news lifes :)

Page 41 sur 44 Précédent  1 ... 22 ... 40, 41, 42, 43, 44  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Lun 27 Juin 2016 - 11:10














Al est un génie et n'est pas trop.
C'est croyable 


.
        .


               .

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Lun 27 Juin 2016 - 11:13

S'allumer, s'éteindre, s'allumer, s'éteindre, s'allumer, s'éteindre,S'allumer, s'éteindre, s'allumer, s'éteindre, s'allumer, s'éteindre,S'allumer, s'éteindre, s'allumer, s'éteindre, s'allumer, s'éteindre,S'allumer, s'éteindre, s'allumer, s'éteindre, s'allumer, s'éteindre,S'allumer, s'éteindre, s'allumer, s'éteindre, s'allumer, s'éteindre,S'allumer, s'éteindre, s'allumer, s'éteindre, s'allumer, s'éteindre,S'allumer, s'éteindre, s'allumer, s'éteindre, s'allumer, s'éteindre,S'allumer, s'éteindre, s'allumer, s'éteindre, s'allumer, s'éteindre,S'allumer, s'éteindre, s'allumer, s'éteindre, s'allumer, s'éteindre,S'allumer, s'éteindre, s'allumer, s'éteindre, s'allumer, s'éteindre.

Et si dans un seul "mot", dans lequel ? C'est simple et parlant. En un seul mot.



Pieds nus, et sur la pointe.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Lun 27 Juin 2016 - 12:50

Śródka, Poznań
From Wikipedia, the free encyclopedia






St. Margaret's Church

[ltr]
Śródka [ˈɕrutka] is a historic neighbourhood of the city of Poznań in western Poland. It lies on the right bank of the Warta river, opposite the island of Ostrów Tumski where the city's cathedral is situated. It belonged to the former district of Nowe Miasto; in the currentadministrative division of Poznań, Ostrów Śródka is part of an osiedle which also includes Ostrów Tumski and the neighbourhoods of Zawady and Komandoria.
Archaeologists have found evidence of settlement in Śródka which may date from the ninth century.[1] By 1231 Sródka was a ducal settlement, and in 1288 it was granted to the bishops of Poznań. It obtained town rights in the 15th century (Ostrówek, at its western end, was a separate town), and was incorporated into the city of Poznań in 1800. Its name is related to the Polish word środa ("Wednesday"), this being the day of the weekly market once held there.
The district is centred on Rynek Śródecki (Śródka Marketplace), in the centre of which stands the 16th-century St. Margaret's church. On the north-west corner of the square is an Oratory of Saint Philip Neri, founded in 1665, the present building dating from the late 18th century. The small Malta cinema, sharing its name with nearby Lake Malta, was housed in the building next to the Oratory on the north side of the square, until its closure on 10 May 2010 (it is due to reopen in new premises in Jeżyce later in the year).
On the eastern edge of Śródka is the church of St. Kazimierz, built for the Franciscans in 1685, with a monastery added in 1704. The monastery was dissolved by the Prussianauthorities in 1794. The church currently belongs to the Polish branch of the Old Catholic Church, and the former monastery building is used as a school for the deaf.
A main road runs just south of Śródka, connecting it with Ostrów Tumski and central Poznań to the west, and with the roundabout called Rondo Śródka at the district's south-east corner. This road was built in the 1960s, with the demolition of some buildings on the southern edge of Śródka. Since 7 December 2007 Śródka has also been linked with Ostrów Tumski by a footbridge ("Bishop Jordan's Bridge", Most biskupa Jordana), constructed from the former main span of the now reconstructed St. Roch road bridge which crosses the Warta further south. A bridge previously existed in this place until 1969.
The ancient Church of St. John of Jerusalem Outside the Walls lies on the south-east corner of Rondo Śródka, just outside the district of Śródka itself.[/ltr]



Church of St. Kazimierz, with the former monastery in the foreground



Oratory of Saint Philip Neri



Bishop Jordan's bridge, viewed from Ostrów Tumski towards Śródka



The Malta cinema prior to its closure in 2010
--------------------------------------------------------------------------------------


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Lun 27 Juin 2016 - 13:08

[size=32]Le prix des débuts[/size]

[size=36]6JAN[/size]
En ce début d’année, mon intention est de tirer mon chapeau à cette héroïne qui s’avance courageusement en première ligne …  A peine remarquée, disséquée, louangée,  parfois carrément rejetée. Quel lecteur s’arrête vraiment sur la première phrase d’un roman ? Qui reconnait le fruit d’un travail où mots, sueur et efficacité se combinent plus ou moins harmonieusement pour saisir le lecteur en  une ligne ?
La  phrase seuil : un vrai challenge
Cette première phrase, fruit des efforts et cauchemars de l’écrivain, professionnel ou amateur (je me souviens avec terreur de l’angoisse de la ligne blanche de ma première rédaction), est aussi appelée Incipit : un mot venu du latin qui désigne les premiers mots d’un texte (religieux ou pas, chanté ou pas). L’usage en matière religieuse est que l’incipit soit aussi le titre de l’ouvrage. Appliqué à la fiction, ça éviterait sans doute d’autres efforts et nuits d’angoisse aux écrivains (et/ou à leurs éditeurs) pour lesquels un autre casse-tête récurrent est celui du titre. En littérature, on appelle aussi l’incipit « phrase-seuil » : image assez éloquente qui justifie que certains lecteurs franchissent allègrement ou hésitent au niveau du paillasson… Honnêtement, je ne connais personne qui se soit véritablement arrêté de lire dès le premier point de ponctuation d’un texte. 
En général, nous continuons, jusqu’à quelques pages,  parfois chapitres, avant d’abandonner le roman et d’en oublier les phrases par lesquelles il a commencé. Certaines phrases, elles,  passent à la postérité. Modèles du genre, elles sont étudiées dans les universités du monde entier. Pour leur excellence, leur syntaxe, leur rythme, leur figure de style, leur originalité au moment où elles ont été écrites. Longtemps, je me suis couché de bonne heure.

Aujourd’hui maman est morteC’était à Mégara, faubourgs de Carthage, dans les jardins d’HamilcarLa première fois qu’Aurélien vit Bérénice, il la trouva franchement laide. Ou encore Jeanne, ayant fini ses malles, s’approcha de la fenêtre, mais la pluie ne cessait pas. Des débuts devenus des valeurs sûres …
Mais les plus mauvaises sont elles aussi mises à l’honneur.
Les moins réussies d’entre elles sont épinglées de façon collaborative et humoristique par l’Université d’Etat de San José (Californie). Celle-ci délivre chaque année le prix de la plus mauvaise première phrase avec le prix Bulwer-Lytton fiction contest en hommage à une célèbre phrase de Edward Bullwer-Lytton datant de 1830 et restée dans les annales  des « à éviter » de la panoplie du parfait petit écrivain :
It was a dark and stormy night… » ( = c’était par une sombre nuit d’orage).

Un palmarès à lire en anglais  sur le site de l’Université  et y découvrir les incontestables lauréats de 2014.
Bien sûr,  chacun est libre d’apprécier les premières phrases de son choix et de leur laisser tout loisir d’ouvrir l’ensemble du texte, mais j’espère qu’après la lecture de cet article, vous aurez au minimum une pensée pour toutes ces malheureuses oubliées et de la compassion pour ces auteurs qui se sont arrachés les cheveux sur les premiers mots de leur texte. * Pour les passionnés des commencements, un amateur éclairé, 1cipit, recense les incipits de romans en tous genres .
https://liseurblog.wordpress.com/tag/incipit/

----------------------------------------------------------------------------------------------

Analyste


[ltr] Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.
[/ltr]
Sur les autres projets Wikimedia :


  • analyste, sur le Wiktionnaire

[size][ltr]
Analyste se réfère généralement à un individu ou un outil dont la fonction primaire est l'examen approfondi d'un domaine spécifique. Ce terme peut désigner :
[/ltr][/size]

  • un analyste d'affaires, dans le domaine des affaires ;
  • un analyste en informatique, autour du développement et de la programmation ;
  • un analyste financier, dans le domaine bancaire ;
  • un psychanalyste ;
  • un analyste en renseignement, membre d'un service de renseignement ;
  • un analyste spécialiste de l'analyse, une branche des mathématiques ;
  • un analyste politique.

[size][ltr]
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Discernement


[ltr]
[size=10]Cet article est une ébauche concernant la psychologie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations desprojets correspondants.

Le discernement est la faculté de reconnaître distinctement en faisant un effort des sens (vue, ouïe, etc.) ou de l'esprit, ou de tous ces éléments conjugués.
Le discernement peut en première approche se rapprocher de l'intuition. Cependant, l'intuition, qui est une prise de conscience immédiate et individuelle, peut conduire à des erreurs d'appréciation.
Descartes affirmait qu'« il n’y a pas d’autres voies qui s’offrent aux hommes, pour arriver à une connaissance certaine de la vérité, que l’intuition évidente et la déduction nécessaire » (XII° règle).
Dans le contexte de l'apparition de la science moderne (Galilée), cette proposition pouvait sembler de bon sens. Pourtant, nos conceptions du monde ayant évolué depuis le xviie siècle, cette affirmation de Descartes peut ne pas s'appliquer dans tous les contextes. En particulier, toute intuition est-elle évidente pour d'autres personnes que celui qui la ressent en fonction de ses propres expériences etperceptions, qui sont nécessairement subjectives ?
Les empiristes, en Angleterre particulièrement, accordent traditionnellement une grande importance à l'expérience (voir méthode expérimentale, Robert Boyle, etc.).
Toute intuition doit donc être vérifiée à partir de plusieurs sources. Le discernement doit donc faire appel à différents modes deraisonnement. Il est d'autant plus précis qu'il est partagé, et débattu.
Le discernement doit faire appel à de nombreux éléments :
[/ltr][/size][/ltr][/size]

  • la signification des signes et symboles, liés aux personnes, aux objets, aux événements (voir sémiotique et sémiologie) ;
  • la sémantique : précision dans la reconnaissance de l'étymologie des mots par exemple, des différents sens ;
  • la linguistique ;
  • les enchaînements d'événements dans l'Histoire ;
  • la culture ;
  • l'identification de l'intention des personnes dans leurs actes (causes finales) ;
  • les prises de conscience
  • etc.

[size][ltr][size][ltr]
Le discernement est un exercice souvent difficile, car il nécessite de s'affranchir des sophismes qui peuvent encombrer le vocabulaire, ou du côté superficiel de certaines affirmations.
Le discernement permet de reconnaître par perception précoce. C'est une qualité utile en intelligence économique et en veille.
Le discernement est une qualité fondamentale dans la spiritualité ignacienne1 : ici, le mot signifie l'aptitude à reconnaître l'action de Dieudans la vie de tous les jours. En effet, Ignace de Loyola, fondateur des jésuites professait que toute décision humaine est le lieu d’une rencontre avec Dieu. Les exercices spirituels qu'il a mis au point ont pour but de favoriser ce discernement.

[/ltr][/size][/ltr][/size]
[ltr]

Sommaire

  [masquer] [/ltr]


  • 1Notes et références
  • 2Voir aussi

    • 2.1Articles connexes
    • 2.2Bibliographie





[size][ltr][size][ltr]
...........[/ltr]

[ltr]faire la part des choses



[/ltr][/size][/ltr][/size]
[ltr]

Sommaire

  [masquer] [/ltr]


  • [-] Français

    • [+] Locution verbale
    • [×] Références



[size][ltr][size][ltr][size][ltr]

Français[modifier]

Locution verbale[modifier]

faire la part des choses \fɛʁ la paʁ de ʃoz\ (se conjugue, voir la conjugaison de faire)
[/ltr][/size][/ltr][/size][/ltr][/size][list="margin-top: 0.3em; margin-right: 0px; margin-left: 3.2em; padding-right: 0px; padding-left: 0px; list-style-image: none;"]
[*]Trouver le juste milieu entre des intérêts, des situations, des avis divergents.
[/list]
[size][ltr][size][ltr][size][ltr]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier]

[/ltr][/size][/ltr][/size][/ltr][/size]

  • en prendre et en laisser
  • il y a à boire et à manger

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Lun 27 Juin 2016 - 14:46

Ca n'était pas là vendredi...





Tu vas en sortir de ce forum ? Ben, justement j'étais dehors...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Lun 27 Juin 2016 - 17:50

Le néant ou le lait entier, ne nous hérissons pas Smile

21 OCTOBRE, 2013



Ben faut dire quoi aux femmes !






Alors la c'est un thème récurrent chez tous mes petits patients surdoués ayant fait des études scientifiques ou s'adonnant à des métiers techniques ou encore se passionnant pour des sujets un peu baroques : que faut-il raconter à une fille pour lui parler ?

Certains d'entre eux doutent même de la réelle intelligence des femmes et se demandent si je ne galèje pas comme on dit à Marseille lorsque j'affirme qu'il existerait des femmes surdouées. Ainsi, une fois, chez moi à l'occasion d'une soirée, le jeune J lui même se moqua des femmes étant entendu qu'il n'en avait jamais entendu une seule se passionner pour l'économie. Mon épouse qui entretient des relations un peu tendues avec le jeune J lui affirma alors qu'il ne fallait pas s'étonner qu'il soit seul parce que vouloir séduire une femme en lui parlant d’économie relevait de la connerie la plus absolue.

Je n'étais pas loin de penser la même chose même si les bons liens que j'entretiens avec le jeune J et ma pondération naturelle m’empêchèrent de m'exprimer avec autant de hardiesse et de franchise que mon épouse. Mais le fait est que vouloir séduire en parlant d'économie me semble périlleux sauf si vous cherchez une couguar et que vous vouliez choper Christine Lagarde.

Très récemment encore, un jeune patient, pourtant brillant et tout mignon, se désespérait qu'une femme se moque éperdument de l'inflation. Timidement, afin de ne pas le brusquer, je lui expliquai alors que je ne pensais pas que toutes les femmes se moquassent de l'inflation mais qu'en revanche j'étais à peu près persuadé que ce n'était pas le meilleur scénario pour séduire ! Car si le proverbe dit "femme qui rit, à moitié dans ton lit" je reste persuadé qu'il devrait en exister un autre expliquant " avec femme que tu fais chier, tu ne prendras pas ton pied". De fait, la séduction même si elle reste peut être un peu mystérieuse doit tout de même obéir à des codes desquels l'ennui sera banni.

Comme je l'expliquais à mon cher petit patient, ce qui nous distingue le plus surement d'une femme, ce n'est pas qu'elles aient en moyenne les cheveux plus longs, mais bien que la nature les condamne à porter nos enfants et à en accoucher. Et peut-être, mais cela n'est qu'une de mes théories fumeuses et je vous enjoins prestement de ne pas me faire fusiller pour sexisme, que cela les rend plus pragmatiques que nous ne le sommes.

On a beau parler de sexe faible, de beau sexe et de je ne sais quoi encore, mon expérience durant laquelle pendant dix ans j'ai reçu entre deux tiers et trois quarts de femmes dans mon cabinet, m'amène à penser que tout cela n'est que fumée aux yeux mais que les femmes se révèlent terriblement pragmatique et adaptées à la vie. Les hommes ont beau théoriser, collectionner les prix Nobel et se couvrir de gloire, il n'empêche que face aux vicissitudes de la vie, une femme est plsu adaptée qu'ils ne le seront jamais.

Ainsi, si vous voulez l'entretenir de l'inflation, n'en parlez pas de manière livresque, telle que vous l'enseignerait un professeur d'économie, mais soulignez la cherté de la vie et l'augmentation des prix. Nul doute que les femmes faisant mieux les courses que nous, sauront mieux saisir la hausse du prix du beurre ou encore du dernier truc de chez Chanel et saurons de manière pragmatique vous parler de l'inflation ! 

De la même manière, si elles sont tout à fait capables de poursuivre des études scientifiques, il me semble que c'est pour avoir un vrai métier plutôt que pour échouer dans une quelconque grande école d'ingénieur où durant trois années de suite, elles n'auraient qu'à picoler pour reculer le plus possible l'entrée dans la vraie vie. De fait, si j'ai des femmes médecins dans ma clientèle, le seul ingénieur chamane que je connaisse se devait d'être un homme ! D'ailleurs tandis que je lui demandais s'il serait capable de rédiger un cours d'introduction à la physique pour une jeune patiente littéraire que cela intéressait, il s'était déjà perdu dans des pensées complexes avant même d'avoir écrit quoi que ce soit.

Les grandes théories, les systèmes complexes sont rarement féminins, non que je les croie plus stupides que nous ne le sommes mais simplement plus efficaces pour se lancer dans la vraie vie. Souvenez-vous que meême la petite blonde diaphane qui vous regardait avec ses jolis yeux bleus n'est qu'une machine efficace sélectionnée par l'espèce pour la perpétuer. Une fois dans ses rets, vous allez vite comprendre qu'il y a un temps pour glander et rêvasser et un autre pour affronter la vraie vie. Alors n'allez pas l'emmerder avec vos grandes théories sur l’inflation vu que les courses, la hausse des prix et tout le bouzin, croyez moi elle en connait plus que vous sur le sujet. Ravalez vos grandes idées et contentez-vous de prendre la liste qu'elle vous a faite pour aller au supermarché et ne vous trompez pas, si il y a écrit lait demi-écrémé ne prenez pas du lait entier.

Voilà un peu mes idées sur le sujet et soyez assuré une fois encore qu'il n'y a aucun sexisme dans mes propos. Ce ne sont que le fruit de mes observations issues d'une vie de labeur. En bref, si vous voulez séduire une femme intelligente, faites la rire et ne la faites pas chier. Bref, vendez intelligemment votre patrimoine génétique étant entendu que les occupations telles que l'économie, la philatélie, les jeux de rôles ou encore la confection d'un herbier ne sont pas vendeurs ! Moi qui vous écris, je n'ai parlé que des années après de ma passion pour les hérissons à mon épouse, j'avais même pris soin de cacher les quelques ouvrages sur le sujet, l'erinecaulogie ne passionnant que rarement les femmes.

La seule manière de passionner une femme pour les hérissons eut été de lui dire que se nourrissant de gastéropodes, le petit mammifère devenait un allié pour tenir hors de portée des salades les limaces et autres prédateurs gluants. Encore une fois, souvenons-nous que les femmes sont pragmatiques alors cessez de vouloir briller avec vos grands systèmes !

A moins que vous ne soyez prof de lettres à la Sorbonne et que vous ne visiez que des étudiantes en lettres. Là, il ne s'agira plus de dire des choses intéressantes mais de donner à croire qu'elles sont intéressantes. Vous pourrez jargonner, citer l'école structuraliste, les constructivistes ou que sais je encore, vous donnerez à vos étudiantes l'idée que par le biais de votre pensée supérieure vous maîtrisez la vie et ça c'est très pragmatique aussi faire croire qu'on a tout compris de la vie, de la mort et de l'amour.C'est du théâtre, de l'esbroufe mais ça marche ; mais pour cela un docteur es lettres est mieux placé qu'un docteur en économie.

Pour le reste, ne pouvant évidemment vous assurer ce ce qu'elles attendent, j'ai demandé à une jeune femme que je connais de rédiger un texte sur le sujet. C'est ainsi que vendredi ou samedi au plus tard, j'aurais l'occasion de publier ce texte dans lequel cette charmante petite brune vous expliquera ce qu'il faut faire ou ne pas faire. C'était le moins qu'elle puisse faire dans la mesure où j'avais fait faire à son intention un cours d'introduction à la physique. Ce n'est qu'un échange de bons procédés.

Merci de m'avoir lu.
http://psychotherapeute.blogspot.fr/2013/10/ben-faut-dire-quoi-aux-femmes.html
Ce truc hulant

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Lun 27 Juin 2016 - 17:51

Bon alors, tu la sors, bobonne, ou pas ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Lun 27 Juin 2016 - 18:19

L'article au format pdf est disponible en cliquant ici.
L’ouvrage d’Isabelle Hénault (Sexualité et Syndrome d'Asperger, 2006) traite de la question de la sexualité et des relations amoureuses chez les personnes avec Syndrome d’Asperger et Autisme de Haut Niveau. Tony Attwood y mentionne le fait que c’est un sujet qui mérite d’être traité, car « malgré la multiplication des recherches et des publications, la question des relations interpersonnelles et de la sexualité des personnes Asperger est demeurée négligée », alors que « les personnes atteintes du syndrome d’Asperger ont les mêmes champs d’intérêt, les mêmes orientations et les mêmes problèmes sexuels que la majorité des gens ». Si les individus Asperger démontrent un intérêt et des besoins similaires aux personnes « neurotypiques » en matière de sexualité, l’expression de leur sexualité est souvent particulière. Alors que la plupart des adolescents aspies manifestent une curiosité certaine pour le sujet, leurs spécificités neuro-atypiques peuvent les éloigner des découvertes amoureuses et sexuelles qu’ils sont supposés faire lors de cette période de bouleversement hormonal. Chaque individu est différent et les cas de figures sont variés, mais certaines similarités permettent cependant de dresser un état des lieux global de la question de l’amour et de la sexualité chez les personnes avec syndrome d’Asperger.
Une période fondamentale : l’adolescence
« Les adolescents Asperger manifestent une curiosité certaine pour la sexualité » (p.17) La puberté est une étape importante du développement sexuel, et qui comprend de nombreux aspects : émotifs, hormonal, social, interpersonnel et physiologique. La période de l’adolescence est très importante car c’est à ce moment-là que l’estime de soi se construit. « Chez les adolescents Asperger, les stéréotypes liés à l’adolescence peuvent être vécus différemment. Par exemple, le désir de joindre un groupe d’amis est moins pressant, et les critères de la mode (vêtements, musique, attitudes, code de langage, etc…) ont un impact beaucoup moins grand » (p.14) « Vers l’âge de l’adolescence, un phénomène de plateau est observé : les adolescents Asperger atteignent rarement la maturité d’un jeune adulte. Ils ne vivent pas les mêmes expériences que les adolescents en général, que ce soit au niveau de l’identité de genre (sentiment d’appartenance à son sexe), ou des interactions avec les autres adolescents, et plus particulièrement avec le sexe opposé » (p.18) Malgré tout, les transformations hormonales qui ont lieu chez les adolescents aspies peuvent les pousser à s’intéresser à leurs pairs et à manifester de la curiosité en matière de sexualité et relations amoureuses. Deux types de réactions peuvent être observés : soit l’adolescent aspie n’est pas influencé par son entourage, ou au contraire, il va tenter d’intégrer les règles et attitudes sociales, mais souvent de façon littérale et inappropriée. En effet, les personnes aspies « éprouvent des difficultés à « lire » et comprendre les intentions et les émotions fines et complexes des autres, ainsi qu’à communiquer efficacement leurs pensées et sentiments intimes » (Tony Attwood). L’adolescent(e) va ainsi imiter le comportement de ses pairs, et ce, même s’il/elle n’est pas toujours en mesure d’en décoder la complexité. Ainsi, il/elle peut reproduire un comportement observé sans tenir compte du contexte. Les moqueries qui résultent du comportement inadapté à la situation peuvent affecter fortement l’estime personnelle du jeune aspie. Période importante en matière de socialisation, l’adolescence, par ces échecs amoureux, peut devenir un cauchemar si la personne aspie n’est pas suffisamment encouragée à exprimer ses difficultés. Il est très important qu’elle puisse être guidée et conseillée sur les sujets souvent négligés que sont les relations amoureuses et la sexualité. Ce qui est intuitif dans le développement des personnes « neurotypiques » ne l’est pas chez l’adolescent aspie. Un décodage sur la question est nécessaire pour l’aider à comprendre les paroles, pensées, émotions, et comportements de ses pairs. Le passé de bon nombre d’aspies est peuplé de souvenirs négatifs dans leurs tentatives de rapprochement affectif et amoureux avec leurs semblables. Beaucoup en gardent un souvenir amer, à défaut d’avoir pu être orientés, cadrés, conseillés.
Communication non verbale, émotions et théorie de l’esprit
« La socialisation et les émotions font partie des thèmes qui engendrent le plus d’interrogations, de confusions, de peurs et de malentendus chez les personnes atteintes du syndrome d’Asperger. Pourtant, elles constituent la pierre angulaire des relations interpersonnelles, ce qui inclut la sexualité » (p.57). Les personnes ayant un syndrome d’Asperger éprouvent des difficultés à décoder les messages non verbaux. L’implicite est ce qui est contenu dans une expression, dans un fait, mais sans être exprimé verbalement. Or, seulement 30% de la communication lors d’échanges sociaux se fait verbalement ; les 70% d’implicite, de non verbal, posent problème aux aspies, car le décodage prend beaucoup de temps. Par exemple, lors du décodage des expressions d’un visage, la personne aspie s’attarde surtout sur des détails et a du mal à voir l’ensemble. Les expressions du visage étant rapidement changeantes, l’individu n’a pas le temps de décoder une émotion, que déjà l’expression est remplacée par une autre. Il peut y avoir ainsi une tendance à observer fixement quelqu’un, ou à l’éviter du regard car la foule de détails informatifs à gérer est trop conséquente. Or, en matière de relations amoureuses, le décodage des émotions et la compréhension de l’état mental et émotionnel de l’autre sont fondamentaux : cela permet de pouvoir se situer par rapport à autrui et au contexte, au niveau amical, affectif, amoureux, sexuel, et agir en conséquence de façon appropriée. « Certains individus vont développer des repères (mots clés, gestes précis, intonations de l’interlocuteur) comme moyen de décodage. Néanmoins, lorsque les repères sont trop rigides, il risque d’y avoir des malentendus. Les relations humaines se déroulent sur plusieurs niveaux parallèles (émotif, non verbal, verbal, cognitif, etc…) et c’est ce qui les rend si complexes » (p.38-39) La théorie de la pensée ou de l’esprit est la capacité à attribuer un état mental à soi-même et aux autres. Les personnes autistes présentent une faible théorie de la pensée, et ont donc du mal à imaginer ce que peut penser ou ressentir l’autre. Cette capacité (ou difficulté) s’exprime à des niveaux variables en fonction des personnes aspies, et peut se travailler et évoluer avec les années. Cela n’est juste pas intuitif chez l’individu autiste, et des études ont montré que les personnes Asperger n’utilisent pas la même région du cerveau que les autres personnes dans les situations sociales (p.69). L’intellectualisation est nécessaire dans le décodage des situations sociales complexes. « Les relations interpersonnelles complexes sont souvent incomprises. Lors de conversations ou d’interactions entre plusieurs personnes, l’individu Asperger a de la difficulté à décoder tous les messages émis en même temps. Les mots et les phrases à double sens créent chez lui de la confusion, ce qui le laisse souvent totalement perplexe. Le langage non verbal, qui agit comme un langage parallèle, est aussi difficile à capter, ce qui fait qu’une conversation peut tourner au cauchemar. La sexualité est remplie de subtilités, de petits gestes et d’intentions qui doivent être décodés à un second niveau. Les personnes Asperger rapportent qu’elles vivent cela comme si elles se trouvaient en présence de quelqu’un qui s’exprimerait dans un dialecte inconnu. C’est comme apprendre une nouvelle langue chaque fois ». (p.38-39)
Le romantisme et l’implicite
De nombreux aspies expliquent qu’ils sont mal à l’aise dans des situations romantiques, riches en complexité implicite, et donc difficilement décodables. Isabelle Hénault donne l’exemple d’une balade près d’un lac, qui « peut être synonyme de romantisme et de plaisir pour le partenaire neurotypique (non Asperger), alors que le partenaire Asperger y voit plutôt une belle occasion d’étudier la qualité de l’eau, la faune et la flore sauvage, et il se fait une joie d’expliquer l’écosystème entourant le plan d’eau ! » (p.28). Si les messages transmis lors d’une conversation ne sont pas suffisamment clairs au niveau verbal, certains ne se rendent d’ailleurs même pas compte que la personne en face est en train de draguer ou de tenter de séduire ! Par exemple, un sourire d’un homme va pouvoir être interprété par une femme aspie comme une preuve du fait qu’il soit heureux, mais s’il y a du désir associé, il est fort probable que celle-ci ne décode pas cette subtilité, ce qui peut amener à des situations de malentendus et d’incompréhensions très dérangeantes !
Les hyper et hyposensibilités des aspies
Les personnes Asperger et AHN peuvent être hypersensibles ou hyposensibles, selon l’acuité de leurs sens (p.28). L’hypersensibilité auditive et tactile est souvent très présente. Cette hypersensorialité peut être vécue comme un grand plaisir ou une souffrance intolérable, et impacte la vie amoureuse et sexuelle. Par exemple, certains aspies ne supportent pas un simple effleurement de la peau, c’est pour eux une sensation très désagréable. « L’effleurement de la peau ou le contact avec certains tissus entraînent une réponse douloureuse. Par contre, la pression cutanée est souvent perçue comme calmante » (Aquilla, 2003). En effet, être serré avec fermeté dans les bras peut être très plaisant pour certains. C’est même parfois très important pour l’équilibre psycho-affectif de l’individu autiste. Temple Grandin, autiste très connue aux Etats-Unis, explique qu’elle a même créé sa propre machine à compression, qui lui permet d’apaiser son anxiété. Les hyposensibilités sont aussi présentes chez certains individus aspies. Dans ce cas, une surexposition aux stimuli est nécessaire afin qu’ils puissent les ressentir suffisamment : « ce comportement peut être interprété comme une compulsion ou une obsession sexuelle alors qu’il s’agit en fait d’un problème purement sensoriel » (p.30). Ces hypo ou hypersensibilités et sensorialités doivent être prises en considération pour une meilleure compréhension des comportements affectifs et sexuels des personnes avec syndrome d’Asperger.
Diversité sexuelle et syndrome d’Asperger
« La population Asperger est, par sa nature même, différente. Cette différence est vécue à plusieurs niveaux, dont celui de la diversité sexuelle » (p 84). Plusieurs individus aspies se considèrent bisexuels ou homosexuels, voire « ambisexuels ». Une adulte Asperger explique son attrait envers une autre personne ainsi : « je suis attirée par la personne avant tout, par ses qualités et sa personnalité. Que ce soit un homme ou une femme, cela n’a pas d’importance pour moi » (p.88). D’autres au contraire sont très fermes dans leur orientation sexuelle. Le point fondamental est que les personnes Asperger, à quelques exceptions près, ont une vie et des désirs sexuels au même titre que le reste de la population : « un des préjugés à l’endroit des personnes Asperger est de les considérer comme des individus asexuels, c’est-à-dire sans désirs, sans besoins et sans conduites sexuelles » (p.88). Isabelle Hénault et Tony Attwood ont mené une étude (2001) en collaboration avec 28 personnes autistes de haut niveau et Asperger. Ils ont notamment pu observer que « le profil sexuel de ces individus diffère en plusieurs points de celui de la population en général, en ce sens qu’ils sont moins influencés par les normes sociales. Certains agissent en accord avec leurs désirs internes, qu’ils soient dirigés vers quelqu’un du même sexe ou non » (p.79). « L’identité de genre des adultes Asperger est profondément ancrée dans leur personnalité, mais avec une différence majeure par rapport à la population en général : cette harmonie n’est pas dictée par les normes de la société » (p.83). L’environnement de la personne aspie, l’attrait du « semblable » et les expériences plaisantes vécues vont contribuer à orienter ses choix sexuels : « les premières expériences sexuelles, les comportements et les désirs sexuels risquent d’être orientés vers les individus qui se trouvent dans l’environnement immédiat. Un autre facteur est lié à l’attrait du semblable. Pour certains individus, il est moins intimidant d’établir une relation intime ou sexuelle avec quelqu’un de « semblable ». Les expériences sexuelles antérieures sont un autre facteur important. La personne Asperger aura tendance à répéter les expériences satisfaisantes qu’elle a vécues, qu’elles soient hétérosexuelles, homosexuelles ou bisexuelles, car la répétition et la routine font partie du répertoire comportemental de ces personnes » (p.89). Si l’étude montre de fortes disparités en terme de satisfaction des individus au niveau de leur vie amoureuse et sexuelle, ce qui est marquant est que la conception différente du monde et des conventions sociales, vécue par les personnes autistes et aspies, les pousse naturellement vers une grande diversité sexuelle. La difficulté réside dans l’incompréhension de l’entourage de ces particularités amoureuse et sexuelle. « Les sujets de la diversité sexuelle et de la genralité sont caractéristiques du syndrome d’Asperger. La présence de symptômes psychologiques associés à l’incompréhension de l’entourage, aux réactions des pairs et de la famille ajoute aux difficultés de certains individus. Une vision pathologique de la genralité ou de l’orientation sexuelle les confine dans l’anomalie, les pousse vers la déviance et empêche tout dialogue avec les professionnels de la santé. Ce domaine mérite qu’on lui accorde davantage d’études afin de permettre une meilleure compréhension des facteurs en cause dans le développement de la genralité, de même que la mise en place d’interventions pertinentes qui apporteront un soutien adapté aux individus ». (p.99).
S’adapter aux contextes
La curiosité naturelle des personnes avec syndrome d’Asperger les amène à devenir des experts sur des thèmes qui les intéressent. Certains aspies, notamment à l’adolescence, passent donc beaucoup de temps à lire, écouter ou visionner des livres, articles, émissions, documentaires traitant des relations amoureuses et de la sexualité. Cependant, ils peuvent avoir tendance à faire maladroitement un « copier-coller » de ce qu’ils ont vu, lu, ou entendu dans des contextes inappropriés. Ils peuvent donc choquer, et se retrouver au centre des moqueries de leurs pairs, avec toutes les conséquences que cela peut avoir en terme d’estime personnelle. D’autre part, la flexibilité et l’adaptation, le fait d’agir avec une certaine souplesse, permettent d’ajuster les comportements aux situations. « La personne Asperger a de la difficulté à improviser ou à s’adapter aux changements, ce qui provoque la majorité des comportements inadéquats » (p.27). Cette problématique peut être dérangeante tout au long de la vie amoureuse d’un individu aspie. Par exemple, une compagne « neurotypique » peut décider d’inviter son amoureux aspie au restaurant pour lui faire plaisir, mais celui-ci peut refuser froidement sous prétexte qu’il avait prévu de passer sa soirée à rechercher des informations sur son intérêt spécifique du moment. Il est donc important de prendre en compte que les personnes Asperger n’aiment pas les imprévus, même si ces surprises sont censées être agréables et leur faire plaisir ! Les aspies mettent du temps à s’adapter aux changements, et prennent très mal le fait qu’on leur empêche de faire ce qu’ils avaient planifié et « encodé » dans leur cerveau.
Des notions floues : l’intimité, les limites, le respect de soi-même et d’autrui
Le désir d’exploration de la sexualité à l’adolescence peut permettre aux individus autistes une ouverture aux autres. Cela favorise la socialisation mais les relations amoureuses et sexuelles doivent être bien expliquées et cadrées : notions de privé/public, l’intimité, les limites, les comportements à risque, le respect de soi-même et d’autrui, le concept de consentement, etc… Il faut savoir faire la discrimination entre ce qui doit être fait en privé et ce qui peut être fait en public. « Les notions de privé et de public sont souvent mal interprétées et comprises » (p.33). Les aspies peuvent en effet avoir du mal à saisir la notion de vie privée, d’intimité. « Les conduites sexuelles doivent s’adapter aux contextes, ce qui inclut les lieux et les individus avec qui elles sont pratiquées. Les personnes Asperger ont parfois de la difficulté à juger du contexte dans lequel un comportement s’exprime. » (p.27). Où, quand, comment, avec qui ? Les réponses à ces questions ne sont pas évidentes du tout, les relations amoureuses supposant une gestion importante et simultanée d’informations complexes pour des cerveaux au fonctionnement autistique. « Il est important de baliser les comportements affectueux des jeunes Asperger afin qu’ils se développent de façon appropriée à l’âge adulte » (p.34) « Les habiletés sociales des personnes Asperger étant limitées, il en résulte un manque d’expérience et de jugement. Le peu de connaissances sexuelles qu’elles ont influence négativement leur compréhension de la notion de consentement à l’égard des demandes sexuelles qui leur sont adressées » (p.40). Les abus sexuels sont fréquents parmi la population autistes ou aspies. Les femmes notamment, pour obtenir de l’affection, ont une tendance à accepter les propositions sexuelles qui leur sont faites. Certains individus profitent de leur naïveté et de leur crédulité. Les femmes aspies doivent donc apprendre à détecter les abuseurs potentiels.
Comportements inappropriés et détresse psychologique
La frustration est souvent à la base des comportements agressifs ou impulsifs. « Le quotidien de personnes Asperger est chargé de malentendus, ce qui peut entraîner l’apparition de différents comportements inappropriés » (p.27). Il arrive que certaines situations amènent des sentiments de confusion et de frustration, entraînant un comportement inapproprié au niveau sexuel. Le manque de théorie de l’esprit et d’empathie, la difficulté de comprendre ses pairs et de s’adapter aux contextes, de décoder l’implicite, les tentatives ratées de rapprochement et les moqueries qui en découlent, peuvent entraîner des angoisses, de l’anxiété, un repli sur soi, de la dépression, mais également mener l’individu à avoir des conduites sexuelles inappropriées, voire pathologiques. Par manque d’habiletés sociales, « le sentiment de solitude, la dépression, l’anxiété et la colère sont les symptômes les plus souvent associés à leur détresse » (p.58). « Dans certains cas, l’isolement entraîne un désir si intense de rencontrer un partenaire que les gestes seront impulsifs et inappropriés. Plus les occasions de faire des nouvelles rencontres seront nombreuses, moins cette personne sera impulsive et désespérée » (p.51). La sexualité peut devenir intérêt spécifique de la personne aspie. Cela ne pose pas de problème tant que cela ne cause pas de dommages pour elle-même ou autrui, mais l’aspect « envahissant » et obsessionnel peut nécessiter un accompagnement bienveillant de la part d’un entourage compréhensif ou de professionnels de santé spécialisés. Tony Attwood explique que « l’imaginaire occupe une place importante chez les filles affectées du syndrome d’Asperger, surtout sur le plan des relations amicales. Cette particularité typique de l’adolescence peut aussi prendre des proportions importantes ». Il arrive que par peur du ridicule ou du rejet, les aspies évitent les rencontres et les contacts sociaux, et se contentent de vivre dans « leur monde imaginaire ». Il faut veiller à les aider à maintenir un lien avec la réalité et à leur redonner confiance en leurs capacités sociales. Le fait de parler d’une situation permet de la dédramatiser. Lorsque la vie fantasmatique est développée comme mécanisme compensatoire, il peut y avoir des avantages (renforcement de l’estime personnelle et du sentiment de « capabilité » en pensées) mais aussi des inconvénients. L’obsession peut se manifester au niveau sexuel, avec une autostimulation qui peut aussi devenir une activité envahissante. Il est important de l’autoriser, mais en élargissant et diversifiant le répertoire des activités autostimulantes pour la personne. Punir ou négliger la situation augmenteraient l’anxiété et le problème ; il vaut mieux essayer d’en parler pour essayer de trouver des solutions, voir jusqu’à quel point cela occupe son esprit, et faire appel à un spécialiste si nécessaire. De plus, « la personne qui se bâtit un réseau social aura de meilleures chances de rencontrer des gens avec qui elle partage des intérêts communs » (p.18) et donc, de pouvoir avoir des expériences amoureuses. Les obsessions peuvent parfois, bien que plus rarement, évoluer en compulsions sexuelles, et mener à des actes impliquant des victimes (agressions sexuelles). Il faut bien entendu autant que possible intervenir au préalable afin d’éviter de telles situations de pertes de contrôle. Un adolescent « délinquant sexuel » de 16 ans explique : « elle me plaisait, je lui ai fait comprendre… à ma manière » (p.54). Sa manière était juste inappropriée, irrespectueuse, ne tenant pas compte du consentement d’autrui ; d’où l’importance d’aborder les thèmes cités préalablement (public/privé, intimité, respect, limites, consentement mutuel). « Il y a moins de risques qu’un comportement devienne excessif s’il est accepté et bien orienté plutôt qu’interdit (…) les pulsions et désirs sexuels ne pouvant être réprimés, ils doivent être dirigés afin que leur expression soit adéquate et socialement acceptable » (p.5). L’étude menée par Tony Attwood et Isabelle Hénault montre que « l’image corporelle négative, le manque d’expériences sexuelles et la présence de symptômes dépressifs et anxieux contribuent au dysfonctionnement sexuel observé chez certains individus. De plus, le manque d’occasions et un environnement restrictif risquent également d’accroître la fréquence des conduites inappropriées » (p.78).
Vie de couple et syndrome d’Asperger
Par leurs particularités de fonctionnement, beaucoup de personnes avec syndrome d’Asperger disent éprouver des difficultés à vivre une relation de couple satisfaisante et épanouissante. Certaines personnes aspies se préoccupent bien plus de leurs intérêts spécifiques que des relations interpersonnelles ce qui a un effet direct sur leur vie amoureuse. « Un facteur à considérer est l’absence de communication émotive dans la vie affective, intime et sexuelle. Le sujet devient parfois tabou, ce qui entraîne une diminution des comportements affectueux et l’apparition de pensées négatives. La communication émotive va au-delà de l’échange routinier et superficiel. Elle implique le partage des émotions et des pensées intimes. Les échanges ont avantage à être assez nombreux afin que s’installe une complicité entre les partenaires. Le partenaire Asperger peut éprouver des difficultés dans le contexte d’une communication intime » (p.103). La relation de couple peut avoir lieu entre personnes aspies, mais également entre un individu « neurotypique » et son partenaire « neuro-atypique ». Les attentes des partenaires ne sont pas les mêmes, et l’individu neurotypique peut souffrir du manque de moments de partages affectifs. Deux témoignages intéressants sont évoqués (p.104) : « un conjoint Asperger ne se rend pas compte de l’importance des moments intimes entre lui et sa partenaire. Sa conjointe souffre du manque d’échanges et d’affection entre eux. Comme il perçoit cette remarque comme un reproche, il maintient une distance encore plus grande, en se réfugiant dans son activité préférée ». Un autre couple explique « ses insatisfactions quant aux nombreuses mésententes qui règnent. Le conjoint Asperger exprime son attirance et son désir pour sa conjointe uniquement au moyen des échanges sexuels (…) la conjointe déplore le découpage net entre la relation purement « sexuelle » et la relation « affective » absente dans le couple ». Il n’est donc pas rare de rencontrer cette dynamique chez les couples dont l’un des membres est Asperger. Les personnes avec syndrome d’Asperger peuvent ainsi avoir des difficultés en matière de communication affective. Or, cela est l’étape de base vers la compréhension mutuelle. Il est nécessaire en premier lieu que les partenaires s’entendent sur les constituantes de l’intimité du couple.
3 composantes sont nécessaires à l’établissement de l’intimité entre 2 personnes (p.106) : - le partage des pensées, des croyances et des rêves - la sexualité (considérée sous l’angle des échanges et de l’attachement) - la reconnaissance de sa propre valeur et de ses besoins individuels
Un partage et une discussion devrait donc avoir lieu sur ce qui constitue pour chacun une intimité satisfaisante et épanouissante : dans leurs réponses, quels sont les points communs, les différences, les constituantes de l’intimité selon chacun ? Comment mettre en place des adaptations afin que chacun puisse y « trouver son compte » ? Il ne s’agit pas d’un moment de confrontation, mais d’un dialogue, d’un échange constructif visant à consolider la relation et à en améliorer la qualité.
Quelques idées d’exercices pratiques
« L’entraînement aux habiletés sociales a pour objectif de raffiner et d’accroître le répertoire des comportements adaptatifs des individus. Le lien entre les habiletés interpersonnelles et la sexualité est important. (…) il faut acquérir certaines habiletés de base indispensables à l’établissement d’une relation entre deux personnes » (p.59). Des discussions peuvent avoir lieu, en famille, entre amis, dans des groupes de paroles, ou avec des professionnels connaissant bien le syndrome d’Asperger sur les thèmes évoqués précédemment : - à la puberté, il est important de parler d’éducation sexuelle en termes très clairs aux adolescents, en évoquant sans tabou l’autostimulation (masturbation) et les changements physiologiques qui ont lieu, éventuellement en utilisant des images pour illustrer ces changements - les nouvelles odeurs qui apparaissent à l’adolescence peuvent nécessiter l’utilisation de produits doux et naturels en fonction des hypersensorialités olfactives (et possibles hypersensibilités réactionnelles aux produits chimiques) - les risques liés à la sexualité, la santé sexuelle, les partenaires possibles et la notion de contexte - faire comprendre la distinction entre ce qui est public et privé/intime - l’identité sexuelle, l’orientation sexuelle - le lien entre les émotions et la sexualité - faire la liste de ce qui est agréable ou désagréable en fonction des hyper et hyposensorialités et des 5 sens pour chaque personne - s’entraîner à reconnaître ses émotions et celles d’autrui, travailler sur la théorie de l’esprit (que peut bien penser l’autre, et qui est différent de mes propres pensées ?) - apprendre à décoder la communication non verbale - savoir poser des limites et dire non si la relation amoureuse ou sexuelle n’est pas souhaitée, discuter de la notion de consentement et de respect de soi-même et d’autrui - sensibiliser aux formes d’abus et expliquer qu’il y a des lois qui permettent d’être protégé ; discuter des situations souhaitables, malsaines, abusives - l’exercice des 3 cercles : tracer 3 cercles, un au centre et les 2 autres autour : celui du centre, le vert, représente l’intimité : y noter tout ce qui est autorisé, et avec quelle(s) personne(s) ; le 2ème, jaune, représente la sphère familiale et les amis proches ; y noter également ce qui est autorisé et ce qui ne se dit pas ou ne se fait pas ; enfin le dernier cercle, rouge, tout autour, représente les relations et conduites à avoir en société, dans la sphère publique, y inscrire ce qui est interdit dans ce contexte-là. Pour les couples, étendre le script sexuel si celui-ci est trop répétitif et lassant : étant donné les caractéristiques associées au syndrome d’Asperger, il est fort probable qu’une routine s’installe et laisse peu de place à la spontanéité. L’exercice peut être la découverte des sensations corporelles en explorant le corps de l’autre, et communication sur ce qui est vécu et ressenti, en prenant le temps de vivre l’échange, d’intégrer de nouveaux gestes intimes, dans un désir d’évolution et de partage en couple.
Conclusion
Si les personnes ayant un syndrome d’Asperger manifestent pour la plupart autant d’intérêt que les individus « neurotypiques » en matière de relations amoureuses et de sexualité, un accompagnement spécifique devraient leur être proposé dès la puberté, afin de les conseiller là où l’intuition sociale leur fait défaut. Malgré leur désir de « bien faire » face à un partenaire potentiel, une certaine maladresse inhérente à leur fonctionnement neurologique particulier peut les amener à avoir des conduites inappropriées et choquantes, car non adaptées aux contextes, et impactant parfois lourdement sur leur estime personnelle et leur sentiment de « capabilité » (« ability ») en situations sociales. Les relations amoureuses, encore plus que les relations sociales, sont d’une complexité extrême, et très difficiles à décoder pour un cerveau autiste. Il est donc important d’évoquer avec la personne aspie le vaste registre et les diverses composantes du langage subtil des relations amoureuses et sexuelles, afin d’éviter à des aspies non avertis les apprentissages uniquement « sur le terrain », souvent chaotiques.
Tag(s) : [url=http://etreautisteaujourdhui.over-blog.com/tag/syndrome d%27asperger/]#Syndrome d'Asperger[/url], #Lectures

http://etreautisteaujourdhui.over-blog.com/2015/05/relations-amoureuses-sexualite-et-syndrome-d-asperger.html

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Lun 27 Juin 2016 - 19:47

Ne pas avoir inventé l'eau tiède (chaude) / le fil à couper lebeurre

Ne pas être très intelligent.
Être très naïf ou être borné.


Origine
Un inventeur a normalement l'esprit curieux, ouvert et il imagine des choses auxquelles d'autres n'ont pas pensé ou difficiles (techniquement) à concevoir.
On le suppose donc naturellement doté d'une certaine ingéniosité.

Mais que penser de l'intelligence de celui qui « invente » des choses d'une banalité affligeante comme l'eau chaude, l'eau tiède, le fil à couper le beurre, le cachou rond, le caoutchouc mou, le moisi du Roquefort ou les trous de l'Emmental[1] ?
C'est toute l'ironie qui ressort de cette expression.

[1] Toutes ces 'inventions' font partie de celles recensées dans les très nombreuses variantes de cette expression.
A part pour l'Emmental (), puisque la version originale contenait 'les trous du Gruyère' mais que, comme chacun sait, il n'y a pas de trous dans ce fromage ().

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Ne pas avoir inventé l'eau tiède (chaude) / le fil à couper le beurre » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici
Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact









































[th]Pays[/th][th]Langue[/th][th]Expression équivalente[/th][th]Traduction littérale[/th]
DanemarkdaHan har ikke opfundet den dybe tallerkenIl n'a pas inventé l'assiette creuse
AngleterreenTo be no geniusNe pas être un génie
AngleterreenNot having invented the wheelNe pas avoir inventé la roue
États-UnisenTo not be a rocket scientist / brain surgeonNe pas être un scientifique (expert) en fusées / chirurgien cérébral
AngleterreenHe'll never set the Thames in fireIl ne mettra jamais le feu à la Tamise
États-UnisenTo not be the sharpest pencil in the boxNe pas être le crayon le plus pointu dans la boîte
EspagneesSer un poco corto de mirasÊtre un peu trop juste d'esprit
EspagneesHacer el primoInterpréter le rôle de cousin
EspagneesSer mas tonto que Perico el de los palotesÊtre plus bête que Pierrot ,celui qui utilise les baguettes de tambour
Canada (Québec)frNe pas avoir inventé le spring aux sauterelles
Canada (Québec)frNe pas avoir inventé les boutons à 4 trous
France (Rurale)frDécouvrir que l'ail colle
Canada (Québec)frNe pas avoir mis (posé) les pattes aux mouches
Canada (Québec)frCe n'est pas la tête à Papineau
CroatiehrNisi otkrio toplu voduNe pas avoir inventé l'eau chaude
HongriehuNem ô találta fel a spanyol viasztCe n'est pas lui qui a inventé la cire espagnole
ItalieitNon avere inventato l'acqua calda / tiepidaNes pas avoir inventé l'eau chaude / tiède
ItalieitNon aver scoperto l'America / l'acqua caldaNe pas avoir découvert l'Amérique / l'eau chaude
Pays-BasnlHet buskruit niet uitgevonden hebbenNe pas avoir inventé la poudre
RoumanieroE deştept ca oaiaIl est intelligent comme le mouton
SerbiesrNisi otkrio AmerikuT'as pas découvert l'Amérique

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Lun 27 Juin 2016 - 20:42

Entrez une forme


options d'affichagecatégorie : toutes substantif verbe adjectif adverbe interjection 

  • AMOUR-PROPRE, subst. masc.


I.− Forme ou extension de l'amour, légitime ou non, de soi :
1. ... l'amour de soi qui n'est que l'instinct vital, diffère de l'amour-propre qui tient à des idées acquises, à des comparaisons qui s'établissent entre nous et les autres. L'amour-propre est une extension de l'amour de soi et peut lui servir de supplément. On s'aime dans les autres quand on ne peut plus s'aimer en soi-même d'une manière directe et immédiate. L'on revient ainsi à s'aimer médiatement, c'est-à-dire que nous (nous) rendons l'affection que des êtres chéris nous témoignent et que nous n'aurions pas sans eux. Maine de Biran,Journal,1823, p. 384.
A.− Vieilli
1. Recherche égoïste de son intérêt, de son plaisir ou de son développement personnel :
2. Les lettres, sans le talent propre à les rendre utiles ou agréables, ne servent qu'à corrompre le cœur, qu'à nous gonfler de haine et d'envie, qu'à nous arracher aux devoirs de la société, et à nourrir en nous un amour-propre féroce aux dépens de tous les sentiments généreux. F.-R. de ChateaubriandLes Martyrs,t. 1, 1810, p. 111.
3. Qu'on ne craigne pas que les instruments de l'autorité, (...) soient trop enclins à désobéir. Leur tendance naturelle, favorisée encore par leur intérêt et leur amour-propre, est toujours l'obéissance. Les faveurs de l'autorité sont à ce prix. Elle a tant de moyens secrets pour les dédommager des inconvénients de leur zèle! B. ConstantPrincipes de politique,1815, p. 94.
4. Toutes nos passions finissent par s'absorber dans l'amour-propre ou plutôt dans l'intérêt, comme les rayons de lumière s'absorbent dans le noir. Ch.-J. de ChênedolléExtraits du journal,1833, p. 185.
5. La vie de l'avare est un constant exercice de la puissance humaine mise au service de la personnalité. Il ne s'appuie que sur deux sentiments : l'amour-propre et l'intérêt; mais l'intérêt étant en quelque sorte l'amour-propre solide et bien entendu, l'attestation continue d'une supériorité réelle, l'amour-propre et l'intérêt sont deux parties d'un même tout, l'égoïsme. H. de BalzacEugénie Grandet,1834, pp. 124-125.
6. ... quand le dilettante glisse entre les doigts de pierre de toutes les idoles, c'est qu'il a un autre culte, l'autolâtrie; à tout regarder du haut de l'étoile Sirius, tout lui devient exigu et mesquin, tout et tous, il ne reste de grand que l'amour-propre d'un seul, moi : « Ut sim! » Voilà l'aspiration foncière qui, comme un fiat tout spontané et cordial, sanctionne en lui l'être reçu et le produit librement, amoureusement. M. Blondel,L'Action,1893, p. 16.
7. ... si des actes l'on remontait, par le fil ténu des raisonnements enveloppés, jusqu'au principe des sentiments inaperçus, on demeurerait surpris, comme l'ont été la plupart des moralistes, de l'amour-propre déguisé qui se joue sous une surface de bonté et d'abnégation. Ainsi, en pleurant une séparation, c'est soi qu'on pleure. Mais l'amour-propre est plus clairvoyant encore que les moralistes; il devine que l'affection vraie qu'on sent pour un autre est plus rassasiante qu'un égoïsme trop pressé de jouir de lui-même. M. BlondelL'Action,1893p. 255.
8. Il me paraît que la position que je tâchais de prendre à l'égard de La Rochefoucauld ne saurait être maintenue sans injustice. Mon premier tort était de tenter d'assimiler ce qu'il appelle l'amour-propre, à l'égoïsme. Malgré tout, les maximes ayant trait à l'amour-propre sont de moindre intérêt que celles qui ne se rattachent à aucune théorie, à aucune thèse, et dont certaines sont de la pénétration la plus singulière, ... A. GideJournal,1921, p. 698.
2. Goût pour ce qui valorise ou flatte sa propre personne, notamment par l'acquisition de biens de qualité exceptionnelle :
9. Le commencement du discours de Charlemagne me fit éprouver la plus vive émotion; j'admirois le héros saxon avant de le connoître, et devenu son libérateur, l'amour-propre avoit tellement exalté mes sentimens pour lui, que son alliance m'eût paru mille fois plus glorieuse que celle de tous les souverains de la terre. Mmede GenlisLes Chevaliers du Cygne,t. 1, 1795, p. 76.
10. Je l'avouerai, mon cœur nageait dans la joie. Je me voyais aimé, chéri; l'amour et l'amour-propre étaient également satisfaits; ils me causaient une égale ivresse : glorieux d'être avec la plus jolie personne de la chambrée, j'avais encore la délicieuse idée que j'en étais préféré!... N.-E. Restif de La BretonneMonsieur Nicolas,1796, p. 70.
11. Son amour [de Julien] était encore de l'ambition; c'était de la joie de posséder, lui pauvre être malheureux et si méprisé, une femme aussi noble et aussi belle. (...). Si elle [Mmede Rênal] eût possédé un peu de ce savoir-vivre dont une femme de trente ans jouit depuis longtemps dans les pays plus civilisés, elle eût frémi pour la durée d'un amour qui ne semblait vivre que de surprise et de ravissement d'amour-propre. StendhalLe Rouge et le Noir,1830, pp. 90-91.
3. Bonne opinion de soi :
12. ... je ferai aux hommes politiques de l'école doctrinaire et métaphysique un reproche qui étonnera au premier abord ceux qui les connaissent : c'est d'avoir trop peu d'amour-propre. Ces esprits, dans les théories sophistiquées et superfines qu'ils appliquent au gouvernement de la société, supposent trop que le commun des hommes leur ressemble. Ch.-A. Sainte-BeuvePensées et maximes,1869, p. 52.
B.− RELIG., MOR. Attachement exagéré à ses passions, préjugés, etc. ou prise en considération anormale du jugement d'autrui sur soi, l'un et l'autre étant considérés comme obstacles au progrès moral ou spirituel :
13. ... notre amour-propre nous porte toujours au dehors le plus loin de nous qu'il est possible, afin d'éviter de sentir nos misères et de nous voir tels que nous sommes. Maine de BiranJournal,1823, p. 379.
14. À peine a-t-on saisi la moralité comme affirmation que surgit, du cœur de l'affirmation, la menace mortelle de l'égocentrisme. (...) Les spirituels ont toujours fait de l'amour-propre le premier et le plus rebelle adversaire de l'effort moral. E. MounierTraité du caractère,1946, p. 687.
C.− LITT. Forme que prend l'amour de soi lorsque dans la recherche d'un bien personnel apparaît le souci de sa bonne réputation dans le groupe social auquel on appartient.
1. Sans nuance péj. Désir ou souci légitime d'un bon renom ou d'une appréciation valorisante qui normalement s'attachent au comportement d'un homme ou d'une femme de bien :
15. ... la vertu était pour moi ce que tu faisais; l'honneur, ce qui te plaisait; la gloire n'avait d'attrait dans mon cœur que parce qu'elle t'était agréable et flattait ton amour-propreNapoléon IerLettres à Joséphine,1796, p. 36.
16. ... je veux donner à mes censeurs l'exemple de la modération. S'ils n'ont pas craint de blesser mon amour-propre, je me fais un devoir d'épargner leur vanité. Ils attachent sans doute à leurs ouvrages beaucoup plus d'importance que je n'en attache aux miens : puisqu'ils ont mis leur bonheur dans leurs succès littéraires, à Dieu ne plaise que je prétende le troubler. F.-R. de ChateaubriandLes Martyrs,t. 1, 1810, p. 101.
17. ... jamais aucune considération tirée, ni du succès, ni de la mode, ni des préjugés, ni de tout ce qui vient des autres enfin, n'auroit pu lui [à Schiller] faire altérer ses écrits; car ses écrits étoient lui, ils exprimoient son âme, et il ne concevoit pas la possibilité de changer une expression, si le sentiment intérieur qui l'inspiroit n'étoit pas changé. Sans doute Schiller ne pouvoit pas être exempt d'amour-propre. S'il en faut pour aimer la gloire, il en faut même pour être capable d'une activité quelconque; mais rien ne diffère autant dans ses conséquences que la vanité et l'amour de la gloire... G. de StaëlDe l'Allemagne,t. 2, 1810, pp. 87-88.
18. ... je cherche le monde dont j'ai besoin, alors précisément que je suis incapable de tout ce qui peut être agréable au monde et m'y donner quelque valeur, quelque jouissance d'amour-propre; ... Maine de Biran,Journal,1821, p. 305.
− En partic. Désir d'être apprécié pour ou dans son travail :
19. ... si je dois dépouiller tout amour-propre, certes, c'est avec toi. Cependant pour tout te dire, je n'étais pas sans avoir remarqué que de toutes les maisons où je vais la tienne était la seule où l'on me témoignât sur mesoccupations une complète indifférence. Tu m'apprends aujourd'hui que c'était discrétion de la part de tes parents, je le comprends parfaitement et je leur en sais gré. V. HugoLettres à la fiancée,1822, p. 141.
2. Gén. péj. Déformation ou dégradation de la recherche légitime du bon renom :
20. Nous avons des lois mais point d'institutions, et par suite nous avons des méthodes d'instructions pour les sciences et les arts mais point d'éducation de l'homme et du citoyen. Chacun de nous se trouve réduit à son individualité; il se fait centre dans la société où il vit, rapporte tout à lui-même, à son intérêt ou à son amour-propre; il joue son rôle le mieux possible pour tirer parti de sa position, etc... Que peut faire une assemblée composée de tels hommes? Maine de BiranJournal,1816, p. 110.
21. − Tu ne connais pas l'amour-propre des villes de province, répondit Lucien. On est allé dans une petite ville du Midi recevoir en triomphe, aux portes de la ville, un jeune homme qui avait remporté le prix d'honneur au grand concours, en voyant en lui un grand homme en herbe! H. de BalzacLes Illusions perdues,1843, p. 657.
a) [L'amour-propre, source d'erreur ou d'illusion de l'esprit] Tendance plus ou moins consciente à exagérer sa valeur ou son mérite personnel, généralement au détriment de celui d'autrui. Synon. vanterie, vantardise :
22. Lu Xénophon. Il y a des traces de vanterie dans sa relation de la marche des 10.000 et de l'exagération du rôle qu'il y a joué. On remarque pourtant malgré lui que ce rôle était assez subalterne. Le général lacédémonien le traitait fort cavalièrement. La vérité est une chose bien puissante et bien impliable, puisqu'elle se fait jour à travers tous les déguisements de l'amour-propre, dans un auteur qui a écrit il y a 2.000 ans. B. ConstantJournaux intimes,oct. 1804, p. 147.
23. Tous les peuples avaient leur dieu particulier, et ce n'est qu'en communiquant les uns avec les autres qu'ils ont commencé à reconnaître un dieu universel. Ce n'est pas que chaque homme n'en eût le sentiment en lui-même, mais son amour-propre le portait à croire que le dieu de la nature ne s'occupait que de son pays, et même que de sa seule personne. J.-H. Bernardin de Saint-PierreHarmonies de la nature,1814, p. 309.
24. ... travaillez donc, creusez-vous la tête, plongez votre âme dans un marais de systèmes, desséchez vos idées d'enfance, vos fraîches idées pleines de simplicité; dites-vous tous les matins et tous les soirs que vous êtes un homme de génie; faites-vous de votre amour-propre une coquille de limaçon où vous puissiez vous enfermer; raillez et exaltez, disputez et intriguez; tout tombera un beau matin devant le faible, l'ignorant regard d'une jeune fille. A. de MussetLe Temps,1831, p. 116.
25. − Et il est de l'Académie des sciences pour cela? − Non pas, de l'Académie française. − Mais qu'a donc à faire l'Académie française là-dedans? − Je vais vous dire, il paraît... − Que ses expériences ont fait faire un grand pas à la science, sans doute? − Non, mais qu'il écrit en fort bon style. − Cela doit, dit Monte-Cristo, flatter énormément l'amour-propre des lapins à qui il enfonce des épingles dans la tête, des poules dont il teint les os en rouge, et des chiens dont il repousse la moelle épinière. A. Dumas père, Le Comte de Monte-Cristo,t. 2, 1846, p. 149.
− En partic. Amour-propre d'auteur. Défaut d'un auteur qui s'exagère l'importance de son œuvre :
26. L'extrait que Minette avait fait de l'ouvrage de M. de Bonstetten avait tellement éveillé son amour-proprequ'il ne pouvait plus finir de parler de ses ouvrages. Les jouissances de l'amour-propre d'auteur ont quelque chose d'un plaisir physique. Tous les traits s'épanouissent et il y a visiblement dans toute la personne une titillation voluptueuse. B. ConstantJournaux intimes,août 1804, p. 126.
27. Plaisant mot de Schlegel, caractéristique de son amour-propre d'auteur. Je lisais une épître de lui à un de ses amis, et je vis dans une note que cet ami était mort peu de temps après. Je lui en parlai. « Oui, me répondit-il, il mourut vers ce temps-là, âgé de 27 ans. Mais il eut pourtant le temps de recevoir mon épître avant de mourir. » Ne dirait-on pas que la destination de cet ami était surtout de lire l'épître de Schlegel, et que, l'ayant lue, il devait être content! B. ConstantJournaux intimes,sept. 1804, p. 136.
28. ... c'était une petite note apologétique en quatre pages, dans laquelle l'ami de l'auteur, ou probablement l'auteur lui-même, marque sa place entre Tacite et Bossuet; où l'on prouve qu'il a plus de profondeur que Montesquieu, des aperçus plus fins, plus philosophiques que Voltaire, (...) etc. Combien d'occasions n'a-t-on pas de s'écrier avec MmeDeshoulières : l'amour-propre est, hélas! le plus sot des amours. V. de JouyL'Hermite de la Chaussée d'Antin,t. 2, 1812, p. 44.
29. J'ai cru remarquer, Adèle, que tu me croyais de l'amour-propre et même, tranchons le mot, de la vanité.Cette observation a dû m'affliger. Si tu as raison, si je suis vain en effet, je dois gémir de ce que, parmi mes nombreux défauts, il se trouve celui que je déteste et que je méprise le plus au monde. Si tu te trompes, si tu prends pour de l'amour-propre une fierté, ou, si tu veux, un orgueil que je m'avoue à moi-même et dont même je m'applaudis, je dois déplorer bien plus encore d'être mal jugé par le seul être sans l'estime duquel je ne puisse vivre, surtout si ce qui lui semble un défaut (et le dernier de tous!) est à mon gré la première qualité de tout homme qui se sent quelque dignité dans l'âme. V. HugoLettres à la fiancée,1821, p. 60.
− P. ext. Aveuglement, p. exagér., sur sa valeur personnelle :
30. On croit le sourd malheureux dans la société. N'est-ce pas un jugement prononcé par l'amour-propre de la société, qui dit : « Cet homme-là n'est-il pas trop à plaindre de n'entendre pas ce que nous disons? » Chamfort,Maximes et pensées,1794, p. 18.
31. ... j'ai lu les critiques qu'ils ont faites de mes premiers ouvrages, j'y ai remarqué du goût, de l'esprit, du talent, du savoir. S'ils m'ont paru quelquefois aller trop loin, j'ai pensé, ou que mon amour-propre me trompoit, ou qu'ils étoient emportés malgré eux au delà des bornes, par cette chaleur d'opinion dont on a tant de peine à se défendre. F.-R. de ChateaubriandLes Martyrs,t. 1, 1810, p. 109.
32. ... ce rythme qui nous est particulier et qui nous constitue, qu'autrui devine dans notre démarche, dans nos gestes spontanés, dans nos paroles, grâce à l'amour qu'il nous porte. La connaissance de notre existence la plus unique, que notre amour-propre même nous dissimule profondément, est aussi difficile à atteindre que l'image inconnue de notre visage ou de nos épaules sous les mortes effigies qu'en peuvent donner le miroir ou la photographie. Il n'est d'autre moyen, pour saisir cette harmonie ou cette loi particulière que d'échapper au temps par la contemplation du temps, de percevoir, l'oreille tendue, cette mélodie entre toutes les autres, qui est notre destinée. A. BéguinL'Âme romantique et le rêve,1939, p. XI.
♦ Désir inconsidéré de passer pour une personne très intéressante ou pour l'être central d'un groupe :
33. ... M. Valenod (...) apprit des choses les plus mortifiantes pour son amour-propre. Cette femme, la plus distinguée du pays, que pendant six ans il avait environnée de tant de soins, et malheureusement au vu et au su de tout le monde (...) venait de prendre pour amant un petit ouvrier déguisé en précepteur. StendhalLe Rouge et le Noir,1830, p. 118.
34. L'amour-propre de Julien était flatté. Une personne environnée de tant de respects (...) daignait lui parler d'un air qui pouvait presque ressembler à de l'amitié. StendhalLe Rouge et le Noir,1830pp. 302-303.
b) [L'amour-propre source de déviation du jugement moral] Tendance immodérée, voire maladive, à rechercher les prévenances, les louanges, les honneurs ou la popularité. Synon. vanité.Rechercher des satisfactions d'amour-propre :
35. Ôtez l'amour-propre de l'amour, il en reste trop peu de chose. Une fois purgé de vanité, c'est un convalescent affaibli, qui peut à peine se traîner. L'amour, tel qu'il existe dans la société, n'est que l'échange de deux fantaisies et le contact de deux épidermes. ChamfortMaximes et pensées,1794, p. 61.
36. ... quelles seraient les conséquences de ces succès [militaires], même pour la nation conquérante? N'ayant aucun accroissement de bonheur réel à en attendre, en ressentirait-elle au moins quelque satisfaction d'amour-propre? Réclamerait-elle sa part de gloire? Bien loin de là. Telle est à présent la répugnance pour les conquêtes, que chacun éprouverait l'impérieux besoin de s'en disculper. Il y aurait une protestation universelle, qui n'en serait pas moins énergique pour être muette. B. ConstantDe l'Esprit de conquête et de l'usurpation,1813, p. 165.
37. ... ce qui me paraît distinguer bien honorablement cette société d'hommes à talens, c'est une bienveillance réciproque qui semble exclure tout sentiment d'amour-propre. − Ne vous y fiez pas, lui répondis-je; en fait d'amour-propre, nous avons ici ce qu'il y a de mieux. Vous voyez bien ce grand garçon qui se balance dans sa chaise d'un air si nonchalant; il a trouvé le moyen (et cela n'était pas facile) d'avoir plus de vanité que de mérite; sa politesse n'est qu'une manière de vous avertir de prendre garde à lui. V. de JouyL'Hermite de la Chaussée d'Antin,t. 4, 1813, p. 224.
38. Si mon fils épousait la femme de chambre de sa mère, dans ce monde où il voudrait t'introduire, l'opinion te repousserait, lui-même s'en apercevrait. C'est dans toi qu'il serait humilié, et bientôt il ne t'aimerait plus; car l'amour-propre est malheureusement le premier mobile de l'amour. E. Scribe, A.-F. VarnerLe Mariage de raison,1826, I, 2, p. 393.
39. ... tout le coron se groupa autour de lui [d'Étienne]. Ce furent des satisfactions d'amour-propre délicieuses, il se grisa de ces premières jouissances de la popularité : être à la tête des autres, commander, lui si jeune et qui la veille encore était un manœuvre, l'emplissait d'orgueil, agrandissait son rêve d'une révolution prochaine, où il jouerait un rôle. É. ZolaGerminal,1885, p. 1281.
40. Pour des populations très nerveuses, affolées d'amour-propre, le sport n'est pas une détente, il est unirritant et il s'ajoute aux irritants de la vie pratique, du travail, de la profession, de la famille. Il y avait beaucoup de spleenétiques en Angleterre, vers 1830. Il y a beaucoup de neurasthéniques en France, vers 1930. Et plus on exténuera les gens à force de convoitises, plus on créera de neurasthéniques. J.-R. BlochDestin du Siècle,1931, p. 136.
41. ... même si l'on érige en principe de la morale l'intérêt personnel, il ne sera pas difficile de construire une morale raisonnable, qui ressemble suffisamment à la morale courante, comme le prouve le succès relatif de la morale utilitaire. L'égoïsme, en effet, pour l'homme vivant en société, comprend l'amour-propre, le besoin d'être loué, etc.; de sorte que le pur intérêt personnel est devenu à peu près indéfinissable, tant il y entre d'intérêt général, tant il est difficile de les isoler l'un de l'autre. H. BergsonLes Deux sources de la morale et de la religion,1932, p. 91.
Rem. Il peut s'agir, à la limite, d'une satisfaction complaisante à l'égard de sa propre pers. Synon. narcissisme :
42. Lorsque je m'aimais moi-même, je mettais à tout un intérêt d'amour-propre; j'étais content de tout ce qui venait de moi ou y tenait; je voulais me le retracer ou le retracer aux autres; j'étais toujours dans cettedisposition vaniteuse dont parle Pascal et pouvais dire : moi qui écris ces pages obscures et secrètes, j'ai peut-être au fonds l'envie de plaire à d'autres ou à moi-même... Maine de BiranJournal,1821, p. 308.
− En partic. Désir de se faire valoir ou d'être applaudi à bon compte en société, en public; avec souvent une idée de rivalité, d'envie ou de jalousie :
43. L'expérience avait assez montré le danger et le vide de ces délibérations depuis 1789. On avait appris que toute assemblée nombreuse où les lois se discutent n'est qu'une arène ouverte aux passions, à l'amour-propre, à l'ambition des chefs de partis, et que les moins clairvoyants ne pouvaient se dissimuler qu'en rouvrant cette carrière, on s'exposait à tourmenter, à échauffer des têtes encore pleines de révolution, qu'il fallait bien plutôt calmer et refroidir. Maine de BiranJournal,1816, p. 136.
44. J'ai vu plus d'une fois jouer la comédie du génie et de l'amour-propre, naître des haines mortelles entre des gens de lettres parce que l'un avait été applaudi au moins quarante secondes de plus que l'autre. J. GuéhennoJournal d'une« Révolution », 1938, p. 165.
− P. ext. Désir de recueillir des louanges pour des qualités seulement simulées; tromperie par vanité :
45. Des gens bien informés, qui nous sont arrivés dernièrement de la Chaussée-d'Antin, nous ont assuré que l'ennui se glisse quelquefois jusque dans les hôtels de la rue Caumartin : les habitants de ce quartier ont l'amour-propre de paraître heureux, et font tout ce qu'ils peuvent pour faire croire qu'ils le sont en effet. On m'a dit qu'on y dépensait des millions pour acheter de la gaîté qui ne se vend point... V. de JouyL'Hermite de la Chaussée d'Antin,t. 1, 1811, p. 108.
46. Sienne, ville d'esprit (...) ne partage point les préjugés des Florentins; mais son amour-propre est intéressé à nous dire qu'elle sait, par tradition, que plusieurs figures de la sacristie de Sienne furent peintes par Raphaël.StendhalHist. de la peinture en Italie,t. 2, 1817, p. 405.
Rem. 1. Autres syntagmes fréq. mouvement d'amour-propre, plaisirs d'amour-propre, pointe d'amour-propre, succès d'amour-propre; amour-propre flatté, amour-propre légitime. 2. Autres syntagmes rencontrés triomphe d'amour-propre, les ressorts de l'amour-propre; exciter l'amour-propre.
II.− Conscience aiguë qu'une personne (ou une collectivité) a de sa dignité et des droits ou devoirs qui en découlent pour elle.
A.− Sentiment vif de sa dignité personnelle et des droits qu'elle ouvre aux égards et attentions d'autrui.
1. En partic. Sentiment du droit de n'être pas offensé dans sa dignité. Froisser, exaspérer l'amour-propre; blessure d'amour-propre :
47. Dès qu'on déplaisait à Mlle de La Mole, elle savait punir par une plaisanterie si mesurée, si bien choisie, si convenable en apparence, lancée si à propos, que la blessure croissait à chaque instant, plus on y réfléchissait. Peu à peu elle devenait atroce pour l'amour-propre offensé. StendhalLe Rouge et le Noir,1830, p. 307.
a) [Avec une idée de vive réaction affective en cas de non respect de sa dignité] :
48. ... les femmes permettent quelquefois qu'on trompe leur amour, jamais qu'on blesse leur amour-propre, et l'on blesse toujours l'amour-propre d'une femme quand, deux jours après qu'on est son amant, on la quitte, quelles que soient les raisons que l'on donne à cette rupture. A. Dumas fils, La Dame aux camélias,1848, p. 159.
49. ... je m'étais vu, soudain, en face d'une grande personne qui, après réflexion, se venge, d'un seul mot, de toutes les blessures à son amour-propre. En fait, elle venait de surmonter toute la mauvaise humeur, − non, exactement : la peine, − que mes moqueries lui avaient causée; elle y était devenue indifférente; ... V. Larbaud,Journal,juin 1934, p. 309.
50. Il y est retourné le lendemain exprès pour le revoir ce jeunot... Pour essayer de le convaincre qu'il s'était gourré sur son compte... Et de fond en comble! Absolument!... Qu'on l'avait noirci à plaisir!... C'était unequestion d'amour-propre... Ça le rongeait à l'intérieur l'engueulade de ce greluchon... Il touchait même plus aux haltères... L.-F. CélineMort à crédit,1936, p. 478.
b) [En parlant d'une collectivité] :
51. Les Français ont fait peur à l'Europe, mais surtout à l'Allemagne, par leur habileté dans l'art de saisir et de montrer le ridicule : il y avoit je ne sais quelle puissance magique dans le mot d'élégance et de grâce qui irritoitsingulièrement l'amour-propre. On diroit que les sentiments, les actions, la vie enfin, devoient, avant tout, être soumis à cette législation très-subtile de l'usage du monde, ... G. de StaëlDe l'Allemagne,t. 1, 1810, p. 141.
52. Du jour où tous les hommes seront persuadés de cette vérité, que le bonheur et le bien-être d'une nation s'accroît du bonheur et du bien-être des autres nations ses voisines, toutes les vieilles haines nationales, tous ces systèmes de prohibitions, toutes ces piques d'amour-propre de pays à pays, d'individu à individu s'effaceront. É.-J. DelécluzeJournal,1827, p. 408.
53. À l'heure actuelle, pas un Autrichien, pas un Hongrois, qui ne soit convaincu que le meurtre de Sarajevo est le résultat d'une conjuration encouragée par le gouvernement serbe, et peut-être par le gouvernement russe, pour protester contre l'annexion de la Bosnie; pas un, qui ne se sente offensé, et qui ne souhaite une vengeance. C'est bien ce qu'on voulait en haut lieu. Dès le lendemain de l'attentat, on a tout fait pour exaspérercet amour-propre national! R. Martin du GardLes Thibault,L'Été 1914, 1936, p. 93.
− P. méton. Fierté blessée :
54. Je ne vous parle pas de toutes les humiliations d'amour-propre que vous m'avez fait souffrir, votre arrivée annoncée dix fois, tout le monde se plaisant à me plaindre et chargeant sur votre ingratitude pour mieux faire sentir mon abandon. G. de StaëlLettres inédites à Louis de Narbonne,1794, p. 243.
55. Des charpentes abattues, des bancs boiteux, des stalles démantibulées, des tronçons de saints roulés et poussés contre les murs, servaient de gradins aux spectateurs crottés, poudreux, soûls, suants, en carmagnole percée, la pique sur l'épaule ou les bras nus croisés. Les plus difformes de la bande obtenaient de préférence la parole. Les infirmités de l'âme et du corps ont joué un rôle dans nos troubles : l'amour-propre en souffrance a fait de grands révolutionnaires. F.-R. de ChateaubriandMémoires d'Outre-Tombe, t. 1, 1848, pp. 375-376.
56. ... ce n'est pas ma faute si ce siècle naissant m'a fait épique. Battue, la France fourmillait de héros imaginaires dont les exploits pansaient son amour-propre. Huit ans avant ma naissance, Cyrano de Bergerac avait « éclaté comme une fanfare de pantalons rouges ». Un peu plus tard, l'Aiglon fier et meurtri n'avait eu qu'à paraître pour effacer Fachoda. J.-P. SartreLes Mots,1964, p. 95.
2. Susceptibilité à l'égard de toute observation ou critique pouvant dévoiler une faiblesse apparemment cachée.Amour-propre ombrageux, irriter l'amour-propre :
57. Les hommes convertis du parti jacobin entraient pour la première fois dans la société du grand monde, et leur amour-propre était plus ombrageux encore sur tout ce qui tient au bon ton qu'ils voulaient imiter, que sur aucun autre sujet. G. de StaëlConsidérations sur les principaux événements de la Révolution française,1817, p. 456.
58. En province, un garçon de café prend intérêt à vous, s'il vous arrive un accident en entrant dans son café; mais si cet accident offre quelque chose de désagréable pour l'amour-propre, en vous plaignant il répétera dix fois le mot qui vous torture. StendhalLe Rouge et le Noir,1830, p. 263.
Rem. 1. Autres syntagmes fréq. chatouillement(s) d'amour-propre, froissement d'amour-propre, piqûres d'amour-propre, plaie d'amour-propre, souffrance d'amour-propre; amour-propre froissé, amour-propre humilié; l'amour-propre saigne, l'amour-propre souffre; chatouiller l'amour-propre, humilier l'amour-propre. 2. Autres syntagmes rencontrés révolte d'amour-propre, offenser l'amour-propre.
B.− Sentiment de sa dignité personnelle et des devoirs qu'elle impose à l'égard de soi. Avoir de l'amour-propre; placer son amour-propre dans quelque chose :
59. Depuis le règne de Louis XIV, toute la bonne compagnie du continent, l'Espagne et l'Italie exceptées, a mis son amour-propre dans l'imitation des Français. G. de StaëlDe l'Allemagne,t. 1, 1810, p. 137.
♦ Amour-propre mal placé. Erreur sur le devoir que dicte le respect de la dignité personnelle; témérité :
60. La grande qualité dans ce métier-là, c'est de savoir reconnaître tout de suite à qui on a affaire, et de ne pas avoir d'amour-propre mal placé. Jamais je n'ai engagé le combat avec un avion que je supposais plus rapide ou mieux armé que le mien. J. RomainsLes Hommes de bonne volonté,Verdun, 1938, p. 259.
− En partic.
1. [Le devoir consiste à ne pas s'abaisser habituellement à certaines concessions ou humiliations] Sacrifice d'amour-propre :
61. ... elle a haussé les épaules, mais sans méchanceté. Cela pouvait signifier : « Pauvre garçon! Toujours le même, on ne le changera pas... » ou quelque chose d'approchant. (...) Ma lâcheté m'a fait honte. « Je viens vous parler de mademoiselle votre fille », ai-je dit. Il y a eu un moment de silence. (...) Mais tout amour-propreétait comme mort en moi. Mmela comtesse a cessé de sourire. « Je vous écoute, a-t-elle dit, parlez sans crainte, je crois en savoir beaucoup plus long que vous sur cette pauvre enfant. » G. BernanosJournal d'un curé de campagne,1936, p. 1145.

[ou à ne pas renoncer à certains droits] :
62. ... en cours de route, il avait soudain vu se rouvrir un horizon déjà entrevu. Pourquoi lui n'épouserait-il pas cette petite Ligneul? Mais son amour-propre se mit en bataille. N'avait-il pas décidé une fois pour toutes que cette petite n'était pas assez riche pour justifier une pareille mésallianceP. Drieu de La RochelleRêveuse bourgeoisie,1939, p. 82.
− Péj. [Le devoir consiste à vouloir en toute circonstance avoir raison] :
63. Deux ans après, un jeune homme très beau lui fait la cour. Encore cette fois, et toujours par la même raison, parce que le prétendant n'était pas noble, les parents de dona Diana s'opposent violemment à ce mariage; elle déclare qu'il se fera. Il s'établit une pique d'amour-propre entre la jeune fille et son père. Stendhal,De l'Amour,1822, p. 119.
64. De tout temps, nous nous étions chicanées parce que j'étais brutale et qu'elle pleurait facilement; elle pleurait moins, mais nos querelles devinrent plus sérieuses : nous y mettions de l'amour-propre; chacune exigeait d'avoir le dernier mot. S. de BeauvoirMémoires d'une jeune fille rangée,1958, p. 101.

[ou à sauver la face, notamment en cachant certaines faiblesses ou en refusant de reconnaître une erreur, une faute, une défaite] :
65. L'amour-propre en France suffit à tout : implacable dans sa vengeance, il vous étoufferoit pour justifier une faute. F.-R. de ChateaubriandPolémique,1818-1827, p. 448.
66. Si j'avais été moins paresseux, et que je me fusse moins abandonné à toutes les impressions qui m'agitaient, j'aurais peut-être achevé en deux ans un très mauvais livre, qui m'aurait fait une petite réputation éphémère dont j'eusse été bien satisfait. Une fois engagé par amour-propre, je n'aurais pu changer d'opinion : et le premier paradoxe ainsi adopté m'aurait enchaîné pour toute ma vie. Si la paresse a des inconvénients, elle a bien aussi des avantages. B. ConstantLe« Cahier rouge », 1830, p. 19.
67. Lorsqu'une fois un auteur a manifesté une opinion, la vanité, la plus universelle des infirmités humaines, veut qu'il la soutienne. L'intérêt personnel se joint quelquefois à l'amour-propre; et l'on sait quelle influence il exerce, même à notre insu, sur nos opinions. De là les doctrines hasardées qu'on voit naître chaque jour et les objections qu'on reproduit après qu'elles ont été cent fois réfutées. J.-B. SayTraité d'économie politique,1832, p. 45.
68. ... on sent qu'il n'y a rien, rien que ce qu'il y a dans une tête de linotte; et si vous la poussez un peu, aussitôt des susceptibilités, une femme armée et en défense qui craint toujours une allusion ou une leçon dans votre parole; des entêtements d'amour-propre froids, mais ulcérés, qui s'opiniâtrent à mesure que vous lui démontrez qu'une chose n'est pas, ou n'est pas comme elle croit qu'elle est. (...) Rien n'y fait, et c'est toujours la même scène : un ton pincé, une petite voix sèche : − c'est bien; je n'ai pas votre intelligence... − E. et J. de GoncourtCharles Demailly,1860, p. 299.
69. Les objections parfois véhémentes qu'il opposait à certaines idées préconçues, à certains partis pris, tombaient toujours si juste qu'elles étaient admirablement éclairantes pour moi; et il les accompagnait d'un sourire si peu blessant, d'un regard si délicatement amical, que je n'avais aucun sot amour-propre à vaincrepour lui donner raison. R. Martin du GardSouvenirs autobiographiques et littéraires,1955, p. LXXI.
70. Avec ça tu sais bien que tu avais l'amour-propre mal placé Tu ne serais pas revenu sur une phrase prononcée Tu t'embarquais dans Dieu sait quoi pour camoufler tes ignorances Tu te faisais couper en quatre pour sauver les apparences L. AragonLe Roman inachevé,1956, p. 94.
71. Que de paresseux devenus les prisonniers d'un premier mensonge d'amour-propre ou d'une méprise qu'ils n'auront pas eu le courage de rectifier tout de suite, tant ils craignent de ne plus justifier l'estime d'autrui,c'est-à-dire de décevoir l'attente et la croyance de l'autre! V. JankélévitchLe Je-ne-sais-quoi et le presque-rien,1957, p. 195.
2. [Le devoir consiste à faire une chose pour l'honneur] :
72. Quand on reçoit un décor sur la « cafetière »... quand on reste huit jours à moitié claquée à la taule, et qu'on n'a pas l'amour-propre de faire un procès à la direction, on ne se plaint pas, on se tait! ColetteL'Envers du music-hall,1913, p. 39.
73. Pour ces gamins, l'idée de voler quelques sous à une femme d'âge respectable, connue dans le quartier, et qui vous fait l'honneur de vous croire capable d'une commission difficile, choquerait plus encore leur amour-propre que leur probité. J. RomainsLes Hommes de bonne volonté,Le 6 octobre, 1932, p. 62.
− [En parlant d'une collectivité] Recherche du prestige, de la grandeur :
74. «... Toutes choses aujourd'hui se tarifent et se vendent. L'estime, l'honneur et l'amour-propre ne sont plus que les aiguillons qui nous font marcher pour les intérêts d'une firme, d'un cartel, d'un parti, d'une patrie. » J.-R. BlochDestin du Siècle,1931, p. 55.
75. ... à côté des guerres accidentelles il en est d'essentielles, pour lesquelles l'instinct guerrier semble avoir été fait. De ce nombre sont les guerres d'aujourd'hui. On cherche de moins en moins à conquérir pour conquérir. On ne se bat plus par amour-propre blessé, pour le prestige, pour la gloire. On se bat pour n'être pas affamé, ... H. BergsonLes Deux sources de la morale et de la religion,1932, p. 305.
− Avec une nuance péj. :
76. ... il leur [les rois et leurs ministres] faudra rendre compte un jour du mandat d'amener des peuples qu'ils n'avaient pas le droit de saisir. Des conquêtes violentes peuvent satisfaire l'amour-propre d'un gouvernement et une ambition sans prévoyance, mais elles préparent des catastrophes. F.-R. de ChateaubriandMémoires d'Outre-Tombe, t. 3, 1848, p. 221.
3. Très usuel. [Le devoir consiste à développer au maximum ses capacités personnelles par le travail, le zèle, en vue de son avancement professionnel ou de sa promotion sociale] Ambition personnelle légitime, fondée sur une appréciation optimiste mais raisonnable de ses possibilités. Synon. point d'honneur, ambition.Avoir de l'amour-propre, avoir beaucoup, peu d'amour-propre :
77. « Cet immense amour-propre qui bouillonnait en moi, cette croyance sublime à une destinée, et qui devient du génie, peut-être, quand un homme ne se laisse pas déchiqueter l'âme par le contact des affaires aussi facilement qu'un mouton abandonne sa laine aux épines des halliers où il passe, tout cela me sauva. » H. de BalzacLa Peau de chagrin,1831, p. 95.
78. ... Lyautey − il n'avait pas encore fait son chemin − adorait qu'on soit moderne en tout. Il avait beaucoup d'amour-propre pour les troupes coloniales. Il disait souvent : « Est-ce que vous vous prenez pour des épaves du Second Empire?... » J. RomainsLes Hommes de bonne volonté,Verdun, 1938, p. 53.
79. Dans certains cas, je suis amené à improviser mes propos. Alors, me laissant saisir par une émotion calculée, je jette d'emblée à l'auditoire les idées et les mots qui se pressent dans mon esprit. Mais, souvent, j'écris d'avance le texte et le prononce ensuite sans le lire : souci de précision et amour-propre d'orateur, lourde sujétion aussi, car, si ma mémoire me sert bien, je n'ai pas la plume facile. Ch. de GaulleMémoires de guerre,Le Salut, 1959, p. 127.
− [Avec une idée de défi relevé] :
80. Le professeur monta dans sa chaire et se mit à dicter. C'était une composition de début. Pour la première fois mon amour-propre avait à lutter contre des ambitions rivales. J'examinai mes nouveaux camarades, et me sentis parfaitement seul. E. FromentinDominique,1863, p. 64.
81. J'avais passé en novembre la seconde partie de mon baccalauréat; car je m'étais fait stupidement recaler en juillet. La joie de mon père, en apprenant mon échec, avait été comme un coup de fouet à mon amour-propre et je redoublai de zèle. A. GideGeneviève,1936, p. 1397.
82. Le président des guides dut (...) dépêcher aussitôt trois hommes rapides, dont Rudi, qui venait de passer le week-end à Zinal, mais qui avait trop d'amour-propre pour refuser de monter par un temps qui exigeait une allure record. Il fallait en effet gagner de vitesse la tempête. Sous les premiers éclairs, les guides arrachèrent de l'arête le couple en perdition : ... J. PeyréMatterhorn,1939, p. 237.
− [Avec une idée de perfection dans ce qu'on fait] :
83. ... le docteur Martin soutenait que la division du travail avait détruit l'ambition du bien faire; et à l'appui de sa thèse, MmeSichel disait : « Comment voulez-vous qu'il existe l'amour-propre d'une robe chez un couturier ou une couturière, où les manches, le corsage, les jupes sont faits par trois ouvrières différentes? » Et l'on faisait la remarque que cette division du travail était peut-être bonne, utile, chez un peuple où l'ouvrier n'est pas artiste, comme en Allemagne, mais que cette division tue l'ouvrage bien fait chez un peuple artiste comme dans notre pays. . et J. de GoncourtJournal,mai 1890, p. 1179.
− Loc. usuelle. Mettre de l' (ou sonamour-propre à faire quelque chose :
84. Mon grand-oncle avait pour cuisinière un cordon bleu qui, n'ayant jamais affaire qu'à des palais d'une expérience et d'un discernement consommés, mettait un amour-propre immense à les contenter. G. Sand,Histoire de ma vie,t. 2, 1855, p. 310.
85. Dans les organisations clandestines, l'habitude était d'accorder un délai de dix minutes. Mais lui ne tolérait que cinq minutes de retard, il s'en allait dès le début de la sixième minute, les « siens » s'y étaient accoutumés, ils mettaient leur amour-propre à arriver quand l'horloge sonnait l'heure, ni plus tôt ni plus tard, c'étaient de bons militants, sérieux, consciencieux, qui méprisaient la légèreté de certains gaullistes... R. VaillandDrôle de jeu,1945, p. 242.
Rem. 1. On notera la remarquable logique de l'usage ling. On a de l'amour-propre, comme si on recevait d'abord une part plus ou moins grande de tout l'amour-propre disponible dans le monde; ensuite cette part devient la part de quelqu'un, qui peut alors mettre son amour-propre à faire quelque chose. En d'autres termes, la deuxième loc. présuppose la première. 2. Autres syntagmes fréq. affaire d'amour-propre, prétentions d'amour-propreamour-propre nationalsacrifier l'amour-propre, sauver l'amour-propre. Autres syntagmes rencontrés amour-propre de familleamour-propre familial, amour-propre littéraire, amour-propre professionnelfaire qqc. par amour-propre.
Rem. gén. Amour-propre peut s'employer au plur., p. méton., pour désigner des personnes ou des collectivités dont la conduite manifeste de l'amour-propre :
86. Il [Voltaire] eut l'art funeste chez un peuple capricieux et aimable, de rendre l'incrédulité à la mode. Il enrôla tous les amours-propres dans cette ligue insensée. F.-R. de ChateaubriandGénie du Christianisme, t. 1, 1803, p. 5.
87. ... à eux [aux Conseillers du roi] appartient (...) la distribution des grâces, des faveurs, des récompenses, la prérogative de payer d'un regard ou d'un mot les services rendus à l'État, prérogative qui donne à la monarchie un trésor d'opinion inépuisable, qui fait de tous les amours-propres autant de serviteurs, de toutes lesambitions autant de tributaires. B. ConstantPrincipes de politique,1815, p. 29.
88. Le jeune homme, dont la présence suffisait pour mettre en jeu tous ces amours-propres féminins, paraissait, lui, s'en soucier médiocrement; et tandis que c'était parmi les belles filles à qui attirerait son attention, il paraissait surtout occupé à fourbir avec son gant de peau de daim l'ardillon de son ceinturon. V. HugoNotre-Dame de Paris,1832, p. 277.
89. On a donné des peuples aux princes et des princes aux peuples, parfois sans regarder les voisinages, presque toujours sans consulter l'histoire, le passé, les nationalités, les amours-propres. Car les nations aussi ont leurs amours-propres, qu'elles écoutent souvent, disons-le à leur honneur, plus que leurs intérêts. V. Hugo,Le Rhin,1842, p. 459.
90. Ceux qui l'[J.-J. Rousseau] avaient le mieux connu, et qui craignaient son éloquence, fabriquèrent eux-mêmes ou par leurs secrétaires de petits papiers pour se protéger contre les Confessions. Cette petite guerre des amours-propres se prolongea quelques années, tant que survécut quelque comparse de ces tragi-comédies qui s'étaient jouées à l'Ermitage, à Motiers, à Wooton, à Paris, partout où l'avait conduit le destin. J. GuéhennoJean-Jacques,Grandeur et misère d'un esprit, 1952, p. 339.
Prononc. : [amuʀpʀ ɔpʀ ̥].
Étymol. ET HIST. − 1. 1613 « attachement exclusif à sa propre personne » (Ph. Le BelEstat des Religieux, 953 dsQuem. t. 1 1959 : Un rechauffement et roidissement d'amour propre), pris en mauvaise part, qualifié de vieilli parRob.2. 1746 « sentiment de dignité personnelle qui pousse à surpasser les autres » (VauvenarguesRéflexions et maximes ds Dict. hist. Ac. fr., t. 2, 1884, p. 563 : Nous n'avons pas assez d'amour-propre pour dédaigner le mépris d'autrui); 1818 « id. » (Mmede StaëlConsidérations sur la Révolution fr., IIepartie, c. 2, par. 5, ibid., p. 564b : La foule des spectateurs qu'on admettait dans les galeries animait les orateurs, tellement que chacun voulait obtenir pour son compte ce bruit des applaudissements, dont la jouissance nouvelle séduisait les amours-propres). Mot composé de amour* étymol. 1 et de propre* au sens de « qui est à une personne à l'exclusion d'une autre ».
http://www.cnrtl.fr/lexicographie/amour-propre

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Lun 27 Juin 2016 - 21:33

Intelligence interpersonnelle: 

L'intelligence interpersonnelle (ou sociale) permet à l'individu d'agir et de réagir avec les autres de façon correcte. Elle l'amène à constater les différences de tempérament, de caractère, de motifs d'action entre les individus. Elle permet l'empathie, la coopération, la tolérance. Elle permet de détecter les intentions de quelqu'un sans qu'elles ne soient ouvertement avouées. 

Cette forme d'intelligence permet de résoudre des problèmes liés aux relations avec les autres; elle permet de comprendre et de générer des solutions valables pour aider les autres. Elle est caractéristique des leaders et des organisateurs. Dans les sociétés préhistoriques, l'organisation sociale était importante, la chasse nécessitait la collaboration et la participation du clan. 

Les groupes gravitaient autour d'un chef qui en assurait la solidarité et la cohésion. 

Intelligence intra personnelle: 

L'intelligence intrapersonnelle est l'aptitude à faire de l'introspection, c'est-à-dire à revenir à l'intérieur de soi, à identifier ses sentiments, à analyser ses pensées, ses comportements et ses émotions. Cette forme d'intelligence permet de se comprendre soi-même, de voir ce qu'on est capable de faire, de constater ses limites et ses forces, d'identifier ses désirs, ses rêves et de comprendre ses réactions. C'est aussi la capacité d'aller chercher de l'aide en cas de besoin. 

En somme, c'est être capable de se faire une bonne représentation de soi. Cette forme d'intelligence permet de résoudre des problèmes reliés à notre personnalité et de travailler sur soi. Elle fonctionne en étroite relation avec l'intelligence interpersonnelle, car pour bien fonctionner avec les autres, il faut être conscient de ses propres émotions et savoir les contrôler. Toute personne normale possède, dans une certaine mesure, chacune de ces intelligences.../....

.../....

Howard Gardner postule l’idée d’une neuvième forme d’intelligence, l’intelligence existentielle. 

Gardner considère que ces formes d’Intelligence sont indépendantes. 

Pour définir une forme d’Intelligence, H. Gardner retient 8 critères qui sont : 

- Existence d’idiots savants, de prodiges ou d’individus exceptionnels 
- Des antécédents évolutionnistes partagés par d’autres espèces 
- Isolement possible en cas de lésions cérébrales 
- Présence d’une opération ou d’un ensemble d’opérations clés identifiables 
- Une histoire développementale particulière 
- L’existence de données expérimentales
 - L’existence de données psychométriques 
- La possibilité d’encodage dans un système symbolique particulier. 

http://cyrille.chagnon.free.fr/TravauxPersoPsycho/L22%20-%20Intelligence%20et%20culture.pdf

--------------------------------------------------------------------------------

Accroches toi au pinceau, on retire l'échelle. Internet est quand même super intelligent. Il permet l'intra et l'inter. On peut pas assembler tout internet, c'est pas possible, c'est l'enfer ou le paradis, ça dépend de labilité de mon humeur.  Razz

---------------------------------------------------------------------------------------------

Labilité


[ltr]
[size=11]Cet article est une ébauche concernant la chimie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations desprojets correspondants.

La labilité est la propriété d'une chose à changer, à bouger, à être mobile.
Par extension, elle désigne un objet sujet à défaillance, instable. Elle est également le caractère d'une humeur changeante : la moindre petite émotion engendre une réaction difficilement contrôlable (pleurer ou rire exagérément).
En chimie et en biochimie, la labilité est la capacité d'un nucléofuge (ou groupe partant) à pouvoir se détacher plus ou moins facilement d'une molécule. Plus un groupe ou un atome (exemple : atome d'hydrogène en position allylique remplacé par le soufre lors d'une vulcanisation) se détache facilement, plus il est dit labile.
Dans le cas particulier où le groupe partant est l'ion H+ (appelé « proton » puisqu'un atome d'hydrogène qui perd son unique électron est réduit à son noyau, c'est-à-dire un proton), la labilité de ce proton donnera le caractère protique ou aprotique à la molécule qui le libère ou non.[/ltr][/size]
Vivement les cours de lala......bilité  cat

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Mar 28 Juin 2016 - 0:17


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Revz le Mar 28 Juin 2016 - 7:20

Très intéressants tes posts , j'imagine qu'ils seront utiles a d'autres, car très pertinents ^^

C'est incroyable a quel point je donne TOUTES les clés (leurs clés) au gens des les premiers moment avec eux.
Un don étrange... je prend conscience que j'ai toujours bien plus "raison" (justesse/pertinence) que je ne le vois sur le coup, alors que je suis déjà sur de moi quand je m'exprime.

Deuxième effet kisscool pas top ce matin, je vais m'absenter un peu, et rester que pour MP et la section Rhône alpes de ma petit vie IRL.

Bises nath.

Revz
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4621
Date d'inscription : 29/12/2015
Age : 34
Localisation : Lyon 2

http://revz-life.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Mar 28 Juin 2016 - 10:42

Revz a écrit:Très intéressants tes posts , j'imagine qu'ils seront utiles a d'autres, car très pertinents ^^

C'est incroyable a quel point je donne TOUTES les clés (leurs clés) au gens des les premiers moment avec eux.
Un don étrange... je prend conscience que j'ai toujours bien plus "raison" (justesse/pertinence) que je ne le vois sur le coup, alors que je suis déjà sur de moi quand je m'exprime.

Deuxième effet kisscool pas top ce matin, je vais m'absenter un peu, et rester que pour MP et la section Rhône alpes de ma petit vie IRL.

Bises nath.

Hello, à te lire, il me semble de bon matin, que j'ai eu un cocon supermarcheste à disposition, comme un centre de ressources. Que j'ai perdu pour X raisons, et que j'ai retrouvé ici pour de nouveau pouvoir le poser en extérieur et le retrouver.

Preuve en est si je fais le plan : tout en vrac, puis zébulonnette, puis en mobylette, puis journal de bord, puis natatypique, et aujourd'hui "on me l'avait pas dit". Intra et inter, je cherchais à exprimer cela depuis un moment pour réussir à m'expliquer. Cela dit on m'avait mélangé l'intra et l'inter. J'avais pris aussi de l'inter pour le mettre dans mon intra (même que certains de mes inter ne le savaient même pas) 

Cela dit je retrouve donc un "environnement" similaire à celui que j'avais avant mais en mieux. Et sans intermédiaire de plus chiant. Avoir le coeur content, avoir la paix du coeur. Je ne pensais que je pouvais à ce point retrouver des similitudes d'intérieur puisque logiquement c'était mon intérieur ! Il y aurait ce que l'on est, ce que l'on fuit, ce que l'on cherche, ce que l'on a derrière et ce que l'on a devant.

L'associatif. C'est fou comme on gagne du temps. J'imagine bien que quelqu'un puisse ne pas s'y retrouver du tout. Pour peu que justement il ne diversifie pas, il reste fermé.

Comme une lapine crètine compressée. Sortir des choses et des événements pour pouvoir un jour les expliquer. Il y a aussi alors l'associatif très mauvais, volontaire ou involontaire.

Le doué semble être un peu le sprinteur. Rien que sur l'aspect un peu psychiatrique, psychologique, il diffère. Tu dis psy ou psychia à une majorité de personnes, c'est déjà panique on board.

Etre tarée, avoir des tares, il est probable, que là où moi ou d'autres voient des facettes, d'autres voient des tares, c'est la seule case de classement possible.

Je me relie et je me souviens. Un jour vers 25 ans, la fugacité alors de mon esprit ? asso d'idées, mise en lien d'une situation où je suis face à un "embrouilleur" d'idées, et je me téléporte disons dans le rayon milka du supermarché, et là je vois un sac de noeuds, et je me dis, les noeuds c'est mon père. Et ça finit en orgie de chocolat. Et en déductions qu'il faut se barrer des sacs de noeuds. Bah oui je sais on me l'a dit, ton père il est gentil, ta mère elle est gentille, ton beau père il est gentil, bref tout le monde il est gentil quoi ! (et c'est moi le bisounours ....) ben oui mais moi ça me va cette gentillesse là !

C'est peut être là qu'on dit que les gens se rejoignent à un moment parfois. Dans ce cas l'intra n'apporte rien. Et l'inter non plus, cet inter là. Ils ouvrent pas de parallèle pour voir clair. Vivre des choses vite quand tu n'as pas encore les mots, les notions, faire un juste milieu avec ses deux extrèmes, ça tombe j'aurai de la courbe de Gauss au supermarché à la place du Milka. Monsieur Milka d'ailleurs, grand homme qui a eu beaucoup d'impact dans ma vie Smile

Après tu trouves des jeunes qui savent déjà ce que tu aurais alors voulu savoir y'a 20 ans, 10 ans. Soit c'est refractaire et c'est mort, c'est pire, soit c'est inter Smile Ca tombe ça vient de là France Inter.

L'arborescence mal rangée, mal controlée de quelqu'un d'autre peut être nocive pour quelqu'un qui arbore autrement.

On peut être le point de repère de quelqu'un de devant, de derrière, pour un moment, pour plus longtemps.

je suis un electron bombardée de protons, le rythme de la vie c'est ça mon vrai patron.



[size=30]La Bombe humaine
Téléphone[/size]
Je veux vous parler de l'arme de demain
Enfantée do monde elle en sera la fin
Je veux vous parler de moi, de vous
Je vois à l'intérieur des images, des couleurs
Qui ne sont pas à moi, qui parfois me font peur
Sensations qui peuvent me rendre fou
Nos sens sont nos fils, nous pauvres marionnettes
Nos sens sont le chemin qui mène droit à nos têtes
La bombe humaine, tu la tiens dans ta main
Tu as l'détonateur juste à côté do cœur
La bombe humaine, see'est toi elle t'appartient
Si tu laisses quelqu'un prendre en main ton destin
See'est la fin, la fin
Mon père ne dort plus sans prendre ses calmants
Maman ne travaille plus sans ses excitants
Quelqu'un leur vend de quoi tenir le coup
Je suis un électron bombardé de protons



Je suis un électron bombardé de protons
Le rythme de la ville, see'est ça mon vrai patron
Je suis chargé d'électricité
Si par malheur au cœur de l'accélérateur
J'rencontre une particule qui m'mette de sale humeur
Oh, faudrait pas que j'me laisse aller
Faudrait pas que j'me laisse aller, non

La bombe humaine, tu la tiens dans ta main
Tu as l'détonateur juste à côte do cœur
La bombe humaine, see'est toi elle t'appartient
Si tu laisses quelqu'un prendre en main ton destin
See'est la fin

Bombe humaine see'est l'arme de demain
Bombe humaine tu la tiens dans ta main
Bombe humaine see'est toi elle t'appartient
Si tu laisses quelqu'un prendre ce qui te tient
See'est la fin


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Alors j'ai dit : ça fait comme une mise à niveau, alors il a dit : des réponses pas des questions.

Il semblerait que des personnes aient les clès pour faire sauter tes fantômes. J'ai bien fait de ne pas exploser. Une barrière de potes, un mur de potes.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------




[size=30]Fait divers
Téléphone[/size]
Elle avait à peine avalé ses quinze ans
Qui d'ailleurs lui restaient coincés dedans
Elle avait grandi arrosée par l'argent
On pousse vite chez ce genre de gens
Elle s'appelait Fait Divers
Une fleur fanée en plein hiver
Oh les dents sont plus dures que la chair
Tu sais ici ont n'aime que la pierre
Oh oh oh
Oh oh oh sauve toi
Elle avait les manières du grand monde
Devant sa télé fait le tour du monde
Mais son univers était un petit monde
Où se battaient tous les chagrins du monde
Elle causait plus à ses parents, non
Depuis une sombre histoire d'amant
Son père gueulait à sa mère "Tumens"
Pendant qu'eux s'cognaient
Fort elle criait "Maman"
Elle s'appelait Fait Divers
Dieu que cette fille était solitaire
Oh, les dents sont plus dures que la chair
Tu sais…on n'aime que la pierre
Elle avait à peine avalé ses quinze ans
Qui d'ailleurs lui restaient coincés dedans
Qu'elle avala une boite de tranquillisants
Juste histoire de tuer le temps

Et en suivant son enterrement
Les gens ne comprenaient pas vraiment
Qu'ils avaient tué cet enfant
Au fond d'eux enterré depuis longtemps

Tuer l'enfant, tu es l'enfant
Tuer l'enfant qu'on a dedans
C'est ça l'auto-avortement
Reste le môme perdu comme avant
Dans le ventre d'un bon moment


------------------------------------------------------------------------------------------------------------

un miroir sans tain. ben merde. un miroir sans tain t'amarre  Razz I love you

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------



J'avais un ami, mais il est parti 
Ce sens a ma vie 
il n'est plus en vie 
il m'a tout donne, 
puis s'est efface 
sans me déranger, 
et je crois j'ai pleure 

Tout au fond, l'air d'un con, envie 
de me casser 
Voudrais bien essayer, voudrais 
bien continuer, continuer 
Un moment, un instant, 
j'ai cru oublier 
En parlant, en marchant, 
a Paris, a minuit, dans ma ville 

Quelques mots perdus, 
dans la nuit 
Quelques mots qui traînent, 
a minuit 
Quelques mots qui cognent 
au cœur de la nuit 
Mais la nuit ne peut pas entendre 
Non la nuit ne peut pas 
comprendre 
C'est a croire, que la nuit 
n'as pas de cœur J'avais une amie 
maintenant c'est fini 


Un sens a ma vie, 
mais je n'ai plus envie 
Et j'ai tout donne 
pour elle 
j'ai tout dépensé 
Pour ce souvenir 
ce rêve éveillé, réveille 

Plus un rond, l'air d'un con, 
envie de me cacher 
Voudrais bien essayer, voudrais 
bien continuer, continuer 
Un moment, un instant, 
j'ai cru oublier 
En parlant, en marchant 
a Paris, a minuit, tout près d'ici 

Quelques mots perdus, 
dans la nuit 
Quelques mots qui traînent 
a minuit 
Quelques mots qui cognent 
au cœur de la nuit 
Mais la nuit ne peut pas entendre 
non la nuit ne peut pas 
comprendre 
C'est a croire, que la nuit 
n'as pas de cœur 

Il faut laisser la nuit derrière chaque matin, ça doit être ça qui fait que je suis toujours de bonne humeur le matin.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Mar 28 Juin 2016 - 10:54

[size=35]D’OÙ VIENT LA SOUFFRANCE ET COMMENT NE PLUS SOUFFRIR ?[/size]


Par : Maxime Gréau

Dans Développement personnel




Pour bien commencer votre approche du bonheur, téléchargez GRATUITEMENT mon livre RENDRE LE BONHEUR POSSIBLE, et découvrez les fondamentaux du bonheur !

Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler d’un thème qui nous touche tous et que nous avons tous vécu à un moment ou à un autre dans notre vie, j’ai nommé : la SOUFFRANCE !
De la simple gêne au profond mal-être, le vocabulaire est différent mais appelons un chat un chat, si vous n’êtes pas pleinement heureux(se), alors, une partie de vous est en souffrance ! Inutile de minimiser ce qui est de toute façon là, au risque de le voir grandir !

Qu’est-ce que la souffrance ?





La souffrance est avant tout une information, communiquée par des émotions. Une souffrance est donc de nature émotionnelle et, comme toutes les émotions, si elle est là, ce n’est pas par hasard !
Si vous n’êtes pas convaincu de la nécessité de nos émotions, lisez ces articles, ils pourront vous aider à mieux comprendre ces manifestations ainsi que les conséquences dramatiques d’une non-écoute de ces émotions.


  • Des émotions pour quoi faire ? Les connaître, les reconnaître et les installer pour être heureux
  • Vidéo : Comprendre la guidance intérieure – Thierry Janssen (2:21 mn)


[size=30]En effet, toutes nos émotions ont un sens, un but, et une raison d’être : celui de nous permettre de nous rapprocher de nous-même.[/size]


La souffrance nous permet d’accéder au bonheur ! Photo par tutescin

La souffrance est le meilleur moyen que la nature et que la vie ont trouvé pour nous obliger à nous poser les bonnes questions, tout simplement parce que quand tout va bien, on ne se pose pas de question !
Il est donc nécessaire d’aller moins bien pour enfin s’occuper de son épanouissement
C’est bien normal me direz-vous, et oui, ça l’est en partie.
En fait, tant que ce que nous faisons est « juste » pour nous, dans le sens que tant que ce que nous faisons nous permet de nous rapprocher de « ce pour quoi nous sommes fait », alors oui, tout se passe pour le mieux et nos émotions sont au « vert ».
Là où cela se gâte, c’est quand, pour X ou Y raisons (et il y en a beaucoup), nous ne voulons pas suivre notre voie évolutive.
Encore une fois, rien d’anormal, difficile de deviner ce qui est bon pour nous et comment savoir si nous sommes au bon endroit… En plus, personne ne nous a jamais expliqué ce fonctionnement.
Et c’est précisément ici que nos émotions nous sont EXTREMEMENT UTILES car elles nous préviennent !!! En fait, toutes les réponses sont en nous !
[size=30]C’est ici que la souffrance est nécessaire ! [/size]
Non pas que la souffrance soit obligatoire, mais disons que si nous n’entendons pas les premiers messages — ils peuvent prendre la forme d’intuitions, de simples gênes ou de petits maux ­— alors il faut bien parler plus fort pour que nous entendions ! La souffrance c’est le cri que tout le monde entend !


  • Si je devais faire un raccourci, je dirais que nos émotions sont globalement positives lorsque ce que nous faisons a un sens profond pour nous. En d’autres mots, lorsque nous sommes à notre place.



  • Et je dirais que nos émotions sont globalement négatives quand nous ne sommes pas en train de faire ou d’évoluer dans une voie bénéfique à notre croissance et à notre épanouissement.



Pourquoi êtes-vous là ?

Bien-entendu, pour que tout cela tienne, vous devez croire et porter en vous la conviction que vous êtes sur cette Terre pour quelque chose. Je vous recommande de regarder cette vidéo sur l’histoire de la petite âme pour mieux vous imprégner du sens de votre vie et de votre venue sur Terre.
Avez-vous une âme ? Savez-vous qui êtes-vous vraiment ?


  • Questions/Réponses – L’histoire de la petite âme !


Ainsi, la solution tant attendue pour cesser de souffrir est : d’écouter ses émotions suffisamment bien pour organiser sa vie en fonction de celles-ci et donc, de ce que l’on ressent.
Mais c’est là que ça coince !!
Des émotions, des émotions, et puis quoi encore ! Ce n’est pas ça qui va me rendre heureux, me faire gagner de l’argent, résoudre mon problème.., blablabla
ET BIEN JUSTEMENT SI !!!

Ce phénomène s’appelle « la résistance »





Je prends volontairement le cliché de base (qui est le plus difficile pour nous humain à résoudre et donc le plus répandu) : cette négligence de nos émotions.
Si nos émotions sont négligées c’est parce que la première tentative de notre mental ou de notre « personnage » ou encore de notre « égo » (tout cela est la même chose) est en premier lieud’exclure ce qui le dérange. Cela part peut-être d’une bonne intention, mais c’est une erreur dans ce cas.


  • « Je veux aller bien » dit-il, quitte à nier qu’il ne va pas bien du tout et à s’auto-persuader du contraire !



Tout ce qui est refoulé est « projeté » JUNG
Photo par MaloMalverde

Mais comme tout déni, même s’il peut durer longtemps, cela fini toujours par nous revenir en pleine figure. C’est l’effet boomerang ou encore, comme dirait JUNG : « Tout ce qui est refoulé est projeté » !
Tout ce que je ne veux pas voir sera mis en scène dans ma vie par des évènements, des situations, des personnes, pour que justement je puisse en prendre conscience et ainsi trouver la voie de mon épanouissement.
Dans ce déni, il n’y a que de la souffrance et plus nous résistons à ce que nos émotions tentent de nous dire et plus la souffrance s’accentue jusqu’à ce que celle-ci ait raison de nous !

Sachez qu’ELLE GAGNERA TOUJOURS et ce, même si vous devez en mourir !!





A l’inverse, vous l’avez bien compris, c’est aussi la voie ROYALE pour s’épanouir.
Vous seriez alors à l’écoute de vous-même, et vous auriez confiance en vos guides intérieurs. Vous lâchez prise face à ce qui vous arrive dans le sens où vous ne cherchez pas à tout prix à obtenir une FORME alléchante ou soi-disant bonne pour vous, et vous vous laissez « porter par le flux ».
Difficile pour un égo rempli de peur ! C’est vrai mais c’est une question d’acceptation !
Découvrez ici les différents profils de personnalité et découvrez ainsi votre mécanisme de défense
Pour bien comprendre, il ne faut pas oublier que l’égo veux contrôler, veux dominer, veut savoir..,mais ce n’est pas possible. Cela n’existe pas ! C’est de l’illusion !

Le principe de l’illusion mentale





La vérité c’est que nous ne savons rien, puisque nous l’avons oublié !
Alors dans ce contexte, qui mieux que la vie ou que l’univers sait ce qui est bon pour nous ?!
Si vous ne supportez pas l’idée que quelqu’un d’autre que vous-même sache ce qui est bon pour vous, souvenez vous juste que quoi que vous ayez fait dans votre vie jusqu’à ce jour :


  • Vous l’avez fait parce que vous le sentiez (émotionnelles)
  • Vous l’avez fait parce que vous y avez cru (spirituel) le sens
  • Et la FORME, ce à quoi cela ressemble, est venue d’elle-même dans le sens où, les tournures que prennent les évènements de votre vie se décident de seconde en seconde et que vous êtes incapable de les deviner précisément : VOUS NE DECIDEZ PAS DE LA FORME !



Cessez de croire que vous décidez de tout !
Photo par Roebot

Ainsi, en plus d’écouter ses émotions, il s’agit à présent de les suivre et d’arrêter de faire sa forte tête. En gros, de lâcher le mental !

Comment ? Et bien tout simplement en revenant au présent.





Donnez-moi une seule bonne raison valable de ne pas faire cet exercice de présence ?




Les raisons non valables sont :







  • Je n’ai pas le temps
  • Ca ne sert à rien
  • Je ne sais pas comment faire
  • Je ne peux pas rester tranquille
  • J’ai essayé une fois et ça n’a pas marché
  • Blablabla


Ici, votre mental a gagné et vous souffrez. Souvent vous êtes même dans la peau de la victime qui ne comprend pas pourquoi elle souffre et qui trouve cette vie injuste.
La vérité est tout autre : vous ne faites pas ce qu’il faut pour sortir de votre mental ou, vous ne vous rendez pas compte que tout est déjà en train de se réorganiser autour de vous et qu’en fait, ce n’est plus de la souffrance que vous vivez, MAIS UNE PERTE DE REPÈRE !!
Et cela est très différent car la souffrance est de la résistance et de la non-acceptation, tandis que le manque de repère est plus une étape transitoire qui intervient après ou simultanément le lâcher prise.
A ce moment-là, nous flottons et nous ne savons plus trop. Nous devons alors redoubler de « présence »  et d’écoute de nous-même pour traverser ce passage.
Enfin, nous devons être ouvert à toutes éventualités car la vie est en train de nous amener lesfameuses Formes et ce serait dommage de ne pas les voir 

Soyez prêt à devenir une nouvelle personne !







Attendez-vous à devenir une autre personne !
Photo par Wacko Photographer


Etape 1 :





Pour arrêter de souffrir vous devezreconnaître la souffrance et cesser de chercher à vous en débarrasser.
Si c’est trop dur pour vous (et ce serait bien normal que ce soit le cas) vous DEVEZ vous faire accompagner dans le monde émotionnel.
Cette première étape est OBLIGATOIRE. Si vous ne le faites pas, votre situation ne changera donc pas et vous continuerez de souffrir jusqu’à ce que vos émotions, relayées par votre corps, passent à la vitesse supérieure et vous fassent vivre encore plus de souffrance.

Etape 2 :





Vous devez écouter votre guide intérieur et lui faire confiance. C’est-à-dire à lâcher prise. Lâcher votre tête, votre égo et faire ce que vous ressentez vraiment, rien d’autre. Ce n’est pas forcément simple, alors engagez-vous réellement, ne faites pas qu’en parler, IMPLIQUEZ-VOUS.

Etape 3 :





Ce n’est plus de la souffrance mais un nouveau mode de fonctionnement. Il est basé sur votre « Être » et non plus exclusivement sur votre mental et votre égo.
C’est une nouvelle dimension bien plus écologique pour vous-même, un mode de fonctionnement plus complet, plus doux, plus dans l’amour. C’est LE mode de fonctionnement qui fera de vous une personne heureuse.. C’EST UNE CERTITUDE !!!
Pour cela, faites comme moi et méditez un peu chaque jour. Enlevez cette idée reçue qui vient de vous traverser la tête : cela n’a pas besoin d‘être long ni pénible, ni lourd de sacrifice.., le but est uniquement de revenir au présent en sortant du discours mental. En quelques minutes avec de l’entraînement cela est très envisageable.
Une méditation peut se faire assis, debout, allonger, en marchant, en repensant à vos pieds, à votre respiration.., bref, à n’importe quel moment de la journée et en faisant toutes autres sortes de choses.

Sourire à la vie







La fluidité émotionnelle, cesser de résister à ce qui « est ».
Photo par eMerzh

Très loin de la méthode COUÉ, vous voilà en paix, dans un état de fluidité émotionnelle. C’est-à-dire que vous ne faites pas opposition à ce qui vous traverse, vous vous laissez traverser, c’est tout !
D’instant en instant, vous ressentez des émotions positives et négatives car elles sont toutes en nous, et vous suivez juste la voie qui vous permet de vous épanouir et de vous réaliser le plus. J’en parle dans le dernier mini-séminaire.
Enfin, comprenez que tout cela est profondément bienveillant et que la souffrance n’est que le reflet d’une façon de faire obsolète. Un dicton dit ceci : « Quand tu en auras marre, tu arrêteras. »
C’est la même pour nous, quand nous en aurons marre de souffrir de quelque manière que ce soit, nous nous déciderons enfin à fonctionner différemment !

Pour vous mettre en route immédiatement :







  • Catégorie : Méditation
  • Formation gratuite
  • Une bibliothèque de livres incontournables ! Eckhart TOLLE N°4
  • Le mécanismes de notre égo : Ennéagramme


http://heureux-dans-sa-vie.com/dou-vient-la-souffrance-et-comment-ne-plus-souffrir/

----------------------------------------------------------------------------------------------


COMMENT SAVOIR SI QUELQU’UN VOUS REGARDE À TRAVERS UN MIROIR SANS TAIN

      

Comment savoir si quelqu’un vous regarde à travers un miroir sans tain en 30 secondes



Vous êtes-vous déjà retrouvé dans une salle de bains, un salon, ou une pièce privée, devant un miroir en ayant la sensation d’être observé ? Vous pouvez vérifier si le miroir est sans tain, en observant la manière dont il est installé, grâce à des techniques simples, et savoir ainsi si quelqu’un se trouve derrière le miroir.

Voici les différentes étapes




Observez l’installation du miroir:

Le miroir sans tain est une feuille de verre revêtue d’une substance appelée mirropane. Si vous vous tenez sur le côté traité, vous verrez votre reflet. Le côté non traité ressemble à une vitre teintée. Pour qu’il fonctionne, le miroir sans tain doit être installé dans le mur, plutôt qu’attaché sur le mur. De cette manière, les personnes installées de l’autre côté peuvent observer ceux qui se regardent dans le miroir. S’il y a un mur derrière le miroir, le miroir est surement un miroir classique.
Si le miroir semble suspendu, regardez derrière pour être sûr qu’il y a vraiment un mur.
Si le miroir semble faire partie du mur, il y a de bonnes chances que s’en soit un.
Vérifiez la lumière:
Pour qu’un miroir sans tain soit efficace, la lumière du côté du miroir doit être 10 fois plus brillante que de l’autre côté. Si elle est plus faible, vous pouvez voir à travers le miroir.
Observez autour de vous, et déterminez si la lumière est particulièrement vive. Si elle l’est, il se peut que le miroir soit sans tain.
Toutefois, si la lumière dans la pièce est relativement faible, et que vous ne voyez pas au travers du miroir, c’est qu’il s’agit probablement d’un miroir standard.

Essayez de regarder à travers la glace:
Appuyez votre visage dessus, et mettez vos mains en coupe pour créer une forme de tunnel qui bloque la lumière. En faisant ainsi, si la lumière dans la pièce d’observation est plus lumineuse que celle de votre côté, vous devriez voir à travers.

Projetez une lumière dessus:
Si vous n’êtes pas convaincu, éteignez les lumières, et projetez une lumière (cela peut être celle de votre portable) sur le miroir. Si c’est un miroir sans tain, la pièce de l’autre côté sera illuminée, et vous la verrez.

Écoutez le son:
Tapez, comme vous frapperiez à la porte, sur le miroir. Un miroir normal produira un son plat, puisqu’il est placé devant un mur. Un miroir sans tain produira quant à lui un son ouvert, creux, qui va résonner, car il donne sur un espace ouvert, derrière lui.

Étudiez le type du miroir:

Il en existe deux types: les premiers miroirs de surface, qui sont relativement chers à produire, et les seconds miroirs de surface, ceux que l’on retrouve au quotidien. Lorsque vous appuyez votre doigt sur un second miroir de surface, vous ne pouvez pas toucher votre propre reflet. Vous verrez un espace, dû à une réflexion faible de la première couche sur la surface du miroir. Si vous touchez votre doigt sur un premier miroir de surface, vous pourrez toucher votre propre reflet, car il n’y a pas de couche supplémentaire entre les deux. Les premiers miroirs de surface sont extrêmement rares. Aussi, si vous en voyez, c’est qu’il y a une raison spécifique, et il est très probablement sans tain. Néanmoins ce n’est pas un test infaillible, pour les raisons suivantes :
Compte tenu des lumières à intensité variable, et au matériel dans lequel le miroir est fabriqué, il peut être vraiment difficile de dire si vous touchez ou non votre propre reflet. Vous pouvez penser que vous touchez un premier miroir de surface alors qu’il n’en est rien.
Il est aussi possible qu’un second miroir de surface soit un miroir sans tain. Si d’autres tests vous ont indiqué que vous étiez face à l’un d’eux, comme son installation, ou encore la luminosité de la pièce, ne laissez pas le test de l’ongle être le facteur décisif.
AVERTISSEMENTS:
Aucun test n’est infaillible. Il suffit d’une petite ouverture dans un mur pour y déposer une caméra à l’objectif « fish-eye », et vous ne verrez pas de lumière plus vive, vous n’entendrez pas de bruits sourds, ni ne verrez la pièce derrière le miroir en mettant vos mains en coupe. Même si le miroir est un miroir normal, il existe d’autres possibilités pour cacher un système de surveillance. Gardez aussi à l’esprit que peu de gens souhaitent courir le risque de surveiller autrui. Les exceptions concernent surtout les propriétaires de vente au détail, qui se servent souvent de technologies en vue de limiter les tentatives de vol de leurs employés, tout comme les vols à l’étalage, ou encore un certain nombre d’administrations gouvernementales.
http://www.conscience-et-eveil-spirituel.com/comment-savoir-miroir-sans-tain.html
------------------------------------------------------------------------------------
mode para know on. et sinon t'as rempli ta feuille d'impôts ? ben oui je vais la poster de ce pas. Dans la salle de bains ? c'est cela oui  Razz cat bon je vais me faire "ficher" dans ma baignoire, le monde sera content de m'y voir pêcher le canard. ou pas.
-----------------------------------------------------------------------------------------------
je n'ai pas tout compris mais j'avance, c'est le principal.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Mar 28 Juin 2016 - 11:07



Chacun sa death finition ? A la Saint "Bolique", va boire ton café. Des batteurs, des mixers, des batteurs, des mixers, des batteurs.

Les descentes, les accélérations, les décalés, les modulations, les graves, les aigus, les montées, le mélange des instruments, dans la même direction, avec des sons différents, la puissance de la batterie, les lignes de basses, la disto de la gratte, et la douceur pourtant d'une baguette sur la peau. La musique, et un groupe c'est comme une conversation à plusieurs. Les instruments discutent parfois et souvent mieux que les gens.

On voit plus si on regarde les "inter" entre musiciens c'est subtil et très constructif.



T'utilises plutôt des mots vides ou des mots pleins ? Le roi merlin et son ripolin.

C'est une ambiance, une atmosphère, un concentré pour les deux hémisphères.

Des tonalités. Pas de mono cordes. L'éclectisme. Sauf les metaleux de base, mais des deux "de base" y'en a partout.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Mar 28 Juin 2016 - 11:11

From the album "Individual Thought Patterns".






T'imagines aussi là la modération avec son petit tablier et son plume haut ? ou pas ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Mar 28 Juin 2016 - 11:16

Le mot PATTERN et sa myriade d’équivalents

(L’Actualité terminologique, volume 2, numéro 6, 1969, page 3)

Il ne faut pas se rebuter si le texte anglais présente le mot pattern. C’est, pour le traducteur, l’occasion de rendre par un équivalent particulier le mot anglais polyvalent. L’équivalent français vient répondre à la question : de quoi s’agit-il? Parfois, la solution consiste à ne pas traduire pattern comme c’est très souvent le cas, par exemple, de process (the evolution process: l’évolution) et desystem (ventilating system, heating system: la ventilation, le chauffage).
Voici quelques équivalents monovalents dont la lecture impartira peut-être au traducteur un réflexe conditionné qui s’exercera l’occasion surgissant :

  • arrangement (de parties)

  • aspect (sous lequel une chose se présente constamment)

  • association (de couleurs)

  • broché (d’une étoffe)

  • cadres (d’action)

  • caractère (saisonnier d’un fait économique)

  • caractéristique(s) (invariable(s))

  • composition (particulière d’un ensemble)

  • configuration (au propre et au figuré)

  • constante (profonde d’un mode d’agir, de faire)

  • contexte (normal d’un événement, d’une manifestation)

  • contour (d’une politique)

  • courbe (d’un phénomène économique)

  • dessin (d’une pensée)

  • diagramme (de rayonnement) (radiation pattern)

  • échantillon (de couleurs, etc.)

  • effet (auditif, visuel)

  • équation (personnelle)

  • équilibre (présenté par un ensemble de forces)

  • exemple (à suivre ou à repousser)

  • façon (accoutumée de faire)

  • galbe (attrayant d’une carrosserie)

  • groupement (de plombs sur une cible)

  • habitudes (de vie, de travail)

  • invariant (commun à deux langues)

  • manie (révélatrice)

  • mécanisme (d’une action)

  • modèle (d’instrument)

  • modelé (d’un terrain, d’une tête)

  • modulation (de la consommation d’électricité, du rythme de travail)

  • mouvement (général)

  • nature (tourmentée d’une écriture, d’une psychologie)

  • optique (particulière)

  • ordonnance (d’un ensemble)

  • orientation (d’une tendance)

  • ossature (d’un vitrail, d’un tableau – en parlant des couleurs)

  • palette (idem)

  • physionomie (d’un peuple)

  • plan (suivi)

  • reconnaissance (des formes) (pattern recognition)

  • régime (de mortalité, de natalité, de nuptialité)

  • règle (constante de conduite)

  • répartition

  • ritournelle

  • schème (de comportement)

  • style (de l’affectivité)

  • tableau (des grandes lignes d’une politique)

  • ton (général d’une semonce)

  • tournure (des événements)

  • tracé (du réseau hydrographique) (drainage pattern)

  • trame (d’une suite d’événements)

  • type (de réactions)

  • http://www.btb.termiumplus.gc.ca/tpv2guides/guides/chroniq/index-fra.html?lang=fra&lettr=indx_titls&page=9MwP2LfKJznE.html

-----------------------------------------------------------------------


Ajouter ou pas au raisonnement de quelqu'un d'autre.


Bref sois pas terne, sois un  sunny albino


Dernière édition par On me l'avait pas dit :) le Mar 28 Juin 2016 - 11:18, édité 1 fois (Raison : Il faut donc actualiser ses termites au logis ?)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Mar 28 Juin 2016 - 11:22

À propos d’« identifier »

Martine Racette
(L’Actualité terminologique, volume 29, numéro 3, 1996, page 11)

Longtemps frappé d’interdit, le verbe identifier, pris dans le sens de déterminerrecensercernerinventorier…, a fait son petit bonhomme de chemin. Son champ sémantique s’est élargi sous la plume de plus d’un auteur, et même si les grands dictionnaires ne lui reconnaissent pas encore droit de cité, il gagne du terrain.
La langue parlée en fait un usage immodéré, et ce n’est pas faute de détracteurs. On s’est ligué contre identifier : Dagenais1, Colpron2 et, plus récemment, De Villers3 ont fait front commun dans la lutte contre l’anglicisme sémantique. Hanse4, lui, a pris le parti de l’ignorer.
Par ailleurs, Jacques Dubé5 nous met la puce à l’oreille dans son Lexique analogique; il nous propose une quarantaine d’équivalents pour identify, le dernier étant identifier, qu’il fait suivre d’un point d’interrogation en guise de mise en garde. Déjà, on sent que l’exclu tente de se tailler une petite place…
Mais qu’en est-il dans la pratique? Des occurrences d’identifier et de ses dérivés ont été glanées par Frèdelin Leroux fils, chroniqueur bien connu des lecteurs de L’Actualité terminologique :
(…) L’IDS identifie les technologies pour accélérer (…) le potentiel des progrès de l’Amérique[size=11]6
(…) chaque composante a sa vocation propre répondant à un besoin identifié d’expression et d’échange7.
(…) l’identification dans le budget de 1984 du service public d’un crédit de 230 millions de francs alloué à la création7
Encore (…) est-il nécessaire d’identifier les obstacles à surmonter8.
(…) comparer les solutions possibles en identifiant les conséquences qu’elles pourraient avoir9[/size]
Le Bureau de la traduction ne répugne pas lui non plus à employer le mot. Par exemple, on peut lire dans un bulletin interne10 :
Le groupe a pour mandat d’identifier les données essentielles que l’on doit y inclure [dans la demande de traduction].
Aussitôt que nous aurons identifié les avantages que le Bureau pourrait en retirer [du nouveau système financier]…
Enfin, Andreï Makine, dans Le Testament français, s’en sert d’une façon qui, à l’analyse, sème peut-être le doute :
Nous scrutions les rangs des habits noirs pour déceler de potentiels trouble-fête. Le Président aurait dû les identifier, les expulser en les poussant du perron de l’Élysée! (p. 42)
Voilà donc « péché » commis de longue date! Et encore, pas nécessairement par des rédacteurs soumis quotidiennement à l’influence envahissante d’un anglais omniprésent. D’aucuns y verront un appauvrissement de la langue : disons simplement que la langue évolue comme elle l’a toujours fait, et que rien ne nous oblige, personnellement, à suivre le courant.
Cela dit, même si identifier semble vouloir entrer dans l’usage au sens étudié ici, le traducteur ou le rédacteur hésitant dispose d’un grand éventail d’équivalents possibles suivant le contexte :

  • inventorierfaire l’inventaire (des besoins)

  • répertorier (les travaux)

  • cerner (les causes d’un accident)

  • relever (les occurrences)

  • recenser (les difficultés)

  • déterminer (les mesures à prendre)

  • établir (les liens qui unissent…)

  • découvrir (l’origine d’un problème)

  • détecter (les virus dans un logiciel)

  • extraire (les données utiles)

  • trouver (des solutions)

  • dresser (les différents scénarios)…


La liste pourrait s’allonger encore. Les solutions de rechange abondent; il suffit de consulter le Lexique analogique ou la fiche de difficultés de traduction Repères-T/R nº 06111 pour s’en rendre compte. Mais ne perdons pas de vue qu’avant longtemps, identifier, dans l’acception qui nous intéresse, pourrait acquérir ses lettres de noblesse.

Références


  • 1Dagenais, Gérard, Dictionnaire des difficultés de la langue française au Canada, 2e édition, Boucherville, Les éditions françaises, 1984.

  • 2Colpron, Gilles, Dictionnaire des anglicismes, Montréal, Beauchemin, 1982.

  • 3De Villers, Marie-Éva, Multidictionnaire des difficultés de la langue française, nouvelle édition, Montréal, Québec/Amérique, 1992.

  • 4Hanse, Joseph, Nouveau dictionnaire des difficultés du français moderne, 3e édition, Louvain-la-Neuve, DeBoeck/Duculot, 1994.

  • 5Dubé, Jacques, Lexique analogique, 2e édition, Ottawa, Bureau de la traduction, 1989.

  • 6Charzat, Gisèle, « La militarisation intégrale », citée par André Laurens, Le Monde, 6 janvier 1987.

  • 7Fillioud, Georges, « L’application de la loi sur l’audiovisuel », Le Monde, 6 et 7 octobre 1987.

  • 8Touraine, Alain, Le Monde, 29 janvier 1992.

  • 9Brugmans, Hendrick, Introduction aux Conflits sociaux en Europe, sous la direction de Guy Spitaels, Marabout, 1971.

  • 10Info, vol. 2, nº 4, p. 5 et 13.

  • 11Canada, Secrétariat d’État, Repères-T/R, Ottawa, Ministère des Approvisionnements et Services Canada, 1992. Sous la direction d’Huguette Guay.


http://www.btb.termiumplus.gc.ca/tpv2guides/guides/chroniq/index-fra.html?lang=fra&lettr=indx_titls&page=9XHcX9d1ZkrY.html#zz9XHcX9d1ZkrY

--------------------------------------------------------------------

Les modèles, les mots d'elles. A une aile près elle se serait appeler raclette.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Mar 28 Juin 2016 - 11:29

http://www.journaldunet.com/management/emploi-cadres/1180383-ces-19-types-de-collegues-insupportables/1180751-la-commere

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Mar 28 Juin 2016 - 15:44

http://www.tdah-adulte.org/TDAH-Manuel-Auto-Coaching.pdf

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Mar 28 Juin 2016 - 16:00

http://www.voix-du-changement.com/public/Therapie_familiale/Le_surdoue_et_sa_famille_Partie_3.pdf

----------------------------------------------------------

http://www.jankech.ch/pdf/echecfr.pdf
---------------------------------------------------------

http://psyfontevraud.free.fr/pedopsychiatrie/Publications/surdoues.htm

  Avertissement : toute référence à cet article doit faire mention de son auteur et du site du "Service de pédopsychiatrie CHU Angers"
Copyright SERVICE DE PSYCHIATRIE ET DE PSYCHOLOGIE MEDICALE CHU ANGERS 2004



Est-il souhaitable d'être surdoué ?
Docteur Daniel Rousseau
Pédopsychiatre- Attaché


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------





Relations surdoués (hqi) et normaux. Rationnalité de la vie et des émotions.


Suite du texte précédent sur Zebracrossing ici
La vie, les humains, sont ils "rationnelles" ?
Pour moi, la "logique", la rationalité sous-jacente (aux apparences) de l'Univers est l'amour et l'unité.
(Note : Un des principes de la théorie quantique est le principe de "non-localité" : deux particules nées de l'explosion d'une autre restent "liées", même si elles s'éloignent l'une de l'autre à la vitesse de la lumière. Une expérience le prouve (dans cette expérience, quand on mesure certain état d'une des deux particules, l'autre prends instantanément l'état opposé, bien que s'éloignant l'une de l'autre à deux fois la vitesse de la lumière !). Cela signifie très clairement que toutes les particules de l'univers sont "corrélées" puisque nées du big bang).
Mais pour accéder à ce niveau de "rationalité", il faut en être au point de pouvoir considérer que, quelque soit le degré de souffrance ou de violence atteint (y compris la mort), il (ce degré de séparation d'avec le tout) est "illusoire" relativement à la réalité de l'énergie et de la vie, il est un simple "passage" qui, de toute manière, mènera à/voile un état d'amour et de connexion universel ... (seul les maîtres les plus élevés spirituellement peuvent être connectés en permanence à ce niveau. Ce n'est pas mon cas, et je suis encore très souvent en souffrance d'isolement, dans des mal-êtres "enfantins" au vue de cette "altitude", mais néanmoins j'en ai eu un bref aperçu de ce niveau j'en parle ici, peu de temps après le décès de mon frère).

Pour ce qui est de la rationalité des comportements humains, il me semble nécessaire d'affirmer que les émotions sont, basiquement, des réactions rationnelles(physiologiques, motrices, chimiques, mentales, neurologiques, relationnelles ...) globales, d'adaptations justes et naturelles, de l'organisme, à ses exigences internes, aux contraintes extérieures, et aux nécessités de communication avec ses semblables. Fondamentalement. Et fondamentalement rationnelle, logique pour moi.
Et donc, pour découvrir et comprendre la rationalité des comportements humains, il faut comprendre et voir en soi, et chez les autres, cette rationalité. 
(Note : Un élément essentiel à cette compréhension : les émotions les plus profondément conditionnantes, se sont inscrites en nous dés avant la naissance, et pendant notre petite enfance, elles sont donc hors de la sphère naturelle de conscience de notre moi, ce qui n'est pas irréversible. Donc ces émotions sont là, elles existent, elles nous font réagir à la vie et aux autres d'une manière particulière, pas toujours adaptée à la réalité actuelle, mais elles nous échappent et nous ne pouvons en suspecté l'existence, au début d'un chemin d'évolution personnelle, que par leurs effets (style : maladie, état psychologique problématique, dissonance entre nos intentions et nos résultats, ...)).

Pour moi, le problème des difficultés de communication entre les "hqi" et les "moins doués", est à deux niveaux.
Au niveau, communication sur la perception/compréhension de la réalité dans son aspect "objectif" : les moins doués ne captent pas bien, pourquoi ? Parce que leur fonctionnement émotionnel interfère fortement, sans qu'ils en aient conscience avec leur fonctionnement mental (attachement à des préjugés, jugements ou frein sur la "liberté", sur la valeur de la pensée, ...). Alors que le surdoué est bien plus "neutre" à cet égard.
A l'inverse, dans l'expression émotionnelle (consciente et inconsciente), c'est le surdoué qui est en porte à faux. Le "moins doué" est protégé par un système de réaction standard, stable, de réactions et de prises de positions qui ne lui posent aucun problème. Il est "lui", naturellement, de manière satisfaisante en regard de son environnement social. (après, les épreuves font que ...)
Le surdoué lui, est confronté d'une part à une moindre connexion avec ses émotions, à certains moments, et, à l'inverse, (en fonction des situations et de son état, de ce qu'il est en train de faire), à des émotions qu'il aura du mal à cerner, à une réactivité émotionnelle, une puissance des émotions et de l'énergie qu'il ne peut complètement maîtrisé, et qui le déstabilise dans la relation aux autres et dans la relation qu'il a avec lui-même ... Les deux pouvant être simultanés : le fonctionnement mental de contrôle, d'intelligence peut se poursuivre, pendant qu'à l'intérieur, en conscience ou pas, c'est le "bordel" émotionnel.
Exemple perso : quand des situations de la vie, ont un fort impact émotionnel, déstabilisant, je le perçois, j'en éprouve du mal-être, mais je ne peux concrètement rien faire par rapport à cela, et c'est la soir, en rentrant chez moi, ou en me couchant, que les tensions émotionnelles non réglées remontent. Et fatigué ou pas, il faut que je me les "coltine", prendre conscience, me positionner, me détacher de certaines, explorer certaines autres, pour pouvoir dormir à peu près normalement ! D'où qualité de mon sommeil, très variable.  Il me faudrait parfois, pour être vraiment bien, une journée de repos après une journée de boulot, pour pouvoir "digérer" les choses en profondeur et sereinement !).
Mais quelque soit le niveau, cela est parfaitement "rationnelle" et "logique", pour moi !
Donc, oui, double boulot pour le surdoué ! Désolé !
Merci à vous de ces partages, de vos intelligences, de vos interrogations ! Bonne journée.

http://amour-conscience-guerison-partage.over-blog.com/article-relations-surdoues-hqi-et-normaux-ration-113474549.html

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Mar 28 Juin 2016 - 16:11

Nous avons mesuré un niveau d’

estime de soi familiale comparable chez les HPI et chez les tout-venants. 

Cela laisse penser que la valeur qu’un enfant peut s’accorder relativement à sa sphère familiale dépend de caractéristiques personnelles et contextuelles qui se retrouvent dans les mêmes proportions dans les deux groupes et qui n’ont pas de rapport direct avec la potentialité intellectuelle de l’enfant. En d’autres termes, le surdouement ne semble pas avoir d’influence sur la valeur qu’un enfant peut s’accorder au sein de sa famille. 

L’estime de soi scolaire nous apparaît aussi d’un niveau comparable entre les enfants HPI et les enfants tout-venants. Ce résultat peut surprendre en venant contrarier la représentation sociale assez répandue de l’enfant surdoué nécessairement premier de sa classe, mais il concorde avec l’observation qu’il existe autant d’enfants surdoués qui ont un haut niveau scolaire que de surdoués qui ont un bas niveau scolaire et que de surdoués qui ont un niveau scolaire moyen. 

Cette donnée résulte notamment du fait qu’un grand nombre de ces enfants développent des troubles de l’apprentissage ou se désintéressent de l’école. Ici, nous constatons qu’en moyenne, et en dépit de leurs grandes potentialités, les enfants HPI ne s’estiment pas meilleurs que les autres sur le plan scolaire. Ce résultat nous amène à nous questionner sur le système scolaire français qui semble souvent mal adapté aux besoins et aux particularités intellectuelles de ces enfants, ce qui ne leur permet pas ou peu de développer une image d’eux-mêmes valorisée à la hauteur de leur potentiel.

L’estime de soi globale, qui s’inscrit dans la sphère personnelle, apparaît également d’un niveau comparable entre le groupe d’enfants HPI et le groupe témoin. Cette sphère est donc un secteur relativement préservé : d’un point de vue personnel, les enfants surdoués ne se perçoivent pas de façon plus dévalorisée que les autres enfants.

On peut donc penser que cette variable dépend 27 plus de la personnalité de l’individu, de son vécu et de son environnement, que de sa potentialité intellectuelle. C’est donc bien dans les rapports aux autres qu’une fragilité se fait sentir de façon très nette pour ces enfants. A un âge encore très jeune, il est inquiétant d’observer une telle différence négative dans le niveau d’estime de soi sociale des enfants surdoués par rapport aux autres enfants, et cela fait craindre pour le futur une fragilité de leurs assises narcissiques dans leurs relations sociales. 

Interrogeons nous sur les raisons et les implications d’un très faible niveau d’estime de soi sociale chez les enfants à haut potentiel intellectuel.

----/.......http://www.ae-hpi.org/languedoc-roussillon/Padilla_memoire_HPI_estimedesoi.pdf

---------------------------------------------------------------------------------

Bon alors Item ou Item pas ? Ce n'est pas en rester assisse sur ta chaise narcissique que tu vas le savoir. Tu vas me bouger tes fesses et les deux en même temps, hein ! On ne met pas ses coudes sur les tables et on ne laisse pas traîner une fesse sur une chaise. Mais qu'est ce donc que ces manières.

--------------------------------------------------------------------------------------------

Post It : penser à acheter des rousquilles.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Mar 28 Juin 2016 - 16:13

In situ


[ltr] Pour les articles homonymes, voir In situ (homonymie).
In situ est une locution latine qui signifie sur place ; elle est utilisée en général pour désigner une opération ou un phénomène observé sur place, à l'endroit où il se déroule (sans le prélever ni le déplacer), par opposition à ex situ. L'expression comporte des significations spécifiques dans des contextes très divers.[/ltr]

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Invité le Mar 28 Juin 2016 - 16:14

Environnement[modifier | modifier le code]

Dans le domaine du traitement des sites et sols pollués[modifier | modifier le code]

Parmi les techniques de l'environnement, in situ existe une méthode de traitement, dite dépollution in situ pour laquelle le site ou les déchets pollués sont gérés sur le lieu même où ils posent problème1. Selon le type de pollution, le degré de risque, le volume de sol/sédiment à traiter, le contexte et le degré de traitabilité du substrat pollué, l'accessibilité du site, etc. il est traité sur place ou exporté vers une unité spécialisée (ex-situ)2. Le sol peut être traité par adjonction de bactéries et de nutriments pour une biodégradation (aérobie ou anaérobie) de matières organiques toxiques et/ou indésirables, ou faire l'objet d'une Oxydation chimique in situ (ISCO ; avec injection de réactif in situ, possible sur des sols non saturés, homogènes et de préférence isotropes) 2. Parfois la pollution doit faire l'objet d'un premier traitement in situ et d'un second traitement hors-site.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: news lifes :)

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 1:52


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 41 sur 44 Précédent  1 ... 22 ... 40, 41, 42, 43, 44  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum