zébritude / normalité... Ma thèse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

zébritude / normalité... Ma thèse

Message par Jk7 le Lun 12 Oct 2015 - 2:20

Âmes sensibles, prenez un chocolat chaud et installez vous...Car l'heure est grave.

(J'ai écrit le mot "thèse", généralement ça fait venir les pseudo-intellectuels ^^)

Hier en moins de 15h, on m'a sorti 3 fois (et ce pour la 500 millionième fois):  "mais tu te prends trop la têêête @jk6 laisse couler, tu te prends trop la tête"

Comprendre: Tant pis si le problème n'est pas résolu, tant pis si on fait que des trucs médiocres, tant pis si au final les trucs qu'on refuse de régler maintenant nous pèteront à la gueule plus tard @jk6 .... Tu te prends trop-la-tête, laisse COULER!

OK STOP, PAUSE, TIME OUT, OVER, PARADAS,... ON ARRÊTE TOUT.  ON SE MET SUR "ON", ON S'ASSOIT ET ON OUVRE LES YEUX...

Sans préciser que ces paroles viennent à 99,99% de chances de la bouche de normo-pensants, mes amis il est temps de "penser".

Qui a eu cette idée phénoménale d'un jour accepter cette théorie???

Je m'explique...

Lorsqu'on parle de surdouance, zébritude, etc quel mot sais-je encore, tout le monde semble d'accord et consent à prendre pour référence le fait que les "non-zèbres" sont des personnes NORMALES, et les "zèbres" sont des personnes "NON NORMALES" puisque dites D'EXCEPTION. Sauf qu'il y a un hic...

Concrètement, on se base sur quoi pour déterminer ce qui est normal et ce qui n'est pas normal?! Sur la part de réussite à un test de QI??? Et pourquoi 98% de la population n'aurait pas tout simplement raté un test (comprendre réussir > 130 ) basé sur des capacités en théorie "normales" d'un être humain, ceci suite à un manque de stimulation intellectuelle par exemple??? Mes amis, et s'il était temps de peut-être prendre le problème "à l'endroit"...

Qu'on se comprenne bien:
On me dit qu'une personne dite zèbre, naît  ainsi et meurt ainsi. Généralement lorsqu'on soumet un enfant à un test de Q.I , c'est qu'on a détecté chez lui des facilités intellectuelles qui tendraient à penser qu'il est exceptionnellement intelligent...
Lorsqu'un ADULTE se soumet à un test de QI et qu'il s'avère être un HQI, c'est généralement qu'il a vécu un mal être, des souffrances dues à ses caractéristiques comportementales, des douleurs plus ressenties que les autres, ces dernières, qui sait, peut-être dûes à ses facilités intellectuelles datant de la petite enfance.

Supposant cette thèse, on peut peut-être supposer que les souffrances et décalages que vivent ces HQI au sein de la société ne sont peut-être que des CONSÉQUENCES d'une avance intellectuelle...

Auquel cas, les caractéristiques comportementales elles-mêmes des HQI ne sont peut-être pas censées être à considérer comme "NON-normalité"

Lorsque l'on fait l'énumération des caractéristiques les plus communes dans la personnalité des zèbres, on retrouve:

- "L'empathie": tiens donc! Quoi de plus fou que d'essayer de se mettre à la place de quelqu'un qui souffre pour essayer de comprendre sa douleur et essayer éventuellement de l'alléger...

-"hypersensibilité": maintenant il va falloir s'excuser de ressentir des émotions et d'être le contraire d'une machine

-"Sens de la justice/intolérance à l'injustice": alors là, on est difficilement plus dans le vif du sujet: le bon doit être puni et le méchant récompensé maintenant??? C'est ça la dite normalité?!

-"La générosité" dois-je même m'expliquer...

-"l'idéalisme/utopique": OUI on veut peut-être vivre dans un monde tout beau tout propre.... je vous pose la question: n'est-ce pas censé être NORMAL?

Celà etaye ma thèse: JE PENSE QUE LA VRAIE DITE NORMALITÉ DEVRAIT ÊTRE CELLE DÉCRITE SUR LES HQI

Et que donc le terme de normo-pensants ne conviendrait pas aux personnes dites "non-zèbres"...On pourrait opter pour une appellation du genre "basic-pensant" par exemple, ou j'en sais rien.

Je suis désolé mais je ne trouve pas ça du tout NORMAL de vouloir ressembler à tout le monde, de vouloir faire partie du moule, de penser plus à soi qu'aux autres...

Hier soir,d'après certaines personnes il paraîtrait que je me sois "trop pris la tête" pour résoudre un problème auquel j'étais confronté (oh oui, grande particularité encore: "trop se prendre la tête")

Jk7
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 154
Date d'inscription : 20/04/2014
Age : 29
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: zébritude / normalité... Ma thèse

Message par Jk7 le Lun 12 Oct 2015 - 2:21

Un problème lié à mon travail hein je précise, rien que ça!

Ce qui est bien marrant, c'est que ça n'a pas du tout l'air de les déranger par contre, qu'on se prenne grave la tête pour un problème qui les concerne...
Dans la foulée, un collègue m'a suggéré d'aller me vider l'esprit en sortant en boîte avec des collègues...  OK, alors
*Se prendre la tête pour résoudre un "problème" lié au travail: PAS normal....
*Aller payer 500 euros de vêtements pour avoir le droit de payer pour rentrer dans un endroit, où le but 1er est de danser mais personne sait danser, et dont le 2nd but peut être de rencontrer une personne du sexe opposé qui a toutes les chances de ne pas être très sérieuse puisqu'elle s'y trouve: NORMAL!

Et bien j'aime autant vous le dire mes amis, JE NE SUIS PAS D'ACCORD!

Et j'ai décidé, par la même occasion, de ne plus être d'accord avec les gens qui viendront me dire de ne pas me prendre la tête quand je suis confronté à un problème. Parce que concrètement c'est quoi leurs arguments en plus?? "Ouais, tu te prends trop la tête..." Ouais OK,  et après?

Ça paraît rien, mais c'est GRAVE! Parce que des valeurs des plus essentielles telles que la justice, la générosité, l'entr'aide risquent petit à petit d'être considérées comme "exceptionnelles" et au final, si on n'en a pas,  ce sera considéré comme pas très  grave puisque "exceptionnelles".

Qu'on comprenne bien toute fois, je ne cherche pas à faire l'apologie des zébrures (et le procès des non-zèbres par la même occasion),  c'est juste: je ne suis pas d'accord avec ce qui est considéré comme normal et pas normal.

Sont-ce des gens d'accord avec moi? Si oui, je pense important de faire quelque chose pour stopper ces idées qui nous poussent à accepter un modèle de société peu avantageux je trouve.


Si des gens pas d'accord, bon c'est tout... comme  dit l'émission "ON peut pas plaire à tout le monde" Wink

Jk7
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 154
Date d'inscription : 20/04/2014
Age : 29
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: zébritude / normalité... Ma thèse

Message par jolindien le Lun 12 Oct 2015 - 6:36

Le normal est propre à chacun, ça devient compliqué à partir de là!
Parfois certaine personne arrivent à voir le tableau de l'existence dans sa globalité, et arrivent à lier plus ou moins chaque chose.
Et souvent beaucoup ne voient rien ou si peu.
Je vais demander est-ce que le tableau existe même si on ne le voit pas?
Un juste retour à soi peut-être.

jolindien
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 938
Date d'inscription : 05/07/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: zébritude / normalité... Ma thèse

Message par Senna le Lun 12 Oct 2015 - 10:15

Le mot "normal" à la base fait tout simplement référence à ce qui est dans la norme, à savoir ce qui est le plus répandu...Et étant donné que nous sommes clairement en infériorité numérique, oui nos caractéristiques sont "anormales".

Ce n'est qu'une question de vocabulaire et ça n'a pas de jugement de valeur en soi, (même si dans le langage courant ça a pris certaines connotations de bien ou de mal). Quelque chose de normal n'est pas forcément bon et vice versa.

Certes, si les zèbres étaient en majorité, soit la "norme", le monde irait sûrement beaucoup mieux (quoique, cela reste encore à vérifier). Mais l'humanité est ce qu'elle est, c'est un fait, et il se trouve que oui l'être humain moyen n'est pas très glorieux, que ça te plaise ou non.

Après personne n'a dit que tu devais accepter cette normalité et t'y fondre toi-même...

Senna
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 86
Date d'inscription : 19/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: zébritude / normalité... Ma thèse

Message par aryaman le Lun 12 Oct 2015 - 21:40

Le sens de la normalité est une question morale dans le sens ou l'on peut se sentir vraiment seul même en terme d'influence superflue de présence sociale de notre part; qu'est-ce que l'on souhaite partager avec les uns, avec les autres; comment peut-être perçue une inadaptation clairement inexplicable autrement que par un renvoie constant de ce sentiment de solitude vers ce que l'on pourrait appeler par de nombreux maux; intellectualisations, différences et comportements étranges en collectivités comme si se reposait sur le sens de la normalité une barrière physique réduite à la véritable reconnaissance sociale que par un tiers ou dans le pire des cas, une marginalisation?
Après qu'est-ce qui est répandue aujourd'hui... ce qui fait vivre les gens: TOUT ce que l'on peut trouver marginalisant justement, tout ce qui nous conduira à faire de plus en plus ce que déteste les gens en nous, c'est-à-dire, analyser avec nos maux le monde en évolution et le ralentissement que produisent les plaisirs sur notre capacité à être réellement objectifs.
En ce sens la normalité est notre moteur.

aryaman
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 14
Date d'inscription : 10/06/2015
Localisation : lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: zébritude / normalité... Ma thèse

Message par Jk7 le Mar 13 Oct 2015 - 0:21

@Senna tu mets le doigt pile poil sur le sujet

Justement si, le mot "normal" a maintenant bel et bien prit une valeur morale positive.

Il n'est pas rare de comprendre que tout va bien lorsque quelqu'un dit que tout est normal, comme quand on va chez le médecin par exemple: *observations... observations... observations...* "OK, tout est normal Mme Durand"
Comprendre que Mme Durand va très bien.

De l'autre côté, le fait d'entendre que quelque chose ou quelqu'un n'est PAS normal renvoie généralement à une image (très) péjorative. Imaginons par exemple:
Copine 1 à copine 2: "blah blah blah, franchement ton copain il n'est pas normal"
Copine 3 à copine 2: "pourquoi copine 1 dit qu'il est pas normal?? C'est parce qu'il serait peut-être exceptionnellement intelligent?? Whouhou j'ai hâte de le rencontrer! Smile "
Humm... difficile d'imaginer ça

Le problème est tout là: si le mot "normal" n'avait gardé qu'une connotation liée à la majorité, ce ne serait pas trop grave. Or, à mon avis, c'est devenu différent, et cette subtilité de vocabulaire pose un vrai problème, à mon sens...

Jk7
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 154
Date d'inscription : 20/04/2014
Age : 29
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: zébritude / normalité... Ma thèse

Message par Invité le Dim 8 Nov 2015 - 18:31

Jk6 a écrit:Âmes sensibles, prenez un chocolat chaud et installez vous...Car l'heure est grave.

(J'ai écrit le mot "thèse", généralement ça fait venir les pseudo-intellectuels ^^)

Hier en moins de 15h, on m'a sorti 3 fois (et ce pour la 500 millionième fois):  "mais tu te prends trop la têêête @jk6 laisse couler, tu te prends trop la tête"

Comprendre: Tant pis si le problème n'est pas résolu, tant pis si on fait que des trucs médiocres, tant pis si au final les trucs qu'on refuse de régler maintenant nous pèteront à la gueule plus tard @jk6 .... Tu te prends trop-la-tête, laisse COULER!

OK STOP, PAUSE, TIME OUT, OVER, PARADAS,... ON ARRÊTE TOUT.  ON SE MET SUR "ON", ON S'ASSOIT ET ON OUVRE LES YEUX...

Sans préciser que ces paroles viennent à 99,99% de chances de la bouche de normo-pensants, mes amis il est temps de "penser".

Qui a eu cette idée phénoménale d'un jour accepter cette théorie???

Je m'explique...

Lorsqu'on parle de surdouance, zébritude, etc quel mot sais-je encore, tout le monde semble d'accord et consent à prendre pour référence le fait que les "non-zèbres" sont des personnes NORMALES, et les "zèbres" sont des personnes "NON NORMALES" puisque dites D'EXCEPTION. Sauf qu'il y a un hic...

Concrètement, on se base sur quoi pour déterminer ce qui est normal et ce qui n'est pas normal?! Sur la part de réussite à un test de QI??? Et pourquoi 98% de la population n'aurait pas tout simplement raté un test (comprendre réussir > 130 ) basé sur des capacités en théorie "normales" d'un être humain, ceci suite à un manque de stimulation intellectuelle par exemple??? Mes amis, et s'il était temps de peut-être prendre le problème "à l'endroit"...

Qu'on se comprenne bien:
On me dit qu'une personne dite zèbre, naît  ainsi et meurt ainsi. Généralement lorsqu'on soumet un enfant à un test de Q.I , c'est qu'on a détecté chez lui des facilités intellectuelles qui tendraient à penser qu'il est exceptionnellement intelligent...
Lorsqu'un ADULTE se soumet à un test de QI et qu'il s'avère être un HQI, c'est généralement qu'il a vécu un mal être, des souffrances dues à ses caractéristiques comportementales, des douleurs plus ressenties que les autres, ces dernières, qui sait, peut-être dûes à ses facilités intellectuelles datant de la petite enfance.

Supposant cette thèse, on peut peut-être supposer que les souffrances et décalages que vivent ces HQI au sein de la société ne sont peut-être que des CONSÉQUENCES d'une avance intellectuelle...

Auquel cas, les caractéristiques comportementales elles-mêmes des HQI ne sont peut-être pas censées être à considérer comme "NON-normalité"

Lorsque l'on fait l'énumération des caractéristiques les plus communes dans la personnalité des zèbres, on retrouve:

- "L'empathie": tiens donc! Quoi de plus fou que d'essayer de se mettre à la place de quelqu'un qui souffre pour essayer de comprendre sa douleur et essayer éventuellement de l'alléger...

ou pas. tout en sachant que des personnes ne ressentiront l'empathie ou ne s'y intéresseront que lorsqu'il se trouveront en situation/contexte similaire uniquement

-"hypersensibilité": maintenant il va falloir s'excuser de ressentir des émotions et d'être le contraire d'une machine

j'ajouterais qu'en fait il me semble que c'est non pas l'hyper sensibilité qui peut gêner mais la façon non canalisée éventuellement de l'exprimer particulièrement face à une personnes qui vous est inconnue.

-"Sens de la justice/intolérance à l'injustice": alors là, on est difficilement plus dans le vif du sujet: le bon doit être puni et le méchant récompensé maintenant??? C'est ça la dite normalité?!

on dira plutôt qu'une personne peut insister ou bloquer total sur ce concept, de fait, plus rien n'avance, il serait question de compartimenter

-"La générosité" dois-je même m'expliquer...

des personnes comprennent une générosité comme une demande de retour.

-"l'idéalisme/utopique": OUI on veut peut-être vivre dans un monde tout beau tout propre.... je vous pose la question: n'est-ce pas censé être NORMAL?

peut être ressenti comme une demande à l'autre de faire des efforts qu'il n'a pas envie ou ne peut pas faire. curieusement un haut potentiel a une grande capacité à la souffrance, ce qui peut d'ailleurs devenir sa souffrance, toute cette souffrance non épargnée, accumulée, encaissée au lieu d'être au fur et à mesure et à petites doses évacuées dans le temps.

les idéalistes et les utopistes tendent à faire avancer, progresser, et donner une direction mais qui donc peut parfois suggérer qu'il faut tout changer et tout de suite, ça déstabilise des personnes.

de plus des personnes n'ont pas d'idéal et vivant plutôt en mode "cloison" sans être forcément égoïstes obligatoirement fonctionnent moins vite et de fait ne voient pas comment ils pourraient modifier les choses.



Celà etaye ma thèse: JE PENSE QUE LA VRAIE DITE NORMALITÉ DEVRAIT ÊTRE CELLE DÉCRITE SUR LES HQI

Et que donc le terme de normo-pensants ne conviendrait pas aux personnes dites "non-zèbres"...On pourrait opter pour une appellation du genre "basic-pensant" par exemple, ou j'en sais rien.

Je suis désolé mais je ne trouve pas ça du tout NORMAL de vouloir ressembler à tout le monde, de vouloir faire partie du moule, de penser plus à soi qu'aux autres...

Hier soir,d'après certaines personnes il paraîtrait que je me sois "trop pris la tête" pour résoudre un problème auquel j'étais confronté (oh oui, grande particularité encore: "trop se prendre la tête")

ça peut laisser supposer un "tu me prends la tête" ou un "je ne serais pas à ta place aller jusque là", à toi te juger en fonction du problème, du résultat que tu as obtenu et celui que "les autres" auraient obtenu "sans se faire la tête.

merci pour ce post et pour la théorie ou thèse à développer sur les choses mises en gras qui m'ont interpellée sur ton post et ta façon de t'exprimer, en mode concret.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: zébritude / normalité... Ma thèse

Message par Pieyre le Dim 8 Nov 2015 - 18:44

Je dois être un pseudo-intellectuel, parce que j'ai été attiré par le mot thèse. Mais je ne vois pas de thèse.

Tu prends acte d'une tendance à considérer le mot normal comme positif, moi pas. Je ne vais pas répéter ce qu'ont dit d'autres. Simplement je considère la normalité comme le ventre mou d'une répartition statistique. Je ne vois pas pourquoi il faudrait la considérer autrement.

Je ne suis pas normal. J'ai pensé que je l'étais; il me suffit désormais de faire ce qu'il faut pour le paraître quand c'est nécessaire. La normalité, c'est la moyenne, voire la médiocrité, le conformisme, le préjugé, etc. Ce n'est pas une mauvais chose en soi; il est sans doute même nécessaire d'un point de vue global à l'espèce et à la société que la normalité soit bien représentée (genre courbe de Gauss).

Pieyre
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15396
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: zébritude / normalité... Ma thèse

Message par Invité le Dim 8 Nov 2015 - 18:45

Jk6 a écrit:@Senna tu mets le doigt pile poil sur le sujet

Justement si, le mot "normal" a maintenant bel et bien prit une valeur morale positive.

Il n'est pas rare de comprendre que tout va bien lorsque quelqu'un dit que tout est normal, comme quand on va chez le médecin par exemple: *observations... observations... observations...* "OK,  tout est normal Mme Durand"
Comprendre que Mme Durand va très bien.

De l'autre côté, le fait d'entendre que quelque chose ou quelqu'un n'est PAS normal renvoie généralement à une image (très) péjorative. Imaginons par exemple:
Copine 1 à copine 2: "blah blah blah, franchement ton copain il n'est pas normal"
Copine 3 à copine 2: "pourquoi copine 1 dit qu'il est pas normal?? C'est parce qu'il serait peut-être exceptionnellement intelligent?? Whouhou  j'ai hâte de le rencontrer! Smile "
Humm... difficile d'imaginer ça

Le problème est tout là: si le mot "normal" n'avait gardé qu'une connotation  liée à la majorité, ce ne serait pas trop grave.  Or, à mon avis, c'est devenu différent, et cette subtilité de vocabulaire pose un vrai problème, à mon sens...

Imagines une barrière, et une prairie, imagines deux personnes, une dans la prairie et une près de la barrière, mets au milieu les usuels d'approche entre personnes, toi tu as les tiennes propres probablement, et d'autres qui se sont moins pris la tête, ont pris celles usuelles.

Effectivement tu le dis bien, quelqu'un qui sera repéré hors normes par un comportement inhabituel ou que d'autres personnes n'oseraient se permettre (ou juste aussi parce que c'est interdit de le faire), la première réaction d'une personne ne sera pas naturellement de l'analyser, si de plus cette personne n'est jamais sorti de sa prairie, il faut déjà qu'elle comprenne qu'il y a une prairie.

Pour te "protéger" de cela, tu peux d'abord traduire "tu te prends la tête" par "je ne me poserai pas autant de questions là dessus ou ce sujet ne m'intéresse pas" et répondre à ta traduction mentale des propos de l'autre, afin de leur répondre autre chose que "mais je ne prends pas la tête  Wink" pour voir si c'est uniquement la verbalisation de la perception de l'autre sur le sujet. En fonction de sa réponse, et en ayant du coup pris du recul, tu pourras lui faire passer ton test à toi, cité plus haut, je viens de trouver ici plus haut pourquoi cette façon de dire me plaisait et ce qu'elle me faisait trouver.

Sur les histoires de loyer, tu peux te heurter à l'opposition des autres qui n'ont pas ton problème, ton contexte, (voire pas envie de le connaître) pour diverses raisons qu'à mon avis, encore une fois dans le recul vis à vis d'une personne, d'un interlocuteur, tu pourras deviner le pourquoi du comment de cette opposition.

la différence d'un surdoué vient aussi je trouve à ce stade de ma réflexion (tiens le mot réflexion il y a flexion bref) de ce qu'il va avoir déjà des réflexions, des théories, des conclusions suite à un vécu ou à tout ce qu'il a en plus, ce avec quoi il arrive que les autres en face n'ont pas forcément. ils n'abordent donc pas les sujets avec du vécu, une expérience, plusieurs angles, ect.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: zébritude / normalité... Ma thèse

Message par Invité le Dim 8 Nov 2015 - 19:00

Pieyre a écrit:Je dois être un pseudo-intellectuel, parce que j'ai été attiré par le mot thèse. Mais je ne vois pas de thèse.

chacun peut commencer par des synthèses courtes pour tenter d'englober un sujet et le synthétiser pour s'y retrouver je dirais. afin de faire un bilan pour savoir comment s'alimenter ou pas dans ce sujet.


Tu prends acte d'une tendance à considérer le mot normal comme positif, moi pas. Je ne vais pas répéter ce qu'ont dit d'autres. Simplement je considère la normalité comme le ventre mou d'une répartition statistique. Je ne vois pas pourquoi il faudrait la considérer autrement.

je me permets d'ajouter à ton propos (j'oublie toujours de préciser que j'ajoute à un raisonnement si on le souhaite) qu'en fait peut être interprété le mot "normal" comme une agression par une personne qui n'aurait pas forcément eu le temps ou une vie pour faire ses armes. et donc t'avoir une richesse à opposer au mot "normal".

je vois bien quelqu'un dire : je patauge et en plus je suis pas normal. ça fait du boulot et ça peut donner envie de se normaliser en essayer de comprendre ce que cela veut dire.

Je ne suis pas normal. J'ai pensé que je l'étais; il me suffit désormais de faire ce qu'il faut pour le paraître quand c'est nécessaire. La normalité, c'est la moyenne, voire la médiocrité, le conformisme, le préjugé, etc. Ce n'est pas une mauvais chose en soi; il est sans doute même nécessaire d'un point de vue global à l'espèce et à la société que la normalité soit bien représentée (genre courbe de Gauss).

du coup je dirai qu'être normé, c'est savoir avoir un comportement parfois qui passe partout. 

dire que ce serait la moyenne, médiocrité, conformisme, préjugé suppose dans ce cas non pas se différencier par ce que l'on a de différent mais se placer au dessus, ça me déprimerait et ça ne m'aiderait pas à avancer.

je me suis appuyée sur ton propos pour de fait arriver à la conclusion du jour du post que si tout le monde faisait ce qu'ils voulaient tout le temps, ça serait la liberté mais le bordel en fait, encore plus. chacun a bel et bien une conception de la normalité, me vient à l'esprit qu'il est bien heureux qu'il existe une norme, des règles communes, de façon aussi à permettre à des personnes de se protéger sinon il n'y a plus d'échelles communes de références.

(genre un gosse qui ne connaîtrait que la courbe de "Gosse", il lui faudra trouver des repères accessibles afin de se situer, se positionner, se poser, pour avancer, sinon il turbulle à vie ?)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: zébritude / normalité... Ma thèse

Message par jolindien le Dim 8 Nov 2015 - 20:36

Nous confondons liberté et plaisir égoïste, comme une satisfaction de ses désirs personnels ou de son petit narcissisme.
Le premier pas à faire est de penser par soi-même...donc sortir de la norme...et se voir octroyer des libertés ce n'est pas être libre, peut être est-ce se croire libre!
Encore une fois je ne vois pas comment on peut résumer la liberté à un concept extérieur propre au système ou l'on évolue,la dimension intérieure de la liberté est aussi à considérer.



jolindien
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 938
Date d'inscription : 05/07/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: zébritude / normalité... Ma thèse

Message par Invité le Dim 8 Nov 2015 - 22:01

jolindien a écrit:Nous confondons liberté et plaisir égoïste, comme une satisfaction de ses désirs personnels ou de son petit narcissisme.
Le premier pas à faire est de penser par soi-même...donc sortir de la norme...et se voir octroyer des libertés ce n'est pas être libre, peut être est-ce se croire libre!
Encore une fois je ne vois pas comment on peut résumer la liberté à un concept extérieur propre au système ou l'on évolue,la dimension intérieure de la liberté est aussi à considérer.



si vous ouvrez un fil la dessus, je viendrai le lire Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: zébritude / normalité... Ma thèse

Message par Jk7 le Dim 8 Nov 2015 - 22:07

Pieyre a écrit:Je dois être un pseudo-intellectuel, parce que j'ai été attiré par le mot thèse. Mais je ne vois pas de thèse.


Et ça, c'est quoi??
Jk6 a écrit:
Celà etaye ma thèse: JE PENSE QUE LA VRAIE DITE NORMALITÉ DEVRAIT ÊTRE CELLE DÉCRITE SUR LES HQI

Et que donc le terme de normo-pensants ne conviendrait pas aux personnes dites "non-zèbres"...On pourrait opter pour une appellation du genre "basic-pensant" par exemple, ou j'en sais rien.



Pieyre a écrit:
Tu prends acte d'une tendance à considérer le mot normal comme positif, moi pas. Je ne vais pas répéter ce qu'ont dit d'autres. Simplement je considère la normalité comme le ventre mou d'une répartition statistique. Je ne vois pas pourquoi il faudrait la considérer autrement.

Est-il écrit à un seul endroit que c'est ainsi que MOI personnellement je la considérais?


six s'if a écrit:
Pour te "protéger" de cela, tu peux d'abord traduire "tu te prends la tête" par "je ne me poserai pas autant de questions là dessus ou ce sujet ne m'intéresse pas" et répondre à ta traduction mentale des propos de l'autre, afin de leur répondre autre chose que "mais je ne prends pas la tête  Wink" pour voir si c'est uniquement la verbalisation de la perception de l'autre sur le sujet. En fonction de sa réponse, et en ayant du coup pris du recul,[...]

C'est bel et bien ce que j'ai essayé de faire!..
Résultat, j'ai bien vu que mon interlocuteur a, semblerait-il, préféré se déconnecter lui-même de la conversation en se laissant dépasser par quelque chose qu'il n'avait apparemment pas envie de regarder


jolindien a écrit:Nous confondons liberté et plaisir égoïste, comme une satisfaction de ses désirs personnels ou de son petit narcissisme.
Le premier pas à faire est de penser par soi-même...donc sortir de la norme...et se voir octroyer des libertés ce n'est pas être libre, peut être est-ce se croire libre!
Encore une fois je ne vois pas comment on peut résumer la liberté à un concept extérieur propre au système ou l'on évolue,la dimension intérieure de la liberté est aussi à considérer.



Rien à rajouter....

si ce n'est justement à quel point on oublie que la liberté peut être la source d'expression de tant de choses positives.

Jk7
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 154
Date d'inscription : 20/04/2014
Age : 29
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: zébritude / normalité... Ma thèse

Message par Invité le Dim 8 Nov 2015 - 22:17

Jk6 a écrit:
Pieyre a écrit:Je dois être un pseudo-intellectuel, parce que j'ai été attiré par le mot thèse. Mais je ne vois pas de thèse.


Et ça, c'est quoi??
Jk6 a écrit:
Celà etaye ma thèse: JE PENSE QUE LA VRAIE DITE NORMALITÉ DEVRAIT ÊTRE CELLE DÉCRITE SUR LES HQI

Et que donc le terme de normo-pensants ne conviendrait pas aux personnes dites "non-zèbres"...On pourrait opter pour une appellation du genre "basic-pensant" par exemple, ou j'en sais rien.



Pieyre a écrit:
Tu prends acte d'une tendance à considérer le mot normal comme positif, moi pas. Je ne vais pas répéter ce qu'ont dit d'autres. Simplement je considère la normalité comme le ventre mou d'une répartition statistique. Je ne vois pas pourquoi il faudrait la considérer autrement.

Est-il écrit à un seul endroit que c'est ainsi que MOI personnellement je la considérais?


six s'if a écrit:
Pour te "protéger" de cela, tu peux d'abord traduire "tu te prends la tête" par "je ne me poserai pas autant de questions là dessus ou ce sujet ne m'intéresse pas" et répondre à ta traduction mentale des propos de l'autre, afin de leur répondre autre chose que "mais je ne prends pas la tête  Wink" pour voir si c'est uniquement la verbalisation de la perception de l'autre sur le sujet. En fonction de sa réponse, et en ayant du coup pris du recul,[...]

C'est bel et bien ce que j'ai essayé de faire!..
Résultat, j'ai bien vu que mon interlocuteur a, semblerait-il, préféré se déconnecter lui-même de la conversation en se laissant dépasser par quelque chose qu'il n'avait apparemment pas envie de regarder


jolindien a écrit:Nous confondons liberté et plaisir égoïste, comme une satisfaction de ses désirs personnels ou de son petit narcissisme.
Le premier pas à faire est de penser par soi-même...donc sortir de la norme...et se voir octroyer des libertés ce n'est pas être libre, peut être est-ce se croire libre!
Encore une fois je ne vois pas comment on peut résumer la liberté à un concept extérieur propre au système ou l'on évolue,la dimension intérieure de la liberté est aussi à considérer.



Rien à rajouter....

si ce n'est justement à quel point on oublie que la liberté peut être la source d'expression de tant de choses positives.

et il faut donc ajouter le cas des personnes qui ne souhaitent pas être libres ni même de penser, d'où la déconnection.... donc tu n'as pas essayé mais tu l'as fait et réussi à le faire.

(ne pas oublier la capacité du doué à se connecter, si la personne en face t'aide à faire le boulot tant mieux. je trouve ce concept bizarre aussi mais efficace en tri automatique)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: zébritude / normalité... Ma thèse

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 12:51


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum