Syndrome de fatigue chronique et études?

Aller en bas

Syndrome de fatigue chronique et études? Empty Syndrome de fatigue chronique et études?

Message par Madamn le Dim 1 Nov 2015 - 22:46

Bonsoir à tous,

Je viens vers vous car je suis une zèbre fraichement découverte : il y a environ 2 mois, et je cherche d'autres Z ayant fait face à un problème similaire. Alos voilà j'ai actuellement 19 ans, j'ai contracté la mononucléose en Juin 2013, à la fin de mon année de première, année qui fut pour moi très stimulante : au lycée je cumulais trois options différentes (euro-allemand, latin, chinois) ce qui m'amenait à environ un total de 40h de cours par semaine, je faisais du sport en club, du théatre, j'avais un blog de musique assez sérieux et je venais de commencer la photographie.

Ainsi pendant mon année de terminale, à cause de la fatigue, j'ai dû petit à petit renoncer à toutes mes activités extra-scolaires pour me consacrer exclusivement à l'école. Avant de savoir que j'avais la mononucléose je m'étais fixée comme objectif d'avoir mon bac mention très bien et d'integrer Sciences Po Lyon. J'ai eu la mononucléose pendant un an, mon année de terminale a été assez difficile, en effet sur le plan social et personnel je ne comprenais pas vraiment que j'étais malade et je m'en voulais à moi-même d'être souvent morose et fatiguée. Sur le plan scolaire ce fut aussi difficile car même en étant fatiguée mon niveau restait très bon mais je me considérais en échec car je me sentais capable de beaucoup mieux ce que mes professeurs ne comprenaient pas. A la fin de l'année je n'ai rempli aucun des objectifs que je m'étais fixés, en effet j'ai eu mon bac mention bien avec 15.5 de moyenne et je n'ai pas eu mon concours. J'étais très déçue de moi-même et frustrée, même si je comprend maintenant que c'est une chance par exemple d'avoir pu avoir mon bac avec cette note en le révisant une semaine avant tout en ayant la mononucléose.

Cependant l'histoire ne se termine pas là, l'année d'après (l'année dernière donc) j'ai fait une licence d'anthropologie à Lyon. L'année s'estvraiment bien passée , on m'a enfin ensegné un savoir émancipateur. Je l'ai validée avec 13 de moyenne mais physiquement je ressentais toujours la même fatigue, qui s'accentuait avec le temps, plus l'année avançait, moins j'allai en cours, vers la fin de l'année je pouvais à peine suivre 6h de cours par semaine. J'ai essayé d'en parler à la fac, à mes profs qui en gros m'ont dit d'essayer de passer les partiels sans tiers temps sans rien ce que j'ai fait et en révisant quelques heures avant chaque partiels j'ai eu 15 de moyenne au premier semestre, aux yeux de mes profs, mes résultats ont réglé le problème. Mais pas pour moi, je ne sais pas si vous comprendrez mais c'est vraiment frustrant de savoir qu'on fournit un travail de basse qualité en raison de problèmes de santé mais que ce travail de basse qualité contente tout le monde. J'ai aussi repassé le concours Sciences Po que j'ai raté à environ 50 places cette fois, un oubli de report de problématique m'aura été fatal. Pour vous dire, mon principale objectif le jour du concours était de rester éveillé toute la journée.

Et donc après ces deux années d'errance médicale j'ai découvert pendant les vacances que j'étais un zèbre et il y a quelque jour que je souffrai du syndrome de fatigue chronique qui se cractérise principalement par une fatigue extraordinaire, un sommeil non réparateur quel qu'il soit et une intolérance à l'éffort physique et mental.

Actuellement je suis en prépa sciences po mais je ne tiens pas du tout le rythme (environ 35h par semaine), c'est à peine si je peux en faire la moitié. De plus j'ai du commencer la prépa avec deux semaines de retards en raison de problèmes familiaux (mes deux parents sont pervers narcissiques) ce qui fait que j'ai beaucoup à rattraper. La directrice m'a convoquée deux fois dans son bureau pour me faire part de ses inquiètudes à mon égards car aucun aménagement d'horaires n'est possible. J'ai revu mon médecin traitant avant hier qu m'a parlé du syndrome de fatigue chronique mais qui m'a dit qu'elle n'avait aucune solution à me proposer pour mon problème scolaire et ma redirigée vers un médecin interne. A coté de ça je suis extrement frustrée car je sais que les cours sont largement à ma portée intellectuelle mais mon état physique est un vrai obstacle. D'autre part l'absence de savoir émancipateur dans la prépa me gêne un peu, je n'arrive plus vraiment à apprendre pour apprendre et pour avoir une bonne note. En conséquence en plus de l'obstacle que représente ma maladie pour aller en cours, je rechigne moi-même à y aller. J'ai l'impression de rentrer dans une énième crise existentielle : je me demande sans cesse pourquoi apprendre, qu'est ce qu'apprendre, je me pose des questions sur la subjectivité du savoir des choses de ce type, je me pose aussi des questions autour du handicap, et aussi sur le décalage social lorsqu'on rate les """étapes de sa vie""". je n'ai jamais eu de problème dans mes relations sociales, je me connais bien et je sais que je suis introvertie mas depuis que j'ai appris que j'étais un zèbre je n'arrive pas vraiment à gerer le décalage entre mes camarades de classe et moi.

En conclusion je viens vers vous dans le but d'essayer de trouver un témoignage similaire ou bien des conseils, j'ai vraiment l'impression de ne plus avoir assez de ressources psychologiques, physiques etc pour supporter cette situation j'ai simplement l'impression dêtre dans une énorme impasse car au final je ne sais pas si j'arrête la prépa (sachant que je suis la L2 d'anthropologie à distance) si je repasse le concours sciences po etc

Désolée pour le pavé et merci d'avance pour vos réponses Smile

Madamn

Messages : 1
Date d'inscription : 01/11/2015

Revenir en haut Aller en bas

Syndrome de fatigue chronique et études? Empty Re: Syndrome de fatigue chronique et études?

Message par Invité le Lun 2 Nov 2015 - 0:30

Je t'ai mp.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum