Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Page 7 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par karkakoa le Sam 21 Mai 2016 - 22:40

PavZ a écrit:Tu reste focalisé sur le travail comme si travail rimait forcément avec ennui, "vie toute jolie" / "toute propre", ....

- Une passion peut devenir un travail d'où la nécessité de se trouver une passion (sport, art, humanitaire, ....).
- Un dépressif à beau chercher il ne trouvera souvent pas de passion car il n'a envie de rien (quand il y réfléchit toute est une corvée).
- Il faut donc essayer, expérimenter, se forcer pour sortir de ce cycle.
- Le côté positif c'est que tu n'as rien à perdre en expérimentant (même pas ton temps puisqu'en ce moment il n'a "aucune valeur" si je puis dire puisque il ne te sert à rien).

PS : Je suis d'accord avec toi quand tu dis que le travail pour le travail c'est pourri... c'est pour cela que si tu n'as pas de passion et de vie sociale la vie devient insensée ...
L'idée c'est que si tu te donnes dans une passion hors du travail, un jour cela se transformera peut-être en travail....


Je suis dépressif parce que je n'aime rien et je n'aime rien parce que je suis dépressif loul, la poule ou l'oeuf ?
En tout cas toujours aucune passion en vue, je vois mal ce que je pourrais expérimenter d'ailleurs, ça veut dire quoi expérimenter ? Y a pas 30 000 voies qui donnent du taf, les trucs d'ingénieurs, le droit, et tout ce qui de près ou de loin fait tourner l'immonde machine du capitalisme, tout le reste ce sont des loisirs pour oisifs inadaptés. Qu'est-ce qui m'attire, l'art, la philosophie... ça me sert à rien, moi j'ai déjà choisi mon tombeau et ce sont les sciences humaines. D'ailleurs chaque jour je suis un peu plus mort mdr

karkakoa

Messages : 337
Date d'inscription : 19/12/2014

Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par Invité le Dim 22 Mai 2016 - 0:48

j'ai 54 piges et des prob de boulot comme tu peux même pas imaginer, j'ai mille raison de m'en coller une

et tu sais ... j'ai envie de te dire un truc

c'est vrai que la vie est compliquée pour les surdoués surtout pour choisir une vie professionnelle

mais il ya surement des choses que tu aimes faire dans la vie, fais en ton boulot !

tu n'aimes vraiment rien ? des petites choses ? beaucoup de surdoués font de l'histoire de l'archéologie, lancent leur petite boite sans prétention d'indépendant, comme infographiste, cuisinier, artiste, musico.

jardinier, peintre, écrivain public, pilote, chercheur, inventeur , glandeur professionnel, philosophe , présentateur télé, animateur radio

createur de t shirt, createur d'apps pour produits mobiles, import export de brols japonais, copiste de recettes américaines de hamburgers

createur de mode, createur de slips colorés

parfumeur, createur d'evenementiel dans la pub

createur de supports de pubs, vendeur d'espace

specialiste en purification d'eau

planteur d'arbre pour collectivité

collecteur de champignons, analyste de levures

pretre

laic militant

secretaire d'association

acteur porno

ecrivain de romans à l'eau de rose






Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par Invité le Dim 22 Mai 2016 - 0:51

je me demande si je vais pas écrire des romans de sf

ou des livres sur les surdoués mdrrr..nan j'deconne









Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par karkakoa le Dim 22 Mai 2016 - 1:20

zebulonlezebre a écrit:j'ai  54 piges et des prob de boulot comme tu peux même pas imaginer, j'ai mille raison de m'en coller une

et tu sais ... j'ai envie de te dire un truc

c'est vrai que la vie est compliquée pour les surdoués surtout pour choisir une vie professionnelle

mais il ya surement des choses que tu aimes faire dans la vie, fais en ton boulot !

tu n'aimes vraiment rien ? des petites choses ? beaucoup de surdoués font de l'histoire de l'archéologie, lancent leur petite boite sans prétention d'indépendant, comme infographiste, cuisinier, artiste, musico.

jardinier, peintre, écrivain public, pilote, chercheur, inventeur , glandeur professionnel, philosophe , présentateur télé, animateur radio

createur de t shirt, createur d'apps pour produits mobiles, import export de brols japonais, copiste de recettes américaines de hamburgers

createur de mode, createur de slips colorés

parfumeur, createur d'evenementiel dans la pub

createur de supports de pubs, vendeur d'espace

specialiste en purification d'eau

planteur d'arbre pour collectivité

collecteur de champignons, analyste de levures

pretre

laic militant

secretaire d'association

acteur porno

ecrivain de romans à l'eau de rose



Y en a deux trois dans la liste que je ferais bien pendant deux ou trois mois, mais je pense qu'à terme ils me donneraient tous envie de mourir.. à part tous les trucs impossibles à réaliser sans finir au RSA comme artiste, écrivain ou créateur de mode

karkakoa
karkakoa

Messages : 337
Date d'inscription : 19/12/2014
Age : 26
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par Invité le Dim 22 Mai 2016 - 1:59

alors tu ne dois pas laisser ton cerveau causer mais ton cœur

moi non plus je n'ai jamais voulu faire un job précis pendant que d'autres dès l'age de 4 ans savaient qu'ils feraient musicien ou chirurgien ou pilote

moi je sais faire plein de choses et plein de choses m'ennuient

mais au final j'ai fini par trouver deux trois domaines qui me plaisent plus, aors je m'y suis investi plus sérieusement, même en abandonnant en cours de route,

mais j'y reviens, ils ne sont jamais totalement abandonnés, ils sont différents des autres

il faut parfois du temps pour trouver son chemin et tu es jeune

pour le canabis par contre c'est une fausse solution, tous ce dont on dépend joue contre nous, alcool , drogue, jeu etc ..certes on peut boire jouer mais tout est question de raison .. et on est raisonnable pas vrai ?

plus on est stone moins on voit clair et plus on se réveille dans la brume

la lucidité c'est chiant, c'est douloureux mais parfois salutaire, on finit par trouver

et on arrive à un stade ou on finit par construire quelque chose, même banal on s'en fout, et surtout on est content de ce qu'on fait

le reste on s'en fout dans la vie

si ton but c'est de faire de la tune, fais de la tune ! il est normal d'avoir peur de finir sans revenu stable, si cela te pose probleme alors gere ce probleme, prend un job qui paie mais..

si ce job te fait chier, il te restera de la tune et du temps pour faire des choses que tu aimes et cela c'est vraiment cool

un job peut etres bien etre juste une entrée financiere, y a pas de malaise , il n'est écris nulle part qu'un surdoué doit sauver le monde, faire des trucs de surdoués

il doit ... non ? il doit rien du tout.. il fait ce dont il a envie

comme tous le monde ! y a pas de raison qu'on lui colle une etiquette esclave de son surdon sur la tete

et tant mieux si dans l'envie le surdon vient, tant mieux

s'il ne vient pas dans cette envie là ,peut etre plus tard ou en meme temps dans une autre envie

si je devais me donner un conseil à moi à 22 piges, je me dirai , il n'existe ni mission ni chemin, personne ne t'aidera, le monde du travail est dur , personne ne te dira ce chemin là est mal et cet autre là est bien

sois juste toi même, sois sincère avec toi, écoutes toi, une part de toi même cachée sait quand c'est bien, quand tu es bien

c'est cette voie là que tu dois suivre

retiens .; tu n'as qu'une vie .. et tu vas la réussir, non pas parce que la société a décidé ou juge ton chemin comme socialement adapté.. non tu vas la réussir parce que tu aimeras ce chemin et quand tu ne l'aimeras plus tu en choisiras un nouveau que tu aimes








Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par karkakoa le Dim 22 Mai 2016 - 14:10

zebulonlezebre a écrit:alors tu ne dois pas laisser ton cerveau causer mais ton cœur

moi non plus je n'ai jamais voulu faire un job précis pendant que d'autres dès l'age de 4 ans savaient qu'ils feraient musicien ou chirurgien ou pilote

moi je sais faire plein de choses et plein de choses m'ennuient

mais au final j'ai fini par trouver deux trois domaines qui me plaisent plus, aors je m'y suis investi plus sérieusement, même en abandonnant en cours de route,

mais j'y reviens, ils ne sont jamais totalement abandonnés, ils sont différents des autres

il faut parfois du temps pour trouver son chemin et tu es jeune

pour le canabis par contre c'est une fausse solution, tous ce dont on dépend joue contre nous, alcool , drogue, jeu etc ..certes on peut boire jouer mais tout est question de raison .. et on est raisonnable pas vrai ?

plus on est stone moins on voit clair et plus on se réveille dans la brume

la lucidité c'est chiant, c'est douloureux mais parfois salutaire, on finit par trouver

et on arrive à un stade ou on finit par construire quelque chose, même banal on s'en fout, et surtout on est content de ce qu'on fait

le reste on s'en fout dans la vie

si ton but c'est de faire de la tune, fais de la tune ! il est normal d'avoir peur de finir sans revenu stable, si cela te pose probleme alors gere ce probleme, prend un job qui paie mais..

si ce job te fait chier, il te restera de la tune et du temps pour faire des choses que tu aimes et cela c'est vraiment cool

un job peut etres bien etre juste une entrée financiere, y a pas de malaise , il n'est écris nulle part qu'un surdoué doit sauver le monde, faire des trucs de surdoués

il doit ... non ? il doit rien du tout.. il fait ce dont il a envie

comme tous le monde ! y a pas de raison qu'on lui colle une etiquette esclave de son surdon sur la tete

et tant mieux si dans l'envie le surdon vient, tant mieux

s'il ne vient pas dans cette envie là ,peut etre plus tard ou en meme temps dans une autre envie

si je devais me donner un conseil à moi à 22 piges, je me dirai , il n'existe ni mission ni chemin, personne ne t'aidera, le monde du travail est dur , personne ne te dira ce chemin là est mal et cet autre là est bien

sois juste toi même, sois sincère avec toi, écoutes toi, une part de toi même cachée sait quand c'est bien, quand tu es bien

c'est cette voie là que tu dois suivre

retiens .; tu n'as qu'une vie .. et tu vas la réussir, non pas parce que la société a décidé ou juge ton chemin comme socialement adapté.. non tu vas la réussir parce que tu aimeras ce chemin et quand tu ne l'aimeras plus tu en choisiras un nouveau que tu aimes



On va encore dire que je rejette tout en bloc, mais...
Avoir un job qui paie, non pour deux raisons : la première c'est que je n'ai qu'une pauvre licence de sociologie, et absolument aucune motivation pour tout reprendre à 0 dans l'unique but de gagner 2000 balles (salaire d'un ingénieur débutant) au lieu de 1300 à gifi, la deuxième c'est que même en gagnant 10 000 euros par mois le fait se sacrifier 40h de ma vie par semaine m'est absolument insupportable, sans concession possible. Depuis que j'ai 14 ans la seule explication que je vois au fait que tous les autres acceptent ce sacrifice c'est qu'ils sont totalement fous et que sortir de l'adolescent, c'est juste accepter de mourir.
Donc encore une fois mon problème n'est pas éthique, n'est plus éthique, si j'avais ce luxe... c'est trouver juste une voie qui me soit supportable, je demande que ça. Mais à partir du moment où les gens réclament 35h/semaine et qu'à moi ça me paraît déjà inhumain, je ne vois rien. Se lever tous les matins, regarder la montre, les semaines qui se ressemblent et se confondent dans une bouillie dégueulasse, le stress, la sensation d'abattement tous les Dimanche à partir de 18h, je peux pas. Et je sais que ça fait de moi un gamin capricieux qui n'accepte pas les réalités de la vie, je me serais choisi autrement si j'avais pu le faire, le libre-arbitre a ses limites.

Du coup, rester moi-même et rester sincère, ce serait pleurer en permanence et me mettre en boule dans mon lit en espérant que la fin du monde arrive avant septembre, puisque je n'ai aucun plan. Si je suis sincère, je suis pathétique
karkakoa
karkakoa

Messages : 337
Date d'inscription : 19/12/2014
Age : 26
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par karkakoa le Dim 22 Mai 2016 - 14:11

Et pour ce qui est du cannabis oui, je sais que c'est mal, c'est même pas si agréable que ça, c'est juste que c'est le seul moyen de supporter mes crises de nerf sans me médicamenter
karkakoa
karkakoa

Messages : 337
Date d'inscription : 19/12/2014
Age : 26
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par Invité le Dim 22 Mai 2016 - 14:23

il existe des jobs qui ne sont pas metro boulot dodo, routine et perte de sens de la vie

il te faut un boulot qui ait du sens si je suis bien , le fric et la routine c'est pas ton truc à toi et en même temps tu as sans doute un peu peur de quitter ce confort

cela me parait tout ce qu'il ya de plus normal , personne n'aime se mettre en danger ou en difficulté

mais même dans les boulots metro boulot dodo, on croise des gens, on échange, la routine n'est pas si routine que cela, il ya des hauts et des bas, des chouettes choses aussi

moi quand je ne sais pas trop et me replie sur moi même, j'essaie la technique des petits pas, je n'en fait qu'un seul, même ridicule de mon point de vue, une chose hyper facile mais je la fait c'est toute la nuance elle est faite

puis une autre, encore une

là ou tu vois un sacrifice en fait il n'y en a pas.. chacun choisit les type de pas qu'il veut faire, si c'est un sacrifice alors il faut faire autre chose ou essayer de faire autre chose

on ne meurt pas soi meme en acceptant de faire ces choses, au contraire on évolue, on s'adapte, on imagine de nouvelles choses

il ya des fins, des ruptures dans la vie , des étapes, on quitte le cocon familial, on quitte un jobe, un groupe de copains.. et alors ? on retrouve d'autres cocons, d'autres jobs, d'autres groupes de copains

est on mort ? non on grandit, on devient au contraire sans cesse plus soi même, on s'équipe de nouvelles visions et expériences, on s'enhardit même à faire des choses qu'on pensait ne pas savoir faire

petit pas, Rome ne s'est pas faite en une journée même pour un surdoué :-)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par Jo' le Dim 22 Mai 2016 - 21:41

Donc encore une fois mon problème n'est pas éthique, n'est plus éthique, si j'avais ce luxe... c'est trouver juste une voie qui me soit supportable, je demande que ça. Mais à partir du moment où les gens réclament 35h/semaine et qu'à moi ça me paraît déjà inhumain, je ne vois rien. Se lever tous les matins, regarder la montre, les semaines qui se ressemblent et se confondent dans une bouillie dégueulasse, le stress, la sensation d'abattement tous les Dimanche à partir de 18h, je peux pas. Et je sais que ça fait de moi un gamin capricieux qui n'accepte pas les réalités de la vie, je me serais choisi autrement si j'avais pu le faire, le libre-arbitre a ses limites.

J'ai souvent le même ressenti que toi quand je pense au travail, t'as vu mon sujet, on a une histoire différente mais certains symptômes se retrouvent. Faut avouer que le monde du travail en France est pourri jusqu'à la moelle, et cela ne donne pas du tout envie de s'y insérer. Créer sa vie en fonction de son travail, organiser son temps en fonction de son travail, tout ça pourquoi ? Pour l'argent, car derrière il n'y pas de reconnaissance, il n'y a pas de valeur, ni de créativité ou d'innovation. Le monde du travail, c'est la hiérarchie, les règles, la soumission, la division, le rendement. On se sert de nous, on se fait jeter comme des capotes usagées quand on est pas obligé de partir par soi-même. On nous flatte juste pour nous contrôler mais dès qu'on contrarie on se fait rabaisser. Il y aura toujours des gens pour me contredire, des histoires où tout se passe bien, mais de plus en plus rares sont les métiers où le bien être individuel et commun sont encore des priorités. En une phrase, le monde du travail c'est un grand panier de crabes où tout le monde s'écrase et se pince pour pouvoir respirer.
Comment avoir envie de se lever et passer la majeur partie de sa vie au bagne ?
Et puis il y a une pression qu'exerce la société sur nous tous : elle nous fait croire que nous ne sommes rien sans le travail. Quand tu écoutes les gens, tu te rends compte qu'ils basent leur échelle de valeur sur le travail qu'ils ont et le statut que toi tu occupes. Bonne nouvelle, on existe aussi en dehors du travail, on a d'autres valeurs, d'autres choses à vivre même si c'est difficilement concevable pour la majorité des gens.

Maintenant, cela ne signifie pas que tout est foutu. Ça ne fait pas de toi un éternel adolescent, un raté de la vie. Je pense que tu t'en prends beaucoup à toi-même car tu ne trouves pas d'issue pour le moment. Et peut-être aussi que ton manque de passions vient d'un engrenage dans lequel tu t'es mis sans le vouloir. Peut-être qu'à chaque fois qu'un sujet t'intéresse, il trouve un point de chute car au bout d'un moment tu l'associes un schéma négatif. D'ailleurs, peut-être que tu appliques ce même schéma négatif à beaucoup de choses et cela fini par devenir une contrainte, nuisible, qui devient insupportable. Est-ce que tu n'as pas aussi un niveau d'exigence tellement élevé que cela te coupe tout plaisir ? Dis-moi si je me trompe, peut-être que je me trompe, mais j'pense qu'il y a des choses là-dedans qui peuvent te correspondre.

Avant de penser au travail, à une quelconque direction, t'as peut-être un deuil à faire. Le deuil de ta vie actuelle. Meurs, et renais. Je veux dire, même si dans les prochains mois le décor ne change pas, il y a des choses qui peuvent changer à l'intérieur de toi, notamment ton regard. La dépression ça n'aide pas, mais elle est là pour une raison. Il ne s'agit pas forcément de faire comme si tout allait bien, comme si tu t'éclatais à chaque seconde qui s'écoule de ta vie, mais d'être moins sévère vis à vis de toi. Je le dis car je suis moi-même confronté à cette situation depuis quelques mois, et même si je vis toujours dans ma piaule chez mes parents, que le décor est toujours le même, j'pense avoir enfin trouvé une voie pour faire la paix avec moi-même et j'arrive à voir et à envisager des choses qui m'étaient totalement inaccessibles avant.

Tu vas me dire, c'est quoi le rapport entre l'estime de soi et le travail… Et bien, je me suis enfin rendu compte que l'estime de soi c'est la pièce centrale. Le travail, c'est toujours le bagne, il est toujours hors de question pour moi d'aller dans cette direction. Mais après toutes ces années je me suis enfin rendu compte que je savais faire des choses, que j'avais un potentiel. Des trucs cons, des trucs où je me pensais jamais assez bien, pas à la hauteur, mauvais, parce que je me jugeais comme une merde, et que les gens me jugeaient comme une merde. Je les ai cru, ils prenaient plaisir à me voir entretenir cette relation malsaine avec moi-même et ils m'aidaient en plus. Mais les gens n'en savent pas plus que moi sur la vie, et pas plus que toi non plus. Personne n'a de choses à t'apprendre, tu peux juste faire par toi-même. T'as un cerveau unique et une compréhension unique. Et le travail, c'est un peu l'inverse. Tout le monde à tout à t'apprendre, et tu dois faire comme tout le monde. Et quand tu appliques bien la leçon, tu deviens à ton tour une petite machine formatée qui transmet ce système pervers.

T'as aucun projet prévu pour septembre ? Prends-le comme une chance. C'est peut-être dur à concevoir comme ça, mais c'est réellement une chance. En septembre, tu ne seras plus dépendant d'un système éducatif dans lequel tu ne te retrouves pas. Il n'y aura rien à l'horizon, mais dans le cas inverse, quel horizon y aurait-il eu ? De nouvelles études dans une branche à l'arrache ? Un travail pourri car tu n'auras pas un diplôme assez bien pour les ressources inhumaines ? Je ne critique pas les RH, hein. Juste le système dans lequel ils sont broyés.
T'façon t'es pas fait pour ça, tu le dis toi-même, faut pas te forcer.
En fait, en septembre tu seras libre. Pour le moment, arrêter tes études et ne pas avoir de travail, ça brouille peut-être ta vision. Ça te donne une vision noire de ton avenir, une sensation d'échec. Mais c'est le travail et les études qui te gâchent la vue et qui te donnent l'impression d'échouer. Si tu t'en libères, ce sera juste neutre, l'avenir prendra la couleur que tu voudras lui donner au moment venu. À la rentrée prochaine, tu pourras apprendre et comprendre au gré de tes envies, avec une échelle de valeur propre à toi, une que tu mérites vraiment et qui te portera plus loin. Qui sait, ce sera peut-être l'occasion de prendre goût à certaines choses auxquelles que tu t'étais refusé, parce que tu te jugeais pas suffisamment bon, voire mauvais. Genre la musique par exemple. Et même si c'est pas ça qui va te faire manger, peut-être qu'y reprendre goût te donnera de l'appétit pour d'autres choses puisque le fait d'avoir réussi pour ça te donnera envie de réussir ailleurs. Et peut-être que cet ailleurs justement…
Y'aura des jours où t'auras juste envie de rien foutre, de te distraire, te coller devant une série ou penser. Mais c'est bon de prendre du temps pour soi, y'a pas à culpabiliser, t'façon tu seras libre. Et les gens, tu les emmerderas, car au delà des apparences tu seras en train de te réparer, de reprendre vie, de récupérer de l'énergie, de préparer la prochaine grande avancée. Et si tu te remets à procrastiner, recommence…

Jo'

Messages : 168
Date d'inscription : 21/10/2015
Age : 27
Localisation : Nord

Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par Nhayaa le Mer 25 Mai 2016 - 1:29

Je suis assez d'accord avec Brouillon sur l'estime de soi.
Tu dis que si tu avais le choix tu te dirigerais naturellement vers des choses artistiques mais que ce serait finir au RSA et donc impossible à concevoir pour toi.

Et d'une, c'est accorder peu de crédit à ce que tu pourrais en faire de penser avant même d'avoir commencé que tu ne pourrais pas faire quelque chose dans ce domaine qui t'apporterait un peu plus de bonheur et d'argent que tu ne sembles le croire.
Et de deux, vu ta situation et ta vision des choses, il va bien falloir à un moment donné faire un choix. Accepter de ne pas être très bien payé mais faire quelque chose qui te permet de t'épanouir autrement que par le sacro-saint "métro-boulot-dodo-le travail c'est la vie" qu'on veut nous faire gober à longueur de temps, soit accepter que tu ne peux pas imaginer vivre de cette façon et choisir un boulot qui te rapportera plus mais sera peut-être bien moins enrichissant, voire une torture permanente (d'après ce que tu en dis).

Personnellement j'ai fait mon choix et c'est la solution 1. Je veux bien gagner 700€ par mois pour bosser sur des projets et des choses qui me plaisent en attendant que cela me rapporte plus parce que je crois en moi et que je sais que j'en ferai quelque chose. Et même si au final je ne termine pas exactement où je l'espérais au départ, ce ne sera jamais très loin. Et je me dis qu'une certaine forme de précarité est moins difficile à supporter quand on sait pourquoi on la vit et ce que cela peut apporter à côté. Quand on en fait un choix, bien évidemment.
Nhayaa
Nhayaa

Messages : 445
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 34

Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par Firemane le Mar 28 Juin 2016 - 13:43

Je ne préfère pas la mort au travail, mais personnellement j'ai laissé tomber l'idée d'une vie métro boulot dodo, voir simplement une activité professionnelle au sens large. Non que je ne veuille pas (encore que), mais c'est surtout que rien ne me convient, et je met mon bonheur avant le PIB de mon pays (voir même mon portefeuille) avant tout.

L'école a été un enfer pour moi, le taf c'est l'extension (en pire).

Si un jour j'ai la possibilité de travailler dans de bonnes conditions, que ce soit le temps de travail, les horraires, la distance avec le job, le cadre, la hiérarchie, soutien collègue/patron, et que je sois payé décemment par rapport au travail accompli, je considérerais la chose. Mais c'est une utopie, et en plus de cela, je n'ai aucune qualification digne de ce nom.
Quand j'ai osé suggérer l'idée (à moitié pour rire) à des gens qui pouvaient ptete m'embaucher, j'ai rapidement vu la réaction, et le peu d'espoir que j'avais s'est vite envoler.
Firemane
Firemane

Messages : 595
Date d'inscription : 19/06/2016
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par siamois93 le Mar 28 Juin 2016 - 13:45

Bonjour.
Quelle différence si c'est toujours une fuite ?
siamois93
siamois93

Messages : 6842
Date d'inscription : 03/04/2012

http://taijiquan.neuronnexion.fr

Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par Firemane le Mar 28 Juin 2016 - 19:42

Pas compris ce que tu voulais dire.
Firemane
Firemane

Messages : 595
Date d'inscription : 19/06/2016
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par karkakoa le Mar 23 Mai 2017 - 20:47

He bien voilà !
J'y suis. Je travaille. C'est fidèle à ma conception, j'ai effectivement envie de crever et sent que le reste d'intérêt (vague et à moitié méprisant) que j'avais pour la vie agonise et est prêt à disparaître pour toujours.

J'ai cependant constaté une chose étrange et dont je m'ignorais la capacité : peu à peu, j'arrive à arrêter d'intellectualiser les choses. C'est une souffrance différente de celle que j'ai toujours ressentie et qui m'agitais les nerfs, cette fois je n'explose pas. Je suis stoïque, j'ai mal et me dis à tout moment que j'aimerais disparaître mais je reste étonnamment stable au niveau émotionnel.
Je cogite chaque jour un peu moins, c'est comme si toute mon identité était en train de fondre sous le soleil de ma déconvenue : je me transforme en grosse flaque incapable de penser.
Je finis sûrement pas ressembler à la quasi totalité des gens qui m'entourent.

Du coup, je ne pense pas que je vais me suicider. Cette vie est très bien faite, je comprends maintenant ! Avant je souffrais mais rien n'était fait et restait hypothétique, alors je me démenais et j'explosais parce qu'il y avait encore des raisons. Maintenant que j'y suis et qu'il n'y a aucune issue à l'horizon, j'abdique malgré moi. J'imagine que cette une stratégie millénaire de la psychologie humaine...

Je suis curieux de savoir jusqu'où cela mène. Ca fait bizarre d'avoir mal dans le calme, je me demande ce que ce sera quand ce sera le silence.

C'est fou, à chaque fois que je pense avoir sondé toute l'étendue de la laideur de l'existence, elle me surprend encore.
karkakoa
karkakoa

Messages : 337
Date d'inscription : 19/12/2014
Age : 26
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par karkakoa le Mar 23 Mai 2017 - 20:52

Et mon Dieu ce que les êtres humains sont sales quand ils travaillent... c'est vraiment au-delà de tout. Je les trouvais déjà détestables aux études, mais alors quand ils bossent ! Ils ont même réussi à faire renaître en moi ce sentiment adolescent que presque toutes les personnes autour de moi sont simulées et n'existent pas réellement.

Ils rivalisent de vide. C'est la course à celui qui sera le plus creux, servile, à celui qui cachera le mieux l'usine à frustration qu'il a dans la poitrine. Ils s'arrangent un peu une fois sortis du contexte du travail (entendu qu'ils ressemblent vaguement à des humains, pas plus, faut pas déconner) mais alors quand ils font leurs heures... c'est à en pleurer. Peut-être que je m'autorise moins à m'écouter souffrir tellement j'ai une pitié profonde et sans limite pour eux. À ce stade ça devient impossible de les haïr.
karkakoa
karkakoa

Messages : 337
Date d'inscription : 19/12/2014
Age : 26
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par Oiseau là le Mer 21 Juin 2017 - 16:05

Nhayaa a écrit:Je suis assez d'accord avec Brouillon sur l'estime de soi.
Tu dis que si tu avais le choix tu te dirigerais naturellement vers des choses artistiques mais que ce serait finir au RSA et donc impossible à concevoir pour toi.

Et d'une, c'est accorder peu de crédit à ce que tu pourrais en faire de penser avant même d'avoir commencé que tu ne pourrais pas faire quelque chose dans ce domaine qui t'apporterait un peu plus de bonheur et d'argent que tu ne sembles le croire.
Et de deux, vu ta situation et ta vision des choses, il va bien falloir à un moment donné faire un choix. Accepter de ne pas être très bien payé mais faire quelque chose qui te permet de t'épanouir autrement que par le sacro-saint "métro-boulot-dodo-le travail c'est la vie" qu'on veut nous faire gober à longueur de temps, soit accepter que tu ne peux pas imaginer vivre de cette façon et choisir un boulot qui te rapportera plus mais sera peut-être bien moins enrichissant, voire une torture permanente (d'après ce que tu en dis).

Personnellement j'ai fait mon choix et c'est la solution 1. Je veux bien gagner 700€ par mois pour bosser sur des projets et des choses qui me plaisent en attendant que cela me rapporte plus parce que je crois en moi et que je sais que j'en ferai quelque chose. Et même si au final je ne termine pas exactement où je l'espérais au départ, ce ne sera jamais très loin. Et je me dis qu'une certaine forme de précarité est moins difficile à supporter quand on sait pourquoi on la vit et ce que cela peut apporter à côté. Quand on en fait un choix, bien évidemment.

++++ Merci, c'est à peu près ce que j'allais répondre. bounce
Entièrement d'accord avec toi et bravo d'avoir le courage d'opter pour la solution 1 (il en faut... et pourtant au bout d'un moment ça n'est plus vraiment un choix, par exemple perso je n'ai plus le choix car poursuivre dans l'option 2 c'est la mort, à crédit certes, mais la mort assurément, qui commence à prendre des contours de plus en plus concrets... car on ne peut impunément vivre hors de soi très longtemps).
Oiseau là
Oiseau là

Messages : 47
Date d'inscription : 27/07/2013

https://bouletiseerayonnante.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par karkakoa le Mer 21 Juin 2017 - 23:59

[quote="Oiseau là"][quote="Nhayaa"]Je suis assez d'accord avec Brouillon sur l'estime de soi.
Tu dis que si tu avais le choix tu te dirigerais naturellement vers des choses artistiques mais que ce serait finir au RSA et donc impossible à concevoir pour toi.

Et d'une, c'est accorder peu de crédit à ce que tu pourrais en faire de penser avant même d'avoir commencé que tu ne pourrais pas faire quelque chose dans ce domaine qui t'apporterait un peu plus de bonheur et d'argent que tu ne sembles le croire.
Et de deux, vu ta situation et ta vision des choses, il va bien falloir à un moment donné faire un choix. Accepter de ne pas être très bien payé mais faire quelque chose qui te permet de t'épanouir autrement que par le sacro-saint "métro-boulot-dodo-le travail c'est la vie" qu'on veut nous faire gober à longueur de temps, soit accepter que tu ne peux pas imaginer vivre de cette façon et choisir un boulot qui te rapportera plus mais sera peut-être bien moins enrichissant, voire une torture permanente (d'après ce que tu en dis).

Personnellement j'ai fait mon choix et c'est la solution 1. Je veux bien gagner 700€ par mois pour bosser sur des projets et des choses qui me plaisent en attendant que cela me rapporte plus parce que je crois en moi et que je sais que j'en ferai quelque chose. Et même si au final je ne termine pas exactement où je l'espérais au départ, ce ne sera jamais très loin. Et je me dis qu'une certaine forme de précarité est moins difficile à supporter quand on sait pourquoi on la vit et ce que cela peut apporter à côté. Quand on en fait un choix, bien évidemment.[/quote]

++++ Merci, c'est à peu près ce que j'allais répondre.  bounce
Entièrement d'accord avec toi et bravo d'avoir le courage d'opter pour la solution 1 (il en faut... et pourtant au bout d'un moment ça n'est plus vraiment un choix, par exemple perso je n'ai plus le choix car poursuivre dans l'option 2 c'est la mort, à crédit certes, mais la mort assurément, qui commence à prendre des contours de plus en plus concrets... car on ne peut impunément vivre hors de soi très longtemps).[/quote]

Ouais ouais on connait la ritournelle "vivre de ce qu'on aime", de 1. j'ai pas de passion de 2. donnes-en une seule dont on peut vivre en 2017 ?

De toute manière je m'en tape j'ai enfin réussi à faire cracher la masse d'anti-dépresseurs à mon médecin, je commence en doublant cash les doses. Depuis le temps que j'attends ça ! C'est ma seule félicité : il faut à tout prix que j'arrive à me tuer tout en restant en vie.
karkakoa
karkakoa

Messages : 337
Date d'inscription : 19/12/2014
Age : 26
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par karkakoa le Jeu 22 Juin 2017 - 0:01

J'ai même eu combo anti-dépresseurs + benzo, franchement je suis ressorti j'avais limite les larmes aux yeux

Bon par contre même en doublant ça fait pas d'effet direct, je vais essayer de tripler j'ai la flemme d'attendre quatre semaines. Quelqu'un sait jusqu'où on peut multiplier les doses sans que sa vie (physique) soit en jeu ?
karkakoa
karkakoa

Messages : 337
Date d'inscription : 19/12/2014
Age : 26
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par Oiseau là le Dim 25 Juin 2017 - 7:50

Ouais ouais on connait la ritournelle "vivre de ce qu'on aime", de 1. j'ai pas de passion de 2. donnes-en une seule dont on peut vivre en 2017 ?

Peu de gens ont la chance d'avoir "une passion" exclusive, dont ils peuvent "vivre", "bien" de surcroît, et c'est insupportable de sentir qu'aucune passion évidente ne nous guide alors qu'on a un tempérament porté à l'absolu. Ce que certains disent sur ce forum c'est qu'ils ont fini par comprendre qu'il faut chercher un équilibre (à défaut de passion qui résoudrait tous nos problèmes par magie) en multipliant ou laissant se succéder de mini-passions en quelque sorte, qui doivent exister concrètement dans notre quotidien à égalité avec les activités contraignantes. Beaucoup ici ont dit aussi la nécessité de dissocier activité alimentaire terne et activités parallèles qui nous correspondent (sport/art/bénévolat...). En fait ça ne marche pas si on tente l'absolu, donc dans la phrase: "vivre de ce qu'on aime" il faudrait entendre "vivre" au sens plein du terme (être vivant) et non "pouvoir payer sa survie matérielle", il faut dissocier ces deux points et adopter des stratégies différentes pour y répondre. Et il est urgent de répondre au premier précisément dans les moments où on voit le moins ce que ça pourrait être (la dépression empêche l'émergence spontanée de la vérité de ce qui nous définit). On doit tenter de déceler parmi la masse de dégoût que nous inspire ce monde, ce qui vibre encore (un peu) en nous, et c'est parfois ténu, et ça demande un peu d'exercice (se forcer) au début pour garder l'oeil dessus et lui faire de la place (lui donner sa vraie place en fait, qui doit être la plus grande).
Oiseau là
Oiseau là

Messages : 47
Date d'inscription : 27/07/2013

https://bouletiseerayonnante.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par karkakoa le Dim 25 Juin 2017 - 13:40

[quote="Oiseau là"][quote]Ouais ouais on connait la ritournelle "vivre de ce qu'on aime", de 1. j'ai pas de passion de 2. donnes-en une seule dont on peut vivre en 2017 ?[/quote]

Peu de gens ont la chance d'avoir "une passion" exclusive, dont ils peuvent "vivre", "bien" de surcroît, et c'est insupportable de sentir qu'aucune passion évidente ne nous guide alors qu'on a un tempérament porté à l'absolu. Ce que certains disent sur ce forum c'est qu'ils ont fini par comprendre qu'il faut chercher un équilibre (à défaut de passion qui résoudrait tous nos problèmes par magie) en multipliant ou laissant se succéder de mini-passions en quelque sorte, qui doivent exister [u]concrètement[/u] dans notre quotidien à égalité avec les activités contraignantes. Beaucoup ici ont dit aussi la nécessité de dissocier activité alimentaire terne et activités parallèles qui nous correspondent (sport/art/bénévolat...). En fait ça ne marche pas si on tente l'absolu, donc dans la phrase: "vivre de ce qu'on aime" il faudrait entendre "vivre" au sens plein du terme (être vivant) et non "pouvoir payer sa survie matérielle", il faut dissocier ces deux points et adopter des stratégies différentes pour y répondre. Et il est urgent de répondre au premier précisément dans les moments où on voit le moins ce que ça pourrait être (la dépression empêche l'émergence spontanée de la vérité de ce qui nous définit). On doit tenter de déceler parmi la masse de dégoût que nous inspire ce monde, [u]ce qui vibre encore[/u] (un peu) en nous, et c'est parfois ténu, et ça demande un peu d'exercice (se forcer) au début pour garder l'oeil dessus et lui faire de la place (lui donner sa vraie place en fait, qui doit être la plus grande).[/quote]

Sauf que je pars de la maison à 7h, et je reviens à 20h. Explique-moi, sauf en arrêtant de dormir, comment je peux équilibrer la balance sachant que le seul temps libre que le salariat me laisse c'est 2h que je passe à manger et à agoniser de fatigue sur mon lit ?
Ou alors en vivant pour le week-end, comme tout le monde, le verre d'eau qu'on donne après 5h de marche dans le désert qui suffit juste à ne pas mourir...
C'est pas 2h de sport le samedi ou une sortie ciné le dimanche qui contrebalancera le fait que je souffre 13h par jour, 5 jours par semaine.
karkakoa
karkakoa

Messages : 337
Date d'inscription : 19/12/2014
Age : 26
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par karkakoa le Dim 25 Juin 2017 - 13:50

Sinon je suis vraiment dégoûté les anxiolytiques c'est de la merde ça marche pas du tout...
Et les anti-dépresseurs faut attendre quatre semaines ! Mais si ça a la même efficacité je doute que ce soit utile...

Le seul effet que ça me fait c'est que je peux plus boire sans m'endormir. Pourquoi absolument TOUT est décevant dans ce monde de merde, hmm ?
karkakoa
karkakoa

Messages : 337
Date d'inscription : 19/12/2014
Age : 26
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par Joy10 le Dim 25 Juin 2017 - 14:10

C'est assez troublant car j'ai vécu un peu la même chose que toi : se flinguer à coup de médoc pour sortir de "j'ai pas le courage de mourir" (je te la résume, tu me comprendras je pense)
Aujourd'hui je me suis échappée des médocs, mais bon la vie reste compliquée pour moi, et je me demande quand meme souvent "à quoi je sers?" "qui suis je" ou "pourquoi je suis là?".
On en parle en MP si tu veux ! (j'ai pas la solution hein !)

Joy10

Messages : 21
Date d'inscription : 12/04/2017
Age : 32
Localisation : CHALON SUR SAONE

Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par karkakoa le Dim 25 Juin 2017 - 14:57

[quote="Joy10"]C'est assez troublant car j'ai vécu un peu la même chose que toi : se flinguer à coup de médoc pour sortir de "j'ai pas le courage de mourir" (je te la résume, tu me comprendras je pense)
Aujourd'hui je me suis échappée des médocs, mais bon la vie reste compliquée pour moi, et je me demande quand meme souvent "à quoi je sers?" "qui suis je" ou "pourquoi je suis là?".
On en parle en MP si tu veux ! (j'ai pas la solution hein !)
[/quote]

Baf, je ferais que t'attirer vers le fond.
karkakoa
karkakoa

Messages : 337
Date d'inscription : 19/12/2014
Age : 26
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par Oiseau là le Lun 26 Juin 2017 - 8:08

karkakoa a écrit:
Sauf que je pars de la maison à 7h, et je reviens à 20h. Explique-moi, sauf en arrêtant de dormir, comment je peux équilibrer la balance sachant que le seul temps libre que le salariat me laisse c'est 2h que je passe à manger et à agoniser de fatigue sur mon lit

Ben c'est là que ça merde là tout de suite. Faut chercher à changer de crèmerie. A Lyon y'a quand même du taf. Et me sors pas "J'ai pas le temps de trouver puisque j'ai pas de temps tout court" et "Tfaçon à quoi bon tous les jobs sont nazes et tous les collègues sont des cons", c'est une chanson que je connais bien pour me la chanter souvent. Sauf que y'en a marre de crever comme ça, donc soit on crève un bon coup, soit on tente de trouver comment vivre un peu pour de vrai avant, parce que ça saoûle de crever sans avoir vécu. Donc par principe, on tente un truc.
Moi aussi je peux rester éveillée des nuits entières pendant des semaines d'affilée en ayant gobé des anxiolytiques et des somnifères, quand on est dans un état de nervosité tel, rien ne marche... à part trouver des solutions sur les trucs de fond, car l'insomnie a en fait souvent des choses à nous dire. C'est chiant et usant mais il y a des nuits où elle finit par nous sortir des trucs exploitables.
Oiseau là
Oiseau là

Messages : 47
Date d'inscription : 27/07/2013

https://bouletiseerayonnante.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par karkakoa le Lun 26 Juin 2017 - 8:36

[quote="Oiseau là"][quote="karkakoa"]
Sauf que je pars de la maison à 7h, et je reviens à 20h. Explique-moi, sauf en arrêtant de dormir, comment je peux équilibrer la balance sachant que le seul temps libre que le salariat me laisse c'est 2h que je passe à manger et à agoniser de fatigue sur mon lit [/quote]

Ben c'est là que ça merde là tout de suite. Faut chercher à changer de crèmerie. A Lyon y'a quand même du taf. Et me sors pas "J'ai pas le temps de trouver puisque j'ai pas de temps tout court" et "Tfaçon à quoi bon tous les jobs sont nazes et tous les collègues sont des cons", c'est une chanson que je connais bien pour me la chanter souvent. Sauf que y'en a marre de crever comme ça, donc soit on crève un bon coup, soit on tente de trouver comment vivre un peu pour de vrai avant, parce que ça saoûle de crever sans avoir vécu. Donc par principe, on tente un truc.
Moi aussi je peux rester éveillée des nuits entières pendant des semaines d'affilée en ayant gobé des anxiolytiques et des somnifères, quand on est dans un état de nervosité tel, rien ne marche... à part trouver des solutions sur les trucs de fond, car l'insomnie a en fait souvent des choses à nous dire. C'est chiant et usant mais il y a des nuits où elle finit par nous sortir des trucs exploitables.[/quote]

He bien pour l'instant je suis en stage, je reprends mon master en septembre donc pas le choix de changer. Les médicaments c'est pour tenir le coup, ça calme mes émotions, d'autant plus que je sais très bien comment on traite les stagiaires ailleurs et qu'ici ils sont plutôt cools.

Je suis dans un état d'épuisement nerveux tel que je dors bien pour la première fois depuis ma pré-adolescence... d'un sommeil de plomb et qui me prend avant minuit. En revanche j'ai toute la journée pour cogiter.
Je ne baisse pas vraiment les bras, selon les jours, mais que faire ? Que faire ? Quel job me laissera le temps de vivre ? Je veux bien faire des concessions si, mettons, c'était 20 à 25h par semaine. À côté même si je m'épanouis pas avec mes collègues j'aurais tout le temps pour mes amis, pour récupérer émotionnellement, bref pour prendre soin du monstre qui vit dans ma tête.
Mais là... je sais pas quoi faire. Les mi-temps dans le web n'existent pas, ou alors ça se négocie après 15 ans d'expérience et si on a eu un gosse. Et quand à trouver une boîte avec des gens géniaux qui m'accueillent en me prenant dans leurs bras et avec lesquels je me sentirais dans un cocon, on est d'accord que j'ai meilleur temps de viser sur un tirage gagnant du loto.

En gros : je désespère pas parce que je me sens incapable de réaliser quelque chose. Je me sens impuissant parce que toutes les issues que j'envisage ne me permettent d'établir aucun plan d'action concret.

Moi je vous le dis hein si une boîte web cherche un designer d'expérience dans l'assemblée et qu'elle est gorgée de bienveillance, je suis capable de me transformer en une machine de travail et faire tous les efforts du monde. Mon problème c'est pas de pas avoir le courage d'avancer c'est de n'avoir jamais su, de ma vie, trouver un chemin qui me fasse pas la sensation de marcher sur un tapis d'épines.
karkakoa
karkakoa

Messages : 337
Date d'inscription : 19/12/2014
Age : 26
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par REGBEL le Lun 26 Juin 2017 - 10:43

Dis toi que tu es libre. Tu essaies, et si ça ne te plaît pas, tu te casses. Tu risques quoi ? Juste de trouver un truc qui te plaît. Est ce que ça t'importe vraiment de déplaire à un con ?
Il y a des postes où je suis resté 3 jours. Ils ont fait la gueule, tant pis.
J'ai tenté des trucs improbables (je travaille actuellement avec des ados violents), j'ai eu des bonnes et des mauvaises surprises. Pour les ados violents je découvre une partie inconnue de moi, j'en pleure de joie et d'émotion rien que d'y penser.
TU ES LIBRE.
Sinon tu peux toujours créer ton propre truc, en plus tu as l'air d'avoir un bon diplôme dans un bon secteur alors....
REGBEL
REGBEL

Messages : 158
Date d'inscription : 07/03/2017

Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par karkakoa le Lun 26 Juin 2017 - 20:06

[quote="REGBEL"]Dis toi que tu es libre. Tu essaies, et si ça ne te plaît pas, tu te casses. Tu risques quoi ? Juste de trouver un truc qui te plaît. Est ce que ça t'importe vraiment de déplaire à un con ?
Il y a des postes où je suis resté 3 jours. Ils ont fait la gueule, tant pis.
J'ai tenté des trucs improbables (je travaille actuellement avec des ados violents), j'ai eu des bonnes et des mauvaises surprises. Pour les ados violents je découvre une partie inconnue de moi, j'en pleure de joie et d'émotion rien que d'y penser.
TU ES LIBRE.
Sinon tu peux toujours créer ton propre truc, en plus tu as l'air d'avoir un bon diplôme dans un bon secteur alors....[/quote]

Pour l'instant : je ne peux pas partir, stage obligatoire qui foutrait en l'air tout mon master.
Mais par la suite... j'ai l'impression que l'atmosphère que je recherche est tellement rare qu'il me faudrait essayer des centaines de postes différents avant d'en trouver un qui me convienne. Or : déjà en sortie d'études, trouver un poste, suffit pas de claquer des doigts. Et puis sur un CV accumuler les expériences de 2 mois ça garantit de plus rien trouver du tout par la suite.
Donc dans un monde idéal on pourrait changer de métier tous les deux jours jusqu'à trouver ce qui nous plaît, dans la réalité les employeurs s'en rendent vite compte et il faut de toute manière bien payer le loyer et la bouffe entre temps !

Je sais que je suis libre mais je trouve ça atroce d'être libre quand on sait pas où aller, un peu comme au sujet de la religion.
karkakoa
karkakoa

Messages : 337
Date d'inscription : 19/12/2014
Age : 26
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par Oiseau là le Dim 2 Juil 2017 - 16:02

karkakoa a écrit: je trouve ça atroce d'être libre quand on sait pas où aller.

Ouais, et du coup c'est la servitude de l'indétermination. Il n'y a pas de liberté dans l'indécision, c'est une paralysie, et ça peut durer indéfiniment. Pendant longtemps j'ai compulsé le catalogue de la vie dans ma tête: tous les métiers, tous les lieux, toutes sortes de combinaisons. Et ça marche pas trop. Faut essayer les trucs, concrètement, sinon on se perd en hypothèses et projections déconnectées. Les résultats ne sont pas spectaculaires car ça reste une démarche analytique lente, mais ça permet de barrer des trucs de la liste petit à petit.
Pour le CV tu peux ne pas tout mettre si tu juges que ça fait dispersé, mais tu peux aussi présenter les choses en "version officielle audible pour neuneus bas de plafond": "Je suis curieux de tout et essaye de mettre en oeuvre plusieurs de mes compétences pour élargir mon expérience", genre.
Pour l'instant t'as encore un an d'études si j'ai suivi, donc tu peux aussi te foutre la paix cinq minutes et remettre à quelques mois de "choisir" quoi comment, tout en gardant l'oeil ouvert sur ce que les autres font, et comment.
Oiseau là
Oiseau là

Messages : 47
Date d'inscription : 27/07/2013

https://bouletiseerayonnante.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par karkakoa le Dim 2 Juil 2017 - 22:51

[quote] Ouais, et du coup c'est la servitude de l'indétermination. Il n'y a pas de liberté dans l'indécision, c'est une paralysie, et ça peut durer indéfiniment. Pendant longtemps j'ai compulsé le catalogue de la vie dans ma tête: tous les métiers, tous les lieux, toutes sortes de combinaisons. Et ça marche pas trop. Faut essayer les trucs, concrètement, sinon on se perd en hypothèses et projections déconnectées. Les résultats ne sont pas spectaculaires car ça reste une démarche analytique lente, mais ça permet de barrer des trucs de la liste petit à petit.
Pour le CV tu peux ne pas tout mettre si tu juges que ça fait dispersé, mais tu peux aussi présenter les choses en "version officielle audible pour neuneus bas de plafond": "Je suis curieux de tout et essaye de mettre en oeuvre plusieurs de mes compétences pour élargir mon expérience", genre.
Pour l'instant t'as encore un an d'études si j'ai suivi, donc tu peux aussi te foutre la paix cinq minutes et remettre à quelques mois de "choisir" quoi comment, tout en gardant l'oeil ouvert sur ce que les autres font, et comment. [/quote]

Mais tout ne se tente pas qu'en le voulant, comment je me nourris et me loge pendant que je pérégrine indéfiniment ?
Puis ça part aussi du principe selon lequel j'ai un stock inépuisable d'énergie émotionnelle ce qui n'est pas du tout le cas, je suis déjà à bout alors que j'ai seulement 23 ans.

Alors oui, effectivement pour le court terme il faut que j'arrive à terminer mon stage sans devenir fou ni me faire sauter la cervelle donc je n'y réfléchis plus trop. Mais une année ça passe extrêmement vite, si je trouve pas une solution d'ici l'été prochain je suis foutu... alors autant y penser le plus tôt possible. Dès que j'aurai plus les sous de mes parents qui tombent tous les mois le gouffre s'ouvre sous mes pieds, en l'état actuel je me donnerais même pas quelques semaines avant de me suicider.
karkakoa
karkakoa

Messages : 337
Date d'inscription : 19/12/2014
Age : 26
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par REGBEL le Lun 3 Juil 2017 - 0:54

Dans un poste c'est aussi à toi d'imposer tes conditions. Arriver genre mort de faim et prêt à tout accepter c'est pas bon. Tu as un bon diplôme dans un bon secteur profites-en. Évidemment tu ne peux pas non plus tout avoir. Donc il faut savoir ce qui est essentiel pour toi et sur quoi tu ne transigeras donc pas. Tes stages sont là pour ça. Si actuellement tu es dans un stage qui ne se passe pas bien réfléchis à ce qui est mauvais pour toi là dedans.
REGBEL
REGBEL

Messages : 158
Date d'inscription : 07/03/2017

Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par karkakoa le Mer 5 Juil 2017 - 20:16

[quote="REGBEL"]Dans un poste c'est aussi à toi d'imposer tes conditions. Arriver genre mort de faim et prêt à tout accepter c'est pas bon. Tu as un bon diplôme dans un bon secteur profites-en. Évidemment tu ne peux pas non plus tout avoir. Donc il faut savoir ce qui est essentiel pour toi et sur quoi tu ne transigeras donc pas. Tes stages sont là pour ça. Si actuellement tu es dans un stage qui ne se passe pas bien réfléchis à ce qui est mauvais pour toi là dedans.[/quote]

Le contexte : "si en mai tu n'as pas de stage, cette année de master hardcore où t'as bossé h24 est annulée, retour à ta condition de ressortissant de sciences humaines sans avenir".
Une agence prestigieuse en Suisse m'accepte : allais-je refuser ?

Concernant la liste oui : je vais effectivement en tenir une, je crois que j'arrive à jauger ce qui est le plus pire de ce qui l'est moins. Mais bon Dieu pour une fois dans ma vie, juste une seule fois, j'aimerais choisir la solution que je préfère plutôt que celle que me fait le moins souffrir. J'aurai bientôt 24 ans et jamais un seul contexte m'a laissé penser que le fait d'être en vie était préférable à celui d'être mort.

Je suis même fatigué d'être acide, d'être cynique, j'arrive plus à me moquer. J'ai envie de pleurer indéfiniment jusqu'à ce que par épuisement total de toute ma matière émotionnelle je finisse par m'aspirer en moi-même et disparaître pour toujours. Je suis un être humain né en tant qu'étoile en fin de vie vouée à se transformer en trou noir.
karkakoa
karkakoa

Messages : 337
Date d'inscription : 19/12/2014
Age : 26
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par karkakoa le Mer 5 Juil 2017 - 20:33

Quel gâchis. Et quelle tristesse que je m'en rende compte à 24 ans.
Quand je réalise ce que j'aurais pu apporter au monde et ce que je suis, et ce à quoi je me destine, j'ai envie de pleurer jusqu'à en mourir. Je suis ma propre preuve que Dieu n'existe pas : même dans un plan cosmique et ultra-macro je ne vois pas quel intérêt aurait l'Entité suprême d'octroyer un magma aussi turbulent à une âme contemporaine enchaînée dans les carcans monstrueux du monde professionnel.

Je serais né rentier j'aurais compris pourquoi je suis né mais là, très sincèrement, je considère que le trisomiques et les gosses indiens qui naissent avec 8 membres sont nés plus aboutis que je le suis.
karkakoa
karkakoa

Messages : 337
Date d'inscription : 19/12/2014
Age : 26
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par karkakoa le Mer 5 Juil 2017 - 20:37

Je pleure doucement mais mes larmes viennent d'un recoin de mon âme tellement profond que ça touche à l'inconscient.
Si seulement je n'étais pas aussi endolori par les nécessités du monde actuel qui s'accapare toute mon énergie intellectuelle peut-être aurais-je pu faire de la poésie, au moins tenté de rendre beau l'absurdité dégoûtante de notre quotidien. Si Baudelaire l'a fait d'une carcasse...

Mais encore : pour servir quel but ? Les abaltros continuent de suffoquer au sol. Rien ne change. Quand on a soif de raisons de ne pas se tuer on peine toujours autant à s'étancher.
Ah vraiment. Seuls les parents stupides devraient être autorisés à procréer.
karkakoa
karkakoa

Messages : 337
Date d'inscription : 19/12/2014
Age : 26
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par Gabriel le Mer 5 Juil 2017 - 20:48

Il ne reste que la mort donc...
Gabriel
Gabriel

Messages : 2311
Date d'inscription : 10/12/2015
Age : 47
Localisation : 59

Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par karkakoa le Mer 5 Juil 2017 - 20:58

[quote="Gabriel"]Il ne reste que la mort donc... [/quote]

Semble-t-il !
Il en faut, ne serait-ce que pour l'exemple. Que pour nourrir l'inspiration des romanciers. Des créatures nées exactement pour mourir de leur propre oeuvre.
Je me laisse mûrir. J'espère que le moment venu j'aurai le force de m'ôter la vie d'une manière tellement puissante et incongrue qu'elle aura son effet. Que mon orgueil qui m'aura poussé à disparaître explose une dernière fois dans toute sa force.
karkakoa
karkakoa

Messages : 337
Date d'inscription : 19/12/2014
Age : 26
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par karkakoa le Mer 5 Juil 2017 - 21:00

Au final quitte à tous être nés pour mourir, je suis quasiment sûr que de mon côté j'aurai l'occasion de théâtraliser la chose dans son tout dernier raffinement puisque l'idée m'habite depuis aussi loin que je me souvienne. Peut-être est-ce une chance ?
À défaut de savoir vivre je peux utiliser toute l'ingénierie dont est capable ma cervelle à orchestrer la mort parfaite.


Dernière édition par karkakoa le Mer 5 Juil 2017 - 21:01, édité 1 fois
karkakoa
karkakoa

Messages : 337
Date d'inscription : 19/12/2014
Age : 26
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par karkakoa le Ven 21 Juil 2017 - 0:26

[quote="Gabriel"]Il ne reste que la mort donc... [/quote]

Je me creuse les méninges mais je ne sais pas comment la rendre signifiante, ou tout du moins utile. Quelqu'un aurait un conseil ?
karkakoa
karkakoa

Messages : 337
Date d'inscription : 19/12/2014
Age : 26
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par Invité le Ven 21 Juil 2017 - 1:30

Peut-être commencer par lister les morts célèbres, celles qui ont permis de changer des choses. Afin d'en déduire les rouages de pourquoi elles ont été "utiles".

Pour moi, dans les morts qui ont changé des choses sont des morts pas vraiment voulues par la victime :
- Jean Jaurès, mort pour ses conviction et pour la paix
- Saint-Exupéry, les circonstances de sa mort prennent un air mystérieux collant à ses livres philosophique
- Pierre et Marie Curie, mort pour l'Humanité et la science
- Les GIs sur les plages normandes, morts pour la liberté
- les résistants : Moulin, Stauffenberg...etc...

Le point commun est que leur mort les ont figé dans une espèce de dramaturgie qui confère une dimension légendaire. J'ai pas souvenir qu'un suicidé quelconque ai eu une mort "utile". Les tueurs en série cherchent souvent à avoir une visibilité et une mort macabre visible. Mais au final on les oublie.

Tu sais, est-ce qu'il y a une mort utile? Dans des situations précises oui. Genre si tu es témoin d'une attaque terroriste, tu te jette dans le tas pour dézinguer le terroriste. Mais une mort planifiée? Dès que tu as l'envie de mourir, il n'y a plus d'exploit, vu que c'est ce que tu veux. Ce qui est beau dans la vie des gens cités plus haut, c'est qu'ils ont placé leur conviction au dessus du souci de leur vie.

Et si tu veux en finir, fais un métier utile mais dangereux, comme ça tu as plus de chances d'y passer.

On peut pas encore te faire changer d'avis? Si tu veux te rendre utile, il y a plein de choses à faire... vivant! On va quand même pas t'aider à réfléchir comment en finir!! Déjà n'embarque personne dans ton dernier voyage, car c'est faible.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par karkakoa le Ven 21 Juil 2017 - 9:56

Intéressante discussion, je reviens bientôt.

Oh je n'ai pas encore vraiment pris de décision, pour l'instant j'ai pas encore épuisé toute ma substance, mais ça me semble évident qu'un jour ou l'autre j'y viendrai.
karkakoa
karkakoa

Messages : 337
Date d'inscription : 19/12/2014
Age : 26
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par Invité le Ven 21 Juil 2017 - 17:59

.


Dernière édition par Tomasine le Dim 23 Juil 2017 - 7:38, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par Invité le Ven 21 Juil 2017 - 18:20

je ne comprend pas le rapport entre le sujet et le fait de se faire entretenir. C'est justement l'opposé de l'utilité, enfin sauf si tu use de ton temps libre à des fins utiles aux autres, me semble-t-il.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par Invité le Ven 21 Juil 2017 - 18:27

.


Dernière édition par Tomasine le Dim 23 Juil 2017 - 7:37, édité 3 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par Invité le Ven 21 Juil 2017 - 22:40

Non tu as raison, oui le sujet initial est bien fuir le travail. Seulement comme nous avons dérivé sur la mort tout court, je ne faisais plus le lien avec le travail. D'où le fait que je ne voyais pas sur le moment de rapport entre se faire entretenir ^^

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par Invité le Ven 21 Juil 2017 - 23:34

.


Dernière édition par Tomasine le Dim 23 Juil 2017 - 7:36, édité 2 fois (Raison : ortho de merde)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par Invité le Sam 22 Juil 2017 - 0:51

ouais ptet que cela marche pour toi, mais moi je ne me vois pas me faire entretenir. Mon ennui sans travailler est au moins aussi nul qu'un mauvais travail. Et puis se faire entretenir suppose d'être en couple avec quelqu'un dont tu aimes en premier lieux la capacité à t'entretenir. Moi c'est pas la façon dont je veux vivre une relation d'amour.

Pour l'instant, j'ai trouvé plusieurs choses qui me déconnectent totalement de tout, qui me mettent off, c'est souvent des lieux :
- le Pic de Nore
- Font-Romeu
- l'océan
- les parcs londoniens
- les highlands

dans ces lieux là, plus d'ennui. Bon le souci étant que je ne peux pas aller m'assoir à vie dans les highlands. D'autant plus que je ne saurais dire si cet effet durerait dans le temps. M'enfin, ça m'a donné la preuve que l'ennui pouvait disparaître au moins temporairement.
En ce moment je pensais passer un brevet de pilote d'avion. Je me suis imaginé que voler couperai l'ennui. A tort peut-être. Enfin, le remède serait d'avoir un job ultra utile, du genre qui te donne une opportunité d'agir vraiment. Mais j'ai pas encore trouvé...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par Surfi le Sam 22 Juil 2017 - 1:04

Concision.

SENSIBILITE
O
REGROUPER
TRAVAILLER
INVESTIR
RENAITRE

DESTIN
ORIGINALITE
I
G
TG

CUL
UNI
LADIDON

Carlos - Mais quess tu bois doudou dis donc.


Pété de rire Pété de rire Pété de rire
Surfi
Surfi

Messages : 737
Date d'inscription : 16/07/2017
Localisation : A ma place.

Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par Invité le Sam 22 Juil 2017 - 9:41

david81 a écrit:ouais ptet que cela marche pour toi, mais moi je ne me vois pas me faire entretenir. Mon ennui sans travailler est au moins aussi nul qu'un mauvais travail. Et puis se faire entretenir suppose d'être en couple avec quelqu'un dont tu aimes en premier lieux la capacité à t'entretenir. Moi c'est pas la façon dont je veux vivre une relation d'amour.

Sauf que dans l'ennui sans travailler tu es libre de l'énorme carcan sociétal du mauvais travail, cad des chefaillons sadiques, de la conversation soporiphico-agressive des collègues, des contraintes perfides, d'une tâche abrutissante, répétitive sans aucun sens, voire nuisible, du coup je vois pas comment ça peut se valoir. A ce moment là l'ennui en prison vaut l'ennui en dehors de la prison? Je ne suis pas pour ce genre de relativisme.
Pour l'amour, ben c'est joli ce que tu dis, mais jamais de ma vie je n'ai vu chez aucun couple l'amour idéalisé, soit qu'on nous vend mais qui de toute façon me fait gerber, soit celui qui est mon rêve à moi. C'était aussi toujours des contrats tacites pas reluisants et facilement détectables, plus ou moins conscients chez les protagonistes, mais bien réels.
Mais bon, vu que peu peuvent survivre sans s'illusionner, et pour d'autres raisons aussi bien entendu, évidemment que cette solution ne peut pas convenir à tout le monde. Mais karkakoa avait l'air vraiment désespéré, de pas trop être pour le politiquement correcte, alors voilà, quoi.

Pour l'instant, j'ai trouvé plusieurs choses qui me déconnectent totalement de tout, qui me mettent off, c'est souvent des lieux :

Moi aussi je suis contemplatif comme je disais donc j'use de ce genre de stratagème. Mais trop lgtps dans le même lieu, même si paradisiaque, soit l'ennuie revient, soit "ça rentre trop en moi" (chuis perméable) et me fatigue énormément. Faut que je varie, mais pas tjrs l'énergie, loin s'en faut. Alors c'est le néant, mais ça aussi ça a une certaine beauté donc ça va.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par Invité le Sam 22 Juil 2017 - 13:45

ça dépend des personnes, pour moi le travail n'est pas l'enfer que tu décris. Et lorsque je ne travaille pas, je fais rien puisque je m'ennuie, et donc je me couche à 2h du mat, me lève à 11h, suis complètement décalqué en quelques jours et devient plus dépressif que lorsque je travaille.

J'aimerais être entretenu, mais par moi-même, ma propre fortune. Comme ça, je pourrais passer mon temps à la gérer et à la développer et en faire quelque chose qui me correspond. A la limite, là ce serait intéressant pour moi. En faisant rien, je m'ennuie trop tellement je n'ai aucun but.

Et pour l'amour, je suis bien plus optimiste que toi, je n'ai pas encore démissionné. Mais en tout cas, c'est bien pour toi, si tu as trouvé la situation qui te contente, je t'envie!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par karkakoa le Jeu 27 Juil 2017 - 22:57

J'ai pas envie de répondre, je fais que diluer la conversation dans un océan d'aigreur

Mais continuez svp. Votre discussion me faisait du bien.
karkakoa
karkakoa

Messages : 337
Date d'inscription : 19/12/2014
Age : 26
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par Marya le Mer 16 Aoû 2017 - 12:04

@karkakoa,

Tout ce que tu écris résonne en moi, mais de manière beaucoup moins intense. Comme si j'avais l'intuition du caractère vain et profondément désespérant de tout ce qui nous entoure mais que je n'avais pas le "courage" de m'abandonner pleinement à ces bouffées de nihilisme.

Et aussi, je ne veux pas mourir. La perspective d'être plongée dans le néant me dégoûte bien trop pour que j'accélère délibérément l'échéance.

Mais je n'aime pas cette existence qui n'est rythmée par aucun but, aucune cible sur laquelle projeter toute ma force de vie.
Marya
Marya

Messages : 48
Date d'inscription : 10/12/2016
Age : 22

Revenir en haut Aller en bas

Préfèrer la mort au travail : une solution ? - Page 7 Empty Re: Préfèrer la mort au travail : une solution ?

Message par Marya le Mer 16 Aoû 2017 - 12:07

Jo' a écrit:Moi je trouve que c'est une fatalité. On est en 2015 et on est incapable de se téléporter ! Et même si ça existait, ce serait plus cher qu'un vol AirFrance.

Honnêtement, c'est pas qu'une question de coût. T'as l'air d'être un mec bien, j'aime bien tes écrits, il y a ce petit côté cynique et sarcastique, t'es plutôt doué pour ça. Et derrière ce côté torturé tu dégages une force. Ça me plait, c'est typiquement le genre de personnalité qui me percute, et c'est bien ça le problème. Je n'avance rien dans ce que je dis, mais je me connais...

Je suis d'accord avec toi.
Marya
Marya

Messages : 48
Date d'inscription : 10/12/2016
Age : 22

Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum