mécanismes sont vraisemblablement impliqués dans la facette d’urgence et outre les capacités d’inhibition d’une réponse dominante, on peut faire l’hypothèse qu’interviennent également des mécanismes « précipitants » (tels que la réactivité émotionnelle) ainsi que des biais d’évaluation (« appraisal ») de la situation. Enfin, l’exploitation de cette approche de l’autorégulation chez l’enfant nécessitera d’adapter les outils d’évaluation à l’âge des enfants, mais aussi de prendre en compte les aspects développementaux des processus en jeu dans les différentes facettes de l’impulsivité (comme par exemple le développement des capacités d’inhibition dans leurs liens avec l’émotion).







Références







  • Bechara, A., Damasio, A. R., Damasio, H., & Anderson, S. W. (1994). Insensitivity to future consequences following damage to human prefrontal cortex. Cognition, 50, 7-15.

  • https://www.cairn.info/revue-developpements-2009-2-page-27.htm


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Paramètres Polyvalents et Modèle de Base

Message par Invité le Lun 18 Juil 2016 - 12:09

PsycARTICLES :
Citation and Abstract

The normative development of child and adolescent problem behavior.
Bongers, Ilja L.; Koot, Hans M.; van der Ende, Jan; Verhulst, Frank C.
Journal of Abnormal Psychology, Vol 112(2), May 2003, 179-192.

Current issue feed

The aim of this study was to identify normative developmental trajectories of parent-reported problems assessed with the Child Behavior Checklist (CBCL; T. M. Achenbach, 1991) in a representative sample of 2,076 children aged 4 to 18 years from the general population. The trajectories were determined by multilevel growth curve analyses on the CBCL syndromes in a longitudinal multiple birth-cohort sample that was assessed 5 times with 2-year intervals. Most syndromes showed a linear increase or decrease with age or a curvilinear trajectory, except for thought problems. Trajectories for most syndromes differed for boys versus girls, except those for withdrawn, social problems, and thought problems. These normative developmental trajectories provide information against which developmental deviance in childhood and adolescence can be detected. (PsycINFO Database Record (c) 2012 APA, all rights reserved)
http://psycnet.apa.org/?&fa=main.doiLanding&doi=10.1037/0021-843X.112.2.179
----------------------------------------------------------------------
PsycARTICLES :
Citation and Abstract

A review and reformulation of social information-processing mechanisms in children's social adjustment.
Crick, Nicki R.; Dodge, Kenneth A.
Psychological Bulletin, Vol 115(1), Jan 1994, 74-101.

Current issue feed

Research on the relation between social information processing and social adjustment in childhood is reviewed and interpreted within the framework of a reformulated model of human performance and social exchange. This reformulation proves to assimilate almost all previous studies and is a useful heuristic device for organizing the field. The review suggests that overwhelming evidence supports the empirical relation between characteristic processing styles and children's social adjustment, with some aspects of processing (e.g., hostile attributional biases, intention cue detection accuracy, response access patterns, and evaluation of response outcomes) likely to be causal of behaviors that lead to social status and other aspects (e.g., perceived self-competence) likely to be responsive to peer status. (PsycINFO Database Record (c) 2012 APA, all rights reserved)
http://psycnet.apa.org/?&fa=main.doiLanding&doi=10.1037/0033-2909.115.1.74
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Adjudant ou ah justement, parfois fuir le combat si il ne sert à rien, pour soi. C'est cela oui, un ajustement. Comme si on m'avait dit : ah ben tiens justement  Razz je connais un détail sur toi, attends je te montre. Un détail mais the détail qui change le tout. Desaxé, remettre dans l'axe, pas de remise dans l'axe sans axe. axe, accéder, accès, sans excès, l'excitabilité, ne pas être excité à l'insu de son plein gré, pour exister sans excès. Se téléguider. Parfois ne pas démarrer, s'éteindre, ne pas se faire choper le brasier. le luc et l'esprit et la colonne vertébrale.


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Personality and Individual Differences
Volume 30, Issue 8, June 2001, Pages 1311–1327



Negative life events, cognitive emotion regulation and emotional problems

  • N Garnefski
  • V Kraaij, 
  • P Spinhoven


 Show more
Choose an option to locate/access this article:
Check if you have access through your login credentials or your institution
Check access



Purchase $35.95






doi:10.1016/S0191-8869(00)00113-6Get rights and content






Abstract

A new questionnaire, named the Cognitive Emotion Regulation Questionnaire, has been constructed, measuring nine cognitive coping strategies people tend to use after having experienced negative life events. A test–retest design was used to study the psychometric properties and relationships with measures of depression and anxiety among 547 high school youngsters. Principal component analyses supported the allocation of items to subscales, while alphas of most subscales exceeded 0.80. Cognitive coping strategies were found to play an important role in the relationship between the experience of negative life events and the reporting of symptoms of depression and anxiety. The results suggest that cognitive coping strategies may be a valuable context of prevention and intervention

Keywords


  • Negative life events; 

  • Cognitive coping; 

  • Emotion regulation; 

  • Depression; 

  • Anxiety




Corresponding author. Tel.: +31-71-5273774; fax: +31-71-5273619
Copyright © 2001 Elsevier Science Ltd. All rights reserved.
http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0191886900001136
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
c'était synapse218 en direct de deux neurones  Razz 

si on ne peut jamais dire de conneries grosses comme soi même, on reste une grosse connerie grosse comme soi même. y'a complot des gens intelligents  Razz ils sévissent via internet avec leur sciences diverses et tentent de te récupérer pour te remettre à bosser mentalement  Razz Après tu croises des gens qui te disent : tu as changé, c'est quoi tous ces mots bizarres que tu mets dans tes phrases ? trier ses mots, trier ses phrases. Ne pas se faire choper les petites voitures et les garder sur son circuit. l'art de la formule, hein ? un cercle où l'on parait intelligent, un cercle où l'on paraît con.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------
http://fastoche.pagesperso-orange.fr/Difference_de_potentiel/difference_de_potentiel.htm


(monsieur si on peut pas copier coller ton site perso, c'est dommage parce que du coup ça te fait pas de pub et si je veux je peux recopier  Razz chacun sa notion du système de protection  Razz qui s'affiche et où ? hein ?) face totoche.
---------------------------------------------------------------------------------------------------------
Mais alors la science qui regroupe tout ? elle est où ? si on ne veut pas qu'on soit soit au milieu de tout le monde, soit le nez dans tout ? et qu'on se promène ?
Si tu te balades dans plusieurs domaines inconnus pour d'autres pour t'expliquer, tu passes par un instable mental ? la table mentale n'est pas la même pour tout le monde ? mais alors pour toi c'est quoi en gros l'univers ? en gros ? euh ben je dirai un énorme placard, enfin plusieurs où je peux ranger tout ce que je pense  Razz merci l'univers quand même  Razz mais alors tu es soumise ? soumise aux lois de l'univers ? c'est ça. Mister Univers m'a soumise avec ses gros muscles. Et quand c'est lui qui réfléchit, ça me désaltère.

Mais c'est bien sûr.




Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Paramètres Polyvalents et Modèle de Base

Message par Invité le Lun 18 Juil 2016 - 12:17





Alors si tu sors, t'as fait un tour rapide, mais t'as pas creusé le concept. Il faut retourner son surdon. Il faut donsur.

La donsureté c'est l'inverse du thon pas certain. Il faut t'être un mobydit. On est toujours plus ou moins dans une baleine.

Dis monsieur, si je me spécialisais un jour, je pourrais quand même des fois aller refaire un tour dans tout ? et tout le monde ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Paramètres Polyvalents et Modèle de Base

Message par Invité le Lun 18 Juil 2016 - 12:33

La horsnormitude ça doit pas être simple non plus.



et là hormis s'accepter.... je vois pas bien comment se cas moufler.

et la grandis éloquence.








Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Paramètres Polyvalents et Modèle de Base

Message par Invité le Lun 18 Juil 2016 - 12:56

Des années d'études, un énorme bagage intellectuel, un travail de fond, des années de recherche.... il faudrait que je fasse mon cv...... ça serait un peu atypique je le conçois. en plus en chassés croisés. en mode jeu de pistes. Mr le drh je vous laisse avec mon labyrinthe écrit, vous m'appelez quand vous avez fini ? je serai au bistrot d'en face en train de faire un baby ou un billard.
Z'avez remarqué que dans les bistrots il n'y a jamais les deux ? ben t'es con ou quoi, avec les deux c'est une salle de jeux. T'es sur ? Il en faut pas un ou deux de plus pour sauter un écart type ? un peu border ? ça joue sur la ligne un peu ...
et sinon avec ce forum tu trouves que tu t'améliores ? en fait ça dépend. un coup ça bascule par ici, un coup ça bascule par ailleurs. un petit rock'in chair mais qui m'est cher.
Parfois la fin du début, parfois le début de la fin, 
être en paix chez soi, je me souviens que lorsque l'extérieur que j'avais donc conquis prenait le dessus sur moi, je rentrais parfois chez moi comme "poursuivie" (ben oui je suis une fille, l'extérieur me harcèle parfois de partout, ils mettent les eux parfois que des trucs pour m'emmerder comme une tempête de neige qu'il faudrait affronter, diantre une attaque de flots cons, rentrons vite nous mettre à l'abri Smile) je rentrais donc chez moi pour faire le point dans mes repères. Au centre du bon et du bien.
Et pendant que j'essayais tout de même encore de faire preuve de délicatesse.... on y voyait parfois de la déstructure.... Faire attention et être attentionné(e) avec des inconnus, si c'est pas le comble Smile
Il y a des différences de ressentis, le sentiment d'incompréhension peut aussi provenir de là. Présumer que l'autre a le même fonctionnement.... de fait penser que lorsqu'il dit quelque chose qui fait du mal ou qui ravive de mauvais souvenirs, il en serait conscient.... et que la même chose il ressent....
Le corps est quand même une sacrée usine à mettre en route ou pas. avec un milliard 478 paramètres.
quand tu demandes à un doué ce qu'il fait dans la vie, il te répond : coordonnateur. et toi t'es une chieuse douée donc au lieu de laisser en ... tu demandes et tu coordonnes quoi ? ... ... ... .... euh je coordonne Smile
alors, alors les coordonnées, et les cohortes de données et évidemment ça en viendrait à déborder sur les abscisses. on devrait extra, extra ordinaire.
- alors que fait on aujourd'hui ? 
- ben je pense que je vais régresser un peu ...
- comment tu te la pètes, à prétendre qu'un peu de routine et de simple, est régressif.
- ben excuses moi j'avais eu la délicatesse de ne pas te dire que tu es naze mais puisque tu insistes, attends je vais t'expliquer, je vais te le démontrer.
Donc faire des ponts ça veut dire un vrai truc. whaouh.
Donc tu dis un truc et selon qui en face, quand toi tu poses une question, il pense que tu donnes une réponse, il fallait le savoir. vraiment.
un impact c'est quand on fait un pacte. ben merde.
creuser l'écart pour le voir. et voir si on y retourne.
un jour, un jour je me suis fait retournée. et t'as rien senti ? ben non. il ne faudrait pas tout expliquer comme ça sort  tongue Razz Razz Razz.
à quel embranchement reprendre une conversation. je m'en vais de ce pas consulter le Tamasrose...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Paramètres Polyvalents et Modèle de Base

Message par Invité le Lun 18 Juil 2016 - 13:08

C'est fondamentalement super con et c'est dur à dire sur ce sujet, j'aurai donc passer ma vie à tenter de devenir moins con, en passant par un milliard de choses, 

on aura écrit que le doué ne sait pas expliquer l'évidence, 

et je me retrouve sur ce banc à croiser quelqu'un de connu avant à qui je dirai que j'ai trouvé le pourquoi de mon comment et le comment de mon pourquoi pour qu'il me réponde : 

c'était évident ça se voyait.... !!!!

ça scotche sur le coup..... donc il y a bien un truc dans "expliquer l'évidence". dans l'évidence, il y a des explications pour les autres. on doit avoir l'air con de fait de ne pas expliquer l'évident pour les autres. un truc comme ça.

si je ne parlais pas parfois brouillon, destructuré ou avec des .... j'aurai rien dit de toute ma vie, en fait, mode recherche en cours.... et tu te retrouves avec une épitaphe sur ta tombe : 

"parti bien trop tôt, il n'aura pu cracher sa valda "

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Paramètres Polyvalents et Modèle de Base

Message par Invité le Lun 18 Juil 2016 - 13:17



Bref j'aurai fait toute ma petite vie entre deux ? l'air de rien ? ah ben bravo Smile et t'es où ? ben entre deux Smile Mais un jour j'ai rejoint ma parallèle, c'était magique Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Paramètres Polyvalents et Modèle de Base

Message par Invité le Lun 18 Juil 2016 - 13:20

Faire un topo sur les accélérations verbales et inversement sur la décélération verbale.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Paramètres Polyvalents et Modèle de Base

Message par Invité le Lun 18 Juil 2016 - 13:44

Livre : Enseigner autrement avec le Mind Mapping

by Marco Bertolini
[ltr]Fabienne De Broeck et Pierre Mongin signent un ouvrage qui comble un vide massif : celui de l'utilsation des cartes mentales pour enseigner autrement.  Petit tour d'horizon d'un livre qui se signale déjà comme un incontournable du mindmapping et de l'éducation.
Fabienne De Broeck et Pierre Mongin nous proposent un nouvel ouvrage qui fera date dans l'histoire du mind mapping et qui devrait devenir le manuel de chaque enseignant en francophonie.

[/ltr]

Enseigner autrement
[ltr]

Un livre pratique écrit par deux experts du Mind Mapping  à l'école

Car l'avantage principal de cet ouvrage, c'est son côté pratique.  Loin d'être du discours théorique sur les cartes mentales et conceptuelle, c'est bien d'un guide quotidien qu'il s'agit.
Et d'un guide rédigé par deux experts reconnu tant de la pensée visuelle que de la formation.
On ne présente plus Pierre Mongin dont j'ai déjà parlé abondamment sur ce blog : pionnier du Mind Mapping en France, il est aussi une référence francophone en matière de cartes conceptuelles et de management visuel.  Il propose d'ailleurs un SPOC en gestion de projet et management visuel sur SPOC en Stock dès la rentrée de septembre.
Fabienne De Broeck, fondatrice d'Optimind,  est une experte belge du  Mind Mapping avec qui j'ai eu le plaisir de co-organiser le colloque Apprendre tout au long de la vie avec le Mind Mapping en octobre 2015.  Elle dispose d'une très grande expérience du mind mapping en milieu scolaire et en coaching d'étudiants.

Des dossiers et des outils pour comprendre et utiliser les cartes mentales en classe

Première originalité de ce livre, il n'est pas divisé en chapitres classiques mais en :
[/ltr]

  • 8 dossiers thématiques qui couvrent l'ensemble de la vie scolaire

  • 59 outils pratiques utilisables immédiatement par les enseignants





Enseigner autrement avec le mindmapping
[ltr]
Cette carte peut être téléchargée gratuitement au format XMind sur ma page de profil Biggerplate ou au format PDF (A3) sur mon compte Slideshare.

Des dossiers thématiques qui couvrent l'ensemble de la vie scolaire

Ces 8 dossiers thématiques recouvrent des réalités très prégnantes au sein des écoles.  Chaque dossier est introduit par une double page qui le replace dans son contexte.
Ces dossiers vont des principes de base de la pensée visuelle à l'utilisation des logiciels en passant par les techniques d'apprentissage, travailler ensemble ou encore la vie scolaire.

Des outils visuels pratiques et utilisables immédiatement

Ce sont pas moins de 59 outils qui vous sont proposés, chaque série correspondant à la thématique d'un dossier.
Par exemple, le dossier Les techniques d'apprentissage résume les étapes d'un apprentissage et replace ces techniques dans le contexte de la pensée visuelle.
Ensuite, le dossier présente en détail 7 outils qui correspondent à cette thématique :
[/ltr]

  • le brainwriting : pour générer des idées nouvelles en groupe

  • le brainstorming : pour susciter une créativité sans contrainte (un exemple est fourni dans les deux pages suivantes

  • le textmapping : utilisation d'un rouleau de papier sur lequel on place des éléments de texte et d'image pour une vision d'ensemble d'un sujet

  • Prendre des notes : à partir d'un oral ou d'un écrit, prendre des notes sous forme de carte mentale

  • Préparer un exposé : découper son exposé en différentes étapes autour d'un message cohérent (avec un exemple sur une double-page)

  • Soutenir un oral : en utilisant la carte mentale à la fois comme technique d'élaboration de la parole et comme support visuel pendant la présentation

  • Questionner avec le QQOCCP : l'acronyme des 7 questions de Quintilien que pour ma part j'utilise sous la forme CQQCOQP, moins sérieuse et donc plus facile à mémoriser...


[ltr]

[img(559.8571420000001px,410.85714199999995px)]https://trouvetavoie.files.wordpress.com/2012/11/cqqcoqp.png?w=560[/img]
La méthode CQQCOQP

Des encadrés qui apportent des précisions importantes

Pour chaque outil, des encadrés sur fond vert apportent des précisions importantes :
[/ltr]

  • avantages : ce que l'outil peut apporter de positif, de neuf par rapport aux pratiques pédagogiques habituelles

  • variantes : certains outils peuvent prendre plusieurs formes, plus adaptées au circonstances ou aux objectifs pédagogiques

  • précautions à prendre : limites de l'outil ou prérequis avant de l'utiliser avec les élèves


[ltr]

Des QR codes pour activer des ressources extérieures

Sur les pages de certains outils, vous trouverez des QR codes qui, scannés avec votre smartphone ou votre tablette, vous permettent d'accéder à des ressources sur le web.
Par exemple, le QR Code de l'outil 9 Gérer un projet vous conduit vers un module de gestion de projet par Pierre Mongin, tandis que celui de la page 54 du dossier Techniques d'apprentissage vous offre le témoignage d'élèves de terminale en Belgique, filmé par Fabienne De Broeck.

Conclusion : un livre très pratique et complet pour enseigner avec les cartes mentales en classe

En conclusion, je pense qu'il s'agit du meilleur ouvrage paru sur le sujet.
Même le format large du papier - qui rappelle celui d'un manuel scolaire - permet une exposition claire des cartes, du texte et des graphiques.
L'utilisation de la couleur est judicieuse.  Les cartes mentales manuelles dessinées par Luis Garcia sont non seulement agréables à l'oeil mais constituent un exemple positif de ce qu'on peut faire avec une feuille de papier, un crayon et une gomme...  Et elles forment le rappel visuel le plus convaincant des règles de l'art.
On sent, à la lecture du livre, que les deux auteurs disposent d'une réelle expérience du mind mapping et de la pensée visuelle dans le contexte académique.
Un ouvrage que je  ne peux que recommander très chaudement.
Pierre MonginFabienne De BroeckEnseigner autrement avec le mind mapping : cartes mentales et conceptuelles, Paris, Editions Dunod, 2016, 191 p., illustré.

http://format30.com/2016/07/18/livre-enseigner-autrement-avec-le-mind-mapping/[/ltr]

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Paramètres Polyvalents et Modèle de Base

Message par Invité le Lun 18 Juil 2016 - 13:55



surmonter la crème solaire ou faire le mime marceau.

http://vosmedias.idees.madame.lefigaro.fr/Interstitial/Figaro/Madame/2016/07/18/578c9cb003afa.html

du coup c'est Cyril et sa crème chantilly qui a gagné...

et les noces de Figaro.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Paramètres Polyvalents et Modèle de Base

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 7:01


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 23 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 13 ... 23  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum