un train pour la relativité

Page 1 sur 6 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Aller en bas

un train pour la relativité Empty un train pour la relativité

Message par tierri le Jeu 17 Sep 2015 - 22:08

Bonjour,

Le train c'est pour ça : https://fr.wikipedia.org/wiki/Paradoxe_du_train

Je suis d'accord avec le fait qu'il y a une incohérence dans la relativité restreinte, mais pas avec la solution proposée, pour moi ils n'ont pas résolu le paradoxe, ils l'ont seulement déplacé.
En relativité restreinte le temps peut se contracter mais les évènements restent simultanés, ici dans un cas le signal est émis avant l'explosion et dans le second après, alors certes la bombe explose dans tous les cas mais la chronologie des évènements n'est ici pas respectée.

La relativité restreinte nous dit :
Pour l'observateur fixe celui en mouvement semble contracté dans le sens du déplacement.
Tandis que pour l'observateur en mouvement c'est l'espace (et l'observateur fixe) qui se contracte dans le sens du mouvement.

C'est comme si je disais : toi tu es plus petit que moi et moi je suis plus petit que toi.

Des gens très érudits se torturent le cerveau depuis un siècle pour tenter de concilier ça, mais mon avis est que c'est tout simplement impossible.

Que l'espace se contracte pour celui en mouvement est indispensable, c'est le fondement de la relativité avec la contraction du temps, on en a besoin pour garantir c comme vitesse max.
Mais qu'est-ce qui justifie que pour l'observateur fixe celui en déplacement soit contracté ?

tierri

Messages : 123
Date d'inscription : 23/05/2014

Revenir en haut Aller en bas

un train pour la relativité Empty Re: un train pour la relativité

Message par Stauk le Jeu 17 Sep 2015 - 22:45

tierri a écrit:
Que l'espace se contracte pour celui en mouvement est indispensable, c'est le fondement de la relativité avec la contraction du temps, on en a besoin pour garantir c comme vitesse max.
Mais qu'est-ce qui justifie que pour l'observateur fixe celui en déplacement soit contracté ?

scratch

En quoi l'observateur fixe est moins en mouvement par rapport à l'autre, que l'autre par rapport à celui qui est fixe ???? O_o ???

Stauk
Stauk

Messages : 6462
Date d'inscription : 16/01/2015

http://www.staukwood.com/

Revenir en haut Aller en bas

un train pour la relativité Empty Re: un train pour la relativité

Message par tierri le Jeu 17 Sep 2015 - 23:28

Arf, je me faisais une joie de m'attaquer à cette version, mais je ne comprends rien à l'anglais.

La différence Stauk tient dans le fait que le temps propre de l'un semble défiler plus lentement que celui de l'autre.
Donc c'est l'un qui est en mouvement et l'autre à l'arrêt.
Ou si tu veux être plus juste :
La différence dans l'écoulement des temps propres est une mesure de l'écart de vitesse entre les deux, le plus rapide étant celui dont le temps propres semble s'écouler le plus lentement.
A ce stade je ne sais pas quel référentiel il faut considérer mais la relativité c'est ça.

tierri

Messages : 123
Date d'inscription : 23/05/2014

Revenir en haut Aller en bas

un train pour la relativité Empty Re: un train pour la relativité

Message par Stauk le Jeu 17 Sep 2015 - 23:34

tierri a écrit:Arf, je me faisais une joie de m'attaquer à cette version, mais je ne comprends rien à l'anglais.

La différence Stauk tient dans le fait que le temps propre de l'un semble défiler plus lentement que celui de l'autre.
Donc c'est l'un qui est en mouvement et l'autre à l'arrêt.
Ou si tu veux être plus juste :
La différence dans l'écoulement des temps propres est une mesure de l'écart de vitesse entre les deux, le plus rapide étant celui dont le temps propres semble s'écouler le plus lentement.
A ce stade je ne sais pas quel référentiel il faut considérer mais la relativité c'est ça.

Tu fais allusion à l "expérience des jumeaux" ?

Tu prends un des jumeaux sur terre, et envoies l'autre à haute vitesse, puis tu le ramènes, et tu observes un décalage temporel ? Je sais pas si c'est vraiment le cas en relativité restreinte ... (je ne vois pas bien comment ça pourrait être le cas en fait, mais si un spécialiste passe dans le coin ...). Par contre en relativité générale, ça serait peut être cohérent.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Paradoxe_des_jumeaux a écrit:
En physique, le paradoxe des jumeaux ou paradoxe des horloges (Clock paradox), présenté notamment par Paul Langevin au congrès de Bologne en 1911, est un paradoxe issu d'une expérience de pensée qui semble montrer que la relativité restreinte est contradictoire.


D'après le phénomène de dilatation des durées de la relativité restreinte, pour celui qui est resté sur Terre la durée du voyage est plus grande que pour celui qui est parti dans l'espace. Ce dernier rentre donc plus jeune que son jumeau sur Terre. Mais celui qui voyage est en droit de considérer, les lois de la physique restant identiques par changement de référentiel, qu'il est immobile et que c'est son frère et la Terre qui s'éloignent à grande vitesse de lui. Il pourrait donc conclure que c'est son frère, resté sur Terre, qui est plus jeune à la fin du voyage. Ainsi chaque jumeau pense, selon les lois de la relativité restreinte, retrouver l'autre plus jeune que lui. Est-on tombé sur un véritable paradoxe qui, comme Painlevé l'a indiqué à Einstein en 1922, peut mettre en cause la cohérence interne de la théorie de la Relativité ?

La conclusion, admise par l'écrasante majorité des spécialistes, dit que le jumeau voyageur finit plus jeune que celui resté sur terre, et peut être considérée comme due à la dissymétrie entre les jumeaux car le voyageur change de référentiel galiléen pour revenir, alors que l'autre n'en change pas. Des observations, notamment sur les durées de vie (de la création à l’annihilation) de muons, sont considérées comme en accord avec cette conclusion



Au lieu d'un jumeau voyageur qui accélère quatre fois durant son voyage, on considère deux horloges H1 et H2, voyageant à vitesse constante. H1 fait le voyage "aller", et H2 le "retour". Une horloge H est fixe. L'horloge H1 passe au même endroit que H à un certain temps T=0 de l'horloge H, et H1 est synchronisée avec H. H1 intercepte la trajectoire de H2 (qui va en sens inverse) au point de retour du jumeau voyageur. On profite que H1 et H2 soient au même endroit pour synchroniser H2 sur H1. H2 finit par revenir au point de l'horloge H, et on compare les deux horloges à ce moment. Les calculs montrent que la différence de temps entre H et H2 est la même que la différence d'un jumeau voyageur ayant accéléré avec une accélération infinie (pour suivre les même lignes d'univers que H1 et H2, en forme de triangle)


Dernière édition par Stauk le Jeu 17 Sep 2015 - 23:48, édité 1 fois
Stauk
Stauk

Messages : 6462
Date d'inscription : 16/01/2015

http://www.staukwood.com/

Revenir en haut Aller en bas

un train pour la relativité Empty Re: un train pour la relativité

Message par Invité le Jeu 17 Sep 2015 - 23:40

Le paradoxe des jumeaux n'est pas le meme parce qu'il y a accélération de l'un des deux jumeaux (au moins pour le demi tour). Là sans accélération ça marche aussi.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

un train pour la relativité Empty Re: un train pour la relativité

Message par tierri le Jeu 17 Sep 2015 - 23:54

ben non hobb dans le paradoxe des jumeaux c'est justement aussi la vitesse qui génère la contraction du temps, c'est tout l'intérêt de ce paradoxe qui vise le problème du référentiel, les déformations liées à l'accélération ne sont pas pris en compte et sont surement négligeables.
Pour en être convaincu il suffit de rallonger le parcours, une distance plus grande à l'aller et au retour mais les mêmes accélérations, il y aura une différence uniquement due à la vitesse sur les distances en plus.

tierri

Messages : 123
Date d'inscription : 23/05/2014

Revenir en haut Aller en bas

un train pour la relativité Empty Re: un train pour la relativité

Message par Invité le Ven 18 Sep 2015 - 7:53

Ca c'est l'approche RR, la vitesse c'est quelque chose de relatif. Si l'accélération n'intervenait pas la symétrisation de l'exemple induit un décalage nul entre les deux.

En passant par la RG, on voit que la dissymétrie de la situation vient bien du fait que l'un des deux doit subir des accélérations pour pouvoir faire un aller/retour.

Il faut faire les calculs, mais si on va plus loin à la meme vitesse, on met plus de temps, si on met autant de temps c'est que l'accélération est plus forte. Bref, ça se fait avec un papier et un crayon (et encore).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

un train pour la relativité Empty Re: un train pour la relativité

Message par tierri le Ven 18 Sep 2015 - 9:00

hobb a écrit:Ca c'est l'approche RR, la vitesse c'est quelque chose de relatif. Si l'accélération n'intervenait pas la symétrisation de l'exemple induit un décalage nul entre les deux.

En passant par la RG, on voit que la dissymétrie de la situation vient bien du fait que l'un des deux doit subir des accélérations pour pouvoir faire un aller/retour.

Il faut faire les calculs, mais si on va plus loin à la meme vitesse, on met plus de temps, si on met autant de temps c'est que l'accélération est plus forte. Bref, ça se fait avec un papier et un crayon (et encore).

Une vision des choses que j'ai déjà croisé mais à laquelle je n'adhère pas, on n'a pas besoin d'une accélération pour avoir une dissymétrie.
Si on va plus loin à la même vitesse, on met plus de temps, durant ce temps on a avancé en ligne droite sans aucune accélération, si le décalage des horloges est du à l'accélération, il doit rester le même, s'il augmente c'est qu'il est du à la vitesse.
Je t'invite à prendre un papier et un crayon et vérifier par toi-même, mais c'est réglé d'avance.

tierri

Messages : 123
Date d'inscription : 23/05/2014

Revenir en haut Aller en bas

un train pour la relativité Empty Re: un train pour la relativité

Message par Invité le Ven 18 Sep 2015 - 10:00

tierri a écrit:
Une vision des choses que j'ai déjà croisé mais à laquelle je n'adhère pas, on n'a pas besoin d'une accélération pour avoir une dissymétrie.

Pourtant, dans le cas des jumeaux de Langevin, c'est la SEULE différence qui existe entre les 2. La vitesse de l'un par rapport à l'autre étant toujours égale à celle de l'autre par rapport à l'un (logique), la contraction du temps aussi (vu par la RR), la suite coule de source.

tierri a écrit:
Si on va plus loin à la même vitesse, on met plus de temps, durant ce temps on a avancé en ligne droite sans aucune accélération, si le décalage des horloges est du à l'accélération, il doit rester le même, s'il augmente c'est qu'il est du à la vitesse.

Pas que.

tierri a écrit:
Je t'invite à prendre un papier et un crayon et vérifier par toi-même, mais c'est réglé d'avance.

T'en fais pas pour moi. Si pour toi il y a dissymétrie en dehors des accélérations dans le cas des jumeaux de Langevin, je te suggère juste de reprendre la base de la méca du point, ensuite de lire (et comprendre) cette discussion  : http://forums.futura-sciences.com/debats-scientifiques/698272-jumeaux-de-langevin-rr-rg.html . A ce stade meme pas besoin de papier ni crayon...

Oui c'est réglé d'avance : tu te plantes. Si tous ceux qui maîtrisent ces concepts sont d'accord, sachant que pour certains c'est quand meme leur spécialité, tu ne penses pas que le problème pourrait venir de toi ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

un train pour la relativité Empty Re: un train pour la relativité

Message par tierri le Ven 18 Sep 2015 - 10:23

Je suis ton lien et je tombe pile sur un didier qui dit la même chose que moi :

"Il n'est pas utile d'invoquer la RG pour le traitement du "paradoxe", la RR suffit à elle seule. Les accélérations, demi- tour, ect même si cela peut éventuellement illustrer, ne servent en rien au traitement du "problème".
C'est un sujet uniquement géométrique, en considérant une métrique bien appropriée, bien précise.
Ce n'est pas parce que l'on applique un aspect de la RG, que celle-ci est nécéssaire, puisque celui-ci s'applique en RR ( référentiels accélérés sont aussi traités en RR)."

J'avais l'intention d'ouvrir un sujet sur le paradoxe de Langevin, mais je veux bien le traiter ici.
Je vois clairement ici le problème du référentiel, pour moi c'est notre conception de l'espace qui est à revoir si l'on veut résoudre ce paradoxe.

Plaçons-nous dans le vide total et demandons-nous, de nos deux protagonistes, les célèbres A et B, lequel est immobile et lequel est en mouvement.
Cela parait insoluble et c'est pourquoi tant pensent que la situation est réversible.

Mais en fait le problème vient de la notion de vide, si on me dit qu'entre A et B il n'y a que du vide, j'en conclue qu'ils sont au contact, ce que nous appelons vide spatial est pour moi un milieu consistant, matériel, et c'est lui qui sert de référentiel au mouvement, même dans un lieu de l'univers très désert, la compréhension du milieu doit permettre d'affirmer untel est immobile et untel est en mouvement.

tierri

Messages : 123
Date d'inscription : 23/05/2014

Revenir en haut Aller en bas

un train pour la relativité Empty Re: un train pour la relativité

Message par Invité le Ven 18 Sep 2015 - 10:31

tierri a écrit:Je suis ton lien et je tombe pile sur un didier qui dit la même chose que moi :

"Il n'est pas utile d'invoquer la RG pour le traitement du "paradoxe", la RR suffit à elle seule. Les accélérations, demi- tour, ect même si cela peut éventuellement illustrer, ne servent en rien au traitement du "problème".
C'est un sujet uniquement géométrique, en considérant une métrique bien appropriée, bien précise.
Ce n'est pas parce que l'on applique un aspect de la RG, que celle-ci est nécéssaire, puisque celui-ci s'applique en RR ( référentiels accélérés sont aussi traités en RR)."

Hé bien au lieu de faire de la lecture parcellaire, lisons ensemble :
Zefram Cochrane a écrit: Je pense que la RR suffit à elle seule, mais un traitement rigoureux doit faire intervenir les accélérations.
Mickey-l.ange a écrit:A ma connaissance, la situation n'est précisément pas symétrique.
Le voyageur accélère, ralentit, accélère de nouveau, et de nouveau ralentit (voir # 33 de Zefram).
al1brn a écrit:La situation est symétrique en cinématique classique : si B accélère dans le référentiel de A alors A accélère de manière identique dans le référentiel de B.
C'est cette apparente symétrie d'énoncé issue de l'intuition "classique" qui fait naître le sentiment de paradoxe.
Et bien sûr vous avez raison, en RR l'accélération du voyageur constitue une rupture de symétrie de situation.
Amanuensis a écrit: L'intuition classique en cause n'est pas la symétrie de l'accélération (qui est fausse) mais celle du temps absolu.
Amanuensis a écrit: Si quelqu'un ne voit pas la dissymétrie en classique parce qu'il se met des œillères en ne considérant que la cinématique, le paradoxe vient des œillères.
Matmat a écrit:Comme pour tout problème de relativité , on se suffit de la RR quand l'approximation est acceptable .
La RR ne devient suffisante que parce qu'on admet que le jumeau qui reste sur terre est inertiel et qu'on admet que dans son voyage il n'a que des accélérations instantanées , ce qui est impossible mais ce sont des approximations acceptables par rapport à l'ampleur du décalage à l'arrivée ( plusieurs années ) .

Je continue ou vous restez campé sur une citation tronquée ?

tierri a écrit:
J'avais l'intention d'ouvrir un sujet sur le paradoxe de Langevin, mais je veux bien le traiter ici.
Je vois clairement ici le problème du référentiel, pour moi c'est notre conception de l'espace qui est à revoir si l'on veut résoudre ce paradoxe.

Heu non, ce n'est pas un problème de conception de l'espace, c'est un problème de limite des modèles utilisés pour son approche.

tierri a écrit:
Mais en fait le problème vient de la notion de vide, si on me dit qu'entre A et B il n'y a que du vide, j'en conclue qu'ils sont au contact, ce que nous appelons vide spatial est pour moi un milieu consistant, matériel, et c'est lui qui sert de référentiel au mouvement, même dans un lieu de l'univers très désert, la compréhension du milieu doit permettre d'affirmer untel est immobile et untel est en mouvement.

Non, le vide n'a RIEN à voir avec cette histoire. Si vous croyez encore à l'histoire du référentiel absolu et de la théorie de l'ether, pas besoin de discuter beaucoup plus longtemps. Ce n'est pas parce que vous n'arrivez pas à concevoir un fonctionnement (meme s'il est assez particulier comme la relativité) que celui-ci n'existe pas. Et je suis désolé de vous le dire, mais si vous vous imaginez la relativité avec une notion de "vide qui sert de référentiel", c'est que vous n'avez rien compris à la relativité, désolé... La relativité est apparue JUSTEMENT parce qu'on sait que ce n'est pas le cas. Mélanger les deux est juste un formidable non-sens.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

un train pour la relativité Empty Re: un train pour la relativité

Message par Prince Zeta le Ven 18 Sep 2015 - 10:47

Oui, en effet, on peut traiter un référentiel accéléré en RR en le considérant sur des durées infiniment courtes. Mais du coup on se retrouve à devoir suivre une infinité de référentiels. Ce qui nous fait retrouver le formalisme de la RG (du moins la partie purement cinématique).

tierri a écrit:Plaçons-nous dans le vide total et demandons-nous, de nos deux protagonistes, les célèbres A et B, lequel est immobile et lequel est en mouvement.
Cela parait insoluble et c'est pourquoi tant pensent que la situation est réversible.

C'est normal. La définition du mouvement est liée à un référentiel. Indépendamment du fait qu'il existe ou non un référentiel absolu. A est en mouvement dans le référentiel de B, B est en mouvement dans le référentiel de A. Il existe une infinité de référentiels dans lesquels A et B sont tous les 2 en mouvement. Le problème est nécessairement symétrique en tout point, puisque je peux l'appliquer de la même façon à A' = B et B' = A.

tierri a écrit:Mais en fait le problème vient de la notion de vide, si on me dit qu'entre A et B il n'y a que du vide, j'en conclue qu'ils sont au contact,

Quelle est ta définition de contact dans ce cas là ? Ça ne peut pas impliquer une distance nulle. Ou alors c'est la définition même de distance qu'il faut redéfinir... Bref, on ne s'en sort plus.

tierri a écrit:ce que nous appelons vide spatial est pour moi un milieu consistant, matériel, et c'est lui qui sert de référentiel au mouvement, même dans un lieu de l'univers très désert, la compréhension du milieu doit permettre d'affirmer untel est immobile et untel est en mouvement.

Oui, le vide a des propriétés physiques, que l'on voit par exemple via l'effet Casimir, le champ de Higgs...
Mais on ne peut pas parler de "référentiel du vide" pour autant... Notamment parce que si on attribue un référentiel au vide, pourquoi en choisir un plutôt qu'un autre ? Quelle serait la différence entre un référentiel R supposé fixe et un référentiel R' se déplaçant à vitesse constante par rapport à R, si on suppose que les 2 sont "liés au vide" ?
Prince Zeta
Prince Zeta

Messages : 241
Date d'inscription : 22/11/2014
Age : 29
Localisation : Mon outil servant à couper du bois.

http://olivier.iffrig.eu/fr/blog/

Revenir en haut Aller en bas

un train pour la relativité Empty Re: un train pour la relativité

Message par Invité le Ven 18 Sep 2015 - 11:00

Pourquoi un type qui se décide à révolutionner la science dans son garage, s'attaque toujours à la physique et jamais à la biologie ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

un train pour la relativité Empty Re: un train pour la relativité

Message par Invité le Ven 18 Sep 2015 - 11:11

Molina a écrit:Pourquoi un type qui se décide à révolutionner la science dans son garage, s'attaque toujours à la physique et jamais à la biologie ?

Il pourrait commencer à s'attaque à la mécanique, mais c'est pire, on se retrouve avec des moteur à énergie magnétique cyclops

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

un train pour la relativité Empty Re: un train pour la relativité

Message par tierri le Ven 18 Sep 2015 - 11:16

al1brn a écrit:La situation est symétrique en cinématique classique : si B accélère dans le référentiel de A alors A accélère de manière identique dans le référentiel de B.

C'est le point conceptuel sur lequel je me heurte à beaucoup, non cette affirmation ne me convient pas du tout.
Si je te mets dans un avion de chasse tu ressentiras l'accélération et te déplaceras par rapport à moi qui suis au sol, mais quel que soit le référentiel choisi je ne ressentirais pas l'accélération.
L'accélération n'a pas à être prise en compte ici car c'est l'effet de la vitesse qui nous intéresse mais le raisonnement est le même, il faut savoir lequel est en mouvement, la situation n'est pas réversible.

Prince Zeta a écrit:Oui, le vide a des propriétés physiques, que l'on voit par exemple via l'effet Casimir, le champ de Higgs...
Mais on ne peut pas parler de "référentiel du vide" pour autant... Notamment parce que si on attribue un référentiel au vide, pourquoi en choisir un plutôt qu'un autre ? Quelle serait la différence entre un référentiel R supposé fixe et un référentiel R' se déplaçant à vitesse constante par rapport à R, si on suppose que les 2 sont "liés au vide" ?

Un référentiel du vide, c'est ce que je veux oui.
Pourquoi en choisir un plutôt qu'un autre qui serait en mouvement par rapport à celui-ci ? Pour répondre à cette question il faut d'abord comprendre la structure du milieu en question.

tierri

Messages : 123
Date d'inscription : 23/05/2014

Revenir en haut Aller en bas

un train pour la relativité Empty Re: un train pour la relativité

Message par Invité le Ven 18 Sep 2015 - 11:39

tierri a écrit:
C'est le point conceptuel sur lequel je me heurte à beaucoup, non cette affirmation ne me convient pas du tout.

Et donc tout le monde a tort et vous raison. Logique.

tierri a écrit:
L'accélération n'a pas à être prise en compte ici car c'est l'effet de la vitesse qui nous intéresse mais le raisonnement est le même, il faut savoir lequel est en mouvement, la situation n'est pas réversible.

Bon, je ne vais pas donner de cours là dessus (vraiment pas que ça à faire), mais juste des éléments qu'il conviendrai que vous lisiez et que vous compreniez :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Ascenseur_d'Einstein

Je sais pas, c'est quand meme la base... Si la base ne vous satisfait pas, ben tant pis.

tierri a écrit:
Un référentiel du vide, c'est ce que je veux oui.
Pourquoi en choisir un plutôt qu'un autre qui serait en mouvement par rapport à celui-ci ?

N'importe lequel, c'est bien pour régler ce problème d'invariance de la vitesse de la lumière que TOUS les référentiels conviennent (cf la relativité). Et dans ce cas pourquoi le "référentiel du vide" plutot qu'un autre... (au fait : le vide n'a pas de vitesse, puisque ce n'est pas un support aux OEM, ça fait 60 ans que l'expérience montre que vous avez tort)...

tierri a écrit:
Pour répondre à cette question il faut d'abord comprendre la structure du milieu en question.

La question ne se pose que pour vous. Apprenez, comprenez, et revenez nous voir quand vous aurez un minimum digéré comment tout ça marche. Vous verrez que cette question n'a juste aucun sens depuis longtemps.

Molina a écrit:Pourquoi un type qui se décide à révolutionner la science dans son garage, s'attaque toujours à la physique et jamais à la biologie ?

Houla... on peut parler des méchants vaccins faits pour abrutir la population, des électrosensibles, et autres imbécillités... Non non, la connerie humaine n'a pas de limite, et encore moins spécifique à un domaine particulier ;-)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

un train pour la relativité Empty Re: un train pour la relativité

Message par Stauk le Ven 18 Sep 2015 - 11:51

Molina a écrit:Pourquoi un type qui se décide à révolutionner la science dans son garage, s'attaque toujours à la physique et jamais à la biologie ?
C'est juste que tu ne t'intéresse pas au sujet ... peut être aussi qu'on n'entend parler que de ceux qui réussissent ...


http://www.liberation.fr/monde/2013/06/28/une-ado-fait-du-plastique-a-partir-de-peaux-de-banane_914348 a écrit:
Elif Bilgrin, une lycéenne de 16 ans originaire d’Istanbul, a découvert un moyen de transformer la cellulose des peaux de banane en un plastique isolant qui pourrait servir à l’isolation de câbles


http://www.lexpress.fr/informations/papy-et-son-plastique-magique_594559.html a écrit:
L'ancien coiffeur Maurice Ward est un inventeur heureux. Son Starlite résiste à des températures de 2 700 °C et aux faisceaux laser les plus puissants. La Nasa elle-même est intéressée. Mais le bonhomme a appris à se méfier.

L'histoire paraît trop belle pour être honnête. Comment un obscur sexagénaire anglais, dépourvu de la moindre formation scientifique, ancien coiffeur de son état, a-t-il réussi à bricoler, tout seul, une étonnante matière plastique capable de résister à des températures phénoménales qui laissent pantois les plus grands spécialistes?
Stauk
Stauk

Messages : 6462
Date d'inscription : 16/01/2015

http://www.staukwood.com/

Revenir en haut Aller en bas

un train pour la relativité Empty Re: un train pour la relativité

Message par Invité le Ven 18 Sep 2015 - 11:55

Heum Stauk, on parle bien de théorie là, pas d'applications et d'évolutions technologiques...

Trouve moi une lycéenne de 16 ans qui a réussi à trouver l'origine de la matière noire, à trouver la théorie M ou autre subtilité...

Meme principe qu'un mec qui arrive, qui de son propre aveux est loin de son domaine de spécialité, et qui nous explique que tout le monde se plante et que l'ether existe... Ne mélangeons pas tout.

Je crois que pas mal de monde devrait lire ça et s'en imprégner : https://fr.wikipedia.org/wiki/Effet_Dunning-Kruger ...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

un train pour la relativité Empty Re: un train pour la relativité

Message par tierri le Ven 18 Sep 2015 - 11:59

hobb, voyons, vous me présentez l'ascenseur d'Einstein qui présente l'équivalence entre accélération et force gravitationnelle, ce n'est plus la même question là, je ne nie pas le principe d'équivalence.

L'équivalence entre accélération et force gravitationnelle ne signifie pas équivalence de la situation entre deux ascenseurs.
Si l'on tire l'ascenseur vers le haut, à l'intérieur on va ressentir la force gravitationnelle, qu'on ne ressent donc pas si on ne nous tire pas.
Donc si nous comparons deux ascenseurs, un tiré vers le haut et l'autre non, la situation n'est pas réversible.

tierri

Messages : 123
Date d'inscription : 23/05/2014

Revenir en haut Aller en bas

un train pour la relativité Empty Re: un train pour la relativité

Message par Invité le Ven 18 Sep 2015 - 12:01

tierri a écrit:hobb, voyons, vous me présentez l'ascenseur d'Einstein qui présente l'équivalence entre accélération et force gravitationnelle, ce n'est plus la même question là, je ne nie pas le principe d'équivalence.

Heu non, il ne dit pas ça l'ascenseur d'Einstein, en tous cas c'est loin d'en etre le but... non mais sérieusement vous en faites exprès ? Vous avez lu le lien (jusqu'au bout) ?

wikipedia a écrit:Ce cas particulier, aussi valable en physique classique qu'en physique relativiste (dans la mesure où la gravitation y est incluse), permet de définir des référentiels galiléens auxquels personne n'avait pensé avant Einstein, et oblige à considérer que tous les référentiels inertiels ne sont pas en translations à vitesse constante les uns par rapport aux autres. Il permet aussi de généraliser les égalités tensorielles valables en relativité restreinte (où tous les référentiels sont inertiels) en égalités tensorielles de la relativité générale.

La prochaine question c'est : est-ce que vous l'avez compris...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

un train pour la relativité Empty Re: un train pour la relativité

Message par Stauk le Ven 18 Sep 2015 - 12:06

tierri a écrit:ben non hobb dans le paradoxe des jumeaux c'est justement aussi la vitesse qui génère la contraction du temps, c'est tout l'intérêt de ce paradoxe qui vise le problème du référentiel, les déformations liées à l'accélération ne sont pas pris en compte et sont surement négligeables.
Pour en être convaincu il suffit de rallonger le parcours, une distance plus grande à l'aller et au retour mais les mêmes accélérations, il y aura une différence uniquement due à la vitesse sur les distances en plus.

Il y a clairement quelque chose que tu ne comprends pas avec les référentiels ... cependant quand je te lis, j'ai l'impression que tu fais allusion à l'espace de Minkowski (aucune idée de ce que c'est par ailleurs ...)

un train pour la relativité 260px-10

L'idée est que dans cet espace, les propriétés géométriques sont suffisante, et ne nécessitent pas de s'intéresser à la notion d’accélération. Le problème de l'accélération étant qu'on peut s'en passer, en synchronisant les horloges de différents mobiles lorsqu'ils sont à proximité ....

En effet si on fait se croiser deux horloges, on peut les synchroniser au moment ou elles sont au minimum de leur distance, créant alors une "accélération" infinie ponctuelle de l'information transmise. Néanmoins cette astuce laisse invariant le décalage constaté par rapport à un référentiel arbitraire qui verrait cette "horloge virtuelle" s'en aller puis revenir ...


Donc dans un sens tu as parfaitement raison de déclarer que la notion d'accélération n'est pas indispensable pour expliquer le décalage. De même que hobb a absolument raison de pointer du doigt la seule source "évidente" de dissymétrie ...  Et pourtant vous avez à la fois raison et tort tous les deux.

Apparemment la notion nécessaire pour modéliser la disynchronie des horloges est plus générale que la notion d'accélération. (Il suffit que l'information ne se propage pas en ligne droite ...  )
Stauk
Stauk

Messages : 6462
Date d'inscription : 16/01/2015

http://www.staukwood.com/

Revenir en haut Aller en bas

un train pour la relativité Empty Re: un train pour la relativité

Message par tierri le Ven 18 Sep 2015 - 12:09

hobb a écrit:La prochaine question c'est : est-ce que vous l'avez compris...

haha, là j'avoue, avec la RG je suis vite perdu.
Il faut dire qu'elle me heurte dès l'explication du référentiel inertiel.
J'ai l'intention d'ouvrir une discussion sur ce sujet.

tierri

Messages : 123
Date d'inscription : 23/05/2014

Revenir en haut Aller en bas

un train pour la relativité Empty Re: un train pour la relativité

Message par Invité le Ven 18 Sep 2015 - 12:16

tierri a écrit:
Il faut dire qu'elle me heurte dès l'explication du référentiel inertiel.

Ben comprenez ce que c'est. Snas ça on ne va pas aller beaucoup plus loin.

Pour Stauk : non, dire qu'on peut se passer d'accélération pour les jumeaux de Langevin (c'est de ça dont on parle quand meme), c'est FAUX.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

un train pour la relativité Empty Re: un train pour la relativité

Message par Stauk le Ven 18 Sep 2015 - 12:22

hobb a écrit:
Pour Stauk : non, dire qu'on peut se passer d'accélération pour les jumeaux de Langevin (c'est de ça dont on parle quand meme), c'est FAUX.

 Ben non. Tu es beaucoup trop catégorique, il me semble assez clair que ta position n'est pas tenable.
Le problème des Jumeaux, c'est bien le problème du décalage des horloges associées à ces jumeaux. Et le décalage existe en l'absence d'accélération (matérielle) avérée. Donc ta position est intenable. La symétrie peut être rompue en transmettant de l'information, en l'absence d'accélération matérielle.
Stauk
Stauk

Messages : 6462
Date d'inscription : 16/01/2015

http://www.staukwood.com/

Revenir en haut Aller en bas

un train pour la relativité Empty Re: un train pour la relativité

Message par tierri le Ven 18 Sep 2015 - 12:24

hobb a écrit: dire qu'on peut se passer d'accélération pour les jumeaux de Langevin (c'est de ça dont on parle quand meme), c'est FAUX.

C'est vrai.
Au moins la divergence de nos points de vue est clairement identifiée, je suis d'accord avec Stauk.

tierri

Messages : 123
Date d'inscription : 23/05/2014

Revenir en haut Aller en bas

un train pour la relativité Empty Re: un train pour la relativité

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 6 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum