Un sentiment de honte: quand l'intelligence côtoie la violence.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un sentiment de honte: quand l'intelligence côtoie la violence.

Message par killerz le Sam 7 Mai 2016 - 1:12

Bonjour à tous,

J'aimerais parler ici de quelque chose qui me fait honte et qui peut-être, ici, sur ce forum concerne aussi d'autres personnes éprouvant le même sentiment que moi.

Je suis étudiante en Master de Philosophie à la Sorbonne, je compte parmi les bons étudiants, je suis travailleuse, peut-être trop d'ailleurs... je consacre toute ma vie à mes études toujours plongée dans les bouquins, c'est ce qui plus ou moins artificiellement me permet de donner un sens à mon existence que je trouve pourtant vide et insignifiante. Mes professeurs ont beaucoup de considération pour moi, je suis d'ailleurs toujours en contact avec un de mes anciens professeurs de licence qui croit beaucoup en moi. J'apparais donc aux yeux de tous comme étant une personne "intelligente", "douée", promise à un bel avenir.

Mais malheureusement ces gens là, ceux qui croient en moi ne connaissent pas l'envers du décor...le côté beaucoup moins reluisant de ma personnalité qui est celle d'une personne capricieuse, parfois violente physiquement et psychologiquement envers mon ami. Je suis violente depuis que j'ai commencé à vivre seule et à être en couple. Le premier copain avec qui je suis resté 3 ans se prenait des gifles, coups, insultes, chantages quasiment quotidiennement. Je suis plus calme avec le second mais parfois mes accès d'angoisse et de colère me porte encore à la violence.

J'avais entrepris une psychothérapie durant 3 ans mais celle-ci s'est terminée en un véritable fiasco car ma violence m'a rattrapé. Après avoir agressé mon psychiatre en mettant sans dessus-dessous son cabinet celui-ci m'a mise à la porte.

Alors voilà chaque jour je me rappelle cette piètre image que je peux parfois montrer, ma violence, ce poison qui coule dans mes veines et me fait me comporter comme la dernière des personnes civilisée et intelligente sur Terre. Quand une personne me fait un compliment, me dit tu es très douée, très intelligente je souris poliment mais au fond de moi je pleure, je pleure car je ne comprends pas comment une personne cultivée, douée pour la réflexion, l'abstraction et l'introspection peut tomber dans autant de bêtise et de manque de contrôle de soi-même.

Platon disait que "Nul n'est méchant volontairement" que celui qui commet le mal le commet toujours par ignorance. Ignorante, oui c'est comme ça que je me conçois, une ignorante, un monstre d'immoralité qui se fait passer pour une personne intelligente et trompe son monde. Chaque compliment, chaque excellente note, chaque encouragement me rappelle à la douloureuse réalité que je ne mérite pas ma place dans ce milieu très fermée qu'est l'intellectualisme philosophique.

Alors chaque jour j'ai un peu plus honte de ce que je suis chaque jour me rappelle que non être intelligent n'est pas être doué pour l'abstraction et la logique, être intelligent c'est savoir aimé, respecté son prochain, maîtriser ses émotions et s'adapter au monde. Je ne suis rien de tout cela.

Même si certains grands noms de la philosophie circule en ce moment même dans ma tête comme Althusser ayant froidement assassiné sa femme, Bernard Stiegler condamné à 5 ans de prison pour braquage ou encore Wittgenstein qui fut renvoyé de son poste d'enseignant pour coups et violences répétés sur des élèves...je me dis que non, si violence rime avec intelligence, ils sont pourtant indissociablement antinomiques.

killerz
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 5
Date d'inscription : 07/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un sentiment de honte: quand l'intelligence côtoie la violence.

Message par zion le Sam 7 Mai 2016 - 1:45

alien Laughing

Fais toi rédemption !
Tu connais déjà la bonne direction on dirait.
Mais c'est pas facile ?
Le doute est père d'éternelle emmerdes lol !

zion
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 409
Date d'inscription : 27/04/2016
Age : 22
Localisation : marseille

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un sentiment de honte: quand l'intelligence côtoie la violence.

Message par Energie31 le Sam 7 Mai 2016 - 2:41

Je ne dirais pas "tu n'as pas à avoir honte !". Si, tu es intelligente ! Peut-être pas intelligente selon toi ou selon ta conception de l'intelligence mais d'après ce que je lis, selon toutes vraisemblances. Oui ces vraisemblances ne tiennent pas compte de l'envers du décors mais pourquoi l'appréciation d'une qualité devrait-elle objectivement tenir compte d'un défaut ? Défaut qui d'ailleurs n'a rien à voir avec l'intelligence. On peut donc être intelligente et violente, tout comme on peut être bête et non violent.

J'ajouterais même que l'intelligence peut aider à s'en sortir, même si ce n'est pas facile. Il y a quelque chose de l'ordre du mérite, de l'imposture ou de la culpabilité qui empiète sur les appréciations qu'autrui te fait. Que penserais-tu des personnes qui évaluent l'intelligence, la compétence ou autre qualité selon la gentillesse de la personne en face ou du degré de sympathie qu'ils éprouvent ? Le pire c'est que ça pullule, que ce soit en entreprise, en famille ou ailleurs : l'image, l'impression dépasse la réalité ou la limite et pas que dans les masse médias !

Je ne suis pas d'accord quand tu dis "J'ai honte de ce que je suis". Le "ce que je suis" n'est pas approprié car la seule certitude c'est que ce n'est pas toi ou disons que tu n'es pas vraiment toi même dans ces moments là. Pour le reste qui est de comprendre puis d'arriver à résoudre ce problème, n'hésites pas à voir un autre psy ou à explorer d'autres pistes pour limiter l'emprise de ce tempérament violent puis arriver à te contrôler. Le pire serait de rester en quelque sorte bloquée par ce constat déroutant qui t'empêche de vivre sereinement.

Et puis la violence peut être constructive si elle est canalisée ou dirigée avec un certain contrôle. Elle a diverses formes mais pour ce qui est du physique, j'ai souvent entendu dire que la pratique d'un art martial est efficace. Après il faut vouloir pratiquement sincèrement et suffisamment longtemps pour bien se contrôler... Il y a pas mal d'activités, d'aides ou autres et cela sera selon ce que tu ressens comme bienfait. Donc pas évident de conseiller ou de savoir, d'où la nécessité d'essayer ou de se faire aider. Ce n'est pas l'intelligence qui sera la solution même s'il est important de comprendre et que la compréhension est facilitée. La solution à ce problème n'est pas dans les livres donc je ne pense pas que l'ignorance soit la principale raison. Je répondrais à ton ex prof Platon que "nul n'est méchant totalement inconsciemment". On peut être méchant et non violent ce qui est plus fréquent que sympa et violent tu me diras...

Le vrai souci semble être les angoisses et colères envahissantes au point de lever la main sur ton copain, qui certes a sûrement sa part de responsabilité pour rester plusieurs années à se faire traiter de la sorte. Non mais y'a des têtes à claque parfois, je comprends... tout comme y'a des psys qui se moquent du monde ou pas assez compétents pour s'apercevoir qu'il vaut mieux réorienter le patient vers un autre psy soit plus spécialisé, soit moins largué. Tu sembles autant courageuse que lucide pour exposer ton problème. Malgré ta honte, il est possible que tu sois prête à en finir une fois pour toute avec ça !

Energie31
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 132
Date d'inscription : 06/05/2016
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un sentiment de honte: quand l'intelligence côtoie la violence.

Message par victorion le Sam 7 Mai 2016 - 4:38

desolé pour l'orthographe (killerz) pose toi les bonne question pare tes envie sans le regare des autre voir tes vrais point dinteré les etude les veut tu vraiment ? sur se que je voie ses que tu te mes des poid inutil tu a des capacité mes ses pas se qui te fait personnelment moi meme jai un besoin de tapé car jai compris avec bocou de temps que linconpatibilé inconsian entraine des pulsion invonlontaire une sorte de presence en moi qui sote comme une soupape qui sote la violence fait party de tous moi par exemple je commence a morianté vers un sport de combat ou je sais que en face la personne est la pour sa lol ou tout sete energie lexpulsé comme dans un sac encore desolé pour l'orthographe je re commence les cours

victorion
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 42
Date d'inscription : 08/10/2015

Revenir en haut Aller en bas

Non violence

Message par merlindavalon le Sam 7 Mai 2016 - 20:16

Bonjour
As tu étudié des parcours de personnages non violents et le mode de pensée qu'ils avaient pu développer ; quels sont par exemple les fondamentaux de la philosophie bouddhiste ...
Si j'étais ton ami je partirai ; c'est ce que j'ai fait quand ma femme m'a fracassé un verre sur la tête ; la violence en couple , je parle de la violence physique ne doit pas être supportée ; pour la violence morale c'est beaucoup plus complexe surtout quand on est intello et joueur ...
N'hésite pas à me questionner ....

merlindavalon
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 40
Date d'inscription : 04/11/2015
Age : 58
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un sentiment de honte: quand l'intelligence côtoie la violence.

Message par Invité le Sam 7 Mai 2016 - 20:39

merlindavalon a écrit:la violence physique ne doit pas être supportée ; pour la violence morale c'est beaucoup plus complexe surtout quand on est intello et joueur ...
.
bizarrement je trouve la phrase de merlindavalon plus violente qu'absolument tout le reste.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un sentiment de honte: quand l'intelligence côtoie la violence.

Message par Invité le Sam 7 Mai 2016 - 21:09

Elégante a écrit:
merlindavalon a écrit:
la violence physique ne doit pas être supportée ; pour la violence morale c'est beaucoup plus complexe surtout quand on est intello et joueur ...
.
bizarrement je trouve la phrase de merlindavalon plus violente qu'absolument tout le reste. 

Elle est à prendre dans le sens : complexe à comprendre et à appréhender, non ? l'as tu prise dans ce sens là aussi ?
je m'étais posée la question de cette complexité justement, faire la part des choses et réussir à compartimenter surtout si c'est entre deux doués.
Quoi est de l'intello et du joueur ? où sont les limites ? comment s'en fixer ou voir celles de l'autre ? si les deux ou l'un ou l'autre croit jouer ou pas ? à quel moment ça bascule dans le malsain ? les deux doués doivent ils être bien équilibrés, structurés ? comment savoir où se situe le jeu/complicité ? et le jeu violent voire manipulation ou mélange des deux personnalités ? deux doués ensemble est ce que ça fait 4 ou plus ? 
Pour être deux, il y a déjà les traits de personnalité de chacun, ajouté à cela le trait de la douance pour chacun, et incluses les arcanes de cette douance de chacun.
Et pour la réponse à l'auteur du fil : j'allais mettre : sais tu d'où provient cette violence ? as tu analysé ce qui précisément la déclenche ? elle vient de toi ? ton compagnon ? l'association des deux personnes ? 
as tu cherché des moyens d'équilibrer tes deux extrêmes pour toi même ? la problématique se situe t elle à cet endroit ? sais tu ?
Sujet très basique (forcément vu de l'extérieur Smile) ou alors très vaste...
En feedback uniquement

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un sentiment de honte: quand l'intelligence côtoie la violence.

Message par killerz le Sam 7 Mai 2016 - 21:21

merlindavalon a écrit:Bonjour
As tu étudié des parcours de personnages non violents et le mode de pensée qu'ils avaient pu développer ; quels sont par exemple les fondamentaux de la philosophie bouddhiste ...

Il est vrai que je ne me suis pas plus que ça intéressé au bouddhisme mais j'ai lu surtout les stoïciens (ne pas s'affecter de ce qui ne dépend pas de nous) et l'Ethique des vertus aristotélicienne notamment concernant la tempérance.
J'ai néanmoins du mal à appliquer tout ceci dans sla réalité. Chez moi la violence est un mode d'expression à part entière à vrai dire...quand je ne m'exprime pas par "mon corps" et que je refoule je me sent anéantie comme morte. La violence me permet de me sentir vivante le problème est surtout là. Donc j'ai eu beau essayer d'appliquer la doctrine stoïcienne, cela ne m'aide pas au contraire ça me déprime encore plus et me fait me sentir comme une coquille vide ....

killerz
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 5
Date d'inscription : 07/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un sentiment de honte: quand l'intelligence côtoie la violence.

Message par Maxim le Sam 7 Mai 2016 - 22:26

J ai envie de dire si tu as honte, si tu es consciente du problème et a envie de le changer, il y a de l espoir!
Ensuite une chose qui m interpelle c est "mon existence que je trouve pourtant vide et insignifiante." et "Quand une personne me fait un compliment, au fond de moi je pleure, je pleure car je ne comprends pas" (je coupe volontairement la fin de cette seconde phrase parce que selon moi elle défini bien le problème). J y vois un problème au niveau de l ego.
"La violence me permet de me sentir vivante" c est selon moi un mécanisme de défense pour donner un moyen d expression de cet ego mis a mal; pas le plus judicieux mais le seul qui te permet de te maintenir debout. A toi de revoir ton histoire pour savoir comment, pourquoi, ton ego a été à ce point étouffé et à partir de là ... eh bien je cherche toujours pour moi même^^

Maxim
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 92
Date d'inscription : 20/04/2016
Age : 33
Localisation : Dans la lune

Revenir en haut Aller en bas

musique

Message par merlindavalon le Sam 7 Mai 2016 - 23:22

La musique adoucit les moeurs ; dans mon message précédent je parlais du bouddhisme ; peut être qu'une autre voie peut préserver de la violence physique : la voie de la violence musicale qui permet une certaine canalisation des poussées d'adrénaline ; bientôt le hellfest ... De la bonne musique métal ou indus peut permettre de se "défouler" ; es tu musicienne ; je pense qu'une pratique peut être un exutoire ...

merlindavalon
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 40
Date d'inscription : 04/11/2015
Age : 58
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un sentiment de honte: quand l'intelligence côtoie la violence.

Message par Energie31 le Dim 8 Mai 2016 - 0:31

Par exemple, fallait pas titiller Gandhi en privé. Il était super violent et pourtant aux yeux du monde... son charisme incontournable et le fondement de son action...

Il y a longtemps et pendant des années, moi aussi les compliments me contrariaient. Je ne les prenais jamais comme j'aurais du les prendre. A chaque fois, je croyais qu'on se moquait de moi et je me faisais en quelque sorte violence inutilement. Je me refusais de croire puisque dans le même temps, comme tout le monde, je voyais comment fonctionnait la société et c'est ça qui me gênait finalement. J'ai mis du temps à trouver ce qui n'allait pas chez moi : le refus de ne jamais pouvoir pleinement partager ou échanger quelque chose bien à moi avec qui que ce soit.

Parfois, des agressions inévitables me donnaient cette fameuse excuse de "légitime défense", argument des plus stupides quand j'y réfléchis, mais je me faisais un malin plaisir à donner une leçon improvisée de la sorte aux uns ou aux autres chatouilleurs de première. Comme toi, j'en ressentais au fond de moi le droit d'exister, un sentiment de soulagement. Pour un temps trop court cependant. La violence engendre la violence qui s'attire elle-même, y compris et surtout la violence qu'on se fait contre soi-même et à son insu, peu importe les circonstances ou les motifs perso...

Cette violence est intégrée à ce niveau de conviction, ce qui fait que les coups donnés ou reçus finissent par être faussement supportables voire un bienfait, comparé à la gêne ou au mal être que cela engendre par la suite. Effectivement la violence régulière n'est que l'expression de quelque chose de plus profond. Dans certaines situations ou pour certaines personnes une sexualité épanouie peut beaucoup aider mais cela ne résoudra pas le pb de fond. J'entends par épanouie "équilibrée" et non pas débridée puisque Venus attirant Mars et vice-versa, une sexualité à tout va, donc dans les basses vibra, attire obligatoirement la violence.

Si l'expression de ton corps est aussi importante, c'est peut-être aussi parce que tu ne l'écoutes pas assez ou ne peut l'écouter par manque de temps. Mais ce n'est qu'une hypothèse en lisant que tu consacres toute ta vie à tes études vu que je ne te connais pas. Vois si tu peux t'exprimer un peu plus en amont, c'est-à-dire avant que ça pète et si tu constates une diminution de la violence, ce sera déjà ça de gagner avant de trouver le véritable pb qui peut prendre plus de temps que des astuces et parades temporaires mais vraiment diminuantes ou soulageantes au niveau des dégâts. Si tu es parfaite du point de vue des autres, essaies aussi de voir si tu n'es pas avec une méga carapace blindée de bisounours à l'université. Si y'a un effet de soupape quand tu rentres chez toi à cause, peut-être y'a t-il matière à dire "merde" de temps en temps à la Sorbonne. Bien entendu pas au prof qui corrigera ton prochain partiel. Enfin tout ça pour illustrer que les solutions peuvent parfois aussi se trouver là où on ne les attends pas, en attendant de pouvoir avoir l'occasion de se faire aider efficacement.

Energie31
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 132
Date d'inscription : 06/05/2016
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un sentiment de honte: quand l'intelligence côtoie la violence.

Message par MrMerlin le Dim 8 Mai 2016 - 8:13

Bonjour,
As-tu essayé de pratiquer les arts martiaux traditionnels ? Je ne parle pas des sports de combat, mais bien des techniques alliées à une forme de spiritualité, qui enseignent avant tout le contrôle de soi, et permettent aussi de canaliser la violence en milieu clos...

MrMerlin
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 183
Date d'inscription : 09/02/2016
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un sentiment de honte: quand l'intelligence côtoie la violence.

Message par nivuniconnu le Mer 11 Mai 2016 - 21:47

Personnellement, dès qu'une personne me parle d'un mal-être je dis : "PSY!". Je pense que ça aide a résoudre de nombreux problèmes même si comme tu en as fait l'expérience, certains sont mauvais.
Et moi je dis, en réponse à
MrMerlin a écrit:
pourquoi pas les arts martiaux tout court ; taekwondo, boxe...
Je pense que tu devrais aussi t'occuper de ton estime de toi.
La bise, Nivuniconnu

nivuniconnu
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 11
Date d'inscription : 05/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un sentiment de honte: quand l'intelligence côtoie la violence.

Message par ElectricBlue le Jeu 12 Mai 2016 - 8:51

Bonjour Killerz,

cela m'étonne qu'en trois ans de psychothérapie tu n'ai pas encore découvert ce qui provoquait ces accès de colère,ne serait ce qu'une piste...
On ne se met pas en colère "comme ça" juste parce qu'on est un "gros imbécile".
Les gens coléreux de nature je n'y crois pas,il y a toujours une souffrance non gérée derrière.

J'ai aussi ressenti cette honte dont tu parles après certaines colères mais plus que la honte,c'était la souffrance d'avoir fait souffrir qui me torturait.
A chaque fois que j'analysais ces passages, je me rendais de plus en plus compte qu'il s'agissait de l'expression d'une frustration,je me mettais en colère car je n'avais plus aucun autre moyen de "dialoguer" ou tout du moins de dire ce que j'avais à dire d'important.
Bien sûr je me mets toujours en colère mais beaucoup plus ponctuellement et "à propos", c'est à dire que ma réaction est légitime par rapport à une situation donnée.
Rentrer sa colère ne sert à rien à mon avis,si ce n'est à consumer la personne de l'intérieur,ce qu'il faut c'est trouver le ressort qui déclenche la crise et travailler dessus.
Il me semble bien que, vu le problème que cette colère te pose au quotidien,tu devrais retenter d'analyser cette situation avec un psy.
Je ne sais pas si cela est nécessaire de le marquer mais au cas où: tes colères ne signifient pas que tu es une mauvaise personne mais bien au contraire un être sensible,et à la lecture de ton message je ne pense pas que ton problème soit une fatalité:une personne qui expose les choses aussi clairement et avec lucidité ne peut être que proche d'une certaine révélation.

Amicalement Smile

ElectricBlue
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 194
Date d'inscription : 17/07/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un sentiment de honte: quand l'intelligence côtoie la violence.

Message par lopylaon le Jeu 12 Mai 2016 - 14:04

.


Dernière édition par apophecry le Jeu 26 Mai 2016 - 3:32, édité 2 fois

lopylaon
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 6
Date d'inscription : 12/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un sentiment de honte: quand l'intelligence côtoie la violence.

Message par Argos34 le Jeu 12 Mai 2016 - 18:32

A mon humble avis, ce n'est pas l'intelligence qui côtoie chez toi la violence, mais un mal-être plus général.

Aborder le problème sous l'angle spécifique de la douance risque fort d'être une mauvaise piste.

Argos34
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 210
Date d'inscription : 07/02/2016
Age : 52
Localisation : Montpellier

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un sentiment de honte: quand l'intelligence côtoie la violence.

Message par killerz le Jeu 12 Mai 2016 - 18:59

blue-tsoup' a écrit:Bonjour Killerz,
cela m'étonne qu'en trois ans de psychothérapie tu n'ai pas encore découvert ce qui provoquait ces accès de colère,ne serait ce qu'une piste...
On ne se met pas en colère "comme ça" juste parce qu'on est un "gros imbécile".
Les gens coléreux de nature je n'y crois pas,il y a toujours une souffrance non gérée derrière.

Alors oui bien évidemment en 3 ans j'ai énormément creusé le problème, je me suis même plongé corps et âme dans les livres de psychanalyse pour essayer d'avancer plus vite par moi même en parallèle.

Donc je sais que mes crises de violence sont en général du a une grande intolérance à la frustration que la frustration viennent d'autrui ou de moi même. Par exemple j'ai déjà pété des câbles en me frappant quand mon mémoire universitaire ne me convenait pas. Je suis violente quand je me sens incomprise ou ignorée. Bref toujours la frustration l'impression d'un manque de reconnaissance ou de ne pas être à la hauteur.

Peut être est ce du à ma structure familial, parents divorcés mère autoritaire et père dépressif et qui pour compenser sa soumission face à ma mère piquait de grosse crise de colère contre moi.

Sinon j'ai déjà pensé aux arts martiaux mais il est vrai que je ne me suis jamais lancé je vais y reflechir. J'ai pensé aussi à faire du théâtre je pense que ce serait pas mal pour extérioriser mes émotions différemment.

killerz
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 5
Date d'inscription : 07/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un sentiment de honte: quand l'intelligence côtoie la violence.

Message par Pluie venteuse le Jeu 12 Mai 2016 - 20:25

A travers ce message, je ne perçois pas une personne violente, je ne perçois pas non plus une personne ignorante, ni une personne bête ou insouciante du bien de l’autre, je ne perçois pas cela, et ce n’est probablement pas ce que tu es.
Je pense que tu es une personne avec suffisamment de bonté et d’altruisme pour poster ce message, une personne qui se rend compte qu’être violent peut blesser son entourage et surtout qui essaie de lutter contre ça. D’ailleurs tu sembles avoir progressé : tu es moins violente avec ton nouveau copain qu’avec ton ancien, toi-même tu l’as dit !!
Les actes ne définissent pas une personne selon moi, et les pensées non plus. Je suis ce que je suis et tu es ce que tu es.

La philosophie, je trouve que c’est une discipline extrêmement intéressante qui peut considérablement enrichir la vision du monde d'un individu (j’ai longtemps pensé poursuivre cette voie), seulement je ne pense pas que la philosophie détienne la vérité absolue sur tout : les philosophes sont d’excellents penseurs et analystes, leurs paroles peuvent être plus ou moins sages et ils ne sont d'ailleurs pas toujours d’accord : ce ne sont pas des Dieux.
Alors n’écoute pas Platon, écoute toi toi-même : penses-tu, TOI, être violente par ignorance ?? N’essaie pas de répondre à cette question spontanément, considère-là juste d’abord : c’est toujours plus agréable et efficace, puis ce n’est pas le sujet d’une dissertation, et tu as bien plus de 6h.
N’essaye pas de résoudre tes propres problèmes en te basant sur des textes philosophiques, mais plutôt sur tes propres textes, et surtout ton ressenti.

Je vais te dire ce que je vois : une personne qui se cherche, qui cherche son identité et essaye de se définir, de mettre des mots sur sa personne… Et dit-moi, quoi de plus normal à ça ??

Alors je vais te proposer un truc : n’essaye pas à tout prix de comprendre l’origine de ta violence, n’essaye pas d’en déduire quelque chose te concernant, mais surtout, n’essaye pas de lutter contre cette violence : accepte-la d’abord, avec sagesse et tolérance, et tu verras que tu n’auras même plus besoin de lutter… ;-)
Soit en paix avec toi-même et tu seras en paix avec le monde, mais il faut d'abord que tu y crois.  

Bon courage killerz !! ^^


Dernière édition par Pluie venteuse le Jeu 12 Mai 2016 - 21:41, édité 1 fois

Pluie venteuse
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 51
Date d'inscription : 13/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un sentiment de honte: quand l'intelligence côtoie la violence.

Message par killerz le Jeu 12 Mai 2016 - 20:30

Merci à tous pour vos réponses qui me permettent de me poser les bonnes questions et de reprendre confiance Smile

killerz
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 5
Date d'inscription : 07/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un sentiment de honte: quand l'intelligence côtoie la violence.

Message par Pluie venteuse le Jeu 12 Mai 2016 - 21:40

Au plaisir !! ^^

Pluie venteuse
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 51
Date d'inscription : 13/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un sentiment de honte: quand l'intelligence côtoie la violence.

Message par lola12 le Ven 3 Juin 2016 - 1:40

Je rejoins la piste des arts martiaux traditionnels, mais aussi du yoga(traditionnel, pas de truc à la mode). Par rapport au fait que tu dises que ça a besoin de s'exprimer par le corps. Par ailleurs ça vaut le coup de lire Dhammapada: le Bouddha parle beaucoup des lien entre corps, sens, réception des informations, ressenti et compréhension.

As-tu essayé la sophrologie? Ou bien le Pranayama (pour simplifier, le yoga du souffle).

lola12
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 6
Date d'inscription : 14/08/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un sentiment de honte: quand l'intelligence côtoie la violence.

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 9:34


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum