Dysrythmie de l'encéphale.

Aller en bas

Dysrythmie de l'encéphale.

Message par Carquand le Mer 9 Sep 2015 - 8:40

Bonjour.
Je vais avoir du mal à décrire ce que je veux car je suis exactement dans cet état que je veux décrire.
Et bien plus que d’être comme un objet présent à mes yeux c'est surtout quelque-chose qui en moi ne semble pas se rendre-compte de l'état, alors que je m'en rend compte.

Le matin, quand je me lève. J'ai dèja du mal à me lever parce-que je dors mal surtout au réveil et je ne sais jamais s'il faut me lever.
J'ai dèja cette sensation d’être en train de penser un rêve. Comment dire. Ce n'est plus du tout un rêve parce-que je suis éveillé.
Mais parce-que je suis indécis de me lever alors, c'est la pensée et l'imagination qui prenne la place du rêve. Je ne sais pas pourquoi ..
Et je me dis voyant ça, réveillé en somnolant. Que mon imagination n'est pas suffisante pour l'ampleur d'un rêve paradoxal, ce n'est pas convaincant.

Alors, cette insuffisance devient une gêne et je serais tenter de dire que ça me débilite tant que je ne sais pas si je dois me lever.
C'est un peu comme ces moments ou l'on a une pensée qu'il faut écrire mais on a pas un papier, alors on essaie de se fabriquer un souvenir en répétant notre pensée.
Je ressens la même gêne que dans ces moments, alors que ce n'est pas vraiment une répétition. Disons que je vois progresser ce rêve d'imagination avec une lenteur que j'ai bien l'impression que chaque seconde est dictée.

J'arrive à la dysrythmie qui provient de la même chose.
Le matin, dès que je sais enfin si je dois me levé. J'ai une musique dans ma tête. Mais, la musique n'est pas encore très réussite ... disons, que je sens qu'elle disparait et réapparait. Comme une pulsation, comme si j'avais un peu de conscience qui s'en va ... pour sortir quelque-part. Je ne sais pas..
Enfin, si bien que si je désirais chanter cette musique, je sentirais comme une impossibilité chaque fois que ma conscience s'en irait et ma voix serait saccadée par les pulsations.
Je parle de pulsations, de conscience ... enfin tout ça à l'air très mystique, mais excusez-moi pour ces mots qui ne sont pas beaucoup juste ... je ne sais pas vraiment comment décrire tout ça.
Chaque fois que je décris quelque-chose je ne dis absolument pas tout, et j'ai bien conscience de me trahir mes ressentis ... et je suis toujours déçu de l'avoir fait.
Tellement, que je ne sais pas vraiment si je dois terminé ça..
Et puis, tout est si froid que j'ai aussi l'impression de ridiculiser mon angoisse.
Si bien, que dèja après avoir écrit ça. Dès que je regarde mon angoisse, je regarde désormais quelque-chose de vraiment désué et inutile.
Mais je sais que je n'ai rien toucher au fond de véritable. Et que j'objective à vide.
Et puis, pardonner moi le peu de vocabulaire et puis toute la réutilisation d'un seul mot.

La dysrythmie est aussi là pour ma pensée, pas que pour la musique. Dès que ma conscience s'en va, j'ai l'impression qu'il y a quelque-chose qui cesse en moi. Et je parle de dystryhmie car j'ai une image de vague qui revient et qui s'en va. Avec le fracas d'une vague à l'autre sur mon esprit comme le rocher au milieu de la mer. C'est vraiment ainsi que je le sens ... ou pas vraiment, je ne sais plus.
Quelque-chose, quelque-chose doit redevenir chaque matin.
J'ai bien essayer d'attendre que je sois réveiller complétement.
C'est vrai qu'après ça, ça passe souvent.
Mais quelque-fois c'est durable et c'est resté durant une journée la dernière fois.
Alors ... comment dire.
Je vais peut-être aussi théorisé plus sur ma sensation.
J'ai souvent eu l'impression d'avoir plusieurs pensées, est-ce alors comme une superposition, plutôt comme un entremêlement de mes pensées qui ferait comme une corruption, interruption ?
Et devrais-je attendre que l'ordre soit de nouveau ?
En fait, c'est une hypothèse qui me semble juste.
Mais comment se créer le désordre.
J'ai penser que ça proviendrait de l'indécision que je mets à me réveiller.
En vérité, je ne sais pas ...
La dysrytmhie est aussi présente lors de mes lectures.
Il y a des moments ou les mots me dépassent et ne semblent plus former une phrase avant que je la relise une seconde fois.
Et d'autres fois, ou chaque mot est prise en compte et je ressens le mot avec une vigueur que je me sens presque une pastiche rien qu'en lisant.
Mais, ces moments, sont rares ...
C'est dans un de ces moments ou j'ai su comprendre l’énigme Rimbaud. Je pense l'avoir compris plus que les notes de Gallimard, tout du moins.

Je termine, je ne sais plus ce que je dois dire... Merci.
avatar
Carquand
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 51
Date d'inscription : 16/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dysrythmie de l'encéphale.

Message par Invité le Mer 9 Sep 2015 - 9:59

Salut Smile

A titre perso, je verrais plus ce que tu décris comme un problème lié à l'hygiène du sommeil.

Il m'arrive de ressentir l'état que tu décris parfois. En général quand j'ai très mal dormi.

Le sommeil fonctionne par phases, selon un cycle d'une durée précise. Chaque phase place le corps, dont le cerveau, dans un état précis. Le lien wiki ci-joint décrit cela : lien.

Perso, un cycle fait trois heures chez moi. Je prévois donc de m'endormir en fonction de multiples de trois heures, et de l'heure de réveil. Et, quasiment dès que je ferme les yeux, je dors. Donc c'est facile à maitriser pour moi.

Je ressens l'état que tu indiques lorsque je me réveille en plein cycle, ou qu'il n'est pas allé au bout. Le lien que j'ai fait perso est que mon cerveau est "déphasé", en termes d'ondes je veux dire. C'est pourquoi avant chaque lever, je tente de prendre le temps de "revenir" et finir le cycle de sommeil. Généralement pour ce faire, je me concentre sur la musique provenant du réveil, la voix de l'animateur, etc ... Bref, je force mon cerveau à remarcher. Ça m'évite d'avoir ces pensées mélangées.

Je ressens la même gêne que dans ces moments, alors que ce n'est pas vraiment une répétition. Disons que je vois progresser ce rêve d'imagination avec une lenteur que j'ai bien l'impression que chaque seconde est dictée.
Tu as l'impression que ton cerveau marche "au ralenti", et que tout va moins vite et est plus saisissable ?

J'arrive à la dysrythmie qui provient de la même chose.
Le matin, dès que je sais enfin si je dois me levé. J'ai une musique dans ma tête. Mais, la musique n'est pas encore très réussite ... disons, que je sens qu'elle disparait et réapparait. Comme une pulsation, comme si j'avais un peu de conscience qui s'en va ... pour sortir quelque-part. Je ne sais pas..
Enfin, si bien que si je désirais chanter cette musique, je sentirais comme une impossibilité chaque fois que ma conscience s'en irait et ma voix serait saccadée par les pulsations.
Je parle de pulsations, de conscience ... enfin tout ça à l'air très mystique, mais excusez-moi pour ces mots qui ne sont pas beaucoup juste ... je ne sais pas vraiment comment décrire tout ça.
Tu me sembles parler d'autre chose là, si je ramène à moi.

J'ai souvent eu l'impression d'avoir plusieurs pensées, est-ce alors comme une superposition, plutôt comme un entremêlement de mes pensées qui ferait comme une corruption, interruption ?

Perso, je les ai uniquement dans l'état "mal réveillé". Je suis "dans le brouillard". Peut-être à mettre en lien avec les ondes Thêta ou Delta ?

Et devrais-je attendre que l'ordre soit de nouveau ?

J'ai remarqué que c'était mieux pour moi.

J'ai penser que ça proviendrait de l'indécision que je mets à me réveiller.

Manque de concentration à se réveiller ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dysrythmie de l'encéphale.

Message par Carquand le Mer 9 Sep 2015 - 10:28

J'ai toujours besoin d'un peu de temps avant de répondre. Merci d'avoir lu et répondu. J'essaierai d’être rapide.
Mais je peux dèja dire quelques-choses :

C'est pourquoi avant chaque lever, je tente de prendre le temps de "revenir" et finir le cycle de sommeil.

Je serais tenter de dire - sans vraiment savoir. Que je termine comme il faut mon sommeil. Je me réveille sans aucun aspect extérieur qui puisse précipiter ça.
Mais rien ne me dit vraiment que mon sommeil puisse aussi etre programmé pour s'interrompre au cours d'un cycle ? Ce qui me fait dire ça, c'est que j'ai toujours la même heure de réveil. 7h30. (Je parle des jours ou je n'ai pas à travailler) J'ai beau me coucher plus tard ou plus tôt. L'heure de réveil est plus irréfragable que mon temps de sommeil.
Alors, je pourrais dire : Si ta pensée devient le rêve, c'est peut-être parce que tu n'es plus censé dormir, que tu n'es plus fatigué et que tu pourrais te lever.
Et c'est plutôt vrai. Je me fatigue bien plus surement en pensant-somnolant que si je me levé.
Mais, je ne sais plus ...
J'ai besoin de temps pour répondre. Pardon ...

Tu as l'impression que ton cerveau marche "au ralenti", et que tout va moins vite et est plus saisissable ?

Non, plus ralenti oui, plutôt en attente que je sois levé. Saisissable ? Oui, je ne sais pas. Je ne sais pas si j'ai essayer de saisir quelque-chose. Enfin, je ne sais pas ...

Tu me sembles parler d'autre chose là, si je ramène à moi.

Oui, et pourtant c'est le cœur du problème, si je pense bien.

Perso, je les ai uniquement dans l'état "mal réveillé". Je suis "dans le brouillard". Peut-être à mettre en lien avec les ondes Thêta ou Delta ?

Oh, j'ai dèja fait une EEG et tout est bon de ce coté. Mais comme j'ai pu leur dire aux infirmières, je n'étais pas dans cet état que je décris. Mais de plus, très étrangement, j'ai dormis un peu et j'ai dormis en me sentant si bien.

Manque de concentration à se réveiller ?

Je ne sais pas encore quoi répondre ici. Mais c'est une bonne question.

Merci.
avatar
Carquand
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 51
Date d'inscription : 16/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum