QI entre 120 et 130 : Doué mais pas surdoué ça change quoi ?

Page 4 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: QI entre 120 et 130 : Doué mais pas surdoué ça change quoi ?

Message par Asperzebre le Jeu 9 Juin 2016 - 17:31

Michka a écrit:J'avoue ne pas savoir ce que je suis au final, parce que plus je suis confronté aux zèbres plus je me sens isolé (au niveau de ma personnalité j'entends, car il y a des zèbres charmants) et en même temps je suis pas non plus intégré aux non-zèbres, c'est dur d'en causer car j'ai honte, donc forcément certains me verront d'un oeil différent mais je souffre de pathologies, qui n'arrangent rien à l'affaire... après on peut pas forcer les gens à nous accepter, ils peuvent faire semblant mais les sentiments ne se contrôlent pas, donc au final j'ai autant de réponses que quand je suis arrivé mais encore plus de questions, et c'est absolument chiant

je crois que ce problème est commun à une grande partie des membres du forum, zèbre est un terme beaucoup trop vague, ces histoires prétendant qu'on a trouvé notre troupeau ne me parlent pas trop.
tout au plus a t'on trouvé des gens ayant des problématiques similaires aux nôtres.

Asperzebre
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 607
Date d'inscription : 10/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: QI entre 120 et 130 : Doué mais pas surdoué ça change quoi ?

Message par Nox Borealis le Jeu 9 Juin 2016 - 17:42

Tu dégages beaucoup de serenité dans tes propos, je ne parle pas seulement d'ici

Nox Borealis
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 429
Date d'inscription : 08/12/2015
Age : 31
Localisation : Gironde

Revenir en haut Aller en bas

Re: QI entre 120 et 130 : Doué mais pas surdoué ça change quoi ?

Message par Numero6 le Jeu 9 Juin 2016 - 18:09

@asperzèbre, merci pour l'explication, ce qui me plait en te lisant c'est de constater que le machin qui mouline dans ma tête s'agite de la même manière dans d'autres.
Et en gros, j'emploie le même chemin et je dois aussi faire " comme si " l'aire d'un carré se mesure bien comme ça, comme si l'équivalence entre les triangles ne faisait aucun doute.
Et comme toi, je trouve que ce qui est considérée comme une démonstration n'en est pas vraiment une.

Et ce qui me gonfle c'est qu'il m'est impossible de ne pas penser que c'est moi qui me trompe.

Je ne dispose pas des outils qui me permettraient d'expliciter pourquoi cette démonstration ne me parait pas évidente, je la perçois comme ça, et apparemment tu butes au même endroit.

Par contre le lien entre ça et Pythagore n'est pas très évident à mon sens, j'arrive à le faire mais une explication serait la bienvenue, la figure est loin de suffire.

Oui, mais voilà, cette figure à elle seule est considérée comme une démonstration.

En tout cas cette démonstration ne me plaît pas beaucoup, d'autant plus que tu as là un triangle isocèle, donc on pourrait légitimement douter de la 'démonstration' qui prouve seulement un cas particulier du théorème: A²+A²=C² dans le cas d'un triangle isocèle rectangle, mais qui ne prouve rien si A et B ne sont pas égaux.

Exactement, ma tête me dit la même chose. Quel argument permet d'être certain que ce qui semble visuellement légitime pour un triangle isocèle s'applique aux autres triangles-rectangles ?

je préfère comprendre un truc sans en voir l'utilité, plutôt que de voir l'utilité d'un truc sans le comprendre

Moi zaussi, et je l'ai même souvent considéré comme un handicap, ça semble tellement plus efficace d'appliquer un truc qui marche.

Mais ça me laissait une impression bizarre que je ne savais pas gérer. Ou bien j'ai un esprit tordu, incapable de percevoir le simple, l'évident, en gros si c'est pas compliqué je n'y ai pas accès.
Ou bien les autres sont plus limités et sont parfaitement à l'aise avec une simplification parfaitement fonctionnelle.
Mon problème c'est que le truc simple que je n'ai pas compris, que je n'ai pas pu m'approprier, je suis incapable de le mobiliser.

Impossible de lutter contre cette impression de dysfonctionnement cérébral. Ça parait simple, c'est simple, les autres semblent à l'aise avec ça, et pourtant impossible de me dépêtrer de cette impression que l'équivalence théorie-réalité n'était pas du tout aussi évidente que ça.

Moi j'en garde l'impression diffuse de ne pas avoir accès au simple. A croire que quand c'est trop simple je ne sais pas comprendre.

Cette manière de fonctionner m'est utile dans d'autres situations, quand par exemple on prétend extrapoler aux zèbres des tendances que l'on observe sur des colonies de rats, toutes ces généralisations qui finissent par ne plus rien vouloir dire tant l'imagination permet d'associer des tas de trucs indépendants les uns des autres.

Voilà voilà, désolé du hors sujet sur les maths

Mais ce hors-sujet m'intéresse plus que le sujet originel du fil !

Parce que si on reprend le débat du départ c'est une accumulation de cascades logiques dont je perds le fil.

- On supposerait qu'un certain niveau d'un truc qu'on peut appeler intelligence, QI, potentiel (c'est tellement flou que personne ne s'accorde sur la nature de ce truc) s'accompagne d'un mode de fonctionnement cérébral particulier, avec des répercussions spéciales sur le plan émotionnel, psychologique ou social.
Bon, déjà au départ c'est quand même chaud. Mais j'arrive encore à suivre.

- Si en plus on s'interroge pour savoir si les mêmes conséquences un peu zarbis peuvent apparaitre en l'absence du certain niveau de truc, je trouve qu'on pénètre la dimension imaginaire comme en mathématique.

- Et quand en conclusion de cette démarche complexe on remet en cause la particularité de ces gens qui ont un niveau de truc un peu hors norme, on en arrive à la formulation totalement absurde selon laquelle on pourrait partager les particularités des surdoués sans être surdoué et qu'en plus ces particularités n'existeraient pas.

C'est pas chaud, c'est torride.

Ou bien, mais c'est le genre d'hypothèse trop simple pour que je sois en mesure de la considérer comme valide, nous avons affaire à quelqu'un qu'aurait bien aimé être surdouée (faudra un jour qu'on m'explique ce que ça rapporte ce truc) mais que comme elle n'est pas surdouée ça ne l'empêche pas d'en revendiquer les particularités (là encore, les enfants, faudra qu'on m'explique les bénéfices secondaires) mais que comme en fait elle n'est pas surdouée, elle remet en cause les particularités des surdoués tout en leur demandant d'établir un lien entre son absence de surdon et son hypothèse de départ comme quoi on peut avoir les conséquences...
Putain, là, je suis largué.

J'ai un ami, c'est un barbare, et je réfute totalement son hypothèse, selon lui nous aurions affaire à une femme, cette explication simpliste lui suffit. D'après ses théories fumeuses, il se contente de réduire tout ça au phénomène classique des femelles qui exigent dans un premier temps de jouer au foot avec les mecs et qui imposent à tous les joueurs de jouer à la marchande dans un second temps, parce que le foot, pff, mais comment vous pouvez aimer ça les mecs ? c'est quoi votre délire de taper dans un ballon en braillant comme des pithécanthropes ?
Comme il est franchement rustique, il résume ça sous une forme rustique « une pas-surdouée qui exige d'être intégrée chez les surdouées pour leur imposer ensuite de jouer avec des règles de pas-surdoués ». Une marchande qui veut son passeport pour les vestiaires du club de foot, mais que le foot fait chier. Mais qu'elle voit pas pourquoi on lui refuserait l'accès au vestiaire au prétexte que le foot l'indiffère totalement.
Vous voyez, j'ai des amis, ils sont vraiment très cons.

asperzèbre, finalement, Pythagore c'est bien. Je ne comprends pas mais au moins j'ai l'impression qu'en faisant un effort j'ai mes chances.

Numero6
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5526
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Re: QI entre 120 et 130 : Doué mais pas surdoué ça change quoi ?

Message par Pretanama le Jeu 9 Juin 2016 - 18:10

Asperzebre a écrit:
Michka a écrit:J'avoue ne pas savoir ce que je suis au final, parce que plus je suis confronté aux zèbres plus je me sens isolé (au niveau de ma personnalité j'entends, car il y a des zèbres charmants) et en même temps je suis pas non plus intégré aux non-zèbres, c'est dur d'en causer car j'ai honte, donc forcément certains me verront d'un oeil différent mais je souffre de pathologies, qui n'arrangent rien à l'affaire... après on peut pas forcer les gens à nous accepter, ils peuvent faire semblant mais les sentiments ne se contrôlent pas, donc au final j'ai autant de réponses que quand je suis arrivé mais encore plus de questions, et c'est absolument chiant

je crois que ce problème est commun à une grande partie des membres du forum, zèbre est un terme beaucoup trop vague, ces histoires prétendant qu'on a trouvé notre troupeau ne me parlent pas trop.
tout au plus a t'on trouvé des gens ayant des problématiques similaires aux nôtres.

C'est l'une des raisons pour lesquelles je lui substitue le terme HQI ou doué.

Pretanama
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 634
Date d'inscription : 11/07/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: QI entre 120 et 130 : Doué mais pas surdoué ça change quoi ?

Message par Suce ces p'tits Bleus ! le Jeu 9 Juin 2016 - 18:17

Numero6 a écrit:
Vous voyez, j'ai des amis, ils sont vraiment très cons.

J'aimerais tant faire partie de tes amis, j'ai mes chances ? Dent pétée

Suce ces p'tits Bleus !
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7725
Date d'inscription : 28/03/2013
Localisation : Une note de musique qui débite en 74.

Revenir en haut Aller en bas

Re: QI entre 120 et 130 : Doué mais pas surdoué ça change quoi ?

Message par Numero6 le Jeu 9 Juin 2016 - 18:22

Suce ces p'tits Bleus ! a écrit:
Numero6 a écrit:
Vous voyez, j'ai des amis, ils sont vraiment très cons.

J'aimerais tant faire partie de tes amis, j'ai mes chances ? Dent pétée

J'ai un doute, je ne sais pas si tu as le niveau.

Numero6
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5526
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Re: QI entre 120 et 130 : Doué mais pas surdoué ça change quoi ?

Message par Suce ces p'tits Bleus ! le Jeu 9 Juin 2016 - 18:27

J'y panne que dalle aussi à Pythagore, et quand c'est l'anniversaire de ma voiture, je souffle sur ses bougies, j'ai bon ?

Suce ces p'tits Bleus !
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7725
Date d'inscription : 28/03/2013
Localisation : Une note de musique qui débite en 74.

Revenir en haut Aller en bas

Re: QI entre 120 et 130 : Doué mais pas surdoué ça change quoi ?

Message par Numero6 le Jeu 9 Juin 2016 - 18:37

Suce ces p'tits Bleus ! a écrit:quand c'est l'anniversaire de ma voiture, je souffle sur ses bougies

*gni* moi qui pensait être le seul.

Numero6
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5526
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Re: QI entre 120 et 130 : Doué mais pas surdoué ça change quoi ?

Message par Numero6 le Jeu 9 Juin 2016 - 18:38

Tu penses quoi de l'ouverture d'un salon HQI-friendly ? Ceux qui souffrent avec les surdoués sans être surdoués.

Numero6
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5526
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Re: QI entre 120 et 130 : Doué mais pas surdoué ça change quoi ?

Message par Pieyre le Jeu 9 Juin 2016 - 19:04

Il y a un rapport entre les derniers développements mathématiques et le sujet : c'est que la notion de douance dépend d'une formule alors que, lorsque nous discutons avec une personne, cela semble aller de soi.

Alors, normalement la formule dépend de la conviction d'une adéquation avec le réel perçu. Mais c'est vrai uniquement pour ceux qui maîtrisent suffisamment le formalisme et acceptent les conclusions qu'il permet d'exprimer (qu'ils soient pleinement d'accord ou qu'ils se soumettent juste à l'autorité).

En physique l'adéquation n'est généralement pas si difficile pour un bon nombre de grandeurs. La longueur qu'on va mesurer entre un point A et un point B correspond à un mouvement régulier qu'on ferait pour aller de A à B; il n'y a pas de problème à la représenter au moyen d'une règle que l'on applique (éventuellement un certain nombre de fois) entre A et B. Tout cela est concordant dans les représentations qu'on peut s'en faire.
Mais déjà avec le théorème de Pythagore c'est moins simple, parce qu'il y a des longueurs orientées diversement, et puis on doit imaginer des figures comprenant des surfaces alors qu'il n'en est pas question dans la formulation du problème...
Alors pour l'intelligence, on comprend le trouble...

Reprenons l'aspect intuitif de la reconnaissance de la douance (de la part d'une personne qui doute ou de la part de ceux qui sont labellisés et qui se posent la question au sujet de cette personne). Il y a différents aspects qui sont affirmés comme typiques. Une personne qui s'y reconnaîtra fera partie du groupe. Comme ça cela paraît simple.

Alors disons qu'il y a trois aspects caractéristiques : A, B et C. Une personne qui débarque et qui est très AB ou très AC ou très BC va forcément se reconnaître et même être reconnue par le groupe. Déjà, si vous prenez deux personnes qui sont de ce type, soit très AB, très AC ou très BC, eh bien elles auront forcément une caractéristique en commun. Mais ce ne sera pas uniformément la même sur tout le forum. Ainsi, si je suis très AB, je vais partager A avec certains, B avec d'autres, mais, dès lors que nous nous réunissons à trois, il n'est pas dit que nous ayons rien en commun, ce qui est un peu gênant quand on cherche à définir une identité.

En fait, cela correspond à une formule possible, celle d'avoir des capacités élevées en certaines caractéristiques, indépendamment de ce que l'on est par ailleurs. Et en effet c'est justifié. Combien d'entre nous n'affirment-ils pas être complètement nuls en telle ou telle compétence sociale, pratique ou même intellectuelle ?
Mais est-à dire qu'il suffit d'être exceptionnel en ceci ou cela, à la façon de toutes les personnes qui sont dans les guides des records pour des raisons un tant soit peu intellectuelles, pour être reconnu comme un élu ? Sans doute pas selon moi.

Alors on en vient à une notion de pondération entre des caractéristiques typiques, en excluant celles qui ne le seraient pas.
En reprenant mon exemple, disons que seules les caractéristiques A, B et C soient typiques, mais qu'elles ne suffisent pas par elles seules. On en est conduit à envisager une formule du type : 0,5 × A + 0,3 × B + 0,2 × C > moyenne + 2 × écart-type du QI (soit environ 130), c'est-à-dire que A contribuerait pour moitié à la douance, B pour 30 % et C pour 20 % (j'exclus ici pour les besoins du raisonnement qu'il y ait un facteur unique, comme le facteur g, qui serait suffisamment indicatif par lui-même).

Eh bien alors on a une formule déjà un peu compliquée à intégrer mentalement (il nous faut poser le calcul) qui serait en adéquation avec une perception immédiate. C'est donc que notre perception procéderait à une évaluation assez semblable mais sans que nous en soyons conscients. Avouez qu'il y a de quoi s'interroger.

Et alors en ce cas, il ne suffirait pas d'être très AB mais aussi pas trop nul en C par exemple, mais sans qu'il y ait un seuil absolu pour C : cela dépend de la répartition entre A, B et C.

Pieyre
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15240
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: QI entre 120 et 130 : Doué mais pas surdoué ça change quoi ?

Message par Pelot le Jeu 9 Juin 2016 - 19:55

Clairement oui, mais non^^
Pieyre a écrit:En physique l'adéquation n'est généralement pas si difficile pour un bon nombre de grandeurs. La longueur qu'on va mesurer entre un point A et un point B correspond à un mouvement régulier qu'on ferait pour aller de A à B

Je n'ai eut une représentation satisfaisante de la longueur (sans sentiment d'arnaque) que lorsque j'ai conçut un point comme une longueur infinitésimale (qui diminue à l'infinie) et que je me suis ensuite représenté la longueur comme une succession de point (infinie!) entre deux bornes...

Pieyre a écrit: parce qu'il y a des longueurs orientées diversement, et puis on doit imaginer des figures comprenant des surfaces alors qu'il n'en est pas question dans la formulation du problème...

Je conçois une surface de la même façon : somme de lignes d'épaisseur infinitésimales (par définition) entre deux bornes (sur une longueur) : et je vois la surface qui se dessine en couleur.
Avant cette conception la notion de surface ne voulait rien dire d'autre qu'une arnaque pour moi. Dès lors une surface est construite à partir de sommes, le plus simple étant des aditions, soustractions, multiplications, divisions de surfaces carrées et rondes (là aussi j'ai eu le même cheminement avec pi...qui est un angle, ou une longueur, ou une surface...tout dépends de la façon de le trouver)

De la même façon je ne comprends le théorème que parcequ'il émerge d'un problème : J'ai deux paramètres A et B car je l'ai ai dessinés, je me demande quel est C. Il 'est pas du tout question de formule !
Je barbouille des symétries, comme elles me viennent, bref, je fait de la géométrie avec donc des surfaces.
Puis par calcul simple C est calculé, alors oui, il y a une formule, mais ce n'est pas toujours celle qu'on connait : A²+B²=C², mais plutot la me^me formule avec tout les autres termes qui s'annulent; donc une figure géométrique. En résumé j'admets A²+B²=C², mais tel quel cela ne veut rien dire "d'évident", même si on en a l'intime intuition.

Pour en venir au coeur de ton propos, je pense que pour l'esprit (humain ou non), il en va de même. On peut nous résumer à ds paramètres, des traits, sortir des formules mathématiques pour expliquer la douances : elles ne veulent rien dire : elle résultent d'autre chose plus petites et cachées (termes qui se simplifient dans le formule).
Selon moi, il est pacionnant d'étudier des concepts, et lois fondammentales de la neurobiologie cellulaire, pour comprendre les raiseaux de neurones, puis les comportements. Et on n'y arrivera pas demain.

D'autant plus que contrairement aux mathématiques; la sommes des paramètres ne peut être calculés (bien trop nombreux, surement plus que le nombre de porte logiques constructibles dans un ordinateur) ; il faut donc simplifier par des saut d'échelle, résumer a+b+c en a+b+c=A point barre.

Bref, on peut appréhender l'esprit, mais pas de cette manière : il faut faire des généralisations et des saut d'échelles, le tout est d'en avoir une représentation cohérente, malgré les phénomènes non prédictibles mathématiquement (chaos, problèmes mathématiques non démontrables ou calculables...)

Enfin, pour ma part je suis convaincu que la psychologie est fondamentale, même si elle n'est pas une science dur, et les modèles ou grilles d'analyses faux, également, car il permettent de penser. De là à mettre une limite à 130 : ok, mais c'est arbitraire ; car il existe des continuum.

En gros, c'est notre passion de mettre des limites et de créer des cases, comme pour la notion d'espèce (nous y voila :: les chats et les moules sont des normaux pensants ^^) car cela nous permet d’appréhender le monde, mais toutes les limites ne sont que des produits de notre esprit et non des réalités : des concepts, et sans concepts on ne pense pas.
Donc vives les concepts, les concepts sont morts !

Enfin, je me pause toujours la question du changement de "qualité", oui, il y a un saut qulitatif entre la moule et moi, je serait prêt à parier que la moule n'est pas consciente (elle n'a pas les caractéristiques requises), mais à quel moment un phénomène de niveau d'organisation supérieur émerge-t-il ? que fait on de ce (et ceux) qui sont sur la limite ?

Pour avoir lues des études sur les >130 QI de différents profiles (dyslexiques, ou non , >160, homogènes, ou non ...) ma conclusion est que oui : il y a des processus qualitativement différents d'un cerveau standard puisqu'à partir d'une moment les groupes ne se recoupent plus du tout...

Mais putain de é&"'(-è_çàç_è-( c'est flou ! (j'arrive pas à souffler les bougies de ma bagnole !)

Donc pour souffler les bougies il suffit de couper le contact !



Pelot
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 226
Date d'inscription : 25/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: QI entre 120 et 130 : Doué mais pas surdoué ça change quoi ?

Message par Pelot le Jeu 9 Juin 2016 - 20:12

Bref, en dehors de ce discours abscons, et pour ceux qui n'auraient pas la faculté d'ignorer les fautes d'aurttogrâff :
Je pense qu'il faut faire une distinction, mais aussi qu'il ne faut plus la faire pas à la frontière : c'est la marge d'erreur (assez large) qui constitue la limite avec le sectarisme.

Bref c'est l'Alsace : qui ne sait pas ou elle habite et qu'on atomiserais bien, juste pour l'exemple, et parce-que ça fait du bien, mais on les tolère parce qu’on est gentils ^^(et oui l'alsace à des froutières arbitraires, et non , l’Alsace ne fera jamais la taille de la France et de l’Allemagne réunies, et oui, leur bière est mauvaise^^).

Bref, on est plus fin que ça non ?
-> On fait des salons HQI-friendly !

Pelot
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 226
Date d'inscription : 25/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: QI entre 120 et 130 : Doué mais pas surdoué ça change quoi ?

Message par Pelot le Jeu 9 Juin 2016 - 20:15

Et des forums ouverts à tous, contrairement certains gros suffisants.
Modeste et collective mais pas trop non plus, hein, faudrait pas déconner !:
Pour Mensa, il s'agit de remplir un idéal modeste et ambitieux: contribuer à la reconnaissance de l'intelligence sous toutes ses formes dans une optique humaniste et promouvoir dans un esprit de respect et de tolérance une intelligence collective au service de l'humanité.

Pelot
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 226
Date d'inscription : 25/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: QI entre 120 et 130 : Doué mais pas surdoué ça change quoi ?

Message par ISIS75 le Ven 10 Juin 2016 - 0:13

"Au contraire, avec un QI de 150, tu comprendras bien/te feras bien comprendre par les gens au QI entre 135 et 165, autrement dit, presque personne." pas sûr... perso, je trouve que le feeling (intellectuel et de base), passe mieux avec des personnes très douées, pour ma part. Mais je crois qu'au delà du QI, c'est ptetre plus la personnalité qui joue. Comme je le disais, j'ai plus de facilités avec les personnes dont la personnalité est proche de la mienne (ENTP : enseignants, chercheurs, coaches, étudiants en psy, sociologie), même si je m'entends assez bien aussi avec les artistes (s'ils ne sont pas narcissiques), car dans ce cas, ce sont des personnes très sociables (et puis, j'ai aussi un côté artiste).

"J'ai lu des études expliquant qu'avoir un QI de 120 c'est une bénédiction, c'est le QI 'idéal' pour réussir professionnellement."
c'est quoi pour toi, "réussir professionnellement" ?

ISIS75
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1467
Date d'inscription : 28/01/2014
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: QI entre 120 et 130 : Doué mais pas surdoué ça change quoi ?

Message par Sélène-Nyx le Ven 10 Juin 2016 - 0:22


A quoi sert le théorème de Pythagore? (Alors, ça, c'est le truc qui m'avait fait aimer les maths, la géométrie ...):

Des explications toutes simples: https://zestedesavoir.com/tutoriels/676/theoreme-et-histoire-de-pythagore/712_aspect-mathematique/3311_pythagore-a-quoi-ca-sert/



Sélène-Nyx
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2074
Date d'inscription : 29/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: QI entre 120 et 130 : Doué mais pas surdoué ça change quoi ?

Message par Nox Borealis le Ven 10 Juin 2016 - 0:36

Ah les joies de la trigo, rien ne vaut une bonne étude de fonction!

Nox Borealis
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 429
Date d'inscription : 08/12/2015
Age : 31
Localisation : Gironde

Revenir en haut Aller en bas

Re: QI entre 120 et 130 : Doué mais pas surdoué ça change quoi ?

Message par Suce ces p'tits Bleus ! le Ven 10 Juin 2016 - 0:57

Ah les joies du frigo, rien ne vaut une bonne bière fraîche ! Dent pétée

Pour répondre à la question initiale, ça change qu'y faut aimer les maths ! Rolling Eyes

Suce ces p'tits Bleus !
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7725
Date d'inscription : 28/03/2013
Localisation : Une note de musique qui débite en 74.

Revenir en haut Aller en bas

Re: QI entre 120 et 130 : Doué mais pas surdoué ça change quoi ?

Message par Nox Borealis le Ven 10 Juin 2016 - 1:07

Ahah une bière au carré pour moi

Nox Borealis
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 429
Date d'inscription : 08/12/2015
Age : 31
Localisation : Gironde

Revenir en haut Aller en bas

Re: QI entre 120 et 130 : Doué mais pas surdoué ça change quoi ?

Message par Sélène-Nyx le Sam 11 Juin 2016 - 1:00

OK, tu peux trouver ça sur e-bay:

  http://www.ebay.fr/itm/VERRE-BIERE-DU-FORT-CARRE/191891035392?_trksid=p2047675.c100011.m1850&_trkparms=aid%3D222007%26algo%3DSIC.MBE%26ao%3D1%26asc%3D20140620074313%26meid%3D098d68e8abbe4af6aa5340206b58283d%26pid%3D100011%26rk%3D1%26rkt%3D10%26sd%3D262372471272

Sélène-Nyx
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2074
Date d'inscription : 29/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: QI entre 120 et 130 : Doué mais pas surdoué ça change quoi ?

Message par Nox Borealis le Sam 11 Juin 2016 - 1:02

Que dire à part : joli!

Nox Borealis
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 429
Date d'inscription : 08/12/2015
Age : 31
Localisation : Gironde

Revenir en haut Aller en bas

Re: QI entre 120 et 130 : Doué mais pas surdoué ça change quoi ?

Message par Asperzebre le Sam 11 Juin 2016 - 8:39

ISIS75 a écrit:"Au contraire, avec un QI de 150, tu comprendras bien/te feras bien comprendre par les gens au QI entre 135 et 165, autrement dit, presque personne." pas sûr... perso, je trouve que le feeling (intellectuel et de base), passe mieux avec des personnes très douées, pour ma part. Mais je crois qu'au delà du QI, c'est ptetre plus la personnalité qui joue. Comme je le disais, j'ai plus de facilités avec les personnes dont la personnalité est proche de la mienne (ENTP : enseignants, chercheurs, coaches, étudiants en psy, sociologie), même si je m'entends assez bien aussi avec les artistes (s'ils ne sont pas narcissiques), car dans ce cas, ce sont des personnes très sociables (et puis, j'ai aussi un côté artiste).

"J'ai lu des études expliquant qu'avoir un QI de 120 c'est une bénédiction, c'est le QI 'idéal' pour réussir professionnellement."
c'est quoi pour toi, "réussir professionnellement" ?

Alors déjà, pour la première partie de ton message: je suis d'accord, le QI est UN des facteurs, pas LE facteur.
Mais il a tout de même un rôle important dans les interactions sociales.
Pour ma part, les tests n'arrivent pas à déterminer si je suis INTP ou INTJ, je suis à peu près à mi-chemin entre les deux (les petites cases dans lesquelles on ne rentre jamais vraiment, encore et toujours le même problème sur n'importe quel sujet)
Je ne me suis jamais posé la question de savoir le type MBTI de mes interlocuteurs, mais c'est possible qu'il joue un rôle, certains comportements me déplaisant étant potentiellement liés à certains profils MBTI incompatibles avec le mien.

En tout cas, les gens avec qui j'ai de bonnes affinités sont ceux qui ont des points communs avec moi: soit une passion commune, soit un mode de pensée similaire, soit des convictions politiques, un regard sur le monde...et bien sûr il faut aussi qu'il n'y ait pas d'incompatibilité totale sur l'un de ces sujets.
En gros, un ou plusieurs points communs, et aucun point où on soit trop éloignés (même si on n'a pas à coller parfaitement sur tout, sinon on ne fréquenterait personne)
Avoir un QI trop différent de la norme est à mon sens un sacré obstacle, puisque sur l'aspect 'mode de pensée similaire' on est plutôt mal parti.


Quand à ta question sur la réussite professionnelle, c'est une très bonne question.
Ça mériterait presque un fil dédié tant le sujet est complexe.
Au niveau de la société, qui range tout dans des cases, la réponse est très simple: une réussite professionnelle c'est avoir un poste haut dans la hiérarchie avec un bon salaire, basta, circulez y'a rien à voir.
De mon point de vue, la réussite professionnelle c'est avant tout exercer une activité qui me plaît, qui ne m'épuise pas et me laisse du temps pour avoir une vie personnelle à côté.
Un ingénieur travaillant 70h/semaine, ramenant du boulot le soir et le week-end à la maison, avec un salaire de 5000 euros net/mois, sans aucun temps libre, mais avec une belle maison avec piscine et une berline de luxe pour bien afficher sa réussite, est l'exemple idéal de ce qui est considéré par la société comme une vie professionnelle réussie, et par moi comme un échec total que je ne voudrais vivre à aucun prix.

Les études portant sur le lien entre réussite professionnelle et QI ont probablement une vision de la réussite beaucoup plus proche de la vision 'standard' que de la mienne.
Elles ont au moins le mérite de montrer qu'un haut QI était globalement incompatible (je dis bien globalement, il y a des exceptions) avec le modèle de réussite prôné par la société.
Maintenant il est vrai qu'on est un peu dans la thématique de l’œuf ou la poule, autrement dit, quelle est la cause, quelle est la conséquence?
Spoiler:

D'ailleurs la réponse est évidente, c'est l’œuf.
D'autres espèces animales pondaient déjà des œufs des millions d'années avant l'apparition des poules.
Est-ce que les HQI sont exclus des métiers symbolisant la réussite professionnelle à cause de leur trop grand décalage avec la société?
Est-ce qu'au contraire ils rejettent d'eux-même ces métiers car ils ont l'intelligence nécessaire pour passer au delà des clichés, réfléchir par eux-même et constater que ce modèle qu'on veut leur vendre ne leur correspond pas?
A mon avis il y a un peu des deux, beaucoup d'HQI se coupent volontairement d'un modèle de société qui leur déplaît, mais ceux qui ne cherchent pas à s'en couper ont plus de mal à s'y intégrer qu'une personne 'normale'.

Asperzebre
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 607
Date d'inscription : 10/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: QI entre 120 et 130 : Doué mais pas surdoué ça change quoi ?

Message par izo le Sam 11 Juin 2016 - 20:36

En troisième c'est Thalès qui m'a littéralement posé un gros gros problème au point de me souvenir du malaise éprouvé en classe devant ce théorème. Peut être me renvoyait-il vers ce cauchemar que je faisais enfant où je voyais des lignes parallèles foncer les unes sur les autres et moi au milieu hurlant.

Sinon inscrire qu'avec un QI de 120 c'est une bénédiction pour une vie professionnelle réussie c'est un cliché réducteur fondé sur une approche médiane et marketing de la réussite professionnelle.
Aspirer à une réussite professionnelle comme à une réussite personnelle (ce fameux bonheur) est un leurre, une couleuvre qu'on nous fait avaler depuis tous petits...et c'est bien moche.

izo
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 684
Date d'inscription : 20/04/2016
Localisation : Izolune

http://nathalie.diaz.pagesperso-orange.fr/html/coups%20de%20coeu

Revenir en haut Aller en bas

Re: QI entre 120 et 130 : Doué mais pas surdoué ça change quoi ?

Message par Suce ces p'tits Bleus ! le Dim 12 Juin 2016 - 7:13

Et puis qu'est que c'est que la réussite ? Par exemple personnellement j'ai très bien réussi à ne pas réussir ! Dent pétée

Suce ces p'tits Bleus !
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7725
Date d'inscription : 28/03/2013
Localisation : Une note de musique qui débite en 74.

Revenir en haut Aller en bas

Re: QI entre 120 et 130 : Doué mais pas surdoué ça change quoi ?

Message par Gabriel le Dim 12 Juin 2016 - 8:09

Suce ces p'tits Bleus ! a écrit:Et puis qu'est que c'est que la réussite ?  Dent pétée

Bon alors, tu prends un jeu de 54 cartes bien mélangé. Tu répartis 28 cartes en 7 colonnes. Le but est de former 4 piles de cartes (chaque pile comprenant les cartes d’un même symbole) classées dans l’ordre croissant : As, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, Valet, Dame, Roi. Ces 4 piles sont à réaliser à côté des 7 colonnes. Chaque pile doit commencer par un As. Pour commencer, tu essaies tout d’abord de placer les cartes visibles de chaque colonne dans les piles de symboles. Si cela n’est pas possible, tu peux déplacer les cartes visibles entre les colonnes afin de pouvoir retourner les cartes cachées du dessous. Pour cela, il suffit de créer des suites décroissantes en alternant la couleur rouge et la noire dans les différentes colonnes.



Je suis heureux d'avoir pu contribuer à ta réussite, SCPB ! Dent pétée

Gabriel
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1970
Date d'inscription : 10/12/2015
Age : 44
Localisation : 59

Revenir en haut Aller en bas

Re: QI entre 120 et 130 : Doué mais pas surdoué ça change quoi ?

Message par Suce ces p'tits Bleus ! le Dim 12 Juin 2016 - 8:48

Pété de rire Pété de rire Pété de rire

Suce ces p'tits Bleus !
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7725
Date d'inscription : 28/03/2013
Localisation : Une note de musique qui débite en 74.

Revenir en haut Aller en bas

Re: QI entre 120 et 130 : Doué mais pas surdoué ça change quoi ?

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 3:21


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum