Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Page 40 sur 40 Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par zeHibou le Ven 12 Fév 2016 - 11:20

Numero6 a écrit:Hot lips !
Je renonce, je n'ai même pas essayé de broder sur la mort, si peu enthousiasmante quand elle vient délivrer ses services à domicile.

Pour écrire il me faut des murs à repousser, des indiens à combattre, on aurait dit que j'étais le Général Numero6 et que j'allais défendre les zèbres contre eux-mêmes.

Bon alors t'es en panne d'inspiration Numero6, si je comprends bien.

Lors d'une séance au travail hier, nous étions une dizaine, dont deux zèbres (conscients de leur zébritude). A un moment donné, le débat s'enlisait dans une controverse, avec des arguments que tout le monde avait écartés quelques minutes auparavant et qui revenaient, pour être à nouveau écartés, etc. J'écoutais d'une oreille distraite (pareil pour mon collègue zèbre) tout en travaillant à autre chose sur mon portable. Je sais que dans ces moments il faut laisser les autres parler, puis lorsque c'est plus calme intervenir ingénument, faire une synthèse mais pas trop aboutie, en profiter pour glisser son opinion, et hop! le tour est joué, les autres reprennent la synthèse en y incorporant l'idée. A condition de l'avoir comprise. Ce matin je repensais à cette séance, et je me suis dit: "Mais que pensaient-ils?"

Je te propose un sujet. Si j'étais doué pour repousser les murs, moi j'écrirais "Dans la peau d'un normo-pensant interagissant avec un zèbre". Que se passe-t-il dans la tête d'un normo-pensant? Quel image se fait-il du zèbre? Et quel image se fait-il du monde, de la réalité? Voit-il qu'il a affaire à un zèbre? Que peut-il bien penser lorsqu'on lui fait un raisonnement qu'il n'est pas capable de suivre? Quelles émotions se déclenchent en lui? Ou à l'inverse, quel absence d'émotions?

J'ai beau essayer de faire l'exercice constamment, je n'arrive pas à me mettre dans la peau d'un normo-pensant, et pourtant j'aimerais bien comprendre!

zeHibou
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 248
Date d'inscription : 12/02/2015
Age : 51
Localisation : location unknown

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par Kondomm le Ven 12 Fév 2016 - 11:31

@ zeHibou

De la déduplotisation calamiteuse

Kondomm
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 869
Date d'inscription : 21/01/2014
Age : 39
Localisation : ;●) Grand Rouveau ou à côté.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par zeHibou le Ven 12 Fév 2016 - 13:09

Kondomm a écrit:@ zeHibou

De la déduplotisation calamiteuse

Ouais mais non, Kondomm. Moi je fais un message sérieux, sur un fil sérieux, d'un forum sérieux, et toi tu me balances une histoire de cube (même pas de gros cubes, hein) et de tout ronds. Je suis maintenant blessé car hypersensible, et insulté dans ma très grande intelligence. Naaaan, j'déconne...

C'est bien gentil tout ça, mais je n'arrive pas à m'identifier à petit cube. En effet, je ne brille pas dans le noir. Faut trouver autre chose (_pas_ le vilain petit canardé, steuplé, c'est trop triste et me fait pleurer).

zeHibou
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 248
Date d'inscription : 12/02/2015
Age : 51
Localisation : location unknown

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par Invité le Ven 12 Fév 2016 - 13:21

zeHibou a écrit:
Si j'étais doué pour repousser les murs, moi j'écrirais "Dans la peau d'un normo-pensant interagissant avec un zèbre". Que se passe-t-il dans la tête d'un normo-pensant? Quel image se fait-il du zèbre? Et quel image se fait-il du monde, de la réalité? Voit-il qu'il a affaire à un zèbre? Que peut-il bien penser lorsqu'on lui fait un raisonnement qu'il n'est pas capable de suivre? Quelles émotions se déclenchent en lui? Ou à l'inverse, quel absence d'émotions?

J'ai beau essayer de faire l'exercice constamment, je n'arrive pas à me mettre dans la peau d'un normo-pensant, et pourtant j'aimerais bien comprendre!

y a bien un moyen peut être ? prendre un sujet qu'on ne maitrise absolument pas, et expérimenter la même frustration de ne pas faire partie du groupe, de comprendre

je pense que tout zèbre est normo quelque part et peut être même bien que les normo ca leur arrive d'etre zèbre aussi


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par Invité le Ven 12 Fév 2016 - 13:23

zeHibou a écrit:
Ouais mais non, Kondomm. Moi je fais un message sérieux, sur un fil sérieux, d'un forum sérieux, et toi tu me balances une histoire de cube (même pas de gros cubes, hein) et de tout ronds. Je suis maintenant blessé car hypersensible, et insulté dans ma très grande intelligence. Naaaan, j'déconne...

Une pique en passant mais...ehhh je déconne (tape dans le dos, on rigole)

Tu veux mon avis sur ta réunion Zehibou ? Pour moi tu y vois deux mondes : les zèbres et des normopensants.
Moi j'y vois des personnalités différentes, certains enflammés d'autres modérés. Y'a un jeu de pouvoir et d'ascendance qui se joue en réunion. Ne pas savoir écouter les arguments des autres n'a rien de typique des normopensants, ca arrive a plein de zebres. C'est un trait de personnalité.

Je comprends la différence entre autistes et neurotypiques. Je ne vois pas de différence entre les HQI et ceux qui ne le sont pas (d'ailleurs comment savoir s'ils ne le sont pas ?!).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par Invité le Ven 12 Fév 2016 - 13:30

"Ouais mais non, Kondomm. Moi je fais un message sérieux, sur un fil sérieux, d'un forum sérieux, et toi tu me balances une histoire de cube (même pas de gros cubes, hein) et de tout ronds. Je suis maintenant blessé car hypersensible, et insulté dans ma très grande intelligence. Naaaan, j'déconne..."

si ça se trouve ptête même pas .. vous devriez quand même être moins caustiques "les pontes"

sérieux :-)

j'ai une espèce de meta-don , pas métadone hein lol ou pas du tout ? va savoir

on s'est compris cela va de soi .. ou pas ? je me demande parfois si c'est moi

bref ce serait plus cool la confrontation thèse anti thèse sans faire de cross over parfois, plus utile à se construire

le complexe de supériorité et d'infériorité est un risque réel , pas toujours bien cadenassé, c'est évident et comme du temps de césar il est souvent sain de rappeler que césar après tout, tout bien réfléchi  n'est qu'un dictateur pourri comme le hurlait le peuple tout le long du parcours, ou n'était qu'un homme comme le rappelait l'esclave qui l'accompagnait sur le char avec le brol en laurier ( tu parles d'un job de merde lol)

zèbre hypersensible pas meilleur mais différent ZHPMMD imprononçable donc zaime les ZHPMMD , à prononcer trois fois sans aucune voyelle ça le fait

:-)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par Numero6 le Ven 12 Fév 2016 - 13:41

zeHibou a écrit:J'ai beau essayer de faire l'exercice constamment, je n'arrive pas à me mettre dans la peau d'un normo-pensant, et pourtant j'aimerais bien comprendre !


C'était ma motivation prémière en arrivant sur le forum. Je l'ai épluché dans tous les sens, j'avais ouvert un fichier Word pour y accumuler mes découvertes. Et le seul truc pertinent que j'ai pu glaner concernait les mails.
Un mail par question. Si le mail contient trois questions, la réponse en retour ne concernera que la dernière question.
Ce qui fait par exemple que sur un fil de présentation la première chose que je regarde c'est le nombre de réponses par post. Un post pour répondre à chacun des zèbres qui ont souhaité la bienvenue, j'ai un doute. Un post qui remercie trois ou quatre personnes en même temps, j'ai un doute favorable.

Et je n'ai rien trouvé d'autre.

J'ai épluché le fil des comportements bizarres chez les normo-pensants, pas de chance, je les trouvais très logiques.

Les normo-pensants n'existent pas. C'est le concept miroir du zèbre.

Je crains que nous ayons tendance à prendre pour ontologique ce qui n'est qu'une stratégie d'adaptation.

Je prends l'exemple de l'opposition entre un zèbre, riche de son univers propre, qu'il a du mal à laisser s'épanouir dans un monde trop normé. A l'inverse, le normo-pensant est avide de norme et de règles.

Oui, mais.

Si je vivais au milieu de personnes disposant de 50 points de QI de plus que moi, je vivrais dans un monde où mes capacités rhétoriques seraient systématiquement balayées par plus intelligent que moi.

Il me resterait quoi pour m'opposer ? Pour refuser de me soumettre à ce qui leur convient à eux ?
La règle, les normes, ce qui se fait et ce qui ne se fait pas. La loi du plus grand nombre. Je n'aimerais pas plus qu'avant me soumettre à une norme, comme tout le monde, mais c'est un rempart que je soutiendrais pour me protéger.
Un monde adapté aux intelligences supérieures me laisserait obligatoirement sur la touche.
Et quand ces brillantissimes personnes m'imposerait une tache (car oui, je n'aurais pas d'autre opportunité que d'être un exécutant) je serais obligé d'exiger que les consignes me soient traduites dans un langage qui me soit accessible.

Pour un même fonctionnement cérébral, ce qui semble ontologique est avant tout une stratégie d'adaptation.


J'ai un autre exemple. Tout le monde aimerait que ses propres idées s'imposent aux autres.
Dans une discussion les gens testent leurs idées. Ils les confrontent pour en évaluer la qualité.
Autant il est difficile de repérer le manque d'intelligence, sauf sous ses formes extrêmes, autant il est très facile de détecter ceux qui sont plus intelligents. Instinct de survie peut-être, il vaut mieux se ranger derrière la bannière du plus futé.
Ceux qui ont suivi les cons ne sont plus là pour s'exprimer.
La seule chose qu'on ne veut pas c'est que cette personne plus intelligente impose sa loi. Qu'elle exige des droits particuliers. C'est humain. Et si on peut bénéficier de son intelligence sans rien offrir en retour, tout va bien.

Donc les idiots ne demandent que ça, se ranger derrière la bannière du plus futé. A condition qu'ils pensent que cela profite à leurs propres intérêts, quitte à ce que leurs intérêts passent par l'intérêt du groupe qui les protège.


Une grande partie des caractéristiques des zèbres disparaitraient du jour au lendemain dans une société où leur QI frôlerait à peine la moyenne.
Le fonctionnement cérébral d'un zèbre n'est pas différent des autres cerveaux, le concept de normo-pensant est vide de sens. Je lui préfère le terme de « con », plus dialectique.

Je pense que chacun se démerde avec ce qu'il a sous la main pour défendre son bout de gras. Si tu es limité par l'intelligence, tu peux recourir à la connerie, à l'affrontement borné, à la soumission, à la force, à la malice, à la médisance, au rappel à la loi.

Espérer qu'une conclusion géniale va clôturer une réunion dés le début est illusoire. Chacun autour de la table va vouloir défendre son pré carré. C'est seulement après, quand ils commencent à se lasser de tourner en rond, qu'ils sont enfin avides d'une solution pour mettre un terme à la réunion. Faim, pipi, fatigue, les enfants, c'est à ce moment-là qu'une conclusion qui tienne la route va être adoptée.
Juste leur laisser le temps de bien vérifier qu'ils ne risquent de se faire baiser dans l'histoire, et hop, ils sont d'accord.
Ça ronchonne, ça critique, c'est la phase de digestion. Et plus ils ronchonnent et plus ils critiquent, et plus ils sont en train de s'adapter, de réfléchir à comment tirer au mieux leur épingle du jeu, de vérifier qu'un autre n'en tire pas plus de bénéfices.

Je pense même que si la situation se répète, ils peuvent prendre l'habitude de solliciter rapidement celui qui leur fournit des bonnes solutions. Je pense même qu'ils peuvent finir par lui en vouloir les jours où il ne remplit pas son rôle de distributeur automatique de solution. Économiser son énergie est un principe fondamental pour tout le monde.
Quand j'ai la chance de fréquenter un distributeur de ce type, je ne me fais pas chier, avant de réfléchir je lui pose la question. Et je ne fais l'effort de réfléchir que si sa réponse ne me convient pas. Sinon, je me contente d'adapter ma réflexion à ce qu'il vient de me dire, je m'y adapte parce que j'y trouve un intérêt évident. Il me fait énormément économiser mon énergie en m'offrant un point de départ de qualité.
Et je ne le vis pas comme un boulet aux pieds, je l'utilise comme une bonne paire de crampons pour marcher dans la neige.

C'est pour ça que je pense qu'une idée géniale doit pouvoir supporter la critique des crétins. C'est son caractère universel et simplissime qui me fera qualifier une idée de géniale.

La « zébritude » n'est pas un état en soi, c'est une conséquence de l'environnement.

Et comme l'environnement actuel se crétinise à une vitesse folle, avec des dirigeants, une idéologie, des règles, tous plus stupides les uns que les autres, tout le monde en souffre. Les zèbres comme les autres.

Nous vivons dans une société qui ne veut plus d'intelligence mais des exécutants dociles. Plus de créatifs, mais des applicateurs de process. Plus de folie, car elle est par trop incontrôlable et imprévisible, pas assez docile.

Pour moi les zèbres ne sont qu'un des épiphénomènes de notre société. Je ne crois plus du tout à un mode de fonctionnement spécial, une nature radicalement différente comparée aux cerveaux des normo-pensants.
Les zèbres souffrent plus dans certaines situations, quand ils ne peuvent plus trouver aucune logique dans le monde qui les entoure.
Alors que l'abruti de base est largement surentrainé depuis sa prime jeunesse à vivre dans un monde qu'il ne comprend pas. Et il fait avec.

Mais de là à s'astiquer la nouille pour imaginer des circuits neuronaux spécifiques, je considère qu'il ne s'agit là que d'une illusion.

Et, bien sur, je peux me tromper. Ce n'est que mon point de vue.

Numero6
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5588
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par Invité le Ven 12 Fév 2016 - 13:55

mmm le zèbre est un suradapté , du coup il a du temps pour réfléchir à sa condition et l'esclavage social qu'on tend à lui imposer à lui comme aux autres

comme disaient les shadocks et le regretté Claude Pieplu, peut plus, pleut plus.; la plus grave maladie du cerveau, surtout d'une société normée , est de réfléchir

je ne pense pas non plus qu'il y ait des circuits "physiques" spécifiques, juste une manière différente de s'adapter, d'utiliser le même matériel

je pense parfois que on ne naît pas zèbre mais qu'on le devient parce qu'on a justement du se suradapter pour sa propre survie , je parle pour moi en tout cas

et pour expliquer que pour certains la zebritudes est hereditaires, je me dis que si le père ou la mère sont zèbres c'est qu'ils ont du se suradapter aussi et que ce qui est transmis est cette expérience là, l'apprentissage par mimétisme ou contre mimétisme d'ailleurs, ce qui est transmis c'est un mode d'emploi et non le potentiel lui même

cela implique que toute recherche eneugénisme est vouée à l'échec et cela m'amuse beaucoup, car se suradapter c'est pas la joie, c'est pas voulu, c'est subit, cela implique des chocs, des trauma, des douleurs, des pleurs et toutes ces choses qui soit disant font grandir, être lucide, cru, hard avec la vie

moi j'aime bien les majorettes, parce que gamin elles défilaient la cuisse haute en mini jupette,les traditions se perdent hélas.. si je n'avais pas du me suradapter je serais peut être tout simplement heureux de m'être conformé au système et une fois de temps en temps d'aller voir un défilé de majorettes



ou version plus hot saint valentin oblige





Dernière édition par zebulonlezebre le Ven 12 Fév 2016 - 14:02, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par zeHibou le Ven 12 Fév 2016 - 13:56

Zélie~ a écrit:
zeHibou a écrit:
Ouais mais non, Kondomm. Moi je fais un message sérieux, sur un fil sérieux, d'un forum sérieux, et toi tu me balances une histoire de cube (même pas de gros cubes, hein) et de tout ronds. Je suis maintenant blessé car hypersensible, et insulté dans ma très grande intelligence. Naaaan, j'déconne...

Une pique en passant mais...ehhh je déconne (tape dans le dos, on rigole)

Spoiler:
Mon intention n'était pas de piquer, Zélie, mais de faire de l'auto-dérision; je me considère, sur certains points, hypersensible.

Tu veux mon avis sur ta réunion Zehibou ? Pour moi tu y vois deux mondes : les zèbres et des normopensants.
Moi j'y vois des personnalités différentes, certains enflammés d'autres modérés. Y'a un jeu de pouvoir et d'ascendance qui se joue en réunion. Ne pas savoir écouter les arguments des autres n'a rien de typique des normopensants, ca arrive a plein de zebres. C'est un trait de personnalité.

Je comprends la différence entre autistes et neurotypiques. Je ne vois pas de différence entre les HQI et ceux qui ne le sont pas (d'ailleurs comment savoir s'ils ne le sont pas ?!).

Oui Zélie, tu as raison, j'ai hésité à mettre "non-zèbre" au lieu de normo-pensant. Je sais (et peux comprendre) que ces étiquettes et vocabulaire sont à prendre avec un grain de sel. Je comprends aussi ta remarque sur les personnalités. Il faudrait discuter plus longuement et de vive voix pour éclaircir tout cela. Alors parlons simplement de décalage. Lorsque je vois une conclusion au bout de ving minutes de séance, et que les autres arrivent au bout de cinq séances à une conclusion relativement proche, je me sens en décalage. Lorsque je dois juger le travail de quelqu'un (ou évaluer un candidat à recruter) et qu'au bout de cinq minutes j'ai mon opinion qui est presque toujours confirmée par de longs (et ennuyeux) entretiens qui prennent au total des heures, je me sens en décalage. Et si je dis que j'avais la réponse en cinq minutes, on me prend pour arrogant, or je ne le suis pas, encore du décalage.

Alors je m'interroge sur ce qui se passe dans la tête des autres, puis j'élargis en me demandant comment ils voient le monde, puis... mille questions.


zeHibou
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 248
Date d'inscription : 12/02/2015
Age : 51
Localisation : location unknown

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par Pieyre le Ven 12 Fév 2016 - 14:12

Numero6, je suis d'accord sur le principe de la stratégie d'adaptation et sur les modalités que tu distingues, mais pas avec la conclusion générale.

Certes il y a la dimension de l'adaptation de l'individu au sein du groupe. En fonction de la répartition de la force et de l'intelligence dans le groupe, on va être conduit à adopter la position qui correspond le mieux à nos intérêts et non pas à une seule identité personnelle.

Et pourtant il y a une autre forme d'adaptation, celle de la lignée au sein d'une société qui a évolué au cours des millénaires selon des rapports de force et d'intelligence assez stables. Ce n'est pas une adaptation choisie dans la mesure où ce sont les autres qui procèdent à cette adaptation, en nous acceptant ou en nous rejetant. Mais la transformation de la lignée ressemble à celle de l'individu qui s'adapte au cours de sa vie sociale.

C'est-à-dire que j'aurais une position intermédiaire : nous tendons à nous adapter en fonction des qualités des autres, mais nous sommes aussi tributaires d'une adaptation qui a été faite parmi nos ancêtres. Si la société reste stable, on ne voit pas tellement la différence, puisque les deux adaptations vont dans le même sens. Mais, avec la modernité, il peut y avoir un décalage.

Pieyre
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15396
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par Invité le Ven 12 Fév 2016 - 14:16

je me considère comme enflammé avec modération, c'est vrai quoi le gaz est cher ces temps-ci

:-)

parfois il y a le feu à la baraque , mais là faut un chasseur de dragon, le dernier est tout noir et y a des fumerolles

non en fait je pense que les dragons n'existent pas

juste des caractères finalement et sous cet angle les "pas comme moi" ont aussi leur caractère propre , les mêmes outils mais les utilisent autrement que moi

la différence est donc plus riche et moins stéréotypée, on a juste en tant que zèbre des capacités accrues de voir sentir, anticiper les différences, parce que c'est de la survie de les identifier comme telles comme le disait plus haut Numero6





Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par Invité le Ven 12 Fév 2016 - 14:19

Pieyre a écrit:
C'est-à-dire que j'aurais une position intermédiaire : nous tendons à nous adapter en fonction des qualités des autres, mais nous sommes aussi tributaires d'une adaptation qui a été faite parmi nos ancêtres. Si la société reste stable, on ne voit pas tellement la différence, puisque les deux adaptations vont dans le même sens. Mais, avec la modernité, il peut y avoir un décalage.

je suis totalement convaincu pour ma part que la mémoire d'espèce est une réalité , que les expériences d'adaptation de nos ancêtres sont également transmises de génération en génération comme le thymus conserve si j'ai bien pigé, je suis nul en médecine, la mémoire des attaques que le corps à du gérer

des fois je me demande d'ailleurs si c'est vrai si on n'aurait pas là un super vaccin mais bon


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par Numero6 le Ven 12 Fév 2016 - 14:22

zebulon a écrit:je ne pense pas non plus qu'il y ait des circuits "physiques" spécifiques, juste une manière différente de s'adapter, d'utiliser le même matériel

je pense parfois que on ne naît pas zèbre mais qu'on le devient parce qu'on a justement du se suradapter pour sa propre survie , je parle pour moi en tout cas

Je suis assez sur cette longueur d'onde. C'est fou ce que les gens se mettent à devenir intelligents quand ils n'ont pas d'autre choix.

Après il peut y avoir des fluctuations dans les capacités de naissance.

Tu pourrais développer ? La thèse d'Alice Miller n'a jamais réussi à me convaincre.

Numero6
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5588
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par Suce ces p'tits Bleus ! le Ven 12 Fév 2016 - 14:38

Pour moi, ma pensée est ma norme, donc je suis normal, on me trouve bizarre, pour une autre norme, je suis anormal, le conformisme est une norme commune au plus grand nombre parmi d'innombrable normes.
Nous voyons des similitudes et des différences en nous comparant, si je prends mon travail, à salaire égal, j'en fais cinq fois plus que mon collègue, quel est le plus con des deux ? Dent pétée

Suce ces p'tits Bleus !
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7836
Date d'inscription : 28/03/2013
Localisation : Une note de musique qui débite en 74.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par Le Don qui Chante le Ven 12 Fév 2016 - 14:53

Je suis assez sur cette longueur d'onde. C'est fou ce que les gens se mettent à devenir intelligents quand ils n'ont pas d'autre choix.


Pour moi, ma pensée est ma norme, donc je suis normal, on me trouve bizarre, pour une autre norme, je suis anormal, le conformisme est une norme commune au plus grand nombre parmi d'innombrable normes.
...et le jour de ma mort, le monde mourra avec moi.

Le Don qui Chante
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1039
Date d'inscription : 05/01/2016

https://rhesussocial.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par Invité le Ven 12 Fév 2016 - 15:08

Numero6 a écrit:
zebulon a écrit:je ne pense pas non plus qu'il y ait des circuits "physiques" spécifiques, juste une manière différente de s'adapter, d'utiliser le même matériel

je pense parfois que on ne naît pas zèbre mais qu'on le devient parce qu'on a justement du se suradapter pour sa propre survie , je parle pour moi en tout cas

Je suis assez sur cette longueur d'onde. C'est fou ce que les gens se mettent à devenir intelligents quand ils n'ont pas d'autre choix.

Après il peut y avoir des fluctuations dans les capacités de naissance.

Tu pourrais développer ? La thèse d'Alice Miller n'a jamais réussi à me convaincre.

connais pas la thèse d'alice je regarde

bon à la va vite

https://fr.wikipedia.org/wiki/Alice_Miller


je note "Les Images d'une enfance sont les peintures représentant des images de sa propre enfance11 qu'a réalisées Alice Miller pour elle-même et grâce auxquelles elle a pu commencer à percevoir ce qu'était réellement son enfance et non la manière dont sa mère voyait son enfance qu'elle considérait jusqu'alors comme juste : « L'image que j'en avais là [sa petite enfance] était toute différente de la version avec laquelle j'avais vécu pendant des années »."

et

"Elle insiste sur l'importance de l'enfant et des expériences faites durant l'enfance en nous parlant, dans La souffrance muette de l'enfant, de l'enfance de Picasso, de Buster Keaton et de Nietzsche. On décèle les expériences traumatiques de l'enfance dans leurs œuvres artistiques et littéraires. Ces traumatismes cherchent à s'exprimer, mais les artistes eux-mêmes ne s'en rendent pas compte, pas plus que leur public. Il leur est impossible, même artistes, de voir leur enfance sous son véritable jour, tant cette vérité est contraire au consensus social universellement admis."

mmm

ok

il y a surement de cela quelque part, après tout l'éducation est une chose épouvantablement compliquée, plus un art qu'une science, et parfois les parents n'ont pas le même caractère que leurs enfants et ne s'entendent pas ou pire les crucifient ou parfois font les deux et/ou les abandonnent

enfants martyrs de multiples façons à des degrés divers de maltraitance

cela influence, c'est évident, cela l'est pour moi mais je ne suis pas un enfant martyr au sens strict, même si comme hélas de nombreux enfants, je n'ai pas eut les conditions idéales de développement, on va dire cela

moi je pense plus à françoise dolto

et à ce qui a été une révélation il ya environ 15 ans quand j'ai vu un reportage sur ce qu'elle faisait, sur le fait que les enfants étaient bien plus éveillés que l'on pense, avide d'informations, de calins ,de confrontations pour avancer, apprendre, s'adapter au monde

certes certains sont lus avides que d'autres peut être parce que plus sensible, bêtement avec le reglage des 5 sens sur "plus aigu"' , la vraie hérédité, genre jason bourne version 5 sens

du coup plus attentifs à leurs environnements

et si l'environnement est hostile, la suradaptation vient par nécessité vitale sans freins, brutale

donc françoise dolto avait compris que si un enfant pleurait c'est qu'il y avait une raison, que c'était sa manière à lui de dire, merde j'ai perçu ça et je vais pas bien ou j'ai besoin, ou j'aimerais

bref comme pour le miaulement du chat , le cri du bébé demande traduction, merde qu'est ce qu'il veut à hurler

moi il parait que je hurlais bcp, signe clair.. éveillé ou en besoin

je pense que la vraie chance que l'on peut donner c'est à ces âges précoces de protéger l'enfant , d'essayer de le voir non comme un petit animal comme un être bien plus sensible et attentif et à très haut niveau

ce potentiel d'écoute se développe jusqu'à un maximum à 12 ans puis régresse, donc un enfant de 0 a 12 ans c'est là qu'il s'adapte ou se suradapte selon moi

et que l'écoute, l'absence d'écoute, la satisfaction ou non des besoins "exprimés" ou leur non satisfaction, le violence ou non de l'environnement, le fait d'être seul ou pris en charge même dans une société où "s'occuper des gosses " devient un boulet alors que c'est vraiment un job à deux plein temps

comme les éléphants, on procrée par 23 enfants mais quelques uns, et ca demande bcp bcp plus d'energie et de temps

la question amusante serait.. peut on être artiste et surdoué sans avoir vécu de trauma ? je me demande souvent

il parait qu'adolf a vécu de nombreux traumas notamment avec sa sensibilité artistique, bien évidemment la guerre de 14 18 , trauma spectaculaire pour n'importe qui mais sans doute aussi pour une chose moins connue, adolf n'avait qu'une seule couille .. volonté de puissance etc..

si sa famille avait été à l'écoute de ces traumas là , si sa créativité n'avait pas été brimée mais orientée , si la guerre n'était pas passé par là , il ne serait pas ce qu'il est devenu , et il aurait même fait du socialisme et de l'écologie.. ce qui est encore moins connu c'est que c'est ce qu'il faisait au début en politique !

ce qui est également moins connu c'est le lien avec les usa, notamment des cours de théatre et de diction dont il reste des images incroyables publiées dans une des editions de l'express dans les années 80 si j'ai bon souvenir

mere theresa a suivi des cours de marketing international... cela aussi est moins connu

je pense vraiment que la base de biens des maux est l'absence d'amour vrai, de l'absence de vouloir passer du temps à éduquer ses enfants mais cela n'exclut pas les problèmes de compatibilité de caractères ou juste e mauvaise graine par "contre initiation" mauvaises fréquentations

mais enfin il a été bien éduqué monsieur ! je ne comprend pas qu'il ait viré terroriste... exemple choisi au hasard

le libre arbitre vient après

tout se joue avant 6 ans disait un ancien bouquin, moi je pense que tout se joue avant 13 ans ou allee 11,5 un cycle solaire complet, ce serait fun de voir un lien

mauvaise graine bonne graine mauvais cycle bon cycle

je me demande si mon gout pour les majorettes ne vient pas d'un trauma avant mes 13 ans d'ailleurs mdrrr




-------

http://www.zebrascrossing.net/viewtopic.forum?t=25595

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 19:33


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 40 sur 40 Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum