"Hyperperceptivité" dans vos relations interpersonnelles, ça vous parle?

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"Hyperperceptivité" dans vos relations interpersonnelles, ça vous parle?

Message par Gorgone le Lun 5 Oct 2015 - 2:27

Hey. Je suis nouvelle ici. Depuis quelques jours, je surfe sur pas mal de sujets en rapport avec les zèbres etc.. (NB: je suis une pro pour ouvrir tout plein d'onglets jusqu'à ce que mon navigateur plante Laughing ). Je trouve vraiment plein de choses qui m'intéressent sur ce forum, qui me parlent, qui m'interrogent et/ou qui font écho. Et aujourd'hui, pendant mes balades, je suis tombée là-dessus:

«Les hyperperceptifs effraient leurs interlocuteurs qui se sentent vulnérables de ce qu’ils voient si clairement et avec autant de précision en eux. Leur dilemme: ignorer ce qu’ils perçoivent et donner une réponse conforme à l’apparence sociale, ou assumer de générer de l’hostilité. Dans tous les cas, la spontanéité est freinée» (Différence et souffrance de l’adulte surdoué, Cécile BOST)

Je me suis arrêtée sur ce passage. Bloquée, même, un peu. Parce que ça m'a fait un drôle de  Idea  
J'ai essayé de pousser une petite recherche sur le forum mais je n'ai rien trouvé de concluant (peut-être une histoire de termes?) alors j'écris là, pasque qu'il paraît qu'ici c'est plus doux..

J'ai très souvent (eu) l'impression de lire assez clairement en les personnes, parfois mieux qu'elles-mêmes. Et, pour l'avoir entendu de mon entourage, en plus de le constater aussi régulièrement, je sais que j'ai un côté très "fine psychologue" (sauf pour moi-même: mode "les cordonniers sont les plus mal chaussés", par contre Rolling Eyes). Ce n'est pas que dans mes rencontres/relations je sache vraiment deviner les gens dans ce qu'ils pensent ou dans leurs intentionnalités (là-dessus je serais même plutôt nulle), mais peut-être que je "sens" facilement où ils en sont dans leur parcours de vie, dans leur cheminement, un peu comme si je repérais très vite les routes qu'ils ont emprunté ou les kilomètres qu'il leur reste à faire concernant tel ou tel pan de leur vie. En fonction des éléments qui me sont donnés à voir, je fais des liens et hypothétise rapidement des conclusions qui me semblent logiques.. et qui souvent s'avèrent assez justes (purée, c'est carrément hyper dur à mettre en mots ce genre de trucs!).

Bref, cet "effraiement" de mes interlocuteurs, je l'ai souvent ressenti sans jamais réussir à l'analyser, et là c'est un peu comme si je commençais à saisir une peu le pourquoi du comment. Et ça me fait un sentiment très étrange..

J'ai souvent décontenancé des personnes avec mes manières d'être, avec ma façon de pousser les choses, d'aller plus loin, de creuser etc.. j'ai parfois senti ou carrément observé leur fuite, on me l'a aussi dit ou reproché. Ces fuites, je les ai régulièrement mal comprises/vécues, notamment parce que je n'ai jamais eu l'impression de faire quelque chose de mal ou eu l'intention d'essayer d'utiliser cela à mauvais escient. L'autre jour, une amie proche me disait encore: "faut dire aussi, Gorgone, que tu vas loin dans ce que tu dis de toi ou dans les questions que tu poses, on s'habitue et on se détend en te connaissant, mais tu sais, en général les gens ne fonctionnent pas du tout comme ça, alors c'est un peu "normal" qu'ils flippent!".

Je me suis demandé si l'"hyperperceptivité" était liée au mode "scanneur", aussi. Parce que j'ai également déjà entendu: "arrête de me regarder comme ça" ou bien que j'ai le regard "pénétrant", bref, ce genre de trucs qui vous rappellent que vous pouvez être un peu dérangeante juste par votre présence (conscience?). cyclops

En fait, ce que ça me fait, là, c'est quelque chose du genre :"mais merde, quoi, en fait, ss'pô juste, je ne fais pourtant rien de méchant!.. Embarassed ", et je crois même que pour la toute première fois, en fait, ça m’énerve (grave!).

Aujourd'hui je fais plus attention dans mes relations interpersonnelles, parce que je me suis beaucoup culpabilisée; j'essaie de ne pas être "intrusive" ou "démonstrative" ou "approffondive" dans ce que je crois qui pourrait faire peur à d'autres. Mais les gens sentent aussi très vite ma "différence" (aucune idée de si je suis zèbre ou HP ou quoi, mais "différente" et OVNI fait indéniablement partie de mon quotidien  pirat ). Les gens ont peur, certes, mais par contre ils sont curieux et viennent facilement se frotter à ce qui est différent, à ce qui les intrigue, pour voir, pour tester l'effet retour ou l'effet miroir.. et là ça redevient compliqué de garder sa "lucidité" pour soi, surtout quand on a horreur des faux-semblant, du paraître et de l'hypocrisie. Et comment faire alors si "dans tous les cas, la spontanéité est freinée"??

Ça vous parle un peu? Beaucoup? En quoi? Comment?
Vous ne voudriez pas me raconter vos expérience à vous sur le sujet si vous en avez?


Dernière édition par Gorgone le Mar 27 Sep 2016 - 0:10, édité 1 fois

Gorgone
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 146
Date d'inscription : 28/09/2015
Age : 39
Localisation : Pas mal à l'Ouest avec des envies d'Est

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Hyperperceptivité" dans vos relations interpersonnelles, ça vous parle?

Message par Lyanah le Lun 5 Oct 2015 - 10:06

Salut !

Je fais un gros "+1" !

"Mais comment tu sais ça, je t'en ai jamais parlé", qu'on me dit.

"Machin a réagi de telle manière, c'est pas logique... me dit-on sur quelqu'un.
- Ben si c'est logique, parce que ceci et cela, que je réponds
- oO, est la réaction de mon interlocuteur".

La phrase qui ponctue souvent mes conversations sur quelqu'un/quelque chose que je ne comprends pas "comme les autres" est " nan mais c'est que mon avis hein, c'est ma vision des choses rien de plus" avec un grand sourire désarmant. ça n'empêche pas les gens de me regarder bizarre quand j'ai raison, mais le côté innocent calme un peu leur flippette.

Au début, je pensais que certaines personnes (beaucoup, en fait) étaient des livres ouverts. Au final je crois que je suis juste un "bon scanner" comme toi et comme tant d'autres.
Souvent, mes impression/intuitions/analyses semblent fausses au tout début. Il faut quelques mois, voire années, pour que la lumière se fasse. Souvent, les gens ont oublié ce que j'ai dit ^^ Mais c'est pas grave.

J'ai aussi appris à me taire, à garder mes idées-sur-les-gens pour moi. Ou je les dis à demi-mot. C'est pas toujours évident, surtout quand y'a des choses qui sautent aux yeux ^^

Quand ça se passe un petit peu mal, j'essaie de désamorcer en douceur. Et si ça marche pas, je me dis que la personne en face a juste peur, et que c'est son problème (un peu le mien aussi du coup, mais c'est sa peur, pas la mienne) voire peut être jalouse (dans les cas de gestion de personnes difficiles ou en souffrance, certains y arrivent, d'autres pas).

Mais c'est pas tous les jours facile, c'est sûr...

flower

Lyanah
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 470
Date d'inscription : 12/11/2014
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Hyperperceptivité" dans vos relations interpersonnelles, ça vous parle?

Message par Invité le Lun 5 Oct 2015 - 10:50

Salut Smile

Gorgone a écrit:«Les hyperperceptifs effraient leurs interlocuteurs qui se sentent vulnérables de ce qu’ils voient si clairement et avec autant de précision en eux. Leur dilemme: ignorer ce qu’ils perçoivent et donner une réponse conforme à l’apparence sociale, ou assumer de générer de l’hostilité. Dans tous les cas, la spontanéité est freinée» (Différence et souffrance de l’adulte surdoué, Cécile BOST)

Je me suis arrêtée sur ce passage. Bloquée, même, un peu. Parce que ça m'a fait un drôle de  Idea  
J'ai essayé de pousser une petite recherche sur le forum mais je n'ai rien trouvé de concluant (peut-être une histoire de termes?) alors j'écris là, pasque qu'il paraît qu'ici c'est plus doux..
J'ai recherché sur ce sujet récemment. Tant sur le forum qu'en dehors. Ce que tu appelles l'hyperperception associé au côté scanneur. Je suis arrivé sur les notions d'hyperempathie et de tuteur de résilience.

Ces liens m'ont été utiles sur ces sujets :
Définition de l'hyperempathie : lien
Comment elle peut être vécue : lien
Tuteur de résilience : lien

Gorgone a écrit:Bref, cet "effraiement" de mes interlocuteurs, je l'ai souvent ressenti sans jamais réussir à l'analyser, et là c'est un peu comme si je commençais à saisir une peu le pourquoi du comment. Et ça me fait un sentiment très étrange..
Héhé Smile . Les gens n'aiment pas être compris, sur du long terme. Les mettre face à eux-même, face aux parties qu'ils ignorent d'eux-mêmes, les perturbent. C'est normal. Imagine que quelqu'un devance un problème dont tu n'as même pas conscience. De un, tu aurais peur. Du problème. De deux, si tu n'es pas demandeur, tu auras tendance à rejeter "l'aide".

Gorgone a écrit:Je me suis demandé si l'"hyperperceptivité" était liée au mode "scanneur", aussi. Parce que j'ai également déjà entendu: "arrête de me regarder comme ça" ou bien que j'ai le regard "pénétrant", bref, ce genre de trucs qui vous rappellent que vous pouvez être un peu dérangeante juste par votre présence (conscience?). cyclops
La "lecture automatique" de la communication non verbale ?

Gorgone a écrit:En fait, ce que ça me fait, là, c'est quelque chose du genre :"mais merde, quoi, en fait, ss'pô juste, je ne fais pourtant rien de méchant!.. Embarassed ", et je crois même que pour la toute première fois, en fait, ça m’énerve (grave!).
Long hug

Gorgone a écrit:Les gens ont peur, certes, mais par contre ils sont curieux et viennent facilement se frotter à ce qui est différent, à ce qui les intrigue, pour voir, pour tester l'effet retour ou l'effet miroir.. et là ça redevient compliqué de garder sa "lucidité" pour soi, surtout quand on a horreur des faux-semblant, du paraître et de l'hypocrisie. Et comment faire alors si "dans tous les cas, la spontanéité est freinée"?? Rrahh, ça me fait repenser à plein de situations et je me sens super en colère, là!
Se taire, et prendre sur soi. Toute vérité n'est pas bonne à dire.

Re  Long hug

Gorgone a écrit:Ça vous parle un peu? Beaucoup?
Oui, beaucoup.

Gorgone a écrit:En quoi?
Parce qu'IRL, les gens détectent naturellement cela chez moi. Je ne sais pas comment ils font, et j'aimerais m'en protéger.

Parce que quand les gens me sont très proches et qu'ils partent en vrille, j'ai du mal à les laisser sombrer en conscience. A cause de cette lucidité. Qui m'amène à me faire moi-même du mal à moi, et je déteste cela.

Gorgone a écrit:Comment?
Éternel problème du don ou de la malédiction ... Les gens envient ce trait de personnalité au début, puis le haïssent à terme, par peur comme tu le dis. Pas tous, mais la plupart ... Les plus compréhensifs disent parfois merci.

Gorgone a écrit:Vous ne voudriez pas me raconter vos expérience à vous sur le sujet si vous en avez?
C'est l'histoire de ma vie, alors ...

Ça t'inspire quoi ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Hyperperceptivité" dans vos relations interpersonnelles, ça vous parle?

Message par Ael le Lun 5 Oct 2015 - 11:56

Je pense que ça me parle aussi...
Quand quelqu'un-e critique quelqu'un-e d'autre, si ce n'est pas une critique constructive (problème d'oppression sexiste, raciste, homophobe ou autre) mais plutôt superficielle (genre "t'as vu comment ielle s'habille", "nan mais tu te rend compte, il porte des chaussures de filles!", "c'te meuf elle couche avec tout le labo!" etc.), je suis toujours en contre et défend la personne critiquée. Soit en faisant une analyse sociale, soit en parlant de moi ("ben moi je trouve ça chouette que les gens puisse s'habiller avec des vetement de l'autre genre", "elle a pas couché avec moi en tout cas et puis tant mieux si elle s'éclate"...).
Dans d'autres cas, je temporise, je dis : "oui, mais c'est pas évident, c'est peut-être pas facile, on ne connaît pas toute l'histoire, les conditions dans laquelle ça s'est passé. Moi par exemple, j'aurais pu faire la même chose si...".
Du coup on m'a souvent dit deux trucs contradictoires : "à la fois tu es des fois hyper intransigeant, exigent et dur et en même temps hyper tolérant et compréhensif".
Par contre je ne dit plus l'analyse que je fais des gen-te-s (ça passe pas du tout), pourtant, j'aime bien quand on m'en fait!
Quand je critique le système de mon travail (la recherche), je me reçoit des "ben fait pas de recherche alors!" assez virulents. Alors que mes critiques c'est dans un but constructif! Les gen-te-s le prennent peut-être pour elleux.

Ael
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 57
Date d'inscription : 21/08/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Hyperperceptivité" dans vos relations interpersonnelles, ça vous parle?

Message par Gorgone le Lun 5 Oct 2015 - 17:16

Uhu, Smile ,c’est chouette d’avoir des réponses: merci beaucoup!

Lyanah a écrit:Au début, je pensais que certaines personnes (beaucoup, en fait) étaient des livres ouverts
C’est drôle, bien qu’ayant toujours eu cette sensation de percevoir les autres (sans vraiment les comprendre par contre..) au début moi je pensais que le livre ouvert c’était plutôt moi.. Je me sentais super méga lisible (genre sans paravent).. Et puis en fait je me suis rendue compte que les gens n’avaient pas de si bon scanners que ça, ou en tout cas qu’ils n’avaient souvent pas du tout les mêmes "instruments" de lecture que moi.

Lyanah a écrit:Il faut quelques mois, voire années, pour que la lumière se fasse. Souvent, les gens ont oublié ce que j'ai dit ^^ Mais c'est pas grave

Moi il m’arrive que des personnes se réapproprient mes idées/propositions/ suggestions devant moi, comme si je ne leur en avait jamais parlé.. c’est assez étrange, pas très grave, en effet, mais parfois gênant ou agaçant (parce que moi je suis du genre à réattribuer consciencieusement et loyalement chaque mot ou pensée qui m’interpelle à la personne qui en est l’auteure, genre «Comme le disait Unetelle l’autre jour», ou «Quand Madame X m’a dit que, ben ça m’a fait penser que»..).

Lyanah a écrit:je me dis que la personne en face a juste peur, et que c'est son problème (un peu le mien aussi du coup, mais c'est sa peur, pas la mienne) voire peut être jalouse (dans les cas de gestion de personnes difficiles ou en souffrance, certains y arrivent, d'autres pas)..

Je ne suis pas sûre sûre de bien comprendre le sens de ta dernière parenthèse, Lyanah, mais j’aimerais bien, pourrais-tu l'expliciter?..

@Aimant: merci bien pour les liens, ça ouvre encore mon champ de recherche déjà super désordonné  Laughing  [d’ailleurs je ne me suis pas encore trop penchée sur cette question de «pensée arborescente», mais moi j’ai toujours vu mes pensées de manière imagée -surtout quand je raconte un truc à quelqu’un que je connais bien et qui se moque gentiment de moi parce qu’il n’en voit pas la fin! - comme une espèce de commode avec des tiroirs qu’on ouvre, et dans lesquels il y a d’autres tiroirs, dans lesquels il y a d’autres tiroirs à ouvrir etc..].

Aimant a écrit:Ça t'inspire quoi ?

Bouhloulou, au moins tout ça. Ça me remue un peu en fait.. mais j’essaie de prendre un peu de distance, parce que je ne sais pas si je barnumise à mort ou quoi en ce moment, avec ZC et tout ce que je lis...  Neutral

Aimant a écrit:Héhé  Smile . Les gens n'aiment pas être compris, sur du long terme. Les mettre face à eux-même, face aux parties qu'ils ignorent d'eux-mêmes, les perturbent. C'est normal
Héhé, oui, je le sais bom. Je ne l’ai pas développé davantage hier soir, mais ce que tu écris c’est exactement ce que j’en ressentais. Merci d’avoir mis des mots que j’avais presque.

Sur l’«hyperempathie», euh.. hum. En fait, là comme ça, j’ai beaucoup de mal avec cette idée; peut-être parce que je n’ai pas du tout envie de me voir ainsi, bien que je me reconnaisse dans la (très) grande majorité des traits développés dans ton deuxième lien (iiirk!). Mais c'est intéressant.. parce que je me suis longtemps sentie plutôt distante, rationnellement froide ou avec les émotions en berne, comparativement à d'autres.. jusqu’à ce que je découvre qu’il s’agissait en fait d’une protection d’apparât avec laquelle j’arrivais même à m’auto-leurrer.. Depuis quelques temps je me découvre finalement (et commence aussi à m’accepter) comme étant plutôt hyper-sensible (face aux gens, à leurs remarques, aux interactions, aux sentiments, aux implicites dans les interactions, au non-verbal, à l’ambivalence, aux environnements, aux ambiances, etc..) et par conséquent hyper-émotive en plus d'être torturée (intérieurement, s’entend, car je crois que je le montre encore peu ..l’habitude de donner le change, sans doute..).

Sur les «tuteurs de résilience».. Bon, là, déjà, une partie du concept me parle directement, parce que «tutrice de résilience», en fait, c’est mon boulot... ou plus exactement c’est comme ça que je le vois/l’envisage. Mais au travail (malgré la fatigue et les questionnements éthiques permanents que ça me procure), je trouve ça un peu plus simple. Je travaille bien avec ma personne, avec ce que je suis, mais c’est un peu comme si j’enfilais mon costume d’hyperempathique pour essayer d'aider les autres, et en plus je suis payée pour ça (là je me marre en pensant au nombre d’heures supp non rémunérées que je fais régulièrement en réfléchissant chez moi à telle ou telle situation qui m’angoisse et/ou dont je me charge d'une certaine responsabilité, mais bon  Laughing ). Sinon, en dehors du boulot, je me sens moi-même relativement résiliente, de par mon vécu, suite auquel j’ai fait (et continue à faire) un gros travail sur moi.. alors avoir acquis des compétences de «tutrice de résilience», y compris dans ma vie personnelle, me semblerait complètement logique, en fait. Mais étrangement (ou pas) j'ai de plus en plus tendance à fuir ce rôle là...

Aimant a écrit:«les gens détectent naturellement cela»
Oui, c'est clair. Plus jeune, et avant même de faire ma formation, j’ai souvent eu l’impression d’avoir une casquette vissée sur le crâne où les gens semblaient lire «psychologue» ou «assistante sociale»; je devais dégager une espèce d’ouverture à l’autre qui attirait systématiquement vers moi tous les gens cassés ou tordus du coin comme des mouches!

Aujourd'hui j'aborde beaucoup d'aspects psycho-sociaux de la vie humaine sous l'angle des "limites": celles que je ne savais pas poser, que j'apprends à poser, que je pose (en apprenant à respecter encore mieux celle des autres, aussi, du coup). Celles que j'aimerais que les autres respectent. Cela m'y fait aussi beaucoup penser quand tu écris cela:
Aimant a écrit:j'aimerais m'en protéger
...

Aimant a écrit:Éternel problème du don ou de la malédiction ... Les gens envient ce trait de personnalité au début, puis le haïssent à terme.

Je vais essayer de revenir au sujet de départ quand même......  Razz . Ce que tu écris là c'est un peu la définition de mon pseudo: "son visage a le pouvoir de pétrifier tout mortel qui le regarde", fascinant, irrésistible, et terrifiant à la fois. Les gens voudraient voir, savoir, mais en même temps il ne le veulent pas parce qu'ils pensent -à tort- que c'est mortel. C'est ce qui me frustre et m'énèrve, en fait, je crois. Parce s'il faut toujours fermer sa bouche, avec qui donc alors puis-je partager mes analyses et mes questionnements, et ma quête de compréhension des choses et du monde, moi?  Suspect

(Le tiens, "Aimant", tu l'as choisi pour son double sens?)

@Ael:
Je plussoie sur la quasi intégralité de ton texte dans lequel je me reconnais beaucoup beaucoup!...

Ael a écrit:Quand je critique le système de mon travail (la recherche), je me reçoit des "ben fait pas de recherche alors!" assez virulents. Alors que mes critiques c'est dans un but constructif! Les gen-te-s le prennent peut-être pour elleux.
Et j'ai déjà vécu exactement la même chose dans le travail social. En plein raisonnement critique (et auto-critique) sur ce métier (dont la remise à l'ouvrage permanente est pour moi un garde-fou essentiel), un jour une collègue m'a gentiment dit: "faut changer de métier si tu n'as pas les épaules".  What a Face  

N'hésitez pas à partager encore vos expériences, j'aime beaucoup, encore! bounce

Gorgone
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 146
Date d'inscription : 28/09/2015
Age : 39
Localisation : Pas mal à l'Ouest avec des envies d'Est

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Hyperperceptivité" dans vos relations interpersonnelles, ça vous parle?

Message par Lyanah le Lun 5 Oct 2015 - 20:07

Gorgone a écrit:

Lyanah a écrit:je me dis que la personne en face a juste peur, et que c'est son problème (un peu le mien aussi du coup, mais c'est sa peur, pas la mienne) voire peut être jalouse (dans les cas de gestion de personnes difficiles ou en souffrance, certains y arrivent, d'autres pas)..

Je ne suis pas sûre sûre de bien comprendre le sens de ta dernière parenthèse, Lyanah, mais j’aimerais bien, pourrais-tu l'expliciter?..

Je voulais dire que sa peur c'est son problème (c'est elle qui ressent la douleur de la peur), mais aussi le mien puisque je crée de la peur chez la personne et que j'en subis les conséquences. Mais c'est sa peur, pas la mienne, c'est elle qui ressent et c'est à elle de gérer ses émotions.

Voilà ^^

ça arrive souvent aussi qu'on se réapproprie mes idées, et je crois que ça arrive (hélas) à beaucoup de monde :/

Lyanah
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 470
Date d'inscription : 12/11/2014
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Hyperperceptivité" dans vos relations interpersonnelles, ça vous parle?

Message par Gorgone le Lun 5 Oct 2015 - 21:36

.


Dernière édition par Gorgone le Mar 27 Sep 2016 - 0:14, édité 1 fois

Gorgone
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 146
Date d'inscription : 28/09/2015
Age : 39
Localisation : Pas mal à l'Ouest avec des envies d'Est

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Hyperperceptivité" dans vos relations interpersonnelles, ça vous parle?

Message par mrs doubtfull le Lun 5 Oct 2015 - 22:13

Je connais bien tout ça.
Dès gamine, les enfants de mon âge me disait que j'étais "trop franche". Je ne comprenais pas vraiment ce qu'ils voulaient me dire par là...
Les années ont passé, j'ai appris peu à peu... à me taire. Ne comprenant sans doute pas vraiment ce qui se jouait , j'ai opté pour la radicalité!
Le naturel perce quand même bien souvent.
On m'a souvent dit que j'étais intimidante, sûre de moi (c'est faux!). Je me dis aujourd'hui que j'ai bien réussi mon blindage!
Je pense qu'enfant, j'imaginais que tout le monde fonctionnait comme moi: si je pouvais lire beaucoup de choses sur les gens, alors forcément, ils pouvaient faire de même avec moi. Ce fut une source d'incompréhensions, de malentendus, immense! (Si j'étais triste par exemple, je pensais que c'était évident pour tout le monde, et ne pouvais pas comprendre que personne ne vienne me consoler..)
Je me fais toujours avoir aujourd'hui, quand par exemple, je me dis que c'est impossible que mon interlocuteur ne décrypte pas sur mon visage l'ennui que j'éprouve à l'écouter!
Ou à l'inverse, quand aucun geste , mouvement du visage ne m'échappe pour lire l'ennui de la personne à qui je parle cette fois-ci...

Mais finalement, j'aime bien cette faculté...
C'est passionnant à observer, à comprendre la nature humaine, non?

mrs doubtfull
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 673
Date d'inscription : 16/12/2012
Age : 49
Localisation : 69

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Hyperperceptivité" dans vos relations interpersonnelles, ça vous parle?

Message par Invité le Lun 5 Oct 2015 - 22:50

J'vais être honnête j'ai un peu lu en diagonal...

J'aimerais juste être le connard qui mettrait un bémol : souvent il y a certaines personnes qui pensent être de fin psychologue. Sauf qu'il s'avère juste qu'ils interpretent tellement d'information que parfois ça tombe juste.

Je ne dis pas ça forcément pour l'op, mais cet interprétation de chaque indice des autres peut mener à la dépréciations de soi ( mécaniquement).
Les fins psychologues, je les retrouve soit chez les psychopathes soit chez les margoulins de commerciaux, et les deux se supperposent parfois Very Happy.

Blague à part, il faut se méfier de ce qu'on pense être un don alors qu'on peut se gourrer sévère sans s'en rendre compte.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Hyperperceptivité" dans vos relations interpersonnelles, ça vous parle?

Message par mammuthus le Lun 5 Oct 2015 - 23:01

Salut Wink

Oui ça me parle, et de deux manières en plus :

- Je peux te partager mon expérience d'être la personne en face de l'hyper-perceptivité de l'interlocuteur? Smile

J'ai rencontré un zèbre au début de l'été, qui était impressionnant tant il arrivait à mettre des mots sur des pensées encore inconscientes et à "prédire" une semaine à l'avance des comportements que j'allais avoir. Au début j'ai trouvé ça incroyable, un peu inquiétant mais terriblement intéressant.  J'ai tenté de le suivre (ah oui, il fait partie des personnes qui me donne du fil à retorde pour suivre à sa vitesse. Excellent ! bounce ) là dedans (cela s'accompagnait d'une volonté de mettre de la lumière  sur ce que chacun était. On disséquait l'individu, l'identité et j'adorais/adore toujours ça).
Selon l'hypothèse de la bande de zèbre que je côtois qui adore la socionique, ça serait du Ni (peut être que cela pourrait t'intéresser ? Wikisocio est ton ami si tu souhaite en savoir plus).

J'ai remarqué plus tard que quand l'émotion s'en mêle, la lecture devient moins bonne. Ou alors, j'avais tellement accepté qu'il voyait plus loin que moi, que je me retrouvais parfois à avoir des comportements qu'il "voyait" (et en fait non, il projetait) tout en me sentant "excentrée de moi-même" (je crois que ça s'appelle de la dissonance cognitive, mais je me suis pas encore renseignée la dessus, et j'ai juste lu une micro phrase qui faisait un lien, donc à prendre avec des pincettes), tant et si bien qu'à un moment ça a vraiment pété (enfin, moi j'ai eu cette impression ^^ ).

Ce qui m'a amené à réfléchir sur le fait que vous (et hop, je vous mets tous dans le même panier  Razz ) voyez effectivement juste. Et qu'en plus de la vision, ce n'est pas tant que toute vérité n'est pas bonne à dire mais plutôt qu'à la dire trop tôt, bah c'est comme les soufflés, ça retombe.
 … Ou alors ça c'est ma tendance à vouloir que le monde aille dans une direction de vérité plutôt que celle du confort ? Je sais pas, mais je trouve, et le zèbre dont je parle aussi, que y'a une espèce d'échelle confort----vérité, où chaque individu est placé et qui peut amené des incompréhensions et des malaises (mais je digresse)
Ca et je me demande aussi si plutôt que de dire la vérité, il ne serait pas plus probant (en terme d'évolution) de questionner l'interlocuteur (et de faire accoucher les esprits comme Socrate ^^) et peut être même moins susceptible de créer des tensions ? Cependant, j'avoue que se retenir de ne poser "que" des questions, c'est aussi limiter sa parole non ? Qu'est ce que vous en pensez

- Et ma propre hyper-perceptivité, qui est différente de la tienne je crois, car elle est acquise, et non innée ? Disons que j'ai plus l'impression de percevoir le pourquoi, et les multiples possibilités futures face à tel comportement de la personne en face de moi ; possibilité que je vais pondérer de manière logique pour arriver à la conclusion que tel ou tel comportement a des chances d'être observable.  Ca n'est pas instinctif chez moi en tout cas. Et comme j'ai toujours cru que je voyais n'importe quoi, j'ai une absence quasi complete de réaction négative telles que vous les évoquées (ah si une cette été ou j'ai réussi à faire vraiment vraiment peur. Mais comme je suis dans une phase de "j'arrête de me comprimer pour ne pas prendre de place et je commence à être plus "imposante" et bah ça m'a fait plaisir de voir que pour une fois on avait peur de moi  Laughing )

Et comme je trouve tout ça très intéressant je vais continuer de réagir à vos dires  !

Gorgone a écrit:
Lyanah a écrit:Au début, je pensais que certaines personnes (beaucoup, en fait) étaient des livres ouverts
C’est drôle, bien qu’ayant toujours eu cette sensation de percevoir les autres (sans vraiment les comprendre par contre..) au début moi je pensais que le livre ouvert c’était plutôt moi.. Je me sentais super méga lisible (genre sans paravent).. Et puis en fait je me suis rendue compte que les gens n’avaient pas de si bon scanners que ça, ou en tout cas qu’ils n’avaient souvent pas du tout les mêmes "instruments" de lecture que moi.
J'extrapole en partie de mon existence (oh tient, mon nombril  Razz ), mais je pense que ça vient d'une volonté. Volonté de comprendre pourquoi les gens agissent comme ça qui amène la volonté de juste vouloir creuser un peu plus loin la cause. Parce que j'ai vu qu'en creusant, certaines personnes qui m'était insupportable me sont devenue belle, quelque part, à mes yeux (oh mon dieu, on dirait du sentimentaliste rose dégoulinant, qu'est ce qui m'arrive). Chez d'autres, ils sont confortable (c'est vraiment cette notion qui me revient à l'esprit) de se contenter de regarder, et des justifications/jugements qu'ils trouvent face à certains comportements. Est ce que du coup on est en constant mouvement sur l'échelle du confort-vérité, ou est-ce que c'est plus ou moins figé, je n'en ai aucune idée. Vous en pensez quoi ? (mais je dévie la conversation)


Gorgone a écrit:
Aimant a écrit:Éternel problème du don ou de la malédiction ... Les gens envient ce trait de personnalité au début, puis le haïssent à terme.


Je vais essayer de revenir au sujet de départ quand même......  Razz . Ce que tu écris là c'est un peu la définition de mon pseudo: "son visage a le pouvoir de pétrifier tout mortel qui le regarde", fascinant, irrésistible, et terrifiant à la fois. Les gens voudraient voir, savoir, mais en même temps il ne le veulent pas parce qu'ils pensent -à tort- que c'est mortel. C'est ce qui me frustre et m'énèrve, en fait, je crois. Parce s'il faut toujours fermer sa bouche, avec qui donc alors puis-je partager mes analyses et mes questionnements, et ma quête de compréhension des choses et du monde, moi?  Suspect  
Est-ce qu'il faudrait pas tout simplement faire un choix ? Choisir de ne pas faire peur, mais de se contenir ; ou son pendant, et choisir d'intriguer, d'inquiéter. Avec toutes les nuances qu'il convient de faire, toutes les possibilités de se mettre un peu entre les deux, d'alterner ? c'est une piste que j'explore actuellement en tout cas.

bref j'arrête ici ^^ Bonne soirée

mammuthus
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 16
Date d'inscription : 02/10/2015
Localisation : ici

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Hyperperceptivité" dans vos relations interpersonnelles, ça vous parle?

Message par Gorgone le Mar 6 Oct 2015 - 1:21

Molina a écrit:connard
mammuthus a écrit:socionique

Ben dites-donc, pour cette partie du forum qui se veut douce et courtoise, quelle vulgarité!  Razz

@mrs doubtfull:
Merci pour ton partage; moi aussi on m'a déjà reprochée d'être trop franche.. ou d'être impressionnante alors que j'étais la première impressionnée..

mrs doubtfull a écrit:C'est passionnant à observer, à comprendre la nature humaine, non?
Oui, c'est vrai, tu as raison. Avec un peu de lâcher-prise, même, ce serait parfait..

@Molina:
HS:
[HS ON] bon aucun rapport avec le sujet mais comme je n'aime pas trop les gros mots (violence souvent inutile à mon sens, dont je ne me suis pas encore complètement affranchie, mais je me soigne..) et que je les aime encore moins lorsque leur racine étymologique a été dérivée à mauvais escient, moi j'ai juste envie de dire que je suis pour la réintroduction de mot "bitard" à la place de "connard" dans la langue française quand cela semble plus approprié au genre qu'on souhaite étiqueter (ou qui souhaite s'auto-étiqueter)  Very Happy [HS OFF]

Tu fais bien de prévenir, il est peut-être un peu dommage que tu n'aies lu ce fil qu'en diagonale, parce qu'en fait je ne sais pas bien à qui/quoi tu réponds. En ce qui me concerne je n'ai jamais eu l'impression d'avoir un "don" ou quoi que ce soit de cet ordre  Laughing , je me questionne sur une particularité qui me fait me sentir différente ou décalée par rapport aux personnes que je rencontre. Et pour moi, être "fin psychologue", c'est en effet une manière de "savoir" traiter de l'information, pas vraiment de se prendre pour Madame Irma  sunny.

.

Molina a écrit:Les fins psychologues, je les retrouve soit chez les psychopathes soit chez les margoulins de commerciaux, et les deux se supperposent parfois
Là, pour les "psychopathes" je n'en sais rien, j'imagine que oui, mais pour les pervers ("narcissiques" ou pas), les violents et les violeurs, je suis tout à fait d'accord pour dire qu'ils ont des stratégies bien élaborée comme les "margoulins de commerciaux", et qu'ils savent en cela parfaitement repérer et s'en prendre à leurs victimes. Cela étant dit, du coup, "fin" ne me semble pas être le bon mot.. En fait, peu importe ses capacités et particularités, chaque individu fait des choix au cours de sa vie: faire intentionnellement du mal aux autres, voire essayer de détruire leurs vies---- ou pas, ou l'inverse.

@mammuthus:
Merci pour ton long développement et pour les pistes, je ne connaissais pas ce terme: "socionique".

Bonne nuit


Dernière édition par Gorgone le Mar 27 Sep 2016 - 0:17, édité 2 fois

Gorgone
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 146
Date d'inscription : 28/09/2015
Age : 39
Localisation : Pas mal à l'Ouest avec des envies d'Est

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Hyperperceptivité" dans vos relations interpersonnelles, ça vous parle?

Message par Invité le Mar 6 Oct 2015 - 10:21

Gorgone a écrit:Uhu, Smile ,c’est chouette d’avoir des réponses: merci beaucoup!
Merci pour avoir lancé le sujet Smile

Gorgone a écrit:
Lyanah a écrit:Au début, je pensais que certaines personnes (beaucoup, en fait) étaient des livres ouverts
C’est drôle, bien qu’ayant toujours eu cette sensation de percevoir les autres (sans vraiment les comprendre par contre..) au début moi je pensais que le livre ouvert c’était plutôt moi.. Je me sentais super méga lisible (genre sans paravent).. Et puis en fait je me suis rendue compte que les gens n’avaient pas de si bon scanners que ça, ou en tout cas qu’ils n’avaient souvent pas du tout les mêmes "instruments" de lecture que moi.
mrs doubtfull a écrit:On m'a souvent dit que j'étais intimidante, sûre de moi (c'est faux!). Je me dis aujourd'hui que j'ai bien réussi mon blindage!
Je pense qu'enfant, j'imaginais que tout le monde fonctionnait comme moi: si je pouvais lire beaucoup de choses sur les gens, alors forcément, ils pouvaient faire de même avec moi. Ce fut une source d'incompréhensions, de malentendus, immense!
Perso, ma mère me scannait bien. Trop bien ... A six ans, je me suis dit que j'allais arrêter de mentir, parce qu'elle le captait toujours. J'ai pris le pli, mais comme vous j'ai compris après qu'ils ne savaient pas aussi bien "lire" que moi.

Vous avez rencontré des personnes qui ont lu en vous ? Moi non.

Gorgone a écrit:
Lyanah a écrit:Il faut quelques mois, voire années, pour que la lumière se fasse. Souvent, les gens ont oublié ce que j'ai dit ^^ Mais c'est pas grave
Moi il m’arrive que des personnes se réapproprient mes idées/propositions/ suggestions devant moi, comme si je ne leur en avait jamais parlé.. c’est assez étrange, pas très grave, en effet, mais parfois gênant ou agaçant (parce que moi je suis du genre à réattribuer consciencieusement et loyalement chaque mot ou pensée qui m’interpelle à la personne qui en est l’auteure, genre «Comme le disait Unetelle l’autre jour», ou «Quand Madame X m’a dit que, ben ça m’a fait penser que»..).
Je connais aussi...

Gorgone a écrit:merci bien pour les liens, ça ouvre encore mon champ de recherche déjà super désordonné  Laughing
Laughing Razz Wink .

Gorgone a écrit:d’ailleurs je ne me suis pas encore trop penchée sur cette question de «pensée arborescente», mais moi j’ai toujours vu mes pensées de manière imagée -surtout quand je raconte un truc à quelqu’un que je connais bien et qui se moque gentiment de moi parce qu’il n’en voit pas la fin! - comme une espèce de commode avec des tiroirs qu’on ouvre, et dans lesquels il y a d’autres tiroirs, dans lesquels il y a d’autres tiroirs à ouvrir etc..].
M'est d'avis que tu n'es pas la seule : lien

Gorgone a écrit:Bouhloulou, au moins tout ça. Ça me remue un peu en fait.. mais j’essaie de prendre un peu de distance, parce que je ne sais pas si je barnumise à mort ou quoi en ce moment, avec ZC et tout ce que je lis...  Neutral
Laughing Bouhloulou ? Smile

C'est le fait d'en trouver d'autres "comme toi" qui te remue ?

Gorgone a écrit:Sur l’«hyperempathie», euh.. hum. En fait, là comme ça, j’ai beaucoup de mal avec cette idée; peut-être parce que je n’ai pas du tout envie de me voir ainsi, bien que je me reconnaisse dans la (très) grande majorité des traits développés dans ton deuxième lien (iiirk!).
Laisse moi deviner Razz Wink ... C'est le mot hyper ?

Gorgone a écrit:Mais c'est intéressant.. parce que je me suis longtemps sentie plutôt distante, rationnellement froide ou avec les émotions en berne, comparativement à d'autres..
Logique Razz Wink . Il faut savoir prendre de la hauteur pour ne pas tout mélanger, donc quelque part arriver à se couper de ses émotions volontairement.

Gorgone a écrit:jusqu’à ce que je découvre qu’il s’agissait en fait d’une protection d’apparât avec laquelle j’arrivais même à m’auto-leurrer..
En quel sens le leurre ?

Gorgone a écrit:Sur les «tuteurs de résilience».. Bon, là, déjà, une partie du concept me parle directement, parce que «tutrice de résilience», en fait, c’est mon boulot... ou plus exactement c’est comme ça que je le vois/l’envisage. Mais au travail (malgré la fatigue et les questionnements éthiques permanents que ça me procure), je trouve ça un peu plus simple. Je travaille bien avec ma personne, avec ce que je suis, mais c’est un peu comme si j’enfilais mon costume d’hyperempathique pour essayer d'aider les autres, et en plus je suis payée pour ça (là je me marre en pensant au nombre d’heures supp non rémunérées que je fais régulièrement en réfléchissant chez moi à telle ou telle situation qui m’angoisse et/ou dont je me charge d'une certaine responsabilité, mais bon  Laughing ).
On ne choisit pas son travail par hasard Razz Wink

Gorgone a écrit:Sinon, en dehors du boulot, je me sens moi-même relativement résiliente, de par mon vécu, suite auquel j’ai fait (et continue à faire) un gros travail sur moi.. alors avoir acquis des compétences de «tutrice de résilience», y compris dans ma vie personnelle, me semblerait complètement logique, en fait.
Long hug  

Gorgone a écrit:Mais étrangement (ou pas) j'ai de plus en plus tendance à fuir ce rôle là...
Héhé Smile . "Ou pas" ...

Gorgone a écrit:
Aimant a écrit:«les gens détectent naturellement cela»
Oui, c'est clair. Plus jeune, et avant même de faire ma formation, j’ai souvent eu l’impression d’avoir une casquette vissée sur le crâne où les gens semblaient lire «psychologue» ou «assistante sociale»; je devais dégager une espèce d’ouverture à l’autre qui attirait systématiquement vers moi tous les gens cassés ou tordus du coin comme des mouches!
"C'est clair", expression typique Razz Wink

Pas mieux ...

Gorgone a écrit:Aujourd'hui j'aborde beaucoup d'aspects psycho-sociaux de la vie humaine sous l'angle des "limites": celles que je ne savais pas poser, que j'apprends à poser, que je pose (en apprenant à respecter encore mieux celle des autres, aussi, du coup). Celles que j'aimerais que les autres respectent. Cela m'y fait aussi beaucoup penser quand tu écris cela:
Aimant a écrit:j'aimerais m'en protéger
...
C'est ce que je voulais dire. Ne pas avoir à lutter quand je dis non. Je suis un adulte...

Gorgone a écrit:
Aimant a écrit:Éternel problème du don ou de la malédiction ... Les gens envient ce trait de personnalité au début, puis le haïssent à terme.
Je vais essayer de revenir au sujet de départ quand même......  Razz . Ce que tu écris là c'est un peu la définition de mon pseudo: "son visage a le pouvoir de pétrifier tout mortel qui le regarde", fascinant, irrésistible, et terrifiant à la fois. Les gens voudraient voir, savoir, mais en même temps il ne le veulent pas parce qu'ils pensent -à tort- que c'est mortel.
Tu le vois sous l'angle volonté. Perso, je le vois sous l'angle capacité, en toute humilité. Les gens pourraient voir, savoir, mais en même temps il ne le peuvent pas parce qu'ils pensent à tort que c'est mortel. C'est pour cela que quand ils l'approchent, ils ont peur. Parce qu'on a peur de l'inconnu, c'est normal.

Gorgone a écrit:C'est ce qui me frustre et m'énèrve, en fait, je crois. Parce s'il faut toujours fermer sa bouche, avec qui donc alors puis-je partager mes analyses et mes questionnements, et ma quête de compréhension des choses et du monde, moi?  Suspect
Long hug

Pourtant, dans ta présentation, tu dis avoir trouvé des personnes qui te le permettent ?

Gorgone a écrit:Le tiens, "Aimant", tu l'as choisi pour son double sens?
Oui, même si je le vois comme ayant plus que deux sens. C'est cette hyperempathie qui peut aimanter.

mrs doubtfull a écrit:C'est passionnant à observer, à comprendre la nature humaine, non?
Je ne sais pas ... J'aimerai bien un jour qu'on me comprenne à la hauteur de ce que je comprends des autres. Mais j'avoue ne plus y croire perso. Pas vous ?

mammuthus a écrit:- Je peux te partager mon expérience d'être la personne en face de l'hyper-perceptivité de l'interlocuteur? Smile
Merci pour cela Smile

mammuthus a écrit:Ca et je me demande aussi si plutôt que de dire la vérité, il ne serait pas plus probant (en terme d'évolution) de questionner l'interlocuteur (et de faire accoucher les esprits comme Socrate ^^) et peut être même moins susceptible de créer des tensions ? Cependant, j'avoue que se retenir de ne poser "que" des questions, c'est aussi limiter sa parole non ? Qu'est ce que vous en pensez
Tu fais accoucher l'autre, mais du coup tu tombes dans une relation déséquilibrée. C'est pour ça que je veux me protéger perso. Et, il ne faut pas rêver, ce n'est pas de l'omniscience derrière. Perso, des fois, je ne sais pas, ou je me trompe. Et ça, ça frustre énormément l'autre. Tu lui donnes très souvent une bonne réponse, et il t'en demande toujours plus. On tombe dans un schéma d'idéalisation, via la perfection. Perso, je ne suis pas parfait. Et l'autre truc, qui m'accoucherait ? Sans prétention mal placée.

mammuthus a écrit:Disons que j'ai plus l'impression de percevoir le pourquoi, et les multiples possibilités futures face à tel comportement de la personne en face de moi ; possibilité que je vais pondérer de manière logique pour arriver à la conclusion que tel ou tel comportement a des chances d'être observable.  Ca n'est pas instinctif chez moi en tout cas.
Gorgone a écrit:j'ai envie de préciser que mon hyper-truc, je ne l'ai jamais ressentie comme quelque chose d'inné, bien au contraire..
Ça me fait du bien de le voir écrit par d'autres. Merci Smile

Perso, c'est de l'acquis, devenu inné avec l'habitude, depuis le temps. Mais c'est "mécanique", et explicable tel que tu l'as écrit mammuthus.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Hyperperceptivité" dans vos relations interpersonnelles, ça vous parle?

Message par Gorgone le Mer 7 Oct 2015 - 1:42

'soir!

@mammuthus:

C’est très intéressant, oui, d’avoir ton point de vue de personne «perçue» par un zèbre. Je n’ai pas le souvenir d’avoir été lue ainsi, par contre ça me rappelle une amie-sûrement-zèbre que j’avais l’impression de beaucoup deviner. Et c’est drôle, parce que comme tu le dis si bien, elle a été la principale personne qui m’ait donné «du fil à retordre pour suivre à sa vitesse». Je me souviens que tous nos échange, presque sans exception, m’ont procuré, outre un complexe d’infériorité intellectuelle, une très grande excitation.. quelque chose de très vivant que je ne saurais bien expliquer.. un côté "eureka" partagé et toujours en marche (si ça peut avoir du sens, c’que j’dis là ?).

mammuthus a écrit:tant et si bien qu'à un moment ça a vraiment pété (enfin, moi j'ai eu cette impression ^^ )

Dis, ce serait possible que tu dises en quoi/comment ça a pété?

mammuthus a écrit:Je me demande aussi si plutôt que de dire la vérité, il ne serait pas plus probant (en terme d'évolution) de questionner l'interlocuteur (et de faire accoucher les esprits comme Socrate ^^)

Moi c’est souvent ça, en fait, ma manière de fonctionner avec les autres, en tout cas ça le devient de plus en plus je crois.. (ce qui serait donc le milieu de l’échelle confort <----> vérité que tu abordes et dont j’aurais testé pas mal de barreaux?). Je questionne, très souvent, parfois sur la pointe des pieds, et en général par le biais de cette tournure: «Mais, euh, hum, tu ne penses pas que?...» «Et, euh, hum.. tu ne t’es jamais demandé si?..», etc.. ou bien je pose une question juste un peu à côté, juste en parallèle, pour voir... (je réfléchis aussi en même temps que j’écris, et en voyant ce que je viens de taper, je me rends compte que ça peut paraître super calculé comme comportement, alors que je suis vraiment intéressée par ces questions, sans objectif autre que de «savoir» ou «connaître» [la «vérité», donc?], mais en fait, là c’est bien la première fois que je réalise consciemment ce comportement chez moi!).

Cela permet en effet à la personne de prendre la question au vol ou non, de se l’approprier ou non, d’y répondre positivement ou négativement en tant qu’acteur de sa propre pensée et de son propre chemin, ou bien aussi (et ça je l’ai vécu plusieurs fois) de me regarder avec des yeux ronds comme des billes, et/ou en pleine sidération, étonnement ou «effraiement», donc - pour en revenir au sujet de départ.. (ces dernières sortes de réaction me faisant parfois me dire que j’ai peut-être été dans le juste, mais en effet, bien trop rapide.. ou intrusive). Selon la réponse, la réaction, je continue la conversation ou je me replie, avec un «ok, d’accord» intérieur, qui ne m’empêche pas de prendre note mon point de vue pour moi-même.. En fait, parfois, les questions, ça peut être un peu comme des réponses, donc même sous cette forme, tout le monde n’a pas envie de les entendre.. C’est vrai que de se faire accoucher quand on n’a pas l’impression d’être enceinte ou qu’on n’a pas décidé d’avoir d’enfants, ça doit être un peu chelou à vivre!..  clown   Laughing

mammuthus a écrit:Est-ce qu'il faudrait pas tout simplement faire un choix ? Choisir de ne pas faire peur, mais de se contenir ; ou son pendant, et choisir d'intriguer, d'inquiéter. Avec toutes les nuances qu'il convient de faire, toutes les possibilités de se mettre un peu entre les deux, d'alterner ? c'est une piste que j'explore actuellement en tout cas.

En tout cas moi j’aime beaucoup cette piste, ça m’inspire.. de la liberté de mouvement et d’être pour tout le monde.

Et je rebondi sur le dernier lien que m’a passé Aimant, et dans lequel j’ai trouvé ça, que je ressens à 100%:

Ayla a écrit:(...) C'est ce genre de paroles qui a tendance à mettre mal à l'aise mes interlocuteurs, et qui freine souvent ma liberté d'expression/spontanéité. Je m'exprime à partir de mes ressentis, et ça ramène les personnes aux leurs. Ce qui est pas des plus courants ni le plus recherché dans notre système actuel qui tend à étouffer toute cette partie humaine au nom du rendement et de la consommation.

@ Aimant:

Aimant a écrit:Merci pour avoir lancé le sujet Smile

Y’a pas de quoi, c’est tortueux (pour moi) mais "hyper" instructif aussi..  Shocked

Gorgone a écrit:jusqu’à ce que je découvre qu’il s’agissait en fait d’une protection d’apparât avec laquelle j’arrivais même à m’auto-leurrer..
Aimant a écrit:En quel sens le leurre ?

Ben, aujourd’hui je sais que plus jeune je ne pouvais pas (me permettre d’) être sensible, et qu’il fallait que je reste blindée.. je pense que c’était mon mode de survie à moi. Il était encore moins possible que je puisse avoir n'importe quel trait de sensiblerie.. (et qu’on le remarque, j’imagine). Je ne pleurais pas comme tout le monde devant les scènes émouvantes de film, ou même aux enterrements, par exemple, je le constatais, et je me disais que je n’étais pas normale ou que j’étais insensible, je culpabilisais. Alors qu’en fait les choses «touchantes» ne me faisaient pas «rien».. pas du tout «rien», même, en fait. Au contraire. Je ne sais pas si ça répond à ta question.

Aimant a écrit: Laughing  Bouhloulou ?  Smile
C'est le fait d'en trouver d'autres "comme toi" qui te remue ?
Laisse moi deviner  Razz  Wink  ... C'est le mot hyper ?

Je suis remuée, et même ce soir, avant de recommencer à écrire pour vous répondre, je me sentais bien triste en pensant à «tout ça». Parce que justement, je n’arrive pas à m’autoriser à penser que j’en trouve des d’autres «comme moi»; parce que je n’ai aucune certitude d’être comme «vous autre», moi [spoiler]. Ce qui me fera conclure sur cette question:

Aimant a écrit: Et l'autre truc, qui m'accoucherait ?

C'est vrai, et moi? Qui m'hyper-percevrait, moi? Qui m'accoucherait aussi? Parce que moi j'aimerais bien la vivre, cette expérience, qu'on me fasse entrevoir un peu la "vérité"!  Wink


Dernière édition par Gorgone le Mar 27 Sep 2016 - 0:24, édité 4 fois (Raison : Je pense trop, j'écris trop.)

Gorgone
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 146
Date d'inscription : 28/09/2015
Age : 39
Localisation : Pas mal à l'Ouest avec des envies d'Est

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Hyperperceptivité" dans vos relations interpersonnelles, ça vous parle?

Message par Invité le Mer 7 Oct 2015 - 9:07

Gorgone a écrit:Ahem. Gloup. Je ne sais pas si tu essayais de me faire "accoucher"  Wink   Aimant
Non, j'échangeais Smile

Gorgone a écrit:mais par contre tu vas peut-être bien regretter de poser des questions! Désolée..
Non, au contraire, pour le regret. Merci Smile . Et faut pas être désolée Smile

Aimant.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Hyperperceptivité" dans vos relations interpersonnelles, ça vous parle?

Message par mammuthus le Mer 7 Oct 2015 - 16:41

Coucou !  Very Happy

Oulala mais c'est terrible les forums, il faut être tout le temps connecté sinon j'ai l'impression d'être impolie ^^.

Aimant a écrit: Tu fais accoucher l'autre, mais du coup tu tombes dans une relation déséquilibrée. C'est pour ça que je veux me protéger perso. Et, il ne faut pas rêver, ce n'est pas de l'omniscience derrière. Perso, des fois, je ne sais pas, ou je me trompe. Et ça, ça frustre énormément l'autre. Tu lui donnes très souvent une bonne réponse, et il t'en demande toujours plus. On tombe dans un schéma d'idéalisation, via la perfection. Perso, je ne suis pas parfait. Et l'autre truc, qui m'accoucherait ? Sans prétention mal placée."
=> je pense pas que tu sois dans une relation déséquilibrée, si cela est replacé dans le contexte de la relation justement : des apports de l'un et de l'autre (et avant qu'on me fasse une remarque, non je ne considère pas les relations uniquement en terme d'apport Smile  ). Si aujourd'hui je t'apprenais quelques mots dans une langue que tu connaissais pas, ça ne ferait pas de notre relation quelque chose de déséquilibrée sur toute l'histoire de la relation. Après, il faut voir aussi comment s'est fait le positionnement de chacun en début de relation. Vouloir quelque chose d'égalitaire après avoir longtemps tenu un rôle "parental" c'est extrêmmement difficile, je te l'accorde. Pourtant même avec des positions dominantes/dominées, l'autre ou toi peuvent y trouver leur compte. Je crois qu'au final, le risque c'est d'avoir une relation qui soit statique dans sa forme.

Pour ce qui est de te faire accoucher, je peux, j'ai eu un cours dessus. Bon par contre je me souviens plus exactement de ce qu'il faut faire avec la tete du bébé pour faciliter la sortie … Pété de rire  Mais sinon, moi j'arrive à avoir mon "quota" d'accouchement en faisant des IRL zebresque , ou avec la bande d'amis dont j'ai parlé plus haut qui ont le chic pour mettre le doigt sur certains points chez moi que je voyais pas forcemment. Ce qui marche je crois, c'est l'effet de synergie de groupe où tout le monde cherche à se comprendre et comprendre l'autre.

Gorgone a écrit:
mammuthus a écrit:tant et si bien qu'à un moment ça a vraiment pété (enfin, moi j'ai eu cette impression ^^ )

Dis, ce serait possible que tu dises en quoi/comment ça a pété? (je me le demande par rapport à la relation dont je parle ci-dessus)

Bien sur : Je me suis sentie étirée comme du chewing gum, et pressurisée à faire/être ce que je n'étais pas (-oui parce que le gros problème de ce genre de "prédiction" c'est qu'avec un peu d'ascendant (voulu ou non, non dans son cas Wink ) ça part vite en prédiction auto-réalisatrice)
Je pense que les modalités de notre relation ne nous convenaient plus (nous étions amants) mais il y avait un effet d'aspiration à aller au bout de la chose (personnellement je sentais que quelque chose n'allais pas/ n'allait pas aller, sans pouvoir dire quoi)
Ce qui l'a mené (attention, à prendre avec des pincettes parce que j'ai pas une super bonne compréhension de ce moment) à essayer de me faire pleurer parce que "j'en avais besoin", moi à pleurer tout en étant en mode tour de contrôle (c'était d'ailleurs très étrange, j'avais l'impression d'être à l'intérieur de moi-même et de donner en superficielle quelque chose de très vrai, mais à l'intérieur j'étais en train d'analyser et d'essayer de comprendre pourquoi je me retrouvais à l'intérieur, si ce qui se passait n'était pas dangereux, et surtout -boite de pandore- à découvrir que en donnant un certains comportement je pouvais obtenir le comportement prévu) jusqu'à ce que je me demande si en "jouant" d'autres "rôle", j'aurais la réponse attendu.

Et là j'ai fais quelque chose dont je ne suis pas fière, j'avais mal d'être étirée et j'ai décidé de m'autoriser à tester sur lui ma "compréhension de sa programmation" en lui donnant des comportements pour voir si j'aurais les réactions attendu, pendant que lui essayais de regagner l'ascendant qu'il avait sur moi, mais par le négatif (au lieu d'utiliser ses capacités que j'admirais, il s'est mis à faire le PN manipulateur. Très mauvais PN soit dit en passant, avec des ficelles grosses comme des troncs d'arbre  Twisted Evil ) Evidemment au bout d'un moment il a compris, il s'est senti trahi, on s'est violemment disputé (enfin moi j'ai perçu ça comme ça) et on a mis fin à notre relation d'amants. Ce que je retiens de cela surtout, c'est le sentiment d'être excentré, très désagréable, comme si on te lançais constamment des petits cailloux, et que toi à un moment n'en pouvant plus tu répliquais en balançant un menhir.  Laughing

Gorgone a écrit:
Cela permet en effet à la personne de prendre la question au vol ou non, de se l’approprier ou non, d’y répondre positivement ou négativement en tant qu’acteur de sa propre pensée et de son propre chemin, ou bien aussi (et ça je l’ai vécu plusieurs fois) de me regarder avec des yeux ronds comme des billes, et/ou en pleine sidération, étonnement ou «effraiement», donc - pour en revenir au sujet de départ.. (ces dernières sortes de réaction me faisant parfois me dire que j’ai peut-être été dans le juste, mais en effet, bien trop rapide.. ou intrusive).
Tout le travail à faire est peut être dans l'art de poser des questions adaptées à la personne en face de nous, donc de présenter la prise suivante du niveau quasi égale à l'interlocuteur, plutôt que de lui dire "hé mais sinon regarde, si tu fais un jeter tu peux attraper la prise la-bas" entrainant alors le regard rond. Voir même peut être décourageant ? "Oh mon dieu, il faut que je fasse tant d'effort pour…"
Gorgone a écrit:
Gorgone a écrit:jusqu’à ce que je découvre qu’il s’agissait en fait d’une protection d’apparât avec laquelle j’arrivais même à m’auto-leurrer..
Aimant a écrit:En quel sens le leurre ?


Ben, aujourd’hui je sais que plus jeune je ne pouvais pas (me permettre d’) être sensible, et qu’il fallait que je reste blindée.. je pense que c’était mon mode de survie à moi. Il était encore moins possible que je puisse avoir n'importe quel trait de sensiblerie.. (et qu’on le remarque, j’imagine). Je ne pleurais pas comme tout le monde devant les scènes émouvantes de film, ou même aux enterrements, par exemple, je le constatais, et je me disais que je n’étais pas normale ou que j’étais insensible, je culpabilisais. Alors qu’en fait les choses «touchantes» ne me faisaient pas «rien».. pas du tout «rien», même, en fait. Au contraire. Je ne sais pas si ça répond à ta question.
Haha ! Je me reconnais tellement dans ce que tu viens de dire ! j'ai une théorie là-dessus : si je suis/parait "insensible" c'est parce que je suis tellement occupée à traiter les émotions des autres que j'ai même plus de place pour que les miennes puisse sortir.


Des bisous !

mammuthus
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 16
Date d'inscription : 02/10/2015
Localisation : ici

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Hyperperceptivité" dans vos relations interpersonnelles, ça vous parle?

Message par griboo le Ven 9 Oct 2015 - 21:15

[quote]Au début, je pensais que certaines personnes (beaucoup, en fait) étaient des livres ouverts. Au final je crois que je suis juste un "bon scanner" comme toi et comme tant d'autres. ..[quote]

et j'ai toujours pense que tout le monde faisait la meme chose


Dernière édition par griboo le Jeu 7 Avr 2016 - 10:02, édité 1 fois

griboo
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 43
Date d'inscription : 07/10/2015
Localisation : bonne question !

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Hyperperceptivité" dans vos relations interpersonnelles, ça vous parle?

Message par ou-est-la-question le Dim 1 Nov 2015 - 11:50

Bonjour

je suis aussi hyperperceptive , et ce , depuis enfant

sur le plan pro (j'ai travaillé jusqu'à il y a un an)cela m'a considérablement aidée pour poser des diagnostics et aider les gens dans leurs problématiques de vie (arriver à leur faire mettre le doigt dessus et résoudre ensemble)

sur le plan perso : après avoir été envahie enfant , par tout ce que me disaient les autres enfants car dès que j'énonçais ce que je ressentais d'eux les langues se déliaient et je les aidais ,j'ai décidé de la fermer

non seulement me taire mais aussi fermer ma perception

ne me demandez pas comment je fais car je n'en sais rien mais c'est du domaine de la pensée
ex : si je me dis: "ce soir tu ne vas dire que des superficialités" , cela me conditionne pour ne pas lire à livre ouvert dans la tête des autres
le blème c'est quand j'oublie de me dire ça...parce qu'alors je suis envahie par tous mes pores c'est usant et il faut que je m'isole du groupe tant j'ai reçu d'infos

un exemple qui va vous faire marrer: il y a 1 an un couple d'ami nous invite à déjeuner
ils avaient invité 12 inconnus de moi
je m'étais mise en "mode superficiel"
puis mon compagnon au dessert , je ne sais pas ce qui lui a pris" lance à la cantonnade : "où est la question "lit dans les âmes elle va vous faire un tour de table
arghhhh
me suis mise en mode on , pis suis partie en les prenant un par un pas plus de 2/3 minutes par tête
bien sur je n'ai rien dit de ce que je voyais de moche ni de triste en eux ,suis bienveillante de nature , mais j'ai énoncé à chacun un truc qui lui était très perso
ce fut un grand silence durant tout ce temps les gens étaient su'l'cul , un peu apeurés quand même de ce que j'allais dire quand leur tour viendrait, puis au final je leur ai dit qu'ils étaient tous merveilleux afin de détendre l'atmosphère....

c'est sur que je me suis à ce moment là moins ennuyée que durant le repas
parce que se mettre en "mode superficiel" c'est pratique , mais c'est chiant

donc maintenant ,avec cette "histoire" qui s'est propagée , quasi tous mes amis savent que je suis hyperperceptive et il y en a qui viennent me parler en tête à tête (ce que je préfère je suis plus à l'aise ) afin que je puisse les conseiller
après ,s'ils n'écoutent pas les conseils je ne culpabilise pas.

sinon un seul homme a pu lire en moi
je l'ai rencontré une fois c'est un étrange type , très sympa ,qui reçu une initiation par un chef sioux avec tous les rituels que cela implique
mon compagnon l'avait connu à Paris et voulait m'emmener le rencontrer dans son ranch à Tautavel
j'y suis allée
une fois assise , le café servi , il nous a raconté sa vie (passionnante) et s'est immédiatement arrêté dès le début de la narration pour me dire à haute voix devant tout le monde : tu n'as pas besoin d'écouter , toi , car tu sais déjà ce que je vais dire puisque tu lis dans les âmes
il lui avait fallu 3 ou 4 secondes pour me scanner
sinon je sais très bien aussi fermer ma porte d'accès afin que personne ne me scanne
sauf avec lui car j'ai eu immédiatement une totale et pleine confiance
après une journée de ouff passée en sa compagnie(il lit aussi dans les âmes des chevaux)
le soir il m'a dit que j'étais généralement trop tendue et qu'il pouvait me faire faire un voyage merveilleux si je le laissais rentrer dans mon esprit
j'ai acquiescé à la seule condition que mon compagnon reste à mes cotés
et là j'ai fermé les yeux et j'ai fait une voyage géant génial merveilleux en paysages , couleurs et paix
suis sortie toute détendue et cette détente a du bien tenir un bon mois













ou-est-la-question
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1494
Date d'inscription : 27/07/2012
Age : 59

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Hyperperceptivité" dans vos relations interpersonnelles, ça vous parle?

Message par Lyanah le Mar 3 Nov 2015 - 12:42

Où-est-la-question, ce sont de belles anecdotes que tu nous livres Smile
ça n'a pas dû être évident à "gérer" sur le coup mais ça m'a fait sourire Smile

Un peu plus haut, je ne sais plus qui (pardon T_T) parlait de sa mère qui le scannait trop bien et qu'il avait arrêté de mentir. Ma mère à moi pense toujours bien me connaître, a toujours pensé bien me connaître et "deviner" ce que j'avais fait, ce que je pensais et pire, ce que je ressentais. Sauf que la plupart du temps elle se plantait, parfois c'était moi qui lui avais donné un indice ou lui avait carrément dit (mais elle se souvenait plus), et rarement elle tombait juste. Sincèrement. Et ce qui me faisait le plus ch*er (ou souffrir, selon le vocabulaire), c'était quand elle était persuadée d'avoir "découvert/compris" quelque chose et qu'elle était très, très loin de la vérité. Mais bon évidemment, je ne suis qu'une menteuse, et puis je ne peux pas savoir ce que je ressens moi-même, c'est évident.

Bref ^^
Je n'ai pas trouvé grand monde qui me "scanne" efficacement. Mon père et ma gd-mère paternelle, parce qu'on fonctionne à peu près de la même manière (tout dans le détail, une crispation infime), et puis ma meilleure amie qui est un beau scanner (au sens propre comme au figuré <3 ) et a fait de l'aide sa profession Very Happy

Dans mon boulot actuel, être hyper-perceptive (ou juste ouverte aux perceptions infimes) m'aide un petit peu, parce que je bosse avec des jeunes en difficulté. Mais ils ont tellement l'habitude de se la jouer "gros durs" que leurs expressions (corporelles, visage, voix) s'en trouvent changées. Mais la plupart du temps je vise juste, faut juste attendre une confirmation qui tarde à venir ^^

Lyanah
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 470
Date d'inscription : 12/11/2014
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Hyperperceptivité" dans vos relations interpersonnelles, ça vous parle?

Message par ou-est-la-question le Mar 3 Nov 2015 - 18:37

bonsoir Lyanah

ce ne doit pas être facile de bosser avec des jeunes qui donnent tels message de part leur gestuelle mais qui pensent à l'opposé de leurs manifestations corporelles
mais je trouve que tu t'en sors bien , tu ne trouves pas que "ça se sent" ce genre de décalage ?

le pire que j'ai eu comme hyperperceptivité et qui a duré des années c'est sur le net
je "lisais aussi entre les lignes ", j'appelle ça "l'inter-dit"
en somme dans ce qui n'était pas écrit pas signifié
alors là j'ai aussi fermé car c'est épuisant
si je me connectais pour me détendre j'étais envahie par ce que je ressentais devant le moindre écrit banal

encore une anecdote marrante
une nana se met à me parler en chat (avec écriture , grammaire et orthographe parfaits)
sur un sujet que j'avais soulevé
et je lui ai balancé en pleine conversation "mais tu es un homme !"
et alors là patatras il s'est écroulé en me disant que son rêve aurait été d'être femme et qu'il avait toujours pris des pseudos féminins
"comment as-tu su ? cela fait des années que je suis sur la toile et personne ne m'a jamais repéré"
je n'allais pas lui balancer que je lisais dans l'inter-dit !
je crois que c'est depuis ce temps là que j'ai fermé ma perception aux mots pas écrits parmi ceux écrits






ou-est-la-question
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1494
Date d'inscription : 27/07/2012
Age : 59

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Hyperperceptivité" dans vos relations interpersonnelles, ça vous parle?

Message par Invité le Mar 3 Nov 2015 - 20:09

wow lire dans les âmes

une femme m'a impressionnée , maud kirsten une vraie voyante qui ne contrôle pas son don

https://fr.wikipedia.org/wiki/Maud_Kristen

je ne sais pas lire mais parfois je sens confusément certaines choses, je sais par exemple quand une femme est enceinte alors qu'elle ne l'a dit à personne, je sens quelque chose de modifié, de comment dire, exubérant sans cause apparente

j'aimerais un jour croiser une voyante vraie comme maud kristen en espérant qu'elle m'en dise plus sur ma place dans le tout

mais cela fait un peu peur car on doit accepter ses parts belles et ses parts moins belles de la même manière , la vraie voyante voit tout

mais quand on est en paix avec ce que l'on est , bon et mauvais côté c'est bien aussi

mais est ce que ce qui est "hyperperçu" est l'âme ? je n'en suis pas certain , sans doute plus ce qu'est la personne au moment où on la croise avec ses certitudes, ses doutes, ses peurs, ses joies etc






Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Hyperperceptivité" dans vos relations interpersonnelles, ça vous parle?

Message par Blossac le Mar 3 Nov 2015 - 20:16

Sujet intéressant. Je pense que l'hyperperceptivité dont vous parlez est certainement un problème quand on arrive pas à la maitriser en société.
Les gens aiment que l'on parle d'eux, c'est sûr, mais ils aiment aussi garder le contrôle sur ce qui est perçu.
Un peu comme le mytho qui cadre tout autour de lui pour être sûr que sa "vérité" soit bien celle qu'il ai choisit.
Ainsi, je pense que beaucoup de gens, à défaut d'être mythos, ne veulent pas tout dévoiler et le masque sociétal qu'ils se sont construit a une grande valeur à leur yeux.
Le faire tomber en un rien de temps est alors un faux pas.
Mieux vaut ne rien dire sauf si on y est invité.
En tout cas, c'est ce que je fais et cela me préserve de bien des désagréments!

On m'a reproché par le passé d'être "intrusif" et cela m'a servi de leçon.
Et puis, il y a une certaine jouissance à faire croire à sa crédulité. Ce qu'on a découvert devient son "petit secret".

Blossac
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 639
Date d'inscription : 09/11/2014
Age : 39
Localisation : Rennes

Revenir en haut Aller en bas

l'hyperperceptivité...

Message par phvdb le Mer 4 Nov 2015 - 2:35

Salut sympathique Gorgone,

L'hyper sensibilité des sens est une des caractéristiques des gens construits comme toi. C'est un lot d'options fines dont tu es équipée. Cadeau ou boulet, ça se discute. Pour ma part, je pense que les gens "normaux" sont équipés de sens médiocres ou rudimentaires, mais parfaitement suffisants pour nager dans le bonheur...ou son illusion.

Pour l'exemple, j'avais un collègue qui s'est presque ruiné pour acquérir du matériel musical haut de gamme et des enceintes à 40'000 euros. Passionné de musique mais incapable de différencier Vivaldi d'une meule à disque sans que ça le perturbe le moins du monde.

Tu es entourée de personnes dont les cinq sens assurent le minimum légal. Pour certains une balle dans la tête est un risque peu dommageable, mais ils sont peu nombreux et dans le même pourcentage sont les surdoués dont tout les sens fonctionnent à merveille et rapportent fidèlement leur perception à un cerveau en mesure de les traiter finement. C'est peut-être ton cas et c'est déroutant pour toi aujourd'hui mais sans doute aussi pour tes parents, dans ton enfance, car aucun mode d'emploi n'est livré à la naissance qui dit que tous les enfants n'ont pas les mêmes niveaux de finition et de fonctionnement.

J'ai remarqué que les gens ordinaires sont "physiques". Ils sont matérialistes et écoutent de la musique qui remue leurs tripes. Ils ne sont pas animés de concepts personnels élaborés mais obéissent à des lignes de code simples qui leurs sont inculquées dès l'enfance et qu'ils sont incapables de changer ou faire évoluer ou alors par accident ce qui peut leur être fatal. Ils jugent l'autre par analogie et tout ce qui diffère de leur programmation est considéré avec méfiance. Simple réflexe animal.

Enfant j'ai vécu ce que tu vis. Je "sentais" les gens jusqu'au malaise ce qui me permettait de trier ceux que je jugeaient bons ou mauvais pour moi. Mes collègues d'enfance percevaient ce don et me tenaient à l'écart. Pour ne pas rester définitivement seul j'ai essayé de "tuer" ce don. Il a survécu et est réapparu à l'adolescence. Il a bien grandi depuis et s'est trouvé un pote à sa mesure, le formidable Cynique.

L'hypersensibilité de mes sens m'a valu quelques problèmes mais aussi de grands plaisirs, l'exaltation dans l'univers de certains auteurs classiques, mais pas avec boum-boum évidemment.
Si tes dons indisposent les gens, change l'angle d'approche. Fais comme les normaux, utilise le mimétisme façon caméléon.
Si tu es comme je le crois, tu as dans tes cartons intimes une panoplie d'illusionniste, utilise-la. Si ta nature se refuse les services d'un tel personnage, dis-toi que c'est pour ton bien et pour éviter de blesser ceux qui t'entourent...

Au plaisir de te lire Gorgone.
phv


phvdb
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 30
Date d'inscription : 24/10/2015
Localisation : Suisse

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Hyperperceptivité" dans vos relations interpersonnelles, ça vous parle?

Message par Blossac le Mer 4 Nov 2015 - 6:51


L'hypersensibilité de mes sens m'a valu quelques problèmes mais aussi de grands plaisirs, l'exaltation dans l'univers de certains auteurs classiques, mais pas avec boum-boum évidemment.
phv  

  [/quote]

Cher ami,

Tu aimes le classique et c'est parfait. Je l'apprécie aussi.
Mais je te prierais de ne pas dénigrer la musique électronique que tu qualifies de "Boum Boum".
Tu as fais le choix de te tourner vers le passé. Je vis mon époque voire l'anticipe et écoute de la musique électronique.
Pour apprécier, il faut la comprendre. Et pour la comprendre, il faut des codes bien plus fins que ceux que tu laisses supposer.

Merci.

Blossac
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 639
Date d'inscription : 09/11/2014
Age : 39
Localisation : Rennes

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Hyperperceptivité" dans vos relations interpersonnelles, ça vous parle?

Message par phvdb le Mer 4 Nov 2015 - 10:41

Bonjour Gorgone,
Je ne dénigre rien, n'encense rien et ne porte pas de jugement de valeur, je dis simplement que mon mode de fonctionnement n'est pas réceptif à la musique physique et que je ne choisirais pas Ibiza pour les vacances. Un véhicule à essence n'est en rien moins bien ou mieux qu'un engin diesel il est différent et le carburant de l'un n'est pas adapté à l'autre, pareil chez les humains.
La télécommande de ta voiture identique à des milliers d'autres mais elle ne commande que ta voiture. Pareil pour la musique.
Quand j'entends du boum-boum je fuis, je ne coupe pas le câble.
Bonne journée.
phv

phvdb
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 30
Date d'inscription : 24/10/2015
Localisation : Suisse

Revenir en haut Aller en bas

+1

Message par Hotei le Mer 4 Nov 2015 - 11:33

Oui, en effet, c'est quelque chose que je peu aussi confirmé par mon expérience. Cette "capacité" effraie pas mal les autres, ça leurs fait vraiment peur car ils sont mis "à nue" et on n'a plus l'habitude de ça de nos jours. Puis, d'un coté c'est compréhensible, je rejoins totalement les commentaires suivant sur beaucoup de point que l'on pourrait résumé à : un grand pouvoir implique de grande... Va t'en Peter, tu fais toujours ton intéressant !

Plus sérieusement... c'est une belle différence de perception en effet, comme on à pus le lire, ni tout noir ni tout blanc après tout, car c'est à la fois un handicape et une force, tout dépend de comment on la traite. Personnellement j'ai eu (et est encore) beaucoup de mal avec ça - bien que j'ai pus un peu me coupé d'une trop grande sympathie pour rester uniquement dans l'empathie - certaine chose me blesse encore terriblement malgré tout. Le pire dans l'histoire c'est que plus j'analyse le phénomène, plus je me rend compte que ce ne sont pas les mots, mais l'émotions qu'il y a derrière qui me fracasse... Par exemple, même si une personne me dit une "macagne" (plaisanterie), si derrière il y a ne serai-ce qu'un semblant d'approbation par la source du message, je me sent profondément heurté, ce qui à pour effet de choqué l'autre qui ne perçois pas ses nuance la.
Mais le plus étonnent , comme le dit le messages principal de ce poste, ça reste la capacité de savoir presque "mieux" que l'autre ce qu'il pense ou ressent, et qu'elle jeu il joue. Le soucis reste qu'instinctivement on va être rejetée bien souvent par les "victimes" de ce viole d'intimité...

Hotei
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 15
Date d'inscription : 29/10/2015
Age : 21
Localisation : Corse

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Hyperperceptivité" dans vos relations interpersonnelles, ça vous parle?

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 15:34


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum