"J'y arriverai jamais"

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par ssof le Mar 22 Déc 2015 - 16:04

Merci Augustas, je découvre avec joie votre message....je revenais ici pour vous dire justement que cette entorse d'une heure trente à mes superbes principes éducatifs bien encrés m'a fait un bien fou....

Mes filles ont soudain un intérêt marqué pour m'aider....il m'a suffit de faire ce que disait Augustas il y a moins d'une heure, lâcher un peu prise, me ressourcer ici quoi, et voilà, comme par magie, par astuce en fait, lol, mes filles m'aident et en plus avec plaisir ??????????????? !!!!!!

Une heure trente de détente ont suffit à leur déboucher les oreilles et leur faire comprendre que nous partirons plus vite chez les grands parents lorsqu'elles m'auront aidé à mettre de l'ordre !!!!!!!!!!!

Bon, allez, je vous avoue aussi le secret : elles m'aident lorsqu'elles sont séparées....en cette période bénie de Noël, la joie de se retrouver pour chahuter leur fait perdre tout sens du danger et de l'ordre....

Mais, j'ai plus d'un tour dans mon sac, je vais m'organiser au moins une bonne heure du chahut avec elle pour décompresser moi aussi !!!!!!!!!!!! Rangement fini ou pas !!!!!!!!!!!!!


ssof
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 88
Date d'inscription : 12/12/2015
Localisation : nulle part

Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par ssof le Mar 22 Déc 2015 - 16:06

Bon, mais là, je commence à être franchement hors sujet car j'ai ouvert le post en pensant que c'est son auteur qui disait "j'y arriverai jamais" alors que c'est sa fille, Augustas a raison, j'ai besoin de repos....après l'heure de chahut, je dors !!!!!! Wink))))))))))))

ssof
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 88
Date d'inscription : 12/12/2015
Localisation : nulle part

Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par CD_CD le Dim 27 Déc 2015 - 23:40

ssof a écrit:Lpc, je connais.
(...)
Mais, pour ma part, ce n'est pas toujours efficace, parfois inutile même, puisque dans certains cas il est plus rapide, utile et efficace de me creuser seule les méninges afin de résoudre mes problèmes à l'instant t avec mes enfants y au lieu de m'intéresser à d'autres problèmes à l'instant w avec les enfants v de u.....
(...)
Mais, il y a des moments dans la vie, comme à Noël par exemple, où il faut choisir entre la peste et le choléra, là, j'ai choisi le choléra....


Salut,

Non pas que je milite pour lpc, mais juste une remarque : si tu consultes lpc en mode web, tu peux faire du suivi par discussions (peut-être que c'est possible aussi sur messagerie, mais la mienne n'a pas encore cette option). Donc tu n'es pas obligée de t'intéresser aux déboires des autres avec leurs enfants pour qu'on se penche sur ton problème du moment.

Et puis, bon, c'est pas que cnv (enfin, pour ma part, j'ai jamais appliqué la cnv. Env, oui, cnv, bof bof bof).

Et pour la télé.... ben.... piske t'é sur lpc, je suis celle qui dit régulièrement qu'au moins, la télé n'a pas de puces ni de cornes, contrairement aux chèvres, et qu'on n'y attrape pas non plus de tiques, contrairement aux activités extérieures.

Bonne soirée,

CD_CD
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 587
Date d'inscription : 05/09/2015
Age : 41

Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par Sonatare le Dim 10 Jan 2016 - 23:47

Bonsoir,

Qu'il est bon de lire de tels témoignages de souffrances parentale!
j'ai exactement le même probleme avec ma fille de 5ans, je suis maman solo, désarmée face à son désarroi et sa colere. Je n'ai trouvé de solution miracle ce soir, mais je me sens moins seule . Merci. Beaucoup Smile

Sonatare
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 5
Date d'inscription : 12/07/2015
Age : 29
Localisation : Val de marnes

Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par CD_CD le Lun 11 Jan 2016 - 2:02

fleurdesel a écrit: Mon conjoint trouve épuisant et faux de modifier ses comportements...

Coucou,

Je pense à un truc sur la citation ci-dessus.

C'est épuisant, oui. au moins à court terme.
Par contre, ce n'est pas "faux" : ce n'est ni faux ni vrai : on change de soi, on change de qui on est.

Celui qui se met à utiliser du fil dentaire modifie son comportement (bon, ok, sur ce petit exemple, ce n'est pas épuisant).
Celui qui arrête de fumer change son comportement, et c'est épuisant, et il peut même trouver ça "faux" parce qu'il change l'image qu'il a de lui-même s'il avait associé le fait de fumer à des traits de comportements ("être un vrai mec" par exemple, s'il est de la génération de la pub pour les clopes avec le cowboy et sa clope).
Idem pour d'autres choses.
Celui qui se met à faire le ménage pour ne pas vivre dans une maison crado change son comportement, ça peut être épuisant au début de ne pas mélanger poser ses chaussettes sales sur l'assiette de chips et cacahuètes laissée la veille au pied du lit, c'est un reconditionnement, mais ça n'est pas "faux"... sauf si l'image de "moi, je range pas", "moi, je suis rebelle" ou autre similaire était fortement associée au fait de ne pas ranger (ou pire : "moi, je suis jeune"... comme si les jeunes étaient tous bordéliques... oh, le coup de vieux si on a cette image et qu'on doit se mettre à ranger...).

Bonne soirée.

CD_CD
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 587
Date d'inscription : 05/09/2015
Age : 41

Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par Bitterlings le Lun 11 Jan 2016 - 14:39

Je viens de lire cet article: http://www.redpsy.com/infopsy/confiance.html , qui m'a fait penser à ton post, fleurdesel.


Souvent, les parents empêchent un enfant de commencer à développer sa confiance en voulant le protéger de l'échec ou de la douleur. "Je vais t'aider pour ne pas que tu te blesses" et "Je vais le faire à ta place" peuvent tuer dans l'oeuf les premiers germes de la confiance en soi, même lorsqu'ils sont faits avec amour. Ils sont nuisibles de deux façons:
ils donnent à l'enfant une image de lui-même comme quelqu'un d'incapable et
ils lui font croire qu'il est très grave d'échouer, de se faire mal ou d'avoir de la difficulté à parvenir à son but. Cette deuxième façon est la plus grave, car elle est plus difficile à surmonter par la suite.
Une autre façon dont le milieu familial peut nuire à la confiance en soi, c'est en supportant trop l'enfant. Il y a deux façons principales de le faire:
en approuvant tout sans aucune discrimination et
en encourageant l'enfant de façon à le faire atteindre un plus haut niveau de performance.
Dans le premier cas, l'enfant apprend qu'il n'y a pas de place pour l'échec dans sa vie: il réussit tout sans effort et l'échec est une impossibilité. De cette façon, il ne peut devenir réaliste dans sa vision de lui-même et ne peut développer sa capacité de discriminer entre ses forces et ses faiblesses ou entre les situations qui évoluent favorablement et celles qui se développent mal.

Dans le deuxième cas, c'est la peur de l'échec qui risque de devenir paralysante. L'enfant comprend implicitement que c'est leur propre valeur que ses parents cherchent à établir à travers lui; il sait intuitivement que son échec serait pour eux une blessure intolérable. Il doit réussir à tout prix pour ne pas "détruire le rêve" ses parents. Il peut, en plus, croire qu'il doit exceller pour ne pas perdre l'amour de ses parents.

Bitterlings
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 285
Date d'inscription : 08/08/2012
Age : 45

Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par BouncingPouet le Lun 11 Jan 2016 - 15:30

Bitterling, j'en suis arrivée aux même piste en analysant mon fils ..et el sparents que nous avaons été.
Je tente de changer cela.
On ne lui a pas laissé assez d'autonomie suffisamment tôt, pas le droit d'essayer en se disant que ce n’est pas le moment pour lui d'apprendre ci ou ça, parceque l'échec nous enquiquinait nous, parents en fait (ça fait tomber, ça casse, ça salit, ça prend du temps) ...
On dit qu'on voit toujours mieux la paille ans l'oeil de son voisin, que la poutre dans le sien, mais.... mon mari surtout a eu beaucoup de mal avec ça "il est trop petit" "il va renverser". j'ai du batailler un peu "mais il faut qu'il apprenne, qu'il essaie et qu'il échoue, et c’est pas grave si ça foire... c’est notre responsabilité de parent d'assumer ces ratés avec sérénité et bienveillance"

une entrée de plus dans ma liste infinie de culpabilité...

J'essaie de rattraper le tir autant que possible, mais c’est difficile. Il est effondré à chaque échec, "Je n'y arriverai JAMAIS" "Je n vais jamais guérir" "Je ne veux plus jamais essayer", colère, frustration, déception, appréhension...

Terrible de voir en lui ce qui m'a bouffé à moi toute ma vie...
il a 5 ans, mieux vaut tard que jamais

BouncingPouet
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 320
Date d'inscription : 24/06/2015
Age : 33
Localisation : PACA

Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par ShineFlower le Lun 11 Jan 2016 - 16:07

" il est important que chaque enfant puisse faire ses expériences afin de mûrir et grandir. Ce qui est très mauvais pour l'estime qu'il peut développer de lui meme c'est la surprotection. Que ses parents lui fassent confiance est primordial pour son équilibre.

ShineFlower
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3505
Date d'inscription : 04/07/2013
Age : 57
Localisation : Chez Dieu

Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par Invité le Lun 11 Jan 2016 - 17:48

Gamine, j'étais comme ça. Adulte, je le suis toujours, et c'est très handicapant.

C'est après des discussions assez récentes avec mes parents que j'ai mis le doigt dessus: non, ils n'étaient pas sur-protecteurs, pas plus que super-exigeants. Mais je réussissais (très) bien à l'école, sans effort, et j'ai baigné dans le discours "Tu as toutes les facilités, tu réussiras dans la vie, quoi que tu veuilles faire". Je n'étais (et ne suis toujours pas) diagnostiquée zèbre, juste chanceuse. Dans certains cours, je ramenais systématiquement des notes maximale sans que ça n'émeuve mon père (il ne se fâchait pas si j'avais de moins bonnes notes, mais il s'inquiétait, ce n'était pas un mauvais père, hein). Ma mère, elle était en pâmoison devant mes "capacités intellectuelles"... quoi que je dise, quoi que je fasse, elle débordait d'admiration.

Je crois que j'ai souffert de cette image que mes parents avaient de moi, et du décalage par rapport à mon ressenti propre. Non, je ne me sentais pas prête, pas armée à "réussir". Et pourtant, est-ce que j'avais vraiment le choix? Avec toute la bienveillance du monde, mes parents m'avaient cousu un costume de super-fifille (unique, qui plus est) qui était trop grand pour moi, mais auquel il manquait des trous pour les bras et les jambes. Est-ce que l'échec, le moindre échec, était une option?

Je le porte toujours, ce costume qui se teinte de frustration, déception et auto-dépréciation quand je veux faire quelque chose, mais me rends vite compte que ce ne sera pas "comme je veux" (ce "comme je veux" à la croisée entre les attentes nées de mon perfectionnisme et celles de mes parents).

Je ne dis pas que c'est de la faute de mes parents, pas du tout: c'est probablement moi qui ai mis la barre trop haut, toutes ces années. Mais ils m'ont chacun à leur façon encouragée à le faire, avec toute leur bienveillance de parents.

Fleurdesel, quelles nouvelles pour ta fille, un rdv était prévu début d'année, non?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par fleurdesel le Dim 7 Fév 2016 - 3:10

Je ne me suis pas connectée depuis un bout de temps, ça a bien discuté ici Smile

@CD_CD : je suis bien d'accord mais je n'ai malheureusement pas encore de baguette magique pour transformer mon conjoint même quand ces "logiques" sont fausses. Bon, en ce moment il est en pleine évolution intérieure qui rejaillit très positivement sur notre couple. J'espère que cela affectera aussi positivement notre fille.

@ Bitterlings Sur l'autonomie, je crois que nous avons été plutôt "bons" sur ce point, partant du principe qu'à partir du moment où elle est capable de faire quelque chose, on la laisse faire, sauf si elle nous demande de l'aide. Il a fallu que je me surveille étroitement néanmoins, car mes parents faisaient souvent à ma place et j'ai dû me retenir plus d'une fois ! Et d'autres je n'ai pas réussi évidemment  Razz  mais bon, globalement, je pense que ça va.

Les nouvelles : la psy nous avait fait patienté pour un RV jusqu'en janvier soi-disant pour pouvoir faire un suivi juste après car avant y'aurait une cassure avec Noël et finalement le suivi commencera en mars.  Sad
Cela écrit, notre fille est beaucoup moins dans ce comportement, et en même temps en ce moment elle fait peu de nouvelles choses et beaucoup de choses qu'elle maîtrise et aime.
J'ai été un peu rassurée également en lisant Milêtre sur une partie de cette attitude (reporter le début de quelque chose jusqu'à être prêt).
Egalement sur la base de ce livre, je lui ai parlé un peu plus de la thématique enfant précoce, et j'ai l'impression que cela a eu un impact positif.

Bon courage à tous ceux et celles qui en ont besoin Wink

fleurdesel
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 576
Date d'inscription : 23/06/2011
Age : 37
Localisation : Aquitaine

Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par fleurdesel le Mar 5 Juil 2016 - 1:59

Je mets à jour si d'autres parents sont concernés.

Bon déjà ma fille est testée (et approuvée, ça m'a même fait un choc quand la psy nous a rapporté 2 sous-totaux aux âges réels, je ne m'attendais pas à tant d'écart du coup je perçois mieux une cause de décalage-souffrance potentiel)

Ensuite, je me disais que le papa étant très critique vis-à-vis de la demoiselle, cela pouvait expliquer sa peur d'essayer, mais quand même avec moi à côté, pas à ce point. Et ben voilà, mea culpa. Je suis en train de visionner des conférences sur la psychologie positive qui, ajoutées à mes moults lectures sur le sujet éducatif ont fait tilt.
Les DESCRIPTIONS.
Parce que j'ai bien compris à travers toutes mes lectures qu'il ne faut pas dire "bravo", "t'es un champion", "c'est magnifique", etc et qu'il fallait décrire ce qu'on voyait. Le HIC, c'est que j'ai presque toujours décrit le RESULTAT et non le PROCESSUS. Et le résultat...et bien c'est que ma fille est concentrée sur le résultat et non sur le processus. Donc si elle n'est pas certaine d'arriver au résultat escompté, elle ne se lance pas. Alors que si j'avais mis l'accent sur le processus, c'est le faire, le chemin, le plaisir d'apprendre, qui aurait été valorisé.

Bon, la bonne nouvelle, c'est que ...le processus est réversible...et que j'ai pu comprendre ma part de responsabilité. Donc voilà, désormais, je m'attache à décrire le processus et non le résultat.


Dernière édition par fleurdesel le Mar 5 Juil 2016 - 9:23, édité 1 fois

fleurdesel
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 576
Date d'inscription : 23/06/2011
Age : 37
Localisation : Aquitaine

Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par ssof le Mar 5 Juil 2016 - 5:45

Bonjour fleur de sel,

Merci pour les nouvelles, et je dois dire aussi qu'en te lisant (pardon de te tutoyer, sur les forum parfois je me permets de tutoyer alors qu'on ne se connait pas pour de vrai...) j'ai pu prendre conscience de plusieurs choses qui m'aideront dans mon parcours de maman et enseignante auprès des plus jeunes, et des moins jeunes.

ssof
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 88
Date d'inscription : 12/12/2015
Localisation : nulle part

Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par ssof le Mar 5 Juil 2016 - 5:51

Ah oui, je voulais rebondir sur ton conjoint, j'ai le même problème avec mon mari...nous avons des divergences éducatives, pas facile tout ça...parfois l'humour désamorce les conflits, parfois la discussion (parfois à froid, parfois à chaud, devant les enfants, ou pas...)

Bref, il est fatiguant de trouver toujours des astuces pour que nos enfants ne sentent pas que c'est seulement maman qui mène la barque éducative, ou seulement papa...courage donc.

Ton conjoint aurait dit "c'est faux de modifier ses comportements", si j'ai bien compris, mais, il me semble que par tes lectures tu évites justement ce genre d’écueil non ? Tu ne les modifies pas mais les accompagnent avec bienveillance d'après les messages que tu postes ici non ?

ssof
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 88
Date d'inscription : 12/12/2015
Localisation : nulle part

Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par fleurdesel le Mar 5 Juil 2016 - 9:46

ssof a écrit:Bonjour fleur de sel,

Merci pour les nouvelles, et je dois dire aussi qu'en te lisant (pardon de te tutoyer, sur les forum parfois je me permets de tutoyer alors qu'on ne se connait pas pour de vrai...) j'ai pu prendre conscience de plusieurs choses qui m'aideront dans mon parcours de maman et enseignante auprès des plus jeunes, et des moins jeunes.

Contente que mes erreurs en aident d'autres que moi Wink

ssof a écrit:
Ton conjoint aurait dit "c'est faux de modifier ses comportements", si j'ai bien compris, mais, il me semble que par tes lectures tu évites justement ce genre d’écueil non ? Tu ne les modifies pas mais les accompagnent avec bienveillance d'après les messages que tu postes ici non ?

euh, je ne comprends pas...courte nuit (apparemment pour toi aussi d'ailleurs Smile) pour moi changer de comportement n'est pas quelque chose de faux à partir du moment où c'est choisi et que le nouveau comportement correspond davantage à ce que nous souhaitons être. Je change mes propres comportements, j'invite mon compagnon à changer les siens et parfois ma fille aussi, quand je perçois des conséquences négatives aux comportements en cours.

Effectivement je trouve ça difficile de le voir se comporter comme cela. Je suis admirative des personnes qui vivent sans souffrir de ces différences, comme certaines sur le forum. Je compte m'inscrire à une formation en méditation de pleine conscience pour être moins affectée par ça, car à ce jour, mes solutions sont complétement insatisfaisantes : soit me couper de l'empathie pour mon compagnon, soit me couper de l'empathie pour ma fille. Comme j'ai vu que la méditation permet de conserver l'empathie mais sans souffrir... je mettrai à jour quand ce sera dans mon quotidien pour confirmer ou infirmer.

fleurdesel
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 576
Date d'inscription : 23/06/2011
Age : 37
Localisation : Aquitaine

Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par Alaintuitif le Mar 5 Juil 2016 - 12:50

J'ai lu l'intégralité des échanges sur ce fil et je ne vois pas quoi rajouter à la richesse des réponses.

Certes, je me rappelle mes premières corrections de dictées que je ré-écrivais petit, tout seul dans ma chambre. Dès que je faisais une rature, je croyais que je devais tout recommencer. Donc, j'arrachais la page (parfois presque terminée) et rebelote. Tandis que je m'épuisais physiquement et nerveusement, ma soeur ainée m'a tendrement expliqué que ce n'était pas grave et qu'il fallait tout simplement mettre le mot erroné entre parenthèse. Je crois qu'elle ma sauvé la vie (scolaire) ce jour-là ;o)

Bien-sûr, je retiens les propos de Zébulon :
zebulonlezebre a écrit:"les surdoués ont souvent besoin de beaucoup plus d'affection que la moyenne, les marques d'affection et les encouragements sont à mon avis des choses utiles peu importe qu'elle sache ou non faire certaines choses, il faut lui faire comprendre que vous l'aimez telle qu'elle est, même imparfaite.je ne doute pas que vous aimiez votre fille bien sur, mais tenez compte que ses besoins d'affection sont peut être eux aussi hors normes :-)

Petit conseil anecdotique : J'ai 4 enfants et le petit dernier est zèbre. J'utilise également beaucoup le jeu (les jeux de société en l'occurrence) pour lui faire passer certaines notions (dont la persévérance, la différence, les épreuves successives pour gagner, etc). Ca complète bien le discours parental je trouve.

Enfin, je réagis à ta formation en médiation de pleine conscience car c'est vraiment l'empathie qui a été le plus grand apport dans ma compréhension et l'acceptation des autres. Que ce soit ou non par le biais de cette méthode, on gagne énormément à "comprendre" les choses de l'intérieur. La CNV va effectivement permettre de s'expliquer (et c'est très appréciable) mais la perception intuitive par le biais de l'état méditatif est d'une richesse infinie bien plus large. Je te souhaite vraiment de parvenir à mener des lectures intuitives ou l'équivalent.



Alaintuitif
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 816
Date d'inscription : 24/05/2016
Age : 49
Localisation : Bordeaux Cestas

Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par ssof le Mar 5 Juil 2016 - 21:50

Je viens de relire zébulon et fleur de sel page 1, à l'époque j'ai dévié sur noel, maintenant, je suis plus posée...

Vos propos me touchent trop, j'avais les larmes aux yeux tout à l'heure, j'avais éteint zebras, je voulais méditer...et puis non, après tout, j'ai exactement les mêmes problèmes que vous alors oui, je vais méditer, parce qu'ici c'est un forum, avec ses avantages et ses inconvénients, mais je vais répondre, après tout...

Alors voilà, suivant les moments j'opte pour une des trois attitudes que tu as décrites dans ton message fleur de sel. J'ai trois filles, ce comportement à problème ne se pose que pour mon aînée.

Pourquoi ne pas la faire tester me direz-vous ? Parce que j'ai trois filles justement, que les tests, et les résultats auront forcément des conséquences, et j'aimerais bien savoir à l'avance le ratio positif négatif que ces tests pourraient nous apporter, à tous les cinq, pas simple tout cela.

Pour en revenir à nos moutons :

attitude 1 : discussion houleuse éducative, devant ma fille, résultat : tensions, certes, mais aussi libération, sans peur du tabou
attitude 2 : discussion entre mon mari et moi, seuls, pour revenir sur mes émotions, décrire un peu celles de ma fille, pas simple, assez efficace souvent je trouve
attitude 3 : laisser faire, avantageux parfois, après tout, pourquoi serais-ce seulement moi qui ait raison ?, et puis même si ma fille est sensible, elle n'est pas en sucre, elle apprendra à gérer la vie, si compliquée
attitude 4 : les trois attitudes 1,2 et 3 mélangées, à des temps différents, prise de tête, mais là c'est seulement pour les gros morceaux, les trucs importants, graves

Ma fille aînée a 10 ans, ces divergences éducatives ont eu lieu environ à l'entrée au cp, ce que mon mari appelle le "gout de l'effort", dont ma fille manque tant, d'après lui, relève d'un énorme manque de confiance en elle, d'après moi, il est totalement en désaccord avec moi sur ce sujet....qui a raison, qui a tort ? Un peu de deux je pense...

Mais je n'ai pas hésité, quitte à mettre mon couple en péril, à expliquer à ma fille qu'elle avait le droit d'être différente, d'être en profond désaccord avec moi même ou son père, et surtout surtout qu'elle avait le droit de ressentir ce qu'elle voulait dans sa tête, être très violente envers nous dans sa tête, si elle en avait envie, je lui ai dit que ça ne nous porterai jamais préjudice.

Bonne ou mauvaise idée, je ne sais pas, trop tard, c'est fait...elle semble mieux supporter notre attitude de parent depuis cette grande discussion...cela dit, il s'agit de ma fille à moi, mon mari à moi et de moi même, mes propos n'ont que valeur de témoignage, loin de moi l'idée de les transformer en recette, conseil ou autre.....

ssof
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 88
Date d'inscription : 12/12/2015
Localisation : nulle part

Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 2:11


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum