La connerie des très intelligents

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La connerie des très intelligents

Message par Bibo le Ven 21 Aoû 2015 - 16:20

A priori, plus on a de connaissance à propos du monde et plus notre capacité à traiter les informations du monde est bonne, plus on est à même de ne pas raconter n'importe quoi. Pour autant, il m'arrive parfois de lire ou de converser avec des personnes sommes toutes très intelligentes mais promptes à débiter tout un tas de bullshit en barre. Ce qui m’intéresse n'est pas tant de savoir comment cela se produit - puisqu’en fait, les procédés, même si plus compliqué, parce qu’engrangeant plus de détours et de connaissances, restent profondément les mêmes (cf : L'art d'avoir toujours raison) - que de tenter d'expliquer pourquoi cela peut arriver.

Lorsque l'on baigne dans un environnement composé d'individus peu à même de vous contredire avec de bons arguments, on tend statistiquement à penser que les autres ont d'abord tort face à vous avant de considérer que peut-être ce qu’ils racontent peut avoir un quelconque intérêt. C'est-à-dire que, même si l'on a à faire en face de nous à un moment ou à un autre à de potentielles bonnes contradictions, il sera toujours possible de se donner raison, par l'utilisation d'un vocabulaire particulièrement pointus, par des structures de phrases alambiquées, par une accumulation d'informations précises mais erronés. La tendance à se battre à chaque moment pour avoir raison peu alors devenir un cercle vicieux. On finit par s'écarter/être rejeté d'une importante sommes de moment (notamment d'échanges sociaux) à même de nous apprendre à mieux communiquer avec l'autre, prenant le temps d'expliquer les tenants et les aboutissant d'une problématique, ouvrant ainsi les brèches de sa propre pensée comme de sa propre personne, car étalant devant l'autre un objet intérêt qui peux paraitre décalé. Aussi, 2 affirmations qui peuvent sembler les mêmes à première vue peuvent avoir fait l'objet d'un cheminement de pensé plus ou moins long et ainsi avoir un poids totalement différent face à notre individu très intelligent. La différence sera que l'une des affirmations est bien justifiée, l'autre pas.

Ces deux choses peuvent amener à ce que deux individus très intelligents (supposant chacun chez l'autre une incapacité à justifier proprement une affirmation) considèrent que l'autre n'y connaît rien, confirmant leur schémas pré-établis respectifs = tous des cons. Cette tendance sera d'autant plus importante que ni l'un ni l'autre ne va prendre le temps de définir ce qu'il entend par tel ou tel mot, que ni l'un ni l'autre ne sera capable de retravailler sa pensée, que ni l'un ni l'autre ne sera capable de ravaler son ego face aux ouvertures, aux remises en question d'autrui.
Pourtant, si j'ai plus de connaissance à propos du monde, alors on peut supposer que j'ai également plus de connaissances à propos des humains, du fonctionnement des sociétés, de moi-même. C'est-à-dire qu'il devrait y avoir une tendance à ce que l'effet décrit plus haut soit compensé par une auto-évaluation, une auto-critique très poussée et très à même de déceler ses propres faiblesses. Si l'on considère que cela est aussi vrai, alors deux explications sont possibles :
On peut supposer que mon auto-critique n'est bonne que jusqu'à un certain point, c'est-à-dire qu'elle est valable et explicite pour des petites choses de la vie qui ne viennent pas toucher aux sujets sensibles même si toujours plus efficaces en comparaison du reste de la population.
On peut supposer que mon auto-critique est efficace, éclairée, mais que je continue à débiter du bullshit, acceptant une contradiction béante.
On peut supposer que, ayant conscience de tout un tas de faiblesses, je me soit construit en nombre limité des vérités qui ne peuvent être remises en question (non-réfutables) mais sur lesquelles toute ma personnalité et ma vie se basent et desquelles découlent des explications et structures logiques extrêmement stables, on touche alors au point sensible que j'évoque plus haut.


Dernière édition par Bibo le Ven 21 Aoû 2015 - 17:31, édité 1 fois

Bibo
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2510
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 25
Localisation : Attend Noume vers Poitiers

http://www.zebrascrossing.net/t13153-j-etais-la-sans-le-savoir-m

Revenir en haut Aller en bas

Re: La connerie des très intelligents

Message par Stauk le Ven 21 Aoû 2015 - 17:22

Bibo a écrit:
On peut supposer que, ayant conscience de tout un tas de faiblesses, je me soit construit en nombre limité des vérités qui ne peuvent être remises en question (non réfutables) mais sur lesquelles toute ma personnalité et ma vie se basent et desquelles découlent des explications et structures logiques extrêmement stables, on touche alors au point sensible que j'évoque plus haut.

En effet, à ceci près qu'il n'est pas besoin d'avoir conscience de ses faiblesses pour faire ça, c'est un mécanisme qui est présent par défaut chez tout le monde. A la rigueur on peut se mettre en quête d'un moyen de dépasser cette nature inhérente à ce que nous sommes.


On peut supposer que mon auto-critique n'est bonne que jusqu'à un certains point, c'est à dire qu'elle est valable et explicite pour des petites choses de la vie qui ne viennent pas toucher aux sujets sensibles même si toujours plus efficaces en comparaison du reste de la population.

On peut supposer que mon auto-critique est efficace, éclairée mais que je continu à débiter du bullshit, acceptant une contradiction béante.
Ces deux points me semblent également très naturels.  Je dirais donc qu'il est légitime de supposer que les trois points que tu évoques sont présents chez chaque individus que l'on va rencontrer, nous même inclus, naturellement.  Il y a un arbitrage constant à réaliser, entre recherche d’objectivé, et confort des personnes.

Stauk
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4978
Date d'inscription : 16/01/2015

http://www.staukwood.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La connerie des très intelligents

Message par oyans le Ven 21 Aoû 2015 - 21:50

c'est intéressant, mais la seule chose que je pense, après on peut en discuter... l'altération de nos capacités de jugements ne tient qu'à la précision d'un mode global fonctionnel où l'incompréhension est sujette à l'indéfinition structurelle d'un ordre préétablit "scala naturae": qui est l'imposition définitive à toutes structures progressistes viables sur le long terme, en dehors d'une seule sphère. Mais on peut encore redéfinir cette compréhension consciente comme subterfuge à la compréhension de son essence même.
la tradition Bouddhiste comprime trois niveaux du réel, le rêve n'y échappe pas, un seul dispose d'une intégration indéfinie... c'est à dire 4 en somme, aucune information n'est déduite ou ne peut être induit de ce "'4", la logique invoque ici ses limites...
nos erreurs sont propres à notre nature, rien de choquant, ni de parfait... celui qui se méprend est intelligent et se remet en question, celui pensant savoir tout sur toutes choses est indéniablement la cohésion malheureuse des "groupes" avec l'inconscient collectif, mais je suppose qu'un double langage est aussi parfois sous-jacent.

oyans
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1641
Date d'inscription : 13/04/2014
Age : 42

Revenir en haut Aller en bas

Re: La connerie des très intelligents

Message par Merlin le Ven 21 Aoû 2015 - 23:38

.


Dernière édition par Merlin le Lun 12 Oct 2015 - 20:45, édité 2 fois

Merlin
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1001
Date d'inscription : 08/02/2012
Age : 45
Localisation : Présent à Tours ou Là et Maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Re: La connerie des très intelligents

Message par Invité le Sam 22 Aoû 2015 - 0:10

oyans a écrit:c'est intéressant, mais la  seule chose que je pense, après on peut en discuter... l'altération de nos capacités de jugements ne tient qu'à la précision d'un mode global fonctionnel où l'incompréhension est sujette à l'indéfinition structurelle d'un ordre préétablit "scala naturae": qui est l'imposition définitive à toutes structures progressistes viables sur le long terme, en dehors d'une seule sphère. Mais on peut encore redéfinir cette compréhension consciente comme subterfuge à la compréhension de son essence même.
la tradition Bouddhiste comprime trois niveaux du réel, le rêve n'y échappe pas, un seul dispose d'une intégration indéfinie... c'est à dire 4 en somme, aucune information n'est déduite ou ne peut être induit de ce "'4", la logique invoque ici ses limites...
nos erreurs sont propres à notre nature, rien de choquant, ni de parfait... celui qui se méprend est intelligent et se remet en question, celui pensant savoir tout sur toutes choses est indéniablement la cohésion malheureuse des "groupes" avec l'inconscient collectif, mais je suppose qu'un double langage est aussi parfois sous-jacent.

J'esperes que c'est un troll...Le temps de faire passer ca par google trad mandarin et je reviens vers toi.

Pour répondre a ta question Bibo(histoire de pas faire que troller,j’imagine que j'peux pas non plus être aigri sans équilibrer un peu la balance en participant un peu),

je pense faire parti de ces débiteurs d’âneries invétérés parfois par simple apriori causé par l'habitude de converser avec des interlocuteurs qui ne sont pas a même de me fournir l'information que je voudrais avoir parfois juste parce que j'ai vraiment la flemme d'approfondir bref tout un tas de raisons.Ca c'est pour la provenance en ce qui concerne le pourquoi je considère que produire des erreurs débiter des âneries se faire tacler au passage met tout de suite en évidence ma faute ce qui permet un réglage moteur plus rapide que si c’était passé sous silence.

Le point le plus important au delà de l'aspect mécanique c'est surtout que je met un point d'honneur a regarder mes travers s’étaler, d’abord parce que je trouves que ca donne une consistance a ma personalitée ensuite parce que je crois qu'il est impossible de réprimer ses mauvaises intentions/interventions et de prétendre a l’équilibre émotionnel en même temps,un peu comme ce viel adage qui dis qu'il n'ya pas de bhonneur sans malheur.Ca me permet aussi de mieux me connaitre savoir admettre ses travers,les reconnaitre en les exprimant est une forme de sagesse a mon sens même si c'est sur que j’applique pas le concept dans sa forme la plus aboutie...

Des fautes j'en commet un paquet,du mal j'en est fait j'en ferait encore inconsciemment,consciemment et j’espère pouvoir le réparer, le but étant de garder le ratio a un degré de luminosité acceptable,pour le reste j'pourrais bien taper les 600 de QI y'aura toujours une inconnue a résoudre a partir de la j’encoure forcement le risque de l'attaquer du mauvais coté(et donc de produire une de ces fameuses interventions bullshittées) attendu que si on veux trouver ya pas d'autres moyen que de tester...


Dernière édition par TruiteSauvage le Sam 22 Aoû 2015 - 1:30, édité 2 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La connerie des très intelligents

Message par Lucy le Sam 22 Aoû 2015 - 10:48

oyans a écrit:si tu ne comprends  pas quelque chose tu peux poser une question c'est aussi une possibilité. c'est quand on commence à se poser des questions que l'on commence à penser Smile
Je n'ai pas compris.
Je n'ai même pas compris de quoi tu parlais.

La seule question que je me pose, c'est : quelle question poser quand je ne sais même pas de quoi tu parles ?

Allez, je me lance : est-ce que tu peux reformuler en termes compréhensibles par le commun des mortels (à savoir, moi) ?

Lucy
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 131
Date d'inscription : 16/10/2014
Age : 28
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: La connerie des très intelligents

Message par le futur pas débanni le Sam 22 Aoû 2015 - 11:09

Pascal a écrit:"Éteindre le flambeau de la sédition", trop luxuriant.
"L'inquiétude de son génie"; trop de deux mots hardis.

le futur pas débanni
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 45
Date d'inscription : 17/08/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: La connerie des très intelligents

Message par oyans le Sam 22 Aoû 2015 - 17:45

- Lucy - a écrit:
oyans a écrit:si tu ne comprends  pas quelque chose tu peux poser une question c'est aussi une possibilité. c'est quand on commence à se poser des questions que l'on commence à penser Smile
Je n'ai pas compris.
Je n'ai même pas compris de quoi tu parlais.

La seule question que je me pose, c'est : quelle question poser quand je ne sais même pas de quoi tu parles ?

Allez, je me lance : est-ce que tu peux reformuler en termes compréhensibles par le commun des mortels (à savoir, moi) ?
Oui je vais essayer, excusez moi d'être parfois dans mon monde et de pas me rendre accessible. Je veux dire simplement qu'il y a de l'incompréhension, de toutes parts, Si on néglige ou émet un jugement sur la complexité cela n'est pas parce que cela n'est pas utile ou rébarbatif. mais ce mode de raisonnement néglige, les fonctions rationnelles de l'ordre exécutif.il y a un antagonisme entre deux façons de penser déjà une abstraite et une autre pragmatique. le thème est la connerie des gens très intelligents ou un truc du genre, parce qu'ils n'admettent pas avoir tort "l'art d'avoir toujours raison Schopenhauer" je crois qui a été cité...
donc il est opposé l'abstractif au pragmatisme, l'abstrait est purement construction "immatérielle" d'un concept (cognitif ou d'esprit) il ne fait pas référence au réel. le pragmatisme est l'action de la pensée sur la matière.je pense qu'une cohésion théorie et pratique s'annule réciproquement et crée cette divergence au niveau du vocable; la théorie est une précision mentale qui doit structurer sa pensée et les matériaux à disposition sont le langage, plus on introduit de mots et de définitions et plus on développe l'acquisition cérébrale de possibles d'un même problème, mais sous différents angles, la pratique elle, détermine que l'action dans le temps par l'effet tangible sur la matière.
Comment alors ne pas déduire que l'abondance lexicale du côté abstrait est une nécessité pareils à des outils, et que le pragmatisme d'ordre mécanique, ne requiert pas forcément du même nombre et de genres d'outils, parce que toutes pensées est spécifiques à l'action qu'on tâche soit de démontrer, soit dans l'application de faire...on peut prendre cela comme d'être hautain lorsque quelqu'un explique sa spécialisation en termes spécifiques et non généraux.il existe surement des gens qui profitent de cette connaissance, mais d'autres évidemment non.
Le monde est sécable et dans la division par goût de la symétrie, ce qu'on entend par symétrie c'est l'ordre et ce désordre structure l'ordonnancement des tâches utilitaires (le travail et la vie privée) sont l'exemple type des opposés, la stabilité s'obtient par contradiction...

oyans
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1641
Date d'inscription : 13/04/2014
Age : 42

Revenir en haut Aller en bas

Re: La connerie des très intelligents

Message par oyans le Sam 22 Aoû 2015 - 17:54

le futur pas débanni a écrit:
Pascal a écrit:"Éteindre le flambeau de la sédition", trop luxuriant.
"L'inquiétude de son génie"; trop de deux mots hardis.
J'aime aussi celle là de Pascal "les abeilles ne sont que des mouches à merde" si c'est pas de la sédition,je ne m'y connais plus...

oyans
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1641
Date d'inscription : 13/04/2014
Age : 42

Revenir en haut Aller en bas

Re: La connerie des très intelligents

Message par Merlin le Sam 22 Aoû 2015 - 18:46

.


Dernière édition par Merlin le Lun 12 Oct 2015 - 20:47, édité 2 fois

Merlin
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1001
Date d'inscription : 08/02/2012
Age : 45
Localisation : Présent à Tours ou Là et Maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Re: La connerie des très intelligents

Message par oyans le Sam 22 Aoû 2015 - 19:57

je catégorise le seul but c'est le pouvoir et le sexe, intelligence ou pas.. Rien ne m'intéresse vraiment sur ce plan là, les gens m'ont l'air heureux et c'est suffisant.
Quant aux gens intelligents ils sont du même acabit, le savoir étant et ayant le rôle de subjuguer son public, certains hauteurs ouvertement, disent que seule l'attribution du pouvoir aux puissants est d'intérêt.

oyans
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1641
Date d'inscription : 13/04/2014
Age : 42

Revenir en haut Aller en bas

Re: La connerie des très intelligents

Message par Bibo le Sam 22 Aoû 2015 - 20:45

Je tiens a signaler que je nie l'existence des messages de oyans et Merlin. Vous êtes libre de les ignorer comme je le fais et de participer malgré tout.
Merci Stauk Truite et Lucy pour votre participation.

Bibo
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2510
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 25
Localisation : Attend Noume vers Poitiers

http://www.zebrascrossing.net/t13153-j-etais-la-sans-le-savoir-m

Revenir en haut Aller en bas

Re: La connerie des très intelligents

Message par Invité le Sam 22 Aoû 2015 - 20:53

oyans a écrit:donc il est opposé l'abstractif au pragmatisme, l'abstrait est purement construction "immatérielle" d'un concept (cognitif ou d'esprit) il ne fait pas référence au réel. le pragmatisme est l'action de la pensée sur la matière.je pense qu'une cohésion théorie et pratique s'annule réciproquement et crée cette divergence au niveau du vocable; la théorie est une précision mentale qui doit structurer sa pensée et les matériaux à disposition sont le langage, plus on introduit de mots et de définitions et plus on développe l'acquisition cérébrale de possibles d'un même problème, mais sous différents angles, la pratique elle, détermine que l'action dans le temps par l'effet tangible sur la matière.
Comment alors ne pas déduire que l'abondance lexicale du côté abstrait est une nécessité pareils à des outils, et que le pragmatisme d'ordre mécanique, ne requiert pas forcément du même nombre et de genres d'outils, parce que toutes pensées est spécifiques à l'action qu'on tâche soit de démontrer, soit dans l'application de faire...on peut prendre cela comme d'être hautain lorsque quelqu'un explique sa spécialisation en termes spécifiques et non généraux.il existe surement des gens qui profitent de cette connaissance, mais d'autres évidemment non.
Le monde est sécable et dans la division par goût de la symétrie, ce qu'on entend par symétrie c'est l'ordre et ce désordre structure l'ordonnancement des tâches utilitaires (le travail et la vie privée) sont l'exemple type des opposés, la stabilité s'obtient par contradiction...
Wow ... très riche ! Smile

Après, oui, pour être dans le jugement, plus tu symbolises, moins tu es compris. Ce qui peut être assimilé à de la connerie. D'où toujours garder un vocabulaire et une idée simplifiée à son maximum.

La symbolisation : lien wiki

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La connerie des très intelligents

Message par oyans le Sam 22 Aoû 2015 - 21:31

Aimant a écrit:
oyans a écrit:donc il est opposé l'abstractif au pragmatisme, l'abstrait est purement construction "immatérielle" d'un concept (cognitif ou d'esprit) il ne fait pas référence au réel. le pragmatisme est l'action de la pensée sur la matière.je pense qu'une cohésion théorie et pratique s'annule réciproquement et crée cette divergence au niveau du vocable; la théorie est une précision mentale qui doit structurer sa pensée et les matériaux à disposition sont le langage, plus on introduit de mots et de définitions et plus on développe l'acquisition cérébrale de possibles d'un même problème, mais sous différents angles, la pratique elle, détermine que l'action dans le temps par l'effet tangible sur la matière.
Comment alors ne pas déduire que l'abondance lexicale du côté abstrait est une nécessité pareils à des outils, et que le pragmatisme d'ordre mécanique, ne requiert pas forcément du même nombre et de genres d'outils, parce que toutes pensées est spécifiques à l'action qu'on tâche soit de démontrer, soit dans l'application de faire...on peut prendre cela comme d'être hautain lorsque quelqu'un explique sa spécialisation en termes spécifiques et non généraux.il existe surement des gens qui profitent de cette connaissance, mais d'autres évidemment non.
Le monde est sécable et dans la division par goût de la symétrie, ce qu'on entend par symétrie c'est l'ordre et ce désordre structure l'ordonnancement des tâches utilitaires (le travail et la vie privée) sont l'exemple type des opposés, la stabilité s'obtient par contradiction...
Wow ... très riche ! Smile

Après, oui, pour être dans le jugement, plus tu symbolises, moins tu es compris. Ce qui peut être assimilé à de la connerie. D'où toujours garder un vocabulaire et une idée simplifiée à son maximum.

La symbolisation : lien wiki
le réel comme seule réalité déterminerait le point culminant de l'intelligence.C'est vrai, on peut pas aller contre, ce qui est est, cela ne sert à rien de remettre en cause, ce que nous sommes est notre seule réalité.Wittgenstein remet en cause Peirce sur cet opposé là justement et Freud par la même occasion. Et Wittgenstein qui était un très bel homme, scratch Freud lui exprimant simplement que le mouvement est la base de toutes sciences et s'attaque à Peirce (j'ai pas lu encore Peirce, je donnerais mon avis par la suite), hors la psychanalyse nage dans le dénie comme dit Cyrulnik...
Alors aimant j'avais pas vu, La psychanalyse Freudienne se fauche elle même en fait, en intégrant ce terme "projection" qui est selon sa définition une envie de pouvoir jamais obtenue, je veux mais ne possèdes pas en gros... selon eco talent littéraire Freudien zéro...
pour la simplification j'aime comprendre donc j'essaie de me rendre compréhensible parfois... ce qui va à l'encontre de Poe, toutes oeuvres didactiques est sacrilège littéraire ou sous toutes les formes de compréhensions, parce que en faisant on rend opaque tout véritable savoir...

oyans
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1641
Date d'inscription : 13/04/2014
Age : 42

Revenir en haut Aller en bas

Re: La connerie des très intelligents

Message par Invité le Sam 22 Aoû 2015 - 21:58

oyans a écrit:le réel comme seule réalité déterminerait le point culminant de l'intelligence.C'est vrai, on peut pas aller contre, ce qui est est, cela ne sert à rien de remettre en cause, ce que nous sommes est notre seule réalité.Wittgenstein remet en cause Peirce sur cet opposé là justement et Freud par la même occasion. Et Wittgenstein qui était un très bel homme, scratch Freud lui exprimant simplement que le mouvement est la base de toutes sciences et s'attaque à Peirce (j'ai pas lu encore Peirce, je donnerais mon avis par la suite), hors la psychanalyse nage dans le dénie comme dit Cyrulnik...
Je suis d'accord avec ça. Les neurosciences sont le prolongement de la psychanalyse. Comment veux-tu étudier un système si tu ne tiens pas compte de sa matière ?

oyans a écrit:Alors aimant j'avais pas vu, La psychanalyse Freudienne se fauche elle même en fait, en intégrant ce terme "projection" qui est selon sa définition une envie de pouvoir jamais obtenue, je veux mais ne possèdes pas en gros... selon eco talent littéraire Freudien zéro...
C'est pourtant une des bases de l'Humanité : remplir le vide. Après, ce qu'on met dedans ...

oyans a écrit:pour la simplification j'aime comprendre donc j'essaie de me rendre compréhensible parfois... ce qui va à l'encontre de Poe, toutes oeuvres didactiques est sacrilège littéraire ou sous toutes les formes de compréhensions, parce que en faisant on rend opaque tout véritable savoir...
Ah mais je n'ai pas dit cela. J'ai aimé te lire, tout comme Merlin. Je me suis senti moins seul. J'aime les implicites Smile . Merci à vous Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La connerie des très intelligents

Message par Merlin le Dim 23 Aoû 2015 - 3:00

.


Dernière édition par Merlin le Lun 12 Oct 2015 - 20:47, édité 1 fois

Merlin
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1001
Date d'inscription : 08/02/2012
Age : 45
Localisation : Présent à Tours ou Là et Maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Re: La connerie des très intelligents

Message par Narkyss le Mer 26 Aoû 2015 - 0:22

Stauk a écrit:
Bibo a écrit:
On peut supposer que, ayant conscience de tout un tas de faiblesses, je me soit construit en nombre limité des vérités qui ne peuvent être remises en question (non réfutables) mais sur lesquelles toute ma personnalité et ma vie se basent et desquelles découlent des explications et structures logiques extrêmement stables, on touche alors au point sensible que j'évoque plus haut.

En effet, à ceci près qu'il n'est pas besoin d'avoir conscience de ses faiblesses pour faire ça, c'est un mécanisme qui est présent par défaut chez tout le monde. A la rigueur on peut se mettre en quête d'un moyen de dépasser cette nature inhérente à ce que nous sommes.


ça me parait juste, Pas besoin de conscience, c'est un "mécanisme" qui est déjà présent.
Donc, l'on pourrait imaginer même le contraire, seul ceux qui ont conscience ne rentre pas dans ce schéma, quand aux autre (99,5% ? plus ?) plonge dedans.

L'on est certainement tous concernés, plus ou moins entièrement.

Narkyss
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2795
Date d'inscription : 06/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: La connerie des très intelligents

Message par Invité le Mer 26 Aoû 2015 - 19:10

http://www.cerveauetpsycho.fr/ewb_pages/a/article-qu-apos-est-ce-que-la-betise-35438.php

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La connerie des très intelligents

Message par Stauk le Mer 26 Aoû 2015 - 19:22

Marguerite a écrit:http://www.cerveauetpsycho.fr/ewb_pages/a/article-qu-apos-est-ce-que-la-betise-35438.php


À part revoir LeDîner de cons, où Jacques Villeret parvient à sublimer cette notion, vers quel penseur, philosophe ou écrivain se tourner

L'argumentaire commence assez mal, car dans ce film, Villeret ne m'apparaît absolument pas comme l'un des personnages les plus "con".

Stauk
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4978
Date d'inscription : 16/01/2015

http://www.staukwood.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La connerie des très intelligents

Message par Fata Morgana le Mer 26 Aoû 2015 - 19:23

"A priori, plus on a de connaissance à propos du monde et plus notre capacité à traiter les informations du monde est bonne, plus on est à même de ne pas raconter n'importe quoi. "

Vous me suivez ?

Éclairons le sous-entendu: Il faudrait croire qu'une somme (quantitative) de connaissances permettrait d'éviter les embardées de la bêtise. Même si l'ensemble de la civilisation dans laquelle nous végétons apporte par sa constance dans les échecs et les manifestations mondialisées de son incompétence des preuves constantes et consternantes, qu'il y a une illusion quantitative (la tarte à la crème la mieux partagée depuis quelques temps ce sont "les chiffres")...dans la présentation du sujet.

En conséquence de quoi je serais tenté de dire que c'est ce que l'on fait du savoir qui compte, le savoir n'étant en soi qu'un matériau neutre.

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: La connerie des très intelligents

Message par Merlin le Ven 28 Aoû 2015 - 1:14

.


Dernière édition par Merlin le Lun 12 Oct 2015 - 20:48, édité 1 fois

Merlin
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1001
Date d'inscription : 08/02/2012
Age : 45
Localisation : Présent à Tours ou Là et Maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Re: La connerie des très intelligents

Message par Bibo le Ven 28 Aoû 2015 - 11:50

Fata Morgana a écrit:
Éclairons le sous-entendu: Il faudrait croire qu'une somme (quantitative) de connaissances permettrait d'éviter les embardées de la bêtise. Même si l'ensemble de la civilisation dans laquelle nous végétons apporte par sa constance dans les échecs et les manifestations mondialisées de son incompétence des preuves constantes et consternantes, qu'il y a une illusion quantitative (la tarte à la crème la mieux partagée depuis quelques temps ce sont "les chiffres")...dans la présentation du sujet.

En conséquence de quoi je serais tenté de dire que c'est ce que l'on fait du savoir qui compte, le savoir n'étant en soi qu'un matériau neutre.
Bon retour parmi nous Very Happy

Quand j'évoque une quantité de connaissance, je parle de tous les types de connaissances, même des connaissances qui permettraient de donner une direction à ces connaissances, ainsi que des connaissances à propos des connaissances.

Bibo
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2510
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 25
Localisation : Attend Noume vers Poitiers

http://www.zebrascrossing.net/t13153-j-etais-la-sans-le-savoir-m

Revenir en haut Aller en bas

Re: La connerie des très intelligents

Message par Fata Morgana le Ven 28 Aoû 2015 - 11:53

Ce qui ne fait que déplacer le problème. Hockenheimer avait beaucoup de connaissances dans nombre de domaines, était un bourreau de travail, le plus compétent de son temps et le résultat ça a été Hiroshima et Nagazaki.

"Science sans conscience n'est que ruine de l'âme." Rabelais.

Si le temps qu'on consacre à accumuler un large savoir extérieur, on le consacrait à approfondir un large savoir intérieur, m'est avis qu'on n'en serait pas là.

Michaux avait une formule bien à lui: "La bêtise propre aux grandes cervelles".

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: La connerie des très intelligents

Message par Bibo le Ven 28 Aoû 2015 - 12:16

Je pourrais encore déplacer le problème ... la conscience des choses et le savoir intérieur peuvent être considérées comme des connaissances.

Bibo
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2510
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 25
Localisation : Attend Noume vers Poitiers

http://www.zebrascrossing.net/t13153-j-etais-la-sans-le-savoir-m

Revenir en haut Aller en bas

Re: La connerie des très intelligents

Message par Fata Morgana le Ven 28 Aoû 2015 - 12:30

Le mot "connaissance" pris isolément n'a guère de sens. C'est ce vers quoi cette connaissance s'ordonne qui lui donne un contenu. Certains ont de très bonnes connaissances en géographie parce qu'ils s'intéressent à la géopolitique, et d'autres ont les mêmes parce qu'ils s'intéressent au tourisme sexuel. La connaissance en tant que telle, comme la science, est moralement neutre, produisant indifféremment du bien ou du mal. On en a un exemple criant sous les yeux: internet. Ce système met à la disposition de presque tous une somme inégalée de connaissances en tous domaines. Est-ce que pour autant depuis son apparition tu as l'impression que les gens font globalement des choix plus éclairés et sensés ? La technique change tout sauf l'homme appelé à s'en servir. Et il en va de même pour la connaissance. Il y a une connaissance illicite, qui est pire que l'ignorance. Telles sont les choses.
Et si à la fin tu redéfis au coup par coup ce que tu entends par connaissance - ton postulat est que le savoir rendrait plus, comment dire ? sensé dans ses choix; je te répond par les faits: les actualités nous donnent quotidiennement, sous forme de litanies, la preuve du contraire.
La technique a fait des progrès, mais pas l'homme appelé à s'en servir hélas. Ce qui la rend d'autant plus dangereuse.

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: La connerie des très intelligents

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 17:21


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum