Psychologie de comptoir

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Psychologie de comptoir

Message par Invité le Lun 7 Sep 2015 - 12:16

" Si vous cherchez un plombier pour réparer votre tuyauterie et que vous avez un coup de foudre pour l'électricien, même s'il est beau gosse, l'électricien, il ne réparera pas vos tuyaux ! " Vous collectionnez les relations désastreuses et sans lendemain ? Vous n'avez qu'une peur, retomber sur un (ou une) névrosé(e) qui fera de votre existence un enfer ? Vous désespérez de trouver l'homme (ou la femme) de votre vie, celui (ou celle) qui est parfait(e) pour vous ? Rassurez-vous : choisir la bonne personne n'est pas un jeu de hasard mais de stratégie ! Les règles sont simples : sur l'échiquier de la vie amoureuse vous êtes un roi (ou une reine) et votre but est de rejoindre votre alter ego

. Pour y parvenir, il vous faudra écarter les autres pièces de votre chemin, les pions, tours, fous et cavaliers qui incarnent les névrosés et autres dépendants affectifs. À travers sa propre expérience et les témoignages de ses clients, Pascale Piquet vous donne les armes pour repérer et éviter les trous noirs (ceux qui prennent tout sans jamais rien donner) et les desperados (ceux qui donnent tout pour acheter l'affection).

Dans une relation équilibrée, explique-t-elle, il n'y a pas de dominateur ni de dominé, il y a deux adultes autonomes sur un pied d'égalité qui l'un et l'autre donnent et reçoivent de manière équivalente.

Trouver celui ou celle qui vous correspond s'apparente à un recrutement : en dix étapes, ce livre vous offre les clés pour faire un choix éclairé, en toute sécurité.

Parce que chacun mérite de connaître le bonheur avec son prince (ou sa princesse) charmant(e), rien de moins !




Si je ne trouve pas l'homme de ma vie, au moins j'aurai révisé les échecs ? Smile


Dernière édition par Natatypique le Mer 16 Mar 2016 - 19:16, édité 3 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Psychologie de comptoir

Message par Invité le Lun 7 Sep 2015 - 12:20

Spoiler:
Livret 200 questions
MON HISTOIRE
1. A quelle heure suis-je né ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
2. Quelle est ma ville de naissance ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
3. Quel a été mon premier voyage ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
4. A quel âge suis-je parti de chez mes parents ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
5. Quels sont mes diplômes ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
6. Quelle a été ma première voiture ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
7. Quel est mon plus grand regret ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
8. Quelle est ma plus grande joie ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
9. Quelle est ma grande peur ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
10. Quel a été mon plus grand succès dans la vie ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
11. Quel a été mon plus gros échec dans la vie ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
12. Quel moment m’a traumatisé dans la vie ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
13. Quels ont été mes problèmes de santé ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
14. Quelle est mon année préférée ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
15. Quelle est ma pire année ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
http://www.mon-couple-heureux.com 16
16. Que s’est-il passé cette année-là dans ma vie ? (choisir une année)
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
17. Quelle est la phrase que mes parents m’ont le plus souvent répétée ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
18. Quelles BD je lisais enfant ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
19. Quel est mon plus beau souvenir d’enfance ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
20. Quelle est ma plus grosse honte ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
21. En combien de fois ai-je eu mon permis de conduire ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
22. Quel était mon surnom enfant ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
23. Quelles appréciations me donnaient les profs à l’école ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
24. Quel a été mon premier job rémunéré ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
25. Est ce que j’ai déjà volé ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
26. Quel est mon plus grand remord ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
27. Comment est la communication dans ma famille ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
28. Quelle critique m’a ton fait dans mon enfance ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
29. Cite moi 3 bêtises que j’ai faites quand j’étais petit ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
30. A quel âge ai-je eu mon premier rapport sexuel ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
31. Est ce que j’ai déjà pensé au suicide ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
32. Est ce que j’ai déjà eu un chagrin d’amour ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
http://www.mon-couple-heureux.com 17
33. Quels animaux ai-je eu dans mon enfance ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
MES GOUTS
34. Quelle est ma passion ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
35. Quel est mon groupe de musique préféré ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
36. Quel est mon film préféré ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
37. Quel est le film que j’ai le plus détesté ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
38. Quel est mon animal préféré ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
39. Quel est l’animal qui me fait le plus peur ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
40. Quel est ma fleur préférée ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
41. De quelle fleur ai-je horreur ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
42. Quelle est ma couleur préférée ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
43. Quelle couleur je déteste ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
44. Quel est mon restaurant préféré ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
45. Quel est le pire restaurant dans le quel je suis allé ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
46. Quel est mon fruit préféré ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
47. Quel fruit ai-je en horreur ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
48. Quel est mon légume préféré ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
http://www.mon-couple-heureux.com 18
49. Quel est le légume que je déteste par-dessus tout ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
50. Quel est mon livre préféré ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
51. Quel a été mon dernier cadeau préféré ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
52. Quelle est ta destination en France préférée ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
53. Quelle est ma friandise préférée ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
54. Quel est ton modèle de beauté ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
55. Quelle est ma boisson préférée ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
56. Quelle est mon comique préféré ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
57. Quel est ou était mon jeu vidéo préféré ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
58. Quel est mon acteur préféré ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
59. Quelle est mon émission préférée ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
60. Quelle est ma série préférée ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
61. Quel est mon magasin préféré ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
62. Quelle est ma ville préférée ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
63. Quelle est mon équipe de sport préférée ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
64. Quel est mon style de musique?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
65. Quelle est ma chanson préférée ?
http://www.mon-couple-heureux.com 19
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
66. Quel est mon livre préféré ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
67. Quel est mon magasine préféré ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
68. Quel est mon endroit préféré ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
69. Quelle est ma saison préférée ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
70. Quel est mon plat préféré ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
71. Quel est mon weekend idéal ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
72. Quel est mon parfum préféré ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
MES REVES
73. Qu’est ce que j’aimerais m’acheter ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
74. Quel est mon voyage de rêve ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
75. Que ferais-je avec 100 millions d’euros ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
76. Si j’avais le droit à 3 vœux, ça seraient lesquels ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
77. Quelles sont mes vacances de rêves ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
78. Qu’est ce que je ferais si j’étais à la retraite demain ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
79. Quel est mon rêve le plus fou ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
80. Quel pouvoir magique aimerais-je avoir ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
http://www.mon-couple-heureux.com 20
81. Quel est mon métier de rêve ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
82. Quel est mon prochain objectif financier du moment ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
83. Où est ce que je voudrais partir en vacances l’an prochain ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
84. De quel instrument de musique aimerais-je jouer ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
85. Quel sport aimerais-je faire ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
86. Quelle activité aimerais-je découvrir ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
87. Quel personnage aurais-je aimé être ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
88. Quelle est la maison de mes rêves ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
89. Quelle est la voiture de mes rêves ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
MES VALEURS
90. Qu’est ce que je pense du mariage ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
91. Suis-je croyant ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
92. Quel est mon parti politique ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
93. Qu’est ce qui est le plus important pour moi ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
94. Est-ce que je veux avoir des enfants ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
95. Quel est mon rapport avec l’argent ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
96. Qu’est ce que je pense du don d’organe ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
http://www.mon-couple-heureux.com 21
97. Qu’est ce que je voudrais que l’on écrive sur ma tombe ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
98. Est ce que je voudrais être enterré ou incinéré ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
99. Qu’est ce que je pense de l’astrologie ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
100. Quel est mon avis sur le nucléaire ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
101. Qu’est ce que je pense de la peine de mort ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
102. Qu’est ce que je pense de l’homosexualité ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
103. Quel a été le choix le plus difficile à faire dans ma vie ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
104. Comment réagirais-je si nous avions un enfant handicapé ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
105. Quel sont mes espoirs ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
106. Quelles sont mes priorités dans la vie ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
107. Comment veux-je élever mes enfants ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
108. Qu’est ce que je pense de l’avortement ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
MA PERSONNALITE
109. Qu’est ce qui me détend ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
110. Qu’est ce qui me stresse le plus ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
111. Quel est mon objet fétiche ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
112. Quel est mon point fort ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………

113. Quel est mon point faible ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
114. Qu’est qui me touche le plus ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
115. Quel est mon talent ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
116. Quelle est mon trait de caractère le plus visible ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
117. Est-ce que je suis superstitieux ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
118. Qu’est ce qui m’énerve ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
119. Quelle sont mes habitudes du matin ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
120. Quelle sont mes habitudes du soir ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
121. Quelle sont les mots ou expressions que je répète souvent ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
MON PRESENT
122. Quelle est ma préoccupation du moment ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
123. Quel est le nom de mon patron ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
124. Site moi au moins deux de mes collègues ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
125. Que me manque-t-il en ce moment ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
126. Quel est mon défi du moment ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
127. En quoi consiste mon travail ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
128. Quel est mon hobby ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………

129. Quel est mon sport ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
130. Quel est le sujet de tension avec mes parents ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
131. Qu’est ce qui me met de bonne humeur en ce moment ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
MON ENTOURAGE
132. Cite moi le nom de mes frères et sœurs ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
133. Quelle personne de ma famille a le plus de place dans mon cœur ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
134. Quels sont mes groupes d’amis ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
135. Quelle est la personne en qui j’ai le plus confiance ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
136. Quel est mon ami d’enfance ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
137. Quels sont mes meilleurs amis ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
138. Quelle est la personne que je respecte le plus ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
139. Quelle est la personne qui m’agace le plus ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
140. Quelle est la personne que je préfère parmi tes amis ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
141. Quelle personne je ne supporte pas parmi tes connaissances ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
MON CONJOINT
142. Qu’est ce que j’aime le plus chez toi ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
143. Quel sacrifice ai-je fait pour toi ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
http://www.mon-couple-heureux.com 24
144. Quelle habitude je n’aime pas chez toi ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
145. Quelle manie m’agace chez toi ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
146. Qu’est ce qui me fait mal chez toi ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
147. Quelle est la partie de ton corps que je préfère chez toi ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
148. Quelle est la qualité que j’aime le plus chez toi ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
149. Qu’est ce que j’aimerais que tu fasses pour moi ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
150. Qu’est ce que tu m’as apporté pour que je m’améliore ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
151. Quelle est ma façon d’exprimer mon amour pour toi ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
152. Quel est le dernier cadeau que je t’ai fait ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
153. Quel est le dernier service que je t’ai rendu ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
154. Quel est le dernier mot doux que je t’ai dit ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
155. Quelle est la dernière fois où je t’ai demandé pardon ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
156. Quelles activités aimerais-je pratiquer avec toi ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
NOTRE COUPLE
157. Comment nous sommes nous rencontrés ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
158. Quels habit est ce que je portais à notre rencontre ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
159. Qu’est ce qui m’a attiré chez toi lors de notre rencontre ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
http://www.mon-couple-heureux.com 25
160. Qui était dans la confidence à notre rencontre ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
161. Quel est mon meilleur souvenir de notre histoire ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
162. Qu’est ce que je faisais avant de te connaître ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
163. Quand s’est on embrassé pour la première fois ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
164. Quand avons-nous fait l’amour pour la première fois ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
165. Où avons-nous fait l’amour pour la première fois ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
166. Quelle est notre date de rencontre ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
167. Quelle est notre date de fiançailles ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
168. Quelle est notre date de mariage ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
169. Quelle est notre phrase secrète ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
170. Quel est notre moment préféré ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
171. Quel couple représente mon couple idéal ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
172. Qu’est ce qui s’est amélioré dans notre couple ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
173. Quelle a été notre dernière sortie ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
174. Quel est mon moment préféré en vacances avec toi ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
175. Quelle est notre expression à nous ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
176. Quand pour la dernière fois nous sommes nous embrassé ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
http://www.mon-couple-heureux.com 26
177. Quel est notre sujet tabou ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
178. Comment je nous imagine dans un an ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
179. Comment je nous imagine dans 10 ans ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
180. Quel est notre dernier moment magique que nous ayons passé ensemble ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
181. Quel notre principal point commun ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
182. Quelle notre principal différence ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
183. Quel moment je préfère pour nos discussions ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
184. Quel sujet mène toujours à une dispute ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
185. Quelle est ma plus grande crainte pour notre couple ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
186. Quel est le pire moment de notre histoire ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
187. Quel est le moment le plus douloureux de notre histoire ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
188. Comment ai-je vécu l’arrivé de notre premier enfant ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
189. Quel est le sujet de tension avec tes parents ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
190. Quel est mon rôle dans notre couple ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
MES DESIRS
191. Quelle est ma position préférée ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
192. Quel est mon fantasme ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
http://www.mon-couple-heureux.com 27
193. Qu’est ce que j’aime que tu me susurres à l’oreille quand nous faisons
l’amour ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
194. Comment sais tu que j’ai envie de faire l’amour ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
195. Quel est mon endroit préféré pour faire l’amour ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
196. Quel est mon film érotique préféré ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
197. Qu’est ce qui me donne le plus envie de faire l’amour ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
198. Quelle est ma caresse préférée ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
199. Qu’est ce que j’aime faire après l’amour ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
200. Quels sont mes craintes dans l’intimité ?
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
201. Qu’est ce qui me bloque ?

Merci Harpo pour l'information, si je manquais de questions à me poser ....et à poser Smile "Bonjour Monsieur, c'est pour un sondage ? Ca peut être une entrée en matière, je vais réfléchir"

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Psychologie de comptoir

Message par Invité le Mar 8 Sep 2015 - 9:48

Idiorrythmie

4 Dans sa Leçon inaugurale, Barthes revendique le droit de fonder la recherche sur un fantasme. Un peu plus tard, dans La Chambre claire, il affirmera tout aussi nettement : « J’ai toujours eu envie d’argumenter mes humeurs. » En assumant pleinement sa subjectivité, le chercheur ne dérive pas du côté de l’égotisme ou de la confession impudique : il rappelle utilement que la valeur fonde le savoir et que le savoir sauve la valeur en lui donnant une forme communicable. En d’autres termes, si l’affect lance la recherche, il trouve en elle la sécurité du code et le réconfort de la durée.

5 Le fantasme à l’origine du Comment vivre ensemble s’incarne dans un mot, un mot un peu étrange que Barthes rencontre en lisant L’Été grec de Jacques Lacarrière. Le désir récurrent d’une sociabilité singulière, obsession jusque-là flottante et instable parce que sans signifiant pour lui donner forme, se condense soudain, par le hasard des lectures, dans le mot « idiorrythmie ». Appartenant au vocabulaire religieux, ce mot d’« idiorrythmie » désigne une organisation monacale très particulière, caractéristique du mont Athos.

6 Il renvoie au rythme de vie de certains moines, rattachés à un monastère, mais vivant le plus souvent seuls, en marge de la communauté. Cette institution, qui se situe à mi-chemin entre érémitisme et cénobitisme, combine l’indépendance de l’individu et l’appartenance au groupe. Au-delà de sa signification religieuse, le mot d’idiorrythmie séduit Barthes par sa capacité à donner une forme verbale au fantasme de sociabilité qui l’habite. Grâce aux vertus de la métaphore, le mot sert de fil conducteur à l’exploitation systématique d’un désir : le rêve d’une vie à la fois solitaire et collective, d’un timing heureux où s’harmonisent le rythme de l’individu et celui de la communauté.

7 Porté par son projet, Barthes imagine donc devant les auditeurs du Collège de France une vaste maison située au bord de la mer, dans un paysage méditerranéen, qu’on louerait entre amis et dans laquelle chacun disposerait d’une chambre particulière. Mais la confidence personnelle tourne rapidement court : pour donner forme et durée à cet idéal de vie, Barthes préfère passer par la littérature, qu’il utilise comme un vaste répertoire d’expérimentations fictives. S’il n’existe pas vraiment de textes consacrés à l’idiorrythmie – que l’on prenne le mot au sens propre ou métaphorique –, Barthes réussit à constituer un corpus très hétérogène où cette notion apparaît, ne serait-ce que par éclats ou par bouffées. La fin de la « Présentation » est consacrée à une rapide description des textes sur lesquels le professeur fondera la dynamique de son cours. On trouve ainsi des ouvrages religieux portant sur la vie monacale dans le christianisme ou à Ceylan, des analyses sociologiques, et surtout un ensemble de textes littéraires, généralement narratifs, choisis en fonction d’un lieu caractéristique : La Montagne magique de Thomas Mann pour le sanatorium, Robinson Crusoé de Daniel Defoe pour l’île, Pot-Bouille d’Émile Zola pour l’immeuble bourgeois, La Séquestrée de Poitiers d’André Gide pour la chambre.

8 À partir de ce corpus, le travail de recherche se construit librement, organisé en « traits » comme Fragments d’un discours amoureux l’était en « figures ». De séance en séance, Barthes enchaîne – ou plutôt juxtapose – des développements plus ou moins longs, classés par ordre alphabétique : « Acédie », « Athos », « Couple », « Saleté »… Le cheminement s’achève quatorze séances plus tard sous la forme d’une conclusion assez désenchantée. Le comment vivre ensemble idiorrythmique est-il possible ? Ne relève-t-il pas tout simplement de l’utopie ? La réponse est doublement ambiguë : comme utopie, c’est-à-dire comme échec de l’idéal, le fantasme porte en lui une dynamique qui stimule la création et la pensée.

Il est pour Barthes un usage stratégique de l’utopie, caractérisé moins par la déception que par la stimulation. Mais peut-on véritablement parler d’une utopie du vivre ensemble ? Il n’est pas certain que ce fantasme accède vraiment à ce statut ambivalent mais rassurant. En effet, comme le fait remarquer Barthes, il n’est d’utopie que de la vie collective. Fantasme de l’individu solitaire et solidaire, l’idiorrythmie ne peut en aucune manière se comparer aux vastes constructions fouriéristes ou sadiennes. Pour le meilleur et pour le pire, la singularité exclut le système, la précarité accompagne la liberté.

Toute la difficulté de l’entreprise idiorrythmique est de trouver le bon Télos, la bonne « Cause » (comme le traduit Barthes lui-même), c’est-à-dire la bonne raison pour rassembler un groupe d’individus. Comment trouver un projet suffisamment fort pour rapprocher les gens sans s’aliéner à un discours contraignant, qu’il soit politique, religieux ou idéologique ? Autrement dit, l’entreprise idiorrythmique peut-elle trouver en elle-même sa propre justification ? Le cours ne répond pas clairement, mais le doute s’installe peu à peu… Minée par la crainte ou par l’échec, la quête de Barthes laisse apparaître un autre fantasme qui est comme l’ombre portée ou le double du premier. À l’idiorrythmie se combine un autre désir beaucoup moins ouvert sur le monde : un désir obsessionnel de réclusion, de repli protecteur, qui trouve dans La Séquestrée de Poitiers son expression la plus fascinante. Quand le monde devient menace, quand la délicate harmonie de l’idiorrythmie révèle ses limites tant matérielles qu’intellectuelles, il ne reste plus qu’à s’enfouir sous les couvertures, se replier dans sa coquille, se laisser emporter par le vertige d’une réclusion salutaire.

9 Il existe pourtant une exception : la relation enseignante elle-même. N’est-ce pas sur ce plan-là – et uniquement sur ce plan là – que l’on peut envisager un dialogue harmonieux entre l’individu et le groupe, le professeur et l’auditoire du Collège de France ? Barthes aimait les cours magistraux, préférant la tirade de l’enseignant à l’échange pédagogique direct, qu’il ne se sentait pas capable de conduire ou, plutôt, dont il mesurait la vanité. Mais en occupant la chaire et en monopolisant la parole, le professeur n’exclut pas les autres, bien au contraire, puisque c’est pour eux et par eux que le cours existe. Conçu dans la solitude du bureau, diffusé sous la forme d’un immense discours prolongé de semaine en semaine, le cours selon Barthes intègre la communauté comme idée conductrice, fait du destinataire cet objet de pensée qui donne forme au message et conduit le cheminement intellectuel. C’est finalement l’espace même du cours qui, dans un domaine très limité, réalise le projet d’idiorrythmie, la conjugaison d’une parole solitaire et d’une écoute collective. On se souvient d’une phrase un peu ironique de l’amoureux des Fragments : « Je parle, tu m’écoutes, donc nous sommes. »

10 Comme seul accomplissement réussi de l’idiorrythmie, la relation enseignante met l’accent sur la littérature et la pensée comme lieu et forme du partage, comme manifestation intellectuelle de ce repli sur soi que la couverture et la chambre symbolisaient si bien dans le cours. Quand la Séquestrée de Poitiers nie le monde et se recompose un monde dans la clôture de sa chambre, la communication verbale crée un échange singulier qui se tient à distance de la réalité tout en entretenant une étroite relation avec elle. En instaurant une communication différée, la littérature, écrite, prolonge encore ce mouvement d’éloignement à l’égard des autres – mais sans rompre le dialogue.

11 Dans ce dialogue idiorrythmique, le roman joue un rôle essentiel : romans du corpus, roman fantasmé dont Barthes étudiera bientôt la « Préparation ». Mais si le roman ne surprend pas comme objet d’investigation, qu’en est-il de sa relation avec la méthode, qu’y a-t-il de romanesque dans ce cours ? Comment associer deux entreprises que notre culture universitaire place aux antipodes : la recherche intellectuelle et la fiction narrative ? On trouvera une première réponse du côté de Paul Ricœur. Des pages célèbres de Temps et récit, en effet, opposent deux conceptions du temps totalement différentes : une conception objective et collective, représentée par Aristote, et une conception subjective et individuelle, telle que la définit saint Augustin. Selon Ricœur, le récit, dans le monde occidental, se donne pour principale fonction d’accorder ces deux temporalités souvent antagonistes, d’articuler l’un avec l’autre le temps singulier du héros et le temps collectif de la société.

Une belle scène du Lucien Leuwen de Stendhal illustre parfaitement le désir et la difficulté de concilier ce qui est presque inconciliable : défilant avec son régiment sous les fenêtres de la mystérieuse madame de Chasteller, le héros s’immobilise fasciné, oublie ses camarades et la laideur du monde ; quand la colonne des cavaliers repart à son insu, il est brutalement arraché à sa contemplation et jeté au sol par son cheval. Aux prises avec une double temporalité, Lucien Leuwen a bien du mal à accorder le rythme personnel de son désir et le rythme collectif d’un régiment sans pitié pour sasingularité.

On peut le dire autrement : Lucien Leuwen, comme tant de personnages romanesques, éprouve les plus grandes difficultés du monde à défendre cette « idiorrythmie » dont Barthes fera le terme conducteur de son cours. Fondé sur un fantasme du professeur, le Comment vivre ensemble entre ainsi en résonance avec une des grandes fonctions du récit. Du roman au cours, de la quête conciliatrice du personnage à la solitude librement interrompue du sujet barthésien, le glissement n’est ni artificiel, ni paradoxal : en se lançant dans une longue simulation romanesque de son fantasme, la démarche intellectuelle du cours entre en résonance avec une problématique essentielle de l’histoire du roman.

3 R. Barthes s’explique clairement sur ce choix stratégique dans l’avant-propos de Fragments d’un dis (...)

12 Mais Barthes n’est pas avare de paradoxes. Proche sans le dire de Ricœur, il manifeste son autonomie en valorisant le romanesque au détriment du roman, en proposant une temporalité, un timing, ou un muthos, en miettes. Sous-titré « Simulations romanesques de quelques espaces quotidiens », le Comment vivre ensemble expérimente à l’oral un romanesque en marge du roman, c’est-à-dire un roman sans récit. Dans son cours, Barthes ne raconte pas une histoire. La succession des « traits » le dit bien : l’organisation obéit à une structure thématique (« Akèdia », « Anachôrèsis », « Animaux », « Athos », « Autarcie »…) et non pas narrative, toute forme de métonymie se voyant congédiée par l’arbitraire de l’ordre alphabétique3. Que reste-t-il donc quand on écrit ou que l’on parle un roman sans récit ?

De quoi le romanesque du cours peut-il bien être fait ? Le mot « simulations » nous engage du côté de la « maquette », c’est-à-dire de cette construction imaginaire et bien réelle à la fois qu’un romancier dessine avant de commencer à écrire. Lieu habitable par la fiction, la « maquette », selon Barthes, est le décor romanesque qui précède le roman (le désert, la chambre, l’immeuble…). Dans ces « maquettes » transformées en décors intellectuels, les objets et les personnages investissent les lieux et les ouvrent à une temporalité segmentée. Comme l’écrit Barthes dans le trait « Événement », Robinson Crusoé perd de son intérêt avec l’arrivée des sauvages, avec le retour en Europe, c’est-à-dire avec le développement du roman d’aventures.

L’événement a sa place dans la « maquette », mais au singulier ou dans le désordre de la fragmentation : événements ténus, désaccordés, insignifiants, évitant à la fois le devenir narratif et le sens justificatif. Comme tout romancier, Barthes montre plus qu’il ne démontre, court-circuite la pensée avant qu’elle ne devienne trop abstraite, avant que la « maquette » ne devienne symbole. Le romanesque du Vivre-ensemble naît dans des lieux encombrés d’objets (fleurs, déchets, tables, chaises, bures…) où se donnent à voir les gestes ordinaires de personnages souvent extraordinaires (un stylite, une séquestrée, un naufragé…).

13« J’ouvre seulement un dossier » : par cette formule lancinante, Barthes assume pleinement le projet intellectuel de son cours. Comme le romancier, le professeur dégage une forme, sans aller jusqu’au bout de son interprétation, lance des idées, ouvre des pistes, amorce un développement que l’auditeur est appelé à poursuivre lui-même à partir des matériaux donnés par le cours. Une telle démarche lance un appel à l’auditeur et un défi à l’éditeur.

http://recherchestravaux.revues.org/107







"Comment vivre ensemble ?

Tentative d'épuisement d'une utopie" Information publiée le 14 octobre 2011 par Alexandre Gefen (source : Guillaume Bellon)

Du 19 octobre 2011 au 25 avril 2011
Université Stendhal - Grenoble III
Séminaire (septembre 2011 – avril 2012) Centre É.CRI.RE / TRAVERSES 19-21 Université Stendhal-Grenoble III   « Vivre ensemble » : tentative d’épuisement d’une utopie (organisé par Guillaume Bellon et Pauline Vachaud)    

« Vivre ensemble » : l’expression traverse les discours de notre temps. Elle est devenue le slogan apposé aux interrogations parfois vives, pourtant, de la sociologie, de la politique ou de la psychologie. La pensée de Barthes n’est sans doute pas étrangère à l’incroyable fortune de cette expression ; et c’est précisément à la réflexion qu’il mène dans le Comment vivre ensemble (son enseignement de 1977 au Collège de France) que nous voudrions revenir.

Car le sous-titre du cours :

Simulations romanesques de quelques espaces quotidiens, invite à considérer d’abord la question à la lumière des modèles de vie à plusieurs que la littérature met en jeu. C’est ainsi la force de suggestion de la fiction qu’il faut interroger, dans sa capacité à proposer des formes inédites de réunion d’individus. Plus encore, c’est le fantasme d’idiorrythmie qui intéresse Barthes – c’est-à-dire la quête d’une « solitude interrompue de façon réglée », la définition d’un mode de réunion des individus qui ne forme pas « groupe ». Être ensemble, et vivre cette réunion, demande en effet d’éviter les écueils de la grégarité du troupeau comme ceux de l’uniformisation du groupe. Penser ses risques, en mesurer les implications éthiques, invite à tenir à distance toute approche euphorique – et forcément réductrice – du problème : l’idée de collectivité, son « fantasme » dirait Barthes, emporte également les fantasmes inverses (liés à la réclusion, la claustration des individus, leur asservissement ou leur acculturation). Proclamer le « vivre ensemble » est chose plus complexe qu’il n’y paraît, et nous sommes là bien loin de la simple incitation au mieux-vivre communautaire.  

Dès lors est-il sans doute urgent – à tout le moins nécessaire – de reprendre le travail de Barthes. Les oeuvres évoquées dans le cours – Robinson Crusoe, Pot-Bouille, La Montagne Magique, La Séquestrée de Poitiers – comme d’autres tout aussi remarquables au regard de cette question, méritent qu’on s’en saisisse ou ressaisisse. Les intervenants, littéraires ou philosophes, tous redevables, dans leur recherche, de la pensée de Barthes, ne s’en montrent pas prisonniers, et veulent interroger les possibles limites d’un héritage, certes incontournable, mais qu’il y a lieu, sans doute, de prolonger activement.

C’est là répondre au voeu du professeur lui-même, lorsqu’il laissait entendre, lors de la dernière séance du cours, n’avoir ouvert qu’un « dossier maigre », et invitait son auditeur à le prolonger : « on dessine des cases ; à remplir ultérieurement et/ou par chacun d’entre nous ». C’est à ce complément, depuis les coordonnées qui sont les nôtres, que nous souhaiterions travailler.    

http://www.fabula.org/actualites/comment-vivre-ensemble-tentative-d-epuisement-d-une-utopie_47116.php





Le neutre en question
Symposium International de Phénoménologie
Perugia, Italie 7-12 juillet 2014





Cette année, le symposium abordera une question qui traverse plusieurs
disciplines, entre autres la philosophie, la psychanalyse, l’esthétique, les études
postcoloniales, le féminisme et la science politique. Qu’est-ce que mettre en
question le neutre? Il semble qu’il ne saurait y avoir de réponse unique à cette
question. Étant au sens littéral ce qui n’est « ni l’un ni l’autre », le neutre est un
concept par définition marqué par l’indéterminé. Dès lors, il prendra—plus
encore que de coutume—des sens différents suivant les contextes, les
disciplines, les lieux et les époques: un concept caméléon.

Historiquement la question du neutre a souvent été abordée de deux manières:
soit par une interrogation sur l’indifférence comme critique d’un soi-disant
impartial sol commun à deux pôles préétablis. L’autre approche consiste à
s’intéresser à certaines formes particulières d’une indétermination plus radicale
qui, selon la formulation de Barthes, « déjoue le paradigme » en nous faisant
explorer des relations autres que les oppositions statiques de l’objectivité et de
la subjectivité, de l’homme et de la femme, de la vérité et de la fausseté, du
monde riche et du tiers-monde, etc. La question de savoir comment définir de
nouvelles relations à de telles oppositions reste, jusqu’à ce jour, ouverte.

La phénoménologie s’inaugura en donnant un rôle décisif à la neutralité qui est
pour elle un concept central et opérant dans deux sens: d’une part celui d’un
désir d’impartialité dans toutes les analyses des rapports du sujet avec le monde,
et d’autre part dans le sens qui soutient un questionnement plus radical de la vie
de l’expérience par l’épochè prise comme une forme particulière de la
« modification de neutralité ». Ce point de départ originel a soulevé de
nombreuses difficultés qui débouchèrent sur des développements prenant place
autant au-dedans qu’au dehors de la phénoménologie, et qui peuvent être lus
comme des tentatives de problématisation, de redéfinition et de critique de la
thématisation phénoménologique du neutre. En psychanalyse également, la
neutralité joua un rôle dans la formation de la posture analytique avec son idéal
de l’Indifferenz—ou de la « neutralité »—de l’analyste ; un idéal qui a nourri le
débat toujours ouvert autour du traitement psychanalytique.

Mais de telles approches du thème du neutre s’inscrivaient d’emblée dans une
critique (d’inspiration néo-Kantienne et pragmatiste) plus large des sciences
positives et du naturalisme pour lesquelles la valeur de neutralité scientifique—
c’est-à-dire universelle—jouait un rôle crucial. En effet, en reconnaissant la
présence de l’intérêt et de la partialité au coeur de toute forme de vie, les
philosophes de la vie et de la biologie ont montré que la science est elle-même
un processus essentiellement partial, tout comme la vie.

Or d’autres perspectives permettent une critique de l’ignorance que le concept de neutralité
entretient avec ses propres idéaux implicites. Dans les récentes décennies, nous
avons assisté à un renforcement de l’idée que la « neutralité » scientifique prise
comme « neutralité axiologique » (Weber) est non seulement superflue pour
atteindre l’objectivité au sens réel (et nouveau), mais qu’elle en constitue un
obstacle. Se pourrait-il que les procédures habituelles censées maximiser
l’objectivité dans la production de savoirs en Occident soient trop faibles pour
être en mesure d’identifier les présuppositions eurocentriques et
androcentriques qui opèrent en leur sein? Au contraire d’une certaine opinion
traditionnelle, de telles approches permettent ainsi, tout comme la
phénoménologie et la psychanalyse l’ont noté auparavant, de montrer que la
science occidentale est sous-développée non seulement du point de vue
épistémique mais également du point de vue éthique.

En retour, cette forme de critique semble réclamer un recadrage de la question
d’un point de vue extérieur à la philosophie, par exemple, de celui d’une
expérience esthétique capable d’ouvrir à de nouvelles possibilités.

Pour
Blanchot, le neutre désigne une expérience limite de ce qui se tient en dehors
de la phénoménalité, en même temps qu’il désigne l’expérience de laisser
cette extériorité éclater au sein de la phénoménalité même, justement comme
écriture. Mais cet effort d’héberger le neutre risque sans cesse de nous ramener
dans les sphères du connu. Au terme de tant de tentatives, nous nous trouvons
donc devant l’énigme de savoir si le neutre peut effectivement être présenté ou
s’il ne peut jamais que rester en question. La question du neutre nous invite
donc à repenser depuis un grand nombre de perspectives ce qui se tient
aujourd’hui au coeur de la phénoménologie comme de ses disciplines soeurs.

Tags: 2014, CRAE, Lorenzo Vinciguerra, Neutre, Phénoménologie
http://cr.ae.free.fr/?p=2178

Pourquoi le juge doit-il être neutre ?
le 31 08 2012

Les principes de la justice



La neutralité constitue la traduction pratique du principe d’impartialité.

L’exigence d’impartialité qui doit caractériser tout magistrat possède deux variantes :

l’impartialité subjective, qui est toujours présumée (comment s’en assurer autrement ?) et relève de l’éthique du juge,l’impartialité objective, qui consiste dans les signes apparents de neutralité assurant aux parties que leurs arguments feront l’objet d’un examen objectif.

L’exigence de neutralité impose tout d’abord aux magistrats de ne jamais faillir dans l’apparence qu’ils donnent de leur absence de préjugés.

En conséquence, un même magistrat ne peut occuper les fonctions successives de juge d’instruction, de juge des libertés et de la détention, ou de juge correctionnel dans un même dossier. La neutralité impose également aux juges de garder à l’audience un comportement réservé face aux propos qui sont tenus devant eux.

Les exigences du principe de neutralité dépassent cependant le cadre de l’audience, imposant aux juges certaines incompatibilités : l’exercice d’un mandat politique local leur est, par exemple, proscrit dans le ressort de la juridiction à laquelle ils sont rattachés. De même, leur participation à des activités publiques entachant la réserve que leur impose leur fonction peut être disciplinairement sanctionnée.

Enfin, l’exigence de neutralité possède des traductions procédurales : elle implique notamment un strict respect par le juge du principe du contradictoire, afin que chaque partie soit mise en mesure de s’expliquer sur ce qui lui est reprochée avant d’être jugée.

http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/justice/définition/principes/pourquoi-juge-doit-il-etre-neutre.html



LA RELATION DE L'ÉNONCIATEUR A L'ÉNONCÉ

La recherche des indices grammaticaux  répond en quelque sorte à la question : où est l'énonciateur dans l'énoncé ? Il s'agit d'un simple repérage, par les moyens grammaticaux, de la présence du locuteur et de celle de son ou ses interlocuteurs ou allocutaires.

Ici, nous allons rechercher quelle est la position de l'énonciateur, telle qu'elle peut s'exprimer dans l'énoncé, ou par rapport à son énoncé.

On peut par exemple délivrer un message parfaitement neutre, comme une description objective, scientifique ; il n'y a alors pratiquement pas de présence de l'énonciateur dans l'énoncé ; on ne trouvera d'ailleurs pas de termes indiquant une présence, comme un pronom de la 1ère personne.

On peut au contraire manifester une attitude, comme quand on donne un ordre ; ou bien un sentiment, une distance, une ironie, etc. ; il y a alors une très forte présence de l'énonciateur dans l'énoncé. On trouvera d'abord les embrayeurs étudiés dans le chapitre précédent, c'est une première étape. On trouvera aussi un certain contenu sémantique, qui s'exprimera par des termes appropriés ou des tournures particulières, et c'est ce que nous allons essayer de définir et de classer.

I - LES ACTES DE LANGAGE : LES TYPES DE PHRASES

C'est ce qu'on appelle les modalités d'énonciation. Dans la communication, le locuteur peut s'adresser à quelqu'un de différentes manières, selon la façon dont il veut agir sur lui.

Le langage lui-même constitue un acte, où l'on peut distinguer les trois types de phrases fondamentaux :

la simple déclaration, la question, et l'ordre ; l'exclamation est à étudier à part, car ce n'est pas un type comme les autres.

Il faudra par la suite envisager ce que deviennent ces types de phrases dans le discours rapporté, le discours indirect.

1) La phrase assertive, ou déclarative

C'est le type de phrase basique, qui consiste simplement à affirmer quelque chose.

Ex : Pierre revient.

L'intonation est théoriquement montante, puis descendante, ce qui correspond au point à l'écrit. On y trouve à la base la structure de la phrase canonique (syntagme nominal sujet + syntagme verbal, comprenant le verbe et les fonctions essentielles qui dépendent de lui).

La phrase assertive déborde pourtant souvent du cadre de la phrase canonique, quand des éléments facultatifs viennent s'ajouter, ou une tournure négative, passive, impersonnelle, etc.

2) La phrase interrogative

C'est bien un acte différent, que de poser une question à quelqu'un d'autre. Cela peut d'ailleurs être un acte contraignant, comme dans un interrogatoire policier ou judiciaire, ou un oral d'examen. Cela peut être aussi une simple recherche d'information. Parfois, le locuteur se prend simplement à témoin de ses propres réflexions.

Ex : Pierre revient ? Pierre revient-il ? Est-ce que Pierre revient ? Quand Pierre revient-il ?...

L'intonation est théoriquement montante, et se traduit à l'écrit par le point d'interrogation.

Les tournures et les moyens morphologiques sont très divers, et nous n'allons pas ici en faire un exposé exhaustif : inversion du sujet, présence d'un mot interrogatif, qui peut être un pronom, un déterminant, un adverbe ; tournures renforcées...

Nous distinguerons l'interrogation totale et l'interrogation partielle :

L'interrogation totale porte sur l'ensemble du contenu de la phrase, et appelle une réponse qui sera "oui" ou "non" :

Vous ne restez pas, comtesse ? (Beaumarchais) [intonation seule]
Tonton, qu'elle crie, on prend le métro ? (Queneau) [idem, style familier]
Rodrigue, as-tu du cœur ? (Corneille) [inversion simple]
Es-tu si las de vivre ? (id) [id]
Cette lucidité n'était-elle pas la pire des erreurs ? (Sagan) [inversion complexe]
Est-ce que vous vous êtes regardée dans un miroir ? (Montherlant) [est-ce que : renforcement]

L'interrogation partielle porte sur une partie de la phrase, sur un de ses constituants, et appelle une réponse précise :
Qui a téléphoné ? [pronom interrogatif sujet]
Que voulait-il ? [pronom interrogatif COD]
Quelle heure était-il ? [adjectif interrogatif]
Quand rappellera-t-il ? [adverbe interrogatif complément circonstanciel de temps]

3) La phrase injonctive, ou impérative

Donner un ordre est encore évidemment un acte différent, car on veut agir sur quelqu'un pour obtenir de lui un certain comportement. C'est en principe nettement plus contraignant encore que l'interrogation ; on peut pourtant nuancer : ordre strict, conseil, demande polie...

L'intonation est en principe nettement descendante. Elle est également forte.

Le mode impératif est le plus utilisé, mais il n'est pas le seul. On utilise aussi le subjonctif, et parfois d'autres tournures.

Fichez-moi le camp d'ici, bande de fainéants ! [impératif ; ordre strict]
Vengeance ! répondirent les bergers. Promenons le cheval dans le village et donnons l'assaut à leur maison ! (Mérimée) [impératif ; ce n'est pas vraiment un ordre : le locuteur s'inclut dans un acte directif adressé à autrui]
Mignonne, allons voir si la rose... (Ronsard) [impératif ; demande polie et galante + sous-entendus]
Qu'on le pende au plafond et qu'on me lui fasse griller les pieds ! (Molière) [subjonctif amené par l'introducteur que ; ordre]
Tartiner de beurre et laisser cuire 45 minutes à four chaud. [infinitif ; conseil]
Vous détruirez ce message après l'avoir lu. [futur, ordre]
Attention ! La porte ! Dehors, les casse-pieds ! Et silence dans la salle ! [phrase averbale ; ordre]

4) L'exclamation

La tradition grammaticale ajoute aux trois types de phrases précédents la phrase exclamative, comme s'opposant à la modalité simplement déclarative.

Ce n'est pas faux si l'on se réfère à la phrase assertive la plus simple, qui correspond à la phrase canonique : celle-ci est une phrase qui est le plus souvent à peu près neutre en ce qui concerne la position personnelle de l'énonciateur. Pourtant, ce n'est pas toujours le cas : une phrase très courte et canonique peut fort bien exprimer un sentiment fort :

Je déteste les épinards. [élément lexical]

Or, le rôle de la phrase exclamative est précisément d'exprimer un sentiment fort, un degré si élevé d'affectivité qu'il peut difficilement s'exprimer sur un plan lexical, simplement par l'utilisation de mots appropriés. Est-ce donc si différent ?

D'abord, on est bien dans la phrase : la tournure exclamative porte entièrement sur la phrase, non sur un mot (une phrase peut d'ailleurs comporter un seul mot). Ensuite, elle représente le modèle même de l'intervention de l'énonciateur, alors qu'une phrase assertive peut être neutre sur ce plan :

La somme des angles d'un triangle est égale à 180 degrés.

On est donc complètement dans l'énonciation, mais pas dans un type de phrase particulier. En effet, chacun des trois types de phrases précédents peut être ou n'être pas exclamatif, en plus :

Une déclaration : Je déteste les épinards !
Une interrogation : Comment ! vous n'aimez pas les épinards ? !
Un ordre : A la poubelle, tes épinards ! [phrase averbale]

Cela étant, une phrase exclamative se caractérise d'abord par son intonation, car on est le plus souvent dans le langage parlé : sa mélodie est très contrastée, montante ou descendante, avec souvent une note élevée au début et / ou à la fin, une intensité particulière sur le ou les termes sur lesquels on insiste. Le langage écrit, avec son point d'exclamation, est très pauvre pour transcrire cette intonation.

Par principe donc, elle exprime une affectivité forte : surprise, colère, peur, enthousiasme, adoration...

Syntaxiquement, c'est un domaine extrêmement varié, avec une quantité de tournures, qui méritent qu'on y consacre une leçon particulière :

J'aime la marine française ! (Pagnol) [simple intonation]
Est-il donc bête ! [inversion du sujet]
Que les soleils sont beaux dans les chaudes soirées ! (Baudelaire) [utilisation d'un adverbe exclamatif]
Un scandale, monsieur le Maire, un scandale ! (Giraudoux) [phrase averbale]
Vous aviez l'air si vrai, si solide ! (Sartre) [phrase incomplète]

On pourra constater, dans certaines tournures, une parenté avec les tournures interrogatives, qui utilisent l'inversion du sujet ou des mots semblables :

Quelle chaleur !
Qu'est-ce qu'elle fume !

Nous verrons plus loin que le discours rapporté a beaucoup de mal à transcrire la variété considérable des tournures exclamatives, même s'il existe des subordonnées exclamatives en discours indirect.

II - L'ATTITUDE DE L'ÉNONCIATEUR VIS-À-VIS DE SON ÉNONCÉ

Les trois (véritables) types de phrases que nous venons de définir indiquaient l'attitude de l'énonciateur envers son interlocuteur, ou la personne à qui s'adresse le message, et qui peut être simplement le lecteur. L'énonciation constituait donc un acte.

A présent, nous allons voir comment se manifeste l'attitude de l'énonciateur par rapport à son propre énoncé. C'est ce qu'on appelle les modalités d'énoncé. Rappel : on se demandera, en analysant une phrase, quelles sont les différences par rapport à ce que serait un message complètement neutre. A partir de ce message brut, il y a une modalisation de la part de l'énonciateur.

Nous pourrions constater, en réfléchissant sur certains exemples, que la phrase exclamative peut constituer un acte envers un interlocuteur (une insulte, par exemple), ou bien simplement exprimer un sentiment fort du locuteur, sans dialogue. Elle a donc un statut ambigu (modalités d'énonciation, ou d'énoncé).

L'appréciation de l'énonciateur par rapport à son énoncé peut se situer sur différents plans, les principaux étant l'expression d'une affectivité, ou une appréciation (évaluation) sur la vérité, la qualité, etc. (donc, sentiment ou jugement). Les moyens utilisés sont fort nombreux, et il est difficile de les recenser tous, et d'en faire un classement :

1) Le syntagme nominal

Dans le lexique, on trouve d'abord des mots qui suffisent par eux-mêmes, parce qu'ils sont marqués sémantiquement :

des noms simples, mais qui sont affectifs ou évaluatifs ; il suffit de regarder des listes de synonymes :
maison / baraque / cahute... voiture / bagnole...

Comparer : Pierre est ingénieur / Paul est un imbécile
Le 1er nom est objectif, le 2ème est subjectif.

des noms dérivés d'un mot objectif, notamment avec les suffixes -ard ou -asse :
chauffard, fuyard, paperasse, caillasse...

des noms qui sont dérivés de verbes ou d'adjectifs subjectifs :
l'amour (aimer), la beauté (beau), la corruption (corrompre, corrompu)...

Il n'est pas toujours facile de savoir s'il s'agit de dérivés, sauf quand le suffixe est bien reconnaissable. L'important, c'est de reconnaître que le mot par lui-même exprime une affectivité ou une appréciation.

Dans le syntagme nominal, on trouve ensuite des adjectifs qui, rajoutés au nom, lui confèrent une valeur sémantique particulière :

par leur sens (les plus nombreux) : effrayant, extraordinaire, détestable...
par leur position :
un pauvre troufion / un troufion pauvre
un grand homme / un homme grand
un sacré idiot / un idiot sacré

Même dans un texte écrit, en dehors du dialogue, on sent bien que tous ces mots permettent une participation personnelle de l'énonciateur dans son énoncé.

2) Autres éléments lexicaux

des verbes :
Les verbes ou les locutions verbales qui expriment un sentiment ou un jugement participent à la modalisation ; il y en a une quantité :

J'aime, que dis-je aimer ? j'idolâtre Junie. (Racine)

Le verbe aimer fait partie du message, mais il est aussitôt corrigé, remplacé par un autre plus fort qui constitue une distance prise par le locuteur par rapport à son énoncé de base ("J'aime Junie"). Cela constitue une sorte de commentaire sur l'insuffisance du mot utilisé.

Je prétends être en solitude. (Mme de Sévigné)

Le message est : "Je suis en solitude, je suis dans la solitude". Le commentaire est Je prétends, "je le veux, je le dis, je m'y efforce, ce n'est peut-être pas tout à fait exact".

des adverbes, ou des expressions incises :
évidemment, probablement, franchement... / à mon avis, à vrai dire...
Ils criaient évidemment pour demander du secours. (Stendhal)

C'est l'auteur qui rajoute comme commentaire "évidemment", ce qui entraîne une sorte de complicité entre lui et son lecteur ; ou bien, si c'est dans la bouche d'un personnage, cela établit une complicité entre celui-ci et ses auditeurs.

3) Les temps des verbes

Certains temps peuvent exprimer l'attitude du locuteur par rapport au contenu de l'énoncé :

La petite Marie se serait mariée secrètement avec un ancien prêtre défroqué...
[conditionnel : je l'affirme sous réserve, je n'en suis pas sûr, cela m'étonne, me choque peut-être, ou me fait bien rire]
Plus froidement vous calculerez, plus avant vous irez. (Balzac)
[futur : bien sûr, cela concerne l'avenir, mais ce futur est l'expression d'un conseil, et le locuteur croit à la validité de ce qu'il dit]

4) Des tournures

l'exclamation : voir plus haut ; on y rajoutera les interjections :
Hélène : - Quel âge as-tu ? Troïlus : - Quinze ans... Hélas ! Hélène : - Bravo pour "hélas" ! (Giraudoux)

l'utilisation de connecteurs, mots de liaison :
Certes votre proposition est alléchante, mais enfin combien cela va-t-il me coûter ?

une mise en relief :
Toto mange ses épinards. / Ces grands cris dans la cuisine ? C'est Toto qui mange ses épinards.

des phrases incomplètes, qui peuvent d'ailleurs être exclamatives :
Pour l'été, 400 pages ou rien. (d'après Télérama)

5) La ponctuation, l'intonation

Dans un texte écrit, on peut faire des remarques entre parenthèses, ou entre tirets (la rôle n'est pas tout à fait le même). On peut aussi utiliser des guillemets pour encadrer un mot, ce qui veut dire qu'on ne le prend pas à charge. A l'écrit, cela correspond à un léger arrêt, et une intonation particulière :

Il y avait, disatit-il, une « foultitude » de curieux autour de cet énergumène.

Je ne reprend pas à mon compte le néologisme foultitude, mot-valise formé sur foule et multitude. C'est une citation de l'ami qui m'a rapporté la scène. Je trouve que cet ami est un peu pédant, ou qu'il utilise sans réflexion des mots qui sont à la mode, et moi je suis puriste.

A l'écrit, on pourrait encore compléter les signes typographiques par les caractères gras, les italiques, etc.

Cette liste n'est pas close. Si l'on veut par exemple chercher l'ironie dans un texte de Voltaire, il faut rechercher une quantité de procédés si variés qu'on a bien du mal à définir le style de Voltaire. Par exemple, les horreurs de la guerre sont rapportées dans un style aussi neutre, aussi descriptif que possible, comme avec la naïveté de Candide.

On le voit, la notion de modalité rassemble un grand nombre de faits linguistiques assez hétérogènes.



http://bbouillon.free.fr/univ/ling/fichiers/enonc/style.htm



Bref on a juste parlé du match de foot Smile afro elephant flower


Dernière édition par Natatypique le Mer 16 Mar 2016 - 19:18, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Psychologie de comptoir

Message par Invité le Jeu 10 Sep 2015 - 8:50

http://www.liberation.fr/societe/2015/09/10/mort-de-bastien-si-elle-aimait-vraiment-son-enfant-pourquoi-elle-ne-m-a-pas-empeche-de-faire-ce-crim_1379327?xtor=EPR-450206&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=quot

Sans commentaire.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Psychologie de comptoir

Message par Invité le Jeu 10 Sep 2015 - 9:05

C'est juste horrible !!
Quand j'étais gamine, nous étions famille d'accueil pour des enfants retirés à leurs parents. Des histoires sordides j'en ai entendu...
C'est très souvent l'histoire qui se répète, des enfants maltraités qui deviennent des parents maltraitants.
Je suis restée en contact avec certains de ces enfants, devenus adultes.
Ceetains s'en sortent bien.
D'autres sont sous tutelle, comme leurs parents, et leurs enfants sont eux-mêmes placés. Ils sont jugés incapables juridiquement. Tout ça est bien triste !!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Psychologie de comptoir

Message par Invité le Jeu 10 Sep 2015 - 9:15

Wink I love you

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Psychologie de comptoir

Message par Suce ces p'tits Bleus ! le Jeu 10 Sep 2015 - 9:49

Ma bible de psychologie : " Brèves de comptoir de Jean-Marie Gourio ". Dent pétée

Florilège :

● La famille

«Ma femme peut pas me quitter, je suis jamais là!».
«Le spermatozoïde, s'il savait qu'il allait faire un gosse, peut-être qu'il irait pas».
«Mon mari m'a tellement trompée que je ne suis pas sûr d'être la mère de mes enfants».
«Tu sors du ventre de ta mère, après, c'est toute une vie à te reloger».
«On doit pouvoir faire du fromage avec du lait de femme, si la femme veut bien».
«Je suis resté amoureux de la même femme durant 49 ans. Si mon épouse le savait, elle me tuerait».
«Les familles recomposées, moi la mienne tout le monde est mort, elle est décomposée».

● L'alcool

«Il faudrait qu'à l'auto-école, on nous apprenne à conduire bourrés, on apprend bien la conduite sur glace».
«Si tu bois de la bière sans alcool, ça fait encore plus alcoolique».
«En moto, tu peux boire plus qu'avec la voiture, le vent ça dessoûle».
«Les Arabes ne boivent pas de vin, résultat, ils ne s'intègrent pas».
«Il a perdu son taxi parce qu'il buvait trop, maintenant il est chauffeur de car en Bretagne».
«Quand on voit ce que consomment les bagnoles, c'est pas un exemple pour les chauffeurs».

● La politique

«Au pôle Nord, au pôle Sud, à l'équateur, l'homme s'acclimate partout, il n'y a qu'en banlieue qu'il ne s'acclimate pas».
«Le mariage des pédés, ça va obliger le pâtissier à poser des pédés sur le gâteau».
«La douane, c'est la peau d'un pays!»
«Ils bouffent avec des baguettes en bois parce que depuis Hiroshima, ils sont tous aimantés».
«On est habitués aux bruits de bottes, mais attention, faut faire attention, parce que le Front national, ils mettent des chaussons».
«Me fais pas chier avec le rêve américain! S‘ils rêvent, c'est qu'ils dorment!».

● La religion

«La Bible en bande dessinée, on y croit moins...»
«Vaut mieux pas être croyant et que Dieu existe plutôt que d'être croyant et que Dieu existe pas».
«C'est normal, la messe en latin. C'est comme les Beatles en anglais».
«-Si Dieu existait vraiment, on ne trouverait pas toute cette famine sur terre.
- Dieu n'est pas cuistot».
«Je crois en Dieu. J'ai dit JE CROIS, j'ai pas dit que j'étais sûr».

● Le travail

«La terrasse, ça fait vacances, alors que le comptoir, ça fait boulot».
«Les machines ont remplacé ceux qui travaillent, mais un jour elles remplaceront aussi ceux qui ne font rien».
«Les esclaves au moins, ils avaient du boulot!»
«Au début le chômage, c'était bien, mais maintenant on est trop».
«On fait des photos de vacances, on fait pas des photos de boulot, y'a une raison!».

Suce ces p'tits Bleus !
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7826
Date d'inscription : 28/03/2013
Localisation : Une note de musique qui débite en 74.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Psychologie de comptoir

Message par Petitagore le Jeu 10 Sep 2015 - 10:13

Suce ces p'tits Bleus ! a écrit:«Vaut mieux pas être croyant et que Dieu existe plutôt que d'être croyant et que Dieu existe pas».

L'inverse exact du pari de Pascal (et un bon résumé de la philosophie de Richard Dawkins, qui à mon avis ne le renierait pas)! Ça n'est certes pas plus bête, mais comme en fait ça n'est pas plus intelligent non plus... paradoxalement ça donnerait plutôt du poids au pari de Pascal. Very Happy

Petitagore
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2708
Date d'inscription : 29/11/2011
Age : 56
Localisation : Ile-de-France

http://triancey.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Psychologie de comptoir

Message par Suce ces p'tits Bleus ! le Jeu 10 Sep 2015 - 10:21

Petitagore a écrit:
Suce ces p'tits Bleus ! a écrit:«Vaut mieux pas être croyant et que Dieu existe plutôt que d'être croyant et que Dieu existe pas».

L'inverse exact du pari de Pascal (et un bon résumé de la philosophie de Richard Dawkins, qui à mon avis ne le renierait pas)! Ça n'est certes pas plus bête, mais comme en fait ça n'est pas plus intelligent non plus... paradoxalement ça donnerait plutôt du poids au pari de Pascal. Very Happy

Je te crois pas. Dent pétée

Suce ces p'tits Bleus !
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7826
Date d'inscription : 28/03/2013
Localisation : Une note de musique qui débite en 74.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Psychologie de comptoir

Message par Invité le Ven 11 Sep 2015 - 15:24

http://www.lesinrocks.com/2010/05/28/medias/tele/i-am-the-media-ou-lultra-narcissisme-sur-internet-1130255/

L'art du Légo ou du Kiki me semble révolu (rêves aux Lu ? et toi tu ajoutes du beurre sur ton petit Beurre ? ou pas ?)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Psychologie de comptoir

Message par Invité le Ven 11 Sep 2015 - 15:30

Suce ces p'tits Bleus ! a écrit:Ma bible de psychologie : " Brèves de comptoir de Jean-Marie Gourio ". Dent pétée

Florilège :


Smile


Dernière édition par Natatypique le Mer 16 Mar 2016 - 19:11, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Psychologie de comptoir

Message par Invité le Sam 12 Sep 2015 - 12:11


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Psychologie de comptoir

Message par Suce ces p'tits Bleus ! le Sam 12 Sep 2015 - 12:37

Entièrement d'accord ! Approuve

Suce ces p'tits Bleus !
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7826
Date d'inscription : 28/03/2013
Localisation : Une note de musique qui débite en 74.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Psychologie de comptoir

Message par Invité le Lun 9 Nov 2015 - 13:42

- Mais tu procrastines là ? 

- non, je suis un pro de la "Crastination" et là je révise.

- dans ton bain ? 

- oui dans mon bain.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Psychologie de comptoir

Message par Invité le Mar 10 Nov 2015 - 11:21

[size=45]« Les Suffragettes », un hommage au courage des pionnières, une inspiration révolutionnaire[/size]

9 NOVEMBRE 2015 PAR CLEMENCE BODOC 18 COMMENTAIRES

Les Suffragettes est un film percutant sur le combat des femmes pour le droit de vote en Angleterre. L’écho poignant et inspirant d’une histoire toujours en cours d’écriture. Sortie le 18 novembre.



[size=43]1.6k
PARTAGES
[/size]

Partage sur Facebook !Partage sur Twitter !



Londres, 1912. Des femmes se mobilisent pour faire entendre leur voix, et obtenir du gouvernement britannique qu’il accorde le droit de vote aux femmes. Leur mouvement a une cheffe : Emmeline Pankhurst (Meryl Streep à l’écran). Lorsque la voie parlementaire se révèle être une impasse, elle exhorte les militantes à pratiquer la désobéissance civile, à défier le gouvernement pour qu’il entende enfin leurs revendications.
On va suivre le parcours de Maud Watts, jeune ouvrière qui se retrouve embrigadée aux côtés des Suffragettes, et qui paiera très cher son insolente aspiration à… être considérée l’égale d’un homme.

[img(1px,0.125px)]http://cdn.stickyadstv.com/prime-time/intext-roll-ad-message-fr.png[/img]




L’histoire oubliée… d’une Histoire déterminante


Je déteste les films historiques : j’ai toujours peur que les libertés qu’ils prennent avec l’Histoire, la vraie, n’interfèrent avec mes connaissances (ou leur absence !) sur le sujet. Mais c’était avant que je réalise que cette fameuse « Histoire » qu’on apprenait dans les livres avait été écrite par les hommes… De fait, il lui manque toute celle que l’on n’avait pas jugée digne de postérité.
C’est à ces pionnières, héroïnes et martyres, que Sarah Gavron, la réalisatrice, a voulu rendre hommage. Grand bien lui en a pris, car la noble « Histoire » avec un H majuscule avait réduit le droit de vote des femmes à « un repère spatio-temporel » dans les programmes du Brevet des collèges. En vérité, il fut durement acquis, et marqua un jalon déterminant pour le progrès social.

Avec Les Suffragettes, Sarah Gavron a voulu réhabiliter ces militantes, et leur offrirla reconnaissance que l’Histoire leur devait :

« Le terme « suffragette » a été inventé par la presse britannique pour tourner en dérision les activistes du mouvement en faveur du suffrage des femmes, mais celles-ci se le sont approprié.
Les Suffragettes perturbaient les communications en sabotant les lignes télégraphiques ou en faisant exploser les boîtes aux lettres publiques, mais également en s’attaquant aux biens. Elles ont été emprisonnées et ont entamé des grèves de la faim pour faire connaître leur combat pour l’égalité face à un État de plus en plus répressif.
J’étais stupéfaite que cette extraordinaire et poignante histoire n’ait jamais été racontée. »

– Propos rapportés dans le dossier de presse

Et ce film est poignant, grâce à la force de son scénario, à la passion et à la justesse de ses interprètes, à la pudeur de sa réalisation. On ressent la violence sans avoir besoin de litres de faux sangs, on ressent l’émotion et le drame sans avoir besoin d’abuser des violons, on ressent la solennité et le poids de l’Histoire sans recours excessif aux plans stéréotypés du héros-seul-contre-tous.


Une vraie leçon de lutte


C’est facile, pour moi. Je suis née juste à temps pour jouir des mêmes droits civils et politiques que mes frères. Et j’ai l’impression qu’il est loin, le temps où ce n’était pas le cas… Pourtant, ce combat n’est pas encore gagné partout dans le monde, et partout ailleurs, d’autres fronts sont ouverts, d’autres luttes font rage.
Combien d’entre nous ont le courage et la détermination de celles qui ont tenu des grèves de la faim en prison ? Qui ont résisté face à l’alimentation forcée ? Qui sont passées de sympathisante à militante, de militante à activiste, d’activiste à… martyre ?

Je suis née à la frontière allemande, quelques décennies à peine après l’une des pires guerres de l’Europe, et sans doute de l’humanité. Et cette question me hante à chaque nouveau débat violent au sein de la société : est-ce que j’ai choisi le bon camp, celui de la justice ? Si oui, et si je sens que l’on bascule dans l’autre sens,jusqu’où suis-je prête à aller pour défendre mes convictions, celles que j’estime juste et bonne pour le bien commun ?
À lire aussi : Pour la réhabilitation du militantisme !
La Manif Pour Tous piétine, mais la France avance. Et vous, M. le Président ?
J’ai pris la plume contre la Manif Pour Tous, l’extrême droite, et régulièrement contre le sexisme. Mais irais-je en prison pour ça ? Accepterais-je de tout perdre, tous mes biens matériels, tous mes liens familiaux, accepterais-je de remettre en jeu mon statut social (certes insatisfaisant) au risque de tout perdre, quand l’espoir de gain est un idéal ?
Maud Watts, campée par une magistrale Carey Mulligan, méconnaissable en ouvrière textile du début du siècle, montre l’exemple que j’aurais aimé suivre. Je me demande simplement si j’en aurais été capable.
À lire aussi : Le jour où j’ai réalisé que ma vie n’était pas un film

« On ne veut pas violer la loi, on veut l’écrire »


J’ai le sentiment que tous ces sacrifices étaient démesurés, eu égard aux revendications qui étaient avancées : « on ne veut pas violer la loi, on veut l’écrire », proclamait Pankhurst à ses troupes, et je ne l’aurais pas mieux résumé.

Pourquoi, encore aujourd’hui, tant de combats légitimes en viennent aux armes et au sang, alors que l’une des parties réclame simplement le droit aux mêmes conditions d’existence ?


L’enjeu n’est pas simplement le vote, mais l’égalité des droits

On ne va pas se mentir, je ne serais pas morte pour le droit de vote. Non, vraiment, je crois qu’il ne vaut pas la peine de mourir, ni même de passer une seule journée en prison, pour obtenir « le droit » de choisir entre Chirac et Le Pen au deuxième tour d’une élection présidentielle. De choisir entre deux ou trois partis qui font les mêmes promesses illusoires et irresponsables.

Mais ne nous leurrons pas. Derrière la lutte pour le droit de vote, ce n’était pas « le droit de vote » qui était en jeu : c’était la reconnaissance des femmes comme individu à part entière. C’étaient tous les droits civils et politiques qui allaient de paire avec le statut de « citoyen », que les Suffragettes revendiquaient.
Et oui, ne nous voilons pas la face : je serais morte pour un monde où j’aurais eu les mêmes chances dans la vie que mes frères. Je serais sans doute déjà morte si j’étais née dans un pays où ce n’était pas le cas.


Un hommage au courage des pionnières, une inspiration révolutionnaire


C’était pourtant pas demander la lune, mais il a fallu qu’elles luttent, qu’elles risquent et perdent tout, jusqu’à leur vie, pour que le gouvernement britannique daigne reconnaître que le fait de naître femme n’était pas une raison valable pour être privée de citoyenneté.
Je déteste la violence, mais je conçois qu’elle soit parfois l’ultime recours. Même en plein désespoir, c’est contre elles-mêmes qu’elles osent encore la retourner. « La guerre est le seul langage que les hommes comprennent ! » répondra Maud Watts à ce vieux bedonnant, bien installé dans ses privilèges, qui lui demande de déposer les armes.
J’ai envie de leur dire merci. Merci à toutes celles qui ont mené les combats que j’ai le privilège de pouvoir considérer comme acquis. C’est grâce à ces femmes, à leur détermination, à leur courage, à leurs sacrifices — et je réalise aujourd’hui le prix que certaines ont dû payer — que j’ai le privilège de considérer mes droits comme dus, comme des évidences. Ils ne l’ont pas toujours été.


À nous d’assurer la relève ?


Le générique arrive en rappel salutaire, qui serait presque une leçon de morale à ces messieurs, quant à leurs privilèges. Vous trouvez que Les Suffragettes sentent bon les années 20, qu’on est bien passé à autre chose depuis ? Vous vous trompez.
1928, la Royaume Uni accorde enfin aux femmes le droit de vote. Ajoutez donc huit longues années au calvaire de Maud, que vous avez suivi pendant 1h45 seulement. En 1944 — honte à elle, la France daigne enfin en faire de même. Dix ans après la Turquie, cette grande démocratie… On fait mieux que la Chine, qui ne l’accorde qu’en 1949 — m’enfin, pour ce à quoi il sert en ces contrées !
Mais je le redis : ce n’est pas à proprement parler du droit de vote dont il s’agit. Selon la santé de nos démocraties, il a plus ou moins d’importance. Ne croyez pas que les Maud Watts d’hier, ou les Malala Yousafzai d’aujourd’hui se battent pour avoir la même existence misérable que les hommes : non. De tous temps, les opprimé•e•s se battent et se sont battu•e•s pour acquérir un statut équitable. Pour être considéré comme l’égal•e de l’homme, pour ne pas être subordonné•e, inféodé•e à la volonté d’un autre individu.
Pour avoir le droit d’exister, et de déterminer sa propre vie. Est-ce vraiment si déraisonnable ?

J’espère que nous aurons tous et toutes ce film, et cette question à l’esprit, la prochaine fois que nous considèrerons un privilège pour acquis, la prochaine fois que nous considérerons une oppression comme normale. C’est dans ce contexte que des discours, et des programmes comme HeForShe prennent tout leur sens. Si demain, les « droits des femmes » devenaient secondaires — et nous devons savoir qu’à la prochaine crise économique, ils le seront — que ferions-nous ? Et vous messieurs, que feriez-vous ?
À lire aussi : L’appel d’Emma Watson aux « féministes introvertis » : l’égalité se fera grâce à vous
Les Suffragettes réhabilitent ces héroïnes dont on parle trop peu, ces pionnières dont on a tendance à perdre la trace. Tant que nous ne serons pas l’égal de l’homme, il restera des combats. Le film sera en salles le 18 novembre. À ne pas manquer !


http://www.madmoizelle.com/suffragettes-film-critique-459101?utm_source=PauseCulotte&utm_campaign=c98fbc3cc2-pause_culotte_9_11_2015&utm_medium=email&utm_term=0_f552142f1a-c98fbc3cc2-243612857

Pion n'hier, Pion aujourd'hui ? Pion demain ?

Je suis un combattant, je n'utilise pas les droits pour lesquels d'autres se sont battus ? Je suis un con battant ?  Razz

Pouce. Culot. j'ai besoin d'un instant pour que je suffre Fragette Smile Tu souffres ? pendant que ça sent le soufre ? ouais je crois que j'ai oublié mon string à Hambourg Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Psychologie de comptoir

Message par Invité le Jeu 12 Nov 2015 - 11:49

60 P'tites Astuces Qui Vont Améliorer Votre Vie dans les 100 Prochains Jours.


Contrairement à ce qu'on pense, pas besoin de changements radicaux pour améliorer la qualité de sa vie. Par ailleurs, pas besoin non plus d’attendre une éternité avant d'avoir des résultats concrets suite à des actions positives. 


La clef de la réussite est de faire des petits pas, de manière régulière, pendant une période de 100 jours.


 Voici les 60 p’tits trucs qui vont améliorer votre vie en 100 jours. 


À la maison 1. 


Créez un calendrier spécial « 100 jours Pour en Finir avec le Bazar ». 


Faites une liste des groupes d’objets que vous souhaitez trier ou ranger. Puis, répartissez tous ces objets sur votre calendrier pour les 100 prochains jours. Voici quelques exemples :     


- Jour 1 : Trier les magazines.     
- Jour 2 : Trier les DVD’s.     
- Jour 3 : Trier les livres.     
- Jour 4 : Ranger les ustensiles de cuisine. 


2. Voici votre nouveau mode opératoire : « Une place pour chaque chose, et chaque chose à sa place ». 


Pendant les 100 prochains jours, respectez ces 4 règles d'organisation dans votre logement :     


- Si je prends un objet, je le remets à sa place.     
- Si j’ouvre quelque chose, je le referme.     
- Si je fais tomber quelque chose, je le ramasse.    
- Si je décroche quelque chose, je le raccroche. 


3. Faites le tour de votre maison pour identifier 100 petits problèmes que vous avez tolérés jusqu’à présent. 


Puis, remédiez à un de ces petits problèmes par jour. 
Voici des exemples :     
- Une ampoule grillée qu’il faut remplacer.     
- Recoudre un bouton sur une chemise.     
- Ce placard qu’on n'ouvre plus par peur que son contenu nous tombe sur la tête.  


Bien-être 4. 


Suivez la méthode que conseillent les psychologues positivistes : chaque jour, notez 5 à 10 choses pour lesquelles vous êtes reconnaissant.  


5. Créer une liste de 20 petites choses faciles qui vous apportent du plaisir. 


Faites tout votre possible pour faire au moins une de ces choses par jour. 


Voici des exemples de ce que peut inclure votre liste :     - Déjeuner en plein air.     


- Appeler son meilleur ami pour papoter.     
- Prendre quelques minutes pour lire un roman de son auteur préféré. 


6. Créer un journal de vos dialogues intérieurs — y inclure les dialogues positifs et négatifs. 


Notez tous ces dialogues pendant 10 jours, en restant le plus précis possible :     


 - Combien de fois par jour vous faites-vous des reproches ?     - Vous sentez-vous utile ?     
- Avez-vous souvent des pensées critiques envers les autres ?      
- Combien de pensées positives avez-vous par jour ? Prenez soin de noter les sentiments qui accompagnent ces pensées.


Puis, pendant les 90 jours suivants, essayez d’améliorer votre dialogue intérieur. 


C’est en améliorant votre dialogue intérieur que vous allez améliorer vos émotions.  


7. Pendant les 100 prochains jours, riez aux éclats au moins 1 fois par jour. 


Vous pouvez acheter un calendrier avec une blague pour chaque jour de l’année. 


Ou alors, visitez un site web de bandes dessinées humoristiques que vous adorez.  


Développement personnel 


8. Choisissez un livre qui va solliciter un effort intellectuel et de la concentration. 


Lisez ce livre tous les jours, de manière à l’avoir complètement terminé en 100 jours.  


9. Faites-vous un devoir d’apprendre quelque chose de nouveau chaque jour : le nom d’une fleur qui pousse dans votre jardin, la capitale d’un pays à l’autre bout du monde, ou le nom d’un morceau de musique classique entendu dans un magasin. Si, à l’heure du coucher, vous constatez que vous n’avez rien appris de nouveau pour la journée, prenez un dictionnaire et apprenez un nouveau mot. 


10. Arrêtez de vous plaindre pendant 100 jours. 


Il y a quelques années, l’écrivain Will Bowen a remis un bracelet violet à chaque membre de sa paroisse. 


Ces bracelets étaient censés leur rappeler d’arrêter de se plaindre. 


Selon Bowen, « les discours négatifs produisent des pensées négatives ; les pensées négatives produisent des résultats négatifs ». 


Pendant les 100 prochains jours, quand vous avez envie de vous plaindre, retenez-vous.  


11. Chaque jour des 100 prochains jours, programmez votre réveil 1 min plus tôt. Puis, sortez du lit dès que votre réveil sonne. Ouvrez les volets pour éclairer la maison et faites des étirements. Dans 100 jours, vous sortirez du lit 1 h et 40 min plus tôt que votre heure de réveil actuelle.  


12. Pendant les 100 prochains jours, 


pratiquez la méthode de la dramaturge Julia Cameron pour libérer la créativité qui est en vous. 


Sa méthode se base sur la technique de courant de conscience. C'est une technique qui consiste à transcrire mot à mot le monologue intérieur qui constitue notre pensée.  Au réveil, écrivez 3 pages en appliquant scrupuleusement cette méthode.  


13. Pendant les 100 prochains jours, faites-vous un devoir d’alimenter votre esprit avec les pensées, les mots, et les images qui correspondent à qui vous voulez être, ce que vous voulez posséder, et ce que vous voulez réaliser.  


Finances 


14. Établissez un budget de dépenses. Pendant les 100 prochains jours, notez chaque centime que vous dépensez et tenez-vous bien à votre budget de dépenses. 


15. Cherchez des astuces sur le web pour réaliser des économies (vous pouvez en trouver plein sur notre site). 


Sélectionnez 10 de ces astuces. 


Pendant les 100 prochains jours, mettez ces astuces en œuvre. Voici quelques possibilités :      


- Quand vous allez au supermarché, laissez votre carte bleue à la maison. Payez plutôt en liquide et prenez une calculette. 
 - Faites une liste de courses avant de partir au supermarché.    - Pourquoi ne pas annuler votre abonnement télé par satellite ?    
 - Avez-vous vraiment besoin d'un abonnement de téléphonie fixe ?     
- Allez faire vos courses en 1 seule fois pour économiser de l'essence. Suivez vos dépenses de près pour savoir combien ces astuces vous ont permis d'économiser en 100 jours. 


16. Pendant les 100 prochains jours, réglez tous vos achats en liquide et mettez le reste de monnaie dans un bocal. C’est un bon moyen de se construire une petite réserve pour les jours difficiles.  


17. Achetez seulement le strict nécessaire pendant les 100 prochains jours. Vous économiserez forcément de l’argent. 


Voici comment utiliser l'argent économisé :      


- Réglez vos dettes, si vous en avez.     
- Mettez l'argent de côté dans un fonds de secours.     
- Ouvrez un Livret A.  


18. Pendant les 100 prochains jours, dédiez 1 heure par jour à trouver un moyen de générer un revenu passif. 


Gestion du Temps 


19. Pendant les 100 prochains jours, ne sortez pas de chez vous sans un bloc-note. Il va servir à organiser vos idées et vos pensées. 


Notez absolument tout sur ce bloc-note — et non plus dans votre tête ! Ce bloc-note va vous permettre de décider quoi faire de toutes ces idées et pensées. 


Voici des exemples de ce que vous pouvez écrire dessus :      - Le nom des personnes que vous avez envie de voir.     
- Des dates de rendez-vous.     
- Une liste de tâches. 20. 


Pendant 5 jours, suivez de près la façon dont vous utilisez votre temps tout au long de la journée. 
Utilisez les résultats de cette recherche pour créer un budget de temps : c'est -à-dire, fixez le pourcentage de votre temps que vous voulez dédier à chaque activité récurrente de la semaine. 


Voici des exemples d’activités récurrentes :      
- Transports.     
- Entretien de la maison / ménage.     
- Loisirs.     
- Activités génératrices de revenus. 


Pendant les 95 jours suivants, tenez-vous bien au budget de temps que vous avez établi.  


21. Identifiez une activité peu importante que vous pouvez mettre de côté pendant les 100 prochains jours. Utilisez ce temps libre pour faire une tache prioritaire. 


22. Identifiez 5 habitudes qui vous font perdre du temps. 


Pendant les 100 prochains jours, réduisez le temps dédié à ces activités. 


Voici 3 exemples :     


 - Pas plus de 30 min de télé par jour.     
- Pas plus de 30 min par jour sur les réseaux sociaux.     
- Pas plus de 20 min par jour de jeux vidéos. 


23. Pendant les 100 prochains jours, arrêtez de faire plusieurs tâches à la fois. Faites 1 seule tâche à la fois sans aucune distraction.  


24. Pendant les 100 prochains jours, planifiez vos journées la veille.  


25. Pendant les 100 prochains jours, commencez par la tâche la plus prioritaire avant de commencer quoi que ce soit d'autre.  


26. Pour les 14 prochaines semaines, faites un bilan de vos activités en fin de semaine. 


Votre bilan doit répondre aux questions suivantes :     
- Qu’avez-vous accompli ?     
- Qu’est-ce qui a mal tourné ?     
- Qu’est-ce qui a bien marché ? 


27. Pendant les 100 prochains jours, en fin de journée, prenez le temps de faire les 3 choses suivantes : organiser votre bureau, trier vos papiers, et nettoyer votre espace de travail. 


Le but est de commencer la journée avec un espace de travail propre et organisé.  


28. Rédigez une liste de tous vos engagements et activités sociales prévus pour les 100 prochains jours. 


Puis, sortez un stylo rouge. 


Barrez tout ce qui ne vous apporte pas de joie ou qui ne vous aide pas à réaliser vos objectifs principaux.  


29. Pendant les 100 prochains jours, quand vous passez d’une activité à une autre, posez-vous la question suivante : « Est-ce vraiment la chose la plus importante à faire maintenant ? ». 


Santé 30. Pour perdre 1/2 kilo, il faut brûler 3 500 calories. Si vous supprimez 250 calories par jour de votre alimentation pendant les 100 prochains jours, vous allez perdre 2,5 kilos. 


31. Pendant les 100 prochains jours, mangez 5 portions de légumes par jour. 


32. Pendant les 100 prochains jours, mangez 3 portions de fruits par jour. 


33. Identifiez l’aliment qui vous fait craquer quand vous essayez de manger plus sainement. Vous savez très bien de quoi je parle— pour certains, c’est le chocolat, pour d’autres la pizza, etc. (pour moi, c'est les chips). Pendant les 100 prochains jours, décrochez complètement de cet aliment. 


34. Pendant les 100 prochains jours, utilisez une assiette plus petite que d’habitude pour manger. Ça va vous aider à contrôler les portions de vos repas.  


35. Pendant les 100 prochains jours, ne buvez que du jus de fruits 100% pur jus. Ne buvez pas de jus à base de jus concentré (qui contient du sucre ajouté et des conservateurs).


36. Pendant les 100 prochains jours, buvez de l’eau à la place des sodas. 


37. Rédigez une liste de 10 petits-déjeuners faciles à préparer et bons pour la santé. 


38. Rédigez une liste de 20 repas faciles à préparer, bons pour la santé, et qui peuvent être mangés au déjeuner ou au dîner. 


 39. Rédigez une liste de 10 petits casse-croûtes à grignoter qui sont faciles à préparer et bons pour la santé. 




40. Avec les listes de petits-déjeuners, déjeuners, dîners, et casse-croutes que vous venez de créer, planifiez à l’avance vos repas pour toute la semaine. Utilisez cette méthode pendant 14 semaines.  


41. Pendant les 100 prochains jours, tenez un registre de tout ce que vous mangez. Ça va vous permettre de savoir quand vous ne respectez pas les menus que vous aviez planifiés — et quand vous consommez trop de calories. 


42. Pendant les 100 prochains jours, pratiquez au moins 20 min d’activité physique par jour.  


43. Équipez-vous d’un podomètre et marchez 10 000 pas par jour, et ce pendant les 100 prochains jours. 


Chaque pas que vous faites est pris en compte vers votre objectif de 10 000 pas :      


- Quand vous marchez vers votre voiture.     


- Quand vous marchez de votre bureau aux toilettes.     - Quand vous marchez pour aller parler à un collègue, etc. 


44. Préparez un tableau de poids et accrochez-le dans votre salle de bains. Chaque semaine, pendant les 14 prochaines semaines, notez les critères suivants :      


- Votre poids.     - Votre indice de masse graisseuse.      - Votre tour de taille. 


45. Pendant les 100 prochains jours, réglez votre montre, téléphone ou ordinateur pour qu’il sonne 1 fois par heure. 


Cette sonnerie doit vous rappeler de boire de l’eau régulièrement tout au long de la journée. 


46. Pendant les 100 prochains jours, prenez l’habitude de méditer, de respirer, et d'être dans le moment présent pour vous apaiser l’esprit. 


Votre couple 


47. Pendant les 100 prochains jours, cherchez de manière active les qualités et traits positifs de votre conjoint. 


Notez-les soigneusement. 


48. Pendant les 100 prochains jours, créez un album de toutes les activités que vous partagez avec votre conjoint. Après 100 jours, remettez à votre partenaire cette liste de choses positives que vous avez observées, ainsi que l’album des activités que vous avez passées ensemble.  


49. Identifiez 3 actions concrètes à entreprendre tous les jours pour renforcer votre relation. Voici quelques exemples :      - Dire « Je t’aime » et « Passe une bonne journée » à votre conjoint chaque matin.     - Embrasser votre conjoint quand vous vous retrouvez en fin de journée.     - Sortir en promenade avec votre conjoint chaque soir après le repas, main dans la main. Vie sociale 


50. Tous les jours et pendant les 100 prochains jours, engagez la conversation avec quelqu'un que vous ne connaissez pas. C’est plus simple que ça en a l’air — saluer un voisin à qui vous n’avez jamais parlé, suivre quelqu’un sur Twitter, ou laisser un commentaire sur un site où vous ne vous êtes jamais exprimé comme sur comment-économiser.fr par exemple . 


51. Pendant les 100 prochains jours, faites-vous un devoir de fréquenter des personnes que vous admirez, que vous respectez, et à qui vous voulez ressembler. 


52. Pendant les 100 prochains jours, si quelqu’un vous contrarie, prenez 60 sec pour formuler votre réponse au lieu de répondre tout de suite. 


53. Pendant les 100 prochains jours, ne portez pas de jugement sur quelqu’un avant d’avoir entendu les 2 versions des faits. 


54. Pendant les 100 prochains jours, faites tous les jours une bonne action (même une p'tite) envers quelqu’un d’autre — une simple pensée affectueuse à leur égard suffit. 


55. Pendant les 100 prochains jours, faites-vous un devoir de féliciter les personnes qui le méritent. Dites-leur personnellement ce que ces personnes ont fait de bien. Ça peut être un collègue, un(e) ami(e), ou quelqu'un de la famille.


56. Pendant les 100 prochains jours, pratiquez l’écoute active. Quand quelqu’un vous parle, concentrez-vous sur ce qu’il est en train de dire au lieu de réfléchir à votre réponse. 




Reformulez les propos de la personne en utilisant d’autres mots pour vous assurer de bien l'avoir comprise. Si ce qu’elle a dit n’est pas clair, demandez à la personne d’étayer ses propos.  


57. Pratiquez l’empathie pendant les 100 prochains jours. Si vous n’êtes pas d’accord avec quelqu’un, mettez-vous à sa place, en essayant de voir le monde de sa perspective. 


L'objectif de l'empathie est de ressentir la situation comme si vous étiez dans ses chaussures. Soyez curieux et posez des questions à cette personne. 


Essayez de comprendre comment son expérience personnelle a construit sa manière de penser et de se comporter. Enfin, essayez de comprendre par quel processus de réflexion elle est arrivée à ses conclusions.   


58. Pendant les 100 prochains jours, soyez reconnaissant de ce que vous avez et arrêtez de vous comparer aux autres. 


59. Pendant les 100 prochains jours, essayez de toujours interpréter les actions des autres personnes de manière positive et non pas contre vous ! 


60. Pendant les 100 prochains jours, dites-vous chaque jour que chaque personne autour de vous fait de son mieux.

Source : Comment-Economiser.fr | http://www.comment-economiser.fr/ameliorer-sa-vie-en-100-jours.html




Concret
Adjectif

  • DÉFINITIONS



     
  • SYNONYMES


     
  • EXPRESSIONS


     
  • CITATIONS


     
  • EVÉNEMENTS




concret , adjectif

  • Féminin
    concrète.


  • Sens 1
    Qui est perceptible par les sens.
    Synonyme : perceptible
    Traduction anglais : concrete

  • Sens 2
    Qui est réel, vrai, significatif.
    Exemple : Cela constitue une avancée concrète dans l'élaboration de ceprojet.
    Synonyme : vrai
    Traduction anglais : concrete

  • Sens 3
    Qui a le sens des réalités, qui se réfère continuellement au réel,pragmatique.
    Synonyme : objectif
    Traduction anglais : concrete


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Psychologie de comptoir

Message par Invité le Jeu 12 Nov 2015 - 11:51

Qu'on crée Smile

Et sinon niveau comptoir tu en es où ? je m'y accroche psychologiquement, y'a beaucoup de monde qui poussent Smile


Dernière édition par Natatypique le Mer 16 Mar 2016 - 19:15, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Psychologie de comptoir

Message par Invité le Dim 15 Nov 2015 - 14:05

[size=35]Comment faire face à des gens arrogants

Les gens arrogants ont l’air de croire qu’ils savent tout et peuvent vraiment vous taper sur les nerfs. Voici une approche pour les gérer.


[/size]

Étapes



[list=steps_list_2]
[*]
[size=43]1[/size]
Évaluez la situation. Qu’est-ce qui vous laisse penser qu’une personne est arrogante ? Est-ce qu’elle s’est montrée condescendante avec vous ou ne vous parle jamais ? S’il y a eu un incident qui vous a montré que cette personne se sent supérieure à vous, n’en concluez pas trop vite qu’il ou elle est arrogant. Vous pourriez mal interpréter la situation.


Publicité

[*]
[size=43]2[/size]
Prêtez attention à leurs conversations. Est-ce qu’ils parlent toujours d’eux ? Est-ce qu’ils s’énervent ou s’irritent facilement lorsqu’ils ne sont plus le centre de l’attention ?

[*]
[size=43]3[/size]
Sachez que les gens arrogants sont des personnes peu sûres d’elles. Ils cherchent à dominer et prendre le contrôle parce qu’ils ont peur, justement, d’être eux-mêmes dominés et contrôlés.

[*]
[size=43]4[/size]
Lorsque vous entrez en interaction avec une personne arrogante, ne perdez jamais de vue le fait que “vous” êtes sûr de vous et que vous êtes une personne forte et équilibrée. Rien de ce qu’ils puissent dire ou faire ne peut vous ébranler. Votre confiance en vous-même et votre propre estime vous empêcheront d’être vulnérables face à l’incapacité totale d’une personne arrogante à se lier aux autres, mais aussi face aux paroles parfois nocives et cruelles qui peuvent sortir de sa bouche.

[*]



[size=43]5[/size]
Essayez d’ignorer l’arrogance d’une personne lorsque vous échangez avec elle. Au lieu de cela, cherchez quelque chose que vous appréciez dans la conversation. Peut-être a-t-elle une certaine connaissance à transmettre. Peut-être raconte-t-elle une histoire intéressante. Peut-être qu’il est distrayant de s’amuser de son arrogance.

[*]
[size=43]6[/size]
Amusez-vous de leur arrogance. C’est un point important. Bien souvent, les personnes arrogantes sont trop centrées sur elles-mêmes pour se rendre compte que les autres se moquent d’elles. Faites semblant de ne pas comprendre certaines idées pourtant simples et regardez-les s’engager dans la brèche et essayer de prouver leur supériorité.

[*]
[size=43]7[/size]
Utilisez ces échanges comme une opportunité d’améliorer vos capacités d’écoute et de tolérance.

[*]
[size=43]8[/size]
Essayez d’ignorer tout ce qu’ils disent ou font, et ils finiront par vous laisser tranquille.

[*]
[size=43]9[/size]
Soyez honnête. Si cela ne marche pas et que la personne arrogante vous porte encore sur les nerfs, dites-lui que vous pensez qu’elle est arrogante et avouez-lui franchement ce que vous pensez d’elle. Ne criez pas, ne jurez pas, ne les insultez pas plus que nécessaire, parce que vous aurez juste l’air mauvais.

[*]
[size=43]10[/size]
Si cela est possible, ignorez complètement la personne arrogante (pas seulement son comportement).

  • Si d’une manière générale, vous ne pouvez pas les éviter, vous pouvez vous en sortir en vous adressant à un groupe de personnes plutôt qu’à celle-ci en particulier. Par exemple, au lieu de dire « Bonjour Elsa », dites « Bonjour, tout le monde ». De la même manière, ne demandez pas directement « comment vas-tu ? », car cela pourrait déclencher une réponse impolie.


[*]
[size=43]11[/size]
Si vous travaillez avec quelqu’un de particulièrement désagréable et arrogant, prenez un air incroyablement occupé dès qu’ils approchent.Décrochez le téléphone et faites semblant d’être en pleine conversation, quitte à les faire attendre jusqu’à ce qu’ils s’en aillent, même s’ils ont vraiment l’air de demander votre attention. Ayez toujours sous la main quelques colonnes de chiffres à calculer et vérifier deux ou trois fois. Lorsque vous reconnaîtrez enfin leur présence dans la pièce, faites-le d’une manière distraite, rapide et impersonnelle, tout en commençant une autre tâche. Par exemple, dites quelque chose comme « oui, qu’est-ce que je peux faire pour toi », en reposant le combiné du téléphone. Cette technique marche souvent parce que, justement, vous « remettez la personne arrogante à sa place ». C’est l’opposé de ce qu’ils veulent.


Publicité

[/list]



Conseils




  • En général, les gens arrogants n’écouteront pas ce que vous avez à dire, donc tout ce que vous aurez à faire parfois est de sourire et acquiescer, en appréciant le fait d’être la personne la plus sûre d’elle.
  • N’ayez pas peur de taper gentiment du poing sur la table face à cette personne, si vous n’approuvez ou ne tolérez pas certaines de ses actions. Soyez franc en émettant des critiques sur ce qu’ils font, qu’ils puissent savoir ce qui va et ce qui ne va pas.
  • Quand quelqu’un vous rend fou avec son comportement arrogant, vous pouvez lui demander très poliment : “Puis-je savoir à quel moment tu es devenu un expert dans ce sujet ? Tu l’as étudié ? Tu l’as appris après une mauvaise expérience ? Y a-t-il un sujet à propos duquel tu ne connaisses rien, avec lequel je puisse essayer de t’aider ?”
  • Demandez-leur poliment ce qu’ils sont en train de faire.


http://fr.wikihow.com/faire-face-%C3%A0-des-gens-arrogants

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Psychologie de comptoir

Message par Invité le Mer 2 Déc 2015 - 14:15

http://www.courrierdesmaires.fr/56746/une-jeunesse-qui-rejette-loffre-politique-par-labstention-et-le-vote-fn/?utm_source=flash-info-cdm&utm_medium=email&utm_campaign=flash-info-30-11-2015

SONDAGE27/11/2015

Une jeunesse qui rejette l’offre politique par l’abstention et le vote FN

par Marion Esquerré

© Anacej
Une récente enquête sur le comportement électoral des jeunes, commandée par l'Anacej, confirme la tendance des 18-25 ans à s'abstenir massivement, à partager désormais les mêmes préoccupations que la population générale et à se tourner vers un vote radical FN, dans un contexte global de droitisation.
L’Association nationale des conseils d’enfants et de jeunes (Anacej) a présenté, le 25 novembre, en présence d’élus locaux à la Jeunesse, les résultats d’une nouvelle enquête sur le comportement électoral des jeunes(1).
Alors que le niveau des inscrits sur les listes électorales, du moins déclarant être inscrits, s’établit à 83% – 3% ne savent pas –, l’indice de participation évalué par Ifop s’établit à 28%.
« En d’autres termes, 72% des jeunes interrogés pensent ne pas se rendre aux urnes, ce qui, souligne Frédéric Dabi de l’Ifop, confirme la surreprésentation des jeunes dans l’abstention aux élections intermédiaires ».

L’abstention comme signal de défiance

Leur motif ? « Arrive en tête le fait qu’ils seraient au moment du scrutin en week-end, en congé ou en déplacement. Cela traduit en réalité un manque d’intérêt pour ce scrutin », analyse Frédéric Dabi.
La conviction que ces élections ne changeront rien à leur situation, qu’aucun candidat ne défend leurs intérêts, le fait qu’ils ne connaissent pas les candidats qui se présentent ou encore la volonté de manifester leur mécontentement à l’égard des partis sont autant de motifs justifiant leur non-participation.
Cela témoigne de la défiance des jeunes à l’égard du personnel politique et du système démocratique en place, déjà constatée dans les précédentes étudescommandées par l’Anacej.

Des gauches mal en point

Les résultats de l’enquête confirment une tendance observée en 2012 : les jeunes se démarquent de moins en moins de l’ensemble de la population dans leurs intentions de vote.
Ainsi, 28% des 18-25 ans interrogés pensent voter pour les partis de la droite et du centre (LR-UDI-MoDem), 25% pour le FN, 22% pour les partis de la gauche gouvernementale (PS et PRG) et 17% pour les partis de la gauche alternative (EELV-FGD et ND).
« On assiste à un phénomène de droitisation du corps électoral qui touche aussi largement les jeunes », commente le directeur d’études de l’Ifop. Néanmoins, le vote pour la gauche de la gauche reste plus important chez les jeunes que dans l’ensemble de la population des électeurs.
« Pour autant, cette composante ne passe pas devant le PS. C’est un enseignement des élections intermédiaires depuis 2012 : les difficultés du PS ne profitent pas à la gauche de la gauche ».

Un effet 13 novembre ?

Autre enseignement, les intentions de vote pour le FN sont d’autant plus importantes que le niveau de diplôme ou la catégorie socio-professionnelle des déclarants est faible. « On constate un survote chez les jeunes employés (38% d’intention de vote contre 25% dans la population générale) et les ouvriers (37%), comme dans la population générale, précise Frédéric Dabi. Mais attention de ne pas assimiler Ouvrier et FN car c’est une catégorie socioprofessionnelle dont le niveau d’abstention est particulièrement élevé ».
Le sondage a été réalisé avant les attentats du 13 novembre. Or, l’hypothèse selon laquelle ils pourraient avoir modifié le positionnement électoral des jeunes et de la population en général, ne peut être écarté.
Selon Frédéric Dabi, au regard des quelques sondages connus, menés dans les régions après ces événements meurtriers, ceux-ci auraient pour effet de renforcer les grandes tendances, plus que de les modifier.
« Pour le moment, je resterais très prudent. Mais il semblerait que les attentats aient contribué à renforcer le Front national tandis que les Républicains resteraient stables. Le PS profiterait d’un petit phénomène de vote utile, au détriment de la gauche du PS », décrit-t-il.

Une mobilisation de dernière minute ?

Autre effet hypothétique du 13 novembre, les électeurs pourraient se rendre aux urnes en plus grand nombre. C’est en tous les cas un réflexe que compte encourager l’AFEV, réseau associatif d’étudiants dont le représentant, à l’occasion de la présentation de l’étude de l’Anacej, a annoncé le lancement très prochainement d’une campagne de sensibilisation intitulée « Voter, c’est résister ».
Enfin, soulignent les auteurs du sondage, les attentats de Paris et Saint-Denis pourraient renforcer la place de la sécurité dans les déterminants du vote aux élections régionales. Dans l’étude, elle figure déjà en 6e position des préoccupations des jeunes, après l’emploi et la formation, le pouvoir d’achat et le coût de la vie, l’éducation, la santé puis le logement.
« Il est surprenant que les jeunes placent ce sujet à un niveau si élevé. Mais cela confirme le mouvement de similarité entre jeunes et moyenne nationale constaté depuis 2012 ».

Inquiétude des acteurs de la Jeunesse

Enfin, l’Ifop a sondé les jeunes sur leurs intentions de vote à l’élection présidentielle, à partir des candidats déjà déclarés. Avec toutes les précautions dues à la précocité du sondage, les résultats montrent là encore une très forte progression du vote FN.
Marine Le Pen emporterait la majorité relative des voies au premier tour (29%), devant Les Républicains (Nicolas Sarkozy – 26%), le PS (François Hollande – 17%) et le Front de gauche (Jean-Luc Mélenchon – 10%).
Dans l’hypothèse d’une candidature d’Alain Juppé pour les Républicains, les écarts se creuseraient entre le FN (36%) et les autres forces politiques, les Républicains (20%), le PS (16%) et le Front de Gauche (11%). Selon l’Ifop, « ces résultats montrent que les le FN se situe aujourd’hui, auprès des jeunes, dans une position lui permettant de se qualifier pour le second tour ».
Là, le PS perdrait face aux Républicains quel que soit leur candidat et serait à égalité face à Marine Le Pen. Celle-ci échouerait en revanche face aux Républicains. « Les résultats sont similaires à ceux observés par l’Ifop auprès de l’ensemble du corps électoral », ont indiqué les auteurs de l’étude.

Les régionales, premier test

A l’issue de cette présentation, les élus locaux en charge des questions de Jeunesse et les acteurs de mouvement de Jeunesse ne cachaient pas leurs inquiétudes.
En aparté, le délégué général de l’Anacej soulignait l’ampleur du travail de sensibilisation pour remettre les jeunes sur le chemin des urnes(2), dans l’espoir que la réduction de leur abstention se traduirait aussi par la baisse relative du vote frontiste.
Pour les élections régionales, c’est déjà trop tard. L’enjeu se place donc dans l’élection présidentielle. L’Anacej espère que les forces politiques sauront prendre la mesure des enseignements de cette enquête et agir rapidement en conséquence.
 
Zoom sur trois régions
Grace à un panel important – 1 507 interrogés – l’Ifop a pu s’attarder sur les prévisions de vote dans quatre principales composantes du paysage politique et dans trois régions, l’Ile-de-France, la région Paca et la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie .


Parmi ces trois territoires, c’est en Ile-de-France que la gauche de la gauche pourrait faire son score le plus important chez les 18-25 ans, avec 18% d’intention de vote (contre 17% en moyenne en France). On retrouve dans cette région le même phénomène de survote en faveur des Républicains, UDI et MoDem qui recueillent 31% des intentions de vote contre 28% à l’échelle nationale, alors que leur audience est inférieure à la moyenne en Nord-Pas-de-Calais-Picardie (24%) et Paca (18%).


En Paca, les Républicains souffriraient de la faible popularité de Christian Estrosi chez les jeunes. Le PS et le PRG accusent un score très bas en région NPDCP (14% contre une moyenne nationale de 22%). Ils attirent légèrement plus de voix que la moyenne en région Paca (23%) et Ile-de-France (25%). Enfin, le FN pourrait obtenir des scores particulièrement élevés en Paca (42% d’intention de vote) et NPDCP (39%) tandis qu’en Ile-de-France, les 18-25 ans sont moins nombreux (20%) que la moyenne nationale (25%) à se déclarer pour un vote frontiste.


Note 01:
Cette enquête réalisée par l'institut Ifop constitue la troisième vague d'un observatoire lancé par l'association à l'occasion des présidentielles de 2012. Plus de 1 500 personnes de 18 à 25 ans ont été sondée par questionnaire auto-administré en ligne, entre le 6 et le 12 septembre, au sujet des élections régionales de décembre et de la présidentielle de 2017. 




http://www.courrierdesmaires.fr/56746/une-jeunesse-qui-rejette-loffre-politique-par-labstention-et-le-vote-fn/?utm_source=flash-info-cdm&utm_medium=email&utm_campaign=flash-info-30-11-2015





ah c'était pas la newsletter du courrier des mers ? c'est pour ça que ça me parlait jamais de vagues ? comme quoi l'orthographe des mots hein, ça compte. le vague à l'âme de fond....


Dernière édition par Natatypique le Mer 16 Mar 2016 - 19:14, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Psychologie de comptoir

Message par Invité le Ven 4 Déc 2015 - 15:27

Les noces de figaro




Jacqueline Sauvage a été condamnée en octobre 2014 en première instance à dix ans de réclusion criminelle pour avoir tiré trois balles dans le dos de son mari qui violait et battait également leurs filles. Après trois jours d'audience, la peine a été confirmée hier en appel.
La cour d'assises de Blois (Loir-et-Cher) a confirmé jeudi en appel la condamnation à dix ans de réclusion de Jacqueline Sauvage, reconnue coupable d'avoir tué son mari en 2012, après plusieurs années d'enfer conjugal fait de coups et d'abus sexuels sur elle et ses enfants. La peine infligée à la femme de 68 ans « ne doit pas être un permis de tuer », a alerté l'avocat général Frédéric Chevallier en demandant aux jurés de confirmer la peine prononcée en première instance en octobre 2014. 
Le 12 septembre 2012, au domicile familial du couple à La Selle-sur-le-Bied (Loiret), Jacqueline Sauvage, alors âgée de 66 ans, ferme les yeux et abat son mari de trois coups de fusils de chasse dans le dos. « Sans doute qu'elle a réagi face à une énième violence mais elle a délibérément donné la mort à son mari en toute connaissance de cause. La légitime défense n'est absolument pas soutenable. Aux violences de son mari, elle aurait dû répondre par un acte proportionné, immédiat et nécessaire. Face à un coup de poing qui se solde par trois jours d'ITT, elle tire trois balles », a argué l'avocat général. « Trois coups de feu tirés dans le dos, ce n'est pas admissible», a-t-il martelé.


"Fracassée pendant 47 ans, psychologiquement et physiquement"



Pour la défense, Me Nathalie Tomasini a au contraire intimé aux jurés de « prendre la mesure des conséquences irréversibles des violences faites aux femmes ». L'avocate leur a encore demandé de « repousser les limites de la légitime défense appliquée aux situations de violences conjugales » en prononçant la relaxe de Jacqueline Sauvage. « Fracassée pendant 47 ans, psychologiquement et physiquement, elle présentait les syndromes post-traumatiques des femmes battues », a plaidé Me Tomasini. « Elle savait mieux que quiconque qu'il pouvait, ce soir-là, passer à l'acte et mettre à exécution les menaces de mort qu'il avait proférées toute sa vie », selon l'avocate. Et de rappeler qu'« en France, tous les trois jours, une femme meurt sous les coups de son compagnon ou ex-compagnon. 130 femmes meurent chaque année, 40 % d'entre elles avaient déposé plainte et ont été tuées malgré tout. » 
Au cours du procès, Jacqueline Sauvage a longuement évoqué ses relations avec son époux Norbert Marot qu'elle a connu quand elle avait entre 14 et 15 ans alors qu'il sortait de maison de correction, et dont elle était « éperdument amoureuse ». « Je l'avais dans la peau », a-t-elle répété à plusieurs reprises. « Jacqueline Sauvage se trouvait dans une situation de dépendance qui s'est installée au fil des années », son mari « la dominait complètement. Elle était devenue sa chose. Elle était sous son emprise », a plaidé son autre avocate, Me Janine Bonaggiunta. Jacqueline Sauvage avait été condamnée le 28 octobre 2014 par la cour d'assises du Loiret à dix ans de réclusion pour le meurtre de son mari.

"Notre père est décédé, c'est un soulagement"



Lors de ce premier procès, les filles de la victime avaient témoigné violemment à charge contre leur père. « Notre père est décédé et pour moi, c'est un soulagement », avait déclaré l'une d'elles, violée à l'âge de 16 ans et victime de graves violences alors qu'elle était devenue une adulte. « Il était sans pitié, c'était plus fort que lui », avait ajouté sa soeur aînée. « Il m'a détruite intérieurement, je n'arrive pas à tourner la page », avait ajouté la troisième. Toutes trois ont été violées, battues comme l'était leur mère. Leur frère, également victime des violences de son père, s'est suicidé la veille du jour où leur mère a finalement tué son mari.




http://madame.lefigaro.fr/societe/violences-conjugales-10-ans-de-prison-tuer-mari-viol-sauvage-battre-041215-109855


Dernière édition par Natatypique le Mer 16 Mar 2016 - 19:13, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Psychologie de comptoir

Message par fragmentation le Ven 4 Déc 2015 - 15:55


fragmentation
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 146
Date d'inscription : 05/09/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Psychologie de comptoir

Message par Invité le Ven 4 Déc 2015 - 18:57


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Psychologie de comptoir

Message par Invité le Mer 9 Déc 2015 - 12:03




Ca serait alors mon "key me ?"

et je manquerais de "fa" y "si"

si tu ramènes ta "face" ici, il y a des chances que tu tombes "pile",

poil ou rebrousses poil.

si le devin croit qu'il devine.... il devient qui ? key Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Psychologie de comptoir

Message par Invité le Dim 27 Déc 2015 - 14:50

Et là j'étais tranquille accoudée au comptoir (non assise sinon ça fait vulgaire) et suite au propos d'une personne dans la salle, 

j'ai vulguré (à ne pas confondre avec "l'habit fait le moine" et à ne pas transformer (ni trans for miste) en "le pull ne fait pas le curé" :

Un petit WiKi pour le WE ? :

Interaction (sciences sociales)

[ltr]Une interaction est un échange d'information, d'émotion ou d'énergie entre deux agents au sein d'un système. C'est une action réciproque qui suppose l'entrée en contact de sujets.[/ltr]
[ltr]

Sommaire

[/ltr]

  • 1L'interaction comme constituant essentiel d'un système
  • 2Relation entre humains ou interaction sociale
  • 3L'interaction comme signification vécue
  • 4Bibliographie
  • 5Notes
  • 6Voir aussi

    • 6.1Articles connexes




[ltr]

L'interaction comme constituant essentiel d'un système

[/ltr]


  • "[...] Les interactions sont des actions réciproques modifiant le comportement ou la nature des éléments, corps, objets, phénomènes en présence ou en influence." (Edgar Morin, 1977, p. 511).



  • "[...] Un système complexe se caractérise par le nombre d'éléments qui le constituent par la nature des interactions entre ces éléments par la dynamique non linéaire de son développement. 41: La complexité peut naître d'interactions simples répétées des myriades de fois à partir d'éléments en constante interaction. Un changement minime peut être amplifié et conduire à des états de très haute organisation (exemple des nuages). Avec les ordinateurs, la compréhension et la simulation des processus d'auto-organisation deviennent possibles (exemple des structures fractales) Joël de Rosnay dans "L'homme symbiotique" 2



[ltr]

Relation entre humains ou interaction sociale


Il est possible de définir l'interaction sociale chez les hommes comme une « relation interhumaine par laquelle une intervention verbale ou une attitude, une expression significative ou une action provoquent une action en réponse, qui retentit sur l'initiateur (échanges). »[réf. nécessaire] Celle-ci est fondamentale pour les individus et favorise les processus de neurogenèse3.[/ltr]
[ltr]
Le terme d'interaction est souvent utilisé comme une contraction d'interaction sociale. Selon Edmond Marc et Dominique Picard (Vocabulaire de la psychosociologie, Erès, 2006)il ne fait pas l'objet d'une définition unique "mais présente au contraire une certaine dispersion sémantique": il désigne tantôt un processus, tantôt un objet, tantôt un point de vue (notamment dans la perspective interactionniste) pour appréhender des phénomènes relationnels. Selon les auteurs, l'interaction reste l'objet privilégié de la psychosociologie et de la psychologie sociale.
Les interactions sont verbales ou non verbales (gestes, regard, attitudes...).
Les interactions peuvent être :[/ltr]


  • positives : coopération, participation, adaptation, intégration, émulation et coopétition...
  • négatives : conflit lutte, rivalité, ségrégation, discrimination, insulte...
  • ambivalentes : compétition, concurrence


[ltr]
Les interactions ont à leur base des actions, qui peuvent être intrapersonnelles ou interpersonnelles4.
Les actions intrapersonnelles peuvent être:[/ltr]


  • actions directes (décision cognitive suivie par des actions pragmatiques: "J'ai décidé que c'est mieux pour moi de quitter mon petit ami, et je lui ai dit ça", ou une décision affective suivie d'une action expressive: «J'aime ma copine et j'ai toujours lui montré ça") ;
  • actions croisées (décision cognitive suivie d'une action expressive: «Aujourd'hui, j'ai décidé que c'est mieux pour moi de rompre avec ma copine, mais demain, je crois que je vais aller me présenter devant sa porte pour lui dire que je l'aime", ou une décision affective suivie par une action pragmatique: «J'ai adoré mon copain et j'ai toujours voulu être avec lui, mais finalement je l'ai laissé aller, parce que c'était mieux pour nous deux»).


[ltr]Les actions interpersonnelles peuvent également être:[/ltr]


  • directes (réaction cognitive à l'action pragmatique d'une autre personne: «Ma copine veut se réconcilier avec moi, et je suis d'accord, parce que c'est mieux pour nous deux», ou une réaction affective à l'action expressive de l'autre: «Mon petit ami montre ses sentiments pour moi, et je réponds de la même manière ");
  • traversées (réaction affective à l'action pragmatique de l'autre: «Mon partenaire veut m'acheter une maison, et donc je suppose qu'il / elle m'aime», ou des réactions cognitives à une action expressive d'une autre personne: «Il dit qu'il / elle m'aime, et je me demande pourquoi est ce qu'il / elle me dit ça? ").


[ltr]
La vigueur et la valeur d'un groupe se mesure au nombre et mais aussi à la qualité des interactions et à leur harmonieuse répartition. La qualité de ces interactions est différente selon la maturité d'un groupe.[/ltr]
[ltr]

L'interaction comme signification vécue


La signification d'une interaction ne lui est pas inhérente, elle traduit l'interprétation de l'individu et engage son comportement. Par exemple, le « behaviorisme » analyse nos actions sociales en termes de stimulus/réponse.
Le langage est un instrument essentiel de la mise en signification du monde. Le monde est le produit de la permanente activité des individus.
On distingue une interaction focalisée d'une interaction non-focalisée.[/ltr]



[ltr]mais un seul parce qu'en fait après l'épisode "glace fondue" d'hier, faut que je file à l'alimentation générale du coin mais pas de ma rue, celle d'après, j'ai pensé acheter "mon envie" j'en ai oublié l'essentiel prioritaire Smile[/ltr]

[ltr]- tu veux de la crème fouettée sur ton "décawiki" ou sans ?[/ltr]
[ltr]- sans. mets moi plutôt un spéculoos, j'ai eu d'autres interactions sociales hier avec mon "livre"[/ltr]
[ltr]- ton livre ? il diffuse de la chaleur humaine ? [/ltr]
[ltr]- ben non mais c'est un bouquin sur les centrales nucléaires qui produisent l'électricité pour mon radiateur, c'est pareil ? non ?[/ltr]


Dernière édition par six s'if le Mar 12 Jan 2016 - 14:51, édité 3 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Psychologie de comptoir

Message par Invité le Lun 28 Déc 2015 - 21:20



















Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Psychologie de comptoir

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 6:50


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum