news lifes :)

Page 4 sur 44 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 24 ... 44  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Lun 21 Mar 2016 - 17:05




Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Lun 21 Mar 2016 - 17:38



Version simple et accélérée quand tu peux et sinon tu rajoutes tous les détails. Et tu appelles ça la norme : ça fera plaisir à tout plein de monde  cat tongue Razz

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par jolindien le Lun 21 Mar 2016 - 17:54

j'ai construit une (la mienne) maison de A à Z
pas si con pour un prof

jolindien
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 936
Date d'inscription : 05/07/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Lun 21 Mar 2016 - 18:02

jolindien a écrit: j'ai construit une (la mienne) maison de A à Z
pas si con pour un prof

Qui l'a dit ?  Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par jolindien le Lun 21 Mar 2016 - 18:10

je suis un mec, cet attribut je ne devrais pas l'avoir!

jolindien
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 936
Date d'inscription : 05/07/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Lun 21 Mar 2016 - 18:43

jolindien a écrit:je suis un mec, cet attribut je ne devrais pas l'avoir!

Épithète que si ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Lun 21 Mar 2016 - 19:59

Allez hop demain c'est chez le toubib :"alors qu'est ce qu'on fait ? avec tout "ça", M'sieur ?
Et j'ai un train pour le 12 avril Smile ouf. Bon levée 5h mais mais mais.
J'ai remis mon cerveau à l'endroit après qu'on me l'ait retourné, rien que l'idée qu'on me le retourne encore, ça me donne le tournis Smile mais moi je ne tourne plus. Le monde tournait autour de moi, c'était très bien comme ça, je ne vois pas pourquoi il a fallu tout bougé pour avancer en arrière.
Univers gauche et Univers droit, 
C'est très bien comme classement et pas de mélange des dossiers.
Ou alors je dis rien à personne, je trouve un rideau à fleurs ? personne ne le sait, mais le rideau à fleurs ça reste tendance, il y en a partout.
J'ai croisé "Monsieur Chapeau", il pète la forme, j'adore. 
Incroyable, des progrès faramineux Smile 
Il a trouvé le "mode" "Ranapèterdeszotes". Du baume pour mon  I love you
Et la personne dont je disais : mais c'est pas grave, moi aussi j'ai mes petits cotés : "Terminator" prend des cours pour devenir architecte .... On en a discuté du coup Smile et hop encore du Baume au Coeur Smile.

Le prochain/la prochaine qui touche à mes rails, je le mords longuement au niveau du lobe de l'oreille droite et que mort s'ensuive. D'abord Smile.
Donc je n'ai pas besoin de réfléchir au diagnostic que je dois faire en allant chez mon médecin avec les symptômes et tout et en me demandant si je dois rentrer dans la salle d'attente de crainte d'attraper des microbes..... toussa toussa toussa.
Le 12 ça sera pareil. Ah ben oui en le disant, je peux peut être découper le rendez vous, une partie "dossier en cours" et mettre en route la partie "du mois de mai ?", c'était peut être un appel du pied.....y'a pas de petites économies du temps quand on n'en a perdu autant.
Et en revenant de la Madeleine, je vais peut être me faire un reportage photo dans Lille
 : "là c'est où t'étais con Smile",
"là c'est où t'aurais pas du gagner au baby  Razz", 
"là c'est quand t'as fait rire tout le monde en disant : 
y'a pas moyen de supprimer des bouts de Lille ? y'en a des qui me gênent avec des mauvais souvenirs, un petit classement là vite fait ? 
allez ça va prendre deux secondes, on va passer par la Mairie, on pense le plan, ils valident, les bons à gauche, les mauvais à droite" et hop.
Ben oui j'ai bien tenté de faire déplacer La Madeleine à coté de chez moi, ils ne veulent pas Smile Pourtant ça ferait gagner du temps à tout le monde, c'est mal organisé tout ça, et en plus je dois me lever tôt. J'en ai déjà marre en avance Smile Bon allez courage, y'a un sacré paquet de street art à voir au départ.
Et pour chez ma banquière du coup c'est pareil. Plus besoin d'arriver avec mes tableaux Excel sur 15 ans tout beau avec des couleurs et les variables avec, c'est pour ça que mon conseiller d'avant il me disait : 
ben vous m'avez rien laissé ? 
du coup il a eu l'air bizarre quand je lui ai laissé une sucette  Razz J'aurai du trouver ça bizarre sur le coup.
Allez Lundi, spaghetti. 
Donc si je ne suis pas d'accord, je dis d'accord et j'écoute. Sinon je peux dire un truc qui peut changer le truc (on ne sait pas) et du coup je saurais pas les trucs que moi je veux savoir. et pour les trucs à dire ça sera après, ou pendant mais en mode classé (deux rendez vous dans le rendez vous : tout le monde fait ça ? je plaisante pas c'est space tous les trucs que je crois que tout le monde il les fait).
Avec tout ça j'ai au moins un vaccin en retard et plein d'autres trucs. Non non c'était pas déroutant du tout. Maintenant je peux faire entrer d'autres trucs. Sinon ça m'aurait tout effacé ? ben oui on ne sait pas.
Donc ça doit être pour ça que j'ai rempli partout ici, je me suis crue au bureau avec mon pc et mon tableau Excel.
Si t'as des raccourcis tu me le dis hein ? j'avais pas encore regardé les 6 Harry Potter, maintenant ils ont sorti le 7, c'est malin hein Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Lun 21 Mar 2016 - 20:13

Je suis synchro, c'est un miracle Smile 

Quand je te dis que ce forum, il est bien, il est bien Smile

21 mars 2016 - 20H11

21 mars 2017 - 20h11

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Lun 21 Mar 2016 - 22:35

[size=30]Travail : cultiver son intelligence émotionnelle
[size=12]Notre réussite professionnelle dépend moins de notre QI ou de nos diplômes que de notre savoir-faire émotionnel, affirme le psychologue américain Daniel Goleman dans son livre [size=12]L'intelligence émotionnelle.
[/size]
Propos recueillis par Isabelle Taubes[/size]

[/size]
© Istock





 
1 / 3
 





" Les règles du travail sont en train de changer. Nous sommes jugés à l’aune d’un nouvel étalon. Il n’y va plus seulement de notre intelligence, de notre formation ou de nos compétences ; désormais, dans l’entreprise, on nous évalue aussi sur la qualité de notre rapport à nous-mêmes et aux autres. […]Quel que soit le domaine dans lequel nous travaillons, nous pouvons désormais énoncer les critères décisifs pour apprécier notre valeur sur le marché et, donc, nos futures opportunités de travail. 
Ces règles ont peu à voir avec ce qu’on nous a appris à l’école. La nouvelle évaluation fait abstraction de la plupart des capacités scolaires. Elle considère comme acquis les aptitudes intellectuelles et le savoir-faire technique requis pour notre travail. En revanche, elle cible les qualités personnelles comme l’initiative et l’empathie, l’adaptabilité et la capacité à convaincre.
Il ne s’agit pas là d’un engouement passager ni de la dernière, et plus ou moins douteuse, panacée de management. Le sérieux de ces critères résulte d’études conduites sur des dizaines de milliers de salariés occupant les postes les plus divers. […] Nous disposons enfin d’une compréhension plus précise de ces talents humains diversement reconnus et nommés depuis des décennies (le “caractère”, la “personnalité” ou, encore, les “compétences douces”…) et d’un nom pour les définir : l’intelligence émotionnelle. "
Ainsi commence l'ouvrage du psychologue américain Daniel Goleman, “l’Intelligence émotionnelle, volume 2”, fruit d’une enquête internationale de trois ans. Dans le premier volume publié – best-seller aux Etats-Unis et en France –, il battait déjà en brèche la pertinence du QI (Quotient intellectuel) comme principal facteur de réussite professionnelle et insistait sur l’importance pour chacun de développer des compétences telles que la conscience et la maîtrise de soi, la motivation, la persévérance, le respect d’autrui, l’aisance sociale… 
Des compétences essentielles pour l’équilibre affectif et l’harmonie relationnelle. Il réitère son message mais davantage ciblé sur le monde du travail. " A une époque où l’emploi est si précaire, et alors que souplesse et adaptabilité définissent de plus en plus la notion même de “travail”, ces qualités sont au premier rang de celles qui sont nécessaires pour trouver, puis conserver un emploi. " Daniel Goleman nous explique pourquoi une tête bien faite vaut mieux qu’une tête bien pleine.

Psychologies : On parle beaucoup des émotions aujourd’hui. Est-ce une mode ou le signe d’un changement profond ?



Daniel Goleman : Il y a un nouvel intérêt pour les émotions, dû aux avancées techniques et à l’explosion des études sur le sujet. Mais c’est aussi un symptôme de notre époque. Les gens sont ballottés par des émotions incontrôlables et sont peut-être aussi perturbés par les changements technologiques (les ordinateurs, Internet, le courrier électronique) et sociaux qui créent une distance et mettent en cause les liens émotionnels traditionnels.

A quoi sert l’intelligence émotionnelle ?



Je m’efforce surtout de promouvoir des outils pour exprimer les émotions de façon appropriée, d’une manière qui nous rende plus intelligents sur le plan humain, social. Le cerveau possède un système de régulation des émotions, l’amygdale, petite structure du cerveau limbique (le cerveau émotionnel). C’est elle qui détermine le bon usage des émotions. Par exemple, elle fait de nous des individus à l’écoute ou non, capables ou non de faire face aux désaccords avec les autres. Une amygdale très sensible nous rend hyperémotifs. Il existe un art d’utiliser ses émotions, c’est cela l’intelligence émotionnelle. Il convient de rendre les émotions intelligentes en agissant intelligemment face à elles.


Ne croyez-vous pas que cette forme d’intelligence puisse être utilisée comme outil de sélection, de la même façon que le QI ?

Il peut y avoir danger à mal utiliser l’intelligence émotionnelle, comme nous avons mal utilisé le QI : en collant des étiquettes aux gens. En décidant de leur valeur, à partir de leurs résultats aux tests. J’ignore si c’est le cas en France mais aux Etats-Unis ou au Japon, la situation est atterrante. Dès leur plus jeune âge, les enfants japonais sont soumis à des tests dont les résultats déterminent le reste de leur vie. La pression est telle que certains se suicident. Or le QI prédit peut-être 10 à 20 % du succès professionnel. Il est donc absurde d’être obnubilé par ce test. En fait, essayer de mesurer, avec un équivalent du QI, les capacités si subtiles qui définissent l’intelligence émotionnelle est un non-sens, parce que les gens ne répondront pas forcément la vérité et qu’on est rarement objectif pour se décrire soi-même. De plus, un score final est supposé apporter une mesure précise. Or les cinq compétences de base selon lesquelles l’intelligence émotionnelle s’exprime – la conscience de soi, la maîtrise des émotions, la motivation, l’empathie et la capacité à entrer en relation – ne se recoupent pas nécessairement : on peut être très doué pour l’empathie et éprouver des difficultés à dominer ses colères. Un autre danger serait de croire que le résultat d’un éventuel test de QE (Quotient émotionnel) serait définitif. Ce n’est déjà pas le cas avec le QI et l’est encore moins avec l’intelligence émotionnelle qui se perfectionne à tout âge pour peu qu’on soit vraiment motivé.


N’oubliez-vous pas qu’une part importante de la psyché est inconsciente, inaccessible ?








Il est vrai que l’inconscient nous coupe des causes profondes de nos manifestations émotionnelles. C’est pour cela que j’accorde une place si essentielle à la conscience de soi que l’on acquiert par l’introspection. Il faut prendre ainsi conscience des raisons, des circonstances qui nous empêchent, par exemple, de parler devant un groupe ou qui nous poussent à nous mettre en colère. Ces réactions inappropriées sont déclenchées par des conflits refoulés. Nous devons accéder à ces étages du psychisme habités ordinairement par notre inconscient.


Cinq compétences à développer








Les dernières recherches en psychologie et en neurobiologie prouvent que nous sommes tous capables d’améliorer notre intelligence émotionnelle. Voici les cinq compétences élémentaires et essentielles dans la vie professionnelle, telles que les définit Daniel Goleman dans son livre. Extrait.

1) La conscience de soi : être toujours conscient de ses sentiments et utiliser ses penchants instinctifs pour orienter ses décisions. S’évaluer soi-même avec réalisme et posséder une solide confiance en soi.

2) La maîtrise de soi : gérer ses émotions de façon qu’elles facilitent son travail au lieu d’interférer avec lui. Etre consciencieux et savoir différer une récompense dans la poursuite d’un objectif. Récupérer rapidement d’une perturbation émotionnelle.

3) La motivation : utiliser ses envies les plus profondes comme une boussole qui guide vers ses objectifs, aide à prendre des initiatives, à optimiser son efficacité et à persévérer malgré déconvenues et frustrations.

4) L’empathie : être à l’unisson des sentiments d’autrui, être capable d’adopter leur point de vue et entretenir des rapports harmonieux avec une grande variété de gens.

5) Les aptitudes humaines : bien maîtriser ses émotions dans ses relations avec autrui, et déchiffrer avec acuité les situations et les réseaux humains. Réagir avec tact. Utiliser ces aptitudes pour persuader, guider, négocier et régler les différends, pour coopérer et animer des équipes.
 


[size=30]Travail : cultiver son intelligence émotionnelle[/size]

 
3 / 3
 
L’empathie au service de l’entreprise

"L’empathie devient un élément important de la recherche du développement d’un produit. Les chercheurs observent la façon dont les clients l’utilisent à la maison ou au travail, à peu près comme un anthropologue pourrait observer une autre culture. Ce coup de sonde dans le monde du consommateur offre une meilleure compréhension de ses besoins que les classiques études de marché. L’exploration intime de la vie d’un consommateur […] est un puissant gage d’innovation pour une marque. 



Quand Kimberley-Clark a demandé à des enquêteurs d’observer la façon dont les parents et leurs enfants utilisaient les couches, ils ont découvert que ces enfants avaient besoin de couches qui évoquent des vêtements de “grands”. Cette découverte a conduit à la création des “Huggies Up & Go”, des couches que les enfants peuvent enfiler eux-mêmes. Cette invention a accru le chiffre d’affaires de Kimberley-Clark de 380 millions d’euros avant que les concurrents aient eu le temps de réagir. " 

Extrait de L’Intelligence émotionnelle” (tome 2, J'ai Lu).

Voilà, c'est fou ce que le monde avance pendant que des gens reculent.. Bref.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Lun 21 Mar 2016 - 22:39

[size=30]L'impatience est aussi une qualité
[size=12]L'impatience, marque de fabrique de notre époque, n’a pas bonne presse. À juste titre. Pourtant, bien utilisée, c’est un trésor d’énergie, affirme la psychiatre Stéphanie Hahusseau.

Flavia Mazelin-Salvi

[/size][/size]
© iStock





 
1 / 2
 






Sommaire









  • L'impatience nous rend impulsifs...
  • ... mais elle peut aussi être un moteur
  • L'impatience fait de nous des zappeurs
  • ... mais elle peut aussi garder notre curiosité en éveil
  • L'impatience nous rend distraits...
  • ... mais elle peut aussi nous faire devenir plus créatifs
  • L'impatience nous rend malades...
  • ... mais elle peut aussi garder notre esprit jeune
  • L'impatience nous rend grossiers...
  • ... mais elle peut aussi nous aider à poser des limites








Dissipons tout malentendu : ralentir et prendre son temps sont deux conditions indispensables pour être présent à soi et vivre pleinement sa vie. A contrario, être dans la dispersion et la précipitation est la meilleure façon de passer à côté de soi et de ce que l’existence offre de meilleur. D’où, dans les ouvrages de développement personnel, les invitations à s’en débarrasser.
À Psychologies, nous en sommes également convaincus : l’impatience n’est pas notre meilleure amie. Ses méfaits sont réels. Elle sape notre persévérance, nous rend irascibles, est source de stress et d’inconfort relationnel. Mais pas seulement, selon Stéphanie Hahusseau. Elle est aussi une énergie, un élan, un moteur qui nous pousse hors de notre zone de confort, du ronron de nos habitudes et de la résignation. À condition de pouvoir distinguer celle qui fait de nous des râleurs et des zappeurs de celle qui nous donne des idées et des ailes.


L'impatience nous rend impulsifs...



L’impulsivité née de l’impatience peut être provoquée par la difficulté à s’opposer de manière constructive, à oser le conflit, à affirmer ses besoins, à réguler ses émotions, à élaborer un projet sur la durée ou encore à gérer sa frustration. Elle est en général nourrie et déclenchée par la colère ou par un sentiment d’impuissance.


... mais elle peut aussi être un moteur



L’impatience positive est une réponse au sentiment frustrant de faire du surplace. Elle exprime le besoin d’aller de l’avant, de mettre fin à une situation qui génère de la souffrance. Elle est l’expression d’un désir qui est le point de départ d’un nouveau cycle. Derrière la colère ou la frustration, il y a de l’énergie mise au service du changement positif. Cette bonne impatience est de l’ordre du ressenti : le bouillonnement intérieur est lié à l’envie que les bonnes choses arrivent enfin. On a hâte de (re)devenir l’acteur joyeux et inspiré de sa vie.
La question qui fait la différence : ai-je simplement envie de passer à l’action très vite pour me soulager d’un inconfort ou d’une souffrance, ou bien ai-je hâte d’investir mon énergie ailleurs et autrement ?


L'impatience fait de nous des zappeurs



Dans notre culture de l’« hyperchoix » et des incessantes stimulations de toute nature, l’impatience est le comportement le mieux partagé en matière de consommation (de loisirs ou de connaissances) et de relations. D’où une tendance à l’éparpillement, à la superficialité, et la difficulté d’être constant et persévérant dans ses choix, dans ses émotions et dans son rapport aux autres.


... mais elle peut aussi garder notre curiosité en éveil



Se lasser de l’habituel et du routinier, avoir envie d’explorer de nouveaux territoires, être curieux de la différence et de la nouveauté dans tous les domaines permet de remettre en question ses certitudes, ses croyances et parfois même ses préjugés, ce qui rend plus tolérant et plus humble. L’« impatience curiosité » amène également à enrichir sa pensée et à augmenter ses connaissances, même si cela passe par un apparent papillonnage. Si intelligence et curiosité vont souvent de pair, c’est parce que le goût du savoir l’emporte sur le besoin de sécurité et de familiarité.
La question qui fait la différence : est-ce que je me lasse par manque de constance dans tous les domaines, ou bien ai-je un ou plusieurs pôles d’intérêt que je nourris régulièrement et en profondeur en plus de mon zapping ?


L'impatience nous rend distraits...



Ce n’est pas un hasard si les maîtres zen rappellent à leurs disciples que « la faute se cache toujours dans l’inattention ». L’impatience est difficilement compatible avec la capacité à vivre pleinement le moment présent. Cette absence à soi-même et au monde n’est pas sans conséquence sur la façon de mener à bien ses tâches, d’être en relation avec les autres, d’assimiler des informations, mais aussi d’être capable d’écouter ses besoins et ses désirs.


... mais elle peut aussi nous faire devenir plus créatifs



À rester trop longtemps concentré sur un même sujet, sur une même pratique, à trop creuser le même sillon, à trop vouloir améliorer une tâche, on risque de réduire et de figer sa pensée, de laisser certaines de ses compétences en sommeil et, finalement, de perdre le goût de ce que l’on fait. L’impatient, parce qu’il ne se satisfait pas longtemps de la répétition et de l’existant, cherche à combattre le sentiment d’ennui, ce qui le pousse, dans tous les domaines, à chercher de nouvelles manières de penser, de faire et d’être. Il s’agit de la définition même de la créativité.
La question qui fait la différence : est-ce que je suis simplement ailleurs parce que j’ai des difficultés à me concentrer, que je « décroche » facilement, ou bien parce que mon esprit est occupé à produire des idées, des solutions nouvelles ?

http://www.psychologies.com/Moi/Se-connaitre/Comportement/Articles-et-Dossiers/L-impatience-est-aussi-une-qualite

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Lun 21 Mar 2016 - 22:40

L'impatience nous rend malades...
L’impatient est un être sous pression. Normal, il bouillonne à l’intérieur, ce qui le rend irascible et agité, deux caractéristiques en lien avec de nombreuses pathologies, dont l’hypertension. Cela explique le succès des méthodes de relaxation et d’ancrage dans le moment présent au sein de notre société de l’impatience généralisée et encouragée.

... mais elle peut aussi garder notre esprit jeune

S’il arrive que la mauvaise impatience rende le corps malade, la bonne peut, elle, faire du bien à l’esprit. S’intéresser à mille et une choses, avoir du goût pour le changement et l’inconnu, ne pas s’encroûter dans ses habitudes et ses certitudes sont de puissants antioxydants de l’esprit. Cette impatience-là est incompatible avec la plainte et les « râleries » puisqu’elle est fondée sur la croyance inconsciente qu’il y a toujours plus intéressant, étonnant, drôle ou réjouissant à venir.
La question qui fait la différence : est-ce que je me sens irrité et impuissant, ou bien est-ce que je me sens excité à la perspective de découvertes et de nouveautés ?

L'impatience nous rend grossiers...

Une écoute parcellaire ou défaillante, des manifestations de mauvaise humeur (sécheresse de ton, remarques brutales…), des messages corporels d’ennui ou d’irritation (battements de jambes, regards « voyageurs », doigts qui pianotent…) sont autant de façons de dire à l’autre : « Tu me voles mon temps et ce que tu dis ne m’intéresse pas. »

... mais elle peut aussi nous aider à poser des limites

L’impatience peut aider à mettre fin à une situation ou à une relation pénible. Elle permet de poser ses limites et ses fins de non-recevoir avant d’atteindre un niveau de saturation critique. Ce versant positif de l’impatience est utile pour s’affirmer (dire non ou stop), se faire respecter et aussi pour ne pas se laisser vampiriser. Les chronophages – une obsession pour l’impatient – sont ainsi rapidement repérés et neutralisés.
La question qui fait la différence : est-ce que, au travail notamment, je me sens souvent de mauvaise humeur ou agacé par les autres, ou bien est-ce que je veille à ne pas me laisser envahir ou malmener ni à me faire voler mon temps ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Lun 21 Mar 2016 - 23:04

Lâcher prise, c’est accepter ses limites
A force de vouloir contrôler tout ce qui nous entoure, nous gaspillons notre énergie et perdons notre sérénité. D’où le fameux “lâcher-prise” ! Une attitude intérieure d’ouverture à la vie et aux autres dont l’écrivain Gilles Farcet nous livre quelques clés.
Pascale Senk




 
[size=27]1 / 3


[/size]

Comment lâcher prise ?





Gilles Farcet









Auteur, entre autres ouvrages, de Regards sages sur un monde fou (La Table ronde, 1997), un livre d’entretiens avec Arnaud Desjardins dont il est l’un des collaborateurs à l’ashram d’Hauteville, en Ardèche.


Il faut, paraît-il « lâcher prise ». C’est en tout cas ce que tout un chacun peut lire ou entendre répéter dès qu’il est question d’une approche spirituelle de l’existence.
Si cette expression a fait florès au point de devenir un cliché du développement personnel, ce qu’elle recouvre n’en reste pas moins confus. Elle est prétexte à bien des malentendus. Qu’avons-nous, au juste, à « lâcher » ?

Quelle est donc cette « prise » qu’il conviendrait de desserrer ? Cette attitude est-elle compatible avec un positionnement responsable ? Si oui, comment passer du concept à la pratique ? Les enseignements de sagesse traditionnels s’articulent tous autour de cette question. Nous pouvons donc nous tourner vers eux et y chercher des réponses, qu’il nous appartient ensuite de faire nôtres. 

Entretien avec l'écrivain Gilles Farcet. Razz (et moi je me réfugie en haut de ma Tourette)

Avant de prétendre "lâcher", encore faut-il savoir ce que nous "tenons" ?



Au commencement de toute "prise" se trouve l’ego, une conviction, un ressenti dont tout découle. Moi, Pierre ou Paul, j’existe indépendamment du tout, séparé, seul face à l’autre, c’est-à-dire tout le reste, tout ce qui n’est pas "moi" et qui, étant "autre", n’obéit pas toujours à ma loi. L’identification à ce très cher moi se paie au prix fort : me ressentant séparé, je vis à la fois dans la peur et dans une illusion de toute-puissance. "Seul contre tous", "Après moi le déluge", telles sont en somme les deux croyances sur lesquelles se dresse l’ego. Lâcher-prise, c’est abandonner une illusion, celle de la séparation. 

Ce lâcher-prise ne sous-entend en rien une négation de l’individualité. Pierre reste Pierre, Paul demeure Paul. Simplement, la partie se reconnaît comme expression du tout, la vague se sait forme du grand océan et, du même coup, reconnaît les autres vagues comme autant d’expressions de ce qu’elle-même est au plus profond. Par un apparent paradoxe, l’autre à la fois disparaît – nul ne peut plus m’être essentiellement étranger – et se trouve comme jamais reconnu dans sa différence existentielle. Le moi séparé cesse d’être l’étalon, la mesure de toute chose. Il n’y a plus de moi pour exiger de l’autre qu’il se conforme à mes critères. Le lâcher-prise se produit dès lors que le moi accepte de l’autre, de tout autre, qu’il soit autre.

Voilà pour la métaphysique, qu’en est-il de la pratique au quotidien ?


Le sens du moi séparé se maintient instant après instant par le refus plus ou moins conscient de l’autre (c’est-à-dire de ce qui est – "Moi, je ne veux pas qu’il pleuve ce matin", "Moi, je ne veux pas que ma femme fasse cette tête", "Moi, je refuse que ce qui est soit et je prétends mettre autre chose à la place" –), refus qui s’accompagne de la prétention sous-jacente à tout contrôler. Le fait même que "moi, je ne veuille pas" implique la conviction qu’il pourrait en être autrement parce que tel est mon souverain désir. Nous refaisons sans cesse le monde à grands coups de "si", de "quand" , au nom de ce qui "devrait être", "aurait pu être", "pourrait éventuellement être", et nos pensées vagabondent dans le passé ou le futur. 

Il est bien rare que nous soyons vraiment " ici et maintenant " – alors même que nous ne pouvons en fait être ailleurs qu’ici et à un autre moment que maintenant. Quoi que mon mental prétende, je me trouve là où sont mes pieds. Si je pense au passé ou au futur, c’est toujours maintenant. Passé, futur, ailleurs n’existent qu’en tant que pensées surgissant ici et maintenant.
La pratique la plus simple et efficace du lâcher-prise consiste donc à s’exercer à demeurer un ici et maintenant avec ce qui est ?

Cette pratique n’exclut en rien l’aptitude à prévoir, à organiser ni ne nous dispense de nos responsabilités. L’attitude d’ouverture inconditionnelle à l’instant ne conduit nullement à baisser les bras, à tolérer l’intolérable. Le lâcher-prise, dans l’immédiateté, est totalement compatible avec l’action dans la durée. Le lâcher-prise n’est pas se résigner mais être conscient de ses limites. Je marche dans la rue, un vieillard se fait renverser sous mes yeux. Le fait que je pratique ici et maintenant le lâcher-prise (sur des questions comme : est-ce grave ? sa vie est-elle entre mes mains ?) ne me conduit pas à m’abstenir de lui venir en aide. Bien au contraire, en m’épargnant les pensées parasites ou les atermoiements, ce positionnement intérieur me permet d’agir plus vite, dans la mesure exacte de mes possibilités.


Ici et maintenant, il m’appartient de poser un acte, de proposer quelque chose... dont la vie disposera ?



Ainsi je garde toute mon énergie pour agir, plutôt que de la gaspiller. En renonçant à contrôler l’avenir, j’obtiens souvent de meilleurs résultats ici et maintenant. En vérité, notre seul pouvoir, notre seule responsabilité réelle, s’exerce dans l’instant présent, lequel, bien sûr, prépare les instants futurs mais sans que nous puissions obtenir de garanties quant à l’avenir, y compris la seconde suivante. "La vie, c’est ce qui vous arrive pendant que vous êtes en train de faire d’autres projets", a dit John Lennon. Lâcher prise, c’est aussi cesser d’aborder l’existence avec une mentalité d’"assuré tous risques". Quelle que puisse être la prétention du moi à contrôler l’avenir, la vie n’est pas une mutuelle et n’offre aucune garantie.


Une pratique assidue du lâcher-prise soulage d’un grand poids ?



Elle nous affranchit du complexe d’Atlas portant le monde sur ses épaules. Elle fait coïncider le plus profond détachement avec le plus authentique sentiment de responsabilité envers soi-même et les autres. Elle est aussi le fondement de la vraie confiance en soi. Tant que je me crois séparé et m’attribue un pouvoir sur ce qui est, je ne peux que me surestimer ou me sous-estimer. Dès l’instant où le moi est remis à sa place, il est reconnu pour exactement ce qu’il est, avec ses forces et ses faiblesses, ses limites naturelles totalement acceptées. Représentons-nous un instant notre rôle de parent, de citoyen, de conjoint ou encore l’exercice de notre activité professionnelle envisagés sous cet angle… Mais cette attitude, en elle-même simple, est difficile à pratiquer. Elle va à l’encontre de nos conditionnements les plus ancrés. Toute la sagesse pratique du lâcher-prise se trouve sans doute synthétisée dans la magnifique prière des Alcooliques anonymes : "Donnez-moi la sérénité d’accepter les choses que je ne peux pas changer, le courage de changer celles que je peux changer et la sagesse d’en voir la différence."


Quelques techniques

Comment s’y prendre

Lâcher prise sur une rancœur, une peur, une émotion négative, revient souvent à détourner son regard de la difficulté… sans pour autant la fuir. Quelques pistes pour y parvenir :

Se centrer sur sa respiration quand l’obsession du problème réapparaît : imaginer qu’à chaque expiration on repousse la colère, la tristesse, les sentiments négatifs ; et qu’à chaque inspiration on inhale la confiance, la joie, la gratitude.
En relaxation, visualiser des horizons, des paysages ouverts. Se mettre en scène en se voyant libéré du problème. 
Créer des rites pour se séparer symboliquement de ce qui nous fait mal: écrire une lettre de ressentiment puis la jeter au feu, organiser avec soin une véritable «cérémonie de divorce », déclarer à haute voix, devant un entourage choisi, sa volonté de se libérer de ses émotions négatives… 


http://www.psychologies.com/Moi/Se-connaitre/Comportement/Interviews/Lacher-prise-c-est-accepter-ses-limites/ 2 Quelques-techniques



Si Monsieur l'informaticien avec qui j'ai discuté tout à l'heure dans le réel par téléphone et qui était dans le train en mode multi tâches, passe par ici Smile.... 

parce que ça ne va pas être possible, moi je vais prendre le train pour aller voir la psychiatre hein et encore même pas encore pour savoir ce que je suis en Mai, donc non, je ne fais pas de consultations via les sites de rencontres pathétiques et lamentables pour les gars qui n'ont pas le temps Smile 

Quand on est intelligent Monsieur, il faut connaître ZB, faut pas mélanger tous le dossiers Smile
On a dit qu'on rangeait, on range Smile..... 

(Veuillez ne pas quitter, une secrétaire va prendre votre message, ceci est un répondeur, votre interlocutrice est actuellement en dé rangement (à la limite du "des rangements de ce qui était déjà rangé), 

vous pouvez, dans l'attente, consulter l'intégralité de tout ce forum, qui est très très intéressant, à tout niveau, 

je tenterai de reprendre contact avec vous, dès que possible selon les disponibilités de la SNCF si quelqu'un/quelqu'une ne la révolutionne pas parce que des fois ça peut aller très vite Smile).... ou je vous mords le lobe de l'oreille gauche Smile 
Je ne suis pas lâche, mais il faut des fois que je recharge la prise. On a dit : 
tout ce qui est univers droit, c'est ici. 
Comme ça je peux reprendre de gauche.

Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz




Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Mar 22 Mar 2016 - 10:53

Un journalier tous les matins, depuis x années, en fait poser le contexte ? et toujours se placer et replacer au centre, pour pouvoir placer ses objectifs, objectifs du jour, de la semaine, du mois, de l'année, et sur 15 ans.

Et donc les aimantages.

Et aussi les relations empathiques ou pas.

Absorber une intégralité. Il semble donc que j'ai essayé d'absorber et d'intégrer une intégralité inexistante, tu m'étonnes ?

Des moments de vide, quelque chose genre des manques.

Un jour prendre conscience qu'on n'oublie et vivre en fonction. Comme éviter de se retrouver dans des scénarios où ça fait mal, où ça va revenir.

6 années où mon cerveau a bossé quand même. Devoir faire des trucs pour faire avancer un dossier qui n'était pas le mien dont je me fous. N'avoir de fait plus de place pour faire entrer quoi que ce soit.
Faire avancer des personnes, pour leur permettre de me faire avancer.

Se retenir de lire pour ne pas avancer à fond la caisse sur des trucs, pour pouvoir faire des listes. Et faire un plan.

J'avais dit : rhaaa, je vais devoir tout vérifier. Ben oui mais quantifier le "tout".

"Des dossiers" je l'ai dit. "Bon alors est ce que j'ai le temps de m'occuper de ce dossier" : mise à distance. Et la personne se vexe ou autre : Ben sympa, je ne suis pas un dossier.

Ma petite vie à moi avec mes ressentis. Et avoir les zapper à cause de quelqu'un d'autre qui s'en fout. Ben casses toi et va t'en foutre ailleurs que dans ma vie, quoi. 

Je me suis fait une bulle avec tout ce qu'il faut dedans, autour, un univers. J'étais donc dans l'évident. Sans qu'on me l'existe, de fait ça va plus vite. Regarder tout ce temps passer en passant à tout ce que je vais devoir faire après, à tout ce que je vais gueuler après.

"Tu dois faire peur aux gars ?" Ben oui mais je le fais à des gars cons, donc ce n'est pas grave.

A 50 d'écarts, plus personne ne se comprend. Je regardais ce monsieur faire comme moi il y a des années. Avancer, reculer, stopper, Monsieur Chapeau. Personne ne sait les efforts qu'il faut parfois faire pour faire 500 mètres.

Les doués qui évoluent dans le cadre ou pas. Avoir un seul d’élément de référence sur tout. Et de fait pouvoir entrer en communication avec n'importe qui. Pouvoir anticiper là où l'autre va couper ta phrase. Et de fait balancer le truc qui le décale sur ta longueur d'onde.

Rester connectée. des années, des lustres. Tout dégager pour pouvoir revivre. Les cordes à nœud fonctionnent complètement littéralement autrement. Le gars qui est mort était une mauvaise personne intéressée.

On peut avoir 3 dossiers en cours en même temps mentalement à des avancées différentes.

Pouvoir mesurer ce que va devoir apprendre l'autre pour nous comprendre. Et encore il faudra qu'il fasse la démarche. Apprendre de l'expérience des autres. Savoir qu'on ne peut pas toujours revenir en arrière. Ajouter au raisonnement. IL y a deux façons.

Une jeune fille m'a dit un jour après coup que : "vous faites peur", ça veut dire : "vous êtes impressionnante", c'est totalement différent.

Souffrir de savoir que je pouvais encore faire du bien à des personnes mais que je perdais du temps là dessus parce qu'on me faisait souffrir et de choses auxquelles on ne peut plus rien.

Un doué qui n'écoute pas ou fonctionne selon ses "défauts" non canalisés peut faire pire qu'un corde à nœuds.

Il n'y a des choses que je n'ai pas lu pour pouvoir garder mon rythme à moi de vie. Car quand tu sais, tu sais. Ca s'efface plus.

J'ai fait un dossier voyante, à ma première rupture. Quand je commence un "dossier" une étude, je le termine. Je voulais juste savoir si j'allais vivre encore. Comme pour les cartes en fait, c'est poser des "mapminds". Et bien j'avais tout enregistrer sur cassettes, que je n'ai plus. 20 ans après comme je les avais enreg, je les écoutais le soir, je les ai au complet en tête.

Plus tu apprends plus des bouts viennent s'ajouter dans ton raisonnement lorsque tu penses, si c'est trop varié.....

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Mar 22 Mar 2016 - 11:25

Le contrôle et le lacher prise, ça vient du fait de vouloir ranger le monde selon soi. et ça dépend en plus du monde qu'on s'est fait et c'est pas possible donc pour se rassurer, tu peux aller te gratter.
Tandis que...si....
Comment je suis devenue stupide.... ou comment j'ai commencé à me foutre la paix.
The head on the door. Je savais que c'était mon ex dans l'ambulance. Un ensemble de déductions dans la voiture. Connaissant les étapes de la vie de certaines personnes et leur fonctionnement, forcément c'était lui. Ca n'a rien à voir avec un "don", ça a à voir avec un fonctionnement.
Et j'ai du refaire ça avec tout. Des parties de mon passé me paraissent incroyables, et je n'ai pas pu les faire, puisque j'ai littéralement changé.
N'avoir été avec personne. De toute façon j'avais bien vu que j"étais "infernale", afin c'est selon, l'être pour moi c'était vivre ma vie, mes expériences, là où donc on me voyait prendre des risques, je calculais.
L'autre. Ca fait un truc inversé. Là où un doué peut penser être en train d'avancer vers un autre, en fait il s'en éloigne totalement.
1.5 en espagnol. 20 en droit, et autres pour mon Cap Bep Communication Administration Secretariat d'il y a 20 ans. et l'intégralité de mes cours recopié une fois et affiché sur mes murs.
Organisation mentale mais à l'extérieur ? ben merde. Donc ensuite faire l'inverse. au fur et à mesure pour ne pas s'auto-encombrer soi même.
J'ai mal d'avoir rompu, pendant que je souffre, je vais en profiter pour me faire l'intégrale des Doors, comme ça.... optimisation du temps.
Il faut être vachement gonflé et orgueilleux pour me dire : tu ne veux pas vivre avec moi pour ensuite quand tout est là, dire : tu m'aimes pas. et 20 ans après : me dire que moi je suis orgueilleuse  Razz
Il faut avoir du temps pour avoir la rancune aussi tenace .... Quand j'ai lu ces livres, à chaque phrase, chaque situation, toute une scène complète me revenait comme sur un home cinéma. 
"J'ai l'impression". Ou comme le truc que j'avais trouvé, de tout démarrer, par "si j'avais confiance en moi".
Et puis aussi ce jeu de mots au milieu de motards et donc de gars sur les touillettes à café : 
ça fait une concentration. Et là : blanc  Razz pourtant elle était super drôle. et le gars il m'aurait eue juste si il en avait ri avec moi, plutôt que de partir en réflexion et en action pour avoir le dessus. SI je lui sors une finte, c'est qu'il l'a déjà.
c'est comme pour la franchise, dis le moi franchement, ben oui mais la personne attend une franchise plein de compliments.... évidemment si je lui sortais ma déduction qui inclut tout ce qu'à mes yeux elle n'a pas encore pensé à résoudre......
Le monsieur avec qui j'ai parlé du coup il l'a appelé la douance : "la chose" Smile puisqu'on en parle....
Je me demande du coup si ça n'est pas pour cela, par exemple, que ces bouquins ne parlent pas à des personnes, si aucune situation ne peut être visualisée dessus. Moi j'en avais trop. Et je contenais tout, autant que je pouvais.
Comme "mettre à l'aise". Si tu es à l'aise, tu peux mettre à l'aise et du coup personne n'est mal à l'aise. (bon désormais étant une fille, je dois veiller à ce que mettre à l'aise ne veuille pas dire pour certaines personnes autre chose  Very Happy tongue Razz).
Si tu n'es pas à l'aise, tu mets un malaise, ça ne met pas l'autre à l'aise, ect.....
Lire des bouquins pour devoir trier des situations mentalement pendant que tu essaies de faire rentrer les infos qui du coup rentrent Smile et en devant analyser si tu crées un dossier ou pas en fonction de ce qui est en train de se passer sans faire démarrer les hypothèses, probabilités, envies, besoins, .....
c'est comme mettre Columbo dans l'histoire en lui donnant la fin Smile du coup il va plus avoir envie de la vivre l'histoire, il a la fin.
c'est comme la série 'Tru Calling", il faut être con pour pouvoir une question, je passe par cette série pour y répondre, et le gars reste bloqué sur "trou". Ben restes bloqué, que veux tu que je te dise ? et sinon donc tu me trouves formidableuh ? ben non du coup ça me semble évident, puisque tu te conifies toi même ....
c'est plus simple de dire : pas de panique on ne touche plus à rien, sur un territoire identifié et réduit. sinon demander au monde entier de ne plus bouger pour avoir 5 minutes tranquille....
comme ce jeu de jeunes, 1.2.3 soleil.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par jolindien le Mar 22 Mar 2016 - 11:45

Épithète que si

tiens j'explique à autrui, je crois que j'ai réussi à réunir le féminin et le masculin en moi
l'autre dit: quoi t'es homo?
et là je laisse tomber...

jolindien
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 936
Date d'inscription : 05/07/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Mar 22 Mar 2016 - 11:49

Pire que la castration, il est la castration verbale.

Il est des personnes rigolotes, qui sont tellement persuadés de savoir comment tu vas devoir vivre ta vie....

J'avais raison de trouver bizarre que l'on puisse vouloir me castrer, déjà je ne suis pas équipée, ensuite on allait constamment me le reprocher tout en ne faisant que me faire me construire des couilles, pour tenter de me les briser Smile

et ne me prétendant casse couilles.

Ca serait possible qu'en étant ce que je suis et en regardant ce même coucher de soleil au même endroit, Monsieur Chapeau en me voyant, venir le regarder au même endroit ? ect, ect ? tout ceci est important, tout le reste je m'en foutais et je m'en fous encore plus.

Comme les manifestations physiques de ce petit garçon à mon contact. J'ai du l'approcher....c'est passé par quelques stades qu'un autre aurait trouvé curieux et n'aurait pas laissé glisser... pour qu'on puisse se retrouver peinards, à faire du coloriage... et je sais peut être déjà qu'un jour dans 20 ans il m'appellera ? et je lui en parlerai ? et ce bout de son passé, dont il se souviendra ou pas sera l'élément important qui lui servira dans son présent ?

Comme cette petite puce, qui me l'avait fait à l'envers dans la salle de bains, ne pas aller perturber son intimité, mais quand même veiller, et c'était long, et forcément, nettoyer l'intégralité de la robinetterie, pour ensuite attaquer de même le lavabo, pour en être à la baignoire avec la brosse à dents..... ca ne fait pas avancer le dossier "future carie" mais le dossier "ménage". 

Je comprends mieux pourquoi à 15 ans, elle a insisté sur ce point, sur ce rappel de quelque chose que je l'avais vu faire à 3 ans..... "mais comment tu le savais ? "

"parce que moi aussi je trouvais particulier cet effet du dentifrice sur ce type de robinet et en se débrouillant bien ça faisait quasi dessiner et c'était super joli ces traces" Razz tongue cat .

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Mar 22 Mar 2016 - 12:07

Point d'impact 23 novembre 2010. J'ai 40 ans. Et c'est le jour précis où plus rien ne repart comme en 40.

Si des personnes se sont enquiquinés à créer des points de repères, des points de "norme", y'a bien une raison.

Et qu'est ce que je vais faire ? ben là café et BN.  Razz Ca paraît assez futile. Ben oui je sais mais le futile tu sais ça peut permettre de poser le fut il et euh... c'est bon les BN devant ces tableaux que le gars il a expliqué des trucs de sa vie dedans que quand il arrive à l'expo pour les raconter, je lui raconte sa vie .... celle qu'il sait pas....

tu m'étonnes que l'instant T (ou café) et la communication c'est important.

Etre une moule c'est cool. 

Ce soir 18h mon médecin adoré chéri, si je l'appelle parce que je suis polie et je préviens que je suis en retard de 5 minutes, il va me répondre : non 8.....

Il est inutile de bousculer des personnes en leur disant qu'elles se trompent peut être à l'étape où elles sont de leur vie, de fait c'est leur vérité à cet instant T, par contre découvrir qu'il y a des failles....qui si elles ne sont comblées ne va pas permettre à des parallèles de se croiser.... 

Il faut poser des brouillons pour pouvoir se relire, se relier, sinon ça sert à rien. Il faut retravailler le brouillon, pas le jeter et pas recommencer à chaque fois. Mieux vaut perfectionner qu'être perfectionniste.

J'avais pas prévu de raconter ma vie à ce moment là et en plus encore moins pendant qu'on me rajoute des épisodes inutiles, et qu'on me perturbe tant que j'arrive même plus à les écrire et à trouver le temps de les poser.

Du coup je me suis auto démarrer de blagues que je voyais arriver pendant que je souffrais le martyre mental. Tous ces petits trucs méga drôles... c'est pour ça que j'ai dit tout le temps : c'est aberrant, c'est incroyable, c'est sidérant, c'est hallucinant.

Comme si on me laissait entre des sillons très éloignes d'un vinyle et je restais coincée sur un sillon, et je me remettais de moi même sur le mien, et on m'en changeait en pensant me faire avancer. 

Je connais ma chanson Smile que le BN soit avec toi.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Mar 22 Mar 2016 - 12:36

Et en ne prenant pas 5 minutes, il n'a pas vérifié si je l'avais compris, il a empiré son dossier, et il me re décalerait en revenant me dire 5 ans après.... être équipé pour bien caler à deux, pour aller décaler ailleurs ... et revenir se faire caler....

il faut savoir prendre le temps pour capter ce qui est important. Demander n'est pas imposer. Je peux aller plus vite nulle part, ça sert à rien du tout, qu'à revenir au point de départ.... il est des façons de générer des conversations.... j'ai intérêt à me grouiller, parce que les dossiers en cours restent en cours.... il faudra que j'ai bien tout recalé pour quand je reviendrai dans le raisonnement.... Il en faut pas donc pas s'y mettre...

la hiérarchisation, le classement, l'archivage, quand c'est classé, faut aller rechercher le dossier, toussa toussa.... il faut que ça vaille la peine...

Tout le monde est l'intelligent de ce que l'autre ne sait pas encore, et le con de celui qui le sait déjà

Vive les synchros.
Ah toi aussi tu pries le dieu saint kro....
Hambourg doit être une jolie ville.....

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Mar 22 Mar 2016 - 12:57

C'était bizarre de venir se planter comme ça devant moi pour rien dire. Et attendre de fait ce que j'allais dire ou pas. Là où j'attendais qu'on me dise parce qu'on devait me dire puisque j'étais là où j'étais.



Je crois qu'c'est la nuit
mes larmes cachent le jour
je n'vois que la pluie
j'ai dû laisser passer mon tour
je ne comprends plus
je n'ai plus de repères
au fond d'ma propre rue
je sais plus je me perds

Vraiment je sais plus
un fantôme est en moi
j'ai perdu la vue
j'ai dû cramer ma voix
je ne vois plus rien
j'ai perdu mon passé
je suis comme un chien
aboyant sur le pavé
je ne suis plus rien
juste une épave à brader

Oh tant de distance
dans tes yeux mon amour
oh tant de distance
dans ce foutu contre-jour
tant de distance
qui a changé ton discours
tant de distance
qui tue ta tendre beauté

Enroulée dans mon corps
en cette nuit d'été
je te vois encore
ivre de nos baisers
ta façon de me dire
un petit white russian, guy?
ta manière de rire
en jouant les canailles
mais je n'vois maint'nant
que le mot fin sur l'écran

Oh tant de distance
dans ton regard mon amour
tant de distance
dans ce drame à contre-jour
tant de distance
qui a changé ton discours
oh tant de distance
qui flingue ta féminité
Qui flingue ta féminité



Qui voit trop par le luc ne voit pas la luciole et la lumière elle s'allume jamais. Alors ça c'est cool.


Ben non j'ai répondu aux questions que je me pose ou que se posent les autres, pour quoi faire ? Diapason oui mais quand je veux. La destructuration de celui qui peut de restructurer, ou te permettre d'être le feedback qui te met à ta place....ah ben non, là on est bien d'accord, ça n'est pas du tout le même fonctionnement....


Je regarderai désormais avec une infinie tendresse, mon filtre à café.


Fais la poule mais aussi fais la moule  Razz








ZB. Merci  Very Happy et un milliard de choses ou pas... ça va être selon.

(ne pas mélanger ceux qui se parlent à eux mêmes au travers toi, et ceux qui se parlent à eux mêmes parce que ça déborde. on peut s'organiser soi même.)

Diapason.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Mar 22 Mar 2016 - 13:21

J et à M
parce que des jours vous aviez l'air si contents...
et que vous le restiez était le plus important.


I love you I love you I love you I love you I love you I love you I love you I love you I love you
cat cat cat cat cat cat cat


L'essentiel est invisible pour les yeux.
C'est trop génial, mais c'était un gros cahier, et le petit prince se fit offrir une boite de chocolats par l'imper de Columbo qui lui dit : 
"mais non c'est pour vous" et tel un cavalier qui se barra au cours de la nuit, courut dans son audi TT vers l'aventure au galop, son nom il le signe à la pointe de mon cahier, d'un Z qui veut dire que j'avais bien trouvé ce qui me plait.


Waouh  I love you



non non c'est pas vrai le truc où elle va s'empêtrer dans des trucs... c'est le truc qui était empêtré et puis y'avait elle là...madame je sais tout qui sait rien mais qui a appris des trucs en plus.... ça s'invente pas.... elle doit attendre le moment où on va se revoir Smile ça va lui faire tout bizarre, allo y'a quelqu'un, ben y'a plus personne ? j'ai trouvé une de ces techniques qui m'auto court circuite et l'autre elle se dit : tiens je vais tout te changer, ben dans ton cul, je suis le point de repère, ben va plutôt te refaire, oui le regard qui part et qui revient, toussa toussa et puis Claude François, les magnolias, ça s'en va et ça revient, c'est fait de tous petits riens et c'est comme ça que pour moi c'est : bien.

Oui je sais mais je peux t'expliquer ce que je peux pas dire, mais maintenant je peux m'expliquer sans avoir besoin de ça pour continuer à me dire.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Mar 22 Mar 2016 - 13:44




et là à 100 mètres je vois ce que cette dame avait peint de ce que j'avais dans la tête, alors je suis allée lui dire et elle ne savait pas pendant que je ne savais plus non plus..... pourquoi c'est marqué dessus Smile....cela dit il faut regarder pour voir.

la phrase la plus longue du monde.....et c'est toi qui doit mettre le mot fin.... m'enfin... y'a plus simple pour communique quand même, enfin voyons....ah ben oui moi quand j'ai décidé qu'on soit content, on va jusqu'au bout... et comme on peut recommencer... comme avant.... pouvoir rendre heureuses des personnes qui nous rendent heureuses est la chose la plus merveilleuse qui soit.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Mar 22 Mar 2016 - 14:03

Six exercices pour savoir répondre du tac au tac



  • Entreprise
     
  • RH / Management
     
  • Efficacité personnelle


 Par Marie-Madeleine Sève, publié le 21/03/2016 à 06:00


  • -20160322-[Voir_003RCCF]-[RB2D106H001JE8VP]-20160322053500#comments]commentaireRéagir






Riposter à des réflexions cinglantes ou rebondir sur des petites blagues ne s'improvise pas

Riposter à des réflexions cinglantes ou rebondir sur des petites blagues ne s'improvise pas, même chez les "snipers" les plus talentueux. A vous de vous préparer, pour acquérir des automatismes. Et vous ouvrir à l'inspiration.


Avoir le sens de la répartie n'est pas réservé aux bêtes de scènes ni aux animateurs vedette de la télé. C'est une posture qui s'apprend. Au travail, mieux vaut avoir une vue constructive des propos échangés et rester dans la bienveillance afin de ne pas dégrader les relations, conseillent Bruno Adler et Stéphane Krief (1). Selon son intention - jouer, combattre, créer ou clasher - plusieurs outils sont possibles. Encore faut-il déstresser - quitte à respirer 10 secondes avant de répliquer - et s'aguerrir.  



1. Alimenter sa boîte à répliques


Au cours de vos lectures, dans les salles obscures, dans les dîners, ou les transports en commun, détectez les dialogues qui fusent. Pensez à ceux d'Audiard, très savoureux. Entourez-vous de gens qui ont une bonne attaque et une bonne défense dans les joutes oratoires. Notez les termes employés, leur combinaison. Deux types de formulation vont enrichir votre besace. 


1/ Les phrases passe-partout. Le fameux "ou pas", très usité pour conclure en contrepied la phrase d'autrui (exemple : "Vous serez d'accord que...". "Ou pas"), est une échappatoire efficace, qui déstabilise un contradicteur. En voici quelques-autres à vous mémoriser et à dégainer au bon moment tout en décochant un sourire : "Si tu le dis." "Préviens-moi quand je dois rire". "Tu es bête ou tu t'entraines ?". "On n'est pas obligé de te croire". "Moi aussi, je t'aime." 




2/ Le gimmick. C'est le petit refrain facile, que tout le monde retient. Un truc répétitif qui détend. Il y en a de toutes sortes. A vous d'en dénicher, durant des discussions, dans la culture de l'entreprise, ou en reprenant des expressions qui ont marqué l'actualité. En 2012 c'était "Moi, président...", ou encore "Non, mais allô quoi...". A la première occasion, vous pourrez placer votre gimmick, et les autres devraient vous relancer sur cette touche humoristique. 






LIRE AUSSI >> Je n'ai pas d'humour, que faire? 

2. S'entraîner sur les réseaux sociaux



Ce terrain est idéal pour tester ses premières saillies. devant l'écran, vous avez le temps de rédiger des messages-objections. On vous poste un commentaire, "ton idée là, elle est pas terrible !". Posez-vous pour élaborer une phrase bien sentie. 


L'objectif est de raccourcir, à chaque fois, les délais de réponse. Vous pouvez vous jeter à l'eau en rétorquant d'abord: "J'entends que pour toi ce n'est pas terrible, mais je suis d'un autre avis. 


Maniez aussi Twitter : 140 signes pour faire mouche, cela vous habituera à être concis. Créez un compte, si ce n'est déjà fait. Lancez-vous sans complexe, même si vous risquez de rater vos effets. 




LIRE AUSSI >> Je pense trop, que faire? 






Tous en snip et ta mère en short devant chez monop

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Mar 22 Mar 2016 - 16:05

L'énorme du jour : 


Zb est le seul bouquin sur la douance qui peut être exact à l'instant T

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Mar 22 Mar 2016 - 16:57

Quand je serais grand j'aurai un TELECRAN avec des dessins qui bougent tout le temps.

Excellent Smile 

Je développerai ce qu'il y a à développer, je fais une synthèse.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Mar 22 Mar 2016 - 17:01

Le livre de ta vie tu le déroules, tu écris pas 150 bouquins le même jour sur tous les sujets, sinon c'est du wizz interne, je sais pas moi.

calme et tranquille comme une grenouille. j'allais bientôt devenir plus intelligente que le monde entier, ça en devenait très curieux et très effrayant....

Bien dans mon tétris et un cube à la fois. Je suis un système que l'on désorganise que si je suis d'accord et c'est pour ton bien en plus. Perrier c'était fou Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 12:52


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 44 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 24 ... 44  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum