Aimons nous vraiment être indépendant(e) ?

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Aimons nous vraiment être indépendant(e) ?

Message par deep thought le Lun 14 Sep 2015 - 14:56

Abonné absent a écrit:
ceed a écrit:La liberté, elle prend beaucoup de formes différentes.
Tu peux donner des exemples ?

Par exemple, on peut être libre à l'intérieur d'un cadre. Pourquoi un cadre? Pour ne pas aller à vau-l'eau... Le cadre n'empêche pas à mon sens la notion de liberté.
Autre exemple, je peux choisir mon niveau de liberté : j'ai besoin de me loger, vais-je prendre un crédit ou vais-je prendre une location? Je suis libre de ce choix ou alors je me sens forcer de choisir l'un plutôt que l'autre pour des raisons de pression bancaire ou de conformité avec ce que font ceux qui me sont proches.

Il est parfois difficile d'avoir conscience de son degré de liberté car un nouveau point de vue peut venir chambouler les repères.

Abonné absent a écrit:Donc pour pouvoir se sentir plus en sécurité sans "l'apport" d'une femme, et donc plus en liberté (ou en tout cas apprécier cette 'liberté'), que faudrait il faire ?
À mon sens, c'est une question d'équilibre et surtout de communication. Il faut être au même niveau de compréhension pour trouver à deux des solutions sur ces questions là en tout cas.

deep thought
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 136
Date d'inscription : 14/05/2015
Age : 37
Localisation : Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aimons nous vraiment être indépendant(e) ?

Message par Invité le Lun 14 Sep 2015 - 15:42

Abonné absent a écrit:Ah la liberté... freedom ou liberty ?
(Mily je t'invite à demander autour de toi la différence entre ces deux concepts, ça devrait être rigolo) Razz

J'ai renoncé à demander des précisions de vocabulaire autour de moi, je ne trouve plus ça "rigolo" du tout Crying or Very sad

Bon voilà ce que j'ai trouvé:

Freedom is a state of being capable of making decisions without external control.

Liberty, on the other hand, is freedom which has been granted to a people by an external control.

Donc "freedom" d'après ce que je comprends est plus un état individuel.
"Liberty" est un degré de "freedom" garanti à un groupe par une entité extérieure, par exemple l'état.

En français on dit "la liberté des uns s'arrête là ou commence celle des autres". En anglais, la notion de liberté = freedom (liberté individuelle) serait limitée par celle de liberté = liberty (liberté collective régie par des règles et des lois).

The Declaration of Independence says that in order to assure freedom for all citizens, a government and its various agencies will oversee that freedom by granting liberty to those citizens and doing everything necessary to protect that grant.

http://the-penultimate-word.com/2011/05/30/liberty-or-freedom-the-difference-is-amazing/

Pour en revenir au sujet, le lien que je fais, c'est que l'indépendance et la liberté totale des individus reviendrait à appliquer une loi du plus fort. Nous soumettre à une autorité et à des implicites sociaux est une façon de garantir notre liberté.

Pour ce qui est de la notion de liberté sans autorité, lorsque je préparais mon concours, j'ai fait part de mes doutes à une personnalité pour qui j'ai une grande admiration. Je lui faisais part de mes doutes sur ma capacité à devenir chef, et ma peur de prendre les mauvaises décisions. Ce à quoi il m'a répondu:
"la plupart ne veulent pas un chef qui prend les bonnes décisions, ils veulent juste un chef qui prend des décisions". Cette phrase a changé ma perception de l'autorité. Et je le constate encore au quotidien. Une mauvaise décision qui oriente le collectif dans une direction, même mauvaise, vaut mieux que pas de décision du tout. (et là vient ce moment bizarre ou je vois ou je veux en venir mais je suis incapable de conclure, à vous les studios!)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aimons nous vraiment être indépendant(e) ?

Message par pilipili le Lun 14 Sep 2015 - 15:44

ceed a écrit:Il est parfois difficile d'avoir conscience de son degré de liberté car un nouveau point de vue peut venir chambouler les repères.  

Et inversement, il est parfois difficile d'avoir conscience de son degré de détermination par l'extérieur, parce qu'on ne remarque les limites que lorsqu'on s'y cogne.

Pour me rapprocher de questions évoquées dans les précédents posts (en digressant un peu moi aussi - quel bazar après seulement deux pages, ce sujet ! Very Happy ), la question de la dépendance/indépendance peut effectivement se comprendre à deux niveaux :
- en terme de "système", parce que oui, je suis dépendante de tous ces gens qui font par exemple qu'il y a de l'eau des mes tuyaux, de l'électricité et du internet dans mes prises, de la nourriture dans mon (super)marché, des médicaments dans ma pharmacie et des médecins pour mes les prescrire à l'hôpital.
- en terme de relations interpersonnelles, parce que oui je suis dépendante des échanges sociaux en général (j'vous assure, je suis humaine. Sissi Cool  ), mais j'essaie autant que faire se peut de ne pas être dépendante de quelqu'un en particulier. Bin oui, parce que la probabilité qu'une personne de mon entourage disparaisse dudit entourage un jour est nettement plus élevée que celle de l'extinction de l'humanité de mon vivant, et que j'ai pas envie que mon monde s'écroule le jour où ça m'arrivera.

Bon, je sais pas trop où caler la dépendance matérielle et logistique "interpersonnelles" (genre indépendance financière, capacité à se faire à bouffer et laver son linge tout seul, etc.), parce que je tiens fermement à mon autonomie pleine et entière de ce côté-là, sauf cas de force majeure. J'ai par exemple eu de gros soucis de santé à un moment, au point de ne plus pouvoir envisager de lacer mes chaussures sans aide, et cette perte d'autonomie m'a au moins autant abattue que le souci de santé à proprement parler. Oui, je sais, il est très probable qu'un jour je finisse vieille, grabataire et dépendante, mais j'ai jusqu'à ce moment-là pour me faire à l'idée.

Voilà dans les grandes lignes ce que j'en pense. Je vous épargne les 20 lignes de digression sur la façon dont j'essaie de diminuer ma dépendance au "système" et sur la façon dont mon "indépendance" en termes de relations interpersonnelles ne fait pas pour autant de moi un monstre égoïste incapable d'aimer ('fin je crois. J'demanderai à mes amis et à mon cher et tendre si vous voulez, ça peut être drôle), mais si un point ou un autre intéresse l'un/e de vous, n'hésitez pas !

pilipili
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 80
Date d'inscription : 12/06/2015
Age : 27
Localisation : idf

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aimons nous vraiment être indépendant(e) ?

Message par Invité le Lun 14 Sep 2015 - 20:15

pilipili a écrit:
Voilà dans les grandes lignes ce que j'en pense. Je vous épargne les 20 lignes de digression sur la façon dont j'essaie de diminuer ma dépendance au "système" et sur la façon dont mon "indépendance" en termes de relations interpersonnelles ne fait pas pour autant de moi un monstre égoïste incapable d'aimer ('fin je crois. J'demanderai à mes amis et à mon cher et tendre si vous voulez, ça peut être drôle), mais si un point ou un autre intéresse l'un/e de vous, n'hésitez pas !

Dommage. J'espère que tu t'autoriseras cette digression.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aimons nous vraiment être indépendant(e) ?

Message par Abonné absent le Lun 14 Sep 2015 - 22:06

Mily a écrit:Bon voilà ce que j'ai trouvé:

Freedom is a state of being capable of making decisions without external control.

Liberty, on the other hand, is  freedom which has been granted to a people by an external control.

Donc "freedom" d'après ce que je comprends est plus un état individuel.
"Liberty" est un degré de "freedom" garanti à un groupe par une entité extérieure, par exemple l'état.

En français on dit "la liberté des uns s'arrête là ou commence celle des autres". En anglais, la notion de liberté = freedom (liberté individuelle) serait limitée par celle de liberté = liberty (liberté collective régie par des règles et des lois).
(...)
Pour en revenir au sujet, le lien que je fais, c'est que l'indépendance et la liberté totale des individus reviendrait à appliquer une loi du plus fort. Nous soumettre à une autorité et à des implicites sociaux est une façon de garantir notre liberté.
Elève Mily vous aurez 19/20 Very Happy

Et Ceed l'a illustré juste un peu plus tôt :
ceed a écrit:Par exemple, on peut être libre à l'intérieur d'un cadre. Pourquoi un cadre? Pour ne pas aller à vau-l'eau... Le cadre n'empêche pas à mon sens la notion de liberté.
= Liberty
ceed a écrit:Autre exemple, je peux choisir mon niveau de liberté : j'ai besoin de me loger, vais-je prendre un crédit ou vais-je prendre une location? Je suis libre de ce choix ou alors je me sens forcer de choisir l'un plutôt que l'autre pour des raisons de pression bancaire ou de conformité avec ce que font ceux qui me sont proches.
= Freedom

L'autre définition que j'avais eu se relatait à l'expression "my home is my castle". C'est à dire que chez toi, dans les limites de ta propriété tu peux faire (à peu près) ce que tu veux, y compris mettre dehors les gens que tu ne veux pas y voir. = Espace de Liberty
Tandis que dans la rue (espace public) tu peux aller où tu veux (Freedom) mais tu dois négocier avec les autres pour partager l'espace car celui-ci ne t'appartient pas.
C'est pour ça que la ségrégation raciale aux USA ne contrevenait pas à la notion de Liberty parce que les blancs et les noirs avaient chacun leurs espaces respectifs de Liberty. Par contre le Freedom des noirs, beuhh...

Abonné absent
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2028
Date d'inscription : 21/12/2014
Age : 52

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aimons nous vraiment être indépendant(e) ?

Message par Abonné absent le Lun 14 Sep 2015 - 22:19

Et pour ramener ça au couple, on peut avoir deux cas :
- Une Liberty quand l'un des deux a droit à un "espace" (cuisine, jardin, bricolage, whatever) dans lequel il décide comme bon lui semble et l'autre s'en mêle pas. (et l'autre conjoint bénéficie en général de sa Liberty à lui en retour)
- Un Freedom quand les deux s'autorisent à pouvoir faire tout ce qu'il veulent dans la mesure où ils "négocient" préalablement avec l'autre de pouvoir le faire.

Je reconnais que dans mon couple je promouvais le Freedom et ne laissais pas beaucoup de Liberty. Embarassed
Ou tout du moins nos Liberties étaient dans le boulot (ou l'école et les activités extra-scolaires pour les enfants)

Une petite voix dans ma tête me susurre que les hommes (modernes) seraient peut-être plutôt adeptes de freedom et les femmes de liberties, mais ça n'est qu'une supposition hasardeuse.

Abonné absent
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2028
Date d'inscription : 21/12/2014
Age : 52

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aimons nous vraiment être indépendant(e) ?

Message par Pieyre le Lun 14 Sep 2015 - 22:52

Liberty, freedom... bon, ce sont des distinctions intéressantes, mais il doit bien y avoir un terme générique pour désigner la notion qui les subsume, non ? Ou alors c'est comme si l'on disposait du mot chaise et du mot tabouret sans qu'existe le mot siège.

Comment traduirait-on en anglais la phrase : « le fait d'être libre peut être entendu comme avoir le pouvoir de choisir ou comme avoir la latitude de choisir » ?

Pieyre
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15330
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aimons nous vraiment être indépendant(e) ?

Message par deep thought le Mar 15 Sep 2015 - 0:03

Et choisir quoi? Qui a sélectionné ce choix que je dois faire? Ça me fait penser à Hegel et à son concept de liberté abstraite et de liberté concrète mais je n'arrive plus à retrouver où je l'avais lu.

Voilà ce que j'ai trouvé : "Qu'est-ce qu'une volonté libre ? Au commencement la liberté se présente comme abstraite : c'est l'arbitraire. Mais l'arbitraire qui consiste à faire ce qui nous plaît est en fait le contraire même de la liberté. On fait n'importe quoi.
Il faut donc que la volonté devienne une volonté qui décide, qui choisisse véritablement grâce au jugement. C'est ce qu'on appelle le libre arbitre."

deep thought
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 136
Date d'inscription : 14/05/2015
Age : 37
Localisation : Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aimons nous vraiment être indépendant(e) ?

Message par Abonné absent le Mar 15 Sep 2015 - 11:18

Pieyre a écrit:le fait d'être libre peut être entendu comme avoir le pouvoir de choisir ou comme avoir la latitude de choisir
Étonnamment je trouve que Google translate est assez performant sur cette phrase :
Google a écrit:being free can be understood as having the power to choose or like having the freedom to choose

Et en googlant sur cette phrase je suis tombé "directement" sur un article (qui me semble 'scientifique', ou tout du moins 'philosophique') publié par l'Université de Standford sur le thème "Dieu peut il être libre ?".
http://plato.stanford.edu/entries/divine-freedom/

Abonné absent
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2028
Date d'inscription : 21/12/2014
Age : 52

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aimons nous vraiment être indépendant(e) ?

Message par Pieyre le Mar 15 Sep 2015 - 13:02

Concernant cette traduction, c'est bien là où je voulais en venir : on définit free à partir d'un terme comportant free. La définition est circulaire.

Pieyre
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15330
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aimons nous vraiment être indépendant(e) ?

Message par Abonné absent le Mar 15 Sep 2015 - 13:48

boh ça marche aussi si tu dis "or like having the latitude to choose" mais ça 'sonnerait' curieux en anglais. Ou en tout cas très "sophistiqué". Tout en étant parfaitement correct.

Collins a écrit:latitude [ˈlætɪtju:d] n
[of place] latitude (f)
(freedom) latitude (f)
to be given considerable latitude in doing sth avoir une latitude considérable pour faire qch
She was given considerable latitude in how she spent the money. Elle avait une latitude considérable quant à la manière dont elle dépensait l'argent., On lui laissait une latitude considérable quant à la manière dont elle dépensait l'argent.
to be given every latitude in doing sth avoir toute latitude pour faire qch
He would be given every latitude in forming a government. Il aurait toute latitude pour former un gouvernement.
http://www.wordreference.com/enfr/latitude

Abonné absent
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2028
Date d'inscription : 21/12/2014
Age : 52

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aimons nous vraiment être indépendant(e) ?

Message par Pieyre le Mar 15 Sep 2015 - 16:28

Je suis bien d'accord qu'on peut déjouer ce genre de pièges logiques (ou considérer qu'ils n'ont pas lieu d'être du moment que le contexte est clair) en anglais comme dans toutes les langues.
Simplement, comme tu le laisses entendre, l'expression en devient alors moins naturelle, ou moins immédiate.

Pour recoller au sujet, doit-on préférer, quand on s'exprime, être dépendant de conventions tacites, ou bien en être indépendant, au prix parfois d'une certaine lourdeur ?

Pieyre
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15330
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aimons nous vraiment être indépendant(e) ?

Message par Abonné absent le Mar 15 Sep 2015 - 21:50

Pieyre a écrit:Pour recoller au sujet, doit-on préférer, quand on s'exprime, être dépendant de conventions tacites, ou bien en être indépendant, au prix parfois d'une certaine lourdeur ?
Ca sera pas de la lourdeur mais probablement de l'arrogance ou de l'insolence, ce genre de choses.
Et je crois même que ça s'appelle de l'impertinence.
http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/impertinence/41881

Encore plus dans le sujet, je pensais aux caractères (habituels) des chats et des chiens.
Je me suis toujours senti plus chien que chat. Et en même temps je préfère avoir un chat à la maison car ça se débrouille davantage seul.

Abonné absent
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2028
Date d'inscription : 21/12/2014
Age : 52

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aimons nous vraiment être indépendant(e) ?

Message par Pieyre le Mar 15 Sep 2015 - 22:03

Le chien flatte notre côté dominant. À la fois nous le dominons et il est une extension de nous : il chasse quand nous ne savons plus chasser, il agresse quand nous n'osons plus agresser.

Le chat est un dominateur indépendant. Nous pouvons l'admirer en cela, mais seulement en nous projetant en lui. Et pourtant il s'abandonne à la caresse. Il représente la volonté et l'abandon.

Pieyre
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15330
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aimons nous vraiment être indépendant(e) ?

Message par Abonné absent le Mar 15 Sep 2015 - 22:18

Pieyre a écrit:Le chien flatte notre côté dominant. À la fois nous le dominons et il est une extension de nous : il chasse quand nous ne savons plus chasser, il agresse quand nous n'osons plus agresser.
C'est plus à une 'meute' que j'aurais aimé associer ma famille.
Pieyre a écrit:Le chat est un dominateur indépendant. Nous pouvons l'admirer en cela, mais seulement en nous projetant en lui. Et pourtant il s'abandonne à la caresse. Il représente la volonté et l'abandon.
Ouais et il arrête pas de se fritter avec ses potes de quartiers.

Tu y vois la relation homme-animal, je pensais plus à la projection qu'on peut faire de soi-même dans ce qu'est l'animal.

Abonné absent
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2028
Date d'inscription : 21/12/2014
Age : 52

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aimons nous vraiment être indépendant(e) ?

Message par pilipili le Mer 16 Sep 2015 - 0:08

Mily a écrit:
Dommage. J'espère que tu t'autoriseras cette digression.

Du coup j'ai demandé de l'aide à mon cher et tendre pour la deuxième partie, et il a répondu en substance "heeu, ben effectivement oui, t'as pas la même façon d'aimer que la plupart des gens, et ça peut te donner l'air froide, genre "j'ai pas d'attaches". Bon, maintenant, y'a deux extrêmes, d'un côté y'a le "si tu pars ma vie est brisée et n'a plus de sens", de l'autre le "j'en ai rien à branler de quiconque". Toi t'es entre les deux. On sent que si on est plus là, ça te contrariera, peut-être même beaucoup, mais tu finiras par faire avec et la vie continuera".
Et il m'a assez bien cernée je crois (en même temps... Amoureux  ) : les gens que j'aime sont uniques à mes yeux, ils sont très importants, mais je ne les considère pas comme indispensables parce que.... ben techniquement, ils ne le sont pas. Mais le savoir (et le dire) n'enlève rien à la profondeur et à l'authenticité de mes sentiments pour eux Rougit

Après, la partie "système" c'est plus facile à expliquer : en gros, ça consiste d'une part à être une grosse décroissante adepte du less is more (réduction de la dépendance matérielle : check) et d'autre part à apprendre à faire plein de trucs par soi-même : cuisine, couture, culture, construction, bricolage, etc. Ouais, j'suis une fille capable de te fabriquer une tenue (presque) complète (je sais pas fabriquer de chaussures) et de refaire ta salle de bain Cowboy
Et non, c'est pas la peine de me dire que "oui mais si jamais ton magasin de tissus ferme tu sauras pas comment faire NON PLUS HEIN D'ABORD". J'ai jamais ni prétendu être capable de vivre en autarcie ni cherché à le faire, et puis "c'est mieux que rien", comme on dit Smile

Voilà, j'espère que tu en sais plusse ^^

pilipili
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 80
Date d'inscription : 12/06/2015
Age : 27
Localisation : idf

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aimons nous vraiment être indépendant(e) ?

Message par Stauk le Mer 16 Sep 2015 - 0:36


Stauk
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4978
Date d'inscription : 16/01/2015

http://www.staukwood.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aimons nous vraiment être indépendant(e) ?

Message par pilipili le Mer 16 Sep 2015 - 0:40

Exactement Very Happy

(coup de bol, j'ai regardé par curiosité ce qu'était cette vidéo. Habituellement, c'est la galère pour moi pour charger du contenu en flash ^^ )

pilipili
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 80
Date d'inscription : 12/06/2015
Age : 27
Localisation : idf

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aimons nous vraiment être indépendant(e) ?

Message par Invité le Mer 16 Sep 2015 - 1:16

Je ne peux pas voir les vidéos depuis mon taf, mais pilipili, ton post résume très bien ce que j'entends par interdépendance affective

La dépendance correspond pour moi au fonctionnement d'une personne qui ne peut pas fonctionner sans l'autre, qui se sent inexistante sans le regard de l'autre, qui n'arrive pas à être heureuse seule..
donc dans un lien il peut y avoir une ou deux ou aucune des deux personnes dépendantes... ça n'empêche que certains couples fonctionnent dans tous ces cas de figures.. et que l'Amour peut-être très fort dans l'interdépendance.. plus serein je dirais aussi

Je ne pourrais absolument pas être avec quelqu'un de dépendant affectivement de moi, c'est une pression terrible et ce n'est pas très attirant je trouve (même si ça peut être flatteur pour certains) car je ne recherche pas un enfant, mais un adulte qui s'assume et sait se rendre heureux lui-même.. je suis pas sa mère  Laughing  Wink
S'encourager oui, se soutenir oui, partager plein de choses en toute liberté oui mais porter l'autre (sauf situation ponctuelle) non, et que je sois la raison de vivre de l'autre non

J'ai été moi-même dans la dépendance affective durant pas mal d'années, mais le fait est que je ne pourrais plus l'être même si je le voulais car certaines étapes de maturité psychique quand elles sont atteintes ne peuvent pas être annihilées, et ma dépendance m'a fait tellement souffrir,était tellement anxiogène qu'à un moment de ma vie j'ai eu besoin de la dépasser et d'apprendre à être autonome sinon je serais morte..
je n'en revoudrais pour rien au monde, même si je suis très sereine avec cette partie de moi, je ne suis pas dans une mise à distance réactionnelle, mais juste que je le sais dans mes tripes,que j'ai décortiqué durant un bout de temps tous les rouages internes à ce sujet, du coup ça n'opèrerait plus tellement c'était illusoire en fait, et je l'accepte... je suis dans une autre phase de vie aujourd'hui
En plus,dans la dépendance, je ne suis pas sûre que ce soit vraiment l'autre qu'on aime.. mais ça c'est un autre sujet, je digresse  Very Happy

Par indépendance matérielle, j'entendais autonomie financière,subvenir à mes besoins sans avoir à demander de l'argent à quelqu'un(après si c'est un accord collaboratif dans le couple, pas de soucis, mais que ce soit un choix de part et d'autre), et avoir des aspirations/choix de vie en adéquation avec cela (ce fut ma première quête dès ma majorité)
Certains métiers sont dits indépendants, ce n'est pas pour autant qu'ils n'ont aucun lien avec l'extérieur

J'ai conscience aussi que je peux un jour devenir dépendante physiquement, ce sera surement très dur, mais c'est un processus psychique d'acceptation comme un autre, et pour avoir vu des gens tétraplégiques ou des amis diminués par des séquelles d'accident avoir plus de force, de joie de vivre que beaucoup de bien portants.. je me dis que dans chaque chose, il y a des expériences à engranger, je verrai le moment venu. Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aimons nous vraiment être indépendant(e) ?

Message par Invité le Mer 16 Sep 2015 - 3:17

Labelette a écrit:Je ne pourrais absolument pas être avec quelqu'un de dépendant affectivement de moi, c'est une pression terrible et ce n'est pas très attirant je trouve (même si ça peut être flatteur pour certains)


Je diverge peut-être (certainement). En fait je crois que, bien je n'aime pas dépendre d'un élément extérieur, même si je l'accepte, j'ai besoin d'avoir des responsabilités, donc que quelqu'un ou quelque chose dépende de moi.
Si rien ni personne ne dépend de moi, je n'ai aucune motivation. Je me sens inutile. Quand je dois aller quelque part ou participer à un évènement, je m'engage d'emblée envers les autres, ne serait ce que proposer à quelqu'un de le conduire, pour ne pas être tentée de me désister par la suite.
Avoir des responsabilités, une équipe qui dépend de moi, une mission à accomplir, je crois que cela m'a permis de survivre à un moment ou la dépression me guettait sérieusement. Pendant 2 ans j'ai survécu, je me suis levée le matin, je me suis nourrie... par pur devoir.

Je suis dépendante... à la dépendance Shocked

De ça à la dépendance affective (vivre parce que quelqu'un a besoin de moi?) il n'y a qu'un pas.
Pas si indépendante que ça finalement...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aimons nous vraiment être indépendant(e) ?

Message par Abonné absent le Mer 16 Sep 2015 - 6:53

pilipili a écrit:d'un côté y'a le "si tu pars ma vie est brisée et n'a plus de sens", de l'autre le "j'en ai rien à branler de quiconque". Toi t'es entre les deux. On sent que si on est plus là, ça te contrariera, peut-être même beaucoup, mais tu finiras par faire avec et la vie continuera".
Ca me semble très sain comme état d'esprit. Very Happy
Très "auto-conservateur".
Disgression perso:
pilipili a écrit:Et il m'a assez bien cernée je crois
Je pense qu'en 15 ans mon épouse ne m'a jamais vraiment cernée, et que je ne suis pas très sûr d'avoir réussi à la cerner non plus.
Une personne qui vous comprend bien et vous aime "malgré cela" Rolling Eyes est un trésor rare à chérir. I love you
Mily a écrit:j'ai besoin d'avoir des responsabilités, donc que quelqu'un ou quelque chose dépende de moi.
Genre un bébé ? Wink
En même temps quand le bébé devient grand il faut le faire aller vers l'autonomie, l'indépendance.

Abonné absent
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2028
Date d'inscription : 21/12/2014
Age : 52

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aimons nous vraiment être indépendant(e) ?

Message par Abonné absent le Mer 16 Sep 2015 - 8:25

.


Dernière édition par Abonné absent le Mer 16 Sep 2015 - 23:54, édité 1 fois

Abonné absent
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2028
Date d'inscription : 21/12/2014
Age : 52

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aimons nous vraiment être indépendant(e) ?

Message par deep thought le Mer 16 Sep 2015 - 9:54

pilipili a écrit:
Après, la partie "système" c'est plus facile à expliquer : en gros, ça consiste d'une part à être une grosse décroissante adepte du less is more (réduction de la dépendance matérielle : check) et d'autre part à apprendre à faire plein de trucs par soi-même
Merci pour ton témoignage pilipili (c'est marrant ce pseudo, c'est le nom d'une boîte de nuit). Je me rends compte en te lisant que ma rupture m'a non seulement rendu mon indépendance mais m'a permis de passer à l'action sur tout un tas de projets qui construisent ma vie d'aujourd'hui mais qui correspondaient à une sorte de vie que je m'imaginais lorsque j'étais soumis à cette dépendance affective. Je me souviens que je n'osais même pas en parler.
Je suis aussi à fond dans le do it yourself mais je ne m'étais pas encore posé la question de faire mes pelotes de laine ; grâce à Stauk, c'est un projet que je vais pouvoir mettre dans mes tuyaux! Merci!!

deep thought
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 136
Date d'inscription : 14/05/2015
Age : 37
Localisation : Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aimons nous vraiment être indépendant(e) ?

Message par Invité le Mer 16 Sep 2015 - 12:22

Abonné absent a écrit:
Mily a écrit:j'ai besoin d'avoir des responsabilités, donc que quelqu'un ou quelque chose dépende de moi.
Genre un bébé ? Wink
En même temps quand le bébé devient grand il faut le faire aller vers l'autonomie, l'indépendance.

J'espère bien que ce n'est pas la seule façon d'avoir des responsabilités dans la vie ...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aimons nous vraiment être indépendant(e) ?

Message par Pikapi le Mer 16 Sep 2015 - 16:55

Mily a écrit:J'espère bien que ce n'est pas la seule façon d'avoir des responsabilités dans la vie ...
Pour les aventurier.es qui n'ont pas peur de faire des erreurs, il y a entrepreneur. Niveau responsabilité, t'es servi Razz

Pikapi
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 58
Date d'inscription : 23/08/2015
Age : 25
Localisation : Parcours le monde avec Sacha

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aimons nous vraiment être indépendant(e) ?

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 23:12


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum