Chefs-d’œuvre et objets d’art

Aller en bas

Chefs-d’œuvre et objets d’art

Message par offset le Lun 4 Avr 2016 - 10:33


Le secrétaire à cylindre de Louis XV





"Le secrétaire à cylindre de Louis XV, plus connu sous le nom de bureau du Roi, est un bureau cylindre richement ornementé fabriqué pour Louis XV dans les années 1760. Commencé par Oeben et achevé par Riesener, tous deux ébénistes
du Roi, ce bureau est une des plus célèbres réalisations de l'histoire du mobilier français. Il se trouve dans le cabinet intérieur, une des pièces du Petit appartement du Roi au château de Versailles."



"Le côté gauche avec «les attributs de la Marine, au-dessous de chacun desquels est le chiffre du Roy orné à gauche de coquilles, coraux et perles et, à droite, de bleds, raisins et autres fruits ». Le « chiffre du Roy » fut remplacé en 1794 par une plaque de porcelaine. On aperçoit sous l'ancre de marine, la trappe pour passer les recharges de papier et d'encre."





"Le côté droit, avec au centre la plaque de porcelaine qui, comme sur le côté gauche, a remplacé les L royaux entrelacés. Au-dessus à gauche, on devine la petite trappe rectangulaire pour glisser les recharges d'encre et de papier."


https://fr.wikipedia.org/wiki/Bureau_du_Roi
avatar
offset

Messages : 7524
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chefs-d’œuvre et objets d’art

Message par offset le Mar 5 Avr 2016 - 8:58

Le « serre-bijoux » de Marie Antoinette






"Marie-Antoinette adorait les bijoux. Elle commanda, à la fin des années 1780, à l'ébéniste Ferdinand Schwerdfeger et au bronzier Thomire, un somptueux serre-bijoux : c'est-à-dire un meuble pour ranger tous ses bijoux.
Haut de 2,63 mètres et large de deux mètres, c'est un des meubles les plus fastueux de toute l'histoire du mobilier. Il est inspiré par des motifs de l'Antiquité qu'on redécouvre au temps de Marie-Antoinette."
avatar
offset

Messages : 7524
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chefs-d’œuvre et objets d’art

Message par offset le Ven 8 Avr 2016 - 8:03


L'APPARTEMENT DE LA REINE


"Donnant sur le parterre du Midi, le Grand Appartement de la Reine est symétrique du Grand Appartement du Roi. Mais, contrairement au souverain qui, dès le règne de Louis XIV, délaissa son Grand Appartement, la reine continua d’occuper le sien, ce qui explique que le décor en fut plusieurs fois modifié au cours du XVIIIe siècle."

LA CHAMBRE DE LA REINE






"La chambre est la pièce principale de l’appartement, celle où la reine se tenait le plus souvent. Elle y dormait, souvent rejointe par le roi. Le matin, elle y recevait durant et après sa Toilette qui constituait un moment de cour aussi réglementé par l’étiquette que le Lever du roi. C’est là encore qu’avaient lieu les accouchements en public : dix-neuf « Enfants de France » y sont nés. Le décor conserve le souvenir des trois reines qui ont occupé la pièce : le compartimentage du plafond remonte à la reine Marie-Thérèse, mais les peintures en grisaille par Boucher ont été réalisées pour Marie Leszczinska, ainsi d’ailleurs que les boiseries. Tous ces éléments ont été conservés du temps de Marie-Antoinette pour laquelle seuls le mobilier et la cheminée ont été livrés de neuf.

Lors de l’invasion du château par les émeutiers le 6 octobre 1789, Marie-Antoinette parvint à leur échapper par la petite porte gauche de l’alcôve ouvrant sur un corridor donnant accès aux cabinets intérieurs de la Reine, une douzaine de petites pièces réservées à sa vie privée et à son service. À la Révolution, le château ne fut pas pillé, mais ses meubles furent dispersés lors de ventes aux enchères qui durèrent une année entière. Certains ont pu être retrouvés, comme le serre-bijoux de Schwerdfeger qui se trouve à gauche du lit, ou comme l’écran de cheminée ; d’autres ont été remplacés par des pièces équivalentes : tel est le cas des sièges livrés en partie pour la comtesse de Provence, belle-sœur de la reine, et en partie pour la visite du roi de Suède Gustave III. Quant aux étoffes qui tendent le lit et les murs, elles ont été retissées à Lyon d’après les cartons originaux conservés. Le lit et la balustrade ont été resculptés d’après des documents anciens."


L'antichambre du Grand Couvert





"L'antichambre du Grand Couvert  est une des pièces du Grand Appartement de la Reine dans le château de Versailles, château français situé dans les Yvelines, en Île-de-France. La salle est située entre le salon des Nobleset la salle des Gardes et faisait office de première antichambre de l'appartement.

Histoire


Initialement salle des Gardes de la reine Marie-Thérèse, elle devint la première antichambre de l'appartement de la reine, dite antichambre du Grand Couvert car elle était utilisée par le roi et la reine pour leur souper en public1. Louis XIV y soupe tous les soirs avec la reine et la famille royale. Après la mort de la reine Marie-Thérèse en 1683, l'appartement de la souveraine est attribué à la Dauphine, Marie Anne Victoire de Bavière et le roi continue de venir souper chez sa belle-fille. Après la mort de celle-ci en 1690, Louis XIV préfère désormais souper dans son propre appartement, dans sa première antichambre. Du temps de Louis XV, la cérémonie du Grand Couvert revient de nouveau dans l'appartement de la reine. À la fin de l'Ancien Régime, Louis XVI et Marie-Antoinette ne soupent plus au Grand Couvert que les dimanches."




Source :

http://www.chateauversailles.fr/decouvrir-domaine/chateau/le-chateau/grand-appartement-de-la-reine
https://fr.wikipedia.org/wiki/Grand_Appartement_de_la_Reine
avatar
offset

Messages : 7524
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chefs-d’œuvre et objets d’art

Message par Invité le Ven 8 Avr 2016 - 8:42

Merci "offset" pour ce superbe partage ; j'apprécie beaucoup l'Histoire et l'Art !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chefs-d’œuvre et objets d’art

Message par Corsaire le Ven 8 Avr 2016 - 9:57

Merci beaucoup Offset pour ce partage.

Je m'en permets un à mon tour, qui reste dans l'univers de Versailles qui est l'un de mes endroits préférés sur la planète :

La pendule astronomique de Passemant (XVIIIe s.)

"La pendule astronomique de Passemant est une horloge astronomique conçue par l'horloger Claude-Siméon Passemant au 18ème siècle et exposée au château de Versailles", dans le cabinet de la Pendule, une salle du Petit appartement du roi.



"La pendule indique la date, l'heure réelle, l'heure moyenne et les phases de la lune", et le globe en cristal au sommet représente "en temps réel les positions des planètes suivant le système héliocentrique de Copernic. Le globe de la terre est placé au milieu des rochers et de chutes d’eau qui lui servent d’horizon."

"Le mécanisme de la pendule est abrité dans un coffre en bronze doré de style rocaille. Le coffre repose sur un socle de quatre pieds galbés de forme contournée ayant une forme de pattes animales (pieds de biche). Sur les deux cotés on lit cette inscription répétée : les bronzes sont composés et exécutés par Caffieri. L'ensemble mesure 2,26 m de haut."



Le mécanisme de la pendule a été conçu par Claude-Siméon Passemant, puis l'horloger Louis Dauthiau a passé une douzaine d'années à le réaliser. Son fonctionnement est prévu pour aller jusqu'en l’année 9999. La pendule est présentée devant l'Académie royale des sciences le 23 août 1749. Le 7 septembre 1750, elle est présentée par le duc de Chaulnes à Choisy au roi de France, Louis XV, qui en fait l'acquisition. Le coffret rocaille protégeant le mécanisme est réalisé par les sculpteurs et bronziers Jean-Jacques et Philippe Caffieri en 1753.

En janvier 1754, la pendule prend place parmi les cadrans astronomiques du cabinet des pendules du château de Versailles.

Pour la première fois dans l'histoire de la France, elle servit pour fixer l'heure officielle du royaume.

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pendule_astronomique_de_Passemant
avatar
Corsaire

Messages : 330
Date d'inscription : 31/01/2012
Age : 31
Localisation : Saint-Malo & Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chefs-d’œuvre et objets d’art

Message par Blossac le Ven 8 Avr 2016 - 18:31

En ce moment au Musée des Arts Décoratifs :exposition exceptionnelle d'un gilet personnel de Louis XVI ! En soie brodée et rebrodée.

Merci Offset pour le secrétaire de Louis XV. Il est tellement beau! Je frissonne devant une telle perfection. Ce travail et ce goût: époustouflant!
Versailles c'est le paradis. A chaque fois un émerveillement. Merci à tous ces grands noms pour l'intense plaisir qu'ils me procurent. Charles Lebrun, Rose Bertin, Madame de Sévigné, Monsieur, Mesdames, La grande Mademoiselle, Mme de Pompadour...
avatar
Blossac

Messages : 815
Date d'inscription : 09/11/2014
Age : 42
Localisation : Rennes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chefs-d’œuvre et objets d’art

Message par offset le Sam 16 Avr 2016 - 16:36

Merci:


Un grand merci à vous pour avoir enrichi ce fil

Courbette








La Madone d’Orléans


La Madone d'Orléans, est un tableau peint par Raphaël vers 1506-1507. Il doit son nom au fait qu'il a longtemps été conservé par la maison d'Orléans après son acquisition par Philippe d'Orléans. Il est actuellement conservé au Musée Condé.





https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Madone_d%27Orl%C3%A9ans
avatar
offset

Messages : 7524
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chefs-d’œuvre et objets d’art

Message par Blossac le Lun 25 Avr 2016 - 20:25

A noter que le Musée Condé est l'oeuvre du Duc D'Aumale(Henri d'Orléans) au Château de Chantilly reconstruit par lui même en hommage aux Princes de Condé. Chantilly est l'ancienne demeure de la maison Montmorency.


La statue équestre est celle du Connétable Anne de Montmorency.
avatar
Blossac

Messages : 815
Date d'inscription : 09/11/2014
Age : 42
Localisation : Rennes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chefs-d’œuvre et objets d’art

Message par Blossac le Lun 25 Avr 2016 - 20:47


La Toison d'or de Louis XV.
On peut y voir le mythique Diamant Bleu de la couronne acheté par LouisXIV après qu'il fut initié à la gemmologie par Mazarin.
Le diamant avait une taille exceptionnelle. 72 facettes, une double symétrie impaire et une pureté absolue.
Le diamant fut volé en 1792 lors du sac de l'Hôtel du garde meuble.
Il réapparait 20 ans après en Angleterre, retaillé et plus petit malheureusement. Il deviendra le Diamant Hope exposé à New York. On dit qu'il porte malheur du fait des morts tragiques de ses propriétaires successifs.

Le Diamant Hope tel qu'on peut l'admirer aujourd'hui
avatar
Blossac

Messages : 815
Date d'inscription : 09/11/2014
Age : 42
Localisation : Rennes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chefs-d’œuvre et objets d’art

Message par Blossac le Mer 11 Mai 2016 - 20:26


Le collier de Marie Antoinette.
Célèbre car invendable du fait de son prix astronomique,  il fut proposé à la reine sans succès. La France devait à l'époque construire un navire de guerre et la reine pensa justement que l'argent dépensé serait plus utile à la marine.
Ayant eu vent de cette proposition et de la présence des joaillers à Versailles, une intriguante du nom de Comtesse de la Motte réussira à approcher le cardinal de Rohan en se faisant passer pour Marie Antoinette.  Le cardinal avait alors le désir de plaire à la reine et voulait le  lui offrir.
La comtesse se fit remettre le collier pour le compte du cardinal par les joalliers et il fut vendu par ses complices pierre par pierre.  
Les créanciers ne furent pas payés bien entendu,  Rohan ayant été dupé.
Cette affaire fit grand bruit du fait de l'implication des plus hauts personnages de France. Rohan ne pouvait être condamné car de très haute lignée (Issu des rois de Bretagne) et cette sombre histoire se retourna contre "Madame déficit " (Nom donné à Marie Antoinette dans les pamphlets) pourtant innocente.
L'affaire du collier était née et deviendra légendaire.
Cette mésaventure alimentera, à tort, la haine du peuple contre la souveraine.

Il n'en reste pas moins que ce collier de diamants était d'une beauté extravagante et d'une richesse inouïe.
avatar
Blossac

Messages : 815
Date d'inscription : 09/11/2014
Age : 42
Localisation : Rennes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chefs-d’œuvre et objets d’art

Message par offset le Lun 16 Mai 2016 - 9:38


Pendule Lyre - Louis XVI






"Le cadran annulaire émaillé, signé « Breant à Paris », dévoile le mouvement et indique les heures en chiffres romains, les minutes en chiffres arabes et les quantièmes du mois en rouge, avec une paire d’aiguilles fleur-de-lis en bronze doré pour les heures et minutes et une trotteuse en acier bleui pour les secondes. Il est inscrit dans une caisse en marbre blanc statuaire en forme de lyre superbement décorée de motifs en bronze très finement ciselé et doré réalisés dans le goût de l’Orient : croissants de lune, arbustes à plumets, draperies tombantes sur le socle et tournoyantes sur les côtés, frises découpées de motifs stylisés, grelots ou clochettes de différentes formes, éléments de passementerie, frises torsadées ou d’enfilage de perles. L’amortissement est décoré d’une belle figure féminine vêtue et coiffée à l’orientale assise sur un coussin et tenant une ombrelle au-dessus de sa tête."

http://www.lapendulerie.com/Lyre-Clock-DesktopDefault.aspx?tabid=6&tabindex=5&objectid=585802&lg=fr
avatar
offset

Messages : 7524
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chefs-d’œuvre et objets d’art

Message par offset le Sam 28 Mai 2016 - 8:25


Salière de Cellini













"La salière de Cellini (appelée la Saliera à Vienne, d'après le mot italien pour salière) est une pièce d'orfèvrerie de style maniériste en or massif reposant sur une base d'ébène ornée d'un décor en émail, exécutée entre1539 et 1543 par   le sculpteur Benvenuto Cellini pour le roi François Ier. Elle a été surnommée la « Mona Lisa des sculptures », en référence à la Joconde.


Description


Les salières étaient un ornement destiné aux tables des riches pour contenir le sel, précieux condiment. Celle de Cellini est montée sur un bloc d’ébène de forme ovale. Deux figures sculptées en or s'y font face. D'un côté, assise sur un animal allégorique, la Terre, figurée par Cybèle entièrement nue, appuie sa main gauche sur son sein comme pour en faire jaillir le lait1. Sa main gauche repose sur un temple, destiné à recevoir le poivre. De l'autre, Neptune, dieu de la mer, lui fait face. Il est porté par des chevaux de mer à la crinière d’or, conformément à la mythologie. Il tient un trident auprès d’une barque, conçue pour recevoir le sel. Le socle lui-même est décoré de figures émaillées. Elles symbolisent les quatre saisons, sous la forme des vents dominants, et les quatre étapes d’une journée : l’aurore, le jour, le crépuscule et la nuit. Les positions des figures sont également chargées d'évocations symboliques. La courbe des jambes de Cybèle fait allusion aux montagnes et aux plaines. Les jambes de Cybèle et de Neptune s'entrecroisent, allusion au mélange de la terre et de la mer d'où naît le sel. Quatre petites boules d’ivoire sont encastrées sous le socle pour faire rouler la salière sur la table. Elle mesure 26 centimètres de haut pour 33,5 de long."

https://fr.wikipedia.org/wiki/Sali%C3%A8re_de_Cellini
avatar
offset

Messages : 7524
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chefs-d’œuvre et objets d’art

Message par offset le Dim 24 Juil 2016 - 17:51



Le bassin dit Baptistère de Saint Louis



"Le « baptistère de Saint Louis » est l’un des plus grands chefs d’œuvre de l’art islamique. Il constitue une énigme : aucune inscription sur cet objet incontestablement princier n’indique le nom de son destinataire.
Le surnom du bassin n’apparaît pas avant la seconde moitié du 18e siècle. Il suggère que l’objet fut rapporté en France par Louis IX, mais lorsque celui-ci mourut en 1270 le bassin n’existait pas encore.

Ce dernier a servi au baptême des enfants de France, en particulier à celui de Louis XIII à Fontainebleau en 1601. En 1856, le bassin sort du Louvre et sert une ultime fois pour le baptême, à Notre Dame de Paris, du prince impérial Napoléon-Eugène, fils de Napoléon III. Deux écus sur le rebord intérieur, aux armes de France, ont été ajoutés au 19e siècle.

L’iconographie apparaît comme une représentation du pouvoir mamluk : souverains en trône flanqués de deux émirs symboles de l’État, le porte-écritoire et le porteur d’arme ; procession d’émirs portant des armes ou d’autres emblèmes de charge ; cavaliers qui semblent représenter les exercices militaires et les joutes violentes, souvent mortelles, qui avaient lieu sur l’hippodrome en présence du sultan.

Huit blasons scandent les frises animalières qui bordent la composition externe. On distingue des fleurs de lys qui ont été ajoutées après l’achèvement du décor. Elles recouvrent des blasons sous-jacents : un lion rampant, à l’origine peut-être incrusté d’or sur fond de cuivre rouge. Ce meuble alterne avec un second en forme de « clef » qui était aussi incrusté d’or. Le lion rampant évoque le blason de la famille des Lusignan à Chypre, qui possédait des métaux produits en terres mamloukes : un bassin au nom de Hugues IV (MAO 101) et un plateau (MAO 1227) sont tous deux conservés au Louvre. Les armes de France, à l’intérieur du bassin, dissimulent des écus vides, dont la forme est similaire à ceux du bassin d’Hugues IV. Ils étaient probablement destinés à recevoir les armes du destinataire du bassin".

http://www.louvre.fr/oeuvre-notices/bassin-dit-baptistere-de-saint-louis
avatar
offset

Messages : 7524
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chefs-d’œuvre et objets d’art

Message par offset le Sam 14 Jan 2017 - 10:25


Œuf aux douze monogrammes


Réalisé en 1896 par Pierre-Karl Fabergé

Offert par le Tsar Nicolas II à sa mère, l'impératrice Maria Fedorovna


avatar
offset

Messages : 7524
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chefs-d’œuvre et objets d’art

Message par offset le Dim 12 Mar 2017 - 17:23

Berceau du prince impérial Louis-Napoléon (1856-1879)



Victor Baltard
Musée Carnavalet - Histoire de Paris
Bois de rose, vermeil, argent, émaux, bronze doré
Hauteur : 214 cm Longueur : 159 cm Largueur : 65 cm


Inspiré du berceau du roi de Rome (Hofburg, Vienne), ce berceau d'apparat a été offert par la Ville de Paris à Napoléon III et l'impératrice Eugénie à l'occasion
de la naissance du prince impérial Eugène-Louis-Joseph (1856-1874).


http://www.carnavalet.paris.fr/fr/collections/berceau-du-prince-imperial-louis-napoleon-1856-1879
avatar
offset

Messages : 7524
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum