Présentation d'Asperzebre

Page 5 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Présentation d'Asperzebre

Message par Asperzebre le Lun 16 Mai 2016 - 23:35

noir, je me suis auto-diagnostiqué en 2013.
L'idée m'est venue quand j'ai appris qu'une personne que j'ai connu (l'ex de ma compagne) , qui avait une façon de réfléchir très similaire à la mienne, était diagnostiqué Asperger depuis son enfance.
Je me suis dit: si lui l'est, il y a des chances pour que je le soies aussi.

Je me suis donc documenté sur les symptômes d'Asperger, (je ne te fournirais pas de lien, mais j'ai lu un peu tout ce que je trouvais en mettant des trucs du genre "symptomes d'asperger", ou "asperger definition" dans les moteurs de recherche)
à part les problèmes moteurs, je me retrouve dans 80-90% de la définition du syndrome.
Mais il est tout à fait possible d'avoir Asperger sans les problèmes moteurs.

Niveau tests, j'ai fait l'aspie quizz
rdos.net/fr/ (mettre http et www devant, j'ai pas le droit de mettre de liens pour l'instant)
score aspie 136, score neurotypique 63, conclusion "vous êtes très probablement un aspie"

J'ai aussi fait le test de cette page:
pages.infinit.net/frelyne/aspi/AspergerIndex.html (avec le http devant, mais pas le www)
AQ:41
EQ:13
FQ:64
SQ-R:70

J'ai fait les tests sérieusement, c'est à dire en répondant honnêtement aux questions, pas en me disant "c'est celle là la réponse qui colle aux aspie, je la met"

Asperzebre
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 607
Date d'inscription : 10/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation d'Asperzebre

Message par izo le Lun 16 Mai 2016 - 23:47

Sans viser toute justification de ma part, je reformule ici mon désir de comprendre.
Par nature je me méfie des préjugés parce qu'ils signifient l'arrêt de toute réflexion et l'emprunt d'un raccourci facile chez celui qui en use. Par ailleurs je me méfie aussi des mots tant ils me paraissent à mes yeux et pour moi-même faibles au regard de ce qu'on peut et de ce que je veux dire. Les mots ont été ma matière première et le restent encore. Voilà pour le cadre.
En ce qui concerne les codes sociaux, je citais juste un auteur dont j'ai développé ici le propos issu d'une réminiscence de mes études passées aux cotés du monsieur d'ailleurs qui a inventé la "théorie des minorités actives" que j'ai fais mienne pour m'en sortir étant moi même ressentie constamment comme une minorité de cet ordre auprès des tiers pratiquement toute ma vie : ce même monsieur d'ailleurs très au fait de la psychologie sociale et cognitive ne s'est pas retenu pour relever ce qu'il nommait mon "étrangeté" à cet égard. Celle qui fait que j'ai aussi du mal avec ces fameux codes, mais très certainement beaucoup moins que les Aspergers (dont je ne pense pas être en dépit de certaines caractéristiques que je parais toutefois partager).
Si j'ai du mal c'est pour une autre question ; c'est en réaction au caractère aliénant de ces codes dans les multiples pressions qu'ils exercent (ex conformité) : ils sont comme un cache d'une communication authentique. Celle-ci, et c'est regrettable, n'est pas facilité en raison des postures qu'on exige de nous en toute circonstance tout en ôtant la possibilité de s'offrir tel qu'on est en effet sans préjugés (fondés sur les représentations sociales nées dans le cerveau de mon monsieur en question d'ailleurs..). Ainsi même pour les neurotypiques, les codes sociaux et donc la sociabilisation n'ont pas l'évidence qu'on voudrait croire.

PS : en réaction au tout dernier message :
J'ai aussi fait le tests que tu mentionnes avec les résultats suivants

AQ:32
EQ:28
FQ:54
SQ-R:61

et un résultat approchant pour l'autre. Toutefois, je me garde de me diagnostiquer ainsi même si j'ai été mutique une année entière en dehors de la maison enfant, même si etc etc. Pourquoi ? parce comme celles qu'on accole au dos des vêtements j'ai foncièrement horreur des étiquettes... Plus sérieusement, c'est sans doute un besoin que je ne ressens pas vivement encore pour le moment. A suivre.

izo
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 680
Date d'inscription : 20/04/2016
Localisation : Izolune

http://nathalie.diaz.pagesperso-orange.fr/html/coups%20de%20coeu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation d'Asperzebre

Message par Asperzebre le Lun 16 Mai 2016 - 23:53

d'ailleurs si tu en étais resté là, j'en profite pour revenir sur un de tes derniers messages:
noir a écrit:
Le syndrome d'Asperger = autisme, une forme dite légère dans l'autisme.

Aujourd'hui, dans la CIM 10 - (Classification Internationale des Maladies) - sous son appellation "Syndrome d'Asperger" avec code F84-5
et appellation disparue dans le DSM 5 - ( Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders) - et englobé dans les Troubles du Spectre Autistique (TSA)


Je n'ai jamais remis ça en question.
Officiellement l'Asperger est une forme d'autisme, oui, je valide à 100%
Mon point était que les connaissances théoriques sur Asperger sont encore faibles.
Autrement dit: ils ont pu se tromper, ils peuvent aussi avoir raison, et c'est encore trop tôt pour le savoir.
Il est possible que l'Asperger soit effectivement une forme d'autisme, et qu'elle y reste assimilée à tout jamais dans les classifications.
Il est aussi possible que dans 10 ans, ou 20 ans une nouvelle classification arrive, et que l'Asperger ne soit plus considéré comme de l'autisme.

C'est pour ça que je disais qu'on ne peut pas exclure en théorie la possibilité d'avoir des Aspergers non autistes.
Peut-être que c'est possible, peut être que c'est impossible.
Tu as le droit de penser que c'est impossible, selon les classifications en vigueur actuellement c'est impossible, mais on ne peut pas être sûr.

Asperzebre
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 607
Date d'inscription : 10/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation d'Asperzebre

Message par CandyRaton le Lun 16 Mai 2016 - 23:53

Votre résultat Aspie: 168 de 200
Votre score neurotypique (non autistique): 55 de 200
Vous êtes très probablement Aspie
Et pourtant je ne le suis pas!

CandyRaton
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 19
Date d'inscription : 06/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation d'Asperzebre

Message par Asperzebre le Mar 17 Mai 2016 - 0:08

izo, il se pourrait que tu puisses endosser l'étiquette Asperger.
Je ne suis pas du tout en mesure de te dire si oui ou non.
Par contre, il est évident que si tu n'en ressens pas le besoin, et que tu as horreur des étiquettes, il n'y a aucun intérêt pour toi à faire le test.
Quelle importance que tu sois Asperger ou pas, si tu réussis à mener ta vie comme tu le souhaites?

Je t'avouerais que moi non plus je n'aime pas les étiquettes, le "tout noir ou tout blanc".
C'est très réducteur.
Mais c'est le fonctionnement de notre société.
D'ailleurs tu as au moins une étiquette qui t'as été collée depuis ta naissance et que tu n'as jamais pu enlever: "fille".

A toi d'être plus intelligente que la société, tu peux très bien laisser la société croire qu'elle t'as rangé dans ses petites cases, mais en sortir comme tu veux.
Asperger ou pas, ça change rien, tu es izo et c'est tout ce qui compte Smile

D'un point de vue personnel, je me moque pas mal d'être Asperger ou pas.
Je suis moi quoi qu'il arrive.
Si je veux me faire reconnaître Asperger c'est uniquement vis à vis de la société, parce que je n'arrive pas à faire ce que je veux de ma vie avec les étiquettes que la société m'as collées sur le dos.
Je me dis que cette petite étiquette supplémentaire pourrait m'aider.

Asperzebre
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 607
Date d'inscription : 10/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation d'Asperzebre

Message par noir le Mar 17 Mai 2016 - 7:12

Asperzebre,
Je t'avouerai avoir énormément de mal à lire le passage suivant :
Asperzebre a écrit:L'idée m'est venue quand j'ai appris qu'une personne que j'ai connu (l'ex de ma compagne) , qui avait une façon de réfléchir très similaire à la mienne, était diagnostiqué Asperger depuis son enfance.
Je me suis dit: si lui l'est, il y a des chances pour que je le soies aussi.
Compte-tenu de la catégorie d'âge des personnes; soit une trentaine d'années approximativement pour tous / toutes
(toi, ta copine, son ex)
ce que tu as écris signifierai que son ex a été diagnostiqué Asperger a minima depuis une vingtaine d'années.
Les autistes Asperger pouvant être diagnostiqués il y a une vingtaine d'années présentaient des signes cliniques évidents et très marqués
(rien à voir avec actuellement et l'élargissement des critères diagnostics)

Au vue de la grande normalité qui m'apparait dans les modes de vie des principaux protagonistes, notamment chez ta copine

il m'est très peu concevable (pour ne pas dire inconcevable) qu'elle puisse avoir été en relation amoureuse avec un autiste Asperger ayant été diagnostiqué il y a une vingtaine d'années minimum avec les critères diagnostics de l'époque.

---

De manière plus argumentée, il me faudrait / aurait fallut répondre plus en détails à un de tes messages précédents où tu t'exprimais comme si tu étais un autiste Asperger - un peu en mode " je suis aspie et voilà ce que je pense, de moi et des autres".

Ma lecture fut celle d'un kangourou - en supposant être un kangourou fan de lecture sur les fora -
tant ce que tu as écrit m'a fait bondir: en gros : un bond pour chaque ligne, ne trouvant de cohérence et de résonance quasi nulle-part.

---

Tu dis précédemment ne pas aimer et ne pas avoir besoin d'étiquettes;

pourtant tu t'en affubles 2 d'un seul coup et les montres à tout le monde : Asper / zèbre

encore ce que je perçois comme une des multiples incohérences dans tes propos.

---

Et les incohérences, dans les propos des autistes, n'ont pas leur place

cela est antinomique dû à leur très grande rigueur / à rigidité de pensée

Cela n'entre pas dans les tests internet, mais quand on a l'habitude de lire des aspies et des non-aspies, on voit la différence ..

---

Les tests, dont tu viens de sortir les résultats, ne valent pas grand chose

---

Personnellement,
je pense qu'il t'est arrangeant de trouver des responsables autres que toi-même, avec des noms comme asperger, et aussi différentiellement : zèbre.
Cela évite de se remettre en question et permet de se dédouaner de certains manquements et insuffisances.

Je dois clore ce message - comme quelques autres aspies, je travaille
(cela permettra aussi de sortir de qq clichés éventuels)

noir
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 915
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 39
Localisation : Asperland, sud des PO

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation d'Asperzebre

Message par zeHibou le Mar 17 Mai 2016 - 9:32

Asperzebre,

J'ai lu ta présentation avec intérêt (et te souhaite la bienvenue au passage), merci de partager tout cela avec nous, ce qui a donné lieu à des échanges que j'ai trouvés très intéressants.

Il y a beaucoup de comportements et ressentis que tu décris qui sont aussi les miens, même si mon parcours de vie est très différent. Une certaine précocité durant l'enfance, une famille pas idéale, une scolarité facile sans vraiment travailler, isolement, incompréhension des comportement et codes sociaux, etc.

Je voulais juste dire que j'ai été en consultation pendant presqu'un an chez une psychologue spécialisée dans les adultes HP et Asperger. J'ai beaucoup appris et progressé avec elle, dès le début elle m'a dit qu'il n'y avait aucun doute pour elle que je sois HP (ce que m'avait aussi dit un autre thérapeute), que ce n'était même pas la peine de passer les tests. Par contre elle m'a aussi affirmé avec la même certitude que je n'étais pas Asperger. Au gré de mes lectures, j'avais commencé à m'interroger car il me semblait que j'avais certains traits autistiques. J'ai également fait des tests sur internet qui donnaient des scores élevés. Ma psy m'a clairement fait comprendre qu'en aucun cas je ne pouvais être Asperger ou autiste, je fais confiance à son jugement, elle côtoie des autistes quotidiennement.

Comme cela a été évoqué dans d'autres messages, je crois que tu devrais t'en remettre à l'avis d'un professionnel, même si tu as grande confiance dans ton auto-diagnostic.

zeHibou
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 248
Date d'inscription : 12/02/2015
Age : 51
Localisation : location unknown

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation d'Asperzebre

Message par Invité le Mar 17 Mai 2016 - 9:43

Asperzebre a écrit:

Je te l'avais dit a écrit:
Malheureusement ou heureusement, je vais te prendre l'exemple des différents concerts que j'ai pu pratiquer dans ma vie, les codes sociaux d'un concert de tommy emmanuel pour des fans de picking, n'étaient pas du tout les mêmes que d'un concert d'iron maiden ou de joe satriani.
Je vais exposer une petite théorie (comme d'habitude, je pond plein de théories, tout ce que j'écris est le fruit de mes raisonnements, pas des faits scientifiques avérés)
je pense que ce qui t’échappe ici, c'est qu'il y a plusieurs niveaux de codes sociaux.


Ce sont de jeunes Aspergers qui m'ont expliqué ça et des années plus tard puisqu'avant des précisions de ce style ne venaient pas dans les conversations.... Smile et nous avons partagé des impressions ..... et nous avons conclu justement qu'on avait distingué les différents codes sociaux ainsi que les différents niveaux. Donc ça ne nous a pas échappé.... et je te faisais partager les théories qu'on avait observées, pratiquées, et les conclusions que l'on en avait tiré.... de fait je n'ai pas compris où tu avais vu que quelque chose m'échappait puisque justement c'est ce qu'il me semble que je disais. A savoir qu'il n'y a pas à mon avis "les codes sociaux" mais différents groupes sociaux où l'on trouvera des codes propres à chaque groupe.
Le tout étant de savoir si on veut se construire une vie où l'on ira dans tous les groupes et qu'il faudra tous les ingérer d'un coup...... travail volumineux... ou si on fera le travail pour évoluer dans un seul et y construire sa vie...
Ces jeunes hommes m'ont semblé bien dans leurs baskets ... ayant un groupe, faisant de la musique, évoluant dans un milieu où ils se sentent bien, à leur place, compris, à l'aise à force et partageant les mêmes goûts et les mêmes codes.
Au vu de leur style de vie et leurs préférences musicales, ils n'évoluent pas et n'ont pas d'amis qui se rendent à des soirées discos, dont ils ne souhaitent pas intégrer les codes, parce que ça n'est pas le truc... leur kiff... donc ils n'en voient pas l'intérêt et je ne le vois pas non plus. Comme à l'inverse, doué ou pas, asperger ou pas, des personnes qui adorent les soirées discos tous les samedis soirs ne voient pas l'intérêt et n'y pensent même pas, d'aller intégrer les codes des personnes qui préférent le rock ... ou le picking ou Maiden, puisqu'ils ne se rendront pas ou alors une fois en touriste et il se trouvera bien une personne pour le remarquer et dans ce cas ça ne sera pas grave, puisque tout le monde sait que lorsqu'on arrive quelque part et que l'on est nouveau, on ne connaît pas les codes...
C'était cette idée là que je voulais te faire passer si ça pouvait qui sait te servir. Sauf si le besoin est de vivre constamment dans tous les milieux, et tout de suite, apprendre toutes les langues tout de suite comme tous les codes que l'on peut trouver dans différentes villes, quartiers, pays, communautés, lieux de travail divers, fac, université, ect.... c'est se mettre une énorme pression et une immense liste de travail à faire.
Commencer alors comme ce que l'on dit un lambda, à savoir commencer par sa "cloison".... me semble un cheminement moins ardu....
Asperger ou pas ou autre, au bout de 45 ans, j'ai fait ma vie comme ça, une boite à la fois, et non pas toutes d'un coup, et on découvre que doué ou pas, toute personne est persuadé que ça fonctionne pareil dans la boîte à coté alors qu'en fait non....
Il existe même des codes sociaux différents chez les doués selon ci ça et ça.... donc je suis heureuse de ne pas avoir tout pris en bloc... quand j'étais jeune Smile... sinon je n'aurai pas fini, et semble t il je n'aurai rien fait... Very Happy
(je m'étais d'ailleurs dit à un moment, comment vont les personnes qui n'ont jamais vu "les boites de rangements diverses" en visuel vécu pour organiser leur mental et trier...)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation d'Asperzebre

Message par Asperzebre le Mar 17 Mai 2016 - 9:48

noir, je ne cherche pas à fuir, je cherche à me comprendre.
Tout le monde est différent, y compris deux Aspergers entre eux, ou deux neurotypiques entre eux.


Compte-tenu de la catégorie d'âge des personnes; soit une trentaine d'années approximativement pour tous / toutes
(toi, ta copine, son ex)
ce que tu as écris signifierai que son ex a été diagnostiqué Asperger a minima depuis une vingtaine d'années.
Tu as faux, mais tu ne disposais pas d'assez d'informations sur moi pour comprendre.

J'ai effectivement la trentaine (32 ans), mais ma compagne est plus jeune, elle n'en a que 25.
Son ex a environ le même âge qu'elle.
De plus, je ne sais pas quand il a été diagnostiqué, je sais juste que c'est pendant son enfance (ce qui est très vague)
Il peut l'avoir été à 3 ans comme à 10 ans.
Dans ce dernier cas, il aurait été diagnostiqué Asperger dans le début des années 2000, ça reste loin, mais moins que tu ne sembles le penser.


Au vue de la grande normalité qui m'apparait dans les modes de vie des principaux protagonistes, notamment chez ta copine

il m'est très peu concevable (pour ne pas dire inconcevable) qu'elle puisse avoir été en relation amoureuse avec un autiste Asperger ayant été diagnostiqué il y a une vingtaine d'années minimum avec les critères diagnostics de l'époque.
Et pourtant elle l'a été.
Je n'invente rien: elle est neurotypique, son ex a été diagnostiqué Asperger dans son enfance.
Je déteste mentir, je ne le fais qu'en dernier recours.
Je ne le ferais surement pas sur ce forum.
Je ne conçois pas comment je pourrais d'un côté passer des dizaines d'heures à réfléchir et écrire des messages pour essayer de faire comprendre aux gens qui je suis, et de l'autre leur mentir, leur présenter une vision faussée des choses.
C'est à mon sens totalement incompatible.
Tu as le droit de ne pas me croire, ça n'en reste pas moins la vérité.

Concernant ma copine, elle est clairement neurotypique, il n'y a aucun doute à ce sujet.
Mais elle déteste les préjugés, et elle a vraiment bon fond.
Elle aime les gens, cherche à les comprendre. Elle est d'ailleurs en études pour devenir assistante sociale, dans le but de pouvoir faire son métier d'aider les gens.
Elle a fait des stages en hôpital psychiatrique, elle a trouvé les relations avec les patients très intéressantes.
Elle n'est pas du tout du genre à ne pas pouvoir entretenir de relation avec un Asperger à cause des différences. Je crois au contraire que la différence l'attire, que c'est parce que mon comportement était décalé que j'ai éveillé son intérêt.
Sa relation avec son ex n'a pas marché, à cause de sa façon d'être, beaucoup trop proche de celle décrite par Numéro6 (je ne sais pas si tu as lu ses messages, mais en gros "mon plaisir avant tout" résume très bien).

Par exemple, une anecdote qui m'avait choquée (je m'entend mal avec l'ex de ma copine, je le trouve très intelligent, très rationnel, mais con)
Il était à une époque hébergé chez un ami à lui, qui le faisait pour rendre service.
Cet ami travaillait en journée, et laissait les clés de l'appartement à l'ex de ma copine, avec pour consigne de les laisser dans la boite aux lettres si il s'absentait, de façon à pouvoir les récupérer et rentrer chez lui après ses journées de travail.

Un jour, l'ex de ma compagne est parti avec les clés (sans respecter la consigne de les mettre dans la boite aux lettres)
Il a passé sa journée au même endroit que moi (une collocation d'anciens amis à lui, que je fréquentais car c'était aussi les amis de ma copine)
Il a été sur l'ordinateur.
Au bout d'un moment il a reçu un coup de téléphone.
C'était son hébergeur, qui était rentré du travail, et était bloqué dehors devant sa porte fermée à clé.
Il appelait pour demander à l'ex de ma compagne de venir lui redonner les clés.
L'ex de ma compagne s'est énervé : "il me fait ch*** celui-là, j'ai des trucs à faire sur l'ordinateur et en plus je n'y vais pas souvent".
Les trucs en question étaient des jeux, pas des trucs importants.
Il est resté encore au moins une demi-heure à la collocation devant l'ordinateur, alors qu'il savait que la personne ayant la gentillesse de l'héberger gratuitement était incapable de rentrer chez elle à cause de lui.
Ça m'a vraiment scandalisé, bien que n'étant pas concerné par ce problème, je n'ai jamais pu lui pardonner son attitude ce jour là.

Ce qui m'a choqué ce n'est pas qu'il n'ait pas mis les clés dans la boite comme attendu.
D'après ses explications, j'ai compris qu'il a voulu le faire mais qu'il n'a pas réussi (il ne savait plus quelle boite c'était, ou alors elle fermait mal et il avait peur que n'importe qui puisse prendre les clés)
Ce qui est choquant par contre, c'est qu'il refuse d'abandonner ses jeux vidéos pour permettre à la personne qui l'héberge gratuitement, juste pour rendre service, de pouvoir rentrer chez elle.

Il a fait du mal à quelqu'un, en en ayant pleinement conscience, juste pour satisfaire son plaisir personnel.
Ça m'est totalement inconcevable d'agir ainsi. D'autant plus que la personne à qui il fait du mal est une personne qui fait des efforts pour l'aider.
Dans sa situation, je serais parti en courant pour aller rendre les clés.
Et dans la situation de son hébergeur, je lui aurais interdit de remettre les pieds chez moi.

Sur ce point précis, j'ai la grande rigidité dont tu parles, qui caractérise selon toi les autistes.
J'ai des valeurs avec lesquelles je ne peux pas transiger, respecter les gens qui me rendent service fait partie de ces valeurs.
Quelqu'un ne respectant pas ces valeurs gagne mon mépris, et aura beaucoup de mal à améliorer son image auprès de moi par la suite.

Je suis très rigide sur mes principes, qui passent avant tout, en toutes circonstances.
Je suis très rigide sur la logique aussi, j'ai besoin que tout soit logique, que tout soit rationnel.
Si je ne comprend pas quelque chose, je creuse, je recherche la logique cachée, et parfois je finis par la trouver.
Mes raisonnements ne sont pas illogiques.
Si tu les trouves incohérents, c'est que je me suis mal exprimé, ou que nous nous sommes mal compris, que nous utilisons des logiques différentes pour percevoir les choses.

Bien qu'étant extrêmement rigide sur ces deux points, je suis par ailleurs quelqu'un de très ouvert d'esprit, susceptible de réfléchir sur presque n'importe quel sujet, et en essayant d'avoir le moins d'à-priori possible.
De plus, il y a de tout dans mes messages.
Il y a de la description de moi-même, il y a des tentatives de compréhension de moi-même, il y a des tentatives de compréhension des autres.
Il y des faits avérés, et d'autres non avérés, qui ne sont que des idées que j'expose, idées qui sont nées de la lecture des messages des gens de ce fil de discussion.
Je conçois très bien que si tu recherches une cohérence globale à l'ensemble de mes propos, tu ne puisses pas la trouver.
Tout simplement car elle est très difficile à trouver, la trouver signifierait que tu me comprennes aussi bien que je ne me comprend moi-même, ce qui me semble presque impossible.

Chacun de mes messages est à prendre tel quel, sans forcément chercher de lien avec les autres.
Je peux dire une chose, puis son contraire.
Ce n'est pas du manque de rigueur.
C'est des tentatives de compréhension: j'élabore une théorie, j'en expose les conclusions, puis au message suivant j'en élabore une deuxième, et j'en expose les conclusions, qui peuvent êtres compatibles avec celles de la première théorie, tout comme elles peuvent ne pas l'être.


Je comprend tout à fait que tu ne perçoives pas ma logique, que tu la trouves incohérente et que tu trouves que ça reflète du manque de rigueur, incompatible avec l'autisme.
Je pense que tu te trompes. Je ne peux pas te le prouver.

J'aurais cependant une question à ton égard.
Supposons que, comme tu sembles le croire, je ne soies en fait pas Asperger.
Pourrais-tu m'expliquer mes problèmes sociaux? En particulier mon incapacité à pratiquer la conversation non-verbale?
Car c'est ce point précis qui est mon argument principal pour mon diagnostic, bien avant les tests sur internet.

Asperzebre
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 607
Date d'inscription : 10/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation d'Asperzebre

Message par Asperzebre le Mar 17 Mai 2016 - 11:42

noir a écrit:

Tu dis précédemment ne pas aimer et ne pas avoir besoin d'étiquettes;

pourtant tu t'en affubles 2 d'un seul coup et les montres à tout le monde : Asper / zèbre

encore ce que je perçois comme une des multiples incohérences dans tes propos.


Je dis que je n'ai pas besoin des étiquettes, et pourtant j'en ai besoin.
Cette  phrase te choque, je le sais.
C'est précisément pour ça que je l'ai écrite: pour essayer de voir ensemble ce qui te gêne dans mes propos, je souhaite t'exposer à ce qui te semble le plus irrationnel chez moi.
Je le fais afin de te montrer que ce qui te parait irrationnel et incohérent, est en fait tout à fait rationnel et cohérent.
Le problème est au niveau du vocabulaire, je n'ai pas les mots pour exprimer assez clairement ma pensée.

Je souhaiterais te faire comprendre la logique de cette phrase: "je dis que je n'ai pas besoin des étiquettes, et pourtant j'en ai besoin".
Je souhaiterais que tu comprennes que la conclusion logique n'est pas "tu mens en disant ne pas avoir besoin d'étiquette".
Et je perçois très bien que ce soit difficile, en lisant ceci je parviendrais moi-même à la conclusion "tu mens en disant ne pas avoir besoin d'étiquette".

Je vais essayer de mettre ça en relation avec toi.
J'aimerais que tu gardes la phrase "je dis que je n'ai pas besoin d'étiquettes et pourtant j'en ai besoin" en tête pendant que tu lis mon raisonnement.
Je voudrais aussi que tu gardes aussi à l'esprit que je ne te connais pas, et que ce que je vais dire sur toi ne te correspond donc pas forcément.
Dans ce cas, il faudrait que tu t'imagines que je parles d'une autre personne que toi, qui aurait les problématiques que je vais exposer.
Dans le raisonnement qui suit, le fait que ce soit toi ou quelqu'un d'autre n'a pas grande importance.
C'est juste plus facile à comprendre si tu t'identifies au personnage.

voici ce raisonnement:
Tu es toi-même Asperger, je suppose qu'il y a pas mal de codes sociaux que tu n'aimes pas.
Je suppose que tu n'as pas besoin de ces codes sociaux, dans le sens où tu t'en passerais très bien, que la vie serait plus simple pour toi si ces codes sociaux n'existaient pas.
Il y a de grandes chances qu'une conversation avec un autre Asperger, n'exigeant pas de toi le respect de ces codes sociaux, se passe beaucoup mieux pour toi qu'une conversation avec un neurotypique.
Selon ma logique, si tu disais "je n'ai pas besoin des codes sociaux", tu ne mentirais pas, car effectivement, dans un sens, tu n'en as pas besoin.

Pourtant, lorsque tu es en situation sociale, je suppose que tu fais de ton mieux pour comprendre et reproduire ces codes sociaux.
Tu as vraiment envie d'y arriver.
Tu fais ces efforts, car tu considères que réussir à respecter les codes sociaux est nécessaire pour que les gens t'acceptent.
Tu ressens donc le besoin de pratiquer ces codes sociaux, besoin qui est à une autre échelle que le premier besoin que j'ai évoqué.

Si on recoupe la seconde partie de ce raisonnement avec la première, tu pourrais très bien déclarer "je n'ai pas besoin des codes sociaux, et pourtant j'en ai besoin".
Ce ne serait pas un mensonge, ce serait la stricte vérité, bien que cette phrase semble totalement illogique, incompréhensible, paradoxale.

Le problème n'est pas au niveau de la logique, au niveau du raisonnement qui se cache derrière la phrase.
Le problème est au niveau de la phrase en elle même, le langage n'étant pas assez riche.
Le mot 'besoin' de "je n'ai pas besoin de codes sociaux" est un mot différent du mot 'besoin' de "et pourtant j'en ai besoin".
La phrase n'a en fait rien d'illogique, bien qu'elle soit perçue comme telle.

Imagine maintenant un instant que tu sois conscient de ce problème, et que, par souci de clarification, tu aies utilisé deux mots distincts, en écrivant par exemple "je n'ai pas envie de codes sociaux, et pourtant j'en ai besoin".
Cette fois, la logique de la phrase semble correcte.
Pourtant, tu as déformé le sens original de la phrase, pour ne pas paraître illogique, tu as fait une entorse à ton raisonnement.
Et un interlocuteur pourrait très bien te répondre que tu n'es plus logique au niveau de ton raisonnement global.
Tu dis que tu n'as pas envie des codes sociaux, et pourtant tu dis que tu as vraiment envie d'arriver à les utiliser.
Ton raisonnement global renvoie alors "je n'ai pas envie des codes sociaux, et pourtant j'en ai envie"
Là encore, ça choque.
Que tu choisisses la première option "je n'ai pas besoin des codes sociaux, et pourtant j'en ai besoin", ou la seconde "je n'ai pas envie des codes sociaux, et pourtant j'en ai envie", le résultat est le même: le raisonnement semble illogique.


J'espère que tu parviens à comprendre mon raisonnement.
J'espère que tu parviens à comprendre que, ce qui te semble illogique dans mes raisonnements n'est pas le raisonnement en lui-même, mais les mots que je mets dessus, car je n'arrive pas à traduire mon raisonnement en Français en conservant 100% de sa logique originelle.

J'espère que tu es en mesure de comprendre que si je te dis maintenant "je n'ai pas besoin d'étiquettes, et pourtant je m'en suis collé deux moi-même, car j'en ai besoin", je te dis la stricte vérité.
Que le premier 'besoin' renvoie à un besoin qui m'est propre, alors que le deuxième 'besoin' renvoie à un besoin d'acceptation par la société.


Dernière édition par Asperzebre le Mar 17 Mai 2016 - 13:48, édité 1 fois

Asperzebre
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 607
Date d'inscription : 10/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation d'Asperzebre

Message par Asperzebre le Mar 17 Mai 2016 - 11:48

zeHibou a écrit:Asperzebre,
[...]
Comme cela a été évoqué dans d'autres messages, je crois que tu devrais t'en remettre à l'avis d'un professionnel, même si tu as grande confiance dans ton auto-diagnostic.

Oui je veux bien, mais en attendant on fait quoi?
Parce que j'ai entamé des démarches auprès d'un CRA en avril de cette année, le diagnostic n'est clairement pas pour tout de suite.
Et je ne vais pas rester au point mort, à ne rien faire, attendre que le diagnostic arrive.
j'ai bien l'intention de chercher dès maintenant à me comprendre pour reprendre ma vie en main.

Asperzebre
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 607
Date d'inscription : 10/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation d'Asperzebre

Message par Asperzebre le Mar 17 Mai 2016 - 11:54

je te l'avais dit: je n'avais pas compris ton message de cette façon, je vais le relire.
désolé de t'avoir dit qu'un concept t'échappait, alors que c'est précisément le concept que tu cherchais à m'expliquer, j'ai un peu honte.

Asperzebre
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 607
Date d'inscription : 10/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation d'Asperzebre

Message par Invité le Mar 17 Mai 2016 - 12:19

Asperzebre a écrit:je te l'avais dit: je n'avais pas compris ton message de cette façon, je vais le relire.
désolé de t'avoir dit qu'un concept t'échappait, alors que c'est précisément le concept que tu cherchais à m'expliquer, j'ai un peu honte.

surtout pas Smile merci d'avoir verbalisé tes impressions que tu es en droit d'avoir et qui permettent justement de communiquer... 

tu as eu la sensation que ça m'échappait (alors miss là elle a rien compris Smile), 

tu me l'as dit, 

ça me permet de dire pourquoi je pense que ça m'échappe pas et d'être au courant justement que tu as pensé que ça m'échappait Smile 

et ça te permet de me dire comment t'en dire plus ou pas.... 

tout le monde ne comprend pas tout Smile et tout le monde ne comprend pas tout le monde.

je passe dans ce cas, si je le vis, plus par "ah ben merde m'a trompé alors" Smile mais la honte vient bien plus loin pour moi, 

sauf si tu as en face de toi quelqu'un qui dès qu'on se trompe ou dès que ça lui semble faux (et en plus avec pas forcément toutes les infos données) qui te renvoie 

tu devrais avoir honte.... 

ce qui n'est pas mon cas, partant du fait que non pas tout le monde est parfait et doit l'être, mais de tout le monde est imparfait et tout le monde est perfectible.

d'où l'expression d'ailleurs "claquer la honte à quelqu'un". Je ne pratique pas cela Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation d'Asperzebre

Message par Invité le Mar 17 Mai 2016 - 12:51

J'ai supprimé mes deux messages Smile et les ai remis sur mon fil si tu les as vu mais pas lu Smile je poursuivais ma réflexion sur ton territoire Smile Autant pour moi Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation d'Asperzebre

Message par zeHibou le Mar 17 Mai 2016 - 15:21

Asperzebre a écrit:
zeHibou a écrit:Asperzebre,
[...]
Comme cela a été évoqué dans d'autres messages, je crois que tu devrais t'en remettre à l'avis d'un professionnel, même si tu as grande confiance dans ton auto-diagnostic.

Oui je veux bien, mais en attendant on fait quoi?
Parce que j'ai entamé des démarches auprès d'un CRA en avril de cette année, le diagnostic n'est clairement pas pour tout de suite.
Et je ne vais pas rester au point mort, à ne rien faire, attendre que le diagnostic arrive.
j'ai bien l'intention de chercher dès maintenant à me comprendre pour reprendre ma vie en main.
Absolument, et si je comprends bien c'est déjà ce que tu fais sur ce forum. Approuve

La douance ou/et l'autisme n'expliquent pas nécessairement à eux seuls les difficultés que l'on peut rencontrer, il faut s'interroger sur la construction de soi, de sa personnalité, trouver les noeuds pour voir si on peut les défaire. L'avantage de pouvoir identifier quelque chose de connu (douance, autisme) réside dans le fait d'avoir ainsi des pistes pour résoudre les difficultés. Mais il peut y en avoir d'autres dont la cause est à chercher ailleurs.

zeHibou
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 248
Date d'inscription : 12/02/2015
Age : 51
Localisation : location unknown

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation d'Asperzebre

Message par Parisette le Mar 17 Mai 2016 - 15:52

Bonjour Asperzebre,

Savais-tu que dans le cadre d'un diagnostic TSA (trouble du spectre autistique),  on te fait passer un WAIS IV ?
Si tu es prêt à payer pour un test de QI, peut-être peux-tu rajouter un peu au bout et faire un diagnostic TSA en libéral (le délai d'attente passera de deux ans à deux mois environ).

Fleur_bleue avait écrit sur un fil qu'il était mal vu de s'autoproclamer Asperger quand on n'avait pas eu de diag officiel. Je comprends sa remarque en lisant ton fil.
Je me demande si ceux qui tentent de te persuader que tu te trompes, ne seraient pas plutôt en train de se convaincre qu'ils ne le sont pas....

Avant que mon fils ne soit officiellement reconnu comme Asperger, les gens ne voulaient rien entendre de mes arguments. Aujourd'hui ça leur parait évident (école et famille du moins).

L'autre point qui me surprend dans ce fils c'est que personne ne semble relever ce que tu racontes sur ta mère. Ou alors c'est parce que ça me touche davantage ?
L'apprentissage de l'autonomie ne s'apprend pas comme ça. C'est le mot " abandon" qui me vient en te lisant....
Mais si tu ne le ressens comme tel, c'est ça qui compte.

Bienvenue et bon courage ^^

Parisette
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1133
Date d'inscription : 12/03/2016
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation d'Asperzebre

Message par noir le Mar 17 Mai 2016 - 16:17

Asperzebre a écrit:
noir a écrit:

Tu dis précédemment ne pas aimer et ne pas avoir besoin d'étiquettes;

pourtant tu t'en affubles 2 d'un seul coup et les montres à tout le monde : Asper / zèbre

encore ce que je perçois comme une des multiples incohérences dans tes propos.


Je dis que je n'ai pas besoin des étiquettes, et pourtant j'en ai besoin.
Cette  phrase te choque, je le sais.
C'est précisément pour ça que je l'ai écrite: pour essayer de voir ensemble ce qui te gêne dans mes propos, je souhaite t'exposer à ce qui te semble le plus irrationnel chez moi.

noir a écrit:Je mets ton paragraphe suivant en spoiler
Spoiler:

Je le fais afin de te montrer que ce qui te parait irrationnel et incohérent, est en fait tout à fait rationnel et cohérent.
Le problème est au niveau du vocabulaire, je n'ai pas les mots pour exprimer assez clairement ma pensée.

Je souhaiterais te faire comprendre la logique de cette phrase: "je dis que je n'ai pas besoin des étiquettes, et pourtant j'en ai besoin".
Je souhaiterais que tu comprennes que la conclusion logique n'est pas "tu mens en disant ne pas avoir besoin d'étiquette".
Et je perçois très bien que ce soit difficile, en lisant ceci je parviendrais moi-même à la conclusion "tu mens en disant ne pas avoir besoin d'étiquette".

Je vais essayer de mettre ça en relation avec toi.
J'aimerais que tu gardes la phrase "je dis que je n'ai pas besoin d'étiquettes et pourtant j'en ai besoin" en tête pendant que tu lis mon raisonnement.
Je voudrais aussi que tu gardes aussi à l'esprit que je ne te connais pas, et que ce que je vais dire sur toi ne te correspond donc pas forcément.
Dans ce cas, il faudrait que tu t'imagines que je parles d'une autre personne que toi, qui aurait les problématiques que je vais exposer.
Dans le raisonnement qui suit, le fait que ce soit toi ou quelqu'un d'autre n'a pas grande importance.
C'est juste plus facile à comprendre si tu t'identifies au personnage.

voici ce raisonnement:
Tu es toi-même Asperger, je suppose qu'il y a pas mal de codes sociaux que tu n'aimes pas.
Je suppose que tu n'as pas besoin de ces codes sociaux, dans le sens où tu t'en passerais très bien, que la vie serait plus simple pour toi si ces codes sociaux n'existaient pas.
Il y a de grandes chances qu'une conversation avec un autre Asperger, n'exigeant pas de toi le respect de ces codes sociaux, se passe beaucoup mieux pour toi qu'une conversation avec un neurotypique.
Selon ma logique, si tu disais "je n'ai pas besoin des codes sociaux", tu ne mentirais pas, car effectivement, dans un sens, tu n'en as pas besoin.

Pourtant, lorsque tu es en situation sociale, je suppose que tu fais de ton mieux pour comprendre et reproduire ces codes sociaux.
Tu as vraiment envie d'y arriver.
Tu fais ces efforts, car tu considères que réussir à respecter les codes sociaux est nécessaire pour que les gens t'acceptent.
Tu ressens donc le besoin de pratiquer ces codes sociaux, besoin qui est à une autre échelle que le premier besoin que j'ai évoqué.

Si on recoupe la seconde partie de ce raisonnement avec la première, tu pourrais très bien déclarer "je n'ai pas besoin des codes sociaux, et pourtant j'en ai besoin".
Ce ne serait pas un mensonge, ce serait la stricte vérité, bien que cette phrase semble totalement illogique, incompréhensible, paradoxale.

Le problème n'est pas au niveau de la logique, au niveau du raisonnement qui se cache derrière la phrase.
Le problème est au niveau de la phrase en elle même, le langage n'étant pas assez riche.
Le mot 'besoin' de "je n'ai pas besoin de codes sociaux" est un mot différent du mot 'besoin' de "et pourtant j'en ai besoin".
La phrase n'a en fait rien d'illogique, bien qu'elle soit perçue comme telle.

Imagine maintenant un instant que tu sois conscient de ce problème, et que, par souci de clarification, tu aies utilisé deux mots distincts, en écrivant par exemple "je n'ai pas envie de codes sociaux, et pourtant j'en ai besoin".
Cette fois, la logique de la phrase semble correcte.
Pourtant, tu as déformé le sens original de la phrase, pour ne pas paraître illogique, tu as fait une entorse à ton raisonnement.
Et un interlocuteur pourrait très bien te répondre que tu n'es plus logique au niveau de ton raisonnement global.
Tu dis que tu n'as pas envie des codes sociaux, et pourtant tu dis que tu as vraiment envie d'arriver à les utiliser.
Ton raisonnement global renvoie alors "je n'ai pas envie des codes sociaux, et pourtant j'en ai envie"
Là encore, ça choque.
Que tu choisisses la première option "je n'ai pas besoin des codes sociaux, et pourtant j'en ai besoin", ou la seconde "je n'ai pas envie des codes sociaux, et pourtant j'en ai envie", le résultat est le même: le raisonnement semble illogique.


J'espère que tu parviens à comprendre mon raisonnement.
J'espère que tu parviens à comprendre que, ce qui te semble illogique dans mes raisonnements n'est pas le raisonnement en lui-même, mais les mots que je mets dessus, car je n'arrive pas à traduire mon raisonnement en Français en conservant 100% de sa logique originelle.

J'espère que tu es en mesure de comprendre que si je te dis maintenant "je n'ai pas besoin d'étiquettes, et pourtant je m'en suis collé deux moi-même, car j'en ai besoin", je te dis la stricte vérité.
et laisse la phrase suffisante pour ta réponse sur ce point:

"Que le premier 'besoin' renvoie à un besoin qui m'est propre, alors que le deuxième 'besoin' renvoie à un besoin d'acceptation par la société."


Cependant, tes mots exacts n'étaient pas ceux-là, ceux sur lesquels tu t'es donné une page de réflexions, et encore sur la moitié de son contenu en t'arrêtant sur "besoin" et en excluant le "ne pas aimer"

mais ceux-là:

" D'un point de vue personnel, je me moque pas mal d'être Asperger ou pas." (1)

" Si je veux me faire reconnaître Asperger c'est uniquement vis à vis de la société, parce que je n'arrive pas à faire ce que je veux de ma vie avec les étiquettes que la société m'as collées sur le dos.
Je me dis que cette petite étiquette supplémentaire pourrait m'aider.
" (2)


où au passage, j'avais déjà acté / assimilé ton besoin exprimé vis à vis de la société ..

En revanche, concernant la 1ère mention (1) tu n'y as pas répondu (à mon sens et à ma lecture de ce que j'ai mis en spoiler et du reste)

Je poursuis à exprimer ma perception d'une incohérence relative à ton choix de pseudo et cette affirmation / invitation ouverte (pour les lecteurs) sur le fait que tu serais aspie.

Arrow  Quelqu'un qui se moque d'une appellation (ici Asperger) ne pourrait l'afficher si "ostensiblement"
(et d'autant en cas d'un auto-diag - et encore d'autant quand on connait la rigueur des aspies ..)

Je poursuivrai en pointant ce que je verrai comme une seconde incohérence, plus mesurée éventuellement que la précédente, qui relèverait d'un rapprochement que tu ferais alors entre "société" et ce "forum" - et cela en suivant ta logique explicative.
Ca ne tient que peu la route,
sauf en prenant l'option que pour toi ce forum requiert un besoin de reconnaissance (étiquette) tel que tu le présupposes pour l'ensemble de la société
société, que pour ma part, j'assimile pour toi et de tes propos, à un référentiel socio-professionnel
(= peu le cas de zoyeux loustiques forumeurs zébracrossés ^^)

Ma lecture, mon avis
(sur ce point)

noir
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 915
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 39
Localisation : Asperland, sud des PO

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation d'Asperzebre

Message par noir le Mar 17 Mai 2016 - 17:27

Asperzebre a écrit:noir, je ne cherche pas à fuir, je cherche à me comprendre.
Tout le monde est différent, y compris deux Aspergers entre eux, ou deux neurotypiques entre eux.


Compte-tenu de la catégorie d'âge des personnes; soit une trentaine d'années approximativement pour tous / toutes
(toi, ta copine, son ex)
ce que tu as écris signifierai que son ex a été diagnostiqué Asperger a minima depuis une vingtaine d'années.
Tu as faux, mais tu ne disposais pas d'assez d'informations sur moi pour comprendre.

J'ai effectivement la trentaine (32 ans), mais ma compagne est plus jeune, elle n'en a que 25.
Son ex a environ le même âge qu'elle.
De plus, je ne sais pas quand il a été diagnostiqué, je sais juste que c'est pendant son enfance (ce qui est très vague)
Il peut l'avoir été à 3 ans comme à 10 ans.
Dans ce dernier cas, il aurait été diagnostiqué Asperger dans le début des années 2000, ça reste loin, mais moins que tu ne sembles le penser.

J'aurai du, y ai pensé après, inclure une probabilité

(humoristiquement et personnellement je m'étais amusé - au travail - à me l'imaginer assez proche de celle de trouver les 5 numéros + les 2 étoiles à l'EuroMillion) rentrant alors dans quelques de tes propos avancés après.
Je n'avais aussi d'infos sur cet inconnu - statistiquement, les aspies homme sont très peu en couple (c'est très rare), et la stat d'un aspie diag' il y a plus de dix ans = statistiquement différent car critères diag différents, doit être encore plus faible.

J'avais juste multiplié une proba très très faible (individu inconnu) par une proba faible (individu un peu connu) ce qui donnait une proba très très très faible; mais non impossible.
Vive l'EuroMillion !  Smile

En revanche, sur les dates, de toute façon inconnues, comme l'âge d'un éventuel diag (ou auto diag ????) (en général l'âge du diag peut être important et rentrer assez facilement dans des discussions, surtout en relation de couple et suites,...)
et que ce soit 16 ans ou 20 ans, ça ne change rien -
la situation et les diag d'autisme Asperger en France étaient à l'époque très peu usités, très peu fréquents et réservés à des situations manifestes.


Asperger a écrit:Tu as le droit de ne pas me croire, ça n'en reste pas moins la vérité.
ou ta vérité, ou une vérité rapportée dont il n'y a aucune précision - ce n'est une équivalence de : "la vérité"


Asperger a écrit:Ce qui m'a choqué ce n'est pas qu'il n'ait pas mis les clés dans la boite comme attendu.
D'après ses explications, j'ai compris qu'il a voulu le faire mais qu'il n'a pas réussi (il ne savait plus quelle boite c'était, ou alors elle fermait mal et il avait peur que n'importe qui puisse prendre les clés)
Ce qui est choquant par contre, c'est qu'il refuse d'abandonner ses jeux vidéos pour permettre à la personne qui l'héberge gratuitement, juste pour rendre service, de pouvoir rentrer chez elle.

Il a fait du mal à quelqu'un, en en ayant pleinement conscience, juste pour satisfaire son plaisir personnel.
Ça m'est totalement inconcevable d'agir ainsi. D'autant plus que la personne à qui il fait du mal est une personne qui fait des efforts pour l'aider.
Dans sa situation, je serais parti en courant pour aller rendre les clés.
Et dans la situation de son hébergeur, je lui aurais interdit de remettre les pieds chez moi.

Sur ce point précis, j'ai la grande rigidité dont tu parles, qui caractérise selon toi les autistes.

Ici, rien à voir avec une rigidité autistique.
Ce type est un profiteur, point barre. Et cela qu'il soit autiste, non autiste ou auto-diag.
La majorité des gens prendraient mal si quelqu'un profite d'eux et se comporte comme un goujat.


Asperger a écrit:J'aurais cependant une question à ton égard.
Supposons que, comme tu sembles le croire, je ne soies en fait pas Asperger. (1)
Pourrais-tu m'expliquer mes problèmes sociaux? En particulier mon incapacité à pratiquer la conversation non-verbale?
Car c'est ce point précis qui est mon argument principal pour mon diagnostic, bien avant les tests sur internet. (2)

Sur le (1),
initialement, et comme l'a dit Parisette, je t'ai souhaité une bonne suite pour des démarches diagnostiques diverses.

Ce que je pense ne vaut rien, et d'ailleurs je ne pense pas grand chose ou pas tant
je réagis ou ai pu réagir à quelques endroits - sur le sujet - et pas spécialement nécessairement à ton encontre.

(2) Pour t'expliquer tes problèmes sociaux, je ne suis pas psy et tu n'as fait aucun test sérieux.
Commence par là, ça peut être complexe et divers. (je te l'ai écrit aussi cela)

Je ne vois pas ce que tu entends par ta problématique d'incapacité à pratiquer la conversation non-verbale.
Je ne perçois les graduations éventuelles (et pertinentes) de tout.
Je ne perçois pas que l'on puisse soi-même se les auto-déterminer en arrivant à une conclusion d'être à un point d'incapacité.

Après, les difficultés sociales, outre des tests et évaluations qui peuvent mettre en évidence certains points de difficultés,
peut aussi rentrer des schémas plus classiques de timidité, de faible estime de soi, peu d'affirmation et de réalisation personnelle comme un  certain nombre d'autres éléments (y compris le vécu).

noir
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 915
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 39
Localisation : Asperland, sud des PO

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation d'Asperzebre

Message par Asperzebre le Mar 17 Mai 2016 - 17:37

Noir, si j'affiche si ostensiblement dans mon pseudo Asperger et zèbre, c'est avant tout pour me donner du courage, me pousser à m'ouvrir.
Je n'ose pas le faire en IRL. J'ai peur du rejet, de l'incompréhension.
J'ai peur qu'on me dise que je suis un menteur, que j'ai inventé un tas de stupidités pour me donner une excuse pour ne pas chercher de travail (je suis très mal vu par ma famille pour être au RSA à 32 ans, pour eux je devrais consacrer ma vie à la recherche d'emploi)

IRL, ma copine connait mon auto-diagnostic. A part elle, il n'y a que 5 personnes au courant pour Asperger, dont une seule sait à peu près ce que c'est , les 4 autres disant "on s'en fout de ce que c'est Asperger, on l'accepte quand même, comme si il était normal".
Pour les zébrures c'est encore pire, il n'y a que ma copine et une de mes cousines qui sont au courant.

J'ai décidé de vaincre ma timidité, de m'afficher ici sans rien à cacher, en profitant de mon anonymat sur ce forum.
Si je ne revendique même pas clairement dès le départ que je me pense Asperger et THQI, ça commence mal.

En plus, j'ai découvert un coté pratique à ce pseudo, je ne le regrette vraiment pas.
Même sans ouvrir ce fil de discussion, rien qu'en voyant "présentation d'Asperzebre", les gens ont une idée du genre de problématiques que je vais aborder.
Mon pseudo attire les personnes se sentant concernées par mes problématiques, et incite les personnes qui ne s'y intéressent pas à passer leur chemin.
Une sorte de filtrage de mes interlocuteurs en fait, auquel je n'avais même pas pensé quand j'ai choisi ce pseudo Smile
D'ailleurs qui sait, si j'avais pris un autre pseudo, toi-même ne serais peut-être pas venu sur ce fil?


Asperzebre
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 607
Date d'inscription : 10/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation d'Asperzebre

Message par Mily_Moheori le Mar 17 Mai 2016 - 17:40

Bah en même temps il y a sur ce forum des gens qui clament se foutre d'être surdoués depuis plus de 5 ans, mais s'ils sont toujours là, je suppose que c'est pas pour la qualité de la cantine.

Mily_Moheori
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 909
Date d'inscription : 07/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation d'Asperzebre

Message par Asperzebre le Mar 17 Mai 2016 - 18:06

Parisette a écrit:
Savais-tu que dans le cadre d'un diagnostic TSA (trouble du spectre autistique),  on te fait passer un WAIS IV ?
Si tu es prêt à payer pour un test de QI, peut-être peux-tu rajouter un peu au bout et faire un diagnostic TSA en libéral (le délai d'attente passera de deux ans à deux mois environ).

Bienvenue sur mon fil Smile
J'envisage de plus en plus sérieusement de passer le test en libéral pour accélérer les choses.
J'ignorais le déroulement de ce test (gros défaut chez moi, je me contrefiche de la forme je n'accorde d'importance qu'au fond. En l’occurrence ici, peu importe comment ils me diagnostiquent, tant que le diagnostic est fait)
Si le WAIS IV est fait lors d'un test en libéral, alors effectivement, autant ne pas perdre mon temps (et mon argent) à faire un WAIS IV à côté.

Parisette a écrit:
L'autre point qui me surprend dans ce fil c'est que personne ne semble relever ce que tu racontes sur ta mère. Ou alors c'est parce que ça me touche davantage ?
L'apprentissage de l'autonomie ne s'apprend pas comme ça. C'est le mot " abandon" qui me vient en te lisant....
Mais si tu ne le ressens comme tel, c'est ça qui compte.
Je pense que c'est une sorte de tradition familiale, elle m'élève comme elle a elle-même été élevée, et les mentalités ont bien évolué depuis (mais pas elle, elle n'est pas du genre à suivre le troupeau, elle a toujours fonctionné à sa façon)
J'ai très peu de détails sur son enfance, je sais juste qu'elle était dans une famille de 9 enfants, je suppose que ses parents avaient peu de temps à lui consacrer, et qu'elle a reproduit ça sur moi.
J'ai appris récemment qu'un de ses frères allait seul à l'école en vélo à 3 ans (je n'ai pas eu plus de précisions, école maternelle pas très loin de la maison je suppose).
Les temps n'étaient pas les mêmes, il y avait beaucoup moins de voitures sur les routes...il n'empêche que je ne suis surement pas le seul enfant précoce de la famille, et que mes oncles et tantes ont probablement eu en grande partie une autonomie similaire, voire supérieure à la mienne quand ils étaient petits.
En tout cas le comportement de ma mère vis à vis de moi n'a semblé choquer personne dans la famille.

J'ai aussi un petit cousin (le fils d'une de mes cousines, elle même en sentiment d'être toujours décalée, sans trop savoir pourquoi) à qui on a diagnostiqué des traits autistiques, et un autre (le fils d'un cousin cette fois) qui a eu une enfance très difficile, avec TDAH, et qui a suivi un parcours personnalisé (je ne connais pas les détails, mais il n'est pas passé par l'école primaire)
Là encore, de sacrés arguments en faveur de mon diagnostic d'Asperger (je sais qu'il y a une grande part de génétique là-dedans).



Fleur_bleue avait écrit sur un fil qu'il était mal vu de s'autoproclamer Asperger quand on n'avait pas eu de diag officiel. Je comprends sa remarque en lisant ton fil.
Je me demande si ceux qui tentent de te persuader que tu te trompes, ne seraient pas plutôt en train de se convaincre qu'ils ne le sont pas....

Avant que mon fils ne soit officiellement reconnu comme Asperger, les gens ne voulaient rien entendre de mes arguments. Aujourd'hui ça leur parait évident (école et famille du moins).

Je constate aussi que mon auto-diagnostic est mal accepté (voire pas du tout), j'ai du mal à comprendre pourquoi ça choque tant que je puisses m'auto-diagnostiquer.
La discussion a beaucoup dévié sur le thème "et si en fait tu n'étais pas Asperger?".
J'ai l'impression de devoir écrire des pages et des pages de justifications, non pas pour prouver mon Asperger, mais simplement pour que les gens n'excluent pas cette possibilité.
Je ne m'explique pas ce rejet.

Asperzebre
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 607
Date d'inscription : 10/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation d'Asperzebre

Message par Asperzebre le Mar 17 Mai 2016 - 18:38

Elégante a écrit:Je parle là du plaisir de l'interaction. Il est clair que pour le plaisir des sens avec des sens très développées associés parfois à la synestésie, nous avons la chance de pouvoir vivre des expériences de plaisir intense sans interactions sociales

Tiens, encore un argument si il n'y en a toujours pas assez: la synesthésie.
J'en ai eu un forme légère pendant mon enfance (une assez rare d'ailleurs si j'en crois la documentation sur le net): j'associais les goûts et les couleurs.
Quand j'étais enfant, et que ma mère faisait des omelettes, elle mettait un peu de vinaigre dedans.
Lorsque je prenais une bouchée d'omelette avec un petit goût vinaigré, je trouvais qu'elle avait un goût "turquoise".
Enfin, turquoise n'est pas la couleur exacte, mais c'est le mot qui s'en rapproche le plus.

J'ai essayé d'en parler à ma mère à cette époque.
Une fois elle m'a demandé quelle couleur je voyais, j'ai commencé à essayer de lui expliquer (je ne connaissais pas le mot 'turquoise' à l'époque)
J'ai voulu être précis, je lui ais dit "une sorte de couleur assez claire, entre le bleu et le vert".
Elle m'a répondu "non. Les gens comme ça voient soit du rouge, soit du bleu, soit du noir, ils ne voient pas des trucs compliqués comme toi, tu es en train d'inventer des histoires"
Depuis elle n'a plus jamais voulu en entendre parler.

J'ai perdu petit à petit cette synesthésie, et je le regrette.
Aujourd'hui, je pense en avoir encore un petit reste, très léger, un vestige de mon enfance.
Certains goûts particuliers m'évoquant parfois fugitivement une couleur.
Je dirais une sorte de kaki, mais en plus vert, pour le goût bizarre qu'on a dans la bouche quand on a de la salive sèche au réveil.
Et j'adore les omelettes vinaigrées, car ça me rappelle ce souvenir merveilleux de mon enfance, avec cette belle couleur proche du turquoise, qui est l'une de mes préférées.

Je suis d'ailleurs très créatif en cuisine, c'est une passion que je me suis découverte tardivement, c'est presque toujours moi qui fais la cuisine quand je suis chez ma copine  Smile
Mais je ne pourrais pas en faire mon métier: je suis trop lent, je ne maîtrise aucun geste technique (et je suis nul pour tout ce qui concerne l'apprentissage des gestuelles, j'en ai déjà fait part sur ce fil)
En plus, j'ai peur des couteaux.
Un jour, une de mes cousines jouait bêtement avec un couteau de cuisine quand j'étais enfant, je devais avoir environ 11 ans et elle 7.
Je lui ait dit qu'il ne fallait pas jouer avec, elle ne m'a pas écouté, elle était dans son jeu, courrait, criait, rigolait.
A un moment elle s'est mise à me poursuivre, elle voulait faire semblant de me poignarder.
Je me suis enfui, je courrais beaucoup plus vite qu'elle et je l'ai vite distancée.
Plus tard je l'ai entendu pleurer: elle s'était coupée avec (rien de grave, mais il y avait du sang qui coulait).
Depuis je ne supporte pas la vue du sang, et je ne supporte pas tous les gestes où une lame de couteau est dirigée vers soi (par exemple, tenir une pomme dans le creux de sa main et la couper avec la lame dirigée vers la paume, je ne peux pas, j'ai trop peur de me couper).

Asperzebre
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 607
Date d'inscription : 10/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation d'Asperzebre

Message par cyranolecho le Mar 17 Mai 2016 - 18:59

pour l'autodiag, c'est simple, demande à un con s'il l'est, constate la réponse.

à l'inverse, quelqu'un de très intelligent sera certainement très humble.

pour les phobies, faut se tanner le cuir, tant qu'on se sert pas d'une pelle quotidiennement on choppera des ampoules à chaque fois qu'on voudra s'en servir.

merci à qui de droit de m'avoir remis dans les rails et merci à toi Asperzèbre d'avoir ouvert ce fil, ce que j'y lis est stimulant et j'en avais besoin. Impec !

cyranolecho
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1615
Date d'inscription : 29/07/2015
Age : 43
Localisation : plus haut que mon QI vers les 50 mais en Fahrenheit

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation d'Asperzebre

Message par Asperzebre le Mar 17 Mai 2016 - 19:19

noir merci pour ces éclaircissements, je perçois mieux ta vision des choses maintenant.

L'ex de ma copine n'a pas d'auto-diag, c'est un diag officiel. Désolé de ne pas être plus précis, j'en connais très peu à ce sujet.

Pour mon auto-diagnostic de non reconnaissance de la communication non-verbale, je peux comprendre que c'est difficile à concevoir.
Mais on ne m'a jamais dit que cette communication non-verbale existait, je ne la pratiquais pas, et effectivement, pendant très longtemps il m'était totalement impossible de me savoir différent à ce sujet, puisque j'ignorais que cette communication non-verbale existait.
J'ai appris l'existence de ce mode de communication lorsque j'ai commencé mes recherches sur le syndrome d'Asperger.
je l'ai appris quand j'ai lu que les Aspergers pouvaient avoir une déficience à ce niveau.
J'ai d'abord cru à une blague, que les documents que je lisais n'étaient pas sérieux.
J'en ai parlé à ma copine, neurotypique.
Ça a expliqué beaucoup de choses pour elle, ça lui a permis de comprendre mon comportement qui lui avait paru bizarre dans certaines situations (je ne pourrais pas être plus précis, je n'ai pas identifié ces situations, seule ma copine l'a fait, elle me les a décrites mais je les ai oubliées)
Quand on s'est connu, elle pensait souvent que je me moquais d'elle.
Elle m'a révélé s'être dit de nombreuses fois "c'est pas possible il le fait exprès" parce qu'elle n'envisageait même pas que je puisse ne pas être réceptif à certains messages qu'elle a voulu me faire passer par la communication non-verbale.
C'est en en discutant, en revenant sur des événements qu'on avait vécus, en me demandant comment j'avais perçu les choses, que ma copine a constaté qu'effectivement je n'avais rien compris à ces messages.
C'est aussi de cette façon que j'ai appris l'existence de ces messages que je n'aurais jamais soupçonnés.

Quand à ton passage sur la difficulté d'avoir des relations amoureuses pour les Asperger, je m'y retrouve tout à fait, et l'ex de ma copine aussi.
Ma copine était sa première relation "sérieuse", ça a duré 10 mois.
Depuis, il en a eu une autre, de quelques mois, qui s'est mal terminée (là encore je manque de détails, je le fréquente très peu), et à ma connaissance, c'est tout.
De mon côté, je ne sais pas si tu as lu tous mes messages, mais j'en ai déjà parlé à un moment: je suis loin d'être un expert en relations amoureuses.
J'ai eu mon premier baiser à l'âge de 23 ans.
C'est le seul que j'aie eu de ma vie avec une autre personne que ma compagne.
Je suis avec elle depuis l'âge de 26 ans, et c'est la seule personne avec qui j'aie eu un jour des relations sexuelles.
Je suis fidèle, je n'ai pas l'intention de la tromper.
Mais même si j'avais été infidèle, même si j'avais voulu me jeter sur toutes les occasions qui se présentent à moi pour aller voir ailleurs, je ne l'aurais jamais trompée. Tout simplement car je n'ai pas une seule fois été dans une situation où il m'aurait été possible de le faire.

Sans elle, à 32 ans je serais encore célibataire et vierge.








Asperzebre
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 607
Date d'inscription : 10/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation d'Asperzebre

Message par Invité le Mar 17 Mai 2016 - 19:46

Mily_Moheori a écrit:Bah en même temps il y a sur ce forum des gens qui clament se foutre d'être surdoués depuis plus de 5 ans, mais s'ils sont toujours là, je suppose que c'est pas pour la qualité de la cantine.
On peut rester ou revenir pour les quelques très belles personnes qu'il arrive de croiser ici plutôt que pour un quelconque sentiment d'appartenance.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation d'Asperzebre

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 20:54


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum