Théorie personnelle sur la conscience

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Théorie personnelle sur la conscience

Message par Pom le banni le Lun 17 Aoû 2015 - 2:43

À l'attention de la modération : ce serait sympa de laisser ce message pour que je puisse lire les réponses même une fois que vous aurez banni ce compte. Merci d'avance (sans trop présupposer, of course Smile ).

J'espère aussi que EFF aura eu le bon goût de passer son chemin en voyant que quelqu'un osait utiliser le terme de conscience dans une conversation... c'est tellement pas assez rigoureux la conscience...

Je ne sais pas trop ce que ça vaut. C'est peut-être juste un gros truisme.

Peu importe à qui ça s'adressait au départ. Le fait est qu'il était méga trop sur la route.

wam a écrit:
Salut, Smile

Je ne peux pas poster un de mes sujets zarbs dont j'ai le secret (ça me soule de ne pas pouvoir être sûr de pouvoir poursuivre une discussion que j'aurais entamée, cela du fait d'un rebannissement de clone), et c'est pas plus mal, car je me demande si le résultat que j'obtiendrai avec celui que j'aie en tête ne serait pas qu'on me rit au nez, tout bonnement. ^^

Je vais t'écrire une tartine, et peu importe si tu ne la lis pas. C'est purement égoïste de ma part : j'ai besoin d'avoir l'impression de parler à quelqu'un pour trouver la motivation d'écrire ce qui me trotte dans la tête. Pas grave... vu le temps que tu fréquentes Zc, tu as l'habitude des fous. Ça ne te fera ni chaud ni froid, ou même tiède.

EFF m'a donné une idée, qui m'en a donné d'autres. En me disant crument (sur le sujet celui-là-même : http://www.zebrascrossing.net/t23008-hypothese-de-science-fiction ) que j'avais des idées insensées, il a mis le doigt sur une question qui me turlupine depuis des semaines : peut-on juger de son intelligence ? En me faisant comprendre que je délirais plus souvent encore que je ne l'imagine, il m'est venu une évidence : Je suis infoutu de douter, et sans doute que le cerveau de tout un chacun fonctionne de même... Remettre en doute ce que je crois, c'est du cinoche, car la personne qui se formule les idées (le Je, qu'on peut l'appeler (le Je du Je pense)) ne fait en réalité que recevoir les idées. C'est le mec qui trie les paquets, mais en aucun cas celui qui les remplit. Quand je me formule une idée, c'est que j'ai déjà compris. Après, en tant que mec qui reçoit les paquets, je peux m'inventer plein d'histoires et croire que c'est moi qui fabrique tout ce qui me tombe entre les mains, mais j'ai peut-être tort. Quand je me formule une idée, je peux croire que je l'invente en direct-live, alors que c'est juste que j'ai les moyens de me la formuler. Ce n'est pas vraiment moi qui aie compris (avec ma bête capacité à aligner des mots), le lien entre les idées s'est tissé à mon insu ; cette tambouille est beaucoup trop complexe et rapide pour que le simple gars qui voit les trains (oui, maintenant ce sont des trains) passer ait quelque influence là-dessus. Disons que le mec en question serait un opérateur de base de données (c'est de l'informatique – c'est pas pour faire "geek", c'est que c'est la meilleure métaphore que j'aie trouvé jusqu'ici). Bon, l'opérateur de base de données, son boulot c'est de tenir une base de données cohérente (bien rangée, dans laquelle l'info se retrouve de manière logique) et de la gérer : de la programmer de sorte que quand on lui fait une demande, elle réponde de façon appropriée... , et le brave type, il a accès à tout pour peu qu'il le demande, et c'est ça son rôle (pas de réfléchir, mais d'être celui qui demande intelligemment à la machine d'exécuter des traitements, et de ressortir une info compréhensible). Le mieux qu'il puisse faire, c'est de bien comprendre la machine. Le fait même de comprendre ne lui appartient pas réellement. Autrement dit, si la personne est bien câblée, à une question donnée, elle donne une réponse qui correspond à l'avancée de ses connaissances en la matière : elle peut constater qu'elle n'en sait rien, ou qu'elle est incompétente pour juger de la question posée, mais douter, non (dans le sens où les traitements ne dépendent pas d'elle). Les infos sont accessibles, il faut juste exercer sa mémoire. Si par exemple, on te demande combien font 2+2 : tu connais le concept de chiffre, tu sais ce qu'est une opération, tu sais faire une somme, tu sais aussi que ce n'est pas un calcul trop compliqué pour que tu puisses le faire sans l'aide d'instruments... C'est tout un tas d'infos que tu possèdes, sur lesquelles tu as déjà réfléchi, et d'expérience, tu sais où tu en es avec cette question. Pour une autre question, c'est pareil : si tu as emmagasiné les infos nécessaires et que tu sais les traiter, ça roule. Dans de domaines plus abstraits que les maths, il sera moins facile de vérifier après coup la véracité de ce que tu avances, mais voilà : tes idées en sont à ce point, les connexions se sont faites ainsi de par ton expérience en rapport aux notions traitées, le traitement se fait malgré toi (comme expliqué plus haut, toi t'es le mec qui te formule l'idée car elle est prémâchée, sans quoi tu ne serais pas capable de penser, les capacités de traitement en direct-live ne pouvant pas rivaliser avec une machine faite d'un nombre incroyable de connexions). Tu voudrais douter de l'idée qui t'arrive que tu n'en aurais pas les moyens. Tout ce que tu peux faire, en tant qu'opérateur de la base de données, c'est... être un bon opérateur de base de données. Et le fait de te méprendre sur ton rôle en croyant être l'acteur de tes pensées fait que tes traitements auront des postulats de départ erronés : tu croiras penser et douter, alors que ce n'est pas ton rôle. Tu brasseras des idées sans cohérence de fond, alors que ton rôle serait de bien savoir où en sont tes idées, de bien savoir les écouter, les entendre, les comprendre. Tu es l'intermédiaire indispensable, celui qui a la conscience (potentiellement tu peux agir en cohérence avec ton environnement, mais pourvu que tu comprennes déjà ce qu'est "réfléchir", "prendre conscience"... que tu arrives à diriger tes commandes de pensées pour essayer que les connexions s'établissent avec une plus grande justesse), l'intermédiaire indispensable entre le monde perçu et le monde conceptuel logé dans la mémoire (l'inconscient, comme diraient certains).

Dit autrement :
re-wam a écrit:
Que penses-tu de l'idée selon laquelle nous serions incapables de douter réellement ? Que réfléchir au sens où on l'entend habituellement n'existe pas ? Que l'analyse se fait malgré nous : qu'on croit avoir compris au moment où l'on se formule une idée, alors qu'en réalité on ne peut se formuler une idée que parce qu'on a déjà compris ?

On ne peut pas évaluer soi-même son niveau d'intelligence parce qu'on analyse avec ce même niveau d'intelligence, alors qu'est-ce que cela voudrait dire douter ? Il faudrait avoir plusieurs personnes ayant des avis différents en soi qui débattraient honnêtement. On interroge ce que l'on sait déjà et éventuellement on se repasse le film du moment où on a compris, mais ressasser des idées ne change pas ce qu'on pense d'elles ; au mieux, se les formuler encore et encore permet de mieux nous définir ce que nous mettons derrière certains mots et est un entrainement à la grammaire qui structure le fil des idées. Cela peut aussi relever d'un travail de cartographie pour savoir où en sont nos idées (et comment elles sont reliées), car, même après redéfinition et grammaire améliorée, rien ne dit qu'il soit évident de savoir précisément ce que l'on pense. Ce travail pourrait être utile si on n'est pas encore capable de se formuler une idée du fait d'une ou plusieurs de ces lacunes (définition, grammaire, cartographie), mais à part ça qu'est-ce que cela pourrait bien vouloir dire "réfléchir", "douter" ?

philosophie-spiritualite.com/cours/penseevie.htm
On s'identifie communément au processus de pensées qui est continu et automatique (la faculté de comprendre mouline sans qu'un bon opérateur de base de données lui dise quoi faire, après avoir compris ce qui relève vraiment de notre liberté) :
site a écrit:A la racine de la difficulté, il y a le mental humain. Or il semble que le mental soit incapable de reconnaître ses limites. Le mental se meut dans l’univers du connu. Il va du connu au connu. Il va du connu au connu par des généralisations hâtives et une perception du réel fragmentée. Il n’a pas d’ouverture vers l’Inconnu et encore moins de perception globale. Seule l’intelligence peut reconnaître les limites de la pensée, l’intelligence peut s’ouvrir à l’inconnu. L’intelligence seule est habilitée à penser de manière globale et non pas l’intellect qui découpe, sépare et fragmente. Cela suppose que l’intelligence comporte une aptitude que le mental ne possède pas : elle est capable de voir, elle est capable de voir en quoi la pensée a un caractère limité, mécanique, fragmentaire. Elle est capable d’une appréhension globale. Elle est parfaitement apte à comprendre le mental. Ce saut intuitif de l’intelligence est ce qui permet de passer de la pensée, au sens ordinaire, à la Pensée qui est pure perception de l’intelligence.

site a écrit:Qu’est ce que l’inconscience ordinaire ? « Ce que j’appelle l’inconscience ordinaire, c’est l’identification à vos mécanismes de pensée, à vos émotions, à vos réactions, à vos désirs et à vos aversions. Dans cet état vous êtes sous l’emprise du mental, qui est le propre de l’ego, inconscient de l’Être.

Ne pas être les processus de pensée, mais être la conscience de ces processus:
site a écrit:Quelque chose se produit quand nous devenons conscients du mental lui-même. Nous devenons témoins et dans cette position de Témoin l’intelligence est très aiguë, l’intelligence se met dans un état d’ouverture silencieuse où elle observe le mental, le comprend. Dans cet état d’extrême lucidité, la découverte de soi est permanente. Pour comprendre le fonctionnement du mental, il ne faut à aucun moment entrer dans ses schémas, dans la répétition de ses modèles, au contraire, justement, il faut observer, prêter attention « aux schémas de pensée répétitifs, à ces vieux disques qui jouent et rejouent les mêmes chansons peut-être depuis des années ». En d’autres termes, il s’agit de commencer un travail d’observation qui n’est rien d’autre que celui d’une constante lucidité. Donc, la question est d’être extrêmement attentif au travail de la pensée, de voir le processus de la pensée. Voir tue immédiatement l’identification de la conscience au mental compulsif. Par exemple, nous pouvons tout à fait voir comment le mental se met au service des réactions émotionnelles. Si une chose m’a fait mal dans le passé, la réapparition d’une situation d’expérience semblable fait que d’ordinaire je ré-agis et je me mets à rejouer le vieux disque, à répéter le modèle d’une réaction passée. Je suis emporté par mes réactions. Voir le processus entier va faire en sorte que, restant témoin, je flotte sur le courant de l’émotion au lieu d’être emporté par lui. C’est ce qui me permet de passer de l’inconscience ordinaire à une conscience plus élevée, plus lucide.


Sur la lucidité : philosophie-spiritualite.com/cours/existcons.htm#lucidit%C3%A9
site a écrit:La lucidité est une observation constante qui se maintient au sein d’un sentiment d’être. Elle est la conscience placée dans une libre ouverture, sans présupposé, la conscience qui donne accueil à la perception du maintenant. Si la vigilance est d’abord un regard tourné vers l’extériorité, la lucidité est un regard tourné à la fois vers l’intérieur et l’extérieur. La conscience lucide ne se replie pas dans l’intériorité pour glisser dans l’inconscience du sommeil. Elle ne chute pas non plus au dehors dans le monde, dans une activité  fébrile où elle s’oublierait. Elle reste pleinement consciente d'elle-même tout en agissant. Placé dans cet état, la conscience est devenue témoin, elle observe avec attention tout ce qui advient, aussi bien à l'extérieur qu'à l'intérieur. Un événement au dehors, une pensée qui surgit, une inquiétude par exemple, est aussitôt remarqué. Une complète attention au présent de l’expérience permet de discerner ce qui est porté par cette pensée, son arrière-fond. De même, dans l’action la conscience lucide implique entièrement l’acteur sans qu’il se dérobe. J’accorde donc à chaque chose une importance et je ne fais plus rien à la légère. Si je marche dans la forêt et que mon esprit est ailleurs, je risque de me prendre les pieds dans une branche. Je perds le plaisir de marcher et le sentiment d’être dans la forêt, je suis ailleurs et pas vraiment ici. Je suis perdu dans mes pensées, je suis divisé, je ne suis pas vraiment présent or la lucidité implique d’investir chaque instant sans aucune dérobade, elle est identique à la Présence qui rend le présent vivant.

Pom le banni
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 9
Date d'inscription : 12/08/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie personnelle sur la conscience

Message par Narkyss le Lun 17 Aoû 2015 - 3:15

ça parait tenir, c'est une vraie pensée en tout cas.

Narkyss
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2793
Date d'inscription : 07/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie personnelle sur la conscience

Message par Pom le banni le Lun 17 Aoû 2015 - 3:19

Merci, c'est sympa Smile

Pom le banni
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 9
Date d'inscription : 12/08/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie personnelle sur la conscience

Message par Pom le banni le Lun 17 Aoû 2015 - 4:42

Même le soi-disant rôle d'opérateur est englobé dans ce constat d'impuissance : la compréhension de ce rôle, c'est une synthèse d'idées qui le dépassent ; ce qu'il est censé faire en connaissance de cause : une synthèse d'idées qui le dépassent.

Je me disais aussi qu'on n'a jamais fait que réagir si on n'a pas un minimum conscience de ce qui nous poussait à "agir"/"penser", que ce n'est qu'en tant que chose consciente qui se mobilise qu'on peut être intelligent, dans le sens d'être pertinent rapport à l'environnement ET conscient (aussi de soi) ET d'être celui qui choisit d'agir de cette façon (qui choisit donc de suivre des idées qui le dépassent (et de ne pas vraiment choisir alors, et donc de ne pas être vraiment la chose qui se mobilise, et ainsi de ne faire que réagir)). L'intelligence relèvera toujours de la compulsion. Pour être libre, il faut s'en rendre compte et passer à quelque chose de plus sérieux, comme l'insouciance.

On ne peut être intelligent que par conditionnement et que conscience du conditionnement.

Pom le banni
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 9
Date d'inscription : 12/08/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie personnelle sur la conscience

Message par Ayla le Lun 17 Aoû 2015 - 9:10

J'adhère! C'est pertinent!
J'suis au réveil, cablage de neurones et activation de conscience en cours, pas encore opérationnelle à rebondir dessus, mais en tout cas, ça me parle cette réflexion.

(Je copie colle ton post quelque part au cas ou...et j'le rapatrierais peut-être sur mon fil)


Ayla
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 557
Date d'inscription : 30/09/2014
Age : 31
Localisation : Ici et ailleurs

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie personnelle sur la conscience

Message par Mag le Lun 17 Aoû 2015 - 11:25

Idem ! Wink

Mag
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3587
Date d'inscription : 19/05/2012
Age : 70

http://www.pearltrees.com/j1p/la-douance-facile/id5027857

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie personnelle sur la conscience

Message par Invité le Lun 17 Aoû 2015 - 13:53

Super Pom, t'as fait des recrues !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie personnelle sur la conscience

Message par Narkyss le Lun 17 Aoû 2015 - 13:57

Doit on aller voir sur ton fil avec toutes tes pompom girls yocyoc ?

Narkyss
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2793
Date d'inscription : 07/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie personnelle sur la conscience

Message par Invité le Lun 17 Aoû 2015 - 14:07

Nan, le fil dont tu parles est une poubelle ambulante, ne s'y croisent à l'exception de l'auguste Pharaon que tu interpelles humblement que de lamentables décaties et des donzelles plus cruches qu'elles ne se cassent,
malheuresement le Seigneur de ces contrées a le goût de, ou du moins tolère en souvenir de ses origines charognardes, ce spectacle désolant.

Cela étant ne permettons pas à ce fil-ci de dériver, son créateur en a la sainte horreur, qui plus est lorsqu'il a touché comme ici de si près l'âme immanente des choses.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie personnelle sur la conscience

Message par Invité le Lun 17 Aoû 2015 - 14:20

ErikFromFrance a écrit:Bonjour,

Un topic a été créé par un membre banni :
http://www.zebrascrossing.net/t23089-theorie-personnelle-sur-la-conscience

Peut-on envisager une suppression ?

et ben je sais pas ce que tu lui as fait,
vieux ressentiment sans doute, oh comme c'est moche.

EFF : ça y est, sais ce qu'il est...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie personnelle sur la conscience

Message par Suce ces p'tits Bleus ! le Lun 17 Aoû 2015 - 17:33

C'est avec une belle insouciance que je lis tout ça ! Dent pétée

Suce ces p'tits Bleus !
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7737
Date d'inscription : 28/03/2013
Localisation : Une note de musique qui débite en 74.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie personnelle sur la conscience

Message par Invité le Lun 17 Aoû 2015 - 23:21

ErikFromFrance a écrit:
Bonjour,

Un topic a été créé par un membre banni :
http://www.zebrascrossing.net/t23089-theorie-personnelle-sur-la-conscience

Peut-on envisager une suppression ?


et ben je sais pas ce que tu lui as fait,
vieux ressentiment sans doute, oh comme c'est moche.

EFF : ça y est, sais ce qu'il est...


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie personnelle sur la conscience

Message par le futur pas débanni le Mar 18 Aoû 2015 - 0:05

Mettez pas des point Goldwin sur mon sujet de débanni, suis sur la sellette, ça me fait pas rire, vous-voyez ??

le futur pas débanni
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 45
Date d'inscription : 17/08/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie personnelle sur la conscience

Message par le futur pas débanni le Mar 18 Aoû 2015 - 0:34

Si j'étais pas humble, j'aurais (si, si, j'aurais) appelé mon sujet : "le premier pas de la conscience". Et je me serais élargi mon pseudo d'un THQI. Si, si.

le futur pas débanni
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 45
Date d'inscription : 17/08/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie personnelle sur la conscience

Message par Invité le Mar 18 Aoû 2015 - 0:40

Salut Smile

Tu ne poses pas de questions, mais tu m'as donné envie de participer.

Extrait d'une conversation que j'avais posté sur un autre forum, dans lequel je détaillais comment je vois ma propre conscience, en réponse à quelqu'un (mis en italique par endroits).

En général, je le ramène directement à du matériel : ordinateur. Ca relie à du physique plutôt que du processus. On peut ainsi plus facilement comparer au cerveau.
Base de données = mémoire vive => stockage
Centre de calcul = processeur => traitement

Quelle optique ? La gestion de l’information.

Deux données de base à rajouter :
- le bus : qui relie le processeur à la mémoire vive : bande passante : neurones => capacité de traitement
- l’énergie : tout système vivant a besoin d’énergie pour fonctionner.

La raison : ce qui est stocké. Tu as expérimenté qu’un truc brule. La raison sait que si tu touches, tu vas avoir mal.

La Raison est magnifiée par la conscience et l'intelligence. Elle est soumise aux lois de la réalité perçue et aux croyances.

L’intelligence : c’est l’espace de stockage dans son ensemble, la quantité de mémoire.
La conscience : c’est le programme qui traite l’information. Remodelable par essence. Contient deux sous-programmes qu’on peut appeler égo et esprit. Ego étant amnésique de nature, il ne connait pas très bien la raison (l’information stockée). L’esprit quant à lui connait trop bien la raison, il a beaucoup de mémoire.

Pourquoi du binaire (deux sous-programmes) ? Parce que travailler en ternaire ou plus est trop couteux d’un point de vue énergie. Le ternaire, c’est la réponse à la question « peut-être », inhibante par essence et ouvrant trop de champ de possibles. C’est celle que tu n’arrêtes pas de te poser pendant les burnout, et je dirai pendant tout moment angoissant.

La Raison (i.e. le champs de conscience) s'accroît suivant une mécanique binaire intrinsèque au système nerveux : Punition / Récompense.
C’est l’expérimentation. Tu stockes toutes les nouvelles informations dans la mémoire vive : la raison.

Domination nécessitant confrontation, la nature fait ses petites expériences. ^^Comparativement aux autres espèces animales, chez nous, être humains, cette partie du cerveau (conscience/intelligence) est "sur-développée".
L’interaction est soulignée, et par extension les stimuli.

Ceci étant, nous avons aussi un cerveau Reptilien. Une Volonté inconsciente qui agit sans contrôle de notre part sur tout notre système nerveux : c'est notre instinct, nos réactions spontanées, notre aspiration à explorer/conquérir/dominer, notre imagination infinie.
Ça, c’est la partie énergie.
Même si je ne te suis pas forcément dans la séparation des hémisphères du cerveau que tu fais, l’imagination et les aspirations ne sont en rien quelque chose de programmé et immuable.

Mais lorsque la Raison est contraire à notre Volonté, elle devient une barrière à notre Pouvoir... donc à notre Liberté/Domination. Il y a donc épreuve. Quelque soit l'issue, tôt ou tard, il y aura passage à l'acte.
La volonté n’est que l’expression du début de l’action, l’avant traitement. Qui peut faire suite à un stimulus, ou sortir de nulle part.
La raison ne peut pas être contraire à la volonté, car c’est juste l’information stockée.
C’est la conscience qui modifie l’expression de la volonté : le programme.

C’est la conscience qui joue ou non sur l’inhibition… Plus précisément, c’est l’expression du sous-programme esprit qui va pousser à l’inhibition, par rappel à la raison (information stockée).

Tout programme simplement écrit devrait fonctionner ainsi : si condition = vrai (ou faux) alors action. A partir d’une entrée, on a donc deux sorties : vrai ou faux. Positif ou négatif. Bien ou mal . Après, l’information traitée est très souvent chargée émotionnellement parlant.

Quant au passage à l’acte, il se fait toujours. Une inaction est une action dès lors qu’elle a été envisagée.

"Un système nerveux, c'est fait pour agir"
Mais pas que. Là, je fais référence à l’énergie, couplé à la durée. A trop consommer d’énergie, tu t’épuises. Exemple : nos burnout.


Quid de pouvoir bloquer l’émotion ? La peur, l’angoisse ? Qui n’est ni plus ni moins qu’une boucle dans le traitement (conscience), empêchant celui-ci de remplir son rôle ?
Par extension, qu’est-ce qu’un « cas de conscience » ? Ego ou esprit ?

Quant à la création, c’est par essence notre nature. Effectivement, on est mort sinon. Plus on comprend cela, plus on est puissant.

La création n’est pas l’écriture de nouvelles tables, ou changer l’information stockée dans la mémoire. Ça, c’est du déni. Cela revient à agir après traitement de manière à influencer le prochain traitement. Parce que stocker deux fois la même information n’a que peu d’intérêt, et est couteux en énergie : pour une même condition à envisager, il faut ramener deux données d’entrée.
La création, c’est la modification des programmes existants, par un changement de critères par exemple. C’est remodeler sa conscience (programme) à loisir tout en gardant l’information unitairement stockée telle quelle, brute. C’est regarder la réalité en face et agir selon ses critères, son éthique.

Se pose aussi la question du langage, par rapport au programme (conscience). Plus tu connais de langage, tant en nombre (vocabulaire) qu’en multiple (Français, Anglais…), tu rends ton programme plus précis, car tu multiplies les conditions.

Associe les trois données de basse (stockage, traitement, et capacité de traitement) et tu vois que si l’une augmente, tu deviens plus puissant. Ma puissance vient entre autre que j’ai une capacité de stockage assez énorme, et qui grandit toujours plus : j’oublie peu. Et un vocabulaire élaboré, dans plusieurs langues.

Par extension, tout cela permet de se projeter plus facilement.

Ma manière de penser est depuis le temps trop déformée par l'algorythmique ... Bah ... Je suis un rationnel ! Razz Wink

Voila ... Si tu veux comparer à ta théorie, pas de soucis Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie personnelle sur la conscience

Message par Invité le Mar 18 Aoû 2015 - 0:50

le futur débanni a écrit:Si j'étais pas humble, j'aurais (si, si, j'aurais) appelé mon sujet : "le premier pas de la conscience". Et je me serais élargi mon pseudo d'un THQI. Si, si.


chut suis les conseils de Stauk un peu, et laisse Cyril tranquille

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie personnelle sur la conscience

Message par le futur pas débanni le Mar 18 Aoû 2015 - 0:58

Le premier pas de la conscience, donc :

Suite à ce délire, genre j'ai tout compris à la life, c'est bien sûr, donnez-moi une corde, je me suis pris pour une conscience. Tout le monde est suspendu à ce que tu racontes, continue, mon grand, merci Père. Et comme de juste, aussi con que de pas se croire con rend plus ou moins pas con... attendez, je mélange (c'est le stress de la convocation en débannissement)... Aussi pas malin que le sûr d'être malin, j'étais sûr d'être genre une conscience et tout, je t'en parle pas... et du coup j'ai jamais était aussi con de conscience. Mais la morale de cette aventure spirituelle trépidante (merci le correcteur d'orthographe), c'est que quand bien même on aurait besoin d'accoucher de son idée pour se sentir soulagé du bide, quand bien même ce ne serait pas une mauvaise chose, genre c'est mieux dehors que dedans... on est jamais aussi aveugle qu'au moment où on croit avoir compris, tout comme jamais aussi peu philosophe que quand on expose sa science. La philosophie parlons-en, ma bonne dame, en écrivant, vois-tu, je me rends bien compte que j'écris des choses trop compliquées pour moi et que le challenge c'est en partie de cacher la misère. On a bien le droit de rêver... Bon alors pourquoi pas écrire des histoires qu'on ne sera peut-être jamais capable de comprendre ? De se prendre pour plus intelligent ou plus conscient, mais l'intention noble du sursurdouement est là. Et c'est pas tout à fait méga ignoble. Mais c'est bien de redescendre de temps en temps de sa connerie. Au moins on a imaginé différemment, sous une perspective pas trop dégueulasse bien qu'amoindri, stressé de ne pas comprendre, fatigué de ne pas dormir, fat d'aise que les mots jaillissent ne serait-ce qu'en fadaises... On s'est sursurdoué par le bas, mais c'est l'intention qui compte. Ya eu de l'exploration et de l'ambition, et – EFF ne me l'enlèvera pas (au moins dans mon imagination) – un peu de bravoure.

Allez, à vous les studios, ah, non, on me parle !
οἶος a écrit:
le futur débanni a écrit:Si j'étais pas humble, j'aurais (si, si, j'aurais) appelé mon sujet : "le premier pas de la conscience". Et je me serais élargi mon pseudo d'un THQI. Si, si.


chut suis les conseils de Stauk un peu, et laisse Cyril tranquille
spa faux (je vais me mettre en sourdine le temps qu'on me réaffecte)

Je vais répondre à Aimant ensuite, parce que l'aime. affraid

le futur pas débanni
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 45
Date d'inscription : 17/08/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie personnelle sur la conscience

Message par Invité le Mar 18 Aoû 2015 - 1:16

le futur débanni a écrit:Mais c'est bien de redescendre de temps en temps de sa connerie. Au moins on a imaginé différemment, sous une perspective pas trop dégueulasse bien qu'amoindri, stressé de ne pas comprendre, fatigué de ne pas dormir, fat d'aise que les mots jaillissent ne serait-ce qu'en fadaises... On s'est sursurdoué par le bas, mais c'est l'intention qui compte. Ya eu de l'exploration et de l'ambition, et – EFF ne me l'enlèvera pas (au moins dans mon imagination) – un peu de bravoure.
Ben moi j'ai trouvé ton post ultra intéressant. C'est con hein ? Razz Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie personnelle sur la conscience

Message par le futur pas débanni le Mar 18 Aoû 2015 - 1:28

Aimant a écrit:
le futur débanni a écrit:Mais c'est bien de redescendre de temps en temps de sa connerie. Au moins on a imaginé différemment, sous une perspective pas trop dégueulasse bien qu'amoindri, stressé de ne pas comprendre, fatigué de ne pas dormir, fat d'aise que les mots jaillissent ne serait-ce qu'en fadaises... On s'est sursurdoué par le bas, mais c'est l'intention qui compte. Ya eu de l'exploration et de l'ambition, et – EFF ne me l'enlèvera pas (au moins dans mon imagination) – un peu de bravoure.
Ben moi j'ai trouvé ton post ultra intéressant. C'est con hein ? Razz Wink
Non, du tout. Merci beaucoup Smile

Ce que je voulais dire dans le passage que tu cites, c'est que les grands mots et les théories c'est de la frime, que si on en tire quelque chose tant mieux... mais qu'en réalité, justement parce que le mec qui écrit croit avoir tout pigé du premier coup, les idées présentées (le modèle) sont une grosse première approximation en comparaison de la vraie compréhension et de la vraie intelligence, qui seront incertaines et moins en habits de fête, et ainsi beaucoup plus justes, fines.

Ce qui est écrit reste de la frime, mais peut-être de la bonne frime, comme un tremplin vers une vraie compréhension qui n'a pas envie d'en remontrer, mais juste de comprendre (ou comme la conscience qui d'un coup n'aurait plus besoin de se convaincre d'exister, car elle serait dans un état pur d'observation, et non de considération rapport à cet éventuel état d'acuité de la vue psychique).

Je lis ton post. Je répondais à un mp avant.

Edit : je te réponds après-demain, Aimant. Need to sleep.

le futur pas débanni
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 45
Date d'inscription : 17/08/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie personnelle sur la conscience

Message par Invité le Mar 18 Aoû 2015 - 1:53

le futur débanni a écrit:(ou comme la conscience qui d'un coup n'aurait plus besoin de se convaincre d'exister, car elle serait dans un état pur d'observation, et non de considération rapport à cet éventuel état d'acuité de la vue psychique).



Ce n'est pas vivable.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie personnelle sur la conscience

Message par Mag le Mar 18 Aoû 2015 - 1:56

Si c'est vivable, d'abord par intermittence et puis de plus en plus... Et c'est tellement plus vivant de vivre ainsi !!


Dernière édition par Mag le Mar 18 Aoû 2015 - 2:02, édité 1 fois

Mag
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3587
Date d'inscription : 19/05/2012
Age : 70

http://www.pearltrees.com/j1p/la-douance-facile/id5027857

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie personnelle sur la conscience

Message par Invité le Mar 18 Aoû 2015 - 2:01

le futur débanni a écrit:Ce que je voulais dire dans le passage que tu cites, c'est que les grands mots et les théories c'est de la frime, que si on en tire quelque chose tant mieux... mais qu'en réalité, justement parce que le mec qui écrit croit avoir tout pigé du premier coup, les idées présentées (le modèle) sont une grosse première approximation en comparaison de la vraie compréhension et de la vraie intelligence, qui seront incertaines et moins en habits de fête, et ainsi beaucoup plus justes, fines.
Ça dépend comment tu le montres. De la frime, ou au contraire le besoin de le confronter aux autres, pour s'assurer de sa véracité. Si tant est que tu poses des questions Smile . Mais pourquoi poser des questions quand c'est quelque chose que naturellement ? ...

+1 avec οἶος. Ce serait soit de la dissociation, soit de la dépersonnalisation. Vivable, mais dans quelles conditions ...

Conscience et lucidité, ça va de pair.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie personnelle sur la conscience

Message par Mag le Mar 18 Aoû 2015 - 2:11

Désidentification, pas dissociation, ni dépersonnalisation
effectivement il y a des conditions dont une acuité de perception, une attention multiniveaux,
et une vie pour mettre tout ça en mouvement souplement...

d'ailleurs moi aussi je vais me coucher : la journée à été intense et je n'arrive pas à suivre par écrit pourtant y'a de quoi Very Happy Merci Pom d'happy non Pom banni non... et mince c'est sur l'autre page ! Pété de rire

Belle nuit à toustes

Mag
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3587
Date d'inscription : 19/05/2012
Age : 70

http://www.pearltrees.com/j1p/la-douance-facile/id5027857

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie personnelle sur la conscience

Message par Narkyss le Mar 18 Aoû 2015 - 2:12

Aimant a écrit:+1 avec οἶος. Ce serait soit de la dissociation, soit de la dépersonnalisation. Vivable, mais dans quelles conditions ...

Oui et non. C'est ça dans le sens ou la personne n'est plus au centre et se dégage dans le champs extérieur mais le contraire. Au lieu de faire sentir au monde, elle sent le monde. C'est l’extérieur qui rentre à l’intérieur, et non l'inverse. Dans le deuxième cas elle s'assure d'abord de son existence, dans le premier cas, son existence n'a pas besoin d'être assuré, elle est.
Il faut sortir du "sens" des mots, il n'y a pas de sens.
Aujourd'hui tout ce qui est différent fait partie du dsm, quelle tristesse, quelle pensée unique, qui ne sait même pas elle même d'ou elle vient. On sort des phrase parce qu'on l'a lu dans le dsm, comme celui qui dit que croire c'est avoir peur de la mort, qui as pensé ça ? pas lui, c'est inspiré freudisme ça . haha comme cette pensée du rationnelle, qui l'a pensé ? comme la pensée de ci ou de ça, c'est juste du bis repetita. ça c'est de l'absurde !!!

Narkyss
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2793
Date d'inscription : 07/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie personnelle sur la conscience

Message par ErikFromFrance le Mar 18 Aoû 2015 - 2:21

Les réponses sont encore plus atroces que je ne l'aurais imaginé. Vous ne voulez pas nous rajouter un petit peu de mysticisme quantique tant que vous y êtes ? Pour compléter l'ambiance intuitive-réceptive du bidule ?

C'est pour ça que j'ai mis en garde contre le mot "conscience". Parce que personne ne sait ce que c'est... en fait personne ne s'intéresse vraiment à cette question parce que la réponse est compliquée et amène à questionner la réalité ou la nature du "je", ainsi que la définition même de la conscience qui est semble-t-il non pas 1 mais plusieurs phénomènes émergents résultant de la collaboration entre plusieurs organes (zones cérébrales).

Je pourrais vous mettre une vidéo de Daniel Dennett qui parle du "hard problem of consciousness" (qui est l'objet central jamais résolu à CHAQUE discussion sur la conscience), mais je l'ai déjà fait dans le passé et c'est comme pisser dans un violon. C'est trop compliqué pour la plupart des gens qui finissent par se rabattre sur des incantations tribales et autres rites de l'âge de bronze.

Conscience, hare Krishna ! alleluia ! allez l'OM ! blablabla âme, blabla fées, blabla glande pinéale, blabla j'ai bavé, blabla conscience, blabla magie. Je n'aime pas jouer les Cassandre ; elle a mal fini, Cassandre.

ErikFromFrance
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2860
Date d'inscription : 11/04/2014
Age : 38
Localisation : Roci Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie personnelle sur la conscience

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 15:22


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum