"J'y arriverai jamais"

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"J'y arriverai jamais"

Message par fleurdesel le Ven 18 Sep 2015 - 8:38

Ma fille, 7 ans désormais, est hyperémotive et perfectionniste. Et malheureusement elle manque de persévérance. Ce qui donne une fillette qui quand elle pense que quelque chose est trop difficile ou qu'elle essaie une fois et qu'elle n'y arrive pas les résultats suivants :
- "ça ne m'intéresse pas"
- "j'y arriverai jamais"

Nous sommes inquiets, car cela concerne beaucoup de choses : elle nous a fait cette crise pour : apprendre à faire du vélo, apprendre à nager, apprendre à lire, découper des petites choses, jouer d'un instrument, faire ses lacets, apprendre une autodictée etc
Certaines choses sont désormais acquises, par la force des choses (les copines qui font toutes du vélo sauf elle, la piscine à l'école...), mais pour tout ce qui n'est pas rendu ainsi "obligatoire" (faire ses lacets par exemple), ça coince. Or je me dis qu'elle risque de se fermer à beaucoup de choses qu'elle aurait adoré si elle n'apprend pas à persévérer dans toutes les choses où il est extremement rare de réussir du premier coup.

Voici ce que nous avons essayé :
- l'écoute : tu as peur ? de quoi tu as peur ? "j'y arriverai jamais"
- dédramatiser l'échec : si tu échoues là, ce n'est pas bien grave, il n'y a pas de conséquence importante. Tu auras essayé et appris un petit peu et au fur et à mesure tu y arriveras comme ça => "j'y arriverai jamais" ou encore Et qu'est-ce qui se passerait si tu n'y arrives pas la prochaine fois ? => mustime
- l'imagination : comment te sentiras-tu quand tu auras réussi ? Tu te rappelles quand tu as réussi à XXX? Qu'est-ce que tu avais ressenti ? => "mais j'y arriverai jamais"
- l'encouragement : tu en es capable, si les autres petits enfants y arrivent, toi aussi tu peux le faire. Regarde, tu disais que faire du vélo était impossible et maintenant tu y arrives très bien. => Déni : elle n'aurait jamais trouvé le vélo difficile
- l'exemplarité : ta maman/ton papa ça nous arrive aussi de ne pas arriver à faire des choses, tiens par exemple pour ça eh bien nous avons dû recommencer X fois etc => "j'y arriverai jamais"
- lui proposer de l'aide :=> "j'y arriverai jamais"
- l'autorité (maintenant tu vas faire ça) : "j'y arriverai jamais" ou s'enfermer dans sa chambre ou déni (ça ne m'interesse pas)

Bref, nous sommes à court d'idées et épuisés par ce comportement. D'autant que j'ai un peu l'impression que ce comportement NOUS concerne. En effet, en grande section de maternelle, elle allait à la piscine et la maîtresse me disait qu'on voyait qu'elle avait peur mais elle prenait sur elle pour dépasser sa peur et faire malgré tout, sauf la fois où j'ai accompagné le groupe à la piscine.

Avez-vous vécu/vivez-vous des choses semblables ? comment cela a évolué ? avez-vous des idées pour sortir de cette boucle ? est-ce que le noeud du problème est vraiment l'échec ou notre relation avec elle ?

fleurdesel
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 576
Date d'inscription : 23/06/2011
Age : 37
Localisation : Aquitaine

Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par Aube le Ven 18 Sep 2015 - 8:48

Vu de loin (donc peut-être erroné et à prendre avec précaution), la réaction systématique et l'exemple assez significatif de la piscine semble avoir un sens. Il semble qu'elle ressente peut-être trop de pression et d'attente de votre part, et donc elle en vienne à éprouver une grande angoisse à l'idée de vous décevoir.

Cela peut être une piste à suivre, dans votre rapport avec elle et dans vos attentes (qu'elles soient explicites ou implicites, votre fille les perçoit).

Aube
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 492
Date d'inscription : 19/08/2015
Age : 38
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par UK09 le Ven 18 Sep 2015 - 9:30

faire ses lacets par exemple
Je ne sais toujours pas faire mes lacets correctement du premier coup, et j'ai 27 ans. On a inventé le velcro et les bottes aussi. Smile No worry.
Tout ça pour dire qu'elle apprendra ces petits choses au fur et à mesure selon son bon vouloir ou ses nécessités. Si vous vous inquiétez, elle le ressent et ça va davantage lui faire peur et la faire se sentir coupable d'être incapable. Depuis que j'ai arrêté de me prendre la tête avec ça, il va mieux, je vais mieux. Mais il est toujours aussi collant lol.
Exemple similaire aux lacets, avec l'écriture:
Exemple similaire: mon fils n'aime pas, je le cite, "faire les lettres" car elles ne sont pas "comme il faut" - c'est-à-dire parfaites - . Mais il veut recevoir des courriers. J'ai demandé à sa maman de lui écrire une lettre; il l'a ouverte, je l'ai lu et nous avons pondu une lettre de réponse pour sa maman: j'ai écrit au stylo les passages chiants (adresses, verbes conjugués etc) et les mots intéressants en capital au crayon à papier pour qu'il repasse dessus. Et ça marche! Il n'est plus en train de faire son traumatisé de l’écriture "moche".

L'encourager, rester avec elle (et pas derrière elle) sont essentiels; ton mari et toi l'avez bien compris. Par contre, au lieu de prendre ses camarades en exemple, j'utilise ses copains et leurs noms en étant spécifique à chaque fois.
Exemples:
S'il refuse de manger ses légumes, je prend son copain Sacha qui a un an de moins mais est aussi grand que lui.
S'il fait son capricieux avec son copain David, je lui dis que s'il fait des bêtises, David sera puni aussi parce qu'il fait pareil.
Etc.
C'est beaucoup plus efficace.

Quelques idées en vrac:
Pourquoi ne pas lui apprendre à faire des nœuds en construisant une échelle de corde/des mobiles/décorations de maison/Noël?
Décorer son vélo avec des rubans/pistolets/boucliers en carton qu'il faut attacher?


Le nœud du problème, c'est l'ensemble expectation/crainte des parents+situation d'échec personnel. J'essaye le plus souvent de dire à mon fils quand il n'arrive pas à quelque chose, que moi aussi, quand j'étais petit, je n'y arrivais pas toujours. Mais, je lui dis, je me suis entrainé.
Du coup, son échec n'est plus un échec personnel; il devient normal d'échouer au début parfois.
Mais c'est jamais gagné.

UK09
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 953
Date d'inscription : 28/07/2013
Age : 28
Localisation : La tête dans les nuages, les yeux dans un décolleté, de jolis yeux ou sur une paire de fesse, les pieds dans mes sandales, les mains sur un livre, du thé dans un thermos, sous un arbre quelque part dans Nantes. Ou entrain de faire l'imbécile avec mon fils.

Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par ishoo le Ven 18 Sep 2015 - 11:33

fleurdesel, l'histoire de ta fille me rappelle quelque chose.
Le jour où un adulte m'a enfin autorisée à avoir des limites et à ne pas arriver à faire quelque chose, voire à ne pas vouloir faire quelque chose - et c'était pas grave, ça ne changeait pas la face du monde et ça ne me rendait pas moins intéressante ni pleine de bonne volonté pour d'autres choses -
ben je me suis sentie vachement soulagée Very Happy

ishoo
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 98
Date d'inscription : 27/02/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par teia le Sam 19 Sep 2015 - 9:29

Bonjour fleur de sel!
Le comportement de ta fille ressemble beaucoup à celui de la mienne (8 ans). Pour exemple, à 3-4 ans, elle déchirait ses dessins car pas assez bien, il a fallu beaucoup de patience pour lui apprendre à rouler à vélo (blocage, crises de larmes aux premiers essais) à 6 ans ses premières sorties en rollers se sont soldées par des crises de larmes.

A mes yeux, deux explications: la première, donnée par la psy, c'est que c'était difficile pour elle d'accepter que pour certaines choses ça aille tout seul (lire, calculer,...) sans efforts et que pour d'autres non. Cela générait une frustration immense et une incompréhension.
La deuxième, le mauvais exemple de sa mère (moi Embarassed ): je suis très perfectionniste et exigeante envers moi-même et les autres. Ca déteignait sur elle. Depuis que j'ai réalisé ça, je fais de gros effort pour lâcher prise plus souvent et pour rire de mes bêtises.

Aujourd'hui, ça va mieux. En fait c'est un cercle vertueux: plus elle fait l'expérience que sa persévérance paie, plus on peut s'appuyer dessus pour l'aider quand elle traverse des périodes de découragement.

Une idée comme ça: pourquoi ne pas inscrire ta fille dans une activité qu'elle aime et qu'elle maitrise relativement mais qui nécessite de travailler pour arriver à un résultat de plus en plus beau/meilleur? Dessin? Danse? Sport d'équipe?


teia
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 50
Date d'inscription : 17/06/2015
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par Eclipse lunaire le Lun 21 Sep 2015 - 21:03

Je suis d'accord aves les messages précédents. Je suis perfectionniste, et j'avais la sensation que mon fils en prenait le chemin. Alors quand il faisait quelque-chose de travers, genre renverser un verre d'eau par maladresse ou un truc du genre, je sortais toujours le "c'est pas grave" de secours et la phrase qui suivait "on va nettoyer" ou "on va réparer" selon le cas...Bref, pas de panique, c'est pas parfait, mais on va trouver une solution...Ce qui fait que mon fils répète souvent "c'est pas grave", même quand c'est moi qui fait une boulette...

Pour les apprentissages difficiles, quand il est découragé ou se compare à l'incomparable (genre les grands qui jouent mieux que lui au foot...), je lui parle de L'ENTRAINEMENT! Je lui explique bien que c'est pas grave s'il n'y arrive pas maintenant, que c'est normal que des plus grands ne sont pas au même niveau que lui, qu'on peut tous faire des progrès, que certaines choses arrivent naturellement à force d'entrainement, et bien sûr on peut citer tous les sportifs qui l'intéressent comme exemple. Alors parfois, il est juste fier de s'entrainer!

Eclipse lunaire
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 264
Date d'inscription : 23/01/2014
Localisation : Dans les étoiles

http://www.zebrascrossing.net/t14668-eclipse-lunaire-le-23-janvi

Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par Math le Mar 22 Sep 2015 - 8:12

Ta fille est jeune, elle a le temps de grandir, je pense qu'il faut lâcher prise et ne pas s'inquiéter si jeune de sa capacité à produire de l'effort.
Je me suis beaucoup inquiétée pour mon premier, moins pour ma 2éme et plus du tout pour ma dernière.
Mon fils, précoce, avait du mal avec ce qui demandait de l'effort, il abandonnait vite. J'ai décidé de ne plus juger son comportement et de le laisser tranquille. Pour les activités qui le passionne vraiment, je te promets qu'il est capable de s'entrainer des heures. Il a été nul en anglais pendant très longtemps (c'était nul et il n'y arriverai jamais) mais à 14 ans il a eu besoin de l'anglais car tout ce qu'il trouvait intéressant à lire ou écouter était en anglais. Il a bientôt 16 ans et il est non seulement capable d'écouter n'importe qu'elle document/film en anglais mais il peut le lire et le traduire.

Si la situation t'inquiète, je pense que la meilleur solution est de lui montrer où elle progresse. L'entrainement c'est abstrait, le fait que vous adultes vous ayez progressé c'est aussi abstrait.
Si tu vois qu'elle fait un progrès: elle dessine mieux ses "L", elle se met debout sur son vélo, elle range sa chambre plus vite...je ne la connais pas donc je ne sais pas quoi te donner comme exemple tu lui dis:
"et bien ça c'est du progrès, avant lorsqu'on allait à l'école en vélo tu t'arrêtais 5 fois et maintenant que 3"
Ce sont dans les livres faber&Maslisch que j'ai lu ça. tu ne dis pas "tu as progressé" mais tu emploies bien le mot commun pour que l'enfant ne sente aucune connotation de jugement.
Moi je l'ai fait avec mon fils qui oubliait toujours son traitement pour l'asthme et était toujours lent...Un jour il ne sortait pas du collège le dernier (mais dans les derniers quand même) et je lui ai dit "ça c'est de la rapidité", il a suffit que plusieurs fois je note les moments où il était rapide (au lieu de souligner ses retards) et il n'a plus jamais été considéré comme lent. Pareil pour ses médicaments, une fois où il les prenait seul (et je les avais mis sur la table de la cuisine pour qu'il tombe dessus', je lui ai dit "et bien ça c'est de l'autonomie". Nous mettons tout petit nos enfants dans des cases "le réveur", "le lent", "le fainéant", "celui qui mord", "le bagarreur" et nous sommes surpris que nos enfants soient comme cela alors que nous sommes les premiers lorsque nous les présentons à les mettre dans une case: "mon enfant il ne peut pas aller au parc sans tomber"... Nos enfants sont tous dans leur vie, cascadeur, rêveur, lent, rapide, hyperactif...à nous de les sortir des cases que nous l'avons mis. Lorsque je parle des parents je me mets dans le lot, même si j'essaye de me défaire de cela.
Et pour ta fille lorsqu'elle dit "je n'y arriverai jamais", répond juste "tu penses que tu n'y arrivera jamais?" Parfois en faisant de l'écoute active on est surpris des réponses de nos enfants. Ils n'attendent pas à ce que tu leur trouves la solution miracle, juste que tu l'écoutes dans son angoisse.

Math
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 397
Date d'inscription : 21/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par CD_CD le Dim 1 Nov 2015 - 4:35

fleurdesel a écrit:Ma fille, 7 ans désormais, est hyperémotive et perfectionniste. Et malheureusement elle manque de persévérance. Ce qui donne une fillette qui quand elle pense que quelque chose est trop difficile ou qu'elle essaie une fois et qu'elle n'y arrive pas les résultats suivants :
- "ça ne m'intéresse pas"
- "j'y arriverai jamais"

Nous sommes inquiets, car cela concerne beaucoup de choses : elle nous a fait cette crise pour : apprendre à faire du vélo, apprendre à nager, apprendre à lire, découper des petites choses, jouer d'un instrument, faire ses lacets, apprendre une autodictée etc
Certaines choses sont désormais acquises, par la force des choses (les copines qui font toutes du vélo sauf elle, la piscine à l'école...), mais pour tout ce qui n'est pas rendu ainsi "obligatoire" (faire ses lacets par exemple), ça coince. Or je me dis qu'elle risque de se fermer à beaucoup de choses qu'elle aurait adoré si elle n'apprend pas à persévérer dans toutes les choses où il est extremement rare de réussir du premier coup.

Voici ce que nous avons essayé :
- l'écoute : tu as peur ? de quoi tu as peur ? "j'y arriverai jamais"
- dédramatiser l'échec : si tu échoues là, ce n'est pas bien grave, il n'y a pas de conséquence importante. Tu auras essayé et appris un petit peu et au fur et à mesure tu y arriveras comme ça => "j'y arriverai jamais" ou encore Et qu'est-ce qui se passerait si tu n'y arrives pas la prochaine fois ? => mustime
- l'imagination : comment te sentiras-tu quand tu auras réussi ? Tu te rappelles quand tu as réussi à XXX? Qu'est-ce que tu avais ressenti ? => "mais j'y arriverai jamais"
- l'encouragement : tu en es capable, si les autres petits enfants y arrivent, toi aussi tu peux le faire. Regarde, tu disais que faire du vélo était impossible et maintenant tu y arrives très bien. => Déni : elle n'aurait jamais trouvé le vélo difficile
- l'exemplarité : ta maman/ton papa ça nous arrive aussi de ne pas arriver à faire des choses, tiens par exemple pour ça eh bien nous avons dû recommencer X fois etc => "j'y arriverai jamais"
- lui proposer de l'aide :=> "j'y arriverai jamais"
- l'autorité (maintenant tu vas faire ça) : "j'y arriverai jamais" ou s'enfermer dans sa chambre ou déni (ça ne m'interesse pas)

Bref, nous sommes à court d'idées et épuisés par ce comportement. D'autant que j'ai un peu l'impression que ce comportement NOUS concerne. En effet, en grande section de maternelle, elle allait à la piscine et la maîtresse me disait qu'on voyait qu'elle avait peur mais elle prenait sur elle pour dépasser sa peur et faire malgré tout, sauf la fois où j'ai accompagné le groupe à la piscine.

Avez-vous vécu/vivez-vous des choses semblables ? comment cela a évolué ? avez-vous des idées pour sortir de cette boucle ? est-ce que le noeud du problème est vraiment l'échec ou notre relation avec elle ?

Mais d'un autre côté, cela ne concerne pas plein d'autres choses, non ?

(et soit dit en passant que, chez nous, apprendre à ne pas couler à la piscine si on tombe dans l'eau est une obligation familiale, tandis que faire du vélo, bah, c'est pas franchement vital).

Et dans la liste de ce qu'on fait chez nous, y'a aussi :
- tu préfères le faire plus tard ? (parce qu'après tout, c'est pas forcément essentiel de le faire tout de suite)
- "ça ne m'intéresse pas" - "ah, bon, tu es sûre ?"

Et, remarque générale : quand nous, les adultes, on se force à faire quelque chose apprendre et réapprendre, on le fait au moment où on se sent prêt (enfin, j'espère pour tout le monde), pas au moment où quelqu'un nous dit que c'est maintenant qu'on doit être prêt.

CD_CD
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 587
Date d'inscription : 05/09/2015
Age : 41

Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par fleurdesel le Dim 1 Nov 2015 - 15:48

Merci de vos réponses. Je lis que cela arrive à d'autres, ce qui est un peu rassurant quand les parents autour de nous ne rencontrent pas cette problématique avec leurs enfants.
Aujourd'hui elle fait toujours des crises, mais pas pour les mêmes raisons... J'ai un peu l'impression de tourner en rond du coup. On s'est donc décidé à passer par l'aide d'une psychologue et à faire un test de QI si elle pense que cela pourra aider notre fille. RV dans 2 mois, j'espère que nous tiendrons le coup d'ici là, parce que j'ai beau être convaincue par la CNV, l'ENV etc, je me sens épuisée et j'ai peur d'en arriver à recourir à des méthodes que je n'approuve pas.

fleurdesel
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 576
Date d'inscription : 23/06/2011
Age : 37
Localisation : Aquitaine

Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par CD_CD le Dim 1 Nov 2015 - 20:15

Chez nous, comme option, on a aussi :

- montrer quand moi, je n'arrive pas à faire ce que je veux. i.e. l'exprimer au lieu de me renfrogner et me concentrer, être plus expressive "bon, j'ai essayé comme ça, faut que j'essaye autrement, ça fait quand même six fois que j'essaye, c'est long !"
- poser le principe "ok, râles, mais moins fort". (mais en fait, j'ai l'impression que vous, vous avez envie qu'elle réussisse, alors que moi, j'ai juste envie d'une vie peinarde en me disant qu'ils vont bien finir par réussir ce qu'ils ont envie de faire, d'une façon ou d'une autre (et pour l'instant, ça s'est toujours vérifié). Donc moi, c'est pas tant qu'un de mes enfants n'arrive pas à faire un truc qui me gêne, mais qu'il me casse les pieds avec le fait qu'il n'y arrive pas, ou bien, pour le petit qui a à peu près l'âge de ta fille, qu'il s'énerve bruyamment parce qu'il n'y arrive pas (ou violemment "je vais taper l'ordi", "je vais jeter ce crayon stupide", "je vais casser ce vélo débile", etc. ma réponse étant "certainement pas ! je l'ai payé xxx euros !" qui, chez nous, ouvre la porte à la discussion "mammmaaannnn, mais j'arrriiiivvve pas" (et ici, si je suis d'humeur, je leur fais ce qu'ils n'arrivent pas à faire, soit vite fait, soit doucement pour qu'ils voient les gestes (ils sont en ief, mais après tout, ma mère me faisait mes cartes de géographie en sixième et personne ne s'en est plaint)))

CD_CD
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 587
Date d'inscription : 05/09/2015
Age : 41

Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par fleurdesel le Dim 1 Nov 2015 - 22:05

pas envie qu'elle réussisse en soi, juste l'envie de l'outiller, de lui éviter un écueil que j'ai lu dans de nombreux témoignages sur ce forum notamment et de son papa aussi, de personnes qui un jour confronté au besoin de travailler ne savaient pas comment faire faute de l'avoir jamais fait, de personnes qui ne savaient pas perseverer jusqu'à réussir car jusqu'à tel moment plutôt tardif dans leur vie ils comprenaient tout facilement etc.

fleurdesel
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 576
Date d'inscription : 23/06/2011
Age : 37
Localisation : Aquitaine

Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par oyans le Dim 1 Nov 2015 - 22:36

fleurdesel a écrit:Ma fille, 7 ans désormais, est hyperémotive et perfectionniste. Et malheureusement elle manque de persévérance. Ce qui donne une fillette qui quand elle pense que quelque chose est trop difficile ou qu'elle essaie une fois et qu'elle n'y arrive pas les résultats suivants :
- "ça ne m'intéresse pas"
- "j'y arriverai jamais"

Nous sommes inquiets, car cela concerne beaucoup de choses : elle nous a fait cette crise pour : apprendre à faire du vélo, apprendre à nager, apprendre à lire, découper des petites choses, jouer d'un instrument, faire ses lacets, apprendre une autodictée etc
Certaines choses sont désormais acquises, par la force des choses (les copines qui font toutes du vélo sauf elle, la piscine à l'école...), mais pour tout ce qui n'est pas rendu ainsi "obligatoire" (faire ses lacets par exemple), ça coince. Or je me dis qu'elle risque de se fermer à beaucoup de choses qu'elle aurait adoré si elle n'apprend pas à persévérer dans toutes les choses où il est extremement rare de réussir du premier coup.

Voici ce que nous avons essayé :
- l'écoute : tu as peur ? de quoi tu as peur ? "j'y arriverai jamais"
- dédramatiser l'échec : si tu échoues là, ce n'est pas bien grave, il n'y a pas de conséquence importante. Tu auras essayé et appris un petit peu et au fur et à mesure tu y arriveras comme ça => "j'y arriverai jamais" ou encore Et qu'est-ce qui se passerait si tu n'y arrives pas la prochaine fois ? => mustime
- l'imagination : comment te sentiras-tu quand tu auras réussi ? Tu te rappelles quand tu as réussi à XXX? Qu'est-ce que tu avais ressenti ? => "mais j'y arriverai jamais"
- l'encouragement : tu en es capable, si les autres petits enfants y arrivent, toi aussi tu peux le faire. Regarde, tu disais que faire du vélo était impossible et maintenant tu y arrives très bien. => Déni : elle n'aurait jamais trouvé le vélo difficile
- l'exemplarité : ta maman/ton papa ça nous arrive aussi de ne pas arriver à faire des choses, tiens par exemple pour ça eh bien nous avons dû recommencer X fois etc => "j'y arriverai jamais"
- lui proposer de l'aide :=> "j'y arriverai jamais"
- l'autorité (maintenant tu vas faire ça) : "j'y arriverai jamais" ou s'enfermer dans sa chambre ou déni (ça ne m'interesse pas)

Bref, nous sommes à court d'idées et épuisés par ce comportement. D'autant que j'ai un peu l'impression que ce comportement NOUS concerne. En effet, en grande section de maternelle, elle allait à la piscine et la maîtresse me disait qu'on voyait qu'elle avait peur mais elle prenait sur elle pour dépasser sa peur et faire malgré tout, sauf la fois où j'ai accompagné le groupe à la piscine.

Avez-vous vécu/vivez-vous des choses semblables ? comment cela a évolué ? avez-vous des idées pour sortir de cette boucle ? est-ce que le noeud du problème est vraiment l'échec ou notre relation avec elle ?
Et bien, peut-être faut-il attendre qu'elle éclose au monde tout simplement, lorsqu'on force on obtient rien, si cela ne vient pas d'elle rien ne se fera d'emblée, il faut apprendre à aimer pour se construire et enfin accéder à ce quoi on est fait dans la vie.
oui j'étais un peu comme ça et je le suis toujours, d'ailleurs...
l'échec est normal, nombre de gens plus qu'intelligents on connu l'échec: Proust, Nietzsche, van gogh,Rembrandt (pour des raisons mondaines entraînant pauvreté et la mort de son épouse bien qu'il se soit remarié après), Pollock, pour ne parler que de personnes avérées, ce qui fait la différence je pense, c'est la détermination, pour ces cas Hugo dit en gros y a des prédestinées, trois genres ceux qui essayent et abandonnent, ceux qu'on fait chuter et ceux qui iront jusqu'au bout et peu importe... à l'évidence le but là n'est pas aussi hors-cadre,
Dans la vie c'est pareil donc, mais le petit truc qui pousse vers... et bien on ne peut savoir ce qui l'enclenche; la recherche d'une satiété spirituelle, un désir, une cupidité, une lumière, une rencontre ou faire le point sur sa vie et se jeter à corps perdu dans l'entreprise qu'on a choisit? fondamentalement, c'est surtout dégoter un sens à la vie, qui germera à un moment ou à un autre, lorsque, je ne sais plus si c'est louise ou zelle qui me l'avait fait remarquer à un moment où j'étais perdu; le vide en soi trop longtemps, ce n'est pas bon et c'est absolument vrai. il faut peut-être attendre que l'emprise du vide fasse son effet et je suppose que là, on choisit la bonne branche à laquelle se raccrocher ou s'épanouir.

oyans
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1641
Date d'inscription : 13/04/2014
Age : 42

Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par CD_CD le Lun 2 Nov 2015 - 1:02

fleurdesel a écrit:pas envie qu'elle réussisse en soi, juste l'envie de l'outiller, de lui éviter un écueil que j'ai lu dans de nombreux témoignages sur ce forum notamment et de son papa aussi, de personnes qui un jour confronté au besoin de travailler ne savaient pas comment faire faute de l'avoir jamais fait, de personnes qui ne savaient pas perseverer jusqu'à réussir car jusqu'à tel moment plutôt tardif dans leur vie ils comprenaient tout facilement etc.

Et tu crois pas que lui en parler, simplement, vers 9 ou dix ans, ça ne suffira pas ?
(Je dis pas que je sais ce qu'il en est, je pose une question. En tout cas, avec mon fiston, il suffit de lui évoquer les choses du type "tu sais, je suis sur un forum de ceci cela, et ils disent ceci cela, et en fait, il y a plein de gens qui ceci cela (ont du mal parce qu'ils n'ont pas appris quand persévérer, quand remettre les choses à plus tard et quand abandonner)............. Bon, ça y est, je suis partie dans la nuance : parce qu'en fait, choisir à la place des autres en quoi il faut persévérer, j'ai du mal, je ne trouve pas qu'on soit dans une position de savoir ce qui est bon pour les autres (la seule chose pour laquelle j'ennuie mes gamins, ce sont les tâches ménagères (participation obligatoire à la vie de la maison, modalités négociables) et l'hygiène (quand tu payeras, tu feras ce que tu veux avec tes dents. Pour l'instant, c'est moi qui paye le dentiste).... Bref, ce que je veux dire, c'est qu'en fait, il n'est pas bon de persévérer dans tout, et que, forcément, tout le monde laisse des choses de côté : tu as fait du latin ? Tu le parles encore ? De la barre asymétrique en sport ? Pourquoi tu n'as pas persévéré ? Du volley, de l'histoire-géo, des sciences, etc. etc. Pourquoi tu n'as pas persévéré dans tout, absolument tout ? C'est à nous ou aux enfants de faire les choix ? Faire du vélo, c'est si essentiel ? (En fait, c'est complètement essentiel si on vit dans un environnement peu tolérant, normatif et jugeant (comme ce que connaissent à peu près tous les gamins, sauf chance d'avoir des instits super ouverts), parce que, bon, si on fait du vélo en groupe et qu'un ne sait pas faire de vélo, forcément, à un moment donné, il va avoir envie d'apprendre (et puis, il y a les draisiennes, c'est pratique aussi, et on peut aller carrément vite avec (mais bon, on n'est pas franchement dans un pays où la palette de deux-roues est étendue, mais les grandes draisiennes, ça existe, et les vélos funs aussi (par exemple les vélos du parc d'attractions d'à côté où on est assis, un genre de vélo couché fantaisie et tricycle. Ca enlève le côté équilibre pour se concentrer sur le pédalage), bref... et il y a les transports groupés d'enfants (perso, j'ai un xtracycle, c'est pas mal)), bref, pour en revenir au sujet, je serais bien en peine d'expliquer plus que "y'en a qui ne savent pas persévérer" à mon fiston parce que je n'ai pas de méthode pour persévérer. Ca m'arrive de m'attaquer à un truc pendant très très très longtemps (deux jours), ça arrive peut-être aussi à ta petiote (mon fiston, j'avais pas vu, il a regardé chaque jour le chantier d'en face pour en faire un bilan à la fin), et sur d'autres choses, les gens trouvent ma méthode complètement délirante parce que je fais comme "le tour", une espèce de spirale autour du sujet, pour se rapprocher de plus en plus de la "solution" ou du "savoir", n'empêche que ça prend un paquet de temps (enfin, plus qu'eux qui sont allés en ligne droite et n'ont vu qu'une partie du chemin, mais qui sait, ta petiot, sur les lacets, elle saura peut-être des choses sur le tissage, les embouts plastiques, les œillets de chaussures, le matériau de sa chaussure, les autres usages d'un lacet, etc. etc. avant de savoir comment on fait ses lacets. Enfin, bref, comme d'autres t'ont dit : y'a les scratch.
Perso, c'est vrai que j'ai du mal à m'imaginer une vie sans usage des nœuds en tout genre (je sais faire un nœud de chaise dans le dos ou reconnaître un nœud les yeux fermés, et je trouve ça carrément pratique pour toute la vie quotidienne). Longtemps, je ne me suis même pas imaginé qu'il existait des gens qui ne savaient pas planter un clou, monter un meuble, fabriquer un meuble, etc., mais en fait, si, et même des gens qui ont de très bons boulots et une vie apparemment bien belle (en tout cas, plus zen que la mienne, semble-t-il). Donc même si je suis fortement perplexe sur le fait que l'un de mes enfants sache mieux utiliser le petit tournevis pour ordinateur que faire ses lacets (qu'il laisse encore ouvert), je suppose, en espérant pas trop me planter, qu'il se débrouillera à sa façon dans la vie.
Et du vélo, eh bien, ils ont appris à en faire. Résultats.... ils prennent le bus !!

CD_CD
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 587
Date d'inscription : 05/09/2015
Age : 41

Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par CD_CD le Lun 2 Nov 2015 - 1:07

P.S. : et par exemple, dernièrement, j'ai acheté un meuble d'occas' chez Emmaüs et j'ai entrepris de le repeindre. Et bon, j'ai fait tout le dessus (c'était ce que je voulais vraiment faire), et puis tant que j'étais partie, j'ai aussi fait une partie du devant, et puis je me suis arrêtée en route.
Je suis sûre qu'il y a des gens qui considéreraient que je n'aurais pas persévéré ou mené la tâche à bien, mais en fait, ça gêne qui que le meuble ne soit qu'à moitié peint ? En tout cas, pas moi.

CD_CD
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 587
Date d'inscription : 05/09/2015
Age : 41

Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par CD_CD le Lun 2 Nov 2015 - 1:11

Réflexions qui m'amènent à un autre truc : une réponse à "je n'y arriverai jamais" est aussi : "peut-être", et "il y a des gens qui n'y arrivent jamais, et ce sont des gens bien quand même". Suit probablement (immédiatement ou des semaines après) : "et comment ils font". Eh bien, le fait est que ces gens se sont trouvés des techniques pour faire ce dont ils ont besoin dans leur vie sans passer par ce qu'ils n'ont pas réussi à apprendre. (et peut-être qu'ils auraient pu l'apprendre, mais ce n'est ennuyeux que s'ils n'ont pas réussi à compenser ou à faire autre chose (j'ai récemment rencontré un gars absolument nul en maths (mais alors, plus que nul !) et qui gagnait deux ou trois fois mon revenu, et se débrouillait très bien dans la vie).

CD_CD
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 587
Date d'inscription : 05/09/2015
Age : 41

Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par Invité le Lun 2 Nov 2015 - 1:49

"Ma fille, 7 ans désormais, est hyperémotive et perfectionniste. Et malheureusement elle manque de persévérance. Ce qui donne une fillette qui quand elle pense que quelque chose est trop difficile ou qu'elle essaie une fois et qu'elle n'y arrive pas les résultats suivants :
- "ça ne m'intéresse pas"
- "j'y arriverai jamais""

les surdoués ont souvent besoin de beaucoup plus d'affection que la moyenne, les marques d'affection et les encouragements sont à mon avis des choses utiles

peu importe qu'elle sache ou non faire certaines choses, il faut lui faire comprendre que vous l'aimez telle qu'elle est , même imparfaite

moi en tout cas c'est ce qui m'a le plus manqué et quand plus grand je reçois , hélas rarement ces marques d'affection et d'encouragements elles ont alors la valeur d'un véritable trésor

je ne doute pas que vous aimiez votre fille bien sur, mais tenez compte que ses besoins d'affection sont peut être eux aussi hors normes :-)


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par fleurdesel le Lun 2 Nov 2015 - 22:26

@zebulon : ça me touche ce que tu écris, car je trouve que mon compagnon est très critique à l'égard de notre fille et lui accorde peu de marques d'affection et de commentaires positifs (les encouragements à faire, ça va). Math parlait de souligner les attitudes positives de l'enfant, et il est très rare qu'il le fasse. Soit il ne s'en aperçoit pas (pour lui c'est "normal"), soit ça lui coûte (parce qu'il est en colère contre elle parce qu'elle n'a pas rangé telle chose, pas fait telle chose, mal fait telle chose, qu'il a dû lui répété X fois telle chose, qu'elle ne l'a pas écouté, etc). Je précise que d'une façon générale, il dit très rarement des choses positives sur les gens (parce que c'est évident, parce qu'il l'a déjà dit une fois il y a 2 ans, parce qu'il a l'impression d'être faux...).

Je pense assez régulièrement à un propos de Filliozat dans lequel elle parlait de la nécessité d'avoir un ratio propos positifs sur propos négatifs >1 et c'est vrai que dans le quotidien de notre fille, il me paraît souvent tendre vers 0 :/ Et là je me sens démunie, je n'ai pas de baguette magique pour changer mon conjoint (nous en parlons souvent ensemble- j'ai même monté un atelier F&B pour qu'il y participe- mais avec très peu de résultats et surtout des résultats sur 2 ou 3 jours seulement- donc beaucoup d'investissement pour moi pour peu d'effets) et je me sens souvent tiraillée entre :

  • intervenir quand il fait une critique négative que je trouve exagérée, mais du coup on se dispute et j'ai peur que notre fille se sente coupable et que notre couple n'y survive pas
  • ne pas intervenir et j'ai peur qu'elle se sente seule et perde son estime de soi
  • en parler après seule avec elle, mais j'ai l'impression de la couper de la relation avec son père

Est-ce que certain(e)s ont vécu/vivent des situations similaires ? Comment faites-vous quand vous avez des différents sur l'éducation des enfants ? Par sur le fond (nous sommes d'accords sur les grands principes) mais sur la forme.
Merci

fleurdesel
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 576
Date d'inscription : 23/06/2011
Age : 37
Localisation : Aquitaine

Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par louise le Lun 2 Nov 2015 - 22:34

Je n'ai pas d enfant mais la base c'est de lui donner confiance comme dans la chanson de Duteil.

louise
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1420
Date d'inscription : 18/10/2014
Age : 60

Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par CD_CD le Lun 2 Nov 2015 - 23:18

En parler seule avec lui ?

(de toute façon, si tu en parles avec ta fille, ce n'est pas toi qui la coupe d'avec son père, c'est son père. Parce que les remarques désobligeantes, c'est lui qui les a faites, donc c'est lui qui a coupé).

CD_CD
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 587
Date d'inscription : 05/09/2015
Age : 41

Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par CD_CD le Lun 2 Nov 2015 - 23:40

Tu as essayé sur lpc ? (la liste de l'asso "la maison de l'enfant" de Gap, de Catherine Dumontheil Kremer, qui a écrit pas mal de trucs, dont "Elever son enfant autrement").

Sinon, peut-être sur une liste F&B, si ça existe. Ou, je ne sais pas, sur le forum Filliozat ou le forum LLL, s'il y a une partie pour grands (a priori, LLL, c'est pas trop ça, le mieux, c'est vraiment lpc, je pense (ou louves, si ça existe encore)).

CD_CD
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 587
Date d'inscription : 05/09/2015
Age : 41

Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par fleurdesel le Mar 3 Nov 2015 - 0:19

c'est quoi lpc et à quoi penses-tu en écrivant "tu as essayé" ?

sinon comme écrit (en tout petit certes) : nous en parlons souvent ensemble- j'ai même monté un atelier F&B pour qu'il y participe, parce qu'il dit que les livres (sur les méthodes éducatives ou le dev perso) lui demandent trop- mais avec très peu de résultats et surtout des résultats sur 2 ou 3 jours seulement. Bref, beaucoup d'investissement pour moi pour peu d'effets.

Pour info dans mes lectures, et dans ma pratique (certainement imparfaite mais bon) : Rosenberg, Filliozat, F&B, discipline positive, Dumontheil Kramer, Thomas Gordon, Lawrence Cohen (la seul approche que j'ai trouvé acceptée par mon conjoint, mais il faut qu'il y pense...), Catherine Gueguen, Korczak... Mon conjoint trouve épuisant et faux de modifier ses comportements...Quand il me voit épuisée ou à bout émotionnellement (ie je ne dors pas la nuit, je pleure), il trouve de l'énergie pour mais ce n'est pas durable Sad

fleurdesel
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 576
Date d'inscription : 23/06/2011
Age : 37
Localisation : Aquitaine

Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par CD_CD le Mar 3 Nov 2015 - 3:00

lpc = liste parents conscients (la liste yahoo de la maison de l'enfant, l'asso de CDK (dumontheil kremer)).

Modifier ses comportements, bien sûr, c'est épuisant.
Faux, non, ça ne l'est pas, mais ça peut le paraître.

Mais, bon, de toute façon, c'est pour son gamin qu'on change, pas pour la lune (ceci n'étant que mon avis, et l'avantage de lpc est qu'on reçoit plusieurs avis différents, et on pioche).

CD_CD
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 587
Date d'inscription : 05/09/2015
Age : 41

Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par Augustas le Dim 8 Nov 2015 - 17:31

Bonjour fleurdesel,

Je suis nouvelle sur ce forum (je ne me suis d'ailleurs pas encore présentée Gêné ) mais j'ai été interpellée par ton message qui me touche beaucoup.

Je peux sans doute faire erreur car bien entendu, je n'ai pas toutes les nuances de la vie de ta fille malgré ton descriptif, mais je pense avoir à peu de choses près, vécu les mêmes difficultés.

Je pense qu'en temps qu'adulte, on a tendance à se poser beaucoup de questions.

Avec toute la bienveillance du monde, on essaye de maintenir une ouverture d'esprit maximale et de chercher des solutions pour répondre aux besoins de nos enfants, à juste titre d'ailleurs mais, cela nous empêche parfois de cerner des choses toutes simples (ça m'arrive souvent).

Vous avez essayé plusieurs stratégie et peut être même celle que je vais évoquer mais comme tu n'en as pas parlé alors je me lance: si vous vous demandiez "De quoi aurions nous besoin si nous avions 7 ans?"

Personnellement, avoir confiance en moi (justement pour finir par être persuadée que je vais y arriver) quand on est zèbre, dans bon nombre de cas, ça fait du bien parce que c'est rare.

Que quelqu'un me donne cette confiance en croyant en moi comme si c'était une évidence. Du style "non je ne vois pas où est le problème, je ne vois pas pourquoi tu n'y arriverais pas" un peu comme "le blond" dans le sketch de Gad El Maleh "Allez pitchounou loulou"  Sois cool !  .

Avoir une sorte de coach personnel (un guide, un manitou, mentor) qui partira du principe que tout est possible.

Quelqu'un de logique et de réfléchi qui dira "Ok, alors les lacets... Tu regardes et tu fais comme moi. On va y arriver ensemble et on va le faire en même temps. Vas y tu prends un lacet dans la main..." Là tu exposes ta méthode et puis "Voilà nickel! Tu y es arrivé! Super! Etape suivante..."

La piscine: Une expérience personnelle, quand j'étais petite, mes parents ne se préoccupaient pas beaucoup de ce que je ressentais ou de mes difficultés, et à ce sujet c'est un oncle qui m'a aidé.

J'avais une peur panique de plonger (j'étais un peu plus grande: 11ans). Et tout le monde s'en fichait ça ne faisais pas partie des priorités de savoir plonger.

Et un jour, mon oncle qui avait donc une piscine me dit "Quoi? Tu ne sais pas plonger? Mais comment ça se fait?" "Bouge pas, tu vas apprendre". Il avait tellement se caractère de "mentor" que j'ai instinctivement perdu toute angoisse et ai suivi ses indications. Il s'est mis dans la piscine, a mis une planche à hauteur du bord et m'a dis "saute!" lol, puis à augmenté la hauteur..." Et je ne me suis plus jamais posé la question de savoir si je pouvais plonger ou non.

Ce que je veux dire, (ça ne fonctionne sans doute pas à tous les coups), c'est que les enfants et même les adultes zèbres se posent tellement de questions, sont tellement perfectionnistes et voient tellement plus loin, que tout devient une potentielle source d'angoisse. Et quand ta fille te dis "je ne vais pas y arriver" peut être que dans sa tête elle pense, "ça demande tellement perfection que ce n'est pas à mon niveau" (parce qu'elle s'imagine peut être sans le savoir qu'il faut savoir faire un planning de Gantt pour faire ses lacets  SOS ).

Et le fait de mettre des choses simple en face, avec une structure cadrée pourrait la rassurée, tant que la personne qu'elle a en face d'elle la comprend, a cerné le problème et ne limite pas sa capacité de réflexion).

Disons que mettre de la simplicité dans la vie d'un zèbre, ça doit avoir vocation à rassurer. Par contre il faut toujours encourager l'expression, la réflexion et chercher à analyser ce qu'ils disent (surtout si ça semble dénué de sens chez les enfants).

Enfin je dis tout ça mais ce n'est qu'une réponse relative à l'interprétation de ta problématique et je suis peut être à coté de la plaque mais on ne sait jamais, cela pourra peut être vous aider.

En règle générale je dirais, essayer de se mettre dans sa tête. Et dieu sait si c'est difficile!! Smile

Bon courage!

Augustas

Augustas
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 27
Date d'inscription : 22/10/2015
Age : 28
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par ssof le Mar 22 Déc 2015 - 14:12

Salut, mon problème est différent mais, puisque je lui là, je ramène ma fraise et donne mon avis....

Lpc, je connais.

Cependant, je n'y vais pas toujours, c'est suivant mon humeur, je suis trop sensible à certaines situations là-bas, il faut savoir que l'intérêt de cette liste de diffusion est de réunir les parents en souffrance et les parents pratiquants la cnv (communication non violente).

C'est intéressant parce que ça permet aux uns de trouver des solutions auprès des autres.

Ca fonctionne bien car, dans cette liste, personne ne doit juger personne...

Mais, pour ma part, ce n'est pas toujours efficace, parfois inutile même, puisque dans certains cas il est plus rapide, utile et efficace de me creuser seule les méninges afin de résoudre mes problèmes à l'instant t avec mes enfants y au lieu de m'intéresser à d'autres problèmes à l'instant w avec les enfants v de u.....

Bref, pour en revenir à nos problèmes de parents, je suis d'accord avec celui ou celle qui disait ici qu'en gros on peut aussi apprendre les lacets par plein de trucs ludiques et détournés....et puis aussi avec celui ou celle qui disait qu'en gros nos enfants on aimeraient bien qu'ils nous laissent un peu plus peinards....

Les miennes, chaque année, à l'approche de Noël, elles ont de la chance d'être encore vivantes parce qu'elles me gonnnnnnnnnnnflennnnnnnnnnnnnnt !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Voilà, c'est dit, j'en ai marre de Noël !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Et puis n'allez pas me dire que c'est pas la faute à Noël !!!!!!!!!!!!!!!!!!

Je viens de décrire la situation à ma mère au tél et elle m'a dit que ma grand mère elle même se plaignait chaque année de l'excitation de Noël car à cette période de l'année les enfants sont particulièrement ch....................

Pardonnez mon manque de retenue, c'est parce que j'ai été obligée de foutre mes trois filles devant la téloche devant le film les 5 légendes pour avoir la paix !!!!!!!!!!!!!! Et je vous garantie que j'aurais aimé trouver une autre solution que la téloche parce que la téloche est vraiment vraiment nocive !!!!!!!!!!!!!!!!

Mais, il y a des moments dans la vie, comme à Noël par exemple, où il faut choisir entre la peste et le choléra, là, j'ai choisi le choléra....

D'ailleurs, au lieu de trainer ici je vais enfin manger...sinon, pour préparer les bagages, elles m'aideront pas et je devrais peut-être les coller devant un autre film pour pouvoir enfin être en état de conduire demain vers 10 heures.... affraid

ssof
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 88
Date d'inscription : 12/12/2015
Localisation : nulle part

Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par Augustas le Mar 22 Déc 2015 - 15:31

Waw! Ne t'inquiète pas pour "le manque de retenue" tu as l'air épuisée! J'espère que ça va s'arranger rapidement et que vous passerez de bonnes fêtes! Reposes toi bien en tout cas si tu peux! Et la télé si ça aide dans les moments un peu rush comme ça c'est pas bien grave

Augustas
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 27
Date d'inscription : 22/10/2015
Age : 28
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'y arriverai jamais"

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 20:15


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum